De ces 6 blocs, le Groupe OFI est concerné par les blocs marché et défaut relatifs aux investissements financiers.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "De ces 6 blocs, le Groupe OFI est concerné par les blocs marché et défaut relatifs aux investissements financiers."

Transcription

1 Calcul du SCR marché Rappel : Dans le cadre de la nouvelle réglementation de l assurance Solvabilité 2, le premier pilier quantitatif définit les normes de calcul des fonds propres réglementaires. Le SCR (Solvency Capital Requirement) est calibré pour correspondre aux fonds propres nécessaires à l assureur pour faire face à ses engagements à un horizon 1an avec un intervalle de confiance 99,5%. L EIOPA, autorité européenne de supervision des institutions d assurance et de retraite, a proposé lors de sa cinquième phase de consultation des assureurs (QIS5) une formule standard de calcul du SCR qui devrait être très proche de la réglementation finale au niveau financier (pilier 1). Dans sa formule standard l EIOPA a regroupé le calcul du SCR en 6 grands blocs (modules) rassemblant les familles de risques auxquelles fait face l assureur : - Marché - Santé - Défaut - Vie - Non-Vie - Intangible De ces 6 blocs, le Groupe OFI est concerné par les blocs marché et défaut relatifs aux investissements financiers. Notre méthodologie a été rédigée à partir de dernières publications remaniées suite au QIS5 EIOPA-DOC-12/467. Calcul du SCR Marché (Art. 105 (4) de la Directive 2009/138/EC) The market risk module shall reflect the risk arising from the level or volatility of market prices of financial instruments which have an impact upon the value of the assets and liabilities of the undertaking. It shall properly reflect the structural mismatch between assets and liabilities, in particular with respect to the duration thereof. Le besoin en capital du module marché est calculé à partir de 7 sous modules correspondants aux facteurs de risque de marché identifiés par le CEIOPS : - Taux - Actions - Immobilier - Crédit - Concentration - Changes - Prime Contra-Cyclique A chacun de ces modules correspond un choc (un ou plusieurs scénarios) qui est appliqué à la fois aux actifs et aux passifs de l institution (l assureur/mutuelle) concernée. C est donc sur ces chocs appliqués aux actifs financiers que se concentre notre approche du calcul de SCR Marché. Mais attention ces résultats ne doivent pas être considérés par l institution indépendamment des résultats des chocs faits sur son passif et de leurs impacts sur les provisions techniques et résultats financiers. L approche en transparence Pour les OPCVM du Groupe OFI investis en titres vifs, ou en OPCVM internes, nous utilisons l inventaire de la date du calcul. Afin de mieux apprécier les risques sous-jacents des OPCVM externes en position directe ou en transparence, et dans la mesure où leur inventaire est disponible, le calcul du SCR marché est réalisé sur la base du dernier inventaire disponible de chacun d entre eux. C'est-à-dire qu une position d un sous jacent sera remplacée par l équivalent des positions présentes dans cet inventaire, valorisées individuellement à la date de calcul, au prorata du taux de détention de ce sous-jacent par l OPCVM.

2 Module Taux (Interest rate) (Art. 105 (4) (a) de la Directive 2009/138/EC) The sensitivity of the values of assets, liabilities and financial instruments to changes in the term structure of interest rates, or in the volatility of interest rates (interest rate risk) Ce module vise à quantifier le besoin en capital nécessaire pour faire face à l impact d une évolution de la structure de la courbe des taux (à la hausse ou la baisse) sur la valeur du bilan. A l actif les instruments financiers concernés par ce module sont : - Les produits de taux simples: obligations d entreprise et d Etat, titres de créances (CD, BT), dette hybride, - Les dérivés (options, futures warrants, swaps, CDS), - Les produits structurés (CDO, CLO), - Les OPCVM ayant une sensibilité taux non nulle. Le besoin en capital est égal à la perte maximum générée par une hausse de la courbe de taux ou une baisse de la courbe de taux. Concrètement, pour chacun des produits financiers ci-dessus, la courbe de taux correspondante est choquée à la hausse ou à la baisse. Pour chacun des piliers de maturité, de la dite courbe, le décalage est défini dans le tableau ci-dessous. L outil de risque (AlgoRisk) calcule ensuite le gain (ou la perte) généré par le mouvement de la courbe sur l instrument. Maturité Relative choc up Relative choc Down % -75% % -75% 1 70% -75% 2 70% -65% 3 64% -56% 4 59% -50% 5 55% -46% 6 52% -42% 7 49% -39% 8 47% -36% 9 44% -33% 10 42% -31% 11 39% -30% 12 37% -29% 13 35% -28% 14 34% -28% 15 33% -27% 16 31% -28% 17 30% -28% 18 29% -29% 19 27% -29% 20 26% -29% 21 26% -30% 22 26% -30% 23 26% -30% 24 26% -30% 25 26% -30% 30 25% -30% Pour le calcul du SCR effectué par le Groupe OFI au 31/12/2012, le choc appliqué aux instruments sensibles à une évolution de la courbe des taux, est calculé sur la base de sa courbe de référence (courbe de tauxswap de la devise du titre). Le SCR taux étant égal à la perte maximum générée par les mouvements sur l ensemble du bilan, nous communiquons les résultats des deux chocs de ce sous module.

3 Module Action (Equity) (Art. 105 (4) (b) de la Directive 2009/138/EC) The sensitivity of the values of assets, liabilities and financial instruments to changes in the level or in the volatility of market prices of equities (equity risk) Ce module vise à quantifier l impact de la baisse des marchés actions sur la valeur du bilan. Ce module est divisé en deux catégories : Actions globales : actions listées dans un pays membre de l Union Européenne ou de l OCDE Autres actions: autres actions listées hors OCDE, actions non listées, Hedge funds, matières premières et autres titres non classés dans un module du risque de marché. Pour chacun des titres concernés par le choc, ou la perte est calculée comme le produit du choc (ci-dessous) par l exposition au marché actions correspondante. Les instruments de couverture (options, futures) doivent être pris en compte en proportion du niveau moyen de couverture horizon un an à moins, qu ils ne fassent partie de la stratégie de couverture sujette à un roll régulier. Ainsi, la couverture produite par un future de durée 6 mois couvrant un montant de 1m sera alors pris en compte pour moitié et réduira de 500k le risque action. Les autres postions vendeuses qui ne participent à une stratégie de couverture ne doivent pas être prises en compte et viendront pas réduire le risque action. Choc Actions globales: - 39% (+ /- 10% selon le facteur d ajustement) ou 22% pour les participations stratégiques Choc Autres actions: - 49% (+ /- 10% selon le facteur d ajustement) ou 22% pour les participations stratégiques Le facteur d ajustement (ou symetric adjustment SA) modifie l amplitude du choc du module action en fonction du niveau des marchés actions à la date de calcul du SCR par rapport au niveau moyen sur 3 ans des marchés actions. 8% où AI est la moyenne quotidienne de l indice sur 36 mois et CI le niveau actuel de l indice (MSCI Europe en ) Le facteur d ajustement SA est borné entre -10% et +10% Soit au 31/12/2012 8% 1.8% 37% 47% Le coefficient de corrélation entre les deux catégories étant de 0.75, le SCR Action est ensuite calculé selon la formule suivante : ² Sont aussi pris en compte dans ce module les titres dont la valeur est directement impactée par une évolution des marchés actions, à la baisse ou à la hausse dans le cadre d une stratégie de couverture: Futures sur indice action, Options sur action ou indice action, warrants sur action, obligations convertibles. Exemple de calcul de l exposition action pour une obligation convertible ARCELORMITTAL /01/14: % é é / Quotité :-Si l obligation est cotée en % alors é /100 -Si l obligation est cotée à la pièce alors é 1

4 Ration de conversion= Nominal + cash requis (converti en devise de l action) divisé par le prix de la conversion (divisé par 100 si l obligation est cotée en %). Expression cours % Devise % Qantité Quotité 1 Delta % 49.57% Spot sous-jacent Ratio Conversion Expostion Action en Module Immobilier (Property) (Art. 105 (4) (c) de la Directive 2009/138/EC) The sensitivity of the values of assets, liabilities and financial instruments to changes in the level or in the volatility of market prices of real estate (property risk) Ce module vise à quantifier l impact de la baisse des marchés immobiliers sur la valeur des actifs. Sont concernés par ce module : Les actifs immobiliers détenus en direct. Les sociétés immobilières qui génèrent des revenus récurrents Pour chacun des actifs concernés par le module, le besoin de capital est égal au produit du choc soit 25%, par la valeur de l actif. Module risque de change (Currency) (Art. 105 (4) (e) de la Directive 2009/138/EC) The sensitivity of the values of assets, liabilities and financial instruments to changes in the level or in the volatility of currency exchange rates (currency risk); Ce module vise à quantifier le besoin en capital correspondant à la perte générée par l effet de change sur la valeur des actifs. Sont concernés par ce module : - tous les titres libellés en devises étrangères - les produits de change (options, futures, swaps, forwards) Pour chacune des devises est calculée l exposition nette, c'est-à-dire la valeur absolue de la somme des expositions individuelles des titres à cette devise. Le besoin en capital individuel de l exposition nette à une devise étrangère est égal à +/-25% de l exposition à cette devise, hormis les devises suivantes ayant un ancrage de change (peg) avec l Euro : Danish Krone DKK 2.39% Latvian lats LVL 2.64% Litthuanians lats LTL 0.26% Le SCR Change est égal à la somme des besoins en capital individuels associés à chaque devise.

5 Module crédit (Spread) (Art. 105 (4) (d) de la Directive 2009/138/EC) The sensitivity of the values of assets, liabilities and financial instruments to changes in the level or in the volatility of credit spreads over the risk-free interest rate term structure (spread risk) Ce module vise à quantifier le besoin en capital correspondant au risque d une évolution à la hausse ou à la baisse des spreads de crédit (écart entre le taux actuariel d un produit de taux et le taux sans risque de la devise du titre). Le module est divisé en trois sous modules : CLOs - concerne les obligation (y compris les TCN) et les Loans ( Hors mortgage Loans). - concerne les repackaged Loans ou Asset Back Securities c'est-à-dire les RMBS, CMBS et les CDOs, - concerne les dérivés de crédit CDS,CLN, TRS SCR obligations., est la valeur de marché de l obligation en, la sensibilité de l obligation, et, le choc du stress fonction du rating et de la duration tels que décrit cidessous. Titres pour lesquels le choc est nul - Obligations émises en euro par des Etats membres de l union européenne. - Obligations émises par la BCE - Obligations émises par des banques multilatérales de développement - Obligations émises par des organisations Internationales Chocs pour les obligations émises par des Etats en devise locale (hors ). Credit quality step Duration 0 à 5 5 à à à 20 >20 Min Dur Max Dur 0 0% 0% 0% 0% 0% 1 1 0% 0% 0% 0% 0% % * duration 5.5%+0.58% * (duration-5) 8.4%+0.5% * (duration-10) 10.90%+0.5% * (duration-15) 13.40%+0.5% * (duration-20) % * duration 7%+0.7% * (duration-5) 10.5% +0.5% * (duration-10) 13% +0.5% * (duration-15) 15.50%+0.5% * (duration-20) % * duration 12.5% +1.5% * (duration-5) 20%+1% * (duration-10) 25% +1% * (duration-15) 30%+0.5% * (duration-20) % * duration 22.5% +2.51% * (duration-5) 35.05% +1.8% * (duration-10) 44.05%+0.5% * (duration-15) 46.55%+0.5% * (duration-20) % * duration 22.5% +2.51% * (duration-5) 35.05% +1.8% * (duration-10) 44.05%+0.5% * (duration-15) 46.55%+0.5% * (duration-20) NR 3% * duration 15%+1.68% * (duration-5) 23.40% +1.16% * (duration-10) 29.20%+1.16% * (duration-15) 35%+0.5% * (duration-20) Chocs pour les Covered Bonds Credit quality step Duration 0 à 5 5 à à à 20 >20 Min Dur Max Dur 0 0.7% * duration 3.%+0.5% * (duration-5) 7.15% +0.5% * (duration-10) 9.65% +0.5% * (duration-15) 12.15%+0.5% * (duration-20) % * duration 4.5%+0.5% * (duration-5) 8.4% +0.5% * (duration-10) 10.90%+0.5% * (duration-15) 13.40%+0.5% * (duration-20) 1 176

6 Chocs pour toutes les autres Obligations Credit quality step Duration 0 à 5 5 à à à 20 >20 Min Dur Max Dur 0 0.9% * duration 4.5%+0.53% * (duration-5) 7.15% +0.5% * (duration-10) 9.65%+0.5% * (duration-15) 12.15%+0.5% * (duration-20) % * duration 5.5%+0.58% * (duration-5) 8.4%+0.5% * (duration-10) 10.90%+0.5% * (duration-15) 13.40%+0.5% * (duration-20) % * duration 7%+0.7% * (duration-5) 10.5% +0.5% * (duration-10) 13% +0.5% * (duration-15) 15.50%+0.5% * (duration-20) % * duration 12.5% +1.5% * (duration-5) 20%+1% * (duration-10) 25% +1% * (duration-15) 30%+0.5% * (duration-20) % * duration 22.5% +2.51% * (duration-5) 35.05% +1.8% * (duration-10) 44.05%+0.5% * (duration-15) 46.55%+0.5% * (duration-20) % * duration 37.5% +4.2% * (duration-5) 58.50% +0.5% * (duration-10) 61% +0.5% * (duration-15) 63.50%+0.5% * (duration-20) % * duration 37.5% +4.2% * (duration-5) 58.50% +0.5% * (duration-10) 61% +0.5% * (duration-15) 63.50%+0.5% * (duration-20) 1 73 NR 3% * duration 15%+1.68% * (duration-5) 23.40% +1.16% * (duration-10) 29.20%+1.16% * (duration-15) 35%+0.5% * (duration-20) Exemple de calcul du choc de crédit pour une obligation BBB taux fixe avec une Sensibilité (modified duration) de 6.5 Rating BBB Credit quality step = 3, 12.5% 1.5% % SCR dérivés de crédit, Le besoin en capital pour les dérivés de crédit est égal à la perte maximum générée entre un choc haussier et par un choc baissier des spreads de crédits. Les chocs étant fonction du niveau de qualité de crédit du sous-jacent comme décrit par l abaque suivant. Credit Quality Step Instantaneous increase Instantaneous decrease bp 75% bp 75% bp 75% bp 75% bp 75% bp 75% bp 75%

7 Module Concentration (Art. 105 (4) (f) de la Directive 2009/138/EC) Additional risks to an insurance or reinsurance undertaking stemming either from lack of diversification in the asset portfolio or from large exposure to default risk by a single issuer of securities or a group of related issuers (market risk concentrations). Ce module vise à quantifier le besoin en capital correspondant à un manque de diversification ou à une surexposition au risque de défaut d un émetteur. Ce module concerne les titres relevant des sous modules action, crédit et immobilier. La concentration est calculée non pas au niveau de l émetteur mais au niveau du groupe auquel l émetteur est rattaché. Nous identifiions les groupes par la société mère ultime. Pour déterminer le coût de la concentration à un groupe, il faut au préalable calculer l exposition nette à ce groupe et la qualité de crédit. L exposition nette est égale à la somme des expositions individuelles. La qualité du crédit est égale à la qualité moyenne de crédit des expositions individuelles pondérées par le montant des expositions individuelles. Les OPCVM non transparents sont considérés comme une entité et le rating retenu est NR. La surexposition à une entité est définie par un seuil (Concentration threshold ) et le facteur pénalisant de la surexpostion (Risk factor ) sont fonction du rating moyen des expositions à ladite entité. Le niveau de concentration excessive à une entité est : 0; Où E i est l exposition à l entité et Assets la valeur totale de marché des actifs concernés par ce sous module Le besoin en capital correspondant au risque de concentration est :.. ² Les titres suivants sont exemptés de risque de concentration : - Obligations émises en euro par des Etats membres de l union européenne. - Obligations émises par la BCE - Obligations émises par des banques multilatérales de développement - Obligations émises par des organisations Internationales Cas général (titres émis par des entités privées et titres souverains émettant en devise étrangère) Weighted average credit quality step Exces exposure treshold CTi Risk Factor gi 0 3.0% 12% 1 3.0% 12% 2 3.0% 21% 3 1.5% 27% 4 1.5% 73% 5 1.5% 73% 6 1.5% 73%

8 Titres souverains émettant en devise locale Weighted Exces Risk average exposure Factor gi credit quality treshold CTi step 0 3.0% 0% 1 3.0% 0% 2 3.0% 12% 3 1.5% 21% 4 1.5% 27% 5 1.5% 73% 6 1.5% 73% Covered Bonds La concentration des covered bonds est calculée au niveau de l émission. Elle ne vient pas s ajouter à l exposition du groupe émetteur. Weighted Exces Risk average exposure Factor gi credit quality treshold CTi step 0 3.0% 15% 1 3.0% 15% Entités relatives au module immobilier 10% 12% Calcul du SCR Marché Afin de déterminer le besoin en capital nécessaire associé au risque de marché l EIOPA a tout d abord identifié les principaux facteurs de risque de marché. A chacun de ces facteurs est associé un module ci-dessus. Cependant ces facteurs n évoluant pas de manière similaire, on ne peut considérer les effets du risque de marché comme la somme des risques sous-jacents. Pour prendre en compte les liaisons (ou diversification) observées entre ces différents facteurs de risque, le calcul du SCR a recours à une matrice de corrélation. Matrice de corrélation du SCR Market CrrMkt Interest Equity Property Spread Currency Concentration Interest Equity Property Spread Currency Concentration Illiquitdity (* )Dans le cas où le risque de taux est à la hausse 0 sinon 0.5

9 SCR marché est alors calculé suivant la formule :,..., Où. et sont les besoins en capital des modules de marché et, est le coefficient de corrélation (issu du tableau ci-dessus) entre les deux facteurs de risque Détermination du niveau de la qualité de crédit OFI a recours à trois agences de notation (ou External Credit Assesment Institution ECAI). Les ratings fournis par ces trois agences de de notation permettent à OFI de déterminer le niveau de la qualité de crédit (ou credit quality step) avec le tableau de correspondance suivant Credit quality Step AAA+ 0 AAA 0 AAA- 0 AA+ 1 AA 1 AA- 1 A+ 2 A 2 A- 2 BBB+ 3 BBB 3 BBB- 3 BB+ 4 BB 4 BB- 4 B+ 5 B 5 B- 5 CCC+ 6 CCC 6 CCC- 6 CC+ 6 CC 6 CC- 6 C+ 6 C 6 C- 6 NR NR Pour définir la notation nous retenons la deuxième meilleure des notes (de l émission) contribuées par les agences cidessus. Dans le cas d une émission non notée la notation de l émetteur est retenue si la dette n est pas subordonnée. Traitement des OPCVM non transparents Dans le cas des OPCVM dont nous ne disposons pas d un inventaire récent, le traitement est fait de manière forfaitaire. Nous retenons les bornes hautes des expositions aux différents facteurs telles que décrites dans le prospectus. Enfin lorsque la stratégie d investissement n est pas assimilable à un module de risque ou qu elle varie trop fréquemment l OPCVM est catégorisé en Actions autres (49% +/- SA).

MÉTHODOLOGIE OFI AM DE CALCUL DU SCR MARCHÉ

MÉTHODOLOGIE OFI AM DE CALCUL DU SCR MARCHÉ MÉTHODOLOGIE OFI AM DE CALCUL DU SCR MARCHÉ RAPPEL Dans le cadre de la Directive Solvabilité 2, le premier pilier quantitatif définit les normes de calcul des fonds propres réglementaires. Le SCR (Solvency

Plus en détail

TRAITEMENT DES FONDS DE DETTE MEZZANINE SOUS SOLVENCY II

TRAITEMENT DES FONDS DE DETTE MEZZANINE SOUS SOLVENCY II TRAITEMENT DES FONDS DE DETTE MEZZANINE SOUS SOLVENCY II IDINVEST PARTNERS - DéCEMBRe 2013 sol ven cyii traitement des fonds de dette mezzanine sous solvency II La réglementation Solvabilité 2 est structurée

Plus en détail

Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II?

Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II? Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II? Journées IARD de l Institut des Actuaires Les nouveaux défis de l assurance IARD liés à Solvabilité II 11 avri l 2012 Gildas Robert,

Plus en détail

Quelle allocation d actifs sous Solvency II?

Quelle allocation d actifs sous Solvency II? www.cpr-am.fr Quelle allocation d actifs sous Solvency II? Xavier AGENOS Directeur ALTM CA ASSURANCES Arnaud FALLER Directeur des Investissements CPR AM Conférence ARGUS de l Assurance Mercredi 24 novembre

Plus en détail

Solvency II : la compliance modulaire. Ary Elbaz

Solvency II : la compliance modulaire. Ary Elbaz Solvency II : la compliance modulaire Ary Elbaz Sommaire SIX et la réglementation : notre engagement Solvency II : approche de SIX Financial Les types de données impactés Des offres modulables pour répondre

Plus en détail

UNE HISTOIRE RECENTE DU RISQUE DE CREDIT

UNE HISTOIRE RECENTE DU RISQUE DE CREDIT ESILV UNE HISTOIRE RECENTE DU RISQUE DE CREDIT Vivien BRUNEL 05/12/2014 1 AGENDA INTRODUCTION LE TRANSFERT DU RISQUE DE CREDIT A. DERIVES DE CREDIT B. TITRISATION LA CRISE DES SUBPRIMES ET SES PROLONGEMENTS

Plus en détail

LES RISQUES DEUXIÈME PARTIE

LES RISQUES DEUXIÈME PARTIE DEUXIÈME PARTIE LES RISQUES Les opérations de marché présentent des risques qui doivent être identifiés et mesurés. En matière de finance internationale, on pense d abord au risque de change. Celui-ci

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDES IFRS DU GROUPE CNP ASSURANCES au 31 Décembre 2007

COMPTES CONSOLIDES IFRS DU GROUPE CNP ASSURANCES au 31 Décembre 2007 COMPTES CONSOLIDES IFRS DU GROUPE CNP ASSURANCES au 31 Décembre 2007 Nouvelles normes IFRS7 Méthode de valorisation dans le contexte de crise financière Mars 2008 La nouvelle norme, Instruments financiers

Plus en détail

Solvabilité II un changement de paradigme

Solvabilité II un changement de paradigme Réglementation Solvabilité II un changement de paradigme En Europe, près de 7 700 milliards d euros d actifs sont gérés par des investisseurs institutionnels qui ont un horizon d investissement de long

Plus en détail

Risk Management: TP1

Risk Management: TP1 Risk Management: TP1 Q 1) FRA: Forward Rate Agreement Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/forward_rate_agreement C est un contrat de gré à gré sur un taux d intérêt ou sur des devises, avec un montant

Plus en détail

Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion

Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion 1 Introduction Gestion patrimoniale mobilière Gestion patrimoniale fonds d investissement Gestion en placements alternatifs Gestion

Plus en détail

Christian Lopez Responsable Recherche Tél. 01 53 15 70 79 christian.lopez@cpr-am.fr 25/06/2014

Christian Lopez Responsable Recherche Tél. 01 53 15 70 79 christian.lopez@cpr-am.fr 25/06/2014 Comment s adapter aux modèles standards : de la recherche aux nouvelles offres de services et de produits Christian Lopez Responsable Recherche Tél. 01 53 15 70 79 christian.lopez@cpr-am.fr 25/06/2014

Plus en détail

Crédit Investment Grade «financières» versus «industrielles» du point de vue des assureurs européens

Crédit Investment Grade «financières» versus «industrielles» du point de vue des assureurs européens Crédit Investment Grade «financières» versus «industrielles» du point de vue des assureurs européens 1 Introduction Pour assurer des taux de rendement compétitifs sur leurs actifs, les assureurs ont, ces

Plus en détail

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Les paragraphes qui suivent présentent les principaux changements en ce qui a trait aux

Plus en détail

Allianz, un groupe solide

Allianz, un groupe solide Allianz, un groupe solide Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Direction de la Communication - Allianz France Achevé de rédiger le 19 mars 2014 AVERTISSEMENT: Ce document

Plus en détail

Les Obligations Convertibles (introduction)

Les Obligations Convertibles (introduction) TROISIEME PARTIE Les Obligations Convertibles (introduction) Avril 2011 Licence Paris Dauphine 2011 Sommaire LES OBLIGATIONS CONVERTIBLES Sect 1 Présentation, définitions Sect 2 Eléments d analyse et typologie

Plus en détail

ING (L) Invest European Equity

ING (L) Invest European Equity PROSPECTUS SIMPLIFIÉ LUXEMBOURG - AVRIL 8 ING (L) INVEST Introduction Ce compartiment a été lancé par l apport de l avoir social du compartiment «European Equity» (lancé le 17 octobre 1997) de la SICAV

Plus en détail

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 2. Instruments et produits financiers

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 2. Instruments et produits financiers Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 2 Instruments et produits financiers Clément Dombry, Laboratoire de Mathématiques de Besançon, Université de Franche-Comté. C.Dombry (Université de

Plus en détail

Préparation à Solvabilité II. Analyse des spécifications techniques publiées par l EIOPA le 30 avril 2014. 13 juin 2014 version 1.

Préparation à Solvabilité II. Analyse des spécifications techniques publiées par l EIOPA le 30 avril 2014. 13 juin 2014 version 1. Préparation à Solvabilité II Analyse des spécifications techniques publiées par l EIOPA le 30 avril 2014 13 juin 2014 version 1.0 Sommaire 1 Introduction... 3 2 Publication de la nouvelle version des spécifications

Plus en détail

CHAPITRE I - REGLEMENT DE GESTION DU FONDS D INVESTISSEMENT INTERNE ALLIANZ RENDEMENT 2017.

CHAPITRE I - REGLEMENT DE GESTION DU FONDS D INVESTISSEMENT INTERNE ALLIANZ RENDEMENT 2017. Table de matière CHAPITRE I - REGLEMENT DE GESTION DU FONDS D INVESTISSEMENT INTERNE ALLIANZ RENDEMENT 2017... 3 CHAPITRE II AUTRES DISPOSITIONS RELATIVES AU FONDS D INVESTISSEMENT INTERNE... 6 1. Gestion

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005 De BÂLE II à SOLVABILITE II Solvabilité II s inspire largement des accords de Bâle II et en reprend les grands principes avec la structure en «trois piliers» La tentation est forte de reproduire également

Plus en détail

Pictet CH Solutions, fonds de placement de droit suisse du type «autres fonds en placements traditionnels» Modifications du contrat de fonds

Pictet CH Solutions, fonds de placement de droit suisse du type «autres fonds en placements traditionnels» Modifications du contrat de fonds Pictet CH Solutions, fonds de placement de droit suisse du type «autres fonds en placements traditionnels» Modifications du contrat de fonds Suite à la publication du 1 er juin 2015 relative au repositionnement

Plus en détail

Allianz, un groupe solide

Allianz, un groupe solide Allianz, un groupe solide Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Direction de la Communication - Allianz France Achevé de rédiger le 21 mars 2013 AVERTISSEMENT: Ce document

Plus en détail

SWAPS. Lionel Artige HEC Université de Liège

SWAPS. Lionel Artige HEC Université de Liège SWAPS Lionel Artige HEC Université de Liège Swaps 5 types de swaps par ordre d importance sur les marchés financiers : Swaps de taux (interest rate swaps) Swaps de devises (currency swaps) Swaps de crédits

Plus en détail

Favoriser l épargne longue

Favoriser l épargne longue Favoriser l épargne longue Contexte et réglementations assurance 6è Forum International Economique et Financier de Paris, 6 juin 2013 Introduction générale et sommaire Allocation d actifs des assureurs

Plus en détail

Benoît Hugonin. Expert national détaché, Unité Assurances et Pensions, DG Marché intérieur et services, Commission européenne

Benoît Hugonin. Expert national détaché, Unité Assurances et Pensions, DG Marché intérieur et services, Commission européenne Solvabilité II: Bilan et enjeux pour l investissement de long terme Conférence EIFR; Paris, 7 avril 2011 Benoît Hugonin Expert national détaché, Unité Assurances et Pensions, DG Marché intérieur et services,

Plus en détail

La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret

La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret La gestion des risques en assurances de dommages: Un exemple concret 1 Contenu 1. Gouvernance de la gestion de risques dans le Groupe AXA 2. AXA Canada - Structure organisationnelle de la gestion de risques

Plus en détail

Table de matière. Règlement de gestion des fonds d investissement internes Allianz Invest V908 FR Ed. 06/15 2

Table de matière. Règlement de gestion des fonds d investissement internes Allianz Invest V908 FR Ed. 06/15 2 Table de matière CHAPITRE I - REGLEMENT DE GESTION DES FONDS D INVESTISSEMENT INTERNES. 3 1. AI Europe... 3 2. AI Court Terme... 3 3. AI Patrimoine... 4 4. AI Emergents... 5 5. AI Strategy Neutral... 6

Plus en détail

Séminaire EIFR / Covered bonds et titrisation Intérêt des covered bonds pour les investisseurs institutionnels

Séminaire EIFR / Covered bonds et titrisation Intérêt des covered bonds pour les investisseurs institutionnels 4 avril 2014 Séminaire EIFR / Covered bonds et titrisation Intérêt des covered bonds pour les investisseurs institutionnels Sommaire 1. Cadre légal français / focus SFH 2. Caractéristiques des crédits

Plus en détail

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 138-138 105-105 Dépôts à terme et assimilés à moins de

Plus en détail

20 ans d expérience à sélectionner des talents de la gestion. Les fonds UCITS à objectif de performance absolue

20 ans d expérience à sélectionner des talents de la gestion. Les fonds UCITS à objectif de performance absolue 20 ans d expérience à sélectionner des talents de la gestion Les fonds UCITS à objectif de performance absolue Conférence Argus de l Assurance 1 er juillet 2010 La performance absolue La performance absolue

Plus en détail

Obligation structurée

Obligation structurée Obligation structurée Introduction Une obligation structurée, également connue sous la dénomination de Structured Note, a les caractéristiques principales d une obligation : un émetteur, une durée déterminée,

Plus en détail

Annexes Financières. au 30 juin 2008. Août 2008

Annexes Financières. au 30 juin 2008. Août 2008 Annexes Financières au 30 juin 2008 Août 2008 1 Présentation du résultat RBE = Produit Net d Assurance Frais = le résultat opérationnel comptable hors effet des marchés sur le portefeuille trading plus-values

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT

LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier 1 Pour les investisseurs, le risque de taux d intérêt est celui : - d une dévalorisation du patrimoine - d

Plus en détail

Note TDTE N 44. Philippe Foulquier, Directeur du pôle «Analyse Financière et Comptabilité» de l EDHEC.

Note TDTE N 44. Philippe Foulquier, Directeur du pôle «Analyse Financière et Comptabilité» de l EDHEC. Note TDTE N 44 La gestion de l épargneretraite à long-terme : Attention au cadre prudentiel réglementaire! Auteur Philippe Foulquier, Directeur du pôle «Analyse Financière et Comptabilité» de l EDHEC.

Plus en détail

Bâle II. Changements en cours. Janvier 2010

Bâle II. Changements en cours. Janvier 2010 Bâle II Changements en cours Janvier 2010 Sommaire Renforcer de la résistance du secteur bancaire Les raisons des changements. Les fonds propres. Risque de contrepartie. Introduction d un ratio de levier

Plus en détail

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa 1. But de l Énoncé L Énoncé des principes et objectifs de placement («l EPOP») décrit les objectifs,

Plus en détail

Fonds de prêts directs à l économie Prêts immobiliers commerciaux senior

Fonds de prêts directs à l économie Prêts immobiliers commerciaux senior 1 Fonds de prêts directs à l économie Prêts immobiliers commerciaux senior Intervenants 2 Jean-Marie Catala Groupama Asset Management Directeur du Développement Directeur Général Délégué Thibault de SAINT

Plus en détail

Dérivés de crédit : Situation et évolution du marché

Dérivés de crédit : Situation et évolution du marché Dérivés de crédit : Situation et évolution du marché Parallèle entre dérivés de crédit et produits d assurance Déjeuner débat FFA Jean-Paul LAURENT Professeur à l'isfa, Université de Lyon, Conseiller scientifique

Plus en détail

Obligation structurée

Obligation structurée Obligation structurée Une obligation pas comme les autres Sommaire Introduction 5 Nature de l investissement 7 Avantages et inconvénients 7 Mécanismes de performance 8 Avec ou sans protection du capital

Plus en détail

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE LES PLACEMENTS DES COMPAGNIES D ASSURANCES EN ZONE CIMA Fangman Alain Ouattara Commissaire Contrôleur en Chef à la CIMA ofangman@yahoo.fr SOMMAIRE 1. GENERALITES

Plus en détail

Finance de marché Thèmes abordés Panorama des marches de capitaux Fonctionnement des marchés de capitaux Le marché des obligations Le marchés des

Finance de marché Thèmes abordés Panorama des marches de capitaux Fonctionnement des marchés de capitaux Le marché des obligations Le marchés des FINANCE DE MARCHE 1 Finance de marché Thèmes abordés Panorama des marches de capitaux Fonctionnement des marchés de capitaux Le marché des obligations Le marchés des actions Les marchés dérivés Les autres

Plus en détail

L intermédiation entre les besoins de financement et les investisseurs : exemple du financement immobilier

L intermédiation entre les besoins de financement et les investisseurs : exemple du financement immobilier 1 L intermédiation entre les besoins de financement et les investisseurs : exemple du financement immobilier Thibault de SAINT PRIEST ACOFI Séminaire EIFR 12 FEVRIER 2013 Titrisation / fonds de prêts :

Plus en détail

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Présentation dans le cadre de l événement «Journée carrière PRMIA» 17 mars 2015 Mathieu Derome, M.Sc. Directeur Principal

Plus en détail

QUELLES NOUVELLES STRATEGIES POUR LA TITRISATION FACE AUX CHANGEMENTS REGLEMENTAIRES?

QUELLES NOUVELLES STRATEGIES POUR LA TITRISATION FACE AUX CHANGEMENTS REGLEMENTAIRES? QUELLES NOUVELLES STRATEGIES POUR LA TITRISATION FACE AUX CHANGEMENTS REGLEMENTAIRES? Catherine Royère responsable de la titrisation,, Direction de la Gestion Actif-Passif, BNP Paribas catherine.royere@bnpparibas.com

Plus en détail

BRYAN GARNIER CREDIT FUND

BRYAN GARNIER CREDIT FUND BRYAN GARNIER CREDIT FUND L'investisseur est invité à consulter la page 6 de ce document, qui contient une définition des facteurs de risque du fonds. L investisseur est également invité à consulter la

Plus en détail

Comprendre les produits structurés

Comprendre les produits structurés Comprendre les produits structurés Sommaire Page 3 Introduction Page 4 Qu est-ce qu un produit structuré? Quels sont les avantages des produits structurés? Comment est construit un produit structuré? Page

Plus en détail

Décembre 2013 Décembre 2014. Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 105-105 129-129

Décembre 2013 Décembre 2014. Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 105-105 129-129 NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE 2013 2014 Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 105-105 129-129 Dépôts à terme et assimilés

Plus en détail

Le financement de l économie dans le nouvel environnement réglementaire

Le financement de l économie dans le nouvel environnement réglementaire 16 juin 2015 Séminaire Sc Po / Banque de France Le financement de l économie dans le nouvel environnement réglementaire Lorenzo Bini Smaghi Président du Conseil d Administration Régulation bancaire en

Plus en détail

Si cette modification vous convient, vous n avez aucune action à entreprendre.

Si cette modification vous convient, vous n avez aucune action à entreprendre. Objet : votre épargne salariale Evolution du FCPE ETOILE SELECTION 75 [Civilité], Nous souhaitons vous informer d une modification au sein du Fonds Commun de Placement d Entreprise (FCPE) ETOILE SELECTION

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail

Pratique des marchés dérivés P0 : Introduction

Pratique des marchés dérivés P0 : Introduction Pratique des marchés dérivés P0 : Introduction Olivier Brandouy Université de Bordeaux 2014 2015 Diapo 1/11 Olivier Brandouy Master 2 Métiers de la Banque (CPA) Produits dérivés : pour quoi faire? Ce sont

Plus en détail

Groupe CIC 31 décembre 2008. 26 Février 2009. Résultats 2008 :

Groupe CIC 31 décembre 2008. 26 Février 2009. Résultats 2008 : 26 Février 2009 Résultats 2008 : Informations financières spécifiques (basées sur les recommandations du Forum de Stabilité Financière en matière de transparence financière) Expositions sensibles basées

Plus en détail

En millions CHF ou selon indication 2014 2013

En millions CHF ou selon indication 2014 2013 32 Distribution de dividendes Les réserves distribuables sont déterminées sur la base des capitaux propres statutaires de la maison mère Swisscom SA et non sur les capitaux propres figurant dans les états

Plus en détail

Rencontres. L allocation d actif, la gestion actif / passif et l optimisation de la réassurance sous Solvabilité 2

Rencontres. L allocation d actif, la gestion actif / passif et l optimisation de la réassurance sous Solvabilité 2 Rencontres L allocation d actif, la gestion actif / passif et l optimisation de la réassurance sous Solvabilité 2 Vincent Régnier Directeur technique, financier et des risques MutRé 2015 Arnaud Chevalier

Plus en détail

Les Variable Annuities sous la directive Solvabilité II

Les Variable Annuities sous la directive Solvabilité II Les Variable Annuities sous la directive Solvabilité II Mémoire présenté le vendredi 10 juin 2011 par Clément Schmitt clement.schmitt@fixage.com Introduction Solvabilité II impose des fonds propres réglementaires

Plus en détail

COMPARTIMENTS TAUX. * cette action n est pas enregistrée en France

COMPARTIMENTS TAUX. * cette action n est pas enregistrée en France NATIXIS AM FUNDS Société d investissement à capital variable de droit luxembourgeois Siège social: 5 allée Scheffer, L-2520 Luxembourg Grand Duché de Luxembourg R.C Luxembourg B 177 509 COMPARTIMENTS TAUX

Plus en détail

Un marché global du risque. Certains enjeux pour le système financier

Un marché global du risque. Certains enjeux pour le système financier Un marché global du risque Certains enjeux pour le système financier Un marché global du risque Le découplage du risque et des capitaux Une meilleure répartition du risque? Les enjeux pour les institutions

Plus en détail

Catégorie d actif Minimum Cible Maximum. Actions 45 % 55 % 70 % Revenu fixe 20 % 30 % 45 % Alternatifs 0 % 15 % 25 %

Catégorie d actif Minimum Cible Maximum. Actions 45 % 55 % 70 % Revenu fixe 20 % 30 % 45 % Alternatifs 0 % 15 % 25 % Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa 1. But de l Énoncé L Énoncé des principes et objectifs de placement («l EPOP») décrit les objectifs,

Plus en détail

PALATINE HORIZON 2015

PALATINE HORIZON 2015 PALATINE HORIZON 2015 OPCVM respectant les règles d investissement et d information de la directive 85/611/CE modifiée PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE - A - STATUTAIRE Présentation succincte : Code ISIN :

Plus en détail

L état connu de la recherche en gestion des risques. Georges Dionne professeur de finance à HEC Montréal

L état connu de la recherche en gestion des risques. Georges Dionne professeur de finance à HEC Montréal L état connu de la recherche en gestion des risques Georges Dionne professeur de finance à HEC Montréal Table des matières Histoire et définition de la gestion des risques Recherche 1. Gouvernance de la

Plus en détail

annexe aux conditions générales revenus garantis - gamme patrimoine contrat d assurance sur la vie individuel libellé en unités de compte.

annexe aux conditions générales revenus garantis - gamme patrimoine contrat d assurance sur la vie individuel libellé en unités de compte. annexe aux conditions générales revenus garantis - gamme patrimoine contrat d assurance sur la vie individuel libellé en unités de compte. Architas (SA) EUROPEAN EQUITY FUND Présentation succincte Dénomination

Plus en détail

Question 1: Analyse et évaluation des obligations

Question 1: Analyse et évaluation des obligations Question 1: Analyse et évaluation des obligations (56 points) Vous travaillez pour le département de trésorerie d une banque internationale. L établissement bénéficie d une très bonne réputation et peut

Plus en détail

POLITIQUE DE MEILLEURE EXECUTION DE LYXOR

POLITIQUE DE MEILLEURE EXECUTION DE LYXOR POLITIQUE DE MEILLEURE EXECUTION DE LYXOR Le présent document est une information sur la politique de meilleure exécution de Lyxor Asset Management et de Lyxor International Asset Management (ensemble

Plus en détail

BLACKROCK GLOBAL FUNDS

BLACKROCK GLOBAL FUNDS CE DOCUMENT EST IMPORTANT ET REQUIERT VOTRE ATTENTION IMMÉDIATE. En cas de doute quant aux mesures à prendre, consultez immédiatement votre courtier, votre conseiller bancaire, votre conseiller juridique,

Plus en détail

LES PRODUITS STRUCTURÉS

LES PRODUITS STRUCTURÉS DécryptEco LES PRODUITS STRUCTURÉS DE LA CONCEPTION À L UTILISATION Nicolas Commerot Responsable offre de marché et négociation SG Private Banking, Pierre Von Pine Directeur marketing Produits structurés

Plus en détail

1. PÉRIODE DE SOUSCRIPTION... 3 2. PRIME... 3 3. DATE DE PAIEMENT... 3 4. DATE D INVESTISSEMENT... 3 5. PÉRIODE D INVESTISSEMENT...

1. PÉRIODE DE SOUSCRIPTION... 3 2. PRIME... 3 3. DATE DE PAIEMENT... 3 4. DATE D INVESTISSEMENT... 3 5. PÉRIODE D INVESTISSEMENT... Sommaire 1. PÉRIODE DE SOUSCRIPTION... 3 2. PRIME... 3 3. DATE DE PAIEMENT... 3 4. DATE D INVESTISSEMENT... 3 5. PÉRIODE D INVESTISSEMENT... 3 6. DESCRIPTION DU FONDS D INVESTISSEMENT INTERNE... 3 Date

Plus en détail

Le risque de crédit. DeriveXperts. 23 juillet 2010

Le risque de crédit. DeriveXperts. 23 juillet 2010 23 juillet 2010 Définitions Exemples - Interactions Obligations Credit Default Swap (CDS) First To Default Collateralized Debt Obligation (CDO) Probabilité de défaut Le modèle exponentiel dynamique - Introduction

Plus en détail

UFF OBLIGATIONS 3-5 (part A)

UFF OBLIGATIONS 3-5 (part A) LETTRE AUX PORTEURS Paris, le 23 octobre 2015 Objet : UFF OBLIGATIONS 3-5 Madame, Monsieur, Nous vous informons que LA FRANÇAISE ASSET MANAGEMENT, actuellement société de gestion par délégation de votre

Plus en détail

Projet de modélisation en présence de risque de défaut : Article sur la valorisation des CDS - Dominik O Kane Stuart Turnbull -

Projet de modélisation en présence de risque de défaut : Article sur la valorisation des CDS - Dominik O Kane Stuart Turnbull - T. Moudiki, X. Milhaud - M2R SAF Projet de modélisation en présence de risque de défaut : Article sur la valorisation des CDS - Dominik O Kane Stuart Turnbull - Sous la direction de M. Tchapda ISFA - Mai

Plus en détail

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens.

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. Paris, le 15 juillet 2011 Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. L ABE (Autorité Bancaire Européenne) et les autorités de supervision nationales, dont l Autorité de contrôle

Plus en détail

EURO-CROISSANCE PRESENTATION CONGRES DES ACTUAIRES

EURO-CROISSANCE PRESENTATION CONGRES DES ACTUAIRES EURO-CROISSANCE PRESENTATION CONGRES DES ACTUAIRES OLIVIER LOZACH PREDICA ARNAUD COHEN FORSIDES ACTUARY 20 JUIN 2014 LE CONTEXTE + Les principales caractéristiques du marché français : + Un cadre fiscal

Plus en détail

Climate bonds. Insérez dans ce cadre une image issue de la banque d images. Les attentes d un investisseur institutionnel français

Climate bonds. Insérez dans ce cadre une image issue de la banque d images. Les attentes d un investisseur institutionnel français CNP Assurances Colloque CDC Climat 4 juin 213 Insérez dans ce cadre une image issue de la banque d images Climate bonds Les attentes d un investisseur institutionnel français CNP Assurances : quelques

Plus en détail

Sujet du cours : Le financement à Long Terme des Entreprises

Sujet du cours : Le financement à Long Terme des Entreprises 1 Sujet du cours : Le financement à Long Terme des Entreprises L objectif de ce cours vise à aborder le financement à long terme des entreprises. On entendra par financement à long terme, les actions et

Plus en détail

EDC. Analyse des risques bancaires 5 ème année Finances Dominique Soulier. Durée de l épreuve : 2 heures

EDC. Analyse des risques bancaires 5 ème année Finances Dominique Soulier. Durée de l épreuve : 2 heures EDC Analyse des risques bancaires 5 ème année Finances Dominique Soulier Durée de l épreuve : 2 heures Calculatrice autorisée Pas de documentation autorisée Notation Questions à choix multiples (25) Une

Plus en détail

REGLEMENT DU FONDS COMMUN DE PLACEMENT D ENTREPRISE «ARCANCIA»

REGLEMENT DU FONDS COMMUN DE PLACEMENT D ENTREPRISE «ARCANCIA» REGLEMENT DU FONDS COMMUN DE PLACEMENT D ENTREPRISE «ARCANCIA» Société de Gestion : SOCIETE GENERALE GESTION (S2G) 170 Place Henri Regnault 92043 PARIS LA DEFENSE CEDEX Dépositaire : SOCIETE GENERALE TOUR

Plus en détail

Directives de placement

Directives de placement CREDIT SUISSE FONDATION DE PLACEMENT 2E PILIER Directives de placement 1 avril 2015 Sommaire Article Page 1 Principes généraux 2 2 Portefeuilles mixtes (Balanced Portfolios) 4 2.1 CSF 2 Mixta-LPP 25 4

Plus en détail

Problèmes de crédit et coûts de financement

Problèmes de crédit et coûts de financement Chapitre 9 Problèmes de crédit et coûts de financement Ce chapitre aborde un ensemble de préoccupations devenues essentielles sur les marchés dedérivésdecréditdepuislacriseducréditde2007.lapremièredecespréoccupations

Plus en détail

Actifs gérés en extinction

Actifs gérés en extinction 15 juin 2010 Actifs gérés en extinction Des risques sous contrôle Michel Péretié Directeur de la Banque de Financement et d Investissement Actifs gérés en extinction: une analyse externe confirme le niveau

Plus en détail

Le meilleur scénario pour votre investissement

Le meilleur scénario pour votre investissement db Best Strategy Notes Le meilleur scénario pour votre investissement Garantie de la meilleure stratégie Investissement diversifié Coupon de maximum 25% brut* à l échéance Courte durée : 2 ans et demi

Plus en détail

Atelier B9. Stratégie de financement évolution des captives

Atelier B9. Stratégie de financement évolution des captives Atelier B9 Stratégie de financement évolution des captives INTRODUCTION La mise en application de Solvency 2 bouscule les captives existantes : 1. Quelles sont les normes applicables? 2. Quels agréments

Plus en détail

THEM ASSET Générer de l Alpha dans un contexte de taux bas

THEM ASSET Générer de l Alpha dans un contexte de taux bas THEM ASSET Générer de l Alpha dans un contexte de taux bas 28 mai 2015 Gestionnaire Activement Responsable Groupama AM Un acteur majeur de la gestion d actifs 2 Filiale à 100% de Groupama 96.7 Md d actifs

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES N O 1

TRAVAUX PRATIQUES N O 1 FINANCE & RISK MANAGEMENT TRAVAUX PRATIQUES N O 1 Introduction aux produits dérivés Par : GHLAM Karim Professeur responsable : MORESINO Francesco Assistant : RIBON Stéphane Genève, 05.10.2012 Haute École

Plus en détail

LA COMPTABILITE DE COUVERTURE EN IFRS DEMYSTIFIEE **** IMA France 5 février 2008 Xavier Paper et Patrick Grinspan. Paper Audit & Conseil 1

LA COMPTABILITE DE COUVERTURE EN IFRS DEMYSTIFIEE **** IMA France 5 février 2008 Xavier Paper et Patrick Grinspan. Paper Audit & Conseil 1 LA COMPTABILITE DE COUVERTURE EN IFRS DEMYSTIFIEE **** IMA France 5 février 2008 Xavier Paper et Patrick Grinspan Paper Audit & Conseil 1 Sommaire 1. Définition de la relation de couverture 2. Le swap

Plus en détail

Formation «Ba le III (CRR, CRD4) : Approfondissement»

Formation «Ba le III (CRR, CRD4) : Approfondissement» Formation «Ba le III (CRR, CRD4) : Approfondissement» REFERENCE : 301 1. Objectif général Situer les enjeux de la nouvelle réglementation issue de Bâle III : «Capital Requirements Regulation (CRR)» et

Plus en détail

MULTIPAR SOLIDAIRE DYNAMIQUE SOCIALEMENT RESPONSABLE (FCE20020097) MULTIPAR PHILEIS

MULTIPAR SOLIDAIRE DYNAMIQUE SOCIALEMENT RESPONSABLE (FCE20020097) MULTIPAR PHILEIS . MULTIPAR SOLIDAIRE DYNAMIQUE SOCIALEMENT RESPONSABLE (FCE20020097) MULTIPAR PHILEIS Objectifs et politique d investissement : Profil de risque et de rendement A risque plus faible, A risque plus élevé,

Plus en détail

Exercice 1.1: Calculer la prime initiale que la PME devra payer à partir des données de marché:

Exercice 1.1: Calculer la prime initiale que la PME devra payer à partir des données de marché: Exercice 1.1: Calculer la prime initiale que la PME devra payer à partir des données de marché: En général, le calcul de la prime d'un produit tel qu'une action se calcule par la formule du modèle Black-Sholes.

Plus en détail

L entrée en vigueur de Solvabilité 2 est maintenant imminente et les derniers

L entrée en vigueur de Solvabilité 2 est maintenant imminente et les derniers FOCUS PRESSE RECHERCHE MARS 2015 Solvabilité 2 : focus sur le dampener actions Par Noémie Hadjadj-Gomes Ingénieure Recherche Responsable des projets taux et assurance L entrée en vigueur de Solvabilité

Plus en détail

AAIARD. La modélisation stochastique. Julie-Linda Laforce, fica, fcas Dion, Durrell + Associés Inc. juliel@dion-durrell.com

AAIARD. La modélisation stochastique. Julie-Linda Laforce, fica, fcas Dion, Durrell + Associés Inc. juliel@dion-durrell.com AAIARD La modélisation stochastique Julie-Linda Laforce, fica, fcas Dion, Durrell + Associés Inc. juliel@dion-durrell.com 5 juin, 2009 Survol de la présentation Pourquoi la modélisation stochastique? Survol

Plus en détail

DEFINITION DE L UNIVERS D INVESTISSEMENT D UN FONDS OBLIGATAIRE OU MONETAIRE ET EXEMPLES DE PROPOSITIONS DE PHRASES A MENTIONNER DANS LE PROSPECTUS

DEFINITION DE L UNIVERS D INVESTISSEMENT D UN FONDS OBLIGATAIRE OU MONETAIRE ET EXEMPLES DE PROPOSITIONS DE PHRASES A MENTIONNER DANS LE PROSPECTUS Juillet 2014 DEFINITION DE L UNIVERS D INVESTISSEMENT D UN FONDS OBLIGATAIRE OU MONETAIRE ET EXEMPLES DE PROPOSITIONS DE PHRASES A MENTIONNER DANS LE PROSPECTUS Faisant suite à des échanges entre les professionnels

Plus en détail

Julien Limacher, CAPCO Yves Hennard, Union Bancaire Privée Philippe Grégoire, Orfival

Julien Limacher, CAPCO Yves Hennard, Union Bancaire Privée Philippe Grégoire, Orfival La conception de rapports d attribution de performance Julien Limacher, CAPCO Yves Hennard, Union Bancaire Privée Philippe Grégoire, Orfival Agenda Drivers, Attentes des clients et Pratiques de marché

Plus en détail

EDMOND DE ROTHSCHILD BOND ALLOCATION (EdR Bond Allocation)

EDMOND DE ROTHSCHILD BOND ALLOCATION (EdR Bond Allocation) INFORMATIONS CLES POUR L'INVESTISSEUR Ce document fournit des informations essentielles aux investisseurs de cet OPCVM. Il ne s agit pas d un document promotionnel. Les informations qu il contient vous

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 31 mars 2014 (Instruction

Plus en détail

Dexia Patrimonial Société d Investissement à Capital Variable de droit luxembourgeois 69, route d Esch L 2953 Luxembourg R.C.S. Luxembourg B 46235

Dexia Patrimonial Société d Investissement à Capital Variable de droit luxembourgeois 69, route d Esch L 2953 Luxembourg R.C.S. Luxembourg B 46235 Dexia Patrimonial Société d Investissement à Capital Variable de droit luxembourgeois 69, route d Esch L 2953 Luxembourg R.C.S. Luxembourg B 46235 PRESENTATION DE LA SICAV Dexia Patrimonial, ci-après désignée

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

CONINCO Master Class Le rating obligataire

CONINCO Master Class Le rating obligataire CONINCO Master Class Le rating obligataire 4 et 5 novembre 2013 Sommaire Agences de notation financière Définitions Limites Rôle de la notation dans le processus d investissement Conclusion Annexes Questions/Réponses

Plus en détail

http://www.octo am.com UNE VISION INDEPENDANTE DES MARCHES DE CREDIT

http://www.octo am.com UNE VISION INDEPENDANTE DES MARCHES DE CREDIT UNE VISION INDEPENDANTE DES MARCHES DE CREDIT L EQUIPE Matthieu BAILLY, Associé - Gérant Matthieu est gérant des fonds obligataires et RCCI. Diplômé d Audencia, il bénéficie de 10 ans d expérience sur

Plus en détail

PUBLICATION SELON LES PRESCRIPTIONS SUR LES FONDS PROPRES - PILIER III: DISCIPLINE DE MARCHÉ Au 31.12.2014

PUBLICATION SELON LES PRESCRIPTIONS SUR LES FONDS PROPRES - PILIER III: DISCIPLINE DE MARCHÉ Au 31.12.2014 PUBLICATION SELON LES PRESCRIPTIONS SUR LES FONDS PROPRES - PILIER III: DISCIPLINE DE MARCHÉ Au 31.12.2014 La publie ci-dessous les états réglementaires concernant l adéquation des fonds propres selon

Plus en détail

Typologie des risques Mesure de risques Aspects statistiques; risques multivariés. Bauer & Isidor Shteto, CACIB, séances 6 8)

Typologie des risques Mesure de risques Aspects statistiques; risques multivariés. Bauer & Isidor Shteto, CACIB, séances 6 8) Plan du cours 1 Introduction, mesure de risques (P. Tankov, UPD, séances 1 3) Typologie des risques Mesure de risques Aspects statistiques; risques multivariés 2 Réglementation (M. Benlaribi, Deloitte,

Plus en détail