Suivi du marché 2012 des installations individuelles solaires photovoltaïques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Suivi du marché 2012 des installations individuelles solaires photovoltaïques"

Transcription

1 Suivi du marché 2012 des installations individuelles solaires photovoltaïques Avec le soutien de : Observ ER 2013 Suivi du marché des installations individuelles solaires photovoltaïques 1 Septembre 2013

2 Sommaire Préambule et méthodologie p. 3 Partie 1 Les chiffres du marché 2012 p. 9 Partie 2 Répartition géographique des ventes p. 11 Partie 3 Les canaux de distribution p. 14 Partie 4 Les types d opérations p. 16 Partie 5 Le suivi des prix moyens p. 18 Partie 6 Les chiffres d affaires p. 24 Observ ER 2013 Suivi du marché des installations individuelles solaires photovoltaïques 2

3 Préambule Ce rapport présente les résultats du volet quantitatif du suivi du marché 2012 des installations solaires photovoltaïques individuelles 0 à 3 kwc. Une synthèse de l étude sera mise en libre téléchargement sur le site internet d Observ ER ( dans la section «Les études d Observ ER». Observ ER 2013 Suivi du marché des installations individuelles solaires photovoltaïques 3

4 Méthodologie de l étude Les informations analyses développées dans la présente étude reposent sur trois actions de collectes distinctes : une collecte réalisée auprès de l ensemble des acteurs intervenant sur le marché photovoltaïque français en tant que fabricants ou distributeurs de panneaux solaires photovoltaïques ; une collecte réalisée auprès de l ensemble des régions métropolitaines qui proposaient des aides pour ce type d investissement au cours de l année 2012 ; une collecte d information auprès d un panel de 20 installateurs d équipements solaires photovoltaïques individuels en France. Observ ER 2013 Suivi du marché des installations individuelles solaires photovoltaïques 4

5 1. Le suivi des ventes 2012 Le suivi du marché des panneaux solaires photovoltaïques a été basé sur une collecte de données réalisée auprès de l ensemble des acteurs intervenant sur le marché français en tant que fabricants/distributeurs ou importateurs. Le questionnaire portait sur les points suivants : Ventes totales en kwc faites entre le 1 er janvier et le 31 décembre 2012 sur le segment de 0 à 3 kwc ; Détail de la répartition des ventes suivant 4 canaux de distribution (vente directe, réseau de grossistes, réseau d installateurs exclusif, réseau de GSB) ; Détail de la répartition géographique des ventes 2012 selon 7 grandes régions métropolitaines. Le canal des régions et des aides qu elles proposent à la filière photovoltaïque n est plus utilisé pour évaluer les ventes annuelles du secteur. Trop de régions ne proposent plus de subventions aux installations individuelles photovoltaïques pour pouvoir servir de base à une évaluation du marché. En revanche, ce canal est encore exploitable pour obtenir des éléments de suivi de prix moyens. Observ ER 2013 Suivi du marché des installations individuelles solaires photovoltaïques 5

6 Le canal des installateurs En parallèle à la démarche faite auprès des acteurs industriels, une collecte de données et d informations a été effectuée auprès d un panel de 20 installateurs de la filière situés en France métropolitaine. L objet de ce travail a été d obtenir des détails complémentaires sur les installations et sur les premières tendances pour La collecte a porté sur les points suivants de leur activité 2012 : la part des opérations photovoltaïques individuelles faites dans des résidences principales (par opposition aux résidences secondaires) ; la part des opérations photovoltaïques individuelles faites dans des habitations neuves en 2012 (par opposition à l habitat existant) ; les premières tendances de l évolution des ventes d installations photovoltaïques individuelles en 2013 par rapport à Observ ER 2013 Suivi du marché des installations individuelles solaires photovoltaïques 6

7 2. Le suivi des prix Le suivi des prix moyens a été basé sur trois collectes : 1 - Collecte auprès des régions Pour chaque région proposant encore des aides aux particuliers pour l investissement dans une installation solaire photovoltaïque individuelle, l organisme en charge de la comptabilité des dossiers de demande d aide déposés a été sollicité (dans certaines régions, le conseil régional a délégué à l ADEME ce suivi administratif). La collecte de données a porté sur les points suivants : le nombre de dossiers déposés par des particuliers (et l équivalent en m 2 de capteurs) entre le 1 er janvier et le 31 décembre 2012 ; le nombre d installations effectivement mises en service (et l équivalent en kwc de capteurs) entre le 1er janvier et le 31 décembre 2012 pour des applications CESI ou SSC. Les indicateurs de prix moyens dont disposerait la région sur la base des dossiers de demande d aide traités. Les indicateurs sont demandés avec un détail entre le coût du matériel et celui de la pose. Observ ER 2013 Suivi du marché des installations individuelles solaires photovoltaïques 7

8 2 - Collecte auprès d un panel d installateurs Une collecte de données et d informations a été effectuée auprès d un panel de 20 distributeurs/installateurs de la filière situés en France métropolitaine. Sur le thème des prix, la collecte a porté sur les points suivants : Recueil du prix moyen HT de matériel et de pose pour l installation d une centrale solaire photovoltaïque de 3 kwc en intégration toiture ; Estimation de l évolution entre 2011 et 2012 des prix du matériel et de la pose pour une centrale solaire photovoltaïque de 3 kwc en intégration toiture. 3 - Consultation du site Forum Photovoltaïque Le site propose une aide aux particuliers qui souhaitent avoir des commentaires et des conseils sur leur projet. La synthèse de centaines de devis est disponible avec des détails sur le matériel et les prix proposés. Les prix du matériel portent sur les éléments suivants : Les panneaux photovoltaïques, 1 onduleur, 1 coffret AC/DC, câbles et connexions. Les prix de la pose portent sur les opérations suivantes : Livraison, pose du système en intégration toiture, câblage électrique. L opération de raccordement au réseau n est pas comprise. Observ ER 2013 Suivi du marché des installations individuelles solaires photovoltaïques 8

9 Partie 1 Les chiffres du marché Un recul de 20 % du marché des applications photovoltaïques individuelles en métropole Puissance en kwc Nombre Le marché 2012 marque un recul de 20 % de la puissance installée par rapport aux chiffres de 2011 Depuis le moratoire de fin 2010, le marché du PV dans le résidentiel individuel est en chute brutale et a perdu près de 70 % de son activité. Observ ER 2013 Suivi du marché des installations individuelles solaires photovoltaïques 9

10 2. Evolution du marché des applications photovoltaïques individuelles depuis Puissance en kwc Nombre Observ ER 2013 Suivi du marché des installations individuelles solaires photovoltaïques 10

11 Partie 2 Répartition géographique des ventes 1. Méthodologie de travail Une question de l enquête vers les acteurs de marché a porté sur la répartition géographique de l ensemble de leurs ventes selon un détail par grande région : Région Nord : Nord-Pas-de-Calais, Picardie Région Ouest : Bretagne, Pays de la Loire, Basse-Normandie et Haute-Normandie Région Est : Champagne-Ardenne, Lorraine, Alsace et Franche-Comté Région Centre : Centre, Bourgogne, Auvergne, Limousin Région Sud-Ouest : Poitou-Charentes, Aquitaine et Midi-Pyrénées Région Sud-Est : Provence-Alpes-Côte d Azur, Rhône-Alpes, Languedoc-Roussillon et Corse Région Ile de France Sur la base des réponses reçues une répartition a été réalisée. Observ ER 2013 Suivi du marché des installations individuelles solaires photovoltaïques 11

12 2. Répartition géographique du marché Régions Nord Régions Ouest Ile de France Régions Est Régions Centre Régions Sud-Ouest Régions Sud-Est En kwc Régions Nord Régions Ouest Ile de France Régions Est Régions Centre Régions Sud-Ouest Régions Sud-Est En part 3% 22% 4% 6% 5% 19% 41% Le marché est très largement centré sur la partie sud de la France avec notamment les régions Sud-Est Observ ER 2013 Suivi du marché des installations individuelles solaires photovoltaïques 12

13 3. La cartographie du marché % 22 % 4 % 6 % 5 % 19 % 41 % Observ ER 2013 Suivi du marché des installations individuelles solaires photovoltaïques 13

14 Partie 3 Les canaux de distribution Les acteurs du marché ont réparti l ensemble de leurs ventes sur 4 canaux de distribution distincts : Ventes directes : Vente directe des produits par le fabricant, en général dans des boutiques ou showrooms situés à proximité des usines de production. Grossistes installateurs : diffusion des produits en passant par des réseaux de grossistes ou d installateurs qui peuvent également distribuer des produits de marques concurrentes. Réseaux d installateurs exclusifs : diffusion des produits en passant par des réseaux d installateurs ou avec des professionnels qui ont un contrat d exclusivité sur une marque. GSB : diffusion des produits en passant par des grandes surfaces de bricolage (GSB) qui ellesmêmes peuvent avoir leur propre réseau d installateurs à disposition du client final. Observ ER 2013 Suivi du marché des installations individuelles solaires photovoltaïques 14

15 1. Résultats pour le marché Ventes directes par le fabricant Grossistesinstallateurs Réseaux d'installateurs exclusifs GSB En part 14 % 71 % 15 % 0 % Le principal canal est celui des grossistes généralistes qui sont ensuite en relation avec des réseaux d installateurs. L étude qualitative a mis en avant le fait que les distributeurs spécialisés (en général les réseaux d installateurs exclusifs) ont perdu du terrain en Cette tendance s explique par le fait que les spécialistes sont essentiellement des sociétés allemandes qui se sont repliées sur leur marché national devant le manque de dynamisme du marché français. Observ ER 2013 Suivi du marché des installations individuelles solaires photovoltaïques 15

16 Partie 4 Les types d opérations Pour les deux indicateurs suivants, les répondants ont mentionné la répartition en pourcentage de leurs propres opérations réalisées en Ces données sont à considérer comme des ordres de grandeur. Les acteurs n ayant pas de suivi fin et régulier de cette répartition, ils ont davantage répondu à partir de leurs retours de terrain Réalisations dans des maisons neuves Réalisations dans des maisons existantes Répartition en % 7 % 93 % Rappel % 95 % 2012 Réalisation en résidences principales Réalisation en résidences secondaires Répartition en % 98 % 2 % Rappel % 1 % Les niveaux des indicateurs sur la répartition des nouvelles installations PV individuelles changent peu entre 2011 et Observ ER 2013 Suivi du marché des installations individuelles solaires photovoltaïques 16

17 2012 a été une nouvelle année de recul pour le marché des applications photovoltaïques de 3 kwc et moins. Le segment a perdu près de 70 % de son activité en deux ans. La modification du dispositif d aide à la filière post moratoire à partir du début d année 2011 (Crédit d impôt développement durable passant de 50 à 22 %, diminution de 20 % du tarif d achat de l électricité) combinée à la mauvaise presse du photovoltaïque, due aux agissements de nombreux éco-délinquants, ont engendré une sévère chute des ventes. Les premiers échos pour le marché 2013 issus de l analyse qualitative du segment, ont évoqué un renversement de tendance pour les six premiers mois de l année. Le tarif relativement attractif du segment de 0 à 9kWc et la bonification du tarif de l électricité de 5 à 10 % des installations utilisant des modules européens auraient eu des effets sur les ventes et un redressement du marché s amorcerait. Cependant cette tendance reste fragile et l éventuelle reprise sera à confirmer lors de l établissement des chiffres consolidés pour Par ailleurs, même si cette reprise se confirmait, elle augure peu de choses pour le marché photovoltaïque français dans son ensemble car les opérations de 3 kwc et moins n ont représenté que 6 % des puissances totales connectées au réseau en Observ ER 2013 Suivi du marché des installations individuelles solaires photovoltaïques 17

18 Partie 5 Les prix moyens Evolution des coûts moyens nationaux depuis 2005 en HT par Wc Evolution Prix matériel 6,3 6,75 6,95 7,75 7,10 6,57 5,62 3,90-31 % Prix pose 0,72 0,75 0,84 1,05 0,90 0,90 0,90 0,90 stable Prix total 7,80 7,65 7,90 8,80 8,30 7,51 6,27 4,90-22 % Autour des prix moyens de 2012, les fourchettes hautes et basses observées ont été les suivantes : Prix du matériel en HT par Wc fourchette haute : 5,9 /Wc fourchette basse : 4,05 Prix de la pose en HT par Wc fourchette haute : 1 /Wc fourchette basse : 0,27 /Wc Les prix du matériel portent sur les éléments suivants : Les panneaux photovoltaïques, 1 onduleur, 1 coffret AC/DC, câbles et connexions Les prix de la pose porte sur les opérations suivantes : Livraison, pose du système en intégration toiture, câblage électrique. L opérations de raccordement au réseau n est pas comprise. Observ ER 2013 Suivi du marché des installations individuelles solaires photovoltaïques 18

19 Evolution du prix du matériel Evolution du coût moyen du matériel PV pour une installation de 3 kwc en HT par Wc 9 8 7, ,3 6,75 6,95 7,1 6,57 5, , Observ ER 2013 Suivi du marché des installations individuelles solaires photovoltaïques 19

20 Evolution du prix de la pose Evolution du coût moyen de la pose PV pour une installation de 3 kwc en HT par Wc 1,2 1 1,05 0,8 0,72 0,75 0,84 0,9 0,9 0,9 0,9 0,6 0,4 0, Observ ER 2013 Suivi du marché des installations individuelles solaires photovoltaïques 20

21 Evolution du prix de l installation complète Evolution du coût moyen de l installation complète pour une opération de 3 kwc en HT par Wc ,8 7,65 7,9 8,8 8,3 7,51 6 6,27 5 4, Observ ER 2013 Suivi du marché des installations individuelles solaires photovoltaïques 21

22 Premières tendances de prix L enjeu de l évolution des prix pratiqués auprès des consommateurs étant central pour la filière, un suivi des premiers indicateurs pour le premier semestre de 2013 est intégré à ce suivi. Premières tendances de prix pour 2013 en HT par Wc Prix matériel Premières tendances ,3 6,75 6,95 7,75 7,10 6,57 5,62 3,90 3,55 Prix pose 0,72 0,75 0,84 1,05 0,90 0,90 0,90 0,90 0,90 Prix total 7,80 7,65 7,90 8,80 8,30 7,51 6,27 4,90 4,60 La diminution des coûts se poursuit sur le premier semestre 2013 mais avec un ralentissement de son rythme. Observ ER 2013 Suivi du marché des installations individuelles solaires photovoltaïques 22

23 Ecart avec un prix optimum de référence Plusieurs acteurs du secteur (bureaux d études, association de promotion, etc.) mettent en avant le fait que malgré les diminutions de prix de marché, les prix moyens pratiqués sont encore trop élevés par rapport à un prix «optimum de référence». Cette notion de prix «optimum de référence» exprime le prix d une installation complète et posée qui serait au plus près de l évolution constaté des coûts de matériel (panneaux, onduleur, etc.). Pour la période du troisième trimestre 2012, le bureau d études CYTHELIA évalue ce prix «optimum de référence» aux environs de 3,4 HT le Wc (installé et raccordé) pour une installation d une puissance de 3 kwc. Avec un prix moyen national de 4,90 HT par Wc en 2012, l écart qui avait déjà été observé en 2011 est toujours présent. Le fait que l ensemble des gains de coûts de production ne soit par répercuté sur les prix aux consommateurs est clairement un obstacle de plus au redémarrage du secteur. Observ ER 2013 Suivi du marché des installations individuelles solaires photovoltaïques 23

24 La diminution des prix moyens des installations ne s est pas démentie depuis Ce mouvement s inscrit dans la logique de ce qui a pu être observé sur le marché international des modules en Sur le marché spot allemand, le prix moyen des modules polycristallins était négocié en moyenne en janvier 2013 à 54 c le watt, soit une baisse de 33,3 % sur les 12 derniers mois, celui des modules monocristallins à 60 c le watt (- 25,9 % sur un an). Sur cette même période, les modules CdTe (tellurure de cadmium) ont baissé de 25,4 %, à 50 c par watt, et les modules au silicium amorphe se négociaient à 36 c le watt, soit une baisse de 48,7 %. Depuis le pic observé en 2008, le prix moyen HT d une installation avec sa pose a diminué de 44 %. Pourtant cette tendance n est pas parvenue à enrayer le recul du marché de 2011 et Cela est notamment dû au fait qu un écart est toujours observé entre le prix moyen de marché et le prix optimum que pourrait proposer le marché en répercutant les baisses de coûts de l ensemble des éléments. Observ ER 2013 Suivi du marché des installations individuelles solaires photovoltaïques 24

25 Partie 6 - Les chiffres d affaires Les indicateurs portent sur les deux points suivants : le chiffre d affaires réalisé sur les ventes d équipements solaires photovoltaïques de 0 à 3 kwc en France en 2012 ; le chiffre d affaires réalisé sur la pose de ces équipements en France en Chacun de ces indicateurs a été estimé à partir des prix moyens HT du matériel et de la pose observés par Wc et des volumes d opérations réalisées. Observ ER 2013 Suivi du marché des installations individuelles solaires photovoltaïques 25

26 1. Chiffre d affaires 2012 sur la vente d équipement Evolution du chiffre d affaires de la vente du matériel en millions d euros 1 600, , , , ,00 800,00 600,00 400,00 200,00 335,96 514,60 492,48 273,41 0,00 7,42 30,04 68, Observ ER 2013 Suivi du marché des installations individuelles solaires photovoltaïques 26

27 2. Chiffre d affaires 2012 sur la pose Evolution du chiffre d affaires de la pose en millions d euros 200,00 180,00 186,44 160,00 140,00 120,00 100,00 80,00 79,74 60,00 65,23 63,09 40,00 20,00 0,00 45,52 0,85 3,34 8, Observ ER 2013 Suivi du marché des installations individuelles solaires photovoltaïques 27

28 3. Chiffres d affaires sur les installations 2012 Evolution du chiffre d affaires des installations en millions d euros 1 800, , , , , ,00 800,00 600,00 601,58 575,73 400,00 381,48 343,51 200,00 0,00 77,67 9,19 34, Le recul du chiffre d affaires global est de 40 % par rapport à celui de A la baisse des ventes s ajoute également la diminution des prix moyens. Observ ER 2013 Suivi du marché des installations individuelles solaires photovoltaïques 28

29 Le segment des installations photovoltaïques de moins de 3 kwc est toujours fortement orienté à la baisse. Le moratoire a rompu la confiance des consommateurs dans le secteur et la filière peine à retrouver son crédit. A moyen terme, les signes augurant du futur du secteur ne sont pas bons. Le marché français progresse au gré des dispositifs de soutien qui sont mis en place par le gouvernement et les premières nouvelles ne sont pas bonnes puisque selon le Projet de Loi de Finance pour 2014, le PV sortirait du dispositif de CIDD au 1 er janvier. Il n est pas certain que les prix au Wc diminuent de 11% l an prochain, gommant ainsi la perte de l aide fiscale. L analyse de l année 2013 dans son ensemble dira si le regain d activité observé sur le résidentiel début 2013 se confirme mais ce mouvement ne pourra pas à lui seul infléchir la tendance à la baisse de la filière dans son ensemble. A court terme, le marché aurait besoin de mesures rapidement mises en place qui donneraient de l air à l activité comme l idée déjà avancée de supprimer l obligation de l intégration en toiture pour les bâtis existants. A plus long terme, la thématique de l autoconsommation pourra donner un nouvel élan au marché du résidentiel mais cela nécessiterait des décisions fortes de l État pour mettre en place un dispositif qui définirait un statut économique et juridique du photovoltaïque autoconsommé. Observ ER 2013 Suivi du marché des installations individuelles solaires photovoltaïques 29

Un dispositif d appui aux très petites entreprises

Un dispositif d appui aux très petites entreprises Spectacle vivant Un dispositif d appui aux très petites entreprises DA TPE-SV Votre entreprise a besoin de se développer? Elle emploie moins de cinq salariés? Vous pouvez bénéficier d un accompagnement

Plus en détail

1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE

1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE 1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE 2 1985 / 2009 : 25 ans de concours du crédit-bail au financement de l d entreprise* 1.Introduction : le crédit-bail,

Plus en détail

café, restaurant & salon de thé DOSSIER DE CANDIDATURE franchise

café, restaurant & salon de thé DOSSIER DE CANDIDATURE franchise DOSSIER DE CANDIDATURE franchise 1. DEMANDEUR PHOTO ÉTAT CIVIL Nom Prénom Date de naissance Lieu de naissance / / Adresse Code postal Téléphone fixe Fax Ville tél portable: E-mail Situation familiale :

Plus en détail

La régie de la radio en ligne. Offre commerciale 2013

La régie de la radio en ligne. Offre commerciale 2013 La régie de la radio en ligne Offre commerciale 2013 Audience des radios EN LIGNE en France Chaque jour, en moyenne 1.9OO.OOO d internautes ont visité au moins l un des sites de Radio 2.0 la semaine, contre

Plus en détail

Les prélèvements d eau en France en 2009 et leurs évolutions depuis dix ans

Les prélèvements d eau en France en 2009 et leurs évolutions depuis dix ans COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 29 Février 212 Les prélèvements d eau en France en 29 et leurs évolutions depuis dix ans OBSERVATION ET STATISTIQUES ENVIRONNEMENT En 29, 33,4 milliards

Plus en détail

Recettes de fonctionnement et capacité d'épargne

Recettes de fonctionnement et capacité d'épargne 1 - Recettes réelles de fonctionnement/population Recettes réelles de fonctionnement : total des recettes de la colonne mouvements réels de la balance générale en section de fonctionnement. Evaluation

Plus en détail

Présentation du Programme PHARE. Direction générale de l offre de soins - DGOS

Présentation du Programme PHARE. Direction générale de l offre de soins - DGOS Présentation du Programme PHARE Les achats hospitaliers, levier majeur de performance pour les établissements Achats hospitaliers : 18 Milliards d euros en 2009 Non médicaux 42% Achats Hospitaliers Médicaux

Plus en détail

La Banque Postale Présentation de l activité Secteur Public Local. Bruges, le 3 juillet 2013

La Banque Postale Présentation de l activité Secteur Public Local. Bruges, le 3 juillet 2013 CEBATRAMA La Banque Postale Présentation de l activité Secteur Public Local Bruges, le 3 juillet 2013 HÉRITIÈRE DES SERVICES FINANCIERS DE LA POSTE 100% Filiale à 100% du groupe La Poste La Banque Postale

Plus en détail

La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences dans votre entreprise

La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences dans votre entreprise 50 salariés et plus / groupes de distribution (GDSA) dans la Branche des Services de l Automobile GPEC La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences dans votre entreprise Anticiper les enjeux

Plus en détail

AQUITAINE. Suivi de la Demande touristique 2010 1 ~

AQUITAINE. Suivi de la Demande touristique 2010 1 ~ SUIVI DE LA DEMANDE TOURISTIQUE AQUITAINE ANNEE 2010 Note dee conjoncture TNS SOFRES-CRTA Suivi de la Demande touristique 2010 CRTAA DIRECCTE Aquitaine TNS T SOFRES 1 ~ SOMMAIRE AVERTISSEMENT METHODOLOGIQUE...

Plus en détail

De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements

De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n spécial Février 2015 De nouveaux indicateurs pour suivre la construction de logements OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Le SOeS diffuse

Plus en détail

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Vanina BOUSQUET InVS St MAURICE 20 Mai 2014 Journée plénière de la FEDORU SOMMAIRE Etat des lieux des remontée de RPU Etat des lieux des structures régionales

Plus en détail

21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com. C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5

21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com. C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5 21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5 I TAUX AU PLUS BAS : et si ça continuait? II RENEGOCIATION DE CREDITS : les règles du jeu changent

Plus en détail

Construction de logements

Construction de logements COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 640 Mai 2015 Construction de logements Résultats à fin avril 2015 (France entière) OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Rappel À compter des

Plus en détail

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN 2013 Cécile BAZIN Marie DUROS Amadou BA Jacques MALET Octobre 2014 INTRODUCTION Pour la septième année consécutive, l Association des Régions de

Plus en détail

Règlement du concours de dessin «Mon éolienne est la plus originale»

Règlement du concours de dessin «Mon éolienne est la plus originale» Règlement du concours de dessin «Mon éolienne est la plus originale» Article 1 : Organisateur du concours L association France Energie Eolienne, située au 12 rue Vivienne, 75002 Paris, SIRET n 432 446

Plus en détail

Politique européenne de cohésion 2007-2013 - Etat d avancement des programmes européens

Politique européenne de cohésion 2007-2013 - Etat d avancement des programmes européens au 1er Juin 2015 Politique européenne de cohésion 2007-2013 - Etat d avancement des programmes européens Sommaire Synthèse des objectifs Synthèse générale des programmes européens... 4 Synthèse générale

Plus en détail

Etude de Besoin de Main-d Oeuvre dans la Plasturgie

Etude de Besoin de Main-d Oeuvre dans la Plasturgie Etude de Besoin de Main-d Oeuvre dans la Plasturgie Année 2013 SOMMAIRE Représentation géographique des projets de recrutement par métier en 2012 Pilotes d'installations lourdes des industries de transformation...

Plus en détail

au 1er novembre 2013

au 1er novembre 2013 au 1er novembre 2013 Politique européenne de cohésion 2007-2013 - Etat d avancement des programmes européens Sommaire Synthèse des objectifs Synthèse générale des programmes européens... 4 Synthèse générale

Plus en détail

Plateforme Photovoltaïque innovante

Plateforme Photovoltaïque innovante Plateforme Photovoltaïque innovante Dr. Nadine ADRA Transénergie : Identité et activités Fiche d identité Date de création : Janvier 1992 Forme/Capital : S.A. / 76 224 Activité : bureau d études EnR et

Plus en détail

Les aides financières

Les aides financières Guide Pratique Les aides financières Travaux d amélioration et d entretien L HABITAT RÉCONCILIONS PROGRÈS ET ENVIRONNEMENT TRAVAUX D AMÉLIORATION ET D ENTRETIEN : DÉCOUVREZ LES AIDES FINANCIÈRES ET RECOMMANDATIONS

Plus en détail

la création d entreprise en nord-pas de calais

la création d entreprise en nord-pas de calais Nord-Pas de Calais N 184 SEPTEMBRE 2014 la création d entreprise en nord-pas de calais Près de 24 000 créations d entreprise en 2013 en Nord-Pas de Calais En 2013, les créations ont légèrement baissé en

Plus en détail

Observatoire de l Eolien

Observatoire de l Eolien Observatoire de l Eolien Analyse du marché et des emplois éoliens en France Colloque France Energie Eolienne 2 octobre 2014 Editorial France Energie Eolienne, porte-parole de l éolien, regroupe les professionnels

Plus en détail

Baromètre Ventes et cessions de commerces et d industries en France du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2010

Baromètre Ventes et cessions de commerces et d industries en France du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2010 Baromètre Ventes et cessions de commerces et d industries en France du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2010 Opportunités de croissance ou créations d entreprise, plus de 44 000 commerces ou industries

Plus en détail

Le chauffe-eau solaire individuel

Le chauffe-eau solaire individuel Guide Technique Le chauffe-eau solaire individuel ÉNERGIES RENOUVELABLES LE CHAUFFE-EAU SOLAIRE : AUSSI PERFORMANT QU ÉCONOMIQUE Une énergie à votre service Un principe simple comme bonjour Chauffe-eau

Plus en détail

Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers

Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers 1 er semestre 2013 Réalisé par 1 Édito L Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers succède à l Observatoire de l équipement des foyers pour

Plus en détail

Panorama des formations post-baccalauréat en Transport et Logistique

Panorama des formations post-baccalauréat en Transport et Logistique Panorama des formations post-baccalauréat en Transport et Logistique AFITL - 3 mai 2006 L objectif poursuivi Offrir aux membres de l AFITL (ou à quiconque se promène sur son site Internet) un recensement

Plus en détail

Grenelle de l environnement BONUS ECOLOGIQUE

Grenelle de l environnement BONUS ECOLOGIQUE Grenelle de l environnement BONUS ECOLOGIQUE N 51243#03 Décret n 2010-1618 du 23 décembre 2010 modifiant le décret n 2007-1873 du 26 décembre 2007 instituant une aide à l acquisition des véhicules propres

Plus en détail

Notions de base sur l énergie solaire photovoltaïque

Notions de base sur l énergie solaire photovoltaïque I- Présentation Notions de base sur l énergie solaire photovoltaïque L énergie solaire photovoltaïque est une forme d énergie renouvelable. Elle permet de produire de l électricité par transformation d

Plus en détail

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ LA RÉPARTITION DES DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de rachat de crédits

Plus en détail

Les touristes français et internationaux de la destination Paris Ile-de-France

Les touristes français et internationaux de la destination Paris Ile-de-France Les touristes français et internationaux de la destination Paris Ile-de-France Résultats annuels 2014 des dispositifs permanents d enquêtes dans les aéroports, dans les trains et sur les aires d autoroutes

Plus en détail

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ LA RÉPARTITION S EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de serrurerie en France métropolitaine et en

Plus en détail

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 - L offre d hébergement Définitions Dans ce chapitre sont présentés les parcs d hébergement marchand et non marchand qui constituent l offre touristique française. Le

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC)

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) SSC signifie : Système Solaire Combiné. Une installation SSC, est une installation solaire qui est raccordée au circuit de chauffage de la maison,

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Panorama. de l économie sociale et solidaire

Panorama. de l économie sociale et solidaire Panorama de l économie sociale EN FRANCE ET DANS LES RÉGIONS Réalisée par l Observatoire National de l Economie Sociale et Solidaire, cette nouvelle édition du «Panorama de l économie sociale en France

Plus en détail

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires Données 2012 Institut I+C 11 rue Christophe Colomb - 75008 Paris Tél.: 33 (0)1 47 20 30 33 http://www.iplusc.com Octobre 2013 1/52 UNIVERS ETUDIE ET RAPPELS METHODOLOGIQUES

Plus en détail

TER 2020 : VERS UN NOUVEL ÉQUILIBRE

TER 2020 : VERS UN NOUVEL ÉQUILIBRE TER 2020 : VERS UN NOUVEL ÉQUILIBRE DOSSIER DE PRESSE SNCF CONTACTS PRESSE Clément Nourrit - 01 53 25 76 56 - clement.nourrit@sncf.fr Gaëlle Rual - 01 53 25 74 83 - gaelle.rual@sncf.fr TER 2020 : VERS

Plus en détail

Autoconsommation en photovoltaïque Principe et intérêt

Autoconsommation en photovoltaïque Principe et intérêt Autoconsommation en photovoltaïque Principe et intérêt Par AD44, LR83, Looping, Ramses, Valtrede. Le principe de l'injection d'électricité dans le réseau est bien connu des personnes qui sont équipées

Plus en détail

Dossier de Presse Contact : Raphael Alibert 06 82 93 35 09 ralibert@forces.fr FORCES 90, avenue Maurice Berteaux BP 278 78504 Sartrouville

Dossier de Presse Contact : Raphael Alibert 06 82 93 35 09 ralibert@forces.fr FORCES 90, avenue Maurice Berteaux BP 278 78504 Sartrouville Dossier de Presse Contact : Raphael Alibert Tél. : 06 82 93 35 09 E-mail : ralibert@forces.fr FORCES 90, avenue Maurice Berteaux BP 278 78504 Sartrouville Historique Jean-Paul Debeuret, diplômé d'expertise

Plus en détail

EXPÉRIENCE CLIENT. Baromètre des secteurs assurances et mutuelles

EXPÉRIENCE CLIENT. Baromètre des secteurs assurances et mutuelles EXPÉRIENCE CLIENT Saison 2 # Baromètre des secteurs assurances et mutuelles Etude réalisée par INIT Marketing pour Akio Software en mai 2014 sur un échantillon représentatif de la population française

Plus en détail

Innovation Centrosolar SOLARMIX, découvrez le solaire 2 en 1. Janvier 2015

Innovation Centrosolar SOLARMIX, découvrez le solaire 2 en 1. Janvier 2015 Innovation Centrosolar SOLARMIX, découvrez le solaire 2 en 1 Janvier 2015 SOMMAIRE Le solaire 2 en 1 SOLARMIX - Votre offre hybride clés en main Un module hybride unique au monde Le kit thermique Le kit

Plus en détail

F.F.V. Réunions fédérales/réunions Aff.Générales/ Réunion 24/03/2000

F.F.V. Réunions fédérales/réunions Aff.Générales/ Réunion 24/03/2000 F.F.V. Réunions fédérales/réunions Aff.Générales/ Réunion 24/03/2000 PARIS, le 11 Avril 2000 PROCES VERBAL REUNION AFFAIRES GENERALES DU 24 MARS 2000 Présents : MM. SIMON, MERIC, VILLEROT, MARLIOT, Mmes

Plus en détail

9,8 % de l emploi 2,1 millions de salariés 203 000 établissements employeurs

9,8 % de l emploi 2,1 millions de salariés 203 000 établissements employeurs DONNÉES AU 31/12/2006 SOURCE INSEE-CLAP 1 - DÉCEMBRE 2008 Panorama de l'économie sociale EN FRANCE ET DANS LES RÉGIONS Ce document est la première publication réalisée par l Observatoire national de l

Plus en détail

Le marché des logiciels en France Perspectives d évolution pour le channel

Le marché des logiciels en France Perspectives d évolution pour le channel Le marché des logiciels en France Perspectives d évolution pour le channel Le nouveau paradigme de l IT IDC Visit us at IDC.com and follow us on Twitter: @IDC 2 L arrivée de nouvelles technologies insuffle

Plus en détail

La mobilité. Au service des Outre-mer

La mobilité. Au service des Outre-mer La mobilité Au service des Outre-mer L Agence de l Outre-mer pour la Mobilité (LADOM) est une agence d Etat au service des originaires et résidents des collectivités d outre-mer. LADOM a pour mission première

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

ISF et intermédiation : Collecte 2009

ISF et intermédiation : Collecte 2009 ISF et intermédiation : Collecte 2009 juillet 2009 1 Contexte et méthodologie Contexte: L AFIC et l AFG ont conduit une enquête pour suivre l impact des mesures dites «ISF PME», et en particulier, pour

Plus en détail

TARIFICATION BANCAIRE :

TARIFICATION BANCAIRE : TARIFICATION BANCAIRE : L ENQUETE ANNUELLE CLCV - Mieux Vivre Votre Argent 25 janvier 2013 Pour ce palmarès 2013, la CLCV et Mieux Vivre Votre Argent ont passé en revue les tarifs applicables au 1er février

Plus en détail

REGION HAUTE-NORMANDIE

REGION HAUTE-NORMANDIE Évaluation des effets d une fusion de la Région Haute-Normandie et de la Région Basse-Normandie REGION HAUTE-NORMANDIE Évaluation des effets d une fusion de la région Haute-Normandie et de la région Basse-Normandie

Plus en détail

DERBI Perpignan 2007-06-01. Photovoltaïque intégré

DERBI Perpignan 2007-06-01. Photovoltaïque intégré DERBI Perpignan 2007-06-01 Photovoltaïque intégré Sommaire 2. TENESOL Un acteur français du PV 3. Le photovoltaïque en France 4. Photovoltaïque intégré au bâti produits et innovations 5. Conclusion 2 1

Plus en détail

Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE

Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat (FSPOEIE) constitue

Plus en détail

LES SYSTEMES PHOTOVOLTAÏQUES (ER 05)

LES SYSTEMES PHOTOVOLTAÏQUES (ER 05) LES SYSTEMES PHOTOVOLTAÏQUES (ER 05) 1 POURQUOI UTILISER LA TECHNOLOGIE PHOTOVOLTAÏQUE? Les capteurs solaires photovoltaïques permettent de transformer la lumière en électricité. Cette technique fait appel

Plus en détail

Dossier de Presse. Contact : Luc Petit Tél. : 06 07 28 92 33 E-mail : lpetit@forces.fr. FORCES 90, avenue Maurice Berteaux BP 278 78504 Sartrouville

Dossier de Presse. Contact : Luc Petit Tél. : 06 07 28 92 33 E-mail : lpetit@forces.fr. FORCES 90, avenue Maurice Berteaux BP 278 78504 Sartrouville Dossier de Presse Contact : Luc Petit Tél. : 06 07 28 92 33 E-mail : lpetit@forces.fr FORCES 90, avenue Maurice Berteaux BP 278 78504 Sartrouville Historique Jean-Paul Debeuret, diplômé d'expertise comptable,

Plus en détail

Formation Bâtiment durable-energie Cycle 2013

Formation Bâtiment durable-energie Cycle 2013 Formation Bâtiment durable-energie Cycle 2013 Production d'électricité renouvelable : énergie solaire photovoltaïque et éolienne Ing. Jérémie DE CLERCK Service du Facilitateur Bâtiment Durable Spécialiste

Plus en détail

RAPPORT COMPLET D'ETUDE DUALSYS

RAPPORT COMPLET D'ETUDE DUALSYS RAPPORT COMPLET D'ETUDE DUALSYS 1 SITUATION DE L ÉTUDE Les données météorologiques sont des données primordiales pour le bon déroulement des calculs et pour avoir des résultats les plus proches de la réalité.

Plus en détail

Observatoire de l équipement audiovisuel 2 ond semestre 2014. Département Télécom et Equipement Novembre 2014

Observatoire de l équipement audiovisuel 2 ond semestre 2014. Département Télécom et Equipement Novembre 2014 Observatoire de l équipement audiovisuel 2 ond semestre 2014 Département Télécom et Equipement Novembre 2014 Rappel Méthodologique Modes de réception TV À partir de 2014 : Niveau national et régional Enquête

Plus en détail

Les enjeux du quotidien

Les enjeux du quotidien Les enjeux du quotidien LES FRANCAIS ET LES JEUX D ARGENT EN LIGNE Sondage réalisé pour : La Presse quotidienne Nationale, Régionale, Urbaine Gratuite et la Presse Hebdomadaire Régionale ATTENTION EMBARGO

Plus en détail

Quelle image avez-vous de la Belgique?

Quelle image avez-vous de la Belgique? Quelle image avez-vous de la Belgique? Saviez vous que?. Sont d origine belge. Le saxophone. La marque de montres Ice watch. La chaine de fast food Quick. l ile de Porquerolles au large de Toulon appartenait

Plus en détail

Identification : ERDF-NOI-RAC-02E Version : V.3.0 Nombre de pages :14

Identification : ERDF-NOI-RAC-02E Version : V.3.0 Nombre de pages :14 3. ACCES RACCORDEMENT D Identification : -NOI-RAC-02E Version : V.3.0 Nombre de pages :14 Version Date Nature de la modification Annule et remplace V.1.0 17/10/2013 Version initiale -NOI-RAC-02E V.2.7

Plus en détail

Livret. du professeur OBJECTIF TRAVAUX PUBLICS. Le programme Le site Internet La visite Le concours photo

Livret. du professeur OBJECTIF TRAVAUX PUBLICS. Le programme Le site Internet La visite Le concours photo Livret du professeur Le programme Le site Internet La visite Le concours photo OBJECTIF TRAVAUX PUBLICS OBJECTIF TRAVAUX PUBLICS Découverte professionnelle 2010-2011 Découverte professionnelle 2010-2011

Plus en détail

Développement des compétences, construction des parcours, prévention de la pénibilité et de l usure professionnelle, égalité professionnelle,

Développement des compétences, construction des parcours, prévention de la pénibilité et de l usure professionnelle, égalité professionnelle, Des secteurs professionnels et des territoires investis sur les conditions de travail et la qualité de vie au travail L Serge DELTOR Directeur de l ARACT LR Délégué régional de l ANACT Aider les secteurs

Plus en détail

L épargne de tous au service de l intérêt général

L épargne de tous au service de l intérêt général L épargne de tous au service de l intérêt général 1 Pour la réussite de tous les projets Sommaire Un modèle unique et vertueux 4 Prêts au logement social et à la politique de la ville 7 Prêts au secteur

Plus en détail

Lancement de la mise à jour de la feuille de route nationale «Infrastructures de Recherche»

Lancement de la mise à jour de la feuille de route nationale «Infrastructures de Recherche» Lancement de la mise à jour de la feuille de route nationale «Infrastructures de Recherche» 7 juillet 2014 L infrastructure de données scientifiques: un système qui combine contenu, services et infrastructures

Plus en détail

La Région met en œuvre un prêt bonifié pour la rénovation énergétique des logements

La Région met en œuvre un prêt bonifié pour la rénovation énergétique des logements Lundi 24 juin 2013 La Région met en œuvre un prêt bonifié pour la rénovation énergétique des logements Service de Presse 04 67 22 81 31 /// 04 67 22 80 47 presse-region@cr-languedocroussillon.fr Convaincue

Plus en détail

ORS Centre, Haute-Normandie, Languedoc-Roussillon, Picardie, Provence-Alpes-Côte d'azur. La santé au travail. les régions de France

ORS Centre, Haute-Normandie, Languedoc-Roussillon, Picardie, Provence-Alpes-Côte d'azur. La santé au travail. les régions de France Fédération nationale des observatoires régionaux de la santé ORS Centre, Haute-Normandie, Languedoc-Roussillon, Picardie, Provence-Alpes-Côte d'azur La santé au travail dans les régions de France Collection

Plus en détail

Liste des diplômes des métiers de la formation 2000/2001 par région et organisme

Liste des diplômes des métiers de la formation 2000/2001 par région et organisme Liste des diplômes des métiers de la formation 2000/2001 par région et organisme Alsace Université Mulhouse Licence anglais option anglais appliqué à la formation des adultes DESS responsable en formation

Plus en détail

BIENVENUE AU PETIT DEJEUNER DES TRANSPORTS du Vendredi 27 Novembre 2009 SUR PANORAMA DE L OFFRE DE FORMATION *****

BIENVENUE AU PETIT DEJEUNER DES TRANSPORTS du Vendredi 27 Novembre 2009 SUR PANORAMA DE L OFFRE DE FORMATION ***** BIENVENUE AU PETIT DEJEUNER DES TRANSPORTS du Vendredi 27 Novembre 2009 SUR PANORAMA DE L OFFRE DE FORMATION ***** SOMMAIRE 1.Offre de Formation Education Nationale 2.Offre de Formation par Apprentissage

Plus en détail

ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité

ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité Observatoire des Métiers de la Prévention et de la Sécurité ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité Données 2013 Version définitive Institut I+C 11 rue Christophe Colomb - 75008 Paris Tél.: 33 (0)1 47

Plus en détail

1- Résultats généraux Consommations moyennes pour l ensemble des voitures particulières * Unité : litre/100 km

1- Résultats généraux Consommations moyennes pour l ensemble des voitures particulières * Unité : litre/100 km CONSOMMATIONS DE CARBURANTS DES VOITURES PARTICULIERES EN FRANCE 1988-2005 Direction Générale de l'énergie et des Matières Premières Observatoire de l économie de l énergie et des matières premières Observatoire

Plus en détail

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier

Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Étude trimestrielle de Crédit Foncier Immobilier Octobre 2014 Direction des Études Point de conjoncture logement SUR FOND DE MOROSITÉ, LES FRAGILITÉS DU MARCHÉ RÉSIDENTIEL S ACCENTUENT Alors que la France

Plus en détail

Quelles sont les motivations des Français qui font le choix de l investissement locatif en 2015?

Quelles sont les motivations des Français qui font le choix de l investissement locatif en 2015? www.creditfoncier.com U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R Quelles sont les motivations des Français qui font le choix de l investissement locatif en 2015? SEPTEMBRE 2015 sommaire PAGE 02 PAGE

Plus en détail

Bienvenue à Loire-Centre. Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre

Bienvenue à Loire-Centre. Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre Bienvenue à Loire-Centre Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre Présentation Le Groupe BPCE 2 Un groupe puissant et solide Les groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne se sont unis pour créer

Plus en détail

Écologique et autonome

Écologique et autonome Méziane Boudellal Écologique et autonome Concevoir autrement son habitat Table des matières Avant-propos............................ 8 VERS L AUTONOMIE Pourquoi viser l autonomie?.............. 13 L inefficacité

Plus en détail

Présentation du Programme PHARE

Présentation du Programme PHARE Présentation du Programme PHARE Le programme PHARE : des gains pour la qualité de l offre de soins Le contexte du programme PHARE Les achats hospitaliers représentent 18 Md, second poste de dépenses des

Plus en détail

TARIFICATION BANCAIRE 15 janvier 2015 L ENQUETE ANNUELLE

TARIFICATION BANCAIRE 15 janvier 2015 L ENQUETE ANNUELLE TARIFICATION BANCAIRE 15 janvier 2015 L ENQUETE ANNUELLE CLCV - Mieux Vivre Votre Pour ce palmarès 2015, 140 banques de métropole et d outre-mer ont été passées à la loupe. Les tarifs analysés? Ceux en

Plus en détail

Quelles sont les motivations des Français qui font le choix de l investissement locatif en 2014? Une étude du Crédit Foncier

Quelles sont les motivations des Français qui font le choix de l investissement locatif en 2014? Une étude du Crédit Foncier Quelles sont les motivations des Français qui font le choix de l investissement locatif en 2014? Une étude du Crédit Foncier SOMMAIRE PAGE 02 SYNTHÈSE PAGE 03 L INVESTISSEMENT LOCATIF DES MÉNAGES EN FRANCE

Plus en détail

TARIFICATION BANCAIRE : L ENQUETE ANNUELLE DE LA CLCV

TARIFICATION BANCAIRE : L ENQUETE ANNUELLE DE LA CLCV TARIFICATION BANCAIRE : L ENQUETE ANNUELLE DE LA CLCV L année 2005 sera-t-elle l année des grands changements dans les relations banques - clients? Les établissements bancaires veulent en convaincre les

Plus en détail

LES INSUFFISANCES EN MATIERE D EQUIPEMENTS D IMAGERIE MEDICALE EN FRANCE : ETUDE SUR LES DELAIS D ATTENTE POUR UN RENDEZ-VOUS IRM EN 2013

LES INSUFFISANCES EN MATIERE D EQUIPEMENTS D IMAGERIE MEDICALE EN FRANCE : ETUDE SUR LES DELAIS D ATTENTE POUR UN RENDEZ-VOUS IRM EN 2013 LES INSUFFISANCES EN MATIERE D EQUIPEMENTS D IMAGERIE MEDICALE EN FRANCE : ETUDE SUR LES DELAIS D ATTENTE POUR UN RENDEZ-VOUS IRM EN 2013 Étude réalisée pour Imagerie Santé Avenir 2013 CEMKA-E VAL 43,

Plus en détail

ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE. Atelier de 14h30 16h00

ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE. Atelier de 14h30 16h00 ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE Atelier de 14h30 16h00 Objectifs Identifier les zones en difficultés afin d éviter des fermetures De maintenir des effectifs suffisants dans les CFA

Plus en détail

N 13 S É N A T. 30 octobre 2014 PROJET DE LOI

N 13 S É N A T. 30 octobre 2014 PROJET DE LOI N 13 S É N A T SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 30 octobre 2014 PROJET DE LOI relatif à la délimitation des régions, aux élections régionales et départementales et modifiant le calendrier électoral. (procédure

Plus en détail

SOLAIRE PHOTOVOLTAÏQUE V-SYS ULTRA - FLEXI - ON FLOOR - ON TOP. www.systovi.com FABRIQUÉ EN FRANCE

SOLAIRE PHOTOVOLTAÏQUE V-SYS ULTRA - FLEXI - ON FLOOR - ON TOP. www.systovi.com FABRIQUÉ EN FRANCE SOLAIRE PHOTOVOLTAÏQUE ULTRA - FLEXI - ON FLOOR - ON TOP www.systovi.com FABRIQUÉ EN FRANCE PANNEAUX LE CHOIX ET LA QUALITÉ MADE IN FRANCE Notre gamme propose des produits qui combinent puissance et esthétique,

Plus en détail

Réglementation Organisation Marché Collecte Traitement Comparaison Perspectives Données européenne. Médicaments. Collection Repères

Réglementation Organisation Marché Collecte Traitement Comparaison Perspectives Données européenne. Médicaments. Collection Repères Réglementation Organisation Marché Collecte Traitement Comparaison Perspectives Données européenne 2013 Médicaments Collection Repères Les médicaments non utilisés (MNU), périmés ou non, sont des médicaments

Plus en détail

THE GLOBAL PV EXPERTS. KRANNICH TRINITY

THE GLOBAL PV EXPERTS. KRANNICH TRINITY THE GLOBAL PV EXPERTS. KRANNICH TRINITY SOLUTION INTELLIGENTE POUR STOCKAGE DE L ENERGIE SOLAIRE Engagement total en faveur de l autonomie énergétique L AUTO- CONSOMMATION EST RENTABLE. En France, les

Plus en détail

Auto-consommation des Energies renouvelables. Atelier 56watt du 2 juillet 2015 à Vannes

Auto-consommation des Energies renouvelables. Atelier 56watt du 2 juillet 2015 à Vannes Auto-consommation des Energies renouvelables Atelier 56watt du 2 juillet 2015 à Vannes 1 Etat des lieux Chaleur renouvelable : en auto-consommation Solaire Thermique : production d eau chaude à l aide

Plus en détail

1ER RÉSEAU NATIONAL D ENTREPRISES INDÉPENDANTES 170 TPE, PME ET GRANDES ENTREPRISES - PLUS DE 3500 SITES PARTOUT EN FRANCE ET OUTRE-MER.

1ER RÉSEAU NATIONAL D ENTREPRISES INDÉPENDANTES 170 TPE, PME ET GRANDES ENTREPRISES - PLUS DE 3500 SITES PARTOUT EN FRANCE ET OUTRE-MER. TROMBINOSCOPE REPRÉSENTATIONS SNES 2013-2015 www.e-snes.org 1ER RÉSEAU NATIONAL D ENTREPRISES INDÉPENDANTES 170 TPE, PME ET GRANDES ENTREPRISES - PLUS DE 3500 SITES PARTOUT EN FRANCE ET OUTRE-MER. 1ÈRE

Plus en détail

Résidentiel.1-Meyzieu

Résidentiel.1-Meyzieu Projet de référence Résidentiel.1-Meyzieu Production 16 modules photovoltaïques orientés Sud, Est et Ouest Suivi de consommation par SmartPlugs sur le lave-linge et la cafetière 16 micro-onduleurs Enphase

Plus en détail

Form. tion. Magazine. spécial emploi. Le magazine de la formation de la chambre régionale de métiers et de l'artisanat de haute-normandie

Form. tion. Magazine. spécial emploi. Le magazine de la formation de la chambre régionale de métiers et de l'artisanat de haute-normandie Form tion Magazine Le magazine de la formation de la chambre régionale de métiers et de l'artisanat de haute-normandie spécial emploi Région Haute-Normandie Édito P 3 P 4 P 6 P 7 P 8 P 10 P 11 Engagé dans

Plus en détail

L électricité solaire, une énergie inépuisable

L électricité solaire, une énergie inépuisable L électricité solaire, une énergie inépuisable Inépuisable et écologique Une fois en place, une installation de production d électricité solaire garantit avec un minimum d entretien une production d électricité

Plus en détail

Liste des référents AERAS des établissements de crédit Version du 10 juillet 2013

Liste des référents AERAS des établissements de crédit Version du 10 juillet 2013 12/07/2013 1 Liste des référents AERAS des établissements de crédit Version du 10 juillet 2013 AXA BANQUE 01 55 12 83 67/82 68 BAIL ENTREPRISES 02 98 34 43 37 BANCO BPI - Succursale France 01 44 50 33

Plus en détail

Le Groupement des Agenceurs de l UNIFA s expose sur le Salon Equip Hotel

Le Groupement des Agenceurs de l UNIFA s expose sur le Salon Equip Hotel Agenceur : une profession à (re)découvrir Le Groupement des Agenceurs de l UNIFA s expose sur le Salon Equip Hotel Hall 3 stand P121 Dossier de presse Novembre 2008 Groupement des Agenceurs de l UNIFA

Plus en détail

Liste des référents AERAS des établissements de crédit Mise à jour au 28 août 2015

Liste des référents AERAS des établissements de crédit Mise à jour au 28 août 2015 02/09/2015 1 Liste des référents AERAS des établissements de crédit Mise à jour au 28 août 2015 AXA BANQUE 01 55 12 83 67/82 68 BAIL ENTREPRISES 02 98 34 43 37 BANCO BPI - Succursale France 01 44 50 33

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable

DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable Guide de l utilisateur 2010 Si vous êtes amenés à utiliser cet outil, merci d indiquer votre source. Réseau agriculture durable - Inpact Bretagne

Plus en détail

de l artisanat Tableau économique ÉTUDES et Recherches Cahier III : Les entreprises artisanales dans l économie des territoires

de l artisanat Tableau économique ÉTUDES et Recherches Cahier III : Les entreprises artisanales dans l économie des territoires ÉTUDES et Recherches de l Institut Supérieur des Métiers Tableau économique de l artisanat MAI 2014 Cahier III : Les entreprises artisanales dans l économie des territoires Tableau économique de l artisanat

Plus en détail

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011 Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Préambule : Les Groupes d Entraide Mutuelle (GEM), régis par les articles L. 114-1-1 et

Plus en détail

Votre Conseiller ZECIBLE by NOTE BLEUE : Julie PERISSE julie@zecible.fr 05 61 91 30 40 BP 4 31370 RIEUMES www.zecible.fr

Votre Conseiller ZECIBLE by NOTE BLEUE : Julie PERISSE julie@zecible.fr 05 61 91 30 40 BP 4 31370 RIEUMES www.zecible.fr Zecible Location et Achat de Fichiers Décideurs, B2B & B2C Votre Conseiller ZECIBLE by NOTE BLEUE : Julie PERISSE julie@zecible.fr 05 61 91 30 40 BP 4 31370 RIEUMES www.zecible.fr VOTRE CONSEILLER ZECIBLE

Plus en détail

ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité

ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité Observatoire des Métiers de la Prévention et de la Sécurité ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité Données 2012 Institut I+C 11 rue Christophe Colomb - 75008 Paris Tél.: 33 (0)1 47 20 30 33 http://www.iplusc.com

Plus en détail

Fonds de Dotation L observatoire Deloitte. N 20 31 décembre 2011

Fonds de Dotation L observatoire Deloitte. N 20 31 décembre 2011 Fonds de Dotation L observatoire Deloitte N 20 31 décembre 2011 Éditorial L année vient de s achever avec 863 fonds de dotation enregistrés au 31 décembre 2011. C est une année record car pas moins de

Plus en détail

Produire de l électricité grâce à l énergie solaire

Produire de l électricité grâce à l énergie solaire L habitat AGIR! Produire de l électricité grâce à l énergie solaire Des conseils pour mener à bien un projet photovoltaïque Édition : juin 2012 sommaire glossaire introduction Pour l électricité aussi,

Plus en détail