L A D A P T A B I L I T É E S T U N P R I N C I P E, L U T I L I T É U N E E X I G E N C E.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L A D A P T A B I L I T É E S T U N P R I N C I P E, L U T I L I T É U N E E X I G E N C E."

Transcription

1 L A D A P T A B I L I T É E S T U N P R I N C I P E, L U T I L I T É U N E E X I G E N C E. 1

2 Le commissaire aux comptes et les attestations Présentation de la note d information n XVI de la CNCC SMMAIRE Notion d attestations Structure et objectifs de la «NI Attestations» Typologie des attestations Modalités pratiques de l intervention Différents exemples d attestations Autres outils opérationnels 4

3 La notion d «Attestations» Capacité financière transport routier De nombreuses interventions du CAC regroupées sous le vocable «Attestations» Subventions Viser Attester Certifier Une terminologie hétérogène selon les cas : viser, certifier,, attester une information Chiffre d affaires Les attestations peuvent être établies en application : - d un texte légal ou réglementaire - ou de la NEP 9030 Assiette CSS une information Ratios Rémunérations Etc. Elles impliquent l obtention d une assurance 5 STRUCTURE ET BJECTIFS DE LA NI «ATTESTATINS» bjectif des attestations Prévues par un texte légal ou réglementaire Visées par la NEP 9030 Niveau d assurance Tableau récapitulatif TYPLGIE DES ATTESTATINS 1 MDALITÉS PRATIQUES DE L INTERVENTIN Conditions d acceptation Lettre de mission Travaux du CAC Co-Commissariat Questions spécifiques Questionnaires d acceptation de l intervention Exemple de lettre de mission AUTRES UTILS PÉRATINNELS 4 3 DIFFÉRENTS EXEMPLES D ATTESTATINS Exemples d attestations établies en application de la NEP 9030 Exemples d attestations établies en application de textes légaux ou réglementaires 6 3

4 1 TYPLGIE DES ATTESTATINS 7 1 BJECTIF DES ATTESTATINS Exprimer une conclusion sur : La concordance La cohérence La conformité La présentation sincère NI n XVI

5 1 BJECTIF DES ATTESTATINS Définition des concepts La concordance : reprise à l identique dans un document d un chiffre ou d une information figurant dans un autre document dont il est extrait. La concordance suppose qu il y ait au moins deux chiffres ou informations à comparer. Elle ne peut pas être appréciée isolément. La cohérence : il y a cohérence entre deux chiffres ou informations issus de sources différentes lorsqu ils ne présentent pas de contradictions entre eux, sont homogènes, se corroborent ou présentent une logique d ensemble. La cohérence suppose qu il y ait au moins deux chiffres ou informations à comparer. Elle ne peut pas être appréciée isolément. NI n XVI et BJECTIF DES ATTESTATINS Définition des concepts La conformité d une information avec une règle, un principe, un texte légal ou règlementaire est la correcte application ou reproduction de cette règle, de ce principe ou de ce texte légal ou règlementaire. La conformité suppose une référence à laquelle est mesurée une information, selon le cas, dans tous ses aspects significatifs. Elle ne peut pas être appréciée isolément. La présentation sincère : une information est présentée de manière sincère si elle reflète fidèlement, dans tous leurs aspects significatifs, les situations ou événements qu elle a vocation à traduire, c est-à-dire qu elle traduit la réalité et ne comporte pas d omission de nature à influencer la compréhension ou la décision de l utilisateur. NI n XVI et

6 1 ATTESTATINS PRÉVUES PAR UN TEXTE LÉGAL U RÉGLEMENTAIRE Définition Attestations susceptibles de résulter d un règlement publié au J de l Union européenne ou d un texte légal ou réglementaire publié au J de la République française Référentiel Doctrine professionnelle de la CNCC développée en partie 3 de la note d information NI n XVI ATTESTATINS VISÉES PAR LA NEP 9030 Définition Attestations non prévues par un texte légal ou réglementaire Référentiel NEP 9030 «Attestations entrant dans le cadre des diligences directement liées à la mission de CAC» Entités concernées Entités dans lesquelles le mandat est exercé Entités contrôlées ou entité contrôlante NI n XVI - 1. et.1 1 6

7 1 NIVEAU D ASSURANCE Attestations prévues par un texte légal ou réglementaire Attestations visées par la NEP 9030 btention d un niveau d assurance permettant d étayer la conclusion formulée Niveau d assurance requis ne résulte ni d un audit ni d un examen limité Conclusion exprimée sous forme positive ou négative NI n XVI MDALITÉS PRATIQUES DE L INTERVENTIN 14 7

8 CNDITINS D ACCEPTATIN Attestations établies en application de la NEP ère condition La demande de l entité Examen par le CAC des autres conditions de l acceptation de l intervention prévues par la NEP 9030 L entité concernée (cf. NI.11) Les autres conditions Les informations à attester (cf. NI.1) Le document à élaborer par l entité (cf. NI.13) Le respect du code de déontologie (cf. NI.14) Les délais et ressources (cf. NI.15) NI n XVI -.1 Refus de l intervention si les conditions ne sont pas remplies Possibilité d accepter l intervention si les conditions sont remplies Possibilité de refuser l intervention même si les conditions sont remplies 15 CNDITINS D ACCEPTATIN Attestations établies en application de la NEP ère condition La demande de l entité Hors les cas expressément prévus par les textes légaux et règlementaires, la 1 ère condition à remplir est que l entité dans laquelle le CAC exerce son mandat lui en fasse la demande, même si l attestation porte sur une entité contrôlée ou contrôlante (cf. 01 NEP 9030) La NEP 9030 n apporte pas de précision sur le formalisme de cette demande. Elle peut donc être écrite (courrier ou mail) ou orale. Selon la forme choisie par l entité, il appartient au CAC de documenter cette demande Cette documentation peut être effectuée au travers du rappel dans la lettre de mission de la demande formulée NI n XVI

9 CNDITINS D ACCEPTATIN Attestations établies en application de la NEP 9030 La demande de l entité Examen par le CAC des autres conditions de l acceptation de l intervention prévues par la NEP 9030 L entité concernée (cf. NI.11) Les autres conditions Le 07 de la NEP 9030 précise : «Les informations sur lesquelles le commissaire aux comptes est autorisé à émettre une attestation sont relatives à l entité ou à une entité contrôlée par celle-ci ou à une entité qui la contrôle au sens des I et II de l article L du code de commerce.» NI n XVI -.11 Lorsque la demande de l entité dans laquelle le mandat de CAC est exercé s inscrit dans le cadre de la NEP 9030 et porte sur une autre entité, vérifier que l entité concernée est effectivement une entité contrôlée ou contrôlante au sens des I et II de l article L du code de commerce. 17 CNDITINS D ACCEPTATIN Attestations établies en application de la NEP 9030 Examen par le CAC des autres conditions de l acceptation de l intervention prévues par la NEP 9030 ( ) Les autres conditions Les informations à attester (cf. NI.1) Conditions requises au 04 de la NEP 9030 : informations établies par la direction et ayant un lien avec la comptabilité ou avec des données soustendant la comptabilité ces informations peuvent être chiffrées ou qualitatives ou porter sur des éléments du contrôle interne de l entité relatifs à l élaboration et au traitement de l information comptable et financière tels qu énoncés au 14 de la NEP 315 NI n XVI

10 CNDITINS D ACCEPTATIN Attestations établies en application de la NEP 9030 Examen par le CAC des autres conditions de l acceptation de l intervention prévues par la NEP 9030 ( ) Les autres conditions Les documents à élaborer par l entité (cf. NI.13) Conditions requises au 06 de la NEP 9030 relatives au contenu du document à élaborer par l entité : les informations objet de l attestation le nom et la signature du dirigeant produisant l information contenue dans le document la date d établissement du document NI n XVI -.13 Il est exclu que le CAC établisse une attestation «directe», ce qui le rendrait dispensateur d informations Il appartient à l entité et à elle seule de préparer le document relatif aux informations à attester 19 CNDITINS D ACCEPTATIN Attestations établies en application de la NEP 9030 Examen par le CAC des autres conditions de l acceptation de l intervention prévues par la NEP 9030 ( ) Les autres conditions Le respect du code de déontologie (cf. NI.14) Conditions requises au 08 de la NEP 9030 : s assurer que les conditions de l intervention sont compatibles avec les dispositions du code de déontologie qui interdisent notamment la représentation de l entité et de ses dirigeants devant toute juridiction ou toute mission d expertise dans un contentieux dans lequel l entité ou ses dirigeants seraient impliqués se faire préciser, en tant que de besoin, le contexte de la demande NI n XVI -.14 Recommandation CNCC : préciser dans la lettre de mission les éléments de contexte et d utilisation de l attestation 0 10

11 CNDITINS D ACCEPTATIN Attestations établies en application de la NEP 9030 Examen par le CAC des autres conditions de l acceptation de l intervention prévues par la NEP 9030 ( ) Les autres conditions Les délais et ressources (cf. NI.15) Conditions requises au 09 de la NEP 9030 : - s assurer que les conditions de l intervention, notamment les délais pour mettre en œuvre les travaux estimés nécessaires, sont compatibles avec les ressources dont le CAC dispose Considérer la compétence requise pour l attestation demandée, conformément à l art. 7 du code de déontologie Le cas échéant, faire appel à des experts indépendants (cf. NEP 60) NI n XVI CNDITINS D ACCEPTATIN Attestations prévues par un texte légal ou réglementaire Les textes légaux et règlementaires comportent diverses formulations relatives aux intervenants sollicités pour établir les attestations : «le commissaire aux comptes», sans que d autres intervenants soient envisagés «le commissaire aux comptes», en envisageant d autres intervenants et, le cas échéant, en indiquant un ordre de priorité pour les différents intervenants envisagés «un commissaire aux comptes» NI n XVI et 3. Attention aux différences susceptibles de résulter de ces diverses rédactions! 11

12 LETTRE DE MISSIN Interventions dans le cadre de la NEP 9030 Lettre de mission initiale u Nouvelle lettre de mission u Lettre de mission complé mentaire Interventions en application d un texte légal ou réglementaire Le CAC exerce un mandat au sein de l entité Lettre de mission initiale Et Précisions et accord préalable Le CAC n exerce pas de mandat au sein de l entité Lettre de mission ad hoc NI n XVI -.3 ; 3.4 ; 7. 3 TRAVAUX DU CAC Prendre en considération l objet et l utilisation projetée de l attestation Considérer le niveau d assurance requis Concevoir et réaliser les procédures destinées à l obtenir NI n XVI -.4 et 3.5 Techniques de contrôle : 15 de la NEP 9030 : utilisation de tout ou partie des techniques de contrôle décrites dans la NEP 500 Caractère probant des éléments collectés au 10. Ces techniques peuvent s utiliser seules ou en combinaison 16 de la NEP 9030 : s assurer d avoir collecté les éléments suffisants et appropriés, au regard du niveau d assurance requis, pour étayer la conclusion formulée dans l attestation 4 1

13 TRAVAUX DU CAC La note d information précise les travaux à mettre en œuvre dans les cas suivants : - Concordance d un chiffre ou d une information (NI.44.1) - Cohérence de deux chiffres ou de deux informations entre elles (NI.44.) T Y P L G I E - Conformité aux textes, statuts, contrat, procédures, (NI.44.3) - Présentation sincère d une information (NI.44.4) - Informations se rapportant à une entité contrôlée ou contrôlante (NI.45.1) - Informations se rapportant à des exercices antérieurs à la nomination du CAC (NI..45.) - Informations à attester au cours du premier exercice d un nouveau mandat (NI.45.3) - Informations à attester incluant des prévisions ou correspondant à des prévisions (NI.45.4) - Déclarations de la direction (NI.46) Ces travaux font l objet d une présentation détaillée dans les slides suivants NI n XVI -.44 à.46 5 TRAVAUX DU CAC La note d information précise les travaux à mettre en œuvre généralement : Concordance d un chiffre ou d une information (NI.44.1) T Y P L G I E Vérification de la concordance entre les informations à attester figurant dans le document et celles figurant dans les comptes dont elles sont issues Le cas échéant, contrôle arithmétique de l information chiffrée produite Entretiens avec la direction quant à l existence d éventuels événements postérieurs à la date d établissement des informations objet de l attestation susceptibles d affecter celles-ci ou la présentation qui en est faite Plusieurs situations sont en outre précisées dans la NI : a) les informations à attester sont extraites de comptes ayant fait l objet d un audit b) Les comptes ne sont pas arrêtés c) Le rapport de certification n est pas établi d) Les informations à attester sont extraites en partie de comptes ayant fait l objet d un audit e) Les informations à attester sont extraites de la comptabilité mais sont établies à une date postérieure aux derniers comptes ayant fait l objet d un audit 6 13

14 TRAVAUX DU CAC La note d information précise les travaux à mettre en œuvre généralement : Cohérence de deux chiffres ou de deux informations entre elles (NI.44.) T Y P L G I E Vérifier que les chiffres ou informations ont été correctement extraits d une source dont le degré de fiabilité est connu Vérifier que ces chiffres ou informations sont correctement reportés dans le document joint à l attestation ET Apprécier si l information produite est cohérente avec les différents éléments collectés, c est-à-dire qu ils : ne présentent pas de contradiction entre eux sont homogènes se corroborent ou présentent une logique d ensemble S enquérir auprès de la direction de l existence d éventuels événements postérieurs à la date d établissement du document joint à l attestation La vérification de la cohérence nécessite l exercice du jugement professionnel! 7 TRAVAUX DU CAC La note d information précise les travaux à mettre en œuvre généralement : Conformité aux textes, statuts, contrats, procédures, (NI.44.3) T Y P L G I E Prendre connaissance : du texte légal ou réglementaire, des statuts, du contrat, des procédures, par rapport auxquels est vérifiée la conformité des hypothèses retenues par l entité et/ou des interprétations des clauses du contrat Vérifier : leur correcte description dans le document joint à l attestation la conformité effective des informations avec le texte, les statuts, le contrat, les procédures, Procéder à des entretiens avec la direction quant à l existence d événements postérieurs éventuels susceptibles d affecter les informations objet de l attestation ou leur conformité Vérifier, lorsque plusieurs interprétations du contrat sont possibles ou que ce dernier n est pas précis, que les méthodes et hypothèses retenues par l entité sont dûment explicités dans le document joint à l attestation 8 14

15 TRAVAUX DU CAC La note d information précise les travaux à mettre en œuvre généralement : Présentation sincère d une information (NI.44.4) T Y P L G I E Prendre connaissance des travaux qui ont permis d élaborer l information et consulter la documentation existante Effectuer un examen critique des méthodes retenues et des informations présentées pour vérifier qu elles ne contiennent pas d éléments en contradiction ou incohérents par rapport à la connaissance générale de l entité acquise à l occasion du mandat de CAC Suivre les domaines sensibles identifiés lors du dernier audit Déterminer si les informations reflètent fidèlement, dans tous leurs aspects significatifs, les situations ou événements qu elles ont vocation à traduire S enquérir auprès de la direction de l entité d éventuels événements postérieurs à la date d établissement du document joint à l attestation susceptibles d affecter les informations objet de l attestation ou la présentation qui en est faite 9 TRAVAUX DU CAC Pour déterminer les travaux à effectuer, le CAC considère également les situations particulières suivantes : Situations particulières (NI.45) T Y P L G I E - Informations se rapportant à une entité contrôlée ou contrôlante (NI.45.1) - Informations se rapportant à des exercices antérieurs à la nomination du CAC (NI..45.) - Informations à attester au cours du premier exercice d un nouveau mandat (NI.45.3) 30 15

16 TRAVAUX DU CAC Le CAC considère également les situations particulières suivantes : Informations à attester incluant des prévisions ou correspondant à des prévisions (NI.45.4) Travaux à adapter au cas par cas, en prenant en considération : T Y P L G I E l importance des éléments prévisionnels inclus dans les informations à attester les procédures mises en place par l entité pour produire ces informations prévisionnelles le fait que l entité établit régulièrement ou pas des informations prévisionnelles le cas échéant, l amplitude des écarts observés entre les prévisions antérieures et les réalisations effectives Les travaux du CAC varient selon la nature de la demande (concordance, conformité, ) cf de la NI 31 TRAVAUX DU CAC Le CAC considère enfin la nécessité d obtenir des déclarations écrites de la direction : Déclarations de la direction (NI.46) NEP 9030, 15 : le CAC «( ) peut notamment estimer nécessaire d obtenir des déclarations écrites de la direction» T Y P L G I E Pour apprécier la nécessité d obtenir des déclarations écrites, le CAC prend notamment en considération : les déclarations collectées au cours de l intervention le souhait de les voir confirmer par la direction de l entité le souhait d obtenir une déclaration confirmant : que tous les documents se rapportant aux informations à attester ont été communiqués au CAC l absence d événements postérieurs à la date d établissement du document destiné à être joint à l attestation susceptibles d affecter les informations objet de l attestation ou la présentation qui en est faite le fait que certaines déclarations peuvent déjà être incluses dans le document préparé par l entité et destiné à être joint à l attestation 3 16

17 TRAVAUX DU CAC Conclusion adaptée aux travaux effectués et au niveau d assurance requis (NI.51.6 et NI ) En fonction de l objectif de l attestation, du niveau d assurance requis et des travaux effectués, la conclusion peut être exprimée sous forme positive ou négative Lorsqu elle est exprimée sous forme négative, il peut s agir : d une conclusion sans observation d une conclusion avec observation(s) ; les observations peuvent résulter de points identifiés dans le cadre de la mission de certification des comptes ou des travaux spécifiques effectués pour les besoins de l attestation d une impossibilité de conclure, par exemple lorsque l information sous-jacente est issue de comptes ayant fait l objet de réserve(s) ou d un refus de certifier ou bien d une comptabilité erronée Des exemples de formulation de conclusions sont proposés au.51.6 de la NI ainsi que dans les exemples d attestations «type» fournis au 5. et 6. de la NI 33 C - CMMISSARIAT Attestations visées par NEP 9030 Signatures des Co-Cac CAC CAC X Y Une signature suffit CAC X Majorité des cas Critères du 1 de la NEP 9030 réunis et acceptation de l intervention par les deux CAC Attestations prévues par un texte légal ou réglementaire Le texte prévoit «le CAC» exclusivement Le texte prévoit «le CAC» et d autres intervenants Le texte prévoit «un CAC» NI n XVI -.71 et doctrine CNCC 17

18 QUESTINS SPÉCIFIQUES Révélation Le CAC exerce un mandat dans l entité concernée par l attestation => obligation de révéler Le CAC n exerce pas de mandat dans l entité concernée (contrôlée ou contrôlante) => pas d obligation de révéler «Un CAC» établit une attestation prévue par un texte légal ou réglementaire dans une entité dans laquelle il n exerce pas de mandat => pas d obligation de révéler Blanchiment Les obligations relatives au blanchiment concernent tout CAC intervenant es-qualité dans le cadre d une mission légale Intervention dans le cadre de la NEP 9030 : dans tous les cas (entité dans laquelle le CAC exerce le mandat / contrôlée / contrôlante), les obligations relatives au blanchiment s appliquent NI n XVI et QUESTINS SPÉCIFIQUES Délai de prescription (NI 4.3) Autres (p.m) Etendue de la mission du CAC dans une entité n ayant pas désigné de CAC (NI 4.4) NI n XVI et

19 QUESTINS SPÉCIFIQUES Autres NI 4.5 Informations à attester issues de comptes certifiés incluant une (des) observation(s) Apprécier s il est utile de faire état de cette observation dans l attestation sous forme de remarque La CNCC considère qu il est généralement opportun de mentionner l observation dans l attestation s il s agit : d une observation sur la continuité d exploitation d un changement comptable affectant les informations à attester Autres NI 4.6 Incidences sur la mission de certification des comptes des anomalies identifiées lors de l intervention d établissement d une attestation Prendre en considération les incidences potentielles des anomalies identifiées au cours de l intervention d établissement de l attestation lors de la planification et de la réalisation de la mission de certification 37 DIFFÉRENTS EXEMPLES D ATTESTATINS

20 3 EXEMPLES D ATTESTATINS ÉTABLIES EN APPLICATIN DE LA NEP 9030 Une attestation type Allocation chômage partiel Chiffre d affaires Assiette CSS ATTESTATIN TYPE Ratios Subventions diverses NI n XVI Assiette CIL et 6 exemples d attestation! 3 ATTESTATIN TYPE Titre Identité du destinataire au sein de l entité Exemples d attestations NEP 9030 Introduction Responsabilités respectives de l entité du CAC mention des limites et précisions Légal ou réglementaire Nature et étendue des travaux mis en œuvre Conclusion adaptée aux travaux effectués et au niveau d assurance requis Liaison avec le texte légal ou réglementaire prescrivant l attestation (le cas échéant) Remarques utiles permettant au destinataire final de mesurer la portée et les limites de l attestation Date Identification et signature du CAC NI n XVI -.51 ; 3.71 ; 5. ;

21 3 EXEMPLES D ATTESTATINS ÉTABLIES EN APPLICATIN DE TEXTES LÉGAUX U RÉGLEMENTAIRES Une attestation type Bénéfice net & capitaux propres participation Actions d aide au spectacle vivant Mécénat NI n XVI Coût définitif œuvre cinématographique ATTESTATIN TYPE Etc. Capacité financière transport public routier et 8 exemples d attestation! 3 TABLEAU RÉCAPITULATIF DES ATTESTATINS Contenu du tableau : les différents types d attestations classés par thème et ordre alphabétique leur origine : texte légal ou réglementaire / NEP 9030 la source légale ou réglementaire de l attestation l entité et le secteur concernés les intervenants prévus pour l établissement de l attestation les objectifs la référence correspondante dans la NI ou dans les Bulletins de la CNCC ce tableau, reproduit ci-contre, est intégré au 1.4 de la NI XVI NI n XVI

22 AUTRES UTILS PÉRATINNELS AUTRES UTILS PÉRATINNELS Questionnaires d acceptation de l intervention - dans le cadre de la NEP dans le cadre d un texte légal ou réglementaire Exemple de lettre de mission - intervention dans le cadre de la NEP 9030 NI n XVI -. ;.3 ; 7.1 ; 7. 44

Les attestations du commissaire aux comptes

Les attestations du commissaire aux comptes Les attestations du commissaire aux comptes Atelier n 24 Isabelle Tracq-Sengeissen, Olivier Boucherie Universités d été 2012 Préambule Nombreuses demandes de l entité «d attester», de «viser», de «certifier

Plus en détail

Les DDL. Les Attestations. (Diligences Directement Liées) Grenoble jeudi 4 juin 2009 Valence mardi 9 juin 2009 Gap vendredi 10 juin 2009

Les DDL. Les Attestations. (Diligences Directement Liées) Grenoble jeudi 4 juin 2009 Valence mardi 9 juin 2009 Gap vendredi 10 juin 2009 Les DDL (Diligences Directement Liées) Les Attestations animation : Marc FERAUD Commissaire aux Comptes à Aix en Provence Conception et Organisation : Compagnie Régionale des Commissaires aux Comptes de

Plus en détail

Acomptes sur dividendes

Acomptes sur dividendes Acomptes sur dividendes SECTION I : GENERALITES Intérêts et risques : Intérêts : Le mécanisme permet de faire bénéficier rapidement les actionnaires des résultats. La société peut disposer de trésorerie

Plus en détail

AUDIT CONJOINT 3e Congrès de la CAFR BUCAREST 3 et 4 novembre 2011 par Brigitte GUILLEBERT et Janin AUDAS Commissaires aux comptes

AUDIT CONJOINT 3e Congrès de la CAFR BUCAREST 3 et 4 novembre 2011 par Brigitte GUILLEBERT et Janin AUDAS Commissaires aux comptes AUDIT CONJOINT 3e Congrès de la CAFR BUCAREST 3 et 4 novembre 2011 par Brigitte GUILLEBERT et Janin AUDAS Commissaires aux comptes 1 AUDIT CONJOINT Sommaire 1. Livre vert de l UE de 2010 sur l audit 2.

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes. Identification d une bonne pratique professionnelle relative à l autorévision

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes. Identification d une bonne pratique professionnelle relative à l autorévision le 8 novembre 2011 Décision 2011-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Identification d une bonne pratique professionnelle relative à l autorévision Au cours de sa séance du 3 novembre

Plus en détail

Annexes. Attestations entrant dans le cadre de diligences directement liées à la mission de commissaire aux comptes...p. 57

Annexes. Attestations entrant dans le cadre de diligences directement liées à la mission de commissaire aux comptes...p. 57 Annexes Rapport annuel H3C 2008 Annexes FONCTIONNEMENT DU HAUT CONSEIL Pas d annexe ACTIVITÉ NORMATIVE Annexe 2.1. Liste des normes d exercice professionnel au 31 janvier 2009...p. 55 Normes homologuées

Plus en détail

CABINET CLEON MARTIN BROICHOT & ASSOCIES

CABINET CLEON MARTIN BROICHOT & ASSOCIES CABINET CLEON MARTIN BROICHOT & ASSOCIES RAPPORT DE TRANSPARENCE Etabli en application de l art. R. 823-21 du Code de commerce Exercice clos au 31 août 2014 cabinet CLEON MARTIN BROICHOT & Associés 7 rue

Plus en détail

Le point sur... Carrefour Réflexions. n 70. Les diligences directement liées à la mission de commissariat aux comptes. L essentiel << Juin 2008

Le point sur... Carrefour Réflexions. n 70. Les diligences directement liées à la mission de commissariat aux comptes. L essentiel << Juin 2008 Carrefour Réflexions Juin 2008 n 70 Le point sur... Les diligences directement liées à la mission de commissariat aux comptes L essentiel

Plus en détail

Ordre des Experts Comptables de Tunisie

Ordre des Experts Comptables de Tunisie Ordre des Experts Comptables de Tunisie Note d orientation sur les diligences du Commissaire aux Comptes d un établissement de crédit en matière de l obligation mise à sa charge par l article 3 de la circulaire

Plus en détail

Norme ISA 600, Audits d états financiers de groupe (y compris l utilisation des travaux des auditeurs des composantes) Considérations particulières

Norme ISA 600, Audits d états financiers de groupe (y compris l utilisation des travaux des auditeurs des composantes) Considérations particulières IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 600, Audits d états financiers de groupe (y compris l utilisation des travaux des auditeurs des composantes) Considérations

Plus en détail

L activité de commissariat aux comptes s exerce au travers des deux structures suivantes :

L activité de commissariat aux comptes s exerce au travers des deux structures suivantes : PREAMBULE Conformément à l article R 823-21 du Code de commerce, les commissaires aux comptes désignés auprès de personnes ou d entités faisant appel public à l épargne ou auprès d établissement de crédit

Plus en détail

Atelier AMRAE A10. Le commissaire aux comptes («CAC») et la gestion des risques

Atelier AMRAE A10. Le commissaire aux comptes («CAC») et la gestion des risques Atelier AMRAE A10 Le commissaire aux comptes («CAC») et la gestion des risques Intervenants Modérateur Gilles de Courcel Président de la Commission Evaluation de la CNCC Associé Ricol-Lasteyrie Alain Gravier

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE

RAPPORT DE TRANSPARENCE RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice 2014 www.gescomm-sca.com PREAMBULE A pplication des textes Conformément à l article R. 823-21 du Code de commerce, les commissaires aux comptes désignés auprès de personnes

Plus en détail

PPA. Préambule. Présentation du Pack PA. ACK Pack PA - Notice d utilisation. En pratique. Sommaire. Comment utiliser les outils?

PPA. Préambule. Présentation du Pack PA. ACK Pack PA - Notice d utilisation. En pratique. Sommaire. Comment utiliser les outils? Classement des outils du Pack PA (fichiers bureautiques) P Petites Associations et Fondations Petits Fonds de dotation Exemple de fichier : Questionnaire d analyse du risque d anomalies Notice d utilisation

Plus en détail

Norme ISA 710, Informations comparatives Chiffres correspondants et états financiers comparatifs

Norme ISA 710, Informations comparatives Chiffres correspondants et états financiers comparatifs IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 710, Informations comparatives Chiffres correspondants et états financiers comparatifs Le présent document a été

Plus en détail

Il est rappelé que toute communication financière doit être exacte, précise et sincère 2

Il est rappelé que toute communication financière doit être exacte, précise et sincère 2 AMF Communication financière des sociétés cotées sur un marché réglementé ou un MTF à l occasion de la publication de leurs résultats DOC-2015-11 Textes de référence : articles L. 621-7 du code monétaire

Plus en détail

2. Gestion des risques 2. CABINET MURAZ PA VILLET 3 Chemin du Vieux Chê,ze MEYL4N Tél: 04760404 10 fax: 047604 0489 SOMMAIRE.

2. Gestion des risques 2. CABINET MURAZ PA VILLET 3 Chemin du Vieux Chê,ze MEYL4N Tél: 04760404 10 fax: 047604 0489 SOMMAIRE. 38240 CABINET MURAZ PA VILLET 3 Chemin du Vieux Chê,ze MEYL4N Tél: 04760404 10 fax: 047604 0489 RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE SOMMAIRE Introduction Le présent rapport de transparence est rédigé et publié

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 510 MISSIONS D AUDIT INITIALES SOLDES D OUVERTURE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 510 MISSIONS D AUDIT INITIALES SOLDES D OUVERTURE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 510 MISSIONS D AUDIT INITIALES SOLDES D OUVERTURE Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit MISSION DES AUDITS Fiche d organisation fonctionnelle n 2 : Préparer une mission d audit Novembre 2011 Sommaire Objectifs de la fiche d organisation fonctionnelle 3 Domaine d application 3 Responsable

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT Introduction NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ d application

Plus en détail

Le commissaire aux comptes et le premier exercice d un nouveau mandat

Le commissaire aux comptes et le premier exercice d un nouveau mandat Le commissaire aux comptes et le premier exercice d un nouveau mandat Objectifs de la conférence n Préciser les modalités pratiques de mise en œuvre de la NEP 510 - Contrôle du bilan d ouverture du premier

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL DE SURVEILLANCE

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL DE SURVEILLANCE REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL DE SURVEILLANCE MODIFIE PAR LE CONSEIL DE SURVEILLANCE LORS DE SA REUNION DU 16 MARS 2011 Le présent Règlement Intérieur a pour objet de déterminer les règles de fonctionnement

Plus en détail

1-Audit fiscal : I/Définition et objectifs de l audit fiscal :

1-Audit fiscal : I/Définition et objectifs de l audit fiscal : 1-Audit fiscal : I/Définition et objectifs de l audit fiscal : Toute mission d'audit, quelle qu'en soit sa nature, suppose une démarche et une méthodologie permettant d'atteindre son objectif avec le maximum

Plus en détail

RECOMMANDATION N 95-01

RECOMMANDATION N 95-01 RECOMMANDATION N 95-01 COMMUNE A LA COB ET AU CNC RELATIVE AUX METHODES À METTRE EN OEUVRE PAR LES EXPERTS CHARGES D ÉVALUER LES ACTIFS IMMOBILIERS DES SOCIÉTÉS CIVILES DE PLACEMENT IMMOBILIER (Bulletin

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Mis à jour le 4 mars 2015 PREAMBULE Le conseil d administration d ARKEMA (la «Société») a arrêté le présent règlement intérieur contenant le recueil des

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

Position AMF Le recueil des informations relatives à la connaissance du client DOC-2013-02

Position AMF Le recueil des informations relatives à la connaissance du client DOC-2013-02 Position AMF Le recueil des informations relatives à la connaissance du client DOC-2013-02 Textes de référence : articles 314-44, 314-46, 314-47, 314-51 à 314-53, 317-7 1 et 325-7 du règlement général

Plus en détail

Sommaire. RAPPORT FINANCIER - Exercice 2014 1 2 RAPPORT DE GESTION DU TRÉSORIER 6 RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS 8 BILAN

Sommaire. RAPPORT FINANCIER - Exercice 2014 1 2 RAPPORT DE GESTION DU TRÉSORIER 6 RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS 8 BILAN Sommaire 2 RAPPORT DE GESTION DU TRÉSORIER 6 RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS 8 BILAN 12 RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES CONVENTIONS RÈGLEMENTÉES 13 COMPTE DE RÉSULTAT

Plus en détail

TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le Conseil d Administration du 29 juillet 2014 TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Le Conseil d administration de TOTAL S.A. 1, a arrêté le présent Règlement intérieur.

Plus en détail

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME Sommaire Introduction Cadre législatif et réglementaire applicable Extension de l obligation de déclaration Obligations des professionnels Textes

Plus en détail

Introduction Objectifs de la conférence

Introduction Objectifs de la conférence SOMMAIRE Introduction 1 Les premiers signes de difficulté 2 Les difficultés s accentuent mais l entreprise n est pas en cessation de paiement 3 L entreprise est en cessation de paiement 4 L entreprise

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE EXERCICE 2014. L activité de commissariat aux comptes s exerce au travers des structures suivantes :

RAPPORT DE TRANSPARENCE EXERCICE 2014. L activité de commissariat aux comptes s exerce au travers des structures suivantes : RAPPORT DE TRANSPARENCE EXERCICE 2014 I PRESENTATION DU CABINET 1.1. - Description des entités CAC L activité de commissariat aux comptes s exerce au travers des structures suivantes : - La Société FIDECOMPTA

Plus en détail

NORME PROFESSIONNELLE APPLICABLE AUX ATTESTATIONS PARTICULIÈRES DELIVRÉES PAR LE PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE À LA DEMANDE DE L ENTITÉ

NORME PROFESSIONNELLE APPLICABLE AUX ATTESTATIONS PARTICULIÈRES DELIVRÉES PAR LE PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE À LA DEMANDE DE L ENTITÉ NORME PROFESSIONNELLE APPLICABLE AUX ATTESTATIONS PARTICULIÈRES DELIVRÉES PAR LE PROFESSIONNEL DE L EXPERTISE COMPTABLE À LA DEMANDE DE L ENTITÉ (NP 3100) (Norme agréée par arrêté ministériel du 20 juin

Plus en détail

2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58

2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58 2. METHODOLOGIE DE LA REVISION 2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58 1. Introduction 1.1.L objectif essentiel de la révision des comptes annuels est d assurer le lecteur du fait que ce document

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 210 ACCORD SUR LES TERMES DES MISSIONS D AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 210 ACCORD SUR LES TERMES DES MISSIONS D AUDIT NORME INTERNATIONALE D AUDIT 210 ACCORD SUR LES TERMES DES MISSIONS D AUDIT Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe

Plus en détail

Grand-Duché du Luxembourg

Grand-Duché du Luxembourg Version 2.0 16.06.2014 Page 1 de 20 Lignes directrices d audit de la règle technique d exigences et de mesures pour la certification des Prestataires de Services de Dématérialisation ou de Conservation

Plus en détail

Rapport des Commissaires aux comptes sur les comptes annuels

Rapport des Commissaires aux comptes sur les comptes annuels Rapport des Commissaires aux comptes sur les comptes annuels Société Générale Exercice clos le 31 décembre 2012 En exécution de la mission qui nous a été confiée par votre Assemblée générale, nous vous

Plus en détail

RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES POUR L'EXERCICE CLOS LE 31 DECEMBRE 2008

RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES POUR L'EXERCICE CLOS LE 31 DECEMBRE 2008 René BRIQUE Expert comptable Commissaire aux comptes D.E.S. en sciences économiques 7 place Lionel Terray TEL 04 76 40 13 03 FAX 04 76 40 11 36 MAISON DE L ENFANCE BACHELARD 78 Avenue Rhin et Danube RAPPORT

Plus en détail

DECLARATION DU CANDIDAT

DECLARATION DU CANDIDAT SERVICES TECHNIQUES MISE A JOUR AVRIL 2007 MARCHES PUBLICS/ACCORDS-CADRES DECLARATION DU CANDIDAT En cas de candidatures groupées, remplir une déclaration de candidature par membre du groupement. Tous

Plus en détail

Atelier 84 - L approche d audit par les risques

Atelier 84 - L approche d audit par les risques Atelier 84 - L approche d audit par les risques 1 Plan Présentation des NEP 315, 320, 330, 500 et 501 Principales différences par rapport au référentiel de juillet 2003? 2 Présentation NEP 315, 320, 330,

Plus en détail

L audit interne : vers la maîtrise des risques. Séquence 2 : Maîtrise des risques : le dispositif de contrôle

L audit interne : vers la maîtrise des risques. Séquence 2 : Maîtrise des risques : le dispositif de contrôle L audit interne : vers la maîtrise des risques Séquence 2 : Maîtrise des risques : le dispositif de contrôle Master 2 - Développement et management des Universités Julien Herenberg SOMMAIRE Introduction

Plus en détail

Société anonyme au capital de 50.666.526 Euros ZA Le Clos Mesnil BP 32 27110 LE NEUBOURG

Société anonyme au capital de 50.666.526 Euros ZA Le Clos Mesnil BP 32 27110 LE NEUBOURG Cabinet BLOIS BROSSARD SA Société anonyme au capital de 50.666.526 Euros ZA Le Clos Mesnil BP 32 27110 LE NEUBOURG RAPPORT GENERAL DES COMMISSAIRES AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS Exercice clos le

Plus en détail

Evaluation des risques et procédures d audit en découlant

Evaluation des risques et procédures d audit en découlant Evaluation des risques et procédures d audit en découlant 1 Présentation des NEP 315, 320, 330, 500 et 501 2 Présentation NEP 315, 320, 330, 500 et 501 Les NEP 315, 320, 330, 500 et 501 ont fait l objet

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Décret n o 2006-6 du 4 janvier 2006 relatif à l hébergement de données de santé à caractère personnel et modifiant

Plus en détail

2. NORMES RELATIVES A LA MISSION DU REVISEUR D ENTREPRISES AUPRES DU CONSEIL D ENTREPRISE

2. NORMES RELATIVES A LA MISSION DU REVISEUR D ENTREPRISES AUPRES DU CONSEIL D ENTREPRISE 2. NORMES RELATIVES A LA MISSION DU REVISEUR D ENTREPRISES AUPRES DU CONSEIL D ENTREPRISE Vu la loi du 22 juillet 1953 (art. 18 bis) créant l Institut des Reviseurs d Entreprises, telle que modifiée par

Plus en détail

DECLARATION DU CANDIDAT

DECLARATION DU CANDIDAT AFFAIR MARCH PUBLICS/ACCORDS- CADR DECLARATION DU CANDIDAT En cas de candidatures groupées, remplir une déclaration de candidature par membre du groupement. Tous les documents constituant ou accompagnant

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT TABLE DES MATIÈRES 1. RESPONSABILITÉS DU COMITÉ... 1 2. MEMBRES DU COMITÉ... 1 3. PRÉSIDENT DU COMITÉ... 2 4. DURÉE DU MANDAT DE CHAQUE MEMBRE... 2 5. QUORUM, DESTITUTION ET POSTES

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE établi en application de l art. R823-21 du Code de commerce. Exercice clos au 31 décembre 2015

RAPPORT DE TRANSPARENCE établi en application de l art. R823-21 du Code de commerce. Exercice clos au 31 décembre 2015 RAPPORT DE TRANSPARENCE établi en application de l art. R823-21 du Code de commerce Exercice clos au 31 décembre 2015 ROUXEL TANGUY & Associés 2C allée Jacques Frimot Zone Atalante Champeaux 35000 RENNES

Plus en détail

RAPPORT TRANSPARENCE 2012

RAPPORT TRANSPARENCE 2012 RAPPORT DE TRANSPARENCE 2012 - : - : - Le 31 Mars 2012 - : - : - TABLE DES MATIERES 1 Présentation du Cabinet Page 2 1.1. Le Cabinet en France 2 Gestion des risques du Cabinet Page 2 2.1. Indépendance

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE

RAPPORT DE TRANSPARENCE RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le 31 août 2013 Préambule En application des dispositions de l article R.823-21 du Code de Commerce, les commissaires aux comptes désignés auprès de personnes ou d

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE L ÉDUCATION ET DE LA CULTURE

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE L ÉDUCATION ET DE LA CULTURE Version du 18.11.2013 COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE L ÉDUCATION ET DE LA CULTURE Direction Culture et créativité Unité Diversité et innovation culturelles MODÈLE DE CAHIER DES CHARGES POUR

Plus en détail

Textes de référence : articles L. 225-37, L. 225-68, L. 225-102-1, L. 225-185, L. 225-197-1, L. 823-19 et L. 823-20 du code de commerce

Textes de référence : articles L. 225-37, L. 225-68, L. 225-102-1, L. 225-185, L. 225-197-1, L. 823-19 et L. 823-20 du code de commerce Recommandation AMF n 2012-02 Gouvernement d entreprise et rémunération des dirigeants des sociétés se référant au code AFEP-MEDEF - Présentation consolidée des recommandations contenues dans les rapports

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION ET DES COMITÉS DU BARREAU DU QUÉBEC

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION ET DES COMITÉS DU BARREAU DU QUÉBEC CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION ET DES COMITÉS DU BARREAU DU QUÉBEC Barreau du Québec Mars 2011 (**Mise à jour le 29 mai 2015 concordance Nouvelle Gouvernance)

Plus en détail

Le comité d audit. Présentation du rapport du groupe de travail. Anne Gillet Direction des affaires comptables

Le comité d audit. Présentation du rapport du groupe de travail. Anne Gillet Direction des affaires comptables Le comité d audit Présentation du rapport du groupe de travail Anne Gillet Direction des affaires comptables Sommaire 1. Contexte & missions du groupe de travail 2. Les principales caractéristiques du

Plus en détail

COMMUNE DE FERNEY-VOLTAIRE CAHIER DES CHARGES

COMMUNE DE FERNEY-VOLTAIRE CAHIER DES CHARGES COMMUNE DE FERNEY-VOLTAIRE CAHIER DES CHARGES MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES DE PRESTATIONS DE SERVICES JURIDIQUES : CONSEIL ET REPRESENTATION EN JUSTICE Article 1 - Objet du contrat 1-1 Présentation Le

Plus en détail

RAPPORT TRANSPARENCE. Mise à jour le 15 avril 2014

RAPPORT TRANSPARENCE. Mise à jour le 15 avril 2014 RAPPORT DE TRANSPARENCE 2013 SOMMAIRE 1. PRESENTATION DU CABINET 1.1 Description du cabinet 1.2 Description du réseau 2. GESTION DES RISQUES DU CABINET 2.1 Indépendance 2.2 Contrôle qualité 3. CLIENTS

Plus en détail

Règles de reddition de comptes Rapport financier annuel 2014-2015

Règles de reddition de comptes Rapport financier annuel 2014-2015 Règles de reddition de comptes Rapport financier annuel 2014-2015 CENTRES DE LA PETITE ENFANCE GARDERIES SUBVENTIONNÉES BUREAUX COORDONNATEURS DE LA GARDE EN MILIEU FAMILIAL Tous les termes qui renvoient

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE EXCO FIDOGEST

RAPPORT DE TRANSPARENCE EXCO FIDOGEST RAPPORT DE TRANSPARENCE EXCO FIDOGEST Exercice clos le 31 Août 2014 Sommaire Préambule 11 Présentation du réseau EXCO et de KRESTON INTERNATIONAL LTD 22 Présentation du Cabinet EXCO FIDOGEST Conclusion

Plus en détail

AUDIT DES EXERCICES 2014, 2015 ET 2016 DES COMPTES DU PFCTAL/OCAL TERMES DE REFERENCE

AUDIT DES EXERCICES 2014, 2015 ET 2016 DES COMPTES DU PFCTAL/OCAL TERMES DE REFERENCE SECRETARIAT EXECUTIF DE L ORGANISATION DU CORRIDOR ABIDJAN-LAGOS PROJET DE FACILITATION DU COMMERCE ET DU TRANSPORT SUR LE CORRIDOR ABIDJAN-LAGOS (PFCTAL) DON IDA N H549-TG AUDIT DES EXERCICES 2014, 2015

Plus en détail

1.3. Les documents de travail du réviseur d entreprises (5 janvier 1987) 54

1.3. Les documents de travail du réviseur d entreprises (5 janvier 1987) 54 question les conclusions tirées des étapes antérieures de la révision n apparaît. Ceci peut se faire notamment par une analyse critique des données chiffrées et des modifications de l organisation administrative;

Plus en détail

CONSEIL DE SURVEILLANCE REGLEMENT INTERIEUR MIS A JOUR AU 28 AVRIL

CONSEIL DE SURVEILLANCE REGLEMENT INTERIEUR MIS A JOUR AU 28 AVRIL FAIVELEY TRANSPORT Société anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance au capital de 14.614.152 euros Siège social : Immeuble Le Delage Hall Parc Bâtiment 6A 3 rue du 19 mars 1962 92230 Gennevilliers

Plus en détail

Gouvernance des risques, Comités d audit et Commissaires aux comptes

Gouvernance des risques, Comités d audit et Commissaires aux comptes Gouvernance des risques, Comités d audit et Commissaires aux comptes Quelles évolutions, quelles attentes? CONFERENCE 30 NOVEMBRE 2010 0 Sommaire 1 Actualité réglementaire et impact sur les relations CAC

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION ABC ARBITRAGE - REGLEMENT INTERIEUR

CONSEIL D ADMINISTRATION ABC ARBITRAGE - REGLEMENT INTERIEUR CONSEIL D ADMINISTRATION ABC ARBITRAGE - REGLEMENT INTERIEUR Préambule Lors de sa réunion du 7 décembre 2010, le Conseil d administration de la société ABC arbitrage s est doté d un règlement intérieur

Plus en détail

Évaluation de la conception et de la réalisation de systèmes ou sous-systèmes ferroviaires nouveaux ou substantiellement modifiés.

Évaluation de la conception et de la réalisation de systèmes ou sous-systèmes ferroviaires nouveaux ou substantiellement modifiés. Évaluation de la conception et de la réalisation de systèmes ou sous-systèmes ferroviaires nouveaux ou substantiellement modifiés. Guide à l usage des candidats à l agrément d experts ou d organismes qualifiés

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-156 DU 12 NOVEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE

DELIBERATION N 2014-156 DU 12 NOVEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DELIBERATION N 2014-156 DU 12 NOVEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE

RAPPORT DE TRANSPARENCE SECA FOREZ RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice 2015 1 Préambule Conformément à l article R 823 21 du Code de commerce, les commissaires aux comptes désignés auprès de personnes ou d entités faisant appel

Plus en détail

INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005 du 07 mai 2002

Plus en détail

OHADA: LE TRANSPORT DE MARCHANDISES PAR ROUTE. Prof. AMISI HERADY

OHADA: LE TRANSPORT DE MARCHANDISES PAR ROUTE. Prof. AMISI HERADY OHADA: LE TRANSPORT DE MARCHANDISES PAR ROUTE Prof. AMISI HERADY CONTENU DE L EXPOSE I. Formation du contrat de transport II. Exécution du contrat III.Régime du contentieux. CADRE LEGAL Acte Uniforme relatif

Plus en détail

Recommandations relatives à la formation des enseignantes. interculturelles. COHEP, novembre 2007

Recommandations relatives à la formation des enseignantes. interculturelles. COHEP, novembre 2007 Recommandations relatives à la formation des enseignantes et enseignants aux approches interculturelles COHEP, novembre 2007 Etat : Adopté par l Assemblée plénière de la COHEP le 14/15 novembre 2007 Table

Plus en détail

Le Regroupement des CPA de Lanaudière rendra hommage au lauréat dans le cadre d une activité qui se tiendra en juin 2014.

Le Regroupement des CPA de Lanaudière rendra hommage au lauréat dans le cadre d une activité qui se tiendra en juin 2014. Appel de candidatures Ce prix est décerné à un CPA détenant son titre comptable depuis plus de 10 ans et dont le cheminement de carrière est remarquable. Le lauréat doit avoir à son actif un grand nombre

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION

MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION Objet Le comité de vérification de la Société d évaluation foncière des municipalités (SÉFM) est établi par le conseil d administration afin de permettre au conseil de

Plus en détail

Rapport du président sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques

Rapport du président sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques Le 1 er février 2016 Rapport du président sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques Synthèse des réponses à la consultation publique sur le rapport du Groupe de travail sur le rapport

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES MARCHÉ DE SERVICES CONTRAT DE PRESTATIONS DE SERVICES conformément aux dispositions du décret n 2005-1742 du 30/12/05 pris en application de l Ordonnance n 2005-649 du 06/06/05 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES

Plus en détail

CAREN MEDIATION et ARBITRAGE (ci-après dénommée CAREN) REGLEMENT DE MEDIATION

CAREN MEDIATION et ARBITRAGE (ci-après dénommée CAREN) REGLEMENT DE MEDIATION CAREN MEDIATION et ARBITRAGE (ci-après dénommée CAREN) REGLEMENT DE MEDIATION Préambule La médiation est un processus structuré par lequel deux ou plusieurs parties tentent de parvenir à un accord négocié

Plus en détail

BANQUE DU LIBAN. Circulaire de base No. 103 adressée aux banques,

BANQUE DU LIBAN. Circulaire de base No. 103 adressée aux banques, Remarque: Cette version n inclut pas les modifications de la Circulaire Intermédiaire n 339 du 23 Septembre 2013 et de la Circulaire Intermédiaire n 363 du 11 Mars 2014 BANQUE DU LIBAN Circulaire de base

Plus en détail

L Approche CPA 3 - Évaluation de la situation

L Approche CPA 3 - Évaluation de la situation L Approche CPA 3 - Évaluation de la situation La présente fiche d information porte sur l évaluation de la situation, qui, comme le montre le diagramme ci-dessous, constitue le deuxième volet de l Approche

Plus en détail

HSP/GC/25/5/Add.1 Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour les établissements humains

HSP/GC/25/5/Add.1 Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour les établissements humains NATIONS UNIES HSP HSP/GC/25/5/Add.1 Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour les établissements humains Distr. générale 2 avril 2015 Français Original : anglais Vingt-cinquième session

Plus en détail

Projet de décision relative aux règles de comptabilisation et aux restitutions comptables réglementaires de La Poste

Projet de décision relative aux règles de comptabilisation et aux restitutions comptables réglementaires de La Poste Février 2013 Projet de décision relative aux règles de comptabilisation et aux restitutions comptables réglementaires de La Poste Synthèse de la consultation publique du 10 décembre 2012 au 14 janvier

Plus en détail

CENTRE REGIONAL EUROPE DE LA FEDERATION INTERNATIONALE DES TRADUCTEURS

CENTRE REGIONAL EUROPE DE LA FEDERATION INTERNATIONALE DES TRADUCTEURS Recommandations sur les critères de contrôle de la conformité et de la certification selon EN 15038 (La numérotation des paragraphes ci-dessous suit celle de la norme) Remarque : à la lumière de l expérience

Plus en détail

CAST Société anonyme au capital de 4 913 333.60 euros Siège social : 3 rue Marcel Allégot 92190 MEUDON 379 668 809 RCS NANTERRE

CAST Société anonyme au capital de 4 913 333.60 euros Siège social : 3 rue Marcel Allégot 92190 MEUDON 379 668 809 RCS NANTERRE CAST Société anonyme au capital de 4 913 333.60 euros Siège social : 3 rue Marcel Allégot 92190 MEUDON 379 668 809 RCS NANTERRE RAPPORT A L ASSEMBLEE GENERALE DES ACTIONNAIRES DU 25 JUIN 2014 SUR LES CONDITIONS

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités susceptibles de lui être confiées peuvent être, à titre d exemples non exhaustifs :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités susceptibles de lui être confiées peuvent être, à titre d exemples non exhaustifs : COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2006 07 74 0251 Catégorie : B Dernière modification : 10/05/2007 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Animateur (trice) d équipe

Plus en détail

RÈGLEMENT N 98-08 RELATIF À L OFFRE AU PUBLIC D INSTRUMENTS FINANCIERS

RÈGLEMENT N 98-08 RELATIF À L OFFRE AU PUBLIC D INSTRUMENTS FINANCIERS RÈGLEMENT N 98-08 RELATIF À L OFFRE AU PUBLIC D INSTRUMENTS FINANCIERS Homologué par arrêté du 22 janvier 1999 paru au Journal officiel du 2 mars 1999 Modifié par les règlements n 2000-09, 2001-02, 2002-01,

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

LICENCIEMENT ECONOMIQUE : ARRETS DE LA COUR DE CASSATION RELATIF A LA SAUVEGARDE DE LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE

LICENCIEMENT ECONOMIQUE : ARRETS DE LA COUR DE CASSATION RELATIF A LA SAUVEGARDE DE LA COMPETITIVITE DE L ENTREPRISE SOCIAL N 31 SOCIAL N 8 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 7 février 2006 ISSN 1769-4000 LICENCIEMENT ECONOMIQUE : ARRETS DE LA COUR DE CASSATION RELATIF A LA SAUVEGARDE DE LA COMPETITIVITE

Plus en détail

Sommaire. La fiscalité des associations. Les déclarations de résultat. Le sponsoring et le mécénat

Sommaire. La fiscalité des associations. Les déclarations de résultat. Le sponsoring et le mécénat Document établi le 12/07/2011 Sommaire La fiscalité des associations Les déclarations de résultat Le sponsoring et le mécénat L obligation de nomination du commissaire aux comptes La rémunération de salariés

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU CABINET D AUDIT EXTERNE DU PROJET PAI-STATFIN

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU CABINET D AUDIT EXTERNE DU PROJET PAI-STATFIN TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU CABINET D AUDIT EXTERNE DU PROJET PAI-STATFIN 1. CONTEXTE 1.1 Le Groupe de la Banque Africaine de Développement appuie le Gouvernement de la République Démocratique

Plus en détail

REFERENTIEL TECHNIQUE. Intrants. Utilisables en Agriculture Biologique

REFERENTIEL TECHNIQUE. Intrants. Utilisables en Agriculture Biologique Page: 1/10 REFERENTIEL TECHNIQUE Intrants Utilisables en Agriculture Biologique Ce document est la propriété d ECOCERT. Toute reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement écrit d ECOCERT

Plus en détail

Valorisez vos missions d audit grâce à l évaluation du contrôle interne. Jean François MALLEN

Valorisez vos missions d audit grâce à l évaluation du contrôle interne. Jean François MALLEN Valorisez vos missions d audit grâce à l évaluation du contrôle interne Conférence animée par Carole SENELIS Jean François MALLEN SOMMAIRE INTRODUCTION APPROCHE PAR LES RISQUES CONCLUSION QUESTIONS ET

Plus en détail

Ordre des Experts Comptables de Tunisie

Ordre des Experts Comptables de Tunisie Ordre des Experts Comptables de Tunisie Note d orientation sur les diligences du Commissaire aux Comptes en matière de rémunération des dirigeants (Application de l article 200 II 5 du Code des Sociétés

Plus en détail

PROCÈS-VERBAUX INTÉGRITÉ ET CONFLITS D INTÉRÊTS COMPOSITION RÔLE ET RESPONSABILITÉS. Étendue générale BANQUE NATIONALE DU CANADA

PROCÈS-VERBAUX INTÉGRITÉ ET CONFLITS D INTÉRÊTS COMPOSITION RÔLE ET RESPONSABILITÉS. Étendue générale BANQUE NATIONALE DU CANADA BANQUE NATIONALE DU CANADA CONSEIL D ADMINISTRATION Les administrateurs sont élus annuellement par les actionnaires pour superviser la gestion, en vertu de la loi, des activités commerciales et des affaires

Plus en détail

Lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme xxx Réunion des Présidents des Compagnies régionales de commissaires aux comptes

Lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme xxx Réunion des Présidents des Compagnies régionales de commissaires aux comptes Lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme xxx Réunion des Présidents des Compagnies régionales de commissaires aux comptes 6 février 2013 Philippe Steing Secrétaire Général 1 Sommaire

Plus en détail

Prestation de service Centre social animation globale et coordination. Juin 2013 1/5

Prestation de service Centre social animation globale et coordination. Juin 2013 1/5 LES CONDITIONS PARTICULIERES Prestation de service Centre social animation globale et coordination Juin 2013 1/5 2/5 L objet de la convention Elle encadre les modalités d intervention du centre social

Plus en détail

Modifications de la version IFRS du Formulaire 1. Avis sur les règles Avis d approbation / Mise en œuvre

Modifications de la version IFRS du Formulaire 1. Avis sur les règles Avis d approbation / Mise en œuvre Avis sur les règles Avis d approbation / Mise en œuvre Règles des courtiers membres Destinataires à l interne : Affaires juridiques et conformité Audit interne Comptabilité réglementaire Crédit Financement

Plus en détail

RAPPORT GENERAL DU COMMISSAIRE AUX COMPTES. Exercice clos le 31 décembre 2008 SIRET 445 146 111 00015

RAPPORT GENERAL DU COMMISSAIRE AUX COMPTES. Exercice clos le 31 décembre 2008 SIRET 445 146 111 00015 DIDIER IVARRA EXPERT COMPTABLE Résidence Beaumanoir Bat 3 COMMISSAIRE AUX COMPTES Allée des Lilas 13 100 Aix en Pce : 04 42 91 25 60 Fax : 04 42 91 25 61 didier.ivarra@wanadoo.fr FINANCIERE ET IMMOBILIERE

Plus en détail

le certificat d aptitude et les voies d accès

le certificat d aptitude et les voies d accès le certificat d aptitude et les voies d accès AU Commissariat Aux Comptes > Septembre 2015 le certificat d aptitude et les voies d accès AU Commissariat Aux Comptes > Septembre 2015 Sommaire Généralités

Plus en détail

MODULE N 1 : METIER ET DEMARCHE DE FORMATION TECHNICIEN COMPTABLE D ENTREPRISES

MODULE N 1 : METIER ET DEMARCHE DE FORMATION TECHNICIEN COMPTABLE D ENTREPRISES MODULE N 1 : METIER ET DEMARCHE DE FORMATION SECTEUR : FILIERE : NIVEAU : TERTIAIRE TECHNICIEN COMPTABLE D ENTREPRISES TECHNICIEN 1 Document élaboré par : Nom et Prénom Etablissement : Mohamed BACHAR :

Plus en détail

LA MEDECINE DU TRAVAIL Conditions d accès. Médecine du travail et de prévention

LA MEDECINE DU TRAVAIL Conditions d accès. Médecine du travail et de prévention LA MEDECINE DU TRAVAIL Conditions d accès Médecine du travail et de prévention février 2006 1 Les trois voies d accès : Les conditions requises pour exercer la médecine du travail sont énumérées à l article

Plus en détail

Sélection d un Cabinet d Audit et Conseils TERMES DE REFERENCE

Sélection d un Cabinet d Audit et Conseils TERMES DE REFERENCE Sélection d un Cabinet d Audit et Conseils Réf :1396/APPA/SE/DAAF/SD11-12 TERMES DE REFERENCE Objet : Sélection d un Cabinet d Audit et Conseils pour les prestations de Commissariat aux comptes 1. Contexte

Plus en détail

REGLEMENT DE CONSULTATION

REGLEMENT DE CONSULTATION 1 COMMUNE D ISNEAUVILLE 76230 01/2015 REGLEMENT DE CONSULTATION Objet : MARCHE DE MAITRISE D OEUVRE RESTRUCTURATION ET AGRANDISSEMENT DU GROUPE SCOLAIRE ECOLES ELEMENTAIRE ET MATERNELLE GARDERIE ET RESTAURANT

Plus en détail

Le traitement par l ARCEP des réclamations des utilisateurs des services postaux

Le traitement par l ARCEP des réclamations des utilisateurs des services postaux Juillet 2013 Le traitement par l ARCEP des réclamations des utilisateurs des services postaux Le cadre juridique et les modalités de traitement des réclamations 1 Introduction Aux termes de l article L.

Plus en détail