Lettre d information des sociétés coopératives et participatives

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Lettre d information des sociétés coopératives et participatives"

Transcription

1 n 19 > 6 décembre 2013 JURIDIQUE Page 4 à page 10 Mise à pied conservatoire et licenciement Relations avec l administration Cadeaux aux salariés Cadeaux d affaires Lettre d information des sociétés coopératives et participatives Enseignement > Les Scop forment les jeunes à la création de coopératives La CG Scop vient de lancer la 2 e édition de Campus coopératives, initiative portée en 2012 par l UR Scop Poitou- Charentes et qui se tiendra du 29 juin au 12 juillet 2014 en partenariat avec l Université de Poitiers et l Office franco-québécois pour la jeunesse. Dédiée aux jeunes francophones de 18 à 35 ans sans condition de statut (salarié, étudiant, demandeur d emploi), cette école internationale d été vise à leur transmettre les compétences clés pour entreprendre en coopérative et, plus généralement, à les sensibiliser à l économie sociale et solidaire. Ateliers méthodologiques, conférences thématiques, témoignages d entrepreneurs et travail en groupe Pendant 15 jours, les jeunes apprentis répartis en équipes vivront toutes les étapes du parcours d un créateur d entreprise. Ils seront encadrés par des consultants professionnels et défendront ensemble leur projet devant un jury de professionnels, composé de spécialistes de l ESS, de dirigeants d entreprises, et d experts de la création de coopératives. Mois de l ESS > Benoît Hamon dans le Loiret pour clôturer le Mois de l ESS Benoît Hamon a clos le 2 décembre dernier le Mois de l économie sociale et solidaire, dans les locaux de la Scop TPC, située à Saint-Jean-de-Braye (45). L association, créée en 1984 avec une douzaine de salariés, est devenue une Scop employant aujourd hui 185 personnes, dont 155 en situation de handicap, pratiquement toutes associées de l entreprise. Le ministre a visité les ateliers de conditionnement, avant de se rendre au Conseil régional d Orléans. Quelques jours plus tôt, Benoît Hamon était à Madrid en Espagne, où il participait au Sommet franco-espagnol. Il y a signé une déclaration d intention en matière d économie sociale et solidaire avec la secrétaire d État espagnole à l Emploi, qui crée un cadre pour l échange de bonnes pratiques, en particulier sur l évaluation des cadres légaux, les différents types de structures, les dispositifs de financement, la fiscalité, ainsi que sur la promotion de l emploi dans l ESS. Animation réseau > Beau succès pour le premier afterwork de l UR Scop IDF «Communicants, développeurs, graphistes, rédacteurs, imprimeurs, réalisateurs une soirée pour échanger sur vos projets et trouver des complémentarités. Scop d un autre secteur d activité, des besoins en communication se font sentir? Une soirée pour rencontrer les Scop dont c est le métier.» Tel était le pitch de la soirée afterwork «communication/web» réservée à ses adhérents, organisée le 26 novembre dernier par l UR Scop Île-de-France, Haute-Normandie, Centre orléanais et Dom-Tom. Pour l occasion, le café du Bal, lieu d exposition parisien, avait été privatisé, et c est une quarantaine de participants qui ont répondu présent en cette belle soirée de novembre. Dans cette ambiance conviviale, les Scop et Scic ont noué de nouveaux contacts qui déboucheront peut-être sur des projets communs La programmation 2014 des rendez-vous de l UR Scop sera prochainement en ligne sur : > Entrepreneurs sociaux : prenez la parole! La Commission européenne organise à Strasbourg les 16 et 17 janvier 2014 une conférence sur l entrepreneuriat social. Patricia Lexcellent, déléguée générale de la CG Scop interviendra dans l atelier «Aspects juridiques des entreprises sociales : cadre réglementaire, formes européennes, gouvernance d entreprise». les scop info est édité par Scop Édit 37, rue Jean-Leclaire, Paris Tél Fanny Dive ISSN Réalisation : Fax Rédaction : Corinne Lefaucheux, Carine Dieu-Romastin, Marie Lefebvre,

2 ActuAlité noël > Concours Facebook sur le mur des Scop Du 6 au 20 décembre, notre page s anime au rythme des fêtes de fin d année avec un jeu concours organisé en partenariat avec plusieurs Scop! Pour participer, il suffit de «liker» cette image. Rien de plus simple, rendez-vous sur > Commerce équitable : 24 jours autour du monde! À l occasion des fêtes, l association Max Havelaar France et la Scop Ethiquable proposent de voyager autour du monde avec le calendrier de l Avent Equitable. Du 1 er au 24 décembre, découvrez chaque jour une nouvelle histoire passionnante sur le commerce équitable. La première, révélée le 1 er décembre, portait sur la coopérative Feccano située à Haïti, dont les dirigeants sont venus à Paris en novembre dernier pour célébrer les 10 ans d Ethiquable Un beau clin d œil! Apprenez donc de nouvelles choses tous les jours sur le monde équitable, répondez au quiz et tentez de gagner des coffrets de produits Ethiquable! AGenDA 6 décembre Conseil régional (Strasbourg) (67) Assemblée générale de l Union régionale des Scop d Alsace Lorraine Champagne-Ardenne, avec la participation de Patrick Lenancker. 8 & 9 décembre Paris 13 e Colloque international Manucoop «Transition vers la coopérative/coopératives dans la transition», organisé par Oxalis, Coopaname et le Ladyss. 11 & 12 décembre Paris 20 e Université des permanents du Mouvement des Scop : deux journées de formation pour tous les salariés du Mouvement, avec des ateliers thématiques sur la transmission d entreprises, la relation à l adhérent, les réseaux sociaux 18 décembre Saint-Martin-d Hères (38) Journée d étude sur le thème des relations sociales, suite à une enquête menée auprès de 40 Scop rhônalpines. 19 décembre Niort (79) Inauguration des nouveaux locaux de l UR Scop Poitou-Charentes. www. les-scop-poitoucharentes.coop imprimerie > Pas moins de 7 prix littéraires pour Laballery La Nouvelle Imprimerie Laballery, qui a fêté récemment ses 20 ans en Scop, est fière de «sa» rentrée littéraire. Même si ne figurent ni le Goncourt ni le Renaudot à son «tableau de chasse», l entreprise de Clamecy (Nièvre) a néanmoins contribué au succès de quelquesuns des ouvrages primés au cours de ces dernières semaines. C est ainsi que sept d entre eux sont sortis des presses de l imprimerie dirigée par David Perrain, président, et Gilles Mure-Ravaud, directeur général. Ont ainsi été imprimés par Laballery, le Prix de Flore (Tout cela n a rien à voir avec moi de Monica Sabolo aux éditions J.-C. Lattès), le Prix Renaudot Essai (Séraphin c est la fin! de Gabriel Matzneff aux éditions de La Table Ronde), le Prix 1 er Roman (Repulse Bay d Olivier Lebe aux éditions La Grande Ourse), le Prix Wepler Fondation La Poste (Béton armé de Philippe Rahmy aux éditions de La Table Ronde), le Prix Pèlerin du Témoignage (La démesure de Céline Raphaël aux éditions Max Milo), le Prix Erckmann-Chatrian (Rome en un jour de Maria Pourchet aux éditions Gallimard) et le Prix Essai France Télévisions (La route de la Kolyma de Nicolas Werth aux éditions Belin). La Nouvelle Imprimerie Laballery qui vient d investir dans une ligne robotisée de brochage Kolbus KM 600, fêtera en 2014 ses 90 ans d existence. Transmission aux salariés > Les Scop lauréates aux Trophées de la Communication 2013 La 12 e édition des Trophées de la Communication a décerné le 29 novembre à Paris le 4 e prix à la Confédération générale des Scop dans la catégorie «Meilleure action de communication sur un thème précis réalisée par un organisme privé», récompensant tout le dispositif de communication sur la transmission d entreprise aux salariés lancé en 2013 par la CG Scop accompagnée par l agence Fondamenti : étude qualitative, site internet dédié, campagne multi-support (presse, Web, TV), film Les repreneurs, plaquette cédants Ce concours national de référence, organisé par l association Wexcom et structuré autour d un comité de sélection composé de professionnels de la communication, a reçu en 2013 plus de 500 candidatures et plus de dossiers dans 32 catégories, du meilleur site Internet corporate à la meilleure campagne de relations presse en passant par le meilleur magazine d information 2

3 Actualité Informatique > Ceicom solutions sort une nouvelle version de Distel Spécialisée dans le développement et l intégration de logiciels, la Scop toulousaine Ceicom solutions lance la version 7 de son logiciel de gestion de ressources d entreprises Distel. D ores et déjà en phase de test auprès de deux clients, Ceicom lance un «V7 tour» pour présenter ce nouveau produit à ses clients. Ceicom compte 35 salariés et 170 clients sur l ensemble du territoire national. Son chiffre d affaires, de 2,9 millions d euros en 2012, dépassera cette année les 3,1 millions d euros. Source : Bulletin européen du Moniteur 2 décembre. Prix > Ekilibre : la solidarité innovante Nord/Sud récompensée La 5 e édition du Prix national Ekilibre, qui récompense les projets équitables et solidaires, s est déroulée à Paris Bercy le 19 novembre dernier. Deux Scic sont lauréates : > Le prix «Coup de cœur» de l ESS pour le commerce équitable a été attribué à Bou sol, réseau des boulangeries solidaires, qui fournit un pain bio «pétri de solidarité» pour les écoles, les restaurants d entreprises, les établissements médico-sociaux, et veut donner ainsi «au plus grand nombre» une alimentation de qualité. > Le prix «Jeun ESS», nouveauté de cette 5 e édition, a récompensé l action d Artisans du monde à Dijon. La mutuelle Chorum, la Caisse des Dépôts, le Crédit Coopératif, la Fondation d entreprise Deloitte et la direction générale de la Cohésion sociale ont attribué une enveloppe financière de 5000 euros pour les premiers prix. Tous les lauréats bénéficieront également d un accompagnement personnalisé pour le développement de leur activité. Économie sociale > L évaluation de l apport de l ESS, rapport de mission à Benoît Hamon À la demande du ministre Benoît Hamon, Philippe Frémeaux, éditorialiste à Alternatives économiques, a publié un rapport consacré à «l évaluation de l apport de l économie sociale et solidaire au bien-être individuel et collectif». Il a été remis à Benoît Hamon lors des Journées de l économie de Lyon le 15 novembre dernier. Club des anciens coopérateurs > Toujours du succès pour le livre du CAC À l occasion du Salon du livre à Mortain les 23 et 24 novembre dernier, où le Club des anciens coopérateurs était représenté par Guy Stoffel et Édouard Marie (retraités de l ACOME) ainsi que par François Kerfourn (coauteur), le livre Les Scop, nous en sommes fiers! a rencontré un vif succès. Avec la rencontre auprès de la municipalité de Caen fin octobre, c est près de 100 exemplaires supplémentaires qui ont été vendus. Un succès très encourageant pour le lancement du tome 2 en cours d élaboration. Contact : Jean- Jacques Brunellière Dans les médias La Croix (2 décembre) - La coopérative d activités et d emploi Arté- Recherche facts née en novembre 2010 à Orléans et spécialisée dans le secteur de la > culture Participez et de la création, au Prix a fait l objet de la d un recherche article à l occasion coopérative de l ouverture Le d une 5 e antenne Prix à de Tours. la recherche coopérative vient d être lancé. Organisé par le Crédit mutuel en partenariat avec la France Recma 3 Franche-Comté (Revue internationale (2 décembre) - Le site Internet de France de l économie sociale), 3 Franche-Comté a mis en ligne un reportage sur Scop Fermetures créée il récompense les mémoires de master portant sur les par 6 anciens salariés pour poursuivre leur activité de pose de fenêtres. coopératives. Les candidatures sont ouvertes jusqu au 2 janvier Un jury universitaire désignera mi-février 2014 trois lauréats, qui se partageront la dotation de 5 Mediapart 000 euros. (29 novembre) - Le journal - des Scop sur son a mis en ligne le film d anima- blog. L Humanité Dimanche (28 novembre) - L hebdomadaire a consacré une pleine page à la Scic Les Atelières fondée à la suite de la dispersion des activités Lejaby. La société de lingerie vit aujourd hui un tournant de son histoire. Innovez.region-limousin.fr (28 novembre) - Rencontre avec Sylvie Peyronnet, co-directrice de la compagnie théâtrale La Chélidoine. La Nouvelle République (28 novembre) - Les salariés du bureau d études Comirem Scop (Indre) reviennent sur les débuts de leur aventure. Entreprise & Carrières (26 novembre) - L hebdomadaire a annoncé le lancement le 21 novembre de la 2 e édition de Campus coopératives par la CG Scop. Info Haute-Vienne (25 novembre) - Interview de Jean-Marie Thibaud, PDG de l entreprise de BTP SOPCZ (Limousin), qui évoque les perspectives pour 2014 et la mutation opérée en interne. La Vie nouvelle (22 novembre) - Les spécificités du statut Scop sont présentées par deux experts-comptables dans l hebdo savoyard. L Union du Cantal (20 novembre) - Gros plan sur les Scop, «une autre vision de l entreprise», à l occasion de l animation d une réunion sur Aurillac par l Union régionale des Scop d Auvergne. La Nouvelle Vie Ouvrière (15 novembre) - Le magazine de la CGT a rencontré Bruno Arasa, PDG de l imprimerie Hélio-Corbeil reprise en Scop par ses salariés et ancien délégué syndical CGT. France Bleu Île-de-France (15 novembre) - Diffusion dans la matinale d un reportage de 2 minutes sur les Scop, avec une interview de Françoise Fagois, directrice de l UR Scop Île-de-France, du dirigeant et des collaborateurs de Reprotechnique. le-reportage-de-07h20/devenir-actionnaire-de-son-entreprise-poursauver-son-emploi 3

4 DROIT SOCIAL Mise à pied conservatoire et licenciement La Cour de cassation est intervenue récemment pour rappeler le lien qu il doit y avoir entre une mise à pied conservatoire et la procédure disciplinaire qui en découle. Pour rappel, il y a lieu de distinguer la mise à pied prononcée à titre disciplinaire de celle prononcée à titre conservatoire. La mise à pied disciplinaire est une sanction à elle seule. Il s agit d une suspension du contrat de travail imposée par l employeur à un salarié qui aurait eu un comportement fautif. En revanche, la mise à pied conservatoire peut être décidée par l employeur qui considère que les faits repro chés au salarié sont d une gravité telle que son maintien dans l entreprise est dangereux. Cette mise à pied est prononcée dans l attente d une sanction à intervenir. Pendant cette période, le salarié est dispensé d exécuter son travail. Sauf si la sanction qui en découle est un licenciement pour faute grave ou lourde, la période de mise à pied est rémunérée normalement. Par ailleurs, sauf en cas de poursuites pénales, la mise à pied doit être immédiatement suivie de l ouverture de la procédure disciplinaire. À défaut, elle risque d être requalifiée de mise à pied disciplinaire. Dans l affaire examinée par la Cour de cassation, l employeur a engagé une procédure de licenciement six jours après avoir notifié la mise à pied au salarié. Il a alors été jugé que la mise à pied était disciplinaire et, de ce fait, le licenciement subséquent a été invalidé au motif qu un même fait fautif ne pouvait être sanctionné deux fois. La Cour de cassation ne fait que confirmer sa position puisqu elle avait déjà considéré qu un délai de sept jours entraînait la requalification de la mise à pied en sanction. La Cour, en précisant que l employeur n avait pas justifié ce délai de six jours, rappelle que, selon les circonstances, la mise à pied pourra garder son caractère conservatoire même si la procédure n a pas été amorcée immédiatement. Dans une autre affaire de 2012, la Cour avait ainsi considéré que le délai de treize jours était, dans l intérêt du salarié, un délai indispensable compte tenu de la nécessité pour l employeur de mener ses investigations sur les faits reprochés (détournement de fonds) et décider si une procédure de licenciement pour faute grave devait être engagée. Attention toutefois, en cas de litige, le motif sera apprécié souverainement par les juges. Dans le doute, il sera préférable d amorcer la procédure disciplinaire au plus vite. > Cass.soc 30 octobre 2013, n > Cass.soc 13 septembre 2012, n

5 Relations avec l administration La loi du 12 novembre 2013 a pour objectif de simplifier les échanges entre l administration et les citoyens. Dans cette loi, ont été abordées les questions des décisions implicites de l administration et des échanges dématérialisés. n Décisions implicites Régime actuel applicable À ce jour, le principe est que le silence gardé par l administration à une demande formulée par un citoyen vaut décision implicite de rejet. Une exception à ce principe est possible à condition qu un texte prévoie expressément que le silence gardé vaut acceptation. Nouveau régime La loi du 12 novembre 2013 inverse le mécanisme et précise que le silence gardé par l administration pendant deux mois vaut décision implicite d acceptation. Des délais différents pourront être retenus par décret lorsque l urgence ou la complexité de la procédure le justifiera, ou eu égard à l objet. La loi prévoit d ores et déjà des dérogations à ce principe : lorsque la demande ne tend pas à l adoption d une décision individuelle ; lorsque la demande ne s inscrit pas dans une procédure légale ou réglementaire ; lorsque la demande est une réclamation ou un recours administratif ; si la demande présente un caractère financier, sauf, en matière de sécurité sociale, dans les cas prévus par décret ; dans les relations entre les autorités administratives et leurs agents ; dans les cas précisés par décret où une acceptation implicite ne serait pas compatible avec le respect des engagements internationaux et européens de la France, la protection de la sécurité nationale, la protection des libertés et des principes à valeur constitutionnelle et la sauvegarde de l ordre public. Pour les cas énumérés, le silence gardé par l administration pendant deux mois vaut décision de rejet. Un décret pourra également écarter le principe de la décision implicite d acceptation si l objet de la décision ou la bonne administration le justifie. La loi prévoit qu un site internet listera les procédures concernées avec mention de l autorité à laquelle doit être adressée la demande, et le délai au terme duquel l acceptation est acquise. La décision implicite d acceptation pourra faire l objet d une attestation délivrée par l autorité administrative à la demande de l intéressé. Si la décision doit fait l objet d une publicité à l égard des tiers, c est l administration qui se charge de cette démarche, le cas échéant par voie électronique, avec indication de la date à laquelle la demande est réputée acceptée. Entrée en vigueur L ensemble de ces dispositions s appliquera : dans un délai d un an à compter de la promulgation de la loi, soit le 12 novembre 2014 au plus tard, pour les actes relevant de la compétence des administrations de l État ou des établissements publics administratifs de l État ; dans un délai de deux ans, soit le 12 novembre 2015 au plus tard, pour les actes pris par les 5

6 collectivités territoriales et leurs établissements publics, les organismes de sécurité sociale et ceux chargés de la gestion d un service public administratif. n Échanges avec l administration par voie électronique La loi prévoit que le Gouvernement pourra d ici le 12 novembre 2014, prendre des ordonnances afin d organiser : les conditions d exercice du droit de saisir l administration par voie électronique et de lui répondre de la même façon, les conditions dans lesquelles les citoyens peuvent adresser des lettres recommandées par courrier électronique ayant valeur de lettre recommandée, les conditions de communications aux demandeurs des avis préalables et leurs motivations lorsqu ils sont défavorables. > Loi n du 12 novembre 2013 Cadeaux aux salariés Limites d exonération de cotisations sociales 2013 La fin d année est la période où un certain nombre de comités d entreprise ou d entreprises remettent à leurs salariés des bons d achat ou des cadeaux. En principe, ces cadeaux sont assujettis à cotisations de sécurité sociale. C est la position retenue par la Cour de cassation. Toutefois, l administration est venue assouplir ce principe et permet que les prestations allouées par le comité d entreprise ou par l employeur directement, dans les entreprises de moins de cinquante salariés dépourvues de comité d entreprise ou dans les entreprises de cinquante salariés et plus dans lesquelles il y a eu carence aux élections, puissent, sous certaines conditions, être exonérées du paiement des cotisations et contributions de Sécurité sociale. Ainsi, selon l administration, les cadeaux faits aux salariés bénéficient d une présomption de non assujettissement dès lors que leur montant global par année civile et par salarié n excède pas 5 % du plafond mensuel de la Sécurité sociale soit 156 euros pour Doivent donc être pris en compte l ensemble des bons d achat ou cadeaux accordés au cours de l année civile à un salarié pour déterminer si l exonération est possible ou non. Si le seuil de 156 euros est dépassé sur l année civile, l exonération reste possible si les trois conditions suivantes sont remplies : n L attribution du bon d achat doit être en lien avec l un des événements suivants : la naissance ; le mariage ; le départ ou la mise à la retraite ; la fête des mères et des pères ; la Sainte Catherine (25 novembre) et la Saint Nicolas (6 décembre) ; Noël des salariés et des enfants de moins de 16 ans ; 6

7 la rentrée scolaire pour les salariés ayant des enfants âgés de moins de 26 ans, sous réserve de justifier du suivi de scolarité après 19 ans. n Son utilisation doit être déterminée L utilisation du bon doit être en lien avec l événement pour lequel il est attribué. Il doit mentionner soit la nature du bien soit un ou plusieurs rayons d un grand magasin ou le nom d un ou plusieurs magasins. Il ne doit pas donner accès à des produits alimentaires ou du carburant. Toutefois, les bons d achat de produits alimentaires non courants considérés comme des produits de luxe à caractère festif peuvent être exonérés. Pour le Noël des enfants, le bon d achat devra permettre l accès à des biens destinés aux enfants et en rapport avec Noël tels que notamment jouets, livres, disques, vêtements, équipements de loisirs ou sportifs n Son montant doit être conforme aux usages Un seuil de 5 % du plafond mensuel de la Sécurité sociale est appliqué par événement et par année civile. Les bons d achat sont donc cumulables, par événement, s ils respectent le seuil de 5 % du plafond mensuel, soit 156 euros pour Ce seuil a été aménagé pour deux événements : le Noël des enfants : le seuil est de 5 % du plafond mensuel par enfant et 5 % par salarié ; la rentrée scolaire : le seuil est de 5 % du plafond mensuel par enfant. Dans l hypothèse où un salarié recevrait pour un même évènement un bon d achat et un cadeau, leurs montants doivent être cumulés pour apprécier le seuil. Exemples Au cours de l année 2013, le comité d entreprise ou l employeur a alloué à un des salariés, trois bons d achat : un bon d achat d une valeur de 70 euros pour son mariage ; un bon d achat d une valeur de 70 euros pour la naissance de son enfant ; pour Noël, il souhaite allouer un bon d achat d une valeur unitaire de 70 euros aux salariés de l entreprise, échangeable dans des enseignes de la grande distribution. Qu en est-il du régime social applicable à ce bon d achat pour Noël? 1 re étape Le montant des bons d achat et/ou cadeaux excède-t-il, sur l année, le seuil de 5 % du plafond mensuel de la sécurité sociale? = 210 euros. Ce montant dépasse le seuil de 5 % du plafond mensuel pour e étape Le seuil d exonération annuel est dépassé, les bons devraient donc être soumis à cotisations. Mais il convient alors d apprécier si les bons remplissent les trois conditions précitées pour être tout de même exonérés de cotisations. Bon de 70 euros attribué pour le mariage : l événement figure sur la liste des événements autorisés, le salarié est concerné par cet événement. l utilisation est déterminée : sur le bon d achat utilisable dans certaines enseignes de la grande distribution, il est mentionné qu il peut être utilisé dans tous les rayons du magasin à l exception du rayon alimentaire. 7

8 Le montant du bon d achat n excède pas 5 % du plafond mensuel, sa valeur est donc conforme aux usages. Les trois conditions sont respectées, le bon d achat alloué au salarié pour le mariage est exonéré du paiement des cotisations et contributions de Sécurité sociale. Bon de 70 euros attribué pour la naissance d un enfant : l événement figure sur la liste des événements autorisés, le salarié est concerné par cet événement. l utilisation est déterminée : sur le bon d achat utilisable dans certaines enseignes de la grande distribution, il est mentionné qu il peut être utilisé dans tous les rayons du magasin à l exception du rayon alimentaire. Le montant du bon d achat n excède pas 5 % du plafond mensuel, sa valeur est donc conforme aux usages. Les trois conditions sont respectées, le bon d achat alloué au salarié pour la naissance est exonéré du paiement des cotisations et contributions de Sécurité sociale. Bon de 70 euros attribué à Noël : l événement figure sur la liste des événements autorisés, le salarié est concerné par cet événement. l utilisation est déterminée : sur le bon d achat utilisable dans certaines enseignes de la grande distribution, il est mentionné qu il peut être utilisé dans tous les rayons du magasin à l exception du rayon alimentaire. Le montant du bon d achat n excède pas 5 % du plafond mensuel, sa valeur est donc conforme aux usages. Les trois conditions sont respectées, le bon d achat alloué au salarié pour Noël est exonéré du paiement des cotisations et contributions de Sécurité sociale. n Cas particulier des chèques-lire, chèques-culture et chèques-disques L administration admet l exonération totale de cotisations et de CSG-CRDS pour les chèques-lire, chèquesculture et chèques-disques. Elle considère qu il s agit de l une des modalités de prise en charge par le Comité d entreprise ou de l employeur d une activité sociale et culturelle. Il n est pas nécessaire de lier leur attribution à un évènement particulier ni de respecter le seuil de 5 % du plafond de la sécurité sociale. S agissant des chèques-culture, ils doivent être échangeables exclusivement contre des biens ou prestations à caractère culturel. S ils sont utilisables dans des enseignes non spécialisées dans la culture, il doit être précisé de manière apparente que leur utilisation se limite aux biens et prestations culturels (à l exclusion des manifestations sportives et des matériels de lecture de supports musicaux ou audiovisuels). 8

9 DROIT FISCAL Cadeaux d affaires Les cadeaux d affaires effectués en fin d année subissent un traitement spécifique au regard de la TVA et de l impôt sur les sociétés. n Cadeaux d affaires et TVA Le principe La TVA portant sur des biens cédés sans rémunération ou à un prix inférieur à la normale n est pas déductible. Les exceptions Une exception existe pour les biens de très faible valeur. Le Code général des impôts précise que la notion de très faible valeur s applique aux objets dont la valeur unitaire n excède pas la somme de soixante-cinq euros. Cette valeur unitaire s apprécie toutes taxes comprises et doit comprendre les frais de distribution (ex : emballage et livraison) à la charge de l entreprise. Pour les entreprises distributrices, la valeur à retenir est le prix d achat de l objet, et, pour les entreprises qui procèdent elles-mêmes, ou font procéder à la fabrication des objets, le prix de revient. Le montant de soixante-cinq euros s apprécie par année et par destinataire. Si plusieurs distributions sont effectuées au même bénéficiaire, la valeur totale des objets offerts ne doit pas dépasser soixante-cinq euros. À noter que le bien offert de très faible valeur ouvre droit à déduction de la TVA, qu il ait été conçu à des fins publicitaires ou non. Remarque : l échantillon cédé gratuitement pour les besoins de l entreprise, dans un conditionnement qui le rend impropre à la vente ouvre droit à déduction de TVA et ce, quelle que soit sa valeur. Dans le secteur de la parfumerie, un échantillon est considéré comme tel si sa contenance est réduite et qu il porte la mention «vente interdite». Une autre exception existe pour les objets et matériels de nature publicitaire destinés à la promotion, la vente, le rangement ou la présentation de ses produits qu un fabricant ou distributeur remet gratuitement pour les besoins de son activité commerciale aux membres de son circuit de commercialisation (ex : stands de vente, les présentoirs, les meubles de rangement adaptés aux produits commercialisés ). Les objets offerts dans ces conditions sont également détaxables. Les cadeaux publicitaires qui ne remplissent pas les conditions précitées n ouvriront droit à déduction de TVA que s ils remplissent les conditions applicables aux cadeaux de très faible valeur. n Cadeaux et impôt sur les sociétés Déductibilité Les cadeaux d affaires sont déductibles des résultats de l entreprise s ils relèvent d une gestion normale et sont effectués dans l intérêt de l entreprise. 9

10 Dans le cas contraire, l administration pourrait réintégrer les dépenses de cadeaux considérés excessifs ou non engagés dans l intérêt de la bonne marche de l affaire. Relevé de frais généraux Lorsque le montant global des cadeaux excède un certain seuil, ils doivent figurer sur un relevé détaillé de frais généraux qui doit être fourni à l administration fiscale en même temps que la déclaration annuelle de résultats. Ce montant global est de euros pour chaque exercice. À noter que ne doivent pas être inscrits sur le relevé de frais généraux, les cadeaux conçus spécialement pour la publicité et dont la valeur unitaire n excède pas soixante-cinq euros par bénéficiaire. Pour être considéré comme objet publicitaire, la doctrine administrative exige que l objet comporte une inscrip tion publicitaire indélébile mentionnant le nom ou la raison sociale de l entreprise distributrice et lisible dans leur position normale d utilisation. Dans le cas des denrées distribuées à titre publicitaire, la condition est remplie dès lors que le conditionnement de chaque denrée porte une inscription explicitement publicitaire au nom ou à la marque de l entreprise. S il s agit de coffrets cadeaux comprenant plusieurs articles, chaque élément doit comporter une mention. L inscription doit être permanente si bien que le fait d apposer une simple étiquette autocollante sur l emballage ne suffit pas. Le défaut de production de relevé, ou la production d un relevé inexact ou incomplet est sanctionné par une amende égale à 5 % du montant non déclaré, réduite à 1 % si les sommes omises sont déductibles. Remarque : les cadeaux payés par un salarié pour le compte de l entreprise donnent lieu à un remboursement de frais. Pour la société, ces remboursements sont déductibles s ils sont effectués dans l intérêt de l entreprise. Pour le salarié concerné, les frais ne sont pas couverts par la déduction forfaitaire pour frais de 10 % et sont donc exonérés de l impôt sur le revenu. > Article 206, IV-2-3 de l annexe II du Code général des impôts > Arrêté du 9 juin

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vous - Vos Cotisations > Les prestations

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vous - Vos Cotisations > Les prestations Les prestations Aide financière finançant des activités de services à la personne et de garde d enfant Régime social de l aide destinée à financer des activités de services à la personne et de garde d

Plus en détail

La règlementation autour du cadeau d affaire et promotionnel

La règlementation autour du cadeau d affaire et promotionnel La règlementation autour du cadeau d affaire et promotionnel Le cadeau d affaires et l objet promotionnel n échappent pas à la règlementation fiscale. Qu il s agisse d un cadeau de fin d année pour un

Plus en détail

E. Avantages alloués par le comité d entreprise

E. Avantages alloués par le comité d entreprise E. Avantages alloués par le comité d entreprise 1) Bons d achat et cadeaux Les bons d achat et cadeaux alloués par le comité d entreprise doivent en principe être assujettis aux cotisations de Sécurité

Plus en détail

info DROIT SOCIAL Egalité de traitement et avantages catégoriels

info DROIT SOCIAL Egalité de traitement et avantages catégoriels n 4 > 4 mars 2015 info ACTUALITÉ JURIDIQUE Sommaire Droit social Egalité de traitement et avantages catégoriels Clauses de non concurrence Droit d accès aux SMS non personnels par l employeur Droit fiscal

Plus en détail

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Textes de référence : Article L242-1 et L 871-1 du code de la Sécurité sociale. Article D242-1, R 871-1 et R 871-2 du code de la Sécurité sociale. Loi

Plus en détail

PAR THEMATIQUE. N THEME Présentation

PAR THEMATIQUE. N THEME Présentation PAR THEMATIQUE N THEME Présentation A B C D Apprentissage/alternance Formation continue Développement/ investissement Hygiène, sécurité, accessibilité Les conseillères du Service Apprentissage ont pour

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015 MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Récapitulatif des formalités à respecter Rédiger le document formalisant la Décision Unilatérale. Pour vous aider

Plus en détail

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation...

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation... Le Guide Pratique du SOCIAL chef d entreprise Délégués du Personnel Faut il faire une visite d embauche? Droit Quel contrat pour mon salarié? Entreprise La journée de solidarité, c est quand? Obligation...

Plus en détail

LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (1) Version consolidée au 4 avril 2015

LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (1) Version consolidée au 4 avril 2015 LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (1) Version consolidée au 4 avril 2015 Chapitre Ier : Créer de nouveaux droits pour les salariés Section 1 : De nouveaux droits individuels

Plus en détail

Dépenses engagées par le dirigeant pour le compte de l'entreprise

Dépenses engagées par le dirigeant pour le compte de l'entreprise Cadeaux d'entreprise Impôt sur les bénéfices Conditions de déduction des charges d'exploitation 4-1 Les cadeaux d'entreprise peuvent être compris dans les charges déductibles s'ils relèvent d'une gestion

Plus en détail

Règlement des remboursements de frais établi sur la base du modèle de la Fédération patronale vaudoise (FPV)

Règlement des remboursements de frais établi sur la base du modèle de la Fédération patronale vaudoise (FPV) Règlement des remboursements de frais établi sur la base du modèle de la Fédération patronale vaudoise (FPV) (Indiquer la raison sociale juridiquement valable de la société/de l entreprise) 2. Table des

Plus en détail

ACCORD PROFESSIONNEL SUR LE REGIME COMPLEMENTAIRE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE PREAMBULE

ACCORD PROFESSIONNEL SUR LE REGIME COMPLEMENTAIRE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE PREAMBULE ACCORD PROFESSIONNEL SUR LE REGIME COMPLEMENTAIRE DE REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE PREAMBULE Le présent accord a pour objet de mettre en place un régime conventionnel complémentaire relatif au remboursement

Plus en détail

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années La généralisation de la couverture complémentaire santé à tous les salariés La loi relative à la sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 prévoit

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045

LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045 LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045 GRANDE DIFFUSION Réf Classement 1;010;04 Montreuil, le 12/08/2015 12/08/2015 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE SOUS DIRECTION REGLEMENTATION

Plus en détail

Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015

Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015 CIRCULAIRE N 2015-10 DU 11 JUIN 2015 Direction des Affaires Juridiques INSX011-ACE Titre Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015 Objet Suppression de l attestation spécifique

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > L'intéressement

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > L'intéressement L'intéressement Textes de référence : Loi n 2001-152 du 19 /02/2001 Lettre circulaire Acoss n 2001-056 du 10 avril 2001 rappelant les modifications apportées aux mécanismes de l épargne salariale Circulaire

Plus en détail

AVANTAGES EN NATURE AU 1 ER JANVIER 2013

AVANTAGES EN NATURE AU 1 ER JANVIER 2013 AVANTAGES EN NATURE AU 1 ER JANVIER 2013 SG/SB Réf. :11-8-5 Pôle carrière / retraite Janvier 2013 05 63 60 16 59 INT/Base doc/z Indemnités-primes/Avantages en nature Sources : *Circulaire DSS/SDFSS/5B/N

Plus en détail

Règlement du concours du Prix de l Etudiant Entrepreneur en Economie Sociale 2012 (5 ème édition)

Règlement du concours du Prix de l Etudiant Entrepreneur en Economie Sociale 2012 (5 ème édition) Règlement du concours du Prix de l Etudiant Entrepreneur en Economie Sociale 2012 (5 ème édition) ARTICLE 1 : OBJET DU CONCOURS La Mutuelle Des Etudiants (LMDE), mutuelle n 431 7 91 672 soumise aux dispositions

Plus en détail

LA LOI DE MODERNISATION DE LA FONCTION PUBLIQUE MODERNISATION FONCTION PUBLIQUE. Note d information N 2007-30 du 1 er septembre 2007 REFERENCES

LA LOI DE MODERNISATION DE LA FONCTION PUBLIQUE MODERNISATION FONCTION PUBLIQUE. Note d information N 2007-30 du 1 er septembre 2007 REFERENCES Note d information N 2007-30 du 1 er septembre 2007 LA LOI DE MODERNISATION DE LA REFERENCES Loi n 2007-148 du 2 février 2007 de modernisation de la fonction publique (Journal officiel du 6 février 2007)

Plus en détail

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Présentée par Gérard Cherpion, Bernard Perrut, Jean -Charles Taugourdeau

Plus en détail

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES»

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» Le système interprofessionnel de Sécurité Sociale est obligatoire : le

Plus en détail

LETTRE D INFO SOCIAL

LETTRE D INFO SOCIAL & Salmon & Associés AVOCATS Droit immobilier Droit de la construction Droit commercial Droit de la famille Droit du travail Jean-Jacques SALMON Philippe SALMON Christine BAUGE David ALEXANDRE AUDIT EXPERTISE

Plus en détail

Questions d Entrepreneurs 16/12/2014. Actualité fiscale sociale et juridique 2014 2015

Questions d Entrepreneurs 16/12/2014. Actualité fiscale sociale et juridique 2014 2015 Questions d Entrepreneurs Actualité fiscale sociale et juridique 2014 2015 ACTU Quelques rappels sur l année écoulée Loi de Finance Rectificative 2014 Loi de Financement S.S. 2015 Loi de Finance 2015 2

Plus en détail

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI)

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) 1 Définition du CDDI un contrat de travail à durée déterminée dont le motif de recours est spécifique : favoriser le recrutement de certaines catégories

Plus en détail

PROJET DE DECRET. Le Premier ministre,

PROJET DE DECRET. Le Premier ministre, Le Premier ministre, Sur le rapport du ministre de l intérieur, de l outre-mer et des collectivités territoriales, du ministre du travail, de la solidarité et de la fonction publique, du ministre du budget,

Plus en détail

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE SOYEZ PRO ACTIF! Anticipez et transformez cette contrainte en opportunité SALON DES ENTREPRENEURS 2015 5 février 2015 LA GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE DANS

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE ASSURANCE MALADIE, MATERNITÉ, DÉCÈS MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION

Plus en détail

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national de S l économie ociale & olidaire entrée libre innover et entreprendre créer son emploi FondeR son association epargner

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

LES THÉMATIQUES - UE 35 RENNES -10 mars 2015 LES THÉMATIQUES UE 35 RENNES - 10 MARS 2015 - LA PROTECTION SOCIALE

LES THÉMATIQUES - UE 35 RENNES -10 mars 2015 LES THÉMATIQUES UE 35 RENNES - 10 MARS 2015 - LA PROTECTION SOCIALE LES THÉMATIQUES - UE 35 RENNES -10 mars 2015 Evolution des dépenses de santé IMPORTANCE DU RESTE A CHARGE DES MENAGES ET DES ORGANISMES COMPLEMENTAIRES - Déficit persistant du régime général - Augmentation

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C.

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C. Commentaire Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011 Consorts C. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) relative

Plus en détail

L actualité statutaire En brèves. du 13 au 19 février 2012

L actualité statutaire En brèves. du 13 au 19 février 2012 L actualité statutaire En brèves du 13 au 19 février 2012 Sommaire Sommaire... 1 Ils ne sont toujours pas publiés!... 2 Disponibles sur le site... 5 Allocations chômage... 6 Allocations de chômage : cumul

Plus en détail

Pourquoi acheter vos chèques cadeaux au prix fort quand vous pouvez les avoir moins chers?

Pourquoi acheter vos chèques cadeaux au prix fort quand vous pouvez les avoir moins chers? Pourquoi acheter vos chèques cadeaux au prix fort quand vous pouvez les avoir moins chers? www.tempeos.com Bon à savoir «100% de collaborateurs heureux, 0% de charges sociales!» Information utile Si vous

Plus en détail

10.B. Les obligations légales et réglementaires. 1. Gestion des documents de l entreprise. A. Les affichages obligatoires

10.B. Les obligations légales et réglementaires. 1. Gestion des documents de l entreprise. A. Les affichages obligatoires Les obligations légales et réglementaires 1. Gestion des documents de l entreprise A. Les affichages obligatoires L affichage est un élément essentiel de la communication dans l entreprise et cela peut

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS CET épargne salariale TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS Sommaire Compte épargne temps 3 Historique 4 Mise en place 6 Alimentation 8 Utilisation 10 Optimiser le CET 14 COMPTE ÉPAR- GNE TEMPS Le Compte

Plus en détail

ACCORD DU 24 MAI 2011

ACCORD DU 24 MAI 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3085 Convention collective nationale IDCC : 16. TRANSPORTS ROUTIERS ET ACTIVITÉS AUXILIAIRES DU TRANSPORT ACCORD DU 24

Plus en détail

Les autorisations d'absence

Les autorisations d'absence Les autorisations d'absence 1/18/MA Service «Gestion des carrières - Protection sociale» Pôle "Valorisation de l'information juridique" 05 59 84 59 44 05 59 90 03 94 statut@cdg-64.fr LES AUTORISATIONS

Plus en détail

BULLETIN DE SOUTIEN A LA FONDATION DES PROMOTEURS IMMOBILIERS DE FRANCE

BULLETIN DE SOUTIEN A LA FONDATION DES PROMOTEURS IMMOBILIERS DE FRANCE BULLETIN DE SOUTIEN A LA FONDATION DES PROMOTEURS IMMOBILIERS DE FRANCE Je fais un don à la Fondation de France / Fondation des promoteurs immobiliers de France de : 1.500 5.000 Engagement de soutien :

Plus en détail

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 Les changements concernant la protection sociale complémentaire Les dates clés 11 janv. 2013 : Signature de l Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-35 DU 25 MARS 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU

DELIBERATION N 2015-35 DU 25 MARS 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU DELIBERATION N 2015-35 DU 25 MARS 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

CIRCULAIRE CDG90 PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE

CIRCULAIRE CDG90 PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE CIRCULAIRE CDG90 07-13 PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires, article 22 bis. Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions

Plus en détail

Circulaire du 10 novembre 2009 STATUT DES DIRECTEURS DES OFFICES PUBLICS DE L HABITAT (OPH)

Circulaire du 10 novembre 2009 STATUT DES DIRECTEURS DES OFFICES PUBLICS DE L HABITAT (OPH) Circulaire du 10 novembre 2009 STATUT DES DIRECTEURS DES OFFICES PUBLICS DE L HABITAT (OPH) MODALITES DE RECRUTEMENT, DE REMUNERATION, ET DE CESSATION DE FONCTIONS Réf. : - Décret 2009-1218 du 12 octobre

Plus en détail

Lettre Entreprise Info. N 14 / Février 2014. Lettre Entreprise Info

Lettre Entreprise Info. N 14 / Février 2014. Lettre Entreprise Info N 14 / Février 2014 Lettre Entreprise Info N 14 / Février 2014 Sommaire Social AGIRC-ARCCO : la clé de répartition des hausses de cotisations 2014-2015 est fixée : L objectif de la loi du 20 janvier 2014

Plus en détail

Guide technique relatif aux contrats collectifs obligatoires complémentaires frais de santé bénéficiant d aides fiscales et sociales

Guide technique relatif aux contrats collectifs obligatoires complémentaires frais de santé bénéficiant d aides fiscales et sociales Guide technique relatif aux contrats collectifs obligatoires complémentaires frais de santé bénéficiant d aides fiscales et sociales Exonération sociale et déductibilité fiscale du financement patronal

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE

PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE PROTECTION SOCIALE Note d information N 2012-22 du 6 avril 2012 PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE REFERENCES Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires (Journal officiel

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3002 Convention collective nationale et accords nationaux BÂTIMENT IDCC : 2609. ETAM

Plus en détail

LES AUTO-ENTREPRENEURS

LES AUTO-ENTREPRENEURS NOTE THÉMATIQUE Observatoire socio-économique Avril 2014 LES AUTO-ENTREPRENEURS Depuis l instauration du statut en 2009, le secteur de la propreté attire les auto-entrepreneurs. Ils sont plus de 23 000

Plus en détail

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 FM 14/08/14 Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 Article L1153-5 L employeur prend toutes dispositions nécessaires en vue de prévenir les faits de harcèlement sexuel, d

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 5 F-16-01 N 136 du 27 JUILLET 2001 5 F.P. / 58 - F 114 INSTRUCTION DU 18 JUILLET 2001 TRAITEMENTS ET SALAIRES. ASSIETTE. REGIME D IMPOSITION DES

Plus en détail

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO DEMANDE ET CALCUL DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE. n o 4. Demande et calcul de la retraite complémentaire

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO DEMANDE ET CALCUL DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE. n o 4. Demande et calcul de la retraite complémentaire GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO DEMANDE ET CALCUL DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE Guide salariés n o 4 JUIN 2015 Demande et calcul de la retraite complémentaire Sommaire La retraite, en bref...

Plus en détail

Le statut de l auto-entrepreneur

Le statut de l auto-entrepreneur Artisans, commerçants et professions libérales Le statut de l auto-entrepreneur Édition 2009 2 Le statut de l auto-entrepreneur Qui peut devenir auto-entrepreneur? Ce statut permet à toute personne de

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Ordonnance n o 2015-380 du 2 avril 2015 relative au portage salarial

Plus en détail

Guide du porteur de projet

Guide du porteur de projet infos : 0810 18 18 18 Union européenne Fonds Social Européen Guide du porteur de projet Mesure «appui aux microprojets associatifs» FSE 4.2.3 en Ile-de-France Cette action est soutenue par le Fonds social

Plus en détail

OBRE 2013 OCT 2012-25 9 2012 COMPLÉTÉ PAR LA CIRCULAIRE DU 25 SEPTEMBRE

OBRE 2013 OCT 2012-25 9 2012 COMPLÉTÉ PAR LA CIRCULAIRE DU 25 SEPTEMBRE OCTOBRE 2013 Décret n 2012-25 du 9 janvier 2012 COMPLÉTÉ PAR LA CIRCULAIRE DU 25 SEPTEMBRE 2013 Avant-propos Afin d encourager la mise en place des régimes collectifs de protection sociale complémentaire

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE LA CAISSE AUTONOME DES RETRAITES

REGLEMENT INTERIEUR DE LA CAISSE AUTONOME DES RETRAITES REGLEMENT INTERIEUR DE LA CAISSE AUTONOME DES RETRAITES REGLEMENT INTERIEUR DE LA CAISSE AUTONOME DES RETRAITES ARTICLE 1 er : AFFILIATION DES EMPLOYEURS - IMMATRICULATION DES SALARIÉS - OBLIGATIONS RESPECTIVES

Plus en détail

DÉPENSE FISCALE N 110211. Réduction d impôt pour frais de comptabilité et d adhésion à un centre de gestion ou une association agréés

DÉPENSE FISCALE N 110211. Réduction d impôt pour frais de comptabilité et d adhésion à un centre de gestion ou une association agréés DÉPENSE FISCALE N 110211 Réduction d impôt pour frais de comptabilité et d adhésion à un centre de gestion ou une association agréés SOMMAIRE 1. IDENTITÉ DE LA DÉPENSE... 1 1.1. Description juridique et

Plus en détail

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Déclaration des revenus 2014 au titre des revenus 2013 Opérations particulières concernant les coopérateurs

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Déclaration des revenus 2014 au titre des revenus 2013 Opérations particulières concernant les coopérateurs n 7 > 4 avril 2014 info Sommaire > Droit fiscal : déclaration des revenus 2014 au titre des revenus 2013 - opérations particulières concernant les coopérateurs ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Déclaration

Plus en détail

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT?

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT? Réf. :DEV/O/FC/015/06-06/OC 1/9 Pendant longtemps, le statut de gérant majoritaire de SARL a été le plus défavorable des statuts de dirigeant, tant au niveau fiscal que social. A contrario, le statut de

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été établit en juin 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction des lois

Plus en détail

Pourquoi ne pas confier votre «bébé» à ceux qui vous ont aidé à le faire grandir? Transmission d entreprise en Scop. Le guide

Pourquoi ne pas confier votre «bébé» à ceux qui vous ont aidé à le faire grandir? Transmission d entreprise en Scop. Le guide Pourquoi ne pas confier votre «bébé» à ceux qui vous ont aidé à le faire grandir? Transmission d entreprise en Scop Le guide > Sommaire Les Scop, des atouts incontestables >>> 3 Un statut souple >>> 4

Plus en détail

Contrat de prévoyance complémentaire et de retraite supplémentaire

Contrat de prévoyance complémentaire et de retraite supplémentaire Contrat de prévoyance complémentaire et de retraite supplémentaire Décret n 2012-25 du 9 janvier 2012 Circulaire du 25 septembre 2013 Circulaire du 4 février 2014 Petit Déjeuner RH CCI Maître Marie-Laure

Plus en détail

Appel à projets 2015 TROPHÉES J.PASS RÈGLEMENT DU CONCOURS. Mise en page : Fédération nationale, F. Barbier - Photo : Fotolia.com - Décembre 2014

Appel à projets 2015 TROPHÉES J.PASS RÈGLEMENT DU CONCOURS. Mise en page : Fédération nationale, F. Barbier - Photo : Fotolia.com - Décembre 2014 , Appel à projets 2015 TROPHÉES J.PASS RÈGLEMENT DU CONCOURS Mise en page : Fédération nationale, F. Barbier - Photo : Fotolia.com - Décembre 2014 Article 1 : description Les 2 partenaires suivants : la

Plus en détail

L essentiel. sur le financement des régimes de prévoyance complémentaire. fiscalité cotisations de Sécurité sociale

L essentiel. sur le financement des régimes de prévoyance complémentaire. fiscalité cotisations de Sécurité sociale L essentiel sur le financement des régimes de prévoyance complémentaire fiscalité cotisations de Sécurité sociale La protection sociale professionnelle est une création continue Souhaitant encourager le

Plus en détail

Le versement transport (VT)

Le versement transport (VT) Le versement transport (VT) Textes de référence : Articles L2333-64 et L2531-2 du code général des collectivités territoriales Lettre circulaire Acoss n 2006-116 du 9 novembre 2006 Lettre circulaire Acoss

Plus en détail

Trésorier du CE : de la construction du budget au compte-rendu de gestion

Trésorier du CE : de la construction du budget au compte-rendu de gestion Expertises économiques et sociales auprès des comités d entreprise Trésorier du CE : de la construction du budget au compte-rendu de gestion Rédacteur : Fayçal ABASSI, expert-comptable Bureaux de LYON

Plus en détail

Ville de TEYRAN Hôtel de Ville 34820 TEYRAN Tél: 04 67 16 19 06 Fax : 04 67 87 98 50 Mail : services.population@ville-teyran.fr

Ville de TEYRAN Hôtel de Ville 34820 TEYRAN Tél: 04 67 16 19 06 Fax : 04 67 87 98 50 Mail : services.population@ville-teyran.fr Ville de TEYRAN Hôtel de Ville 34820 TEYRAN Tél: 04 67 16 19 06 Fax : 04 67 87 98 50 Mail : services.population@ville-teyran.fr MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET DE SERVICES REALISATION DU JOURNAL

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2003-103

LETTRE CIRCULAIRE N 2003-103 PARIS, le 09/07/2003 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION ET DES ORIENTATIONS DU RECOUVREMENT DIROR LETTRE CIRCULAIRE N 2003-103 OBJET : Mise en oeuvre de la nouvelle réglementation relative à l'évaluation des

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire

L Economie Sociale et Solidaire 1 L Economie Sociale et Solidaire L ESS EST UNE ÉCONOMIE QUI SE VEUT ÊTRE DIFFÉRENTE DE L ÉCONOMIE CLASSIQUE. DES PRINCIPES FONDAMENTAUX ONT ÉTÉ DÉFINIS ET CONSTITUENT LES PILIERS DE CE SECTEUR. 2 LES

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Ordonnance n o 2006-344 du 23 mars 2006 relative aux retraites professionnelles supplémentaires NOR

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional

Rapport pour la commission permanente du conseil régional Rapport pour la commission permanente du conseil régional JUILLET 2013 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE DES AGENTS

Plus en détail

Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux

Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux Sur papier à en-tête de l entreprise M À, le Objet : Généralisation de la complémentaire santé

Plus en détail

- 1 - Evry, le 22 août 2014. Le Directeur académique des services de l Education nationale

- 1 - Evry, le 22 août 2014. Le Directeur académique des services de l Education nationale Evry, le 22 août 2014 Le Directeur académique des services de l Education nationale à Mesdames et Messieurs les Chefs d établissements des collèges privés sous contrat s/c de Madame et Messieurs les Directeurs

Plus en détail

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e Regards croisés s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e N 49-25 juillet 2014 Serge Lavagna Secrétaire national de la CFE-CGC Protection sociale ÉDITO Contact : Mireille Dispot Expert protection sociale

Plus en détail

MINISTERE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA REFORME DE L ETAT Direction du budget 2BPSS n 11-3407D -------- Paris, le 28 novembre 2011

MINISTERE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA REFORME DE L ETAT Direction du budget 2BPSS n 11-3407D -------- Paris, le 28 novembre 2011 MINISTERE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA REFORME DE L ETAT Direction du budget 2BPSS n 11-3407D -------- MINISTÈRE DE LA FONCTION PUBLIQUE Direction générale de l administration et de la fonction

Plus en détail

FOCUS : NOS ARTICLES SUR FACEBOOK https://www.facebook.com/pages/sodraco/618524861539098

FOCUS : NOS ARTICLES SUR FACEBOOK https://www.facebook.com/pages/sodraco/618524861539098 JUIN 20 N 6 FOCUS : NOS ARTICLES SUR FACEBOOK https://www.facebook.com/pages/sodraco/6185248639098 Nous vous présentons actuellement des articles aussi variés que : Assurance habitation et professionnelle

Plus en détail

ÉCONOMIQUE PRINCIPALES DÉPENSES DÉDUCTIBLES

ÉCONOMIQUE PRINCIPALES DÉPENSES DÉDUCTIBLES DÉDUCTIBLES RAPPEL Pour être déductibles des recettes, les dépenses effectuées par les titulaires de revenus non commerciaux doivent répondre aux conditions suivantes : être nécessitées par l exercice

Plus en détail

Social. Précisions ministérielles. Avantages en nature et frais professionnels

Social. Précisions ministérielles. Avantages en nature et frais professionnels Avantages en nature et frais professionnels Précisions ministérielles L administration vient de diffuser une troisième série de questions/réponses. S agissant des avantages en nature, elle revient notamment

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FONCTIONNEMENT MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FONCTIONNEMENT MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA FONCTION PUBLIQUE PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FONCTIONNEMENT MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE

Plus en détail

LA MISE A DISPOSITION DES FONCTIONNAIRES TERRITORIAUX

LA MISE A DISPOSITION DES FONCTIONNAIRES TERRITORIAUX Réf. : CDG-INFO2008-18/CDE Personnes à contacter : Christine DEUDON - Sylvie TURPAIN PLAN DE CLASSEMENT : 1-25-20 : 03.59.56.88.48/58 Date : le 17 juillet 2008 MISE A JOUR DU 27 MARS 2012 Suite à la parution

Plus en détail

Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales 2013

Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales 2013 Envoi de l échéancier de cotisations et contributions sociales 2013 Les cotisants, artisans, commerçants, reçoivent à partir du 17 décembre 2012 l échéancier de paiement de leurs cotisations et contributions

Plus en détail

le flash actualité Avril 2014

le flash actualité Avril 2014 le flash actualité Avril 2014 Thème : Conformité des contrats collectifs santé prévoyance retraite Une période transitoire a été instituée par le décret du 9 janvier 2012 pour la mise en conformité des

Plus en détail

Le régime social des cotisations patronales de protection sociale complémentaire

Le régime social des cotisations patronales de protection sociale complémentaire Le régime social des cotisations patronales de protection sociale complémentaire SOMMAIRE 1 Assujettissement à cotisations sociales... 3 1.1 Cotisations concernées par l exemption d assiette... 3 1.2 Limites

Plus en détail

Les charges déductibles en toute légalité

Les charges déductibles en toute légalité Les charges déductibles en toute légalité Animé par : Christophe LE MEUT, In Extenso Jean-Pierre ROUSSEL, Direction des Services Fiscaux d Ille-&-Vilaine INTRODUCTION Charges : ensemble des biens et services

Plus en détail

Les Contrats Collectifs face aux nouvelles normes sociales et fiscales

Les Contrats Collectifs face aux nouvelles normes sociales et fiscales En clair COMPLÉMENTAIRES SANTÉ / PRÉVOYANCE Les Contrats Collectifs face aux nouvelles normes sociales et fiscales Quand la Prévoyance vous appartient. Sommaire Exonération des cotisations Sociales...

Plus en détail

2ème trimestre 2015 COMPTE DE PRÉVENTION PÉNIBILITÉ. Paiement des cotisations au plus tard le 17 août 2015

2ème trimestre 2015 COMPTE DE PRÉVENTION PÉNIBILITÉ. Paiement des cotisations au plus tard le 17 août 2015 Attention, cette notice d information n est plus transmise sous forme papier. En cas de besoin, elle pourra vous être adressée (uniquement sur demande). 2ème trimestre 2015 V ous recevez votre déclaration

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU 28 FÉVRIER 2014 RELATIF AU TEMPS

Plus en détail

L engagement associatif : tout savoir sur le bénévolat

L engagement associatif : tout savoir sur le bénévolat L engagement associatif : tout savoir sur le bénévolat Les intervenants : Véronique ROSETTI Responsable département association Cabinet Aliantis- Lyon Benoît PARIS Expert Comptable Diplômé Responsable

Plus en détail

I. Les dates clés à connaître

I. Les dates clés à connaître NOTE D INFORMATION 2013/27 du 23 décembre 2013 SOCIAL : Protection sociale complémentaire : les modifications à venir en 2014 Il est urgent de s en occuper I. Les dates clés à connaître Les employeurs

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Le forfait social

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Le forfait social Le forfait social Textes de référence : Articles L137-15 à L. 137-17 du Code de la Sécurité sociale créés par l article 13 de la loi n 2008-1330 du 17 décembre 2008 de financement de la sécurité sociale

Plus en détail

REGLEMENT RELATIF A LA PRISE EN CHARGE DES REMUNERATIONS ET DROITS CONNEXES DES STAGIAIRES DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

REGLEMENT RELATIF A LA PRISE EN CHARGE DES REMUNERATIONS ET DROITS CONNEXES DES STAGIAIRES DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE REGLEMENT RELATIF A LA PRISE EN CHARGE DES REMUNERATIONS ET DROITS CONNEXES DES STAGIAIRES DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE (version initiale du 22 juin 2009, version modifiée par les Commissions Permanentes

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I OBJET DU REGLEMENT L ADHESION

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I OBJET DU REGLEMENT L ADHESION REGLEMENT INTERIEUR TITRE I OBJET DU REGLEMENT L ADHESION OBJET DU REGLEMENT INTERIEUR Article 1 Le présent règlement intérieur est établi conformément à l article 3 des statuts. Il est établi par le conseil

Plus en détail

L essentiel sur L ASSURANCE VIE. Fonds en euros. Fiscalité. Unités de compte

L essentiel sur L ASSURANCE VIE. Fonds en euros. Fiscalité. Unités de compte L ASSURANCE VIE L essentiel sur Fiscalité Fonds en euros Unités de compte Qu est ce que c est? Un produit d épargne à moyen et long terme L assurance vie sert à épargner et faire fructifier son capital,

Plus en détail

Pour valoriser, motiver ses collaborateurs et fidéliser ses clients.

Pour valoriser, motiver ses collaborateurs et fidéliser ses clients. CA DO CHÈQUE Pour valoriser, motiver ses collaborateurs et fidéliser ses clients. EN BREF CA DO CHÈQUE est un chèque cadeau multi-enseigne accepté dans près de 500 enseignes nationales de qualité, représentant

Plus en détail

PLF et PLFSS 2014 : impacts sur les mutuelles Point au 19 décembre 2013

PLF et PLFSS 2014 : impacts sur les mutuelles Point au 19 décembre 2013 PLF et 2014 : impacts sur les mutuelles Point au 19 décembre 2013 1. Principales mesures impactant les mutuelles Thématiques Articles Impact sur les mutuelles Participation des OC au forfait médecin traitant

Plus en détail

REGLEMENT DE LA BOURSE. Ghislaine DUPONT et Claude VERLON

REGLEMENT DE LA BOURSE. Ghislaine DUPONT et Claude VERLON REGLEMENT DE LA BOURSE Ghislaine DUPONT et Claude VERLON Pour les Jeunes journalistes et Techniciens Africains Société organisatrice : France Médias Monde, Société Anonyme immatriculée au RCS de Nanterre

Plus en détail

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE)

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) Circulaire 31 août 2012 Références : - Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

COMPLEMENTAIRES SANTES CONVENTIONNELLES MISE A NIVEAU DE L ACCORD EN TRANSPORT ROUTIER DE VOYAGEURS

COMPLEMENTAIRES SANTES CONVENTIONNELLES MISE A NIVEAU DE L ACCORD EN TRANSPORT ROUTIER DE VOYAGEURS COMPLEMENTAIRES SANTES CONVENTIONNELLES MISE A NIVEAU DE L ACCORD EN TRANSPORT ROUTIER DE VOYAGEURS Par accord en date du 24 Mai 2011, les partenaires sociaux sont convenus de créer une obligation conventionnelle

Plus en détail