Perspectives dans l él. évaluation nutritionnelle du sujet âgé. Noël Cano Centre de Recherche en Nutrition Humaine d Auvergne Clermont-Ferrand

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Perspectives dans l él. évaluation nutritionnelle du sujet âgé. Noël Cano Centre de Recherche en Nutrition Humaine d Auvergne Clermont-Ferrand"

Transcription

1 Perspectives dans l él évaluation nutritionnelle du sujet âgé Noël Cano Centre de Recherche en Nutrition Humaine d Auvergne Clermont-Ferrand

2 Classification Internationale du Fonctionnement OMS, 2001 Impact nutritionnel du vieillissement: Baisse des ingesta, anomalies métaboliques Effets systémiques: Stress oxydant, Inflammation Déficience IMC Muscles squelettiques Activités Diminution de l activité Participation Qualité de Vie Morbidité, Mortalité

3 Handicap et vieillissement Susan Okie. N Engl J Med. 2008

4 Evaluation nutritionnelle du sujet âgé Dépistage du risque de dénutrition Situation à risque Ingesta Courbe pondérale MNA Autoévaluation (NSI, Nutrition Screening initiative) MUST (Malnutrition universal screening tool) SGA Diagnostic de dénutrition & dénutrition sévère Dénutrition Perte de poids 5% en 1 mois ou 10% en 6 mois IMC < 21 Tranthyrétinémie <200 mg/l Dénutrition sévère Perte de poids 10% en 1 mois ou 15% en 6 mois IMC < 18 Transthyrétinémie <100 mg/l Risque de morbi-mortalité du à la dénutrition Risque modéré GNRI < 92 Albuminémie < 35 g/l Risque élévé GNRI < 82 Albuminémie < 30 g/l D après C Aussel & L Cynober. Traité de Nutrition de la personne âgée. SFNEP, Springer, 2009

5 Evaluation nutritionnelle : les enjeux Autonomie Qualité de vie Survie Recours aux systèmes de soins

6 Evaluation nutritionnelle : les enjeux Autonomie Qualité de vie Survie Recours aux systèmes de soins Statut nutritionnel Masse corporelle Composition corporelle Préservation des fonctions

7 Evaluation nutritionnelle : les enjeux Autonomie Qualité de vie Survie Recours aux systèmes de soins Statut nutritionnel Masse corporelle Composition corporelle Préservation des fonctions

8 IMC revisité : «Reverse epidemiology» Kalantar-Zadeh K. Kidney Int 2003

9 Reverse epidemiology? Patients hémodialysés (n = 722) & témoins (n = 2436), 50 à 75 ans Mortalité à 2 et 7 ans A 7ans, la mortalité est 10 fois plus importante chez l hémodialysé Ref HR: BMI= BMI < 18.5 HD patients Hazard Ratio 2.0 Controls Hazard Ratio 2.3 BMI De Mutsert R et al JASN 07

10 Diehr P et al Am J Public Health 1998 (n=2410)

11 Diehr P et al Am J Public Health 1998 (n=1907)

12 «For both men and women, the high mortality for those with low baseline BMI occurred primarily for people who had lost weight since age 50» «People whose weight was stable or increased after age 50 showed no excess risk. Results were similar after we controlled for all of the covariates.» Diehr P et al Am J Public Health 1998

13 Evaluation nutritionnelle : les enjeux Autonomie Qualité de vie Survie Recours aux systèmes de soins Statut nutritionnel Masse corporelle Composition corporelle Préservation des fonctions

14 Modifications de la composition corporelle lors du vieillissement Composition corporelle (%) jeunes (20-35) adultes (45-60) âgés (65-80) Masse grasse X 2 Masse maigre non musculaire = Masse musculaire Entre 20 et 80 ans : - 30% de masse musculaire Sarcopénie

15 hommes femmes Janssen I, J Appl Physiol 2000

16 Contrôle de la masse musculaire Acides aminés Synthèse Masse musculaire Catabolisme Croissance musculaire Génétique Apport inadéquats Inactivité Ins. hormonales Inflammation Insulinorésistance Anomalies métaboliques spécifiques Exercice Hormones Génétique Perte musculaire

17 Perspectives dans l él évaluation du risque de sarcopénie Génétique MASSE MUSCULAIRE Apport alimentaires Activité Statut hormonal Inflammation Insulinorésistance Anomalies métaboliques spécifiques

18 Perspectives dans l él évaluation du risque de sarcopénie MASSE MUSCULAIRE Génétique Apport alimentaires Activité Statut hormonal Inflammation Insulinorésistance Anomalies métaboliques spécifiques Polymorphismes Génes de la myostatine, angiotensine, récepteur vitamine D

19 Perspectives dans l él évaluation du risque de sarcopénie MASSE MUSCULAIRE Génétique Apport alimentaires Activité Statut hormonal Inflammation Insulinorésistance Anomalies métaboliques spécifiques Protéines Energie Micronutriments Nutriments non énergétiques

20 Perspectives dans l él évaluation du risque de sarcopénie Génétique MASSE MUSCULAIRE Apport alimentaires Activité Statut hormonal Inflammation Insulinorésistance Anomalies métaboliques spécifiques Testostérone Oestrogènes GH, IGF1 Vit D, PTH

21 Androgènes Proportion d hommes ayant un déficit androgénique Kaufman et al. JCEM 11: , 1997

22 Mortalité et testostéronémie Low Serum Testosterone and Mortality in Older Men Prospective population-based study of 794 men, aged 50 to 91 (median 73.6) years serum testosterone at baseline ( ) Follow-up for mortality through July, Median total testosterone level was 300 ng/dl 27% of values were below the lower limit (246 ng/dl) of the reference range for young men for the assay used in this study. Laughlin et al.j Clin Endocrin Metab 2008

23 Mortalité et testostéronémie Low Serum Testosterone and Mortality in Older Men Low testosterone predicted increased risk of cardiovascular and respiratory disease mortality, but was not significantly related to cancer death (HR, 1.34; 95% CI, 0.89, 2.00). Laughlin et al.j Clin Endocrin Metab 2008

24 J Clin Endocrin Metab 2008 Mortalité et testostéronémie

25 Allan CA et al. J Clin Endocrinol Metab 2008

26 Evaluation nutritionnelle : les enjeux Autonomie Qualité de vie Survie Recours aux systèmes de soins Statut nutritionnel Masse corporelle Composition corporelle Préservation des fonctions

27 Evaluation des fonctions nutrition-dépendantes Synthèse de protéines viscérales Immuno-compétence MASSE Activité physique MUSCULAIRE Fonctions cognitives

28 Fonction musculaire et age Lauretani F, J Appl Physiol 2003

29 Incapacité physique et age Lauretani F, J Appl Physiol 2003

30 Prévalence de l incapacité physique selon l indice de masse musculaire (kg/m 2 ) Femmes < 5,75 kg / m 2 Hommes < 8,50 kg / m 2 9,4 % - RR = 3,31 11,2 % - RR = 4,71 Janssen I, Am J Epidemiol 2004

31 Evaluation clinique de l incapacité physique Y. Rolland, B. Vellas / La Revue de médecine (2008) 4 m walking speed (< 0.8 m/sec) Guralnik JM et al. J Gerontol A Biol Sci Med Sci, 2000

32 Evaluation nutritionnelle et risque de déficit cognitif Dépistage de la dénutrition Recherche de risques alimentaires Alimentation pauvre en fruits et légumes Alimentation riche en graisses saturées Alimentation pauvre en poisson Recherche de carences nutritionnelles spécifiques Vitamines du groupe B: B6, B12, folate AG polyinsaturés de la série n-3 Micronutriments et nutriments non-énergétiques anti-oxydants! Effets de la supplémentation actuellement peu documentés

33 Score de fragilité Perte de poids 5% en un an Fatigue subjective Echelle de dépression CES-D Diminution de l activité l physique Echelle Minesota leisure time Activity (MLTA) Vitesse de marche Evaluée sur 4,5 mètres Force musculaire Test de grip strength 3 critères: fragilité 1-2 critères: intermédiaire Aucun critère: normal Fragilité: 20% des sujets de plus de 70 ans Corrélée avec les risques de : chute fracture dépendance hospitalisation institutionalisation décès Fried LP et al. J Gerontol A Biol Sci Med Sci 2001;56:M

34 Perspectives dans l évaluation nutritionnelle du sujet âgé Evaluation multi-dimensionnelle: Masse corporelle Composition Fonctions Evaluation incluant les déterminants du statut nutrionnel Apports nutritionnels spécifiques Sédentarité Statut hormonal Inflammation, Insulino-résistance Evaluation permettant de définir les patients fragiles nécessitant une prise en charge active

35 Perspectives dans la prévention et le traitement de la dénutrition du sujet âgé Apport alimentaires Approche multimodale de la dénutrition Statut hormonal Activité Inflammation Insulinorésistance Anomalies métaboliques spécifiques

36

Comment gérer les problèmes nutritionnels au quotidien? Quels mesures et marqueurs utiliser en pratique?

Comment gérer les problèmes nutritionnels au quotidien? Quels mesures et marqueurs utiliser en pratique? Comment gérer les problèmes nutritionnels au quotidien? Quels mesures et marqueurs utiliser en pratique? Noël CANO Centre de Recherche en Nutrition Humaine d Auvergne UMR 1019 INRA - Université d Auvergne

Plus en détail

PRISE DE POIDS LORS D UN CANCER DU SEIN: QUEL EST L ACCOMAPAGNEMENT IDÉAL?

PRISE DE POIDS LORS D UN CANCER DU SEIN: QUEL EST L ACCOMAPAGNEMENT IDÉAL? PRISE DE POIDS LORS D UN CANCER DU SEIN: QUEL EST L ACCOMAPAGNEMENT IDÉAL? PLAN DE L EXPOSÉ 1. INTRODUCTION 1.1 ÉPIDÉMIOLOGIE 1.2 FACTEURS ENTRAÎNANT UNE PRISE DE POIDS 2. RISQUES LIÉS AU SURPOIDS ET À

Plus en détail

Recommandations : Nutrition en oncogériatrie. Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice

Recommandations : Nutrition en oncogériatrie. Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice Recommandations : Nutrition en oncogériatrie Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice Sommaire Prérequis Objectifs de base et spécifiques du soin nutritionnel Recommandations

Plus en détail

Les critères de dénutrition sont pris en défaut chez le patient obèse

Les critères de dénutrition sont pris en défaut chez le patient obèse Les critères de dénutrition sont pris en défaut chez le patient obèse Nombre d années de vie perdue Grover SA et al Lancet Diabetes Endocrinol. 2015 Feb;3(2):114-22 Dénutrition Définition ANAES 2003 La

Plus en détail

Insuffisance respiratoire chronique et nutrition : enjeux nutritionnels et prise en charge

Insuffisance respiratoire chronique et nutrition : enjeux nutritionnels et prise en charge Insuffisance respiratoire chronique et nutrition : enjeux nutritionnels et prise en charge Dr Monelle BERTRAND CHU Toulouse Unité Transversale de Nutrition Clinique Dr Daniel BAJON Clinique de Saint Orens

Plus en détail

Activités physiques et sportives : un nouveau souffle en thérapeutique?

Activités physiques et sportives : un nouveau souffle en thérapeutique? SEANCE D INTRODUCTION Activités physiques et sportives : un nouveau souffle en thérapeutique? Marcel Bonay Rappels Terme Activité Physique Inactivité Entraînement Exercice physique Condition physique Aptitude

Plus en détail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Le directeur général Maisons-Alfort, le 15 avril 2011 AVIS de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relatif à l'évaluation des justificatifs concernant

Plus en détail

Définition, dépistage et traitement

Définition, dépistage et traitement Définition, dépistage et traitement Définition de la sarcopénie Et incidence chez les personnes âgées Sarcopénie = Masse musculaire Force musculaire Fonction musculaire Sédentarité Chutes Dépendance 25

Plus en détail

Evaluation des ingesta. Magali PONS Cadre diététicienne Gustave Roussy

Evaluation des ingesta. Magali PONS Cadre diététicienne Gustave Roussy Evaluation des ingesta Magali PONS Cadre diététicienne Gustave Roussy 2 Définition Latin, ingesta (choses introduites) Matières alimentaires introduites dans l'organisme (Larousse) Pourquoi? Perte pondérale

Plus en détail

I take care Days. David Fäh

I take care Days. David Fäh I take care Days Ré-équilibrezéquilibrez votre corps et votre esprit par la nourriture David Fäh Sommaire Corps Mon poids: qu est-ce qu il signifie? Comment puis-je mettre mon poids en équilibre? L équilibre

Plus en détail

Vieillissement nutritionnel besoins du sujet âgé

Vieillissement nutritionnel besoins du sujet âgé Vieillissement nutritionnel besoins du sujet âgé Bruno Lesourd (Clermont-Ferrand) La nutrition = apports énergétiques Entrées énergétiques : alimentation GLP (Glucides, Lipides, Protides) + cofacteurs

Plus en détail

Fragilité et conduite automobile. Marie-Laure Seux Gériatre, Hôpital Broca Hôpitaux Universitaires Paris Centre Toulouse septembre 2014

Fragilité et conduite automobile. Marie-Laure Seux Gériatre, Hôpital Broca Hôpitaux Universitaires Paris Centre Toulouse septembre 2014 Fragilité et conduite automobile Marie-Laure Seux Gériatre, Hôpital Broca Hôpitaux Universitaires Paris Centre Toulouse septembre 2014 Fragilité : Critères de Fried Perte de poids 5% par an Fatigue subjective

Plus en détail

INFORMATION : SOCIETE FRANCAISE DE RHUMATOLOGIE (Juillet 2013)

INFORMATION : SOCIETE FRANCAISE DE RHUMATOLOGIE (Juillet 2013) INFORMATION : SOCIETE FRANCAISE DE RHUMATOLOGIE (Juillet 2013) DOSAGE DE LA VITAMINE D QUELLES INDICATIONS DE VALEURS SUR LES COMPTES-RENDUS De nombreuses études scientifiques observationnelles et interventionnelles

Plus en détail

VITAMINE D ET FRACTURES OSSEUSES

VITAMINE D ET FRACTURES OSSEUSES VITAMINE D ET FRACTURES OSSEUSES Dr Cédric Annweiler Service de Gérontologie Clinique CeAnnweiler@chu-angers.fr for Ageing, Balance and Cognition research group VITAMINE D - GENERALITES VITAMINE (1922)

Plus en détail

Problèmes nutritionnels posés par le sujet âgé en hémodialyse

Problèmes nutritionnels posés par le sujet âgé en hémodialyse Problèmes nutritionnels posés par le sujet âgé en hémodialyse Professeur Michel APARICIO - Bordeaux Fréquence de la malnutrition chez les sujets âgés apparemment en bonne santé Sujets âgés ambulatoires

Plus en détail

Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014

Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014 Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014 Introduction Le cancer du sein est une maladie multifactorielle La susceptibilité génétique

Plus en détail

EVALUATION DE LA DENUTRITION EN REANIMATION

EVALUATION DE LA DENUTRITION EN REANIMATION EVALUATION DE LA DENUTRITION EN REANIMATION DESC Réanimation Médicale LYON Janvier 2010 HAUTIN Etienne PLAN Introduction Evaluation Recommandations Mesures cliniques Mesures biophysiques Marqueurs biologiques

Plus en détail

DIMINUTION DE LA MORTALITE AVEC AUGMENTATION DE L AP

DIMINUTION DE LA MORTALITE AVEC AUGMENTATION DE L AP DIMINUTION DE LA MORTALITE AVEC AUGMENTATION DE L AP < 3 3-9 > 9 HOLMES M et al JAMA 2005, 293 : 2479-86 1 PHYSICAL ACTIVITY AND SURVIVAL AFTER DIAGNOSIS OF INVASIVE BREAST CANCER HOLICK C. Cancer Epidemiol

Plus en détail

3èmes Etats Généraux de la Personne Agée. L évaluation gérontologique : comment et pourquoi? Dr Anne GHISOLFI

3èmes Etats Généraux de la Personne Agée. L évaluation gérontologique : comment et pourquoi? Dr Anne GHISOLFI 3èmes Etats Généraux de la Personne Agée L évaluation gérontologique : comment et pourquoi? Dr Anne GHISOLFI L évaluation gérontologique L HOPITAL DE JOUR D EVALUATION DES FRAGILITES ET DE PREVENTION DE

Plus en détail

Prise en charge de la ménopause

Prise en charge de la ménopause Prise en charge de la ménopause Z. SADI Maternité CHU Mustapha Alger 5ème FORUM Est de l Omnipraticien Oum El Bouaghi, le 4 Novembre 2010 La ménopause signifie littéralement arrêt des règles. En fait,

Plus en détail

DEUX DEFINITIONS DE RAPPEL

DEUX DEFINITIONS DE RAPPEL NUTRITION ET CHUTES DEUX DEFINITIONS DE RAPPEL 1. Nutrition correcte, normale, bonne Une alimentation équilibrée et diversifiée qui arrive à subvenir aux besoins de la personne : quantitatifs et qualitatifs.

Plus en détail

L ACTIVITE PHYSIQUE REDUIT LE STRESS

L ACTIVITE PHYSIQUE REDUIT LE STRESS L ACTIVITE PHYSIQUE REDUIT LE STRESS Pr Martine DUCLOS Service de Médecine du Sport, CHU G.Montpied Laboratoire de Nutrition Humaine, CRNH Université d Auvergne Clermont-Ferrand Activité physique Tout

Plus en détail

Diagnostic [ International Obesity Task force, Clinical Guidelines]

Diagnostic [ International Obesity Task force, Clinical Guidelines] Obésité Quelle prise en charge nutritionnelle? Quelle efficacité? Quelle place pour le MPR? Valérie Miserez Diététicienne diplômée ES Département de médecine communautaire et de premier recours valerie.miserez@hcuge.ch

Plus en détail

Alimentation du sportif: gestion du poids

Alimentation du sportif: gestion du poids Alimentation du sportif: gestion du poids 1 Les sportifs mettent en place de façon régulière des régimes destinés à faire perdre rapidement du poids souvent à l approche d une compétition. Si la perte

Plus en détail

OSTEOPOROSE. Dr TSINGAING KAMGAING Jacques Gynécologue-Obstétricien Hôpital Général de Douala. 25 JUIN 2004 Ostéoporose 1

OSTEOPOROSE. Dr TSINGAING KAMGAING Jacques Gynécologue-Obstétricien Hôpital Général de Douala. 25 JUIN 2004 Ostéoporose 1 OSTEOPOROSE Dr TSINGAING KAMGAING Jacques Gynécologue-Obstétricien Hôpital Général de Douala 25 JUIN 2004 Ostéoporose 1 PLAN 1- Définition 2- Prévalence 3- Facteurs de risques 4- Classification 5- Pathogenèse

Plus en détail

Puberté: avance, retard Ce qu il ne faut pas faire

Puberté: avance, retard Ce qu il ne faut pas faire Puberté: avance, retard Ce qu il ne faut pas faire Pr Michel Polak Endocrinologie Pédiatrique INSERM U845 Hôpital Necker Enfants Malades. Paris Développement des caractères sexuels secondaires chez la

Plus en détail

Suivi de la croissance Besoins spécifiques

Suivi de la croissance Besoins spécifiques Alimentation et besoins nutritionnels du nourrisson et de l enfant (ECN item 34) A B PLAN DU COURS Croissance Besoins Nutritionnels C Alimentation Enseignement dirigé Module E - Pédiatrie Février 2013

Plus en détail

Optimiser sa stratégie nutritionnelle grâce à la composition corporelle M-N. Coux,, E. Ribbe, M-V. Moreno

Optimiser sa stratégie nutritionnelle grâce à la composition corporelle M-N. Coux,, E. Ribbe, M-V. Moreno BioparHom : la technologie biomédicale innovante au service du bien-être de l Homme Diagnostic Médical et Sportif Optimiser sa stratégie nutritionnelle grâce à la composition corporelle M-N. Coux,, E.

Plus en détail

Référentiel du besoin nutritionnel

Référentiel du besoin nutritionnel Du besoin aux recommandations nutritionnelles JF Huneau UFR Biologie et Nutrition Humaines huneau@agroparistech.fr Référentiel du besoin nutritionnel Porc charcutier 100 jours 100 kg 52% de viande maigre

Plus en détail

Christian Combe Université & Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux, France

Christian Combe Université & Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux, France La dialyse chez le sujet âgé Christian Combe Université & Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux, France Cas clinique Mr J. Né le 9/7/1916 Néphropathie inconnue, HD1 5/12/2001 Vit à Langon, 30 km

Plus en détail

Depuis l'ère industrielle, l'augmentation des maladies auto-immunes et maladies chroniques est en augmentation (1). De plus, le

Depuis l'ère industrielle, l'augmentation des maladies auto-immunes et maladies chroniques est en augmentation (1). De plus, le Depuis l'ère industrielle, l'augmentation des maladies auto-immunes et maladies chroniques est en augmentation (1). De plus, le rythme de vie et les habitudes alimventaires actuelles sont propices à l'apparition

Plus en détail

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL 15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS Dr Albane CHAILLOT Service de santé au travail 27/03/2015 Introduction Evaluation Prise en charge Traitement Conclusion

Plus en détail

Voies biologiques de la Sarcopénie

Voies biologiques de la Sarcopénie Voies biologiques de la Sarcopénie Pr. Agathe Raynaud-Simon Département de Gériatrie, Hôpitaux Bichat, Beaujon et Bretonneau APHP Faculté de Médecine Denis Diderot, Paris 7 EA4466, Biologie de la Nutrition,

Plus en détail

Université Montpellier I. A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1

Université Montpellier I. A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1 Université Montpellier I A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1 Les Objectifs Questions posées Personnes et/ou les situations à risque? Outils de dépistage et de diagnostic? Diagnostic de

Plus en détail

RECOMMANDATIONS PAR LE GROUPE D EXPERTS SCIENTIFIQUE DENUTRITION DU PLAN NATIONAL NUTRITION SANTE POUR LA BELGIQUE 1

RECOMMANDATIONS PAR LE GROUPE D EXPERTS SCIENTIFIQUE DENUTRITION DU PLAN NATIONAL NUTRITION SANTE POUR LA BELGIQUE 1 RECOMMANDATIONS PAR LE GROUPE D EXPERTS SCIENTIFIQUE DENUTRITION DU PLAN NATIONAL NUTRITION SANTE POUR LA BELGIQUE 1 DEPISTAGE DE LA DENUTRITION ET EVALUATION NUTRITIONNELLE (NUTRITIONAL ASSESSMENT) Introduction

Plus en détail

Table des matières. Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire

Table des matières. Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire Table des matières Liste des tableaux... XIII I Nutriments, micronutriments et équilibre alimentaire 1 Les glucides... 3 Les différents types de glucides... 3 Classification biochimique (3). Classification

Plus en détail

La malnutrition chez la personne âgée. Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne

La malnutrition chez la personne âgée. Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne La malnutrition chez la personne âgée Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne Objectifs Importance du problème Facteurs de risque Evaluation Traitement & prévention Points

Plus en détail

Nutrition et vieillissement Nutrition de la personne âgée. Pr Isabelle Bourdel-Marchasson Médecine interne-gériatrie

Nutrition et vieillissement Nutrition de la personne âgée. Pr Isabelle Bourdel-Marchasson Médecine interne-gériatrie Nutrition et vieillissement Nutrition de la personne âgée Pr Isabelle Bourdel-Marchasson Médecine interne-gériatrie La composition corporelle Le syndrome métabolique Années après années, l IMC varie 31

Plus en détail

Page 1. Glucose libre: 80 mmoles! Glycogène hépatique: 70-80 g! Glycogène musculaire: 220 g! 25 x plus de glucose sous forme glycogène/libre!

Page 1. Glucose libre: 80 mmoles! Glycogène hépatique: 70-80 g! Glycogène musculaire: 220 g! 25 x plus de glucose sous forme glycogène/libre! Pool de glucose! Transporteurs du glucose! Production hépatique de glucose! Utilisation du glucose! Devenir des glucides ingérés! Jeûne! lucocorticoïdes! Oméga 3 marins! INTESTIN! lucose libre: 80 mmoles!

Plus en détail

BIOSPACE Présente InBody S10

BIOSPACE Présente InBody S10 BIOSPACE Présente InBody S10 I. Nécessité de l analyse de la composition corporelle II. Calcul du Poids Sec avec InBody III. InBody comme solution IV. Le succès Japonais Site internet: www.e-inbody.fr

Plus en détail

Les horaires et les rythmes des repas sont-ils importants en EHPAD?

Les horaires et les rythmes des repas sont-ils importants en EHPAD? Les horaires et les rythmes des repas sont-ils importants en EHPAD? Dr. Anne Ghisolfi Pôle gériatrie UTNC CHU Toulouse Alimentation en EHPAD Prestation hôtelière Plaisir Sécurité alimentaire Soin : recommandations

Plus en détail

Hormones et cancer du sein: de la contraception à la ménopause

Hormones et cancer du sein: de la contraception à la ménopause Hormones et cancer du sein: de la contraception à la ménopause Céline Bouchard, MD, FRCSC Professeure agrégée de clinique Département d obstétrique & gynécologie 1 1 Objectifs En contraception hormonale,

Plus en détail

Dénutrition en cancérologie

Dénutrition en cancérologie Dénutrition en cancérologie digestive Dr H La selve Centre de Perharidy Roscoff Rencontre annuelle bretonne de cancérologie digestive Brest 30/01/2009 Dénutrition selon les cancers Dénutrition à l admission

Plus en détail

Place de l activité physique

Place de l activité physique Place de l activité physique Pr. Grégory Ninot Directeur du Laboratoire Epsylon EA 4556 Dynamique des Capacités Humaines et des Conduites de Santé 4 Boulevard Henri IV et Saint-Charles, 34 000 Montpellier

Plus en détail

Nutrition en Oncogériatrie

Nutrition en Oncogériatrie Nutrition en Oncogériatrie Agathe Raynaud-Simon Service de Gériatrie, Hôpitaux Bichat, Beaujon Secteur ambulatoire de Bretonneau, APHP Faculté de Médecine Denis Diderot, Paris Laboratoire de Biologie de

Plus en détail

Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier. Obésités

Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier. Obésités Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier Obésités Qu est-ce que Manger? Nécessité Plaisir Gastronomie Interdits Santé Diététique SURCHARGE ALIMENTAIRE ALIMENTAIRE M. cardiovasculaires T malignes

Plus en détail

Comment couvrir les besoins nutritionnels spécifiques des seniors?

Comment couvrir les besoins nutritionnels spécifiques des seniors? Comment couvrir les besoins nutritionnels spécifiques des seniors? Magali Jacobs Cellule de Recherche et d Expertise Diététique de l Intitut Paul Lambin (CeRED-IPL) Plan de l exposé «Senior»? Prévention

Plus en détail

Compléments alimentaires :

Compléments alimentaires : Compléments alimentaires : Leur place dans l alimentation d aujourd hui par Dr Didier Souveton Médecin nutritionnist & médecin du sport Directeur médical Metabolic Balance Directeur général Metabolic PROFIL

Plus en détail

Risque Cardio-vasculaire du Traitement Hormonal de la Ménopause Nice Avril 2011

Risque Cardio-vasculaire du Traitement Hormonal de la Ménopause Nice Avril 2011 Risque Cardio-vasculaire du Traitement Hormonal de la Ménopause Nice Avril 2011 Véronique Kerlan Etudes épidémiologiques : THM et risque coronarien Oger. Med Therap 2000 14 études de cohortes : association

Plus en détail

Anesthésie sie du patient dénutri. Dr François HEIN Anesthésiste CHU Bordeaux

Anesthésie sie du patient dénutri. Dr François HEIN Anesthésiste CHU Bordeaux Anesthésie sie du patient dénutri Dr François HEIN Anesthésiste siste-réa, service grands brûlés CHU Bordeaux Définition Dénutrition protéino-énergétique La dénutrition protéino-énergétique résulte d un

Plus en détail

Microbiote intestinal et obésité: sur la piste des endotoxines bactériennes. Marie-Caroline MICHALSKI, DR INRA Laboratoire CarMeN, Lyon

Microbiote intestinal et obésité: sur la piste des endotoxines bactériennes. Marie-Caroline MICHALSKI, DR INRA Laboratoire CarMeN, Lyon Microbiote intestinal et obésité: sur la piste des endotoxines bactériennes Marie-Caroline MICHALSKI, DR INRA Laboratoire CarMeN, Lyon Problématique Sédentarité, régime déséquilibré Obésité Diabète de

Plus en détail

CHUV (Lausanne) 1 er FORUM PAGE 2004. Bienvenue

CHUV (Lausanne) 1 er FORUM PAGE 2004. Bienvenue CHUV (Lausanne) 1 er FORUM PAGE 2004 Bienvenue PAGE Groupe d'experts de l'alimentation et de la nutrition de la personne âgée Création en novembre 1999 par l Unité de Nutrition Clinique du CHUV Mission

Plus en détail

Les besoins alimentaires de la personne âgée: La position de l Afssa

Les besoins alimentaires de la personne âgée: La position de l Afssa Les besoins alimentaires de la personne âgée: La position de l Afssa Mariette GERBER Expert Afssa (nutrition humaine) Présidente de la Sté Française de Nutrition Cadre de l avis de l Afssa: DDAP et personnes

Plus en détail

Personne Agée seule à Domicile Quelles Habitudes Alimentaires?

Personne Agée seule à Domicile Quelles Habitudes Alimentaires? Personne Agée seule à Domicile Quelles Habitudes Alimentaires? Monique Ferry MD; PhD Valence - Paris Agrumes /Montpellier 10/12/08 Le vieillissement n est pas une pathologie, mais il fait naître des besoins

Plus en détail

Dossier Enseignant «A Table» Cap Sciences 2004.

Dossier Enseignant «A Table» Cap Sciences 2004. Une bonne nutrition est un incontestable facteur de bonne santé. Dans la médecine traditionnelle chinoise, certains aliments bien utilisés servent de remèdes pour prévenir et traiter des maladies. Si la

Plus en détail

QUI PEUT UTILISER UN ANALYSEUR DE COMPOSITION CORPORELLE

QUI PEUT UTILISER UN ANALYSEUR DE COMPOSITION CORPORELLE QUI PEUT UTILISER UN ANALYSEUR DE COMPOSITION CORPORELLE L analyseur de composition corporelle est destiné à des adultes de 18 à 99 ans. Les enfants de 5 à 17 ans peuvent l utiliser uniquement pour se

Plus en détail

Cancer de la prostate Nouvelles stratégies médicamenteuses. Werner HILGERS Oncologie médical Institut Sainte Catherine AVIGNON

Cancer de la prostate Nouvelles stratégies médicamenteuses. Werner HILGERS Oncologie médical Institut Sainte Catherine AVIGNON Cancer de la prostate Nouvelles stratégies médicamenteuses Werner HILGERS Oncologie médical Institut Sainte Catherine AVIGNON Cancer de la prostate métastatique 24 novembre 2012 Actualités, innovations

Plus en détail

Hyperparathyroïdie primitive: Atteinte osseuse et stratégies de prise en charge

Hyperparathyroïdie primitive: Atteinte osseuse et stratégies de prise en charge Hyperparathyroïdie primitive: Atteinte osseuse et stratégies de prise en charge Pascal Houillier Département de Physiologie Université Paris-Descartes Hôpital Européen Georges Pompidou INSERM U872, CNRS

Plus en détail

Hormones sexuelles & Alimentation: Effets sur la santé des femmes

Hormones sexuelles & Alimentation: Effets sur la santé des femmes Hormones sexuelles & Alimentation: Effets sur la santé des femmes Mylène Aubertin-leheudre, Pre Département de Kinanthropologie, Faculté des Sciences, UQAM, Québec, Canada. Ménopause (McDonald et al.,

Plus en détail

Colloque cyclisme fémininf Besancon 02.12.2006. Docteur gérard nicolet comité de Franche-comté Avec jocelyne beillot et fabrice michel

Colloque cyclisme fémininf Besancon 02.12.2006. Docteur gérard nicolet comité de Franche-comté Avec jocelyne beillot et fabrice michel Colloque cyclisme fémininf Besancon 02.12.2006 Besançon 02 décembre d 2006 Docteur gérard nicolet comité de Franche-comté Avec jocelyne beillot et fabrice michel Besançon 02 décembre d 2006 CYCLISME FEMININ

Plus en détail

Préserver la solidité osseuse tout au long DES OS SOLIDES? de la vie. Vous êtes servis! www.iofbonehealth.org

Préserver la solidité osseuse tout au long DES OS SOLIDES? de la vie. Vous êtes servis! www.iofbonehealth.org Préserver la solidité osseuse tout au long de la vie DES OS SOLIDES? Vous êtes servis! www.iofbonehealth.org Qu est-ce que l ostéoporose? L ostéoporose apparaît lorsque les os deviennent fins et fragiles.

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Grenade le 19 septembre 2013. Des nutriments à l aliment : l importance du lait et des produits laitiers pour la santé

DOSSIER DE PRESSE Grenade le 19 septembre 2013. Des nutriments à l aliment : l importance du lait et des produits laitiers pour la santé DOSSIER DE PRESSE Grenade le 19 septembre 2013. Des nutriments à l aliment : l importance du lait et des produits laitiers pour la santé Richesse nutritionnelle, effet matrice et prévention Organisé dans

Plus en détail

Dépistage cancer du sein chez les femmes de 75 ans et plus

Dépistage cancer du sein chez les femmes de 75 ans et plus Dépistage cancer du sein chez les femmes de 75 ans et plus Généralités 42 000 nouveaux cancers diagnostiqués /an Taux brut : 138,5 /100 000 11 700 décès /cancer du sein /an Taux brut : 38,5 /100 000 35,7%

Plus en détail

Conséquences métaboliques de l hormonothérapie. Dr Beuzeboc Institut Curie

Conséquences métaboliques de l hormonothérapie. Dr Beuzeboc Institut Curie Conséquences métaboliques de l hormonothérapie Dr Beuzeboc Institut Curie Cancer de prostate. Effets secondaires de la déprivation androgénique (ADT) Ostéoporose Modification corporelle Conséquences de

Plus en détail

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION OBESITE DIABETE I et II 1 OBESITE 2 OBESITES DE GRADE III ou MORBIDE, espérance de vie limitée 3 INTRODUCTION 4 1. ELEMENTS DE PHYSIOLOGIE L adipocyte

Plus en détail

Cas clinique cancer de l oesophage

Cas clinique cancer de l oesophage Cas clinique cancer de l oesophage P. Michel Service d Hépato-Gastroentérologie CHU de Rouen www.tncd.org Evolution du cancer de l oesophage en 2010 en France en fonction de l année de naissance Tout cancer

Plus en détail

Nutrition & course d enduranced

Nutrition & course d enduranced Journée scientifique organisée par les HUG 19.3.11 Tout savoir pour courir avec plaisir pour votre santé Nutrition & course d enduranced la base et le spécifique Anne-Catherine Morend Diététicienne ticienne

Plus en détail

Hormone Substance chimique spécifique sécrétée par une cellule spécialisée et agissant à distance de son lieu de production après transport, par voie

Hormone Substance chimique spécifique sécrétée par une cellule spécialisée et agissant à distance de son lieu de production après transport, par voie Le vieillissement endocrinien Pr I Bourdel Marchasson Hormone Substance chimique spécifique sécrétée par une cellule spécialisée et agissant à distance de son lieu de production après transport, par voie

Plus en détail

S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D AT I O N S D E B O N N E P R AT I Q U E

S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D AT I O N S D E B O N N E P R AT I Q U E S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D AT I O N S D E B O N N E P R AT I Q U E Surpoids et obésité de l enfant et de l adolescent Septembre 2011 COMMENT ET QUAND DÉPISTER LE SURPOIDS ET L OBÉSITÉ DES

Plus en détail

Les cancers bronchiques de la femme : une épidémie. Pr Jean TREDANIEL Hôpital Saint Joseph Paris

Les cancers bronchiques de la femme : une épidémie. Pr Jean TREDANIEL Hôpital Saint Joseph Paris Les cancers bronchiques de la femme : une épidémie Pr Jean TREDANIEL Hôpital Saint Joseph Paris BEH, 18 septembre 2007, n 35-36 Situation des registres du cancer en France métropolitaine au 1er janvier

Plus en détail

LA SARCOPENIE. Christian AUSSEL

LA SARCOPENIE. Christian AUSSEL LA SARCOPENIE Christian AUSSEL Unité de Nutrition, GH Henri-Mondor Département de Biologie Expérimentale, Métabolique et Clinique Laboratoire de Biologie de la Nutrition, Université Paris-Descartes 25

Plus en détail

Ostéoporose Sarcopénie Perte de poids Fatigue Inactivité Lenteur à la marche Déclin cognitif Tristesse

Ostéoporose Sarcopénie Perte de poids Fatigue Inactivité Lenteur à la marche Déclin cognitif Tristesse Fragilité, ostéoporose et fracture du col du fémur Professeur Yves Rolland, Gérontopôle de Toulouse, Service de Médecine Interne et de Gérontologie Clinique (Pr Bruno Vellas), Pavillon Junot, 170 avenue

Plus en détail

Intérêt nutritionnel du lait pour l enfant et l adolescent

Intérêt nutritionnel du lait pour l enfant et l adolescent Intérêt nutritionnel du lait pour l enfant et l adolescent 31 mars 2010 Gembloux 01/04/2010 M-J Mozin 1 Le lait est un aliment liquide, un aliment complexe. Est-il indispensable àla croissance? Peut-on

Plus en détail

Importance de la nutrition en cancérologie Formation Infirmières en CANCEROLOGIE «Soins Oncologiques de Support et Dispositif d Annonce»

Importance de la nutrition en cancérologie Formation Infirmières en CANCEROLOGIE «Soins Oncologiques de Support et Dispositif d Annonce» Importance de la nutrition en cancérologie Formation Infirmières en CANCEROLOGIE «Soins Oncologiques de Support et Dispositif d Annonce» CHRU Besançon Marie LANCRENON Ghislain GRODARD Jeudi 12 Février

Plus en détail

Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement

Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement Corinne Bouteloup Service de Médecine Digestive et Hépatobiliaire CHU Clermont-Ferrand Conflits d intérêts Nutricia Nutrition

Plus en détail

PRINCIPES DE NUTRITION

PRINCIPES DE NUTRITION Module MI 1: «Métabolisme et nutrition» PRINCIPES DE NUTRITION «Mal alimentation» But alimentation Apports : Sous-nutrition +++ Insuffisance Mauvaise proportion Carences Sur-nutrition Obésité, Cancers

Plus en détail

Nutrition des seniors : comment aider à lutter contre la dénutrition et la sarcopénie? Bernard Durand-Gasselin

Nutrition des seniors : comment aider à lutter contre la dénutrition et la sarcopénie? Bernard Durand-Gasselin Nutrition des seniors : comment aider à lutter contre la dénutrition et la sarcopénie? Bernard Durand-Gasselin Les seniors : deux catégories de population La population française vieillit, la pyramide

Plus en détail

Tout savoir pour courir avec plaisir pour votre santé 3.3.12

Tout savoir pour courir avec plaisir pour votre santé 3.3.12 Tout savoir pour courir avec plaisir pour votre santé 3.3.12 Courir: une affaire de coeur Prof. François Mach, médecin-chef du service de cardiologie Hôpitaux universitaires de Genève, Rue G. Perret-Gentil

Plus en détail

Table des matières. CHAPITRE 1 Développement biologique de l enfant et de l adolescent... 1

Table des matières. CHAPITRE 1 Développement biologique de l enfant et de l adolescent... 1 PHYSIOLOGIE DU SPORT. ENFANT ET ADOLESCENT. Table Chapitre des matières 12 Table des matières Préface... 7 CHAPITRE 1 Développement biologique de l enfant et de l adolescent... 1 EMMANUEL VAN PRAAGH ET

Plus en détail

Rhumatismes inflammatoires, composition corporelle et adipokines

Rhumatismes inflammatoires, composition corporelle et adipokines Rhumatismes inflammatoires, composition corporelle et adipokines Éric Toussirot, Nhu Uyen Nguyen, Gilles Dumoulin, Daniel Wendling Rhumatologie Explorations Fonctionnelles Rénales & Métaboliques Composition

Plus en détail

PARTIE : ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT. Chapitre 1 : Comportements alimentaires et satisfaction des besoins

PARTIE : ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT. Chapitre 1 : Comportements alimentaires et satisfaction des besoins PARTIE : ALIMENTATION ET ENVIRONNEMENT Chapitre 1 : Comportements alimentaires et satisfaction des besoins Rappel 5 e : la digestion Les nutriments utilisés par les organes proviennent de la digestion

Plus en détail

GLOSSAIRE DES NUTRIMENTS

GLOSSAIRE DES NUTRIMENTS GLOSSAIRE DES NUTRIMENTS Pour mieux comprendre le rôle des différents composants de notre alimentation, Oh!Céréales vous livre l essentiel sur les nutriments. Les calories Calories : c est l unité de mesure

Plus en détail

Maladie Dépistage. Morbimortalité Qualité de vie Coûts

Maladie Dépistage. Morbimortalité Qualité de vie Coûts Journée de l ADLF Corse. Corte, 10/10/08 Dépistage et codage de la dénutrition : le rôle du CLAN et des diététiciens Pr Stéphane M. Schneider Pôle Digestif, CHU de Nice INSERM U907 Maladie Dépistage Dénutrition

Plus en détail

Comment repérer la fragilité en soins ambulatoires?

Comment repérer la fragilité en soins ambulatoires? & ORGANISATION DES PARCOURS POINTS CLÉS SOLUTIONS Comment repérer la fragilité en soins ambulatoires? Le repérage précoce de la fragilité chez les personnes âgées a pour objectif d identifier les déterminants

Plus en détail

BALANCE DE FITNESS 7850.02

BALANCE DE FITNESS 7850.02 POUR UN SUCCÈS MESURABLE BALANCE DE FITNESS 7850.02 Evaluation des résultats de mesure www.soehnle-professional.com La Balance de Fitness 7850 se base sur vos données personnelles pour calculer votre structure

Plus en détail

Plan RISQUE IATROGENE ET SUJET AGE 12/19/12. Modifications pharmacocinétiques liées à l âge. Absorption

Plan RISQUE IATROGENE ET SUJET AGE 12/19/12. Modifications pharmacocinétiques liées à l âge. Absorption Plan RISQUE IATROGENE ET SUJET AGE Modifications pharmacocinétiques liées à l âge Modifications pharmacodynamiques liées à l âge Pathologies associées Facteurs de risques sociaux et environnementaux Poly

Plus en détail

Nutrition et plaies du sujet âgé

Nutrition et plaies du sujet âgé Nutrition et plaies du sujet âgé Emmanuel Alix * Monique Ferry** * C.H. Le Mans ** C.H. Valence www.cfgn.org Prévalence/Incidence des plaies du sujet âgé Escarres Prévalence Domicile SIAD : 4 à 4,9% Maison

Plus en détail

EA 4188, Nutrition Humaine, Biodisponibilité & Athérogénèse Université Montpellier 1 & 2, France

EA 4188, Nutrition Humaine, Biodisponibilité & Athérogénèse Université Montpellier 1 & 2, France La supplémentation d un extrait de pépins de raisins Chardonnay riche en procyanidines prévient l'obésité nutritionnellement induite chez le hamster en réduisant le stress oxydant Kelly Décordé 1, Pierre

Plus en détail

D ici 5 ans, de nombreux sports pourraient être concernés par le recours à la thérapie génique et ce pour augmenter:

D ici 5 ans, de nombreux sports pourraient être concernés par le recours à la thérapie génique et ce pour augmenter: GR lyophilisés et de nombreuses autres fonctions hormonales (hypophyse), etc. D ici 5 ans, de nombreux sports pourraient être concernés par le recours à la thérapie génique et ce pour augmenter: La production

Plus en détail

L'obésité du sujet âgé doit - elle être prise en charge? Pr Didier Quilliot Unité Transversale de Nutrition CHU de Nancy

L'obésité du sujet âgé doit - elle être prise en charge? Pr Didier Quilliot Unité Transversale de Nutrition CHU de Nancy L'obésité du sujet âgé doit - elle être prise en charge? Pr Didier Quilliot Unité Transversale de Nutrition CHU de Nancy Les questions Prévalence? Définition de l obésité chez le sujet âgé? composition

Plus en détail

The Mini-Cog : a cognitive «vital signs» measure for dementia screening in multilingual

The Mini-Cog : a cognitive «vital signs» measure for dementia screening in multilingual Mini-COG Borson S, Scanlan J, Brush M, et al. (2000) The Mini-Cog : a cognitive «vital signs» measure for dementia screening in multilingual elderly. Instrument de mesure Abréviation Auteur Thème Objectif

Plus en détail

Les acides gras trans d'origine animale ne constituent pas un danger pour la santé!

Les acides gras trans d'origine animale ne constituent pas un danger pour la santé! Les acides gras trans d'origine animale ne constituent pas un danger pour la santé! Les derniers résultats d'une étude d'observation de longue durée menée au Danemark confirment à nouveau que les acides

Plus en détail

L'ALIMENTATION ET SES CONSEQUENCES.

L'ALIMENTATION ET SES CONSEQUENCES. L'ALIMENTATION ET SES CONSEQUENCES. L'alimentation dans l'histoire. A l 'époque de la Préhistoire, l'homme nomade se nourrissait de produits rapportés de la chasse et de la pêche afin d'assurer sa survie

Plus en détail

LES CRITÈRES DE DÉNUTRITION SONT PRIS EN DÉFAUT CHEZ L OBÈSE. Jean Michel LECERF Service de Nutrition Institut Pasteur de Lille

LES CRITÈRES DE DÉNUTRITION SONT PRIS EN DÉFAUT CHEZ L OBÈSE. Jean Michel LECERF Service de Nutrition Institut Pasteur de Lille LES CRITÈRES DE DÉNUTRITION SONT PRIS EN DÉFAUT CHEZ L OBÈSE Jean Michel LECERF Service de Nutrition Institut Pasteur de Lille -1- LA DENUTRITION UNE MALADIE Sous déclarée Codée comme comorbidité dans

Plus en détail

DU DEPISTAGE DU RISQUE DE DENUTRITION A L EVALUATION DE L EFFICACITE DE LA RENUTRITION. Dr Christian AUSSEL UF Nutrition, PUI Hôpital Henri-Mondor

DU DEPISTAGE DU RISQUE DE DENUTRITION A L EVALUATION DE L EFFICACITE DE LA RENUTRITION. Dr Christian AUSSEL UF Nutrition, PUI Hôpital Henri-Mondor DU DEPISTAGE DU RISQUE DE DENUTRITION A L EVALUATION DE L EFFICACITE DE LA RENUTRITION Dr Christian AUSSEL UF Nutrition, PUI Hôpital Henri-Mondor Académie Nationale de Pharmacie 18 mars 2015 DECLARATION

Plus en détail

Hugues Vaillancourt Dt.P. M.Sc. Mathieu Roy Ph.D. Hélène Payette Ph.D.

Hugues Vaillancourt Dt.P. M.Sc. Mathieu Roy Ph.D. Hélène Payette Ph.D. Poids, image corporelle et objectifs de poids chez les aînés québécois : une analyse secondaire de données issues de l Enquête québécoise sur la santé des populations (EQSP) Hugues Vaillancourt Dt.P. M.Sc.

Plus en détail

La supplémentation en vitamine D pendant la grossesse

La supplémentation en vitamine D pendant la grossesse La supplémentation en vitamine D pendant la grossesse Florence TREMOLLIERES Centre de Ménopause M et de Maladies Osseuses MétaboliquesM Hôpital Paule de Viguier Toulouse Origine et métabolisme m de la

Plus en détail

Place de l anorexia athletica chez la jeune sportive intensive Questions posées La pratique sportive est-elle elle un facteur de risque ou de protection? L engagement sportif serait-il il un moyen de mettre

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE NANTES FACULTÉ DE MÉDECINE THЀSE. pour le DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE. (DES de MÉDECINE GÉNÉRALE) par

UNIVERSITÉ DE NANTES FACULTÉ DE MÉDECINE THЀSE. pour le DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE. (DES de MÉDECINE GÉNÉRALE) par UNIVERSITÉ DE NANTES FACULTÉ DE MÉDECINE Année 2013 N THЀSE pour le DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE (DES de MÉDECINE GÉNÉRALE) par Muriel Dieu épouse Levesque Née le 29 mai 1986 à Mont Saint Aignan

Plus en détail

Diabète de type 2 et tabagisme. V.Durlach

Diabète de type 2 et tabagisme. V.Durlach Diabète de type 2 et tabagisme V.Durlach vincent.durlach@univ-reims.fr Remerciements au Pr. Daniel Thomas Liens d intérêt Astra-Zeneca,Pfizer, Amgen, Shire, Lilly, Servier, MSD : consultance scientifique,

Plus en détail