Faits et chiffres «Monnaies et Compétitivité» Faits et chiffres Commerce extérieur & taux de change

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Faits et chiffres «Monnaies et Compétitivité» Faits et chiffres Commerce extérieur & taux de change"

Transcription

1 Faits et chiffres «Monnaies et Compétitivité» Faits et chiffres Commerce extérieur & Juin 2013

2

3 Les rendez-vous de l Institut Confluences Monnaies & compétitivité Commerce extérieur français & Mardi 11 juin 2013 Marinus van Reymerswaele, Le changeur et sa femme, 1539, musée du Prado Institut Confluences 8 rue Paul Montrochet CS Lyon cedex 02

4 2 Balance des transactions courantes Le solde des transactions courantes affiche en 2012 un déficit de près de 47 milliards d euros La balance des services est excédentaire (+30,3 milliards d euros en 2012) alors que la balance des biens est largement déficitaire (-70,2 milliards d euros) Principaux soldes des transactions courantes en 2011 et 2012 (flux en milliards d euros) 2011 (a) 2012 (b) Compte de transactions courantes - 38,9-46,7 Biens (FAB/FAB)* Services -73,5 +24,2-70,2 +30,3 Revenus +46,9 +30,4 Transferts courants -36,6-37,2 (a) Données annuelles du rapport 2011 de la balance des paiements (b) Données provisoires Source : Banque de France Le compte des transactions courantes est composé des échanges de biens, services, revenus et transferts courants * FAB : franco à bord. Les exportations à partir de la France sont valorisées avec les coûts d acheminement jusqu à la frontière française Solde de la balance des biens et de la balance des services Le solde de la balance des services est globalement stable depuis 1997 et demeure positif depuis La tendance est haussière depuis 2006 Le solde de la balance des biens suit une évolution particulièrement heurtée et enregistre une tendance orientée à la baisse depuis 2003 Source : COE Rexecode d après des données Banque de France et Douanes françaises Evolution du solde commercial Le solde commercial se détériore régulièrement depuis 2004 : une progression annuelle moyenne des exportations inférieure à celle des importations est caractéristique de cette évolution (respectivement 3,12 % et 4,75 % sur la période ) En 2012 : un rythme ralenti à la fois des exportations (+ 3,2 % en 2012 après + 8,4% en 2011) et des importations (+ 1,3 % en 2012 contre + 12,3 % en 2011) le déficit commercial se réduit à -67,5 milliards* (contre - 74,0 milliards en 2011) Evolution des échanges de biens de la France ( ), échanges FAB-FAB y compris matériel militaire Source : aperçu du commerce extérieur de la France, Douanes françaises, février 2013 * solde révisé en février 2013 Le solde commercial est la différence entre les exportations et les exportations de biens (hors services)

5 3 Taux de couverture : Contrecoup du premier Depuis 2003, le taux de couverture des importations par les exportations est inférieur à 100 %. Il s est stabilisé ces dernières années à un niveau assez bas : 85,3 % en 2011, soit le taux le plus faible jamais atteint depuis 1982 (87,1 %) : Contrecoup du second : Forte hausse du coût des : Début de la forte Hors énergie, le taux de couverture est cependant plus élevé (95 %). Ces dernières années, la détérioration du ratio s explique par la conjonction du creusement du déficit énergétique et celui des échanges de biens : Eclatement de Flux et taux de couverture en longue période (données FAB/FAB, y compris matériel militaire, brutes, en milliards d euros) Flux Taux de couverture : 109,7 12 mois : 86, : 105, : 100, : : 99, : 99, : : 93, : 85, : 87, Exportation Importation 300 Taux de couverture Source : Ministère du commerce extérieur Le taux de couveture est le ratio entre les exportations et les importations. Un taux de 100 % représente donc l équilibre : les importations sont couvertes par les exportations Les grands postes du solde commercial & leur évolution récente Le déficit énergétique se creuse (- 69 milliards d euros en 2012 après - 62,4 Milliards en 2011). La facture énergétique s alourdit (+14,4 milliards d euros en 2011 et + 6,6 milliards d euros en 2012) En 2011, le déficit manufacturier* s élève à 33,1 milliards d euros, soit 10,2 milliards d euros de plus qu en 2010 En 2012, ce déficit s allège de 14 milliards (-19,1 milliards d euros en 2012) du fait du rebond des exportations dans les secteurs dynamiques mais aussi du repli de la demande intérieure et donc des importations * hors industrie agroalimentaire, matériel militaire et produits raffinés Structure sectorielle des échanges Structure sectorielle des exportations françaises en 2012 (données brutes) et évolution annuelle du poids de chaque secteur (en points de pourcentage) Evolution du solde commercial par produits (en milliards d euros) Données estimées CAF/FAB* brutes, hors matériel militaire *CAF : coûts, assurances et fret / FAB : Franco à bord Source : aperçu du commerce extérieur de la France, Douanes françaises, février 2013 Structure sectorielle des importations françaises en 2012 (données brutes) et évolution annuelle du poids de chaque secteur (en points de pourcentage) Source : Ministère du commerce extérieur, résultats du commerce extérieur en 2012 Un poids important de l industrie dans les exportations françaises : l aéronautique, l automobile et les biens d équipement représentent 40 % des exportations ; les autres produits industriels (produits métallurgiques et métalliques, chimiques, plasturgiques notamment) ont un poids de 33% des exportations 38 % des importations françaises relèvent du secteur énergétique et des biens d équipement

6 4 Partenaires commerciaux Les dix principaux clients de la France en milliards d euros en 2012, en % du total et contribution de ces pays à la croissance des exportations françaises (2012) % du total CAF/FAB* Les dix principaux fournisseurs de la France en milliards d euros en 2012, en % du total et contribution de ces pays à la croissance des importations françaises (2012) *CAF : coûts, assurances et fret / FAB : Franco à bord Source : Ministère du commerce extérieur, résultats du commerce extérieur français, 2012 L Allemagne est à la fois le principal client et fournisseur de la France (72 milliards d euros d exportations et 90 milliards d importations) Les déficits commerciaux les plus importants sont réalisés avec la Chine (20,8 milliards en 2012) et l Allemagne (près de 18 milliards) Structure géographique des échanges Structure géographique des exportations françaises en 2012 (données brutes) et évolution annuelle du poids de chaque secteur (en points de pourcentage) Structure géographique des importations françaises en 2012 (données brutes) et évolution annuelle du poids de chaque secteur (en points de pourcentage) PMO : Pays du moyen orient Source : Ministère du commerce extérieur, résultats du commerce extérieur en 2012 L Union européenne constitue un débouché de poids : 59 % des exportations dont près de 47 % vers l eurozone. C est vers l Europe que le recul des exportations est le plus marqué en 2012 (- 2 %) 58 % des importations proviennent de l Union européenne dont plus de 47 % de pays de l eurozone (dont 17,4 % en provenance d Allemagne)

7 5 Géographie du commerce extérieur français : vue d ensemble Source : d après les douanes françaises

8 6 Evolution du commerce mondial et des parts de marché de grands pays de l OCDE et de la Chine Evolution du commerce et du PIB mondial Parts de marché mondiales, en valeur des principaux exportateurs OCDE et Chine 20% 15% g.a. 10% 5% 0% -5% -10% -15% Source : DG Trésor ; Derniers points : T Commerce mondial PIB Monde -20% g.a : glissement annuel Exportations de marc handises exprimées en dollars : exportations du pays ou groupe de pays c onc erné rapportées aux exportations mondiales en valeur Sourc es : données FMI ; c alc uls DG Trésor. OCDE : groupe de 24 partenaires (OCDE hors PECO) Source : Ministère du commerce extérieur, résultats du commerce extérieur français, 2012 Le commerce mondial «surréagit» au rythme de la croissance : après un repli très appuyé en 2009 et une reprise vigoureuse en 2010 et 2011, les échanges mondiaux progressent plus lentement : le taux de croissance annuel du commerce mondial fléchit en effet 2012 (+ 2,3 % en 2012 après + 6 % en 2011) Les parts de marché des pays de l OCDE d érodent (53 % des exportations mondiales en 2012 contre 68 % en 2000) La part de marché de la Chine suit un trend nettement haussier, particulièrement depuis son adhésion à l Organisation mondiale du commerce (OMC) fin 2001 (11 % des exportations mondiales en 2012 contre 5 % en 2002) Le commerce extérieur en termes de valeur ajoutée a Contenu en valeur ajoutée des exportations brutes françaises par activité (2009) Part des services dans la valeur ajoutée exportée (2009) Source : OCDE et OMC, base TiVA En moyenne, le contenu en valeur ajoutée (VA) domestique dans les exportations est d environ 73 % (même niveau qu en Allemagne). Les secteurs des matériels de transport, produits chimiques, métaux de base et appareils électroniques sont largement internationalisés et incorporent une part significative de valeur ajoutée étrangère Alors qu en flux bruts, les services représentent moins d un quart du commerce mondial, cette part atteint plus de 50 % dans les pays industrialisés (Etats-Unis, Royaume-Uni, France, Allemagne, Italie) si les échanges sont comptabilisés en VA. Pour la France, la part des services dans les exportations est de 55% dont une grande partie d origine domestique a Voir précision méthodologique en fin de document

9 7 L appareil exportateur français 63 % des grandes entreprises (GE) sont exportatrices et 48 % des entreprises de taille intermédiaire (ETI) Les GE et les ETI réalisent respectivement 24 % et 20 % de leur chiffre d affaires à l exportation Les ETI appartenant à une société mère située à l étranger réalisent plus de 60 % des exportations de l ensemble des entreprises relevant de cette catégorie* 15 % des PME sont exportatrices et réalisent 10 % du chiffre d affaires à l exportation * Les données sur les ETI demeurent fragiles dans l attente de la réalisation du répertoire européen des groupes par Eurostat. Ces données doivent encore être interprétées avec précaution Proportion d entreprises exportatrices et part du chiffre d affaires réalisée à l exportation en 2009 (%) % Microentreprises 3 3 PME hors microentreprises ETI Grandes entreprises Ensemble Ensemble des entreprises porportion d'entreprises exportatrices part du chiffre d'affaires réalisé à l'exportation Champ : entreprises du secteur marchand hors agriculture et activités financières. Source : Insee - Ficus et LIFI - Diane 2007, calcul DGCIS Entreprises dont la tête est en France Source : Insee Importance relative des principales exportations françaises à destination des pays émergents ou éloignés (*) Des entreprises relativement peu tournées vers les pays émergents à forte croissance (20 % des exportations) ou éloignés et davantage vers les pays limitrophes à plus faible croissance Selon le baromètre Euler Hermes, les entreprises déclarant 3 pays à l exportation passent de 72% en 2012 à 42% en En 2013, 20% des entreprises ne déclarent qu un seul pays à l export contre 9% en 2012 (*) Pays du TOP 30 à l exportation Sources : Douanes, FMI, Euler Hermes Source : Emler Hermes, Douanes, INSEE, Calculs DG Trésor Evolution annuelle du nombre d entreprises exportatrices et montants exportés Evolution du nombre d exportateurs «entrants» et «sortants» Source : Ministère du commerce extérieur, résultats du commerce extérieur en 2012 Une baisse de près de 10 % du nombre d entreprises exportatrices entre 2000 et 2009 Plus d entreprises exportatrices sortantes qu entrantes entre 2001 et 2009 Une évolution plus contrastée depuis 2009 avec davantage d entreprises entrantes que sortantes en 2010 et en 2012

10 8 Facteurs de compétitivité-prix La compétitivité prix dépend pour l essentiel de trois facteurs (voir encadré 1 de la note de synthèse produite à l appui du séminaire) : Les Les coûts de production Les marges des exportateurs Zoom sur les Cours de l'euro par rapport au dollar des Etats-Unis (moyenne mensuelle) Cours de l'euro par rapport au yen (moyenne mensuelle) Une forte appréciation de l euro face au dollar des Etats-Unis entre 2001 et 2008 (+ 68 %) Source : graphiques effectués à partir des données de l Insee Une appréciation de l euro face au yen entre 2001 et 2008 Une baisse tendancielle de l euro depuis 2008 avec une forte volatilité infra-annuelle (+/- 8 %) suivie d un repli marqué entre 2008 et début 2013 et d un rebond depuis le début 2013 (+ 16,3 %) Taux de change & solde commercial Pour la France, l évolution du EUR-USD et celle du solde de la balance des biens suggèrent une forte corrélation, de sens contraire, entre ces deux variables. Le calcul du coefficient de corrélation linéaire b confirme cette impression visuelle (coefficient élevé : - 0,88 c ) Pour l Allemagne, la corrélation est également très visible (coefficient de corrélation linéaire de + 0,72) : l appréciation de l euro ne pèse pas sur le solde des biens ; au contraire, elle semble l améliorer d Evolution du EUR-USD et du solde de la balance des biens (France, Allemagne, zone euro) Pour l ensemble de la zone euro, la corrélation est en revanche plus faible et inversée (- 0,62). Comme dans le cas de la France, l appréciation de l euro exerce un effet négatif sur le solde des biens. Cependant, le lien est plus lâche et laisse entrevoir des situations très contrastées entre les différents pays de l eurozone * 1 EUR =x USD **en millions d USD (en données corrigées des variations saisonnières) Source : graphique réalisé à partir de la base de données statistiques de l OCDE b Rappelons que le coefficient de corrélation linéaire mesure l intensité d une relation linéaire entre deux variables. Il est compris entre -1 et + 1. La relation est d autant plus importante que le coefficient est proche de 1 en valeur absolue. Les résultats doivent être fortement relativisés puisque que les calculs ici présentés sont estimés sur la base d un échantillon de 13 données. De plus, compte tenu de la complexité des facteurs influençant le et la balance commerciale, ce calcul est nécessairement réducteur et omet l influence de variables cachées. Un décalage d un an entre le (année n) et le solde de la balance des biens (année n +1) a été retenu pour ces estimations. c Sur cette série de 14 ans, le expliquerait 77 % de la dispersion du solde de la balance des biens en France. d Ce résultat surprenant peut être interprété de deux manières : une hausse des prix des biens allemands exportés est perçue comme un signal qualité. On peut également faire l hypothèse que l euro, même surévalué sur le marché des change, l est moins que ne le serait l ancien Deutsche Mark. La causalité entre et solde commercial est en tout état de cause délicate. On peut également penser que c est en effet le résultat de la politique engagée par l Allemagne depuis l adoption de l euro.

11 9 Taux de change effectif nominal de la France et bilatéraux Taux de change effectif nominal de la France et bilatéraux de l euro Le effectif nominal (TCEN) s apprécie jusqu en Il est tiré par l appréciation de l euro visà-vis du dollar des Etats-Unis, de la livre sterling, du yen et du yuan L orientation du TCEN est baissière depuis 2009 du fait du repli de l euro face à ces devises En 2012, le effectif nominal de la France a baissé de 2,8 % (+ 0,1 % en 2011) : la compétitivité-prix s est améliorée en France de 2,1 % au regard de ses partenaires de l OCDE, principalement grâce à la dépréciation de l euro. Source : Ministère du commerce extérieur, résultats du commerce extérieur en 2012 Le effectif de la France est calculé par rapport aux devises de 42 pays. Une hausse correspond à une appréciation du effectif de la France Zoom sur les coûts Evolution du coût salarial unitaire en zone euro Evolution du coût salarial unitaire en France, en Italie et dans l ensemble des pays émergents (chine comprise) 1,6 1,4 1,2 1, Graphique 2 Coût salarial unitaire (100 en 1999 : 1) Allemagne France Espagne Italie Portugal Irlande Grèce Graphique 3 Coût salarial unitaire (France = 100) France Italie Ensemble des émergents yc Chine ,8 Sources : Datastream, Eurostat, NATIXIS Sources : IHS Global Insight, NATIXIS Source : Natixis Une forte compression des coûts salariaux en Allemagne à la différence des pays du Sud de l eurozone jusqu au déclenchement de la crise. La France se situe dans une position intermédiaire. Une forte concurrence par les coûts de l ensemble des émergents mais un écart qui se resserre à la faveur de l augmentation des coûts salariaux, notamment en Chine

12 10 Zoom sur les taux de marge Evolution du taux de marge des sociétés en France entre 2000 et 2012 Taux de marge des sociétés en zone euro (2011) excédent brut d'exploitation/valeur ajoutée (%, sociétés non financières) ,2 47,6 Excédent brut d'exploitation / valeur ajoutée (%, sociétés non financières, 2011) 30,7 41,8 41, ,4 39,6 39,6 39,5 38,9 38,5 36,3 35,5 32, , , (3 trim) 10 0 * 2010 Irlande* Estonie Autriche Allemagne Italie Finlande Espagne* Pays-Bas Belgique Zone euro Portugal Suède Royaume-Uni* France Source : Eurostat Source : Medef, Analyse de la compétitivité des entreprises françaises, mars 2013, d après une source Eurostat Le taux de marge des entreprises françaises a baissé de 8,1 % sur la période soit 0,7 % en moyenne par an Après une hausse continue entre 2002 et 2007, le taux de marge a subi une baisse importante du fait de l évolution des coûts salariaux par rapport à celle de la valeur ajoutée Le taux de marge atteint un point bas en 2011 (de l ordre de 28 %) et est significativement inférieur à celui des entreprises allemandes (41,2 % en 2011) et de la moyenne constatée en zone euro (38,5 %) Evolution de la compétitivité-prix Malgré l appréciation de l euro entre 2001 et 2008, la France est parvenue à maintenir sa compétitivité-prix grâce à : Compétitivité-prix, compétitivité-coût, effort de marge - une modération salariale - des gains de productivité - des efforts de marge par les entreprises La compétitivité-prix française a reculé de 4,6 % au moment où l euro connaissait un rebond de près de 40 % par rapport au dollar américain entre 2003 et 2008 (source : OFCE) En 2012, les entreprises françaises exportatrices ont pu bénéficier du repli de l euro sur le marché des changes. Elles ont été ainsi moins contraintes sur les marges et ont eu besoin de commencer à reconstituer leurs marges. Cela explique la moindre amélioration de la compétitivité-prix (+2,1%) par rapport à la compétitivité-coût (+2,7%) Par rapport à ses principaux partenaires de la zone euro, la compétitivité-prix de la France reste quasiment inchangée en 2012, les autres pays profitant également de la dépréciation de l euro sur le marché des changes pour gagner en compétitivité-prix : +2,9 % en Allemagne, +à 0,8 % en Espagne et 1,8 % en Italie. Source : Ministère du commerce extérieur, Résultats du commerce extérieur en 2012 La compétitivité-prix (coûts) est définie comme le rapport des prix d exportation (ou des coûts salariaux unitaires) étrangers aux prix (ou coûts) français, exprimés dans une monnaie commune. Une hausse correspond à une amélioration de la compétitivité (prix ou coûts) * Effet change = 1 / effectif nominal ** L effort relatif de marge est le rapport de la compétitivité-prix et de la compétitivité-coût : une hausse correspond à un effort relatif de marge plus important de la part des exportateurs français (sources: données OCDE, calculs DG Trésor)

13 11 Observation méthodologique Les données présentées dans ce document s appuient pour l essentiel sur la méthodologie appliquée par les douanes françaises : les exportations et importations sont comptabilisées en brut. Les statistiques présentées dans le pavé «le commerce en termes de valeur ajoutée» (page 6) reposent en revanche sur une méthodologie différente cherchant à faire apparaître la valeur ajoutée réellement produite par les entreprises d un pays en s appuyant sur les échanges mesurés en termes de valeur ajoutée échangée. Cette méthode TiVA (Trade in Value Added), encore récente pour l analyse du commerce international, a été appliquée notamment par l OCDE, en collaboration avec l OMC, dans une étude parue en janvier L estimation des flux commerciaux en valeur ajoutée à l échelle internationale ambitionne de mieux rendre compte de la fragmentation accrue des chaînes de valeur à travers le monde. Compte tenu de la mondialisation des chaînes de production, une mesure en valeur ajoutée apparaît plus opportune que les flux bruts pour rendre compte des dynamiques de spécialisation des processus de production. Les pays se spécialisent moins dans la production d un bien que dans une ou plusieurs étapes de sa fabrication, d où une augmentation significative d échanges de biens intermédiaires. Une économie fortement spécialisée dans l assemblage de produits intermédiaires peut ainsi afficher un niveau élevé d exportations brutes alors qu elle n a créé au fond que peu de valeur ajoutée. Un bien fabriqué dans l'ue et exporté aux Etats-Unis inclut par exemple des composants de Chine et du Japon, utilisant également des matières premières et des services en provenance de pays tiers. L approche TiVA vise précisément à faire apparaître la valeur ajoutée réellement produite par les entreprises nationales. Ce sont les résultats de cette approche testée sur les données 2009 par l OCDE et l OMC qui sont présentés ici. Selon cette méthodologie, les Etats-Unis prennent la place de l'allemagne comme premier partenaire commercial de la France en valeur ajoutée. La France exporte par exemple des biens et services intermédiaires vers l'allemagne et les autres économies européennes, mais une partie de la valeur ajoutée ainsi exportée se dirige vers des marchés tiers, notamment les Etats-Unis, une fois les biens européens exportés vers les Etats-Unis. La France exporte davantage vers l Allemagne et d autres partenaires européens en valeur brute mais une partie de ces exportations est constituée de biens et services intermédiaires qui sont ensuite incorporés dans d autres biens et services à destination de marchés tiers. Sources Banque de France (2011), Rapport annuel de la balance des paiements et la position extérieure de la France Euler Hermes (2012), Notre compétitivité à l export : faut-il y mettre le prix?, Baromètre export, novembre Gallois Louis (2012), Pacte pour la compétitivité de l économie française, rapport au premier ministre, novembre Medef (2013), Analyse de la compétitivité des entreprises françaises, Les chiffres du Medef, mars Ministère du commerce extérieur, pôle commerce extérieur DG Trésor (2012), Résultats du commerce extérieur en Natixis, Flash éco (2013), La pire menace sur l'euro : les pays qui ont un problème de compétitivité-coût et où les dévaluations internes ne marchent pas : France et Italie, n 233, 25 mars OFCE (2012), Performances françaises à l exportation : la compétitivité «hors-prix» mise en cause, Lettre du CEPII, n 313, mai Remerciements L auteur remercie très sincèrement Valérie Vanelle (Université Lyon 3) et Pierre Bérat (CCIR Rhône-Alpes) pour leur relecture attentive et leurs précieux conseils. Il reste cependant seul responsable des erreurs et omissions que pourrait contenir ce document. Réalisation du document : Dominique Chabert, Université Lyon 2

14 Institut Confluences 8 rue Paul Montrochet - CS LYON Cedex 02 Contact : Téléphone :

Tableau de bord de l industrie française

Tableau de bord de l industrie française Tableau de bord de l industrie française Mars 11 Document réalisé par Coe-Rexecode Groupe des Fédérations Industrielles - 55 av. Bosquet - 7533 Paris Cedex 7 - Tél. 1 53 59 18 6 - Fax 1 53 59 18 88 - gfi@gfi.asso.fr

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

Le solde commercial de la France, qui était

Le solde commercial de la France, qui était 3.1 Échanges extérieurs Le solde commercial de la France, qui était positif au début des années 2, redevient négatif à partir de 25. Le solde des produits manufacturés devient alors déficitaire et va ensuite

Plus en détail

Note Exploratoire «Monnaies et Compétitivité»

Note Exploratoire «Monnaies et Compétitivité» Note Exploratoire «Monnaies et Compétitivité» L influence du taux de change sur le commerce extérieur français Dominique Chabert Université Lumière Lyon 2 Juin 2013 L influence du taux de change sur le

Plus en détail

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions 27 novembre 213 N 5 Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions La Chine semble vouloir développer le poids du RMB comme monnaie internationale, aussi bien financière que

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

Le marché du vin : évolutions et tendances. Mai 2014

Le marché du vin : évolutions et tendances. Mai 2014 Le marché du vin : évolutions et tendances Mai 2014 1 Sommaire 1. LA CONSOMMATION DE VIN 3 2. TENDANCES DU COMMERCE MONDIAL DU VIN EN 2013 6 3. LES PRINCIPAUX EXPORTATEURS DE VIN EN 2013 8 4. LES PRINCIPAUX

Plus en détail

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux chocs importants ont affecté le comportement des prix de détail des principaux pays

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg

Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg Commentaires de la Chambre des salariés 25 février 2014 Semestre européen Arsenal de six résolutions législatives («six

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

L élaboration de ce dossier a été coordonnée par le Pôle commerce extérieur de la Direction générale du Trésor, avec les contributions des

L élaboration de ce dossier a été coordonnée par le Pôle commerce extérieur de la Direction générale du Trésor, avec les contributions des L élaboration de ce dossier a été coordonnée par le Pôle commerce extérieur de la Direction générale du Trésor, avec les contributions des sous-directions Diagnostic et prévisions, Financement international

Plus en détail

La crise des dettes souveraines*

La crise des dettes souveraines* La crise des dettes souveraines* ANTON BRENDER, FLORENCE PISANI & EMILE GAGNA (*) La découverte 1. Table des matières I Dette souveraine, dette privée II D une crise à l autre III Le piège japonais IV

Plus en détail

Compétitivité française : Quelques constats

Compétitivité française : Quelques constats Compétitivité française : Quelques constats Gilbert Cette Banque de France et Université d Aix-Marseille Gilbert Cette 1 Sommaire 1.1 Dégradation alarmante 1.2 Dégradation stoppée 1.3 En particulier vis-à-vis

Plus en détail

Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009

Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009 Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009 Tableau de bord 1997-2009 Sommaire 5,5 Md de fonds levés dont 3,3 Md destinés à l innovation page 3 3 Md investis

Plus en détail

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015 Conjoncture économique et marchés financiers Octobre 215 Page 1 l 6/1/215 Une croissance mondiale pénalisée par les émergents Prévisions de croissance mondiale du FMI de 3,3% en 215 et 3,8% en 216 La croissance

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

Les difficultés des réformes structurelles

Les difficultés des réformes structurelles mars N (mis à jour le novembre ) Les difficultés des réformes structurelles On conseille systématiquement aux pays européens de mettre en place des politiques de réformes structurelles : flexibilité accrue

Plus en détail

Tableau de bord mensuel du GFI

Tableau de bord mensuel du GFI Tableau de bord mensuel du GFI 1- Taux de change... page 1 2- Taux d intérêt... 2 3- Crédits aux sociétés non financières... 3 4- Matières premières et pétrole... 4 5- Croissance... 5 6- Activité industrielle...

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL LA BALANCE DES PAIEMENTS ET LA POSITION EXTÉRIEURE DE LA FRANCE

RAPPORT ANNUEL LA BALANCE DES PAIEMENTS ET LA POSITION EXTÉRIEURE DE LA FRANCE 2013 RAPPORT ANNUEL LA BALANCE DES PAIEMENTS ET LA POSITION EXTÉRIEURE DE LA FRANCE ISSN 0292-6733 BANQUE DE FRANCE DIRECTION GÉNÉRALE DES STATISTIQUES Direction de la Balance des paiements Direction des

Plus en détail

Comment expliquer les différences d efforts de recherche et développement (R&D) entre les pays?

Comment expliquer les différences d efforts de recherche et développement (R&D) entre les pays? Comment expliquer les différences d efforts de recherche et développement (R&D) entre les pays? Le but de ce dossier pédagogique est de mieux comprendre les écarts constatés entre pays en matière d effort

Plus en détail

PARTIE III L espace mondial

PARTIE III L espace mondial PARTIE III L espace mondial SOUS-PARTIE I LE MONDE : LES GRANDES ZONES GÉOGRAPHIQUES 370 CHAPITRE 1 LES DÉPENSES DE R&D 371 CHAPITRE 2 LES COMPÉTENCES SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES 374 CHAPITRE 3 LA PRODUCTION

Plus en détail

Export-gnation? Prix, Protectionnisme et (défauts de) Paiement : Les trois «P» qui empiètent sur la reprise du commerce mondial

Export-gnation? Prix, Protectionnisme et (défauts de) Paiement : Les trois «P» qui empiètent sur la reprise du commerce mondial Communiqué de presse Export-gnation? Prix, Protectionnisme et (défauts de) Paiement : Les trois «P» qui empiètent sur la reprise du commerce mondial PARIS 18 MARS 2015 Une reprise encore à confirmer, des

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

L économie française dans l Europe du tout-compétitivité

L économie française dans l Europe du tout-compétitivité L économie française dans l Europe du tout-compétitivité Michel Husson Fédération CGT des services d études Journée «Compétitivité», 11 décembre 2014 La compétitivité : définition et mesures Capacité (d

Plus en détail

TD N 14 LA BALANCE DES PAIEMENTS

TD N 14 LA BALANCE DES PAIEMENTS TD N 14 LA BALANCE DES PAIEMENTS La balance des paiements est un document comptable retraçant, pour une période donnée, l'ensemble des opérations entre les agents «résidents» (tous ceux qui résident pendant

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE?

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? Françoise Lemoine & Deniz Ünal CEPII Quel impact de l expansion chinoise sur l économie mondiale? Rencontres économiques, 18 septembre

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

2012 Stabilisation de l activité. 2013 Perspectives de reprise

2012 Stabilisation de l activité. 2013 Perspectives de reprise 2012 Stabilisation de l activité 2013 Perspectives de reprise Quel avenir pour l industrie chimique en France? Enjeux énergétiques Paris, le 21 mars 2013 UIC - Contacts presse Hélène MEJEAN - Directeur

Plus en détail

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? juin KBC Groupe CONJONCTURE : situation internationale Retour de la confiance dans les pays développés, hésitations en Chine Indice de confiance de l industrie

Plus en détail

BANQUE JUDICIAIRE NEWSLETTER

BANQUE JUDICIAIRE NEWSLETTER Edito Sommaire Madame, Monsieur, Aujourd hui, l économie va très vite. Tout change, avance, évolue sans cesse. Certaines décisions politiques ou économiques peuvent avoir un impact fort sur l évolution

Plus en détail

La situation financière des SNF françaises Quelques éléments de diagnostic élaborés à partir des comptes nationaux

La situation financière des SNF françaises Quelques éléments de diagnostic élaborés à partir des comptes nationaux La situation financière des SNF françaises Quelques éléments de diagnostic élaborés à partir des comptes nationaux 21 novembre 2014 Gilbert Cette 1. Définitions et sources Valeur ajoutée aux coûts des

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Une lecture marxiste de la crise

Une lecture marxiste de la crise janvier - N Une lecture marxiste de la crise Notre interprétation de la crise est la suivante : il y a excès mondial de capacité de production, dû essentiellement à la globalisation et à l'investissement

Plus en détail

Étape importante pour la zone euro

Étape importante pour la zone euro Étape importante pour la zone euro Plan de sauvetage réussi - Les craintes liées à la dette dans la zone euro se sont finalement apaisées après avoir été à leur paroxysme la semaine dernière. Un effort

Plus en détail

La France dans la compétition économique mondiale

La France dans la compétition économique mondiale La France dans la compétition économique mondiale Bruno VALERSTEINAS (DGTPE) Pôle «Analyse des échanges et stratégies d internationalisation» Au cinquième rang des échanges mondiaux de biens, la France

Plus en détail

Coup de projecteur COMMERCE EXTERIEUR DE RHÔNE-ALPES ÉDITO

Coup de projecteur COMMERCE EXTERIEUR DE RHÔNE-ALPES ÉDITO n 13 Mai 2014 COMMERCE EXTERIEUR DE RHÔNE-ALPES DU 4 AU 6 JUIN 2014 ÉDITO MOBILISATION SUR TOUS LES FRONTS Alors que le commerce extérieur de biens en Rhône-Alpes a longtemps dégagé un excédent conséquent

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

composition de la consommation marchande des FranÇais entre 1960 et 2010

composition de la consommation marchande des FranÇais entre 1960 et 2010 Données actualisées 1 composition de la consommation marchande des FranÇais entre 1960 et 2010 En pourcentage Nature de la dépense 1960 2010 Produits alimentaires et produits non alcoolisés 26,5 13,3 Boissons

Plus en détail

Tableau de bord mensuel du GFI

Tableau de bord mensuel du GFI Tableau de bord mensuel du GFI 1- Croissance... 1 2- Activité industrielle... 2 3- Enquêtes de conjoncture... 3 4- Echanges extérieurs... 4 5- Demande intérieure... 5 6- Investissement... 6 7- Coûts salariaux...

Plus en détail

Le poids du secteur HCR en France, et l impact visible de la baisse de la TVA sur son activité récente

Le poids du secteur HCR en France, et l impact visible de la baisse de la TVA sur son activité récente Le poids du secteur HCR en France, et l impact visible de la baisse de la TVA sur son activité récente Plus de 270 000 établissements dans le secteur HCR en France en 2010 Nombre d'établissements 2003

Plus en détail

Québec, 22 octobre 2015

Québec, 22 octobre 2015 Québec, 22 octobre 2015 Un contexte propice à une réforme fiscale Le contexte économique et fiscal La croissance économique potentielle est appelée à être plus modeste (Pourcentage de croissance du PIB)

Plus en détail

Le niveau des dépenses publiques au Luxembourg est extrêmement élevé en termes absolus

Le niveau des dépenses publiques au Luxembourg est extrêmement élevé en termes absolus En termes absolus, les dépenses des administrations publiques (administration centrale, communes, sécurité sociale) sont très élevées au Luxembourg, 34 4 par habitant contre 14 dans la zone euro en moyenne

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

Le tourisme international en France MÉMENTO DU TOURISME 2007

Le tourisme international en France MÉMENTO DU TOURISME 2007 6 Le tourisme international en France 99 Le tourisme international en France 6 Touristes non-résidents en France Dans ce chapitre sont présentées : les arrivées en France des touristes non-résidents (toute

Plus en détail

Tableau de bord mensuel du GFI

Tableau de bord mensuel du GFI Tableau de bord mensuel du GFI 1- Croissance... 1 2- Activité industrielle... 2 3- Enquêtes de conjoncture... 3 4- Echanges extérieurs... 4 5- Demande intérieure... 5 6- Investissement... 6 7- Coûts salariaux...

Plus en détail

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014 Conjoncture économique - 2 e trimestre 214 PIB PIB et Baromètre EUR PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Poursuite

Plus en détail

Les salaires et le coût du travail dans l Union européenne et les pays candidats. Vincent Marcus*

Les salaires et le coût du travail dans l Union européenne et les pays candidats. Vincent Marcus* Les salaires et le coût du travail dans l Union européenne et les pays candidats Vincent Marcus* En 2003, le salaire brut annuel moyen d un travailleur à temps complet de l industrie ou des services s

Plus en détail

10 raisons d investir en France Juillet 2012

10 raisons d investir en France Juillet 2012 10 raisons d investir en France Juillet 2012 1 La France : Une puissance économique de rang mondial 2 ème puissance économique de l Union européenne. Source : FMI, 2012 6 ème exportateur mondial de biens

Plus en détail

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Résumé L excédent commercial suisse affiche un nouveau record en 2013, à 26,6 Mds CHF (environ 4,5% du PIB). Recevant près de 55% des exportations suisses, l

Plus en détail

BANQUE CENTRALE DE TUNISIE DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011

BANQUE CENTRALE DE TUNISIE DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011 البنك المركزي التونسي BANQUE CENTRALE DE TUNISIE DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011 DECEMBRE 2012 DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011 DECEMBRE 2012 SOMMAIRE Pages Introduction... 5 Endettement extérieur

Plus en détail

Qui détient les dettes publiques européennes?

Qui détient les dettes publiques européennes? 24 mars 2010 N 124 Qui détient les dettes publiques européennes? Nous tentons ici la gageure, d estimer le montant et la part des titres de dettes publiques européennes qui sont détenus à l étranger. Nous

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE FIN-INTER-01 LE CONTEXTE Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 2 heures Objectifs : Positionner le domaine de la finance internationale dans son contexte. Pré requis : Néant. Modalités

Plus en détail

Principaux Indicateurs Conjoncturels

Principaux Indicateurs Conjoncturels BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Direction Générale des Statistiques Principaux Indicateurs Conjoncturels 21 Mars 2015 2 FICHES : Fiche n 1 : Secteur réel Fiche n 2 : Evolution des principaux soldes de la balance

Plus en détail

Une nouvelle norme de construction et de diffusion des statistiques d investissements directs

Une nouvelle norme de construction et de diffusion des statistiques d investissements directs Une nouvelle norme de construction et de diffusion des statistiques d investissements directs Bruno TERRIEN Direction des Enquêtes et Statistiques sectorielles Service des Investissements directs Le FMI,

Plus en détail

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé 2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé Si les dépenses de protection sociale pendant la crise ont joué globalement un rôle de stabilisateur automatique (cf. fiche

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

L industrie automobile au Maroc

L industrie automobile au Maroc المملكة المغربية Royaume du Maroc Département des Statistiques des Echanges Extérieurs L industrie automobile au Maroc -Performance à l export- -Décembre 203- Introduction L ouverture commerciale et la

Plus en détail

Les comptes nationaux et le SEC 2010

Les comptes nationaux et le SEC 2010 Les comptes nationaux et le SEC 2010 7 ème séminaire de la Banque nationale de Belgique pour enseignants en économie du secondaire Bruxelles, le 22 octobre 2014 Catherine RIGO Plan de l exposé Introduction

Plus en détail

Quand l investissement va, tout va Et quand il ne va pas?

Quand l investissement va, tout va Et quand il ne va pas? Quand l investissement va, tout va Et quand il ne va pas? Ludovic Subran Chef Economiste du Groupe Euler Hermes Nicolas Delzant Président du Directoire d Euler Hermes France Paris - 1er octobre 2013 Sommaire

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

Quelles semblent être les meilleures stratégies pour réduire le chômage? Un hommage au vice et à la patience

Quelles semblent être les meilleures stratégies pour réduire le chômage? Un hommage au vice et à la patience 3 mars 6 N 6-134 Quelles semblent être les meilleures stratégies pour réduire le chômage? Un hommage au vice et à la patience On sait que les pays ont des stratégies de croissance très différentes : développement

Plus en détail

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements Identité fondamentale: Y= C + I + G + EX - IM Y: PIB (Produit Intérieur Brut) C: Consommation I: Investissement G: Dépenses

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Tableau de bord Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Septembre 2009 Sommaire Introduction...4 1 Marché du travail et emploi...7 1-1 Emploi...8 1-2 Coût du travail...14

Plus en détail

Dîner Maroc Entrepreneurs

Dîner Maroc Entrepreneurs Entrepreneurs Conseil Dîner Maroc Entrepreneurs Enjeux et tendances des investissements directs étrangers au Maroc 19 avril 2004 1 Sommaire 1. Synthèse des enjeux et des tendances 2. Chiffres clefs Importations

Plus en détail

La croissance économique

La croissance économique Insee en bref Pour comprendre... La croissance économique Qu est-ce que la croissance? Comment l Insee calcule-t-il le PIB? À quoi sert le PIB? Comment compléter le PIB? Qu est-ce que la croissance? La

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

L ÎLE MAURICE. Les relations commerciales de la Belgique avec

L ÎLE MAURICE. Les relations commerciales de la Belgique avec Les relations commerciales de la Belgique avec L ÎLE MAURICE Cette note est également disponible sur le site internet de l Agence pour le Commerce extérieur : www.abh-ace.be P a g e 1 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations

La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations par Robert Fluri et Robert Müller, Direction de la statistique, Banque nationale suisse, Zurich BNS 42

Plus en détail

Chapitre II ÉVOLUTION DU COMMERCE MONDIAL

Chapitre II ÉVOLUTION DU COMMERCE MONDIAL Chapitre II ÉVOLUTION DU COMMERCE MONDIAL Évolution du commerce mondial Principales caractéristiques Au cours de l année 2000, le commerce et la production au niveau mondial ont connu leur plus forte croissance

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

Le tourisme international en France

Le tourisme international en France Le tourisme international en France Le tourisme international en France 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête Dgcis - Banque de France auprès des visiteurs venant de l

Plus en détail

LA COMPETITIVITE DE LA FRANCE EN 2007

LA COMPETITIVITE DE LA FRANCE EN 2007 SOMMAIRE 1- La compétitivité de la France en 2007 2- Environnement international et commerce mondial en 2007 3- La facture énergétique en 2007 4- Les grands contrats de biens d équipement civils dans les

Plus en détail

11 AOÛT 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LE MEXIQUE

11 AOÛT 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LE MEXIQUE 11 AOÛT 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE L ÉCONOMIE MEXICAINE Mexique Principaux indicateurs, 2014 Population (en millions) 119,7 PIB (en G$ US courants) 1 282,7 PIB par habitant (en $ US courants) 10 714,8 Taux

Plus en détail

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON COMMENT S OPÈRE LE FINANCEMENT de L ÉCONOMIE MONDIALE? LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON INTERPRÉTATION ÉCONOMIQUE A. QU EST-CE QU UNE BALANCE DES PAIEMENTS B. LA BALANCE DES TRANSACTIONS COURANTES C. LA

Plus en détail

LE RÔLE CLÉ DE LA BITD DANS LES EXPORTATIONS CIVILES ET MILITAIRES DE LA FRANCE

LE RÔLE CLÉ DE LA BITD DANS LES EXPORTATIONS CIVILES ET MILITAIRES DE LA FRANCE #68 SEPT. 2014 (SGA/DAF/QEFI/OED) LE RÔLE CLÉ DE LA BITD DANS LES EXPORTATIONS CIVILES ET MILITAIRES DE LA FRANCE Résumé : Les entreprises de la Base industrielle et technologique de Défense (BITD) sont

Plus en détail

6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE

6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE 6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE Le tourisme international en France - 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête DGE-Banque de France auprès des visiteurs venant

Plus en détail

ANTICIPATIONS HEBDO. 16 Février 2015. L'élément clé durant la semaine du 9 Février 2015

ANTICIPATIONS HEBDO. 16 Février 2015. L'élément clé durant la semaine du 9 Février 2015 Direction de la Recherche Economique Auteur : Philippe Waechter L'élément clé durant la semaine du 9 Février 2015 Le premier point cette semaine porte sur la croissance modérée de la zone Euro au dernier

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

1 les mécanismes de la crise financière

1 les mécanismes de la crise financière De la crise financière à la crise économique Michel Husson, 2009 1. Les mécanismes de la crise financière 2. les canaux de transmission à l économie réelle 3. les deux racines de la crise 4. les perspectives

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

Quel est le "bon" système de Bretton-Woods?

Quel est le bon système de Bretton-Woods? aoűt 9 - N 359 Quel est le "bon" système de Bretton-Woods? Le Système Monétaire International de Bretton-Woods "normal" est un système où le pays dont la monnaie s'affaiblit doit passer à une politique

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

En 2011, l investissement corporel brut

En 2011, l investissement corporel brut 4.1 Investissement En 211, l investissement corporel brut hors apport des entreprises des secteurs principalement marchands non financiers et non agricoles s élève à 196 milliards d euros. Il s est redressé

Plus en détail

15/2015-21 janvier 2015. Proportion d entreprises innovantes dans l Union européenne, 2010-2012 (en % des entreprises)

15/2015-21 janvier 2015. Proportion d entreprises innovantes dans l Union européenne, 2010-2012 (en % des entreprises) 15/2015-21 janvier 2015 Enquête communautaire sur l innovation 2012 La proportion d entreprises innovantes est passée sous la barre des 50% dans l UE en 2010-2012 Les innovations liées à l organisation

Plus en détail

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone FAITS ESSENTIELS La présente édition du Tableau de bord de la science, de la technologie et de l industrie indique que l intensité du savoir des économies de la zone OCDE a poursuivi sa progression ces

Plus en détail

193/2014-15 décembre 2014. Coûts horaires de la main-d'œuvre dans les États membres de l'ue28, 2012 (en euros)

193/2014-15 décembre 2014. Coûts horaires de la main-d'œuvre dans les États membres de l'ue28, 2012 (en euros) 193/2014-15 décembre 2014 Enquête 2012 sur les coûts de la main-d œuvre dans l UE28 Coûts de la main-d'œuvre les plus élevés dans le secteur financier et des assurances Le triple de ceux du secteur de

Plus en détail

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Royaume du Maroc Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de la Direction de la Politique Economique Générale, les

Plus en détail

D où vient la dégradation du solde commercial français hors énergie? Une analyse par types de produits

D où vient la dégradation du solde commercial français hors énergie? Une analyse par types de produits D où vient la dégradation du solde commercial français hors énergie? Une analyse par types de produits Benoît USCIATI Direction de la Balance des paiements Service des Transactions courantes et Laboratoire

Plus en détail