TABLETTES MATHEMATIQUES DE NIPPUR

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TABLETTES MATHEMATIQUES DE NIPPUR"

Transcription

1 TABLETTES MATHEMATIQUES DE NIPPUR

2 Les études qui suivent sont publiées sous l entière responsabilité de leurs auteurs et non de l Institut français d études anatoliennes Georges-Dumezil qui a contribué à leur édition.

3 VARIA ANATOLICA XVIII TABLETTES MATHEMATIQUES DE NIPPUR Christine PROUST PREMIERE PARTIE Reconstitution du cursus scolaire DEUXIEME PARTIE Edition des tablettes conservées au Musée Archéologique d Istanbul, avec la collaboration de Veysel Donbaz et d Asuman Dönmez Translittération des textes lexicaux et littéraires par Antoine Cavigneaux INSTITUT FRANÇAIS D ETUDES ANATOLIENNES GEORGES - DUMEZIL DE BOCCARD Edition - Diffusion 11, rue de Médicis Paris 2007

4 Photo de couverture : calcul de surface (Ni 18, Musée Archéologique d Istanbul) Ce volume a été composé et imprimé par Zero Prodüksiyon Ltd. Aslanyatağı sok. 19/2, Cihangir-İstanbul/Turquie. La publication a pu en être réalisée grâce au concours financier du Ministère des Affaires Étrangères et de Packard Humanities Institute. L auteur a bénéficié, pour la rédaction de cet ouvrage, du soutien du Centre National du Livre. 2007, Institut Français d Études Anatoliennes Georges - Dumézil Nuru Ziya sok. 22, Beyoğlu-İstanbul/Turquie. Secrétaire aux publications : Aksel Tibet La loi du 11 mars 1957 n autorisant, aux termes des alinéas 2 et 3 de l article 41, d une part, que les copies ou reproductions strictement réservées à l usage privée du copiste et non destinées à une utilisation collective et, d autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d exemple et d illustration, toute représentation ou reproduction intégrale, ou partielle, faite sans le consentement de l auteur ou des ses ayants droit ou ayants cause, est illicite (alinéa 1 er de l article 40). Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants du Code Pénal. ISBN?????????

5 A Feza, Nadia et Sakina

6

7 TABLE DES MATIERES Table des matières... 7 Preface de Christian Houzel Avant-propos Introduction PREMIERE PARTIE Reconstitution du cursus scolaire 1 Les sources Les fouilles La collection d Istanbul Le corpus Les écoles de scribes Sources littéraires Données archéologiques Le cursus scolaire Nombres et unités de mesure Système métrologique Numérations additives Numération sexagésimale positionnelle Description des tablettes Aspects matériels Types de tablettes Unités de texte Styles Marques de structure... 94

8 8 5 Niveau élémentaire Séries métrologiques Tables numériques Les séries mathématiques élémentaires dans le cursus Architecture des séries mathématiques élémentaires Ordres de grandeur Niveau avancé Multiplication / division Factorisation Paires d inverses et suites géométriques Calcul des surfaces Tableaux de calculs Calcul des volumes Le problème de l arête du cube Exercices et textes de référence Les trois tablettes de problèmes de Nippur CBS CBS Ni 5175* + CBS 19761* Comparaison des trois tablettes Les mathématiques à Nippur Enseignement Structure des listes Les nombres Annexes Annexe 1 : mise en ordre du cursus mathématique Annexe 2 : suites géométriques et puissances Annexe 3 : données statistiques Annexe 4 : systèmes métrologiques et numériques Annexe 5 : carte Annexe 6 : chronologie Annexe 7 : glossaire

9 9 Références Références des tablettes citées Sigles Bibliographie DEUXIEME PARTIE Edition des tablettes conservées au Musée Archéologique d Istanbul, avec la collaboration de Veysel Donbaz et d Asuman Dönmez Translittération des textes lexicaux et littéraires par Antoine Cavigneaux 1 Texte composite Tables métrologiques Tables numériques ordinaires Tables de racines Translittération des textes lexicaux et littéraires par Antoine Cavigneaux Planches Partition des textes mathématiques élémentaires (CD) 5 Catalogue des tablettes d Istanbul (CD) 6 Photos (CD)

10

11 Préface Depuis F. Thureau-Dangin, des assyriologues ont toujours porté un intérêt soutenu aux mathématiques de la Mésopotamie, les considérant comme l un des éléments de la grande civilisation qui s est développée dans cette région. Ceci mérite d être souligné, car les historiens d autres époques ou d autres contrées négligent la plupart du temps ce domaine d étude. Il existe ainsi un grand nombre de travaux sur les mathématiques babyloniennes, comme on peut le constater en consultant l abondante bibliographie du livre de Christine Proust, et ce livre trouve tout naturellement sa place dans une collection telle que les Varia Anatolica. Les mathématiques de Mésopotamie sont les témoins les plus anciennement attestés de ce type d activité et elles constituent donc un chapitre indispensable de l histoire des mathématiques. Certains historiens des sciences auraient tendance à faire débuter les mathématiques avec l invention de la démonstration en Grèce, peut-être au V e siècle avant J.-C. Il est vrai que les mathématiques babyloniennes ne comportent pas de démonstration et la même observation vaut pour les mathématiques égyptiennes. Elles se présentent comme un système de procédés de calcul et de résolution de problèmes ; mais il s agit bien d un système, organisé d une manière rationnelle. De plus, toutes les activités mathématiques babyloniennes peuvent se traduire dans les termes des mathématiques d aujourd hui, comme le montrent les commentaires des textes publiés par les historiens de cette période ; avec les tablettes cunéiformes, on se trouve donc déjà sur un terrain proprement mathématique, même en l absence de démonstration. Mais on a la chance d assister à l émergence de la pratique mathématique avec, en particulier, l apparition des nombres abstraits vers la fin du troisième millénaire avant J.-C. (troisième dynastie d Ur). En Mésopotamie, comme en Égypte, on rattache le développement d une pratique mathématique aux nécessités de l administration de grands royaumes centralisés. Il est vrai que les mathématiques sont pratiquées dans les écoles des scribes, mais avec un raffinement et une virtuosité qui dépassent très largement les exigences de la gestion. On le constate dans le livre de Christine Proust avec la présence, dans les listes métrologiques, d unités de mesures certainement hors des échelles utilisables pratiquement : par exemple le demi-še de 2 centigrammes ou le šar 2 gal šu-nu-tag gur de litres (chapitre 5). Citons encore la table de racines carrées de nombres palindromes ajoutée à la fin de la tablette Ni 2739 (ibid.). D ailleurs une administration centralisée n implique pas nécessairement le développement des mathématiques ; des états voisins de la Mésopotamie, comme l empire hittite ou les cités minoennes ne nous ont laissé aucune trace d une activité mathématique, même si plusieurs tablettes à contenu économique en proviennent. Une telle différence reste à expliquer. Le livre de Christine Proust est une étude d ensemble du corpus complet des 871 tablettes mathématiques trouvées à Nippur et réparties en divers lieux : Philadelphie, Istanbul, Iéna. E. Robson publie la collection de Philadelphie et le présent livre contient la publication de celle d Istanbul ; cette collection comprend 312 tablettes dont 19 seulement avaient été publiées jusqu à maintenant. Ce corpus forme un

12 12 tout homogène, aussi bien relativement au genre des textes qu à l époque de leur rédaction, c est-à-dire l époque paléo-babylonienne ; la provenance de toutes les tablettes est connue. Christine Proust tire de cette étude des enseignements d une portée générale sur les mathématiques babyloniennes, sur la progression du cursus scolaire en mathématiques et son lien avec l apprentissage de l écriture et de la langue sumérienne, sur la conception des nombres dans ces mathématiques, sur les méthodes de calcul correspondantes. Deux niveaux d étude se distinguent assez nettement dans l enseignement paléo-babylonien : un niveau élémentaire et un niveau avancé, comme l avaient déjà reconnu les auteurs qui se sont intéressés au sujet. Les mathématiques du niveau élémentaire sont consacrées à l apprentissage de listes : listes et tables métrologiques, tables numériques. Au niveau avancé, on aborde des problèmes de calcul numérique et d évaluation de surfaces ou de volumes. Christine Proust a essayé de préciser la progression en se servant des tablettes qui contiennent deux types de textes, sur la face et sur le revers. Elle a élaboré un logiciel qui permet un classement de ces tablettes et dont les résultats sont présentés dans l annexe I ; il en ressort que la progression n était pas strictement linéaire et que l ordre des apprentissages pouvait varier d une cité à une autre. Nous venons de voir que l enseignement élémentaire comportait l étude des listes et des tables métrologiques. Les listes contiennent les unités de capacité, de poids, de longueur, de surface et de hauteur dans un ordre croissant ; les tables mettent en correspondance ces unités avec des nombres abstraits, écrits dans le système sexagésimal utilisé pour les calculs en Mésopotamie. C est en effet, selon toute vraisemblance, la pratique du calcul qui a conduit les scribes sumériens à élaborer une conception abstraite du nombre, ne mesurant ou ne comptant rien de particulier, mais simplement objet d opérations arithmétiques telles que l addition, la soustraction, le calcul de l inverse, la duplication, la multiplication, le calcul du carré, des racines carrées ou cubiques. Les tables métrologiques servaient d intermédiaire, pour traduire les données d un problème concret en nombres abstraits, puis pour retraduire le résultat du calcul en termes des unités de mesure en usage. L histoire des mathématiques donne de nombreux exemples d innovations induites par une pratique et se faisant jour très longtemps avant la construction d une théorie qui pourrait leur fournir un fondement ; cette invention des nombres abstraits est probablement le premier de ces exemples. Le système de numération sexagésimal est positionnel, mais il ne comporte pas de zéro et la place de l unité n est pas marquée. Cela n est pas trop gênant car 60 est un nombre suffisamment grand pour que le contexte permette de rétablir l ordre de grandeur. En accord avec les textes, et contrairement à d autres auteurs, Christine Proust considère que l absence d une place fixée pour l unité fait partie de la conception même du nombre dans les mathématiques babyloniennes ; elle adopte une transcription cohérente avec cette conception et fidèle à la documentation cunéiforme. Le niveau d abstraction de ces nombres est donc très élevé, puisque même leur ordre de grandeur n est pas fixé d une manière absolue ; seul l ordre de grandeur relatif des divers nombres intervenant dans un même calcul est déterminé. Cette circonstance donne une grande souplesse aux méthodes de calcul babyloniennes, analogues aux calculs en virgule flottante de nos ordinateurs modernes. Les tables d inverses (chapitre 5) mettent en évidence ce caractère des nombres abstraits babyloniens. Dans la progression de l enseignement, les tables d inverses sont suivies des tables de multiplication ; il y en a 38 et la plupart des nombres qu elles font intervenir sont présent dans les tables d inverses. Il y a donc un lien assez fort entre ces deux types de tables. Au contraire, les tables de racines carrées ne sont pas simplement des tables de carrés lues à l envers et le lien est ici plutôt lâche. Christine Proust

13 13 explique avec une grande clarté le rôle de toutes ces tables dans les méthodes de calcul, ainsi que les diverses particularités de ces méthodes, comme la séparation en deux parties des nombres ayant plus de cinq places sexagésimales ou l utilisation d une factorisation pour calculer des inverses ou des racines carrées (chapitre 6). Les exercices mettant en œuvre ces calculs sont généralement accompagnés d une vérification de l opération par un calcul de l opération réciproque. Ce livre est complété par des annexes présentant des données statistiques sur les tablettes, une récapitulation des unités de mesures et un glossaire sumérien et akkadien. Il constitue une contribution importante à la connaissance de l enseignement des mathématiques et à celle des méthodes de calcul à l époque paléo-babylonienne. Les historiens des mathématiques et les assyriologues le liront donc avec le plus grand profit. Paris, le 23 mars 2007 Christian Houzel

14

15 Avant-propos C est en Turquie qu est né le projet qui a pris la forme d une thèse, puis du présent livre. Les Musées de Turquie, et notamment le Musée Archéologique d Istanbul, sont remarquables pour leur richesse, mais surtout ils se distinguent des autres Musées sur un point : toutes leurs collections proviennent de fouilles légales. Ainsi, l origine des tablettes cunéiformes est indiquée par un simple préfixe sur le numéro d inventaire. C est donc tout naturellement que, cherchant un ensemble de sources de provenance et de datation identifiées et homogènes, je me suis intéressée à ces tablettes dont le numéro porte le préfixe «Ist Ni», c est-à-dire aux tablettes de Nippur conservées à Istanbul. Ainsi a commencé en 1998 ma collaboration avec Veysel Donbaz, le conservateur des archives cunéiformes du Musée d Istanbul ; cette collaboration s est poursuivie avec Asuman Dönmez, qui lui a succédé. Dans un premier temps, nous nous sommes limités aux collations de tablettes déjà éditées, puis nous avons identifié en juillet 2001 un lot de plus de 300 tablettes mathématiques inédites parmi les textes scolaires de Nippur. Simultanément et de façon indépendante, Eleanor Robson avait entrepris de son côté l étude des tablettes mathématiques de Nippur conservées à Philadelphie, soit l autre partie des mêmes archives que des circonstances historiques récentes avaient dispersées. En mai 2003, nous avons, à partir de nos photos numériques et de nos bases de données respectives, rassemblé les deux principaux lots de la collection des tablettes mathématiques de Nippur exhumées à la fin du XIX e siècle. Nous avons pu ainsi réaliser de nombreux raccords entre fragments appartenant à la même tablette. Eleanor Robson m a alors autorisée à exploiter les données qu elle avait récoltées à Philadelphie, et sa générosité a donné une toute autre dimension à mon entreprise initiale. Enfin, au début de l année 2005, Manfred Krebernik m a fait le grand honneur de m ouvrir les portes des archives cunéiformes de l Université de Iéna et de m associer à la publication des tablettes scolaires de Nippur appartenant à la collection de Hermann Hilprecht. Ainsi, cette étude s appuie sur l ensemble des tablettes mathématiques exhumées entre 1888 et 1900 à Nippur par la Babylonian Expedition de l Université de Philadelphie, sous la direction scientifique de H. Hilprecht. Cet ensemble de sources, conservés aujourd hui à Istanbul, Philadelphie et Iéna, est exceptionnellement abondant (plus de 800 tablettes et fragments), homogène (de même provenance et de même période), clairement identifié (Nippur à l époque paléo-babylonienne), étudié de première main, en très grande partie inédit. * * * Ce travail n aurait pas pu être mené à son terme sans le soutien enthousiaste de nombreux amis et collègues. Outre Eleanor Robson, Veysel Donbaz et Manfred Krebernik qui m ont permis l accès aux sources, je remercie tous ceux qui ont contribué d une façon ou d une autre à l exploitation de ces archives exceptionnelles.

16 16 Je dois d abord dire ma grande gratitude envers les responsables turcs qui m ont aidée dans les différentes missions à Istanbul : Nadir Avcı, Directeur Général du Patrimoine, Halil Özek puis Ismaël Karamut, Directeurs des Musées Archéologiques d Istanbul, Veysel Donbaz puis Asuman Dönmez, Conservateurs des Archives Cunéiformes. L appui de l IFEA, Institut Français d Etudes Anatoliennes, a été d un grand secours, et particulièrement celui de Paul Dumont puis de Pierre Chuvin, directeurs, de Catherine Kuzucuoğlu, secrétaire scientifique, d Aksel Tibet, archéologue, et de Garance Fiedler, doctorante. Je voudrais également chaleureusement remercier tous ceux qui m ont accueillie en Turquie : Feza Günergün, Nadia et Samuel Murat, Sakina et Sacit Önen, Huguette Meunier, ainsi que Muazzez Çığ, dont les conseils m ont été particulièrement précieux. Une partie du travail d exploitation des sources n a été possible, dans un domaine qui n est pas celui de ma formation initiale, que grâce à l aide d assyriologues et archéologues qui ont bien voulu m accorder beaucoup de leur temps : Eleanor Robson, Manfred Krebernik, Antoine Cavigneaux, Niek Veldhuis, Bertrand Lafont pour le déchiffrement des textes sumériens ; Jöran Friberg, dont la lecture attentive et les nombreux conseils ont été particulièrement précieux ; Françoise Rougemont qui a entièrement traduit de l allemand les fiches descriptives des tablettes d Istanbul établies par F. R. Kraus et à qui je dois beaucoup pour ses conseils en archéologie. Toujours patientes et disponibles, Brigitte Lion, Cécile Michel et Théodora Seal ont bien voulu me conseiller et répondre a mes questions dans le domaine de l assyriologie, ainsi que Catherine Muhlrad-Greif et Maryvonne Teissier dans le domaine de la programmation. Pour leur travail fastidieux de relecture, de critique et de correction assuré avec tant de gentillesse et de patience, je remercie chaleureusement Micheline Duffaud, Agathe Keller, Brigitte Lion, Huguette Meunier, Cécile Michel, Jacques Quillien, François Proust, Françoise Rougemont, Luc Trouche. Enfin, je suis heureuse d exprimer toute ma reconnaissance envers Christian Houzel, directeur de thèse, et Karine Chemla, directrice de l équipe REHSEIS du CNRS, qui ont créé l environnement scientifique stimulant nécessaire à une telle entreprise.

17 Introduction Que peut apporter à la compréhension des mathématiques cunéiformes la documentation de Nippur, constituée pour l essentiel de brouillons d écoliers, souvent fragmentaires et de modeste allure? Tout d abord, il s agit de Nippur, la «Ville Sacrée», la grande capitale religieuse et culturelle de la Mésopotamie antique. Le rôle politique de Nippur a été très important à la fin du troisième et au début du deuxième millénaire, puisque c est là qu était légitimé le titre de roi du «Pays de Sumer et d Akkad» 1. Pourtant, cette cité n a jamais été le siège de la royauté. Son système politique, dans lequel une «assemblée» semble avoir occupé une place centrale, est original et encore mal connu 2. A l époque paléo-babylonienne, les activités judiciaires et scolaires constituent une part importante de la vie sociale de Nippur, réputée alors dans toute la Mésopotamie pour son tribunal et ses écoles 3. Nippur est le lieu par excellence de la transmission de l héritage culturel sumérien ; jusqu à une époque assez tardive, on y apprend le sumérien, alors qu il a disparu comme langue vivante au profit d une langue sémitique venue du nord et de l ouest, l akkadien. Les écoles de scribes de Nippur jouissaient d un grand prestige dans toute la Mésopotamie antique, et elles nous ont laissé la majeure partie des sources qui nous permettent aujourd hui d avoir accès à la littérature sumérienne. La formation des scribes est un domaine de recherche qui s est considérablement développé en assyriologie ces dernières années. L intérêt s est notamment porté sur un type de sources qui n avait été que très partiellement pris en considération auparavant : les tablettes d écoliers. Ces brouillons d argile sont des témoins de la vie quotidienne des écoles et permettent d en reconstituer des éléments essentiels : l organisation du cursus, les méthodes et le contenu de l enseignement. M. Civil, A. Cavigneaux, S. Tinney ont montré l intérêt d établir une typologie des tablettes pour comprendre la fonction de ces textes 4. Exploitée de façon systématique dans son étude de textes lexicaux, cette typologie a permis à N. Veldhuis de reconstituer le cursus d enseignement du sumérien dans les écoles paléo-babyloniennes 5. A sa suite, E. Robson a engagé une étude des archives scolaires de la Maison F de Nippur 6, sous une 1) W. Hallo et M. van de Mieroop ont montré l importance du rôle des scribes de Nippur dans la reconnaissance d un roi (Hallo 1989 ; van de Mieroop 1999). 2) Une importante bibliographie se rapporte aux institutions politiques de Nippur ; en ce qui concerne plus particulièrement l existence d un gouvernement de Nippur par une «assemblée» (puhrum), voir Jacobsen 1943 ; Cassin 1973 ; Finet 1980, 1982 ; Lambert 1992 ; Lieberman 1992 ; van de Mieroop ) Au sujet du tribunal de Nippur, voir : Lieberman 1992, p. 134 ; Lafont S ; en ce qui concerne la fonction idéologique des écoles de Nippur, voir Michalowski ) Civil et al ; Cavigneaux 1983 ; Tinney La question des écoles de scribes et la bibliographie correspondante sont développées au chapitre 2. 5) Veldhuis ) Robson 2001b, 2002b.

18 18 forme qui se rapproche d une monographie, pour donner un panorama plus complet de la formation des scribes, incluant les mathématiques. Enfin, S. Tinney a attiré l attention sur l importance de l étude des archives scolaires pour avancer dans la compréhension de la culture mésopotamienne : In particular, rigorous publication of school texts from museums and excavations is a principal desideratum if we are to formulate meaningful statements on education in ancient Mesopotamia. It hardly needs pointing out that an understanding of educational systems is a key component of an understanding of the society, ideology, religion and politics of Mesopotamia a key component, in other words, of an understanding of any aspects of the uses of literacy in a cultural complex which is in many ways defined by its use of the technology of writing [Tinney 1999, p. 170]. La présentation des textes mathématiques de Nippur développée ici s inscrit dans ce mouvement. Elle s appuie en très grande partie sur les travaux de N. Veldhuis et E. Robson cités ci-dessus. L étude est limitée à une époque et un cadre géographique bien définis. Elle prend en considération l ensemble des tablettes mathématiques paléo-babyloniennes exhumées à Nippur par la Babylonian Expedition, aucun fragment, aussi pitoyable soit-il, n étant négligé. L essentiel du travail présenté dans ces pages est consacré à l analyse des sources. J ai exposé en détail mes observations, menées de la façon la plus minutieuse possible, sans sélectionner systématiquement les seules informations pertinentes au regard des problèmes que j ai ensuite essayé de résoudre. Ce choix peut rendre parfois la lecture fastidieuse, mais devrait faciliter une utilisation ultérieure de ce matériau brut dans des perspectives différentes de celles qui ont été privilégiées ici. Une place particulièrement importante a été accordée aux listes et tables métrologiques, catégorie de textes qui n avait pas constitué auparavant l objet d une étude systématique, appuyée sur un corpus étendu 7. Les textes scolaires de Nippur renouvellent ce type de documentation de façon spectaculaire. Les principaux problèmes que j ai essayé de traiter dans la présente étude s articulent autour de trois thèmes : le cursus scolaire, l architecture des textes, la conception des nombres. La question du cursus scolaire est au cœur du travail de N. Veldhuis sur les listes lexicales, et une partie de ses résultats et de sa méthodologie est exploitée ici pour tenter de préciser la place des mathématiques dans l enseignement, principalement du point de vue de l ordre chronologique de succession des listes lexicales et mathématiques. L existence d un tel ordre, qui suppose une organisation linéaire, sera la première des questions soulevées. En effet, l observation des marques de structure des listes élémentaires (lignes d appel, doxologie) et du contenu des tablettes mixtes (contenant des textes de catégories différentes) montre qu un tel ordre est fréquemment mis en défaut. E. Robson a émis l hypothèse de l existence de variations locales dans le déroulement du cursus. On explorera ici d autres hypothèses, en particulier l existence d une organisation plus complexe de l enseignement des mathématiques : plusieurs listes pourraient être étudiées en même temps par les mêmes apprentis scribes 8, et par ailleurs tous les scribes ne suivraient pas nécessairement le même cursus, c est-à-dire qu il pourrait exister un certain degré de spécialisation. La question des méthodes pédagogiques, à laquelle la typologie des tablettes apporte d importants éléments de réponse, sera également soulevée en prolongement des travaux d E. Robson sur la «Maison F». 7) Robson 2002b, p. 9 ; Michel 1998, p J. Friberg est le chercheur qui s est le plus intéressé aux tables métrologiques (voir par exemple Friberg 1993), mais, n ayant pas eu accès à des sources suffisamment complètes, ses travaux à ce sujet sont restés des études de textes isolées. 8) Cette hypothèse est avancée par A. Cavigneaux pour les listes lexicales (Cavigneaux 1983, p. 611)

19 19 Les textes mathématiques s insèrent dans l ensemble plus vaste des textes scolaires. Les assyriologues qui ont étudié les textes scolaires sumériens ont montré que cet ensemble possède une unité profonde, qui provient de sa structure, c est-à-dire de son organisation en énumérations. Les listes lexicales sumériennes, qui constituent la base de la formation élémentaire des jeunes scribes à l époque paléo-babylonienne, illustrent ce type d organisation des connaissances : Lists of words are a characteristic feature of ancient Mesopotamian culture. In fact, the whole of its «science» consists in the enumeration and classification of all natural and cultural entities [Civil 1995 p. 2305]. Les listes mathématiques 9, on le verra, partagent les même caractéristiques, et constituent un champ idéal d étude de la structure des énumérations en Mésopotamie. Mais qu entend-t-on exactement par «texte»? En effet, les textes scolaires sont notés par extraits, parfois très courts, sur des centaines de tablettes et fragments répétitifs, comprenant de nombreux duplicata, à partir desquels on peut reconstituer une sorte de texte théorique appelé texte composite, rassemblant toutes les entrées rencontrées au moins une fois dans les différentes sources 10. Ce texte composite est probablement assez proche de celui qui devait être mémorisé par les apprentis scribes. Cependant, on ne le rencontre dans son intégralité dans aucune tablette. Il conviendra donc de distinguer systématiquement le texte composite, qui n est qu une reconstitution, des textes réellement inscrits sur les différentes tablettes. On cherchera à analyser la façon dont le texte composite se répartit sur les tablettes, et à distinguer plusieurs niveaux d unités de texte. On s intéressera particulièrement à toutes les marques, textuelles ou visuelles, qui permettent de comprendre l architecture générale des listes mathématiques. Les tablettes de Nippur constituent un ensemble assez complet de textes d apprentissage des mathématiques, depuis l initiation aux mesures de capacité jusqu aux problèmes de volumes et aux algorithmes numériques avancés, probablement élaborés par des maîtres érudits. Cette documentation permet d aborder sous plusieurs angles les questions relatives à la reconstitution des méthodes de calcul et à la conception des nombres à Nippur et, dans une certaine mesure, dans l ensemble des textes mathématiques cunéiformes. Le problème de la notation des nombres dans les commentaires modernes sera abordé en étroitement relation avec celui de l interprétation des calculs. J ai cherché, tout au long des études de texte qui suivent, à poser et résoudre ces questions d interprétation et de notation de façon cohérente et homogène. Plus précisément, il s agit de déterminer la fonction des différents systèmes numériques dans l expression des mesures d une part, et dans l exécution des calculs d autre part. Les tables métrologiques, qui contiennent une correspondance entre des mesures et des nombres sexagésimaux, sont au cœur de ces questions. L analyse de leur structure et de leur utilisation est un des principaux objets de cette étude. * * * Le livre comporte deux parties : la première contient l analyse de l ensemble des tablettes mathématiques exhumées par la Babylonian Expedition à Nippur et les outils de recherche (annexes) ; la deuxième partie contient l édition des tablettes d Istanbul, ainsi que la translittération des textes sumériens établie par A. Cavigneaux. Les images, le catalogue, et la partition sont gravés sur le CD joint. 9) Les «listes» mathématiques sont entendues ici, par analogie avec les listes lexicales, dans le sens large de toutes les énumérations métrologiques et numériques du niveau élémentaire. 10) Voir introduction de la deuxième partie.

20 20 L importance de l histoire matérielle des tablettes dans l interprétation des textes a été soulignée ci-dessus ; en conséquence, les premiers chapitres (1 et 2) retracent l histoire des tablettes depuis leur production dans les écoles de scribes jusqu à leur conservation dans les musées d aujourd hui. Les choix méthodologiques de cette étude sont exposés dans les chapitres 3 (notation des nombres) et 4 (système descriptif). Les textes proprement dits sont groupés en trois ensembles selon le niveau scolaire : élémentaire (chapitre 5), avancé (chapitre 6) et érudition (chapitre 7). Une synthèse finale (chapitre 8) se propose de brosser un tableau général des activités mathématiques à Nippur. Les annexes contiennent les outils dont il sera fait constamment usage dans le cours de l étude, et auxquels le lecteur sera fréquemment invité à se référer (statistiques, systèmes numériques, carte, chronologie, glossaire, index des tablettes citées, références bibliographiques). Les définitions et notations utilisées dans le texte sont exposées dès l introduction (page suivante) pour faciliter la lecture. En raison du caractère interdisciplinaire du sujet traité, certains développements n intéresseront qu une partie des lecteurs ; ces paragraphes sont signalés par un style différent (retrait et police de caractères plus petite). Ainsi, le lecteur non spécialiste d un domaine ou d un autre (mathématiques ou assyriologie) pourra facilement sauter les passages qu il juge trop techniques. Définitions La description des tablettes et fragments de Nippur portera sur deux aspects à la fois distincts et en étroite relation : l état matériel des tablettes et les textes qui y sont inscrits. Ces derniers seront abordés du point de vue de leur contenu et du point de vue de leur structure. Chacune de ces approches nécessite l emploi d un vocabulaire spécifique. Mais, en raison des liens multiples existant entre les textes et leur mise en forme sur l argile, il est très difficile de présenter une de ces parties sans faire référence à l autre, et même de choisir d aborder l aspect matériel avant l aspect textuel ou l inverse. D autre part, dès les premiers chapitres, la présentation des conditions de découverte des tablettes et du contexte de leur production dans les écoles de scribes fait référence à ces typologies. Pour éviter de faire appel à un nombre excessif de références croisées qui risqueraient de rendre l exposé confus, je donnerai dès cette introduction une liste de définitions succinctes, mais suffisantes en première approche, et j inviterai le lecteur à se reporter au chapitre 4 où ces définitions sont plus approfondies. Pour les noms géographiques et les noms de périodes historiques, on pourra se reporter à la carte et à la chronologie (annexes 5 et 6). La majorité des définitions suivantes sont couramment utilisées dans les publications concernant les textes scolaires, et plus particulièrement les listes lexicales (voir bibliographie dans l introduction du chapitre 2) ; les définitions concernant les «catégories de texte» et les «unités de texte» sont plus personnelles. Types de tablettes On distingue plusieurs types de tablettes selon le nombre de colonnes, la relation entre le texte de la face et celui du revers, le niveau scolaire. Type I Grande tablette (15 cm sur 20 cm environ) écrite sur plusieurs colonnes ; le texte du revers est la suite du texte de la face. Par exemple, voir la copie de la tablette Ni 2733, planches V et VI.

Du calcul flottant en Mésopotamie

Du calcul flottant en Mésopotamie HISTOIRE Du calcul flottant en Mésopotamie Christine Proust 1 Cet article s appuie d une part sur le matériel et les résultats de ma thèse, publiés en 2007 et 2008 ([10], [12]), et d autre part sur la

Plus en détail

Résolution de problèmes et approche historique

Résolution de problèmes et approche historique Résolution de problèmes et approche historique Documents d accompagnement Stage PAF 2014-2015 ABREVIATIONS AO BM CBS CDLI HS Ist Ni Antiquités Orientales, Louvre British Museum Catalog of the Babylonian

Plus en détail

TROISI` EME PARTIE L ALG` EBRE

TROISI` EME PARTIE L ALG` EBRE TROISIÈME PARTIE L ALGÈBRE Chapitre 8 L algèbre babylonienne Sommaire 8.1 Présentation..................... 135 8.2 Résolution d équations du second degré..... 135 8.3 Bibliographie.....................

Plus en détail

Compter à Babylone. L écriture des nombres

Compter à Babylone. L écriture des nombres Compter à Babylone d après l article de Christine Proust «Le calcul sexagésimal en Mésopotamie : enseignement dans les écoles de scribes» disponible sur http://www.dma.ens.fr/culturemath/ Les mathématiciens

Plus en détail

Comment calculait-on il y a quatre mille ans?

Comment calculait-on il y a quatre mille ans? Comment calculait-on il y a quatre mille ans? Pierre Lescanne 14 octobre 2004 Comment calculait-on il y a quatre mille ans? chez les Babyloniens Pierre Lescanne 14 octobre 2004 Plan L écriture cunéiforme

Plus en détail

Naissance de l écriture.

Naissance de l écriture. Naissance de l écriture. Le Proche-Orient : l écriture par Grégory CHAMBON, maître de conférences en histoire des sciences et techniques de l Antiquité et en assyriologie1 à l'ubo. Sommaire I. Pourquoi

Plus en détail

Le besoin de compter. ORIGINE DES MATHÉMATIQUES

Le besoin de compter. ORIGINE DES MATHÉMATIQUES Le besoin de compter. ORIGINE DES MATHÉMATIQUES 150 MILLIONS AV. J.-C. La fourmi du Sahara comptent elle? Sans repère dans le désert (autre que le soleil), à la recherche de nourriture, elle retrouve toujours

Plus en détail

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif»

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Chaque parcours pourra compléter ce cadrage général par un cadrage spécifique au parcours prenant

Plus en détail

J ai réalisé la première version de ce travail lors

J ai réalisé la première version de ce travail lors Avant-propos J ai réalisé la première version de ce travail lors d une mission au Maroc, qui consistait, entre autres choses, à former des dessinateurs de caractères arabes pour l imprimerie et l informatique.

Plus en détail

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 1 LA REDACTION DU RAPPORT DE STAGE Le mémoire ne doit pas consister à reprendre tels quels des documents internes de l entreprise ou

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE LES NOMBRES DANS L ANTIQUITÉ

PREMIÈRE PARTIE LES NOMBRES DANS L ANTIQUITÉ PREMIÈRE PARTIE LES NOMBRES DANS L ANTIQUITÉ Chapitre 2 La Mésopotamie et l Égypte Sommaire 2. Mésopotamie..................... 9 2.2 Égypte......................... 4 2.3 Activité proposée pour les classes

Plus en détail

*L'écriture en Mésopotamie et en Égypte

*L'écriture en Mésopotamie et en Égypte *L'écriture en Mésopotamie et en Égypte -4000 à -3000 Le calculi L agriculture est une activité économique très importante en Mésopotamie. Cependant, le territoire n est pas riche en ressources naturelles

Plus en détail

III Les Sumériens ont inventé l écriture

III Les Sumériens ont inventé l écriture Qui a inventé l écriture? III Les Sumériens ont inventé l écriture Au IV e millénaire avant Jésus-Christ, les Sumériens, habitants de Mésopotamie, se mirent à tracer les plus anciens signes d écriture

Plus en détail

1 er exposé. Les Hiéroglyphes. Jeudi 5 novembre 2009

1 er exposé. Les Hiéroglyphes. Jeudi 5 novembre 2009 Laurène SCHMIT 6 ème bleue 1 er exposé La naissance de l écriture Les Hiéroglyphes Jeudi 5 novembre 2009 La naissance de l écriture Les hiéroglyphes Introduction La naissance de l écriture Les hiéroglyphes

Plus en détail

Hiver 2011 Guide de présentation des travaux écrits du programme de Sciences humaines du cégep de Lévis-Lauzon. Normes de présentation.

Hiver 2011 Guide de présentation des travaux écrits du programme de Sciences humaines du cégep de Lévis-Lauzon. Normes de présentation. Guide de présentation des travaux écrits du programme de Sciences humaines du cégep de Lévis-Lauzon. Normes de présentation. 1 Disposition générale La pagination Compter toutes les pages du texte, de la

Plus en détail

Nom de l application

Nom de l application Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Direction Générale des Etudes Technologiques Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Gafsa Département Technologies de l Informatique

Plus en détail

Méthode du commentaire de document en Histoire

Méthode du commentaire de document en Histoire Méthode du commentaire de document en Histoire I. Qu est-ce qu un commentaire de document? En quelques mots, le commentaire de texte est un exercice de critique historique, fondé sur la démarche analytique.

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE ÉCOLE DE CULTURE GÉNÉRALE MONTHEY. pour le travail de maturité spécialisée, Édition 2014-2015

GUIDE METHODOLOGIQUE ÉCOLE DE CULTURE GÉNÉRALE MONTHEY. pour le travail de maturité spécialisée, Édition 2014-2015 Département de la formation et de la sécurité Service de l enseignement ECCG Monthey Departement für Bildung und Sicherheit Dienststelle für Unterrichtswesen HFMS Monthey GUIDE METHODOLOGIQUE pour le travail

Plus en détail

Stage au LaMME : résoudre x 2 + x = 3 4, à travers les âges.

Stage au LaMME : résoudre x 2 + x = 3 4, à travers les âges. Stage au LaMME : résoudre x 2 + x = 3 4, à travers les âges. 16 au 19 décembre 2014 Table des matières 1 Introduction 2 2 Identités remarquables 3 3 Résoudre x 2 + 2bx = c 6 4 L équation x 2 + x = 3 4

Plus en détail

COMMENT REDIGER UN RAPPORT TECHNIQUE?

COMMENT REDIGER UN RAPPORT TECHNIQUE? COMMENT REDIGER UN RAPPORT TECHNIQUE? Christiaens Sébastien Université de Liège Département PROMETHEE Institut de Mécanique et de Génie Civil, Bât. B52 Chemin des Chevreuils, 1 B-4000 Liège, Belgique Janvier

Plus en détail

1. Informations préliminaires

1. Informations préliminaires 1 Tout d abord, nous vous remercions vivement de faire confiance aux Éditions Honoré Champion, dont le prestige a toujours tenu à l extrême qualité du fond et au soin apporté à la forme. D où ces quelques

Plus en détail

Représentation des Nombres

Représentation des Nombres Chapitre 5 Représentation des Nombres 5. Representation des entiers 5.. Principe des représentations en base b Base L entier écrit 344 correspond a 3 mille + 4 cent + dix + 4. Plus généralement a n a n...

Plus en détail

MODIFICATIONS DES PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT

MODIFICATIONS DES PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT ANNEXE VI MODIFICATIONS DES PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT RECOMMANDATIONS GÉNÉRALES Les utilisateurs s attendent à trouver dans les définitions des

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Musique instrumentale (deuxième partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Mai 2005 This document is available

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR L ÉLABORATION D UN TRAVAIL DE MASTER CHAIRE RESSOURCES HUMAINES ET ORGANISATION

CAHIER DES CHARGES POUR L ÉLABORATION D UN TRAVAIL DE MASTER CHAIRE RESSOURCES HUMAINES ET ORGANISATION CAHIER DES CHARGES POUR L ÉLABORATION D UN TRAVAIL DE MASTER CHAIRE RESSOURCES HUMAINES ET ORGANISATION Il est demandé aux étudiants qui souhaitent déposer un master à la chaire RHO de prendre connaissance

Plus en détail

L ORIENT ANCIEN. Sculptures du jardin de Babylone. Roi de Mésopotamie

L ORIENT ANCIEN. Sculptures du jardin de Babylone. Roi de Mésopotamie L ORIENT ANCIEN Sculptures du jardin de Babylone Roi de Mésopotamie I] L Ecriture pour compter et conter. Introduction : a) L Ecriture est née vers -3500, au milieu du IVème millénaire avant notre ère

Plus en détail

Synthèse «Le Plus Grand Produit»

Synthèse «Le Plus Grand Produit» Introduction et Objectifs Synthèse «Le Plus Grand Produit» Le document suivant est extrait d un ensemble de ressources plus vastes construites par un groupe de recherche INRP-IREM-IUFM-LEPS. La problématique

Plus en détail

Temps forts départementaux. Le calcul au cycle 2 Technique opératoire La soustraction

Temps forts départementaux. Le calcul au cycle 2 Technique opératoire La soustraction Temps forts départementaux Le calcul au cycle 2 Technique opératoire La soustraction Calcul au cycle 2 La soustraction fait partie du champ opératoire additif D un point de vue strictement mathématique,

Plus en détail

Document d aide au suivi scolaire

Document d aide au suivi scolaire Document d aide au suivi scolaire Ecoles Famille Le lien Enfant D une école à l autre «Enfants du voyage et de familles non sédentaires» Nom :... Prénom(s) :... Date de naissance :... Ce document garde

Plus en détail

UNIVERSITE LA SAGESSE FACULTÉ DE GESTION ET DE FINANCE MBA OPTION MIS. MIAGe METHODES INFORMATIQUES APPLIQUEES A LA GESTION

UNIVERSITE LA SAGESSE FACULTÉ DE GESTION ET DE FINANCE MBA OPTION MIS. MIAGe METHODES INFORMATIQUES APPLIQUEES A LA GESTION GFM 296 UNIVERSITE LA SAGESSE FACULTÉ DE GESTION ET DE FINANCE MBA OPTION MIS MIAGe METHODES INFORMATIQUES APPLIQUEES A LA GESTION SPECIALITE SYSTEMES D'INFORMATION DES ENTREPRISES GUIDE POUR LA REDACTION

Plus en détail

Cours Numération Mathématique de base 1 MAT-B111-3. Alphabétisation

Cours Numération Mathématique de base 1 MAT-B111-3. Alphabétisation Cours Numération Mathématique de base 1 MAT-B111-3 Alphabétisation Présentation du cours Numération «L esprit de l homme a trois clés qui ouvrent tout : le chiffre, la lettre et la note.» Victor Hugo

Plus en détail

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 Résultats aux évaluations nationales CM2 Annexe 1 Résultats de l élève Compétence validée Lire / Ecrire / Vocabulaire / Grammaire / Orthographe /

Plus en détail

Directives relatives au travail de maturité

Directives relatives au travail de maturité Directives relatives au travail de maturité Afin de permettre une meilleure lecture, seule la forme masculine est utilisée ci-après. 1. Dispositions légales Les textes suivants constituent la base légale

Plus en détail

PRESENTATION DES RECOMMANDATIONS DE VANCOUVER

PRESENTATION DES RECOMMANDATIONS DE VANCOUVER PRESENTATION DES RECOMMANDATIONS DE VANCOUVER Voici une présentation des recommandations de Vancouver. Ces recommandations ont pour objet d uniformiser la présentation des références bibliographiques dans

Plus en détail

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs!

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! Conseils généraux : Entre 25 et 60 pages (hormis références, annexes, résumé) Format d un

Plus en détail

MASTER 2 «PSYCHOLOGIE DES PERTURBATIONS COGNITIVES : CLINIQUE DE L ENFANT ET DE. Consignes pour la rédaction du mémoire L ADULTE»

MASTER 2 «PSYCHOLOGIE DES PERTURBATIONS COGNITIVES : CLINIQUE DE L ENFANT ET DE. Consignes pour la rédaction du mémoire L ADULTE» MASTER 2 «PSYCHOLOGIE DES PERTURBATIONS COGNITIVES : CLINIQUE DE L ENFANT ET DE L ADULTE» Consignes pour la rédaction du mémoire UFR de Lettres et Sciences Humaines Mention de Master de Psychologie Spécialité

Plus en détail

Ateliers pédagogiques

Ateliers pédagogiques HISTOIRE LOCALE Ateliers pédagogiques Primaire (selon thème choisi) et Collège Visite commentée de 2 expositions au choix aux Archives Municipales Mise à disposition de questionnaire (30 minutes de recherche

Plus en détail

REMARQUES SUR LE PETIT FRAGMENT DE TABLETTE CHYPRO MINOENNE TROUVÉ A ENKOMI EN 1952. par EMILIA MAS SON

REMARQUES SUR LE PETIT FRAGMENT DE TABLETTE CHYPRO MINOENNE TROUVÉ A ENKOMI EN 1952. par EMILIA MAS SON REMARQUES SUR LE PETIT FRAGMENT DE TABLETTE CHYPRO MINOENNE TROUVÉ A ENKOMI EN 952 par EMILIA MAS SON. C'est pendant sa campagne de 952 à Enkomi que M. Porphyrios Dikaios a trouvé un petit fragment de

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE. I. La démarche pas à pas. Lire la bibliographie : thèses, articles

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE. I. La démarche pas à pas. Lire la bibliographie : thèses, articles GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE I. La démarche pas à pas Date Démarche Trouver un sujet qui vous intéresse Lire la bibliographie : thèses, articles Participer au séminaire «thèse»

Plus en détail

Comptabilité générale de l entreprise

Comptabilité générale de l entreprise Wilson Makaya Comptabilité générale de l entreprise Système comptable OHADA Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions

Plus en détail

Expérimentation Pédagogique

Expérimentation Pédagogique Expérimentation Pédagogique L'UTILISATION DE TABLETTES EN RÉSOLUTION DE PROBLÈMES POUR DÉVELOPPER LE PLAISIR DE CHERCHER Circonscription de Lunéville Ecole primaire d'hériménil Expérimentation tablette

Plus en détail

Le travail de maturité (TM) au Gymnase français

Le travail de maturité (TM) au Gymnase français Plan d'études Gymnase français de Bienne 9 Le (TM) au Gymnase français 2. Objectifs 3. Dispositif 3. Cadre du 3.. Choix du domaine et du sujet du 3..2 Organisation du 3..3 Déroulement du 3..4 Forme du

Plus en détail

Manuel de mise en page de l intérieur de votre ouvrage

Manuel de mise en page de l intérieur de votre ouvrage Manuel de mise en page de l intérieur de votre ouvrage Merci de suivre strictement les recommandations de ce manuel qui a pour but de vous aider à préparer un livre dont la qualité de mise en page est

Plus en détail

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE. Dix-septième session Genève, 7 11 mai 2007

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE. Dix-septième session Genève, 7 11 mai 2007 F OMPI SCT/17/5 ORIGINAL : anglais DATE : 23 mars 2007 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DU DROIT DES MARQUES, DES DESSINS ET MODELES INDUSTRIELS ET DES INDICATIONS

Plus en détail

I/ CONSEILS PRATIQUES

I/ CONSEILS PRATIQUES D abord, n oubliez pas que vous n êtes pas un enseignant isolé, mais que vous appartenez à une équipe. N hésitez jamais à demander des idées et des conseils aux autres collègues (linguistes et autres)

Plus en détail

ÉCOLE SECONDAIRE PÈRE-RENÉ-DE-GALINÉE

ÉCOLE SECONDAIRE PÈRE-RENÉ-DE-GALINÉE ÉCOLE SECONDAIRE PÈRE-RENÉ-DE-GALINÉE FRANÇAIS 12 e année Date: mars-juin 2015 Course Code: FRA 4U Enseignante: Mme L. Campagna et Mme Ducatel NOM DE L ÉLÈVE : Projet : Projet autonome Durée de l unité

Plus en détail

Ministère de l Education nationale «Evaluation des acquis des élèves du primaire»

Ministère de l Education nationale «Evaluation des acquis des élèves du primaire» Ministère de l Education nationale «Evaluation des acquis des élèves du primaire» Manuel d utilisation à destination des directeurs d école et des enseignants S O M M A I R E Introduction 3 Préalable...3

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

MASTERS IUFM SECOND DEGRE LE MEMOIRE PROFESSIONNEL (S4) CAHIER DES CHARGES

MASTERS IUFM SECOND DEGRE LE MEMOIRE PROFESSIONNEL (S4) CAHIER DES CHARGES 2012 Année universitaire 2011 MASTERS IUFM SECOND DEGRE LE MEMOIRE PROFESSIONNEL (S4) CAHIER DES CHARGES 1 - DEFINITION ET ENJEUX Cet UE prolonge l initiation à la recherche, commencée en M1 à travers

Plus en détail

RAPPORT D EXPERTISE D INTERPOL SUR LES ORDINATEURS ET LE MATÉRIEL INFORMATIQUE DES FARC SAISIS PAR LA COLOMBIE

RAPPORT D EXPERTISE D INTERPOL SUR LES ORDINATEURS ET LE MATÉRIEL INFORMATIQUE DES FARC SAISIS PAR LA COLOMBIE RAPPORT D EXPERTISE D INTERPOL SUR LES ORDINATEURS ET LE MATÉRIEL INFORMATIQUE DES FARC SAISIS PAR LA COLOMBIE MAI 2008 RESUME ET CONCLUSIONS O.I.P.C.-INTERPOL 2008 Tous droits réservés. Aucune partie

Plus en détail

Normes de rédaction : Comment faire référence aux documents?

Normes de rédaction : Comment faire référence aux documents? Normes de rédaction : Comment faire référence aux documents? Renato Scariati et Cristina Del Biaggio Département de géographie Université de Genève Version : 02 février 2010 Normes de rédaction 1 Table

Plus en détail

FICHE DE PRESENTATION DE LA LEÇON. PREMIERE PARTIE : L ORIENT ANCIEN AU IIIe MILLENAIRE AVANT JC

FICHE DE PRESENTATION DE LA LEÇON. PREMIERE PARTIE : L ORIENT ANCIEN AU IIIe MILLENAIRE AVANT JC FICHE DE PRESENTATION DE LA LEÇON Ziggourat d Ur en Irak aujourd hui (source : internet). PREMIERE PARTIE : L ORIENT ANCIEN AU IIIe MILLENAIRE AVANT JC Comment sont organisées les premières civilisations

Plus en détail

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année PALIER 2 CM2 La maîtrise de la langue française DIRE S'exprimer à l'oral comme à l'écrit dans un vocabulaire approprié

Plus en détail

Plan de la journée. Remerciements. A1 - Introduction à RDA 1

Plan de la journée. Remerciements. A1 - Introduction à RDA 1 RDA : Ressources : description et accès Direction du traitement documentaire des collections patrimoniales Centre de conservation Plan de la journée Introduction à RDA RDA Toolkit Identification des manifestations

Plus en détail

PROGRAMME DE MATHEMATIQUES ANNEES 4 à 7 DU SECONDAIRE

PROGRAMME DE MATHEMATIQUES ANNEES 4 à 7 DU SECONDAIRE Ecoles européennes Bureau du Secrétaire Général Ref. : 2010-D-441-fr-5 Orig. : FR PROGRAMME DE MATHEMATIQUES ANNEES 4 à 7 DU SECONDAIRE Préambule aux programmes SUIVI DU COMITE PEDAGOGIQUE MIXTE DES 9,

Plus en détail

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire 1. Ce que disent les plans d études vaudois Dans la partie consacrée aux finalités de l école vaudoise, le Plan d Etudes Vaudois (PEV) note à propos

Plus en détail

majuscu lettres accent voyelles paragraphe L orthographe verbe >>>, mémoire préfixe et son enseignement singulier usage écrire temps copier mot

majuscu lettres accent voyelles paragraphe L orthographe verbe >>>, mémoire préfixe et son enseignement singulier usage écrire temps copier mot majuscu conjugaison >>>, L orthographe singulier syllabe virgule mémoire lettres et son enseignement graphie suffixe usage accent ; écrire féminin temps voyelles mot point Renforcer l enseignement de l

Plus en détail

SAISIE DES NOTES DE BAS DE PAGE et BIBLIOGRAPHIE MEMO RÉSUMÉ. Norme AFNOR Z 44-005 NF ISO 690. Dernière édition : octobre 2011

SAISIE DES NOTES DE BAS DE PAGE et BIBLIOGRAPHIE MEMO RÉSUMÉ. Norme AFNOR Z 44-005 NF ISO 690. Dernière édition : octobre 2011 SAISIE DES NOTES DE BAS DE PAGE et BIBLIOGRAPHIE MEMO RÉSUMÉ Norme AFNOR Z 44-005 NF ISO 690 Dernière édition : octobre 2011 Texte mis à jour le 29 janvier 2014 MM. DAUTHIER dauthier@univ-tln.fr 1 Notes

Plus en détail

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés Le Conseil national de la comptabilité réuni en formation de Section des entreprises le 28 octobre 1994,

Plus en détail

NORMES DE PRÉSENTATION DES MANUSCRITS

NORMES DE PRÉSENTATION DES MANUSCRITS Les Presses de l Université du Québec NORMES DE PRÉSENTATION DES MANUSCRITS Le manuscrit, en version complète et définitive, doit être présenté de la manière la plus simple et uniforme possible, afin de

Plus en détail

http://agents.cirad.fr/admin Mode d emploi

http://agents.cirad.fr/admin Mode d emploi http://agents.cirad.fr/admin Mode d emploi Introduction... 1 1. Comment créer sa page? La connexion au service... 2 2. Navigation dans agents.cirad.fr... 2 3. Gestion des pages... 3 4. Gestion des fichiers...

Plus en détail

Initiation WORD. Module 3 : La mise en forme d un document

Initiation WORD. Module 3 : La mise en forme d un document Initiation WORD. Module 3 : La mise en forme d un document Système d exploitation utilisé : Windows XP Service Pack 2 Créé par Xavier CABANAT Version 1.0 Document créé par Xavier CABANAT Page 1 sur 21

Plus en détail

Guide juris.doc. 3 e édition. soquij.qc.ca

Guide juris.doc. 3 e édition. soquij.qc.ca Guide juris.doc AZIMUT, Documentation juridique PROGRAMME D ACCÈS GRATUIT 3 e édition soquij.qc.ca La Société québécoise d information juridique (SOQUIJ) est heureuse de vous compter parmi les utilisateurs

Plus en détail

Sommaire. Textes officiels... 5. Horaires... 7. Enseignement de détermination... 9. Présentation... 9. Programme... 10

Sommaire. Textes officiels... 5. Horaires... 7. Enseignement de détermination... 9. Présentation... 9. Programme... 10 Sommaire Textes officiels... 5 Horaires... 7 Enseignement de détermination... 9 Présentation... 9 Programme... 10 Indications complémentaires... 11 collection Lycée voie générale et technologique série

Plus en détail

Text Types and Purposes

Text Types and Purposes Text Types and Purposes College and Career Readiness (CCR) Anchor Standard 1: Ecrire une composition avec une idée principale, claire, explicite ou implicite en utilisant des éléments et des arguments

Plus en détail

Une démarche pédagogique pour l apprentissage de l algorithmique

Une démarche pédagogique pour l apprentissage de l algorithmique Une démarche pédagogique pour l apprentissage de l algorithmique Au moment où l enseignement d ISN connaît sa deuxième année de mise en œuvre sur le terrain, force est de constater que les ressources disponibles

Plus en détail

Réaliser un journal scolaire

Réaliser un journal scolaire Réaliser un journal scolaire 1/ Connaître le journal et ses contenus Pour que les élèves puissent à leur tour devenir producteurs, il faut absolument qu ils apprennent à connaître le journal et ses contenus.

Plus en détail

REGLES DE PRESENTATION D UNE

REGLES DE PRESENTATION D UNE REGLES DE PRESENTATION D UNE BIBLIOGRAPHIE 1.INTRODUCTION La bibliographie d un ouvrage est un outil qui permet - au lecteur de disposer des mêmes sources que celles utilisées par l auteur pour la rédaction

Plus en détail

L assurance qualité logicielle 1

L assurance qualité logicielle 1 L assurance qualité logicielle 1 concepts de base Alain April Claude Y. Laporte L assurance qualité logicielle 1 concepts de base Alain April Claude Y. Laporte A Rosalia, Philippe, Vincent, Mélanie, Yan

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

CORRIGE LES NOMBRES DECIMAUX RELATIFS. «Réfléchir avant d agir!»

CORRIGE LES NOMBRES DECIMAUX RELATIFS. «Réfléchir avant d agir!» Corrigé Cours de Mr JULES v3.3 Classe de Quatrième Contrat 1 Page 1 sur 13 CORRIGE LES NOMBRES DECIMAUX RELATIFS. «Réfléchir avant d agir!» «Correction en rouge et italique.» I. Les nombres décimaux relatifs.

Plus en détail

Première STMG1 2014-2015 progression. - 1. Séquence : Proportion d une sous population dans une population.

Première STMG1 2014-2015 progression. - 1. Séquence : Proportion d une sous population dans une population. Première STMG1 2014-2015 progression. - 1 Table des matières Fil rouge. 3 Axes du programme. 3 Séquence : Proportion d une sous population dans une population. 3 Information chiffrée : connaître et exploiter

Plus en détail

Représentation de l information en binaire

Représentation de l information en binaire Représentation de l information en binaire Les ordinateurs sont capables d effectuer de nombreuses opérations sur de nombreux types de contenus (images, vidéos, textes, sons,...). Cependant, quel que soit

Plus en détail

Master «Éducation et métiers de l enseignement du premier degré» Vadémécum du Contrôle des connaissances. Master 1 et Master 2

Master «Éducation et métiers de l enseignement du premier degré» Vadémécum du Contrôle des connaissances. Master 1 et Master 2 Master «Éducation et métiers de l enseignement du premier degré» Vadémécum du Contrôle des connaissances 2012 2013 Master 1 et Master 2 24-08-2012 master 1 er degré Sommaire I. PRINCIPES GÉNÉRAUX... 3

Plus en détail

GUIDE DES TRAVAUX DES ÉLEVES MODULE D INITIATION À LA RECHERCHE : LE MÉMOIRE DE RECHERCHE ET D APPLICATION PROFESSIONNELLE

GUIDE DES TRAVAUX DES ÉLEVES MODULE D INITIATION À LA RECHERCHE : LE MÉMOIRE DE RECHERCHE ET D APPLICATION PROFESSIONNELLE MODULE D INITIATION À LA RECHERCHE : LE MÉMOIRE DE RECHERCHE ET D APPLICATION PROFESSIONNELLE Afin de valider leur formation, les élèves doivent rendre à la fin de leur cursus, un mémoire de recherche

Plus en détail

EXPLOITATIONS PEDAGOGIQUES DU TABLEUR EN STG

EXPLOITATIONS PEDAGOGIQUES DU TABLEUR EN STG Exploitations pédagogiques du tableur en STG Académie de Créteil 2006 1 EXPLOITATIONS PEDAGOGIQUES DU TABLEUR EN STG Commission inter-irem lycées techniques contact : dutarte@club-internet.fr La maquette

Plus en détail

OFFICE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE DU CANADA

OFFICE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE DU CANADA PCT Guide du déposant Phase nationale Chapitre national Page 1 OFFICE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE DU NADA EN TANT QU OFFICE DÉSIGNÉ (OU ÉLU) TABLE DES MATIÈRES L OUVERTURE DE LA PHASE NATIONALE RÉSUMÉ

Plus en détail

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Table des matières. Introduction....3 Mesures et incertitudes en sciences physiques

Plus en détail

Soumission des articles pour l ICOFOM Study Series

Soumission des articles pour l ICOFOM Study Series Soumission des articles pour l ICOFOM Study Series Procédure Les articles seront soumis à un comité de lecture pour une évaluation en double aveugle. A la suite des recommandations, si l article est accepté,

Plus en détail

Arithmétique binaire. Chapitre. 5.1 Notions. 5.1.1 Bit. 5.1.2 Mot

Arithmétique binaire. Chapitre. 5.1 Notions. 5.1.1 Bit. 5.1.2 Mot Chapitre 5 Arithmétique binaire L es codes sont manipulés au quotidien sans qu on s en rende compte, et leur compréhension est quasi instinctive. Le seul fait de lire fait appel au codage alphabétique,

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

Guide du mémoire de fin d études

Guide du mémoire de fin d études Guide du mémoire de fin d études à destination des enseignants et des étudiants Septembre 2011 AVERTISSEMENT Ce document rassemble les dispositions réglementaires d une part, le cadre des dispositions

Plus en détail

1. Vérification de conformité aux normes Champion

1. Vérification de conformité aux normes Champion 1 Tout d abord, nous vous remercions vivement de faire confiance aux Éditions Honoré Champion, dont le prestige a toujours tenu à l extrême qualité du fond et au soin apporté à la forme. D où ces quelques

Plus en détail

Le Thesaurus Linguae Graecae est un centre de recherche de l Université de la Californie, Irvine. Le projet a débuté en 1972.

Le Thesaurus Linguae Graecae est un centre de recherche de l Université de la Californie, Irvine. Le projet a débuté en 1972. Description Le Thesaurus Linguae Graecae est une base de données textuelles qui présente, dans la langue originale, les œuvres des auteurs grecs anciens dans l ensemble des disciplines. Elle est disponible

Plus en détail

LA MISE EN PAGE ET LA PRÉSENTATION

LA MISE EN PAGE ET LA PRÉSENTATION Protocole de rédaction d un curriculum vitæ Le but d un curriculum vitæ est de décrocher une entrevue. Il est donc préférable de ne pas le surcharger; il faut y mettre juste assez d information pour piquer

Plus en détail

Concours de recrutement interne PLP 2009

Concours de recrutement interne PLP 2009 Concours de recrutement interne PLP 2009 Le sujet est constitué de quatre exercices indépendants. Le premier exercice, de nature pédagogique au niveau du baccalauréat professionnel, porte sur le flocon

Plus en détail

Guide du RDAQ. Comment saisir des descriptions de fonds et collections dans le Réseau de diffusion des archives du Québec (RDAQ)

Guide du RDAQ. Comment saisir des descriptions de fonds et collections dans le Réseau de diffusion des archives du Québec (RDAQ) Guide du RDAQ Comment saisir des descriptions de fonds et collections dans le Réseau de diffusion des archives du Québec (RDAQ) Table des matières Qu est-ce que le Réseau de diffusion des archives du Québec?

Plus en détail

Archivage électronique et valeur probatoire

Archivage électronique et valeur probatoire Archivage électronique et valeur probatoire Livre blanc Archivage électronique et valeur probatoire Livre blanc 2 Sommaire 1 Introduction 3 2 Archive et archivage 5 2.1 Qu est-ce qu une archive? 5 2.2

Plus en détail

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire Date d envoi : Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire QUESTIONNAIRE AU TITULAIRE Ce document doit être complété par le titulaire de classe et/ou par l orthopédagogue

Plus en détail

Réf. : Normes : ST.10/C page : 3.10.3.1 NORME ST.10/C PRÉSENTATION DES ÉLÉMENTS DE DONNÉES BIBLIOGRAPHIQUES. Note du Bureau international

Réf. : Normes : ST.10/C page : 3.10.3.1 NORME ST.10/C PRÉSENTATION DES ÉLÉMENTS DE DONNÉES BIBLIOGRAPHIQUES. Note du Bureau international Réf. : Normes : ST.10/C page : 3.10.3.1 NORME ST.10/C PRÉSENTATION DES ÉLÉMENTS DE DONNÉES BIBLIOGRAPHIQUES Note du Bureau international Le Comité des normes de l OMPI (CWS) a adopté les nouveaux textes

Plus en détail

( ANNEXE I ) MODELE D'ACTE D'ENGAGEMENT ********* ACTE D ENGAGEMENT

( ANNEXE I ) MODELE D'ACTE D'ENGAGEMENT ********* ACTE D ENGAGEMENT ( ANNEXE I ) MODELE D'ACTE D'ENGAGEMENT ********* ACTE D ENGAGEMENT A Partie réservée à l Administration (1) Appel d offres ouvert, au rabais ou sur offres des prix n. du (2).. (1) Appel d offres restreint,

Plus en détail

Guide du Travail de Maturité Session 2015

Guide du Travail de Maturité Session 2015 Guide du Travail de Maturité Session 2015 2 Table des matières A. CADRE GENERAL 1. Définitions et conditions cadres 4 2. Objectifs 4 B. LE TRAVAIL DE MATURITE AU LYCEE JEAN-PIAGET 1. Concrétisation 5 2.

Plus en détail

B2i Brevet Informatique. Internet. Livret de l enseignant

B2i Brevet Informatique. Internet. Livret de l enseignant B2i Brevet Informatique et Internet Ecole Livret de l enseignant 1. Maîtriser les premières bases de la technologie informatique. Toutes les activités nécessitant l utilisation de l ordinateur concourent

Plus en détail

Guide d utilisation du modèle ESSSE Travaux d étudiants

Guide d utilisation du modèle ESSSE Travaux d étudiants École Santé Social Sud-Est 20, rue de la Claire CP 320 69337 Lyon Cedex 09 Guide d utilisation du modèle ESSSE Travaux d étudiants OpenOffice Writer 4.0.1 Proposé par le Centre de Ressources Documentaires

Plus en détail

PROCEDURE D ARCHIVAGE DES TRAVAUX DE MATURITÉ (TM) 1 Collège Sainte-Croix

PROCEDURE D ARCHIVAGE DES TRAVAUX DE MATURITÉ (TM) 1 Collège Sainte-Croix PROCEDURE D ARCHIVAGE DES TRAVAUX DE MATURITÉ (TM) 1 Collège Sainte-Croix ACQUISITION 2 1. Les TM doivent être remis par l élève au secrétariat sous forme imprimée. Doivent être rendus au minimum : a.

Plus en détail

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE Un problème de recherche est l écart qui existe entre ce que nous savons et ce que nous voudrions savoir à propos d un phénomène donné. Tout problème de recherche

Plus en détail

RÉVISION DE CALCUL NUMÉRIQUE

RÉVISION DE CALCUL NUMÉRIQUE RÉVISION DE CALCUL NUMÉRIQUE. Les ensembles numériques. Propriétés des nombres réels. Ordre des opérations. Nombres premiers. Opérations sur les fractions 7. Puissances entières 0.7 Notation scientifique.8

Plus en détail