Méningites. Définition. Clinique. Définition. Clinique. Clinique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Méningites. Définition. Clinique. Définition. Clinique. Clinique"

Transcription

1 Méningites Définition Inflammation des méninges, les 3 membranes qui recouvrent le cerveau et la moelle épinière 1- définition 2- démarche diagnostique : PL 3- méningites bactériennes 4- méningites virales 5- méningo-encéphalite herpetique responsable d un syndrome méningé urgence diagnostique +++ Définition Clinique Syndrome méningé: céphalées violentes en casque photophobie phonophobie raideur de nuque nausées/vomissements fièvre élevée Clinique Parfois diagnostic + difficile: sujet âgé, nourrisson clinique (sinusite, migraine, ) agitation, coma,... Clinique Suspicion de méningite => rechercher des signes de gravité: purpura signes d encéphalite associée ou d abcès (troubles des fonctions supérieures, signes de localisation neurologique) coma profond état de choc hypertension intra-crânienne 1

2 Méningites = Ponction lombaire 1- définition 2- démarche diagnostique : PL 3- méningites bactériennes 4- méningites virales 5- méningo-encéphalite herpétique à faire AVANT de débuter les antibiotiques ( si possible... ) indispensable au diagnostic Contre-indications: hypertension intra-crânienne lésion cérébrale avec effet de masse trouble de l hémostase (plaquettes< /mm3, traitement anti-coagulant) infection cutanée en regard de la région lombaire 2

3 demander: cytologie biochimie bactériologie +/- tubes supplémentaires => au - 3 tubes avec 10 gouttes de LCR par tube transport RAPIDE au laboratoire examen cytologique: Examen biochimique: protéinorachie (N < 0,40 g/l) GB = N< 10 /mm3 glycorachie (N> 1/2 glycémie sanguine) l augmentation des GB signe la méningite 3

4 Examen bactériologique: examen direct (coloration Gram) recherche d antigènes solubles (pneumocoque, meningocoque, haemophilus ) culture (en moyenne 24h) --> identification et antibiogramme +/- examen virologique: culture PCR (herpès, enterovirus) PCR Permet d éliminer: l hémorragie méningée: début brutal pas de syndrome infectieux PL hémorragique imagerie complémentaire le méningisme: Syndrome méningé + PL normale angine, pneumonie Complications: syndrome post-pl hématome infectieuses (abcès, méningite septique) DECES (engagement si HTIC non dépistée) PL GB>10/mm3 =méningite 2 grandes catégories Permet d affirmer le diagnostic de méningite la composition du LCR permet d orienter vers une origine BACTERIENNE ou VIRALE et donc de guider la prise en charge méningites BACTERIENNES le problème = GRAVITE PNN > 50% = PURULENTE protéinorachie élevée glycorachie abaissée ou Lc>50% prot élevée Glc abaissée méningites VIRALES les MOINS graves le problème = leur FREQUENCE Lc >50% protéinorachie modérément élevée glycorachie normale 4

5 Méningites Gravité ++++ traitement par antibiotiques 1- définition 2- démarche diagnostique : PL 3- méningites bactériennes 4- méningites virales 5- méningo-encéphalite herpétique le germe prédominant : pneumocoque (gravité +++) l urgence diagnostique et thérapeutique : PURPURA FULMINANS dû principalement au méningocoque méningite + Purpura => injection IV d amoxicilline ou C3G + hospitalisation en urgence Les germes responsables varient en fonction de l âge: nouveau-né : streptocoque du groupe B listeria monocytogenes entérobactéries (E.coli +++) -mortalité 25-30% -septicémies associées à des localisations méningées Les germes responsables varient en fonction de l âge: nourrisson et enfant de < 5ans: méningocoque pneumocoque haemophilus influenza Les germes responsables varient en fonction de l âge: adultes et enfants >5 ans : méningocoque pneumocoque listeria monocytogenes 5

6 2- Méningite à pneumocoque 3- Méningite à listeria 4- Méningite tuberculeuse 5- Méningite à haemophilus influenza 6- Méningite à BGN de l adulte Généralités: Neisseria meningitidis sérogroupe A,B ou C bactérie fragile cas de méningite/an en France (30% des méningites bact.) acquisition par sécrétions rhinopharyngées (toux, parole) fixation dans rhinopharynx soit synthèse d AC soit diffusion sanguine Épidémiologie: Épidémies communautaires (armée, écoles) à tout âge, pas de terrain particulier porteur sain méningite ou méningococcémie CONTAGIOSITE +++ => prévention incubation : 5 à 7 j pronostic : purpura extensif --> mauvais (septicémie à méningocoque) Clinique : début brutal purpura --> à surveiller +++ extensif en cas de Purpura Fulminans + choc septique signes de focalisation rares 6

7 Isolement masque PL GB > 10/mm3 PNN > 50% protéinorachie >0,4 g/l Glc < 0,5 examen direct rarement + car densité bactérienne faible PL parfois normale si très précoce Traitement curatif : (pas de pb de sensibilité aux béta-lactamines) amoxicilline pendant 7 jours ou C3G (Rocephine, Claforan ) si signes de gravité et/ou âge < 5ans 7

8 avant la sortie: éradication du portage chez le patient : ou rifampicine 600mg X 2/j - 2j spiramycine 3 MUI X 2/j - 5j Prophylaxie: --> déclaration obligatoire à DDASS --> sujets contacts: rifampicine 600mgX2/j - 2j spiramycine 3M UIX2/j - 5J ou vaccination si méningocoque A ou C 2- Méningite à pneumocoque 3- Méningite à listeria 4- Méningite tuberculeuse 5- Méningite à haemophilus 6- Méningite à BGN 2- Méningite à Pneumocoque Généralités: Streptococcus pneumoniae 60% des méningites communautaires de l adulte (500 cas / an en France) hiver +++ mortalité +++ (formes comateuses) : 20 à 40% 2- Méningite à Pneumocoque Généralités: foyer viscéral ou foyer ORL (poumon) 2- Méningite à Pneumocoque sur terrains particuliers: ATCD de TC, neurochirurgie ID: éthylisme, asplénie, VIH, âgé dissémination hématogène diffusion par contiguité (+++) brèche ostéo-durale infection ORL 8

9 2- Méningite à Pneumocoque Clinique: début brutal purpura possible mais + rare fréquent : coma signes de focalisation 2- Méningite à Pneumocoque PL GB > 10/mm3 PNN très élevés protéinorachie très élevée glc effondrée examen direct souvent + 2- Méningite à Pneumocoque 2- Méningite à Pneumocoque Traitement : résistance à pénicilline +++ => préférer C3G +/- vancomycine en attendant antibiogramme après ATBgramme, si souche sensible: on peut mettre amoxicilline durée: 10 jours Prophylaxie : pas de transmission interhumaine => pas de mesures pour l entourage => pas d isolement masque splénectomisé récent : pénicilline en préventif 3- Méningite à Listeria 2- Méningite à pneumocoque 3- Méningite à listeria 4- Méningite tuberculeuse 5- Méningite à haemophilus 6- Méningite à BGN Généralités : Listeria monocytogenes facteurs favorisants : âge grossesse éthylisme déficit immunitaire 9

10 3- Méningite à Listeria colonisation temporaire du tube digestif si aliments contaminés (crudités, fromages) dissémination hématogène 3- Méningite à Listeria Clinique : début progressif atteint surtout le Tronc cérébral => paralysie d un ou pls nerfs crâniens troubles de conscience atteinte du SNC 3- Méningite à Listeria PL GB > 10/mm3 prot élevée Glc abaissée 3- Méningite à Listeria Traitement: association de 2 antibiotiques amoxicilline + gentamicine (7j) ( C3G inefficaces) typique : formule panachée PNN et Lc en proportion proche lymphocytaire purulente (PNN +++) durée: 2 à 3 semaines IV 3- Méningite à Listeria prophylaxie : pas de transmission interhumaine => pas de mesure pour l entourage => pas d isolement masque précaution chez femme enceinte 2- Méningite à pneumocoque 3- Méningite à listeria 4- Méningite tuberculeuse 5- Méningite à haemophilus 6- Méningite à BGN 10

11 4- Méningite tuberculeuse 4- Méningite tuberculeuse Généralités : surtout chez patients immigrés et ID présentation clinique différente pronostic réservé: -->mortalité >séquelles +++ Clinique: début progressif AEG signes de focalisation fréquents tableau psychiatrique sd infectieux moins marqué 4- Méningite tuberculeuse PL GB> 10/mm3 lymphocytaire (10 à 500/mm3) prot élevées glc abaissée 4- Méningite tuberculeuse Traitement: isolement masque association de 3 ou 4 anti-tuberculeux pendant 2 mois puis bi-thérapie rifampicine + isoniazide 10 mois +/- corticothérapie 5- Méningite à Haemophilus influenzae Enfant de 3 mois à 5 ans en depuis vaccination souvent associée à une infection ORL (otite) LCR typique de méningite purulente 5- Méningite à Haemophilus influenzae Évolution en général favorable sous traitement risque de SURDITE +++ traitement : C3G (rocephine, claforan) +/- corticothérapie isolement masque 11

12 6- Méningite à BGN de l adulte Méningites Pronostic réservé (mortalité > 50%) terrain : sujet âgé, post-trauma ou postneurochirurgical traitement: fonction du germe ( risque de résistances +++) isolement blouse - gants 1- définition 2- démarche diagnostique : PL 3- méningites bactériennes 4- méningites virales 5- méningo-encéphalite herpetique Méningites virales étiologie : oreillons, entérovirus +++ clinique: tableau souvent intense, conscience conservée PL obligatoire évolution favorable en qqs jours méningites BACTERIENNES le problème = GRAVITE PNN > 50% = PURULENTE protéinorachie élevée glycorachie abaissée ou Lc>50% prot élevée Glc abaissée PL GB>10/mm3 =méningite 2 grandes catégories méningites VIRALES les MOINS graves le problème = leur FREQUENCE Lc >50% protéinorachie modérément élevée glycorachie normale Méningites virales Méningites Traitement: pas de traitement étiologique hospitalisation jusqu à la négativité des cultures bactériennes (72h) par prudence 1- définition 2- démarche diagnostique : PL 3- méningites bactériennes 4- méningites virales 5- méningo-encéphalite herpétique 12

13 Méningo-encéphalite herpétique Syndrome encéphalitique: isolé ou associé au sd méningé témoin de l inflammation de l encéphale => dysfonctionnement du SNC Méningo-encéphalite herpétique Syndrome encéphalitique : troubles de conscience : troubles de vigilance -> coma crises convulsives focalisées ou généralisées (état de mal = pronostic péjoratif ) signes de focalisation : mono ou hémiplégie, paralysie des nerfs crâniens, mouvements anormaux (tremblement, myoclonies) troubles du comportement troubles neurovégétatifs : irrégularité du pouls, de la TA, de la température Méningo-encéphalite herpétique Méningo-encéphalite herpétique Clinique: Diagnostic : fièvre élevée : c troubles du comportement hallucinations troubles mnésiques crises convulsives PL : méningite lymphocytaire + PCR herpès scanner ou IRM cérébrale électroencéphalogramme Méningo-encéphalite herpétique Traitement : urgence +++ à débuter au moindre doute aciclovir (ZOVIRAX ) IV : 10 à 15 mg/kg/8h durée 15 à 21 j 13

Le syndrome méningé. Les méninges. Syndrome méningé. Syndrome méningé. Ensemble des symptômes liés à une irritation pathologique des méninges

Le syndrome méningé. Les méninges. Syndrome méningé. Syndrome méningé. Ensemble des symptômes liés à une irritation pathologique des méninges Les méninges Le syndrome méningé Dr B. MARTHA 16 février 2006 dure mère Méninges : 3 feuillets : arachnoïde pie mère Les méninges Les méninges Syndrome méningé Ensemble des symptômes liés à une irritation

Plus en détail

Méningites infectieuses

Méningites infectieuses Méningites infectieuses Etiologies et conduites à tenir Stéphane Erouart MISP Cécile Lecocq IDESP Sommaire Agents causaux Précautions standard Infections invasives à méningocoque Définition Validation

Plus en détail

Prise en charge des méningites bactériennes communautaires

Prise en charge des méningites bactériennes communautaires Prise en charge des méningites bactériennes communautaires Table des matières Description du cas clinique Méningite bactérienne 4 Exercice : Quelle est la conduite à tenir? 5 Exercice : Examen biologique

Plus en détail

Méningites infectieuses et Méningo-encéphalite de l adulte (96) Association des Professeurs de Pathologie Infectieuse et Tropicale Juin 2003

Méningites infectieuses et Méningo-encéphalite de l adulte (96) Association des Professeurs de Pathologie Infectieuse et Tropicale Juin 2003 Méningites infectieuses et Méningo-encéphalite de l adulte (96) Association des Professeurs de Pathologie Infectieuse et Tropicale Juin 2003 Pré-Requis : Cours de bactériologie et virologie du PCEM Résumé

Plus en détail

Syndromes méningés et méningo-encéphalites

Syndromes méningés et méningo-encéphalites !"#$%&')*$"+, Syndromes méningés et méningo-encéphalites 1 Définition Epidémiologie 2 Physiopathologie 3 Clinique 3.1 Forme aiguë classique de l enfant et jeune adulte 3.2 méningites du nouveau-né 3.3

Plus en détail

Aline Fallet IDE. Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard

Aline Fallet IDE. Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard Aline Fallet IDE Réanimation médicale et infectieuse Hôpital Bichat Cl.Bernard L évoca'on d une méningite se fait sur les signes cliniques suivants Céphalées 87% Nausées 74% Raideur de nuque 83% Température

Plus en détail

9 Examen cytochimique et bactériologique d un liquide céphalo-rachidien (LCR)

9 Examen cytochimique et bactériologique d un liquide céphalo-rachidien (LCR) 49 49 9 Examen cytochimique et bactériologique d un liquide céphalo-rachidien (LCR) Plan du chapitre 1 Contextes 2 Objectifs 1-Ensemencer d urgence systématiquement 2- Classer le LCR en fonction de la

Plus en détail

Cas clinique ORL n 2

Cas clinique ORL n 2 Cas clinique ORL n 2 Mme B. âgée de 37 ans consulte pour de violentes douleurs de la région sous orbitaire droite majorées lorsqu elle penche la tête en avant. Ces douleurs durent depuis 12 heures environ

Plus en détail

Item 96 : Méningites infectieuses et méningo-encéphalites chez l'enfant et chez l'adulte

Item 96 : Méningites infectieuses et méningo-encéphalites chez l'enfant et chez l'adulte Item 96 : Méningites infectieuses et méningo-encéphalites chez l'enfant et chez l'adulte Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer une méningite infectieuse...

Plus en détail

NEISSERIA MENINGITIDIS (INFECTIONS INVASIVES A MENINGOCOQUE = IIM)

NEISSERIA MENINGITIDIS (INFECTIONS INVASIVES A MENINGOCOQUE = IIM) Page 1/9 NEISSERIA MENINGITIDIS (INFECTIONS INVASIVES A MENINGOCOQUE = IIM) CE DOCUMENT CONCERNE L'EVALUATION DES RISQUES BIOLOGIQUE EN MILIEU DE SOINS. IL EST COMPLEMENTAIRE DU GUIDE EFICATT DE L'INRS

Plus en détail

Pneumopathie Aiguë Communautaire

Pneumopathie Aiguë Communautaire Pneumopathie Aiguë Communautaire Table des matières Présentation du cas 3 Le patient 4 Exercice 5 Exercice : Quels sont les éléments en faveur : 6 Exercice 7 Suite du cas 8 Exercice 9 Diagnostic microbiologique

Plus en détail

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable.

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable. SAISON 2011/2012 Quels virus en 2011/2012 Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) Virus A (H3N2) Virus B Virus A (H1N1) est stable. Les 3 types de virus de la grippe Virus grippal Type A Type B Type C Espèces

Plus en détail

Une urgence thérapeutique: à propos d un d purpura fulminans. José Medrano. Réanimation Médicale, CHU Pellegrin. Bordeaux.

Une urgence thérapeutique: à propos d un d purpura fulminans. José Medrano. Réanimation Médicale, CHU Pellegrin. Bordeaux. Une urgence thérapeutique: à propos d un d cas de purpura fulminans José Medrano. Réanimation Médicale, CHU Pellegrin. Bordeaux. Décembre 2006 Cas clinique: Patient de 17 ans, admis pour AEG, postration

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 février 2006 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans par arrêté du 4 février 2000 (JO du 9 février 2000) AMOXICILLINE BIOGARAN 1 g, poudre

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

INDICATIONS ET MODALITES DE L ANTBIOTHERAPIE DES MENINGITES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES

INDICATIONS ET MODALITES DE L ANTBIOTHERAPIE DES MENINGITES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES INDICATIONS ET MODALITES DE L ANTBIOTHERAPIE DES MENINGITES BACTERIENNES COMMUNAUTAIRES H. GEORGES SERVICE DE REANIMATION. CH TOURCOING Introduction Mortalité à la phase aigue : 20 % exigence dans le choix

Plus en détail

Situation, prise en charge

Situation, prise en charge Grippe pandémique A(H1N1) Situation, prise en charge DAUMAS Aurélie HIA LAVERAN COURS IFSI Des grippes pandémiques Groupe A Secondaires à une cassure (rôle animal) Absence d immunité collective Létalité

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME Département des situations d urgence sanitaire Personne chargée du dossier : Evelyne FALIP/Nicole BOHIC Tél : 01 40 56 59 65/02 32 18 31 66 evelyne.falip@sante.gouv.fr MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES

Plus en détail

La vaccination chez l enfant

La vaccination chez l enfant Conseil santé La vaccination chez l enfant www.omnimut.be La vaccination chez l enfant La vaccination chez l enfant Nous ne les voyons pas, mais ils sont bien là! De nombreux virus et bactéries peuvent

Plus en détail

- Support de Cours (Version PDF) - Item 82 : Grippe. Date de création du document 2008-2009. - Université Médicale Virtuelle Francophone -

- Support de Cours (Version PDF) - Item 82 : Grippe. Date de création du document 2008-2009. - Université Médicale Virtuelle Francophone - Item 82 : Grippe Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer une grippe... 1 1. 1 Diagnostic positif... 1 1. 1. 1 Clinique : forme typique de grippe saisonnière

Plus en détail

1 GENERALITES 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE

1 GENERALITES 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE STREPTOCOQUE Ce document concerne l'évaluation des risques biologique en milieu de soins. Il est complémentaire du guide EFICATT de l'inrs et a été élaboré puis validé par des médecins du travail des services

Plus en détail

ANTIBIOTHERAPIE PROBABILISTE

ANTIBIOTHERAPIE PROBABILISTE ANTIBIOTHERAPIE PROBABILISTE Dr N. Bercault 2011 Types d'antibiothérapie Prophylactique Pré-emptive Curative Infection Infection Colonisation + Infection + Facteurs de risque + Ponctuelle Plusieurs J Plusieurs

Plus en détail

Syndromes méningés de l'adulte

Syndromes méningés de l'adulte Syndromes méningés de l'adulte Conférence d actualisation de la SFAR 1996 Ce document, établi d après la conférence d actualisation de la Sfar en 1996 a été élaboré à partir de la présentation de : AM

Plus en détail

LE SYNDROME MENINGE PLAN

LE SYNDROME MENINGE PLAN LE SYNDROME MENINGE Dr BENMEKHBI 2015/2016 PLAN I. Introduction II. Définition III. Rappel anatomique IV. Physiologie VI. Physiopathologie V. Diagnostic positif 1. En fonction de la clinique 2. En fonction

Plus en détail

Guide des vaccinations Édition 2006. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations

Guide des vaccinations Édition 2006. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations Guide des vaccinations Édition 2006 Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations 200 La vaccination contre les infections invasives à méningocoque Depuis l introduction du vaccin contre

Plus en détail

Prise en charge des méningites bactériennes aiguës communautaires (à l exclusion du nouveau-né) Texte court

Prise en charge des méningites bactériennes aiguës communautaires (à l exclusion du nouveau-né) Texte court 17 e CONFERENCE DE CONSENSUS EN THERAPEUTIQUE ANTI-INFECTIEUSE Prise en charge des méningites bactériennes aiguës communautaires (à l exclusion du nouveau-né) Texte court Mercredi 19 novembre 2008 ASIEM

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 22 juin 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 22 juin 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 juin 2011 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 06 novembre 2006 (JO du 13 juin 2007) FUCIDINE 250 mg comprimé pelliculé

Plus en détail

MENINGITES. Symptômes guides

MENINGITES. Symptômes guides MENINGITES guides 1) Méningite : inflammation méningée avec œdème intracrânien. 2) - céphalées violentes (occipitales) - nuque raide ; malade hostile, couché en chien de fusil, vomissements, vertiges,

Plus en détail

Ordonnance sur les déclarations de médecin et de laboratoire

Ordonnance sur les déclarations de médecin et de laboratoire Ordonnance sur les déclarations de médecin et de laboratoire Modification du 15 décembre 2003 Le Département fédéral de l intérieur arrête: I L ordonnance du 13 janvier 1999 sur les déclarations de médecin

Plus en détail

LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL

LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL DES ADOLESCENTS ET DES ADULTES MIS À JOUR EN MARS 2011 313-52711-B État des données : mars 2011 Ce guide calendrier vaccinal comporte le carnet de vaccination. SOMMAIRE LA

Plus en détail

Dijon, le 8 Octobre 2009. Grippe A / H1N1 v. Pr Ch. RABAUD

Dijon, le 8 Octobre 2009. Grippe A / H1N1 v. Pr Ch. RABAUD Dijon, le 8 Octobre 2009 Grippe A / H1N1 v Pr Ch. RABAUD On avait prévu Une grippe H5, grave, nous venant des oiseaux et d ASIE Grippe aviaire (1997) : 407 cas ; 256 décès pas de transmission interhumaine

Plus en détail

UE9 Agent infectieux Hôte. Cours 2 : Manifestation de l'interaction homme-agent infectieux Syndrome infectieux

UE9 Agent infectieux Hôte. Cours 2 : Manifestation de l'interaction homme-agent infectieux Syndrome infectieux L3-UE9 Agents infectieux - Hôte C Leport Lundi 21/01/2013 16h30-17h30 Ronéotypeur : Quentin Gautier Ronéolectrice : Karen Bitton UE9 Agent infectieux Hôte Cours 2 : Manifestation de l'interaction homme-agent

Plus en détail

Les antibiotiques dans les infections ORL

Les antibiotiques dans les infections ORL Journée régionale sur Le bon usage des antibiotiques 19 novembre 2014 - Rennes Les antibiotiques dans les infections ORL point de vue du médecin généraliste Dr Thierry LABARTHE URPS Médecins Libéraux de

Plus en détail

Module 7 - Edition 2008 - Item 77 page 1 Copyright CMIT ITEM N 77 : ANGINES ET RHINOPHARYNGITES DE L ENFANT ET DE L ADULTE OBJECTIFS TERMINAUX

Module 7 - Edition 2008 - Item 77 page 1 Copyright CMIT ITEM N 77 : ANGINES ET RHINOPHARYNGITES DE L ENFANT ET DE L ADULTE OBJECTIFS TERMINAUX Module 7 - Edition 2008 - Item 77 page 1 ITEM N 77 : ANGINES ET RHINOPHARYNGITES DE L ENFANT ET DE L ADULTE OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer une angine et une rhinopharyngite II. Argumenter l attitude

Plus en détail

ABCES ET EMPYEMES INTRACRANIENS

ABCES ET EMPYEMES INTRACRANIENS ABCES ET EMPYEMES INTRACRANIENS Définition Abcès du cerveau : collection suppurée développée au sein du parenchyme cérébral Empyème intracrânien : collection suppurée développée dans l espace sous-dural

Plus en détail

. CHARACHON (Mise ligne 06/11/09 LIPCOM-RM) Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes

. CHARACHON (Mise ligne 06/11/09 LIPCOM-RM) Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes 2 ème cycle MIA infections (item 86) Année Universitaire 2009-2010 infections infections Bronchites - Bronchiolites Pneumopathies bactériennes et virales Surinfection de BPCO (Coqueluche Tuberculose Mycoses

Plus en détail

Cas clinique. Hôpital Mahosot. Service maladies infectieuses. Dr Vilada, Dr Chen Xi, 2006

Cas clinique. Hôpital Mahosot. Service maladies infectieuses. Dr Vilada, Dr Chen Xi, 2006 Cas clinique Hôpital Mahosot Service maladies infectieuses Dr Vilada, Dr Chen Xi, 2006 1 Homme, 47 ans, fonctionnaire, résident à district : Pakgnouam, province Vientiane Motif d hospitalisation : fièvre

Plus en détail

La grippe, comment l éviter?

La grippe, comment l éviter? La grippe, comment l éviter? Marine LARRIERE, étudiante en soins infirmiers IFSI Laxou Promotion 2014/2017 Février 2015 Sommaire Qu est-ce que la grippe? Epidémie saisonnière de 2015 Les virus de la grippe

Plus en détail

Prise en charge d une épidémie de méningite à méningocoque

Prise en charge d une épidémie de méningite à méningocoque Prise en charge d une épidémie de méningite à méningocoque 2008 QUATRIÈME ÉDITION Médecins Sans Frontières Janvier 2008 Tous droits de reproduction, de traduction et d adaptation réservés pour tous pays

Plus en détail

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible

Plus en détail

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Alain Bonnin, Frédéric Dalle, Coralie L Ollivier - Laboratoire de Parasitologie-Mycologie, CHU de Dijon

Plus en détail

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS

Les vaccinations. Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Prévention POUR ÊTRE A JOUR DANS SES VACCINS Les vaccinations Même si, heureusement, les épidémies sont rares de nos jours en France, les vaccins sont utiles car ils permettent de prévenir un ensemble

Plus en détail

Vous recevez une interne du service de maternité. 1 Confirmer le diagnostic (définition de cas)

Vous recevez une interne du service de maternité. 1 Confirmer le diagnostic (définition de cas) Vous recevez une interne du service de maternité La Coqueluche Elle vous dit tousser depuis 15 jours. Devant l absence de fièvre elle ne s est pas arrêtée et elle n a pas pris de précautions particulières.

Plus en détail

Maladies infectieuses - Coqueluche

Maladies infectieuses - Coqueluche Maladies infectieuses - Coqueluche Document d info La coqueluche 1 Introduction La coqueluche est une maladie aiguë et contagieuse des voies respiratoires provoquée par la bactérie Bordetella pertussis.

Plus en détail

Les vaccins contre le H1N1 et la grippe saisonnière

Les vaccins contre le H1N1 et la grippe saisonnière Les vaccins contre le H1N1 et la grippe saisonnière Ce que vous devez savoir sur les vaccins antigrippaux offerts cette année L influenza, qu on appelle communément la grippe, est une infection respiratoire

Plus en détail

L ABC DES PETITES MALADIES DE LA VIE COURANTE pour mieux utiliser les antibiotiques

L ABC DES PETITES MALADIES DE LA VIE COURANTE pour mieux utiliser les antibiotiques D Angine à Vaccin, de Bactéries à Viral : 28 mots pour se préparer à l hiver. Ce guide vous aidera à mieux comprendre les maladies de la vie courante comme le rhume ou la bronchite. Parce que face à ces

Plus en détail

Infections de la personne âgée: Infection urinaire, pneumonie, péritonite, septicémie, antibiothérapie

Infections de la personne âgée: Infection urinaire, pneumonie, péritonite, septicémie, antibiothérapie Infections de la personne âgée: Infection urinaire, pneumonie, péritonite, septicémie, antibiothérapie O. Leroy Service de réanimation et maladies infectieuses. CH Tourcoing Sommaire Infections urinaires

Plus en détail

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Christine Pietrement 28 mai 2009 Particularités des infections urinaires de l enfant Grande fréquence : < 3mois + fièvre : IU 13% filles, IU 19% garçon

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 15 octobre 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 15 octobre 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE 1 A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 2 1. Adultes et enfants d un an et plus La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

3emes Rencontres de Cancérologie de Centre Alsace

3emes Rencontres de Cancérologie de Centre Alsace 3emes Rencontres de Cancérologie de Centre Alsace Colmar, 22 octobre 2008 Médecine générale et cancer HYPERTHERMIE en cours de chimiothérapie Dr Bruno Audhuy Onco-hématologie Pôle Oncologie, Hôpital Pasteur,

Plus en détail

L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013

L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013 L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013 Epidémiologie Prévalence +++ chez la femme : au début de la vie sexuelle

Plus en détail

Des convulsions réfractaires. ARCO Tours Octobre 2012

Des convulsions réfractaires. ARCO Tours Octobre 2012 Des convulsions réfractaires ARCO Tours Octobre 2012 HDM H 22 ans apprentissage de métallurgie. Débute un stage ATCD Traumatisme crânien grave avec fracture du rocher et hémorragie intracrânienne à 4 ans,

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Vaccins et grossesse Vaccins et immunité Dr Odile Launay Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Atelier Vaccins, GERES, 18 mai 2011 COCHIN SAINT-VINCENT DE PAUL

Plus en détail

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Il y a 35 ans Circulaire du 18 octobre 1973 CLI Pas de définition de l infection nosocomiale

Plus en détail

Parents Note H1N1 : n o 3

Parents Note H1N1 : n o 3 École primaire Laurentia Parents Note H1N1 : n o 3 Destinataires : Tous les parents de L ÉCOLE PRIMAIRE LAURENTIA Date : Le 16 novembre 2009 Objet : Expéditrice : Transport des élèves vers les centres

Plus en détail

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Concernant l orchi-épididymite : A - C est une affection souvent sexuellement transmissible chez

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PR-ULI-URG-PEC-N 108 Version n 1 Crée le 01-02-2011 DIFFUSION : Urgences site d Etampes OBJET ET DEFINITIONS Organiser et protocoliser

Plus en détail

Quel est le risque infectieux?

Quel est le risque infectieux? Conflits d intérêts de l orateur (en rapport avec le thème de la conférence) Participation à des actions de formation organisés par des industriels (symposium, congrès, ateliers): Oui Immunosuppresseurs

Plus en détail

Agent Causal. Infection respiratoire due à deux bactéries du genre bordetella. pertussis (Bacille de Bordet et Gengou): coqueluche

Agent Causal. Infection respiratoire due à deux bactéries du genre bordetella. pertussis (Bacille de Bordet et Gengou): coqueluche COQUELUCHE Agent Causal Infection respiratoire due à deux bactéries du genre bordetella pertussis (Bacille de Bordet et Gengou): coqueluche plus rarement parapertussis (5 à 20%): paracoqueluche Bacille

Plus en détail

Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans

Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans Enoncé Une femme de 57 ans se présente aux urgences pour céphalées, fièvre, frissons, toux, diarrhée et douleurs diffuses évoluant depuis 5 jours,

Plus en détail

Prof Yves Humblet 22 mai 2014

Prof Yves Humblet 22 mai 2014 Prof Yves Humblet 22 mai 2014 Mr DemS, 56 ans, atteint de cancer de prostate Admis aux urgences pour fièvre à 38 3 au J8 post chimiothérapie Pas de comorbidité, bon EG, pas de frisson, toux grasse Pas

Plus en détail

Coqueluche. Journée des correspondants para médicaux 11 avril 2013 Dr Corinne DENIS

Coqueluche. Journée des correspondants para médicaux 11 avril 2013 Dr Corinne DENIS Coqueluche Journée des correspondants para médicaux 11 avril 2013 Dr Corinne DENIS Définition et mode de transmission La coqueluche est une infection bactérienne peu ou pas fébrile de l'arbre respiratoire

Plus en détail

Item 100 (ex item 304) : Diplopie EVALUATIONS

Item 100 (ex item 304) : Diplopie EVALUATIONS Item 100 (ex item 304) : Diplopie EVALUATIONS 2013 1 Cas clinique : Item 127, 212, 304 Scénario : UMVF - Université Médicale Virtuelle Francophone Vous êtes praticien hospitalier ophtalmologiste dans un

Plus en détail

La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 Présentation à la direction 2011-2012

La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 Présentation à la direction 2011-2012 La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 1 Qu est-ce que la grippe? Infection virale aiguë des voies respiratoires Se propage facilement d un personne à l autre

Plus en détail

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014

Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 Journée Régionale d Infectiologie Nancy 11 octobre 2014 1 J.Birgé S.Hénard Antibiolor Les recommandations Infections Urinaires Communautaires de la SPILF* (adultes, hors femmes enceintes) 31/5/2014 1.

Plus en détail

Antibiothérapie probabiliste des états septiques graves

Antibiothérapie probabiliste des états septiques graves Société française d anesthésie et de réanimation en collaboration avec la Société de réanimation de langue française Société de pathologie infectieuse de langue française Société de microbiologie Médecine

Plus en détail

Un regard sur la vaccination équine

Un regard sur la vaccination équine Un regard sur la vaccination équine Les chevaux doivent-ils vraiment être vaccinés? La réponse est OUI, sans la moindre hésitation! Aujourd hui encore, les vaccins représentent le moyen le plus efficace

Plus en détail

A C T I V Méningites à pneumocoque de l Enfant en 2007

A C T I V Méningites à pneumocoque de l Enfant en 2007 Méningites à pneumocoque de l Enfant en 2007 Edouard BINGEN, Robert COHEN, Corinne LEVY, France de La ROCQUE, Emmanuelle VARON, Yannick AUJARD, pour le GPIP-ACTIV Objectifs de l Observatoire des Méningites

Plus en détail

Le point sur la coqueluche en 2012

Le point sur la coqueluche en 2012 Le point sur la coqueluche en 2012 11 e journée du RRH - ARLIN de Basse-Normandie Dr F. Borgey 25 octobre 2012 - Centre de Congrès de Caen Exemple 1 - Coqueluche en EHPAD en 2009 Une investigation en EHPAD

Plus en détail

Circulaire pour les codeuses et codeurs

Circulaire pour les codeuses et codeurs 14 Santé Nr. 9 février 2011 Circulaire pour les codeuses et codeurs A) La ventilation mécanique : règle valable au 1.1.2011 En vue de l établissement des règles de la ventilation invasive pour 2012, nous

Plus en détail

COQUELUCHE. Clara Flateau CHRU Lille Mai 2011

COQUELUCHE. Clara Flateau CHRU Lille Mai 2011 COQUELUCHE Clara Flateau CHRU Lille Mai 2011 Epidémiologie Bactériologie Clinique Vaccination et recommandations Tests diagnostiques disponibles Stratégies diagnostiques: recommandations Traitement Conduite

Plus en détail

(Etude prospective àpropos de 240 cas)

(Etude prospective àpropos de 240 cas) UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH FACULTE DE MEDECINE ET DE PHARMACIE FES UNIVERSITESIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH FES Année 2011 Thèse N 092/ 11 LESALGIES CRANIO-FACIALES (Etude prospective àpropos de

Plus en détail

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre :

LA VACCINATION, Le vaccin DCaT-Polio. Entre 4 et 6 ans. Ce vaccin protège contre : LA VACCINATION, UNE BONNE PROTECTION En faisant vacciner votre enfant, vous lui offrez la meilleure protection contre certaines maladies graves. Comment agissent les vaccins? Les vaccins amènent nos cellules

Plus en détail

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE Il faut rappeler que pour toute personne malade (par exemple présentant de la fièvre, vomissements ou diarrhée)

Plus en détail

Gestion des épidémies en FAM et MAS. 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015

Gestion des épidémies en FAM et MAS. 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015 Gestion des épidémies en FAM et MAS 2 ère réunion annuelle FAM/MAS 20 mars 2015 Rappels En EMS, le risque infectieux est présent, avec cumul des différents aspects de ce risque: Infections communautaires:

Plus en détail

LE JOURNAL DU RELAIS DES ASSISTANTS MATERNELS N 39 printemps 2014

LE JOURNAL DU RELAIS DES ASSISTANTS MATERNELS N 39 printemps 2014 Atelier musique à Blodelsheim avec l association Cadence LE JOURNAL DU RELAIS DES ASSISTANTS MATERNELS N 39 printemps 2014 Voici notre joyeuse équipe de musiciens au rendez-vous tous les mois dirigée par

Plus en détail

La Grippe en questions

La Grippe en questions 1 La Grippe en questions Qu est ce que la grippe? Que sont les virus grippaux? La grippe est une infection virale respiratoire aiguë contagieuse. Les virus grippaux se répartissent entre différents types

Plus en détail

Lymphomes Malins Non Hodgkiniens de l enfant. Réunion Oncocentre Anne Jourdain (CCA)

Lymphomes Malins Non Hodgkiniens de l enfant. Réunion Oncocentre Anne Jourdain (CCA) Lymphomes Malins Non Hodgkiniens de l enfant Réunion Oncocentre Anne Jourdain (CCA) Epidémiologie 3 ème cause de cancer chez l enfant après leucémies et tumeurs cérébrales 10% des cancers pédiatriques

Plus en détail

Quelles sont les maladies contre lesquelles mon enfant devrait recevoir une protection?

Quelles sont les maladies contre lesquelles mon enfant devrait recevoir une protection? Qu est-ce que l immunisation? L immunisation est un processus qui permet au corps de lutter contre les maladies causées par certains virus et bactéries. L un des moyens d être immunisé est de recevoir

Plus en détail

La grippe aviaire: utopie ou réalité?

La grippe aviaire: utopie ou réalité? Le virus La grippe aviaire Épidémies et s La grippe aviaire: utopie ou réalité? «Adaptabilité» du virus grippal Orthomyxoviridae-ARN Le virus La grippe aviaire Épidémies et s Neuraminidase (N1-9) Hémagglutinine

Plus en détail

De quoi parlons nous?

De quoi parlons nous? De quoi parlons nous? 1 De quoi parlons nous? Grippe Pandémie Grippe Peste saisonnière grippale humaine H5N1 aviaire H1N1 H2N2 H3N2 H5N1 2 De quoi parlons nous? Grippe Pandémie Grippe Peste saisonnière

Plus en détail

Fièvre sans foyer chez l enfant de moins de 3 mois

Fièvre sans foyer chez l enfant de moins de 3 mois Fièvre sans foyer chez l enfant de moins de 3 mois Dr Sophie Blumental Service de Maladies Infectieuses Pédiatriques Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola Bruxelles INTRODUCTION Fièvre = symptôme

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir?

TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir? TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir? H Le Hors-Albouze Urgences pédiatriques Timone enfants Marseille Traumatismes crâniens (TC) de l enfant Grande fréquence même si incidence réelle mal

Plus en détail

LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD

LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD Service de Pneumologie Hôpital Beauregard - THIONVILLE 1 Bilan initial Objectifs Bilan de base Traitement pharmacologique Autres traitements pharmacologiques Autres

Plus en détail

COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE

COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE XVII ème Congrès national de la SFHH Nantes 1 er juin 2006 COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE F. Bureau-Chalot 1, F. Fidel 1, A. Henry 1, L. Brasme 1, C. Quéreux 2, P. Morville

Plus en détail

Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires

Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires A) GENERALITES SUR LA NOUVELLE GRIPPE A (H1N1) v. Qu est-ce que la nouvelle grippe A (H1N1) v? La nouvelle grippe A(H1N1) est une infection

Plus en détail

La surveillance neurologique en réanimation médicale

La surveillance neurologique en réanimation médicale CONGRES ANNUEL DU CIRNE «L approche neurologique en réanimation» 11 OCTOBRE 2013 La surveillance neurologique en réanimation médicale Réanimation Médicale HCC Aurélie Baudesson Aurore Bihin Delphine Rué

Plus en détail

Infections respiratoires basses chez le nourrisson. Pr A.AGADR Service de Pédiatrie Hôpital Militaire Mohamed V Rabat

Infections respiratoires basses chez le nourrisson. Pr A.AGADR Service de Pédiatrie Hôpital Militaire Mohamed V Rabat Infections respiratoires basses chez le nourrisson Pr A.AGADR Service de Pédiatrie Hôpital Militaire Mohamed V Rabat Introduction Les infections respiratoires basses de l enfant constituent un problème

Plus en détail

Céphalées. 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée. APP du DENAISIS

Céphalées. 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée. APP du DENAISIS Céphalées 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée EPU DENAIN -14 novembre 2006 Dr Kubat-Majid14 novembre 2006 Dr KUBAT-MAJID Céphalées 1 Mise au point sur la migraine

Plus en détail

Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses?

Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses? Question n 1 : Comment faire le diagnostic d une infection des voies respiratoires basses? Quels sont les moyens diagnostiques, cliniques et para-cliniques permettant de distinguer l infection bronchique

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

Céphalées vues aux Urgences. Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS

Céphalées vues aux Urgences. Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS Céphalées vues aux Urgences Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS Deux Objectifs aux Urgences Identifier les céphalées à risque vital Optimiser le traitement des céphalées

Plus en détail

Le système nerveux et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados

Le système nerveux et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Le système nerveux et ses atteintes Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Objectifs : A la fin de la séquence, vous serez capable de : décrire le système nerveux d expliquer son fonctionnement

Plus en détail

Infections Respiratoires

Infections Respiratoires Infections Respiratoires Dr M. Khellaf Service de Médecine Interne CHU Mondor Avril 2003 Infections respiratoires - Epidémiologie. Infections respiratoires = 0.8 / 1000 Hab / an. Incidence si comorbidité.

Plus en détail

LA GRIPPE A H1N1v. Ce que doivent savoir les obstétriciens

LA GRIPPE A H1N1v. Ce que doivent savoir les obstétriciens LA GRIPPE A H1N1v Ce que doivent savoir les obstétriciens EPIDÉMIOLOGIE LA PANDÉMIE EN FRANCE La dynamique de l épidémie n est pas prévisible Les épidémiologistes et virologues estiment qu il y aurait

Plus en détail

Protégeons-nous ensemble!

Protégeons-nous ensemble! Grippe saisonnière. Protégeons-nous ensemble! Informations importantes pour vous et votre famille. www.uniscontrelagrippe.ch www.bag.admin.ch B C Qu est-ce que la grippe saisonnière et quels en sont les

Plus en détail

Vivre en santé après le traitement pour un cancer pédiatrique

Vivre en santé après le traitement pour un cancer pédiatrique PRÉCAUTIONS POUR LES INDIVIDUS SANS RATE FONCTIONNELLE La rate, c est quoi? La rate est un organe situé du coté gauche, vers le haut de l abdomen, sous les côtes, derrière l estomac. Une rate normale a

Plus en détail

neurogénétique Structures sensibles du crâne 11/02/10 Classification internationale des céphalées:2004

neurogénétique Structures sensibles du crâne 11/02/10 Classification internationale des céphalées:2004 11/02/10 Structures sensibles du crâne neurogénétique Cheveux Cuir chevelu Tissu sous cutané Périoste Os Dure mère Méninges molles Cerveau vaisseaux MIGRAINE:PHYSIOPATHOLOGIE MIGRAINE:PHYSIOPATHOLOGIE

Plus en détail