LES ARBRES Plantation, soins et entretien

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES ARBRES Plantation, soins et entretien"

Transcription

1 LES ARBRES Plantation, soins et entretien Dans le cadre de son plan de communication 2014, la Ville de Prévost publie, chaque mois, une rubrique d information sur les arbres. Éléments importants de notre patrimoine et de notre environnement urbain, les arbres sont souvent méconnus et les interventions sur ceux-ci, mal effectuées malgré la bonne volonté de tous. Cette rubrique mensuelle traitera brièvement de plusieurs aspects de ces végétaux, allant du choix de l arbre à planter, à l entretien des arbres matures en passant par les fausses idées répandues et le choix d un professionnel arboriculteur. Chapitre 3 Fausses croyances et mauvaises pratiques répandues Dans le domaine de l arboriculture, nombreux sont les mythes véhiculés et pratiqués en toute bonne foi. Ceux-ci sont parfois anciens et ont été récemment modifiés par les dernières recherches et d autres proviennent de l horticulture et sont faussement transférés à l arboriculture. La prolifération «d experts du dimanche» ou «d experts d une autre génération» sur Internet fait aussi la vie dure à ces croyances en propageant ces faussetés. Voyons ici les principales ou celles ayant les plus grands impacts sur les arbres. Cliquez directement sur le mythe pour accéder au chapitre du document. 1. On doit recouvrir une coupe ou remplir une plaie ou une cavité avec un ciment, une peinture ou une pâte spéciale. 2. Une plaie est automatiquement une zone de faiblesse du tronc. 3. Il est possible de tailler un arbre pour lui donner la forme que l on désire. 4. Étêter un arbre le fera «fournir» et élargir. 5. Des racines peuvent percer un solage ou une conduite. 6. Les arbres ont un système racinaire profond. 7. Le système racinaire d un arbre mature a sensiblement le même diamètre que ses branches. 8. Lorsque l on plante un arbre, il faut tailler des branches de façon à en retirer un certain pourcentage. 9. Lorsque l on plante un arbre à racines nues, il faut tailler les racines. 10. Seul le tronc d un arbre est à protéger des blessures durant une construction pour permettre de le conserver sans dommages.

2 1. On doit recouvrir une coupe ou remplir une plaie ou une cavité avec un ciment, une peinture ou une pâte spéciale. FAUX. On a longtemps cru que c était le cas (et plusieurs intervenants le pensent encore ), mais les études récentes sur le sujet ont démontré sans équivoque que ces pratiques ne facilitaient pas la cicatrisation d une plaie et n empêchaient pas les infections et la pourriture d entrer. En fait, ces «remplissages» offrent rapidement des abris pour les insectes et des zones humides où proliféreront les champignons et la pourriture. Protéger une coupe fraîche ne sert à rien, tout est dans la qualité de la coupe. Plusieurs centres jardin et plusieurs «professionnels» parlent encore de ces méthodes, voire les pratiquent toujours. Si quelqu un vous le recommande ou si vous lisez ces recommandations sur un site Internet, vous pouvez immédiatement savoir que la personne ou le site en question n est plus à jour dans ses connaissances. 2. Une plaie est automatiquement une zone de faiblesse du tronc. FAUX. Une plaie bien cicatrisée avec un cal (lèvre qui se forme autour d une plaie et qui tend à la refermer) en santé et bien formé, dont le bois intérieur n est pas pourri (ne pas confondre sec et pourri), n est pas un problème au niveau de la résistance du tronc. Le cal est en fait plus solide que le bois habituel pour compenser la faiblesse engendrée par un trou. Il faut toutefois porter une attention particulière à l évolution d une plaie et de son cal. Ainsi, lorsque la pourriture s installe ou si la cavité s agrandit, le tout peut effectivement devenir une zone de faiblesse. 3. Il est possible de tailler un arbre pour lui donner la forme que l on désire. FAUX. Tout arbre a une forme naturelle typique et tendra vers celle-ci si on le taille autrement. Par exemple, si on essaie de tailler un érable à sucre en forme évasée (en V) pour l empêcher de frotter sur la gouttière, il développera continuellement de nouvelles branches et des gourmands pour retrouver sa forme globulaire (ovoïde), dépensant inutilement beaucoup d énergie dans ce processus. On parle ici d arbres isolés, ce qui est habituellement le cas en foresterie urbaine. En forêt, le port d un arbre est relatif à d autres facteurs, mais tendra vers le port typique naturel. TOUTEFOIS, il est possible, pour un professionnel en la matière, de tranquillement, à l aide de tailles directives soigneusement et judicieusement effectuées et sur un long laps de temps, de faire tendre un arbre vers une forme désirée. Ainsi, certains professionnels sont capables de donner des formes de personnages ou d animaux à des arbres d essences choisies. Il en va de même de l art du bonzaï. Sans compétences très particulières et connaissances approfondies de la morphologie et de la croissance des arbres, essayer de sculpter un arbre lui fera nécessairement du tort.

3 4. Étêter un arbre le fera «fournir» et élargir. FAUX. Un arbre ne réagit pas comme un arbuste. On ne doit jamais étêter un arbre puisque cela lui fera produire des gourmands qui sont peu solides. Cette méthode est souvent utilisée dans le but de diminuer les risques de bris, mais cela rend les arbres plus dangereux à long terme en plus de les affaiblir substantiellement, les rendant ainsi moins résistants aux maladies. Il y a des façons de réduire la hauteur d un arbre, cela s appelle l écimage, mais cette technique est réservée aux professionnels. 5. Des racines peuvent percer un solage ou une conduite. FAUX. Idée tout de même très répandue, le concept de la racine «perceuse» est en fait totalement faux. La croissance d une racine, débute par des tissus mous qui n ont en fait aucune force et qui ne peuvent que remplir des espaces vides. Par la suite, ceux-ci durcissent et se transforment en bois, mais en conservant la forme des tissus mous, sans exercer de force capable de casser du béton ou une conduite. Si on dégage une fondation de bâtiment et que l on remarque des racines dans une fissure, la fissure était là avant la racine qui n a fait qu occuper un espace vide et cette racine ne va jamais profondément dans l épaisseur de la fondation. De même, si une conduite est bouchée par des racines, cela indique qu initialement, ladite conduite une de ses connexions était fendue et que les racines sont entrées par cette ouverture. Si de l eau ou des éléments nutritifs sont présents à l intérieur de la conduite, les racines vont alors proliférées pour les capter. Il est aussi faux de croire que la racine «détecte» l eau et encore plus à travers un obstacle solide. Si aucun élément nutritif n est présent dans un milieu (par exemple dans une fondation de gravier net sous du pavé) et s il n y a pas non plus d eau ou si l arbre ne manque pas d eau à proximité, les racines ne proliféreront pas dans ce milieu. On croit souvent que les racines poussent sous l asphalte, mais, en réalité, lorsque cela se produit, le problème vient de l absence de fondation adéquate et bien drainée comme c est souvent le cas pour les entrées résidentielles. Ainsi, un drain français (par définition troué), qui est obstrué par des racines, est nécessairement mal drainé et conserve de l eau alors qu il devrait l évacuer sans délai. L obstruction par les racines est donc une conséquence de mauvaise conception ou de mauvais fonctionnement du drain et non la cause des problèmes. 6. Les arbres ont un système racinaire profond. FAUX. Chez la grande majorité des essences d arbres, 85 % du système racinaire se situe dans les deux premiers pieds (60 cm) de profondeur. Quelques essences possèdent en plus une racine verticale (appelée pivotante ou pivot), qui peut descendre profondément, mais qui ne s étend pas en largeur. Exceptionnellement, dans certaines conditions, des racines latérales peuvent descendre plus profondément dans le sol pour différentes raisons, mais cela demeure en faible proportion par rapport au système

4 racinaire global. Il s agit de regarder un arbre mature déraciné pour constater, même dans un sol profond, la faible épaisseur de la motte de racines. C est en prenant en considération cette faible profondeur de la majeure partie des racines que l on comprend le fort impact qu a la compaction du sol au-dessus des racines sur la santé d un arbre. 7. Le système racinaire d un arbre mature a sensiblement le même diamètre que ses branches. FAUX. Bien que le système racinaire se retrouve en majeure partie dans la portion de sol située sous la ramure, plusieurs racines importantes peuvent s étendre jusqu à deux voire trois fois cette distance du tronc. Il est en fait impensable que les racines d un arbre de forme columnaire ou à port étroit se restreignent aux premiers mètres à partir du tronc. 8. Lorsque l on plante un arbre, il faut tailler des branches de façon à en retirer un certain pourcentage. FAUX. On ne doit pas causer plus d un stress à la fois à un arbre. La plantation dans un nouveau milieu crée un certain stress pour un arbre, on ne doit donc pas lui en causer un supplémentaire en diminuant sa superficie foliaire et donc sa surface de photosynthèse en plus de lui demander de refermer des plaies causées par un émondage. On a tendance, à tort, de croire que la plantation d un arbre n est pas cause de stress, mais celui-ci doit s adapter à de nouvelles conditions d humidité, d ensoleillement, de sol et de vent. Lors de la plantation, on ne doit couper que les branches mortes ou brisées. On doit impérativement attendre quatre saisons complètes avant de tailler un jeune arbre pour la première fois. Voir la rubrique du mois de mars au point 12 pour plus de détails. 9. Lorsque l on plante un arbre à racines nues, il faut tailler les racines. FAUX. Il faut conserver le plus de racines possible lors de la plantation d un arbre à racines nues. Tailler les pointes des racines ne stimulera pas leur croissance donc ne tailler que les racines endommagées. Il faut savoir que les éléments nutritifs et l eau sont puisés dans le sol par les radicelles (parfois appelées «cheveux») qui poussent en majeure partie à l extrémité des racines. En les taillant, on restreint les capacités d un arbre nouvellement planté à puiser les éléments vitaux dont il a besoin, en plus de lui causer un stress supplémentaire.

5 10. Seul le tronc d un arbre est à protéger des blessures durant une construction pour permettre de le conserver sans dommages. FAUX. Bien qu il soit nécessaire de protéger le tronc, entre autres, contre les coups de pelle mécanique, on doit aussi délimiter un périmètre de quelques mètres autour d un arbre mature en éloignant toute circulation de machinerie afin de protéger les racines contre la compaction du sol. Les dimensions de ce périmètre dépendent de plusieurs facteurs dont la composition du sol, le niveau de tolérance de l essence à la compaction, son diamètre ainsi que son âge estimé. Devant l impossibilité d avoir ces informations, de même que les chartes de calcul de la zone de protection optimale, il faut éviter toute circulation à une distance du tronc équivalente au deux tiers du rayon de la ramure. En réalité, la cause principale de mortalité à moyen terme des arbres conservés sur un terrain récemment construit est la compaction du sol au-dessus et autour des racines. Ainsi, faute de pouvoir respecter un périmètre de protection optimal, on doit mettre en place des éléments de protection contre la compaction (épaisseur substantielle de paillis, plaques de métal de grandes dimensions, etc.) dans le secteur où la circulation est inévitable. Il est important de toujours se rappeler que l arboriculture n est pas de l horticulture et que les connaissances dans ce domaine sont en perpétuelles révisions et améliorations. À l heure actuelle, beaucoup d études se font sur les arbres et plusieurs inconnus sont encore présents en arboriculture. Les «essais et erreurs» se font à très long terme lorsque l on parle de végétaux qui atteignent leur maturité en 40 ans voire plus et ainsi, plusieurs facteurs peuvent influencer, au cours des années, les résultats et donc les conclusions tirées. La formation continue est très importante pour tout spécialiste dans ce domaine et savoir couper un arbre et se servir d une scie mécanique ne veut pas dire, loin de là, que l on sait entretenir un arbre ou que l on connaît la physiologie de ces végétaux.

LES ARBRES Plantation, soins et entretien

LES ARBRES Plantation, soins et entretien LES ARBRES Plantation, soins et entretien Dans le cadre de son plan de communication 2014, la Ville de Prévost publie, à chaque mois, une rubrique d information sur les arbres. Éléments importants de notre

Plus en détail

PLAN D ACTIONS EN FAVEUR DE L ARBRE FICHES CONCESSIONNAIRES : CONDITIONS D EXECUTION DU CHANTIER A PROXIMITE DES ARBRES

PLAN D ACTIONS EN FAVEUR DE L ARBRE FICHES CONCESSIONNAIRES : CONDITIONS D EXECUTION DU CHANTIER A PROXIMITE DES ARBRES PLAN D ACTIONS EN FAVEUR DE L ARBRE FICHES CONCESSIONNAIRES : CONDITIONS D EXECUTION DU CHANTIER A PROXIMITE DES ARBRES Novembre 2008 Direction des services de l environnement Mission écologie urbaine

Plus en détail

Cultiver les plantes hors-sol

Cultiver les plantes hors-sol Cultiver les plantes hors-sol Pour appréhender la culture des plantes horssol, il faut avoir à l esprit que l on a affaire à un milieu qui n a pas la capacité de se régénérer spontanément. Il est cependant

Plus en détail

Programme de soutien aux plantations agroforestières «Agroforesterie en Languedoc-Roussillon»

Programme de soutien aux plantations agroforestières «Agroforesterie en Languedoc-Roussillon» Programme de soutien aux plantations agroforestières «Agroforesterie en Languedoc-Roussillon» Mémento de plantation Crédit photos et dessins : Dominique Mansion, Jean-Louis Corsin, Arbre et Paysage 32

Plus en détail

Le document. Pour toute question, correction ou pour avoir le document original haute résolution, contactez-nous : info@ecomestible.

Le document. Pour toute question, correction ou pour avoir le document original haute résolution, contactez-nous : info@ecomestible. Le document Ce document constitue une présentation montée pour le cour «Aménagement paysager comestible» donné à l'hiver 2014 au Carrefour Accès Loisir par l'entreprise écomestible. Il s'agit du cours

Plus en détail

Pour un milieu. de vie amélioré. le développement durable TOITURES

Pour un milieu. de vie amélioré. le développement durable TOITURES TOITURES Choix Nouveau d un règlement revêtement sur de toiture le développement durable Pour un milieu Agissons ensemble contre les îlots de chaleur urbains et le ruissellement des eaux de pluie! de vie

Plus en détail

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DU RÈGLEMENT VS-R-2011-33 RELATIF À L ARBORICULTURE (ARBRES PUBLICS) SUR LE TERRITOIRE DE LA VILLE DE SAGUENAY

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DU RÈGLEMENT VS-R-2011-33 RELATIF À L ARBORICULTURE (ARBRES PUBLICS) SUR LE TERRITOIRE DE LA VILLE DE SAGUENAY CODIFICATION ADMINISTRATIVE DU RÈGLEMENT VS-R-2011-33 RELATIF À L ARBORICULTURE (ARBRES PUBLICS) SUR LE TERRITOIRE DE LA VILLE DE SAGUENAY AVERTISSEMENT Le présent document constitue une codification administrative

Plus en détail

Spécial. AVENUE ÉGLÉ ASP Association syndicale du parc de Maisons-Laffitte

Spécial. AVENUE ÉGLÉ ASP Association syndicale du parc de Maisons-Laffitte Spécial FÉVRIER 2006 AVENUE ÉGLÉ ASP Association syndicale du parc de Maisons-Laffitte Nous ne sommes pas les héritiers de la terre de nos parents, nous sommes les gardiens de celle de nos enfants. La

Plus en détail

LE BON ARBRE AU BON ENDROIT GUIDE DE LA VÉGÉTATION COMPATIBLE AVEC LES LIGNES AÉRIENNES DE DISTRIBUTION D ÉLECTRICITÉ

LE BON ARBRE AU BON ENDROIT GUIDE DE LA VÉGÉTATION COMPATIBLE AVEC LES LIGNES AÉRIENNES DE DISTRIBUTION D ÉLECTRICITÉ LE BON ARBRE AU BON ENDROIT GUIDE DE LA VÉGÉTATION COMPATIBLE AVEC LES LIGNES AÉRIENNES DE DISTRIBUTION D ÉLECTRICITÉ Réaliser vos aménagements paysagers en toute sécurité. Zones de rusticité L hiver,

Plus en détail

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MRC JARDINS-DE-NAPIERVILLE MUNICIPALITÉ DU CANTON DE HEMMINGFORD REGLEMENT NO. 275-15

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MRC JARDINS-DE-NAPIERVILLE MUNICIPALITÉ DU CANTON DE HEMMINGFORD REGLEMENT NO. 275-15 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MRC JARDINS-DE-NAPIERVILLE MUNICIPALITÉ DU CANTON DE HEMMINGFORD REGLEMENT NO. 275-15 RÈGLEMENT NO 275-15 MODIFIANT LE RÉGLEMENT DE ZONAGE NUMERO 275, AFIN D AJOUTER DES NORMES

Plus en détail

L arbre près de chez moi Module 5 Planter un arbre

L arbre près de chez moi Module 5 Planter un arbre L arbre près de chez moi Module 5 Planter un arbre Résumé du module 5 Les élèves déterminent l essence de l arbre qu ils souhaitent planter au lieu choisi en fonction de divers critères. Ils suivent les

Plus en détail

L'entretien des arbres à haute tige dans une commune Christel Termol - Janvier 2007

L'entretien des arbres à haute tige dans une commune Christel Termol - Janvier 2007 L'entretien des arbres à haute tige dans une commune Christel Termol - Janvier 2007 Les informations reprises dans cette bonne pratique proviennent du rapport de la Conférence dédiée à la taille des arbres

Plus en détail

ORIENTATION SYLVICOLE / Guide n 007

ORIENTATION SYLVICOLE / Guide n 007 ORIENTATION SYLVICOLE / Guide n 007 Peuplements mélangés, modalités, perspectives La diversité des exigences des essences pour la lumière, l eau et les éléments minéraux, nécessite toutefois de prendre

Plus en détail

RECAPITULATIF DE LA REUNION FORESTIERE DU 23 OCTOBRE 2015

RECAPITULATIF DE LA REUNION FORESTIERE DU 23 OCTOBRE 2015 RECAPITULATIF DE LA REUNION FORESTIERE DU 23 OCTOBRE 2015 Vendredi 23 octobre 2015 a eu lieu la réunion d information forestière sur un type de coupe particulier dans les boisements de résineux. Le fonctionnement

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Quelques plantes exotiques envahissantes

Quelques plantes exotiques envahissantes La Page verte Quelques plantes exotiques envahissantes Berce du Caucase, Heracleum mantegazzianum Au Québec, la Berce du Caucase est considérée comme une plante exotique envahissante. La sève de cette

Plus en détail

Leçon N 18 Création d un film photo 1 ère partie

Leçon N 18 Création d un film photo 1 ère partie Leçon N 18 Création d un film photo 1 ère partie Dans ces leçons nous allons vous montrer comment réaliser un petit film avec vos photos. Pour cela vous utiliserez le logiciel gratuit «Photorécit 3» Vous

Plus en détail

Appareils perméables en pavés de béton 04.12

Appareils perméables en pavés de béton 04.12 Appareils perméables en pavés de béton 04.12 Avant-propos Les informations fournies ici ont été compilées en toute connaissance de cause. Néanmoins, des erreurs sur le contenu ne sauraient être exclues.

Plus en détail

Comment planter un arbre *

Comment planter un arbre * Comment planter un arbre * 1. Avant la plantation Gardez la motte de racines humide. Gardez l arbre dans un endroit ombragé jusqu à la plantation. 2. Préparez le site pour la plantation Enlevez le gazon,

Plus en détail

Explication de texte.

Explication de texte. Charlène Lozano TS1 «La science, dans son besoin d'achèvement comme dans son principe, s'oppose absolument à l'opinion. S'il lui arrive, sur un point particulier, de légitimer l'opinion, c'est pour d'autres

Plus en détail

Recommandations pour la formation Entreprises forestières/ entrepreneurs forestiers

Recommandations pour la formation Entreprises forestières/ entrepreneurs forestiers Recommandations pour la formation Entreprises forestières/ entrepreneurs forestiers Stage préliminaire pour l accès à la filière Sciences forestières (BSc HESB en foresterie) à la Haute école des sciences

Plus en détail

Info-arbitrage Mise à jour : 18 avril 2016. ÉTAPE #1 - SUR INTERNET, VISITEZ LE SITE WEB SUIVANT : http://www.tsisports.ca/soccer/ptsref/startpage.

Info-arbitrage Mise à jour : 18 avril 2016. ÉTAPE #1 - SUR INTERNET, VISITEZ LE SITE WEB SUIVANT : http://www.tsisports.ca/soccer/ptsref/startpage. Association régionale de soccer de l Estrie www.soccer-estrie.qc.ca Info-arbitrage Mise à jour : 18 avril 2016 ÉTAPE #1 - SUR INTERNET, VISITEZ LE SITE WEB SUIVANT : http://www.tsisports.ca/soccer/ptsref/startpage.htm

Plus en détail

Sécurité des outils industriels et sélection des chauffe-paliers

Sécurité des outils industriels et sélection des chauffe-paliers Sécurité des outils industriels et sélection des chauffe-paliers Les employeurs assument la responsabilité de maintenir en bon état et réparer tous les outils et tout l équipement fournis à leurs ouvriers.

Plus en détail

LE PLANIFICATEUR INTRODUCTION

LE PLANIFICATEUR INTRODUCTION LE PLANIFICATEUR INTRODUCTION Ce guide est conçu pour vous aider à planifier vos aménagements en tenant compte de tous les aspects importants de votre projet. En complétant le Planificateur, vous clarifierez

Plus en détail

Comment planter la pivoine? Pour couronner de succès la végétation des Pivoines, une attention toute particulière doit être portée à la plantation.

Comment planter la pivoine? Pour couronner de succès la végétation des Pivoines, une attention toute particulière doit être portée à la plantation. QUAND PLANTER? Comment planter la pivoine? Pour couronner de succès la végétation des Pivoines, une attention toute particulière doit être portée à la plantation. La plantation des Pivoines en racines

Plus en détail

ZONAGE 92-2005 EN CE QUI D ORDRE GÉNÉRAL

ZONAGE 92-2005 EN CE QUI D ORDRE GÉNÉRAL VILLE DE SAINT-CÉSAIRE MRC DE ROUVILLE PROVINCE DE QUÉBEC RÈGLEMENT NUMÉRO 92-2005-21 MODIFIANT LE RÈGLEMENT DE ZONAGE 92-2005 EN CE QUI CONCERNE DIVERSES DISPOSITIONS D ORDRE GÉNÉRAL CONSIDÉRANT QUE le

Plus en détail

2. Connaissez-vous la législation en matière de débroussaillement? 1 Non, pas du tout 2 Oui, un peu 1 Oui très bien 0

2. Connaissez-vous la législation en matière de débroussaillement? 1 Non, pas du tout 2 Oui, un peu 1 Oui très bien 0 Ce questionnaire a pour but de bien définir la position et les risques liés à l implantation de votre maison à proximité ou en massif forestier. Nous vous soumettons plusieurs propositions. Vous choisirez

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

Guide d Installation Système de Trame pour Plancher Chauffant

Guide d Installation Système de Trame pour Plancher Chauffant Guide d Installation Système de Trame pour Plancher Chauffant WarmFeet 119A Sir Wildfrid Laurier Saint-Basile-Le-Grand, Québec, J3N 1A1 Canada Tél: 1-450-482-1919 Sans Frais: 1-866-994-4664 Téléc: 1-450-482-1920

Plus en détail

Construire sur un terrain en pente

Construire sur un terrain en pente Construire sur un terrain en pente Dans ce dossier : 1- Comment construire une maison sur un terrain en pente 2- Exemple de réalisation sur un terrain en pente 3- Comment aménager et faire le terrassement

Plus en détail

Loi d application du code civil suisse (LACC) du 10 février 2012

Loi d application du code civil suisse (LACC) du 10 février 2012 Commu ne de Cottens Loi d application du code civil suisse (LACC) du 10 février 2012 Extraits des articles traitant des éléments de droit privé suivants : - Restrictions dans les constructions : puits,

Plus en détail

Top Workout. Maigrissez sans suer! Le programme cardio pour brûler du gras. Dr Denis Boucher, Ph.D.

Top Workout. Maigrissez sans suer! Le programme cardio pour brûler du gras. Dr Denis Boucher, Ph.D. 2 Top Workout Maigrissez sans suer! Le programme cardio pour brûler du gras Dr Denis Boucher, Ph.D. Denis Boucher, tous droits réservés 2014. Aucun droit de reproduction totale ou partielle sans autorisation

Plus en détail

HYDRO-QUEBEC SE RETROUVE AVEC DES SURPLUS D UN MILLIARD QU ELLE POURRAIT FAIRE PAYER AUX CITOYENS

HYDRO-QUEBEC SE RETROUVE AVEC DES SURPLUS D UN MILLIARD QU ELLE POURRAIT FAIRE PAYER AUX CITOYENS Droit d'auteur protégé, propriété du radiodiffuseur. Votre licence se limite à un usage privé, interne et non commercial. Toute reproduction, diffusion, transmission ou autre utilisation de la présente

Plus en détail

BIENVENUE A L ECOLE DE LA PHILANTHROPIE

BIENVENUE A L ECOLE DE LA PHILANTHROPIE GUIDE D INTERVENTION DU PHILANTHROPE Préparer votre temps d échange avec les Petits Philanthropes Fondée en 2011 avec le soutien des Fondations Edmond de Rothschild, cette association se donne pour objectif

Plus en détail

Danielle Brusson. Rénovation. intérieuredeaàz. Groupe Eyrolles 2008, ISBN : 978-2-212-12155-1

Danielle Brusson. Rénovation. intérieuredeaàz. Groupe Eyrolles 2008, ISBN : 978-2-212-12155-1 Danielle Brusson Rénovation intérieuredeaàz C o n c e p t i o n - R é a l i s a t i o n - A m é n a g e m e n t - E n t r e t i e n Groupe Eyrolles 2008, ISBN : 978-2-212-12155-1 La cloison montée en plaques

Plus en détail

LES CLAPETS ANTIRETOUR,

LES CLAPETS ANTIRETOUR, facebook.com/rdp.pat ville.montreal. qc.ca/rdp-pat LES CLAPETS ANTIRETOUR, L ÉQUIPEMENT DE RELEVAGE AUTOMATIQUE ET LES GOUTTIÈRES DÉVELOPPEMENT DU TERRITOIRE ET DES ÉTUDES TECHNIQUES COMPTOIR DES PERMIS

Plus en détail

Les différentes filières d assainissement non collectif

Les différentes filières d assainissement non collectif Les différentes filières d assainissement non collectif Tout ce que vous devez savoir sur l Assainissement Non Collectif avant de vous lancer dans des travaux d assainissement Il appartient à l usager

Plus en détail

Pour une bonne planification agricole

Pour une bonne planification agricole Assurance-production Aperçu du régime Nouveaux semis pour les cultures fourragères Pour une bonne planification agricole Établir un lien entre producteurs et programmes Ce que vous devez savoir au sujet

Plus en détail

NEIGE MOUILLÉE, RAFALES DE VENT, VERGLAS

NEIGE MOUILLÉE, RAFALES DE VENT, VERGLAS NEIGE MOUILLÉE, RAFALES DE VENT, VERGLAS Un réseau électrique sous pression MAÎTRISER LA VÉGÉTATION POUR RÉDUIRE LA FRÉQUENCE ET LA DURÉE DES INTERRUPTIONS Près de 40 % des pannes d électricité sont causées

Plus en détail

Enquête prise de poste

Enquête prise de poste Enquête prise de poste Contacts : ANDRH - 01 56 88 18 27 - Nathalie Tran Atomos Conseil - 01 44 20 40 30 - Olivier Pleplé Septembre 2010 Sommaire I Données quantitatives générales... 3 II Qualité des prises

Plus en détail

Guide de clôtures de piscine

Guide de clôtures de piscine Guide de clôtures de piscine ottawa.ca/enceintesdepiscine Le présent guide vous aidera à obtenir un permis pour l enceinte qui entoure votre piscine (voir la définition plus bas). En vertu du Règlement

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS

LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS Introduction : Qui parmi vous connaît l existence de ce document unique? Généralement, hormis les chefs

Plus en détail

Projet Makala «Gérer durablement la ressource bois énergie»

Projet Makala «Gérer durablement la ressource bois énergie» Projet Makala «Gérer durablement la ressource bois énergie» Guide pratique Avec les acacias, produire du makala dans son champ Un document du projet Makala Définition et avantages de l agroforesterie

Plus en détail

QUESTIONS LES PLUS FRÉQUENTES

QUESTIONS LES PLUS FRÉQUENTES Une demande croissante de g éosynthétiq ues QUESTIONS LES PLUS FRÉQUENTES 1) QUEL EST L ORIGINE DE BIOBARRIER? Il y a plus de 20 ans, le département américain d énergie étant très concerné par la pousse

Plus en détail

CHOIX ET OPPORTUNITÉS POUR LE RÉSEAU D AIRES PROTÉGÉES AU QUÉBEC

CHOIX ET OPPORTUNITÉS POUR LE RÉSEAU D AIRES PROTÉGÉES AU QUÉBEC CHOIX ET OPPORTUNITÉS POUR LE RÉSEAU D AIRES PROTÉGÉES AU QUÉBEC Préambule En ce début de l Année de la biodiversité, il fait très plaisir à la Fédération québécoise des coopératives forestières de participer

Plus en détail

RISQUE INCENDIE. Du débroussaillement à l emploi du feu. pour qu il ne soit pas trop tard, Les bonnes pratiques. ensemble agissons!... www.gard.

RISQUE INCENDIE. Du débroussaillement à l emploi du feu. pour qu il ne soit pas trop tard, Les bonnes pratiques. ensemble agissons!... www.gard. RISQUE INCENDIE pour qu il ne soit pas trop tard, ensemble agissons!... Du débroussaillement à l emploi du feu Les bonnes pratiques www.gard.fr Ce document vous rappelle l essentiel des règles à respecter

Plus en détail

Leçon N 16 Création d un album de photo avec ALBELLI 2 ème partie

Leçon N 16 Création d un album de photo avec ALBELLI 2 ème partie Leçon N 16 Création d un album de photo avec ALBELLI 2 ème partie 2 Préparation Le travail le plus important pour créer un album de photo c est la préparation. 2.1 Choisir les photos. Dans un premier temps

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

GUIDE TECHNIQUE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Page 1/5 GUIDE TECHNIQUE DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF L assainissement non collectif est une technique d épuration des eaux usées domestiques simple, durable et efficace, à condition de respecter

Plus en détail

PRÉAMBULE. Il est référé au titre et au préambule du présent règlement pour valoir comme s ils étaient ici récités au long.

PRÉAMBULE. Il est référé au titre et au préambule du présent règlement pour valoir comme s ils étaient ici récités au long. CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE CHICOUTIMI VILLE DE SAGUENAY RÈGLEMENT NUMÉRO VS-R-2010-57 AYANT POUR OBJET LE CONTRÔLE DES INSTALLATIONS SEPTIQUES SUR LE TERRITOIRE DE LA VILLE DE SAGUENAY (12306-07-001)

Plus en détail

LES RÈGLES D OR DE LA MISE EN PAGE D UN DOCUMENT

LES RÈGLES D OR DE LA MISE EN PAGE D UN DOCUMENT LES RÈGLES D OR DE LA MISE EN PAGE D UN DOCUMENT 1 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...3 1. LES DIFFÉRENTS TYPES DE DOCUMENTS...3 2. LES 5 PRINCIPES POUR STRUCTURER VOS DOCUMENTS...3 2.1. Premier principe

Plus en détail

L amélioration du boisé lors des coupes

L amélioration du boisé lors des coupes L amélioration du boisé lors des coupes Feuillet technique 1 Les propriétaires de boisés présents sur le territoire de l Agence de mise en valeur des Appalaches sont très actifs dans leurs boisés comme

Plus en détail

FABRICATION D UN BAC À RÉSERVE D EAU POUR L AGRICULTURE URBAINE

FABRICATION D UN BAC À RÉSERVE D EAU POUR L AGRICULTURE URBAINE FABRICATION D UN BAC À RÉSERVE D EAU POUR L AGRICULTURE URBAINE Fabriqué entièrement à partir de matériaux réutilisés, ce bac permet de faire pousser facilement des légumes et des fines herbes en ville!

Plus en détail

Guide d installation TABLE DES MATIÈRES REVÊTEMENT ISOLÉ PAR ROYAL

Guide d installation TABLE DES MATIÈRES REVÊTEMENT ISOLÉ PAR ROYAL MD REVÊTEMENT ISOLÉ PAR ROYAL Guide d installation TABLE DES MATIÈRES AVIS IMPORTANTS...1 Barrières d étanchéité...2 Entreposage et transport...2 Outils et équipement...2 Choix des fixatifs...2 Préparation

Plus en détail

Présentation L ÉDITEUR D ÉTAT SUR PÉRICLÈS 5

Présentation L ÉDITEUR D ÉTAT SUR PÉRICLÈS 5 Présentation L ÉDITEUR D ÉTAT SUR PÉRICLÈS 5 Sommaire Questions fréquentes (Cliquez sur la question pour accéder directement à la réponse.) - Introduction... 3 - Présentation de la barre d outils... 4

Plus en détail

En toute décontraction!

En toute décontraction! LE ROBOT DE TONTE R40Li/R70Li GARDENA C est ainsi que l on tond aujourd hui sa pelouse En toute décontraction! Il SE DONNE A FOND POUR VOUS 98 % des acheteurs de robots de tonte GARDENA sont enclins à

Plus en détail

POÊLES, CHEMINÉES, ET BLOC DE COMBUSTION AVEC BRÛLEUR ÉTHANOL

POÊLES, CHEMINÉES, ET BLOC DE COMBUSTION AVEC BRÛLEUR ÉTHANOL POÊLES, CHEMINÉES, ET BLOC DE COMBUSTION AVEC BRÛLEUR ÉTHANOL MODE D EMPLOI ALPATEC vous félicite d avoir choisi ce produit et vous remercie de votre confiance. Pour votre confort et votre sécurité, votre

Plus en détail

Comment utiliser les techniques d accroche?

Comment utiliser les techniques d accroche? Comment utiliser les techniques d accroche? A l issue de la lecture de ce support, vous serez capable de : Prendre en compte les objectifs et les composantes de la prise de contact, Mettre en place les

Plus en détail

Aspects juridiques lors de la conclusion de contrats de vente dans les magasins d occasion

Aspects juridiques lors de la conclusion de contrats de vente dans les magasins d occasion Aspects juridiques lors de la conclusion de contrats de vente dans les magasins d occasion 1. Les faits Il est éventuellement envisagé d installer un magasin d occasion pour appareils électroniques dans

Plus en détail

présente Les radiateurs infrarouges en verre, les radiateurs d art, les miroirs chauffants, les radiateurs ardoise LH

présente Les radiateurs infrarouges en verre, les radiateurs d art, les miroirs chauffants, les radiateurs ardoise LH présente Les radiateurs infrarouges en verre, les radiateurs d art, les miroirs chauffants, les radiateurs ardoise LH Des radiateurs avec cadre et des radiateurs sans cadre dos métal. Merci de votre confiance,

Plus en détail

CONCOURS D OUVRIER PROFESSIONNEL SPÉCIALITÉ "ESPACES VERTS ET INSTALLATIONS SPORTIVES" CONCOURS EXTERNE ET INTERNE

CONCOURS D OUVRIER PROFESSIONNEL SPÉCIALITÉ ESPACES VERTS ET INSTALLATIONS SPORTIVES CONCOURS EXTERNE ET INTERNE CONCOURS D OUVRIER PROFESSIONNEL SPÉCIALITÉ "ESPACES VERTS ET INSTALLATIONS SPORTIVES" CONCOURS EXTERNE ET INTERNE NATURE DES ÉPREUVES Arrêté du 24 janvier 1992 (publié au Journal officiel du 14 février

Plus en détail

Optimisez la croissance de votre patrimoine grâce au contrat FPG Sélect PlacementPlus MD. et aux prêts placement de la Banque Manuvie

Optimisez la croissance de votre patrimoine grâce au contrat FPG Sélect PlacementPlus MD. et aux prêts placement de la Banque Manuvie Optimisez la croissance de votre patrimoine grâce au contrat FPG Sélect PlacementPlus MD et aux prêts placement de la Banque Manuvie LA COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE MANUFACTURERS Tirez le maximum de vos placements

Plus en détail

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004 Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité Ébauche septembre 2004 Le présent guide a été conçu dans le but d aider les petits exploitants du domaine de l aviation

Plus en détail

Fiche technique. Portes intérieures

Fiche technique. Portes intérieures Fiche technique Portes intérieures 2 5 6 8 Connaître Fonctions des portes intérieures Composition des portes intérieures Type de portes intérieures Matériaux utilisés Performances des menuiseries Regarder

Plus en détail

Assainissement : des roseaux pour les particuliers : assainissement par filtres à roseaux phragmite

Assainissement : des roseaux pour les particuliers : assainissement par filtres à roseaux phragmite http://www.univers-nature.com/habitat-sain/assainissement-filtre-a-roseaux-particuliers.html Assainissement : des roseaux pour les particuliers : assainissement par filtres à roseaux phragmite Depuis le

Plus en détail

L arbre. et ses racines : mythes et réalités

L arbre. et ses racines : mythes et réalités L arbre et ses racines : mythes et réalités MYTHE NO 1 : Les racines sont continuellement attirées vers les tuyaux d égout et peuvent les perforer. MYTHE NO 2 : En grossissant chaque année, les racines

Plus en détail

ACCES DES ASSOCIATIONS & FONDATIONS

ACCES DES ASSOCIATIONS & FONDATIONS ACCES DES ASSOCIATIONS & FONDATIONS AUX ANTENNES DE FRANCE TELEVISIONS Le Conseil supérieur de l audiovisuel a adopté le 4 janvier 2011 le rapport au Premier ministre élaboré par une commission de réflexion,

Plus en détail

RÔLES ET RESPONSABILITÉS DU COORDONNATEUR

RÔLES ET RESPONSABILITÉS DU COORDONNATEUR RÔLES ET RESPONSABILITÉS DU COORDONNATEUR Très souvent, la promotion à un poste de gestion s appuie sur une bonne performance au chapitre des opérations. Pourtant, les rôles et les responsabilités liés

Plus en détail

Le drainage agricole : problèmes, diagnostic et solutions

Le drainage agricole : problèmes, diagnostic et solutions Le drainage agricole : problèmes, diagnostic et solutions Victor Savoie, ingénieur agricole MAPAQ, Centre-du-Québec, Nicolet Photo : Véronique Gagnon, Club agroenvironnement Bois-Francs Le drainage agricole

Plus en détail

Depuis le printemps 2011, il est désormais obligatoire de se procurer un permis, et ce, gratuitement auprès de la Ville avant d abattre un arbre.

Depuis le printemps 2011, il est désormais obligatoire de se procurer un permis, et ce, gratuitement auprès de la Ville avant d abattre un arbre. Foresterie urbaine Les arbres, des alliés précieux en milieu urbain Il est essentiel de bien comprendre les différentes fonctions que peuvent remplir les arbres et les espaces boisés dans un paysage urbain.

Plus en détail

Conditions générales d'utilisation

Conditions générales d'utilisation Conditions générales d'utilisation Article 1 : Présentation Le site besoinde.fr est la propriété de la société DBB design, dont le siège est situé au : 75011 Paris France. En cours d immatriculation au

Plus en détail

IUT Nice-Côte d Azur Informatique appliquée 2005 2006. TP N o 4. Tableur : affichage et impression

IUT Nice-Côte d Azur Informatique appliquée 2005 2006. TP N o 4. Tableur : affichage et impression 1 IUT Nice-Côte d Azur TC-Nice 1 re année Informatique appliquée 2005 2006 TP N o 4 Tableur : affichage et impression I Options d affichage Les options concernant l affichage dans les feuilles de calcul

Plus en détail

La Maison des Jeux de Nantes Projet associatif Juin 2011

La Maison des Jeux de Nantes Projet associatif Juin 2011 La Maison des Jeux de Nantes Projet associatif Juin 2011 1 Introduction Ce document présente le projet associatif de la Maison des Jeux de Nantes revu en 2011. Il décrit les objectifs opérationnels et

Plus en détail

Brochure d information Trustworthiness. Vérification de la fiabilité des personnes actives dans le secteur nucléaire

Brochure d information Trustworthiness. Vérification de la fiabilité des personnes actives dans le secteur nucléaire Brochure d information Trustworthiness Vérification de la fiabilité des personnes actives dans le secteur nucléaire novembre 2015 0 1 Préambule Dans le secteur nucléaire, des mesures de sécurité strictes

Plus en détail

Le lieu de la mission

Le lieu de la mission Bilan du Projet Puculloccocha Le lieu de la mission Nous sommes arrivés sur place le mercredi 6 juin 2012, après 12h d avion jusque Lima, puis 20h de bus jusqu Andahuaylas. Le district de Pacucha, dont

Plus en détail

Aquariums et capteurs de niveau

Aquariums et capteurs de niveau http://club2a.free.fr/site/article.php3?id_article=477 Aquariums et capteurs de niveau mercredi 9 mai 2007, par Bricoleau Cet article a pour but de présenter les éléments de base, qui permettent de se

Plus en détail

Introduction. Introduction. Introduction. Les aménagements hydro-agricoles: un outil important pour améliorer la

Introduction. Introduction. Introduction. Les aménagements hydro-agricoles: un outil important pour améliorer la Les aménagements hydro-agricoles: un outil important pour améliorer la qualité de l eaul Introduction Les pratiques de conservation des sols, un outil précieux pour réduire l érosion! Ghislain Poisson,

Plus en détail

Protocole du programme Vigie-flore Observatoire de la flore commune

Protocole du programme Vigie-flore Observatoire de la flore commune Protocole du programme Vigie-flore Observatoire de la flore commune Protocole défini collectivement à l UMR 7204, Conservation des Espèces, Restauration et Suivi des Populations du Muséum national d histoire

Plus en détail

AMIANTE STRATEGIE D INTERVENTION MAINTENANCE / ENTRETIEN S0US-SECTION 4

AMIANTE STRATEGIE D INTERVENTION MAINTENANCE / ENTRETIEN S0US-SECTION 4 AMIANTE STRATEGIE D INTERVENTION MAINTENANCE / ENTRETIEN S0US-SECTION 4 Amiens le 22 novembre 2012 Lucien ZAJAC Ingénieur Conseil Carsat Nord-Picardie Document unique d évaluation des risques professionnels

Plus en détail

Politique de l arbre. Mon arbre, le coeur de ma cité

Politique de l arbre. Mon arbre, le coeur de ma cité Politique de l arbre Mon arbre, le coeur de ma cité Mai 2009 TABLE DES MATIÈRES 1 CONTEXTE D ÉLABORATION DE LA POLITIQUE DE L ARBRE............ 3 1.1 Historique du développement urbain... 3 1.2 Tendance

Plus en détail

le permis de construire, la déclaration préalable

le permis de construire, la déclaration préalable le permis de construire, la déclaration préalable Vous avez un projet de construction neuve ou d'extension, de plus de 20 m², d une maison individuelle? Vous souhaitez modifier l'utilisation de locaux

Plus en détail

Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande d abri de jardin : les plans à fournir

Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande d abri de jardin : les plans à fournir Direction de l urbanisme et de l aménagement Service urbanisme et foncier Réaliser sa demande d abri de jardin : les plans à fournir Janvier 2013 Hôtel de Ville - 107 Avenue de la République - 77340 Pontault-Combault

Plus en détail

Projet minier Arnaud Plan de restauration préliminaire Projet minier Arnaud

Projet minier Arnaud Plan de restauration préliminaire Projet minier Arnaud Projet minier Arnaud Plan de restauration préliminaire Projet minier Arnaud Sommaire exécutif Analyse des solutions de rechange pour l entreposage des déchets miniers Rév.03 Août 2015 SOMMAIRE EXÉCUTIF

Plus en détail

Directive concernant les travaux de taille, d élagage et d abattage

Directive concernant les travaux de taille, d élagage et d abattage 1 janvier 2008 Table des matières 1. But et champ d application 3 2. Principes de la taille, de l élagage et de l abattage 3 3. Les interventions de taille 4 3.1 Taille de plantation 4 4 3.2 Taille de

Plus en détail

Colmatage des drains et matériaux filtrants

Colmatage des drains et matériaux filtrants CHAPITRE 12 Colmatage des drains et matériaux filtrants 12.1 INTRODUCTION Il est désastreux de constater après l installation de drains qu ils sont colmatés et que l investissementestperdu. Lecolmatagedesdrainsestinfluencéparlescaractéristiquesdusol,dudrainetles

Plus en détail

Une association ou un ordre professionnel des orthopédagogues, qu en est-il?

Une association ou un ordre professionnel des orthopédagogues, qu en est-il? Une association ou un ordre professionnel des orthopédagogues, qu en est-il? Édith-Kathie Ayotte, présidente de L Association des Orthopédagogues du Québec Dans le contexte des travaux menés activement

Plus en détail

Vu les articles 113, 119 et 145.15 de la Loi sur l aménagement et l urbanisme (RLRQ, chapitre A-19.1);

Vu les articles 113, 119 et 145.15 de la Loi sur l aménagement et l urbanisme (RLRQ, chapitre A-19.1); 1 RÈGLEMENT 01-277-75 RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT D URBANISME DE L ARRONDISSEMENT DU PLATEAU- MONT-ROYAL (01-277) RELATIF AU VERDISSEMENT ET AU DÉVELOPPEMENT DURABLE Vu les articles 113, 119 et 145.15

Plus en détail

Etape n 1 étude du besoin.

Etape n 1 étude du besoin. L objet mystère Les enfants posent des questions fermées. L enseignant répond par OUI ou NON. Jusqu à ce que les élèves trouvent le sablier. Alors on peut observer plusieurs sabliers verbaliser sur sa

Plus en détail

ATELIERS DESTINÉS AUX RESPONSABLES ET COORDONNATEURS (CAMPS DE VACANCES, CAMPS DE JOUR, SERVICE DE GARDE ET PISCINES)

ATELIERS DESTINÉS AUX RESPONSABLES ET COORDONNATEURS (CAMPS DE VACANCES, CAMPS DE JOUR, SERVICE DE GARDE ET PISCINES) ATELIERS DESTINÉS AUX RESPONSABLES ET COORDONNATEURS (CAMPS DE VACANCES, CAMPS DE JOUR, SERVICE DE GARDE ET PISCINES) 2010-1 - Plans d ateliers Rôles et responsabilités des responsables et coordonnateurs

Plus en détail

INTERVENTIONS POSSIBLES PAR LE PROPRIÉTAIRE POUR ÉVITER L INONDATION DU SOUS-SOL DE SA RÉSIDENCE

INTERVENTIONS POSSIBLES PAR LE PROPRIÉTAIRE POUR ÉVITER L INONDATION DU SOUS-SOL DE SA RÉSIDENCE BEACONSFIELD INTERVENTIONS POSSIBLES PAR LE PROPRIÉTAIRE POUR ÉVITER L INONDATION DU SOUS-SOL DE SA RÉSIDENCE Les inondations du sous-sol de nombreuses résidences survenues en 1998 et en 2005 ont amené

Plus en détail

Verts. Domicile et chalet. Bon nombre de Néo-Brunswickois et Néo- Guide de référence pour une «vie verte» destiné aux propriétaires riverains

Verts. Domicile et chalet. Bon nombre de Néo-Brunswickois et Néo- Guide de référence pour une «vie verte» destiné aux propriétaires riverains Domicile et chalet Verts Guide de référence pour une «vie verte» destiné aux propriétaires riverains Bon nombre de Néo-Brunswickois et Néo- Brunswickoises demeurent dans des résidences et des chalets saisonniers

Plus en détail

Le PIN Maritime 22 mm rainuré-languetté 4 faces, choix "Sans Noeuds"

Le PIN Maritime 22 mm rainuré-languetté 4 faces, choix Sans Noeuds Fiche technique: Caractéristiques et conseils de pose Le PIN Maritime 22 mm rainuré-languetté 4 faces, choix "Sans Noeuds" 1. Caractéristiques. Le PIN MARITIME fait partie des résineux européens: Sud-Ouest

Plus en détail

Cadenasser pour la vie SENSIBILISATION AU CADENASSAGE

Cadenasser pour la vie SENSIBILISATION AU CADENASSAGE Cadenasser pour la vie SENSIBILISATION AU CADENASSAGE Dans cet ouvrage, les génériques masculins sont utilisés sans discrimination et uniquement pour alléger le texte. Toute reproduction doit être autorisée

Plus en détail

Système de gestion Santé, Sécurité et Environnement Procédure de travail en espaces clos

Système de gestion Santé, Sécurité et Environnement Procédure de travail en espaces clos Procédure de travail en espaces clos Préparé par : Daniel Dufresne Approuvé CÉF par : Bernard Roy Date : 28 aout 2012 Révisé par : Gilbert Hautcoeur Approuvé CSF par : Yvan Lebel Page : 1 de 5 1.0 OBJET

Plus en détail

TECHNI.CH. Rapport technique / Travaux spéciaux

TECHNI.CH. Rapport technique / Travaux spéciaux Page 1 / 7 Rapport technique / Travaux spéciaux Contenu : Mise en place de palplanches Rédaction : Nicolas Rime / Etudiants ETC 3 ème année Date : 23 novembre 2007 Mise en place de palplanches Introduction

Plus en détail

Allocution du président- directeur général de la Régie de l assurance maladie du Québec. Monsieur Jacques Cotton

Allocution du président- directeur général de la Régie de l assurance maladie du Québec. Monsieur Jacques Cotton CSSS - 002M C.P. P.L. 92 Accroître les pouvoirs de la RAMQ VERSION RÉVISÉE Allocution du président- directeur général de la Régie de l assurance maladie du Québec Monsieur Jacques Cotton Commission de

Plus en détail

Département de la Drôme

Département de la Drôme Département de la Drôme Mise en place des Programmes Personnalisés de Réussite Educative. Comment cibler les élèves? Les procédures de choix des élèves sont essentielles Certaines interprétations peuvent

Plus en détail

a. Utiliser un moteur de recherche et affiner une requête

a. Utiliser un moteur de recherche et affiner une requête Page 1 / 6 III. Utiliser les services de l Internet 1. Se repérer et naviguer sur Internet 2. Effectuer une recherche 3. Utiliser des services en ligne 2. Effectuer une recherche a. Utiliser un moteur

Plus en détail

Diagnostic de solidité du cèdre de la place du monument aux morts Commune de Salavas

Diagnostic de solidité du cèdre de la place du monument aux morts Commune de Salavas ATELIER de PAYSAGE et d'architecture de l'environnement CLAUDE CHAZELLE Architecte-Paysagiste D.P.L.G Ecole Nationale Supérieure du Paysage de Versailles Paysagiste Conseil de l'etat MARC VOCORET Technicien

Plus en détail

TEXTE POUR LA S.I.A.Q.

TEXTE POUR LA S.I.A.Q. TEXTE POUR LA S.I.A.Q. Ce texte se veut un condensé de la conférence du 15 novembre 2007, donnée par Robert Langlois, Contremaître en foresterie urbaine et Directeur du C.E.R.V.E.A.U à la ville de Boisbriand.

Plus en détail

INSTALLATION DE GAZON SYNTHÉTIQUE SUR SOL COMPACT

INSTALLATION DE GAZON SYNTHÉTIQUE SUR SOL COMPACT INSTALLATION DE GAZON SYNTHÉTIQUE SUR SOL COMPACT Pré requis : un sol drainant, pas de flaques stagnantes. Si ce n est pas le cas : creuser le sol de 10cm et y répartir 5 cm de gravier drainant Méthode

Plus en détail