Micro-organismes et voies de transmission. A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Micro-organismes et voies de transmission. A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008"

Transcription

1 Micro-organismes et voies de transmission A. Lasheras et D. Monnin Forcomed

2 Microorganismes / microbes / agents infectieux? Ce sont : Des bactéries Des virus Des parasites Des champignons: filamenteux et levures Les microbes nous habitent notre organisme fait de 1013 cellules héberge 1014 bactéries les relations entre hôte et microbe sont des relations normalement équilibrées et contrôlées : toute rupture de cet équilibre est source de désordres ou cause de maladie. 2

3 Classification des bactéries Bactéries à Gram positif (bactéries à paroi épaisse) Cocci Gram + : Staphylocoque, Streptocoque Bacille Gram + :Listeria, Corynebacterie, Clostridium Bactéries à Gram négatif (bactéries à paroi fine) Cocci Gram - : Méningocoque Bacille Gram - : Bacteroides, Entérobactéries Mycobactéries : bacille de Koch Formes sporulées: Clostridium 3

4 Les virus Entités de très petite taille qui ne peuvent être examinés qu'en microscopie électronique. Ne possèdent qu'un seul acide nucléique : ARN ou ADN Ne se multiplient qu'à l'intérieur de cellules vivantes Le virus est constitué : au centre de l'acide nucléique (ARN ou ADN) en périphérie d'une capside protéique protégeant l'acide nucléique et parfois d'une enveloppe qui peut être hérissée de spicules permettant au virus de se fixer aux cellules et d'y pénétrer ou d'en sortir 4

5 Classification des virus Basée sur le génome (ADN ou ARN) et l enveloppe: Virus nus (très résistants dans l environnement) Virus à ADN: Papillomavirus, Adénovirus, Virus à ARN: Poliovirus, Rhinovirus, Rotavirus Virus enveloppés (très fragiles dans l environnement) Virus à ADN: variole, Herpes, varicelle-zona, Hépatite B, Virus à ARN: Grippe, VRS, Oreillons, Rougeole, Hépatite C, HIV 5

6 Les voies de transmission des infections nosocomiales 6

7 Introduction Pour qu une infection survienne, nécessité de un réservoir et/ou une source de MO un mode de transmission des conditions favorables au dvpt de l infection chez un patient récepteur (hôte) 7

8 Notion de réservoir Le réservoir d un micro-organisme est défini comme le lieu habituel et permanent ou un MO persiste et se multiplie Exemple : l eau pour Pseudomonas aeruginosa 8

9 Notion de source La source est le lieu de contact entre le micro-organisme et l hôte C est à partir de la source que le microorganisme diffuse à un moment donné La source et le réservoir peuvent être identiques exemple : flacon d antiseptique contaminé 9

10 Exemples (1) Contamination d une plaie Réservoir : machine à glace mal entretenue Source : glaçon contaminé par P. aeruginosa Source Voie de transmission Réservoir P. aeruginosa 10

11 Exemple (2) Spondylodiscites à Mycobacterium xenopi le réservoir est l eau du réseau la source est le nucléotome contaminé Voie de transmission Matériel contaminé SOURCE RESERVOIR M. xenopi Spondylodiscite 11

12 Exemples (3) Ostéite à Serratia marcescens Le réservoir est la main du personnel La source est la perfusion Voie de transmission Passage de la bactérie dans le sang puis localisation secondaire au niveau de l os RESERVOIR Ostéite SOURCE S. marcescens 12

13 Réservoirs Réservoirs des MO responsables d IN Réservoirs humains : flore digestive, respiratoire supérieure et inférieure, cutanée et génito-urinaire Réservoirs de l environnement : surfaces, eau, air, matériels, alimentation 13

14 Réservoirs humains Le patient s infecte le plus souvent avec sa propre flore infection endogène (90 %) flore d origine ou primaire, portée par le patient à son arrivée (90%) flore modifiée ou secondaire acquise lors du séjour hospitalier (10 %) La flore présente sur un site corporel du patient contamine un autre site chez le même patient 14

15 Réservoirs humains (2) Facteurs d acquisition des flores secondaires (hospitalières) Durée d exposition au risque Proximité des autres patients porteurs Fréquence des contacts avec le personnel de soins Pression de sélection des AB 15

16 Réservoirs hospitaliers / secteurs de soins IN d origine exogène plus rares (~10%) Globalement, elles sont liées à la flore du milieu environnant composée Flore des autres patients (malades, incubants, porteurs sains, convalescents) Flore du personnel Environnement de proximité du malade (dispositifs médicaux et de soins) Environnement général de la structure de soins (air, dont circuits de climatisation et installations de traitement d air, eau et surfaces) Ces univers microbiens s échangent et établissent entre eux un certain équilibre => Les germes de l environnement ou d une autre personne contaminent un patient 16

17 Flore hospitalière/soins Malade propreté +++ antisepsie +++ Flore remaniée du malade Flore Hospitalière/ Soins Visiteurs éducation +++ Environnement eau, air, surfaces, matériel, alimentation Personnel mains +++ gouttelettes de Pflügge tenue vestimentaire 17

18 Infections exogènes Infection souvent d emblée, sans phase de colonisation préalable, le plus souvent sur un mode épidémique Fréquence des infections exogènes a considérablement diminué ces 20 dernières années (mesures de stérilisation et de désinfection formalisées et appliquées) Mise en place de contrôle de qualité (témoins de stérilisation, contrôles de cycles, prélèvements d environnement ) La persistance d épidémies d infections exogènes est habituellement associée à une défaillance de procédure ou de désinfection 18

19 Pouvoir pathogène Maladie infectieuse = conflit Facteurs de pathogénicité Mécanismes des bactéries de défense de l'hôte Bactéries pathogènes spécifiques (BPS) Leur présence => la maladie (spécifique) Parasites : facteurs de pathogénicité +++ Bactéries pathogènes opportunistes (BPO) Leur présence peut => la maladie Bactéries commensales ou saprophytes Mécanismes de défense de l'hôte

20 Hôte et infection opportuniste Pour être récepteur à l infection, nécessité d une défaillance du système de défense immunitaire du patient, transitoire ou permanente et partielle ou totale Chez un patient, détérioration du système protecteur dans plusieurs circonstances Immunodépression pathologique ou thérapeutique Rupture des barrières naturelles physiques (dispositifs invasifs) ou chimiques (altérations de la flore microbienne endogène par un tt AB à large spectre ) (onco-hématologie, réanimation, grands brûlés) Aux âges extrêmes de la vie : prématurés, personnes âgées 20

21 Voies de pénétration des germes 5 voies de pénétration des germes Voie respiratoire : toux, éternuements (gouttelettes de Pflüge, transmission de la tuberculose) Voie cutanéo-muqueuse : peau, mains, ongles, écorchures, baiser, voies urinaires Voie entérique : tout ce qui touche au tube digestif Voie génitale : MST Voie parentérale : tous les gestes invasifs (ponctions, injections ) 21

22 Risque infectieux ~ 85 % des IN exogènes 22

23 Risque infectieux (2) Dépend Nombre, durée des procédures invasives (cathéters, plaies opératoires, durée d intervention ) Présence de matériel étranger État d immunocompétence (physiologique, pathologique, thérapeutique) État des flores (antibiotiques, chimio, radiothérapie ) Présence d autres patients infectés à proximité Fréquence des contacts avec le personnel de soins Entretien de l environnement Entretien, désinfection et/ou stérilisation des dispositifs médicaux Respect du lavage des mains +/- port des gants, tenue vestimentaire 23

24 AGENT INFECTIEUX : bactérie, virus, champignons, parasites, levures RESERVOIR FLORE ENDOGENE (90%) --> le patient TRANSMISSION EXOGENE (10%) le personnel, l environnement... TRANSMISSION COLONISATION DE L HOTE MULTIPLICATION DE L AGENT INFECTIEUX Peut être directe : simple contact, gouttelettes, aérien Peut être indirecte : matériel contaminé, environnement général, de proximité Favorisée par : - une altération de la flore normale du patient - la présence de corps étrangers - les techniques invasives CAPACITÉS DE DÉFENSE DE L HÔTE CONTRE L AGENT INFECTIEUX SIGNES CLINIQUES DE L INFECTION Récapitulatif de la transmission de l infection

25 Les mesures de prévention Voie exogène Par contact direct Par gouttelettes Par aérosol 25

26 Transmission par «contact» Flore cutanée résidente ou transitoire présente sur les mains des soignants colonise ou infecte les patients Staphylocoques «dorés» Staphylocoques «blancs» Corynées Entérocoques 26

27 PREVENTION 27

28 Transmission par «contact» (2) Mais il n y a pas que les mains! La tenue vestimentaire des soignants Flore de l environnement Plaie ouverte en contact avec des surfaces contaminées Flore des autres patients déposée sur des surfaces L entourage direct du patient peut-être en cause Transmission croisée 28

29 Transmission par «contact» (3) Prévention Hygiène des mains +++ Port de gants en fonction du type de soins Lunettes de protection (projection) Respect de la tenue vestimentaire Entretien de l environnement (attention au matériel partagé!!!)! Transmission croisée! 29

30 Transmission «gouttelettes» Le sujet «source» émet des particules d une taille supérieure à 5 microns Distance de sécurité ~ 2 mètres 30

31 Transmission «gouttelettes» (2) Le sujet source émet des particules porteuses de sa flore rhino-pharyngée Exemples Streptocoques pyogènes Staphylocoques dorés Pneumocoques PREVENTION Masque chirurgical Grippe 31

32 PREVENTION 32

33 Transmission par «aérosols» Particules de taille inférieure à 5 µm Le sujet source émet de fines particules porteuses de sa flore rhinopharyngée Du fait de leur faible poids, ces particules restent longtemps en suspension dans l air et peuvent se déplacer sur de longues distances Les micro-organismes concernés par ce mode de transmission doivent être résistants aux conditions environnementales Exemples Bacille tuberculeux Virus varicelle-zona PREVENTION Masque de protection respiratoire 33

34 Les mesures de prévention Voie endogène respect des bonnes pratiques de soins Exemples Préparation cutanée avant pose d un cathéter Respect des règles d asepsie pour la pose des dispositifs invasifs utilisation de matériel d un niveau de désinfection adapté à l acte à réaliser Le patient peut participer en respectant des règles d hygiène adaptées! 34

35 VRAI - FAUX 35

36 Le germe staphylocoque doré est obligatoirement d origine nosocomiale? FAUX Staphylocoque doré n est pas impliqué que dans les infections nosocomiales, même s il est un des germes nosocomiaux les plus souvent retrouvés Staphylocoque doré est un germe de la flore commensale humaine On le retrouve en quantité sur la peau, le scalp, l anus, les muqueuses génitales, mais aussi dans la bouche, l intestin, les conduits auditifs externes C est le germe le plus fréquemment retrouvé dans de nombreuses infections communautaires furoncles, abcès, folliculites, impétigo, mais aussi ostéites, arthrites, ostéoarthrites, bronchites chroniques surinfectées, ulcères de jambes, etc Le caractère nosocomial ou non d une infection à staphylocoque doré est déterminé au cas par cas selon les particularités de chaque infection 36

37 Les infections nosocomiales sont toujours des infections d origine exogène? FAUX Le patient s infecte le plus souvent à partir de sa propre flore Environ 90% des IN sont d origine endogène 37

38 En cas d infection d origine endogène, l équipe soignante n est pas concernée FAUX En cas de non respect des mesures d asepsie lors des soins invasifs, les micro-organismes présents sur la peau ou les muqueuses du patient peuvent pénétrer dans les cavités stériles et être à l origine d une infection Exemples Non respect des recommandations pour la préparation cutanée de l opéré Non respect des recommandations lors de la pose ou de la gestion d une sonde urinaire, d une VVP, d une VVC 38

39 Mais le patient peut être également en cause Mauvaise hygiène corporelle Manipulation des pansements Ou son entourage D où l intérêt d une bonne information au patient si possible et à son entourage 39

Notions de microbiologie générale

Notions de microbiologie générale Notions de microbiologie générale Journée des correspondants en hygiène débutants du 20-11-2015 Dr J GAGNAIRE-Unité d hygiène inter-hospitalière- Service des Maladies infectieuses Différents agents infectieux

Plus en détail

Infection Colonisation Bactéries multirésistantes aux antibiotiques (BMR)

Infection Colonisation Bactéries multirésistantes aux antibiotiques (BMR) Infection Colonisation Bactéries multirésistantes aux antibiotiques (BMR) Les ateliers du Resclin Gestion du risque infectieux associé aux soins Module encadrement EOHH des établissements de santé 4ème

Plus en détail

POURQUOI L HYGIENE 05/10/2011. Bactéries Virus Champignons (levures et moisissures) Parasites A.T.N.C (prion) HYGIENE - PROPRETE ET PREVENTION

POURQUOI L HYGIENE 05/10/2011. Bactéries Virus Champignons (levures et moisissures) Parasites A.T.N.C (prion) HYGIENE - PROPRETE ET PREVENTION GENERALITES EN HYGIENE NOTIONS DE MICROBIOLOGIE PRECAUTIONS STANDARD ANTISEPTIQUES ET DESINFECTANTS HYGIENE - PROPRETE ET PREVENTION POURQUOI L HYGIENE HYGIENE = PROPRETE HYGIENE = PREVENTION DES INFECTIONS

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2)

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2) ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) EPIDEMIOLOGIE Épidémiologie(2) DEFINITION Petit Robert : C est l étude des épidémies. C est l étude des rapports existant entre les maladies et divers facteurs

Plus en détail

RISQUE INFECTIEUX EN MATERNITE

RISQUE INFECTIEUX EN MATERNITE RISQUE INFECTIEUX EN MATERNITE 1 Introduction 822 000 naissances en 2012 14 124 à la Réunion (2011) Infections nosocomiales en maternité Mères bébés Fréquence variable selon le mode d accouchement et le

Plus en détail

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie Premiers secours en équipe L hygiène et asepsie Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados hygiène et asepsie A la fin de cette partie vous serez capable d indiquer : D appliquer les règles

Plus en détail

Les infections nosocomiales

Les infections nosocomiales Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire Les infections nosocomiales Formation pour les représentants d usagers Caen 30 mai 2011 CCLIN Ouest Antenne Régionale Basse Normandie Les relations entre

Plus en détail

RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : Le risque infectieux

RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : Le risque infectieux RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : Le risque infectieux Qu est ce qu un microbe? Comment les microbes peuvent-ils nous rendre malade? Microbe : virus et microorganismes unicellulaires

Plus en détail

Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte.

Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte. Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte. Item 154. Septicémie/Bactériémie/Fongémie de l'adulte Objectifs nationaux (ECN) Connaître les portes d'entrée et les localisations secondaires les plus fréquentes

Plus en détail

Prévention de la transmission des agents infectieux

Prévention de la transmission des agents infectieux PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION CROISÉE DES MICRO-ORGANISMES Précautions standard et complémentaires Elisabeth Laprugne-Garcia CClin Sud-Est 29/04/2015 Prévention de la transmission des agents infectieux

Plus en détail

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C.

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. BURTIN Introduction Hygiène : Normes et réglementation (1) Hôpitaux Chapitre

Plus en détail

INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS DEFINITION, FREQUENCE ET FACTEURS DE RISQUE

INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS DEFINITION, FREQUENCE ET FACTEURS DE RISQUE INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS DEFINITION, FREQUENCE ET FACTEURS DE RISQUE Infection VINCENT A, Saint Genis Laval LAPRUGNE-GARCIA E, Saint Genis Laval Octobre 2008 Objectif Pour mettre en place une surveillance

Plus en détail

INTRODUCTION A LA PREVENTION DE L INFECTION

INTRODUCTION A LA PREVENTION DE L INFECTION INTRODUCTION A LA PREVENTION DE L INFECTION OBJECTIFS SPECIFIQUES : EXPLIQUER L IMPORTANCE DE LA PREVENTION DE L INFECTION DANS LES SERVICES DE SOINS. DECRIRE LE CYCLE DE L INFECTION IDENTIFIER LES MOYENS

Plus en détail

Le respect des précautions standards dans la prévention du risque infectieux au domicile.

Le respect des précautions standards dans la prévention du risque infectieux au domicile. Le respect des précautions standards dans la prévention du risque infectieux au domicile. Frédérique SIESSE,infirmière libérale, Perpignan, Référente RVPCLR pôle Perpignan 1 La responsabilité de l infirmière

Plus en détail

HYGIENE HOSPITALIERE

HYGIENE HOSPITALIERE 03.10.08 Mme Payan Hygiène HYGIENE HOSPITALIERE I)L'infection nosocomiale 1)Définition et caractéristiques 2)Les principales infections nosocomiales 3)La chaîne épidémiologique a)facteurs favorisants b)modes

Plus en détail

LES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS. Introduction

LES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS. Introduction LES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS Introduction Plan Introduction aux IAS C est quoi une IAS? Définitions Depuis quand sont-elles connues? Un peu d histoire Pourquoi faut-il s en préoccuper? Conséquences

Plus en détail

Gestion des patients contagieux. Les maladies infectieuses ne vont pas disparaître. Isolement des patients contagieux. Pourquoi?

Gestion des patients contagieux. Les maladies infectieuses ne vont pas disparaître. Isolement des patients contagieux. Pourquoi? Gestion des patients contagieux C est un fait : nous vivons au milieu des microbes Dr Laurent HOCQUELOUX CHR d Orléans La Source les nôtres ceux des autres ceux de notre environnement Bilan depuis 20 ans

Plus en détail

Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE

Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE Chap. 5 : LA MENACE MICROBIENNE e Au XVII siècle, l invention du microscope a permis d observer des êtres vivants de toute petite taille: les micro-organismes (ou microbes). Comment les microbes déclenchent-ils

Plus en détail

Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010

Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010 Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire Formation pour les représentants d usagers Sablé sur Sarthe mai 2010 CCLIN Ouest Antenne Régionale Pays de la Loire Visibles au microscope optique (de

Plus en détail

PARTIE II : Risque infectieux et protection de l organisme. CHAPITRE 1 : L homme dans son environnement microbien.

PARTIE II : Risque infectieux et protection de l organisme. CHAPITRE 1 : L homme dans son environnement microbien. PARTIE II : Risque infectieux et protection de l organisme CHAPITRE 1 : L homme dans son environnement microbien. Grippe, gastro-entérite, angine, otite,...nous sommes régulièrement malades. Quelles sont

Plus en détail

Les mesures d isolement. IFSI Charles FOIX / 2011 / UE 2.10 / S.ISSAD

Les mesures d isolement. IFSI Charles FOIX / 2011 / UE 2.10 / S.ISSAD Les mesures d isolement Les mesures d isolement Objectifs Établir des barrières res de niveaux variables afin de limiter ou supprimer la transmission de micro-organismes organismes D un malade à un autre

Plus en détail

Hémodialyse et Risque Infectieux

Hémodialyse et Risque Infectieux Hémodialyse et Risque Infectieux D.Nesa-EOHA / Réanimation Polyvalente MARS 2007 L hémodialyse L hémodialyse est un acte invasif qui impose un accès vasculaire itératif, soit sur fistule, soit sur cathéter.

Plus en détail

mentaires en EHPAD : Quand les lever?

mentaires en EHPAD : Quand les lever? Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire Réseau CEN T RE HO S PIT AL IE R LE MANS Les Précautions Complémentaires mentaires en EHPAD : Quand les lever? 2 ème Journée inter-régionale Prévention

Plus en détail

Pathologie infectieuse

Pathologie infectieuse Infections nosocomiales Prévention des risques Infection Pénétration dans un organisme d'un agent étranger (bactérie, virus, champignon, parasite) capable de s'y multiplier et d'y induire des lésions pathologiques.

Plus en détail

Quizz Hygiène des mains

Quizz Hygiène des mains Quizz Hygiène des mains Question 1 En dehors des professionnels de santé, l hygiène des mains concerne : 1. le grand public 2. les résidents 3. les visiteurs 4. les intervenants externes 5. les bénévoles

Plus en détail

PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER?

PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER? PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER? Isabelle JOZEFACKI IDE HYGIENISTE UPIN DESP Le 17 novembre 2011 3 ème journée régionale de formation destinée aux EHPAD Moyens de

Plus en détail

Béatrice Allain-Cadre de santé formatrice-ifsi CHGR

Béatrice Allain-Cadre de santé formatrice-ifsi CHGR Béatrice Allain-Cadre de santé formatrice-ifsi CHGR 1 «Au lieu de s ingénier àtuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire»? PASTEUR Béatrice Allain-Cadre

Plus en détail

Hygiène de base. Formation 20.. Cours pour Etablissement

Hygiène de base. Formation 20.. Cours pour Etablissement Hygiène de base Formation 20.. Cours pour Etablissement Objectifs du cours Découvrir le vocabulaire spécifique à l hygiène Expliquer les mécanismes physiopathologiques d une infection Nommer les agents

Plus en détail

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES D HYGIENE Complémentaires d Hygiène CHAPUIS C, Saint Genis Laval Juin 2010 Objectif Les Complémentaires d Hygiène (PCH) ont pour but de faire barrière à la diffusion d un agent

Plus en détail

PLAN. D - Prise en charge d une neutropénie non fébrile

PLAN. D - Prise en charge d une neutropénie non fébrile PLAN A - Facteurs de risque infectieux B - Définition d une neutropénie C - Définition d une neutropénie fébrile La fièvre Critères prédictifs de survenue d un épisode fébrile Etiologie de la fièvre au

Plus en détail

LE CABINET MÉDICAL DE GYNÉCOLOGIE COMMENT RÉDUIRE LA TRANSMISSION DES AGENTS INFECTIEUX

LE CABINET MÉDICAL DE GYNÉCOLOGIE COMMENT RÉDUIRE LA TRANSMISSION DES AGENTS INFECTIEUX LE CABINET MÉDICAL DE GYNÉCOLOGIE COMMENT RÉDUIRE LA TRANSMISSION DES AGENTS INFECTIEUX Daniel BLOC PH hygiéniste CHU de Tours Tout soin délivré est à risque de complication infectieuse mais la fréquence

Plus en détail

Sources de contamination. M1 = Milieu. +++ Respecter - les lieux de stockage - les conditions de stockage - l entretien

Sources de contamination. M1 = Milieu. +++ Respecter - les lieux de stockage - les conditions de stockage - l entretien Risque : M1 = Milieu Origine Risques Recommandations élémentaires Lieux concernés Microbes visés Déchets (emballages, cartons, détritus de fabrication ) Transformation de produits alimentaires Fortes si

Plus en détail

Contexte. Partenariats. Méthodologie RPC (HAS 2010) Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes»

Contexte. Partenariats. Méthodologie RPC (HAS 2010) Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» Contexte 22e Journée annuelle du GERES Vendredi 7 Décembre 2012 Dr Anne Berger-Carbonne pour le groupe de travail 2004

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

Les infections associées aux soins

Les infections associées aux soins Les infections associées aux soins Définitions, structuration de la lutte contre les IAS en France Atelier discussion Dr DENIS Corinne Journée des correspondants para médicaux en hygiène hospitalière 20

Plus en détail

Précautions barrière vis à vis de la grippe

Précautions barrière vis à vis de la grippe Précautions barrière vis à vis de la grippe Madame Patricia Lathière en collaboration avec Madame Sophie Steunou 05/12/2006 http://www.grippeaviaire.gouv.fr/ Transmission interhumaine Par l'intermédiaire

Plus en détail

PROJET DE VIE PROJET DE SOINS RESIDENTS PORTEURS D UNE B.M.R. EN E.H.P.A.D.

PROJET DE VIE PROJET DE SOINS RESIDENTS PORTEURS D UNE B.M.R. EN E.H.P.A.D. PROJET DE VIE PROJET DE SOINS RESIDENTS PORTEURS D UNE B.M.R. EN E.H.P.A.D. DAURIAC MARIE-CHRISTINE INFIRMIERE EQUIPE MOBILE DE GERIATRIE CH AUCH 9 JUIN 2011 Projet de vie / projet de soins Les deux projets,

Plus en détail

LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE

LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE DCEM 1 Professeur Michel Drancourt Michel.drancourt@univmed.fr Années 2012-2013 http://www.mediterranee-infection.com/ DEFINITION

Plus en détail

Entretien des endoscopes. Dr Houyem SAID LATIRI - STHSS Service d hygiène hospitalière CHU Sahloul Sousse

Entretien des endoscopes. Dr Houyem SAID LATIRI - STHSS Service d hygiène hospitalière CHU Sahloul Sousse Entretien des endoscopes Dr Houyem SAID LATIRI - STHSS Service d hygiène hospitalière CHU Sahloul Sousse 1 Introduction L'endoscopie risque de transmission infectieuse. L examen contamination de la surface

Plus en détail

HYGIENE HOSPITALIERE

HYGIENE HOSPITALIERE HYGIENE HOSPITALIERE 1 ) Données microbiologiques de base 2 ) L hygiène à l hôpital 3 ) Les infections nosocomiales MK 1ère année 2012 Dr. Catherine VALLET 1 1 ) Les agents infectieux MK 1ère année 2009

Plus en détail

AVIS 14 décembre 2011

AVIS 14 décembre 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 14 décembre 2011 BIORGASEPT 0,5%, solution pour application cutanée Flacon de 250 ml (CIP : 360 430-7) Laboratoires BAILLEUL-BIORGA DCI Code ATC (libellé) Conditions

Plus en détail

Les microbes, pour le meilleur et pour le pire

Les microbes, pour le meilleur et pour le pire Les microbes, pour le meilleur et pour le pire Questionnaire élaboré par André Bossus (Collège André-Chavanne) sur l exposition de Patrick Linder, Karl Perron et Candice Yvon. 1. L univers des microbes

Plus en détail

III) LA CHAINE INFECTANTE

III) LA CHAINE INFECTANTE III) LA CHAINE INFECTANTE 3.1. LA FLORE NORMALE DE L HOMMEL Cutanée Oropharyngée Intestinale : gastrique, colique, fécale Génitale 3.2. UNE INFECTION, C EST C QUOI? Définition du dictionnaire Petit Larousse

Plus en détail

Bonne pratique de soins en maternité

Bonne pratique de soins en maternité Centre de coordination Sud-Est de la lutte contre les infections nosocomiales & associées aux soins Bonne pratique de soins en maternité de la salle d accouchement à la pouponnière Prévention du risque

Plus en détail

Guide pour la formation de nouveaux professionnels en établissements de soins CCLIN Sud Ouest

Guide pour la formation de nouveaux professionnels en établissements de soins CCLIN Sud Ouest V / LES BASES DE LA PREVENTION 35 Les règles d hygiène de base s appliquent aux patients et également à tout le personnel. Elles visent à limiter le risque de transmission croisée de micro-organismes responsables

Plus en détail

LE RISQUE INFECTIEUX EN GÉRIATRIE DR C LAFFITTE PH CHIELVR

LE RISQUE INFECTIEUX EN GÉRIATRIE DR C LAFFITTE PH CHIELVR LE RISQUE INFECTIEUX EN GÉRIATRIE DR C LAFFITTE PH CHIELVR Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD CHU le 24 novembre 2009 Le risque infectieux en gériatrie Les particularités en gériatrie

Plus en détail

Précautions standard et précautions complémentaires

Précautions standard et précautions complémentaires Précautions standard et précautions complémentaires 30 janvier 2014 Journée inter-hospitalière Correspondants Para-médicaux en Hygiène Hospitalière Hélène Zanovello, IDE hygiéniste Corinne DENIS praticien

Plus en détail

Précautions complémentaires et bloc opératoire

Précautions complémentaires et bloc opératoire Précautions complémentaires et bloc opératoire Dr S LELIMOUZIN CHBA Vannes-Auray 1 Contexte Le bloc opératoire : un secteur «protégé» Un accès réglementé Tenue de bloc : pyjama, coiffe, masque chirurgical,

Plus en détail

Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins

Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins 1ère journée ALIAS Lille - mardi 29 mars 2011 Les nouvelles recommandations pour prévenir les infections associées aux soins Bruno Grandbastien Faculté de Médecine Henri Warembourg, Université de Lille

Plus en détail

Contexte. Partenariats. Prévention de la transmission croisée e par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes»

Contexte. Partenariats. Prévention de la transmission croisée e par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» Prévention de la transmission croisée e par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» Contexte Réunion des infirmières hygiénistes de l Inter-région Paris- Nord Paris 15 mai 2013 Béatrice CROZE Infirmière

Plus en détail

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement

PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME. Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement PARTIE II : RISQUE INFECTIEUX ET PROTECTION DE L ORGANISME Chapitre 1 : L Homme confronté aux microbes de son environnement I- Les microbes dans notre environnement Qu est-ce qu un microbe? Où se trouvent-ils?

Plus en détail

Hygiène des mains en milieu de soins PARTIE III. Moyens et méthodes pour préserver l hygiène des mains

Hygiène des mains en milieu de soins PARTIE III. Moyens et méthodes pour préserver l hygiène des mains Hygiène des mains en milieu de soins PARTIE III Moyens et méthodes pour préserver l hygiène des mains 1 INTRODUCTION Compliance à l hygiène des mains et sa qualité = largement tributaires : De la présence

Plus en détail

Fiche pour les responsables des établissements d hébergement pour personnes âgées

Fiche pour les responsables des établissements d hébergement pour personnes âgées Mesures à mettre en œuvre dans les établissements d hébergement pour personnes âgées en cas de syndrome respiratoire aigu lors d une pandémie de grippe A(H1N1) Fiche pour les responsables des établissements

Plus en détail

POURQUOI L HYGIENE HYGIENE = PROPRETE HYGIENE = PREVENTION DES INFECTIONS COMMUNAUTAIRES ET DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS

POURQUOI L HYGIENE HYGIENE = PROPRETE HYGIENE = PREVENTION DES INFECTIONS COMMUNAUTAIRES ET DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS Prise en charge d un «résident septique» en Etablissements Médico Sociaux PRÉVENTION DES RISQUES INFECTIEUX EN ETABLISSEMENTS MÉDICO SOCIAUX INFECTIONS NOSOCOMIALES ET COMMUNAUTAIRES ASSOCIÉES AUX SOINS

Plus en détail

Indications des lingettes en désinfection dans le domaine médical

Indications des lingettes en désinfection dans le domaine médical Note technique de la commission Désinfection de la SF2H Novembre 2013 Rédacteurs : R. Baron, H. Boulestreau, P. Chaize, B. Croze, F. Karnycheff, L. Simon, X. Verdeil, D. Verjat-Trannoy Indications des

Plus en détail

Maladies Infectieuses

Maladies Infectieuses Plan de l exposé Maladies Infectieuses Généralités Les agents infectieux Dr C. Petignat, Division autonome de médecine préventive hospitalière CHUV, Lausanne L infection Relations : Hôte Agent infectieux

Plus en détail

Respect des précautions standard

Respect des précautions standard Respect des précautions standard 11 e journée régionale de prévention des infections associées aux soins Jeudi 11 avril 2013 Denis THILLARD Circulaire DGS/DH n 98-249 du 20 avril 1998 : «Des précautions

Plus en détail

LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT

LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT PAS SEULEMENT LES PATIENTS Monica Attinger Unité HPCI VD SSSH -16 mars 2013 /CHUV Rappel Infection : envahissement de l organisme par des germes capables de provoquer une maladie

Plus en détail

LA CHAINE EPIDEMIOLOGIQUE

LA CHAINE EPIDEMIOLOGIQUE LA CHAINE EPIDEMIOLOGIQUE Epidémiologie Discipline scientifique qui étudie les facteurs intervenant dans l apparition des maladies au sein d une population ou de groupes de personnes. Fréquence Mode de

Plus en détail

Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes»

Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» Journée «Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD" Reims 25/09/2014 Loïc Simon pour le groupe de travail Contexte

Plus en détail

P. BERTHELOT CEMI 19 Institut Pasteur 4 avril 2014

P. BERTHELOT CEMI 19 Institut Pasteur 4 avril 2014 Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» P. BERTHELOT CEMI 19 Institut Pasteur 4 avril 2014 Contexte 2004 : CTINILS demande de la révision des recommandations pour

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES I - Définitions La définition générale d une infection nososcomiale est la suivante : infection contractée au cours d un séjour dans un établissement de soins. Un délai de 48h au

Plus en détail

Grippe A(H1N1) Questions- réponses à l attention des établissements et services médicosociaux pour personnes âgées

Grippe A(H1N1) Questions- réponses à l attention des établissements et services médicosociaux pour personnes âgées Grippe A(H1N1) Questions- réponses à l attention des établissements et services médicosociaux pour personnes âgées Ce jeu de questions-réponses est susceptible d évoluer en fonction de la situation épidémiologique,

Plus en détail

Généralités et définitions LES ACCIDENTS EXPOSANT AU SANG. Généralités et définitions. Généralités et définitions

Généralités et définitions LES ACCIDENTS EXPOSANT AU SANG. Généralités et définitions. Généralités et définitions LES ACCIDENTS EXPOSANT AU SANG Généralités Epidémiologie Facteurs de risque des Contaminations Professionnelles Généralités et définitions Objectif : éviter la transmission au personnel soignant d infections

Plus en détail

GENERALITES I QUELQUES DEFINITIONS II LA MALADIE III LE DISPOSITIF DE GESTION DE LA SANTE ANIMALE EN VENDEE

GENERALITES I QUELQUES DEFINITIONS II LA MALADIE III LE DISPOSITIF DE GESTION DE LA SANTE ANIMALE EN VENDEE GENERALITES I QUELQUES DEFINITIONS II LA MALADIE III LE DISPOSITIF DE GESTION DE LA SANTE ANIMALE EN VENDEE I QUELQUES DEFINITIONS (Sources : Groupement Technique Vétérinaire 85) Abcès Agent Pathogène

Plus en détail

METTRE EN PLACE DES PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES

METTRE EN PLACE DES PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES PROCÉDURE METTRE EN PLACE DES PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES PG INF 011 v4 03/2014 1/7 MODIFICATIONS APPORTÉES Application des précautions complémentaires air ou gouttelettes, mars 2013 En cas de transfert

Plus en détail

Focus sur la Tuberculose

Focus sur la Tuberculose Focus sur la Tuberculose 1. Définition C est une maladie infectieuse causée par des bacilles acido-alcoolo résistants (BAAR) appelés M. tuberculosis ou bacille de koch. Ces microorganismes sont également

Plus en détail

Recommandations pour la prévention de la transmission croisée des «Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes»(bhre)

Recommandations pour la prévention de la transmission croisée des «Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes»(bhre) Recommandations pour la prévention de la transmission croisée des «Bactéries Hautement Résistantes aux antibiotiques émergentes»(bhre) actualisation 2013 des recommandations ERG/EPC du HCSP Dr Karine Blanckaert

Plus en détail

15-19 AVRIL 2008 DR. Abdelkrim JAAFAR

15-19 AVRIL 2008 DR. Abdelkrim JAAFAR La gestion des déchets Médicaux et Pharmaceutiques 15-19 AVRIL 2008 DR. Abdelkrim JAAFAR Généralités Activités de soins génèrent une quantité croissante de déchets Certains de ces déchets présentent un

Plus en détail

Université D Oran, Faculté de Médecine, Service D Histologie-Embryologie Dr Belarbi-Amar. Le virus. Les virus(acaryotes)

Université D Oran, Faculté de Médecine, Service D Histologie-Embryologie Dr Belarbi-Amar. Le virus. Les virus(acaryotes) Les virus(acaryotes) Le virus I-Généralités : Le virus (cellule acaryote) est une entité biologique incapable de se reproduire de façon autonome, nécessitant une cellule hôte, dont il utilise les constituants

Plus en détail

Michèle BRID (Cadre de santé IBODE) Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Michèle BRID (Cadre de santé IBODE) Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Hygiène périp ri-opératoire Michèle BRID (Cadre de santé IBODE) Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Prévention Architecture des blocs opératoires Traitement de l air Procédures de comportement Désinfection

Plus en détail

«Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH)

«Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH) «Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH) EPU «Bactéries Multi-Résistantes» 21 janvier 2010 Dr I. Martin Équipe Opérationnelle d Hygiène 1 Définitions «Isolement» : mesures d hygiène visant

Plus en détail

I. Contexte épidémiologique

I. Contexte épidémiologique C.CLIN Sud-Est mars 2010 Conduite à tenir en cas de suspicion d infection invasive à Streptococcus pyogenes (streptocoque bêta-hémolytique du groupe A) en service de gynécologie obstétrique et maternité

Plus en détail

NOUVEAUTÉS DANS LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS URINAIRES

NOUVEAUTÉS DANS LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS URINAIRES XXVIème congrès de la Société Tunisienne de Pathologie Infectieuse Hôtel Saphir Palace, Hammamet 21-22 avril 2016 NOUVEAUTÉS DANS LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS URINAIRES Pr Ag Wafa Jouaihia Achour Service

Plus en détail

Audit de pratiques professionnelles. La ponction du liquide amniotique

Audit de pratiques professionnelles. La ponction du liquide amniotique Audit de pratiques professionnelles La ponction du liquide amniotique Journée réseau MATER 17 novembre 2011 C. Chapuis/P.Battagliotti/ ESPRI/ HCL PLA : quels sont les risques? Risque de fausse couche :

Plus en détail

GRIPPE SAISONNIERE. Place de la vaccination du personnel dans la prévention des épidémies institutionnelles

GRIPPE SAISONNIERE. Place de la vaccination du personnel dans la prévention des épidémies institutionnelles GRIPPE SAISONNIERE Place de la vaccination du personnel dans la prévention des épidémies institutionnelles DR M.A. HUBSCHER Journée régionale EMS 22/11/2012 Le virus grippal Réputé fragile : sensible aux

Plus en détail

La «Toux de Chenil» Etiologie* Fiche technique n 4

La «Toux de Chenil» Etiologie* Fiche technique n 4 Fiche technique n 4 La «Toux de Chenil» La «Toux de Chenil» est un syndrome* fréquent, souvent rencontré en collectivité ou lors de rassemblements de chiens d origines différentes (chenils, animalerie,

Plus en détail

RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE

RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE... 1 1 GENERALITES... 2 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE... 2 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE... 2 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE...

Plus en détail

Guide pratique. Collectivités. de jeunes enfants et maladies. infectieuses. Société Française de Pédiatrie

Guide pratique. Collectivités. de jeunes enfants et maladies. infectieuses. Société Française de Pédiatrie Guide pratique Collectivités de jeunes enfants et maladies infectieuses Société Française de Pédiatrie Avant-propos Ce guide est le fruit d une collaboration entre la Direction générale de la santé, la

Plus en détail

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH)

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Infection par le Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Le virus de l immunodéficience humaine, le VIH, est responsable du syndrome de l'immunodéficience acquise, le sida. Une personne est séropositive

Plus en détail

VIRUS de la GRIPPE SOMMAIRE

VIRUS de la GRIPPE SOMMAIRE VIRUS de la GRIPPE Ce document concerne l'évaluation des risques biologique en milieu de soins. Il est complémentaire du guide EFICATT de l'inrs et a été élaboré puis validé par des médecins du travail

Plus en détail

1 La Grippe en questions

1 La Grippe en questions 1 La Grippe en questions Qu est ce que la grippe? Que sont les virus grippaux? La grippe est une infection virale respiratoire aiguë contagieuse. Les virus grippaux se répartissent entre différents types

Plus en détail

Le brossage des dents en service de garde Mesures d hygiène à prendre

Le brossage des dents en service de garde Mesures d hygiène à prendre Le brossage des dents en service de garde Mesures d hygiène à prendre Par Diane Lambert m.d. Comité de prévention des infections dans les services de garde à l enfance du Québec, Direction de la protection

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EPIDEMIE D INFECTIONS NOSOCOMIALES

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EPIDEMIE D INFECTIONS NOSOCOMIALES CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EPIDEMIE D INFECTIONS NOSOCOMIALES Epidémiologie GIRARD R, Pierre Bénite Mai 2004 Objectif L objectif prioritaire est de stopper l épidémie en cours et de mettre en place des

Plus en détail

Enquête inter-régionale de prévalence CCLIN Sud-Ouest Nov.-déc. 2015. 1 - Code anonymat attribué à l'établissement par le CCLIN : / / / /

Enquête inter-régionale de prévalence CCLIN Sud-Ouest Nov.-déc. 2015. 1 - Code anonymat attribué à l'établissement par le CCLIN : / / / / Enquête inter-régionale de prévalence CCLIN Sud-Ouest Nov.-déc. 2015 FICHE SERVICE 1 - Code anonymat attribué à l'établissement par le CCLIN : / 2 - Spécialité : Codage : voir thésaurus Annexe 3 3 - Nom

Plus en détail

Les équipements de protection individuels. Support du service hygiène CH Saint-Quentin Présenté par Valentine CUVELIER le 11/09/2015

Les équipements de protection individuels. Support du service hygiène CH Saint-Quentin Présenté par Valentine CUVELIER le 11/09/2015 Les équipements de protection individuels Support du service hygiène CH Saint-Quentin Présenté par Valentine CUVELIER le 11/09/2015 Les E.P.I (équipements de protection individuels) Le bon usage des gants

Plus en détail

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut Les micro-organismes de l eau impliqués dans les infections nosocomiales Depuis 2001 chez Pall, en charge de l information scientifique et réglementaire dans les domaines d applications couverts par la

Plus en détail

PHARYNGO-AMYGDALITE VIRALE

PHARYNGO-AMYGDALITE VIRALE MALADIES INFECTIEUSES PHARYNGO-AMYGDALITE VIRALE PHARYNGO-AMYGDALITE VIRALE INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition La pharyngo-amygdalite virale consiste en une angine (mal de gorge) causée par différents virus

Plus en détail

MICROORGANISMES RESPONSABLES D'INFECTIONS NOSOCOMIALES

MICROORGANISMES RESPONSABLES D'INFECTIONS NOSOCOMIALES MICROORGANISMES RESPONSABLES D'INFECTIONS 2.08 Objectif Un grand nombre d agents infectieux (parasites, levures, bactéries, virus, prions) peuvent être responsables d infections nosocomiales (IN). Néanmoins,

Plus en détail

MALADIES AERODIFFUSEES

MALADIES AERODIFFUSEES MALADIES AERODIFFUSEES Les maladies aérodiffusées sont responsables d environ 25 à 50% de toute la pathologie qui demande une intervention chirurgicale. Une grande partie de celles-ci se caractérisent

Plus en détail

Infections Urinaires Quoi de neuf?

Infections Urinaires Quoi de neuf? Infections Urinaires Quoi de neuf? 6 ème journée régionale Hygiène et prévention du risque infectieux en établissement médico-sociaux Laurence Guet De nouvelles recommandations SPILF 2014 1. Recommandations

Plus en détail

Chapitre 4 : cohabiter avec les micro-organismes. Contrat-élève 3 ème

Chapitre 4 : cohabiter avec les micro-organismes. Contrat-élève 3 ème Chapitre 4 : cohabiter avec les micro-organismes Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : http://colleges.acrouen.fr/courbet/spipuser/

Plus en détail

Hygiène des plaies chroniques. Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims

Hygiène des plaies chroniques. Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims Hygiène des plaies chroniques Docteur Géraldine Perceau Docteur Michel Colomb Service de Dermatologie CHU de Reims Definition : Plaie ouverte faisant suite à une altération tissulaire sans tendance à la

Plus en détail

LES ANTIBIOTIQUES. Rôle Infirmier. Stéphane Dubus Cadre de santé formateur

LES ANTIBIOTIQUES. Rôle Infirmier. Stéphane Dubus Cadre de santé formateur LES ANTIBIOTIQUES Rôle Infirmier Stéphane Dubus Cadre de santé formateur Plan Rapide Historique Généralités Les grandes familles d'antibiotiques Surveillance Evaluation de l'efficacité du traitement Education

Plus en détail

Présentation de l établissement

Présentation de l établissement Méthode ALARM N. Grimaud Clinique Magdelaine 17 mai 2011 Journée inter-réseaux du CCLIN Sud-Ouest Présentation de l établissement Clinique chirurgicale de 15 lits et places (90 % ambulatoire) Installée

Plus en détail

Place des PHA en EHPAD

Place des PHA en EHPAD Place des PHA en EHPAD Prévention du risque infectieux en EHPAD 2 ème Journée inter-régionale de formation et d information Rennes 15 juin 2010 Prévention du risque infectieux en EHPAD Mesures concernant

Plus en détail

"Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire"? Pasteur

Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire? Pasteur "Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire"? Pasteur 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. Historique Cadre législatif Petits rappels

Plus en détail

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille N de Table : ISO2 PATHOLOGIES INFECTIEUSES & NOTIONS D INFECTIOLOGIE 1 ère Session M. MABON 18/06/2013 (Durée : 2h) Partie 1 : QCM (10 questions) sur 20 points Chaque question peut avoir une à 5 réponses

Plus en détail

Méningites infectieuses

Méningites infectieuses Méningites infectieuses Etiologies et conduites à tenir Stéphane Erouart MISP Cécile Lecocq IDESP Sommaire Agents causaux Précautions standard Infections invasives à méningocoque Définition Validation

Plus en détail

La tuberculose CLAT Calvados -CPMI Caen

La tuberculose CLAT Calvados -CPMI Caen La tuberculose CLAT Calvados -CPMI Caen MODALITES D ENQUETE DE DEPISTAGE AUTOUR DUN CAS DE TUBERCULOSE DECLARE EN COLLECTIVITE DE PERSONNES AGEES Maisons de retraite et EHPAD du Calvados Réunion du :20/11/2007

Plus en détail