MEMO sur la fiscalité du secteur manufacturier. Exemple sur la fiscalité de la bière

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MEMO sur la fiscalité du secteur manufacturier. Exemple sur la fiscalité de la bière"

Transcription

1 MEMO sur la fiscalité du secteur manufacturier Exemple sur la fiscalité de la bière A l heure des arbitrages imminents sur le moyen d augmenter les recettes budgétaires de l état et du débat inévitable à venir entre l augmentation de la pression fiscale et l élargissement de l assiette fiscale Et Dans le cadre donc de la mise au point des futures lois de finances rectificatives 2015 ou de celle de 2016, Il nous a semblé indispensable de présenter ce mémo qui a pour but d analyser la performance actuelle de l industrie manufacturière Malgache ainsi que les incidences possibles en cas de révision à la hausse du taux de pression fiscale. Ce memo s appuiera également sur la filière brassicole comme exemple des incidences possibles 1/Cadre macro : Un secteur manufacturier sinistré Si à la fin des années 80, le secteur manufacturier représente 22% du PIB, il ne présente aujourd hui que 12% du PIB malgache. Cette baisse du poids du secteur secondaire dans le PIB malgache est bien sur le résultat des différentes crises politiques qui ont affecté l économie Malgache mais également et surtout le résultat d une dégradation lente mais inexorable de sa rentabilité et d une certaine manière de sa compétitivité tout ou long des 3 dernières décennies et qui s explique par 4 causes majeures (par ordre de priorité) : Le secteur manufacturier Malgache principalement tourné vers son marché intérieur a subi de plein fouet la baisse continuelle du pouvoir d achat de ses consommateurs et qui ont impacté ses volumes et ses marges (voir analyse indice des prix de vente vs inflation sur 20 ans et évolution prix unitaire et consommation par hab) Ce secteur manufacturier issu pour une grande partie de partenariat amont /aval avec l agriculture locale et qui avait permis de constituer de grandes filières agro industrielle (Blé/farine, Sucre/rhum, Coton/textile, huile/savon, viande pêche/conserverie, bois/menuiserie, bois/papier..) s est de plus en plus tourné vers la fourniture d intrants en raison de la déliquescence des infrastructures agricoles et des aléas de disponibilité et de qualité qui s en sont suivis. D une économie agro industrielle autonome, elle est ainsi devenue une économie industrielle importatrice s exposant alors à la fluctuation des cours de l ariary. Les indices de couts de production constitués désormais et pour une grande partie d intrants et pour l autre des couts d énergie, ont ils considérablement augmenté sous le coup respectivement pour l un, de la dévaluation de l ariary et pour l autre, de l irrégularité de la fourniture en énergie de plus en plus d origine thermique et donc chère. Le secteur informel issu de la grande délinquance économique (absence de TVA, de paiement de droits de douane) s est lui considérablement développé et est venu concurrencer à l importation de produits finis notablement de source asiatique, les produits manufacturés Malgaches réduisant la demande et contractant les prix de vente.

2 Le secteur manufacturier malgache issu du secteur formel est donc devenu un secteur économique sinistré et seuls quelques rescapés de cette lente disparition, ont ils survécus en développant/ sécurisant leurs stratégies de filières. Il s agit : Du tabac avec la culture du tabac De la bière avec la culture de l orge et du mais Du ciment avec le clinker Dans une moindre mesure car elle demeure fragile : Des jus naturels avec les fruits Des produits laitiers avec l élevage de bovins/ovins Du sel et des salines La pèche, l aquaculture et la conserverie Le sucre et la canne à sucre La viande avec l élevage bovins/ovins Devenu par contre importatrice d intrants Des biscuits avec les céréales L industrie textile L industrie savonnière et des corps gras L industrie de la farine L industrie du Rhum 2/La situation actuelle : un secteur manufacturier extrêmement fragile Les principaux indices de performance du secteur manufacturier peuvent se décrire comme suit : Une rentabilité faible oscillant autour de 6 à 8% de rentabilité nette (en CA) en raison d un marché intérieur de prix (pouvoir d achat faible) et concurrentiel (produits importés) Des charges financières importantes (impact ariary ) Par conséquence : Mais : Un très faible niveau d investissement autour de 1% du CA, faute de fonds propres suffisant Un endettement faible Une compétitivité assez forte (indice de cout de production faible) car ayant été capable de faire face à un marché de prix et à une concurrence des produits importés mais au prix des sacrifices sur les dotations aux amortissements (donc pas de réinvestissement) et de la stabilité voire de la réduction des salaires (charges fixes faibles) Cependant : Un outil de production ancien pour les raisons ci dessus Des salaires et charges fixes couts de formation faibles pour les raisons ci dessus Une intégration des métiers amont (agriculture) et aval (distribution)

3 A quelques différences près, nous sommes donc face un secteur manufacturier compétitif mais à la rentabilité faible disposant de peu de fonds propres (réserves) et avec des actifs amortis (anciens) et un salariat peu formé et faiblement rémunéré. La structure du Compte de résultat type de ce secteur peut se résumer ainsi (sur base CA TTC) : CA TTC : (base) Fiscalité produits (TVA/Accises/divers) : 25 CA HTT : + 75 Charges variables : 42 Charges fixes : 13 Dotations amortissements: 5 Frais financiers : 5 Résultat courant : + 10 IS : (20%) Résultat Net : + 8 Toutes actions sur une dégradation de la rentabilité (fiscalité/ariary/énergie) de ce secteur aura des conséquences dramatiques sur sa pérennité car cette industrie est prise en étau entre : et Une absence de marges de manœuvre financière (rentabilité faible) Un marché de prix qui ne peut donc que très difficilement absorber une augmentation des prix. Toute augmentation de la fiscalité aboutira donc dans tous les cas à une baisse supplémentaire de sa rentabilité (en % et en valeur) dans les 2 options qui s offriraient alors à elle et qui sont : Ou La Sté décide d absorber cette charge supplémentaire La Sté décide de la répercuter sur les prix de vente générant une baisse drastique des volumes vendus 3/Cas de l industrie de l industrie brassicole Cette industrie composée essentiellement des Brasseries Star dont l Etat détient 34% a les ratios de performances suivants : Un volume de 1.2 millions hl de bière pour une population de 22 millions d habitants Un ratio de consommation par hab de 5 litres par an (moyenne 11 litres en Afrique) 85% de la population rurale et urbaine pauvre constitue le cœur de cible Un prix de vente moyen de 90 centimes d euros TTC/litre de produits finis contre une moyenne en Afrique de 1,3 euros/litre de produits finis Une segmentation de tarif entre 77 centimes d euros (entrée de gamme) le premier produit finis (Queens 65 cl) et un maximum de 106 centimes d euros Des couts de production de l ordre de 18 cts le litre Des couts de transport de l ordre de 5.5 cts

4 Une pression fiscale de l ordre de 40% du CA TTC Bière (TVA/Accises/taxes indirectes/is/dividendes) Les principaux concurrents de ce secteur sont indirects (Téléphonie/tabac/PMU/Rhum/jeux) et sont tous actifs sur le pouvoir d achat secondaire estimé à 300 ariary/hab/jr (solde disponible après s être nourri/habillé/transporté/soigné/logé) dont la bière détient à peine 6 à 7%. Les Brasseries Star dont la rentabilité oscille autour de 10% du CA HTT a développé une stratégie de : Maitrise des matières premières locales au travers de sa filiale (Malto) avec tonnes d orge correspondant à T de malt, tonnes de Maïs et tonnes sucre soit 40 % de ses besoins annuels en matières premières et employant plus de paysans La maitrise de sa distribution avec 17 agences desservies par 350 véhicules La multiplication de ses sites de production au nombre de 5 La multiplication des petits formats ou formats intermédiaires avec une offre de 22 références produits Pour démontrer la problématique du pouvoir d achat, il faut noter que sur la dernière période de 5 ans (tableau en annexe) : Le volume consommé par habitant est resté stable à 5.5 litre/hab ce qui est de moitié inférieur à la moyenne africaine (13 litres) qui elle est en augmentation de 5% par an les volumes ont évolués de 32% sur la période alors que le nombre de cols vendus à lui progressé de 41%, l offre de produits finis s étant modifiée à la faveur des petits formats et obligeant les Brasseries Star à réinvestir dans de nouveaux équipements Les prix des bières sont en régression vs indice inflation La rentabilité de la Star a été divisée par 2 Toute augmentation de la pression fiscale (accises/is/tva) ne pourra être absorbée par les Brasseries Star et sera donc répercuté sur le prix de vente des bières qui soumises à la concurrence indirecte des cartes téléphoniques (40% du pouvoir d achats secondaire) et de la baisse du pouvoir d achat de ses consommateurs, générera une baisse importante des volumes. On estime au vu des expériences précédentes, qu une augmentation de 100 ariary sur un prix de vente moyen de 1500 ariary (+7%) génèrerait une baisse de 10% des volumes vendus. Cette baise de volumes mettrait en péril les investissements actuels dans le domaine de la production agricole locale (Mais/Malt et à venir, sucre) que les Brasseries ont initié depuis 40 ans. Par contre tout ce qui favorise la consommation de bière génère un retour sur investissement pour l état de 52% qui est le taux de pression fiscale actuelle des Brasseries Star sur l activité bière sans compter les incidences sur les secteurs amont et aval en termes de réduction de la pauvreté, les brasseries utilisant en amont aujourd hui 40% de matières premières locales et employant plus de paysans et en aval une distribution sur points de vente. 4/Propositions alternatives Nous proposons les pistes suivantes pour l amélioration recettes budgétaires :

5 La formalisation de l économie et l'augmentation des recettes douanières et de l IS La prise en compte du taux de transformation des matières premières locales dans une fiscalité adaptée L augmentation des droits d accises sur les produits de consommation courante à forte rentabilité (Loto/Cartes téléphoniques/pmu). La prise en compte du degré d alcool dans la détermination des droits d accise conformément aux nécessités d une politique de santé publique et pour prendre en compte le pouvoir d achat (consommation des bières d entrée de gamme à faible de grée d alcool vs les bières haut de gamme à plus fort degré d alcool) Concernant la formalisation de l économie nous souhaiterions relever le calcul du nombre d affiliés à la CNAPS qui est aujourd hui de Si nous estimons le calcul de la population active à : habitants 60% âgés de moins de 20 ans 9 millions actifs potentiels 30% de chômage 15% retraités et fonctionnaires 5 millions actifs réels Cela donne un taux d affiliation de 0.5/5 = 10% de la population active réelle Ceci donne une idée de l étendue de l informalisation de l économie dans laquelle nous trouvons de la grande délinquance économique et qui doit être combattue en priorité Concernant une fiscalité adaptée au taux de transformation des matières premières locales, nous suggérons que la Tva et/ou l IS et/ou les accises tiennent compte des efforts des entreprises qui ont intégré le secteur amont de leur activité et participe au travers d investissements massifs à la réduction de la pauvreté et à la réduction du déficit de la balance des paiements par la mise en place de stratégie de filières dont les prix de revient sont encore souvent supérieurs aux matières premières importées mais qui permettent de réduire les incidences ariary et les problèmes de disponibilité en devises Enfin concernant les produits ou services à forte rentabilité, il s agit simplement de comparer leurs contributions et le taux de pression fiscale à ceux des filières déjà nommées et de voir la possibilité d équilibrer les contributions fiscales de chaque filière sans porter atteinte au pouvoir d achat des malgaches. Nous joignons sur ce sujet un mémo concernant nos suggestions dans ce dernier domaine au sujet du rhum notamment mais que nous pourrions appliquer aux cartes téléphoniques. 5/Conclusion Augmenter la pression fiscale sur un secteur dont la rentabilité a été fortement impacté par les crises successives et dont le poids dans le PIB a été divisé par 2 porterait le «coup de grâce» aux produits manufacturés localement. Inciter à contrario par une politique fiscale adaptée à utiliser et à transformer les matières premières locales, augmenter l assiette fiscale en élargissant la contribution fiscale au secteur informel et/ou aux secteurs dont la rentabilité est plus forte, nous semble les pistes de réflexion les plus adaptées dans le cadre de l amélioration des recette budgétaires issus de la fiscalité sur l économie de Madagascar.

DIMINUTION DU DÉFICIT PUBLIC : LES REFORMES ENVISAGEES. 26 Août 2011.

DIMINUTION DU DÉFICIT PUBLIC : LES REFORMES ENVISAGEES. 26 Août 2011. DIMINUTION DU DÉFICIT PUBLIC : LES REFORMES ENVISAGEES 26 Août 2011. Introduction 2 Introduction Le Gouvernement a annoncé le 24 août 2011, suite au Conseil des ministres, des mesures afin de réduire le

Plus en détail

Fiches de synthèse AGRICULTURE. Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali

Fiches de synthèse AGRICULTURE. Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali CERCAM Fiches de synthèse AGRICULTURE Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali Mars 2014 3- Secteur agricole Présentation générale Le couvert forestier du Gabon couvre 22 millions de ha (FAO

Plus en détail

Numéro 25 - avril 2015. Les entreprises agroalimentaires en 2012

Numéro 25 - avril 2015. Les entreprises agroalimentaires en 2012 Agreste Les Dossiers - n 25 - avril 215 Numéro 25 - avril 215 Télécharger les données de l ensemble du dossier au format tableur Agreste Les Dossiers - n 25 - avril 215 Les entreprises agroalimentaires

Plus en détail

Panorama de la RDC. La situation économique générale en RDC Les principaux indicateurs conjoncturels L activité bancaire

Panorama de la RDC. La situation économique générale en RDC Les principaux indicateurs conjoncturels L activité bancaire Panorama de la RDC La situation économique générale en RDC Les principaux indicateurs conjoncturels L activité bancaire La situation économique générale en RDC ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL SUR LE PLAN ÉCONOMIQUE

Plus en détail

CONJONCTURE FRANÇAISE

CONJONCTURE FRANÇAISE CONJONCTURE FRANÇAISE Faiblesse de l investissement L amélioration récente du climat des affaires peine à se traduire par une augmentation de l activité. Dans le secteur industriel, la production reste

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU Freetown, juillet 2008 2 La situation économique

Plus en détail

Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20)

Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20) Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20) I. Définition des entreprises totalement exportatrices (art 10) : L article 10 du code d incitation aux investissements a défini les entreprises

Plus en détail

Le Groupe Crédit Agricole du Maroc Accompagnement du Plan Maroc Vert 2009-2013

Le Groupe Crédit Agricole du Maroc Accompagnement du Plan Maroc Vert 2009-2013 Le Groupe Crédit Agricole du Maroc Accompagnement du Plan Maroc Vert 2009-2013 Novembre 2008 Introduction : CONTEXTE ET CONJONCTURE national et international l augmentation des cours des matières premières

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

Fiches de synthèse AGRICULTURE

Fiches de synthèse AGRICULTURE CERCAM Fiches de synthèse AGRICULTURE Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali Mars 2014 1- Secteur agricole au Sénégal Foncier Le foncier sénégalais appartient à 95 % au domaine national

Plus en détail

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC Rabat, 19 octobre 21 M. Ahmed HAJOUB Adjoint au Directeur du Trésor et des Finances Extérieures chargé du pôle macroéconomie I- Consolidation budgétaire: expérience

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

Panorama des échanges extérieurs du secteur agroalimentaire en 2011

Panorama des échanges extérieurs du secteur agroalimentaire en 2011 Panorama des échanges extérieurs du secteur agroalimentaire en 211 LES ÉTUDES DE > En 211, les produits agroalimentaires 1 ont apporté une contribution majeure aux exportations françaises, puisqu un quart

Plus en détail

Déclaration Mensuelle des Impôts

Déclaration Mensuelle des Impôts REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES DIRECTION GENERALE DU CONTROLE FISCAL Déclaration Mensuelle des Impôts Code acte (1) Mois Année Identifiant fiscal Identifiant T. V. A. Code catégorie Nombre

Plus en détail

Se préparer au prochain choc

Se préparer au prochain choc Se préparer au prochain choc Thomas Baunsgaard Chef de division adjoint (F1), Département des finances publiques Forum fiscal africain 9 et 1 novembre 211 Le Cap 1 D où pourront provenir les prochains

Plus en détail

Ecotaxe poids lourds

Ecotaxe poids lourds Ecotaxe poids lourds Une exonération indispensable pour les filières bétail et viandes ARGUMENTAIRE CHIFFRE Mission d information sur l écotaxe poids lourds Audition du 16/01/14 L écotaxe poids lourds,

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE EVOLUTION DES RATIOS TISEC FINANCIERS

NOTE DE SYNTHESE EVOLUTION DES RATIOS TISEC FINANCIERS NOTE DE SYNTHESE EVOLUTION DES RATIOS TISEC FINANCIERS Chaque année, les services du CNEAP vous demandent de leur transmettre vos données comptables. Votre participation en 2014 a été très bonne puisque

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU

CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU CHAPITRE VI - LES SOLDES COMPTABLES ET LES INDICATEURS DE REVENU 1. Le compte de production... 129 2. Le compte d exploitation... 129 3. Le compte de revenu d entreprise... 130 4. Les indicateurs de revenu

Plus en détail

ANNEXE : TABLEAUX STATISTIQUES

ANNEXE : TABLEAUX STATISTIQUES ANNEXE : TABLEAUX STATISTIQUES SOMMAIRE TABLEAU 1 : Origine et emploi des ressources aux prix courants..p.188 TABLEAU 2 TABLEAU 3 TABLEAU 4 TABLEAU 5 : Répartition sectorielle du PIB aux prix courants...p.189

Plus en détail

La production des IAA ralentit encore en juillet. Prix à la consommation - Prix à la production - Prix d'achat des intrants

La production des IAA ralentit encore en juillet. Prix à la consommation - Prix à la production - Prix d'achat des intrants Agreste Conjoncture Industries agroalimentaires octobre Octobre Industries agroalimentaires La production des IAA ralentit encore en juillet Tableau de bord Sommaire Production en volume - Ipi la production

Plus en détail

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY «Cette action contribue au PNNS». «IL FAIT BIO À CHÂTEAU THIERRY A Chateau Thierry, la Municipalité souhaite développer les produits BIO et issus de filières de proximité dans les menus de la restauration

Plus en détail

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé L augmentation des salaires du personnel de l administration publique

Plus en détail

Légère progression de la production des IAA en juillet 2014

Légère progression de la production des IAA en juillet 2014 Agreste Conjoncture Industries agroalimentaires octobre 2014 octobre 2014 Industries agroalimentaires Tableau de bord Légère progression de la production des IAA en juillet 2014 Sommaire Production en

Plus en détail

CARACTERISTIQUES DU SYSTEME FISCAL NIGERIEN :

CARACTERISTIQUES DU SYSTEME FISCAL NIGERIEN : Niamey, le Affaire suivie par : Kamayé Amadou CARACTERISTIQUES DU SYSTEME FISCAL NIGERIEN : Le système fiscal nigérien est fondamentalement déclaratif. Il est constitué d impôts de diverses natures que

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Publication du ministère des Finances Faits saillants 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars a été enregistré en décembre 2008, comparativement

Plus en détail

Sommaire. Carte de visite. Evolution de l activité. Les clés du succès. Les principales contraintes. Axes stratégiques: Horizon 2020.

Sommaire. Carte de visite. Evolution de l activité. Les clés du succès. Les principales contraintes. Axes stratégiques: Horizon 2020. FEVRIER 2014 Sommaire Carte de visite Evolution de l activité Les clés du succès Les principales contraintes Axes stratégiques: Horizon 2020. Carte de visite: chiffres clés Nombre d adhérents : 13 500

Plus en détail

Direction Générale des Douanes et Droits Indirects. Programme des épreuves. Concours d inspecteur des douanes interne

Direction Générale des Douanes et Droits Indirects. Programme des épreuves. Concours d inspecteur des douanes interne Direction Générale des Douanes et Droits Indirects Programme des épreuves Concours d inspecteur des douanes interne CONCOURS INTERNE Analyse, parmi plusieurs sujets proposés, d un dossier sur l organisation,

Plus en détail

Fiscalités appliquées aux activités de téléphonie mobile en Centrafrique

Fiscalités appliquées aux activités de téléphonie mobile en Centrafrique Fiscalités appliquées aux activités de téléphonie mobile en Centrafrique Séminaire sur les coûts et les tarifs SG3RG-AFR, Février 2013 - Caire (Egypte) Djallo AMADOU Chef de Service Marketing et RE Tél:

Plus en détail

TAXATION DES SERVICES DE TELECOMMUNICATIONS AU CAMEROUN

TAXATION DES SERVICES DE TELECOMMUNICATIONS AU CAMEROUN ITU Workshop on Taxation of Telecommunications Services and Related Products (Geneva, Switzerland, 1 2 September 2011 ) TAXATION DES SERVICES DE TELECOMMUNICATIONS AU CAMEROUN TSAFAK DJOUMESSI Pauline,

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE06 FINANCE D ENTREPRISE - session 2013 Proposition de CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER - 11 points 1. Complétez le

Plus en détail

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DE LYCEE PROFESSIONNELS AGRICOLE (PLPA) SESSION 2011 Concours : INTERNE Section : Sciences économiques et sociales et gestion Option A : Sciences économiques et sociales

Plus en détail

Royaume du Maroc. Présentation du Rapport sur les dépenses fiscales 2009

Royaume du Maroc. Présentation du Rapport sur les dépenses fiscales 2009 Royaume du Maroc Présentation du Rapport sur les dépenses fiscales 2009 Introduction Définition Avantages fiscaux accordés par l Etat en vue d encourager des personnes physiques ou morales, en renonçant

Plus en détail

Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation)

Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation) Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation) Fit for Business (PME)? Pour plus de détails sur les cycles de formation PME et sur les businesstools, aller sous www.banquecoop.ch/business

Plus en détail

Le secteur laitier en Irlande vers une expansion durable et profitable C. LASCURETTES. Executive Secretary National Dairy and Liquid Milk Committees

Le secteur laitier en Irlande vers une expansion durable et profitable C. LASCURETTES. Executive Secretary National Dairy and Liquid Milk Committees Le secteur laitier en Irlande vers une expansion durable et profitable C. LASCURETTES Executive Secretary National Dairy and Liquid Milk Committees Irish Farmers Association catherinelascurettes@ifa ifa.ieie

Plus en détail

Principaux Indicateurs Conjoncturels

Principaux Indicateurs Conjoncturels BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Direction Générale des Statistiques Principaux Indicateurs Conjoncturels 21 Mars 2015 2 FICHES : Fiche n 1 : Secteur réel Fiche n 2 : Evolution des principaux soldes de la balance

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

LEGAL FLASH I CASABLANCA

LEGAL FLASH I CASABLANCA LEGAL FLASH I CASABLANCA MESURES FISCALES DE LA LOI DE FINANCES POUR L ANNEE 2014 Février 2014 SOMMAIRE LES MESURES FISCALES CONSACRANT LA COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES MAROCAINES 2 MESURES VISANT À FAVORISER

Plus en détail

gestion Sujet Durée : 2 heures. Aucun document n est autorisé. Calculatrices autorisées.

gestion Sujet Durée : 2 heures. Aucun document n est autorisé. Calculatrices autorisées. GESTION Durée : 2 heures. Consignes Aucun document n est autorisé. Calculatrices autorisées. LA MEUNERIE D ARVOR La Meunerie d Arvor est une entreprise artisanale créée en 1994. La qualité de ses produits

Plus en détail

formation des prix I - Etude d une situation : II - Formation des prix :

formation des prix I - Etude d une situation : II - Formation des prix : formation des prix I - Etude d une situation : - Retrouver et souligner dans le texte les nouveaux termes. - Mettre sous forme d expressions mathématiques les indications du texte. Un commerçant achète

Plus en détail

Impact économique du secteur des coopératives. George Karaphillis CED Institute, Cape Breton University

Impact économique du secteur des coopératives. George Karaphillis CED Institute, Cape Breton University Impact économique du secteur des coopératives George Karaphillis CED Institute, Cape Breton University Tendances Les coopératives au Canada 350 300 250 200 150 100 50 0 Les coopératives en Nouvelle- Écosse

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances

La revue financière. Publication du ministère des Finances Publication du ministère des Finances Faits saillants 2009 : excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars a été dégagé en février 2009, comparativement

Plus en détail

Examen par le conseil d administration des résultats de l exercice 2013

Examen par le conseil d administration des résultats de l exercice 2013 Examen par le conseil d administration des résultats de l exercice 2013 CHIFFRE D AFFAIRES CONSOLIDÉ : 3 591,5 millions d euros (3 727,4 millions en 2012) RÉSULTAT BRUT D EXPLOITATION COURANT : 642,9 millions

Plus en détail

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Modèles ricardien et HOS ont des points communs mais sont assez spécifiques: avantages comparatifs fondés sur: - différences

Plus en détail

R y o aume aume du du Maroc Mar Mai 2009

R y o aume aume du du Maroc Mar Mai 2009 Royaume du Maroc PLAN MAROC VERT Mai 2009 ENJEUX Enjeux économiques Contribue pour 19 % du PIB national 15% production 4% Agro industrie Rôle capital dans la stabilité macro économique Enjeux sociaux Emploie

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

PHARMACIE SOMMAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 22/05/2015 1

PHARMACIE SOMMAIRE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 22/05/2015 1 PHARMACIE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA PHARMACIE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA PHARMACIE... 5 L'ACTIVITÉ DE LA PHARMACIE... 8 LES POINTS DE VIGILANCE DE LA PHARMACIE... 11 EN SAVOIR PLUS SUR CE SECTEUR... 13

Plus en détail

Ce département a pour mission de faciliter la distribution des produits halieutiques vers les centres de consommation.

Ce département a pour mission de faciliter la distribution des produits halieutiques vers les centres de consommation. NOTE SYNTHETIQUE Le CDPHM est un Centre de Distribution des Produits Halieutiques à Mahajanga, c est un province qui se trouve à l ouest de Madagascar. C est un établissement public à caractère industriel

Plus en détail

La pièce justificative électronique et le Contrôle Fiscal Informatisé (CFI) Pascal Seguin Avocat Associé

La pièce justificative électronique et le Contrôle Fiscal Informatisé (CFI) Pascal Seguin Avocat Associé La pièce justificative électronique et le Contrôle Fiscal Informatisé (CFI) Pascal Seguin Avocat Associé Historique de la réglementation r CFI Depuis près de 30 ans, l administration fiscale française

Plus en détail

1. Contexte. Contexte institutionnel

1. Contexte. Contexte institutionnel ETUDE DES COUTS D APPROVISIONNEMENT EN MATIERES PREMIERES DANS LES DOM, DE LEUR EVOLUTION ET LEURS CONSEQUENCES SUR LES PRIX DEPUIS LE 1 ER JANVIER 2006 RESUME AVRIL 2009 1. Contexte Contexte institutionnel

Plus en détail

Pratiques actuelles de gestion en restauration commerciale. 08 juin 2006

Pratiques actuelles de gestion en restauration commerciale. 08 juin 2006 Pratiques actuelles de gestion en restauration commerciale 08 juin 2006 Méthodologie Deux axes méthodologiques complémentaires ont été mis en œuvre dans l étude : 1 Une investigation qualitative exploratoire

Plus en détail

1. Observations: Comment peut- on améliorer la compétitivité?

1. Observations: Comment peut- on améliorer la compétitivité? «Aperçu de la transformation alimentaire» Pour mieux comprendre la compétitivité au sein de diverses industries 1. Observations: Comment peut- on améliorer la compétitivité? Le présent rapport fait appel

Plus en détail

ANAIS LE LOGICIEL DE GESTION PRÉVISIONNELLE DE L ENTREPRISE AGRICOLE ET RURALE. Laboratoire Informatique de l ENITA de Bordeaux Tél.

ANAIS LE LOGICIEL DE GESTION PRÉVISIONNELLE DE L ENTREPRISE AGRICOLE ET RURALE. Laboratoire Informatique de l ENITA de Bordeaux Tél. LE LOGICIEL DE GESTION PRÉVISIONNELLE DE L ENTREPRISE AGRICOLE ET RURALE Laboratoire Informatique de l ENITA de Bordeaux Tél. 05 57 35 07 95 PHILOSOPHIE DU LOGICIEL - CONCEPTS DE BASE ET MECANISMES 1.

Plus en détail

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA FinAfrique Research Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA Octobre 2015 Dans ce document nous comparons la performance du secteur bancaire des zones CEMAC et UEMOA depuis 2006. Si la pénétration

Plus en détail

LES LOIS DE DEFISCALISATIONS DONNANT DROIT À DES RÉDUCTIONS D IMPOTS

LES LOIS DE DEFISCALISATIONS DONNANT DROIT À DES RÉDUCTIONS D IMPOTS Les Niches Fiscales Sommaire INTRODUCTION LES LOIS DE DEFISCALISATIONS DONNANT DROIT À DES RÉDUCTIONS D IMPOTS 1. La Loi Scellier 2. La Loi Girardin 3. La Location Meublée Professionnelle (LMP) 4. Le Loueur

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

Politique de gestion de la dette

Politique de gestion de la dette SERVICE DES FINANCES Division du budget et de la planification financière Date d approbation : N o de résolution : 2011-12-06 CA-2011-0482 Date de modification : N o de résolution : Date d abrogation :

Plus en détail

Les chiffres du MEDEF. Analyse de la compétitivité des entreprises françaises

Les chiffres du MEDEF. Analyse de la compétitivité des entreprises françaises Les chiffres du MEDEF Analyse de la compétitivité des entreprises françaises 2 12 arts de marché 1 - oids de la dans les exportations mondiales 5 4,7 Exportations françaises/exportations mondiales (marchandises,

Plus en détail

11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA CHINE

11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA CHINE 11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE L ÉCONOMIE CHINOISE Chine Principaux indicateurs, 2014 Population (en millions) 1 367,8 PIB (en G$ US courants) 10 380,4 PIB par habitant (en $ US courants) 7 589,0

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014

Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014 Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014 Résumé L industrie des produits alimentaires et des produits de consommation est le principal

Plus en détail

Sylvain DESEAU Chambre d Agriculture du Loiret Myriam Prat FDSEA Loiret Octobre 2014 L ENTRAIDE AGRICOLE

Sylvain DESEAU Chambre d Agriculture du Loiret Myriam Prat FDSEA Loiret Octobre 2014 L ENTRAIDE AGRICOLE L ENTRAIDE AGRICOLE Le principe de l entraide agricole L'acte d'entraide se définit comme un contrat d'échange de services, à titre gratuit, entre agriculteurs. Les services échangés consistent en travail

Plus en détail

Liste des Tableaux Tableau

Liste des Tableaux Tableau Liste des Tableaux Tableau 1 Dynamique entrepreneuriale des acteurs d un système privé de 37 distribution d engrais dans le processus de marché 2 Relations entre fonctions/flux de marketing, contraintes

Plus en détail

Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi

Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi Version 4.7 Simulation d Entreprise «Artemis» Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi p. 1 1. Objectifs et Contexte Général L objectif de la simulation d entreprise «Artemis» est

Plus en détail

Le financement du Dividende Universel

Le financement du Dividende Universel affiliée au Basic Income European Network Le financement du Dividende Universel Le plan de financement ici proposé a été mis au point par le professeur Yoland Bresson (président de l Aire). Il prouve que

Plus en détail

La Fondation reconnue d utilité publique dans le domaine de la recherche. ondations. DÉVELOPPER LES FONDATIONS DE RECHERCHE pourquoi? comment?

La Fondation reconnue d utilité publique dans le domaine de la recherche. ondations. DÉVELOPPER LES FONDATIONS DE RECHERCHE pourquoi? comment? La Fondation reconnue d utilité publique dans le domaine de la recherche ondations DÉVELOPPER LES FONDATIONS DE RECHERCHE pourquoi? comment? FISCALITÉ La loi n 2003-709 du 1 er août 2003 relative au mécénat,

Plus en détail

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 Septembre 2015 Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 L objet de cette revue est de présenter les principaux éléments qui caractérisent l évolution de la situation de la position

Plus en détail

PORT REFORM TOOLKIT. Banque Mondiale MANUEL D UTILISATION DU MODELE FINANCIER. Concession d un terminal à conteneurs avec adossement

PORT REFORM TOOLKIT. Banque Mondiale MANUEL D UTILISATION DU MODELE FINANCIER. Concession d un terminal à conteneurs avec adossement Banque Mondiale MANUEL D UTILISATION DU MODELE FINANCIER Concession d un terminal à conteneurs avec adossement 1/ CONSEILS PREALABLES A L UTILISATION DU MODELE Logiciel requis : Excel 2000 pour PC Données

Plus en détail

Le piège du risque de corrélation

Le piège du risque de corrélation Le piège du risque de corrélation Londres Mai 2012 1. Le risque du risque Quand tous les facteurs fusionnent La hausse des corrélations depuis 2007 est aujourd hui un phénomène reconnu. L absence de diversification

Plus en détail

PROMOTION IMMOBILIÈRE

PROMOTION IMMOBILIÈRE PROMOTION IMMOBILIÈRE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA PROMOTION IMMOBILIÈRE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA PROMOTION IMMOBILIÈRE... 5 L'ACTIVITÉ DE LA PROMOTION IMMOBILIÈRE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE LA PROMOTION

Plus en détail

Vue d ensemble du système agricole et agroalimentaire canadien

Vue d ensemble du système agricole et agroalimentaire canadien 2013 Vue d ensemble du système agricole et agroalimentaire canadien Vue d ensemble du système agricole et agroalimentaire canadien Chargée de projet/chargée de données Kathleen Kittson/Julie Smith Équipe

Plus en détail

DEMANDE DE FINANCEMENT 2014 «CIRCUITS ALIMENTAIRES REGIONAUX»

DEMANDE DE FINANCEMENT 2014 «CIRCUITS ALIMENTAIRES REGIONAUX» DEMANDE DE FINANCEMENT 2014 «CIRCUITS ALIMENTAIRES REGIONAUX» A retourner au Conseil régional de Bourgogne : Conseil Régional de Bourgogne, Direction de l Agriculture et du Développement rural, 17 boulevard

Plus en détail

Information chiffrée : proportions ; indices

Information chiffrée : proportions ; indices Information chiffrée : proportions ; indices Échauffez-vous! 1 Reliez chacun des nombres décimaux de la colonne de gauche à la fraction qui lui est égale 310 0,79 68, 3,1 79 0,068 2 Complétez : a) 0,72

Plus en détail

Trébeurden Synthèse financière

Trébeurden Synthèse financière Jeudi 27 juin 2013 Trébeurden Synthèse financière Yvan Pellé Réunion publique Méthodologie (1) 2 Charges courantes ( personnel, fluides, entretien, contrats..) Excédent brut courant Produits courants (impôts,

Plus en détail

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Appel à projets 2010 Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Un programme conjoint entre la Fondation de France et le Comité français pour la solidarité internationale (CFSI) Date limite

Plus en détail

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES La participation des communes au plan d économies initié par l Etat va modifier substantiellement les équilibres financiers des collectivités locales et notamment

Plus en détail

Cultivez vos états financiers Récoltez un trésor d informationd

Cultivez vos états financiers Récoltez un trésor d informationd Cultivez vos états financiers Récoltez un trésor d informationd présenté par: Claude St-Louis SCF de l UPA du Centre-du-Québec Gatineau, le 29 janvier 2011 Quelles sont les interrogations des dirigeants?

Plus en détail

Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1

Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1 Evolution récente de l agriculture des DOM et des aides publiques dont elle bénéficie : comparaison avec la métropole 1 Jean-François BASCHET, Ministère de l agriculture et de la pêche, Direction des affaires

Plus en détail

Retraites des banques : Le pouvoir d achat en chute libre

Retraites des banques : Le pouvoir d achat en chute libre Mars2006 Retraites des banques : Le pouvoir d achat en chute libre Voilà un peu plus de dix ans, les retraites des salariés de la banque ont été réformées : le régime spécifique plutôt généreux a été supprimé

Plus en détail

Evaluation de l impact à court terme de l application du " Gentelmen Agreement " sur l économie marocaine

Evaluation de l impact à court terme de l application du  Gentelmen Agreement  sur l économie marocaine Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Evaluation de l impact à court terme de l application du " Gentelmen Agreement " sur l économie marocaine Octobre 1996 Document de travail

Plus en détail

EXPOSE DES MOTIFS DU PROJET DE LOI PORTANT FIXATION DU BUDGET GENERAL DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI POUR L EXERCICE 2011.

EXPOSE DES MOTIFS DU PROJET DE LOI PORTANT FIXATION DU BUDGET GENERAL DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI POUR L EXERCICE 2011. EXPOSE DES MOTIFS DU PROJET DE LOI PORTANT FIXATION DU BUDGET GENERAL DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI POUR L EXERCICE 2011. I. CONTEXTE MACROECONOMIQUE ET HYPOTHESES DE PROJECTION L élaboration du projet de

Plus en détail

ENVIRONMENT DES AFFAIRES ET OPPORTUNITIES D INVESTISSEMENTS AU BURKINA FASO

ENVIRONMENT DES AFFAIRES ET OPPORTUNITIES D INVESTISSEMENTS AU BURKINA FASO ENVIRONMENT DES AFFAIRES ET OPPORTUNITIES D INVESTISSEMENTS AU BURKINA FASO Chambre de Commerce et d Industrie Avril 2015 1 BURKINA FASO Votre porte d accès au marché ouest africain 2 AGENDA Contexte géographique

Plus en détail

DECISION N 10/2006/CM/UEMOA PORTANT ADOPTION DU PROGRAMME DE TRANSITION FISCALE AU SEIN DE L UEMOA

DECISION N 10/2006/CM/UEMOA PORTANT ADOPTION DU PROGRAMME DE TRANSITION FISCALE AU SEIN DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE -------- LE CONSEIL DES MINISTRES DECISION N 10/2006/CM/UEMOA PORTANT ADOPTION DU PROGRAMME DE TRANSITION FISCALE AU SEIN DE L UEMOA LE CONSEIL DES MINISTRES

Plus en détail

INTRODUCTION / CHAPITRE I : LES AGREGATS MACROECONOMIQUES

INTRODUCTION / CHAPITRE I : LES AGREGATS MACROECONOMIQUES INTRODUCTION / CHAPITRE I : LES AGREGATS MACROECONOMIQUES Introduction : la macroéconomie Les objectifs de la macroéconomie Les agrégats macroéconomiques 1 INTRODUCTION: LA MACROECONOMIE La macroéconomie

Plus en détail

APPRENDRE A TENIR SA COMPTABILITE

APPRENDRE A TENIR SA COMPTABILITE APPRENDRE A TENIR SA Module 1 : Préparer des états comptables Personnes devant tenir la comptabilité d une entreprise 3 jours Connaître les documents commerciaux nécessaires à la production des états comptables

Plus en détail

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME

ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME ANNEXE VII, PJ n IX, page 1 ANNEXE IX EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 9 EFFETS D UNE DIMINUTION DES COTISATIONS SOCIALES EMPLOYEURS FINANCEE PAR LA CREATION D UN IMPOT SUR LE CHIFFRE

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

lait a son prix! Allemagne 0,50 euros

lait a son prix! Allemagne 0,50 euros La production de lait a son prix! Des prix du lait équitables sur base des coûts de production dans les exploitations laitières Allemagne 0,50 euros 2013 Tous les droits de reproduction, même partielle,

Plus en détail

Note sur l utilisation des concepts et définitions en micro-économie et sciences de gestion

Note sur l utilisation des concepts et définitions en micro-économie et sciences de gestion Note sur l utilisation des concepts et définitions en micro-économie et sciences de gestion Harmonisation des calculs économiques et correspondance avec le logiciel Olympe Le 12 octobre 2007 E Penot, CIRAD-ES,

Plus en détail

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL. Rapport de convergence 2013 relatif à la Lettonie

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL. Rapport de convergence 2013 relatif à la Lettonie COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 5.6.2013 COM(2013) 341 final RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL Rapport de convergence 2013 relatif à la Lettonie (élaboré conformément à l

Plus en détail

L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015

L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015 L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015 Note mise à jour de la loi de finances pour 2015 Sommaire Explications préalables... 3 Application aux

Plus en détail

Gestion de trésorerie

Gestion de trésorerie Gestion de trésorerie Prévisions financières modes de financement et de placement à court terme Nathalie gardes Maitre de conférence en gestion Objectifs Connaître les principales composantes de la gestion

Plus en détail

Note commune N 33/ 2010

Note commune N 33/ 2010 REPUBLIQUE TUNISIENNE BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2010/10/42 0.1.0.0.1.2 Documents Administratifs --------------------- ( IMPOTS ) Texte n DGI 2010/66 Note commune

Plus en détail

Maîtriser vos coûts pour mieux calculer vos prix

Maîtriser vos coûts pour mieux calculer vos prix Maîtriser vos coûts pour mieux calculer vos prix Centre de Gestion Agréé de la Martinique Séminaire du 22 juin 2010 Intervenante : Marie CONSTANT 1 ère partie Calculer son Coût de revient Plan Pourquoi

Plus en détail

Déclarer en ligne Mode d emploi. Vous êtes sur notre site : www.arapl.fr 1/27

Déclarer en ligne Mode d emploi. Vous êtes sur notre site : www.arapl.fr 1/27 Déclarer en ligne Mode d emploi Vous êtes sur notre site : www.arapl.fr 1/27 Adressez nous la convention et le mandat nous autorisant à transmettre vos données à l administration fiscale Cliquez sur :

Plus en détail

D A N S L E S E C T E U R A G R I C O L E D U S É N É G A L

D A N S L E S E C T E U R A G R I C O L E D U S É N É G A L O P P O R T U N I T É S D I N V E S T I S S E M E N T D A N S L E S E C T E U R A G R I C O L E D U S É N É G A L 1. Contexte Sommaire 2. Présentation du secteur agricole sénégalais 3. Potentiel naturel

Plus en détail

Poids des rayons les uns par rapport aux autres. Numéro 1 / 14 novembre 2012

Poids des rayons les uns par rapport aux autres. Numéro 1 / 14 novembre 2012 Numéro 1 / 14 novembre 2012 Rayons alimentaires de la grande distribution : première approche des coûts et des marges Contributeurs : Julie Blanchot, Philippe Boyer Les travaux de l observatoire de la

Plus en détail

CONTRAT D APPLICATION 2014-2020 POUR L AMÉLIORATION DE LA COMPÉTITIVITÉ LOGISTIQUE DISTRIBUTION INTERNE

CONTRAT D APPLICATION 2014-2020 POUR L AMÉLIORATION DE LA COMPÉTITIVITÉ LOGISTIQUE DISTRIBUTION INTERNE CONTRAT D APPLICATION 2014-2020 POUR L AMÉLIORATION DE LA COMPÉTITIVITÉ LOGISTIQUE DISTRIBUTION INTERNE CONTEXTE GÉNÉRAL Le commerce intérieur constitue une composante essentielle de l économie du Royaume.

Plus en détail