Commune de Nieppe. Audit de début de mandat Présentation dans le cadre du conseil municipal 26/11/2014. Jacques Dufour - associé

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Commune de Nieppe. Audit de début de mandat Présentation dans le cadre du conseil municipal 26/11/2014. Jacques Dufour - associé"

Transcription

1 Commune de Nieppe Audit de début de mandat Présentation dans le cadre du conseil municipal 26/11/2014 Jacques Dufour - associé Aurélie Serrano Maxime Gallet

2 Objet de la mission La ville de Nieppe a confié à KPMG SA un diagnostic comptable et financier ainsi qu un audit des risques. Le présent rapport a pour objet de présenter les premiers résultats de cette analyse. L analyse porte sur le diagnostic financier rétrospectif sur 5 ans ainsi que l analyse des risques de la commune. Une étude comparative avec les villes de Bois Grenier, La Chapelle d Armentières, Estaires et Houplines a été réalisée constituant l EPCI de référence. 2

3 Analyse de la situation financière de la ville

4 Qu implique une analyse financière rétrospective? L analyse financière est fondée sur les opérations réelles (encaissements et décaissements effectifs) retracées au sein des comptes administratifs du budget général ainsi que sur la budget annexe restauration collective. Le budget annexe du CCAS n a pas été étudié au regard de son caractère non significatif. Sans avoir procédé à la validation des sommes enregistrées et à la mise en œuvre de ces principes, nous avons pu contrôler la bonne application des principes budgétaires et comptables applicables aux documents fournis par la ville de Nieppe : Application duplan comptable M14 ; Application de l amortissement selon les durées conformes aux préconisations de la nomenclature comptable (vérification des annexes du CA) ; Le respect de la maquette et des annexes budgétaires détaillées. Plusieurs réserves sont émises quant à : L application du principe de rattachement des charges et produits, ainsi que des créances et dettes à l exercice de naissance de l obligation. La réciprocité entre les comptes administratifs et les comptes de gestion. La reprise des subventions d investissements proportionnellement aux dotations aux amortissements. 4

5 Les points de vigilance Comment apprécier l équilibre budgétaire? Quels sont les indicateurs financiers à étudier? La capacité de la collectivité à dégager structurellement sur son fonctionnement de quoi rembourser sa dette et autofinancer ses dépenses d équipement. Les soldes intermédiaires de gestion de la commune sont analysés en fonction de la nature des opérations de fonctionnement (courantes, liées au patrimoine, exceptionnelles). Son niveau d endettement qui sera apprécié à deux niveaux : À partir du rapport entre son encours de dette et sa capacité d autofinancement : il s agit du ratio de désendettement représentatif du nombre d années nécessaires au remboursement de la dette en affectant la totalité du solde des opérations réelles de fonctionnement de l année (la capacité d autofinancement ou CAF). À partir du poids du remboursement des emprunts sur ses soldes de gestion. La capacité d autofinancement nette permet d étudier le solde spécifique net du service de la dette. Bien entendu, les ressources propres de la commune (hors subventions affectées à des équipements) doivent couvrir le remboursement de la dette KPMG S.A., société anonyme d expertise comptable et de commissariat aux comptes, membre français du réseau KPMG constitué de cabinets indépendants adhérents de KPMG International Cooperative ( KPMG International ), une entité de droit suisse. Tous droits réservés. Imprimé en France. Le nom KPMG, le logo et cutting through complexity sont des marques déposées ou des marques de KPMG International. Document de travail 5

6 Les soldes intermédiaires de gestion Décomposition de la constitution de l épargne Ressources courantes (fiscalité, DGF, redevances des services ) Dépenses courantes (charges à caractère générale, personnel, subventions ) Ce qu il faut apprécier Excédent brut de gestion (EBG)? Epargne disponible après les opérations courantes de fonctionnement Produits exceptionnels Charges exceptionnelles Produits financiers Capacité d autofinancement brute Charges financières? Epargne disponible après prise en compte du solde des opérations exceptionnelles et financières pour rembourser la dette et financer les équipements Capacité d autofinancement nette Remboursement capital de la dette? Epargne disponible après prise en compte du remboursement du capital de la dette pour financer les investissements 6

7 Capacité d autofinancement Une CAF nette qui diminue sur la période En euros Taux d'évolution moyen (%) / Total Recettes budgétaires non financières et non exceptionnelles ,8% - Dépenses budgétaires non financières et non exceptionnelles ,2% Excédent brut de fonctionnement (EBF) ,1% Charges financières Produits financiers Résultat financier Charges exceptionnelles dont dotations aux provisions (cpte 67) Produits exceptionnels hors produit des cessions d'immobilisation (cpte 775) dont reprises de provisions (cpte 7815) Résultat exceptionnel Epargne brute (ou CAF brute) ,4% - Remboursement du capital Epargne nette (ou CAF nette) ,5% Rappel : La détermination du niveau de l épargne brute (autofinancement) vise à analyser la capacité de la ville de Nieppe à dégager des «marges de manœuvre» sur sa section de fonctionnement, afin de rembourser le capital de la dette et autofinancer tout ou partie de ses investissements. L épargne brute ou CAF brute n est jamais inférieure à 600 K sur la période auditée. Nous constatons néanmoins une diminution de 46 % entre 2011 et Cette diminution est justifiée par la diminution de l EBF de 29 % entre 2011 et 2013 couplée à l augmentation des charges financières justifiée par les investissements significatifs de La CAF nette diminue de - 69 % sur la période Cette diminution trouve sa justification dans la hausse des remboursements en capital sur l exercice 2013 (+ 119 K ) liée à des investissements significatifs sur 2013 pour K. La CAF brute sur la période rapportée à l habitant est plus faible comparée aux communes de même strate et à la moyenne des communes de l EPCI. Celles-ci s élève à : 124 /hab en moyenne sur la période pour la commune de Nieppe 170 /hab. en moyenne pour les communes de la strate. 140 /hab pour les communes de l EPCI de référence 7

8 Les recettes de fonctionnement

9 Focus sur l évolution des produits de fonctionnement Evolution globale des recettes réelles Euros Evol. Moy PRODUITS DES SERVICES PRODUIT FISCAL DIRECT FISCALITE REVERSEE COMPENSATIONS FISCALES AUTRES RECETTES FISCALES FPIC DOTATION GLOBALE DE FONCTIONNEMENT AUTRES DOTATIONS ET PARTICIPATIONS AUTRES PRODUITS DE GESTION COURANTE ATTENUATIONS DE CHARGES ,5% 6,6% -0,3% -4,2% 0,5% #DIV/0! -0,5% 10,1% 23,2% 5,3% Total Recettes de gestion ,3% Les ressources de la commune de Nieppe ont augmenté en moyenne de 2,3 % par an soit une évolution K entre 2008 et Cette augmentation significative est justifiée essentiellement par les produits fiscaux directs pour 765 K. L augmentation des produits des services s élève à 87 K. 9

10 Focus sur l évolution des produits de fonctionnement Evolution globale des recettes réelles ATTENUATIONS DE CHARGES AUTRES PRODUITS DE GESTION COURANTE AUTRES DOTATIONS ET PARTICIPATIONS DOTATION GLOBALE DE FONCTIONNEMENT FPIC AUTRES RECETTES FISCALES COMPENSATIONS FISCALES FISCALITE REVERSEE PRODUIT FISCAL DIRECT PRODUITS DES SERVICES Les produits de fonctionnement de la commune s élèvent à K en Ils sont composés essentiellement : De la fiscalité reversée pour K ; Des produits fiscaux directs pour K ; De la dotation globale de fonctionnement pour K. 10

11 Focus sur l évolution des produits de fonctionnement Evolution globale des recettes réelles PRODUITS DES SERVICES FISCALITE REVERSEE AUTRES RECETTES FISCALES DOTATION GLOBALE DE FONCTIONNEMENT AUTRES PRODUITS DE GESTION COURANTE 15% 5% 2% 2% 1% 4% 1% % 3% 29% PRODUIT FISCAL DIRECT COMPENSATIONS FISCALES FPIC AUTRES DOTATIONS ET PARTICIPATIONS ATTENUATIONS DE CHARGES Les produits de fonctionnement 2013 sont composés essentiellement de: De la fiscalité reversée pour 39 % ; Des produits fiscaux directs pour 29 % ; De la dotation globale de fonctionnement pour 15 %. 11

12 Focus sur l évolution des produits de fonctionnement Evolution globale des recettes réelles Recettes réelles de fonctionnement Les ressources de la commune de Nieppe rapportées à l habitant sont nettement supérieures à la moyenne de son EPCI. Elles s élèvent à 1057 en 2012 pour Nieppe contre 848 pour l EPCI RRF /hab. RRF /hab. EPCI 12

13 Focus sur l évolution des produits de fonctionnement Evolution globale des recettes fiscales Produits ( ) Evolution moyenne annuelle Taxe d'habitation ,2% Taxe sur le foncier bâti ,1% Taxe sur le foncier non bâti ,7% CFE Total ,0% Evolution en valeur Evolution en % 1,7% 17,6% 9,4% 5,4% 6,4% Les produits fiscaux de la ville de Nieppe sont essentiellement composés de la taxe d habitation, de la taxe sur le foncier bâti et non bâti. L augmentation de ces produits fiscaux s élève à K entre 2008 et L augmentation moyenne sur cette période s élève à + 8 % / an. Elle se décompose principalement par : Taxe d habitation : K (soit + 7,2 % d augmentation par an), Taxe sur le foncier bâti : K (soit + 9,1 % d augmentation par an). 13

14 Focus sur l évolution des produits de fonctionnement Les ressources fiscales de la commune Un niveau de produits de taxe d habitation (140 en 2012) par habitant qui se situe à un niveau supérieur par rapport à son EPCI (120 ) mais à un niveau inférieur par rapport aux communes de même strate (170 ). Un niveau de taxe foncière par habitant qui se situe à un niveau supérieur (130 par habitant en 2012) par rapport à son EPCI (80 par habitant) mais à un niveau inférieur par rapport aux communes de même strate (230 ). 14

15 Focus sur l évolution des produits de fonctionnement Un potentiel fiscal peu élevé et une pression fiscale relativement élevée Le développement des bases fiscales impacte le potentiel fiscal et le potentiel financier de la commune en croissance sur la période. On observe que le potentiel financier de la commune est plus bas que celui de la moyenne des communes de même strate. Néanmoins le coefficient de mobilisation de la commune de Nieppe est plus fort que la moyenne des communes de l EPCI. Rappel : Le potentiel fiscal d une commune est égal à la somme que produiraient les 3 taxes directes locales si l on appliquait aux bases communales de ces trois taxes le taux moyen national d imposition à chacune d entre elles (indicateur de richesse). Le coefficient de mobilisation du potentiel fiscal correspond au rapport entre le produit fiscal levé sur le territoire et le potentiel fiscal (indicateur de pression fiscale). Dans le cas d espèce, on constate que la pression fiscale est relativement élevée. Le potentiel financier par habitant est un agrégat qui rentre directement en ligne de compte sur les mécanismes de péréquation verticale et horizontale. Le potentiel financier correspond au potentiel fiscal + la dotation forfaitaire 15

16 Les charges de fonctionnement

17 Focus sur l évolution des dépenses de fonctionnement Evolution globale des dépenses réelles Dépenses de gestion ( ) Evol. Moy DEPENSES DE PERSONNEL (hors 72) CHARGES A CARACTERE GENERAL PARTICIPATIONS VERSEES TIERS PUBLICS PARTICIPATIONS VERSEES TIERS PRIVE AUTRES CHARGES DE GESTION COURANTE ATTENUATIONS DE PRODUITS ,0% 4,1% -0,9% -2,1% 1,2% #DIV/0! Dépenses de gestion ,0% 2,6% -1,2% 3,9% 9,4% 3,7% Les dépenses de fonctionnement augmentent plus vite en moyenne que les recettes + 3 % pour les dépenses (contre + 2,3 % pour les recettes. Les principales augmentations se situent sur les postes personnel et charges à caractère général + 4 % en moyenne sur la période 2008 à

18 Focus sur l évolution des dépenses de fonctionnement Evolution globale des dépenses réelles Dépenses réelles de fonctionnement DRF /hab. DRF /hab. EPCI Comme pour les recettes de fonctionnement, les dépenses de fonctionnement de la commune sont supérieures aux dépenses moyennes des communes de l EPCI. Les dépenses réelles de fonctionnement rapportées à l habitant sont en moyenne de 874 /habitant contre une moyenne de 662 /habitant pour les EPCI. 18

19 Focus sur l évolution des dépenses de fonctionnement Une évolution moyenne de 4% /an sur la période pour le personnel et les charges à caractère général En 2013, les charges réelles de fonctionnement sont composées essentiellement de : 56 % de charges de personnel ; DEPENSES DE PERSONNEL (hors 72) PARTICIPATIONS VERSEES TIERS PUBLICS CHARGES A CARACTERE GENERAL PARTICIPATIONS VERSEES TIERS PRIVE 20 % de charges à caractère général ; 16 % charges de gestion courante. AUTRES CHARGES DE GESTION COURANTE 16% 4% 4% 20% 0% ATTENUATIONS DE PRODUITS 56% Les charges de personnel et les charges à caractère général qui constituent les principaux postes de charges de la commune sont ceux qui augmentent le plus fortement + 4 %. 19

20 Les charges de personnel Des charges de personnel par habitant proches des communes de même strate mais supérieures à la moyenne des EPCI. Les charges de personnel de la commune représentent 56 % des charges de fonctionnement de la commune en Elles présentent une évolution moyenne annuelle de 4 % sur la période, soit K sur la période. Il convient de souligner une augmentation importante de personnel non titulaire sur la période (+ 6,9 %/ an). La proportion de non titulaire / masse salariale globale passe de 18 % en 2008 à 21 % en Les charges de personnel sont proches de 500 / habitant en 2013 contre 320 pour les communes de l EPCI et 490 pour les communes de même strate. Charges de personnel ( ) Evol. Moy Personnel titulaire -rémunération Personnel non titulaire -rémunération ,9% Charges, cotisation et impôts Autres ,0% 4,9% 2,5% Total charges de personnel ,0% Travaux en régie #DIV/0! Total charges de personnel (hors travaux en régie) ,0% 7% -2% 7% 9% 4% 20

21 Les charges à caractère général Des charges à caractère général par habitant inférieures à la moyenne des EPCI Les charges à caractère général de la commune représentent 20 % des charges de fonctionnement de la commune en Elles présentent une évolution moyenne annuelle de 4,1 % sur la période. Il convient néanmoins de souligner que les charges à caractère général sont inférieures à la moyenne des EPCI. 21

22 L effort d investissement de la commune

23 Un effort d investissement cumulé de 12,5 M sur le dernier mandat avec notamment l hôtel de ville et la salle de sport En Euros Dépenses d'équipement brut (dont travaux en régie) ,6% Subventions d'équipement versées ,5% Autres dépenses d'investissement (hors dette) ,7% Total ,8% Autres dépenses d'investissement (hors dette) Subventions d'équipement versées Dépenses d'équipement brut (dont travaux en régie)

24 Un effort d équipement très inférieur à celui des communes des EPCI sur la période avec un retournement de situation de 2011 à Sur la période , on constate que les dépenses d investissement sont nettement inférieures à celles consacrées en moyenne sur la même période par les communes de la même strate démographique et de l EPCI de référence. On note néanmoins un retournement de situation en La CAF nette 2013 qui s élève à 325 K reste néanmoins insuffisante pour couvrir les investissements constatés sur chaque année de la mandature. 24

25 Un financement insuffisant sur l année 2013 Le financement des dépenses d investissement sur la période de la commune a été soutenu en grande partie par des emprunts et des subventions d investissements. L autofinancement net est insuffisant pour couvrir les dépenses d investissements L insuffisance de financement 2013 supérieure à 3 M sera compensée en partie par le versement d une subvention d investissement sur 2014 pour 1,2 M, le versement du FCTVA à hauteur de 1,2 M sur la période 2014 et 2015 relatif à des investissements 2011, 2012 et Enfin un prêt relai d 1 M a été souscrit fin 2013 dont 500 K sont versés en 2013 et le solde en Affectation de résultat Emprunts souscrits (net des OCLTR) Recettes propres d'investissement Autofinancement net Dépenses d'investissement hors dette 0 25

26 Endettement, résultat et solvabilité

27 Tableau de financement et de bouclage sur le résultat (à partir des comptes administratifs) Un écart entre l annexe du compte administratif et le compte de gestion 2013 a été constaté. Celui-ci porte sur l en cours total de dette et s élève à 500 K. Il s agit d un prêt relai d 1 M souscrit fin 2013 et libéré à hauteur de 500 K sur la même période. Cet emprunt est comptabilisé dans les comptes de gestion et n est pas repris dans l annexe des comptes administratifs. En euros reconstitué des éléments non enregistrés au CA L en cours total de la dette atteint un niveau élevé au 31/12/2012 et 31/12/2013 à plus de 4 M. La capacité de désendettement s élève à 7 ans au 31/12/2013 et ne cesse de progresser depuis Pour illustrer l augmentation du taux de désendettement, celui-ci est multiplié par 7 depuis Rappel : Epargne brute (ou CAF brute) Remboursement du capital hors CLTR (cpte 16449) La capacité de désendettement représente l en cours total de dette / l Epargne brute. Epargne nette (ou CAF nette) Recettes réelles d'investissement Produit cessions d'immobilisation (cpte 775) m: Financement propre disponible Dépenses d'équipement dont travaux en régie retraités (cpte 722) / majoration DEB Subventions d'équipement versées Autres dépenses d'investissement Besoin de financement Encours total de dette cumulé au 31/ Capacité de désendettement 2,1 1,9 1,0 1,8 4,5 6,6 7,4 27

28 Des indicateurs d endettement fortement dégradés au 31/12/2013 L en cours de dette se situe à plus de 4 M depuis Le niveau d endettement par habitant est supérieur à la moyenne des EPCI. La capacité de désendettement de la commune qui exprime le rapport entre encours de dette et CAF est supérieure à la capacité de désendettement de la moyenne des EPCI qui se situe au alentour de 3 années en Cette tendance s accentue sur La faible capacité de désendettement est due d une part à une CAF insuffisante mais également à un niveau d endettement supérieur à la moyenne des EPCI en ,0 6,0 5, ,0 3,0 Encours de dette au 31/12/N Capacité de désendettement , , ,0 28

29 L approche bilancielle de la situation financière

30 B i e n s s t a b l e s F i n a n c e m e n t s s t a b l es L approche bilancielle de la situation financière Analyse du bilan comptable de la Ville et de la trésorerie disponible (à partir des comptes de gestion) L analyse du bilan ne tient pas compte du FCTVA relatif aux investissements 2011, 2012 et 2013 qui sera versé en 2014 et Celui-ci est évalué à 1 200K pour les investissements 2011, 2012 et 2013 Biens 2011 Immobilisations corporelles Dotations et fonds globalisés Immobilisations affectées à un tiers Financements Autres immobilisations Réserves et assimilés Reprise en capital Autres immobilisations financières Compte de liaison chez l'affectataire Charges à répartir Report à nouveau Transfert de subventions Résultat de l'exercice Comptes de liaison avec BA Amortissements et provisions sur immob Fonds propres et assimilés (sous-total) Subventions d'investissement Provisions pour risques et charges Emprunts et dettes assimilées FONDS DE ROULEMENT NEGATIF (II-I) TOTAL FINANCEMENTS TOTAL BIENS STABLES (II) STABLES (I) Entre 2011 et 2013, le montant brut des immobilisations a progressé de 9,5 M. Le financement des investissements : 3,9 M d emprunts, 2 M de subventions d investissements, 2 M de réserves issues des excédents. FONDS DE ROULEMENT POSITIF (I-II) Le delta restant à financer d 1,6 M n est pas financé à fin 2013 L ensemble des investissements de la période n étant pas financé à fin 2013 et les excédents de gestion étant insuffisants, le fonds de roulement devient négatif. 0 30

31 Biens circulants du cycle d'exploitation Financement du cycle d'exploitation L approche bilancielle de la situation financière Analyse du bilan comptable de la Ville et de la trésorerie disponible (à partir des comptes de gestion) Biens Financements Stocks Fournisseurs d'exploitation Clients, redevables et cptes rattachés Etat et autres collectivtés Personnel et organismes sociaux Solde des opérations avec l'etat et autres collectivités publiques Autres valeurs Autres dettes d'exploitation TOTAL BIENS CIRCULANTS D'EXPLOITATION (IV) BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT D'EXPLOITATION (IV - III) TOTAL FINANCEMENTS D'EXPLOITATION (III) EXCEDENT DE FINANCEMENT D'EXPLOITATION (III - IV) Produits financiers rattachés ICNE rattachés Créances financières hors exploitation Dettes financières hors exploitation TOTAL BIENS CIRCULANTS HORS CIRCULANTS (VI) BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT HORS EXPLOITATION (VI - V) BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT GLOBAL (IV - III + VI - V ) TOTAL FINANCEMENTS HORS EXPLOITATION (V) EXCEDENT DE FINANCEMENT HORS EXPLOITATION (V - VI) EXCEDENT DE FINANCEMENT GLOBAL (III - IV + V - VI) Le cycle d exploitation dégage une ressource pour la collectivité sur 2011 et En 2013, celui-ci devient négatif mais proche de l équilibre. Néanmoins le cycle d exploitation impacte peu la trésorerie globale de la collectivité. 31

32 Liquidités et assimilés Financement du cycle à court terme L approche bilancielle de la situation financière Analyse du bilan comptable de la Ville et de la trésorerie disponible (à partir des comptes de gestion) Biens Impôts sur les bénéfices (pour les établts concernés) Financements Impôts sur les bénéfices (pour les établts concernés) Comptes de liaison Comptes de liaison Opérations sous mandats et compte de tiers opérations sous mandats et compte de tiers Fournisseurs d'immobilisation Débiteurs divers Créditeurs divers Liquidités Crédit de trésorerie TOTAL LIQUIDITES (VIII) TOTAL FINANCEMENTS CT (VII) TRESORERIE POSITIVE (VIII -VII) TRESORERIE NEGATIVE (VII -VIII) Au final, le niveau de trésorerie de la ville de Nieppe est en corrélation avec le fonds de roulement net global. La forte dégradation de la trésorerie ( 413 K à fin 2013) trouve notamment son origine par le décalage entre les investissements réalisés et les financements obtenus. Si un plan de financement adapté (inscrit partiellement au BP 2013) avait été respecté, la trésorerie serait moins dégradée. 32

33 Analyse de la situation financière de la restauration collective

34 La restauration collective. En euros Recettes budgétaires non financières et non exceptionnelles Dépenses budgétaires non financières et non exceptionnelles Excédent brut de fonctionnement (EBF) Les dépenses de la restauration collective oscillent entre 798 K et K sur la période Le taux de participation des familles oscille entre 22 % et 26 % sur la période A noter que les taux de participation les plus faibles, 22 % et 23 % sont constatés en 2012 et Le foyer restaurant a servi repas en 2013 pour les maternelles, élémentaires, personnes âgées, repas améliorés, multi accueil. Le coût moyen du repas est donc évalué à 13,27. 34

35 Conclusions sur la situation financière

36 Principaux enseignements sur l Etat financier de la commune Que retenir? La situation financière de la commune de Nieppe est caractérisée par les éléments suivants : Une épargne de gestion et une épargne brute sous tension ; Des charges de fonctionnement qui augmentent plus vite que les produits de fonctionnement. Les charges de fonctionnement doivent être maitrisées afin de dégager une épargne de gestion plus importante ; Une pression fiscale d ores et déjà relativement élevée et qui augmente de plus de 8 points / an depuis 2008 ; Un effort d équipement faible sur la période et qui explose sur ; Une situation de la trésorerie fortement dégradée au 31/12/2013 ; Une capacité de désendettement de la commune (7 ans) qui a été multipliée par 7 entre 2010 et

37 Principaux enseignements sur l Etat financier de la commune Que retenir? S agissant de la section de fonctionnement : les produits de fonctionnement augmentent en moyenne de 2,3 % par an entre 2012 et 2013 ; Les produits fiscaux directs et la fiscalité reversée constituent une part significative des produits (un peu moins de 70 %) ; Au regard de l augmentation des produits fiscaux directs sur la période , + 8 % / an, la commune dispose d une marge de manœuvre limitée sur les produits de fonctionnement ; les charges de fonctionnement augmentent en moyenne de 3 % par an ; Cette augmentation trouve son origine sur les 2 postes les plus importants à savoir les postes «personnel» (+ 4 %) et «charges à caractère général» (+ 4 %) ; Il convient de souligner une augmentation importante de personnel non titulaire sur la période (+ 6,9 %). La proportion de non titulaire / masse salariale globale passe de 18 % en 2008 à 21 % en Il appartiendra à la commune d examiner précisément les modalités de désendettement au regard de ses investissements significatifs réalisés sur la fin de la mandature précédente. L augmentation de la Capacité d Autofinancement brute est nécessaire pour financer les investissements passés mais elle devient indispensable pour financer de nouveaux investissements. Sans réduction de couts de fonctionnement, les investissements, même modestes aggraveront dangereusement la structure financière de la Ville. 37

38 Préconisations

39 Préconisations Réaliser des économies sur les postes de fonctionnement pour améliorer la CAF brute Désendetter la commune 39

40 SYNTHESE

41 SYNTHESE Une insuffisance des excédents de fonctionnement pour financer les investissements depuis Les produits de fonctionnement ne peuvent être augmentés car la pression fiscale se situe à un niveau élévé. Des charges de fonctionnement doivent être mieux maîtrisées. Les investissements dépassent largement la capacité financière de la ville. Les investissements sont financés par subvention, par fonds propres mais aussi par emprunts. La dette à fin 2013 s élève à 4,7 M puis à 5,2 M début A fin 2013, la durée de désendettement est de 7 ans. Pendant la période, il n est pas envisageable de réaliser d investissements (renouvellement ou remplacement). Le plan de financement de ces investissements a mis la ville en insuffisance de trésorerie importante (trésorerie négative de -412 K à fin 2013) et l a obligée à recourir à 1 M d emprunt de trésorerie. La trésorerie sera insuffisante jusque fin Les outils de pilotage pluriannuel sont insuffisants. 41

42 Contact: Jacques Dufour Aurélie Serrano Maxime Gallet Tel:

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal

Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal Commune de Wasquehal Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal Thierry Boudjemaï Manager, secteur public Aurélie Serrano Consultante sénior Objet de la synthèse Par lettre

Plus en détail

Audit financier de la commune de Collioure Synthèse

Audit financier de la commune de Collioure Synthèse Audit financier de la commune de Collioure Synthèse KPMG Secteur public Septembre 2014 Déroulement de l audit 1. Mesurer et comprendre l évolution des comptes de la commune entre 2008 à 2013 2. Auditer

Plus en détail

Analyse financière de la commune de Bassens. Présentation des résultats. 1 er juillet 2014

Analyse financière de la commune de Bassens. Présentation des résultats. 1 er juillet 2014 Analyse financière de la commune de Bassens Présentation des résultats 1 er juillet 2014 Sommaire Introduction 1. Analyse de l évolution des soldes de gestion retraités 2. Effort d investissement et choix

Plus en détail

AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS

AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS Le 21 NOVEMBRE 2014 Jean-Pierre COBLENTZ Rozenn LE CALVEZ STRATORIAL FINANCES wwwstratorial-financesfr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy 75012

Plus en détail

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) -

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - - Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE)

Plus en détail

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES EYSINES FÉVRIER 214 POPULATION Population 1999 (sans double compte) Population 26 (municipale) Population 211 (municipale) Classement en fonction de la population (211) Rangs

Plus en détail

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette LES PRINCIPAUX SOLDES INTERMEDIAIRES 1-Epargne de gestion : Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement Il s agit de l excédent de recettes réelles de fonctionnement sur les

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

COMPTE ADMINISTRATIF 2014 pour le Budget principal modifié. Conseil municipal du 26 juin 2015

COMPTE ADMINISTRATIF 2014 pour le Budget principal modifié. Conseil municipal du 26 juin 2015 COMPTE ADMINISTRATIF 2014 pour le Budget principal modifié COMPTE ADMINISTRATIF 2014 RECETTES DE FONCTIONNEMENT Remboursement / personnel 0.16 Produits des services 1.36 Impôts et taxes (dont AC) 15.5

Plus en détail

BILAN 2011. - Le résultat comptable est en bonne évolution après avoir été limité en 2010 et 2009

BILAN 2011. - Le résultat comptable est en bonne évolution après avoir été limité en 2010 et 2009 BILAN 211 - Le résultat comptable est en bonne évolution après avoir été limité en 21 et 29 - Les dépenses de fonctionnement sont en baisse et les recettes augmentent - Ainsi la capacité d autofinancement

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE SAINT GERMAIN D ESTEUIL

ANALYSE FINANCIERE DE SAINT GERMAIN D ESTEUIL ANALYSE FINANCIERE DE SAINT GERMAIN D ESTEUIL Trésorerie de LESPARRE-MEDOC PRESENTATION DE LA COLLECTIVITÉ SAINT GERMAIN D ESTEUIL est une commune rurale. Sa population est de 1 195 habitants. Elle se

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT.

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. -=-=-=- L étude porte sur la situation à la clôture de l exercice 2 (se reporter au compte administratif de 2). Il n est pas tenu compte du budget annexe du

Plus en détail

Mission d audit financier de début de mandat

Mission d audit financier de début de mandat Ville de Louveciennes Mission d audit financier de début de mandat Synthèse 23 octobre 2014 Vos interlocuteurs : MAZARS Secteur public 61, rue Henri Regnault 92075 La Défense Cedex Thierry GREGOIRE Senior

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SAUVETERRE DE GUYENNE

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SAUVETERRE DE GUYENNE ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SAUVETERRE DE GUYENNE Trésorerie de Sauveterre de Guyenne PRESENTATION DE LA COLLECTIVITÉ La commune de SAUVETERRE DE GUYENNE est située au cœur de l Entre Deux mers.

Plus en détail

Ville de Crégy-lès-Meaux

Ville de Crégy-lès-Meaux Ville de Crégy-lès-Meaux Audit de début de mandat Janvier 2009 Les Hauts de Villiers 2 rue de Villiers - 92309 LEVALLOIS-PERRET CEDEX Téléphone : 01.78.66.03.40. - Télécopie : 01.78.66.03.41 2009 KPMG

Plus en détail

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL Compte Administratif 2014 SECTION DE FONCTIONNEMENT DEPENSES CA 2013 CA 2014 Alloué Réalisé Alloué Réalisé 011 Charges à caractère général 445 615 424 289,55 448 291 411 184,65 012 Charges

Plus en détail

PRINCIPAUX CONSTATS. Parmi les principaux points forts, on relèvera :

PRINCIPAUX CONSTATS. Parmi les principaux points forts, on relèvera : SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SAUCATS Cette analyse retraite les résultats financiers des 5 dernières années pour déterminer comment la commune de Saucats parvient à couvrir ses charges de fonctionnement

Plus en détail

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015 Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014 Débat d Orientation Budgétaire 2015 Le budget 2015 sera le premier de ce nouveau mandat 2014-2020 Il est construit sur le Plan de mandat financier en

Plus en détail

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS Le 4 février 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES www.stratorial-finances.fr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy

Plus en détail

NOTATION FINANCIERE. réalisée d'après les comptes administratifs 2008 à 2013 SDIS DU TARN. 389 581 habitants (yc. rs)

NOTATION FINANCIERE. réalisée d'après les comptes administratifs 2008 à 2013 SDIS DU TARN. 389 581 habitants (yc. rs) LOCALNOVATM NOTATION FINANCIERE réalisée d'après les comptes administratifs 2008 à 2013 389 581 habitants (yc. rs) Examen dynamique et comparé de 6 rubriques catégorie 3 document édité le 04/11/14 Sommaire

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Jean-Christophe BERGE Tél : 01 55 34 40 13 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : jcberge@fcl.fr Ville de Gisors 24 juin 2014 87 rue St-Lazare

Plus en détail

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche Audit de début de mandat Commune de Saint-Nom la Bretèche Analyse de la situation financière à fin 2013 Septembre 2014 CALIA Conseil Siège 24 rue Michal 75013 PARIS Antenne de Lyon Tour Part Dieu 129 Rue

Plus en détail

Ville de Schiltigheim. Audit financier version définitive

Ville de Schiltigheim. Audit financier version définitive Ville de Schiltigheim Audit financier version définitive 10 octobre 2014 Préliminaire Le présent document vise à présenter les conclusions de l audit financier réalisé entre les mois de juillet 2014 et

Plus en détail

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Ville de Clamart PARTENAIRES Finances Locales Avril 2015 Ville de Clamart 1 Présentation de PARTENAIRES Finances Locales PARTENAIRES Finances Locales

Plus en détail

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DE L'INTERCOMMUNALITÉ

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DE L'INTERCOMMUNALITÉ DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DE L'INTERCOMMUNALITÉ FÉVRIER 214 IDENTIFICATION / POPULATION Commune siège : Pau Type de fiscalité : Fiscalité professionnelle unique (FPU) Commune

Plus en détail

Projet «Municipales»

Projet «Municipales» Projet «Municipales» Tableau de bord des communes Performance en transparence Décembre 213 Projet «Municipales» - Performance en transparence 1 Sommaire Synthèse annuelle de la gestion communale Santé

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

TABLEAU 1 Budget POUR VOTE DE L'ORGANE DÉLIBÉRANT. Autorisations budgétaires en AE et CP, prévisions de recettes et solde budgétaire * Montants

TABLEAU 1 Budget POUR VOTE DE L'ORGANE DÉLIBÉRANT. Autorisations budgétaires en AE et CP, prévisions de recettes et solde budgétaire * Montants TABLEAU 1 Budget POUR VOTE DE L'ORGANE DÉLIBÉRANT Autorisations budgétaires en AE et CP, prévisions de recettes et solde budgétaire * Dépenses Personnel dont contributions employeur au CAS Pension Fonctionnement

Plus en détail

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Thomas Duquesne Février 2015 Pourquoi utiliser des indicateurs techniques? Notre compte administratif (bilan comptable annuel) est contrôlé par

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Commune de Pierre-Olivier Hofer Directeur associé Ludivine Louette Consultante Toulouse, le 20 mai 2014 E14-0514 EXFILO Tél : 01.83.62.86.35 Fax : 01.83.62.86.34

Plus en détail

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Thomas Duquesne conseil du 17 octobre 2014 Pourquoi utiliser des indicateurs techniques? Notre compte administratif (bilan comptable annuel) est

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales 1 Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales Gilles TESTUD, ECOFINANCE Frédéric ric DUPUIS, DEXIA CL Réunions avec les élus du Territoire de Belfort 07 juin 2012 Sommaire 2 1. Introduction

Plus en détail

Audit financier et fiscal

Audit financier et fiscal Audit financier et fiscal Eléments synthétiques tiques extraits de l auditl Juin 2008 Territoires & Conseil 12 rue de Castiglione 75001 Paris Territoires-et-conseil@wanadoo.fr Tél.: 01.53.34.07.17 1 La

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010 ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE () SICTOBA Mai 2010 Pascal HEYMES Stratorial Finances Agence de Montpellier 2, rue des Arbousiers 34070 MONTPELLIER Tél. : 04 99 61 47 05 - Fax : 04 99 61 47 09 www.stratorial-finances.fr

Plus en détail

Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015. Conseil municipal - 17 mars 2015 - www.lompret.fr

Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015. Conseil municipal - 17 mars 2015 - www.lompret.fr Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015 1 Rappel du schéma d un budget 2 BUDGET DE FONCTIONNEMENT BUDGET D'INVESTISSEMENT DEPENSES RECETTES RECETTES DEPENSES Charges à caractère général Energie-électricité,

Plus en détail

Rapport financier - Exercice 2013

Rapport financier - Exercice 2013 Rapport financier - Exercice 2013 Sommaire Le budget réalisé en 2013 // Résultat de l'exercice 2013 page 4 // Origine des recettes page 4 // Destination des dépenses page 4 Les grands équilibres financiers

Plus en détail

9900 - SKI CLUB FRASNE DRUGEON BILAN PASSIF. Du 01/07/2011 au 31/07/2012

9900 - SKI CLUB FRASNE DRUGEON BILAN PASSIF. Du 01/07/2011 au 31/07/2012 19/10/2012 9900 - SKI CLUB FRASNE DRUGEON BILAN ACTIF ACTIF Capital souscrit non appelé ACTIF IMMOBILISÉ Immobilisations incorporelles Frais d'établissement Frais de développement Concessions, brevets

Plus en détail

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS Principaux enseignements de l audit financier réalisé en octobre 2014 26 JANVIER 2015 4 rue Galilée 75782 PARIS cedex 16 Tél. : 01 43 06 08 10 Web : www.cabinetmichelklopfer.fr

Plus en détail

LEVET COMMUNE DE LEVET

LEVET COMMUNE DE LEVET LEVET COMMUNE DE LEVET Conseil Municipal du 4 juin 2015 Le Compte Administratif présenté aujourd hui découle de la gestion de l exercice 2014 : il constitue notre socle de gestion pour l avenir. Compte

Plus en détail

Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré

Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré Le service Finances de la CAN a élaboré cette fiche à partir des documents transmis par les communes en juillet 2014 : - Compte Administratif

Plus en détail

Compte de résultat de l exercice N en CHARGES TOTAL PRODUITS TOTAL

Compte de résultat de l exercice N en CHARGES TOTAL PRODUITS TOTAL L entreprise PODENSAC ( SARL au capital de 13 000 ), fabriquant de produits exotiques, est actuellement en pleine croissance. Elle vient de réaliser de nouveaux investissements qui lui permettront d augmenter

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

- 06 - De la capacité d autofinancement à l autofinancement

- 06 - De la capacité d autofinancement à l autofinancement - 06 - De la capacité d autofinancement à l autofinancement Objectif(s) : o Capacité d'autofinancement et autofinancement. Pré-requis : o Connaissance de l'ebe et de la Valeur Ajoutée. Modalités : o Principes.

Plus en détail

Bordeaux, le 17 mars 2009. Monsieur le Maire,

Bordeaux, le 17 mars 2009. Monsieur le Maire, Bordeaux, le 17 mars 2009 Références à rappeler : JNG/RODII 040 021 157 Monsieur le Maire, Par lettre du 1 er août 2008, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine allait procéder

Plus en détail

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM Budget Primitif 2014 Conseil Municipal du 18 décembre 2013 Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM «Actes» budgétaires Mandat 2008-2014 La préparation budgétaire 2014 clôture l exercice pluriannuel 2008 Début

Plus en détail

www.pwc.com 20 novembre 2014 Le Taillan-Médoc Analyse organisationnelle RH et financière Rapport Final

www.pwc.com 20 novembre 2014 Le Taillan-Médoc Analyse organisationnelle RH et financière Rapport Final www.pwc.com Le Taillan-Médoc Analyse organisationnelle RH et financière Rapport Final Table of Contents Section Overview Page 1 Etat des lieux de l organisation 1 2 Audit Financier 5 2.1 Etat des lieux

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE06 FINANCE D ENTREPRISE - session 2013 Proposition de CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER - 11 points 1. Complétez le

Plus en détail

Madame la Maire, Je vous prie d agréer, Madame la Maire, l expression de ma considération la plus distinguée.

Madame la Maire, Je vous prie d agréer, Madame la Maire, l expression de ma considération la plus distinguée. La Présidente Lyon, le 22 Juillet 2013 N Recommandée avec A.R. REF : ma lettre n 508 du 20 juin 2013 P.J. : 1 Madame la Maire, Par lettre citée en référence, je vous ai communiqué le rapport d observations

Plus en détail

Le compte administratif 2011

Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 de MIONS en quelques chiffres Budget principal. 16 590 970 de recettes réalisées, dont :. 13 003 158 en fonctionnement dont 165 000 de rattachements.

Plus en détail

BILAN ( ACTIF ) NOM OU RAISON SOCIALE : DISTRISOFT

BILAN ( ACTIF ) NOM OU RAISON SOCIALE : DISTRISOFT BILAN ( ACTIF ) ACTIF EXERCICE EXERCICE Brut Amortissements Net PRECEDENT et Provisions Net IMMOBILISATION EN NON VALEUR (a) 113 109,00 47 643,60 65 465,40 88 087,22 Frais préliminaires 113 109,00 47 643,60

Plus en détail

Trébeurden Synthèse financière

Trébeurden Synthèse financière Jeudi 27 juin 2013 Trébeurden Synthèse financière Yvan Pellé Réunion publique Méthodologie (1) 2 Charges courantes ( personnel, fluides, entretien, contrats..) Excédent brut courant Produits courants (impôts,

Plus en détail

Conseil municipal du 19 décembre 2013

Conseil municipal du 19 décembre 2013 BUDGET PRIMITIF 2014 Conseil municipal du 19 décembre 2013 1 Un budget stable hors impact des rythmes scolaires Des dépenses de fonctionnement globales en croissance de 2,99 % par rapport au BP 2013. Mais

Plus en détail

PRESENTATION DES BUDGETS. Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances

PRESENTATION DES BUDGETS. Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances PRESENTATION DES BUDGETS DE LA VILLE DE MEYLAN Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances Un budget construit sous le signe de fortes contraintes et en adéquation avec les réformes en

Plus en détail

COMPTE FINANCIER 2014 - TABLEAUX ET ANNEXES BUDGETAIRES. Document soumis au conseil d administration du 27 mars 2015

COMPTE FINANCIER 2014 - TABLEAUX ET ANNEXES BUDGETAIRES. Document soumis au conseil d administration du 27 mars 2015 COMPTE FINANCIER 2014 - TABLEAUX ET ANNEXES BUDGETAIRES Document soumis au conseil d administration du 27 mars 2015 Tableaux prévus par la circulaire 2B2O-14-3009 relative au cadre budgétaire et comptable

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 - Introduction - Tableaux de synthèse - Synthèse des grands équilibres du Budget Primitif 2015 1 INTRODUCTION Le Budget Primitif 2014,

Plus en détail

Trésorerie de LUXEUIL LES BAINS

Trésorerie de LUXEUIL LES BAINS ANALYSE FINANCIERE DE LA VILLE DE LUXEUIL-LES-BAINS Gestion 24-27 Trésorerie de LUXEUIL LES BAINS PRESENTATION DE LA COMMUNE La commune de LUXEUIL-LES-BAINS se situe au nord de la Haute-Saône à proximité

Plus en détail

Bilan actif. Document fin d'exercice

Bilan actif. Document fin d'exercice Bilan actif Sage 100 Comptabilité i7 pour SQL Server 7.72 Date de tirage 21/10/14 à 19:15:40 Page : 1 Valeurs brutes Amortis. et provisions Immobilisations corporelles 4 267,36 Eu 3 046,29 Eu 1 221,07

Plus en détail

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 409 ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 Les tableaux suivants présentent les éléments nécessaires à la confection des documents de synthèse figurant au compte de gestion. Ils permettent d associer

Plus en détail

DOSSIER DE GESTION. Sommaire

DOSSIER DE GESTION. Sommaire 102 Allée de Barcelone 31000 TOULOUSE Forme juridique : ENTREPRISE INDIVIDUELLE Régime fiscal : R. Simplifié Date exercice : 01/07/2012 au 30/06/2013-12 DOSSIER DE GESTION Sommaire Présentation de l'exploitation

Plus en détail

P6C14 Structure financie re et rentabilite s

P6C14 Structure financie re et rentabilite s P6C14 Structure financie re et rentabilite s Remarque préalable : L article 23 de la loi de finances pour 2013 restreint la déductibilité des charges financières pour les entreprises assujetties à ls :

Plus en détail

Portrait financier. Analyse comparée CA 2005-2010. MARLY 11 967 habitants

Portrait financier. Analyse comparée CA 2005-2010. MARLY 11 967 habitants Portrait financier Analyse comparée CA 25-21 Direction régionale NORD - PAS DE CALAIS 19 avenue Le Corbusier - 59 4 LILLE cedex Directeur régional : Valérie-Marie AUBIN Votre correspondant Géraldine MOREAU

Plus en détail

MONTGERON TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE LA VILLE DE

MONTGERON TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE LA VILLE DE TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE LA VILLE DE MONTGERON FISCALITÉ, ENDETTEMENT, FONCTIONNEMENT, INVESTISSEMENT, ÉQUIPEMENTS PUBLICS, ÉPARGNE, CRÉDIT, SERVICES PUBLICS CHIFFRES

Plus en détail

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015 PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015 Commune de Poisat 23 février 2015 Sommaire Le budget communal : quelques points de compréhension 1. Principes budgétaires 2. Préparation du budget 3. Exécution du budget

Plus en détail

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du Le budget 2013 Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances Conseil Municipal du 8 février 2013 Les documents budgétaires : Le budget selon la nomenclature M14; Les documents annexes; Le budget

Plus en détail

Pour tout savoir sur nos services, demandez...

Pour tout savoir sur nos services, demandez... Monsieur CHUSSEAU Eric Plaquiste Pose cloisons 79 C rue Charles Hervé 17750 ETAULES Adh N : 0E023 La Rochelle, le 20 septembre 2013 Monsieur, Nous avons le plaisir de vous adresser votre dossier de gestion

Plus en détail

PLAN PLURIANNUEL D INVESTISSEMENT. Années 2013 / 2014 / 2015

PLAN PLURIANNUEL D INVESTISSEMENT. Années 2013 / 2014 / 2015 PLAN PLURIANNUEL D INVESTISSEMENT Années 2013 / 2014 / 2015 PLAN PLURIANNUEL : METHODE Le plan est basé sur le Budget primitif 2013 La prospective concerne le Fonctionnement (charges et produits réels)

Plus en détail

lecture du budget communal

lecture du budget communal lecture du budget communal atteindre la maîtrise nécessaire pour pouvoir communiquer sur les questions budgétaires 1. notions de base Acquérir les notions fondamentales pour comprendre les grandes lignes

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE DU SIAEP DE LA HAUTE VALLEE DE LA CREUSE

SITUATION FINANCIERE DU SIAEP DE LA HAUTE VALLEE DE LA CREUSE SITUATION FINANCIERE DU SIAEP DE LA HAUTE VALLEE DE LA CREUSE L'analyse financière rétrospective, réalisée en octobre 214, par le trésorier du Centre des Finances Publiques de Felletin, concerne la période

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANÇAISE. Syndicat Mixte Départemental - Electricité des Vosges (1) AGREGE AU BUDGET PRINCIPAL DE (2) Numéro SIRET : 20005074800017

REPUBLIQUE FRANÇAISE. Syndicat Mixte Départemental - Electricité des Vosges (1) AGREGE AU BUDGET PRINCIPAL DE (2) Numéro SIRET : 20005074800017 REPUBLIQUE FRANÇAISE Syndicat Mixte Départemental - Electricité des Vosges (1) AGREGE AU BUDGET PRINCIPAL DE (2) Numéro SIRET : 20005074800017 POSTE COMPTABLE : 088090 M. 14 Budget supplémentaire (3) voté

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Le Code Général des Collectivités Territoriales prévoit dans les communes de plus de 3 500 habitants, les départements, les régions et les EPCI la tenue d un débat

Plus en détail

ASSOCIATION FING. 8 Passage Brulon 75012 PARIS 12EME ARRONDISSEMENT. Exercice clos le : 31 décembre 2014 APE : 6202A SIRET : 43240162800032

ASSOCIATION FING. 8 Passage Brulon 75012 PARIS 12EME ARRONDISSEMENT. Exercice clos le : 31 décembre 2014 APE : 6202A SIRET : 43240162800032 8 Passage Brulon 75012 PARIS 12EME ARRONDISSEMENT Exercice clos le : 31 décembre 2014 APE : 6202A SIRET : 43240162800032 CABINET LE-CAC 81 BOULEVARD DE CLICHY Tél :0980525866 Fax :0985525866 75009 PARIS

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 BUDGET COMMUNE La tenue du débat d orientations budgétaires est obligatoire dans les régions, les départements, les communes de plus de 3 500 habitants, leurs établissements

Plus en détail

Conjoncture des finances locales 2012 et incidences pour le Conseil Général de la Seine St Denis

Conjoncture des finances locales 2012 et incidences pour le Conseil Général de la Seine St Denis CABINET MICHEL KLOPFER Consultants Finances Locales Conjoncture des finances locales 2012 et incidences pour le Conseil Général de la Seine St Denis 26 janvier 2012 2 OCTOBRE 2009 6 rue du Général de Larminat

Plus en détail

BUDGETS PRIMITIFS 2015

BUDGETS PRIMITIFS 2015 BUDGETS PRIMITIFS 215 Communauté d Agglomération de la Vallée de la Marne 1/ Budget principal 2/ Assainissement 17/2/215 1 Contexte Un environnement territorial contraint dans un contexte économique tendu

Plus en détail

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014 ( 20 000 habitants) Juin 2014 Sommaire Les petites en France 3 Les volumes d intervention 4 Les principales ressources courantes 5-6 L épargne brute 7 Les dépenses d investissement 8 L encours de dette

Plus en détail

Définitions des principales variables diffusées

Définitions des principales variables diffusées Définitions des principales variables diffusées Achats de carburants : achats de carburants (essence, super, gazole, GPL, kérosène, fuel, biocarburants, additifs) destinés à faire fonctionner les moyens

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés. Septembre 2014

Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés. Septembre 2014 Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés Septembre 2014 Synthèse du diagnostic financier de l Agglo du Pays d Aubagne et de l Etoile

Plus en détail

La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont

La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont résultats et autres renseignements caractéristiques de la société au cours des cinq derniers exercices) La société mère : Comptes

Plus en détail

COMMUNE DE SAINT - GAUDENS

COMMUNE DE SAINT - GAUDENS COMMUNE DE SAINT - GAUDENS 1 REUNION PUBLIQUE SUR LES FINANCES DE LA VILLE M ERCREDI 6 MAI 2015 UN CONTEXTE TRES DIFFICILE 2 1. Audit financier KPMG du 10 juin 2014 2. Situation financière comparée avec

Plus en détail

INFORMATIONS GENERALES EXECUTION DU BUDGET. RESTES A REALISER - DEPENSES Libellé. Dépenses engagées non

INFORMATIONS GENERALES EXECUTION DU BUDGET. RESTES A REALISER - DEPENSES Libellé. Dépenses engagées non INFORMATIONS GENERALES EXECUTION DU BUDGET Exploitation (total) (1)(2) Investissement (total)(2) DU BUDGET dont 1064 dont 1068 (1) 002 reprise du résultat d'exploitation de N-1 diminué de l'affectation

Plus en détail

Bordeaux, le 14 mars 2012. Le Président Références à rappeler : CM/ROD1/040011 197 COMMUNE DE MORCENX. Monsieur le Maire,

Bordeaux, le 14 mars 2012. Le Président Références à rappeler : CM/ROD1/040011 197 COMMUNE DE MORCENX. Monsieur le Maire, Le Président Références à rappeler : CM/ROD1/040011 197 COMMUNE DE MORCENX Bordeaux, le 14 mars 2012 Monsieur le Maire, Par lettre du 5 mai 2011, vous avez été informé que la chambre régionale des comptes

Plus en détail

Ville de Hyères les Palmiers

Ville de Hyères les Palmiers Ville de Hyères les Palmiers Analyse financière rétrospective et prospective du budget principal de la ville Conseil Municipal du 16 septembre 2014 16 septembre 2014 Ville de Hyères / slide 1 Sommaire

Plus en détail

Département des Bouches-du-Rhône. Rapport Financier. Shutterstock

Département des Bouches-du-Rhône. Rapport Financier. Shutterstock Département des Bouches-du-Rhône Rapport Financier 2014 Shutterstock LA DETTE PROPRE Rapport financier 2014 La dette propre Au 31 décembre 2014, l encours de dette représente 517, contre 369 en 2013. Le

Plus en détail

Le tableau de financement

Le tableau de financement 1 ORGANISATION COMPTABLE Le tableau de financement Par Abderraouf YAICH Très souvent, le chef d entreprise s étonne des évolutions disconcordantes de ses résultats qui enregistrent une augmentation de

Plus en détail

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Références à rappeler : FP/033003555/ROD II Monsieur le Maire, Par lettre du 20 août 2009, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine

Plus en détail

PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES

PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES contact : Sophie Blanc - responsable administrative 04 75 89 80 80 - fax : 04 75 89 80 98 - La Chastelanne 07260 Joyeuse administration@pays-beaumedrobiefr

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE6 FINANCE D ENTREPRISE - session 214 Proposition de CORRIGÉ 214 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER - 1 points 1.

Plus en détail

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES La participation des communes au plan d économies initié par l Etat va modifier substantiellement les équilibres financiers des collectivités locales et notamment

Plus en détail

Dossier Financier. La première partie décrit les hypothèses de fonctionnement retenues que ce soit d un point de vue organisationnel ou financier.

Dossier Financier. La première partie décrit les hypothèses de fonctionnement retenues que ce soit d un point de vue organisationnel ou financier. Dossier Financier Ce dossier complète notre dossier économique en apportant un éclairage financier sur notre projet. Il s appuie sur l organisation que nous avons mise en place et sur l expérience de démarrage

Plus en détail

ANALYSE FINANCIèRE. RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012

ANALYSE FINANCIèRE. RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012 ANALYSE FINANCIèRE RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012 RESSOURCES CONSULTANTS FINANCES SOCIÉTÉ D ETUDE, RECHERCHE ET PROSPECTIVE EN FINANCES LOCALES S.A. au

Plus en détail

VILLE d Aix-en-Provence - Analyse 2014

VILLE d Aix-en-Provence - Analyse 2014 VILLE d Aix-en-Provence - Analyse 2014 ACCUEIL La Direction des Finances de la ville d Aix-en-Provence s est montrée coopérative. Le service financier de la commune a su encourager la démarche d ODIS,

Plus en détail

FINANCEMENT D'UN INVESTISSEMENT ÉTUDE SUR 7 ANS

FINANCEMENT D'UN INVESTISSEMENT ÉTUDE SUR 7 ANS FINANCEMENT D'UN INVESTISSEMENT ÉTUDE SUR 7 ANS S.A.R.L DANLE TP Bill NEEDMONEY 22 Rue de la Chaussée 49000 ANGERS Tél : 02 40 456 789 Fax : 02 23 234 432 E-mail : contact@danle-tp.fr Cabinet Expert Atlantique

Plus en détail

LE DEBAT D'ORIENTATION BUDGETAIRE 2011

LE DEBAT D'ORIENTATION BUDGETAIRE 2011 LE DEBAT D'ORIENTATION BUDGETAIRE 2011 LA LOI DE FINANCES POUR 2011 LA LOI DE FINANCES POUR 2011 En milliards d'euros 2010 2011 Dépenses du budget général dont charges de la dette dont pensions dont dépenses

Plus en détail

Exercices de Gestion en vidéo - BTS MUC & BTS NRC. Liste des tableaux. (Consultez également «Liste des formules»)

Exercices de Gestion en vidéo - BTS MUC & BTS NRC. Liste des tableaux. (Consultez également «Liste des formules») Liste des tableaux (Consultez également «Liste des formules») Table des matières Le bilan comptable... 2 Le bilan fonctionnel... 3 Le compte de résultat... 4 Les soldes intermédiaires de gestion (SIG)...

Plus en détail

Annexe A : Tableau des SOLDES INTERMÉDIAIRES DE GESTION

Annexe A : Tableau des SOLDES INTERMÉDIAIRES DE GESTION FINANCE D ENTREPRISE DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER Première partie : Les outils du diagnostic financier proposés dans cette étude 1. Calculer les soldes intermédiaires

Plus en détail

ASSOCIATION FFESSM COMITE PROVENCE 46 BOULEVARD FENOUIL BP 28 13467 MARSEILLE CEDEX 16

ASSOCIATION FFESSM COMITE PROVENCE 46 BOULEVARD FENOUIL BP 28 13467 MARSEILLE CEDEX 16 46 BOULEVARD FENOUIL BP 28 Dossier financier de l'exercice en Euros Période du 01/01/2011 au 31/12/2011 Activité principale de l'association : PROMOTION SPORTIVE ET ASSOCIATIVE Nous vous présentons ci-après

Plus en détail