Faits et chiffres «Monnaies et Compétitivité» Faits et chiffres Commerce extérieur & taux de change

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Faits et chiffres «Monnaies et Compétitivité» Faits et chiffres Commerce extérieur & taux de change"

Transcription

1 Faits et chiffres «Monnaies et Compétitivité» Faits et chiffres Commerce extérieur & Juin 2013

2

3 Les rendez-vous de l Institut Confluences Monnaies & compétitivité Commerce extérieur français & Mardi 11 juin 2013 Marinus van Reymerswaele, Le changeur et sa femme, 1539, musée du Prado Institut Confluences 8 rue Paul Montrochet CS Lyon cedex 02

4 2 Balance des transactions courantes Le solde des transactions courantes affiche en 2012 un déficit de près de 47 milliards d euros La balance des services est excédentaire (+30,3 milliards d euros en 2012) alors que la balance des biens est largement déficitaire (-70,2 milliards d euros) Principaux soldes des transactions courantes en 2011 et 2012 (flux en milliards d euros) 2011 (a) 2012 (b) Compte de transactions courantes - 38,9-46,7 Biens (FAB/FAB)* Services -73,5 +24,2-70,2 +30,3 Revenus +46,9 +30,4 Transferts courants -36,6-37,2 (a) Données annuelles du rapport 2011 de la balance des paiements (b) Données provisoires Source : Banque de France Le compte des transactions courantes est composé des échanges de biens, services, revenus et transferts courants * FAB : franco à bord. Les exportations à partir de la France sont valorisées avec les coûts d acheminement jusqu à la frontière française Solde de la balance des biens et de la balance des services Le solde de la balance des services est globalement stable depuis 1997 et demeure positif depuis La tendance est haussière depuis 2006 Le solde de la balance des biens suit une évolution particulièrement heurtée et enregistre une tendance orientée à la baisse depuis 2003 Source : COE Rexecode d après des données Banque de France et Douanes françaises Evolution du solde commercial Le solde commercial se détériore régulièrement depuis 2004 : une progression annuelle moyenne des exportations inférieure à celle des importations est caractéristique de cette évolution (respectivement 3,12 % et 4,75 % sur la période ) En 2012 : un rythme ralenti à la fois des exportations (+ 3,2 % en 2012 après + 8,4% en 2011) et des importations (+ 1,3 % en 2012 contre + 12,3 % en 2011) le déficit commercial se réduit à -67,5 milliards* (contre - 74,0 milliards en 2011) Evolution des échanges de biens de la France ( ), échanges FAB-FAB y compris matériel militaire Source : aperçu du commerce extérieur de la France, Douanes françaises, février 2013 * solde révisé en février 2013 Le solde commercial est la différence entre les exportations et les exportations de biens (hors services)

5 3 Taux de couverture : Contrecoup du premier Depuis 2003, le taux de couverture des importations par les exportations est inférieur à 100 %. Il s est stabilisé ces dernières années à un niveau assez bas : 85,3 % en 2011, soit le taux le plus faible jamais atteint depuis 1982 (87,1 %) : Contrecoup du second : Forte hausse du coût des : Début de la forte Hors énergie, le taux de couverture est cependant plus élevé (95 %). Ces dernières années, la détérioration du ratio s explique par la conjonction du creusement du déficit énergétique et celui des échanges de biens : Eclatement de Flux et taux de couverture en longue période (données FAB/FAB, y compris matériel militaire, brutes, en milliards d euros) Flux Taux de couverture : 109,7 12 mois : 86, : 105, : 100, : : 99, : 99, : : 93, : 85, : 87, Exportation Importation 300 Taux de couverture Source : Ministère du commerce extérieur Le taux de couveture est le ratio entre les exportations et les importations. Un taux de 100 % représente donc l équilibre : les importations sont couvertes par les exportations Les grands postes du solde commercial & leur évolution récente Le déficit énergétique se creuse (- 69 milliards d euros en 2012 après - 62,4 Milliards en 2011). La facture énergétique s alourdit (+14,4 milliards d euros en 2011 et + 6,6 milliards d euros en 2012) En 2011, le déficit manufacturier* s élève à 33,1 milliards d euros, soit 10,2 milliards d euros de plus qu en 2010 En 2012, ce déficit s allège de 14 milliards (-19,1 milliards d euros en 2012) du fait du rebond des exportations dans les secteurs dynamiques mais aussi du repli de la demande intérieure et donc des importations * hors industrie agroalimentaire, matériel militaire et produits raffinés Structure sectorielle des échanges Structure sectorielle des exportations françaises en 2012 (données brutes) et évolution annuelle du poids de chaque secteur (en points de pourcentage) Evolution du solde commercial par produits (en milliards d euros) Données estimées CAF/FAB* brutes, hors matériel militaire *CAF : coûts, assurances et fret / FAB : Franco à bord Source : aperçu du commerce extérieur de la France, Douanes françaises, février 2013 Structure sectorielle des importations françaises en 2012 (données brutes) et évolution annuelle du poids de chaque secteur (en points de pourcentage) Source : Ministère du commerce extérieur, résultats du commerce extérieur en 2012 Un poids important de l industrie dans les exportations françaises : l aéronautique, l automobile et les biens d équipement représentent 40 % des exportations ; les autres produits industriels (produits métallurgiques et métalliques, chimiques, plasturgiques notamment) ont un poids de 33% des exportations 38 % des importations françaises relèvent du secteur énergétique et des biens d équipement

6 4 Partenaires commerciaux Les dix principaux clients de la France en milliards d euros en 2012, en % du total et contribution de ces pays à la croissance des exportations françaises (2012) % du total CAF/FAB* Les dix principaux fournisseurs de la France en milliards d euros en 2012, en % du total et contribution de ces pays à la croissance des importations françaises (2012) *CAF : coûts, assurances et fret / FAB : Franco à bord Source : Ministère du commerce extérieur, résultats du commerce extérieur français, 2012 L Allemagne est à la fois le principal client et fournisseur de la France (72 milliards d euros d exportations et 90 milliards d importations) Les déficits commerciaux les plus importants sont réalisés avec la Chine (20,8 milliards en 2012) et l Allemagne (près de 18 milliards) Structure géographique des échanges Structure géographique des exportations françaises en 2012 (données brutes) et évolution annuelle du poids de chaque secteur (en points de pourcentage) Structure géographique des importations françaises en 2012 (données brutes) et évolution annuelle du poids de chaque secteur (en points de pourcentage) PMO : Pays du moyen orient Source : Ministère du commerce extérieur, résultats du commerce extérieur en 2012 L Union européenne constitue un débouché de poids : 59 % des exportations dont près de 47 % vers l eurozone. C est vers l Europe que le recul des exportations est le plus marqué en 2012 (- 2 %) 58 % des importations proviennent de l Union européenne dont plus de 47 % de pays de l eurozone (dont 17,4 % en provenance d Allemagne)

7 5 Géographie du commerce extérieur français : vue d ensemble Source : d après les douanes françaises

8 6 Evolution du commerce mondial et des parts de marché de grands pays de l OCDE et de la Chine Evolution du commerce et du PIB mondial Parts de marché mondiales, en valeur des principaux exportateurs OCDE et Chine 20% 15% g.a. 10% 5% 0% -5% -10% -15% Source : DG Trésor ; Derniers points : T Commerce mondial PIB Monde -20% g.a : glissement annuel Exportations de marc handises exprimées en dollars : exportations du pays ou groupe de pays c onc erné rapportées aux exportations mondiales en valeur Sourc es : données FMI ; c alc uls DG Trésor. OCDE : groupe de 24 partenaires (OCDE hors PECO) Source : Ministère du commerce extérieur, résultats du commerce extérieur français, 2012 Le commerce mondial «surréagit» au rythme de la croissance : après un repli très appuyé en 2009 et une reprise vigoureuse en 2010 et 2011, les échanges mondiaux progressent plus lentement : le taux de croissance annuel du commerce mondial fléchit en effet 2012 (+ 2,3 % en 2012 après + 6 % en 2011) Les parts de marché des pays de l OCDE d érodent (53 % des exportations mondiales en 2012 contre 68 % en 2000) La part de marché de la Chine suit un trend nettement haussier, particulièrement depuis son adhésion à l Organisation mondiale du commerce (OMC) fin 2001 (11 % des exportations mondiales en 2012 contre 5 % en 2002) Le commerce extérieur en termes de valeur ajoutée a Contenu en valeur ajoutée des exportations brutes françaises par activité (2009) Part des services dans la valeur ajoutée exportée (2009) Source : OCDE et OMC, base TiVA En moyenne, le contenu en valeur ajoutée (VA) domestique dans les exportations est d environ 73 % (même niveau qu en Allemagne). Les secteurs des matériels de transport, produits chimiques, métaux de base et appareils électroniques sont largement internationalisés et incorporent une part significative de valeur ajoutée étrangère Alors qu en flux bruts, les services représentent moins d un quart du commerce mondial, cette part atteint plus de 50 % dans les pays industrialisés (Etats-Unis, Royaume-Uni, France, Allemagne, Italie) si les échanges sont comptabilisés en VA. Pour la France, la part des services dans les exportations est de 55% dont une grande partie d origine domestique a Voir précision méthodologique en fin de document

9 7 L appareil exportateur français 63 % des grandes entreprises (GE) sont exportatrices et 48 % des entreprises de taille intermédiaire (ETI) Les GE et les ETI réalisent respectivement 24 % et 20 % de leur chiffre d affaires à l exportation Les ETI appartenant à une société mère située à l étranger réalisent plus de 60 % des exportations de l ensemble des entreprises relevant de cette catégorie* 15 % des PME sont exportatrices et réalisent 10 % du chiffre d affaires à l exportation * Les données sur les ETI demeurent fragiles dans l attente de la réalisation du répertoire européen des groupes par Eurostat. Ces données doivent encore être interprétées avec précaution Proportion d entreprises exportatrices et part du chiffre d affaires réalisée à l exportation en 2009 (%) % Microentreprises 3 3 PME hors microentreprises ETI Grandes entreprises Ensemble Ensemble des entreprises porportion d'entreprises exportatrices part du chiffre d'affaires réalisé à l'exportation Champ : entreprises du secteur marchand hors agriculture et activités financières. Source : Insee - Ficus et LIFI - Diane 2007, calcul DGCIS Entreprises dont la tête est en France Source : Insee Importance relative des principales exportations françaises à destination des pays émergents ou éloignés (*) Des entreprises relativement peu tournées vers les pays émergents à forte croissance (20 % des exportations) ou éloignés et davantage vers les pays limitrophes à plus faible croissance Selon le baromètre Euler Hermes, les entreprises déclarant 3 pays à l exportation passent de 72% en 2012 à 42% en En 2013, 20% des entreprises ne déclarent qu un seul pays à l export contre 9% en 2012 (*) Pays du TOP 30 à l exportation Sources : Douanes, FMI, Euler Hermes Source : Emler Hermes, Douanes, INSEE, Calculs DG Trésor Evolution annuelle du nombre d entreprises exportatrices et montants exportés Evolution du nombre d exportateurs «entrants» et «sortants» Source : Ministère du commerce extérieur, résultats du commerce extérieur en 2012 Une baisse de près de 10 % du nombre d entreprises exportatrices entre 2000 et 2009 Plus d entreprises exportatrices sortantes qu entrantes entre 2001 et 2009 Une évolution plus contrastée depuis 2009 avec davantage d entreprises entrantes que sortantes en 2010 et en 2012

10 8 Facteurs de compétitivité-prix La compétitivité prix dépend pour l essentiel de trois facteurs (voir encadré 1 de la note de synthèse produite à l appui du séminaire) : Les Les coûts de production Les marges des exportateurs Zoom sur les Cours de l'euro par rapport au dollar des Etats-Unis (moyenne mensuelle) Cours de l'euro par rapport au yen (moyenne mensuelle) Une forte appréciation de l euro face au dollar des Etats-Unis entre 2001 et 2008 (+ 68 %) Source : graphiques effectués à partir des données de l Insee Une appréciation de l euro face au yen entre 2001 et 2008 Une baisse tendancielle de l euro depuis 2008 avec une forte volatilité infra-annuelle (+/- 8 %) suivie d un repli marqué entre 2008 et début 2013 et d un rebond depuis le début 2013 (+ 16,3 %) Taux de change & solde commercial Pour la France, l évolution du EUR-USD et celle du solde de la balance des biens suggèrent une forte corrélation, de sens contraire, entre ces deux variables. Le calcul du coefficient de corrélation linéaire b confirme cette impression visuelle (coefficient élevé : - 0,88 c ) Pour l Allemagne, la corrélation est également très visible (coefficient de corrélation linéaire de + 0,72) : l appréciation de l euro ne pèse pas sur le solde des biens ; au contraire, elle semble l améliorer d Evolution du EUR-USD et du solde de la balance des biens (France, Allemagne, zone euro) Pour l ensemble de la zone euro, la corrélation est en revanche plus faible et inversée (- 0,62). Comme dans le cas de la France, l appréciation de l euro exerce un effet négatif sur le solde des biens. Cependant, le lien est plus lâche et laisse entrevoir des situations très contrastées entre les différents pays de l eurozone * 1 EUR =x USD **en millions d USD (en données corrigées des variations saisonnières) Source : graphique réalisé à partir de la base de données statistiques de l OCDE b Rappelons que le coefficient de corrélation linéaire mesure l intensité d une relation linéaire entre deux variables. Il est compris entre -1 et + 1. La relation est d autant plus importante que le coefficient est proche de 1 en valeur absolue. Les résultats doivent être fortement relativisés puisque que les calculs ici présentés sont estimés sur la base d un échantillon de 13 données. De plus, compte tenu de la complexité des facteurs influençant le et la balance commerciale, ce calcul est nécessairement réducteur et omet l influence de variables cachées. Un décalage d un an entre le (année n) et le solde de la balance des biens (année n +1) a été retenu pour ces estimations. c Sur cette série de 14 ans, le expliquerait 77 % de la dispersion du solde de la balance des biens en France. d Ce résultat surprenant peut être interprété de deux manières : une hausse des prix des biens allemands exportés est perçue comme un signal qualité. On peut également faire l hypothèse que l euro, même surévalué sur le marché des change, l est moins que ne le serait l ancien Deutsche Mark. La causalité entre et solde commercial est en tout état de cause délicate. On peut également penser que c est en effet le résultat de la politique engagée par l Allemagne depuis l adoption de l euro.

11 9 Taux de change effectif nominal de la France et bilatéraux Taux de change effectif nominal de la France et bilatéraux de l euro Le effectif nominal (TCEN) s apprécie jusqu en Il est tiré par l appréciation de l euro visà-vis du dollar des Etats-Unis, de la livre sterling, du yen et du yuan L orientation du TCEN est baissière depuis 2009 du fait du repli de l euro face à ces devises En 2012, le effectif nominal de la France a baissé de 2,8 % (+ 0,1 % en 2011) : la compétitivité-prix s est améliorée en France de 2,1 % au regard de ses partenaires de l OCDE, principalement grâce à la dépréciation de l euro. Source : Ministère du commerce extérieur, résultats du commerce extérieur en 2012 Le effectif de la France est calculé par rapport aux devises de 42 pays. Une hausse correspond à une appréciation du effectif de la France Zoom sur les coûts Evolution du coût salarial unitaire en zone euro Evolution du coût salarial unitaire en France, en Italie et dans l ensemble des pays émergents (chine comprise) 1,6 1,4 1,2 1, Graphique 2 Coût salarial unitaire (100 en 1999 : 1) Allemagne France Espagne Italie Portugal Irlande Grèce Graphique 3 Coût salarial unitaire (France = 100) France Italie Ensemble des émergents yc Chine ,8 Sources : Datastream, Eurostat, NATIXIS Sources : IHS Global Insight, NATIXIS Source : Natixis Une forte compression des coûts salariaux en Allemagne à la différence des pays du Sud de l eurozone jusqu au déclenchement de la crise. La France se situe dans une position intermédiaire. Une forte concurrence par les coûts de l ensemble des émergents mais un écart qui se resserre à la faveur de l augmentation des coûts salariaux, notamment en Chine

12 10 Zoom sur les taux de marge Evolution du taux de marge des sociétés en France entre 2000 et 2012 Taux de marge des sociétés en zone euro (2011) excédent brut d'exploitation/valeur ajoutée (%, sociétés non financières) ,2 47,6 Excédent brut d'exploitation / valeur ajoutée (%, sociétés non financières, 2011) 30,7 41,8 41, ,4 39,6 39,6 39,5 38,9 38,5 36,3 35,5 32, , , (3 trim) 10 0 * 2010 Irlande* Estonie Autriche Allemagne Italie Finlande Espagne* Pays-Bas Belgique Zone euro Portugal Suède Royaume-Uni* France Source : Eurostat Source : Medef, Analyse de la compétitivité des entreprises françaises, mars 2013, d après une source Eurostat Le taux de marge des entreprises françaises a baissé de 8,1 % sur la période soit 0,7 % en moyenne par an Après une hausse continue entre 2002 et 2007, le taux de marge a subi une baisse importante du fait de l évolution des coûts salariaux par rapport à celle de la valeur ajoutée Le taux de marge atteint un point bas en 2011 (de l ordre de 28 %) et est significativement inférieur à celui des entreprises allemandes (41,2 % en 2011) et de la moyenne constatée en zone euro (38,5 %) Evolution de la compétitivité-prix Malgré l appréciation de l euro entre 2001 et 2008, la France est parvenue à maintenir sa compétitivité-prix grâce à : Compétitivité-prix, compétitivité-coût, effort de marge - une modération salariale - des gains de productivité - des efforts de marge par les entreprises La compétitivité-prix française a reculé de 4,6 % au moment où l euro connaissait un rebond de près de 40 % par rapport au dollar américain entre 2003 et 2008 (source : OFCE) En 2012, les entreprises françaises exportatrices ont pu bénéficier du repli de l euro sur le marché des changes. Elles ont été ainsi moins contraintes sur les marges et ont eu besoin de commencer à reconstituer leurs marges. Cela explique la moindre amélioration de la compétitivité-prix (+2,1%) par rapport à la compétitivité-coût (+2,7%) Par rapport à ses principaux partenaires de la zone euro, la compétitivité-prix de la France reste quasiment inchangée en 2012, les autres pays profitant également de la dépréciation de l euro sur le marché des changes pour gagner en compétitivité-prix : +2,9 % en Allemagne, +à 0,8 % en Espagne et 1,8 % en Italie. Source : Ministère du commerce extérieur, Résultats du commerce extérieur en 2012 La compétitivité-prix (coûts) est définie comme le rapport des prix d exportation (ou des coûts salariaux unitaires) étrangers aux prix (ou coûts) français, exprimés dans une monnaie commune. Une hausse correspond à une amélioration de la compétitivité (prix ou coûts) * Effet change = 1 / effectif nominal ** L effort relatif de marge est le rapport de la compétitivité-prix et de la compétitivité-coût : une hausse correspond à un effort relatif de marge plus important de la part des exportateurs français (sources: données OCDE, calculs DG Trésor)

13 11 Observation méthodologique Les données présentées dans ce document s appuient pour l essentiel sur la méthodologie appliquée par les douanes françaises : les exportations et importations sont comptabilisées en brut. Les statistiques présentées dans le pavé «le commerce en termes de valeur ajoutée» (page 6) reposent en revanche sur une méthodologie différente cherchant à faire apparaître la valeur ajoutée réellement produite par les entreprises d un pays en s appuyant sur les échanges mesurés en termes de valeur ajoutée échangée. Cette méthode TiVA (Trade in Value Added), encore récente pour l analyse du commerce international, a été appliquée notamment par l OCDE, en collaboration avec l OMC, dans une étude parue en janvier L estimation des flux commerciaux en valeur ajoutée à l échelle internationale ambitionne de mieux rendre compte de la fragmentation accrue des chaînes de valeur à travers le monde. Compte tenu de la mondialisation des chaînes de production, une mesure en valeur ajoutée apparaît plus opportune que les flux bruts pour rendre compte des dynamiques de spécialisation des processus de production. Les pays se spécialisent moins dans la production d un bien que dans une ou plusieurs étapes de sa fabrication, d où une augmentation significative d échanges de biens intermédiaires. Une économie fortement spécialisée dans l assemblage de produits intermédiaires peut ainsi afficher un niveau élevé d exportations brutes alors qu elle n a créé au fond que peu de valeur ajoutée. Un bien fabriqué dans l'ue et exporté aux Etats-Unis inclut par exemple des composants de Chine et du Japon, utilisant également des matières premières et des services en provenance de pays tiers. L approche TiVA vise précisément à faire apparaître la valeur ajoutée réellement produite par les entreprises nationales. Ce sont les résultats de cette approche testée sur les données 2009 par l OCDE et l OMC qui sont présentés ici. Selon cette méthodologie, les Etats-Unis prennent la place de l'allemagne comme premier partenaire commercial de la France en valeur ajoutée. La France exporte par exemple des biens et services intermédiaires vers l'allemagne et les autres économies européennes, mais une partie de la valeur ajoutée ainsi exportée se dirige vers des marchés tiers, notamment les Etats-Unis, une fois les biens européens exportés vers les Etats-Unis. La France exporte davantage vers l Allemagne et d autres partenaires européens en valeur brute mais une partie de ces exportations est constituée de biens et services intermédiaires qui sont ensuite incorporés dans d autres biens et services à destination de marchés tiers. Sources Banque de France (2011), Rapport annuel de la balance des paiements et la position extérieure de la France Euler Hermes (2012), Notre compétitivité à l export : faut-il y mettre le prix?, Baromètre export, novembre Gallois Louis (2012), Pacte pour la compétitivité de l économie française, rapport au premier ministre, novembre Medef (2013), Analyse de la compétitivité des entreprises françaises, Les chiffres du Medef, mars Ministère du commerce extérieur, pôle commerce extérieur DG Trésor (2012), Résultats du commerce extérieur en Natixis, Flash éco (2013), La pire menace sur l'euro : les pays qui ont un problème de compétitivité-coût et où les dévaluations internes ne marchent pas : France et Italie, n 233, 25 mars OFCE (2012), Performances françaises à l exportation : la compétitivité «hors-prix» mise en cause, Lettre du CEPII, n 313, mai Remerciements L auteur remercie très sincèrement Valérie Vanelle (Université Lyon 3) et Pierre Bérat (CCIR Rhône-Alpes) pour leur relecture attentive et leurs précieux conseils. Il reste cependant seul responsable des erreurs et omissions que pourrait contenir ce document. Réalisation du document : Dominique Chabert, Université Lyon 2

14 Institut Confluences 8 rue Paul Montrochet - CS LYON Cedex 02 Contact : Téléphone :

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents Compétitivité de l industrie manufacturière Faits marquants en 28-29 - La crise accentue les pertes de parts de marché des pays développés face aux pays émergents - La «compétitivité-coût» de l industrie

Plus en détail

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes CENTRE ETUDES & PROSPECTIVE DU GROUPE ALPHA Fiches pays Économies développées - Europe Zone euro... 2 Allemagne... 5 France... 8

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 10 au 14 mars 2014 n 153 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 10 au 14 mars 2014 n 153 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 1 au 14 mars 214 n 153 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en janvier 214 : +,7% sur un mois, +,4% en moyenne mobile sur trois mois 2. Balance commerciale en janvier 214

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en novembre 2012 : +0,2% sur un mois, -2,2% en moyenne mobile sur trois mois 2. Marché du logement en novembre

Plus en détail

Conjoncture de l industrie française à l automne 2015

Conjoncture de l industrie française à l automne 2015 Conjoncture de l industrie française à l automne 2015 Denis Ferrand Directeur Général de Coe-Rexecode 26 Novembre 2015 Agenda 1 3 faits marquants du paysage économique mondial pour l industrie 2 L activité

Plus en détail

Patrick ARTUS Directeur de la Recherche et des Etudes - NATIXIS Forum Financier de Belgique Liège - 31 janvier 2011

Patrick ARTUS Directeur de la Recherche et des Etudes - NATIXIS Forum Financier de Belgique Liège - 31 janvier 2011 "Un retour sur les causes profondes de la crise de la zone euro". Patrick ARTUS Directeur de la Recherche et des Etudes - NATIXIS Forum Financier de Belgique Liège - 31 janvier 11 Emploi manufacturier

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004

OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004 OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004 DIRECTION DE L'EXPANSION ECONOMIQUE DIVISION DES STATISTIQUES ET DES ETUDES ECONOMIQUES SOMMAIRE Pages PREAMBULE 1 CHAPITRE n 1 - LES RESULTATS ANNUELS 3

Plus en détail

Tableau de bord de l industrie française

Tableau de bord de l industrie française Tableau de bord de l industrie française Mars 7 Document réalisé par Coe-Rexecode Groupe des Fédérations Industrielles - 98 Paris La Défense cedex - Tél. 47 7 6 6 - Fax 47 7 6 8 Coe-Rexecode - 9 avenue

Plus en détail

AMBASSADE DE FRANCE EN ALLEMAGNE SERVICE ÉCONOMIQUE RÉGIONAL

AMBASSADE DE FRANCE EN ALLEMAGNE SERVICE ÉCONOMIQUE RÉGIONAL AMBASSADE DE FRANCE EN ALLEMAGNE SERVICE ÉCONOMIQUE RÉGIONAL La Ministre Conseillère pour les Affaires Economiques Berlin, le 31 octobre 2014 Dossier suivi par Lucie Petit Relu par Nicolas Studer NOTE

Plus en détail

De 2001 à 2004, les exportations allemandes ont été nettement

De 2001 à 2004, les exportations allemandes ont été nettement Dossiers Anne-Juliette Bessone Benoît Heitz Division synthèse conjoncturelle De 2001 à 2004, les exportations allemandes ont été nettement plus dynamiques que les exportations françaises. Géographiquement,

Plus en détail

Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr

Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr En 2008, la baisse du nombre d exportateurs engagée depuis 2003 s accentue (-3,1 %), quelle que soit

Plus en détail

UE-27 : quelles prévisions de croissance économique en 2012 et 2013?

UE-27 : quelles prévisions de croissance économique en 2012 et 2013? ACTUALITÉS EUROPÉENNES n 49 janvier 2012 UE-27 : quelles prévisions de croissance économique en 2012 et 2013? par Pierre Verluise, Directeur de recherche à l IRIS, Directeur du site géopolitique www.diploweb.com

Plus en détail

La France et surtout l Italie devront-elles sortir de la zone euro?

La France et surtout l Italie devront-elles sortir de la zone euro? er juillet N - La et surtout l devront-elles sortir de la zone euro? Nous ne voulons pas ici faire de la provocation inutile mais nous demander si l évolution à moyen terme de la situation économique de

Plus en détail

LA FRANCE ATTIRE LES INVESTISSEMENTS ETRANGERS

LA FRANCE ATTIRE LES INVESTISSEMENTS ETRANGERS LA FRANCE ATTIRE LES INVESTISSEMENTS ETRANGERS La France : 4 e destination mondiale Une croissance du nombre de projet Après trois années de stabilité, le nombre des projets d investissements étrangers

Plus en détail

Sommaire. Synthèse... 5. Un déficit qui poursuit son recul sur les biens, un excédent toujours important sur les services... 10

Sommaire. Synthèse... 5. Un déficit qui poursuit son recul sur les biens, un excédent toujours important sur les services... 10 Retrouver l intégralité de ce dossier en ligne sur le site du ministère des affaires étrangères et du développement international : http://www.diplomatie.gouv.fr. L élaboration de ce dossier a été coordonnée

Plus en détail

à la Consommation en Europe

à la Consommation en Europe Le Marché du Crédit à la Consommation en Europe Une étude SOFINCO Novembre 2007 Evry, le 29 novembre 2007 - Nicolas Pécourt 1 Le crédit à la consommation en Europe Périmètre Cette étude est un complément

Plus en détail

Le 11 septembre 2007, au moment même où la

Le 11 septembre 2007, au moment même où la Mondialisation 46 Les tendances récentes du commerce extérieur français La connaît depuis la fin des années 90 une dégradation du solde de ses échanges extérieurs. Le creusement du déficit commercial depuis

Plus en détail

Année 2013. Baisse des échanges en 2013, après un fort ralentissement l année précédente

Année 2013. Baisse des échanges en 2013, après un fort ralentissement l année précédente http://lekiosque.finances.gouv.fr Année 2013 Les échanges, qui avaient nettement ralenti en 2012, se replient en 2013. Le recul des exportations (-1,3 %, après +3,1 %) est marqué pour certains biens intermédiaires,

Plus en détail

N 254 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 254 ASSEMBLÉE NATIONALE N 254 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l'assemblée nationale le 10 octobre 2012 AVIS PRÉSENTÉ AU NOM DE LA COMMISSION DES AFFAIRES

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE FRANCE ZONE EURO 1. Crédits nouveaux au secteur privé en septembre 2012 : tassement pour les entreprises, contraction pour les ménages 2. Déficit

Plus en détail

Plus de la moitié des exportations de marchandises des économies en développement sont destinées à d autres économies en développement

Plus de la moitié des exportations de marchandises des économies en développement sont destinées à d autres économies en développement Plus de la moitié des exportations de marchandises des économies en développement sont destinées à d autres économies en développement Exportations des pays en développement, 2013 Pays de destination Vers

Plus en détail

Thème 1 : La coordination des décisions économiques par l échange. Chapitre 4 : L ouverture des économies

Thème 1 : La coordination des décisions économiques par l échange. Chapitre 4 : L ouverture des économies Thème 1 : La coordination des décisions économiques par l échange Sous thème 1.2 : La dimension internationale de l échange Chapitre 4 : L ouverture des économies Problématique(s) du sous thème : Les conséquences

Plus en détail

Bilan du commerce extérieur de la Corée en 2013

Bilan du commerce extérieur de la Corée en 2013 Résumé Bilan du commerce extérieur de la Corée en 213 Malgré une croissance modeste en 213 (+,7% contre 1% en moyenne par an entre 2 et 21), les échanges commerciaux coréens se sont maintenus au-dessus

Plus en détail

de travail n 44 La compétitivité française en 2013 Les parts de marché à l exportation de l économie française sont stables depuis 2011

de travail n 44 La compétitivité française en 2013 Les parts de marché à l exportation de l économie française sont stables depuis 2011 Document de travail n 44 La compétitivité française en 013 Les parts de marché à l exportation de l économie française sont stables depuis 011 La qualité des produits français est reconnue mais leurs prix

Plus en détail

TURQUIE. Les relations commerciales de la Belgique avec la Turquie

TURQUIE. Les relations commerciales de la Belgique avec la Turquie TURQUIE Les relations commerciales de la Belgique avec la Turquie Source : Ambassade de Turquie en Belgique Les relations commerciales de la Belgique avec la Turquie 4 Table des matières 1 Quelques indicateurs

Plus en détail

Année 2015. Reprise marquée des exportations en 2015. Net redressement des ventes vers les pays tiers. http://lekiosque.finances.gouv.

Année 2015. Reprise marquée des exportations en 2015. Net redressement des ventes vers les pays tiers. http://lekiosque.finances.gouv. http://lekiosque.finances.gouv.fr Année 2015 En 2015, les exportations, qui bénéficient du raffermissement de la demande mondiale et de gains de compétitivité liés à la dépréciation de l euro, progressent

Plus en détail

Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013

Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013 Alger, le 26 décembre 2013 Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013 Introduction L objet de cette note est d analyser les principales tendances financières et monétaires

Plus en détail

Les échanges extérieurs agricoles et agroalimentaires de l Union européenne

Les échanges extérieurs agricoles et agroalimentaires de l Union européenne Les échanges extérieurs agricoles et agroalimentaires de l Union européenne Guillaume Wemelbeke* Depuis la crise survenue à la fin 2008, la production européenne de produits agricoles et agroalimentaires

Plus en détail

Dares Analyses. Emploi et chômage des 15-29 ans en 2012. publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

Dares Analyses. Emploi et chômage des 15-29 ans en 2012. publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses novembre 13 N 73 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Emploi et chômage des 15-29 ans en 53,7 % des jeunes âgés de 15 à 29 ans sont

Plus en détail

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE PIB Consommation des ménages 102 début 2008 = 100 104 101 102 100 100 99 99 08 09 10 11 12 13 14 98 105 Investissements des entreprises

Plus en détail

La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes du commerce mondial? Une analyse croisée par secteurs et pays Conférence de presse Paris - 17 mai

La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes du commerce mondial? Une analyse croisée par secteurs et pays Conférence de presse Paris - 17 mai La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes du commerce mondial? Une analyse croisée par secteurs et pays Conférence de presse Paris - 17 mai 2011 La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes

Plus en détail

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL L activité économique mondiale en 2013 s est caractérisée par une reprise progressive dans les pays avancés, bien qu à des degrés variables selon les pays. Dans

Plus en détail

Points. forts DES ÉCHANGES ATONES ET UN DÉFICIT COMMERCIAL QUI SE RENFORCE BILAN. De la Polynésie française COMMERCE EXTÉRIEUR 2013,

Points. forts DES ÉCHANGES ATONES ET UN DÉFICIT COMMERCIAL QUI SE RENFORCE BILAN. De la Polynésie française COMMERCE EXTÉRIEUR 2013, Points 7 forts BILAN 213 INSTITUT DE LA STATISTIQUE DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE 213, DES ÉCHANGES ATONES ET UN DÉFICIT COMMERCIAL QUI SE RENFORCE La balance commerciale de la Polynésie française continue

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

Performance des membres du CAD en matière d'aide

Performance des membres du CAD en matière d'aide Extrait de : Coopération pour le développement : Rapport 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/dcr-2010-fr Performance des membres du CAD en matière d'aide Merci de citer ce chapitre

Plus en détail

Compétitivité des entreprises françaises

Compétitivité des entreprises françaises Compétitivité des entreprises françaises La compétitivité dépend en premier lieu de l évolution des coûts unitaires de production et des prix relatifs des biens exposés à la concurrence internationale.

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

Si la BCE attend pour sortir du Quantitative Easing : alors cette sortie n aura pas lieu avant de nombreuses années.

Si la BCE attend pour sortir du Quantitative Easing : alors cette sortie n aura pas lieu avant de nombreuses années. ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE juin N Espérons que la BCE comprend qu il ne faut pas sortir trop tard du Quantitative Easing Si la BCE attend pour sortir du Quantitative Easing : soit que les réformes structurelles

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

DIVERGENCES DES PERFORMANCES EUROPÉENNES DÉCEMBRE 2013

DIVERGENCES DES PERFORMANCES EUROPÉENNES DÉCEMBRE 2013 DIVERGENCES DES PERFORMANCES EUROPÉENNES DÉCEMBRE 2013 MONDE PIB 108 106 Pays développés début 2007 = 100 104 États-Unis 102 100 98 96 94 92 Japon Royaume-Uni Zone euro 90 2007 2008 2009 2010 2011 2012

Plus en détail

Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes

Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes Le chapitre X consacré à l optique dépenses de la comptabilité nationale nous a donné l occasion de décrire la structure

Plus en détail

Macroéconomie 3. Chapitre 1 Macroéconomie ouverte: indicateurs et balance des paiements. Licence 2 Économie, Semestre 4 Université de Montpellier

Macroéconomie 3. Chapitre 1 Macroéconomie ouverte: indicateurs et balance des paiements. Licence 2 Économie, Semestre 4 Université de Montpellier Macroéconomie 3 Chapitre 1 Macroéconomie ouverte: indicateurs et balance des paiements Licence 2 Économie, Semestre 4 Université de Montpellier Année Universitaire 2015-2016 /53 2/53 Introduction L ouverture

Plus en détail

Tableau de bord annuel de l économie marocaine. Royaume du Maroc. Et de la Privatisation Direction de la Politique Economique

Tableau de bord annuel de l économie marocaine. Royaume du Maroc. Et de la Privatisation Direction de la Politique Economique Royaume du Maroc Département de l Economie, l des Finances Et de la Privatisation Direction de la Politique Economique Générale Division de l Information l 15 10 5 0-5 -10-15 Tableau de bord annuel de

Plus en détail

Premier semestre 2015

Premier semestre 2015 http://lekiosque.finances.gouv.fr Amélioration du déficit liée à l'allègement de la facture énergétique Premier semestre 2015 Au premier semestre 2015, la reprise des exportations se confirme (+3,4 %,

Plus en détail

Identifier les effets de compétitivité et d entraînement des échanges extérieurs

Identifier les effets de compétitivité et d entraînement des échanges extérieurs Identifier les effets de compétitivité et d entraînement des échanges extérieurs Rencontre Moyen Terme 2014/2018 Grégori Colin Economiste LA BALANCE COMMERCIALE (incluant les services marchands) Les flux

Plus en détail

Eclairage sur les enjeux des négociations salariales dans le secteur du transport routier de marchandises

Eclairage sur les enjeux des négociations salariales dans le secteur du transport routier de marchandises Publication Asterès 29 janvier 15 Eclairage sur les enjeux des négociations salariales dans le secteur du transport routier de marchandises Description de la note : Au premier semestre 13, le cabinet d

Plus en détail

RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT

RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT LE QUATRE PAGES INSEE AQUITAINE RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT EN AQUITAINE INSEE AQUITAINE INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES Souvent située à la 6 e place des régions métropolitaines,

Plus en détail

FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX *

FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX * FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX * Département analyse et prévision de l OFCE Cette étude évalue l impact à différents horizons temporels d une hausse des taux (courts et longs) sur le passif des agents

Plus en détail

BILAN SEMESTRIEL DU COMMERCE EXTERIEUR

BILAN SEMESTRIEL DU COMMERCE EXTERIEUR BILAN SEMESTRIEL DU COMMERCE EXTERIEUR PREMIER SEMESTRE 2015 7 AOUT 2015 Dossier coordonné par le Pôle commerce extérieur de la Direction générale du Trésor Retrouver l intégralité de ce dossier en ligne

Plus en détail

Tableau de bord de l industrie française

Tableau de bord de l industrie française Tableau de bord de l industrie française Mars 11 Document réalisé par Coe-Rexecode Groupe des Fédérations Industrielles - 55 av. Bosquet - 7533 Paris Cedex 7 - Tél. 1 53 59 18 6 - Fax 1 53 59 18 88 - gfi@gfi.asso.fr

Plus en détail

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement 5 objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 13 Objectif Mettre en place un partenariat mondial pour le développement La crise financière mondiale et les turbulences de la zone euro continuent

Plus en détail

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Conseil National du Commerce Extérieur Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Anticiper Partager Agir www.cnce.org.ma

Plus en détail

Point mensuel de conjoncture

Point mensuel de conjoncture 30/11/2015 REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un But Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE DES FINANCES ET DU PLAN DIRECTION GENERALE DE LA PLANIFICATION ET DES POLITIQUES ECONOMIQUES DIRECTION DE LA PREVISION

Plus en détail

Le Fonds en Euros de Cardif Assurance Vie

Le Fonds en Euros de Cardif Assurance Vie BANQUE ET ASSURANCES Le Fonds en Euros de Cardif Assurance Vie données au 30/06/2011 La garantie d un groupe solide BNP Paribas Cardif BNP Paribas Cardif conçoit et commercialise une large gamme de produits

Plus en détail

Année de référence **** : 2005 Premières données disponibles : Décembre 2004

Année de référence **** : 2005 Premières données disponibles : Décembre 2004 INDICES DE PRIX DE PRODUCTION DE L INDUSTRIE FRANÇAISE POUR LE MARCHÉ FRANÇAIS BRANCHE : MACHINES ET ÉQUIPEMENTS DE BUREAU (À L EXCLUSION DES ORDINATEURS ET ÉQUIPEMENTS CPF rév. 2 * : 28.23 / CPF rév.

Plus en détail

Lente amélioration de la conjoncture

Lente amélioration de la conjoncture Conjoncture économique - 1 e trimestre 214 USA JPN EUR PIB PIB et Baromètre PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Lente

Plus en détail

Medef Pour la réforme du financement de la protection sociale

Medef Pour la réforme du financement de la protection sociale Medef Pour la réforme du financement de la protection sociale Conférence de presse 15 novembre 2011 1 Une compétitivité française qui se dégrade 2 La France a perdu des parts de marché depuis 2000 Part

Plus en détail

Panorama du marché du Crédit à la consommation en Europe en 2013

Panorama du marché du Crédit à la consommation en Europe en 2013 Panorama du marché du Crédit à la consommation en Europe en 2013 Pour la 7 ème année consécutive, Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du marché du crédit à la consommation

Plus en détail

Indicateurs Science et Technologie (S -T) en Suisse

Indicateurs Science et Technologie (S -T) en Suisse Indicateurs Science et Technologie (S -T) en Suisse Neuchâtel, 2005 Doctorats Les nouveaux docteurs en sciences exactes et naturelles et sciences techniques représentent des ressources humaines hautement

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. Politique monétaire de la Chine : une approche normative RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. Politique monétaire de la Chine : une approche normative RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE 18 janvier 216 N 64 Politique monétaire de la Chine : une approche normative Nous adoptons ici non pas une approche positive (que vont faire les autorités chinoises?) mais

Plus en détail

L ENDETTEMENT DES ENTREPRISES : UNE ÉTUDE SUR LONGUE PÉRIODE

L ENDETTEMENT DES ENTREPRISES : UNE ÉTUDE SUR LONGUE PÉRIODE L ENDETTEMENT DES ENTREPRISES : UNE ÉTUDE SUR LONGUE PÉRIODE Durant la dernière décennie, le taux d endettement des entreprises s est allégé en France. La présente étude, après un rappel historique, compare

Plus en détail

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003

PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 Bruxelles, le 10 mars 2003 Bureau fédéral du Plan /03/HJB/bd/2027_f PRÉVISIONS ÉCONOMIQUES 2003 La reprise très prometteuse de l économie mondiale au cours du premier semestre 2002 ne s est pas confirmée

Plus en détail

n 291 Août 2014 Données générales sur la de e page 3

n 291 Août 2014 Données générales sur la de e page 3 Bulle nmensuel n 91 Août 1 Directeur de publica on : Ambroise Fayolle Rédac on : Agence France Trésor Disponible en français et en anglais http://www.aft.gouv.fr Bloomberg TREX Reuters Actualité

Plus en détail

1. Le marché des changes

1. Le marché des changes TD : Le taux de change, un instrument du protectionnisme? 1. Le marché des changes Document 1 : Le cours de l euro en dollar 1/ Faites une phrase avec la donnée d avril 2013. En avril 2013, 1 valait 1,28

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. Le modèle espagnol, dur pour les salariés, efficace pour créer des emplois RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. Le modèle espagnol, dur pour les salariés, efficace pour créer des emplois RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE février 1 N 1 Le modèle espagnol, dur pour les salariés, efficace pour créer des emplois L a choisi : - depuis -9, de mettre en place une forte baisse du coût salarial unitaire,

Plus en détail

CONJONCTURE INTERNATIONALE

CONJONCTURE INTERNATIONALE CONJONCTURE INTERNATIONALE Chute des cours des matières premières Le marché boursier chinois a plongé de façon spectaculaire ces dernières semaines. Cette correction fait suite à plusieurs trimestres d

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Sauf mention contraire, les données «France» concernent la France métropolitaine et les Départements d outre-mer hors Mayotte. Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu

Plus en détail

Journées de l économie Lyon 10 novembre 2011. La soutenabilité de la croissance

Journées de l économie Lyon 10 novembre 2011. La soutenabilité de la croissance Journées de l économie Lyon 10 novembre 011 La soutenabilité de la croissance Quel business plan pour la politique économique de la France? 1 La France en 00 suivant les tendances actuelles Le business

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01. Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016

ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01. Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016 DOSSIER DE PRESSE Le mardi 9 février 2016, ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01 Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016 EN SYNTHESE «La reprise amorcée en

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le jeudi 16 avril 2015 PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES 2015-2016 LA REPRISE QUI S ANNONCE La croissance est là en 2015 et 2016. Tous les freins qui pesaient sur elle se sont levés.

Plus en détail

UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH ECOLE NATIONALE DE COMMERCE ET DE GESTION FES

UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH ECOLE NATIONALE DE COMMERCE ET DE GESTION FES UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH ECOLE NATIONALE DE COMMERCE ET DE GESTION FES II- Les échanges internationaux- Evolution et instruments de mesure 2-1 Les principales évolutions du commerce international

Plus en détail

Espagne: Une Reprise Fragile

Espagne: Une Reprise Fragile Focus OFP 28 Aout 2015 Frédéric Mackel (33) 1 85 08 13 73 f.mackel@oaksfieldpartners.com Timothée Sohm-Quéron t.sohm@oaksfieldpartners.com Chloe-Elizabeth Challier chloeelizabeth.challier@esade.edu Introduction

Plus en détail

6.1. PRÉLÈVEMENTS SOCIAUX, COÛT DU TRAVAIL ET COMPÉTITIVITÉ : UNE ANALYSE COMPARÉE DE LA FRANCE ET DES PRINCIPAUX PAYS EUROPÉENS

6.1. PRÉLÈVEMENTS SOCIAUX, COÛT DU TRAVAIL ET COMPÉTITIVITÉ : UNE ANALYSE COMPARÉE DE LA FRANCE ET DES PRINCIPAUX PAYS EUROPÉENS 6.1. PRÉLÈVEMENTS SOCIAUX, COÛT DU TRAVAIL ET COMPÉTITIVITÉ : UNE ANALYSE COMPARÉE DE LA FRANCE ET DES PRINCIPAUX PAYS EUROPÉENS Le coût du travail est un élément décisif de la compétitivité. Mais il n

Plus en détail

«Dire la vérité est utile à celui à qui on la dit mais désavantageux à ceux qui la disent, parce qu ils se font haïr.

«Dire la vérité est utile à celui à qui on la dit mais désavantageux à ceux qui la disent, parce qu ils se font haïr. «LA COMPETITIVITE DES ENTREPRISES MISE A MAL PAR 35 ANNEES DE DERIVE DES FINANCES PUBLIQUES QUELLES MESURES PRENDRE? EXEMPLES DE L ALLEMAGNE ET DU DANEMARK» 4 décembre 2015 «Dire la vérité est utile à

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

Le luxembourg sort du top 10 du classement

Le luxembourg sort du top 10 du classement bilan de Compétitivité 2012 Le luxembourg sort du top 10 du classement l édition 2012 du bilan de Compétitivité positionne le luxembourg au 11 e rang parmi les 27 pays européens. le luxembourg perd non

Plus en détail

économique PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES : QUE NOUS RÉSERVE 2011? DÉCEMBRE 2010 JANVIER 2011 Canada États-unis Les taux d'intérêt

économique PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES : QUE NOUS RÉSERVE 2011? DÉCEMBRE 2010 JANVIER 2011 Canada États-unis Les taux d'intérêt DÉCEMBRE JANVIER 211 économique PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES : QUE NOUS RÉSERVE 211? Au passage d une année à l autre, il est de mise de s interroger sur ce que nous réserve la nouvelle année. Après la solide

Plus en détail

France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée

France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH IN CHARTS France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée Comme toutes les crises, celle que nous traversons est propice aux dogmes, jugements à l

Plus en détail

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières 2016-05-27. observatoire du crédit. Liens:

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières 2016-05-27. observatoire du crédit. Liens: Observatoire du crédit aux sociétés non financières boulevard de Berlaimont 14 BE-1000 Bruxelles Tel. +32 2 221 26 99 Fax +32 2 221 31 97 TVA BE 0203.201.340 RPM Bruxelles 2016-05-27 Liens: observatoire

Plus en détail

Les chiffres du MEDEF. Analyse de la compétitivité des entreprises françaises

Les chiffres du MEDEF. Analyse de la compétitivité des entreprises françaises Les chiffres du MEDEF Analyse de la compétitivité des entreprises françaises 2 12 arts de marché 1 - oids de la dans les exportations mondiales 5 4,7 Exportations françaises/exportations mondiales (marchandises,

Plus en détail

Les relations commerciales de la Belgique avec le Japon

Les relations commerciales de la Belgique avec le Japon JAPON Les relations commerciales de la Belgique avec le Japon Les relations commerciales de la Belgique avec le Japon 1. QUELQUES INDICATEURS ÉCONOMIQUES En général (2011) : PIB 5.865,8 milliards USD

Plus en détail

Investissements directs étrangers (IDE) en France : principaux constats

Investissements directs étrangers (IDE) en France : principaux constats DG Trésor - Pôle commerce extérieur 24/07/2014 Investissements directs étrangers (IDE) en France : principaux constats - Si la France se situe aux premiers rangs mondiaux en termes de stock d IDE (4 ème

Plus en détail

Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar?

Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar? Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar? LETTRE DE PROSPECTIVE MAI 2009 - NUMERO 15 L ors du récent sommet du G20, les autorités chinoises ont

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014

Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014 Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014 Pour la 8 ème année consécutive, Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du marché du crédit à la consommation

Plus en détail

30 avril 2010 N. 204

30 avril 2010 N. 204 avril 1 N. Conséquences probables de la crise des dettes souveraines dans la zone euro : ni un défaut, ni une restructuration, ni la sortie de l euro, ni l inflation, mais le retour en récession de la

Plus en détail

La crise des dettes souveraines*

La crise des dettes souveraines* La crise des dettes souveraines* ANTON BRENDER, FLORENCE PISANI & EMILE GAGNA (*) La découverte 1. Table des matières I Dette souveraine, dette privée II D une crise à l autre III Le piège japonais IV

Plus en détail

4.1 Les entreprises exportatrices

4.1 Les entreprises exportatrices FICHES THÉMATIQUES 4.1 Les entreprises exportatrices Le chiffre d affaires à l exportation des entreprises industrielles françaises de 2 salariés ou plus a augmenté de 6,9 % en 26, sa plus forte hausse

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail

Les Échanges. Internationaux. de l Aquitaine

Les Échanges. Internationaux. de l Aquitaine Les Échanges Internationaux de l Aquitaine en 2009 2009 : Tendances et faits marquants Baisse généralisée des exportations et importations Exportations Importations Aquitaine Valeur 2009 12 083 9 664 Evolution

Plus en détail

Sauf mention explicite, le terme d entreprise désigne dès lors dans cet ouvrage des unités légales et des entreprises profilées.

Sauf mention explicite, le terme d entreprise désigne dès lors dans cet ouvrage des unités légales et des entreprises profilées. Vue d ensemble Avertissement Les résultats et analyses présentés dans la vue d ensemble, dans les fiches sectorielles et dans la plupart des fiches thématiques sont, sauf mention contraire, définis sur

Plus en détail

Jean-Paul Betbéze Chef économiste - Groupe Crédit Agricole S.A.

Jean-Paul Betbéze Chef économiste - Groupe Crédit Agricole S.A. Jeudi 12 avril 2012 Jean-Paul Betbéze Chef économiste - Groupe Crédit Agricole S.A. A - S endetter est «sympa», au début et se désendetter devient un jour, obligatoire et risqué Page 2-22/07/2011 ECO/EIS

Plus en détail

Par le biais de cette rubrique «Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise», la Chambre de Commerce

Par le biais de cette rubrique «Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise», la Chambre de Commerce Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise Par le biais de cette rubrique «Photo mensuelle de l économie luxembourgeoise», la Chambre de Commerce souhaite familiariser les lecteurs du Merkur à l évolution

Plus en détail

L aide au développement a été stable en 2014 mais la baisse des apports aux pays les plus pauvres se poursuit. Synthèse détaillée

L aide au développement a été stable en 2014 mais la baisse des apports aux pays les plus pauvres se poursuit. Synthèse détaillée OCDE - Paris, 8 avril 2015 L aide au développement a été stable en 2014 mais la baisse des apports aux pays les plus pauvres se poursuit Principaux chiffres de l aide en 2014 Synthèse détaillée En 2014,

Plus en détail

Organisation du chapitre

Organisation du chapitre RéférenceS janvier 2013 Bilan social annuel du transport routier de marchandises (2011) Organisation du chapitre Ce chapitre décrit l activité des entreprises françaises du transport routier de marchandises

Plus en détail

Perf. Depuis le 31/12/14. Depuis le 31/12/14 ÉCONOMIE. Perf. Depuis le 31/12/14 MARCHÉS. Perf. Depuis le 31/12/14

Perf. Depuis le 31/12/14. Depuis le 31/12/14 ÉCONOMIE. Perf. Depuis le 31/12/14 MARCHÉS. Perf. Depuis le 31/12/14 Edition du 07 décembre 2015 Actualités du 31 novembre au 04 décembre 2015 Marchés Actions 04/12/15 CAC 40 4691-4,9% -5,2% 9,8% Eurostoxx 50* 3310-5,1% -3,8% 5,2% S&P 500 2050-1,9% -2,5% -0,50% Marchés

Plus en détail

RESULTATS DU COMMERCE EXTERIEUR EN 2011

RESULTATS DU COMMERCE EXTERIEUR EN 2011 RESULTATS DU COMMERCE EXTERIEUR EN 2011 Pierre LELLOUCHE, Secrétaire d Etat chargé du commerce extérieur, Bercy, mardi 7 février 2012 Dossier de presse http://www.economie.gouv.fr Contacts Presse : Cabinet

Plus en détail