J.M.DELLECI QUESTIONNAIRE SUR LA SAISIE SUR COMPTES BANCAIRES. (Prof. Dr. BURKHARD HESS) Questions. l. Comp6tence

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "J.M.DELLECI QUESTIONNAIRE SUR LA SAISIE SUR COMPTES BANCAIRES. (Prof. Dr. BURKHARD HESS) Questions. l. Comp6tence"

Transcription

1 J.M.DELLECI QUESTIONNAIRE SUR LA SAISIE SUR COMPTES BANCAIRES (Prof. Dr. BURKHARD HESS) Questions l. Comp6tence l.l. L'organe d'exdcution exclusivement compötent est I'huissier justice dont les fonctions sont ddfinies et röglementöes par differents textes : - La loi du 27 döcembre 1923 relative ä la suppldance s huissiers justice blessös et ä la cröation clercs assermentöes ; justice ; - L'ordonnance no du 2 novembre 1945 relative au statut s huissiers - Le döcrel n' du 29 fdvrier 1956 portant röglement d'administration publique pour I'application l'ordonnance dü 2 novembre 1945 relative au statut s huissiers justice ; - Le ddcret no du 3l ddcembre 1969 portant röglement d'administration publique pour l'application ä la profession d'huissiers justice la loi no du29 novembre 1966 relative aux socidtös civiles professionnelles ; - Le döcret no du 14 aoüt 1975 relatif aux conditions d'accös ä la profession d'huissier justice ainsi qu'aux modalitös s crdations, transferts et suppressions d'offices d'huissier iustice et concernant certains officiers ministdriels et auxiliaires justice. - Le ddcre t no du 30 döcemb re 1992 pris pour l'application ä la profession d'huissier j ustice la loi n' du 3 I döcembre i 990 relative ä I'exercice sous forme socidtös s professions libörales soumises ä un statut lögislatif ou rdglementaire ou dont Ie titre est protdgd. l.l.l. Les huissiers justice sont s officiers minist6riels titulaires d'une charge les autorisant ä exercer s fonctions rattachöes ä l'administration la iustice.

2 Ils doivent ötre titulaires la licence en droit ou d'un titre ou diplöme reconnus comme öquivalents, avoir accompli, sous rdserve certaines dispenses, un stage et avoir subi un examen professionnel Aucun rapport, hierarchique ou contröle, ne relie, a priori,l'huissier justice au juge I'exöcution. L'article 19 la loi no du 9 juillet 1991 portant röforme s procödures civiles d'exdcution habilite cependant l'huissier ä manr ä ce rnier donner les autorisations ou prescrire les mesures nöcessaires et lui offre la possibilitd, en cas difficultö, ä la faire trancher par le juge l'exöcution. I.2. Compdtence locale/internationale Selon l'article 9 du ddcret n" du 31 juillet 1992 instituant nouvelles rögles relatives aux procödures civiles d'exöcution pour l'application la loi du 9 juillet 1991 portant röforme s procödures civiles d'exöcution, sauf disposition contraire :. Compötence locale : le juge I'exöcution territorialement compdtent, au choix du manur, est celui du lieu ou meure le döbiteur ou celui du lieu d'exöcution la mesure (art.9 l" alinda).. Compötence internationale: si le döbiteur meure ä l'ötranger ou si le lieu oü il meure est inconnu, le juge compötent est celui du lieu d'exöcution la mesure (article 9 2o alinöa). S'agissant d'une saisie d'un compte bancaire, le juge l'exöcution peut donc tre indiffdremment celui du domicile du döbiteur ou celui tiers saisi (lieu d'exdcution la mesure) l.l.si le tiers döbiteur saisi est une banque qui dispose d'un röseau succursales et d'agences : ' Compötence locale: I'organe d'exdcution peut ötre aussi bien celui du siöge social la banque si la saisie est pratiqu auprös ce rnier ou celui du siöge la succursale ou I'agence concernöe par la saisie (cf ).. Compötence internationale: c'est celui du siöge social la banque qui est revable la cröance restitution s avoirs döposds ou Ia succursale situöe en territoire ötranger. Mais celle-ci n'ötant qu'une simple reprösentation la banque en territoire ötranger, les rögles du secret bancaire frangais interdisent fournir quelque information que ce soit ä I'organe d'exdcution compdtent sur ce territoire. Et la röponse due ä I'organe d'exöcution en France, au lieu du siöge social, est fonction s rögles applicables dans le territoire dtranger en matiöre secret bancaire. La plupart s pays sont dotöes rögles en la matiöre au moins dquivalentes, voire plus contraignantes que celles prövues en France Lorsque le compte est tenu par une fitiale ou un dtablissement secondaire dotd d'une personnalitd juridique propre, que son siöge social soit situö en France ou ä l'6tranger, llorgane d'exöcution compdtent est ndcessairement celui du siöge la filiale. En effet, la

3 3 saisie ne peut tre pratiqu qu'entre ses mains puisqu'il s'agit d'une personne morale juridiquement distincte la maison möre Le lieu la situation du patrimoine du tiers döbiteur saisi peut ötre ddterminant en ce qui concerne le droit s procddures civiles d'exdcution applicable La compötence du juge l'exdcution parait ötre limitöe au territoire frangais pour le patrimoine situö en France. Cette compdtence relöve s organes judiciaires du tenitoire concernö pour les biens qui en döpennt, en I'absence d'une ordonnance d'exequatur La compdtence peut döpendre du domicile ou du siöge du ddbiteur comme indiqud au 1.2.r. l.2.3.l En l'absence d'une ordonnance d'exequatur, la compötence est effectivement restreinte au patrimoine situö sur le territoire I'organe d'exöcution comme indiquö au t Lajuridiction chargöe la dölivrance du titre n'est pas, a priori, döterminante pour fixer la compötence. C'est plutöt le lieu situation s biens ä saisir qui dötermine cette compötence L'huissier justice a une compötence territoriale qui est fonction soit du domicile du döbiteur, soit celui du tiers saisi en cas saisie compte bancaire. Elle ne se recoupe cependant pas ndcessairement avec celle du juge I'exdcution, puisque s'agissant d'une saisie compte, celle-ci est d'abord signifid au tiers saisi par un huissier compötent territorialement en fonction du siöge ce rnier, puis dönoncd au döbiteur par un huissier du ressort son domicile. 'j t La procödure d'obtention I'acte d'exdcution 2.1. Les conditions remplies par le cröancier sont fonction I'acte en vertu duquel la saisie est exercöe. Il faut que I'acte soit assorti la formule exdcutoire qui est apposöe soit sur un acte notariö, soit sur une döcision justice döfinitive pass en force chose jugöe ou bdndficiant l'exdcution provisoire, soit, en matiöre chöque, d'un certificat non paiement dressd par un huissier justice. 2'1.1. Les conditions gönörales l'exdcution döpennt uniquement l'apposition la formule exöcutoire. 2.l.2.Lestitres exdcutoires peuvent ötre exöcutös pendant 30 ans. 2-l.3.Le cröancier doit fournir ä l'huissier justice chargd l'exdcution I'original du titre exöcutoire en vertu duquel la saisie va ötre pratiquöe A notre connaissance, il n'y a pas formulaire particulier ä utiliser.

4 ll n'est pas prövu pröcisions particuliöres ä fournir par le cröancier ä I'huissier justice concernant le compte ä saisir, car la saisie rend indisponibles tous les comptes du ddbiteur, sous röserve s observations relatives ä la portöe gdographique s saisies (cf ). Lorsqu'il est muni d'un titre exdcutoire, I'huissier dispose la pojsibilitd, aprös avoir ötabli un relevö recherches infructueuses, d'interroger le procureur la Röpublique afin rechercher l'adresse s ötablissements crödit auprös squels un compte est ouvert au nom du döbiteur, ainsi que I'adresse du döbiteur et celle son employeur (article 39 la loi l99l et article 54 du ddcret 1992) L'indication gönörale du nom du döbiteur est effectivement nöcessaire. Celle relative aux coordonn6es la banque ne le sont pas juridiquement. Mais en pratique, pour une plus gran efficacitö, il est pröferable que le cröancier puisse fournir ä I'huissier justice le maximum prdcisions sur ce point et au minimum le nom la banque concern. A döfaut, il dispose la facultö recourir ä la procödure recherche s informations nöcessaires qui est övoquöe au Juridiquement la loi frangaise ne prdvoit pas la possibilitd d'effectuer s saisies fondöes sur un simple soupgon, voire s saisies dites < inquisitoires >. Mais rien n'interdit toutefois ä l'huissier dölivrer un procös-verbal saisie ä la banque son choix, le coüt I'acte 6tant bien sür factur6 au cröancier, möme si la saisie est infructueuse Si la banque est une banque ä röseau, le cröancier peut, ä son choix, faire signifier la saisie au siöge social la banque, ou, sur le fonment la jurisprunce dite < s gares principales >, ä celui la succursale ou I'agence qui tient le compte du döbiteur (cf. infra r) L'huissier justice a la responsabilitö la conduite s opörations d'exöcution (article l9 alinöa 1" la loi 1991) et donc la rdgularitö la saisie. Il lui appartient donc, muni du titre exöcutoire, vdrifier que son acte saisie comporte les mentions qui doivent y figurer ä peine caducitd la mesure. Quant ä la cröance ä saisir, I'huissier justice peut exiger du tiers saisi la production s piöces justificatives venant ä l'appui sa döclaration (article 59 du döcret 1992) En principe, les effets l'acte d'exöcution se limitent au montant la cröance telle qu'elle est döterminöe par le titre exöcutoire et par le döcompte en principal et intöröts qui doit ötabli ä l'appui I'acte. En revanche si la mesure d'exdcution parait insuffisante pour permettre au cröancier d'espörer ötre dösintöressö en totalitö, rien ne lui interdit, sauf abus droit, d'engager, ä due concurrence, d'autres mesures d'exöcution sur les biens son döbiteur n principe le ddbiteur n'es1 pas entendu avant que la mesure d'exöcution soit arröt. Le ldgislateur a voulu pröserver lleffet surprise cette mesure, fagon ä öviter que le ddbiteur mauvaise foi ne puisse tenter se rendre insolvable. - soit le cröancier dötient ä son encontre un titre exdcutoire, et le ddbiteur sait que celui-ci peut engager contre lui toute mesure d'exöcution appropriöe que lui offre la loi. En outre, lorsque la mesure lui est ddnonc. le ddbiteur dispose la facultd d'ölever une contestation vant le juge I'exöcution (cf ).

5 5 - soit, en l'absence d'un tel titre, le crdancier initie une mesure conservatoiret, la m me fagon, le ddbiteur poursuivi peut contester cette mesure S'agissant s comptes qui enregistrent s salaires, le lögislateur a prdvu plusieurs möcanismes protection qui sont ddcrits infra (cf.7.l ä7.4) Il n'existe pas en droit frangais un tel dispositif. Cependant si le döbiteur est un particuiier se trouvant en situation surenttement, les articles L.331-l et suivants du Co la consommation lui ouvre la possibilitd manr ä la commission surenttement son domicile l'ouverture la procddure prövue pour traiter telles situations S'agissant la saisie-attribution, qui suppose que le cröancier soit en possession d'un acte exdcutoire, la procödure est extr mement rapi et efficace puisque les fonds saisis sont attribuds au crdancier dös la signification la mesure au tiers saisi. Cependant, sauf acquiescement dcrit du döbiteur ä la saisie (article 45 alinda 2 laloi 1991), ces fonds ne lui seront effectivement remis qu'ä l'issue du dölai contestation d'un mois prdvu par la loi 1991, sur prdsentation d'un certificat non contestation ötabli par I'huissier justice ou le greffe du tribunal (article 45 alinöa 1" la loi 1991 et article 6l du döcret 1992). Si une contestation est formöe par le döbiteur, il faudra attendre la döcision du juge I'exöcution qui est exdcutoire par provision (cf. infra ) Plusieurs situations sont ä envisager : - Soit le cröancier engage une saisie-attribution, auquel cas il n'a pas man ä prdsenter puisqu'il dötient ddjä, par hypothöse, un titre exdcutoire qui I'autorise ä engager sa mesure d'exdcution ä son grd. - Soit il effectue une saisie conservatoire qui nöcessite une autorisation du juge compdtent (f uge I'exöcution ou prdsint du tribunal commerce si le döbiteur est commergant), hormis le cas le cröancier se prövaut d'un titre exdcutoire, d'une ddcision justice n'ayant pas encore force exöcutoire, d'une lettre change accept, d'un billet ä ordre d'un chöque ou d'un loyer impayö rösultant d'un contrat dcrit louage (article 68 la loi 1991). En cas refus, le crdancier peut interjeter appel cette ddcision qui est cependant exöcutoire par provision. 2.7 '1. Les ddcisions du juge l'exdcution, bien qu'exöcutoires par provision, sont soumises au contröle la cour d'appel compdtente territorialement. 2J 2 Devant le juge l'exdcution comme vant la cour d'appel les parties sont effectivement convoqus. Le ddbiteur peut donc prdsenter son point vue Le crdancier n'est pas tenu verser une provision Sans objet, compte tenu ce qui prdcö Selon l'article 32 la loi 1991,Ies frais I'exdcution sont ä la charge du ddbiteur, sauf s'il est manifeste qu'ils n'dtaient pas ndcessaires au moment oü ils ont ötö exposös ",

6 3. La prise d'effet I'acte d'ex6cution 3.1. L'acte saisie, qu'il s'agisse d'une saisie-attribution ou d'une saisie conservatoirest d'abord signifid au tiers saisi puis dönoncö au döbiteur saisi (article 56 et 58 du döcret 1992), pour les raisons dvoqus au Les significations alternatives au sens la proposition Röglement du Conseil du l8 avrrl2002 n'existent pas en droit frangais. 3.2.C'est le crdancier qui doit faire procdr ä la signification la saisie par l'intermödiaire I'huissier justice. C'est ce rnier qui assume la responsabilitö la conduite s opöration d'exdcution (cf. 2.3.) L'huissier justice est seul compdtent pour procör ä I'exdcution s titres exöcutoires (cf. 1.1.) et donc pour signifier l,acte saisie. 3.3-La consdquence d'une signification ddfectueusest la caducitd la mesure, c'est ä dire I'anöantissement s effets qui y sont attachös. Cette caducitd peut rdsulter d'un vice forme l'acte lui-möme (par exemple le ddfaut d'une mention exig par la loi 1991 ou le ddcret 1992) S'agissant d'une mesure conservatoire, elle doit tre exöcutöe dans les trois mois ä compter I'ordonnance du juge, ä peine caducit6 cette rniöre (article 214 du ddcret 1992). 3'3.1' A l'dgard du tiers saisi, la signification döfectueuse annihile les effets la saisie ä l'ögard du tiers tant en ce qui concerne l'obligation qui lui est faite par la loi en matiöre saisie-attribution (et aujourd'hui par la jurisprunie pour les saisies conservatoires cröance) rdpondre sur le champ ä l'interpellation I'huissier, qu'en ce qui conceme celle bloquer les fonds logds au compte.,i.i A l'ögard du döbiteur saisi, la ddnonciation la saisie doit lui ötre notifiöe, äpeine caducitd, dans un dölai huit jours par acte d'huissier (article 58 alinda l" du ddcret t992). 4. Objet I'acte d'ex6cution 4.1.S'agissant s comptes bancaires, la loi 1991 et son ddcret d'application 1992, qui döfinissent s saisies spdcialiss par nature biens (biens meublei corporels, crdance sommes d'argent, biens meubles incorporels autres que s crdances somme d'argent), prövoit ux types saisies : o La saisie-attribution ou la saisie conservatoire crdance qui rennt indisponibles les comptes reprösentatifs crdances sommes d'argent, qu'il s'agisse comptes ä vue (comptes-courants, comptes chöques) ou comptes productifs d'intöröts (comptes d'dpargnes, comptes döpöts ä terme). o La saisie s valeurs mobiliöres (qui peut rev tir la forme conservatoire, ou celle d'une mesure d'exdcution selon que le cröancier est ou non muni d'un titre exöcutoire) qui est dödi aux seuls comptes enregistrant tels actifs. Cette saisie se prdsente comme une variante la saisie-vente röserv aux biens meubles corporels.

7 La saisie-attribution rend indisponible pendant 15 jours I'ensemble s comptes du ddbiteur qui reprösentent s crdances sommes d'argent (article 74 du ddcret ae t-llz;. tt en va möme pour la saisie conservatoire portant sur tels comptes, en application l'article 75 rnier alinöa la loi 1991 qui ötend ä cette saisie les dispositions pr6vues par l'atticle4t du möme texte en matiöre saisie-attribution s comptes bancaires. Le dölai d'indisponibilitö 15 jours est stinö ä permettre le dönouement sur le ou les sols saisis s opdrations en cours önumöröes par l'article 4T,ayantdate certaine antörieure ä la saisie, ä savoir : o Au crödit les remises ddjä entröes dans la comptabilitd la banque, en vue leur encaissement, s chöques ou effets commerce non encore inscrites au compte du döbiteur. r Au ddbit, les chöques ömis (c'est ä dire mis en circulation avant la saisie) tirös sur le compte saisi, les chöques escomptds au crödit ce compte avant la signification la saisie et revenus impayös postörieurement ä cette date, les retraits effectuös dans les guichets automatiques banque effectuös antörieurement ä la saisie, et les paiements par carte dös lors que les commergants bönöficiaires ont ötö effectivement crdditös antörieurement ä la saisie. En outre, par ddrogation, les effets commerce escomptds avant la signification la saisie et revenus impay s ä leur prdsentation ou ä leur dchdance postdrieurement peuvent ötre contrepassds dans le ddlai d'un mois suivant la saisie-attribution. 4.1'2 La saisie s comptes bancaires n'ayant effet que sur le sol prösentös par le ou les comptes du döbiteur au jour oü elle est signifi au banquier tiärs saisi, les sommes susceptibles d' tre ports au crddit du compte au lenmain la saisie ne sont pas affectöes par cette rniöre et restent donc disponibles. 4.l.2.Les arrötös compte ä venir peuvent ötre concernds par la saisie lorsque cette rniöre porte sur s comptes productifs d'intöröts, en vertu d'un adage qui veut que ( I'accessoire suit le principal >. La saisie, en l'occurrence, appröhen te cäpitat et les fruits qui en sont lssus. 4'1'3. Selon I'article 14 alinda 2 d,ela loi 1991, les saisies peuvenr poner sur les crdances conditionnelles, ä terme ou ä exdcution successive. Les modalitds propres ä ces obligations s'imposent au crdancier saisissant C'est notamment en application cette disposition que l'articl e 47 d,e la möme loi admet que la saisie puisse apprdhenr les crdances ( en germe > telles que les remises chöques et d'effets commerce enregistrs dans ia comptabilitd la banque antdrieurement ä la saisie mais non encore ports au compte du ddbiteur(cf. a.l.1.). Cependant la jurisprunce a döfini que la saisie ne peut appröhenr une crdance simplement öventuelle (Cass.2"" civ. l1 mai 2000). Il faut donc que le-principe l'obligation soit nd au jour la saisie, que la crdance ait un caractöre certitud. pou, qu.1u saisie puisse I'englober dans ses effets.

8 Une jurisprunce relativement ancienne, mais jamais ddmentie ; a estimö, ä propos I'ancienne saisie-arr6t, Que les ouvertures crddit iont insaisissables car le droit d,obtenir I'exdcution la promesse crödit est exclusivement attachd ä la personne l'emprunteur. L'intuitu personnae ainsi attachö ä I'ouverture crödit interdit äonc qu'une saisie puisse I'appröhenr (Cour d'appel paris l6 novembre l9g3). De m me, il a dtd jugd qu'une saisie-anöt ne pouvait frapper ni un döcouvert momentanö qui ne peut tre considörd comme une cröance du client sur la banque, ni un ddcouven permanent puisque la banque n'6tant pas döbitrice s sommes qu'elle a promis mettre ä disposition son client avant qu'elles ne soient effectivement utiliss par ce rnier, ce qui ä I'inverse, rend alors la banque crdanciöre s sommes avancöes (Couid'appel Rouen 14 novembre r97e). Ces solutions meurent aujourd'hui applicables ä la saisie-attribution et ä la saisie conservatoire pratiquöes entre les mains d,une banque. 4.2.Les effets la saisie-attribution sont limitös au montant la crdance cause la saisie telle qu'elle est constatöe par le titre exöcutoire, aprös prise en compte, le cas öchöant, s paiements intervenus puis l'dtablissement cet äcte, it s intöröti öventuellement courus puis I'exigibilitd la crdance. 4'2'l.ll en rösulte qu'ä l'expiration du ddlai dönouement s opörations en cours visö au 4'1'l',I'excönt du sol du ou s comptes subsistant öventuellemeni ä cette date doit ötre restitud au döbiteur par la banque tiers saisi, les effets la saisie dtant cantonnös par la loi au montant la cröance ä recouvrer. Il en va möme la port la saisie conservatoire qui est fonction I'autorisation du juge I'exöcution. Il appartient donc au cröancier, s'il viut dtendre cette mesure ä d,autres crdances qu'il ddtient contre le möme döbiteur, d'en faire dtat dans la requöte prösentöe au magistrat. 4'2'2' et Les coüts l'exöcution pris en considdration sont donc ceux correspondant ä la cröance döfinie soit dans I'acte d'exöcution soit dans l'ordonnance autorisant la saisie conservatoire Mainlev la saisie 4'2'4'l' La mainlevöe la saisie se röalise au moyen d'un acte mainlevöe signifid au tiers saisi par un huissier justice. Cette mainlevöe peut rösulter soit la volontö du creancier renoncer ä la mesure qu'il a engag, soit d'une ddcision judiciaire. Dans ce rnier cas, la mainlev concernera le pius souvent une saisie.onr.ruuioire, puisque la saisie-attribution etant mise en ceuvre en vertu d'un titre exdcutoire, le juge l'exd-cutione peut en suspendre l'exdcution (article 8 alinda 2 du döcret 1992). Celte mainlevöe pourru intervenir ä tout moment, en particulier si les conditions validitö exigds ne sont pai röunies (article 217 dt ddcret 1992) Si la mainlev d'une saisie conservatoire rdsulte d,unedöcision judiciaire, le cröancier est entendu ou appeld ainsi que le prescrit I'article 72 alinöal" la loi l99l

9 '3. Les textes applicables en la matiöre ne prdvoient pas d'entendre d'autres personnes telles que les membres la famille du döbiteur Effets I'accord d'opdration en compte courant La distinction entre compte courant et compte döpöt (ou compte-chöques est assez dölicate ä opdrer dans la mesure oü, dans les ux cas, il y a possibilitg röciprocitd s remises (Cf. Jean-Louis RIVES-LANGE et Monique CONTAMINE-RAYNAUD < Droit bancaire ) 6'*' ödition Dalloz no 276 et suiv.). Selon ces auteurs, les differences entre ces ux types comptes rdsulteraient essentiellement ux phönomönes : o alors que le compte courant dteint les cröances du seul fait leur inscription en compte, par fusion instantanöe en un sol disponible, le compte döpöi les öteint par compensation, ce qui signifie qu'en cas sol insuffisant ou döbiteur, il n'y u put extinction la crdance ; o contrairement au compte courant, le compte ddpöt n'implique pas un möcanisme garantie, ce qui signifie que la röciprocitö s remises n'est pal un ölöment nöcessair et qu'il n'y a pas d'affectation la gönöralitd s crdances au compte Bases et effets j uridiques du compte courant n'existe pas en droit frangais texte lögislatif ou rdglementaire rdgissant la matiöre s comptes courants. C'est une construction issue s usages commerciaux, qui a 6t6 peu ä peu fagonn par la jurisprunce et complöt par la doctrine Il est göndralement considdrö que le compte courant produit trois effets juridiques compldmentaires : o Un effet novatoire qui öteint chaque cröance entröe en compte pour en faire un simple article ce compte. Il en rdsulte, en particulier, qu. ie, privilöges ou grunti., susceptibles d'assortir cette cröance avant d'ötre inscrite au cröditäu.o*pt. dispäraissent par suite cette inscription. ' Un effet d'indivisibilitö s opdrations ports au compte : jusqu'ä la clöture du compte, les articles ddbit et crddit qui y sont enregirttd.r pour se- servir rdciproquemeni garantie, constituent un bloc indissociable. Mais l'övolution la jurispiunce sur ce point, en particulier en cas saisie frappant le compte, a battu en bröche cette conception, puisque la Cour cassation a du admettie que le sol provisoire crdditeur d'un compte courant est un öldment d'actif disponible du titulaire du compte qui est saisissable (Cass. com. 13 novembre 1973). o Un effet report du röglement global ces crdances et ttes rdciproques par compensation gönörale ä la clöture du compte. Mais en raison s nombreuses exceptions apports ä ces principes, certains auteurs (en particulier Jean-Louis RIVES-LANGE et Monique CONTAMINE-RAYNAUD citös sup.) ont dtd cor-rduits ä regrouper les effets juridiques du compte courant en fonction la volontd s parties, ä savoir : - un mdcanisme röglement selon lequel les crdance sont pays par leur fusion instantanöe en un sol immödiatement disponible

10 l0 - un mdcanisme garantie qui dtablit les diffdrentes articles crödit et döbit garantie ä leur rdciproque et qui affecte la gdnöralitd s cröances au compte. 4'3'3'L'accord d'opdration en compte courant (nous avons supposö qu,est ainsi vis l'affectation spöciale d'une somme logöe au compte courant). 4'3'3'1' L'article 47 la loi 1991 est limitatif, ce qui conduit ä dcarter s opörations en cours susceptibles modifier le sol provisoire du sol du compte rendu indisponible les sommes ayant fait l'objet d'une affectation spöciale antdrieurement ä la saisie. Une telle affectation ne rösultant que la seule volontd äu ddbiteur ne parait pas pouvoir ötre oppos6e au saisissant dans la mesure oü elle ne figure pas parmi les opörations susceptibles neutraliser les effets la saisie. 4'3'3'2' Le cröanciern'a aucun pouvoir d'interferer dans la relation compte nou entre la banque tiers saisi et le ddbiteur titulaire du compte courant. Ii n'a donc pas la possibilitd clöturer le compte en raison la saisie. 4'3'3'3' La convention compte courant s'analyse comme un contrat ä duröe indöterminöe qui autorise chaque partie ä le dönoncer unilatöraiement sous reserve respecter pröavis un dölai suffisant notifiö par 6crit. L'article L du co monötaire et financier ne permet ä la banque ddrogbr ä. ce principe qu'en cas comportement gravement röpröhensible client du ou au cas oü la situation aä ce rnier s'avöreäit indmödiablement compromise. saisie La du compte ne peut donc justif,rer ä elle seule la clöture immödiate du compte par banque. la 4'3'3'4' on se reportera, pour cette question, au S'agissant s cessions cröance, l'article 47 est limitatif et ne vise que les effets commerce escomptös et impayös. regretter on peut que les cessions cröances commerciales impays n'aieni pas 6tö incluses dans liste la s opörations susceptibles se dönouer sur le soläe indisponible. 4'3'3'4'l' Les crdances futures' dös lors qu'elles ne sont pas simplement dventuelles (cf ), sont donc, elles aussi, rendues indisponibles par la saisie. 4'3.'3'4'2' Pour que l'article 47 trouve application, il faut que les op6rations celles concernsoient qui sont önumdröes par l'article 47 et qu'elles aient jut...rtän.-*teri.ur. a la saisie On se reportera au 4.1.l. 4'4'La saisie qui s'applique ä s comptes collectifs immobilise les actiß qui y que sont log6s, le compte soit stipuld avec ou sans solidaritö. En effet, la banque tiers saisi n,est pas m6me ä ddterminer les droits chacun s cotitulaires sur ces actifs. Il appartient donc cotitulaires aux qui ne s'estiment pas concernös par la saisie solliciter la mainlev partielle totale ou cette rniöre en apportant la.preuve que les avoirs rendus indisponibles compte collectif au sont leur propriötd (cass. 2ötr civ. 24 avril r 9g5). Pour cette raison, I'article 77 du ddcret 1992 impose que la saisie qui est pratiqu compte joint sur un soit dönonc ä chacun s cotitulaires du compte. Si les noms et adresses autre s titulaires sont inconnus I'huissier justice, celui-ci man ä l,dtablissement oui l0

11 ll tient le compte les informer immödiatement la saisie et l'existence s sommes rdclamöes. 4'4'l' En raison l'indisponibilite s fonds produite par la saisie, aucun s cotitulaires ne peut plus disposer du sol du compte, sauf ä obtenii du juge I'exöcution la mainlevöe partielle ou totale la saisie comme indiquö ci-ssus ou manr ä bdndficier I'article 48 du ddcret 1992 s'il se trouve dans la situation d'un öpoux commun en biens dont les gains et salaires alimentent le compte joint (cf ) Voir ci-ssus Voir ci-ssus. 4'5' il n'existe pas rögles spdciales lorsque le vöritable propriötaire s fonds se dissimule rriöre l'intitd du titulaire du compte. C'est l'intituld ducompte qui, en principe dötermine si la saisie est efficace ou non. Il n'en va autrement que dans quelquis hypothöses comptes mandataires professionnels tels que, par exemple, les comptes syndic copropriötö, ou les comptes s caisses röglements professionnels d'avocats. 4:5'l' La banque n'a donc pas ä rechercher au lä s intitulds compte, sauf lorsqu,il s'agit compte mandataires professionnels ou comptes < ä rubriqu.r l,. 4'5'2' La saisie ne peut appröhenr que les actifs auxquels elle est dddiöe (en l'occurrence s crdances sommes d'argent) et appartenant ä la peisonne qui est reconnue döbitrice par le titre exöcutoire. 5. L'effet I'acte d'exöcution 5'1' La saisie rendant le sol du compte indisponible au jour la saisie, le ddbiteur ne peut plus effectuer paiement sur ce compte, horniis les opdiations visöes ä l'article 47 laloi ayant date certaine antörieure ä la saisie (cf ). Enievanche, si au lenmain la saisie, le compte est alimentö par I'argent frais, c'est ä dire par nouvelles remises portöes au crödit du compte, son titulaire est parfaitement en droit d'dmettre s paiements ä hauteur ces sommes qui sont disponibles. 5'2' Lä encore, il convient faire application I'article 47 pour les remises enregistr6es dans la comptabilitd la banque mais non encore portöes au Crödit du compte du ddbiteur. Rien ne lui interdit recevoir un paiement au ienmain la saisie, qui ne,..u pu, affect par les effets cette rniöre Situation juridique du döbiteur 5'3'l' ll convient d'opdrer une distinction entre les effets juridiques la saisie-attribution et ceux la saisie conservatoire crdance somme d'argänt : a) La saisie-attribution attribue immddiatement, comme son nom l'indique, la cröance somme d'argent (article 43 alinöa 1" la loi l99l), en l'occurrence le sol cröditeur figurant au compte. Cela signifie qu'ä I'instant oü elle est signifi, la saisie extrait cette somme du patrimoine du ddbiteur pour la rdserver au cröancier säisissant ä qui elle sera vers ll

12 l2 ä l'issue du ddlai dont dispose pour 9'Yn lo^t: contester la mesure dont il fait l,objet (article 45 alin6a 1" la loi 1991 et 66 du döcret 1992),surprösentation d,un cerlificat non contestation (article 61 du döcret 1992) ou, s'il y a coniestation, sur la signification la ddcision du juge l'exöcution rejetant la contestätion du ddbiteur (article"46 la loi 1991 et article 68 du ddcret d,e l99z) b) La saisie conservatoire cröance, quant ä elle, emporte plein droit consignation s sommes rendues indisponibles par la saisie et produit lei effets pr6uu., ä I'article 2075-l du co civil, c'est ä dire affectation spdciale et privilöge l,article il;;;;l;";;;;; disposition que les sommes saisies sont affectö.t.n gig. au profit du saisissant et lui conföre le droit se faire payer sur ces sommes par privilöge eiprdfdrence aux autres cröanciers. A ddfaut titre exdcutoire, il appartient par la suite au cröancier dans le mois qui suit l'exöcution la mesure conservatoire, a peine caducitd, d'introduire une procödure ou accomplir les formalitös nöcessaires ä I'obtention d'un titre exdcutoire (articles 70 la loi 1991 et 215 du ddcret 1992). Une fois ce titre obtenu, le crdancier signifie au tiers saisi un acte conversion en saisie-attribution comportant man paijment s sommes ä conculrence celles dont ce tiers s'est reconnu ou döclard döbiteur. Cette man entraine attribution immödiate la crdance saisie au profit du crdancier (article 240 du d6cret 1e92) I1convient lä encore distinguer : a) L'effet d'attribution immddiate attachöe ä la saisie-attribution est extrömement puissant puisque la signification ultörieure d'autres saisies ou toute autre mesure pr6lövement möme dmanant crdanciers privilögids, ainsi que la survenance d'un jugement portant ouverture d'un redressement ou d'une liquidation judiciaire, ne remettent pas en cause cette attribution (article 43 alinöa 2). ces dispbsitions suppriment donc toute espöce concours entre saisies, möme si certaines d'entre elles revötent un caractöre privildgid. C,est le < prix Ia course >. Toutefois ce principe connait trois exceptions : o Les saisies signifis au cours la möme journ, entre les mains du möme tiers, sont rdputöes faites simultanöment, et si les iommes disponibles ne permettent pas ddsintdresser la totalitö s crdanciersaisissants, ceux-ci viennent.n.on.ours (article 43 3ö" alinda;. t ' Lorsqu'une saisie-attribution se trouve priv d'effet, les saisies et prölövements ultdrieurs prennent effet ä leur date (article 43 rnier alinda). Enfin le mdcanisme instaurd par l'article 47 la loi 199let par l,article 74 duddcret 1992, en cas saisie pratiquöe sur un ou s comptes bancaires pour permettre le ddnouement, sur le ou les sols rendus indisponible, s opdrations en cours viss par cet article et ayant date certaine antdrieure ä la saisie (cf ), aboutit ä neutraliser, pendant la pörio liquidation ddfinie par cet article, l;effet d'atiribution, voire meme ä le rdduire ä ndant' En effet, selon ce dispositif, le ou ies sols frappös d,indisponibilitö pendant 15 jours (voire un mois en prdsence d'effets commerce escomptös) se ddcomposent en ux fractions : t2

13 l3 - la fraction saisie-attribu ä hauteur la cröance cause la saisie, - la fraction qui, bien que rendue indisponible, n'est pas atteinte par l'effet d,attribution. C'est sur cette uxiöme fraction que.la banque doit prioritairement s'efforcer d,imputer les paiements autorisös par I'article 47. Si, ä l'issue au d?tai liquidation, il subsiste sur cette fraction un reliquat, celui-ci sera restituö au ddbiteur saisi. Mais, en revanche, en cas d'insuffisance s sommes indisponibles non frapps par l'effet attributif la saisie, les paiements visös par I'article 47 pourront s'imputäi ä due concurrence sur le rofa" uitrituq voire I'absorber dans on intdgralitö si nöcessairä. C'est ce que parait impliquer l,avant rnier alinda I'article a7 qui önonce le principe que ( le sol saisi-attribud nlest affect6 par ces dventuelles opörations ddbit et crdäit que dans la mesure oü leur rösultat cumulö est nögatif et supörieur aux sommes non frapps par la saisie au jour leur röglement >. b) En ce qui concerne la saisie conservatoire cröance, le principe d'affectation spöciale döfini par I'article 75 alinöa l" la loi l99l (cf )'interdit uu*,uirl., pratiquöes ultdrieurement, saisies-attribution ou saisi.,.onr.ruatoires, concourir avec la saisie conservatoire initiale..c'est ce que parait confirmer l'alinöa 2t" d. l'article 75 la loi qui, faisant röserve s dispositions prdcdntes relatives ä la saisie conservatoire cröance, admet qu'un bien puisse faire I'objet plusieurs saisies conservatoires. S'agissant d'une saisie conservatoire d'un compte bancaire, l'article 47 trouve application (article 75 rnier alinöa). Quant ä la survenance d'une procödure redressement ou liquidation judiciaires du döbiteur, ux hypothösesont ä envisager : ' t Soit I'acte conversion en saisie-attribution intervient avant le jugement d,ouverture et I'effet attributif s'dtant produit, la survenance cet dvdnement n. p.ut remettre en cause l'attribution intervenue. En effet, selon une jurisprunce rdcente, ie-juge l,exdcution n'a pas ä se prdoccuper vdrifier si la saisie conservatoire est,ur". ti-bl. d,encourir la nullitd prövue par I'article L.621-r07 7o du co commerce pour les mesures inscrites en pörio suspecte (Cass. com. l5 octobre 2002). Soit la saisie conservatoire n'est pas encore convertie en saisie-attribution au jour du prononcd du jugement d'ouverture et les effets liös ä I'affectation spöciale prdvue par I'article 75 (cf ) d,e la loi disparaissent Voir ci-ssus Voir ci-ssus. 6. La situation juridique du tiers d6biteur 6'0' La notification du titre exöcutoire au tiers saisi ne conditionne pas la validitö la saisie. Il est en revanche exigd (article 56 du ddcret 1992 pour la saisie-attribution et article 234 du möme ddcret pour la saisie conservatoire crdan..; qr. l'acte saisie signifid ä ce tiers contienne, ä peine nullitd, dnonciation du titre.^d.utoir. (ou l,autoäation pour la saisie conservatoire) en vertu duquel la saisie est pratiquöe. l3

14 t La döclaration du tiers saisi 6' l ' l ' C'est I'huissier justice qui est.seul compötent pour procör ä l'interpellation du tiers saisi dölivrer les informations requises par l;article 44 la loi Lasolution est indiscutable s'agissant la saisie-attributiän qui est une mesure d'exöcution. En particulier, un clerc, m6me assermentd, ne peut procdr ä un. telle signification, qui constitue pour le tiers saisi un motif ldgrtime ne pis rdpondre (cour d'appel chamböry l0 mars lggg, cour d'appel paris l5 fdvrier 2000, cars. i,'. civ. ig fevrier 2003). 6'1'2' La signification d'une saisie attribution impose au tiers saisi fournir < sur le champ > ä I 'huissier j ustice (article 59 du döcret wszl les renseignements prdvus par I,article 44 la loi. En matiöre saisie conservatoire cröance, une jurisprunce rdcente impose au tiers saisi une obligation intique, car les renseignements auxqnets le tiers.uiri.rii.nu doivent ötre mentionnös dans I'acte saisie ainsi que le prescrit I'article 237 du ddcret 1992, ce qui implique qu'ils soient donnds sur le champ (Cass. 2Ö" civ. 7 novembr e 2002).Il semble donc en r6sulter que l'interpellation du tiers saisi nöcessite l'intervention d'un huissier justice fagon ä ce que la röponse du tiers soit enregistr par un officier ministdriel. 92 :LetierssaisiesttenudöclareraucrÖancier l'ötendue ses obligations ä l'6gard du bit.ur ainsi que les modalitds qui pourraient les affecter et, s'il y a lieu, les cessions cröance, döldgatiäs ou saisies antörieures (article 44 la loi 1991 et arricle 237 duddcret 1992). 6'2'l'Le tiers saisi doit ddclarer la nature du ou s comptes du döbiteur ainsi que leur sol au jour la saisie (article 76 du ddcret lgg2), y comiris ceux qui prösentent une position döbitrice (Cour d'appel paris l9 mai 1994) , Yoir ci-ssus. 6'2'2'l' Selon la pratique qui s'est instaur et qui s'appuie sur la jurisprunce gares dite principales <s >, il convient distinguer, lorsqu. lu bänqu. est une banque ä rdseau, que selon la saisie est signifiöe au siöge social la banque ou auprös l'une ses succursales Dans le premier cas, la saisie ä vocation ä appröhenr l'ensemble s comptes d,espöces dont le döbiteur est susceptible d'ötre titulaire äans l'ensemble du rdseau ia banque saisi' tiers car la saisie signifi ä une succursale ou une ug* la banque ne peut avoir un tel effel C'est ce que confirme la jurisprunce dds lors qu'ii est constatd que I'acte notification n'a aucun lien avec l'agence en cause et que la jurisprunce s gares principales ne peut 6tre appliqu (couid'appel Douai lg novembre 1993). Dans le second cas' en raison la jurisprunce s gares principales, les effets sont la limits saisie ä ou aux comptes öventuellement ouverts chez la suöcursale ou l,agence laquelle auprös la saisie est signifi Y oir ci-ssus Y oir ci-ssus. l4

15 l5 6'2'3'L'existence et le montant la cröance cause la saisie sont attestds par l,acte saisie qui doit notamment contenir, ä peine nullitd, I'dnonciation du titre.n u..rtu duquel elle pratiqu est (cf. 6.0.) et le ddcompte distinct s sommes röclams (articles 56 du d6cret pour la saisie-attribution et 234 pour la saisie conservatoire). 6'2'3'1' Quand i'acte concerne une saisie-attribution, ce ddcompte est ötabli enprincipal, frais et intdröts öchus, majors d'une provision pour les intdröts ä dchoir dans le d6lai d,un mois prövu pour ölever une contestation (article 56 3" du ddcret 1992). Quand il intdresse une saisie conservatoire crdance, il n'est exigd que le döcompte s sommes pour lesquelles la saisie est pratiqu. Ce ddcompte est celui qui a ötö arrötö principal en et intör ts lors la mise.n.*igibilitd la creance pour les besoins procddure la et sera ensuite compldtd lorsque le cr ancier aura obtenu lä titre exöcutoire qui lui est ndcessaire pour la conversion en saisie-attribution. 6'2'3'2' Si la saisie pratiquöe est une saisie-attribution, la contestation portant sur le principe la crdance cause la saisie doit tre port vant le juge l'exöcution dans le cadre la procödure s difficultds relatives aux titres exdcutoiäs prövue ä l,article L.3ll-12-l co du l'organisation judiciaire, puisque le cröancier agit en vertu d'un titre exöcutoire. cette procddure n'est soumise ä aucun lai 1cass. 2öme a". zl janvier l99g). S'il s'agit d'une saisie conservatoire, le cröancier doit obtenir un tel titre pour convertir sa mesure en saisie-attribution. Le ddbiteur dispose, cependant, dans les ux cas, ia facultö d'dlever dans le ddlai d,un mois une contestation qui peut en particulier porter ru, t. quuntum la crdance. 6'2'4' Comme il a ötö indiquö, le systöme s procddures frangais s'efforce d,öviter possible le plus les cas concours saisies (cf j. En revanche les articles 44 la loi 1991 et 237 duddcret lgg2impose dans tous au les tiers cas saisi signaler ä l'huissier justice au moment sa döclaration les antdrieures saisies qui lui ont ötd signifiöes (cf.6.2.). 6'3' l ' L'acte saisie-attribution rend le tiers personnellement ddbiteur s causes dans la la saisie limite son obligation (article 43 aliiöa 1., la loi 199r). Une telle disposition n'est, toutefois, pas prdvue en matiöre saisie conservatoire crdance. 6'3'1'l' L'absence ddclaratio ne vaut pas reconnaissance fictive du tiers saisi qui signification est, dös la saisie-attribution,,.nd, personnellement ddbiteur, mais l,expose sanction (cf une. 6.a). Le ddfaut rdponse du tiers saisi ä qui est signifi une saisie conservatoire crdance fait lui encourir une sanction (cf. 6.4.) Voir ci-ssus. i5

16 t La sanction la döclaration du tiers döbiteur 6'4'1. a) En matiöre saisie-attribution, le tiers saisi qui, sans motif lögitime, ne fournit pas les renseignements prdvus est condamnö, ä la cleman du cröancier, aux causes la saisie, c'est ä dire ä payer les sommes dues ä ce rnier, sans prdjudice son recours contre le ddbiteur. (article 60 alinda l" du ddcret 1992). En cas, ndgligence fautive ou ddclaration inexacte ou mensongöre, le tiers saisi s,expose ä tre condamnö ä s dommages-intdröts (article 60 alinöa 2 du döcre t 1992), dont la dötermination est laissöe ä l'appröciation s juges du fond. b) S'il s'agit d'une saisie conservatoire cröance, le tiers saisi s'expose ä s sanctions intiques (article 238 du d6cret 1992). 6'4'2' a) Si le döbiteur, qui fafl I'objet d'une saisie-attribution, nöglige d'utiliser la facult6 que lui ouvre I'article 45 alinda l" la loi 1991 contester la mesure pendant un ddlai d'un mois, le crdancier peut requdrir le paiement la crdance qui lui a ötd attribuöe par l,acte saisie' Toutefois, möme s'il n'ölöve pas contestation dans le dölai prescrit, le ddbiteur peut agir ä ses frais en röpdtition l'indu vant le juge du fond compötent (article 45 rnier alinöa la loi l99l). b) Lorsqu'il s'agit d'une saisie conservatoire, ä döfaut contestation avant l,acte conversion, la ddclaration du tiers est rdput exacte pour les seuls besoins la saisie.(article 239 du ddcret 1992) Voir ci-ssus. 6'4'2'2' En cas döfaut pur et simple rdponse, le tiers saisi encourt le risque d,une condamnation aux causes la saisie. Mais il esi exondrd cette responsabilitö dans trois cas (cf. infra '''' 6.5.1). 6'4'2'3' En cas ndgligence fautive ou ddclaration inexacte ou mensongöre, l,apprdciation l'ötendue la faute et la f,rxation s dommages-intdröts dventuels sont d" la compötence sjuges du fond. 6'4'2'4 La man du cröancier saisissant tendant ä la condamnation du tiers saisi ä l,une s condamnations prdvues par I'article 60 du ddcret 1992 est prdsent vant le juge I'exöcution. Elle n'est pas soumise ä I'article 45 la loi l99l et n'est donc pas enfermöe dans le dölai contestation d'un mois prövu par I'article 66 du döcret novembre 1curr.'2;.;;i;l; 1998) La protection du tiers döbiteur 6'5'1' Le tiers saisi peut dchapper ä la mise en cause sa responsabilitd pdcuniaire dans trois cas : o Lorsqu'il peut invoquer un motif lögitime : la ldgitimitd du motif relöve I'appröciation souveraine s juges du fond. Ainsi, le fait que llcte saisie soit remis par I'huissier justice ä un salarid qui n'a ni la qualitd ni le pouvoir lui rdpondre constitue pour la l6

17 t7 banque tiers saisi un motif lögitime - ne pas rdpondre ou rdpondre avec retard (cass. 2e" civ' l7 octobre 2002). E-n revanche, un dy#onctionnement informatique la all6gud par banque ne constitue pas un motif lögitime 'ctu. d'appel chambdry g janvier 2002). o Lorsqu'il n'est tenu ä aucune obligation envers le döbiteur au jour la saisie (Cass.2ö*. civ' 3 octobre. 209? ou lorsque la saisie (conservatoiren l'espöce) a öte annul 2'*' (cas. civ. 5 juillet 2000). o Lorsque l'huissier justice accor un dölai au tiers saisi pourrdpondre juillet (Cass. 2ö'. civ ). 6'5'2' En cas paiement effectud par erreur, il convient distinguer ux situation : o Si le paiement indu a pour origine une erreur l'huissier justice, il rnier appartient d'inmniser ä ce le tiers saiii et se retourner contre celui qui a regu ne une lui somme dtait qui pas stin. o Si ce paiement rdsulte d'une ereur du tiers saisi, il a la possibilitö d,engager vis la procödure au ci-ssous. 6'5'2'l' Le böndficiaire du paiement indu 6tant, par hypothöse, par mauvaise ricochet, foi, c,est donc, c'est le tiers saisi bonne foi qui.r, ulnil'frotög par cependant une procödure qui pas n,est simple ä mettre en Guvre. 6'5'2'2'Le tiers saisi, solvens bonne foi, dispose d'une action en rdpdtition I'accipiens l,indu contre mauvaise foi. 6'5'3' Le tiers saisi doit pouvoir obtenir I'inmnisation ses frais l'article sur le fonment 700 du nouveau co procddure civile auprös celui paiement qui a bdnöficid erronö. son Voir ci-ssus Voir ci-ssus. 7. La protection du d6biteur (immunit6s/insaisissaniutos; 7 'l ' La saisie peut porter sur un compte alimentd par s salaires ä condition caractöre d,en alimentaire respecter le et la fraction iniaisissable Sans objet. 7'3' Les dispositions en la matiöre combinent ux dispositif-s protection du döbiteur : o Le premier est organisd par les articles 44 et 45 du döcret lgg2 qui lorsque prövoient le que compte- est alimentd par s cröances insaisissables telles que fraction notamment la insaisissable s römundrations du travait, pensions retraite, famiiiales' allocations inmnitd chömage, I'insaisisr"uiiltJ-r. reporte ä due concurrence sol du sur le compte ' Le tituiaire ie compte peut, sur justification l,origine s sommes, l7

18 l8 en manr la mise.ä.disposition immödiate, ddduction faite s opörations venues en ddbit du compte puis le rnier versement. ' Le second rösulte du döcret du ll_septembre 2002 quia instituö un dispositif mise ä disposition immödiate, sur simple man öcrite iout titulaire d'un compte saisi, d,une somme ögale au maximum ä celui du revenu minimum d'insertion pour un allocataire dans la limite du sol cröditeur du compte au jour rdception äe la man. ce montant premiöre nöcessitö peut constituer une avance ä valoir sur les sommes :T1tlt^t-*les preceoent. ports au crödit du compte saisi telles que ddfinies au paragraphe 7'3'l' Un troisiöme volet protection concerne le conjoint commun en biens du poursuivi' döbiteur L'article 48 du döcret prdvoit qu.,"lorrqu'un compte, möme joint, est alimentö par les gains et salaires cet.öpou, et fait^l'objet d'une saisie pour le paiement la garantie ou d'une cröance n du chef du conjoint poursuiui, il est laissö immddiatement disposition ä la l'dpoux commun en biens une somme öquivalente ä son choix au gains montant s et salaires versds au compte au cours du mois prdcdnt la saisie ou au monrant mensuel moyen s gains st salaires versds dans les douze mäis prdcödant la saisie. De fagon plus gönöral, si le ddbiteur et sa famille se trouvent en situation surenttement, peut il saisir la commission surenttement dont il ddpend, ainsi que signalö supra (cf. 2.s.2.). 7'3'l'l' L'ensembl:-d. ces dispositions sont prövues par la loi lggl et d'application son döcret 1992, ainsi que par le döcret du l1 opr.ilur et,pour ce qui la procödure concerne surenttement däs particuliers, par te ioae la consommation. 7'3'1'2' S'agissant s saisies pratiquöes sur s comptes alimentös par s salaires, limites les sont fixöes par les texies lögaux et rdglementaires dont l'application sont compötence la du juge l'exdcution. Cernier ne-peut, cependant, ni *ääifi.r le dispositif la ddcision justice qui sert fonment aux poursuites, ni en suspendre l,ex6cution. revanche, En aprös la signification du commanmeni ou l'acte saisiä, il a compötence accorr pour un dölai gräce (article g alinda l" du ddcret 1992). Quant ä la procddure surenttement, le juge l'exdcution est chargd conferer exöcutoire force aux mesures recommands par la iommission surenttement en rödchelonnement matiöre s ttes du ddbiteur et suspension l'exigibilitö s qu'alimentaires, cröances autres aprös en avoir vdrifiö la rdgularite.ii. ti."-fondö (article L.332-l la du consommation)' co Il est dgalement saisi s contestations portant sur ces mesures L (article du möme co). 7'3'2' Les cröanciers d'aliments böndficient d'un dispositif spdcial qui a pour simplifier objectif et d'amdliorer I'efficacitd du recouvrement s cröances alimentaires Ce dispositif s,articule autour ux procödures : e La procödure paiement direct s pensions alimentaires auprös s tiers revables sommes d'argent ä I'dgard du ddbiteur d'aliments (loi no 73-5 du z janvier 1973 etddcret n" du l" mars 1973).ll s'agit d'une *.ru.. d'exdcution exerc par un huissier r8

19 lo justice entre les mains tout ddbiteur salaires, produits du travail ou autres revenus, ainsi que tout ddpositaire fonds. o La procddure.recouvrement public s pensions alimentaires, ouverte au cröancier d'aliments muni d'un titre exöcutoire et qui n'a pu obtenir le paiement ce qui par lui est dü les voies d'exdcution du droit privd. Ceite procddure lui permet confier le recouvrement s pensions alimentaires impays au comptable direct du Trösor, directement ou par I'intermddiaire d'un orgunir*. ddbiteur prestations familiales (loi no du22 döcembre lgg4 et döcret ni 75-r33g du 3l ddcembre 1g75). 7'3'2'2' Ces procddures, lorsqu'elles sont pratiquöes entre les mains d,un employeur, particuliörement sont efficaces, en raison du' caractöre priutegie s crdances puisqu'une d,aliments, fraction du salaire du döbiteur leur est röserv, et qu,en cas d,insuffisance, creances ces peuvent apprdhenr la fraction saisissable du salaire rdserv aux creanciers ordinaires du ddbiteur d,aliments. En revanche, ces crdances ne peuvent supplanter une saisie-attribution pratiquöe antörieurement sur un compte bancaiie en raison s effets particuliers attachös par ä cette saisie I'article 43 alinda 2 la loi : la signification ultörieure d'autres saisies ou toute mesure autre prölövement, möme ömanani cröancier privilögid, ne remet pas en cause attributif. l,effet Il semble en aller en ce {e.rycme qui concerne la saisie conservatoire cröance, compte I'affectation tenu spdciale s fonds au profit du saisissantpar6f6rence au privilöge 2073 l,article du co civil relatif au gage, qui conföre au cröancier l'efficacite aä ta gage. possession du Pas d'inxation La procddure protection du döbiteur 7 '4'1' Les rögles protectrices nöcessitent une requ6te du döbiteur qui veut en böndficier. 7 '4'2' Le döbiteur peut exiger du tiers saisi le payement immödiat soit d,une alimentaire, somme selon le dispositif döcrit au7.3. 7'4'3' Le montant correspondant au revenu minimum d'insertion est fixö et röajustö par ddcret. La fraction insaisissable s salaires se ddtermine en vertu d'un justificatif presentd ddbiteur par au tiers le saisi, dtabli par l'employeur, ou l'organisme payeur s,il s,agit pensions d'allocations. Les öventuelles contestatlons,oni l,.jl?:fifj la compöience du juge 7'5' En principe, il n'y a pas mesure protection parliculiöre en faveur du cröancier l'ecrdancier d'aliments bdndficie s procddures ddcrites au '5'2' Le cröancier titulaire d'une crdance rdsultant d'une faute dölictuelle du pas biteur n,est spöcialement protögd. l9

20 Sans objet. 8. Le recouvrement la cr6ance 8t 8'l'1' Lorsque le c-röancier a pratiqud une saisie-attribution, la crdance attribuöe lui est (cf' d,abord supra 5'3'1.)' puis ä l'isiue laprocddure, le tiers saisi verse au la cröancier cröance saisie sur prdsentation d'un certificat,ron"ont"siation ou, en cas signification contestation, sur la ddcision du juge.l'exdcution rejetant cette rniöre. cröancier Le paiement peut du intervenir avant I'expiration du ddlai contestation en cas öcrit d,acquiescement du ddbiteur. Lorsqu'il a recouru ä une saisie conservatoire crdance, la man par paiement le present crdancier au moyen I'acte conversion en saisie-attribution immödiate ffiofte attribution la crdance saisie ä concurrence du montant la condamnation dont et le s tiers sommes saisi s'est reconnu ou a dtd ddclard döbiteur (article 76 alinöa2 Pratiquement, d,elaloi lggl). ä compter la signification l'acte conue.sion, le ddlai ddbiteur quinze jours dispose d,un pour contester cet acte vant le juge l,exdcution I'absence son domicile. contestation, En le tiers saisi effectue t. paiement sur prösentation non d,un contestation' certificat Le. paiement peut intervenir avant l'expiration d'acquiescement du ddlai en cas öcrit du döbiteur laiicte 242 dudöcret 1992). 8'1'2' C'est en principe l'huissier justice instrumentaire qui intervient pour auprös recouvrer du tiers la saisi crdance. 8'l'3' une fois la procddure saisie ä son terme, la seule intervention se limite l,huissier justice ä ce qui est rappeld ci_ssus. 8' l '4' comment la crdance est-elle dotöe la formule exdcutoire au profit du cröancier? 8' 1'4' 1' A la diligence du juge l'exdcution qui a condamne le tiers saisi. 8'1'4'2' Lorsque le ddbiteur reconnait la cröance, il lui sutrt signer un acte d'acquiescement que l'huissier justice signifie au tiers saisi. 8'2' Droits s crdanciers concurrents. comme indiqud supra au ,Ies saisie sont concours pratiquement entre exclus par le dispositif mis ä ptu.. pur la loi ce qui lgg1, concerne aussi bien les en saisies-attribution que les saisies conservatoires crdance. La-seule hypothösenvisag par la loi est celle prdvue par son article celle 43 alinöa3, saisies c,est ä dire signifis dans la möme journ entre'les mains sont du möme alors tiers. rdputöes ces saisies faites simultandment et si les sommes disponibles dösintdresser ne permettent pas la totalitd s cröanciersaisissants, ceux-ci viennent que en concours, les sommes c,est ä dire saisies sont distribus < au marc le franc ), c'est ä dire au prorata chaque s crdancier. droits 20

TITRE I : INJONCTION DE PAYER CHAPITRE 1 : CONDITIONS ARTICLE 1

TITRE I : INJONCTION DE PAYER CHAPITRE 1 : CONDITIONS ARTICLE 1 L'ORGANISATION DES PROCEDURES SIMPLIFIEES DE RECOUVREMENT DES CREANCES ET DES VOIES D'EXECUTION (ACTE UNIFORME DU 10 AVRIL 1998 PORTANT ORGANISATION DES VOIES D'EXECUTION) TITRE I : INJONCTION DE PAYER

Plus en détail

LES RECOURS EN CAS DE NON PAIEMENT DE LA PENSION ALIMENTAIRE

LES RECOURS EN CAS DE NON PAIEMENT DE LA PENSION ALIMENTAIRE LES RECOURS EN CAS DE NON PAIEMENT DE LA PENSION ALIMENTAIRE Le cadre général Lorsque le juge aux affaires familiales a fixé la pension alimentaire pour un époux ou pour les enfants, cette décision s'impose

Plus en détail

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 LA PROCÉDURE DE SAUVEGARDE : CONDITIONS D'OUVERTURE, DÉROULEMENT ET EFFETS

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 LA PROCÉDURE DE SAUVEGARDE : CONDITIONS D'OUVERTURE, DÉROULEMENT ET EFFETS LA PROCÉDURE DE SAUVEGARDE : CONDITIONS D'OUVERTURE, DÉROULEMENT ET EFFETS Qu'est-ce que la procédure de sauvegarde d'une société? Quels sont ses effets et conséquences sur une entreprise? Comment entamer

Plus en détail

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS Un bien meuble incorporel est un bien qui n a pas d existence matérielle. C est un bien impalpable (ex : une somme d argent, les parts d une société). En France, il existe différents types de saisies de

Plus en détail

SOUS-SECTION 3 LA VENTE GLOBALE DU FONDS DE COMMERCE [DB 12C2233]

SOUS-SECTION 3 LA VENTE GLOBALE DU FONDS DE COMMERCE [DB 12C2233] SOUS-SECTION 3 LA VENTE GLOBALE DU FONDS DE COMMERCE [DB Références du document 12C2233 Date du document 30/10/99 c. Détermination des conditions principales de la vente. 37.Le tribunal a toute latitude

Plus en détail

RECOMMANDATION N 1 RELATIVE AUX CONVOCATIONS DES ASSEMBLÉES GÉNÉRALES

RECOMMANDATION N 1 RELATIVE AUX CONVOCATIONS DES ASSEMBLÉES GÉNÉRALES MINISTÈRE DE LA JUSTICE COMMISSION RELATIVE À LA COPROPRIÉTÉ La recommandation ci-après annule et remplace la précédente recommandation compte tenu de la loi SRU du 13 décembre 2000 et de son décret d'application

Plus en détail

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS de meubles incorporels (aussi appelée saisie-arrêt) est une procédure au moyen de laquelle il est possible pour un créancier d appréhender les biens dématérialisés constituant le patrimoine de son débiteur

Plus en détail

Dispositions relatives aux notaires au regard du registre du commerce et des sociétés

Dispositions relatives aux notaires au regard du registre du commerce et des sociétés Dispositions relatives aux notaires au regard du registre du commerce et des sociétés Décret n 67-868 du 2 octobre 1967 pris pour l'appli cation à la profession de notaire de la loi n 66-879 du 29 novembre

Plus en détail

MEMENTO DE BONNES PRATIQUES LA JURIDICTION DU PREMIER PRESIDENT EN MATIERE D'ARRET ET D'AMENAGEMENT DE L'EXECUTION PROVISOIRE --------

MEMENTO DE BONNES PRATIQUES LA JURIDICTION DU PREMIER PRESIDENT EN MATIERE D'ARRET ET D'AMENAGEMENT DE L'EXECUTION PROVISOIRE -------- chambre des avoués de Lyon MEMENTO DE BONNES PRATIQUES LA JURIDICTION DU PREMIER PRESIDENT EN MATIERE D'ARRET ET D'AMENAGEMENT DE L'EXECUTION PROVISOIRE -------- Ce document s'inscrit dans la continuité

Plus en détail

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS Un bien meuble incorporel est un bien qui n a pas d existence matérielle. C est un bien impalpable (ex: une somme d argent). Au Luxembourg, il 2 types de saisies de meubles incorporels. (I) -arrêt de droit

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Administrateur judiciaire Liquidateur judiciaire Mandataire judiciaire des entreprises Circulaire de la DACS n 2007-09 du 6 avril 2007 relative à l application du décret n 2006-1709 du 23 décembre 2006

Plus en détail

REGLEMENT DES LITIGES RELATIFS AUX BAUX COMMERCIAUX

REGLEMENT DES LITIGES RELATIFS AUX BAUX COMMERCIAUX REGLEMENT DES LITIGES RELATIFS AUX BAUX COMMERCIAUX 30/09/2014 En cas de désaccords relatifs au statut des baux commerciaux ou plus particulièrement à la fixation du loyer lors du renouvellement ou de

Plus en détail

REDRESSEMENT ET LIQUIDATION JUDICIAIRES I. DEFINITION DE LA CESSATION DES PAIEMENTS

REDRESSEMENT ET LIQUIDATION JUDICIAIRES I. DEFINITION DE LA CESSATION DES PAIEMENTS REDRESSEMENT ET LIQUIDATION JUDICIAIRES 23/07/2012 Tout dirigeant d entreprise en état de cessation de paiement doit en principe dans les 45 jours déposer son bilan auprès de la Chambre Commerciale du

Plus en détail

LOI Loi n 91-647 du 10 juillet 1991 relative à l aide juridique NOR: JUSX9100049L. Version consolidée au 27 janvier 2016

LOI Loi n 91-647 du 10 juillet 1991 relative à l aide juridique NOR: JUSX9100049L. Version consolidée au 27 janvier 2016 Le 27 janvier 2016 LOI Loi n 91-647 du 10 juillet 1991 relative à l aide juridique NOR: JUSX9100049L Version consolidée au 27 janvier 2016 Article 1 Modifié par LOI n 2014-1654 du 29 décembre 2014 - art.

Plus en détail

Droit de Vexécution STÉPHANE PIEDELIÈVRE. Professeur à l'université de Paris I. Professeur à l'université de Paris II

Droit de Vexécution STÉPHANE PIEDELIÈVRE. Professeur à l'université de Paris I. Professeur à l'université de Paris II THEMIS DROIT SOUS LA DIRECTION DE CATHERINE LABRUSSE-RIOU Professeur à l'université de Paris I et DIDIER TRUCHET Professeur à l'université de Paris II STÉPHANE PIEDELIÈVRE Professeur à l'université de

Plus en détail

Plan. I- Cadre juridique. II- Définition de Période d observation. III- Durée du période d observation

Plan. I- Cadre juridique. II- Définition de Période d observation. III- Durée du période d observation Plan I- Cadre juridique II- Définition de Période d observation III- Durée du période d observation IV- Le paiement des créances pendant la période d'observation I- Cadre juridique Loi n 95-34 du 7 avril

Plus en détail

Loi n 53-95 instituant des juridictions de commerc e

Loi n 53-95 instituant des juridictions de commerc e Dahir n 1-97-65 (4 chaoual 1417) portant promulgat ion de la loi n 53-95 instituant des juridictions de commerce (B.O. 15 mai 1997). Loi n 53-95 instituant des juridictions de commerc e Titre Premier :

Plus en détail

Schéma de la procédure de poursuite

Schéma de la procédure de poursuite Schéma de la procédure de poursuite Acteur responsable pour l'étape Créancier Débiteur Office compétent Juge S A I S I E P O U R S U I T E Paiement Avis de saisie Exécution de la saisie Réquisition de

Plus en détail

LOI N 2004-045 du 14 janvier 2005. (JO n 2966 du 25.04.05, p.3450) CHAPITRE PREMIER DE LA PREVENTION DES INFRACTIONS

LOI N 2004-045 du 14 janvier 2005. (JO n 2966 du 25.04.05, p.3450) CHAPITRE PREMIER DE LA PREVENTION DES INFRACTIONS LOI N 2004-045 du 14 janvier 2005 relative à la prévention et la répression des infractions en matière de chèques (JO n 2966 du 25.04.05, p.3450) CHAPITRE PREMIER DE LA PREVENTION DES INFRACTIONS Article

Plus en détail

OBJECTIFS : SAVOIR - Appréhender les principes juridiques concernant le chèque impayé. TEMPS PREVU : 0 h 30

OBJECTIFS : SAVOIR - Appréhender les principes juridiques concernant le chèque impayé. TEMPS PREVU : 0 h 30 ACTIVITE: ASSURER LES TRAVAUX COMPTABLES COURANTS Module 1 : Maîtriser les techniques de base de la comptabilité Séquence 2: Comptabiliser les documents bancaires et effectuer le suivi de la trésorerie

Plus en détail

Recommandation n 13 relative au conseil syndical (mise à jour 2010).

Recommandation n 13 relative au conseil syndical (mise à jour 2010). Recommandation n 13 relative au conseil syndical (mise à jour 2010). Parmi les organes essentiels du syndicat des copropriétaires, le conseil syndical, qui est obligatoire, sauf exceptions, joue un rôle

Plus en détail

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE A QUI INCOMBE LE RECOUVREMENT DES CHARGES? Le rôle du syndic : Le non-paiement des charges par un ou plusieurs copropriétaires oblige

Plus en détail

Elle remplace la directive n 75-89 du 20 octobre 1989.

Elle remplace la directive n 75-89 du 20 octobre 1989. Titre Objet Origine LETTRE AUX INSTITUTIONS DE L ASSURANCE CHOMAGE RECOUVREMENT CONTENTIEUX DES CONTRIBUTIONS DUES PAR UNE PERSONNE MORALE DE DROIT PUBLIC AYANT ADHERE A L ASSURANCE CHOMAGE Direction des

Plus en détail

Table des matières. Le chèque

Table des matières. Le chèque Le chèque Table des matières L utilisation...2 Le délai de validité...2 Les mentions obligatoires...2 Le montant :...2 La signature :...2 L'opposition...3 Les cas d'opposition :...3 La procédure :...3

Plus en détail

De la Saisie Attribution Bancaire en Droit des Procédures de Recouvrement des Créances OHADA

De la Saisie Attribution Bancaire en Droit des Procédures de Recouvrement des Créances OHADA De la Saisie Attribution Bancaire en Droit des Procédures de Recouvrement des Créances OHADA Billet du blog publié le 27/05/2014, vu 4307 fois, Auteur : YAV & ASSOCIATES 1. LIMINAIRES L'efficacité des

Plus en détail

modifié par le règlement n 2002-07 du 21 novembre 2002 et les arrêtés du 15 mai 2006, du 18 décembre 2009 et du 15 mai 2014

modifié par le règlement n 2002-07 du 21 novembre 2002 et les arrêtés du 15 mai 2006, du 18 décembre 2009 et du 15 mai 2014 Règlement n 99-14 du 23 septembre 1999 relatif à la garantie des titres détenus, pour le compte d'investisseurs, par les établissements de crédit, les entreprises d'investissement et les autres intermédiaires

Plus en détail

SESSION DU CIFAF 2013

SESSION DU CIFAF 2013 SESSION DU CIFAF 2013 Présenté Par Maître Maximin CAKPO-ASSOGBA Avocat à la Cour Mardi 03 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Les sûretés sont des techniques juridiques destinées à assurer le règlement des créances

Plus en détail

«Management de la paie et gestion du contentieux de la sécurité sociale»

«Management de la paie et gestion du contentieux de la sécurité sociale» SEMINAIRE INTERNATIONAL DU CADEV Thème : «Management de la paie et gestion du contentieux de la sécurité sociale» KRIBI, Cameroun, 7 9 Octobre 2009 Mieux comprendre la saisie-attribution des rémunérations

Plus en détail

ACTE UNIFORME PORTANT ORGANISATION DES PROCÉDURES SIMPLIFIÉES DE RECOUVREMENT ET DES VOIES D'EXÉCUTION

ACTE UNIFORME PORTANT ORGANISATION DES PROCÉDURES SIMPLIFIÉES DE RECOUVREMENT ET DES VOIES D'EXÉCUTION ACTE UNIFORME PORTANT ORGANISATION DES PROCÉDURES SIMPLIFIÉES DE RECOUVREMENT ET DES VOIES D'EXÉCUTION 2 SOMMAIRE LIVRE I - PROCÉDURES SIMPLIFIÉES DE RECOUVREMENT 1à 27 TITRE I - INJONCTION DE PAYER...

Plus en détail

Page 1. Document 1 de 1. Cour d'appel Douai Chambre 8, section 1. 5 Décembre 2013. Confirmation partielle N 13/01825 SA BANQUE SOLFEA

Page 1. Document 1 de 1. Cour d'appel Douai Chambre 8, section 1. 5 Décembre 2013. Confirmation partielle N 13/01825 SA BANQUE SOLFEA Page 1 Document 1 de 1 Cour d'appel Douai Chambre 8, section 1 5 Décembre 2013 Confirmation partielle N 13/01825 SA BANQUE SOLFEA Madame Béatrice SIX épouse PLATEL Classement : Contentieux Judiciaire Résumé

Plus en détail

TITRE 3 LA SAISIE DES BIENS PLACES DANS UN COFFRE-FORT

TITRE 3 LA SAISIE DES BIENS PLACES DANS UN COFFRE-FORT 158 TITRE 3 LA SAISIE DES BIENS PLACES DANS UN COFFRE-FORT 159 LA SAISIE DES BIENS PLACES DANS UN COFFRE-FORT...en bref... Cette procédure permet d'appréhender les biens placés dans un coffre-fort appartenant

Plus en détail

LIVRE I - PROCÉDURES SIMPLIFIÉES DE RECOUVREMENT

LIVRE I - PROCÉDURES SIMPLIFIÉES DE RECOUVREMENT ACTE UNIFORME PORTANT ORGANISATION DES PROCÉDURES SIMPLIFIÉES DE RECOUVREMENT ET DES VOIES D'EXÉCUTION Date d adoption : 10 avril 1998 Date d entrée en vigueur : 10juillet 1998 Le Conseil des Ministres

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l'arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l'arrêt suivant : Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mardi 12 janvier 2016 N de pourvoi: 13-26318 Publié au bulletin Cassation partielle M. Frouin (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, SCP

Plus en détail

N 36 SENAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1984-1985. relatif à l'intervention des organismes débiteurs des prestations

N 36 SENAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1984-1985. relatif à l'intervention des organismes débiteurs des prestations PROJET DE LOI adopté le 12 décembre 1984 N 36 SENAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1984-1985 PROJET DE LOI relatif à l'intervention des organismes débiteurs des prestations familiales pour le recouvrement

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE TOULON N 1200083 ------------------ RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. .. _. AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS M. Pnvat Magistrat désigné

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE TOULON N 1200083 ------------------ RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. .. _. AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS M. Pnvat Magistrat désigné TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE TOULON N 1200083 ------------------ RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M... _. AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS M. Pnvat Magistrat désigné Audience. du 10 janvier 2013 Le Tribunal administratif de

Plus en détail

Décision n 2006-17 D du 16 mars 2006. Dossier documentaire Source : services du Conseil constitutionnel 2006

Décision n 2006-17 D du 16 mars 2006. Dossier documentaire Source : services du Conseil constitutionnel 2006 C o n s e i l c o n s t i t u t i o n n e l Décision n 2006-17 D du 16 mars 2006 Demande tendant à la déchéance de plein droit de M. Jean-François MANCEL, Député Dossier documentaire Source : services

Plus en détail

SOUS-SECTION 1 RÉGIME DE LA COMMUNAUTÉ LÉGALE RÉDUITE AUX ACQUÊTS [DB 12C2111]

SOUS-SECTION 1 RÉGIME DE LA COMMUNAUTÉ LÉGALE RÉDUITE AUX ACQUÊTS [DB 12C2111] SOUS-SECTION 1 RÉGIME DE LA COMMUNAUTÉ LÉGALE RÉDUITE AUX Références du document 12C2111 Date du document 01/10/77 b. Transfert de la gestion des biens propres. 20En vertu des dispositions de l'article

Plus en détail

Le formalisme de la contrainte de l URSSAF

Le formalisme de la contrainte de l URSSAF Le formalisme de la contrainte de l URSSAF Article juridique publié le 26/01/2015, vu 3035 fois, Auteur : Maître Joan DRAY La contrainte est une procédure extrajudiciaire accélérée pour le recouvrement

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 14 février 2014 relative aux élections municipales Etablissement des procurations. Inscription sur les listes électorales Permanences du casier judiciaire national et dans les tribunaux d

Plus en détail

Pas d inscription possible (R.532-6)

Pas d inscription possible (R.532-6) 1 er cas : Le créancier dispose d un titre exécutoire (L.511-2) Cas : Décision d une juridiction de l ordre judiciaire ou administratif ayant force exécutoire acte notarié revêtu de la formule exécutoire

Plus en détail

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon www.facdedroit-lyon3.com

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon www.facdedroit-lyon3.com La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon www.facdedroit-lyon3.com Fiche à jour au 1 er octobre 2006 FIICHE PEDAGOGIIQUE VIIRTUELLE Diplôme : Master 1

Plus en détail

DELEGATIONS DE POUVOIRS DANS LES SOCIETES PAR ACTIONS SIMPLIFIEE (SAS) ANALYSE DU MEDEF

DELEGATIONS DE POUVOIRS DANS LES SOCIETES PAR ACTIONS SIMPLIFIEE (SAS) ANALYSE DU MEDEF DELEGATIONS DE POUVOIRS DANS LES SOCIETES PAR ACTIONS SIMPLIFIEE (SAS) ANALYSE DU MEDEF Dans plusieurs arrêts récemment rendus, les Cours d appel de Paris et de Versailles remettent en cause les actes

Plus en détail

Statuts CCAS v3 délibération CA CCAS du 22 juin 2007 1

Statuts CCAS v3 délibération CA CCAS du 22 juin 2007 1 STATUTS DE LA CAISSE DE COORDINATION AUX ASSURANCES SOCIALES DE LA RATP Conformément aux dispositions du Décret 2004-174 du 23 février 2004 Statuts CCAS v3 délibération CA CCAS du 22 juin 2007 1 CHAPITRE

Plus en détail

BOI-ENR-DMTG-20-40-20140930 ENR

BOI-ENR-DMTG-20-40-20140930 ENR BOI-ENR-DMTG-20-40-20140930 ENR - Mutations à titre gratuit - Donations - Taxe de publicité foncière 1 Les actes de donation portant sur des immeubles intervenant à compter du 1er juillet 2014 entrent

Plus en détail

Guide Mémento. NATURE DE LA CREANCE (dénomination) Contribution aux charges du ménage SUR. Pension REQUETE. alimentaire D'UN SEUL PARENT SUR REQUETE

Guide Mémento. NATURE DE LA CREANCE (dénomination) Contribution aux charges du ménage SUR. Pension REQUETE. alimentaire D'UN SEUL PARENT SUR REQUETE Guide Mémento Recueil - PTF Prestations familiales PREUVES DU CARACTERE EXECUTOIRE D'UN JUGEMENT FIXANT UNE CREANCE ALIMENTAIRE SITUATION Séparation de fait (pas de demande de divorce ou de séparation

Plus en détail

STATUTS A. S. L. DES PROPRIÉTAIRES DU LOTISSEMENT

STATUTS A. S. L. DES PROPRIÉTAIRES DU LOTISSEMENT STATUTS A. S. L. DES PROPRIÉTAIRES DU LOTISSEMENT Les présents statuts sont dressés à la requête de M. ESPIGAT Serge représentant de ADSE, fondateur de l Association. TITRE I DÉFINITION, PÉRIMÈTRE ET CARACTÉRISTIQUES

Plus en détail

ARBITRAGE : MODE D EMPLOI (Conforme au décret du 13 janvier 2011)

ARBITRAGE : MODE D EMPLOI (Conforme au décret du 13 janvier 2011) ARBITRAGE : MODE D EMPLOI (Conforme au décret du 13 janvier 2011) Le décret n 2011-48 du 13 janvier 2011 portant réforme de l arbitrage est entré en vigueur au 1 er mai 2011 sous réserves de dispositions

Plus en détail

N 77 S B N.A.T PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1972-1973 PROJET DE LOI. relatif au paiement direct de la pension alimentaire. (Texte définitif.

N 77 S B N.A.T PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1972-1973 PROJET DE LOI. relatif au paiement direct de la pension alimentaire. (Texte définitif. PROJET DE LOI adopté le 19 décembre 1972. N 77 S B N.A.T PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1972-1973 PROJET DE LOI relatif au paiement direct de la pension alimentaire. (Texte définitif.) Le Sénat a adopté

Plus en détail

N 1203709 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 1203709 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE RENNES YS/LD N 1203709 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Mme M. Simon Magistrat désigné Audience du 21 mai 2013 Lecture du 18 juin 2013 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif

Plus en détail

Recoveris.com Conditions Générales de Service

Recoveris.com Conditions Générales de Service Recoveris.com Conditions Générales de Service Préambule Recoveris.com (le «Site») est un site édité par Demander Justice (le «Mandataire»), société par actions simplifiée au capital de 228.005 euros, immatriculée

Plus en détail

PROCEDURE D ADMISSION A L AIDE SOCIALE DES PERSONNES AGEES ET DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP

PROCEDURE D ADMISSION A L AIDE SOCIALE DES PERSONNES AGEES ET DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP PROCEDURE D ADMISSION A L AIDE SOCIALE DES PERSONNES AGEES ET DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP Instances concourant à l admission à l aide sociale Procédures d admission à l aide sociale Obligation

Plus en détail

Textes de référence (extraits en annexe) : Table des matières. Introduction

Textes de référence (extraits en annexe) : Table des matières. Introduction L'exécution forcée en matière civile en Italie Textes de référence (extraits en annexe) :! Code civil! Code de procédure civile! Loi du 1er décembre 1970, n 898 Table des matières A. Exécution des obligations

Plus en détail

Dépôts et consignations, Loi sur les, L.R.Q. c - D-5

Dépôts et consignations, Loi sur les, L.R.Q. c - D-5 Dépôts et consignations, Loi sur les, L.R.Q. c - D-5 Dernière mis à jour: avril 2007 L.R.Q., chapitre D-5 Loi sur les dépôts et consignations SECTION I DU BUREAU DES DÉPÔTS ET CONSIGNATIONS Bureau des

Plus en détail

INSTRUCTION. N 02-092-A-M du 18 novembre 2002 NOR : BUD R 02 00092 J. Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique

INSTRUCTION. N 02-092-A-M du 18 novembre 2002 NOR : BUD R 02 00092 J. Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique INSTRUCTION N 02-092-A-M du 18 novembre 2002 NOR : BUD R 02 00092 J Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique RECOUVREMENT CONTENTIEUX ANALYSE Solde bancaire insaisissable Date d application

Plus en détail

VERONE. Cependant les sûretés sont régies par le Code Civil et le Code de Commerce.

VERONE. Cependant les sûretés sont régies par le Code Civil et le Code de Commerce. Thème N 4 LES VOIES D EXECUTION VERONE Les voies d exécution sont régies en France par la loi du 9 juillet 1991 portant réforme des procédures civiles d exécution et du décret du 18 décembre 1992. Rares

Plus en détail

DECRET N 93/032 du 19 janvier 1993 Fixant le Régime Financier Applicable aux Universités

DECRET N 93/032 du 19 janvier 1993 Fixant le Régime Financier Applicable aux Universités DECRET N 93/032 du 19 janvier 1993 Fixant le Régime Financier Applicable aux Universités LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, VU la Constitution ; VU l'ordonnance n 62/0F/4 du 7 février 1962 portant Régime Financier

Plus en détail

QUESTIONS SUR LA CRÉATION ET LA DÉLIVRANCE DES CONCESSIONS FUNÉRAIRES L'article L. 2223-1 du Code général des collectivités territoriales (CGCT)

QUESTIONS SUR LA CRÉATION ET LA DÉLIVRANCE DES CONCESSIONS FUNÉRAIRES L'article L. 2223-1 du Code général des collectivités territoriales (CGCT) QUESTIONS SUR LA CRÉATION ET LA DÉLIVRANCE DES CONCESSIONS FUNÉRAIRES L'article L. 2223-1 du Code général des collectivités territoriales (CGCT) impose aux communes de posséder un ou plusieurs terrains

Plus en détail

Questionnaire sur la saisie sur comptes bancaires

Questionnaire sur la saisie sur comptes bancaires Prof. Dr. Burkhard Hess Study JAI A3/02/2002 Questionnaire sur la saisie sur comptes bancaires 1. Compétence des organes d exécution 2. La procédure d obtention de l acte d exécution 3. La prise d effet

Plus en détail

Recommandation n 9 relative à l information réciproque de l acquéreur et du syndic en cas de vente amiable d un lot.

Recommandation n 9 relative à l information réciproque de l acquéreur et du syndic en cas de vente amiable d un lot. Recommandation n 9 relative à l information réciproque de l acquéreur et du syndic en cas de vente amiable d un lot. La Commission, Considérant que les articles 19 et 20 de la loi n 65-557 du 10 juillet

Plus en détail

Evry Crédits vous informe : la réglementation bancaire

Evry Crédits vous informe : la réglementation bancaire Interdit bancaire & chèque sans provision : Il y a chèque sans provision lorsqu'il y a défaut de provision sur votre compte le jour ou le chèque est présenté au paiement ou lorsque l'établissement bancaire

Plus en détail

Direction des Opérations Direction de la réglementation. La phase contentieuse

Direction des Opérations Direction de la réglementation. La phase contentieuse La phase contentieuse Sommaire 1. Recouvrement contentieux : la contrainte 2. Mise à jour des délégations 3. Présentation de la nouvelle application Contentieux dans AUDE 2 Procédure exclusive Conditions

Plus en détail

N 103 SÉNAT PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT APRÈS DÉCLARATION D'URGENCE

N 103 SÉNAT PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT APRÈS DÉCLARATION D'URGENCE PROJET DE LOI adopté le 13 juin 1972. N 103 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 1971-1972 PROJET DE LOI ADOPTÉ PAR LE SÉNAT APRÈS DÉCLARATION D'URGENCE modifiant la loi n 71-579 du 16 juillet 1971 relative

Plus en détail

TITRE 4 LA SAISIE DES CREANCES DE SOMMES D'ARGENT

TITRE 4 LA SAISIE DES CREANCES DE SOMMES D'ARGENT 186 TITRE 4 LA SAISIE DES CREANCES DE SOMMES D'ARGENT 187 CHAPITRE 1 LA SAISIE DES RÉMUNÉRATIONS Le législateur n'a pas profondément bouleversé la procédure de saisie des rémunérations. Les principales

Plus en détail

AGENCE COMPTABLE DU LYCEE PROFESSIONNEL PIERRE DESGRANGES A ANDREZIEUX-BOUTHEON REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

AGENCE COMPTABLE DU LYCEE PROFESSIONNEL PIERRE DESGRANGES A ANDREZIEUX-BOUTHEON REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS RAPPORT N 2013-080 JUGEMENT N 2013-021 LYCEE PROFESSIONNEL PIERRE DESGRANGES (LOIRE) AUDIENCE PUBLIQUE DU 14 JUIN 2013 CODE N 042 844 001 DELIBERE DU 14 JUIN 2013 EXERCICES 2008 A 2010 LECTURE PUBLIQUE

Plus en détail

BANCAIRES DANS LES ETATS- PARTIES AU TRAITE DE L'OHADA Par Maître Mathieu SOME, Avocat au barreau du Burkina Faso

BANCAIRES DANS LES ETATS- PARTIES AU TRAITE DE L'OHADA Par Maître Mathieu SOME, Avocat au barreau du Burkina Faso Sous-thème N 3 : LA SAISIE DES COMPTES BANCAIRES DANS LES ETATS- PARTIES AU TRAITE DE L'OHADA Par Maître Mathieu SOME, Avocat au barreau du Burkina Faso La saisie des comptes bancaires est réglementée

Plus en détail

CODE DU TRAVAIL (Partie Réglementaire - Décrets en Conseil d'etat)

CODE DU TRAVAIL (Partie Réglementaire - Décrets en Conseil d'etat) CODE DU TRAVAIL (Partie Réglementaire - Décrets en Conseil d'etat) Section 2 : Emploi des enfants dans les spectacles et les professions ambulantes - Emploi des enfants comme mannequins et dans la publicité

Plus en détail

RECOUVREMENT DES CHEQUES SANS PROVISION 23/08/2010 Il y a émission de chèque sans provision dès lors qu un débiteur remet en paiement au créancier un chèque bancaire ou postal alors qu'il ne possède pas

Plus en détail

Décision du 31 mars 2015 Cour des plaintes

Décision du 31 mars 2015 Cour des plaintes B u n d e s s t r a f g e r i c h t T r i b u n a l p é n a l f é d é r a l T r i b u n a l e p e n a l e f e d e r a l e T r i b u n a l p e n a l f e d e r a l Numéro de dossier: BB.2014.133 Décision

Plus en détail

RÉPUBLIQUE ET CANTON DU JURA

RÉPUBLIQUE ET CANTON DU JURA RÉPUBLIQUE ET CANTON DU JURA TRIBUNAL CANTONAL COUR DES ASSURANCES AA 97 / 2012 + AA 101 / 2012 Président : Philippe Guélat Juges : Daniel Logos et Gérald Schaller Greffière : Nathalie Brahier ARRET DU

Plus en détail

Article 53. Extrait du DÉCRET n 91-1197 DU 27 NOVEMBRE 1991 MODIFIÉ ORGANISANT LA PROFESSION D AVOCAT (Consolidé au 29 juillet 2013) Article 229

Article 53. Extrait du DÉCRET n 91-1197 DU 27 NOVEMBRE 1991 MODIFIÉ ORGANISANT LA PROFESSION D AVOCAT (Consolidé au 29 juillet 2013) Article 229 EXTRAITS DES TEXTES SUR LA PROFESSION D AVOCAT CONCERNANT LA CARPA ET LA GESTION DES FONDS DE TIERS (les textes sur l aide juridique ne sont pas visés dans ce document) Extrait de la LOI n 71-1130 DU 31

Plus en détail

Article 1. a) fausse monnaie;

Article 1. a) fausse monnaie; Arrêté royal n 22 du 24 OCTOBRE 1934 relatif à l'i nterdiction judiciaire faite à certains condamnés et aux faillis d'exercer certaines fonctions, professions ou activités Article 1. Sans préjudice des

Plus en détail

Telle est, Monsieur le Président de la République, l économie du présent projet de décret que j ai l honneur de soumettre à votre signature.

Telle est, Monsieur le Président de la République, l économie du présent projet de décret que j ai l honneur de soumettre à votre signature. REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un but - Une Foi ----------------- DECRET N 83-423 du 21 AVRIL 1983 RELATIF AUX ACTIVITES DE TRANSACTION ET DE GESTION IMMOBILIERES RAPPORT DE PRESENTATION La loi n 82-07

Plus en détail

Société de Participations Financières de Profession Libérale par actions simplifiée Au capital de euros Siège social : STATUTS

Société de Participations Financières de Profession Libérale par actions simplifiée Au capital de euros Siège social : STATUTS Société de Participations Financières de Profession Libérale par actions simplifiée Au capital de euros Siège social : STATUTS SOMMAIRE Titre I - Forme - Dénomination - Objet - Siège Durée ARTICLE 1 Forme

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS 1 ex 'y': '-, 1., ':'f" P'~>::p..1~. 84 Grand'Rue TRIB UN -67504 AL D' HAGUENAU ln STAN C~ ~J~~~~~~~ CEDEX Tél: 03.88.06.03.84 -Télécopieur: 03.88.06.03.81 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANçAIS

Plus en détail

La désignation du syndic par l assemblée générale des copropriétaires

La désignation du syndic par l assemblée générale des copropriétaires La désignation du syndic par l assemblée générale des copropriétaires Article juridique publié le 13/02/2015, vu 3211 fois, Auteur : Maître Joan DRAY La Cour de cassation, par une décision du 5 novembre

Plus en détail

19 Décembre 2012 JUGE AUX AFFAIRES FAMILIALES DE MENDE

19 Décembre 2012 JUGE AUX AFFAIRES FAMILIALES DE MENDE Page 1 Document 1 de 1 Cour d'appel Nîmes Chambre civile 2, section C 19 Décembre 2012 N 11/00745 X / Y Classement :Inédit Contentieux Judiciaire ARRÊT N R.G : 11/00745 FI/DO JUGE AUX AFFAIRES FAMILIALES

Plus en détail

T R I B U N A L D E GRANDE I N S T A N C E D E P A R I S 1

T R I B U N A L D E GRANDE I N S T A N C E D E P A R I S 1 T R I B U N A L D E GRANDE I N S T A N C E D E P A R I S 1 3ème chambre 4ème section N RG : 13/16361 N MINUTE : JUGEMENT rendu le 12 février 2015 DEMANDERESSE S.A. AEROPORTS DE PARIS 291 boulevard Raspail

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt-six mars deux mille quinze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt-six mars deux mille quinze. N 24 / 15. du 26.3.2015. Numéro 3420 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt-six mars deux mille quinze. Composition: Georges SANTER, président

Plus en détail

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003)

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Article 1 er.- La présente loi règle une matière visée à l'article 78 de la Constitution. Chapitre I er.- Champ d'application,

Plus en détail

625, rue St-Amable Québec (Québec) G1R 2G5. AVENANT - COMPTE DE RETRAITE IMMOBILISÉ DU MANITOBA (CRI-Manitoba)

625, rue St-Amable Québec (Québec) G1R 2G5. AVENANT - COMPTE DE RETRAITE IMMOBILISÉ DU MANITOBA (CRI-Manitoba) 625, rue St-Amable Québec (Québec) G1R 2G5 AVENANT - COMPTE DE RETRAITE IMMOBILISÉ DU MANITOBA (CRI-Manitoba) Nature de l avenant Le présent avenant ne s applique qu au preneur pour lequel des prestations

Plus en détail

Possibilité d'acompte Pour les règlements des sommes supérieures à 3 000 EUR, il est possible de régler l'acompte en espèces.

Possibilité d'acompte Pour les règlements des sommes supérieures à 3 000 EUR, il est possible de régler l'acompte en espèces. Chèques et chèquiers Paiement par chèque Dans quel cas peut-on payer par chèque? Le chèque est un mode de paiement largement accepté mais un commerçant peut refuser un paiement par chèque ou exiger pour

Plus en détail

Vu la Constitution, notamment son article 26,

Vu la Constitution, notamment son article 26, Loi n 6-79 organisant les rapports contractuels entre les bailleurs et les locataires des locaux d'habitation ou à usage professionnel promulguée par le Dahir n 1-80-315 (17 safar 1401) (B.O. 21 janvier

Plus en détail

COUR D APPEL DE NOUMÉA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Président : M. STOLTZ AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Greffier lors des débats : Guylaine BOSSION

COUR D APPEL DE NOUMÉA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Président : M. STOLTZ AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. Greffier lors des débats : Guylaine BOSSION COUR D APPEL DE NOUMÉA N 09/150 Président : M. STOLTZ RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier lors des débats : Guylaine BOSSION Chambre sociale Arrêt du 21 Janvier 2010 PARTIES DEVANT

Plus en détail

Cumuls d'emplois NOUVELLES DISPOSITIONS RELATIVES AU CUMUL D'ACTIVITÉS DES AGENTS PUBLICS

Cumuls d'emplois NOUVELLES DISPOSITIONS RELATIVES AU CUMUL D'ACTIVITÉS DES AGENTS PUBLICS Cumuls d'emplois Références : NOUVELLES DISPOSITIONS RELATIVES AU CUMUL D'ACTIVITÉS DES AGENTS PUBLICS Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires (article 25), modifiée

Plus en détail

AVIS DE MARCHE SERVICES

AVIS DE MARCHE SERVICES Département de publication : 75 Annonce No 14500000 Service Date de mise en ligne 27/10/2014 AVIS DE MARCHE SERVICES Directive 2004/18/CE. SECTION I : POUVOIR ADJUDICATEUR I.1) Nom, adresses et point(s)

Plus en détail

1 C95 Convention sur la protection du salaire, 1949

1 C95 Convention sur la protection du salaire, 1949 1 C95 Convention sur la protection du salaire, 1949 Convention concernant la protection du salaire (Note: Date d'entrée en vigueur: 24:09:1952. Cette convention a été partiellement révisée en 1992 par

Plus en détail

I. - Texte du projet de loi

I. - Texte du projet de loi Projet de loi portant réforme de l exécution des peines et modifiant : - le Code d instruction criminelle ; - le Code pénal ; - la loi modifiée du 7 mars 1980 sur l organisation judiciaire, et - la loi

Plus en détail

LOI N 93.022 du 26 janvier 1993 1 INSTITUANT UN REGIME PARTICULIER DE RECOUVREMENT DES CREANCES BANCAIRES ET DES ETABLISSEMENTS DE CREDIT.

LOI N 93.022 du 26 janvier 1993 1 INSTITUANT UN REGIME PARTICULIER DE RECOUVREMENT DES CREANCES BANCAIRES ET DES ETABLISSEMENTS DE CREDIT. REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE HONNEUR- FRATERNITE-JUSTICE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE LOI N 93.022 du 26 janvier 1993 1 INSTITUANT UN REGIME PARTICULIER DE RECOUVREMENT DES CREANCES BANCAIRES ET DES

Plus en détail

Loi n 1.339 du 7 septembre 2007 relative aux fonds communs de placement et aux fonds d'investissement.

Loi n 1.339 du 7 septembre 2007 relative aux fonds communs de placement et aux fonds d'investissement. Loi n 1.339 du 7 septembre 2007 relative aux fonds communs de placement et aux fonds d'investissement. ALBERT II PAR LA GRACE DE DIEU PRINCE SOUVERAIN DE MONACO Avons sanctionné et sanctionnons la loi

Plus en détail

Loi n 2000-642 du 10 juillet 2000 portant réglementation des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques

Loi n 2000-642 du 10 juillet 2000 portant réglementation des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques Loi n 2000-642 du 10 juillet 2000 portant réglementation des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques Chapitre Ier : Les ventes volontaires de meubles aux enchères publiques. (abrogé) Article

Plus en détail

Projet de loi Q 6 9 cdmiliétant la loi n 15.95. formant code de commerce

Projet de loi Q 6 9 cdmiliétant la loi n 15.95. formant code de commerce Royaume du Maroc Ministère de l'industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies..: (L C I j

Plus en détail

AVIS DE MARCHE SERVICES

AVIS DE MARCHE SERVICES Département de publication : 75 Annonce No 11042600 Services Date de mise en ligne : 01/02/2012 I. II. III. IV. VI. AVIS DE MARCHE SERVICES SECTION I : POUVOIR ADJUDICATEUR I.1) Nom, adresses et point(s)

Plus en détail

IMMATRICULATION DES COPROPRIÉTÉS

IMMATRICULATION DES COPROPRIÉTÉS APPLICATION DE LA LOI ALUR COPOPRIÉTÉ IMMATRICULATION DES COPROPRIÉTÉS La loi instaure un fichier d immatriculation des copropriétés afin de prévenir leur dégradation. Cette immatriculation incombera aux

Plus en détail