La sexualité et la contraception chez les jeunes Champardennais

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La sexualité et la contraception chez les jeunes Champardennais"

Transcription

1 Baromètre santé jeunes La sexualité et la contraception chez les jeunes Champardennais Généralement, les premiers sentiments amoureux et l éveil de la sexualité apparaissent à l adolescence. Ce moment de la vie comprend aussi le passage à la sexualité adulte et le nécessaire apprentissage des risques et des comportements préventifs. Les indicateurs présentés tout au long de ce document résultent de l enquête Baromètre santé jeunes (portent sur un échantillon de individus) : la vie affective, l entrée dans la sexualité, le nombre de partenaires des jeunes Champardennais sont les thèmes abordés en premier lieu. Dans un second temps, la question de l utilisation de la contraception permettra de connaître les méthodes utilisées par les jeunes actuellement et le recours à la contraception d urgence. Les grossesses et les IVG font aussi l objet d un traitement à part entière. Enfin, les comportements de consommation de tabac et d alcool en situation de grossesse, la contraception d urgence, la réalisation du test du dépistage du SIDA et la connaissance de la part des jeunes ayant été touchés par une maladie ou une infection sexuellement transmissible permettent de contextualiser l aspect médical de la vie sexuelle des jeunes Champardennais. Des comparaisons avec les résultats obtenus en France métropolitaine et plus particulièrement en Picardie, région frontalière, permettent de mieux situer la Champagne-Ardenne. Enfin, lorsque cela est possible 1, l évolution entre les résultats des Baromètre Santé Jeunes 2005 et est présentée. 1 Le questionnaire ayant évolué entre 2005 et, seuls les indicateurs strictement comparables ont été inscrits dans le présent document. Introduction et synthèse Vie affective Entrée dans la sexualité Sexualité au cours des 12 derniers mois. 4 Contraception Grossesse Interruption volontaire de grossesse Grossesse, tabac et alcool Contraception d urgence Consultations médicales liées à la sexualité 6 Méthodologie Synthèse En, plus d un jeune Champardennais âgé de 15 à 25 ans sur deux déclare avoir une relation amoureuse stable (53,5 %). En ce qui concerne l entrée dans la vie sexuelle, l âge médian est de 16 ans, soit un an de moins qu en Le recours à un moyen de contraception pour éviter une grossesse lors du premier rapport sexuel est plutôt ancrée dans les mœurs, plus de neuf jeunes Champardennais sur dix ayant indiqué en avoir utilisé un. En outre, le préservatif masculin reste le moyen de contraception le plus utilisé lors du premier rapport sexuel. Il est ainsi plus utilisé en région qu en France métropolitaine et sa pratique a augmenté au cours des cinq dernières années (89,0 % en 2005 et 93,6 % en en Champagne-Ardenne). Plus de neuf jeunes Champardennais sur dix ont eu une sexualité active au cours des 12 mois précédant l enquête. Parmi les jeunes femmes ayant un partenaire, 87,3 % ont eu recours à un moyen de contraception pour éviter une grossesse. La pilule arrive en tête des contraceptifs utilisés devant le préservatif masculin. Ce recours à la pilule est plus important en Champagne-Ardenne que dans le reste de la France (75,6 % contre 63,4 %). La prise de la contraception d urgence a, quant à elle, connu une augmentation passant de 23,1 % d utilisatrices en 2005 à 34,3 % en ; ce qui est toutefois bien moins qu en France (41,7 %). En outre, plus d une jeune fille sur cinq n a jamais consulté de médecin pour des raisons gynécologiques ou liées à la contraception, ce qui est inférieur au niveau national (20,4 % contre 24,2 %). La proportion de jeunes filles ayant déjà eu un frottis vaginal est proche de ce qui est observé en France métropolitaine (49,6 % contre 48,7 %). Moins d une jeune Champardennaise sur dix a déjà été enceinte au cours de sa vie, ce qui est moins qu au niveau national (9,2 % et 11,7 %). Par ailleurs, seules 4,9% des jeunes femmes sexuellement actives ont déjà eu recours à une interruption volontaire de grossesse (contre 6,4 % en France métropolitaine). En, la jeunesse Champardennaise déclare plus souvent avoir déjà eu une première expérience sexuelle (+8,8 points par rapport à 2005). D ailleurs en, la part des jeunes Champardennais ayant déjà eu un rapport sexuel est plus importante qu en Picardie (+4,8 points) et très légèrement plus élevée qu en France (+1,8 points écart non significatif). Ils ont plus souvent utilisé un préservatif (masculin ou féminin) lors du premier rapport sexuel que leurs homologues français (+4,1 points). De même, avec le ou les premiers rapports sur les 12 derniers mois, les jeunes Champardennais semblent davantage se servir du préservatif même si les écarts ne sont pas significatifs. La Champagne-Ardenne se démarque significativement du niveau national par une proportion plus faible de jeunes à sexualité active ayant déjà réalisé un test de dépistage du Sida (41,2 % contre 46,7 %). Par ailleurs, 3,8 % des jeunes Champardennais ont eu une maladie ou une infection sexuellement transmissible au cours des cinq années précédant l enquête. Cette proportion est plus faible qu au niveau national (5,5 %).

2 2009 Baromètre santé nutrition Baromètre santé jeunes Vie affective Dans cette partie, la vie affective renvoie au fait d avoir une relation amoureuse stable suivant la perception des personnes enquêtées. Figure 1 : Avoir une relation amoureuse stable (en %) selon le sexe et l âge (N=1 292) Source : Enquête Baromètre santé jeunes Champagne-Ardenne Champ : jeunes résidents de Champagne-Ardenne âgés de 15 à 25 ans. Au moment de l enquête, 53,5 % des jeunes Champardennais de 15 à 25 ans considèrent avoir une relation amoureuse stable (N=1 292). Les filles sont significativement plus nombreuses que les garçons à déclarer entretenir ce type de relation (63,0 % contre 44,6 %). Le fait d avoir une relation amoureuse stable varie selon l âge, allant de 32,4 % pour les jeunes Champardennais de 15 à 16 ans à 72,3% pour les ans. De plus, à âge égal, des variations existent entre les filles et les garçons (fig.1). Ainsi, les filles de 15 à 16 ans sont 34,3 % à avoir une relation amoureuse stable. Cette proportion passe à 58,3 % à ans et restera toujours supérieure à 50,0 % de 19 ans à 25 ans. En revanche, chez les garçons, le fait d avoir une relation amoureuse stable connaît des variations plus importantes : ils sont 30,5 % à ans à avoir ce type de relation, 40,4 % à ans, 34,2 % à ans. Finalement ce n est qu à l âge de ans que plus d un garçon sur deux dit avoir une relation amoureuse stable (62,4 %). En comparant les résultats du Baromètre santé de la Champagne-Ardenne à ceux de la France et de la Picardie, il apparaît que la proportion de jeunes de 15 à 25 ans ayant une relation amoureuse stable est significativement plus importante en Champagne-Ardenne qu au niveau national (53,5 % contre 50,5 %). Aucune différence significative n a pu être mise en évidence avec la Picardie (52,8 %). Entrée dans la sexualité adulte 2 Parallèlement à une relation amoureuse stable, les jeunes Champardennais ont leurs premiers rapports sexuels. Cette partie «Entrée dans la sexualité adulte» permet de connaître la proportion de jeunes ayant déjà eu des rapports sexuels, le type de relations, l âge médian au premier rapport et le moyen de contraception utilisé lors de ce premier rapport. En Champagne-Ardenne, 75,2 % des jeunes interrogés déclarent avoir déjà eu des rapports sexuels. Parmi ces jeunes ayant une vie sexuelle active, 96,7 % ont déclaré avoir eu uniquement des relations hétérosexuelles, 0,6 % uniquement des relations homosexuelles et 2,7 % des relations avec des partenaires de l un ou l autre sexe. Aucune différence entre les filles et les garçons n a pu être établie concernant l activité sexuelle (fig.2). Ils sont respectivement 74,2 % et 75,9 % à avoir déjà eu des rapports sexuels. La proportion de jeunes ayant déjà eu des rapports sexuels augmente avec l âge passant de 27,3 % pour ceux ayant 15 ans à 62,3 % pour ceux ayant 17 ans, 83,4 % pour les jeunes de 20 ans et 100,0 % pour ceux âgés de 25 ans. Quelques informations sur le premier rapport L âge médian au premier rapport sexuel est de 16 ans (minimum 11 ans et maximum 23 ans) (fig.3) : 16 ans pour les garçons et 17 ans pour les filles. Par ailleurs, plus de trois quarts des jeunes (78,6 %) ont eu leur premier rapport sexuel entre 15 et 18 ans. Toutefois, l âge médian 2 au premier rapport sexuel augmente avec le niveau de diplôme de la personne interrogée. Ainsi, il est de 15 ans pour les jeunes Champardennais n ayant pas de diplôme, de 16 ans pour ceux titulaires du BEPC, d un CAP ou d un BEP. Il est de 17 ans pour les jeunes ayant le Bac (quel qu il soit) ou un niveau supérieur, à l exception de ceux ayant un Bac + 4 ou un diplôme d une grande école pour lesquels l âge médian est de 18 ans. En outre, pour 94,2 % des jeunes, ce premier rapport sexuel était quelque chose «qu ils souhaitaient à ce moment-là». Toutefois, 5,3 % déclarent que c était quelque chose «qu ils avaient accepté mais qu ils ne souhaitaient pas vraiment» et pour 0,5 % d entre eux, quelque chose «qu ils ont été forcés de faire». 2 L âge médian est l âge «x» tel qu il divise une population en deux groupes d effectifs égaux, l un composé uniquement des individus d âge supérieur ou égal à «x», l autre des individus d âge inférieur ou égal à «x». Figure 2 : Jeunes ayant déjà eu des relations sexuelles (en %) selon le sexe et l âge (N=972) Champ : 972 jeunes résidents de Champagne-Ardenne âgés de 15 à 25 ans ayant déjà eu un rapport sexuel au cours de leur vie. Figure 3 : Répartition des jeunes ayant déjà eu un rapport sexuel (en %) selon leur âge lors du premier rapport sexuel (N=972) Champ : 972 jeunes résidents de Champagne-Ardenne âgés de 15 à 25 ans ayant déjà eu un rapport sexuel au cours de leur vie.

3 Baromètre santé jeunes Baromètre santé nutrition 2009 Lors de ce premier rapport, 94,5 % des jeunes ont utilisé un moyen de contraception pour éviter une grossesse 3. Ainsi, 93,6 % des jeunes (ou leur partenaire) ont eu recours au préservatif masculin, 49,3 % à la pilule, 1,0 % à la pilule du lendemain, 0,9 % au préservatif féminin, 0,2 % à un implant. Aucune différence significative d utilisation du préservatif masculin selon l âge n a été établie. En revanche, il apparaît une différence de comportement selon le sexe : les filles l ont moins souvent utilisé lors du premier rapport sexuel que les garçons (91,7 % contre 95,3 % pour les garçons). Évolution entre les Baromètres santé jeunes 2005 et Des changements concernant l entrée dans la sexualité sont apparus depuis le Baromètre santé jeunes en Globalement, les jeunes de 15 à 25 ans sont plus nombreux à déclarer avoir déjà eu des rapports sexuels (75,2 % contre 66,4 % en 2005). De même, l entrée dans la vie sexuelle se fait plus tôt qu il y a 5 ans. En 2005, l âge médian lors du premier rapport était de 17 ans (18 ans pour les filles et 17 ans pour les garçons), ce qui implique un écart d un an pour chacun des âges indiqués entre 2005 et. En outre, la proportion de jeunes déclarant avoir déjà eu des relations sexuelles à 15 ans est passée de 13,9 % en 2005 à 27,3 % en. Enfin, il apparaît que l utilisation du préservatif masculin lors du premier rapport sexuel a connu une augmentation passant de 89,0 % en 2005 à 93,6 % en. La proportion de jeunes déclarant avoir déjà eu des rapports sexuels est plus importante en Champagne-Ardenne (75,2 %) qu en Picardie (70,4 % - écart significatif) et en France (73,4 %) sans que cette différence soit toutefois significative. L âge médian au premier rapport est de 16 ans quelle que soit la zone étudiée. Il est de 17 ans pour les filles en Champagne-Ardenne comme en France (alors qu il est de 16 ans en Picardie). Cet âge médian varie selon le niveau de diplôme de la même façon en région Champagne-Ardenne que dans le reste de la France. En ce qui concerne l utilisation d un préservatif lors du premier rapport, les Champardennais, tout comme les jeunes Picards, se démarquent du niveau national avec une proportion plus importante de jeunes ayant déclaré en avoir utilisé un (94,5 % contre 90,4 % en France et 93,7 % en Picardie). De même, la Champagne-Ardenne et la Picardie diffèrent du niveau national avec une utilisation plus importante du préservatif masculin lors de ce premier rapport (respectivement 93,6 % et 92,8 % contre 90,3 % au niveau national) ainsi que de la pilule (49,3 % et 48,5 % contre 45,1 % au niveau national). Tableau 1 : Évolution et comparaisons de l entrée dans la sexualité adulte 2005 Champagne -Ardenne Champagne -Ardenne Picardie Part des jeunes déclarant avoir déjà eu un rapport sexuel au cours de leur vie* 66,4 % 75,2 % 70,4 % 73,4 % Âge médian du premier rapport ** 17 ans 16 ans 16 ans 16 ans Utilisation d un préservatif lors du premier rapport sexuel* nc 94,5 % 93,7 % 90,4 % En gras, niveau significativement différent d un point de vue statistique du niveau Champagne-Ardenne. *N=1 292, Champagne-Ardenne. **Parmi les jeunes Champardennais sexuellement actifs, N=972, Champagne-Ardenne. Source : Enquête Baromètre santé jeunes Champagne-Ardenne 2005 et (ORSCA), Enquête Baromètre santé jeunes Picardie (OR2S), Enquête Baromètre santé France (INPES) France Ce qu il faut retenir Évolution sur la période en Champagne-Ardenne : augmentation de la proportion de jeunes Champardennais ayant déjà eu un rapport sexuel (+8,8 points). Comparaisons Champagne-Ardenne, Picardie, France métropolitaine : part des jeunes ayant déjà eu un rapport sexuel significativement plus importante en Champagne-Ardenne qu en Picardie (+4,8 points), utilisation d un moyen contraceptif lors du premier rapport sexuel significativement plus fréquente chez les ans résidents de Champagne-Ardenne que chez leurs homologues Français (+4,1 points). 3 3 La question était posée uniquement si la personne interrogée avait indiqué un partenaire de sexe différent lors de ce premier rapport ou, si elle n avait pas répondu à cette question, si elle avait déjà eu des rapports sexuels avec une personne de sexe opposé.

4 2009 Baromètre santé nutrition Baromètre santé jeunes Sexualité au cours des 12 derniers mois Au regard des évolutions entre 2005 et, il s avère intéressant de connaître les différents aspects de la sexualité des jeunes Champardennais au cours de l année précédant l enquête. Au cours des 12 mois précédant l enquête, 91,2 % (N=969) des jeunes sexuellement actifs ont eu des rapports sexuels. Les filles sont plus nombreuses à avoir eu des relations sexuelles sur cette période (94,3 % contre 88,3 % pour les garçons). Aucun écart significatif selon l âge n a été constaté. Figure 4 : Nombre de partenaires déclarés (en %) au cours des 12 derniers mois selon l âge et le sexe (N=883) En revanche, les filles ont eu en moyenne moins de partenaires que les garçons (1,3 partenaire contre 2,0 pour les garçons moyenne des jeunes : 1,6 partenaire) (fig.4). Le multipartenariat, qu il soit simultané ou successif, concerne ainsi plus les garçons (35,3 % contre 15,9 % pour les filles). En outre, il est moins important chez les jeunes de 23 à 25 ans (11,8 % contre 33,5 % pour les jeunes de ans et 34,7 % pour les ans). Pour 47,3 % des partenaires évoqués (N=883), il s agissait d un nouveau partenaire (c est-à-dire une personne avec qui le jeune interrogé n avait pas eu de rapports sexuels plus d un an avant l enquête), soit 418 individus (dont 254 ayant eu un seul nouveau partenaire et 162 ayant eu plusieurs nouveaux partenaires). Les garçons ont eu davantage de nouveaux partenaires que les filles (58,4 % contre 36,0 %). Champ : 883 jeunes résidents de Champagne-Ardenne âgés de 15 à 25 ans et ayant déjà eu un rapport sexuel au cours de leur vie et au cours des 12 derniers mois. Au total, parmi les individus ayant eu un seul partenaire sexuel (N=254), 89,9% ont utilisé un préservatif masculin lors de leur premier rapport avec ce nouveau partenaire. Les individus ayant eu plusieurs nouveaux partenaires au cours des douze mois précédant l enquête (N=162), sont, quant à eux, 84,3 % à avoir eu recours au préservatif masculin avec tous leurs nouveaux partenaires lors de leur premier rapport sexuel. Ils sont 13,6 % à l avoir utilisé avec seulement certains d entre eux et 2,1 % avec aucun d entre eux. Après ce premier rapport sexuel, 66,3 % des individus ont toujours utilisé le préservatif, 18,1 % presque toujours, 8,0 % de temps en temps, 7,6 % jamais. Évolution entre les Baromètres santé jeunes 2005 et Les jeunes Champardennais ont été quasiment aussi nombreux qu en 2005 à avoir eu des rapports sexuels au cours des 12 derniers mois (91,2 % contre 92,3 % en 2005). Aucune différence significative n a été observée entre les trois zones étudiées concernant la proportion de jeunes sexuellement actifs ayant eu des rapports sexuels dans les 12 mois précédant l enquête (91,2 % en Champagne-Ardenne, 90,5 % en Picardie et 91,8 % au niveau national). Par ailleurs, les jeunes Champardennais ont eu en moyenne un nombre moins important de partenaires durant cette période (1,6 contre 1,9 en France). Le fait d avoir plusieurs partenaires, que ce soit de manière simultanée ou successive, est moindre en Champagne-Ardenne et en Picardie qu au niveau national (respectivement 25,7 %, 25,2 % et 31,7 %). Enfin, l utilisation d un préservatif lors du premier rapport avec un nouveau partenaire ne diffère pas significativement dans les trois zones étudiées (89,9 % en Champagne-Ardenne pour les jeunes ayant eu un seul nouveau partenaire et 84,3 % pour ceux ayant eu plusieurs nouveaux partenaires et ayant utilisé un préservatif pour chacun d entre eux ; respectivement 86,8 % et 79,0 % en Picardie ; 88,5 % et 81,7 % en France métropolitaine). 4 Tableau 2 : Évolution et comparaisons de la sexualité au cours des 12 derniers mois 2005 Champagne -Ardenne Champagne -Ardenne Picardie Part des jeunes ayant eu un rapport sexuel au cours des 12 derniers mois * 92,3 % 91,2 % 90,5 % 91,8 % Nombre moyen de partenaires au cours des 12 derniers mois** 1,6 1,6 nc 1,9 Utilisation d un préservatif lors du premier rapport sexuel avec chaque nouveau partenaire au cours des 12 derniers mois*** En gras, niveau significativement différent d un point de vue statistique du niveau Champagne-Ardenne. *Parmi ceux ayant déjà eu un rapport au cours de leur vie, N=969, Champagne-Ardenne. **Parmi ceux ayant déjà eu un rapport ces 12 derniers mois, N=883, Champagne-Ardenne. *** Parmi ceux ayant déjà eu un nouveau partenaire ces 12 derniers mois, N=416, Champagne-Ardenne. Source : Enquête Baromètre santé jeunes Champagne-Ardenne 2005 et (ORSCA), Enquête Baromètre santé jeunes Picardie (OR2S), Enquête Baromètre santé France (INPES). France nc 87,7 % 83,8 % 85,2 % Ce qu il faut retenir Évolution sur la période en Champagne-Ardenne : aucune évolution significative constatée en termes d activité sexuelle au cours des 12 derniers mois. Comparaisons Champagne-Ardenne, Picardie, France métropolitaine : utilisation systématique du préservatif à chaque premier rapport ces 12 derniers mois avec le nouveau partenaire plus fréquente au sein de la jeunesse champardennaise qu au sein de la jeunesse picarde (+ 3,9 points) ou française (+ 2,5 points) (différences non significatives).

5 Baromètre santé jeunes Baromètre santé nutrition 2009 Les comportements des jeunes Champardennais par rapport à la contraception et à la grossesse sont décrits dans les parties suivantes : Contraception, Grossesse, IVG, Grossesse, tabac et alcool, et Contraception d urgence. Contraception Les jeunes femmes ayant un partenaire au moment de l enquête (N=350) sont 87,3 % à utiliser un moyen de contraception pour éviter une grossesse et 2,7 % à en utiliser un occasionnellement. Parmi les 34 jeunes femmes qui n ont pas recours à un moyen de contraception, 65,9 % cherchent à avoir un enfant, 6,9 % viennent d accoucher ou allaitent, 5,9 % n ont pas de rapport sexuel et 3,2 % ne sont pas préoccupées par la contraception. Enfin, 18,1 % de ces jeunes femmes ont indiqué une autre raison : problème avec les préservatifs, pilule ne leur convenant pas, ou encore attente d un rendez-vous avec leur médecin pour prendre la pilule. Au moment de l enquête, 35,7 % des jeunes femmes, ayant un partenaire, n étant pas enceintes et n étant pas exclusivement homosexuelles (N=250) utilisent le préservatif masculin comme moyen de contraception, 75,6 % la pilule, 1,5 % un anneau vaginal, 0,8 % un implant et 0,2 % un stérilet en cuivre. Grossesse Parmi les jeunes Champardennaises n étant pas enceintes au moment de l enquête (N=421), 9,2 % ont déjà été enceintes une fois et 4,8 % plusieurs fois. Dans 48,6 % des cas, cette grossesse a eu lieu entre un et cinq ans avant l enquête, pour 10,5 %, il y a plus de cinq ans et pour 40,9 %, moins d un an avant l enquête. Pour 35,8 % des jeunes femmes ayant été enceintes moins de cinq ans avant l enquête (N=52; soit 19 femmes), elles souhaitaient cette grossesse «à ce moment là ou plus tôt». 19,0 % la souhaitaient «plus tard», 21,1 % ne souhaitaient pas être enceintes et 24,1 % ne se posaient pas la question. Les jeunes femmes enceintes au moment de l enquête (N=18) représentent 3,0 % des jeunes femmes enquêtées. Elles sont 81,4 % à avoir désiré cette grossesse «maintenant ou plus tôt», 11,5 % à souhaiter qu elle arrive «plus tard» et 7,0 % ne se posaient pas la question. Interrogées sur les raisons de leur grossesse, les jeunes femmes n ayant pas désiré être enceintes ont indiqué à 45,2 % qu il s agissait d un oubli de pilule (fig.5). Les Champardennaises sont aussi nombreuses que les autres jeunes femmes ayant un partenaire à utiliser un moyen de contraception pour éviter une grossesse (87,3 % contre 85,7 % en France métropolitaine et 86,4 % en Picardie). La raison principale amenant les jeunes femmes à ne pas utiliser de moyen de contraception est la même dans les trois zones étudiées : elles souhaitent avoir un enfant (65,9 % en Champagne-Ardenne, 51,0 % en France métropolitaine et 33,5 % en Picardie). Enfin, les jeunes femmes ayant un partenaire, n étant pas enceintes et n étant pas exclusivement homosexuelles sont significativement plus nombreuses à prendre la pilule en Champagne-Ardenne (75,6 %) qu en Picardie (64,4 %) et en France métropolitaine (63,9 %). Enfin, aucune différence significative n a été établie pour l utilisation du préservatif masculin comme moyen de contraception (35,7 % en Champagne-Ardenne, 30,8 % en Picardie et 33,6 % au niveau national). Figure 5 : Raisons de la grossesse non souhaitée (en %) (N=37) Champ : 37 jeunes filles résidentes de Champagne-Ardenne âgése de 15 à 25 ans ayant eu une grossesse au cours des 5 derniers mois. Pour plus d un tiers d entre elles (34,8 %), le rapport sexuel a eu lieu sans aucun moyen de contraception et pour 17,0 % il y a eu un problème avec le préservatif. Enfin, 12,2 % d entre elles pensaient qu il n y avait pas de risque de tomber enceinte à ce moment-là. Interruption volontaire de grossesse Dans 53,8 % des cas, les grossesses non souhaitées se sont terminées par une interruption volontaire de grossesse (IVG). 26,1 % des grossesses non souhaitées ont donné lieu à une naissance et 20,1 % se sont terminées par une fausse couche. En dehors des jeunes Champardennaises ayant cité l IVG concernant cette grossesse non souhaitée, 18,6 % (N=59) des filles de 15 à 25 ans ont déjà eu recours à une IVG. Au total, ce sont 4,9 % des jeunes Champardennaises sexuellement actives de 15 à 25 ans (N=593) qui ont dejà eu recours à une interruption volontaire de grossesse. Par ailleurs, les jeunes femmes désirant avoir un enfant (qu elles aient été enceintes dans les cinq ans précédant l enquête ou qu elles l aient été au moment de l enquête) sont 18,0 % à avoir déjà eu une grossesse accidentelle ou non prévue (N=34). 5 Parmi les jeunes femmes qui n étaient pas enceintes au moment de l enquête, la proportion de Champardennaises ayant déjà été enceintes est inférieure à celle obtenue en Picardie et au niveau national, respectivement 9,2 % (N=421), 12,0 % (N=349) et 11,9 % (N=571). La part des jeunes femmes ayant été enceintes moins de cinq ans avant l enquête et dont la grossesse était quelque chose qu elles souhaitaient «à ce moment-là ou plus tôt» est plus faible en Champagne-Ardenne que dans les autres territoires. Ainsi, elles sont 35,8 % en région (n=19), 42,2 % au niveau national (n=39) et 49,4 % en Picardie (n=27). En outre, la proportion de jeunes femmes enceintes au moment de l enquête (par rapport à la population féminine étudiée) était de 3,0 % en Champagne-Ardenne, 2,7 % au niveau national et 1,8 % en Picardie. Par ailleurs, il apparaît que les taux d IVG parmi les jeunes femmes sexuellement actives âgées de 15 à 25 ans diffèrent peu entre la Picardie et la Champagne-Ardenne (4,1 % et 4,9 %). En revanche, ce taux est significativement plus faible en région Champagne-Ardenne qu au niveau national (4,9 % contre 6,3 %).

6 2009 Baromètre santé nutrition Baromètre santé jeunes Grossesse, tabac et alcool Parmi les jeunes femmes fumeuses ou anciennes fumeuses ayant été enceintes (N=45), 68,8 % fumaient au moment où elles ont appris qu elles étaient enceintes et 24,4 % d entre elles ont aussitôt arrêté de fumer. Concernant la consommation d alcool, plus de six jeunes Champardennaises sur dix (36 sur 57) ayant été enceintes ont arrêté totalement la consommation d alcool en raison de leur grossesse. Contraception d urgence Parmi les jeunes femmes ayant une vie sexuelle active (N=465), 34,3 % ont déjà eu recours à la contraception d urgence dont 27,0 % une seule fois. Parmi celles qui l ont prise une seule fois (N=126), 22,9 % l ont utilisée au cours des 12 mois précédant l enquête. Concernant celles qui l ont déjà utilisée plusieurs fois (N=34), 15,3 % l ont prise une fois dans les 12 derniers mois, 9,0 % deux fois et 9,5 % trois fois. L âge ne semble pas jouer un rôle significatif dans la prise de la contraception du lendemain. Évolution entre les Baromètres santé jeunes 2005 et En 2005, les jeunes Champardennaises étaient 23,1 % à avoir eu recours à la contraception d urgence. L utilisation de la contraception du lendemain a donc fortement augmenté en cinq ans chez les jeunes (34,3 % en ). En revanche, les jeunes filles ayant utilisé ce mode de contraception sont plus nombreuses à ne l avoir prise qu une seule fois (78,8 % contre 62,7 % en 2005). Les jeunes Champardennaises sont moins nombreuses que les autres Françaises à avoir eu recours à la contraception d urgence (34,3 % contre 41,7 % en France) mais plus nombreuses que les jeunes Picardes (27,2 % - différence non significative). Elles sont en revanche plus nombreuses à y avoir eu recours une seule fois (27,0 % contre 25,5 % en France et 19,4 % en Picardie). Consultations médicales liées à la sexualité Des consultations médicales sont nécessaires concernant la contraception, la grossesse et l interruption volontaire de grossesse; elles permettent également le dépistage d infections sexuellement transmissibles et du cancer du col de l utérus. Parmi les jeunes ayant une sexualité active (N=916), 41,2 % ont déjà effectué un test de dépistage du Sida dont 16,6 % au cours des 12 mois précédant l enquête (tab.3). La proportion de jeunes ayant effectué un test de dépistage du Sida augmente avec l âge. Ainsi, 10,5 % des jeunes de 15 à 16 ans ont fait le test contre 40,0 % des ans et 54,9 % des ans. De plus, les filles sont significativement plus nombreuses à avoir fait ce test (51,5 % contre 31,8 % pour les garçons). Ce constat est valable quel que soit l âge (fig.6). 6 En Champagne-Ardenne, plus d une jeune fille sur cinq âgée de 15 à 25 ans n a jamais consulté de médecin pour des raisons gynécologiques ou liées à la contraception (121 sur 593). Près de la moitié (54,8 %) a consulté dans l année précédant l enquête, 20,3 % a consulté entre un et deux ans et 3,6 %, il y a plus de deux ans. Pour 60,6 % des filles ayant consulté un médecin, il s agissait d un gynécologue, pour 37,0 % d un médecin généraliste et pour 2,4 %, d un autre médecin spécialiste (N=462). Près d une jeune Champardennaise sur deux (294 sur 593) a déjà eu un frottis vaginal. Ce frottis a eu lieu pour 60,7 % d entre elles dans l année précédant l enquête. Pour un peu moins d un tiers (31,2 %) de ces jeunes filles, il a eu lieu entre un et deux ans et pour 8,1 % plus de deux ans auparavant (N=292). Tableau 3 : Test de dépistage du Sida (en %) selon l âge (N=916) Figure 6 : Test de dépistage du Sida par âge et sexe (N=916) Oui Champ : 916 jeunes résidents de Champagne-Ardenne âgés de 15 à 25 ans ayant eu un rapport sexuel au cours de leur vie. Non Age % Effectifs % Effectifs 15 à 16 ans 10,5 7 89, à 18 ans 18, , à 20 ans 40, , à 22 ans 49, , à 25 ans 54, ,1 141 Total 41, ,8 538

7 Baromètre santé jeunes Baromètre santé nutrition 2009 En Champagne-Ardenne, 3,8 % des jeunes de 15 à 25 ans (N=969) ont déjà eu une maladie ou une infection sexuellement transmissible (IST) au cours des cinq années précédant l enquête, dont 0,9 % plusieurs fois. Dans plus d un tiers des cas (32,6 %) il s agissait d une mycose, dans 16,8 % des cas de chlamydia, 8,1 % d infection urinaire et 5,9 % de gonocoque (fig.7). Figure 7 : Type de maladie ou infection sexuellement transmissible (en %) contractée au cours des cinq dernières années (N=37) La majorité des jeunes ayant eu une infection ou maladie sexuellement transmissible autre qu une mycose (N=25 4 ) ont découvert leur maladie parce qu «ils avaient des symptômes ou des craintes qui les ont amenés à consulter un médecin» (78,1 %). Pour 10,3 % d entre eux, leur partenaire leur a annoncé, pour 6,0 % des jeunes, la maladie a été découverte lors d une consultation médicale et enfin 5,6 % l ont découvert d une autre manière. Champ : 37 jeunes résidents de Champagne-Ardenne âgés de 15 à 25 ans ayant eu un rapport sexuel au cours de leur vie et ayant déjà eu une maladie ou une infection sexuellement transmissible au cours des cinq dernières années. Évolution entre les Baromètres santé jeunes 2005 et En 2005, 17,7 % des jeunes Champardennais ayant déjà eu une relation sexuelle avaient effectué un test de dépistage du Sida au cours des 12 mois précédant l enquête, ce qui est légèrement supérieur à. La proportion de jeunes ayant déjà contracté une maladie ou infection sexuellement transmissible a augmenté entre 2005 et, passant de 1,6 % à 3,8 %. Le type de maladie contractée a lui aussi évolué. En 2005, la maladie ou infection ayant le plus touché de jeunes Champardennais était l herpès (25,3 %) suivi des mycoses (14,8 %), de la chlamydia (14,3 %), du condylome (14,3 %) et des infections urinaires (6,0 %). Or, en, l herpès ne touche plus que 5,2 % des jeunes et le condylome 2,8 %. Les mycoses et les infections urinaires ont, quant à elles, augmenté durant ces cinq années, passant respectivement de 14,8 % et 6,0 % à 32,6 % et 8,1 %. La Champagne-Ardenne se démarque significativement du niveau national par une proportion plus faible de jeunes ayant une sexualité active et ayant déjà réalisé un test de dépistage du Sida 5 (41,2 % contre 46,7 %). La proportion de jeunes filles n ayant jamais consulté de médecin pour des raisons gynécologiques ou liées à la contraception est légèrement inférieure en Champagne-Ardenne par rapport au niveau national (20,4 % contre 23,9 %). Comme au niveau national, le professionnel le plus consulté pour ces questions est le gynécologue (60,6 % en région, 72,1 % en France) devant le médecin généraliste (37,0 % et 25,8 % en France). Enfin, en ce qui concerne le frottis vaginal, la proportion de jeunes filles en ayant déjà eu un en Champagne-Ardenne (49,6 %) est très proche de celle obtenue au niveau national (49,2 %). La proportion de jeunes ayant eu une maladie ou infection sexuellement transmissible au cours des cinq années précédant l enquête est plus importante au niveau national qu en région (respectivement 5,4 % en France métropolitaine, 3,8 % en Champagne-Ardenne et 3,6 % en Picardie). Ce qu il faut retenir Évolution sur la période en Champagne-Ardenne : la proportion de jeunes ayant déjà contracté une maladie ou une infection sexuellement transmissible a plus que doublé. le type de maladie contractée a changé. Comparaisons Champagne-Ardenne, Picardie, France métropolitaine : la part des jeunes ayant une sexualité active et ayant déjà réalisé un test de dépistage du Sida est significativement plus faible en Champagne-Ardenne qu au niveau national (-5,5 points), le pourcentage de jeunes ayant eu une infection ou une maladie sexuellement transmissible au cours des cinq dernières années est moins importante en Champagne-Ardenne qu au niveau national (-1,6 points). 7 4 Sur les 37 individus ayant contracté une IST au cours des cinq dernières années, 25 ont contracté une IST autre qu une mycose. 5 Hors don du sang.

8 Baromètre santé nutrition Baromètre santé jeunes Méthodologie 1 L enquête du Baromètre santé a été reconduite en par l INPES (Institut National de Prévention et d Education pour la Santé). Cette enquête vise à mieux connaître les comportements des Français, leurs perceptions et leurs connaissances en matière de santé. Afin de mesurer l évolution depuis le précédent Baromètre en Champagne- Ardenne (2005), cette enquête a été réalisée auprès des jeunes Champardennais de 15 à 25 ans. Les thématiques étudiées pour la région sont la sexualité et la contraception, le tabac, l alcool, les drogues illicites, la santé mentale et le suicide, la conduite alimentaire, la perception de santé et le sentiment d information, la qualité de vie, les accidents, le recours à la téléphonie et à Internet pour la santé. Une fiche méthodologique et une fiche synthèse globale accompagnent cette série de publications. La méthodologie utilisée pour le niveau national a été mise en oeuvre de manière identique pour la région. L institut de sondage GFK ISL a réalisé à l aide du système CATI (Computer Assisted Telephone Interview) l enquête par entretien téléphonique d août à décembre pour le sur-échantillon champardennais (octobre 2009 à juillet pour l échantillon national). L échantillon régional se compose de personnes âgées de 15 à 25 ans (dont 91 venant de l enquête nationale). L échantillon national (hors Champagne-Ardenne) se compose de jeunes. La pondération utilisée prend en compte le nombre de personnes éligibles au sein du ménage contacté ainsi que le nombre de lignes téléphoniques du foyer. Les données de l enquête en Champagne-Ardenne ont été redressées sur le sexe, l âge, la taille d agglomération ainsi que le département de résidence afin d être représentatif de la population régionale. Les tests de comparaison, réalisés essentiellement à partir de régressions logistiques, ont été effectués sur les données brutes (non pondérées) en ajustant sur le sexe et l âge afin de permettre la correction des «effets de structure» entre les populations comparées. Le seuil de significativité est fixé à 5 %. Ces tests ont été effectués selon leur pertinence. Les résultats donnés dans cette fiche pour la Picardie concernent une population de jeunes Picards âgés de 15 à 25 ans issus du sur-échantillon picard (enquête réalisée de mai à octobre ) ainsi que 129 jeunes issus de l enquête nationale. La pondération ne diffère pas de celle de l enquête nationale. 1 La méthodologie détaillée de l étude est développée dans la fiche thématique «Présentation et méthodologie de l enquête». Références bibliographiques [1] OFDT - Les drogues à 17 ans Résultats de l enquête ESCAPAD 2008, Tendances n 66, juin [2] Oddoux K, Peretti -Watel P, Baudier F. - Tabac : Baromètre santé Guilbert PH, Baudier F, Gautier A.eds,CFES, Vanves:,77-118, _ [3] INPES Baromètre santé 2005, Premiers résultats Baromètre santé, _ [4] ORSCA Le tabac et les jeunes Champardennais Baromètre santé jeunes 2005, oct _ [5] ORSCA Le tabac et les jeunes : Comparaisons nationales et interrégionales Baromètre Santé Jeunes 2005, oct html Les fiches thématiques du Baromètre santé jeunes L extension régionale du Baromètre Santé Jeunes de Champagne-Ardenne a donné lieu à la publication d autres documents thématiques : «Tabac», «Alcool», «Drogues illicites», «Santé mentale, suicide», «Conduite alimentaire», «Perception de la santé et sentiment d information», «Qualité de vie», «Accidents», «Téléphonie, Internet et santé». Une fiche méthodologique et une fiche synthèse globale accompagnent cette série de publications. Le recueil des données du sur-échantillon régional, l exploitation des résultats portant sur les jeunes Champardennais de 15 à 25 ans et les comparaisons avec la Picardie et le niveau national ont été fi nancés par l Agence Régionale de Santé de Champagne- Ardenne et par le Conseil Régional de Champagne-Ardenne. Ce document a été réalisé par : Karine Croenne et Julien Dubois-Pot (chargés d études) à l Observatoire Régional de la Santé de Champagne-Ardenne. 14 rue du Ruisselet REIMS Tél : fax : courriel : Caractéristiques CaCaractéristiques Caractéristiques des des des populations populations étudiées étudiées Sexe Âge Lieu de résidence Département Type de commune Type de ménage %* dans l échantillon, N =1 292 Garçons 51,5 Filles 48, ans 17, ans 19, ans 18, ans 18, ans 26,3 Ardennes 19,5 Aube 21,3 Marne 46,9 Haute-Marne 12,3 Commune rurale 31,1 < hab. 16,7 < hab. 18,7 < hab. 11,2 > hab. 23,3 Parents mariés ou non et enfant(s) 64,8 Activité Famille monoparentale 14,4 En couple 14,3 Seul ou autres 6,4 En emploi 25,0 Apprentis 4,6 Cursus scolaire ou universitaire 57,0 Chômeurs 11,5 Inactifs et autres situations 1,9 * pondérés à partir des données du recensement 2007 pondérés partir des données du recensement 2007

La perception de la santé et le sentiment d information chez les jeunes Champardennais

La perception de la santé et le sentiment d information chez les jeunes Champardennais Baromètre santé jeunes La perception de la santé et le sentiment d information chez les jeunes Champardennais La représentation de la maladie, des risques et de la santé de chacun, c est-à-dire de la perception

Plus en détail

Les drogues illicites et les jeunes Champardennais

Les drogues illicites et les jeunes Champardennais Baromètre santé jeunes Les drogues illicites et les jeunes Champardennais Synthèse Les résultats de l enquête ESCAPAD de 8 1 montrent que le cannabis arrive troisième parmi les substances psychoactives

Plus en détail

Le tabagisme et les jeunes Champardennais

Le tabagisme et les jeunes Champardennais Baromètre santé jeunes Le tabagisme et les jeunes Champardennais L enquête ESCAPAD 2008 1 montre que le tabac est la deuxième substance psychoactive ayant déjà été consommée par les jeunes de 17 ans (70,7

Plus en détail

Sexualité et contraception

Sexualité et contraception Sexualité et contraception Cette fiche thématique propose d étudier les comportements des lycéens en lien avec la sexualité. Relations sexuelles Plus d 1 jeune sur 3 (35,1) interrogés a déjà eu des relations

Plus en détail

Conduites addictives dans l Oise

Conduites addictives dans l Oise Baromètre santé Les 1-34 ans en 1 Conduites addictives dans l Oise La santé des jeunes constitue l une des priorités du conseil général de l Oise. En effet, 7 % des Isariens ont moins de ans, ce qui place

Plus en détail

Sexualité et contraception

Sexualité et contraception 2CLASSE NDE DE La santé des jeunes en Haute-Normandie Sexualité et contraception L adolescence est une période de profondes mutations anatomiques, physiologiques, mentales et sociales. Elle est marquée

Plus en détail

Femmes/hommes Des comportements contrastés

Femmes/hommes Des comportements contrastés /hommes Des comportements contrastés Baromètre santé 2000 Les comportements de santé des hommes et des femmes diffèrent et induisent des caractéristiques de morbidité et de mortalité spécifiques selon

Plus en détail

«JE PASSE LE TEST» Rapport d étape Octobre 2005 à novembre 2006

«JE PASSE LE TEST» Rapport d étape Octobre 2005 à novembre 2006 «JE PASSE LE TEST» Rapport d étape Octobre 2005 à novembre 2006 Le Québec connaît depuis quelques années une hausse importante des cas de chlamydiose. Cette infection transmissible sexuellement touche

Plus en détail

Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol

Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol Santé et comportements dans la population saint-martinoise en 2013 Etude CONSANT Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol Diabète Recherche de sucre dans le sang Huit individus

Plus en détail

Comportements d achats alimentaires en Guadeloupe

Comportements d achats alimentaires en Guadeloupe Comportements alimentaires et perceptions de l'alimentation en Guadeloupe en 2010 (Enquête réalisée sur le modèle du Baromètre Santé Nutrition 2008 de l institut national de la prévention et d éducation

Plus en détail

Renée Latulippe, M.A. Centre de liaison sur l intervention et la prévention psychosociales (CLIPP)

Renée Latulippe, M.A. Centre de liaison sur l intervention et la prévention psychosociales (CLIPP) Étude sur les habitudes de vie et les comportements associés aux infections transmissibles sexuellement chez les jeunes hébergés dans les centres jeunesse du Québec Renée Latulippe, M.A. Centre de liaison

Plus en détail

Baromètre Santé. Consommation de tabac, d alcool. Le Baromètre santé. Depuis la fin des années 90, en lien avec la

Baromètre Santé. Consommation de tabac, d alcool. Le Baromètre santé. Depuis la fin des années 90, en lien avec la Baromètre Santé 21 Enquête auprès des Auvergnats âgés de 1-8 ans Consommation de tabac, d alcool et de drogues illicites Le Baromètre santé a été réalisé pour la première fois au début des années 199 par

Plus en détail

Baromètre santé Poitou-Charentes 2010

Baromètre santé Poitou-Charentes 2010 Baromètre santé Poitou-Charentes 2010 CONTEXTE Le dépistage est défini par l OMS comme «l identification présomptive de maladies ou troubles non reconnus, par l application de tests, d examens ou d autres

Plus en détail

Séquence 2 : Prévenir une grossesse non désirée. Séance 1 : Les moyens de contraception.

Séquence 2 : Prévenir une grossesse non désirée. Séance 1 : Les moyens de contraception. Objectif général de la séquence : être capable d avoir un comportement responsable en matière de sexualité, prenant en compte la maîtrise de la natalité. Objectif général de la séance : Etre capable de

Plus en détail

Structure et environnement des repas en Ile-de-France

Structure et environnement des repas en Ile-de-France 28 Structure et environnement des repas en Le modèle alimentaire traditionnel français, tant selon la norme sociale qu individuelle, s organise autour de trois prises alimentaires quotidiennes : d une

Plus en détail

EXTRAIT DU RAPPORT «ATLAS RÉGIONAL DES CONSOMMATIONS DE PRODUITS PSYCHOACTIFS DES JEUNES FRANÇAIS» EXPLOITATION RÉGIONALE

EXTRAIT DU RAPPORT «ATLAS RÉGIONAL DES CONSOMMATIONS DE PRODUITS PSYCHOACTIFS DES JEUNES FRANÇAIS» EXPLOITATION RÉGIONALE EXTRAIT DU RAPPORT Alsace Aquitaine Auvergne Basse-Normandie Bourgogne Bretagne Centre Champagne-Ardenne Franche-Comté Haute-Normandie Île-de-France Languedoc-Roussillon Limousin Midi-Pyrénées Lorraine

Plus en détail

2013 Enquête sur la consommation de substances psychoactives en population générale Martinique 2011. Consommation de tabac

2013 Enquête sur la consommation de substances psychoactives en population générale Martinique 2011. Consommation de tabac 2013 Enquête sur la consommation de substances psychoactives en population générale Martinique 2011 Consommation de tabac Enquête sur la consommation de substances psychoactives en population générale

Plus en détail

Conduites addictives : description et regards croisés

Conduites addictives : description et regards croisés ( santé jeunes Enquête réalisée dans le département de l (France) et la province du (Belgique) en 23-24 Conduites addictives : description et regards croisés Le tabac, l alcool et les drogues illicites

Plus en détail

LES AUDIENCES COLLECTIVES DE RAPPEL A LA LOI EN MARTINIQUE Bilan 2001-2003

LES AUDIENCES COLLECTIVES DE RAPPEL A LA LOI EN MARTINIQUE Bilan 2001-2003 LES AUDIENCES COLLECTIVES DE RAPPEL A LA LOI EN MARTINIQUE Bilan 2001-2003 Décembre 2003 Immeuble Corniche 2 Centre Commercial de Bellevue Boulevard de La Marne 3 Etage 97200 Fortde-France Tet. : 05 96

Plus en détail

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 N 5 Février 2008 La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 Le nombre d infirmiers exerçant à la Réunion ne cesse d augmenter,

Plus en détail

TESTEZ VOS CONNAISSANCES extrait de Contraceptions mode d emploi, par Martin Winckler, Editions Au Diable Vauvert (octobre 2003)

TESTEZ VOS CONNAISSANCES extrait de Contraceptions mode d emploi, par Martin Winckler, Editions Au Diable Vauvert (octobre 2003) CONTRACEPTIONS : TESTEZ VOS CONNAISSANCES extrait de Contraceptions mode d emploi, par Martin Winckler, Editions Au Diable Vauvert (octobre 2003) Ce questionnaire vous permettra de vérifier vos connaissances

Plus en détail

LES AIDES À LA MOBILITÉ GÉOGRAPHIQUE : UN COUP DE POUCE POUR LE RETOUR À L EMPLOI

LES AIDES À LA MOBILITÉ GÉOGRAPHIQUE : UN COUP DE POUCE POUR LE RETOUR À L EMPLOI ÉCLAIRAGES ET SYNTHÈSES DÉCEMBRE 2014 N 10 SOMMAIRE P.2 LA SITUATION AU REGARD DE L EMPLOI VARIE EN FONCTION DE L AIDE P.3 QUATRE BÉNÉFICIAIRES SUR DIX DÉCLARENT AVOIR FAIT DES CONCESSIONS POUR RETROUVER

Plus en détail

Les difficultés face à l écrit : quelques éléments d explication

Les difficultés face à l écrit : quelques éléments d explication À partir du module biographique de l enquête, certains éléments dans l enfance des enquêtés peuvent éclairer les difficultés des personnes en situation d illettrisme. Les difficultés à l écrit sont vécues

Plus en détail

Édition 2009. Les métiers autour de la grossesse et de l accouchement en Champagne-Ardenne

Édition 2009. Les métiers autour de la grossesse et de l accouchement en Champagne-Ardenne Édition 2009 Les métiers autour de la grossesse et de l accouchement en Champagne-Ardenne Données de cadrage 3 Contexte Effectifs et densité L âge Les secteurs d activité La formation 8 Lieux d obtention

Plus en détail

CONDUITES À RISQUE DES JEUNES FRANCILIENS

CONDUITES À RISQUE DES JEUNES FRANCILIENS Septembre 205 CONDUITES À RISQUE DES JEUNES FRANCILIENS Exploitation régionale du Baromètre santé 200 de l Inpes et évolutions 2005-200 RAPPORT & ENQUÊTE ORS Île-de-France observatoire r é g i o n a l

Plus en détail

Consommation d alcool, de tabac et de produits illicites chez les jeunes originaires d outre-mer Jérôme LACOSTE 1, Sylvie MERLE 2, Louis JEHEL 1

Consommation d alcool, de tabac et de produits illicites chez les jeunes originaires d outre-mer Jérôme LACOSTE 1, Sylvie MERLE 2, Louis JEHEL 1 Consommation d alcool, de tabac et de produits illicites chez les jeunes originaires d outre-mer Jérôme LACOSTE 1, Sylvie MERLE 2, Louis JEHEL 1 1 Service de Psychiatrie et Addictologie CHU de Martinique

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Conclusion Dans le cadre de ses missions, le CCSF a confié au CRÉDOC une étude portant sur l accès aux services bancaires des ménages en situation de pauvreté. Cette étude s inscrit en continuité de celle

Plus en détail

Les jeunes et le Service Civique : connaissance, représentations et potentiel d attractivité

Les jeunes et le Service Civique : connaissance, représentations et potentiel d attractivité Les jeunes et le Service Civique : connaissance, représentations et potentiel d attractivité Les principaux enseignements FD/EP N 113392 Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Esteban Pratviel Département Opinion

Plus en détail

Enquête auprès des parents sur les risques routiers pour les enfants LA PREVENTION ROUTIERE ET LA FEDERATION FRANÇAISE DES SOCIETES D ASSURANCES

Enquête auprès des parents sur les risques routiers pour les enfants LA PREVENTION ROUTIERE ET LA FEDERATION FRANÇAISE DES SOCIETES D ASSURANCES Enquête auprès des parents sur les risques routiers pour les enfants LA PREVENTION ROUTIERE ET LA FEDERATION FRANÇAISE DES SOCIETES D ASSURANCES Septembre 2006 Sommaire I - Introduction 3 Le contexte et

Plus en détail

LA CONTRACEPTION D URGENCE

LA CONTRACEPTION D URGENCE LA CONTRACEPTION D URGENCE Synthèse de la conférence donnée le 5 octobre 2005 à Orléans par : - Dominique ROULET, conseillère conjugale et assistante sociale auprès du Centre de Planification et d Education

Plus en détail

Caisse de coordination aux assurances socialesaux. Prévention gynécologique. 13-23 ans

Caisse de coordination aux assurances socialesaux. Prévention gynécologique. 13-23 ans Caisse de coordination aux assurances socialesaux Prévention gynécologique 13-23 ans Mise à jour janvier 2014 Dès la puberté, adoptez le réflexe prévention : même quand tout va bien, un examen gynécologique

Plus en détail

Les Français et la perception du respect de l interdiction de fumer dans les cafés, bars et restaurants...p.3

Les Français et la perception du respect de l interdiction de fumer dans les cafés, bars et restaurants...p.3 Perception des Français du respect de l interdiction de fumer dans les cafés et bars, et dans les restaurants, un an après son application Résultats de deux enquêtes Dossier de presse 7 janvier 2009 1

Plus en détail

res épidémiologiquespidémiologiques Quelques repères

res épidémiologiquespidémiologiques Quelques repères Quelques repères res épidémiologiquespidémiologiques Gwénaëlle Boscher 9 pl. du Général Koenig, 35 Rennes 2.23.2.14.6 cirdd@cirdd-bretagne.fr Les consommations d alcool chez les femmes en âge de procréer

Plus en détail

Les Français et les déserts médicaux

Les Français et les déserts médicaux Collectif Inter-associatif Sur la Santé Les Français et les déserts médicaux Octobre 2015 Résultats complets Anne-Laure GALLAY Directrice des études institutionnelles BVA Opinion Thomas Genty Chargé d

Plus en détail

II - Les spécialités de formation du commerce et de la vente

II - Les spécialités de formation du commerce et de la vente II - Les spécialités de formation du commerce et de la vente La population des sortants des formations des spécialités du commerce et de la vente (cf. méthode) est à dominante féminine que la formation

Plus en détail

N 36. Isabelle GIRARD-LE GALLO

N 36. Isabelle GIRARD-LE GALLO D I R E C T I O N D E S S T A T I S T I Q U E S E T D E S É T U D E S N 36 Isabelle GIRARD-LE GALLO ÉVOLUTION DES DÉPENSES DE SOINS DE VILLE ENTRE 1999 ET 2001 DES PREMIERS BÉNÉFICIAIRES Entre 1999 et

Plus en détail

FÉCONDITÉ 4. Soumaïla MARIKO et Ali MADAÏ BOUKAR

FÉCONDITÉ 4. Soumaïla MARIKO et Ali MADAÏ BOUKAR FÉCONDITÉ 4 Soumaïla MARIKO et Ali MADAÏ BOUKAR Les informations collectées au cours de l EDSN-MICS-III sur l'histoire génésique des femmes permettent d'estimer les niveaux de la fécondité, de dégager

Plus en détail

Mardi 20 mars 2012. Aurélie ELOY - Claire GUILLOUËT - Céline LECLERC ORS Centre

Mardi 20 mars 2012. Aurélie ELOY - Claire GUILLOUËT - Céline LECLERC ORS Centre Mardi 20 mars 2012 Aurélie ELOY - Claire GUILLOUËT - Céline LECLERC ORS Centre Enquête réalisée à l initiative du Conseil régional de la région Centre, en partenariat avec l ARS du Centre, le Rectorat

Plus en détail

FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES

FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES FICHE N 13 : SUIVRE ET COMPARER DES CARRIÈRES PROFESSIONNELLES De quoi s agit-il? La mesure des risques discriminatoires dans les carrières professionnelles au sein d une organisation présente des difficultés.

Plus en détail

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie Etat de santé de la population valaisanne 2010 Sur mandat du Service de la santé publique du canton du Valais, l Observatoire valaisan de la santé, en collaboration avec l Institut universitaire de médecine

Plus en détail

RESPONSABILITE HUMAINE EN MATIERE DE SANTE ET D ENVIRONNEMENT

RESPONSABILITE HUMAINE EN MATIERE DE SANTE ET D ENVIRONNEMENT RESPONSABILITE HUMAINE EN MATIERE DE SANTE ET D ENVIRONNEMENT 1 sujet à traiter parmi ceux-là : - La maîtrise de la fécondité - Mode de vie et alimentation - Mode de vie et exposition au soleil - Des pratiques

Plus en détail

CAISSE DE COORDINATION AUX ASSURANCES SOCIALES. Prévention gynécologique 13-23 ans

CAISSE DE COORDINATION AUX ASSURANCES SOCIALES. Prévention gynécologique 13-23 ans CAISSE DE COORDINATION AUX ASSURANCES SOCIALES Prévention gynécologique 13-23 ans Mise à jour janvier 2015 Dès la puberté, adoptez le réflexe prévention : même quand tout va bien, un examen gynécologique

Plus en détail

Les Français et les sites et applications de rencontres

Les Français et les sites et applications de rencontres Les Français et les sites et applications de rencontres Février 2016 Sondage réalisé par pour LEVEE D EMBARGO : JEUDI 4 FEVRIER A 19H La méthodologie Fiche technique Recueil Echantillon Enquête réalisée

Plus en détail

«Extrait du cahier de l OPEQ n 168» (préqualification, qualification, dynamique insertion)

«Extrait du cahier de l OPEQ n 168» (préqualification, qualification, dynamique insertion) «Extrait du cahier de l OPEQ n 168» L INSERTION PROFESSIONNELLE A 6 MOIS DES STAGIAIRES DU PRF 2008-2009 (préqualification, qualification, dynamique iertion) LA FILIERE HOTELLERIE-RESTAURATION-TOURISME

Plus en détail

Plus de 35000 français ont été interrogés par

Plus de 35000 français ont été interrogés par Ministère de l Emploi, de la cohésion sociale et du logement Ministère de la Santé et des Solidarités Près de 14 % des actifs ou anciens actifs déclarent avoir connu une interruption d activité pour raison

Plus en détail

UN GYNECOLOGUE A LA RENCONTRE DES ADOLESCENTS

UN GYNECOLOGUE A LA RENCONTRE DES ADOLESCENTS 2015 UN GYNECOLOGUE A LA RENCONTRE DES ADOLESCENTS FRANCE Membre Fondateur du FSF FSF 91 boulevard de Sébastopol 75002 Paris CONSTATS Ces dernières années de nouvelles méthodes contraceptives sont apparues.

Plus en détail

Les pratiques en amateur

Les pratiques en amateur Direction générale de la création artistique Les pratiques en amateur Exploitation de la base d enquête du DEPS «Les pratiques culturelles des Français à l ère du numérique - Année 2008» Laurent Babé REPERES

Plus en détail

LES PETITS-DÉJEUNERS PRESSE DE L ORS PACA

LES PETITS-DÉJEUNERS PRESSE DE L ORS PACA LES PETITS-DÉJEUNERS PRESSE DE L ORS PACA Semaine européenne de prévention du cancer du col de l utérus Le lundi 24 janvier 2011 à 9h30 à l Observatoire régional de la santé Provence-Alpes-Côte d'azur

Plus en détail

L'offre de soins en dialyse dans la région Champagne Ardenne

L'offre de soins en dialyse dans la région Champagne Ardenne L'offre de soins en dialyse dans la région Champagne Ardenne Remerciements à la coordination : G. ARNOULT, B. DOMISSY BAURY, F. HARDY, H. MAHEUT, A.L. VARNIER, A. WOLAK Document préparé par Florian BAYER,

Plus en détail

Forum territorial de santé Santerre Haute Somme 3 décembre 2009

Forum territorial de santé Santerre Haute Somme 3 décembre 2009 Forum territorial de santé Santerre Haute Somme 3 décembre 2009 Synthèse du diagnostic territorial Points positifs Si globalement l épidémiologie des cancers (cf. points négatifs) n est pas bonne sur le

Plus en détail

Observatoire de la famille

Observatoire de la famille Observatoire de la famille La vulnérabilité dans la famille ou les événements qui peuvent affecter la vie d une famille Soucieuse de représenter l ensemble des familles et de défendre leurs intérêts auprès

Plus en détail

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière Direction des retraites et de la solidarité juillet 2015-12 Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière C. Bac (CNAV), I. Bridenne (CDC), A. Dardier

Plus en détail

L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque

L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque Geneviève ve Paicheler Centre National de la Recherche Scientifique Que sait-on sur la sexualité des jeunes? Les données des enquêtes Accompagner

Plus en détail

La sortie au spectacle vivant

La sortie au spectacle vivant Direction générale de la création artistique La sortie au spectacle vivant Présentation générale Exploitation de la base d enquête du DEPS «Les pratiques culturelles des Français à l ère du numérique -

Plus en détail

ENQUETE SUR LES SOLIDARITES FAMILIALES

ENQUETE SUR LES SOLIDARITES FAMILIALES OBSERVATOIRE REGIONAL DE LA FAMILLE ENQUETE SUR LES SOLIDARITES FAMILIALES INTRODUCTION Une étude américaine considère que les liens entre frères et sœurs, plutôt affectifs et égalitaires, représentent

Plus en détail

PRÉFET DE LA RÉGION. Septembre 2013

PRÉFET DE LA RÉGION. Septembre 2013 La formation aux professions sociales en Ile-de-France Exploitation statistique de l enquête 2011 Septembre 2013 PRÉFET DE LA RÉGION Sommaire Introduction 1 Présentation des résultats Ensemble des formations

Plus en détail

Chambre régionale de métiers et de l artisanat 19 mai 2008. Evaluation 2008 - Impact et résultats

Chambre régionale de métiers et de l artisanat 19 mai 2008. Evaluation 2008 - Impact et résultats Chambre régionale de métiers et de l artisanat 19 mai 2008 Evaluation 2008 - Impact et résultats LA REPRISE D ENTREPRISE DANS L ARTISANAT EN LANGUEDOC-ROUSSILLON ET L INTERVENTION DES CHAMBRES DE METIERS

Plus en détail

6. Les retraites. Enseignants titulaires du second degré public 9 800 départs à la retraite en 2013. 61,7 ans et 61,5 ans

6. Les retraites. Enseignants titulaires du second degré public 9 800 départs à la retraite en 2013. 61,7 ans et 61,5 ans 6. Les retraites A. Les départs à la retraite des personnels du secteur public en 213 111 B. Un nombre de départs à la retraite tendanciellement en diminution depuis 23 112 C. Le nombre de retraités de

Plus en détail

Séjours à l étranger en cours d études : analyse de l enquête Génération 2010

Séjours à l étranger en cours d études : analyse de l enquête Génération 2010 Séjours à l étranger en cours d études : analyse de l enquête Génération 2010 Rapport du CEREQ Annexe 1 de l Observatoire Erasmus + / notes Portrait des jeunes en mobilité internationale (1/2) Table des

Plus en détail

CHOISIR SA CONTRACEPTION

CHOISIR SA CONTRACEPTION La mienne est dans mon bras La mienne est au cuivre La mienne est en latex La mienne est sans ordonnance La mienne dure 3 ans La mienne n est pas contraignante La mienne est hebdomadaire La mienne est

Plus en détail

Les Français et l arrêt cardiaque

Les Français et l arrêt cardiaque pour Les Français et l arrêt cardiaque Novembre 2010 1 La méthodologie 2 2 Note méthodologique Etude réalisée pour : Fédération Française de Cardiologie Echantillon : Echantillon de 1007 personnes, représentatif

Plus en détail

y ç g g 2001. d) Immunisation hépatite B

y ç g g 2001. d) Immunisation hépatite B Population 1 Période N A % État de santé générale 7 Période N A Mesure B Mtl Mesure B Mtl % Écart à Tendance C Écart à Tendance C Population totale 2006 216 702 na 8 Espérance de vie Hommes 2001-2003 na

Plus en détail

LA PAUVRETÉ CHEZ LES PERSONNES HANDICAPÉES. Par Chantal Lavallée

LA PAUVRETÉ CHEZ LES PERSONNES HANDICAPÉES. Par Chantal Lavallée LA PAUVRETÉ CHEZ LES PERSONNES HANDICAPÉES Par Chantal Lavallée Parrainage civique des MRC d Acton et des Maskoutains Août 2010 Les personnes handicapées, tout comme les familles où elles vivent, sont

Plus en détail

Mobilités professionnelles

Mobilités professionnelles Mobilités professionnelles Note de synthèse Mai 2009 CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI Laurence GAUNE Contact TNS Sofres : Département Stratégies d opinion Eric CHAUVET / Raphaël RAYNAUD : 01 40 92 45

Plus en détail

Perceptions et connaissances nutritionnelles en Languedoc-Roussillon

Perceptions et connaissances nutritionnelles en Languedoc-Roussillon Baromètre santé nutrition 2008 Perceptions et connaissances nutritionnelles en Languedoc-Roussillon Le modèle alimentaire français accorde une importance particulière à la sociabilité et à la commensalité

Plus en détail

Philippe GERMAIN Secrétaire Général de l'observatoire National des Métiers de l Animation et du Sport

Philippe GERMAIN Secrétaire Général de l'observatoire National des Métiers de l Animation et du Sport 1 Ministère de l Education Nationale, de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Ministère de la Jeunesse des Sports et de la Vie Associative Paris le mercredi 27 avril 2005 Objet :Résultat de l étude

Plus en détail

L intégration sur le marché du travail des signataires du Contrat d accueil et d intégration en France en 2009

L intégration sur le marché du travail des signataires du Contrat d accueil et d intégration en France en 2009 Dossier L intégration sur le marché du travail des signataires du Contrat d accueil et d intégration en France en 2009 Florent Domergue, Virginie Jourdan* Les conditions d activité des signataires du Contrat

Plus en détail

K3 - Facteurs socio-économiques associés à la consommation d alcool en France : une étude des différents modes de consommations

K3 - Facteurs socio-économiques associés à la consommation d alcool en France : une étude des différents modes de consommations Congrès national des Observatoires régionaux de la santé 2008 - Les inégalités de santé Marseille, 16-17 octobre 2008 K3 - Facteurs socio-économiques associés à la consommation d alcool en France : une

Plus en détail

Les catholiques français et les évolutions de la société

Les catholiques français et les évolutions de la société Février 2014 Les catholiques français et les évolutions de la société Sondage réalisé par pour publié le dimanche 23 février 2014 Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès d un échantillon de Français

Plus en détail

JF/AM N 1-18309 Contacts IFOP : Jérôme Fourquet / Adeline Merceron Tél : 01 45 84 14 44 adeline.merceron@ifop.com jerome.fourquet@ifop.com.

JF/AM N 1-18309 Contacts IFOP : Jérôme Fourquet / Adeline Merceron Tél : 01 45 84 14 44 adeline.merceron@ifop.com jerome.fourquet@ifop.com. JF/AM N 1-18309 Contacts IFOP : Jérôme Fourquet / Adeline Merceron Tél : 01 45 84 14 44 adeline.merceron@ifop.com jerome.fourquet@ifop.com pour L intention des Français de faire un don pour la population

Plus en détail

Le devenir de la promotion 2012 des diplômés de licence professionnelle de Lille 3

Le devenir de la promotion 2012 des diplômés de licence professionnelle de Lille 3 e Ofiv Observatoire des Formations, de l Insertion et de la Vie Etudiante Juillet 2015 n 56 Étude Le devenir de la promotion 2012 des diplômés de licence professionnelle de Lille 3 Présentation de l étude

Plus en détail

COMPORTEMENT DES FUMEURS EN BELGIQUE 2014

COMPORTEMENT DES FUMEURS EN BELGIQUE 2014 COMPORTEMENT DES FUMEURS EN BELGIQUE 2014 Rapport adressé à la Fondation contre le Cancer GfK Belgium 2014 Comportement des fumeurs en Belgique 20 August 2014 1 Introduction : Contexte et objectifs Méthode

Plus en détail

Sommaire de la séquence 9

Sommaire de la séquence 9 Sommaire de la séquence 9 Tu viens de voir dans les deux séquences précédentes les mécanismes qui permettent à un couple d avoir un enfant. Toutefois, on peut souhaiter avoir des rapports sexuels sans

Plus en détail

Cette nouvelle édition met en évidence les enseignements suivants :

Cette nouvelle édition met en évidence les enseignements suivants : 7 ème baromètre annuel Energie-Info sur l ouverture des marchés, réalisé par le médiateur national de l énergie et la Commission de régulation de l énergie. Enquête réalisée par l institut CSA du 5 au

Plus en détail

Profil sociodémographique

Profil sociodémographique Profil sociodémographique La population > Les familles de recensement Les ménages privés > L'état matrimonial L'immigration > Les langues > Le marché du travail Le lieu de travail et le mode de transport

Plus en détail

N 8 - Août 2008. Les formations aux professions sociales à La Réunion en 2006. De plus en plus d étudiants

N 8 - Août 2008. Les formations aux professions sociales à La Réunion en 2006. De plus en plus d étudiants N 8 - Août 2008 Les formations aux professions sociales à La Réunion en 2006 L enquête 2006 auprès des établissements de formation aux professions sociales a concerné l IRTS basée à St Benoît et recensant

Plus en détail

Animations pour adolescent-e-s et adultes

Animations pour adolescent-e-s et adultes Modalités pratiques A qui s adressent les animations? A tous-tes. Quel Prix? Gratuit. Combien de temps prévoir pour les animations? Plus ou moins 2h. Le nombre de personnes est-il limité? Non mais il est

Plus en détail

ANNEXE A PLAN DE SONDAGE A.1 INTRODUCTION A.2 BASE DE SONDAGE

ANNEXE A PLAN DE SONDAGE A.1 INTRODUCTION A.2 BASE DE SONDAGE PLAN DE SONDAGE ANNEXE A A.1 INTRODUCTION La troisième Enquête Démograpque et de Santé et à Indicateurs Multiples au Niger (EDSN- MICS III) fait suite à celle réalisée en 1998 (EDSN II). Elle porte sur

Plus en détail

Comment les Français se soignent-ils? Opinions, comportements et attitudes. Résultats d enquête. Décembre 2015

Comment les Français se soignent-ils? Opinions, comportements et attitudes. Résultats d enquête. Décembre 2015 Comment les Français se soignent-ils? Opinions, comportements et attitudes Résultats d enquête Mediaprism Tour Cristal 7 quai André Citroën 75 015 Paris Tél. : 01 53 29 10 00 www.mediaprism.com Décembre

Plus en détail

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses JANVIER 2014 N 002 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques LA VAE EN 2012 DANS LES MINISTÈRES CERTIFICATEURS Plus de 250 000 personnes

Plus en détail

Enquête de Séroprévalence et sur les Indicateurs du Sida au Congo (ESISC-I) 2009 Rapport de Synthèse

Enquête de Séroprévalence et sur les Indicateurs du Sida au Congo (ESISC-I) 2009 Rapport de Synthèse République du Congo Enquête de Séroprévalence et sur les Indicateurs du Sida au Congo (ESISC-I) 2009 Rapport de Synthèse Ce rapport présente les principaux résultats de l Enquête de Séroprévalence et sur

Plus en détail

Après deux années de repli, le nombre de nouveaux

Après deux années de repli, le nombre de nouveaux MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Après deux années de repli, le nombre de nouveaux contrats d apprentissage progresse en Paca en 2011 : +1,3 % par

Plus en détail

Helix@Fotolia.com. L adolescent1 PARTIE 1

Helix@Fotolia.com. L adolescent1 PARTIE 1 Helix@Fotolia.com L adolescent1 Les caractéristiques de l adolescence TD 1 OBJECTIFS Présenter et justifier les principales caractéristiques de l adolescence : transformations physiques et physiologiques,

Plus en détail

Notre santé demain avec les nouvelles technologies

Notre santé demain avec les nouvelles technologies Champagne- Ardenne Etude sur les usagers et la télésanté dans la Marne MARNE Novembre 2012 Notre santé demain avec les nouvelles technologies Depuis 2004, les pouvoirs publics veulent faire bénéficier

Plus en détail

Points forts LES AUSTRALES EN 2012 : UN SOLDE MIGRATOIRE EXCÉDENTAIRE ÉTUDES. De la Polynésie française

Points forts LES AUSTRALES EN 2012 : UN SOLDE MIGRATOIRE EXCÉDENTAIRE ÉTUDES. De la Polynésie française Points forts 1 De la Polynésie française INSTITUT DE LA STATISTIQUE DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE LES AUSTRALES EN 212 : UN SOLDE MIGRATOIRE EXCÉDENTAIRE Points forts De la Polynésie française Au 22 août 212,

Plus en détail

Sommaire. Introduction 1. Ensemble des formations en Île de France 5. Conseiller en économie sociale familiale 11. Assistant de service social 17

Sommaire. Introduction 1. Ensemble des formations en Île de France 5. Conseiller en économie sociale familiale 11. Assistant de service social 17 La formation aux professions sociales en Ile-de-France Exploitation statistique de l enquête 2013 Août 2015 Sommaire Introduction 1 Présentation des résultats Ensemble des formations en Île de France 5

Plus en détail

État de santé des suicidés au cours des six mois précédant le geste suicidaire

État de santé des suicidés au cours des six mois précédant le geste suicidaire État de santé des suicidés au cours des six mois précédant le geste suicidaire Cette étude rétrospective est la première de grande ampleur réalisée en France, chez 38 sujets connus des services de médecine

Plus en détail

Forum territorial de santé Sud de l Aisne 20 novembre 2009

Forum territorial de santé Sud de l Aisne 20 novembre 2009 Forum territorial de santé Sud de l Aisne 20 novembre 2009 Synthèse du diagnostic territorial Points positifs Le Sud de l Aisne a un indice conjoncturel de fécondité (ICF) plus élevé qu en Picardie et

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE LA VIE ÉTUDIANTE QUITTER L'UNIVERSITÉ APRÈS UNE

OBSERVATOIRE DE LA VIE ÉTUDIANTE QUITTER L'UNIVERSITÉ APRÈS UNE OBSERVATOIRE DE LA VIE ÉTUDIANTE QUITTER L'UNIVERSITÉ APRÈS UNE PREMIÈRE ANNÉE DE LICENCE ANNÉE UNIVERSITAIRE 2006-2007 PLAN GÉNÉRAL INTRODUCTION p. 2 I. Représentativité de l'échantillon p. 3 1) Sexe

Plus en détail

Quand l'école est finie

Quand l'école est finie n 34 - janvier 2006 Quand l'école est finie en Franche-Comté L insertion des jeunes de la génération 2001 formés en Franche-Comté - synthèse L'étude exhaustive, réalisée par le Cereq, est téléchargeable

Plus en détail

Contacts Pôle Opinion - Corporate Jérôme SAINTE-MARIE / Directeur du Pôle 01 44 94 59 10 Claire PIAU / Directrice d études 01 44 94 59 08 Nicolas

Contacts Pôle Opinion - Corporate Jérôme SAINTE-MARIE / Directeur du Pôle 01 44 94 59 10 Claire PIAU / Directrice d études 01 44 94 59 08 Nicolas Contacts Pôle Opinion - Corporate Jérôme SAINTE-MARIE / Directeur du Pôle 01 44 94 59 10 Claire PIAU / Directrice d études 01 44 94 59 08 Nicolas FERT / Chargé d études sénior 01 44 94 59 62 2 Sondage

Plus en détail

Points forts LES MARQUISES EN 2012 : POPULATION ET CHÔMAGE EN HAUSSE ÉTUDES. De la Polynésie française

Points forts LES MARQUISES EN 2012 : POPULATION ET CHÔMAGE EN HAUSSE ÉTUDES. De la Polynésie française Points forts De la Polynésie française INSTITUT DE LA STATISTIQUE DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE LES MARQUISES EN 22 : POPULATION ET CHÔMAGE EN HAUSSE Points forts De la Polynésie française L archipel des Marquises

Plus en détail

Quelques mois après la naissance d un bébé,

Quelques mois après la naissance d un bébé, Naître en France L organisation familiale après la naissance L organisation du couple, puis de la famille, est modifiée par la naissance d un enfant. Comment les parents se répartissent-ils les rôles?

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES PME ET TPE. Synthèse des résultats

LE FINANCEMENT DES PME ET TPE. Synthèse des résultats LE FINANCEMENT DES PME ET TPE Synthèse des résultats Le 17 décembre 2007 I- Les besoins de financement des PME et TPE Les besoins de financement des PME et TPE varient fortement en fonction de la taille

Plus en détail

Cheminement vers. l abandon du tabac

Cheminement vers. l abandon du tabac 23 Résumé Objectifs Le présent article décrit les tendances qui caractérisent l usage du tabac au cours des 10 dernières années chez les personnes de 18 ans et plus. Les facteurs associés à l abandon du

Plus en détail

L impact des accidents de la route dans la population

L impact des accidents de la route dans la population L impact des accidents de la route dans la population Sondage Ifop pour la Délégation à la sécurité et à la circulation routières Etude n 113595 Contacts Ifop : Jérôme Fourquet / Jean-Philippe Dubrulle

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

La nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine compte vingt aires urbaines dont le pôle

La nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine compte vingt aires urbaines dont le pôle N 18 Septembre 20 Les grandes aires urbaines d ACAL : la croissance démographique tirée par les couronnes des grands pôles La nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine compte vingt aires urbaines

Plus en détail

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses AVRIL 2011 N 033 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques PARCOURS DES INTÉRIMAIRES : les intérimaires les plus expérimentés ont été moins

Plus en détail

La consommation d alcool chez les jeunes

La consommation d alcool chez les jeunes La consommation d alcool chez les jeunes > Michaël Hogge, Eurotox 1 La consommation d alcool chez les jeunes charrie son lot de fantasmes. Même si les dommages liés au mésusage d alcool sont une réalité

Plus en détail