Efficacité énergétique. Ce concept, peu familier au Cameroun,

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Efficacité énergétique. Ce concept, peu familier au Cameroun,"

Transcription

1

2

3 International Mines congolaises : le pays perd 1,36 milliard de dollars Dans son "Rapport 2013" consacré aux progrès de l'économie africaine, l'africa Progress Panel examine cinq accords de cession dans les mines congolaises. Ces opérations, qui ont toutes transité par des sociétés offshores opaques, auraient fait perdre au pays deux fois le budget annuel pour la santé et l'éducation. "Entre 2010 et 2012, la RD Congo a perdu au moins 1,36 milliard de dollars de recettes provenant de la sous-évaluation des actifs miniers vendus aux sociétés offshore", estime dans un rapport l'africa Progress Panel, un groupe de dix personnalités éminentes dont Kofi Annan, à l'occasion de la parution de l'édition 2013 du Rapport sur les progrès en Afrique. Cinq transactions impliquant notamment la Gécamines, une entreprise détenue par l'etat congolais, et une ou plusieurs sociétés offshore ont été étudiées pour aboutir à ce chiffre. "Les pertes totales des cinq accords examinés étaient équivalentes à plus du double du budget annuel combiné alloué à la santé et à l éducation en 2012", souligne le rapport qui estime que chaque citoyen a perdu dans ses accords l'équivalent de 21 dollars, soit 7% du revenu moyen. Prix inférieurs au marché Dans tous les accords, Africa Progress Panel souligne que les actifs miniers de la Gécamines ont été cédés à des sociétés offshore à des prix inférieurs à ceux du marché. "Des actifs estimés à 1,63 milliard de dollars au total ont été vendus à des sociétés offshore pour 275 millions de dollars", souligne l'africa Progress Panel ajoutant que "la structure de propriété effective des sociétés concernées n est pas connue" même si elles semblent "en rapport avec l un des plus grands investisseurs privés en RD Congo, le Groupe Fleurette", détenu par Dan Gertler, un proche du président Joseph Kabila. Investisseur à long terme? Interrogé par le Financial Times, un porte-parole de Dan Gertler a dit : "Il est décevant que le rapport 2013 de l'africa Progress Panel ait publié des erreurs basiques, des informations sélectives et répété les mêmes allégations anciennes et réfutées contre le Groupe Fleurette et Dan Gertler. Le Groupe Fleurette est le plus important contribuable de RD Congo et a généré des investissements entrants substantiels, créant des dizaines de milliers d'emplois et il est le plus important investisseur à long-terme du pays." Non sans une certaine ironie, ce porte-parole dont le nom n'a pas été donné par le Financial Times a proposé de mettre à la disposition de l'africa Progress Panel "la connaissance et l'expertise" du Groupe Fleurette. Consommer utile Consommer utile Efficacité énergétique. Ce concept, peu familier au Cameroun, était au centre d un forum d échanges réuni à Yaoundé. Prosaïquement définie, l efficacité énergétique renvoie à un catalogue de bonnes pratiques vouées à réaliser des économies d énergie. Il s agit de consommer utile, c est-àdire arriver à la satisfaction du besoin énergétique avec le moins d énergie possible. Les principaux artisans du forum de Yaoundé étaient, d un côté, les institutions étatiques compétentes. Et de l autre, la délégation de l Union européenne (Ue). Car il faut le dire, l Ue est le précurseur de l efficacité énergétique. Elle a publié, à cet effet, une communication en 2008 sur le titre : «Efficacité énergétique: atteindre l objectif du 20%». La finalité étant d arriver à ce qu en 2020, 20% de l énergie consommée, dans l espace de l Ue, proviennent de sources renouvelables (solaire et éolienne notamment). Et que baissent de 20% les consommations énergétiques ainsi que les émissions d anhydride carbonique. Cette démarche s inscrit, on le voit, dans la perspective du développement durable dont la philosophie a été définie en 1987 par le rapport de Brundtland : «un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs». Tout était parti du constat selon lequel le modèle de développement actuel, fondé sur l industrialisation et la croissance, est porteur d hypothèques sur l avenir de la planète. En raison de l exploitation effrénée de ressources naturelles et de la pollution matérialisée notamment par l accumulation dans l atmosphère de gaz à effet de serre. Cela se ressent déjà par de grands changements sur le climat. Or, la consommation de l énergie, surtout celle tirée des sources fossiles (pétrole et charbon), est responsable d une forte émission de gaz à effet de serre. En plus de ce que ces dernières sources d énergie ne sont pas inépuisables. D où l impératif d en faire des économies. L un des secteurs visés par l Ue pour l économie d énergie est le bâtiment. Pourquoi? En France en 2003, pour ne citer que cet exemple, les secteurs résidentiel et tertiaire ont abordé 43% de la consommation d énergie. Ce qui correspond à 25% des émissions françaises de gaz à effet de serre. Le forum de Yaoundé a eu, dans ce contexte, pour finalité de commencer à instaurer dans notre pays la culture d économie d énergie. Sur un terrain marqué par un déficit évalué entre 500 et 650 MW par le ministère de l Eau et de l Energie, l économie d énergie résout plusieurs problèmes à la fois : la réduction des factures des ménages, la réaffectation de l énergie économisée à ceux qui ont véritablement besoin de la protection de l environnement, bien sûr. La politique énergétique du Cameroun repose essentiellement sur l hydro-électricité. Une source d énergie peu polluante. Au moment où le gouvernement a entrepris la construction de nouveaux barrages (Lom-Pangar, Memve ele, Mékin) pour résorber le déficit énergétique, il importe de réaliser déjà des économies sur la quantité disponible. A l échelle des ménages, la substitution des lampes à incandescence par des lampes économiques constitue déjà un pas précieux. Mais le pôle de gaspillage le plus important est sans doute constitué par les édifices publics, où les personnels de l Etat oublient d éteindre lampes et climatiseurs, à la sortie des bureaux. La voie de l avenir pour le Cameroun reste le recours aux énergies renouvelables. Elles sont inépuisables et pas polluantes. Edito 18 Cinq opérations juteuses Société Minière de Kabolela et de Kipese (SMKK) Projet Kolwezi Mine de cuivre de Mutanda Mine Kansuki Mines de cuivre de Frontier et Lonshi Gain pour Emerald Star (Îles Vierges) Gain pour Highwind (Îles Vierges) Gain (potentiel car la revente n'a pas eu lieu) pour Rowny Assets (Îles Vierges) Gain (potentiel car les parts n'auraient pas été revendues) pour Biko Invest Gain pour plusieurs sociétés offshore 400 % en quatre mois près de 1000% 428% 682% 71,6% L essentiel des Hydrocarbures au Cameroun Mai N 20 3/ Edito : Eau, électricité, pétrole, gaz, notre carre d as pour la prospérité 4/ ACTUALITE : Gaz domestique : l offre se diversifie dans le marché Mbalam iron : Divorce between Sundance and Hanlong Mining Resources CAMWATER : Un accord de 50 milliards signé avec une société turque 8/ BAROMETRE : EITI report : Call for transparency in the extractive... 9/ CONJONCTURE : Industries extractives : Le difficile chemin vers la transparence / PRODUCTION : Hydro-électricité : La mise en eau du barrage de Mekin en / PRODUCTION : Pétrole : Les Etats-Unis, premier producteur vers 2020, selon l Aie 13/ HYDROCARBONS : Domestic gas : The Battle of the brands 14/ PERFORMANCES : Hydrocarbons : The Sonara that leaves Charles Metouck 16/ PERFORMANCES : Stockage : Tradex sécurise l approvisionnement en gaz... 17/ PERFORMANCES : Barrage de Lom Pangar : Mise à vue de la digue bétonnée 18/ INTERNATIONAL : Industrie Extractive : Les dessous de l'échec gabonais Directeur de publication : Bertrand ABEGOUMEGNE Impression : Ajc Graphics Conseiller Éditorial: Guillaume Le Grand BEBEY Une publication de l Agence Rhéma Services Rédaction centrale : Rémy Ngassana, Abegoumegne Bertrand, B.P : Douala Paul Nkala, Bouba Yankréo, Issofa Mbu Infoline : / Développement & marketing : Flady Kouoh François / Distribution : Mathias Penda 2013 Oil&Gas Tous drois réservés 3 Régie Publicitaire : Agence Rhéma services

4 4Actualités Electricité : De nouveaux prix en cours d examen Les prix de l électricité pourrait connaitre bientôt de nouvelles modifications au Cameroun a indiqué Jean Pierre Kedi, le Directeur Général de l Agence de Régulation du Secteur de l Electricité (Arsel) lors de sa récente intervention dans le cadre d un débat organisé par l association Afrique France sur l énergie électrique au Cameroun. «Vous êtes encore en sursis, l opérateur (Aes Sonel) et le régulateur que nous sommes sont en train de discuter sur la prochaine grille tarifaire» a fait savoir monsieur Kedi sans indiquer si ce réajustement serait à la hausse ou a la baisse. Le Directeur de l Arsel a expliqué que ce réajustement des prix était le fait d une disposition du contrat de concession entre le gouvernement et le groupe AES qui prévoyait que cela soit faisable tous les cinq ans. Un réajustement qui tient compte d un certain nombre de paramètre que les responsables de l Arsel n ont pas clairement indiqués. «Une fois nous avons voulu publié le mode de calcul du prix de l énergie électrique au Cameroun et on nous a fait le reproche du fait qu on y retrouvait des formules mathématiques, mais il faut reconnaitre que la question du prix de l énergie est un problème au Cameroun» a déclaré Jean Pierre Kedi révélant que sa structure d arbitrage recevait chaque jour de nombreuses plaintes de personnes contre l opérateur. Dans son expression toutefois, il ne fait pas de doute que ces prix-là devraient être révisés à la hausse. A quand la baisse des tarifs? Selon de nombreux experts, l entrée en fonction de la centrale de Kribi loin d être «LA SOLUTION» comme l indiquent le gouvernement et l opérateur, est une source supplémentaire de production d énergie à prix élevé, après le programme thermique d urgence. Le groupe AES n a d ailleurs jamais communiqué sur la manière dont sera répartie l énergie aujourd hui produite, ni quelle sera la place de Kribi dans le réseau Interconnecté. Le gouvernement se contente de présenter la centrale Thermique de Kribi comme une des réalisations des grandes ambitions du président Biya sans aborder la question de son efficience. Toutes ces grandes questions ont été abordées lors du débat. Un débat au cours duquel des révélations du Gicam ont été de nature à inquiéter. «Le déficit est trop grand selon Blaise Batongue, le Secrétaire Exécutif du Gicam, la plus anciennes organisation patronales au Cameroun. «Pour lever la part de contribution du secteur industriel sur le Pib actuellement de 24% à 31% en 2020, il faudrait atteindre les méga watts d électricité au moins», a fait savoir le Secrétaire exécutif du Gicam. Un déploiement que le Cameroun seul ne peut se permettre à moyen terme. Face à une sous production et un demande toujours croissante, facteur auxquels on doit ajouter les pertes de production et de transport sur le réseau près de 40% la baisse du tarif d électricité ce n est pas pour demain au Cameroun. Dans les discours pourtant, la même rengaine revient. «L énergie est au cœur de la stratégie des grandes ambitions». Comme exemple, on cite Lom Pangar, Memve ele, Mekim plus comme des succès stories que comme des projets en quête de pertinence Rémy Ngassana Avis d'expert : Plaidoyer pour un partage des nouvelles richesses minérales de l Afrique entre tous les Africains Il semble qu il ne se passe pas deux semaines en Afrique subsaharienne sans que de nouvelles découvertes de pétrole, de gaz naturel ou de minéraux ne fassent les gros titres, pays après pays. Lorsque le gisement de pétrole Jubilee au Ghana atteindra son pic de production en 2013, il produira barils par jour. Les gisements du bassin du rift du Lac Albert en Ouganda ont le potentiel de produire des quantités encore plus grandes. Des milliards de dollars pourraient affluer chaque année vers le Mozambique et la Tanzanie grâce aux découvertes de gaz naturel. Et, en Sierra Leone, l extraction du minerai de fer du Tonkolili pourrait faire bondir le PIB de 25% en Mon plus grand espoir est que tous ceux qui vivent dans ces pays d Afrique, riches en ressources, reçoivent une part de cette nouvelle richesse en pétrole et en minerai. Jusqu à présent, à l exception du Botswana, les ressources naturelles n ont pas toujours amélioré les conditions de vie des habitants et de leurs familles. D après ce que j ai pu observer lors de mes voyages incessants sur le continent, la croissance économique de la plupart des pays riches en ressources ne se traduit pas automatiquement par une amélioration de la santé, de l éducation et d autres services dont dépendent les personnes vivant dans la pauvreté. Des programmes de protection sociale Beaucoup de pays riches en ressources ont tendance à ne pas décoller du bas de l indicateur du développement humain, indice qui prend en compte l espérance de vie, l accès à l éducation et le pouvoir d achat de la population. Un moyen étonnamment efficace de s assurer que tous les gens, et en particulier les plus pauvres, reçoivent une part de la prospérité nouvelle apportée par les richesses minérales consiste à mettre en place des filets de sécurité et des programmes de protection sociale. Ces instruments sont destinés à protéger les familles vulnérables et à donner des possibilités d emploi aux personnes pauvres en état de travailler. Ils contribuent à renforcer et sécuriser les communautés, tout en réduisant les inégalités les plus criantes. Les programmes de protection sociale sont déjà au cœur des stratégies nationales d accélération de la croissance et de lutte contre la pauvreté en Afrique et ils ont joué un rôle important dans la réduction de la pauvreté chronique et dans l aide apportée aux familles pour amortir les chocs comme le chômage, les maladies soudaines ou les catastrophes naturelles (comme les épisodes de sécheresse ou les inondations). Ces programmes ont également permis à des familles d acquérir davantage de bétail ou d étendre leurs cultures vivrières et d augmenter ainsi leurs revenus. Le fait que les gouvernements de plus de 35 pays aient mis en place plus de 130 programmes de transferts de fonds illustre l intérêt croissant de l Afrique pour les filets de protection sociale. Les transferts directs d argent liquide aux personnes pauvres coexistent souvent avec des programmes d assistance-travail qui créent des emplois dans le secteur des travaux publics comme la construction de routes. Lorsque ces programmes ont été bien conçus et gérés, les résultats ont été excellents. Au Rwanda, le gouvernement attribue en partie l effondrement du taux de pauvreté, qui est passé de 57% en 2006 à 45% en 2011, au programme de transferts de fonds et de travaux publics «Vision 2020 Umurenge». En Éthiopie, le programme de filet de sécurité productif, qui couvre un dixième de la population mais ne représente qu un modeste pourcentage du Pib (1.2%), a contribué à la revégétalisation des champs, a permis aux gens d agrandir leurs troupeaux de chèvres et de vaches tout en réduisant leur vulnérabilité face à la sécheresse ou la hausse du prix des denrées alimentaires, tout en réduisant simultanément le volume des versements d urgence. Quoiqu il soit toujours possible d améliorer ces programmes, il ne fait aucun doute qu en plus d aider les gens à améliorer leur état de santé, leur niveau d instruction et leurs perspectives d emploi, ces programmes peuvent également offrir d autres avantages substantiels. Prenons le cas de la Zambie où pas moins d un tiers des transferts de fonds opérés en faveur des ménages les plus démunis affectés par le Vih/sida a été investi dans de petits élevages de bétail, de petites exploitations agricoles ou d autres petites entreprises. Au Lesotho, le programme de subventions en faveur de l enfance a eu des retombées significatives, les transferts de fonds permettant d augmenter le revenu réel des autres membres de la famille de 24% environ. Investir dans la population Aujourd hui, les exemples illustrant la façon dont les filets de protection (et d autres programmes de protection sociale) peuvent aider les gouvernements et les communautés à réduire la pauvreté et les inégalités abondent en Afrique. De tels programmes renforcent également la cohésion sociale et diminuent l instabilité dans les pays figés dans la pauvreté et affectés par les conflits, en dépit, ou peutêtre en raison, de leur richesse en ressources naturelles. Quand la pauvreté recule et que l espoir revient, lorsque les revenus engendrés par les ressources naturelles permettent d envisager la possibilité de changement, les gouvernements font, petit à petit, preuve de plus de responsabilité envers leurs citoyens une défaillance majeure et fréquente dans les États qui sont touchés par des conflits ou qui en sortent. Les programmes de protection sociale dans des environnements fragiles et violents peuvent également contribuer à la stabilisation rapide de situations à haut risque en créant des emplois et en assurant des revenus indispensables aux personnes ravagées par l insécurité et la peur. D une manière générale, les programmes de ce genre peuvent aider les communautés et les familles à reconstruire leurs vies une fois que les armes se sont tues et instaurer la possibilité d une paix durable et régénératrice pour les générations futures. La question de «comment faire en sorte que les richesses dérivées des ressources naturelles profitent à tous les Africains», et non à quelques privilégiés bien connectés, en leur offrant un meilleur accès à l éducation et aux services de santé et de meilleures conditions de vie, se pose donc avec acuité. Ceci contribuera à réduire la pauvreté et accélérer la croissance d économies africaines bien diversifiées dans les années à venir indépendamment du cours des matières premières. Investir dans la population est d autant plus important compte tenu de l explosion démographique des jeunes en Afrique. La nouvelle stratégie de la Banque mondiale axée sur l emploi et la protection sociale, qui résulte en grande partie de consultations effectuées auprès des acteurs intervenant en Afrique ainsi que d enseignements tirés des expériences acquises en Amérique latine et ailleurs, recommande que les gouvernements africains comprennent le vaste potentiel de développement induit par la mise en place de systèmes de protection sociale visant les personnes pauvres et vulnérables dans les pays riches en ressources. La protection sociale est un moyen intelligent, stratégique et efficace de soutenir la remarquable transformation économique et sociale à l œuvre, aujourd hui, dans beaucoup de pays d Afrique Par Makhtar Diop vice-président de la Banque mondiale pour l Afrique Focus 17

5 Conjoncture Fuel subsidies : Cameroon and the Imf at loggerheads Oil : The removal of fuel subsidies not considered Actualités Relations between Cameroon and the International Monetary Fund are strained. This is the least that can be said with regard to the conduct of the recent statutory mission of the Imf in Yaounde. Cameroon's Minister of Economy, Planning and Regional Development, Emmanuel Nganou Djoumessi, recently reaffirmed the position of the Yaounde authorities of the country aside for the moment the possibility of the removal of subsidies for support the price freeze on petroleum products retail, including fuels. Finance Minister, Alamine Ousmane Mey met with other officials, members of the delegation of the Imf. In principle, a press conference was to be held immediately after the meeting. But it did not happen. "Certainly to avoid hard questions", it was commented in the press. Representatives of the Imf are rather went directly to the Star Building, where they met Philemon Yang for nearly two hours. No information, officially, was released about two days of meetings. But corroborating sources, it appears that the sticking point between the two parties for subsidizing fuel prices at the pump. For many months, the Imf and the World Bank recommend that Cameroonian authorities review the policy of subsidies, insofar as it does not achieve its objectives. Since 2008, Cameroon has decided to "freeze" the price and maintain an "affordable level" in order to avoid inflation rates in transport and other costs involved. After 5 years, the government expenditure is estimated at more than 1000 billion Cfa francs to achieve. What does the Imf say that these expenditures are inappropriate and should rather be used to implement "social safety nets" that would rather significantly reduce the poverty rate in the country. Non-feasible option In its May 2013 report on the economic outlook in Africa south of the Sahara, presented on May 11th 2013, the Imf has returned to this question. Considering that energy subsidies in the area are expensive and prevent the realization of spending on social and infrastructure projects that these countries are in need. Only in Cameroon, the government does not yet seem ready to engage this option. Already last year, a lively debate was raised within the company when the authorities had suggested the removal of these subsidies, which would have led to a drastic increase in prices. But the reaction of the whole society, hostile to a likely increase, was that the state reconsiders its "ambitions". The reasons for such a change are, according to many observers, more political than economic. Indeed, the Cameroonian authorities fear a sudden increase in fuel prices at the pump causes other popular uprisings like those in February 2008 when the powers that be had felt weakened. Why, according to a source at the Ministry of Finance, we have asked the IMF to "wait" even before seeing this possibility. We remember also that a joint task Minfi - HSPC (Stabilization Fund oil prices) had visited Senegal to take the experience of this country's lifting of subsidies. And in fact, the State of Cameroon weighs all options before finally deciding on the issue. Where impatience, frustration and even the IMF. Negotiations are to follow Issofa Mbu Les subventions coûtent trois fois plus cher que prévu Le Fonds monétaire international (Fmi) estime que la subvention énergétique a coûté 944 milliards de Fcfa au Cameroun en quatre ans, contre 333 milliards budgétés. Et plaide pour un ajustement à la hausse des prix à la pompe, de manière progressive. «Le coût total de la subvention énergétique sur la période a été de 944 milliards de Fcfa (7,3% du Pib), alors que le coût enregistré dans le budget était de 333 milliards de Fcfa seulement (2,6% du Pib)», ont déclaré Jean Van Houtte et Samah Mazraani, économistes au Fonds monétaire international (Fmi), lors d un séminaire sur le thème des subventions, qui s'est récemment tenu à Yaoundé. Une situation due à l augmentation des cours du brent sur les dix dernières années, tandis que les prix à la pompe sont gelés depuis L Etat se charge en effet de supporter une partie du coût en subventionnant le consommateur et la Société nationale de raffinage (Sonara). Le Fmi note également l'inefficacité du système dans la mesure où cette subvention profiterait surtout aux couches les plus riches de la population. La Sonara en difficultés L une des conséquences au Cameroun est le poids des arriérés accumulés par le Trésor public auprès de la Sonara, soit 210 milliards Fcfa en fin Pour faire face à d incessantes tensions de trésorerie, la Sonara a massivement emprunté auprès des banques. «Les difficultés financières de la Sonara handicapent tout le système bancaire et la relance de la croissance», préviennent les deux économistes qui plaident pour une réforme. Celle-ci passe par un ajustement à la hausse des prix, progressif et régulier, afin de réduire le montant de la subvention, la révision du mode de calcul et la mise en place de programmes sociaux en faveur des pauvres pour rendre la pilule moins amère à avaler Bouba Yankréo "The program of social safety nets has absolutely nothing to do with the policy of subsidizing oil prices. The option now is to remove the subsidy, but we need to strengthen the social protection policy, "said Minister Nganou Djoumessi at a seminar presentation of the strategy of the World Bank's protection Social Africa. Although costly, subsidizing the pump price of petroleum products is a feature of social safety net programs whose goal is to improve the living conditions of some 20.6 million Cameroonians, is it forbidden in response the recommendations of the World Bank and the International Monetary Fund (Imf). Both institutions insist in recent years to the Cameroonian authorities; called to set up truly national program coherent and effective social safety nets, waive this policy, deemed an inappropriate measure that weighs heavily in the form of foregone on public finances and unproductive for social protection for the population. Notes With growth estimated at 5% in 2012 (5.1% according to the authorities of Yaounde) gross domestic product (Gdp), the Cameroonian economy has its main springs of the non-oil sector. But estimates had forecast an increase of about 9% of the oil production, thanks to significant explorations in recent years and increased exploitation to take advantage of current high world oil prices. This growth is expected to continue in 2013 with an additional 9% increase in production, the World Bank noted that regrets that "the National Refining Company, Sonora, accused a shortfall resulting from government policy to freeze prices retailing of petroleum products. " "As we noted in the July 2012 economic Cahiers du Cameroon, the amount budgeted under the compensation shortfall Sonara may be insufficient, the estimated amount required in 2012 amounting to some 450 billion Cfa francs (3.5% of Gdp) instead of 170 billion Cfa francs budgeted, "she says in the new issue of economic Cahiers January While noting that the budgeted revenues of the State are based on the ambitious expectations for economic growth and world oil prices, the agency notes, however, that these revenues "are therefore subject to the risk of revision downward. For example, a decline in world oil prices U.S. $ 10 would result in a contraction of oil revenues by 0.5% of Gdp. " According to the IMF also, the cost of fuel subsidies remains undervalued in the budget, which undermines the transparency and weighed again on the cash flow and budget execution. "A continuation of the policy of freezing fuel prices at the pump would require an estimated 400 billion Cfa francs (approximately 3% of Gdp), while only 220 billion Cfa francs have been budgeted." These grants, she judge favor the rich and are largely ineffective when it comes to protecting the consumption of the poorest. The richest 20% of the population, she said, receive the bulk of subsidies on petrol and diesel. Suggestions "This does not mean that the poor or vulnerable do not have the gel fuel prices at the apple. However, there may be more targeted to provide the same assistance to the poor and vulnerable resources, while paying the full price of petroleum products to those who can afford it, "states the World Bank. Among the suggestions, the urban public transport subsidies and programs targeted social protection are some of the possible paths of reflection, she advises. For their part, the Cameroonian authorities have nonetheless begun discussions with the social partners on the issue considered sensitive, reluctant to take the step of removal because of the risk of social tensions as violent riots recorded in Yaounde, Douala and other cities after a slight increase in fuel prices in February Issofa Mbu 16 5

6 6Actualités Réduire la facture de l'électricité dans les bâtiments publics, améliorer l'efficacité énergétique dans les industries et les services, sensibiliser les ménages aux possibilités d'économiser l'électricité et adapter un cadre institutionnel et réglementaire dans ledit secteur pour y favoriser les économies. Voilà, entre autres, les objectifs visés par le forum d'échanges sur l'efficacité énergétique au Cameroun, qui s'est tenu à Yaoundé. Il était question pour les différents acteurs de pallier les pertes liées au transport de l'électricité évaluées à 6,3 % en Et les pertes globales de distribution, quant à elles, sont estimées à 29%, à cause d'un niveau de fraude et de non-recouvrement important, avec au final, l'insatisfaction du niveau de service à l'usager. Un changement de mentalité s impose C'est pour régler ces dysfonctionnement que le ministère de l'eau et de l'energie (Minee) a instruit une étude en 2003, Energie Electrique : Des pistes pour économiser l'énergie Un forum d'échanges sur l'efficacité énergétique s'est récemment tenu à Yaoundé. La centrale tourne en plein temps 21 Mai 2013 «Les essais d endurance sont en cours depuis le 10 mai 2013, avec fonctionnement sans interruption et à plein régime de la centrale. Depuis cette date, nous livrons entre 100 et 216 Mw au réseau selon la demande. Une prorogation de cette phase a été décidée jusqu au 23 mai pour permettre la finalisation de l ensemble des procédures administratives et contractuelles de mise en service avec l ensemble des parties prenantes», affirme Francis Simb Nag, directeur général de la Kribi Power Development Company. Cette déclaration fait suite aux incidents survenus dans la centrale récemment, avec des perturbations sur la fourniture de l énergie électrique dans le Réseau interconnecté Sud. avec pour agent d'exécution l'agence de régulation du secteur de l'électricité (Arsel), sur les voies et moyens de développement de la productivité et de la compétitivité dudit secteur. Ceci, pour réduire le gap entre l'offre et la demande à l'origine des délestages, des ruptures de service qui ont un impact négatif sur les activités économiques. A ce sujet, cette étude révèle que le cumul d'économies d'énergie pourrait avoisiner 30% de la consommation totale des bâtiments publics. D'où l'urgence de mettre sur pied un forum de dialogue entre les différents acteurs du secteur. Des possibilités d'économie existent effectivement pour les ménages, les bâtiments publics et les industries. A cette occasion, Raul Mateus Paula, ambassadeur, chef de la délégation de l'union européenne (Ue) au Cameroun, a réitéré le soutien de son institution à l'arsel dans la préparation du plan d'action énergétique national. «L'objectif est d'initier et de soutenir un changement de Des quantités d énergies suffisantes En effet, au terme de la réunion du Comité de suivi de l étiage qu a récemment présidée le ministre de l Eau et de l Energie (Minee), Basile Atangana Kouna, à Yaoundé, recommandation a été faite aux différents acteurs du secteur de l électricité, dans le sens de prendre des dispositions pour que la réception provisoire et la mise en service de la centrale à gaz de Kribi interviennent dans les meilleurs délais. Les résultats n ont donc pas tardé. Le directeur général de Aes- Sonel, Jean David Bilé, a rassuré le ministre au cours des échanges sur la résorption des difficultés rencontrées, ces dernières semaines, dans la fourniture de l énergie. Selon Jean David Bilé, toutes les conditions sont désormais réunies pour le démarrage effectif de cette centrale, dont l apport dans la production énergétique du Cameroun est évalué à 216 mégawatts. Des quantités d énergie suffisantes pour assurer un équilibre durable entre la production et la demande d énergie électrique sur le Réseau interconnecté Sud. Au cours du comité d étiage, le ministre a également informé mentalité et de comportement selon différents niveaux», a-t-il rappelé. Dans le même ordre d'idées, Jean-Pierre Kédi, directeur général de l'arsel, a déclaré que cette démarche doit être perçue comme une solution au déséquilibre observé entre l'offre et la demande d'électricité. «Ce forum devrait créer de nouvelles attitudes de consommation, un nouveau réservoir d'énergie utilisable, qui permettrait aux industries d'avoir un meilleur accès à ce facteur de production essentiel et de pouvoir davantage être connectées à l'accès universel à l'énergie», a conclu Jean Pierre Kédi. Cette étude menée par l'arsel grâce à la Facilité de dialogue et de partenariat, est financée par un certain nombre d'etats-membres de l'ue et par la Commission européenne dans le cadre de l'initiative européenne pour l'énergie (Euei) Bouba Yankréo les sociétés Aggreko et Tradex de ce que le payement de leurs arriérés par l Etat est déjà initié. «Le ministre des Finances a convoqué une réunion ce matin pour consolider les montants de ces dettes et établir un plan pour leur apurement», a- t-il précisé. Pour ce qui est de l apport de 100 mégawatts par les quatre centrales du Programme thermique d urgence (Ptu), des mesures sont également en train d être prises par les instances gouvernementales compétentes pour apporter des solutions convenables aux éventuelles préoccupations de fonctionnement.

Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique?

Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique? Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique? Mardi 3 juin 2014 Younes TAZI Directeur Général Agence Marocaine de Développement de la Logistique younes.tazi@amdl.gov.ma

Plus en détail

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Les faits saillants Highlights L état financier du MAMROT est très complexe et fournit de nombreuses informations. Cette

Plus en détail

Chauffage et Climatisation Heating and Air conditioning

Chauffage et Climatisation Heating and Air conditioning Chauffage et Climatisation Heating and Air conditioning Le partenaire de vos exigences The partner of your requirements Spécialiste reconnu de la robinetterie industrielle, SLIMRED est devenu un partenaire

Plus en détail

Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees

Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees For Immediate Release October 10, 2014 Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees The Senate Standing Committee on Banking, Trade, and Commerce resumed hearings

Plus en détail

Prescribed Deposits (Authorized Foreign Banks) Regulations. Règlement sur les dépôts (banques étrangères autorisées)

Prescribed Deposits (Authorized Foreign Banks) Regulations. Règlement sur les dépôts (banques étrangères autorisées) CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Prescribed Deposits (Authorized Foreign Banks) Regulations Règlement sur les dépôts (banques étrangères autorisées) SOR/2000-53 DORS/2000-53 Current to January 25, 2016

Plus en détail

Croissance et développement en Afrique subsaharienne

Croissance et développement en Afrique subsaharienne Croissance et développement en Afrique subsaharienne Thèmes La création de richesses et la croissance économique 2.1 Les finalités de la croissance Le développement économique 2.2 La dynamique de la croissance

Plus en détail

Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations. Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) CONSOLIDATION

Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations. Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) SOR/2002-39 DORS/2002-39 Current to

Plus en détail

Philippe Maystadt European Investment Bank President Visit of the ACP Committee of Ambassadors Luxembourg, July 22 2010

Philippe Maystadt European Investment Bank President Visit of the ACP Committee of Ambassadors Luxembourg, July 22 2010 Philippe Maystadt European Investment Bank President Visit of the ACP Committee of Ambassadors Luxembourg, July 22 2010 Monsieur le Président, Monsieur le Secrétaire Général, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

The potential of the building sector in sustainable and lowcarbon

The potential of the building sector in sustainable and lowcarbon The potential of the building sector in sustainable and lowcarbon strategies Arab Hoballah, UNEP SUSTAINABLE AND COMPETITIVE HOTELS THROUGH ENERGY INNOVATION - NEZEH 2015 L'INNOVATION ÉNERGÉTIQUE AU SERVICE

Plus en détail

Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development. Bil.

Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development. Bil. A usage officiel/for Official Use C(2006)34 C(2006)34 A usage officiel/for Official Use Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development

Plus en détail

Étape 1 Les entreprises versent-elles des paiements directs à des administrations financières?

Étape 1 Les entreprises versent-elles des paiements directs à des administrations financières? Étape 1 Les entreprises versent-elles des paiements directs à des administrations financières? Non Oui Étape 2 Ces paiements sont-ils significatifs? Non Oui Étape 3 Définir une procédure de déclaration

Plus en détail

Design and creativity in French national and regional policies

Design and creativity in French national and regional policies Design and creativity in French national and regional policies p.01 15-06-09 French Innovation policy Distinction between technological innovation and non-technological innovation (including design) French

Plus en détail

RÈGLEMENT RELATIF AU CERTIFICAT D'ARRIÉRÉS D'IMPÔTS R.R.T.N.-O. 1990, ch. P-4. CERTIFICATE OF TAX ARREARS REGULATIONS R.R.N.W.T. 1990,c.

RÈGLEMENT RELATIF AU CERTIFICAT D'ARRIÉRÉS D'IMPÔTS R.R.T.N.-O. 1990, ch. P-4. CERTIFICATE OF TAX ARREARS REGULATIONS R.R.N.W.T. 1990,c. PROPERTY ASSESSMENT AND TAXATION ACT CERTIFICATE OF TAX ARREARS REGULATIONS R.R.N.W.T. 1990,c.P-4 LOI SUR L'ÉVALUATION ET L'IMPÔT FONCIERS RÈGLEMENT RELATIF AU CERTIFICAT D'ARRIÉRÉS D'IMPÔTS R.R.T.N.-O.

Plus en détail

Contribution des industries chimiques

Contribution des industries chimiques Contribution des industries chimiques au débat national sur la transition énergétique Les entreprises de l industrie chimique sont des acteurs clés de la transition énergétique à double titre. D une part,

Plus en détail

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DU RÈGLEMENT RELATIF AU CERTIFICAT D'ARRIÉRÉS D'IMPÔTS R.R.T.N.-O. 1990, ch. P-4

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DU RÈGLEMENT RELATIF AU CERTIFICAT D'ARRIÉRÉS D'IMPÔTS R.R.T.N.-O. 1990, ch. P-4 PROPERTY ASSESSMENT AND TAXATION ACT CONSOLIDATION OF CERTIFICATE OF TAX ARREARS REGULATIONS R.R.N.W.T. 1990,c.P-4 LOI SUR L'ÉVALUATION ET L'IMPÔT FONCIERS CODIFICATION ADMINISTRATIVE DU RÈGLEMENT RELATIF

Plus en détail

Le plan d'investissement Baudouin Regout 11 mai 2015

Le plan d'investissement Baudouin Regout 11 mai 2015 Le plan d'investissement Baudouin Regout 11 mai 2015 Secretariat-General L'examen annuel de la croissance 2015: Le programme de la Commission pour la croissance et l'emploi est fondé sur trois piliers

Plus en détail

PUBLIQUES. FINANCIAL AGREEMENTS AND TRANSACTIONS (PETROLEUM PRODUCT DERIVATIVES) REGULATIONS R-45-2008 In force August 1, 2008

PUBLIQUES. FINANCIAL AGREEMENTS AND TRANSACTIONS (PETROLEUM PRODUCT DERIVATIVES) REGULATIONS R-45-2008 In force August 1, 2008 FINANCIAL ADMINISTRATION ACT LOI SUR LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES FINANCIAL AGREEMENTS AND TRANSACTIONS (PETROLEUM PRODUCT DERIVATIVES) REGULATIONS R-45-2008 In force August 1, 2008 RÈGLEMENT SUR

Plus en détail

Support Orders and Support Provisions (Banks and Authorized Foreign Banks) Regulations

Support Orders and Support Provisions (Banks and Authorized Foreign Banks) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Support Orders and Support Provisions (Banks and Authorized Foreign Banks) Regulations Règlement sur les ordonnances alimentaires et les dispositions alimentaires (banques

Plus en détail

Loi sur le point de service principal du gouvernement du Canada en cas de décès

Loi sur le point de service principal du gouvernement du Canada en cas de décès CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Main Point of Contact with the Government of Canada in case of Death Act Loi sur le point de service principal du gouvernement du Canada en cas de décès S.C. 2015, c.

Plus en détail

Autres termes clés (Other key terms)

Autres termes clés (Other key terms) Autres termes clés (Other key terms) Norme Contrôle qualité des cabinets réalisant des missions d audit ou d examen d états financiers et d autres missions d assurance et de services connexes ( Quality

Plus en détail

TROIS ASPECTS DE LA COMPARAISON ALLEMAGNE-FRANCE SUR L ELECTRICITE

TROIS ASPECTS DE LA COMPARAISON ALLEMAGNE-FRANCE SUR L ELECTRICITE TROIS ASPECTS DE LA COMPARAISON ALLEMAGNE-FRANCE SUR L ELECTRICITE B. Laponche 2 juin 2014 Voir en annexe la présentation de la politique énergétique allemande * 1. Sur la consommation d électricité des

Plus en détail

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39 under the SMALL BUSINESS INVESTOR TAX CREDIT ACT (O.C. 2003-220) Regulation Outline Filed July 29, 2003 Citation........................................... 1 Definition

Plus en détail

ETAT DES LIEUX ET ENJEUX DE L EFFICACITE ENERGETIQUE AU CAMEROUN

ETAT DES LIEUX ET ENJEUX DE L EFFICACITE ENERGETIQUE AU CAMEROUN REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix-Travail-Patrie REPUBLIC OF CAMEROON Peace-Work-Fatherland ATELIER REGIONAL SUR LE CLIMAT ET L ENERGIE EN AFRIQUE CENTRALE Yaoundé du 22 au 24 juillet 2014 ETAT DES LIEUX ET

Plus en détail

LOI SUR LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES MANDAT SPÉCIAL FINANCIAL ADMINISTRATION ACT SPECIAL WARRANT

LOI SUR LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES MANDAT SPÉCIAL FINANCIAL ADMINISTRATION ACT SPECIAL WARRANT SPECIAL WARRANT LOI SUR LA GESTION DES FINANCES PUBLIQUES MANDAT SPÉCIAL Pursuant to subsections 19(2) and (3) of the Financial Administration Act, the Commissioner in Executive Council hereby issues this

Plus en détail

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships A project under the Intelligent Energy Europe programme Contract Number: IEE/10/130 Deliverable Reference: W.P.2.1.3

Plus en détail

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations Initiative d excellence de l université de Bordeaux Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014 Recommandations 2/1 RECOMMANDATIONS DU COMITE STRATEGIQUE Une feuille de route pour le conseil de gestion

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

LOI SUR LE FONDS DU PATRIMOINE DES TERRITOIRES DU NORD-OUEST NORTHWEST TERRITORIES HERITAGE FUND ACT

LOI SUR LE FONDS DU PATRIMOINE DES TERRITOIRES DU NORD-OUEST NORTHWEST TERRITORIES HERITAGE FUND ACT NORTHWEST TERRITORIES HERITAGE FUND ACT NORTHWEST TERRITORIES HERITAGE FUND REGULATIONS R-008-2013 AMENDED BY LOI SUR LE FONDS DU PATRIMOINE DES TERRITOIRES DU NORD-OUEST RÈGLEMENT SUR LE FONDS DU PATRIMOINE

Plus en détail

LA STRATEGIE ENERGETIQUE AU LIBAN

LA STRATEGIE ENERGETIQUE AU LIBAN LA STRATEGIE ENERGETIQUE AU LIBAN Alain Hakim Ministre de l Economie et du Commerce, Liban Maître de conférences à la FGM L'économie Libanaise souffre de plusieurs faiblesses d'ordre structurel. Ces faiblesses

Plus en détail

Dans ce numéro. Archives e-newsletter. Pour nous joindre. English to follow.

Dans ce numéro. Archives e-newsletter. Pour nous joindre. English to follow. English to follow. Dans ce numéro L OSBI présente les statistiques du deuxième trimestre L Ombudsman des services bancaires et d investissement (OSBI) présente aujourd hui les statistiques du deuxième

Plus en détail

Règlement sur le Compte néoécossais. Nova Scotia Offshore Revenue Account Regulations. extracôtières

Règlement sur le Compte néoécossais. Nova Scotia Offshore Revenue Account Regulations. extracôtières CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Nova Scotia Offshore Revenue Account Regulations Règlement sur le Compte néoécossais des recettes extracôtières SOR/93-441 DORS/93-441 Current to December 10, 2015 À jour

Plus en détail

DIVERSITÉ ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE: LES CLÉS POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE DES RÉSEAUX INDUSTRIELS ET COMMUNAUTAIRES AUTONOMES DU NORD

DIVERSITÉ ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE: LES CLÉS POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE DES RÉSEAUX INDUSTRIELS ET COMMUNAUTAIRES AUTONOMES DU NORD DIVERSITÉ ET EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE: LES CLÉS POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE DES RÉSEAUX INDUSTRIELS ET COMMUNAUTAIRES AUTONOMES DU NORD Désenclavement nordique du pétrole par un jumelage éolien - micrognl

Plus en détail

Extraordinary Summit of Heads of State and Government on Maritime Security and Development for Africa

Extraordinary Summit of Heads of State and Government on Maritime Security and Development for Africa Session extraordinaire des Chefs d Etat et de gouvernement de l Union Africaine sur la sécurité maritime et le développement en Afrique Sous le Haut Patronage de S.E.M. Faure Essozimna Gnassingbé, Président

Plus en détail

Résumé. La transformation du système de crédit du Brésil. Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil?

Résumé. La transformation du système de crédit du Brésil. Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil? Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil? Résumé de recherche : Affectation de crédit pour l'investissement, la stabilité et la croissance : Leçons tirées

Plus en détail

In this issue: Newsletter archive. How to reach us. Le français suit.

In this issue: Newsletter archive. How to reach us. Le français suit. Le français suit. The Ombudsman for Banking Services and Investments (OBSI) today released its complaint statistics for the first quarter of its 2011 fiscal year (November 1, 2010 to January 31, 2011).

Plus en détail

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Le scénario de référence L'étude WETO (World energy, technology and climate policy outlook) présente

Plus en détail

In this issue: Newsletter archive. How to reach us. Le français suit.

In this issue: Newsletter archive. How to reach us. Le français suit. Le français suit. The Ombudsman for Banking Services and Investments (OBSI) today released its complaint statistics for the fourth quarter of its 2010 fiscal year (August 1, 2010 to October 31, 2010).

Plus en détail

Les infrastructures des municipalités s effondrent partout au Canada. Canada s cities and towns are crumbling around us

Les infrastructures des municipalités s effondrent partout au Canada. Canada s cities and towns are crumbling around us SKILLED TRADES PLATFORM 2015 PLATEFORME DES MÉTIERS SPÉCIALISÉS 2015 Canada s cities and towns are crumbling around us Canada needs a comprehensive integrated infrastructure program that will eliminate

Plus en détail

Le Cameroun face au défi de l accès à l énergie électrique

Le Cameroun face au défi de l accès à l énergie électrique Le Cameroun face au défi de l accès à l énergie électrique Communication du Directeur Général D ENEO Cameroon S.A. à la 4è assise de l université du GICAM sur le thème: «L Entreprise Offensive» DOUALA

Plus en détail

Hydro-Québec Distribution

Hydro-Québec Distribution Hydro-Québec Distribution 2004 Distribution Tariff Application Demande R-3541-2004 Request No. 1 Reference: HQD-5, Document 3, Page 6 Information Requests HQD says that it will be required to buy energy

Plus en détail

Société en commandite Gaz Métro

Société en commandite Gaz Métro RÉPONSE DE SOCIÉTÉ EN COMMANDITE GAZ MÉTRO (GAZ MÉTRO) À LA DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS N O 2 DE M. PAUL CHERNICK, EXPERT POUR LE REGROUPEMENT DES ORGANISMES ENVIRONNEMENTAUX EN ÉNERGIE (ROEÉ) ET L UNION

Plus en détail

GLOBAL FORUM London, October 24 & 25, 2012

GLOBAL FORUM London, October 24 & 25, 2012 GLOBAL FORUM London, October 24 & 25, 2012-1 - Content REDUCING FLARING AND DEVELOPMENT OF GAS IN THE REPUBLIC OF CONGO REDUCTION DU TORCHAGE ET VALORISATION DU GAZ EN REPUBLIQUE DU CONGO - 2 - Content

Plus en détail

Nova Scotia Offshore Revenue Account Regulations. Règlement sur le Compte néo-écossais des recettes extracôtières CONSOLIDATION CODIFICATION

Nova Scotia Offshore Revenue Account Regulations. Règlement sur le Compte néo-écossais des recettes extracôtières CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Nova Scotia Offshore Revenue Account Regulations Règlement sur le Compte néo-écossais des recettes extracôtières SOR/93-441 DORS/93-441 Current to October 27, 2015 À jour

Plus en détail

BILL C-539 PROJET DE LOI C-539 C-539 C-539 HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA. An Act to promote local foods

BILL C-539 PROJET DE LOI C-539 C-539 C-539 HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA. An Act to promote local foods C-539 C-539 First Session, Forty-first Parliament, Première session, quarante et unième législature, HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA BILL C-539 PROJET DE LOI C-539 An Act to promote

Plus en détail

COMMUNICATION EN CONSEIL DES MINISTRES

COMMUNICATION EN CONSEIL DES MINISTRES REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union-Discipline-Travail MINISTERE DES MINES ET DE L ENERGIE MINISTERE DE L'ECONOMIE ET DES FINANCES COMMUNICATION EN CONSEIL DES MINISTRES Objet : Informations du secteur énergie

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.1. VUE D ENSEMBLE Après le vif redressement enregistré

Plus en détail

Objet : Feux de forêt sur le territoire de la Paix des Braves

Objet : Feux de forêt sur le territoire de la Paix des Braves Sainte-Foy, le 16 juin 2005 Monsieur Pierre Corbeil Ministre 600-0117 Cabinet du Ministre des Ressources naturelles, de la faune 5700, 4 e avenue ouest Bureau A-308 Charlesbourg (Québec) G1H 6R1 Objet

Plus en détail

Mobile Offshore Drilling Units Remissions Order, 2004. Décret de remise concernant les unités mobiles de forage au lare (2004) CODIFICATION

Mobile Offshore Drilling Units Remissions Order, 2004. Décret de remise concernant les unités mobiles de forage au lare (2004) CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Mobile Offshore Drilling Units Remissions Order, 2004 Décret de remise concernant les unités mobiles de forage au lare (2004) SOR/2004-07 DORS/2004-07 Current to November

Plus en détail

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking European Commission DG MARKT Unit 02 Rue de Spa, 2 1049 Brussels Belgium markt-consultation-shadow-banking@ec.europa.eu 14 th June 2012 Natixis Asset Management Response to the European Commission Green

Plus en détail

MONACO ECONOMIE. Clean Equity. 12 000 ex. Trimestrielle

MONACO ECONOMIE. Clean Equity. 12 000 ex. Trimestrielle MONACO ECONOMIE Clean Equity 12 000 ex Trimestrielle De mars à juin 2011 MONACO ECONOMIE Clean Equity 12 000 ex Trimestrielle De mars à juin 2011 Monaco: Despite a tough 18 months the passion is there

Plus en détail

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée.

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. Il y a trois approches possibles du produit intérieur brut : Optique de la production Optique

Plus en détail

Regulatory Capital (Insurance Companies) Regulations. Règlement sur le capital réglementaire (sociétés d assurances) CONSOLIDATION CODIFICATION

Regulatory Capital (Insurance Companies) Regulations. Règlement sur le capital réglementaire (sociétés d assurances) CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Regulatory Capital (Insurance Companies) Regulations Règlement sur le capital réglementaire (sociétés d assurances) SOR/92-529 DORS/92-529 Current to September 30, 2015

Plus en détail

PROGRAMME VILLES VERTES

PROGRAMME VILLES VERTES PROGRAMME VILLES VERTES FINALITÉ DU PROGRAMME L OCDE a lancé un programme intitulé Villes vertes afin d évaluer dans quelle mesure les politiques de croissance verte au sein des villes et de développement

Plus en détail

Application Form/ Formulaire de demande

Application Form/ Formulaire de demande Application Form/ Formulaire de demande Ecosystem Approaches to Health: Summer Workshop and Field school Approches écosystémiques de la santé: Atelier intensif et stage d été Please submit your application

Plus en détail

Haslingden High School French Y8 Block C Set 1 HOMEWORK BOOKLET

Haslingden High School French Y8 Block C Set 1 HOMEWORK BOOKLET Haslingden High School French Y8 Block C Set 1 HOMEWORK BOOKLET Name: Form: Subject Teacher: Date Given: Date to Hand in: Level: Effort: House Points: Comment: Target: Parent / Guardian Comment: Complete

Plus en détail

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040 The Outlook for Energy: A View to 24 highlights Les Perspectives Énergétiques à l horizon 24 ExxonMobil vous présente dans ses Perspectives Énergétiques sa vision à long terme de notre avenir énergétique.

Plus en détail

ARRÊTÉ N A-10 BY-LAW NO. A-10 ARRÊTÉ CONCERNANT LE DIRECTEUR GÉNÉRAL. 1. Purpose. 2. Title

ARRÊTÉ N A-10 BY-LAW NO. A-10 ARRÊTÉ CONCERNANT LE DIRECTEUR GÉNÉRAL. 1. Purpose. 2. Title ARRÊTÉ N A-10 BY-LAW NO. A-10 ARRÊTÉ CONCERNANT LE DIRECTEUR GÉNÉRAL A BY-LAW CONCERNING THE CHIEF ADMINISTRATIVE OFFICER En vertu de l autorité que lui confère la Loi sur les municipalités, L.R.N.-B.

Plus en détail

Interest Rate for Customs Purposes Regulations. Règlement sur le taux d intérêt aux fins des douanes CONSOLIDATION CODIFICATION

Interest Rate for Customs Purposes Regulations. Règlement sur le taux d intérêt aux fins des douanes CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Interest Rate for Customs Purposes Regulations Règlement sur le taux d intérêt aux fins des douanes SOR/86-1121 DORS/86-1121 Current to August 4, 2015 À jour au 4 août

Plus en détail

Nouveautés printemps 2013

Nouveautés printemps 2013 » English Se désinscrire de la liste Nouveautés printemps 2013 19 mars 2013 Dans ce Flash Info, vous trouverez une description des nouveautés et mises à jour des produits La Capitale pour le printemps

Plus en détail

2 players Ages 8+ Note: Please keep these instructions for future reference. WARNING. CHOKING HAZARD. Small parts. Not for children under 3 years.

2 players Ages 8+ Note: Please keep these instructions for future reference. WARNING. CHOKING HAZARD. Small parts. Not for children under 3 years. Linja Game Rules 2 players Ages 8+ Published under license from FoxMind Games NV, by: FoxMind Games BV Stadhouderskade 125hs Amsterdam, The Netherlands Distribution in North America: FoxMind USA 2710 Thomes

Plus en détail

Members' Salaries Regulation, amendment. Règlement modifiant le Règlement sur les traitements des députés

Members' Salaries Regulation, amendment. Règlement modifiant le Règlement sur les traitements des députés THE LEGISLATIVE ASSEMBLY ACT (C.C.S.M. c. L110) Members' Salaries Regulation, amendment LOI SUR L'ASSEMBLÉE LÉGISLATIVE (c. L110 de la C.P.L.M.) Règlement modifiant le Règlement sur les traitements des

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

ALGERIA / ALGÉRIE Accord Algérie - Canada

ALGERIA / ALGÉRIE Accord Algérie - Canada 2. Public funding for the industry 2. Les aides publiques à l industrie 2.5. International cooperation 2.5. Coopération internationale 2.5.1. Co-production agreements 2.5.1. Accords de coproduction 2.5.1.6.

Plus en détail

6. Les désastres environnementaux sont plus fréquents. 7. On ne recycle pas ses déchets ménagers. 8. Il faut prendre une douche au lieu d un bain.

6. Les désastres environnementaux sont plus fréquents. 7. On ne recycle pas ses déchets ménagers. 8. Il faut prendre une douche au lieu d un bain. 1. Notre planète est menacée! 2. Il faut faire quelque chose! 3. On devrait faire quelque chose. 4. Il y a trop de circulation en ville. 5. L air est pollué. 6. Les désastres environnementaux sont plus

Plus en détail

OBJECTIFS 2015-2016 DU ROTARY INTERNATIONAL

OBJECTIFS 2015-2016 DU ROTARY INTERNATIONAL 1 OBJECTIFS 2015-2016 DU ROTARY INTERNATIONAL 2 OBJECTIFS 2015-2016 RI / RI s OBJECTIVES 2015-2016 Pour l année 2015-2016, le Président Ravi a choisi des objectifs dont les résultats sont mesurables par

Plus en détail

GAZA AFFAMÉE?! GAZA HUNGRY?!

GAZA AFFAMÉE?! GAZA HUNGRY?! Parce qu une image vaut mille mots, voici une série de photos de Gaza prises postérieurement au conflit de 2009, le «camp de concentration à ciel ouvert» comme l évoquent les médias. Attention, ces images

Plus en détail

Canadian Worker Co-op Federation Annual General Meeting/Assemblé Générale Annuelle October/Octobre 30, 2015

Canadian Worker Co-op Federation Annual General Meeting/Assemblé Générale Annuelle October/Octobre 30, 2015 Annual General Meeting/Assemblé Générale Annuelle October/Octobre 30, 2015 How can you improve your co-op s bottom line? Comment pouvez-vous améliorer le revenu net de votre coopérative? How can you raise

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

Panorama des bonnes pratiques de reporting «corruption»

Panorama des bonnes pratiques de reporting «corruption» Panorama des bonnes pratiques de reporting «corruption» L inventaire ci-après, présente des bonnes pratiques des entreprises du CAC40 ainsi que des bonnes pratiques étrangères et, est organisé dans l ordre

Plus en détail

JUSTICE BY ANY OTHER NAME? LES MÉCANISMES DE PLAINTE DES BANQUES DE DÉVELOPPEMENT

JUSTICE BY ANY OTHER NAME? LES MÉCANISMES DE PLAINTE DES BANQUES DE DÉVELOPPEMENT Centre d Etudes et de Recherches Internationales et Communautaires (CERIC), UMR 7318 CNRS / Aix-Marseille University JUSTICE BY ANY OTHER NAME? LES MÉCANISMES DE PLAINTE DES BANQUES DE DÉVELOPPEMENT Vanessa

Plus en détail

Archived Content. Contenu archivé

Archived Content. Contenu archivé ARCHIVED - Archiving Content ARCHIVÉE - Contenu archivé Archived Content Contenu archivé Information identified as archived is provided for reference, research or recordkeeping purposes. It is not subject

Plus en détail

Se préparer au prochain choc

Se préparer au prochain choc Se préparer au prochain choc Thomas Baunsgaard Chef de division adjoint (F1), Département des finances publiques Forum fiscal africain 9 et 1 novembre 211 Le Cap 1 D où pourront provenir les prochains

Plus en détail

09/2011. Thierry Lemerle Directeur Général adjoint Pole Emploi, France

09/2011. Thierry Lemerle Directeur Général adjoint Pole Emploi, France Thierry Lemerle Directeur Général adjoint Pole Emploi, France Missions Registration Information Payment of allowances Support for job seekers Assistance to companies for their recruitment Establishment

Plus en détail

Négociation d actions dans votre compte d actionnariat (Stock Plan Account)

Négociation d actions dans votre compte d actionnariat (Stock Plan Account) FranÇais - French Négociation d actions dans votre compte d actionnariat (Stock Plan Account) Suivez les étapes ci-dessous pour placer une offre afin de vendre les actions de votre société.* Avant de placer

Plus en détail

APPENDIX 6 BONUS RING FORMAT

APPENDIX 6 BONUS RING FORMAT #4 EN FRANÇAIS CI-DESSOUS Preamble and Justification This motion is being presented to the membership as an alternative format for clubs to use to encourage increased entries, both in areas where the exhibitor

Plus en détail

INDIVIDUALS AND LEGAL ENTITIES: If the dividends have not been paid yet, you may be eligible for the simplified procedure.

INDIVIDUALS AND LEGAL ENTITIES: If the dividends have not been paid yet, you may be eligible for the simplified procedure. Recipient s name 5001-EN For use by the foreign tax authority CALCULATION OF WITHHOLDING TAX ON DIVIDENDS Attachment to Form 5000 12816*01 INDIVIDUALS AND LEGAL ENTITIES: If the dividends have not been

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL

MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL Janvier 2013 CGIAR Climate AFTP4 Région Afrique Banque mondiale Sommaire Préambule... 3 RESUME... 4 1. Contexte politique... 5 2. Situation économique en 2012... 5 Croissance...

Plus en détail

LONDON NOTICE No. 3565

LONDON NOTICE No. 3565 EURONEXT DERIVATIVES MARKETS LONDON NOTICE No. 3565 ISSUE DATE: 15 February 2012 EFFECTIVE DATE: 12 March 2012 FTSE 100 INDEX FUTURES CONTRACT THREE MONTH EURO (EURIBOR) INTEREST RATE FUTURES CONTRACT

Plus en détail

Programme d'efficacité énergétique dans les bâtiments

Programme d'efficacité énergétique dans les bâtiments Programme d'efficacité énergétique dans les bâtiments Vincent Kitio Chef, Unité Énergie Urbaine Département des Services Urbains de Base ONU-Habitat Sommaire de la présentation Le Mandat d'onu-habitat;

Plus en détail

Regulatory Capital (Cooperative Credit Associations) Regulations. Règlement sur le capital réglementaire (associations coopératives de crédit)

Regulatory Capital (Cooperative Credit Associations) Regulations. Règlement sur le capital réglementaire (associations coopératives de crédit) CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Regulatory Capital (Cooperative Credit Associations) Regulations Règlement sur le capital réglementaire (associations coopératives de crédit) SOR/92-528 DORS/92-528 Current

Plus en détail

La transition énergétique L Energiewende allemande Craig Morris et Martin Pehnt 2012

La transition énergétique L Energiewende allemande Craig Morris et Martin Pehnt 2012 Observatoire du Management Alternatif Alternative Management Observatory Fiche de lecture La transition énergétique L Energiewende allemande Craig Morris et Martin Pehnt 2012 Elie Simon Octobre 2014 Majeure

Plus en détail

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015)

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) CONJONCTURE ECONOMIQUE, FINANCIERE ET MONETAIRE DES ETATS MEMBRES DE LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET

Plus en détail

Prix du pétrole : A moyen terme, les cours ne devraient pas baisser

Prix du pétrole : A moyen terme, les cours ne devraient pas baisser 27 juin 2012 Prix du pétrole : A moyen terme, les cours ne devraient pas baisser Le cours du pétrole a toujours fait l objet de fortes fluctuations qui ne reflètent pas nécessairement les perspectives

Plus en détail

stratégie énergétique pour le Canada

stratégie énergétique pour le Canada L électricité : au cœur d une stratégie énergétique pour le Canada VERSION 2.0 www.electricite.ca Publié en juillet 2012. Association canadienne de l électricité, 2012. Tous droits réservés. Also available

Plus en détail

et financement de projets

et financement de projets Atelier 15 Développement du raffinage et financement de projets Peut-on encore financer l industrie du raffinage en Europe? Régis Collieux Senior Oil Analyst Due Diligence & Market Intelligence 1 Quelles

Plus en détail

CALCUL DE LA CONTRIBUTION - FONDS VERT Budget 2008/2009

CALCUL DE LA CONTRIBUTION - FONDS VERT Budget 2008/2009 Société en commandite Gaz Métro CALCUL DE LA CONTRIBUTION - FONDS VERT Budget 2008/2009 Taux de la contribution au Fonds vert au 1 er janvier 2009 Description Volume Coûts Taux 10³m³ 000 $ /m³ (1) (2)

Plus en détail

Vincent van Steenberghe

Vincent van Steenberghe LES OUTILS D EVALUATION DES IMPACTS ECONOMIQUES DE LA TRANSITION BAS CARBONE: ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES Vincent van Steenberghe SPF Environnement- Service Changements Climatiques Congrès des Economistes

Plus en détail

L intégration socioscolaire des jeunes Québécois d origine chinoise : le rôle des écoles ethniques complémentaires

L intégration socioscolaire des jeunes Québécois d origine chinoise : le rôle des écoles ethniques complémentaires L intégration socioscolaire des jeunes Québécois d origine chinoise : le rôle des écoles ethniques complémentaires Ming Sun Université de Montréal Haï Thach École Chinoise (Mandarin) de Montréal Introduction

Plus en détail

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Le capital Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs social capital An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Présentation des participants participants presentation Fondation Dufresne et Gauthier

Plus en détail

Against the government s intention to increase the royalties paid by mining companies.

Against the government s intention to increase the royalties paid by mining companies. PRESS RELEASE For immediate release Regional mobilization Against the government s intention to increase the royalties paid by mining companies. Rouyn-Noranda, March 13, 2013- Since the decisions to be

Plus en détail

15 Les Fonds Petroliers

15 Les Fonds Petroliers CHAPTER IV OIL POLICY IN THE GULF OF GUINEA 15 Les Fonds Petroliers By Albert Yama Nkounga I. Introduction 1. La vulnérabilité des économies des pays producteurs de pétrole aux fluctuations à la baisse

Plus en détail

BILL 9 PROJET DE LOI 9

BILL 9 PROJET DE LOI 9 Bill 9 Government Bill Projet de loi 9 Projet de loi du gouvernement 1 st Session, 40 th Legislature, Manitoba, 61 Elizabeth II, 2012 1 re session, 40 e législature, Manitoba, 61 Elizabeth II, 2012 BILL

Plus en détail

MANITOBA TRADE AND INVESTMENT CORPORATION ANNUAL REPORT 2010/11 SOCIÉTÉ DU COMMERCE ET DE L'INVESTISSEMENT DU MANITOBA RAPPORT ANNUEL 2010/11

MANITOBA TRADE AND INVESTMENT CORPORATION ANNUAL REPORT 2010/11 SOCIÉTÉ DU COMMERCE ET DE L'INVESTISSEMENT DU MANITOBA RAPPORT ANNUEL 2010/11 MANITOBA TRADE AND INVESTMENT CORPORATION ANNUAL REPORT 2010/11 SOCIÉTÉ DU COMMERCE ET DE L'INVESTISSEMENT DU MANITOBA RAPPORT ANNUEL 2010/11 Board of Directors Conseil d administration Hugh Eliasson Chair

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. Accompagnant le document

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. Accompagnant le document COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 19.12.2011 SEC(2011) 1611 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT Accompagnant le document Proposition de règlement du Parlement

Plus en détail

Microéconomie vs Macroéconomie

Microéconomie vs Macroéconomie CONCLUSION Microéconomie vs Macroéconomie Concept commun de base des ressources limitées pour satisfaire des besoins illimités Microéconomie Macroéconomie But : comprendre le processus de décision des

Plus en détail

Safety Management Regulations. Règlement sur la gestion pour la sécurité de l'exploitation des bâtiments CODIFICATION CONSOLIDATION

Safety Management Regulations. Règlement sur la gestion pour la sécurité de l'exploitation des bâtiments CODIFICATION CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Safety Management Regulations Règlement sur la gestion pour la sécurité de l'exploitation des bâtiments SOR/98-348 DORS/98-348 Current to May 11, 2015 À jour au 11 mai

Plus en détail

ARCHIVES REGULATIONS R-026-2008 In force May 1, 2008. RÈGLEMENT SUR LES ARCHIVES R-026-2008 En vigueur le 1 er mai 2008 INCLUDING AMENDMENTS MADE BY

ARCHIVES REGULATIONS R-026-2008 In force May 1, 2008. RÈGLEMENT SUR LES ARCHIVES R-026-2008 En vigueur le 1 er mai 2008 INCLUDING AMENDMENTS MADE BY ARCHIVES ACT LOI SUR LES ARCHIVES ARCHIVES REGULATIONS R-026-2008 In force May 1, 2008 RÈGLEMENT SUR LES ARCHIVES R-026-2008 En vigueur le 1 er mai 2008 INCLUDING AMENDMENTS MADE BY MODIFIÉ PAR This consolidation

Plus en détail

L ESPACE À TRAVERS LE REGARD DES FEMMES. European Economic and Social Committee Comité économique et social européen

L ESPACE À TRAVERS LE REGARD DES FEMMES. European Economic and Social Committee Comité économique et social européen L ESPACE À TRAVERS LE REGARD DES FEMMES 13 European Economic and Social Committee Comité économique et social européen 13 This publication is part of a series of catalogues published in the context of

Plus en détail