L'ENTREPRISE POLITIQUE. Tentative de construction d'un objet sociologique. Frederik Mispelblom Beyer UNIVERSITE D'EVRY, CENTRE PIERRE NAVILLE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L'ENTREPRISE POLITIQUE. Tentative de construction d'un objet sociologique. Frederik Mispelblom Beyer UNIVERSITE D'EVRY, CENTRE PIERRE NAVILLE"

Transcription

1 1 L'ENTREPRISE POLITIQUE Tentative de construction d'un objet sociologique Frederik Mispelblom Beyer UNIVERSITE D'EVRY, CENTRE PIERRE NAVILLE SEPTEMBRE 1997

2 2 TABLE DES MATIERES PAGE PREAMBULE : POUR L'IMAGINATION SOCIOLOGIQUE FONDEE EN RAISON 3 Ce que nous voulons démontrer 10 Matériaux empiriques et hypothèses 12 LES ENTREPRISES : DES PROCESSUS SANS FRONTIERES PREASSIGNEES 17 Le dehors est dedans, et vice versa 20 Problèmes épistémologiques 23 Les consommateurs inclus dans les entreprises 25 Dans les services, les clients "travaillent" et sont l'objet d'un travail 29 La mobilisation des clients de l'industrie 33 Problèmes épistémologiques 36 LES ENTREPRISES, MODALITES D'ORGANISATION DE LA POPULATION 38 La place de l'économie dans les définitions des entreprises 39 Les valeurs d'échange sont aussi des valeurs d'usage 43 Les entreprises, alliances contraintes 45 Spécificité de chaque configuration 47 L'unification des configurations est une bataille continue 49 L'ENTREPRISE POLITIQUE, OU LA LUTTE POUR LE POUVOIR DANS LA CITE 51 Entreprises et Etats : imbrication et rivalité 54 Les dispositifs de gouvernement des entreprises 57 Un exemple de management 61 Une politisation croissante du travail par l'emprise sur les sujets 63 UNE AFFAIRE DE SOCIOLOGIE GENERALE 66 BIBLIOGRAPHIE 68

3 3 PREAMBULE POUR L'IMAGINATION SOCIOLOGIQUE FONDEE EN RAISON "Il est avéré que les élites intellectuelles consacrées et les séminaires savants accueillent généralement toute innovation avec méfiance" T. Veblen, cité in J-K. Galbraith, Le nouvel Etat industriel, Gallimard, 1967, p Ce texte est un essai de construction d'un nouvel objet théorique en sociologie, dont l'argumentation repose tant sur des résultats d'enquêtes empiriques que sur la discussion des points de vue de divers auteurs en sociologie de l'entreprise et du travail et en sociologie générale 1. Il entend confronter certaines thèses générales à des situations particulières, déduire de résultats d'enquêtes dans des entreprises publiques des hypothèses de portée plus globale, proposer de nouvelles conceptualisations sous la forme d'un essai, s'appuier aussi bien sur des théories sociologiques que sur des auteurs en dehors de ce champ disciplinaire, sur celles qui étudient l'entreprise et sur celles qui étudient de toutes autres activités sociales. Il entend défendre l'objectivité scientifique tout en soulignant la réalité crue de certains faits bref, mélanger les genres habituellement séparés. D'où une première difficulté de ce texte qui vient du fait que les essais théoriques ne sont aujourd'hui pas vus d'un oeil très favorable dans ce qu'on appelle la communauté scientifique, pour des raisons historiques qu'il n'y a pas lieu d'examiner ici. Dans les revues par exemple qui font autorité institutionnelle dans le milieu sociologique, s'est imposé ces dernières années un style général distinguant des articles dits théoriques d'autres types d'articles plus empiriques. Dans les premiers on mène la discussion avec les théories existantes dans un domaine donné et on fait à partir de celle-ci des propositions conceptuelles. Les seconds sont basés sur des enquêtes spécifiques suggérant des apports ou des modifications secondaires aux théories existantes à partir des résultats d'enquête. Les sociologues s'autorisent ainsi soit à partir des auteurs déjà reconnus, soit à partir d'une référence au "terrain". 1 ) Ce texte constituera l'introduction d'un ouvrage en préparation, qui reprendra, chapitre par chapitre et dans le détail, avec de multiples exemples de l'actualité à l'appui, les différentes composantes de ce nouvel objet ici exposées de manière synthétique.

4 4 Cela donne lieu à notre avis à deux dérives typiques, qui nous semblent préjudiciables à la créativité et à l'inventivité scientifiques, donc au renouveau de la sociologie et d'autres sciences sociales. D'une part, se produisent des théorisations qui ont des rapports de plus en plus distancés au réel. Dans le domaine qui nous concerne une bonne partie des publications qui relèvent de la "sociologie de l'entreprise" peut ainsi passer en revue différentes théories de l'acteur, sur les rapports entre les relations sociales et les techniques, le dépassement du taylorisme ou l'influence des entreprises sur la société, sans jamais donner la parole aux acteurs en chair et en os ni parler des licenciements, du chômage et de la peur qu'ils provoquent dans les relations professionnelles, ni mentionner l'intensification du travail, le stress ou la brutalité de certaines méthodes de management. Cette tendance affecte aussi les livres, et un certain nombre d'ouvrages et de manuels consacrés à la sociologie de l'entreprise, malgré quelques analyses de "cas", ne parlent pas ou si peu de ces thèmes brûlants et d'actualité dans la vie au travail, qui sont par contre abordés une fois par semaine dans le supplément "Initiatives" du journal Le Monde 2. Le lien entre analyse théorique et vie réelle des sujets au travail devient ainsi de plus en plus tenu, au point où certaines publications tendent à participer du mouvement plus général d'euphémisation de la réalité sociale actuelle. L'autre dérive de la distinction entre textes théoriques et textes empiriques ce sont des articles où le souci de coller aux données du terrain le dispute au respect des règles méthodologiques, au détriment des idées nouvelles et des hypothèses de généralisation que des résultats dans un domaine limité suggèrent souvent. Cette dernière situation est analogue à celle qu'épingle Jean-Claude Kaufmann concernant le décalage entre les manuels de méthodes faisant autorité et les enquêtes effectives, obligeant le chercheur à adopter un double langage qui consiste à dissimuler les procédés qui lui ont réellement permis d'avancer dans sa recherche et à rédiger "un beau chapitre de méthodologie avec force citations, pour se protéger des critiques" (Kaufmann, 1997, p. 8). Paradoxalement en effet le prétendu respect du matériel empirique est de fait déformé par les exigences de méthode qui empêchent là aussi que la combinaison entre approche théorique et réalité empirique singulière ne produise de découvertes et une avancée de la théorie. C'est pourquoi Kaufmann, contre ce qu'il appelle "l'industrialisation de la sociologie", plaide en référence à Wright Mills pour "l'imagination sociologique", qui continue la tradition des auteurs classiques qui, 2 ) La nouvelle édition de Sociologie de l'entreprise de R. Sainsaulieu fait ici exception en ce sens qu'un sous-chapitre entier est consacré à la "gestion de l'emploi en temps de crise", où le chômage, la menace de licenciements et la peur qu'elle engendre, ainsi que les prétextes divers pour les justifier, sont clairement abordés (1997).

5 5 artisans intellectuels, avaient à inventer la théorie sociologique sans avoir pour autant à leur disposition les milliers de données statistiques jugées aujourd'hui indispensables pour pouvoir avancer des éléments de théorie générale. "L'artisan intellectuel (...) est tout à la fois : homme de terrain, méthodologue et théoricien, et refuse de se laisser dominer ni par le terrain, ni par la méthode, ni par la théorie" (Kaufmann, idem, p. 12). Parmi les grands classiques qui ont fondé cette tradition, il y a notamment Max Weber à propos de qui Dirk Kaesler avance ceci : "Max Weber, ainsi que je le soutiens dans ce volume, a en effet entrepris d'incessantes "tentatives de médiation" en les exposant sous la forme de l'essai, ce procédé stylistique qui permet de placer un objet, un thème ou un processus historique au centre de perspectives diverses et d'en analyser les différents aspects. En outre, le caractère expérimental et hypothétique de l'essai éclaire son objectif explicite qui est la synthèse, soit exactement ce que nous entendons par "médiation" (Kaesler, 1996, p. 12). Le texte qui suit voudrait s'inscrire dans cette tradition, et prétend relever le flambeau de "l'imagination sociologique" qui fait aujourd'hui à notre avis cruellement défaut et à la plupart des publications et à une bonne partie de l'enseignement sociologique, défaut qui explique d'après certains aussi la crise de l'édition en sciences sociales et humaines : "comment les étudiants pourraient-ils s'intéresser à l'actualité des idées - et donc des livres - quand tout le système est fait pour les convaincre que le nouveau doit être à tout prix évité?" (Pierssens, 1997). Imagination sociologique qui se veut néanmoins rigoureuse pour éviter de tomber dans l'imaginaire pur et simple, et qui s'appuie pour ce faire sur des arguments, des preuves et une démonstration ordonnée, montre le bien-fondé des hypothèses et des transitions d'une référence à une autre, indique les problèmes soulevés, mais prétend aussi pouvoir tirer certains enseignements plus généraux de données empiriques particulières et locales. Car toute analyse d'une situation locale singulière met forcément en oeuvre des concepts sociologiques fondamentaux, à commencer par une certaine conception du social, de la société, de l'économie, du symbolique et du politique, formant la grille de lecture souvent méconnue qui guide l'observation et l'interprétation. Puisque la théorie générale est nécessairement présente dans les études locales, les résultats singuliers et partiels ont de fait une portée plus large. Et dans le domaine qui nous concerne, Michel Crozier n'a-t-il pas élaboré sa théorie du phénomène bureaucratique à partir de l'analyse de deux entreprises exemplaires (Crozier, 1963)?

6 6 Nous nous mettons donc volontiers sous le patronage de cette citation de J-K. Galbraith, quand il critique les "normes de comportement" de la discipline économique : "Elles exigent qu'on se spécialise étroitement dans un sujet, qu'un même auteur ne traite qu'un sujet à la fois, qu'on soit respectueux des jugements établis, et d'une manière générale, qu'on se méfie des changements. Tous ces principes ont été violés dans les pages qui précèdent. Des économistes de profession pourront s'en offusquer : on les comprendra d'autant mieux que l'auteur reconnaît avoir agi de propos délibéré et tient à préciser les raisons qu'il a eues de ne pas sacrifier sur les autels consacrés" (Galbraith, 1967, p. 405). Nous préciserons aussi ces raisons au fur et à mesure du déroulement de notre argumentation. La deuxième difficulté liée à cette tentative de construction d'un nouvel objet théorique tient à ce que Pierre Bourdieu appellerait "les conditions sociales de l'efficacité du discours rituel" qui définissent le "langage autorisé" comme dépendant fortement de la "garantie de délégation" de celui qui en est le porte-parole (Bourdieu, 1982, pp ). La publication de textes et d'articles en sociologie relève bien en effet d'un rituel organisé, selon des règles dont nous avons déjà indiquée quelquesunes, mais dont l'un des fondements est aussi l'appartenance et le statut institutionnels de ceux qui rédigent les publications. Des auteurs à forte "garantie de délégation" peuvent ainsi écrire beaucoup de choses qui seront facilement tenues pour "vraies", et même dans leurs publications ou interventions dans les médias prétendre parler "au nom de la société française" en général, tel Alain Touraine qui ne cesse d'affirmer que "la société française est inquiète" ou "à la recherche d'elle-même" 3. Leurs affirmations sont surtout tenues pour "légitimes", dans la mesure où ils sont les représentants médiatisés de l'institution et de sa doxa, du discours qui va de soi, dans le domaine concerné. Des auteurs à moindre garantie de délégation peuvent être entendus favorablement tant qu'ils répètent cette doxa ou ne font qu'y proposer des modifications secondaires. Si par contre ces derniers prétendent proposer une théorisation non seulement nouvelle, mais qui plus est va à l'encontre des problématiques établies, ils risquent fort de s'attirer le rejet et le mépris de la part de ces dernières, sous le couvert du "manque de sérieux", "insuffisance de preuves", "pensée confuse", "théorisation pas assez solide", "caractère trop essayiste" et autres arguments. Ceux-ci seraient néanmoins plus convaincants si on ne pouvait pas constater qu'il y a toute une série de notions mal fondées en sociologie à propos desquelles on s'interroge rarement, et qui 3 ) Pour une critique en règle de ce type d'affirmations et de la position politico-scientifique qu'il implique, voir Nicolas Tenzer qui l'épingle à partir de l'idée que "la société française ne pense rien" (1997, p. 389), car la société n'est pas un sujet. On peut en dire autant des entreprises.

7 7 ne gardent leur solidité apparente que dans la mesure où un large consensus les admet sans discussion. Deux exemples, qui concernent le contenu de ce texte : l'immense majorité des sociologues qui ont pour objet empirique ou théorique "l'entreprise" ne se pose guère de questions quant à la validité et à l'existence même de cet objet. On peut ainsi personnifier l'entreprise ("l'entreprise a décidé que") et en faire une entité avec des frontières bien établies, sans que cela ne soulève de problèmes tant qu'on rencontre d'autres sociologues qui partagent les mêmes prénotions, même si on laisse entendre en passant que l'entreprise est très "perméable" à la société. On peut ainsi gloser à l'infini sur les rapports entre "l'entreprise et la société", sans jamais remarquer qu'il s'agit là d'un problème qui va à l'encontre de la logique la plus élémentaire, qui interdit en principe qu'on compare la partie au tout dont il fait partie pour voir ce que l'une a de particulier par rapport au second, dont on l'extrait ainsi momentanément aux fins de comparaison imaginaire. La remarque de Galbraith à propos de la plupart des économistes pour qui "mieux vaut une erreur bien ordonnée qu'une vérité complexe" (1967, p. 73) s'appliquerait-elle aussi aux sociologues? Un certain conformisme, un esprit de chapelle et la ritualisation passablement dormitive du discours sociologique, qui vont de pair avec les tentatives de marginalisation des discours critiques et de ceux qui en sont les porteurs, en ne citant jamais les théories adverses par exemple, sont ainsi devenus dominants dans notre discipline (et dans bien d'autres). Ce conformisme est entretenu et défendu par une logique institutionnelle et groupale qui a organisé notamment la spécialisation en "domaines" sociologiques dominés par le regroupement dans une même mouvance, association ou école, de collègues d'accord entre eux pour ne pas poser certaines questions. C'est ainsi qu'on a aujourd'hui une "sociologie du travail", une des "organisations", une autre de "l'entreprise", alors que les objets théoriques spécifiques des unes et des autres sont de moins en moins scientifiquement fondées. Ce que remarque notamment Pierre Tripier qui prévoit une certaine recomposition des frontières à l'intérieur de la sociologie et entre elle et d'autres disciplines, tout en concluant : "Cependant, les sociologues savent que ce sont les institutions académiques qui entretiennent les différences entre disciplines ou sous-disciplines, institutions qui n'ont pas besoin de paradigmes unificateurs pour continuer à se reproduire" (1994, p. 47).

8 8 Ce texte voudrait néanmoins faire mentir cette citation et celles de Pierre Bourdieu mentionnées plus haut, car nous pensons que les écrits et les discours ont une certaine autonomie par rapport à la position sociale de celui qui les énonce, même si elle est toute relative, et que les institutions sont aussi "cimentées" par des paradigmes unificateurs qui ont leur efficace propre. Nous le pensons dans la mesure même où le discours n'est jamais simplement "l'expression" des positions sociales, mais est un élément constitutif de celles-ci : c'est là notamment l'une des thèses du groupe Langage et Travail qui tente de théoriser les enjeux spécifiques aux pratiques discursives (Boutet, 1995). En vertu de cette conception il arrive à des idées "vraies" de se frayer un chemin malgré la faiblesse de garantie de délégation de celui qui les énonce, même si c'est d'une manière d'abord souterraine. En vertu de la même conception ce n'est pas le respect des règles de la méthode qui fait la vérité d'une thèse, mais sa capacité à montrer ce que d'autres explications du réel ratent, et à donner des explications qui éclairent ce que d'autres obscursissent. Faire de la science, c'est inventer des théorèmes et des embryons de théorie qui n'existaient pas encore, et en courir le risque, comme l'indique Isabelle Stengers (1992). Courir le risque de leur confrontation avec d'autres interprétations du réel, d'être contredit et d'en être institutionnellement sanctionné. Mais tenter d'expliquer le réel consiste aussi à "ne pas se raconter d'histoires", comme l'affirme la définition du matérialisme par Althusser, citée dans le dernier ouvrage d'alain Accardo (Accardo, 1997). Ne pas se raconter d'histoires c'est toujours rappeler que nous vivons dans un monde dominé par des rapports de pouvoir souvent d'une extrême violence, y compris dans le domaine de l'entreprise qui forme l'objet de ce texte. Ne pas se raconter d'histoires c'est aussi trouver un juste équilibre entre le langage scientifique, impliquant une certaine prise de distance, mettant au loin les manifestations affectives et l'identification aux thèmes et sujets analysés, et une partie du langage, des expressions et préoccupations propres aux milieux étudiés. Quand on mène des enquêtes dans les entreprises, notamment auprès du personnel dit d'exécution, qui met dans les entretiens en cause les discours dominants tenus par les représentants officiels de l'entreprise et fait part de sa souffrance, cela engage à notre sens à une "éthique du témoignage", comme le soutient Christophe Dejours (Dejours, in Boutet, 1995). Sinon, l'écriture et le discours sociologiques tombent facilement dans l'euphémisation et dans la langue de bois, qui se drapent des oripeaux de la science mais interdisent de fait l'explicitation et la définition "sans phrases" des rapports de forces inégalitaires de l'ordre social existant. Tenter d'éviter cela explique aussi le style de ce texte qui, tout en se voulant rigoureux, déroge parfois aux modèles académiques actuels dans la mesure où ils excluent souvent même l'irruption de certains des faits les

9 9 plus têtus de la vie quotidienne dans les textes qui se veulent scientifiques. Que le monde de l'entreprise paraît soft et policée dans la plupart des publications relevant de la sociologie de l'entreprise! Les pages que R. Sainsaulieu consacre à "l'effet terreur" des menaces de licenciement et au "climat général d'insécurité et de précarité" qu'elles provoquent (1997, pp ), font ici quasiment figure de dangereuse subversion! L'autre face de cette réalité quotidienne méconnue est sa drôlerie et sa môquerie. En effet, le langage et le parler ordinaires, dont ceux qui ont cours dans les entreprises, sont émaillés d'anecdotes et d'histoires toujours significatives et souvent amusantes, et il nous semble que ces histoires et jeux de mots en disent généralement plus long sur la face d'ombre voire la vie réelle des entreprises que les discours managériaux officiels. Tout comme le mot d'esprit a un rapport avec la vérité de l'inconscient, comme Freud l'a montré, nous pensons que le rire, l'humour et parfois l'ironie, sont plus proches de la vérité des situations analysées que les discours publicitaires. Or il arrive souvent que ce n'est pas le plaisir mais la gêne de ce qui est tu, l'étouffement de la parole de certains interviewés ou la condescendance envers eux qui se dégage de bien des mornes discours qui caractérisent si fréquemment les conférences sociologiques et le peu de consistance de maints articles. Comme si "neutralité", "objectivité" et "science" étaient synonymes de "contrition". Le style le plus répandu dans les revues qui font institutionnellement autorité ressemble plus à celui de rapports administratifs qu'à celui si vivant et interpellant des inventeurs de la sociologie. Quand on relit certains passages des textes de Max Weber, notamment sur le monde des "savants" et sur celui des "politiques", son style paraît par rapport aux normes d'aujourd'hui presqu'iconoclaste 4. 4 ) Un exemple parmi d'autres, particulièrement adapté aux propos que nous venons d'écrire : "La vanité est un trait commun et personne n'en est entièrement exempt. Dans les milieux scientifiques et universitaires elle est même une sorte de maladie professionnelle" (Weber, 1963, p. 197). Weber, qui n'hésite pas à discuter avec Marx et à lui emprunter un certain nombre d'idées, emploie à propos du capitalisme et de l'entreprise un vocabulaire plutôt "fort" comparé à celui qui domine dans la sociologie aujourd'hui. D'où une forte tendance à édulcorer sa pensée, à ne pas se reférér à certains passages ou ouvrages, comme on le signalera plus loin à propos de l'entreprise. Un exemple de cette tendance à lisser les aspérités de la pensée de Weber est l'ouvrage Durkheim, Weber, vers la fin des malentendus, sous la direction de M. Hirschhorn et J. Coenen-Huther, l'harmattan, Entre Durkheim et Weber il n'y a pas que des "malentendus"...

10 10 Ce que nous voulons démontrer Ce texte tente donc de construire un nouvel objet, désigné comme "l'entreprise politique". Avant d'avancer l'argument central qui étaye cette notion, voici le déroulement de notre démonstration, qui passe par plusieurs autres notions inédites. Après avoir indiqué quelques-uns des matériaux empiriques qui nous ont servi dans la construction de nos hypothèses, nous proposons pour nous mettre en train une première idée posant que ce qu'on désigne par "entreprise" est un processus sans frontières préassignées, dont l'unité n'est nullement donnée d'avance mais est problématique et doit être théoriquement construite, ce qui nous amène à mettre en cause les conceptions qui font de l'entreprise une entité plus ou moins homogène. L'un des arguments qui plaide en faveur de cette absence de frontières et de l'inscription des entreprises dans toutes les activités sociales, est l'intégration des consommateurs dans la sphère d'influence des entreprises, particulièrement claire pour les entreprises de service mais qui peut être démontrée aussi, mutatis mutandis, pour l'influence exercée par les entreprises industrielles par le biais de l'usage des produits dans la sphère domestique notamment. L'une des évolutions qui caractérisent la conjoncture des entreprises est justement l'invention de dispositifs spécifiques ayant le renforcement de cette intégration des consommateurs pour objet et enjeu. Cela nous amène à l'hypothèse centrale consistant à définir les entreprises comme l'une des modalités d'organisation de la population, et en référence aux théories de Norbert Elias comme une configuration de production, de distribution et de consommation. Cette dernière est aussi décrite comme une alliance contrainte entre propriétaires, dirigeants, encadrement, exécution des entreprises de production et de distribution, et consommateurs, dont les bases et les modalités précises restent à préciser et à développer. Il s'agit d'un processus à la fois structuré et structurant pour et dans l'ensemble de la société, sans que l'on puisse mettre cette dernière à côté ou en face de ces configurations qu'il faut par contre articuler à d'autres activités sociales qui en sont en partie distinctes. C'est ainsi qu'on débouche sur le titre de ce texte, l'entreprise politique. Cette notion a un sens restreint et un sens large. Restreint, quand elle désigne un certain type d'entreprises, où les dimensions subjectives, culturelles, idéologiques et politiques viennent sur le devant de la scène et où des dispositifs spécifiques de transformation de ces dimensions sont mis en oeuvre (gestion des ressources humaines, management, démarches qualité, marketing et autres). Plus large, dans la mesure où ce qui est

11 11 explicite et visible dans un certain type d'entreprises pourrait bien être en réalité la pointe émergée d'un iceberg faisant de toutes les entreprises des organisations politiques structurant la vie sociale. Ces hypothèses interrogent donc à la fois les conceptions dominantes de la politique et de l'etat, et celles qui font des entreprises avant tout des lieux de production économique. Elles s'appuient notamment sur certaines idées de Chandler et de Galbraith sur l'effacement des frontières entre sphère publique et privée, et sur l'exercice de certaines fonctions étatiques par les entreprises y compris privées. On y discutera des notions "d'entreprise citoyenne" qui relève du discours politique, de celle "d'entreprise institution" développée notamment par Denis Segrestin, de l'idée de l'entreprise comme "espace public" développée par certains auteurs en référence aux théories de Habermas (Floris, 1995), pour en tirer les conséquences ultimes : les entreprises sont des instances qui participent de l'appareil d'etat. Les dispositifs spécifiques de mobilisation de la subjectivité des salariés et des consommateurs mis en oeuvre par les entreprises sont définis dans ce texte comme des dispositifs de gouvernement. On montre en effet que loin de concerner la seule subjectivité, ces dispositifs mobilisent des normes et des valeurs par le biais du langage mais aussi par l'intervention de technologies, de mesures financières, de changements juridiques et institutionnels. Ceux-ci impliquent des apports des sciences sociales qui, par les catégories qu'elles proposent, participent de la création des conditions de la "gouvernementalité" des entreprises (Anthropologie et sociétés, 1996). Les dirigeants d'entreprise et leurs alliés sont engagés dans une lutte pour le renforcement de l'intégration des consommations dans les entreprises et celle-ci concerne en fin de compte une partie du pouvoir sur la cité. Les dispositifs de gouvernement des entreprises sont certains des moyens de cette lutte. Cette intervention sur l'ensemble de la vie sociale, qui est également le point de départ du texte, implique que l'analyse des entreprises relève de plein droit de la sociologie générale, ce qui constitue probablement aussi l'une des idées iconoclastes avancées ici. Les configurations de production, de distribution et de consommation organisent en effet des domaines et des activités qui relèvent d'une part de spécialisations comme la sociologie de la famille, du système scolaire, du sport, de la santé, du droit, de la culture et de la communication, de la religion et du politique, et d'autre part, des théories générales sur la reproduction, les classes sociales, le lien social.

12 12 Il faut donc entendre l'idée que les entreprises sont une "affaire de société" au sens fort du terme : c'est sur le terrain des entreprises que se décide une partie déterminante et décisive de la reproduction sociale, d'autant plus que ce terrain dépasse de loin les murs des usines et des bureaux, mais touche à quasiment toutes les activités sociales 5. Matériaux empiriques et hypothèses Les recherches sur le terrain ne produisent de résultats et ne suggèrent d'hypothèses que dans la mesure où elles sont toujours déjà guidées par les notions théoriques et les concepts qui y sont investies. C'est cette combinaison entre le fil conducteur théorique, les questions fondamentales qu'on se pose et les matériaux empiriques, qui peut être heuristique. Pour ce qui nous concerne en l'occurence cette combinaison se caractérisait il y a dix ans notamment par la quasi absence de références théoriques en sociologie du travail, des organisations et de l'entreprise (cette dernière venant à peine de naître), car notre cheminement scientifique et biographique nous a fait passer soudainement sans transition des recherches dans le domaine du travail social à celui de l'entreprise. Une quinzaine d'années d'enseignement, de recherches et de publications sur le terrain du travail social avaient étayée une problématique faisant appel à différentes sociologies spécialisées, à la sociologie générale, à la philosophie et à la psychanalyse. Car le travail social, héritier en cela des théories de Durkheim sur la Division du travail social, est une activité qui touche à presque toutes les autres activités sociales, dont les frontières sont très difficiles à cerner, qui ne fonctionne que par la coopération plus ou moins volontaire entre publics et travailleurs sociaux, et où les dimensions collectives et individuelles sont difficiles à séparer. Nous avons commencé nos recherches sur les entreprises avec une telle grille d'interprétation en tête. Nos enquêtes empiriques ont porté principalement sur la modernisation de deux grandes entreprises publiques : la RATP ( ) et France Telecom ( ), mais des entretiens supplémentaires dans des entreprises privées ont permis de vérifier que ce qui valait pour les premières valait aussi en partie pour les secondes. On indiquera ce qui justifie à nos yeux ce passage des entreprises publiques à celles qui sont privées, distinction avant tout juridique qu'il ne faut pas surestimer d'ailleurs, eu 5 ) La suite de ce texte doit beaucoup aux remarques et suggestions d'alain Accardo, Alain Chenu, Pierre Dubois, Jean-Pierre Durand, François Fourquet, Bruno Pequignot, Renaud Sainsaulieu, Jean-René Tréanton, Jean-Yves Trépos, Pierre Tripier et Michel Verret. Qu'ils en soient ici remerciés. La version finale relève bien entendu de la responsabilité entière de son signataire, qui en court aussi les risques.

13 13 égard à l'histoire de la constitution des services publics, au va-et-vient de certaines entreprises entre sphère privée et publique depuis un siècle, et aux projets actuels de privatisation d'entreprises auparavant publiques (Mispelblom, 1990). Un premier type de recherche avait pour but de proposer une tentative de définition des spécificités, des frontières et de la nature de ces entreprises 6. Une entreprise de transports en commun, qu'elle soit privée ou publique, fait aussi bien d'autres choses que de déplacer des voyageurs d'un endroit à un autre, elle intervient sur l'aménagement du territoire, décide d'une partie du prix des terrains et des logements donc des possibilités d'habitation, contribue à ce que des cités de banlieue soient reliées à la vie des villes ou en soient coupées, constitue un lieu d'animation culturelle mais aussi de délinquances particulières. France Telecom vise à réaliser dans ses installations et sa tarification l'égalité d'accès aux télécommunications, favorise ainsi la démocratie et contribue au maintien de la cohésion nationale. Sa privatisation ne changerait pas l'étendue de son champ d'intervention. D'où l'hypothèse qu'une entreprise est un processus sans frontières préassignées dont le rôle va bien au-delà de l'économique ou de la technique. Ces tentatives de définition des caractéristiques et fonctions de ces entreprises publiques impliquaient une réflexion sur la spécificité des entreprises de service par rapport aux industries. Celle-ci se situait à une période où le débat à propos du passage du statut "d'usager" des services publics à celui de "client" faisait rage dans les entreprises étudiées. Cela nous a permis d'étayer l'idée que les consommateurs occupent dans chaque entreprise un statut institutionnel particulier, doté de droits et de devoirs, de possibilités et de limites : voyageur de la RATP, abonné de France Telecom. La modernisation des entreprises vise notamment à changer ce statut. Ces usagers eux-mêmes sont l'un des objets et l'un des produits des services de transport, qui déplacent leurs corps dans l'espace en les assujettissant à un statut qui transforme aussi leur esprit. Ce statut qui peut être plus ou moins dominé ("on nous transporte comme du bétail") ou participatif ("enfin on tient compte de nous") a été longtemps l'objet d'une intense bataille d'orientations à la RATP. L'un des aspects du rôle social des services est cette production d'identités spécifiques à la consommation, et cela vaut aussi en partie pour les effets identitaires des produits, comme on le montrera plus loin. Cette idée annonce notre hypothèse centrale postulant que les entreprises sont l'une des modalités d'organisation de la population, incluant dans une même 6 ) "Culture d'entreprise et produit transport", recherche effectuée pour la Direction commerciale de la RATP, 1989, "A propos de modernité publique", Mission prospective, RATP, 1990, et "Vers l'entreprise stratégique de télécommunications", recherche effectuée pour l'observatoire social de France Telecom, 1992.

La méthode des cas et le plan marketing : énoncé seul

La méthode des cas et le plan marketing : énoncé seul La méthode des cas et le plan marketing : énoncé seul 12_07_2011 Table des matières Table des matières 3 I - 1. Point méthodologique 7 A. 1.1. Définitions...7 B. 1.2. Plan d'analyse type...8 C. 1.3. Synthèse...13

Plus en détail

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Le projet de socle de connaissances, de compétences et de culture,

Plus en détail

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934)

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) 3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) Psychologue russe contemporain de Piaget, a également élaboré une théorie interactionniste de l'apprentissage, sage, mais qui insiste sur tout sur la

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

SCIENCES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE. Annexe

SCIENCES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE. Annexe SCIENCES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE A. du 1-7- 2002. JO du 10-7-2002 NOR : MENE0201542A RLR : 524-5 MEN - DESCO A4 Vu code de l'éducation, not. art. L. 311-1

Plus en détail

Quelques clés pour réussir une stratégie de la communication interne.

Quelques clés pour réussir une stratégie de la communication interne. www.sophte.com INGENIERIE DU MANAGEMENT - COMMUNICATION - MULTIMEDIA Quelques clés pour réussir une stratégie de la communication interne. 1 Situation actuelle De plus en plus, l'entreprise doit gérer

Plus en détail

Gérer les rapports de pouvoir

Gérer les rapports de pouvoir Gérer les rapports de pouvoir Marc Thiébaud Novembre 1995 L'analyse des relations de pouvoir est importante à deux titres au moins: a) Pour développer la coopération que peuvent avoir les autres entre

Plus en détail

AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE. Prise de position de la Cour

AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE. Prise de position de la Cour AVIS RENDU EN VERTU DE L'ARTICLE 228 DU TRAITÉ CE Prise de position de la Cour Sur l'admissibilité de la demande d'avis 1 Les gouvernements irlandais et du Royaume-Uni, mais aussi les gouvernements danois

Plus en détail

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes Les 3 objectifs sont poursuivis aussi bien à l'école maternelle, qu'à l école primaire MATERNELLE * Favoriser la construction des actions motrices

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE

LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE LA CPU ET L UNIVERSITE FRANCAISE En 2012, toutes les universités françaises seront autonomes ; elles le seront dans un contexte mondial où leur rôle est à la fois fortement réaffirmé et sujet à de profondes

Plus en détail

La contrefaçon par équivalence en France

La contrefaçon par équivalence en France BREVETS La contrefaçon par équivalence en France I. Introduction Si l'on considère une revendication de brevet qui remplit les conditions de validité au regard de l'art antérieur, le cas de contrefaçon

Plus en détail

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE Un problème de recherche est l écart qui existe entre ce que nous savons et ce que nous voudrions savoir à propos d un phénomène donné. Tout problème de recherche

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

FICHE S PEDAGOGIQUE S. Bilan personnel et professionnel Recherche active d emploi

FICHE S PEDAGOGIQUE S. Bilan personnel et professionnel Recherche active d emploi FICHE S PEDAGOGIQUE S Bilan personnel et professionnel Recherche active d emploi 2 TABLE DES MATIERES PREMIERE PHASE : BILAN 1. Organisation de la phase de bilan 5 2. Fiches relatives à l'expression orale

Plus en détail

3/28/2015 Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 4 mars 2015, 13 28.141 13 28.142 13 28.143 13 28.144, Inédit Legifrance

3/28/2015 Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 4 mars 2015, 13 28.141 13 28.142 13 28.143 13 28.144, Inédit Legifrance Références Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mercredi 4 mars 2015 N de pourvoi: 13 28141 13 28142 13 28143 13 28144 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Vallée (conseiller

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

Collaboration : Sachez distinguer, parmi votre personnel, les enthousiastes des réfractaires

Collaboration : Sachez distinguer, parmi votre personnel, les enthousiastes des réfractaires Collaboration : Sachez distinguer, parmi votre personnel, les enthousiastes des réfractaires Les leçons de ce document La a attiré l'attention d'entreprises à la recherche de compétitivité dans un contexte

Plus en détail

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Source : "Comptable 2000 : Les textes de base du droit comptable", Les Éditions Raouf Yaïch. Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Le nouveau système comptable consacre d'importants

Plus en détail

Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM Normandie Université (Univ. Rouen)

Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM Normandie Université (Univ. Rouen) 20 ème Congrès du CIRIEC International Buenos Aires, octobre 2014 Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM Normandie Université (Univ. Rouen) 1 Hétérodoxie versus

Plus en détail

LA PROCEDURE D'EVALUATION A.NA.PSY.p.e. EST LE RESULTAT D'UNE RECHERCHE

LA PROCEDURE D'EVALUATION A.NA.PSY.p.e. EST LE RESULTAT D'UNE RECHERCHE LA PROCEDURE D'EVALUATION A.NA.PSY.p.e. EST LE RESULTAT D'UNE RECHERCHE CETTE RECHERCHE A ETE FINANCEE PAR Le Ministère des Affaires Sociales et de l'emploi, Direction Générale de la Santé,Sous- Direction

Plus en détail

ANNEXE 1 RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX 1 ASSOCIATION DES ARCHÉOLOGUES PROFESSIONNELS DU QUÉBEC (AAQ) CODE D ÉTHIQUE ET DES NORMES PROFESSIONNELLES

ANNEXE 1 RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX 1 ASSOCIATION DES ARCHÉOLOGUES PROFESSIONNELS DU QUÉBEC (AAQ) CODE D ÉTHIQUE ET DES NORMES PROFESSIONNELLES ANNEXE 1 RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX 1 ASSOCIATION DES ARCHÉOLOGUES PROFESSIONNELS DU QUÉBEC (AAQ) CODE D ÉTHIQUE ET DES NORMES PROFESSIONNELLES Ce code fait partie intégrante du règlement de l'association des

Plus en détail

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème Problématique / Problématiser / Problématisation / PROBLÉMATIQUE : UN GROUPEMENT DE DÉFINITIONS. «Art, science de poser les problèmes. Voir questionnement. Ensemble de problèmes dont les éléments sont

Plus en détail

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI?

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI? LA GOUVERNANCE DES PME-PMI Gérard CHARREAUX Professeur de Sciences de Gestion à 1 Université de Bourgogne, Dijon PREAMBULE Il est probable que vous vous interrogez sur l'apport des recherches en matière

Plus en détail

Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008

Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008 1 Loïc Blondiaux Le Nouvel Esprit de la démocratie Actualité de la démocratie participative Le Seuil, coll. «La République des Idées», 2008 L auteur Loïc Blondiaux est professeur des Universités à l Institut

Plus en détail

Code de la publicité écologique

Code de la publicité écologique Code de la publicité écologique Code de la publicité écologique: Préambule Une société saine construit un avenir durable. De plus en plus, le souci de l'homme pour son environnement en constitue un élément

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR PRÉAMBULE

RÈGLEMENT INTÉRIEUR PRÉAMBULE PRÉAMBULE RÈGLEMENT INTÉRIEUR Le présent règlement intérieur a pour objet de préciser les modalités de fonctionnement du conseil des sages et de déterminer les obligations de ses membres. Il fait référence

Plus en détail

PRESENTATION DE L'ECOLENSEMBLE

PRESENTATION DE L'ECOLENSEMBLE PRESENTATION DE L'ECOLENSEMBLE Le but de l'écolensemble est d'informer les enseignants en grande section de maternelle et en école élémentaire et de sensibiliser leurs élèves pour accompagner et faciliter

Plus en détail

LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE

LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE Par Nabila EL HEDDA, Elyès JOUINI et Denis CHEMILLIER-GENDREAU "Le marché tunisien de l'assurance va connaître, dans les années

Plus en détail

Communication publique, communication politique

Communication publique, communication politique Master Retic Master CPI Communication publique, communication politique B. Lafon, 2013-2014 1. La consubstantialité communication politique 2. Les sources des pratiques professionnelles en communication

Plus en détail

Quel management dans un collectif de travail en télétravail?

Quel management dans un collectif de travail en télétravail? Quel management dans un collectif de travail en télétravail? Le passage au télétravail s accompagne de transformations importantes en termes d organisation et de pratiques. Comment faire évoluer le management

Plus en détail

La charte de l'a.r.c.h.e.

La charte de l'a.r.c.h.e. La charte de l'a.r.c.h.e. Ethique Conscients de disposer de clefs d'accès efficaces aux ressources de l'inconscient et de la responsabilité de promouvoir une définition et une perception originales des

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité MEDIATION INFORMATIONS

GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité MEDIATION INFORMATIONS GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité INFORMATIONS MEDIATION La médiation fait partie du dispositif de protection de la personnalité des membres du personnel de l'etat de Genève et des institutions

Plus en détail

A l'intention des collègues dont les élèves vont tester le sujet "prospectif" de bac ES.

A l'intention des collègues dont les élèves vont tester le sujet prospectif de bac ES. A l'intention des collègues dont les élèves vont tester le sujet "prospectif" de bac ES. Le sujet proposé s'inscrit dans le cadre du texte d'orientation ci-joint. L'exercice I est du type "compréhension

Plus en détail

AVANT-PROPOS CREATIVITE, FEMMES ET DEVELOPPEMENT L'EXEMPLE QUI VIENT DES AUTRES...

AVANT-PROPOS CREATIVITE, FEMMES ET DEVELOPPEMENT L'EXEMPLE QUI VIENT DES AUTRES... AVANT-PROPOS CREATIVITE, FEMMES ET DEVELOPPEMENT L'EXEMPLE QUI VIENT DES AUTRES... Tellement à la mode depuis quelques années, le mot de créativité est peut-être déjà démodé. La publicité, la médiatisation,

Plus en détail

Université de Haute Alsace. Domaine. Sciences Humaines et Sociales. MASTER Mention Éducation, Formation, Communication UHA, ULP, Nancy 2

Université de Haute Alsace. Domaine. Sciences Humaines et Sociales. MASTER Mention Éducation, Formation, Communication UHA, ULP, Nancy 2 Centre Universitaire de Formation des Enseignants & des Formateurs Laboratoire Interuniversitaire de Sciences de l Education et de la Communication Université de Haute Alsace Domaine Sciences Humaines

Plus en détail

N.V. Bourov, I.Yu. Khitarova. ART-INFORMATION Problèmes de stockage et de communication. Matériel didactique

N.V. Bourov, I.Yu. Khitarova. ART-INFORMATION Problèmes de stockage et de communication. Matériel didactique N.V. Bourov, I.Yu. Khitarova ART-INFORMATION Problèmes de stockage et de communication Matériel didactique Recommandé par l Union méthodique d études de L Académie Russe des Sciences naturelles de l enseignement

Plus en détail

Dossier documentaire

Dossier documentaire DCL FLE annale 2012 Dossier documentaire Page 1 sur 6 DCL FLE Diplôme de Compétence en Langue Session du mercredi 23 mai 2012 Dossier documentaire Support de la phase 1 Document 1 Bulletin Mensuel d Informations

Plus en détail

Observation des modalités et performances d'accès à Internet

Observation des modalités et performances d'accès à Internet Observation des modalités et performances d'accès à Internet Avant-propos La base de cette étude est constituée par les informations collectées par l'outil Cloud Observer d'iplabel (chargement des différents

Plus en détail

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition 09-0749 1 WHO/EMP/MAR/2009.3 Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition Synthèse des résultats des études publiées entre 1990 et 2006 Organisation

Plus en détail

Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2)

Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2) Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2) Une précédente analyse 1 a introduit le concept d'effet de levier, procédé visant à s'endetter pour chercher à accroître

Plus en détail

LES HABILETÉS POLITIQUES ET LE LEADERSHIP EN ÉDUCATION

LES HABILETÉS POLITIQUES ET LE LEADERSHIP EN ÉDUCATION LES HABILETÉS POLITIQUES ET LE LEADERSHIP EN ÉDUCATION Un texte d accompagnement au séminaire de la FORRES 2006 Guy Pelletier, Professeur Université de Sherbrooke Il n y a pas d ascension dans l exercice

Plus en détail

Comprendre l'économie sociale

Comprendre l'économie sociale Comprendre l'économie sociale Fondements et enjeux Jean-François Draperi DUNOD Table des matières Introduction. Comprendre et entreprendre PREMIÈRE PARTIE POURQUOI L'ÉCONOMIE SOCIALE? 1. L'économie sociale

Plus en détail

Traduction Claire Mouhot

Traduction Claire Mouhot L'ENSEIGNEMENT DES MATHEMATIQUES AUX ELEVES AYANT DES TROUBLES DE L'APPRENTISSAGE OU DES DIFFICULTES EN MATHEMATIQUES INTRODUCTION Un Guide pour les Maîtres Madhavi Jayanthi Russell Gersten Scott Baker

Plus en détail

Filière «Économie et Entreprise» 2015/2016

Filière «Économie et Entreprise» 2015/2016 Filière «Économie et Entreprise» 2015/2016 1. Présentation de la filière Économie et Entreprise La filière «Economie et entreprises» de quatrième année de SciencesPo Strasbourg donne aux étudiants, dans

Plus en détail

Projet d établissement

Projet d établissement Projet d établissement Le Lycée Expérimental de Saint-Nazaire est un établissement public assurant une formation de second cycle de l enseignement secondaire. Il regroupe des enseignants volontaires qui

Plus en détail

PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES

PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES Leçon 11 PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES Dans cette leçon, nous retrouvons le problème d ordonnancement déjà vu mais en ajoutant la prise en compte de contraintes portant sur les ressources.

Plus en détail

3 Les premiers résultats des plans d'actions

3 Les premiers résultats des plans d'actions 3 Les premiers résultats des plans d'actions Les résultats que nous avons obtenus en ce qui concerne les plans d'action, résultent de l'analyse de 48 entreprises seulement. Revenons sur notre échantillon.

Plus en détail

La théorie des mouvements dans les formules Jean-François Nicaud Version initiale de Février 2013 jeanfrancois.nicaud@laposte.net

La théorie des mouvements dans les formules Jean-François Nicaud Version initiale de Février 2013 jeanfrancois.nicaud@laposte.net La théorie des mouvements dans les formules Jean-François Nicaud Version initiale de Février 2013 jeanfrancois.nicaud@laposte.net Article rédigé avec epsilonwriter puis copié dans Word La théorie des mouvements

Plus en détail

First Line and Maintenance in Nonsquamous NSCLC: What Do the Data Tell Us?

First Line and Maintenance in Nonsquamous NSCLC: What Do the Data Tell Us? Dr Jean-Charles Soria : Bonjour et bienvenue dans ce programme. Je suis Jean Charles Soria, Professeur de Médecine et Directeur du programme de développement précoce des médicaments à l université Paris

Plus en détail

Distr. GENERAL. HCR/GIP/02/02 Rev.1 Date: 8 juillet 2008. FRANÇAIS Original: ENGLISH

Distr. GENERAL. HCR/GIP/02/02 Rev.1 Date: 8 juillet 2008. FRANÇAIS Original: ENGLISH Distr. GENERAL HCR/GIP/02/02 Rev.1 Date: 8 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ENGLISH PRINCIPES DIRECTEURS SUR LA PROTECTION INTERNATIONALE: «L appartenance à un certain groupe social» dans le cadre de l'article

Plus en détail

Normes de rédaction : Comment faire référence aux documents?

Normes de rédaction : Comment faire référence aux documents? Normes de rédaction : Comment faire référence aux documents? Renato Scariati et Cristina Del Biaggio Département de géographie Université de Genève Version : 02 février 2010 Normes de rédaction 1 Table

Plus en détail

SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION. Audience publique du 6 octobre 2010. Rejet. MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président

SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION. Audience publique du 6 octobre 2010. Rejet. MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION Audience publique du 6 octobre 2010 MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président Pourvoi n V 09-68.962 Rejet Arrêt n 1881 F-D LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE

Plus en détail

Numéro du rôle : 286. Arrêt n 41/91. du 19 décembre 1991 A R R E T

Numéro du rôle : 286. Arrêt n 41/91. du 19 décembre 1991 A R R E T Numéro du rôle : 286 Arrêt n 41/91 du 19 décembre 1991 A R R E T En cause : la question préjudicielle posée par le bureau d'assistance judiciaire du tribunal de première instance de Mons par décision du

Plus en détail

POSITION DU CCBE CONCERNANT LE LIBRE CHOIX D'UN AVOCAT EN MATIÈRE D'ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE

POSITION DU CCBE CONCERNANT LE LIBRE CHOIX D'UN AVOCAT EN MATIÈRE D'ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE POSITION DU CCBE CONCERNANT LE LIBRE CHOIX D'UN AVOCAT EN MATIÈRE D'ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE Position du CCBE concernant le libre choix d'un avocat en matière d'assurance protection juridique Le

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE 1996-11-20

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE 1996-11-20 CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE 1996-11-20 Convention collective nationale des cabinets ou entreprises d'expertises en automobiles du 20 novembre 1996 Etendue par arrêté du 8 avril 1998 JORF 24 avril 1998.

Plus en détail

Par jugement en date du 15 juin 1999, le tribunal de grande insrtance de NANTERRE s'est déclaré incompétent au profit de la présente juridiction.

Par jugement en date du 15 juin 1999, le tribunal de grande insrtance de NANTERRE s'est déclaré incompétent au profit de la présente juridiction. FAITS ET PROCEDURE Par acte du 3 décembre 1998, Mèmeric THIBIERGE a assigné devant le Tribunal de grande instance de NANTERRE la société ARJO WIGGINS pour entendre : -Dire et juger que l'invention de M.THIBIERGE

Plus en détail

Text Types and Purposes

Text Types and Purposes Text Types and Purposes College and Career Readiness (CCR) Anchor Standard 1: Ecrire une composition avec une idée principale, claire, explicite ou implicite en utilisant des éléments et des arguments

Plus en détail

CONSEIL : et si nous passions du prix à la valeur?

CONSEIL : et si nous passions du prix à la valeur? V3 4 juin 2015 CONSEIL : et si nous passions du prix à la valeur? Préambule : une première version de cet article a servi pour amorcer la réflexion collective engagée le 22 mai dernier. Cette troisième

Plus en détail

Commission Nationale de l Informatique et des Libertés Recommandation (97-008)

Commission Nationale de l Informatique et des Libertés Recommandation (97-008) RECOMMANDATION Délibération n 97-008 du 4 février 1997 portant adoption d'une recommandation sur le traitement des données de santé à caractère personnel (Journal officiel du 12 avril 1997) La Commission

Plus en détail

Jusqu à trois prix seront décernés annuellement et ce dans les deux catégories suivantes.

Jusqu à trois prix seront décernés annuellement et ce dans les deux catégories suivantes. Directives de mise en candidature Association des universités de l Atlantique Prix d enseignement distingué et de leadership en éducation, 2015 Objectif Le but de ce programme de prix est d encourager

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

Avis relatif à la note approuvée par le Gouvernement flamand concernant une publicité accrue de la politique salariale au sein de l'autorité flamande.

Avis relatif à la note approuvée par le Gouvernement flamand concernant une publicité accrue de la politique salariale au sein de l'autorité flamande. ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Rue Haute, 139, B-1000 Bruxelles Tél.: +32(0)2/213.85.40 E-mail : commission@privacycommission.be Fax.: +32(0)2/213.85.65 http://www.privacycommission.be COMMISSION

Plus en détail

RAISONNABLE EN 1998; DÉRAISONNABLE EN 2002

RAISONNABLE EN 1998; DÉRAISONNABLE EN 2002 Un tribunal de l'ontario juge que le gouvernement exerce de la discrimination fondée sur l'âge et la déficience en refusant des programmes aux élèves atteints d'autisme Dans l'affaire Wynberg c. Ontario,

Plus en détail

de la commune organisatrice ou bénéficiaire, ci-après dénommée «société de transports en commun bénéficiaire». Par dérogation aux dispositions de

de la commune organisatrice ou bénéficiaire, ci-après dénommée «société de transports en commun bénéficiaire». Par dérogation aux dispositions de 15 MAI 2007. - Loi relative à la création de la fonction de gardien de la paix, à la création du service des gardiens de la paix et à la modification de l'article 119bis de la nouvelle loi communale (1)

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

A V I S A-2292/10-32. sur

A V I S A-2292/10-32. sur A-2292/10-32 A V I S sur le projet de règlement grand-ducal déterminant les conditions générales relatives à l'exercice du télétravail dans la fonction publique Par dépêche du 26 mai 2010, Madame le Ministre

Plus en détail

Les mises à disposition de personnels ou de matériels

Les mises à disposition de personnels ou de matériels Les mises à disposition de personnels ou de matériels Les associations sont souvent confrontées à des besoins précis et ponctuels en matériel ou en personnel. Or, l'achat, la location ou l'embauche s'avèrent

Plus en détail

Le Pacte international relative aux droits économiques, sociaux et culturels, 1966

Le Pacte international relative aux droits économiques, sociaux et culturels, 1966 Janvier 2014 INSTRUMENTS INTERNATIONAUX La liberté académique Le Pacte International relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, 1966 (Article 13; Observation générale No.13 paras 38-40) Le Pacte

Plus en détail

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. La protection des droits de la personne

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. La protection des droits de la personne Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale Dispositions législatives relatives au chapitre : La protection des droits de la personne Code de la santé publique Dispositions introduites

Plus en détail

Responsabilité légale : transport scolaire actif Rédigé par Doug Wyseman, Municipal Risk Services Limited avril 2010

Responsabilité légale : transport scolaire actif Rédigé par Doug Wyseman, Municipal Risk Services Limited avril 2010 Responsabilité légale : transport scolaire actif Rédigé par Doug Wyseman, Municipal Risk Services Limited avril 2010 Bien qu il y ait unanimité sur les bienfaits considérables des programmes de transport

Plus en détail

Décembre 2011. Nord-du-Québec

Décembre 2011. Nord-du-Québec Enquête sur les besoins de main-d œuvre et de formation des entreprises du secteur de l industrie de l information, de l industrie culturelle, des finances, des assurances, des services immobiliers et

Plus en détail

Comment parler de sa pratique pour la faire partager?

Comment parler de sa pratique pour la faire partager? pour la faire partager? 1. Profiter de l expérience des autres 2. Comment raconter son expérience? 2.1. Théoriser sous forme de récit 2.2. Les ingrédients de la théorisation de pratique 3. Élargir le récit

Plus en détail

Editorial : Le mémoire, un moyen pour penser sa pratique?

Editorial : Le mémoire, un moyen pour penser sa pratique? Formation et pratiques d enseignement en questions Editorial : Le mémoire, un moyen pour penser sa pratique? Abdel-Jalil AKKARI 1, (HEP-BEJUNE) et Sylvain RUDAZ (IFMES) Elément structurel des nouvelles

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

«Ceux qui ne partent pas» : document de synthèse

«Ceux qui ne partent pas» : document de synthèse «Ceux qui ne partent pas» : document de synthèse Introduction L'enquête «Volontariat international : à vous la parole» réalisée par JINOV international s'inscrit dans le cadre de la réflexion prospective

Plus en détail

Concours 2008 / 2009 externe et interne réservé d ingénieurs des services culturels et du patrimoine, spécialité «services culturels»

Concours 2008 / 2009 externe et interne réservé d ingénieurs des services culturels et du patrimoine, spécialité «services culturels» Concours 2008 / 2009 externe et interne réservé d ingénieurs des services culturels et du patrimoine, spécialité «services culturels» Le présent rapport a pour objet de donner une appréciation générale

Plus en détail

PRÉSENTATION DE FRANÇOIS-MARIE MONNET. Aucun moteur de recherche, interrogé sur le tableau attribué à Jérôme Bosch et intitulé «l escamoteur»

PRÉSENTATION DE FRANÇOIS-MARIE MONNET. Aucun moteur de recherche, interrogé sur le tableau attribué à Jérôme Bosch et intitulé «l escamoteur» PRÉSENTATION DE FRANÇOIS-MARIE MONNET LA TRANSPARENCE EST-ELLE LA SOLUTION POUR RÉTABLIR LA CONFIANCE DANS LA FINANCE? Aucun moteur de recherche, interrogé sur le tableau attribué à Jérôme Bosch et intitulé

Plus en détail

Entretien avec Jean-Paul Betbéze : chef économiste et directeur des études économiques du Crédit agricole, est membre du Conseil d'analyse économique

Entretien avec Jean-Paul Betbéze : chef économiste et directeur des études économiques du Crédit agricole, est membre du Conseil d'analyse économique Faut-il reculer l âge de la retraite? Entretien avec Jean-Paul Betbéze : chef économiste et directeur des études économiques du Crédit agricole, est membre du Conseil d'analyse économique Entretien avec

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE LIGNE DIRECTRICE N 6 LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE Le 15 novembre 2011 TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE DE LA LIGNE DIRECTRICE... 3 Pratiques prudentes

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE

CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE CHAPITRE 1 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE Avant de réaliser un diagnostic, il y a une étape préalable à effectuer : une segmentation stratégique. 1) La segmentation stratégique A. Intérêt et définition de

Plus en détail

Date : 18.11.2013 Tangram en carré page

Date : 18.11.2013 Tangram en carré page Date : 18.11.2013 Tangram en carré page Titre : Tangram en carré Numéro de la dernière page : 14 Degrés : 1 e 4 e du Collège Durée : 90 minutes Résumé : Le jeu de Tangram (appelé en chinois les sept planches

Plus en détail

Convention européenne sur la promotion d'un service volontaire transnational à long terme pour les jeunes

Convention européenne sur la promotion d'un service volontaire transnational à long terme pour les jeunes Convention européenne sur la promotion d'un service volontaire transnational à long terme pour les jeunes Strasbourg, 11.V.2000 Préambule Les Etats membres du Conseil de l'europe et les autres Etats Parties

Plus en détail

DESCRIPTEURS NIVEAU A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues

DESCRIPTEURS NIVEAU A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues DESCRIPTEURS NIVEAU A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES Activités de production et stratégies PRODUCTION ORALE MONOLOGUE SUIVI

Plus en détail

PARTENARIAT AVEC LE MONDE PROFESSIONNEL Code de bonne conduite des interventions des entreprises en milieu scolaire

PARTENARIAT AVEC LE MONDE PROFESSIONNEL Code de bonne conduite des interventions des entreprises en milieu scolaire PARTENARIAT AVEC LE MONDE PROFESSIONNEL Code de bonne conduite des interventions des entreprises en milieu scolaire NOR : MENG0100585C RLR : 501-4 CIRCULAIRE N 2001-053 DU 28-3-2001 MEN DAJ A1 Texte adressé

Plus en détail

Compte rendu. Ouvrage recensé : par Robert Gagnon

Compte rendu. Ouvrage recensé : par Robert Gagnon Compte rendu Ouvrage recensé : The Master Spirit of the Age Canadian Engineers and the Politics of Professionalism. 1887-1922, J. Rodney Millard, Toronto, University of Toronto Press, 1988. Pp 229. par

Plus en détail

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes

Systèmes de transport public guidés urbains de personnes service technique des Remontées mécaniques et des Transports guidés Systèmes de transport public guidés urbains de personnes Principe «GAME» (Globalement Au Moins Équivalent) Méthodologie de démonstration

Plus en détail

PNPMS Ministère de la Santé. Plan 2009-2011. Les grandes lignes Synthèse des travaux de l'atelier du 13 au 16/02/2009

PNPMS Ministère de la Santé. Plan 2009-2011. Les grandes lignes Synthèse des travaux de l'atelier du 13 au 16/02/2009 PNPMS Ministère de la Santé Plan 2009-2011 Les grandes lignes Synthèse des travaux de l'atelier du 13 au 16/02/2009 Le document reprend les éléments essentiels produits lors de l'atelier qui s'est tenu

Plus en détail

La recherche en train de se faire: les cahiers de recherche en ligne. Aboubekeur ZINEDDINE

La recherche en train de se faire: les cahiers de recherche en ligne. Aboubekeur ZINEDDINE Table Ronde : L'ACTIVITÉ DE PUBLICATION DU JEUNE CHERCHEUR La recherche en train de se faire: les cahiers de recherche en ligne 13 décembre 2013 Bibliothèque de Paris MINES ParisTech Aboubekeur ZINEDDINE

Plus en détail

Guide du Plan d'indemnisation en assurances IARD

Guide du Plan d'indemnisation en assurances IARD Guide du Plan d'indemnisation en assurances IARD Le Plan d'indemnisation en assurances IARD (le «Plan») est le fruit de cinq ans de négociations avec les surintendants provinciaux et fédéral des assurances.

Plus en détail

CADRER SA RESPONSABILITE PAR LE CONTRAT

CADRER SA RESPONSABILITE PAR LE CONTRAT HMONP ENSA-V NOVEMBRE 2013 CADRER SA RESPONSABILITE PAR LE CONTRAT 1. DEFINITIONS PREALABLES - RESPONSABILITE(S) - Ecarter la responsabilité pénale (règles en matière d'urbanisme, faux, etc.) Ecarter la

Plus en détail

Code de l'éducation. Article L131-1 En savoir plus sur cet article...

Code de l'éducation. Article L131-1 En savoir plus sur cet article... Page 1 sur 5 Code de l'éducation Version consolidée au 31 mars 2011 Partie législative Première partie : Dispositions générales et communes Livre Ier : Principes généraux de l'éducation Titre III : L'obligation

Plus en détail

PLAN DE CLASSIFICATION UNIFORME DES DOCUMENTS DU MSSS

PLAN DE CLASSIFICATION UNIFORME DES DOCUMENTS DU MSSS PLAN DE CLASSIFICATION UNIFORME DES DOCUMENTS DU MSSS Février 2011 Édition produite par : Le Service de l accès à l information et des ressources documentaires du ministère de la Santé et des Services

Plus en détail

RAPPORT D'EXPERTISE : SYNERGIE GLOBALE DU PROJET POUR LA FRANCE

RAPPORT D'EXPERTISE : SYNERGIE GLOBALE DU PROJET POUR LA FRANCE RAPPORT D'EXPERTISE : SYNERGIE GLOBALE DU PROJET POUR LA FRANCE par Olivier Mauco, docteur en science politique, consultant et game designer de serious games 1 Sommaire 1. Analyse de chaque items / working

Plus en détail

++++++++++++++++++++++++++++++++++++ Présenté par : Imed ENNOURI

++++++++++++++++++++++++++++++++++++ Présenté par : Imed ENNOURI ++++++++++++++++++++++++++++++++++++ Présenté par : Imed ENNOURI Réglementation de la profession d expert comptable en Tunisie - Loi 88-108 du 18 août 1988, portant refonte de la législation relative à

Plus en détail