FONDS STRUCTURELS EUROPEENS Dossier de presse. Dégagement d office du 31/12/2003 & Réserve de performance de mars 2004

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FONDS STRUCTURELS EUROPEENS Dossier de presse. Dégagement d office du 31/12/2003 & Réserve de performance de mars 2004"

Transcription

1 FONDS STRUCTURELS EUROPEENS Dossier de presse Dégagement d office du 31/12/2003 & Réserve de performance de mars 2004 TRAME GENERALE : Les fonds structurels européens : Rappel de ce à quoi correspondent les fonds structurels européens Exemples concrets de ce à quoi ont servi des crédits européens La France a évité un gros dégagement d'office (limité à 0,1% de l enveloppe) : Rappel de ce qu est le dégagement d office Rappel des mesures prises dès le 31/07/2002 Résultat de cette dynamique au 31/12/2003 ; cas du FEDER Il faut rester vigilant car le dégagement d office s appliquera à nouveau au 31/12/2004 A mi-parcours, le gouvernement a fait des propositions à la commission pour la réserve de performance : Rappel de ce qu'est la réserve de performance Les principes que le gouvernement français a retenus pour proposer une répartition de l enveloppe entre régions à la commission Résultat = toutes les régions sont > 0, discussion en cours avec Bruxelles pour chiffres exacts avant fin mars

2 I- Les fonds structurels européens : 1-Rappel de ce à quoi correspondent les fonds structurels européens : Titre = Politique de cohésion économique et sociale encore dénommée politique européenne de développement régional Montant = 35% du budget communautaire (213 milliards d'euros pour la période 2000/2006) dont plus de 16 milliards d'euros pour la France. Objectif général = Soutien aux régions de l'union en retard de développement, ainsi qu aux territoires industriels, urbains et ruraux en crise et aux publics confrontés à des problèmes d insertion économique et sociale. 3 objectifs prioritaires : Objectif 1 : soutien aux régions en retard de développement - Pour la France, sont concernés les départements d Outre-Mer, ainsi qu en soutien transitoire la Corse et le Hainaut à hauteur d un total de 3,9 milliards d euros ; Objectif 2 : soutien à la reconversion économique et sociale des zones connaissant des difficultés structurelles (zones dont l'industrie et/ou les services sont en phase de mutation, zones rurales en déclin, zones urbaines en difficulté et zones dépendantes de la pêche) - Pour la France, 7 milliards d euros ; Objectif 3 : adaptation et modernisation des politiques d'éducation, de formation et d'emploi - Pour la France, 4,7 milliards d euros. + 4 Programmes d Initiative Communautaire (PIC) - Pour la France, 1 milliard d euros: Leader + : le développement local en milieu rural (sur des territoires sélectionnés) ; Urban II : réhabilitation économique et sociale des villes et des quartiers en crise afin de promouvoir le développement urbain durable (sur des territoires sélectionnés). Interreg III : la coopération transfrontalière, transnationale et interrégionale (sur des territoires sélectionnés); Equal : lutte contre les discriminations et les inégalités en relation avec le marché du travail. Outils : FEDER = Fonds Européen de Développement Régional, suivi plus particulièrement par l aménagement du territoire - Pour la France, 7,6 milliards d euros. FEOGA = Fonds Européen d'orientation et de Garantie Agricole FSE = Fonds Social Européen IFOP = Instrument Financier d'orientation de la Pêche

3 2-Exemples concrets de ce à quoi ont servi des crédits européens : Les différents programmes communautaires et les fonds qu ils mobilisent renforcent nos politiques nationales de péréquation territoriale et d aménagement du territoire. Les fonds correspondants ne sont en effet mobilisés qu en complément de l engagement propre des collectivités publiques françaises et constituent donc une intervention particulièrement adaptée aux objectifs de solidarité nationale et aux besoins du développement local. Ces interventions rendent ainsi visible et concrète l action de l Europe pour nos territoires et leurs habitants. Exemples : Dans le cadre de l appui à la filière bois du massif central, subvention de l installation d une ligne de triage automatisé dans une scierie du Limousin (12,5% de FEDER sur ce projet de 2,3 M ) Participation au financement de formations d insertion tel que celles portées par le Conseil Régional de Picardie dites «Coup de pouce» (50% de FSE sur /an) Appui à des projets structurants tel que la plateforme multimodale de Dourges (38 M de fonds européens depuis 1997 sur ce projet de plus de 300 M ) ou le projet d extension du port du Havre (38 M de fonds européens sur le projet Port 2000 dont le coût global dépasse les 600 M ) Accompagnement des actions de revitalisation d une zone en reconversion tel que le site de MetalEurop (32% de FEDER sur les investissements immobiliers et fonciers d un coût total de 42 M et 2,5 M de FSE pour des actions de formation-reclassement dont le montant global est de 30 M ) Subvention sur un projet de développement local tel que la création d un centre de développement multimédia à Montbéliard (30% de FEDER d un projet de plus de 3 M ) Participation à des projets urbains tel que la requalification d une cité HLM à Lunel en Languedoc-Roussillon (38% de FEDER sur ce projet de 2 M ).

4 La France a évité un important dégagement d'office au 31/12/2003 (- de 0,1%) : 1-Rappel de ce qu est le dégagement d office : La règle de dégagement d office des fonds européens, dite règle n+2, est une innovation de la période de programmation , afin d inciter les gestionnaires de programmes à mobiliser rapidement et régulièrement les fonds européens mis à leur disposition. Il s agit d une mesure de bonne gestion. Cette règle prévoit concrètement que toute part de crédits engagés au plan communautaire l'année n et non justifiée par des dépenses à la date du 31 décembre de l année n+2 est perdue ; elle n est réallouée ni au programme concerné, ni au pays concerné. 2-Rappel des mesures prises dès le 31/07/2002 : L engagement d une véritable dynamique de projets par une communication en conseil des ministres du 31/12/2002 et une communication répétée sur ce sujet auprès des acteurs locaux (circulaires, réunions des SGAR et DGS de régions, informations des parlementaires ) Un allègement substantiel des procédures, et en particulier : o o o o Simplification du contrôle financier, en général et de manière forte sur les dossiers de faible montant Mise en place de fonds de concours locaux pour ces crédits européens ce qui a permis de réduire les délais d arrivée des crédits communautaires à l échelon local Acceptation des lettres d intention des co-financeurs en lieu et place de délibérations déjà prises pour pouvoir engager le dossier Exception faite pour les projets relevant de programmes européens aux règles générales du décret de 1999 : la réalisation du projet peut commencer avant que la décision de subvention ne soit prise. 3- Résultat de cette dynamique au 31/12/2003 : Eté 2002, le taux de programmation était seulement de 15 % au lieu des 30 % souhaitables, ce qui situait la France dans les derniers rangs européens. Le risque était alors important pour la France de perdre fin 2003 des fonds structurels européens (dont l enveloppe globale s élève à plus de 16 milliards d euros). Par lettre du 24/07/2003, Michel Barnier alertait encore le gouvernement français d un risque de perte de l ordre de 600 à 700 M sur le seul FEDER. Sur l ensemble des objectifs 1 et 2, l application de la règle 6 mois avant l échéance aurait même conduit à une perte de plus d 1Mds.

5 Grâce à la dynamique engagée dès l été 2002, en un an et demi, les programmes communautaires ont rattrapé leur retard de mise en œuvre : plus de la moitié des crédits dévolus à la France sur la période (soit 16 milliards d euros) sont aujourd hui programmés et les projets sont déposés et instruits sur un rythme soutenu dans toutes les régions. En 1 an ½, sur l ensemble des Objectifs 1 et 2, on est ainsi passé d un taux de 15% de programmation à 54,1% (55,6% sur l Objectif 2 et 51,4% sur l Objectif 1) pour un taux optimal de 57% = 100% divisé par 7 ans ( ) et multiplié par 4 ans ( ) : % des crédits programmés 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Niveau de programmation Crédits UE programmés Niveau optimal de programmation été 2002 fin 2002 mi 2003 fin 2003 Pour être plus précis sur les crédits du FEDER suivis directement par l aménagement du territoire : le taux de programmation au 31/12/2003 était de 56,3%, pour un taux optimal de 100%*4ans/7ans = 57% sur une enveloppe globale de 7,6 milliards d euros et par rapport aux 15% de l été 2002, Ceci représente, plus de 3 milliards d'euros de subventions programmées en 1 an ½ ce rattrapage dans la programmation s est accompagné d une évolution favorable des justifications des dépenses qui a permis d éviter tout dégagement d office sur le FEDER. Le rattrapage dans la programmation des crédits à partir de l été 2002 a en effet logiquement conduit à une évolution favorable des dépenses correspondantes durant l année Sur l ensemble des fonds structurels européens, les dernières évaluations prises en compte font apparaître que le dégagement d office pour 2003 ne dépassera pas 0,1 % de l enveloppe financière globale des programmes. Cette perte est concentrée pour l essentiel sur le fonds social européen, au titre des programmes régionaux. Les programmes nationaux ne subissent aucun dégagement de crédits.

6 Ce bilan confirme l'efficacité de la politique du gouvernement, lorsqu'il simplifie les procédures et fait confiance aux acteurs du terrain. Ainsi à mi-parcours de la mise en œuvre des programmes, le bilan est donc largement positif et permet à la France de figurer parmi les pays les mieux placés en Europe. Ces résultats contrastent les résultats de la gestion des anciens programmes , qui eux ont enregistrés, une perte de crédits programmés mais non réalisés de l ordre de 11 % de leur montant total soit une perte de 1Mds, perte supérieure à celle enregistrée dans les autres Etats membres de l Union. 4- Le dégagement d office s appliquera à nouveau au 31/12/2004 La règle s applique donc chaque année depuis le 31 décembre 2002 ; mais ce n est qu au 31 décembre 2003 qu elle a concerné pour la première fois tous les programmes français, les programmes de l objectif 2 n ayant été approuvés et engagés qu en mars Un nouveau rendez-vous est donc désormais pris pour le 31 décembre 2004.

7 II- A mi-parcours, le gouvernement a fait des propositions à la commission pour la réserve de performance : 1- Rappel de ce qu'est la réserve de performance : Le Conseil européen avait décidé que 4% des fonds structurels prévus pour la période seraient affectés à une «réserve de performance» pour être alloués à mi-parcours, au plus tard le 31 mars 2004, sur la base d une proposition transmise par chaque Etat membre fin Ces crédits restaient donc acquis au plan national. Ces 4% représentent des montants à répartir entre les régions françaises s élevant à 273 millions d euros au titre de l Objectif 2 et 171 millions d euros au titre de l Objectif 1. Selon le règlement du Conseil, la proposition de répartition doit être fondée sur une appréciation de la performance de chaque programme régional, définie sur la base de 3 familles de critères : - l «efficacité du programme», qui se traduit en particulier par la mesure des objectifs réellement atteints comparés aux objectifs inscrits dans les documents de programmation. - la «qualité de gestion», correspondant à la qualité du suivi administratif et financier : délais de traitement des dossiers, suivi des obligations réglementaires en termes de contrôles, qualité de l évaluation à mi-parcours. - les critères financiers, intégrant notamment le taux d absorption (taux de consommation des crédits). Ces critères, établis dès 2000, figurent dans les documents de programmation régionale européenne et s imposent aux Etats. Les orientations de la Commission prévoient que chaque proposition nationale doit ainsi traduire la hiérarchie des niveaux de performance entre les programmes régionalisés, de telle manière que : a) les programmes régionaux jugés performants reçoivent autour de 4% de crédits supplémentaires par rapport à leur dotation initiale ; b) les programmes régionaux jugés très performants se voient allouer un montant sensiblement supérieur à 4% ; c) les programmes régionaux dont la performance apparaît faible peuvent, le cas échéant, n obtenir aucune dotation complémentaire.

8 2- Les principes que le gouvernement français a retenus pour proposer une répartition de l enveloppe entre régions à la commission : Si le dispositif est clairement encadré par le règlement du Conseil, chaque Etat dispose cependant d une certaine marge de manœuvre dans le calcul de la répartition des enveloppes, notamment par la pondération des critères. Ainsi, après un travail de concertation, tant au plan national qu avec les services de la Commission, afin de tester la pertinence des dispositions envisagées, le Gouvernement a pu présenter une répartition de cette réserve de performance entre les différentes régions. La proposition envoyée à la Commission par la France a consisté à répartir la réserve en deux étapes: 1. Une part de réserve «de performance absolue» dans le respect des principes de bonne gestion : sur chacune des 3 familles de critères (efficacité/qualité/finances), une région atteignant un niveau de performance suffisant se voit attribuer un tiers des 4% de l'enveloppe de son programme ; si elle n a pas atteint la performance prévue, elle n a rien pour l enveloppe correspondante. Exemple : Cas d un programme régional d un montant initial de 400 M : efficacité du programme performance non atteint 0 qualité de gestion performance atteint 1/3 de 4% de 400M = 5,33 M critères financiers performance atteint 1/3 de 4% de 400M = 5,33 M Part de réserve «de performance absolue» = 10,66 M Pour l objectif 2, en moyenne, les régions ont atteint le seuil de performance sur 1 à 2 familles de critères. L attribution de cette partie de la réserve de performance représente ainsi la moitié des 273 M. Il reste donc une enveloppe de l ordre de 136 M à répartir en complément.

9 2. Une prime à la bonne consommation de crédits ou prime d «absorption des crédits» en distribuant le reliquat de la première répartition par une allocation aux régions qui est fonction de leur taux d absorption financière. Exemple : Cas d un programme régional d un montant initial de 400 M : efficacité du programme performance non atteint 0 qualité de gestion performance atteint 1/3 de 4% de 400M = 5,33 M critères financiers performance atteint 1/3 de 4% de 400M = 5,33 M + prime d absorption 10 M Part de réserve proposée = 20,66 M Au regard de la proposition du Gouvernement, toutes les régions bénéficiant des Objectifs 1 et 2 devraient, sans exception, obtenir une dotation supplémentaire de crédits européens. Ce résultat est à mettre au crédit : - des mesures de simplification prises par le gouvernement depuis l été 2002, - de la mobilisation de l ensemble des partenaires locaux. La proposition envoyée par la France à la Commission préconise ainsi l attribution de sommes correspondant à une fourchette qui va de 2% à plus de 6% des enveloppes initiales allouées aux régions pour les Objectifs 1 et 2. Il appartient à la Commission d approuver d ici fin mars 2004 la répartition finale de ces dotations complémentaires Après le 31 mars 2004, l autorité de gestion de chaque programme bénéficiaire d une allocation de la réserve proposera, dans le cadre des procédures existantes (consultation du partenariat régional en particulier), d affecter ces crédits complémentaires aux actions jugées prioritaires du Document de programmation et introduira auprès de la Commission la demande de modification correspondante. La Commission prendra une décision d approbation de chaque programme modifié, vraisemblablement à l automne Ces crédits devront, comme pour l ensemble de la dotation de fonds structurels, être individualisés au niveau de chaque opération avant le 31 décembre 2006.

Annexe N 3 : financer les projets forestiers

Annexe N 3 : financer les projets forestiers Annexe N 3 : financer les projets forestiers Financer les projets forestiers en 2007-2013 Programme de développement rural pour l'hexagone (PDRH) Une architecture en 4 axes Le PDRH, établi pour la France

Plus en détail

Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI)

Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI) Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI) De la citoyenneté active à l environnement en passant par la santé, la recherche,

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

CNDS et financement des activités d accompagnement éducatif au titre de l année scolaire 2007-2008

CNDS et financement des activités d accompagnement éducatif au titre de l année scolaire 2007-2008 ANNEXE 1 CNDS et financement des activités d accompagnement éducatif au titre de l année scolaire 2007-2008 1. Modalités de mise en place des crédits du CNDS Au titre de l année scolaire 2007-2008, le

Plus en détail

LES FINANCEMENTS EUROPEENS. Aurélie TSCHIRHART Malorie FEVRE Elodie LYET

LES FINANCEMENTS EUROPEENS. Aurélie TSCHIRHART Malorie FEVRE Elodie LYET LES FINANCEMENTS EUROPEENS Aurélie TSCHIRHART Malorie FEVRE Elodie LYET Le 19 décembre 2012 LES FINANCEMENTS EUROPEENS I. LE CADRE EUROPEEN L émergence de l Europe Dates clés II. LES 2 PRINCIPAUX FINANCEMENTS

Plus en détail

LES FONDS EUROPÉENS EN MARTINIQUE 2014-2020

LES FONDS EUROPÉENS EN MARTINIQUE 2014-2020 Pour faire face à la crise et aux grands défis de l Union européenne, ses Etats membres ont adopté en 2010 la Stratégie Europe 2020 pour une croissance intelligente, durable et inclusive. Toutes les politiques

Plus en détail

Approche intégrée de développement territorial

Approche intégrée de développement territorial Approche intégrée de développement territorial Appel à stratégies V0 CADRE COMMUN AUX APPELS A CANDIDATURE ITI ET LEADER La loi de modernisation de l action publique territoriale et d affirmation des métropoles

Plus en détail

Le POn et l entrepreneuriat

Le POn et l entrepreneuriat Le POn et l entrepreneuriat Mai - 2015 Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au titre de la valorisation du programme opérationnel national

Plus en détail

«la politique de cohésion de l Union européenne 2007 2013 les fonds structurels et les associations»

«la politique de cohésion de l Union européenne 2007 2013 les fonds structurels et les associations» PREMIER MINISTRE Conseil National de la vie associative Avis sur «la politique de cohésion de l Union européenne 2007 2013 les fonds structurels et les associations» Avis adopté en Session Plénière le

Plus en détail

LES FONDS EUROPÉENS EN BRETAGNE 2014-2020

LES FONDS EUROPÉENS EN BRETAGNE 2014-2020 LES FONDS EUROPÉENS EN BRETAGNE 2014-2020 CONNAÎTRE les programmes européens Pour faire face à la crise et aux grands défis de l Union européenne, ses Etats membres ont adopté en 2010 la Stratégie Europe

Plus en détail

Mardi 27 novembre 2007 à Loiron

Mardi 27 novembre 2007 à Loiron Conférence-débat Subventions Européennes Pour qui, pour quoi faire? Mardi 27 novembre 2007 à Loiron Organisée en partenariat par : La Maison de l'europe en Mayenne / Europe DIRECT et la Communauté de communes

Plus en détail

Objectif Spécifique n 1.B.1 : ACCROITRE DE 50 % LE NOMBRE D ENTREPRISES INNOVANTES EN REGION CENTRE-VAL DE LOIRE

Objectif Spécifique n 1.B.1 : ACCROITRE DE 50 % LE NOMBRE D ENTREPRISES INNOVANTES EN REGION CENTRE-VAL DE LOIRE Objectif Spécifique n 1.B.1 : ACCROITRE DE 50 % LE NOMBRE D ENTREPRISES INNOVANTES EN REGION CENTRE-VAL DE LOIRE ACTION 3 ACTIONS VISANT A FOURNIR UN ENVIRONNEMENT FAVORABLE AUX ENTREPRISES DANS LEURS

Plus en détail

PLR 2014 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS

PLR 2014 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS PLR - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS Version du 27/05/2015 à 17:54:49 PROGRAMME 866 : PRÊTS AUX PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES MINISTRE CONCERNÉ

Plus en détail

Les ateliers du développement durable Les financements européens

Les ateliers du développement durable Les financements européens Les ateliers du développement durable Les financements européens 1 er juin 2010 Hôtel de département de l Essonne NB - La présente fiche de synthèse a été élaborée par les services du Conseil général de

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSEE LE MERCREDI 28 OCTOBRE 2015 À L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs

Plus en détail

PLAN DE RELANCE DE L ECONOMIE

PLAN DE RELANCE DE L ECONOMIE COMITÉ INTERMINISTÉRIEL D AMÉNAGEMENT ET DE COMPÉTITIVITÉ DES TERRITOIRES PLAN DE RELANCE DE L ECONOMIE DOSSIER D INFORMATION LYON - 2 FEVRIER 2009 Ce dossier est téléchargeable sur : www.premier-ministre.gouv.fr

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le climat

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le climat MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le climat DOSSIER DE PRESSE Jean-Louis BORLOO, Valérie LETARD et Benoist

Plus en détail

PROMOUVOIR LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET L INNOVATION

PROMOUVOIR LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET L INNOVATION PROMOUVOIR LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE ET L INNOVATION I Soutien au développement économique 1) Connaissance et analyse du tissu économique Une mission de connaissance et d analyse du tissu économique

Plus en détail

F.S.E 2000/2006 PROJET DE RAPPORT DE CLOTURE

F.S.E 2000/2006 PROJET DE RAPPORT DE CLOTURE F.S.E 2000/2006 PROJET DE RAPPORT DE CLOTURE INTRODUCTION : RAPPEL DU CONTEXTE ET DES OBJECTIFS DU RAPPORT FINAL PARTIE 1 EVOLUTION DU CADRE OPERATIONNEL DU DOCUP OBJECTIF 2 EN HAUTE-NORMANDIE 1.1 Le DOCUP

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : ETLL1420785A Intitulé du texte : Arrêté modifiant l arrêté du 30 mars 2009 relatif aux conditions d application de dispositions concernant les avances

Plus en détail

Dispositif de soutien aux dynamiques de conversion en agriculture biologique en Picardie

Dispositif de soutien aux dynamiques de conversion en agriculture biologique en Picardie Dispositif de soutien aux dynamiques de conversion en agriculture biologique en Picardie 2013 1 1. Contexte et enjeux, d un dispositif complémentaire aux mesures d aide en faveur de l agriculture biologique

Plus en détail

La prise en compte des seniors dans le POn

La prise en compte des seniors dans le POn La prise en compte des seniors dans le POn Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au titre de la valorisation du programme opérationnel national

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2008 SOUTIEN AUX ACTEURS ASSOCIATIFS A ANCRAGE TERRITORIAL PROJETS DE SERVICES & USAGES NUMERIQUES

APPEL A PROJETS 2008 SOUTIEN AUX ACTEURS ASSOCIATIFS A ANCRAGE TERRITORIAL PROJETS DE SERVICES & USAGES NUMERIQUES Direction Recherche, innovation, enseignement supérieur Unité Développement Sous-direction de la recherche et de l innovation APPEL A PROJETS 2008 SOUTIEN AUX ACTEURS ASSOCIATIFS A ANCRAGE TERRITORIAL

Plus en détail

L ISF en période de crise, quand Impôt rime avec Solidarité

L ISF en période de crise, quand Impôt rime avec Solidarité L ISF en période de crise, quand Impôt rime avec Solidarité Contacts presse : Fondation de France Dorothée Vital Agence YESwecan Emilie Loubié T. 01 44 21 31 91 F. 01 44 21 87 30 T. 01 40 26 11 40 F. 01

Plus en détail

2ème APPEL A PROJETS

2ème APPEL A PROJETS 1 / 5 2ème APPEL A PROJETS INNOVANTS / STRUCTURANTS POUR UNE A LA TRANSITION ECOLOGIQUE SUR LE TERRITOIRE DE MIDI-PYRENEES Cahier des charges 2016 2 / 5 Contexte et objectifs Contexte L axe IX «Contribuer

Plus en détail

Passage en régie de la distribution de l eau potable

Passage en régie de la distribution de l eau potable La régie est un mode d organisation permettant aux collectivités de prendre en charge une activité dans le cadre de leurs propres services. Passage en régie le choix historique de l agglomération Évry

Plus en détail

Références : Préambule

Références : Préambule Programme opérationnel régional FEDER-FSE de l Ile-de-France et du bassin de Seine Période 2014-2020 Règlement intérieur du Comité régional de programmation Références : Règlement (UE) n 1303/2013 du 17

Plus en détail

Le Management territorial dans l Union Européenne Par M. Michel QUEVIT, Managing Director de RIDER II

Le Management territorial dans l Union Européenne Par M. Michel QUEVIT, Managing Director de RIDER II Le Management territorial dans l Union Européenne Par M. Michel QUEVIT, Managing Director de RIDER II 1. Les apports méthodologiques de la démarche des Fonds structurels pour la mise en œuvre des politiques

Plus en détail

FEDER & FSE LIMOUSIN Notice relative aux obligations du bénéficiaire

FEDER & FSE LIMOUSIN Notice relative aux obligations du bénéficiaire FEDER & FSE LIMOUSIN Notice relative aux obligations du bénéficiaire En matière d information et de communication sur les fonds européens UNION EUROPÉENNE Table des matières VOUS ÊTES AUJOURD HUI AMBASSADEUR

Plus en détail

Associations et fonds structurels européens :

Associations et fonds structurels européens : économie Janvier 2015 Associations et fonds structurels européens : ce qui change avec la nouvelle programmation 2014-2020 1 Associations et fonds structurels européens : ce qui change avec la nouvelle

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes A :

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes A : Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Direction générale de la cohésion sociale Sous-direction de l enfance et de la famille Bureau Famille et parentalités Personnes chargées

Plus en détail

Guide Sudoe - Pour l'élaboration et la gestion de projets Version Française Fiche 3.3 Comment élaborer un plan de travail

Guide Sudoe - Pour l'élaboration et la gestion de projets Version Française Fiche 3.3 Comment élaborer un plan de travail Guide Sudoe - Pour l'élaboration et la gestion de projets Version Française Fiche 3.3 Comment élaborer un plan de travail 2 Fiche 3.3 Comment élaborer un plan de travail Index 1 Détermination du plan de

Plus en détail

Qu est-ce que le FISAC

Qu est-ce que le FISAC Qu est-ce que le FISAC C est le Fonds d Intervention pour les Services, l Artisanat et le Commerce, Il s agit d un fonds d Etat Dispositif créé en 1989, Fondé sur le principe de solidarité entre les grandes

Plus en détail

Financements disponibles pour gérer le passif evironnemental et faciliter la reconversion des friches industrielles

Financements disponibles pour gérer le passif evironnemental et faciliter la reconversion des friches industrielles MVCS Conseil Financements disponibles pour gérer le passif evironnemental et faciliter la reconversion des friches industrielles 1 MVCS Conseil Assistance des maîtres d ouvrage pour optimiser les opérations

Plus en détail

Habiter mieux. un programme de lutte contre la précarité énergétique DOSSIER DE PRESSE. 31 janvier 2014. Sommaire

Habiter mieux. un programme de lutte contre la précarité énergétique DOSSIER DE PRESSE. 31 janvier 2014. Sommaire Habiter mieux un programme de lutte contre la précarité énergétique DOSSIER DE PRESSE Conception-réalisation : DDT 71 janvier 2014 31 janvier 2014 Sommaire Communiqué de presse Lutter contre la précarité

Plus en détail

Benjamin Petit pour l'afd RÉ S UL T ATS. Agence Française de Développement

Benjamin Petit pour l'afd RÉ S UL T ATS. Agence Française de Développement Benjamin Petit pour l'afd RÉ S UL T ATS Agence Française de Développement Face aux défis communs, s engager vers de nouveaux modèles de développement Dans un monde de plus en plus interdépendant, les défis,

Plus en détail

POLITIQUE MUNICIPALE

POLITIQUE MUNICIPALE POLITIQUE MUNICIPALE POLITIQUE NUMÉRO : OBJET : ENV-2011-001 Utilisation et gestion du Fonds vert DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 31 mai 2011 RÉS. N O. : CM-2011-496 DATE DE RÉVISION : RÉS. N O. : SERVICE :

Plus en détail

SEMINAIRE DE LANCEMENT DES PROGRAMMES EUROPEENS 2014-2020. 24 septembre 2015 Mégacité Amiens

SEMINAIRE DE LANCEMENT DES PROGRAMMES EUROPEENS 2014-2020. 24 septembre 2015 Mégacité Amiens SEMINAIRE DE LANCEMENT DES PROGRAMMES EUROPEENS 2014-2020 24 septembre 2015 Mégacité Amiens L AMBITION PICARDE POUR LA NOUVELLE GÉNÉRATION DE PROGRAMMES EUROPÉENS Ouverture : Nicole KLEIN, Préfète de la

Plus en détail

AU FIL DES DOSSIERS DU CONSEIL GÉNÉRAL

AU FIL DES DOSSIERS DU CONSEIL GÉNÉRAL Mardi 28 octobre 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE AU FIL DES DOSSIERS DU CONSEIL GÉNÉRAL Le Conseil général du Rhône s est réuni ce jour en séance publique à l Hôtel du Département. SOCIAL PDI (PROGRAMME DÉPARTEMENTAL

Plus en détail

II.Foire aux questions

II.Foire aux questions Questions et réponses sur Marguerite, Fonds européen 2020 pour l énergie, le changement climatique et les infrastructures II.Foire aux questions 1. Quelles sont les spécificités du fonds Marguerite, et

Plus en détail

EMPLOI, INCLUSION SOCIALE, FORMATION PROFESSIONNELLE FONDS SOCIAL EUROPÉEN

EMPLOI, INCLUSION SOCIALE, FORMATION PROFESSIONNELLE FONDS SOCIAL EUROPÉEN EMPLOI, INCLUSION SOCIALE, FORMATION PROFESSIONNELLE FONDS SOCIAL EUROPÉEN LE DÉPARTEMENT La stratégie d intervention du Fonds Social Européen pour 2014-2020 vise à corriger les déséquilibres structurels

Plus en détail

L OPÉRATEUR DE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

L OPÉRATEUR DE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE L OPÉRATEUR DE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE DOSSIER DE PRESSE 2014 LE GRAND DÉFI DE L ÉNERGIE Pour réussir, la transition énergétique doit pouvoir s opérer sur tous les fronts : mondiaux, européens, nationaux

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Emplois d avenir : signature de 4 contrats à la mairie de Castelnau-le-Lez le 14 mai 2013 à 15 h 30

DOSSIER DE PRESSE Emplois d avenir : signature de 4 contrats à la mairie de Castelnau-le-Lez le 14 mai 2013 à 15 h 30 PREFET DE L HERAULT DOSSIER DE PRESSE Emplois d avenir : signature de 4 contrats à la mairie de Castelnau-le-Lez le 14 mai 2013 à 15 h 30 Les Emplois d'avenir en Languedoc-Roussillon en quelques chiffres

Plus en détail

Guide de financement de projets locaux en persévérance scolaire et en réussite éducative

Guide de financement de projets locaux en persévérance scolaire et en réussite éducative Guide de financement de projets locaux en persévérance scolaire et en réussite éducative Critères d admissibilité des projets déposés par les MRC de l Estrie 1 dans le cadre du soutien financier de la

Plus en détail

SERVICE PUBLIC REGIONAL DE L ORIENTATION

SERVICE PUBLIC REGIONAL DE L ORIENTATION Objectif Spécifique n 10.iii.2 AMELIORER LES SERVICES DES OPERATEURS DE L ORIENTATION, LES CONDITIONS DE LEUR REUSSITE ET LEUR COORDINATION POUR FAIRE EN SORTE QUE L ENSEMBLE DU TERRITOIRE REGIONAL FONCTIONNE

Plus en détail

Cahier des charges d achat de formation

Cahier des charges d achat de formation MAISON DE L EMPLOI DE LA METROPOLE NANTAISE Cahier des charges d achat de formation Formation Outiller les professionnels de l accompagnement PLIE sur la thématique «migrant» Achat d une prestation en

Plus en détail

Note sur le projet de révision du Plan d investissement pour le Népal

Note sur le projet de révision du Plan d investissement pour le Népal Réunion intermédiaire du Sous-comité du SREP Nairobi, Kenya 8 et 9 mars 2012 SREP/SC.IS.2/Inf.3 17 février 2012 Point 7 de l ordre du jour Note sur le projet de révision du Plan d investissement pour le

Plus en détail

Mise en œuvre du Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Mise en œuvre du Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi PREMIER MINISTRE Mise en œuvre du Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi 18 avril 2013 Contact Service de presse de Matignon 57, rue de Varenne 75007 Paris Tél. : 01 42 75 50 78/79

Plus en détail

Quelles solutions face aux difficultés des associations en cette période de crise?

Quelles solutions face aux difficultés des associations en cette période de crise? Quelles solutions face aux difficultés des associations en cette période de crise? Jean-Luc Bleunven Député, 3 e circonscription du Finistère Permanence parlementaire 36 rue des 3 Frères Le Roy 29860 PLABENNEC

Plus en détail

Loi portant réforme de l hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires

Loi portant réforme de l hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires n 95.09 PB/GM Loi portant réforme de l hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires Après cinq mois d intenses débats parlementaires, la loi du 21 juillet 2009 portant réforme de l hôpital

Plus en détail

PICARDIE EN FÊTE Règlement d intervention

PICARDIE EN FÊTE Règlement d intervention PICARDIE EN FÊTE Règlement d intervention Le dispositif «Picardie en fête» vise à soutenir, depuis de nombreuses années, les initiatives socio-culturelles, culturelles et d animation locale dans leur diversité

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : ETLL1426209D Intitulé du texte : portant diverses dispositions modifiant le code de la construction et de l habitation en matière de demande de logement

Plus en détail

Aide à l Investissement des Commerçants, Artisans. et Très Petites Entreprises du Val de Fensch

Aide à l Investissement des Commerçants, Artisans. et Très Petites Entreprises du Val de Fensch Aide à l Investissement des Commerçants, Artisans et Très Petites Entreprises du Val de Fensch Règlement d attribution des aides directes en complément du dispositif de la Région Lorraine Le présent règlement

Plus en détail

Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts

Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts Entre L Union Sociale pour l Habitat, représentée par son Président, Michel Delebarre et la Caisse des Dépôts, représentée par son

Plus en détail

AXE 3 AMELIORER FICHE THEMATIQUE 3-4 : LA COMPETITIVITE DES PME L IMMOBILIER LOCATIF PUBLIC. Version adoptée au CPR du 07/12/15 1

AXE 3 AMELIORER FICHE THEMATIQUE 3-4 : LA COMPETITIVITE DES PME L IMMOBILIER LOCATIF PUBLIC. Version adoptée au CPR du 07/12/15 1 AXE 3 AMELIORER LA COMPETITIVITE DES PME FICHE THEMATIQUE 3-4 : L IMMOBILIER LOCATIF PUBLIC Version adoptée au CPR du 07/12/15 1 PRIORITE D INVESTISSEMENT N 3d : Soutien à la capacité des PME à participer

Plus en détail

Jacques Auxiette et Guillaume Garot visitent des projets financés dans le cadre du Contrat territorial unique de Laval Agglomération Sommaire

Jacques Auxiette et Guillaume Garot visitent des projets financés dans le cadre du Contrat territorial unique de Laval Agglomération Sommaire Jacques Auxiette et Guillaume Garot visitent des projets financés dans le cadre du Contrat territorial unique de Laval Agglomération Dossier de presse Sommaire Communiqué de presse (p.2) Les visites de

Plus en détail

AVIS DE PUBLICITE CONCESSION D'AMENAGEMENT AMENAGEMENT ET CESSION DE TERRAINS COMMUNAUX

AVIS DE PUBLICITE CONCESSION D'AMENAGEMENT AMENAGEMENT ET CESSION DE TERRAINS COMMUNAUX AVIS DE PUBLICITE CONCESSION D'AMENAGEMENT AMENAGEMENT ET CESSION DE TERRAINS COMMUNAUX I. POUVOIR ADJUDICATEUR I.1 Identification Commune de Saint Paul BP 44 97 861 Saint Paul Cedex Contact : Pôle Aménagement

Plus en détail

ANNEXE 1 : DISPOSITIFS AFR 2014-2020 ET METHODE D ELABORATION DU ZONAGE

ANNEXE 1 : DISPOSITIFS AFR 2014-2020 ET METHODE D ELABORATION DU ZONAGE ANNEXE 1 : DISPOSITIFS AFR 2014-2020 ET METHODE D ELABORATION DU ZONAGE Les lignes directrices AFR 2014-2020, adoptées par la Commission européenne le 19 juin 2013, prévoient certes une augmentation de

Plus en détail

Investissements de stockage, transformation et commercialisation de produits agricoles

Investissements de stockage, transformation et commercialisation de produits agricoles Investissements de stockage, transformation et commercialisation de produits agricoles Type d opération 4.2.2 du Programme de Développement Rural Régional 2014-2020* *faisant référence au PDR Haute Normandie

Plus en détail

JEREMIE AUVERGNE. I. Présentation de l action. Contexte Développement de l action et enjeux. Politique partenariale

JEREMIE AUVERGNE. I. Présentation de l action. Contexte Développement de l action et enjeux. Politique partenariale JEREMIE AUVERGNE I. Présentation de l action Le programme JEREMIE Auvergne (Joint European Ressources For Micro To Medium Entreprises) a été créé à partir d une initiative de la Commission européenne et

Plus en détail

Principales missions opérationnelles : Logement social

Principales missions opérationnelles : Logement social LOGEMENT SOCIAL - Nombre d offices communautaires d HLM ou OPAC gérés : aucun - Autres organismes gestionnaires de logements sociaux : 2 Offices publics de l Habitat (Département de Loire-Atlantique et

Plus en détail

Les mesures pour relancer la construction de logements

Les mesures pour relancer la construction de logements Les mesures pour relancer la construction de logements Avril 2015 Le logement est devenu, pour la plupart des Français, cher et difficilement accessible. Le secteur de la construction traverse une grave

Plus en détail

Guide des Pactes territoriaux pour l emploi

Guide des Pactes territoriaux pour l emploi Guide Novembre 1999 fr Guide des Pactes territoriaux pour l emploi 2000-2006 Union européenne Fonds structurels Guide des Pactes territoriaux pour l emploi 2000-2006 Document des services de la Commission,

Plus en détail

Chapitre I Dénomination, adhésions, siège, durée, exercice

Chapitre I Dénomination, adhésions, siège, durée, exercice STATUTS Chapitre I Dénomination, adhésions, siège, durée, exercice Article 1 Dénomination, adhésions Il est constitué entre les soussignés et tous ceux qui deviendront membres par la suite une association

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL FEDER - FSE MAYOTTE 2014-2020 AXE 6 : ACCOMPAGNER LE DEVELOPPEMENT DU NUMERIQUE, FACTEUR DE DEVELOPPEMENT ET DE COMPETITIVITE

PROGRAMME OPERATIONNEL FEDER - FSE MAYOTTE 2014-2020 AXE 6 : ACCOMPAGNER LE DEVELOPPEMENT DU NUMERIQUE, FACTEUR DE DEVELOPPEMENT ET DE COMPETITIVITE PROGRAMME OPERATIONNEL FEDER - FSE MAYOTTE 2014-2020 AXE 6 : ACCOMPAGNER LE DEVELOPPEMENT DU NUMERIQUE, FACTEUR DE DEVELOPPEMENT ET DE COMPETITIVITE OBJECTIF SPECIFIQUE 6.2 : Amorcer la dynamique du Très

Plus en détail

Premier axe de la réforme : La participation des habitants

Premier axe de la réforme : La participation des habitants DOSSIER DE PRESSE Présenté à l Assemblée nationale le 22 novembre 2013, le projet de loi de «programmation pour la ville et la cohésion urbaine» répond à l engagement pris par le Président de la République

Plus en détail

Très haut débit. résultats des consultations publiques et orientations. Conférence de presse du 28 novembre 2007

Très haut débit. résultats des consultations publiques et orientations. Conférence de presse du 28 novembre 2007 Très haut débit résultats des consultations publiques et orientations Conférence de presse du 28 novembre 2007 Contexte La mutualisation de la partie terminale L accès au génie civil Conclusion 2 La régulation

Plus en détail

Publication des cartes. du «très haut débit»

Publication des cartes. du «très haut débit» Publication des cartes du «très haut débit» Bruno LE MAIRE ministre de l Agriculture, de l Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l Aménagement du territoire Eric BESSON Ministre chargé de l Industrie,

Plus en détail

Règles et procédures de modifications de projet et de révision des décisions de financement

Règles et procédures de modifications de projet et de révision des décisions de financement Règles et procédures de modifications de projet et de révision des décisions de financement Guide Utilisateur pour compléter le Formulaire de Modification Investir dans notre futur commun Guide Utilisateur

Plus en détail

Fonds Asile Migration Intégration Fonds Sécurité Intérieure Programmes nationaux 2014-2020

Fonds Asile Migration Intégration Fonds Sécurité Intérieure Programmes nationaux 2014-2020 l Europe se mobilise Fonds Asile Migration Intégration Fonds Sécurité Intérieure Programmes nationaux 2014-2020 L action de l Union européenne Une action commune... L Union européenne met en œuvre, depuis

Plus en détail

SERVICE PUBLIC FÉDÉRAL SÉCURITÉ SOCIALE. Direction générale Politique sociale Domaine Réglementation. Allocations familiales. Circ.

SERVICE PUBLIC FÉDÉRAL SÉCURITÉ SOCIALE. Direction générale Politique sociale Domaine Réglementation. Allocations familiales. Circ. SERVICE PUBLIC FÉDÉRAL SÉCURITÉ SOCIALE Direction générale Politique sociale Domaine Réglementation Allocations familiales Circ. n 600 Circulaire à Mesdames les Ministres, Messieurs les Ministres, Mesdames

Plus en détail

Aides européennes : mode d emploi pour les PME

Aides européennes : mode d emploi pour les PME Aides européennes : mode d emploi pour les PME Les thématiques UE35 Mardi 25 Janvier 2011 Déroulé 1. les politiques communautaires et le montage de projets européens : quelques points de repère généraux

Plus en détail

Atelier FSE. FSE - Fonds Social Européen. IEJ - Initiative pour l Emploi des Jeunes. Atelier FSE

Atelier FSE. FSE - Fonds Social Européen. IEJ - Initiative pour l Emploi des Jeunes. Atelier FSE Atelier FSE FSE - Fonds Social Européen Atelier FSE IEJ - Initiative pour l Emploi des Jeunes Fonds Social Européen Initiative pour l Emploi des Jeunes 1 RAPPEL : Architecture du FSE sur la période 2007/13

Plus en détail

PROGRAMME «HABITER MIEUX» DOSSIER DE PRESSE

PROGRAMME «HABITER MIEUX» DOSSIER DE PRESSE PROGRAMME «HABITER MIEUX» DOSSIER DE PRESSE Le Programme «Habiter Mieux» en FRANCE Etat des lieux Contexte National : La précarité énergétique pèse sur les ménages les plus fragiles depuis de nombreuses

Plus en détail

CONSEIL DE DEVELOPPEMENT DU PAYS D AIX. Rapport d étape sur la charte Développement Durable du pays d Aix

CONSEIL DE DEVELOPPEMENT DU PAYS D AIX. Rapport d étape sur la charte Développement Durable du pays d Aix CONSEIL DE DEVELOPPEMENT DU PAYS D AIX Rapport d étape sur la charte Développement Durable du pays d Aix Dans le prolongement de ses précédents avis sur la Charte de l Environnement qui portait sur la

Plus en détail

DOSSIER PRESSE 25 août 2015. Lutte contre le décrochage scolaire

DOSSIER PRESSE 25 août 2015. Lutte contre le décrochage scolaire DOSSIER PRESSE 25 août 2015 Lutte contre le décrochage scolaire Nouvelles mesures à annoncer 1) L appel à projets relative à la lutte contre le décrochage (Fonds européen Bruxelles, Province du Hainaut

Plus en détail

Programme opérationnel POIA 2014 2020

Programme opérationnel POIA 2014 2020 Programme opérationnel POIA 2014 2020 Axe 4 Assistance technique Région Provence Alpes Côte d Azur Comité de suivi du 10 juin 2015 1 Rappel du descriptif de l axe prioritaire 4 «assistance technique» 2

Plus en détail

Le coût de la réforme du congé parental partagé ou comment dilapider l argent des finances publiques en mettant la charrue avant les bœufs

Le coût de la réforme du congé parental partagé ou comment dilapider l argent des finances publiques en mettant la charrue avant les bœufs Le coût de la réforme du congé parental partagé ou comment dilapider l argent des finances publiques en mettant la charrue avant les bœufs La réforme du congé parental prévue initialement Lors du vote

Plus en détail

Qui? Où? ACTION 7 DEMARCHES D ACCOMPAGNEMENT A LA CREATION / REPRISE D ENTREPRISES. Dernière approbation 17/09/2015 OBJECTIFS : ACTIONS SOUTENUES :

Qui? Où? ACTION 7 DEMARCHES D ACCOMPAGNEMENT A LA CREATION / REPRISE D ENTREPRISES. Dernière approbation 17/09/2015 OBJECTIFS : ACTIONS SOUTENUES : ACTION 7 DEMARCHES D ACCOMPAGNEMENT A LA CREATION / REPRISE D ENTREPRISES Dernière approbation 17/09/2015 OBJECTIFS : Stimuler, développer et surtout pérenniser la création reprise d entreprises Favoriser

Plus en détail

POLE ENTREPRISES Secteur Développement et Accompagnement des Entreprises Service Economie Sociale et Solidaire

POLE ENTREPRISES Secteur Développement et Accompagnement des Entreprises Service Economie Sociale et Solidaire POLE ENTREPRISES Secteur Développement et Accompagnement des Entreprises Service Economie Sociale et Solidaire SOUTIEN AUX ENTREPRISES DE L ESS Nature du dispositif : instruction avec comité de sélection

Plus en détail

Manifestations européennes à but non lucratif

Manifestations européennes à but non lucratif FICHE D AIDE A LA LECTURE DU GUIDE DU PROGRAMME ERASMUS+ 2016 Manifestations européennes à but non lucratif #ErasmusPlus #Sport Manifestations européennes à but non lucratif / SPORT Références Critères

Plus en détail

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte BURKINA FASO Chiffres clés Taux de change : 1$ US Principales villes Population Taux de croissance de la population (2006-2010) Population urbaine (%du total 2010) PNB par habitant Croissance du PIB (réal

Plus en détail

Les organismes Hlm au cœur de la transition énergétique française

Les organismes Hlm au cœur de la transition énergétique française 12 mars 2014 Les organismes Hlm au cœur de la transition énergétique française Christophe BOUCAUX Direction de la Maîtrise d ouvrage et des Politiques patrimoniales L Union sociale pour l habitat ÉDITION

Plus en détail

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS NOTION EVALUATION L évaluation, c est la production d un jugement de valeur concernant une politique publique. Elle vise à mesurer les effets de la politique évaluée.

Plus en détail

Programme des Investissements d Avenir (PIA) Mesure relative au Renforcement de la compétitivité des PMI et des filières industrielles stratégiques

Programme des Investissements d Avenir (PIA) Mesure relative au Renforcement de la compétitivité des PMI et des filières industrielles stratégiques Programme des Investissements d Avenir (PIA) Mesure relative au Renforcement de la compétitivité des PMI et des filières industrielles stratégiques Appel à projets «filières industrielles» - Notice simplifiée

Plus en détail

GDF SUEZ CHARTE DE L ENVIRONNEMENT

GDF SUEZ CHARTE DE L ENVIRONNEMENT GDF SUEZ CHARTE DE L ENVIRONNEMENT SOMMAIRE INTRODUCTION > Chapitre 1 L environnement et le Développement durable 9 S engager > Chapitre 2 Principes de mise en œuvre 19 Comprendre Savoir-faire Partager

Plus en détail

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES Juin 2015 SOMMAIRE 1. Précisions sur la cotation Banque de France et les statistiques présentées... 4 2. Statistiques 2015... 6 2.1. Discrimination

Plus en détail

Signature des conventions de délégation des aides à la pierre

Signature des conventions de délégation des aides à la pierre Barberaz Barby Bassens Challes-les-Eaux Chambéry Cognin Curienne Jacob-Bellecombette La Motte-Servolex La Ravoire La Thuile Les Déserts Montagnole Puygros Saint-Alban-Leysse Saint-Baldoph Saint-Cassin

Plus en détail

LES FONDS EUROPÉENS EN RÉGION LA RÉUNION 2014-2020

LES FONDS EUROPÉENS EN RÉGION LA RÉUNION 2014-2020 LES FONDS EUROPÉENS EN RÉGION LA RÉUNION 2014-2020 Pour faire face à la crise et aux grands défis de l Union européenne, ses Etats membres ont adopté en 2010 la Stratégie Europe 2020 pour une croissance

Plus en détail

Grenelle Environnement

Grenelle Environnement Grenelle Environnement Convention d engagements pour l accélération de la construction de «Bâtiments Basse Consommation» (BBC) Entre L Etat, représenté par Jean-Louis Borloo, ministre d Etat, ministre

Plus en détail

Dérouler les implications du droit au logement opposable.

Dérouler les implications du droit au logement opposable. Haut comité pour le logement des personnes défavorisées Note de synthèse du 13 e rapport (mars 2008) Dérouler les implications du droit au logement opposable. Adoptée dans l urgence en début d année 2007,

Plus en détail

Avis sur le budget primitif du budget annexe consacré à la gestion des fonds européens 2014-2020

Avis sur le budget primitif du budget annexe consacré à la gestion des fonds européens 2014-2020 Décembre 2014 Avis sur le budget primitif du budget annexe consacré à la gestion des fonds européens 2014-2020 Résultat du vote : UNANIMITÉ Rapporteur : M. Jean-Pierre BILLON Conformément à la possibilité

Plus en détail

PANORAMA SUR L AIDE ALIMENTAIRE EN FRANCE. Les niveaux de vie en 2010 extraits de INSEE Première N 1412 - septembre 2012

PANORAMA SUR L AIDE ALIMENTAIRE EN FRANCE. Les niveaux de vie en 2010 extraits de INSEE Première N 1412 - septembre 2012 D. Briaumont PANORAMA SUR L AIDE ALIMENTAIRE EN FRANCE Les niveaux de vie en 2010 extraits de INSEE Première N 1412 - septembre 2012 Carine Burricand, Cédric Houdré, Eric Seguin, division Revenus et patrimoine

Plus en détail

ACCES DES ASSOCIATIONS & FONDATIONS

ACCES DES ASSOCIATIONS & FONDATIONS ACCES DES ASSOCIATIONS & FONDATIONS AUX ANTENNES DE FRANCE TELEVISIONS Le Conseil supérieur de l audiovisuel a adopté le 4 janvier 2011 le rapport au Premier ministre élaboré par une commission de réflexion,

Plus en détail

Valoriser de manière globale l animation culturelle FICHE ACTION N 15 Culture pour tous par un maillage et des évènements fédérateurs

Valoriser de manière globale l animation culturelle FICHE ACTION N 15 Culture pour tous par un maillage et des évènements fédérateurs Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel Agglomération de Nevers, de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Valoriser de manière globale l animation culturelle FICHE ACTION N

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

développement local mené par les acteurs locaux Date d effet Date de signature de la présente convention

développement local mené par les acteurs locaux Date d effet Date de signature de la présente convention ANNEXE 6 FICHES-ACTIONS MOBILISEES PAR LE GAL LEADER 2014-2020 GAL DU PAYS D AURILLAC FICHE-ACTION N 1 Gestion Territoriale des Emplois et des Compétences, Mutualisation des Emplois, emploi des jeunes

Plus en détail

FSE - Programme Opérationnel Régional 2014-2020 Etat d'avancement

FSE - Programme Opérationnel Régional 2014-2020 Etat d'avancement FSE - Programme Opérationnel Régional 2014-2020 Etat d'avancement Présentation du Programme Opérationnel FEDER-FSE 2014-2020 Bretagne Volet FSE La version finale PO FEDER-FSE 2014-2020 Bretagne a été transmise

Plus en détail