PROJET DE CREATION ET DE MISE EN ŒUVRE D UN STANDARD RSE POUR LES INDUSTRIES EXTRACTIVES EN ZONE CEMAC

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROJET DE CREATION ET DE MISE EN ŒUVRE D UN STANDARD RSE POUR LES INDUSTRIES EXTRACTIVES EN ZONE CEMAC"

Transcription

1 Prjet REMAP Prgramme de Renfrcement de la guvernance des Matières Premières en Afrique Centrale Bureau du Prjet à Bangui, Avenue des Martyrs B.P. 930 Bangui - République Centrafricaine PROJET DE CREATION ET DE MISE EN ŒUVRE D UN STANDARD RSE POUR LES INDUSTRIES EXTRACTIVES EN ZONE CEMAC Synthèse des travaux de l'atelier natinal à Yaundé les 4 et 5 juillet 2013 L an 2013 et le 4 du mis de juillet s est uvert pur une durée de deux jurs, l atelier natinale de réexin sur la mise en œuvre du standard RSE dans la zne CEMAC. Après la cérémnie prtclaire d uverture débutée peu après 09 heures et présidée par Mme Malaika Ndumbe Ngll, la Représente de le CEMAC au Camerun qui a dit sa gratitude au Camerun et à la cpératin allemande pur la réalisatin de cet atelier, place a été laissée aux travaux. Synthèse sessin I (Prblématiques et répnses de la RSE dans le secteur des industries extractives au Camerun) La première sessin de l atelier s est uverte par la diffusin d un lm sur les enjeux de la RSE réalisé par WWF et intitulé «Au cœur du fer». Des échanges qui nt suivi, il en est ressrti que le lm pse la prblématique de la cnciliatin des intérêts écnmiques au respect de l envirnnement et au bien être des ppulatins et la nécessité d instaurer un dialgue entre les parties dans la mise en œuvre d un prjet minier. A la suite de la diffusin du lm, n a assisté à tris interventins présentant respectivement la cmpréhensin de la RSE par le secteur public, privé et la sciété civile. De ces présentatins et des échanges qui nt suivi, il est apparu des divergences sur la dénitin de la RSE. On a eu d un côté ceux pur qui la RSE intègre à la fis le respect des bligatins légales et les actins vlntaires psées par les entreprises pur préservatin de l envirnnement et pur le bien être des ppulatins riveraines (administratins et entreprises) ; et de l autre, ceux qui cmprennent la RSE uniquement cmme tutes les actins menées de façn vlntaire par les entreprises après le respect des bligatins légales (sciété civile). Cependant, quelque sit leur cmpréhensin des RSE, les participants se snt mntrés unanimes quant à la nécessité de bien mettre en œuvre les actins relevant de la RSE. Pur les représentant des entreprises, une bnne mise en œuvre de RSE garantirait l exercice harmnieux, la pérennité de leurs activités et dnc permet la rentabilité des investissements. Elle assurerait également la prmtin de l image de l entreprise. Et pur les représentes de la sciété civile, une bnne mise en œuvre des RSE permettrait de sauvegarder les intérêts des ppulatins ntamment riveraines. Aussi quelques prpsitins nt-elles été émises pur atteindre cet bjectif. Il s agit : De la dénitin d un cadre de cncertatin entreprise Etat (guvernement, cllectivités territriales décentralisé, autrités traditinnelles, sciété civile ) et ppulatins riveraines ; an que les actins

2 menées dans le cadre de RSE respectent la planicatin de l Etat (intègrent par exemple les Plans Cmmunaux de Dévelppement), rencntre les aspiratins des ppulatins et s inscrive dans la durée ; Claricatin de ce qui relève de l bligatin légale et ce qui relève de la RSE De la nécessité de l Etat de juer pleinement sn rôle régalien de dter les cmmunautés des infrastructures sciales de bases ; De la nécessité de vir les entreprises rendent publique leur cahier de charges pur que les ppulatins puisse faire la différence entre les actins qui relèvent par exemple du respect du Plan de gestin envirnnementale et sciale, de ceux de la RSE ; De la nécessité de vir amélirer la guvernance dans les institutins publiques, privées et de la sciété civile. Synthèse sessin II (Quelques rientatins sur la RSE) A la suite des échanges sur la prblématisatin de la RSE, les participants nt assisté dans la 2e sessin de l atelier, à la présentatin des expériences de mis en œuvre de plitique de RSE. La première expérience partagée est le Partenariat de Dévelppement avec le Secteur Privé (DPP) de la GIZ. Un mécanisme d accmpagnement des entreprises dans la mise en œuvre de leur plitique de RSE. On peut y retenir que ce mécanisme permet sur une durée de 3 ans aux entreprises d être assistées par la GIZ pur la réalisatin de leurs actins de RSE. Des actins s inscrivant dans la durée et intégrants les stratégies cmmerciales u de dévelppements des entreprises. Une durabilité garantie ntamment grâce à l assciatin des puvirs publics dans l élabratin et la cnduite du prjet et de l intérêt de l entreprise à le réaliser. Lrs des échanges qui nt suivi, les participants nt exprimé leur vlnté de vir standardiser et vulgariser ce mdèle ntamment en matière de frmatin des entreprise dans le respect des nrmes de qualité Le représentant de ADDAX PETROLEUM dans sn interventin, à quant à lui prpsé le mdèle de mise en œuvre de RSE pratiqué jusqu ici par cette entreprise. Il s agit en substance d utiliser les ONG lcales cmme intermédiaire entre les ppulatins et l entreprise dans la réalisatin des actins de RSE. Cela à l avantage a- t-il indiqué, de prtéger les entreprises cntre les demandes interminables des ppulatins. Il a été par la suite présenté d exemples réussis de plitique RSE sur l empli et la préférence lcale en Afrique dans le secteur minier à l instar du prjet minier de Nickel-cbalt à Ambtavy à Madagascar u encre du prjet de la mine d Essakane au Burkina-Fas. Il est ntamment apparu que la réussite de ces prjets nt été pssible une fis plus ntamment grâce à l assciatin des l Etat dans leur élabratin et leur mise en œuvre et grâce à la prise en cmpte des plitique RSE en tut début de la cnceptin des prjets. Lrs des échanges qui nt suivi, une interventin de CAM IRON SA sur sa respnsabilité sciétale a permis de mettre en exergue un mdèle similaire de celui présenté précédemment mais cette fis dans le secteur de l explitatin du fer de Mbalam au Camerun. Il en est ressrti que l apprche adptée par cette entreprise, semble plus pertinente car intégrant les aspects RSE dans la cnventin cadre d explitatin. Les participants nt suhaité que ce mdèle jugé «cityen» sit généralisé à d autres prjets du même type. Sur ceux, s est achevée la première jurnée de l atelier autur de 17 H 30.

3 2e jur des travaux Synthèse sessin III (frmulatin des prpsitins pur la mise en œuvre et réflexin sur le standard) Le lendemain, les participants se snt retruvés pur la 2e jurnée de travail avec pur bjectif de rééchir sur le standard de la RSE et de frmuler des prpsitins cncrètes pur sa mise en œuvre efciente au Camerun. Les travaux nt débuté peu après 09 H 30 par la présentatin du standard versin 0 à la suite de laquelle les participants nt fait des bservatins et des suggestins. Craignant que les l armée régulière et les grupes rebelles ne sient rangés sur le même plan, certains représentants des entreprises et des administratins nt suhaité que le 5e pint du principe 5 sit refrmulé en ses termes : «Refus de cllisins avec les grupes armés». Ils nt par ailleurs marqué leurs appréhensins quant à la respectabilité du 2e pint du 4e principe prescrivant le «respect des znes de cnservatins natinales (pas d explratin ni d explitatin)». Ici, la plus grande resserve a été prté sur l énncé «pas d explratin ni d explitatin» inscrit entre parenthèse cmprise cmme une atteinte à la suveraineté des Etats qui devraient être libre de recenser tutes ses richesses du sl et du sus sl et d en dispser en fnctin de l intérêt du pays. Il a enn été suggéré qu un pint sit ajuté au principe 5 prescrivant la publicatin des rapprts extra nanciers avec un reprting RSE quantiable et ppsable à un tiers. Le but ici étant d assurer une chérence entre les engagements du grupe et la liale africaine. Après ces échanges, tris grupes de travail (administratin, entreprise, sciété civile) nt été cnstitués avec pur bjectif d amender le standard 0 et frmuler des prpsitins pur une mise en œuvre efciente du standard RSE au Camerun. Après la restitutin des travaux de chaque grupe et les débats en plénière il a été prpsé ce qu il suit : ENTREPRISES Principe 1 : cncertatin et dévelppement cmmunautaire Réalisatin d'une étude d'impact scial préalable dans le secteur de mine slide Adptin du principe de Cncertatin Libre et Infrmée Préalable (CLIP) dans les relatins avec les cmmunautés lcales Mise en place d'une platefrme d échange Cmmunicatin uverte péridique sur les activités de l entreprise Financement des prjets sciaux générateurs de revenus Principe 2 : respect des drits humain et de la diversité culturelle prmuvir les activités culturelles et investir sur des prjets bénéques aux grupes minritaires Adptin et mise en œuvre des principes dénis dans le standard des Natins Unis des Principes Vlntaires (incmpréhensin) Principe 3 : ptimisatin écnmique et préférence lcale investir dans la frmatin des natinaux et accritre le nmbre d emplis réservés aux natinaux renfrcer le travail en équipe entre les experts qui snt généralement expatrié et les natinaux Accritre le nmbre d emplis qualiés pur les natinaux et assurer l assurance Mise en place une plitique de santé et sécurité au lieu du travail Accrissement du nmbre de cntrats de sus traitances accrdés aux entreprises lcale et mise à niveau des sus traitants

4 S assurer du respect de nrme de qualité requise Principe 4 : respect de l'envirnnement et de la bidiversité faire des habitats critiques et créer et sécuriser les znes à haute valeur de cnservatin Eviter les znes de cnservatins de classe 1 «n g» et mettre en œuvre des mesures atténuatin des impacts du prjet Améliratin de la prtectin des znes de cnservatin et des ppulatins qui en utilisent les ressurces Cntribuer nancièrement à la prtectin des parcs, réserves, sanctuaires Rebiser les znes explitées en respectant les espèces initiales Adptin du principe de réductin des gaz à effet de serre Principe 5 : bnne guvernance s inscrire et participer à l ITIE intégrer les standards RSE dans les cntrats des sus-traitants Prmtin et transmissin des principes du Standard Réginal aux sus-traitants et partenaires Refus d'implicatin dans des activités plitiques Refus d'implicatins avec des grupes armés, étatiques u nn-étatiques Recmmandatins 1. Créatin des départements RSE dans les entreprises 2. «Qualité du prduit» cmme 6e principe 3. Nécessité des mesures initiatives (exnératin des taxes dans les actins RSE: répnses des administratins ca existe déjà) ADMINISTRATIONS TAF : Guider la plitique du RSE ; Déterminer l rgane étatique en charge du RSE. Guide de la plitique RSE PREAMBULE A L ADOPTION DU STANDARD REGIONAL DE RSE Les entreprises divent être en cnfrmité avec les bligatins légales et réglementaires du pays dans lequel elles pèrent en matière de prtectin sciale, envirnnementale et paiement des taxes et impôts, qu il s agisse d bligatins dictées par le régime général u par la signature d une cnventin minière. Principe 1 : Cncertatin et dévelppement cmmunautaire Réalisatin d une étude d impact scial préalable ; Adptin du principe de Cncertatin Libre et Infrmée Préalable (CLIP) dans les relatins avec les cmmunautés lcales ; Mise en place d un cadre de dialgue permanent avec les cmmunautés lcales ;

5 Adptin du principe de transparence sur les activités de l entreprise puvant tucher les cmmunautés lcales et plus largement le pays dans lequel l entreprise exerce ses activités ; Dévelppement sci-écnmique ; Diversicatin écnmique lcale en vue de la créatin de surces de revenus durables. Principe 2 : Respect des drits humains et de la diversité culturelle Respect de la diversité culturelle et des pratiques lcales ; Adptin et mise en œuvre des principes dénis dans le standard des Natins Unies des Principes Vlntaires ; Prise en cmpte de l apprche genre. Principe 3 : Optimisatin écnmique et préférence lcale Empli et frmatin des natinaux ; Transfert de cmpétences et de technlgies ; Garantie de l empli décent, apprt d avantages sciaux cmplémentaires ; Harmnisatin des principes de santé et sécurité au travail avec les nrmes internatinales du BIT ; Garantie de la sécurité sciale des travailleurs ; Prmtin du dialgue scial interne pur des relatins prfessinnelles harmnieuses ; Prmtin de la recnversin prfessinnelle en n d activité ; Empli de la sus-traitance lcale et appui à l adptin de nrmes internatinales adaptées pur les transactins cmmerciales ; Optimisatin de la transfrmatin lcale de la prductin. Principe 4 : Respect de l envirnnement et de la bidiversité Préservatin des espèces spéciques destinées à la pharmacpée et à la cnsmmatin humaine ; Respect des znes de cnservatin cnfrmément aux plitiques et rientatins des autrités publiques natinales et internatinales ; Maintien d un envirnnement sain pur les ppulatins riveraines ; Adaptatin des prgrammes de réhabilitatin avec ptimisatin de la bidiversité lcale ; Adptin du principe de réductin des émissins de gaz à effet de serre. Principe 5 : Bnne guvernance Transparence des paiements effectués à l Etat seln le prcessus ITIE en vigueur dans la régin CEMAC ; Eviter la crruptin et la fraude sus tutes leurs frmes ; Prmtin et transmissin des principes du Standard Réginal aux sus-traitants et partenaires ; Nn ingérence dans des activités plitiques ; Refus de cllusin avec des grupes armés.

6 Organe étatique en charge du RSE Grupe de travail u structure natinale pur cllabrer avec la CEMAC dans le suivi et l évaluatin du standards RSE AVEC COE PARTICIPANTS : ministères ; patrnats, ONG. Autre prpsitin les représentatins nat de la CEMAC purrait juer ce rôle il ne faut pas que cela implique de nuvelle charge. Un mdel du genre busines frum) (besin de crdinatin) Une structure interministérielle devra être créée, sus la crdinatin du Ministère des Mines, de l Industrie et du Dévelppement Technlgique (Administratin en charge de la nrmalisatin) (plus. Cette structure sera chargée de délivrer des certicats (mt très frt) de cnfrmité aux standards RSE. Un manuel-guide cmprtant la matrice des grilles de cnfrmité devra être élabré. Aussi, le cadre légal et réglementaire purra être aménagé de manière à inciter les entreprises à adhérer aux standards RSE. /- (débat sur les participants, le nancement et le rôle) SOCIETE CIVILE Principe 1 : cncertatin et dévelppement cmmunautaire Réalisatin d'une étude d'impact scial préalable lrsque cela ne relève pas des bligatins légales. Adptin du principe de Cncertatin Libre et Infrmée Préalable (CLIP) dans les relatins avec les cmmunautés lcales Mise en place d'un dialgue avec les cmmunautés lcales Adptin du principe de transparence sur les activités de l'entreprise puvant tucher les cmmunautés lcales et plus largement le pays dans lequel l'entreprise exerce ses activités Dévelppement sciécnmique et créatin de surces de revenus Principe 2 : respect des drits humain et de la diversité culturelle Respect de la culturelle et des pratiques lcales (us et cutume) Adptin et mise en œuvre des principes dénis dans le standard des Natins Unis des Principes Vlntaires Principe3 : ptimisatin écnmique et préférence lcale Empli et frmatin de natinaux Transfert de cmpétences et de technlgie Garantie de la qualité de l'empli, apprt d'avantages sciaux cmplémentaires Nrmalisatin des garanties de santé et sécurité au travail avec les standards internatinaux du BIT Empli de la sus-traitance lcale et appui à l'adptin de nrmes internatinales adaptées pur les transactins cmmerciales Optimisatin de la transfrmatin lcale de la prductin Principe 4 : respect de l'envirnnement et de la bidiversité Préservatin des espèces spéciques à la pharmacpée et à la culture lcales Respect des znes de cnservatin natinales Améliratin de la prtectin des znes de cnservatin et des ppulatins qui en utilisent les ressurces

7 Adaptatin des prgrammes de réhabilitatin avec ptimisatin de la bidiversité lcale Respect du principe de réductin des émissins de gaz à effet de serre Principe 5 : bnne guvernance Transparence des paiements effectués à l'état seln le prcessus ITIE en vigueur dans la régin CEMAC Refus de la crruptin et de la fraude sus tutes leurs frmes Prmtin et transmissin des principes du Standard Réginal aux sus-traitants et partenaires Nn implicatin dans des activités plitiques Nn cllisin avec des grupes armés Principe 6 : Respect du principe de reprting (débat) Recmmandatin Mise en place d une platefrme de dialgue et de la cncertatin multi-acteurs (ONG, grupes d intérêt, administratin, élites, leader religieux, élites lcales ) Myens de mise en œuvre Respect des 6 principes Adptin des règles de fnctinnement

POLITIQUE DE COMMUNICATION

POLITIQUE DE COMMUNICATION POLITIQUE DE COMMUNICATION Directin des cmmunicatins Mise à jur : 15 mai 2014 Entrée en vigueur : 13 janvier 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. MISE EN CONTEXTE... 3 2. CHAMPS D APPLICATION... 3 3. FONDEMENTS

Plus en détail

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Ressources Humaines FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Ressources Humaines FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES Fnctin : Chef de Divisin Ressurces Humaines Versin : FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES DÉPARTEMENT : Département Ressurces DIVISION : Divisin Ressurces Humaines SERVICE : / RESPONSABLE HIÉRARCHIQUE

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Consultation expert en investissement participatif

CAHIER DES CHARGES Consultation expert en investissement participatif CAHIER DES CHARGES Cnsultatin expert en investissement participatif Date de publicatin : 06/04/2014 Date de reprt des candidatures : 10/01/2014 à 13h00 Le présent cahier des charges a pur bjet une missin

Plus en détail

MINISTERE DE L EDUCATION. Institut National des Sciences de l Education

MINISTERE DE L EDUCATION. Institut National des Sciences de l Education 1 MINISTERE DE L EDUCATION Institut Natinal des Sciences de l Educatin Prjet de cpératin relatif au dévelppement des stratégies visant à réduire le taux d échecs et d abandns dans l enseignement de base

Plus en détail

Fiche de projet pour les institutions publiques

Fiche de projet pour les institutions publiques Fiche de prjet pur les institutins publiques Infrmatins pratiques Nm de l institutin publique ayant intrduit le prjet: SPF Technlgie de l'infrmatin et de la Cmmunicatin (Fedict). Nm du prjet : egv Mnitr

Plus en détail

Programme Eau, Climat et Développement pour l'afrique. Termes de référence pour le recrutement d un Expert Socio/agro-économiste

Programme Eau, Climat et Développement pour l'afrique. Termes de référence pour le recrutement d un Expert Socio/agro-économiste Prgramme Eau, Climat et Dévelppement pur l'afrique Termes de référence pur le recrutement d un Expert Sci/agr-écnmiste Dans le cadre de l élabratin de l étude sur l intégratin des impacts du changement

Plus en détail

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES - 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES Objectif(s) : Pré requis : Mdalités : Présentatin du tableau de brd, Principes de la remntée des cmptes. Outils de gestin prévisinnelle, d'analyse financière

Plus en détail

Fiche programme Bureau Aquitaine Europe. Le programme Jeunesse en action 2007 2013. Jeunesse

Fiche programme Bureau Aquitaine Europe. Le programme Jeunesse en action 2007 2013. Jeunesse Fiche prgramme Bureau Aquitaine Eurpe Le prgramme Jeunesse en actin 2007 2013 Jeunesse Le prgramme eurpéen Jeunesse en Actin sutient des prjets à but nn lucratif à l intentin de jeunes âgés de 15 à 28

Plus en détail

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 1 ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 2 CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL SOMMAIRE PREAMBULE OBJET DES GROUPES DE TRAVAIL CREATION ET DISSOLUTION

Plus en détail

VERSION au 09 01 2014. Projet du CNOSF pour le sport français. Une ambition : «Passer d une nation de sportifs à une nation sportive»

VERSION au 09 01 2014. Projet du CNOSF pour le sport français. Une ambition : «Passer d une nation de sportifs à une nation sportive» VERSION au 09 01 2014 Prjet du CNOSF pur le sprt français Une ambitin : «Passer d une natin de sprtifs à une natin sprtive» Une clé : «Rénver le mdèle sprtif français» Faire du sprt un élément central

Plus en détail

OUTILS DE FINANCEMENT CITOYENS POUR LES

OUTILS DE FINANCEMENT CITOYENS POUR LES INTERREG ----- OUTILS DE FINANCEMENT CITOYENS POUR LES PROJETS DE DEVELOPPEMENT TERRITORIAL ----- Dépôt début Mars 2013 Validatin Sept 2013 DECEMBRE 2012 1 LE CONTEXTE GENERAL Les entreprises de l Ecnmie

Plus en détail

CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.4: LES SERVICES DE SUPPORT AUX ACTIVITÉS D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE/CRÉATION

CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.4: LES SERVICES DE SUPPORT AUX ACTIVITÉS D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE/CRÉATION CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.4: LES SERVICES DE SUPPORT AUX ACTIVITÉS D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE/CRÉATION SOUS-SECTION 3.4.4: LES SERVICES INFORMATIQUES POLITIQUE RELATIVE

Plus en détail

COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS. Rapport Final. préparé par le

COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS. Rapport Final. préparé par le COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS Rapprt Final préparé par le Cmité Technique de Revue des Titres et Cnventins Miniers de la République de Guinée cncernant la cnstructin et l'explitatin

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES I. ELEMENTS DE CONTEXTE GENERAUX

CAHIER DES CHARGES I. ELEMENTS DE CONTEXTE GENERAUX CAHIER DES CHARGES OBJET : PRESTATION DE CONSEIL EN ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE DANS LE CADRE DE LA RECONFIGURATION DE LA PHARMACIE A USAGE INTERIEUR DE L HOPITAL FOCH I. ELEMENTS DE CONTEXTE GENERAUX

Plus en détail

Développement Durable et Énergies Renouvelables

Développement Durable et Énergies Renouvelables Dévelppement Durable et Énergies Renuvelables Vus êtes artisan, cmmerçant, prfessin libérale, rganisme de lgements sciaux, cllectivité lcale, assciatin, entreprise, agriculteur, prpriétaire de lcaux prfessinnels

Plus en détail

BUSINESS RISK MANAGEMENT

BUSINESS RISK MANAGEMENT BUSINESS RISK MANAGEMENT Démarche générale Méthde FEDICT Quick-Win Date Auteur Versin 24/8/26 A. Huet - A. Staquet V1. Table des matières 1 OBJECTIF DU DOCUMENT...2 2 DÉFINITIONS...2 3 PRINCIPE... 3 4

Plus en détail

B.T.S. MANAGEMENT DES UNITÉS COMMERCIALES

B.T.S. MANAGEMENT DES UNITÉS COMMERCIALES B.T.S. MANAGEMENT DES UNITÉS COMMERCIALES A) CHAMP D'ACTIVITÉ Le titulaire du BTS Management des unités cmmerciales a pur perspective de prendre la respnsabilité de tut u partie d'une unité cmmerciale

Plus en détail

CONSEIL AFRICAIN ET MALGACHE POUR L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR. Pr Bertrand MBATCHI, SG/CAMES

CONSEIL AFRICAIN ET MALGACHE POUR L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR. Pr Bertrand MBATCHI, SG/CAMES CONSEIL AFRICAIN ET MALGACHE POUR L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Pr Bertrand MBATCHI, SG/CAMES Cnférence internatinale DAAD/CAMES/UNESCO, Dakar (Sénégal) 13-15 nvembre 2014 Smmaire I. A prps du CAMES II. Elabratin

Plus en détail

Coefficient 4. L ACRC est validé par le contrôle des compétences suivantes :

Coefficient 4. L ACRC est validé par le contrôle des compétences suivantes : BTS MUC CCF Finalités et bjectifs E5 ANALYSE ET CONDUITE DE LA RELATION COMMERCIALE Cefficient 4 Cette épreuve permet d évaluer les aptitudes du candidat à prendre en respnsabilité des activités curantes

Plus en détail

Années de mise en œuvre : 2011 et 2012 Budget prévu : 250 000 $CAN en 2011 320 000 $CAN en 2012

Années de mise en œuvre : 2011 et 2012 Budget prévu : 250 000 $CAN en 2011 320 000 $CAN en 2012 Surces et stckage de carbne dans les écsystèmes : infrmatins nécessaires en vue de quantifier et de gérer les réductins d émissins de gaz à effet de serre Années de mise en œuvre : 2011 et 2012 Budget

Plus en détail

ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service informatique ou service technique?

ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service informatique ou service technique? ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service infrmatique u service technique? Lrs de la mise en place d un système d infrmatin gégraphique, une questin se pse suvent

Plus en détail

Maison pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer

Maison pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer Maisn pur l Autnmie et l Intégratin des malades d Alzheimer «L enjeu est de mettre fin au désarri des familles qui ne savent à qui s adresser et qui snt perdues dans de nmbreux dispsitifs mal articulés

Plus en détail

Chap 10 : L évaluation et la valorisation du potentiel de l équipe commerciale

Chap 10 : L évaluation et la valorisation du potentiel de l équipe commerciale Chap 10 : L évaluatin et la valrisatin du ptentiel de l équipe cmmerciale I. L évaluatin du ptentiel de l équipe A. Les enjeux de l évaluatin Les enjeux : Pur l évaluateur : Faire le bilan de l année :

Plus en détail

INC Retraite 6 mai 2015. Actualités des Missions Réseau Déléguées

INC Retraite 6 mai 2015. Actualités des Missions Réseau Déléguées INC Retraite 6 mai 2015 Actualités des Missins Réseau Déléguées Enjeux: Les missins réseau déléguées : un nuveau levier pur ptimiser Amélirer la maîtrise des acticités Maintenir la cntinuité de service,

Plus en détail

Chap I : Economie d'entreprises

Chap I : Economie d'entreprises Chap I : Ecnmie d'entreprises Au sens large, le terme entreprise s'utilise pur des prjets uniques mais d'apparence risquée u difficile (par exemple, un grand vyage u une recherche scientifique), car il

Plus en détail

Réunion sur les enjeux agricoles et alimentaires en Afrique de l Ouest :

Réunion sur les enjeux agricoles et alimentaires en Afrique de l Ouest : Initiative cnjinte de la Présidence française de l UE et de la Cmmissin de la CEDEAO Réunin sur les enjeux agricles et alimentaires en Afrique de l Ouest : La plitique agricle réginale de l Afrique de

Plus en détail

Comment s impliquer dans un projet éolien?

Comment s impliquer dans un projet éolien? Cmment s impliquer dans un prjet élien? Implicatin lcale dans l'élien - Attert 1 élien participatif : implicatin des cityens Cmment s impliquer? S infrmer : Le plus en amnt pssible RIP, enquête publique,

Plus en détail

APPEL A PROJETS. «Soutien aux structures d aide à la maturation de projets innovants en vue de la création d entreprises»

APPEL A PROJETS. «Soutien aux structures d aide à la maturation de projets innovants en vue de la création d entreprises» APPEL A PROJETS «Sutien aux structures d aide à la maturatin de prjets innvants en vue de la créatin d entreprises» Date d uverture : 7 mars 2014 Date limite de dépôt : 12 mai 2014 16h00 Validatin des

Plus en détail

Coalition énergie et construction durable

Coalition énergie et construction durable RÉALISATION D UN CONCEPT D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE DANS UN CADRE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POUR LE BÂTIMENT DE MOISSON MONTRÉAL CONCEPT PRÉPARÉ PAR L ENSEMBLE DES PROFESSIONNELS MEMBRES DU COMITÉ EXPERTS

Plus en détail

PRATIQUES D AFFAIRES APPLICABLES AUX TIERS

PRATIQUES D AFFAIRES APPLICABLES AUX TIERS PRATIQUES D AFFAIRES APPLICABLES AUX TIERS Guide d intégrité dans la cnduite des affaires Plitiques glbales Service Éthique & Cnfrmité La relatin de bimérieux avec ses partenaires Chez bimérieux, nus

Plus en détail

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes:

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes: Descriptin de la prpsitin du Canada cncernant l élabratin d une Li type sur les règles de cmpétence et de cnflits de lis en matière de cntrats de cnsmmatin dans le cadre de la CIDIP-VII Dans le cadre de

Plus en détail

Fiche action N 7 : Le logement des personnes défavorisées

Fiche action N 7 : Le logement des personnes défavorisées Prgramme lcal de l habitat de la Cmmunauté de Cmmunes des Pays de Rhône et Ouvèze Fiche actin N 7 : Le lgement des persnnes défavrisées ENJEUX - Fluidifier les parcurs résidentiels des persnnes défavrisées

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville «quartiers, engageons le changement»

Réforme de la politique de la ville «quartiers, engageons le changement» Réfrme de la plitique de la ville «quartiers, engagens le changement» Prpsitins pur une plitique glbale et ambitieuse de slidarité territriale - Janvier 2013 - Page 1 Analyse cntextuelle C est dans les

Plus en détail

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Plans d actin et cntrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Dès la décuverte de la fraude en janvier 2008, Sciété Générale a immédiatement

Plus en détail

Lutter contre la précarité sur le marché du travail

Lutter contre la précarité sur le marché du travail Sécurisatin de l empli Dcument de travail pur la 2 ème séance de négciatin du 12 ctbre Lutter cntre la précarité sur le marché du travail Il existe déjà beaucup de flexibilité en France, et à côté des

Plus en détail

Dossier de Presse. 1 ier guide Interactif pour créateurs et entrepreneurs

Dossier de Presse. 1 ier guide Interactif pour créateurs et entrepreneurs Dssier de Presse 1 ier guide Interactif pur créateurs et entrepreneurs «Une applicatin innvante accmpagnée par les leaders du marché» www.e-parcurs.fr (Micrsft, Gan Assurances, Cegid, Accr Services France,

Plus en détail

Terrain de jeu Analogie au sport professionnel

Terrain de jeu Analogie au sport professionnel Terrain de jeu Analgie au sprt prfessinnel USO : US Oynnax Rugby : management dans le sprt Le 9 décembre 2009, Olivier Nier, entraîneur de l USO, Pr D2 de rugby, réalisait dans le cadre d une cnférence

Plus en détail

-------oooooo------- CADRE DES TERMES DE REFERENCE POUR LES PROPOSITIONS DE CHAQUE VILLE

-------oooooo------- CADRE DES TERMES DE REFERENCE POUR LES PROPOSITIONS DE CHAQUE VILLE PROJET DE GESTION ECOLOGIQUEMENT RATIONNELLE DES DECHETS MUNICIPAUX ET DANGEREUX POUR REDUIRE LES EMISSIONS DE POLLUANTS ORGANIQUES PERSISTANTS NON INTENTIONNELS -------------- CADRE DES TERMES DE REFERENCE

Plus en détail

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Plans d actin et cntrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Dès la décuverte de la fraude en janvier 2008, Sciété Générale a immédiatement

Plus en détail

DSP compétences professionnelles région NPC Groupe de travail n 1

DSP compétences professionnelles région NPC Groupe de travail n 1 DSP cmpétences prfessinnelles régin NPC Grupe de travail n 1 Identificatin des mdalités de mise en œuvre pératinnelle par les pérateurs futurs délégataires Questin : Eléments de répnse Exemples : 2 Faciliter

Plus en détail

ANIMATION D UNE SESSION DE FORMATION INTER

ANIMATION D UNE SESSION DE FORMATION INTER Sessin Interentreprises «Cnstruire et négcier l accrd d entreprise Frmatin & GPEC» - suite Réfrme FPC 5 mars ANIMATION D UNE SESSION DE FORMATION INTER «METTRE EN PLACE UN ACCORD D'ENTREPRISE FORMATION/COMPETENCES»

Plus en détail

2 ) LA RESIDENCE URBAINE DE FRANCE

2 ) LA RESIDENCE URBAINE DE FRANCE CHARTE de REFERENCEMENT Bureaux d études techniques Sciétés et adresses : IMMOBILIERE 3F : 159, rue Natinale 75638 Paris Cedex 13 RSF : 3, allée de la Seine 94200 Ivry sur Seine RUF : 32 curs du Danube

Plus en détail

Référentiels : Norme NF EN ISO 9001 Norme NF EN ISO 14001 Norme NF EN ISO 26000 Annexe 15 PEFC. CD/MQ/001-16 Modifié le 30/03/2015 1 /18

Référentiels : Norme NF EN ISO 9001 Norme NF EN ISO 14001 Norme NF EN ISO 26000 Annexe 15 PEFC. CD/MQ/001-16 Modifié le 30/03/2015 1 /18 2 0 1 5 Référentiels : Nrme NF EN ISO 9001 Nrme NF EN ISO 14001 Nrme NF EN ISO 26000 Annexe 15 PEFC Mdifié le 30/03/2015 1 /18 UN MANUEL QUALITE ENVIRONNEMENT : Qu est-ce? Le manuel qualité envirnnement

Plus en détail

- culture - tourisme - sport - actions sociales

- culture - tourisme - sport - actions sociales NOTICE de demande de subventin - culture - turisme - sprt - actins sciales Le dssier de demande de subventin a été créé dans le but d harmniser les subventins accrdées par la COMPA (Cmmunauté de Cmmunes

Plus en détail

Division des Statistiques du Commerce Extérieur

Division des Statistiques du Commerce Extérieur Fnctin : Chef de Service Statistiques des Imprtatins Versin : FONCTION : CHEF DE SERVICE STATISTIQUES DES IMPORTATIONS DEPARTEMENT : DIVISION : SERVICE : RESPONSABLE HIERARCHIQUE : RESPONSABLE FONCTIONNEL

Plus en détail

IDENTIFICATION DU POSTE. N de l emploi : Contractuel. Intitulé du poste : Chargé de mission FC

IDENTIFICATION DU POSTE. N de l emploi : Contractuel. Intitulé du poste : Chargé de mission FC DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES 34, Avenue Carnt - B.P. 185-63006 CLERMONT-FERRAND CEDEX 1 FICHE DE POSTE IDENTIFICATION DU POSTE N de l empli : Cntractuel Intitulé du pste : Chargé de missin FC FILIERE

Plus en détail

CHARTE DE QUALITE DE LA PROFESSION DE PRESTATAIRE DE DISPOSITIFS MEDICAUX

CHARTE DE QUALITE DE LA PROFESSION DE PRESTATAIRE DE DISPOSITIFS MEDICAUX CHARTE DE QUALITE DE LA PROFESSION DE PRESTATAIRE DE DISPOSITIFS MEDICAUX PREAMBULE La présente charte a pur bjectif d'expser les principes essentiels devant dicter la cnduite prfessinnelle des furnisseurs

Plus en détail

RENOUVELLEMENT DU BUREAU D'ÉCOLO J APPEL À CANDIDATURES

RENOUVELLEMENT DU BUREAU D'ÉCOLO J APPEL À CANDIDATURES RENOUVELLEMENT DU BUREAU D'ÉCOLO J APPEL À CANDIDATURES Le Kern et une partie des membres du bureau d écl j arrivent à la fin de leur mandat de 2 ans. Nus smmes dnc à la recherche d une nuvelle équipe,

Plus en détail

Questionnaire aux Scop de la communication préalablement au Congrès des 10 et 11 avril 2014

Questionnaire aux Scop de la communication préalablement au Congrès des 10 et 11 avril 2014 Questinnaire aux Scp de la cmmunicatin préalablement au Cngrès des 10 et 11 avril 2014 Le 5 nvembre 2013, la fédératin des Scp de la cmmunicatin a demandé par curriel aux cpératives adhérentes de remplir

Plus en détail

Contrat de gestion du FOREM

Contrat de gestion du FOREM Cntrat de gestin du FOREM 2011-2016 TABLE DES MATIÈRES Identificatin des Parties... 5 Préambule... 5 TITRE I Dispsitins générales... 7 Article 1. Définitins... 7 Article 2. Objet du Cntrat... 10 Article

Plus en détail

Le dispositif de qualification OPQIBI pour les audits énergétiques (réglementaires)

Le dispositif de qualification OPQIBI pour les audits énergétiques (réglementaires) Le dispsitif de qualificatin OPQIBI pur les audits énergétiques (réglementaires) (01/12/14) 1. Rappel du cntexte réglementaire Depuis le 1 er juillet 2014, cnfrmément à la Li n 2013-619 du 16 juillet 2013

Plus en détail

MISSIONS COMMERCIALES

MISSIONS COMMERCIALES DEVELOPPEMENT ET OBJECTIFS MISSIONS COMMERCIALES Prcédure et bjectifs Le but d'une missin cmmerciale est de distribuer et prmuvir les prduits u services d'une entreprise. Les démarches à suivre snt les

Plus en détail

Consultation : Soutien à la réalisation du plan de communication du Pôle PASS

Consultation : Soutien à la réalisation du plan de communication du Pôle PASS Cnsultatin : Sutien à la réalisatin du plan de cmmunicatin du Pôle PASS Page 1 1 > INTRODUCTION 1.1 > PRESENTATION DES ACTEURS Le Pôle de cmpétitivité Parfums Arômes Senteurs Saveurs (PASS) représente

Plus en détail

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale T1 1999 T4 1999 T3 2000 T2 2001 T1 2002 T4 2002 T3 2003 T2 2004 T1 2005 T4 2005 T3 2006 T2 2007 T1 2008 T4 2008 T3 2009 T2 2010 T1 2011 T4 2011 T3 2012 T2 2013 Accmpagner le muvement de désintermédiatin

Plus en détail

Jeux d argent : l apport de l autodiscipline

Jeux d argent : l apport de l autodiscipline Jeux d argent : l apprt de l autdiscipline Le secteur des jeux de hasard et d argent se dte de règles déntlgiques par sa publicité EN RESUME Les annnceurs du secteur des jeux de hasard et d argent nt suhaité

Plus en détail

L avenir du Conseil économique et social local

L avenir du Conseil économique et social local MAIRIE DE BOULOGNE BILLANCOURT CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL LOCAL AVIS ET RAPPORTS Assemblée Générale 7 février 2012 L avenir du Cnseil écnmique et scial lcal Avis présenté par Arnaud Jutier Grupe de travail

Plus en détail

RÈGLEMENT DE PARTICIPATION DES BOURSES "COOPÉRATIVES CITOYENNES"

RÈGLEMENT DE PARTICIPATION DES BOURSES COOPÉRATIVES CITOYENNES RÈGLEMENT DE PARTICIPATION DES BOURSES "COOPÉRATIVES CITOYENNES" L'Agence pur l'entreprise et l'innvatin (AEI) met en œuvre un nuveau dispsitif de sutien aux prjets de cpératives cityennes. Dès septembre

Plus en détail

Diagnostic et enjeux de la formation initiale des enseignants: le point de vue des acteurs

Diagnostic et enjeux de la formation initiale des enseignants: le point de vue des acteurs QuickTime et un décmpresseur snt requis pur visinner cette image. Diagnstic et enjeux de la frmatin initiale des enseignants: le pint de vue des acteurs 1 Plan de la présentatin 1 - Objectifs et méthde

Plus en détail

CONDITIONS CLÉS À REMPLIR : règlement définitif sur les contrôles préventifs de l alimentation humaine Aperçu

CONDITIONS CLÉS À REMPLIR : règlement définitif sur les contrôles préventifs de l alimentation humaine Aperçu La FDA ffre cette traductin à titre de service pur l audience internatinale. Nus espérns que cette traductin vus sera utile. En dépit des effrts furnis par l Administratin pur que la traductin sit la plus

Plus en détail

Qualité et équité de l éducation biculturelle du département de Puno Pérou

Qualité et équité de l éducation biculturelle du département de Puno Pérou Qualité et équité de l éducatin biculturelle du département de Pun Péru 1. Lcalisatin Le prjet se dérule dans les villes de Pun et Azangar, sur les rives du lac Titicaca, dans le département de Pun, au

Plus en détail

Communication pour le changement social

Communication pour le changement social INFORMATION TECHNIQUE ESSENTIELLE ASSISTANCE POUR TECHNIQUE L ELABORATION DES PROPOSITIONS Cmmunicatin pur le changement scial La cmmunicatin est un élément essentiel des effrts de préventin, de traitement

Plus en détail

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request For Information)

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request For Information) DOD-CENTER RFI Demande d infrmatin ESOP Réf. : RFI_ESOP_DemandeInfrmatin.dcx Page 1/6 DEMANDE D INFORMATION RFI (Request Fr Infrmatin) RFI20120001 SOMMAIRE 1. OBJET DE LA DEMANDE D INFORMATION... 3 1.1.

Plus en détail

Parc urs. Séminaire d accueil (0,5 jour) Gestion des organisations. Management et communication. Gestion de production. Amélioration continue QSE

Parc urs. Séminaire d accueil (0,5 jour) Gestion des organisations. Management et communication. Gestion de production. Amélioration continue QSE MANAGER INTERMEDIAIRE GESTION DE PROJET GESTION DES ORGANISATIONS RH ET DROIT SOCIAL QSE MANAGEMENT ET COMMUNICATION AMELIORATION CONTINUE GESTION DE PRODUCTION Séminaire d accueil (0,5 jur) Gestin des

Plus en détail

SAP Financial Innovation Day 18 Mars 2014 Genève Amélioration du Planning financier : un processus simplifié pour une meilleure qualité de données

SAP Financial Innovation Day 18 Mars 2014 Genève Amélioration du Planning financier : un processus simplifié pour une meilleure qualité de données SAP Financial Innvatin Day 18 Mars 2014 Genève Améliratin du Planning financier : un prcessus simplifié pur une meilleure qualité de dnnées Orange Cmmunicatins SA Smmaire Présentatin des sciétés Prblématique

Plus en détail

Projets petite enfance enfance

Projets petite enfance enfance 17/5/10 Réunin petite enfance éléments préparatires page 1/5 Prjets petite enfance enfance Cmité de suivi schéma fil d échanges : Rappel des champs relatifs à la préparatin du Cntrat Enfance Jeunesse (CEJ)

Plus en détail

Il y a du nouveau dans les lois anticorruption - Aspects pratiques

Il y a du nouveau dans les lois anticorruption - Aspects pratiques Il y a du nuveau dans les lis anticrruptin - Aspects pratiques Ordre des Avcats de Paris Cmmissin Paris - New Yrk Avec le sutien de : Assciatin Internatinale des Jeunes Avcats Cmmissins Drit Pénal Internatinal

Plus en détail

ÉCONOMIE SOCIALE ET POLITIQUES PUBLIQUES : LE CAS DU QUÉBEC

ÉCONOMIE SOCIALE ET POLITIQUES PUBLIQUES : LE CAS DU QUÉBEC ÉCONOMIE SOCIALE ET POLITIQUES PUBLIQUES : LE CAS DU QUÉBEC Marguerite Mendell, Université Cncrdia Nancy Neamtan, Chantier de l écnmie sciale Intrductin Au Québec, au curs de la dernière décennie, le muvement

Plus en détail

COMMUNICATION SUR LE PROGRES 2015. A2A Ingénierie

COMMUNICATION SUR LE PROGRES 2015. A2A Ingénierie COMMUNICATION SUR LE PROGRES 2015 A2A Ingénierie 1 P a g e Nanterre, le 23 mars 2015 Renuvellement de l engagement d A2A Ingénierie au Pacte Mndial Hnrable Secrétaire Général, Nus smmes heureux de vus

Plus en détail

LA FONCTION ET SON CONTEXTE

LA FONCTION ET SON CONTEXTE Prfil de fnctin : Analyste-prgrammeur LA FONCTION ET SON CONTEXTE Intitulé de la fnctin Analyste-prgrammeur Grade : analyste-prgrammeur Rang : 100/4i Département auquel se rattache la fnctin : Dévelppement

Plus en détail

COMMENT OPTIMISER LA CONTRIBUTION DES PETITS ENTREPRENEURS PRIVÉS POUR AMÉLIORER L ACCÈS À L ASSAINISSEMENT DANS LES VILLES DES PAYS EN DÉVELOPPEMENT

COMMENT OPTIMISER LA CONTRIBUTION DES PETITS ENTREPRENEURS PRIVÉS POUR AMÉLIORER L ACCÈS À L ASSAINISSEMENT DANS LES VILLES DES PAYS EN DÉVELOPPEMENT COMMENT OPTIMISER LA CONTRIBUTION DES PETITS ENTREPRENEURS PRIVÉS POUR AMÉLIORER L ACCÈS À L ASSAINISSEMENT DANS LES VILLES DES PAYS EN DÉVELOPPEMENT 1 au 3 février 2012 Tchnda Tetuehaki Chargé des bues

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE A LA SECURITE DE L INFORMATION

POLITIQUE RELATIVE A LA SECURITE DE L INFORMATION POLITIQUE RELATIVE A LA SECURITE DE L INFORMATION DIRECTION SYSTÈMES TECHNOLOGIQUES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ADOPTÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE 12 DÉCEMBRE 2014 PAR VOIE DE RÉSOLUTION NO 14

Plus en détail

Colloque 07-05-2015 Rapport de l'atelier 1

Colloque 07-05-2015 Rapport de l'atelier 1 Cllque 07-05-2015 Rapprt de l'atelier 1 P.1 MON PLAN D'URGENCE COMMUNAL: À QUEL NIVEAU EN EST-IL ET COMMENT CONCRÈTEMENT LE FAIRE AVANCER? QUESTION 1: COMMENT ÉTABLIR UN ÉTAT DES LIEUX DE MON PLAN D URGENCE

Plus en détail

SIXIÈME FORUM MONDIAL SUR LA RÉGULATION DE L'ÉNERGIE (WFER VI) 25-27 Mai 2015 à Istanbul, Turquie. El Hadj Ibrahima THIAM Président de l ARREC

SIXIÈME FORUM MONDIAL SUR LA RÉGULATION DE L'ÉNERGIE (WFER VI) 25-27 Mai 2015 à Istanbul, Turquie. El Hadj Ibrahima THIAM Président de l ARREC ACCÈS UNIVERSEL À L ÉNERGIE EN AFRIQUE DE L OUEST : Rôle de la cpératin réglementaire El Hadj Ibrahima THIAM Président de l ARREC MAI 2015 1 La CEDEAO Cmmunauté Ecnmique Des Etats de l Afrique de l Ouest

Plus en détail

Centre de santé René-Laborie Audiens

Centre de santé René-Laborie Audiens Centre de santé René-Labrie Audiens CAHIER DES CHARGES Mise en œuvre d un nuveau cncept Cahier des charges : Mise en œuvre d un nuveau cncept Smmaire 1 Cntexte 3 2 Descriptin de l existant 3 Descriptin

Plus en détail

Logisticien Responsable Construction H/F Guinée Conakry

Logisticien Responsable Construction H/F Guinée Conakry C Lgisticien Respnsable Cnstructin H/F Guinée Cnakry L ASSOCIATION ALIMA The Alliance fr Internatinal Medical Actin (ALIMA) est une rganisatin médicale internatinale, fndée en 2009. ALIMA a pur bjectif

Plus en détail

CANEVAS DE PRÉSENTATION D UN PROJET GEF Small Grants Programme Cameroun

CANEVAS DE PRÉSENTATION D UN PROJET GEF Small Grants Programme Cameroun CANEVAS DE PRÉSENTATION D UN PROJET GEF Small Grants Prgramme Camerun 1 GEF Small Grants Prgramme Prgramme de Micrfinancements du Fnds pur l Envirnnement Mndial PMF/FEM CANEVAS DE PRÉSENTATION D UN PROJET

Plus en détail

ALL Arts, Lettres, Langues. Information Communication Culture

ALL Arts, Lettres, Langues. Information Communication Culture Niveau : MASTER année Dmaine : Mentin : ALL Arts, Lettres, Langues Infrmatin Cmmunicatin Culture M2 Spécialité : Master 2 Recherche, «Cmmunicatin et médiatins» 120 ES Vlume hraire étudiant : 100 h 38 h

Plus en détail

Formation Référencement / SEO e-commerce

Formation Référencement / SEO e-commerce Page 1 sur 5 28 bd Pissnnière 75009 Paris T. +33 (0) 1 45 63 19 89 cntact@ecmmerce-academy.fr http://www.ecmmerce-academy.fr/ Frmatin Référencement / SEO e-cmmerce Optimisez et amélirer vtre visibilité

Plus en détail

CONVENTION DEPARTEMENTALE POUR LA LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLEGAL DANS LE SECTEUR DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS DU DEPARTEMENT DE L ARDÈCHE

CONVENTION DEPARTEMENTALE POUR LA LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLEGAL DANS LE SECTEUR DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS DU DEPARTEMENT DE L ARDÈCHE CONVENTION DEPARTEMENTALE POUR LA LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLEGAL DANS LE SECTEUR DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS DU DEPARTEMENT DE L ARDÈCHE Le Préfet de l Ardèche, Le Prcureur de la République près

Plus en détail

Manuel des coordonnateurs sur la protection de l enfant en situation d urgence GROUPE DE TRAVAIL SUR LA PROTECTION DE L ENFANT

Manuel des coordonnateurs sur la protection de l enfant en situation d urgence GROUPE DE TRAVAIL SUR LA PROTECTION DE L ENFANT Manuel des crdnnateurs sur la prtectin de l enfant en situatin d urgence GROUPE DE TRAVAIL SUR LA PROTECTION DE L ENFANT 2011 Manuel des crdnnateurs sur la prtectin de l enfant en situatin d urgence PRÉFACE

Plus en détail

Consultant Informatique, Monétique et Retail

Consultant Informatique, Monétique et Retail Cnsultant Infrmatique, Mnétique et Retail Marcel GOURLAY Le Pré Jan 35360 BOISGERVILLY 02 99 06 56 52 06 75 61 47 70 Marcel.gurlay@range.fr Mes capacités à travailler en équipe u en autnmie, une bnne faculté

Plus en détail

Accueil des personnes âgées en clinique privée : Agir pour la santé des plus âgés

Accueil des personnes âgées en clinique privée : Agir pour la santé des plus âgés La santé en actins Accueil des persnnes âgées en clinique privée : Agir pur la santé des plus âgés Ce n est un secret pur persnne, le vieillissement de la ppulatin Française s accélère. Si 1 Français sur

Plus en détail

DANS LE CADRE DE L ENTENTE SPÉCIFIQUE POUR LA CONSOLIDATION ET LE DÉVELOPPEMENT DES ENTREPRISES D ÉCONOMIE SOCIALE DU CENTRE-DU-QUÉBEC

DANS LE CADRE DE L ENTENTE SPÉCIFIQUE POUR LA CONSOLIDATION ET LE DÉVELOPPEMENT DES ENTREPRISES D ÉCONOMIE SOCIALE DU CENTRE-DU-QUÉBEC AVIS ET RECOMMANDATIONS DANS LE CADRE DE L ENTENTE SPÉCIFIQUE POUR LA CONSOLIDATION ET LE DÉVELOPPEMENT DES ENTREPRISES D ÉCONOMIE SOCIALE DU CENTRE-DU-QUÉBEC Le COMITÉ RÉGIONAL D ÉCONOMIE SOCIALE DU CENTRE-DU-QUÉBEC

Plus en détail

Charte de l Association Suisse de Portage des Bébés (ASPB)

Charte de l Association Suisse de Portage des Bébés (ASPB) Charte de l Assciatin Suisse de Prtage des Bébés (ASPB) 1. Rôle et missin L ASPB est une assciatin à but nn lucratif et indépendante de tutes marques,qui suhaite prmuvir un prtage respectueux du dévelppement

Plus en détail

Données macroéconomiques. Brève description du Burundi.

Données macroéconomiques. Brève description du Burundi. 1 Brève descriptin du Burundi. Le Burundi est situé dans la régin des Grands Lacs dans la zne intertrpicale entre l équateur et le trpique du capricrne.il est limité par la Tanzanie au sud et à l est,

Plus en détail

FOCUS : LES SYSTÈMES D INFORMATION

FOCUS : LES SYSTÈMES D INFORMATION Une autre apprche pur un enjeu stratégique Les systèmes d infrmatin, qui innervent l entreprise et qui impactent de manière sensible sn fnctinnement, cnstituent encre suvent un dmaine «réservé aux experts»,

Plus en détail

Appel à projets 2015. Gestion et animation des Cyber-bases de l agglomération TPM

Appel à projets 2015. Gestion et animation des Cyber-bases de l agglomération TPM Appel à prjets 2015 Gestin et animatin des Cyber-bases de l agglmératin TPM Cntexte La Cmmunauté d Agglmératin Tuln Prvence Méditerranée a délibéré le 16 décembre 2004 pur apprter sn sutien «aux actins

Plus en détail

Démarche d'observation de la société de l'information en région Provence Alpes Côte d'azur. Atelier thématique n 1 :

Démarche d'observation de la société de l'information en région Provence Alpes Côte d'azur. Atelier thématique n 1 : Observatire Réginal de la sciété de l infrmatin Démarche d'bservatin de la sciété de l'infrmatin en régin Prvence Alpes Côte d'azur Atelier thématique n 1 : Les PME de la Régin Prvence-Alpes-Côte d'azur

Plus en détail

BIEN CHOISIR SON CA. En appliquant les règles que vous propose l Ordre des comptables agréés du Québec, vous gagnerez sur trois plans :

BIEN CHOISIR SON CA. En appliquant les règles que vous propose l Ordre des comptables agréés du Québec, vous gagnerez sur trois plans : BIEN CHOISIR SON CA PROCÉDURE PROPOSÉE AUX DEMANDEURS DE SERVICES POUR LES APPELS D OFFRES DE SERVICES AUPRÈS DE COMPTABLES AGRÉÉS Il est de plus en plus curant dans le mnde des affaires de prcéder à des

Plus en détail

PLAN STRATEGIQUE DE MISE EN OEUVRE D UN CENTRE CLIMATOLOGIQUE RÉGIONAL EN AFRIQUE CENTRALE

PLAN STRATEGIQUE DE MISE EN OEUVRE D UN CENTRE CLIMATOLOGIQUE RÉGIONAL EN AFRIQUE CENTRALE AMCOMET-3/Dc. 6 14 février 2015 APPROUVÉE PLAN STRATEGIQUE DE MISE EN OEUVRE D UN CENTRE CLIMATOLOGIQUE RÉGIONAL EN AFRIQUE CENTRALE Cnférence ministérielle africaine sur la métérlgie (AMCOMET) Table des

Plus en détail

LA GESTION DES RISQUES DANS LE RÉSEAU

LA GESTION DES RISQUES DANS LE RÉSEAU LA GESTION DES RISQUES DANS LE RÉSEAU DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX Présenté dans le cadre du prgramme QUEOPS-I du département d administratin de la santé de l Université de Mntréal Dcument préparé

Plus en détail

Projet «Pour une Europe sociale, apprenons la MOC»

Projet «Pour une Europe sociale, apprenons la MOC» Prjet «Pur une Eurpe sciale, apprenns la MOC» Synthèse des échanges du cllectif cityen Plusieurs réunins nt eu lieu, entre juillet 2009 et juin 2010 en régin Nrd Pas de Calais, autur du prjet «Pur une

Plus en détail

01/07/2013, : MPKIG016,

01/07/2013, : MPKIG016, 1. OBJET DES CGU Les présentes CGU nt pur bjet de préciser le cntenu et les mdalités d utilisatin des Certificats de signature délivrés par l AC «ALMERYS USER SIGNING CA NB» d Almerys ainsi que les engagements

Plus en détail

Faites partie des entreprises qui co-construisent les leviers des modèles durables pour réussir leur mutation

Faites partie des entreprises qui co-construisent les leviers des modèles durables pour réussir leur mutation A l attentin des directins Dévelppement Durable & RSE, directins financières et directins juridiques des entreprises Institut RSE prpse de vus asscier à 3 chantiers d innvatins & de management RSE Faites

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL D ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE APPEL D OFFRES

CONSEIL NATIONAL D ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE APPEL D OFFRES Cnseil Natinal d Évaluatins de la Frmatin Prfessinnelle CONSEIL NATIONAL D ÉVALUATIONS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE APPEL D OFFRES ÉVALUATION DES PRATIQUES D INGENIERIE DE FORMATION EN ENTREPRISE ET

Plus en détail

1 M-02 Le matériel de transport

1 M-02 Le matériel de transport 1 Objectif Ce qu il faut retenir Cette fiche décrit les cntraintes qui prtent sur le matériel rulant pur les transprts, qu il s agisse des véhicules prpres aux établissements u des véhicules utilisés par

Plus en détail

Evaluation d impact: Passer des promesses à l acte

Evaluation d impact: Passer des promesses à l acte Evaluatin d impact: Passer des prmesses à l acte Fnds Natinal pur la Prmtin de la Jeunesse (FNPJ) au Senegal Le cas des Tut Petits Credits (TPC) Cheikh Diaw, Aminata Diuf, Drew Gardiner, Antine Legrand,

Plus en détail

DIRECTION DES PROJETS ET DE L ACCOMPAGNEMENT AU DEVELOPPEMENT DES ENTREPRISES JuiLLET 2015 TITRE DE L ACTION :

DIRECTION DES PROJETS ET DE L ACCOMPAGNEMENT AU DEVELOPPEMENT DES ENTREPRISES JuiLLET 2015 TITRE DE L ACTION : PROJET DE GESTION LOCATIVE de bureaux a usage prfessinnel DE LA MAISON DE L ENTREPRISE DIRECTION DES PROJETS ET DE L ACCOMPAGNEMENT AU DEVELOPPEMENT DES ENTREPRISES JuiLLET 2015 TITRE DE L ACTION : «EXPLOITATION

Plus en détail

Formulaire d'inscription aux Services Marchand Skrill

Formulaire d'inscription aux Services Marchand Skrill Frmulaire d'inscriptin aux Services Marchand Skrill Le frmulaire d'inscriptin aux services Marchand Skrill (l'«inscriptin») dit être signé par le Marchand u pur sn cmpte. Très imprtant : le Marchand dit

Plus en détail