L AGRO-ECOLOGIE AU BURKINA FASO : technologies mises au point par l INERA-Burkina Faso

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L AGRO-ECOLOGIE AU BURKINA FASO : technologies mises au point par l INERA-Burkina Faso"

Transcription

1 L AGRO-ECOLOGIE AU BURKINA FASO : technologies mises au point par l INERA-Burkina Faso Kambiré Sami Hyacinthe Somé Léopold Ouagadougou le 15 février 2013

2 Les cordons pierreux 2

3 Les bandes enherbées 3

4 Conservation de l eau Les cordons pierreux après une pluie

5 Le buttage 5

6 Gestion de la fertilité Fumure organique

7 1. Conservation des eaux et des sols

8 1. Conservation des eaux et des sols : zaï

9 Conservation des eaux et des sols Sorgho dans des poquets de zaï

10 Collecte de l eau 10

11 Conservation des eaux et des sols : demi-lune. Bourrelets renforcés avec cordons pierreux

12 Cas de Djomga (Dori) Stockage des eaux de ruissellement pour les cultures maraîchères

13 Paillage Paillage avec les feuilles de neem sur une culture de maïs (anti parasitaire, reduction évaporation)

14 1. Fumure organique : compostage des tiges de coton

15 1. Fertilisation organique Compost à partir des feuilles de karité

16 1. Compostage : ordures menagères et autres déchets

17 Conservation des eaux pour reboisement au sahel Sous solage avec charrue Delphino

18 Agroforesterie

19 1. Association maïs-pois d angole

20 TECHNOLOGIES AVANTAGES OU RENTABILITE DE LA TECHNOLOGIE ZONES D APPLICATION NIVEAU D ADOPTION/ DIFFUSION

21 TECHNOLOGI ES 1 Cordons pierreux AVANTAGES OU RENTABILITE DE LA TECHNOLOGIE Réduction du ruissellement et de l érosion. Gain de production de 109% en année sèche, 20 à 70% en année normale. ZONES D APPLICATION Zones climatiques nord-soudanien et sahélien. NIVEAU D ADOPTION/ DIFFUSION Technologie bien ancrée dans les régions du plateau central et du nord

22 2 Digue filtrante Efficace pour la récupération des sols ravinés. Favorise la sédimentation de sables, argiles et débris organiques. Améliore les rendements de 60 à 170% Technologie appliquée dans les régions du Centre au Sahel. Peut s utiliser dans toutes les zones agroclimatiques du pays. Faible, du fait de son coût de réalisation élevé, mais bien ancrée dans les régions du plateau central et du nord du pays.

23 3 Bande enherbée Réduction du ruissellement de 51 % et de l érosion des sols de 34 %. Constitue du fourrage pour les animaux et de la paille à usage domestique. Elle remplace les cordons pierreux là où les pierres ne sont pas disponibles. Les bandes enherbées se pratiquent dans toutes les régions du Burkina Faso. La bande d Andropogon gayanus, est très répandue dans les zones nord soudaniennes et sud sahéliennes du Burkina Faso.

24 4 Paillage ou mulching Le paillage assure la protection du sol, la revégétalisation, la réduction de l évapotranspiration, la stimulation de l activité biologique, l augmentation de la porosité du sol, l amélioration de la fertilité du sol et l augmentation des rendements. Il est traditionnellement utilisé sur l ensemble du pays. Cette pratique est couramment utilisée.

25 6 Diguette en terre La diguette en terre réduit le ruissellement et l érosion. Elle augmente également les rendements des cultures. La technologie est adaptée en zones sahélienne et nord-soudanienne. Mais, elle peut être utilisée partout dans le pays. Cette pratique connaît un niveau d adoption limitée, du fait des fréquents entretiens.

26 Bouli Réduction des effets de la variabilité pluviométrique sur la disponibilité de l eau. Atténuation de la vulnérabilité de l élevage à la sécheresse.

27 5 Sous-solage Le sous-solage permet de récupérer les terres dégradées. Il permet de réduire l érosion hydrique, de restaurer la végétation herbacée et ligneuse et d améliorer les rendements des cultures. Le décompactage du sol est beaucoup utilisé dans les parties centrales et septentrionales du pays pour la récupération des terres dégradées. La technologie a un niveau d application très limité.

28 Demi-lune La combinaison demi-lune et fumier donne une production variant entre 1,2 à 1,6 t/ha de grains. Les demi-lunes sont utilisées beaucoup plus dans les régions du Sahel, du Nord et du Centre Nord. Les demi-lunes sont utilisées par certains producteurs du plateau central et des zones septentrionales du pays, mais leur niveau de diffusion est inferieur à celui du zaï.

29 9 Utilisation du fumier ou de la poudrette de parc L application du fumier ou de la poudrette de parc permet d accroître la capacité d échange cationique des sols et de relever le ph des sols. L augmentation des rendements comparée aux parcelles sans fumier peut atteindre plus de 100 %. La technologie est utilisable sur l ensemble du territoire national, principalement dans les zones d élevage. Le niveau de diffusion de cette technologie est moyen et les quantités produites sont limitées.

30 2 Cultures associées Les associations culturales réduisent l érosion hydrique et permettent de mieux gérer l eau à la parcelle. Elles améliorent la fertilité du sol notamment les teneurs en matière organique et azote. L association des cultures est pratiquée dans toutes les zones agro écologiques du pays. Elles sont largement appliquées au Burkina Faso.

31 4 Rotation La rotation améliore la structure et la fertilité du sol. Elle réduit la pression parasitaire et double les rendements de mil dans la rotation mil-niébé ou milarachide. Zone avec une pluviométrie annuelle supérieure à 350 mm pour la rotation céréale avec le niébé et supérieure à 500 mm pour la rotation avec l arachide, ou avec le coton. La pratique de la rotation des cultures est connue des producteurs des régions cotonnières du pays. Mais la rotation céréale/légumineuse a un niveau d adoption assez faible.

32 5 Jachère améliorée La jachère maintient la biodiversité et assure un certain niveau de services éco systémiques. La jachère permet l augmentation du taux de matière organique jusqu à 64 %, de l azote jusqu à 35 % de l activité microbienne jusqu à 76 % ainsi que l activité enzymatique des sols jusqu à 86 %. Elle peut se faire dans toutes les zones agroécologiques du Burkina Faso. Le niveau d adoption de cette technique est faible.

33 7 Compostage et utilisation du compost L application du compost permet d accroître la capacité d échange cationique des sols de 50 % et de relever le ph des sols qui ont tendance à s acidifier. L augmentation des rendements comparée aux parcelles sans compost peut atteindre 300 % à la dose de 10 tonnes / ha et % à la dose de 5 tonnes / ha. Le compostage est utilisé sur toute l étendue du territoire national. La production de compost a fait l objet d un vaste programme porté par le ministère en charge de l agriculture. La technique est bien diffusée mais les quantités produites sont faibles.

34 6 Plante de couverture En année 2, l utilisation du mulch permet d augmenter le rendement de la culture suivante de plus de 50%. Elle réduit significativement la pression des adventices. Les zones d utilisation de la technologie sont l Est, le Centre et l Ouest. Le niveau de d adoption est faible.

35 8 Agroforesterie La technologie permet de réduire les intrants, d améliorer les propriétés physiques, chimiques et biologiques du sol. La technologie fournie des produits secondaires (fourrage, bois de feu et bois de service). Toutes les zones favorables (pluviométrie 700 mm) peuvent utiliser la technologie. La culture en couloir est faiblement diffusée tandis que le système de parc qui est inclus dans nos traditions est moyennement adopté.

36 Le zaï: C est une technique traditionnelle de récupération des terrains dégradés. Au Burkina, la technique est surtout pratiquée dans les zones nord, centre et le sahel. Cette technique a fait l objet de nombreuses innovations de la part des producteurs euxmêmes organisés actuellement en groupements de paysans innovateurs

37 Les demi-lunes : La demi-lune est une cuvette en forme de demi-cercle, ouverte à la pioche. La demi-lune est une technique réservée à la zone que le zaï ne permet pas de récupérer, le taux d adoption n est pas très connu néanmoins son niveau d adoption est moindre par rapport à celui du zaï.

38 Le sous-solage: il consiste à casser la couche superficielle d un sol colmaté afin d améliorer sa capacité d infiltration à l aide d un sous-soleur. Il doit être suivi par une préparation du lit de semis avec une houe ou un outil à dents à traction animale.

39 Les technologies et innovations dans le domaine de la gestion des ravageurs au champ et au stockage En matière de gestion des ravageurs au champ et au stockage, différentes technologies sont disponibles au Burkina Faso. Elles ont été développées par l INERA souvent en collaboration avec des structures de recherche étrangères comme le CIRAD et dans certains cas par la direction de la protection des végétaux du ministère en charge de l agriculture.

40 Les technologies et innovations dans le domaine de la gestion des ravageurs au champ et au stockage Dans le domaine de la gestion des ravageurs au champ, ces technologies peuvent être regroupées en sept (7) catégories que sont : Les technologies de contrôle agronomique ; Les technologies de contrôle biologique ; Les technologies de contrôle chimique ; Les technologies de contrôle mécanique ; Les technologies de contrôle physique ; Les technologies de contrôle préventif ; L approche gestion intégrée.

41 Contrôle agronomique ou cultural Ces technologies visent le contrôle des dégâts des ravageurs au champ et à la conservation à travers l application de diverses techniques culturales allant du travail du sol à l entretien des parcelles en passant par le choix de la variété et des dates de semis (CTA, 2008). Différents travaux de recherche conduits à l INERA et dans d autres structures de recherche internationales sur différentes cultures (céréales, légumineuses, légumes, coton...) ont permis de développer des technologies agronomiques pour la gestion des ravageurs au champ (plantes parasites, maladies, insectes phytophages...).

42 Contrôle agronomique ou cultural Pour cette catégorie de technologie, on note que l utilisation de la résistance variétale a été beaucoup développée contre certaines maladies notamment celles causées par des virus. Dans cette catégorie, l utilisation des variétés résistantes ou tolérantes contre les ravageurs a été beaucoup promue par la recherche.

43 Contrôle agronomique ou cultural Ainsi, contre le striga une plante parasite des céréales (sorgho, mil, maïs, riz) et les graminées sauvage les recherches menées par différents instituts (INERA, IER-Mali, ICRISAT et CIRAD) ont permis de sélectionner des variétés de sorgho résistantes ou tolérantes à Striga hermonthica et adaptées à la zone soudanienne du Burkina Faso

44 Contrôle biologique Les technologies de cette catégorie utilisent des techniques qui ont des bases biologiques pour la lutte contre les ravageurs au champ. Quelques-unes ont été mises au point au Burkina et concernent l utilisation des ennemis naturels (parasitoïdes) pour le contrôle de la chenille mineuse du mil.

45 Contrôle biologique Il ya aussi l utilisation de biopesticides à base d un champignon entomopathogène (Metarhizium anisopliiae) pour la lutte contre les acridiens. Cette technologie a été testée par la Direction de la protection des végétaux. Dans cette catégorie, on peut aussi noter la présence sur le marché de produit à base de Bacillus thuringiensis pour la lutte contre des insectes ravageurs. Des gènes de cette bactérie ont été introduits dans le coton pour créer le coton transgénique BT testé au Burkina Faso par l INERA et actuellement en diffusion auprès des producteurs de coton.

46 Contrôle physique les technologies mises au point visent à contrôler les ravageurs au champ et en conservation par la mise en œuvre de méthodes qui permettent l utilisation de moyens physiques (source de chaleur, onde, sons, barrières physiques ) pour lutter contre les ravageurs. Ce traitement thermique est utilisé pour lutter contre les insectes ravageurs du niébé avant le stockage.

47 Contrôle intégré C est un système de gestion des populations de ravageurs qui met en œuvre toutes les techniques appropriées, d une manière aussi compatible que possible, pour maintenir ces populations en dessous des niveaux qui provoquent des dommages d importance économiques (CTA, 2008). La lutte intégrée minimise le recours aux pesticides de synthèse et promeut l utilisation des pesticides naturels. Au Burkina Faso, les recherches sur la lutte intégrée ont été conduites par l INERA en collaboration avec différents instituts de recherche (IDR, IITA, IRCISAT, Africa Rice, CIRAD, IRD) et l appui de partenaires tels la FAO, le CILSS, l USAID

Mitigation and adaptation options for rain fed Agriculture sector in West Africa

Mitigation and adaptation options for rain fed Agriculture sector in West Africa Mitigation and adaptation options for rain fed Agriculture sector in West Africa Rain fed Agriculture sector in West Africa Emploie plus de 70% de la population active Essentiellement a base de cereales

Plus en détail

EN AGROECOLOGIE. L AIDMR, l APAD Sanguié,CAPROSET en partenariat avec Terre & Humanisme organisent!

EN AGROECOLOGIE. L AIDMR, l APAD Sanguié,CAPROSET en partenariat avec Terre & Humanisme organisent! FORMATION INITIALE EN AGROECOLOGIE Formation de 14 jours répartis en deux sessions en avril et septembre 2014 L AIDMR, l APAD Sanguié,CAPROSET en partenariat avec Terre & Humanisme organisent Une formation

Plus en détail

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Adaptation Aux changements climatiques Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Sommaire Le Le contexte Notion Notion d adaptation Stratégies Stratégies et techniques d adaptation Les Les

Plus en détail

Solutions existantes pour la lutte contre la dégradation des terres et leur restauration

Solutions existantes pour la lutte contre la dégradation des terres et leur restauration Session 2 : Solutions existantes pour la lutte contre la dégradation des terres et leur restauration Points de vue de la société civile Atelier régional Sahel / 18 19 décembre 2014 Tunis ReSaD : la société

Plus en détail

EDUCATION-SANTE-AGRICULTURE-INFORMATIQUE. Licence pour Documents Libres, Version 1.1 Copyright ( ) 2000 Guilde des Doctorants.

EDUCATION-SANTE-AGRICULTURE-INFORMATIQUE. Licence pour Documents Libres, Version 1.1 Copyright ( ) 2000 Guilde des Doctorants. EDUCATION-SANTE-AGRICULTURE-INFORMATIQUE Licence pour Documents Libres, Version 1.1 Copyright ( ) 2000 Guilde des Doctorants. Paris DOCUMENTS PEDAGOGIQUES LIBRES c/n : (rapport entre le carbone et l azote)

Plus en détail

Programme d alphabétisation fonctionnelle

Programme d alphabétisation fonctionnelle www.yaniwulli.org Programme d alphabétisation fonctionnelle de la fédération Yakaar Niani Wulli 2007 2010 Juillet 2007 A. Objectifs La fédération espère, avec ce programme d alphabétisation fonctionnelle,

Plus en détail

Contrats Natura 2000

Contrats Natura 2000 Contrats Natura 2000 A. MESURES NON AGRICOLES ET NON FORESTIÈRES B. MESURES AGRO-ENVIRONNEMENTALES (MAE) B.1 MAE territorialisées : liste nationale (PDRH, décembre 2008) Conditions d accès à certaines

Plus en détail

David, agriculteur en Dordogne

David, agriculteur en Dordogne David, agriculteur en Dordogne David, âgé de 32 ans, s est associé avec ses parents sur une exploitation où il élève 160 vaches. Il a, depuis ces 5 dernières années, changé ses habitudes de travail : il

Plus en détail

GUIDE SUR LA GESTION INTEGREE DU RIZ DE BAS-FOND

GUIDE SUR LA GESTION INTEGREE DU RIZ DE BAS-FOND Projet : GCP/RAF/453/SPA «Amélioration de la production de riz en Afrique de l Ouest en réponse à la flambée des prix des denrées alimentaires» Composante Mali GUIDE SUR LA GESTION INTEGREE DU RIZ DE BAS-FOND

Plus en détail

Fiche technique POMME DE TERRE. Généralités. Version 1.0

Fiche technique POMME DE TERRE. Généralités. Version 1.0 En bref Période de culture : octobre à février/mars Coût de production : 2.5 millions FCFA/ha environ, soit 100 FCFA/kg Rendement moyen : 20-25 T/ha Besoins de financement : intrants, petits équipements

Plus en détail

Guide de production du coton biologique et équitable. Un manuel de référence pour l Afrique de l Ouest

Guide de production du coton biologique et équitable. Un manuel de référence pour l Afrique de l Ouest Guide de production du coton biologique et équitable Un manuel de référence pour l Afrique de l Ouest Editeur Helvetas, Association Suisse pour la Coopération Internationale Weinbergstrasse 22a, Case postale,

Plus en détail

Eau, agriculture et sécurité alimentaire: faire face aux changements globaux

Eau, agriculture et sécurité alimentaire: faire face aux changements globaux Eau, agriculture et sécurité alimentaire: faire face aux changements globaux Billy Troy, Fondation FARM Partage du savoir en Méditerranée (7) Tunis, 19 mai 2012 Sécurité hydrique et sécurité alimentaire

Plus en détail

> Reconquête de la qualité de l eau destinée à l eau potable. > Préservation des captages pour prévenir leur dégradation

> Reconquête de la qualité de l eau destinée à l eau potable. > Préservation des captages pour prévenir leur dégradation Directive Cadre Eau 2000/60/CE Objectifs : > Reconquête de la qualité de l eau destinée à l eau potable Réduction du degré de traitement des eaux brutes pour la production d eau potable > Préservation

Plus en détail

Des semences produites par les agriculteurs pour les agriculteurs

Des semences produites par les agriculteurs pour les agriculteurs apport annuel O 1998 es semences produites par les agriculteurs pour les agriculteurs L POUCTIO et la distribution de semences sont de véritables contraintes pour la diffusion de nouvelles variétés culturales.

Plus en détail

le SÉSAME au BURKINA FASO état des lieux 2013 FICHES TECHNIQUES de PRODUCTION du SÉSAME

le SÉSAME au BURKINA FASO état des lieux 2013 FICHES TECHNIQUES de PRODUCTION du SÉSAME le SÉSAME au BURKINA FASO état des lieux 2013 FICHES TECHNIQUES de PRODUCTION du SÉSAME livret 3 Ce document a été élaboré par Rongead Le sésame au Burkina Faso : état des lieux 2013 Ce livret fait partie

Plus en détail

PHYTO_09 Diversité de la succession culturale en cultures spécialisées

PHYTO_09 Diversité de la succession culturale en cultures spécialisées PHYTO_09 Diversité de la succession culturale en cultures spécialisées Sous-mesure : 10.1 Paiements au titre d'engagements agroenvironnementaux et climatiques Version du 3 février 2015 1. Description du

Plus en détail

Introduction de la technique du placement mécanique de microdoses d engrais et de la semence

Introduction de la technique du placement mécanique de microdoses d engrais et de la semence INSTITUT D ECONOMIE RURALE Japan International Research Center for Agricultural Sciences Introduction de la technique du placement mécanique de microdoses d engrais et de la semence Décembre 2012 Annexe:

Plus en détail

Rapport : Le développement des capacités pour soutenir les politiques nationales de gestion de la sécheresse

Rapport : Le développement des capacités pour soutenir les politiques nationales de gestion de la sécheresse Rapport : Le développement des capacités pour soutenir les politiques nationales de gestion de la sécheresse Les conditions de la sècheresse et les stratégies de l aménagement au Cabo Verde 1. Les domaines

Plus en détail

Manuel de formation. Système de Riziculture Intensive (SRI)

Manuel de formation. Système de Riziculture Intensive (SRI) USAID / Afrique de l Ouest Expanded Agribusiness and Trade Promotion (USAID E-ATP) USAID / Mali Initiatives Intégrées pour la Croissance Economique au Mali (IICEM) Manuel de formation Système de Riziculture

Plus en détail

UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES

UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES UTILISATION DES PRODUITS PHYTOSANITAIRES Avant-propos: Le sol est un milieu vivant et fragile en constante évolution. On pourra l améliorer ou le détruire en fonction des actions que l on effectuera sur

Plus en détail

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie

ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie ACTION N 1 Itinéraires techniques du colza en agrobiologie Maître d œuvre : Chambres d Agriculture de Bretagne Partenaires : INRA, Cetiom, CRA des Pays de la Loire, Union Eolys, semenciers Durée du programme

Plus en détail

Chapitre 3 : Vers une agriculture durable

Chapitre 3 : Vers une agriculture durable Chapitre 3 : Vers une agriculture durable Au XXI siècle, on prévoit une population de 9 milliards d êtres humains. Nourrir la population est donc un défi majeur. Cf. cours de seconde : problèmes de la

Plus en détail

RAPPORT DE FORMATION DES MEMBRES DE L UCP DE KETOU SUR LA GESTION INTEGREE DE LA FERTILITE DES SOLS

RAPPORT DE FORMATION DES MEMBRES DE L UCP DE KETOU SUR LA GESTION INTEGREE DE LA FERTILITE DES SOLS REPUBLIQUE DU BENIN Union Commun ale des Producteurs de Kétou RAPPORT DE FORMATION DES MEMBRES DE L UCP DE KETOU SUR LA GESTION INTEGREE DE LA FERTILITE DES SOLS Consultant-Formateur : Arnaud DETCHENOU

Plus en détail

RAPPORT : FORMATION DE 8 AGENTS ET 200 PAYSANS PRODUCTEURS DE RIZ A GAO SUR LE SYSTEME DE RIZICULTURE INTENSIVE (SRI). Campagne Agricole 2014-2015.

RAPPORT : FORMATION DE 8 AGENTS ET 200 PAYSANS PRODUCTEURS DE RIZ A GAO SUR LE SYSTEME DE RIZICULTURE INTENSIVE (SRI). Campagne Agricole 2014-2015. MINISTERE DE DEVELOPPEMENT RURAL REPUBLIQUE DU MALI ********* UN PEUPLE- UN BUT UNE FOI DIRECTION NATIONALE DE L AGRICULTURE ******** DIRECTION REGIONALE DE L AGRICULTURE DE GAO RAPPORT : FORMATION DE

Plus en détail

Colza Culture 4.6.11. Généralités. Types de sol. Préparation du sol. Rotation des cultures

Colza Culture 4.6.11. Généralités. Types de sol. Préparation du sol. Rotation des cultures Colza Culture 4.6.11 Généralités Plante oléagineuse (40 à 42% d huile dans la graine). Famille des crucifères. Culture adaptée aux zones plutôt fraîches (jusqu à 800 m d altitude environ). Bonne couverture

Plus en détail

PROGRAMME REGIONAL DE BIOSECURITE DE L UEMOA (PRB/UEMOA)

PROGRAMME REGIONAL DE BIOSECURITE DE L UEMOA (PRB/UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) -:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:- LA COMMISSION -:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:- PROGRAMME REGIONAL DE BIOSECURITE DE L UEMOA (PRB/UEMOA) 2007 1. CONTEXTE ET

Plus en détail

www.elephant-vert.com 1

www.elephant-vert.com 1 www.elephant-vert.com 1 L AGRICULTURE FACE À DES DÉFIS INÉDITS 3 L Afrique au cœur d un carrefour stratégique 1. 2. 3. 4. 5. Défi sanitaire: 1 Africain sur 4 souffre encore de malnutrition. Dans les pays

Plus en détail

La réussite d une culture de tomate dépend dans une certaine mesure de la qualité des plants issus de la pépinière.

La réussite d une culture de tomate dépend dans une certaine mesure de la qualité des plants issus de la pépinière. Fiche technique: Culture de la tomate La tomate (Lycopersicon esculentum Mill.) de la famille des Solanacées, est l une des plus importantes cultures maraîchères produites au Bénin tant sur le plan des

Plus en détail

Atelier National de plaidoyer sur la Régénération Naturelle Assistée (RNA) OUAGADOUGOU, 26/03/2013

Atelier National de plaidoyer sur la Régénération Naturelle Assistée (RNA) OUAGADOUGOU, 26/03/2013 IUCN NL/EA Atelier National de plaidoyer sur la Régénération Naturelle Assistée (RNA) OUAGADOUGOU, 26/03/2013 IUCN NL/EA Les bonnes pratiques d agroforesterie par la régénération naturelle assistée au

Plus en détail

Analyses de sol et interprétation 4des résultats

Analyses de sol et interprétation 4des résultats Analyses de sol et interprétation 4des résultats 4 Analyses de sol et interprétation des résultats Pour optimiser la fumure, il faut prendre en considération, en plus du besoin des plantes, différentes

Plus en détail

Stage de Formation d une semaine en Protection Intégrée des Cultures proposé par ENDURE

Stage de Formation d une semaine en Protection Intégrée des Cultures proposé par ENDURE Stage de Formation d une semaine en Protection Intégrée des Cultures proposé par ENDURE Suggestion pour les Pays d Europe du Nord Horaire Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi 8.00-8.45 En quoi consiste

Plus en détail

RAPPORT DE MISSION KAYA/REGION DU CENTRE NORD 2010

RAPPORT DE MISSION KAYA/REGION DU CENTRE NORD 2010 LA MISSION EFFECTUEE DU 2 AU 6 FEVRIER 2010 A KAYA DANS LE SANMATENGA Introduction Du 2 au 6 Février 2010, une équipe du Programme d Appui Régional à la Sécurité Alimentaire, Lutte Contre la Désertification,

Plus en détail

Fiches Techniques un outil pour faciliter l évaluation du crédit agricole

Fiches Techniques un outil pour faciliter l évaluation du crédit agricole Fiches Techniques un outil pour faciliter l évaluation du crédit agricole Michael Marx, Centre d investissement Organisation des Nations Unies pour l Agriculture et l Alimentation Date: 18 mars 2015 AgriFin

Plus en détail

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005 Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques 21 et 23 février 2005 Marc F. Clément, agronome Qui a bonnes plantes a bonnes vaches!

Plus en détail

Après-midi technique à l EARL de la Rue. Tournesol. A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013. - le Mildiou :

Après-midi technique à l EARL de la Rue. Tournesol. A Bretoncelles, le lundi 3 juin 2013. - le Mildiou : - le Mildiou : - le Sclérotinia : Semer sur des parcelles bien ressuyées Eviter les mouillères Détruire les repousses Arracher manuellement toute plante contaminée prévenir la DRAAF < 01/07 en cas d attaque

Plus en détail

Les parcs et jardins et le développement durable

Les parcs et jardins et le développement durable MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION CONSEIL NATIONAL DES PARCS ET JARDINS GUIDE DES BONNES PRATIQUES Les parcs et jardins et le développement durable Introduction Engager une démarche de développement

Plus en détail

Manuel de mesures de conservation des sols à l aide de sacs de sable plus ciment

Manuel de mesures de conservation des sols à l aide de sacs de sable plus ciment REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE L AGRICULTURE DIRECTION DES ETUDES ET DE LA PROGRAMMATION Japan International Research Center for Agricultural Sciences Manuel de mesures de conservation des sols à l aide

Plus en détail

PCAE. INVESTISSEMENTS ELIGIBLES (Opérations 4.1 et 4.4 du PDR Centre Val de Loire pour les appels à projets 2016)

PCAE. INVESTISSEMENTS ELIGIBLES (Opérations 4.1 et 4.4 du PDR Centre Val de Loire pour les appels à projets 2016) Toutes filières PCAE INVESTISSEMENTS ELIGIBLES (Opérations 4.1 et 4.4 du PDR Centre Val de Loire pour les appels à projets 2016) Thème Critères Types d investissements concernés Observations Diagnostics

Plus en détail

Production de la biomasse végétale

Production de la biomasse végétale 4 Production de la biomasse végétale Ce support a été réalisé avec le soutien financier du Compte d'affectation spéciale "Développement Agricole et Rural" du Ministère de l'alimentation, de l'agriculture

Plus en détail

Megafol Protein. Augmente la valeur de la récolte.

Megafol Protein. Augmente la valeur de la récolte. . Augmente la valeur de la récolte. Quantité supérieure de protéines dans les grandes productions de blé. Quantité supérieure de protéines et meilleure digestibilité de la luzerne. augmente la quantité

Plus en détail

Comité Régional d Orientation et de Suivi du plan Ecophyto. 23 février 2015

Comité Régional d Orientation et de Suivi du plan Ecophyto. 23 février 2015 Comité Régional d Orientation et de Suivi du plan Ecophyto 23 février 2015 Présentation des RITA Définition et périmètre : Réseau d Innovation et de Transfert Agricole Présent dans les 5 DOM Créés en 2011

Plus en détail

RAPPORT DE RECHERCHE

RAPPORT DE RECHERCHE IMPACT AGRONOMIQUE ET ÉCONOMIQUE DES LÉGUMINEUSES DANS LES ROTATIONS AGRICOLES RAPPORT DE RECHERCHE Demandeur : Institut de recherche et de développement en agroenvironnement (IRDA) Chercheurs : Adrien

Plus en détail

La Pomme de Terre de fécule

La Pomme de Terre de fécule La Pomme de Terre de fécule Enquête technique Récolte 2014 SOMMAIRE Retour sur les conditions climatiques 2014 03 Caractéristiques de la campagne 2014 04 Vous trouverez dans ce document les résultats

Plus en détail

LES ENGRAIS VERTS. Un outil pour le bon fonctionnement du sol

LES ENGRAIS VERTS. Un outil pour le bon fonctionnement du sol LES ENGRAIS VERTS Un outil pour le bon fonctionnement du sol Un engrais vert est un couvert végétal constitué d une ou plusieurs espèces, de croissance généralement rapide, cultivé pour être incorporé

Plus en détail

IMPLANTER OU MAINTENIR DES BANDES ENHERBÉES EN BORDURE DE COURS D EAU ET DE PLAN D EAU RÉHABILITER LES TÊTES DE FORAGE NON CONFORMES

IMPLANTER OU MAINTENIR DES BANDES ENHERBÉES EN BORDURE DE COURS D EAU ET DE PLAN D EAU RÉHABILITER LES TÊTES DE FORAGE NON CONFORMES IMPLANTER DES CULTURES INTERMÉDIAIRES PIÈGES À NITRATES (CIPAN) Afin d'éviter le lessivage des nitrates en excès après la récolte, il est indispensable d implanter une CIPAN (moutarde, phacélie, seigle

Plus en détail

PROJET METAGRI: SEMINAIRES ITINERANTS DE FORMATION DES PAYSANS SUR LE TEMPS, LE CLIMAT ET L AGRICULTURE

PROJET METAGRI: SEMINAIRES ITINERANTS DE FORMATION DES PAYSANS SUR LE TEMPS, LE CLIMAT ET L AGRICULTURE SOCIETE D EXPLOITATION ET DE DEVELOPPEMENT AEROPORTUAIRE AERONAUTIQUE ET METEOROLOGIQUE PROJET METAGRI: SEMINAIRES ITINERANTS DE FORMATION DES PAYSANS SUR LE TEMPS, LE CLIMAT ET L AGRICULTURE 1 PLAN DE

Plus en détail

ATOUTS ET CONTRAINTES PAR RAPPORT AU CAHIER DES CHARGES DE L AB Filière Bovins Lait

ATOUTS ET CONTRAINTES PAR RAPPORT AU CAHIER DES CHARGES DE L AB Filière Bovins Lait LE SOL forts Sol sensible à l érosion Part du parcellaire labourable faible Accès limité ou difficile aux parcelles pâturées Peu d engrais organiques (effluents d élevage) disponibles sur l exploitation

Plus en détail

Le drainage agricole : problèmes, diagnostic et solutions

Le drainage agricole : problèmes, diagnostic et solutions Le drainage agricole : problèmes, diagnostic et solutions Victor Savoie, ingénieur agricole MAPAQ, Centre-du-Québec, Nicolet Photo : Véronique Gagnon, Club agroenvironnement Bois-Francs Le drainage agricole

Plus en détail

Moutarde blanche - Brassicacées Sinapsis alba

Moutarde blanche - Brassicacées Sinapsis alba synthèse Engazonnement hivernal Moutarde blanche - Brassicacées Sinapsis alba Caractéristiques de la moutarde : Brassicacée 1, sélectionnée pour sa capacité à produire du fourrage. Système racinaire pivotant

Plus en détail

Manuel d installation

Manuel d installation SS Systèmes de bio-épuration sur l exploitation : Elimination, par biodégradation, des pesticides contenus dans les eaux de rinçage du pulvérisateur Manuel d installation (Version n 4 2015) +32 (0) 81627172

Plus en détail

Filtres plantés de roseaux (1/3)

Filtres plantés de roseaux (1/3) Filtres plantés de roseaux (1/3) Cuve tampon d homogénéisation - décanteur - flottation 2 étages de filtre plantés - traitement aérobie parcelle enherbée, sillon d infiltration - traitement final Condition

Plus en détail

Lettre d informations 1 27 avril 2015

Lettre d informations 1 27 avril 2015 Lettre d informations 1 27 avril 2015 Au programme de cette lettre d informations : Point Agrométéo La gelée blanche de début avril Démarrage de la végétation point nutrition Point phytosanitaire Point

Plus en détail

Support de formation des producteurs de maïs. Bien produire le maïs en Côte d Ivoire

Support de formation des producteurs de maïs. Bien produire le maïs en Côte d Ivoire Support de formation des producteurs de maïs Bien produire le maïs en Côte d Ivoire Choix de la parcelle Issa veut créer un champ de maïs, il a besoin de conseils pour choisir sa parcelle. Message-clé

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURE POUR LA SELECTION DE HUIT (8) COLLECTIVITES TERRITORIALES POUR LE PROGRAMME SONGHAI CCT

APPEL A CANDIDATURE POUR LA SELECTION DE HUIT (8) COLLECTIVITES TERRITORIALES POUR LE PROGRAMME SONGHAI CCT UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------- Le Conseil des Collectivités Territoriales -------- LE PRESIDENT --------- APPEL A CANDIDATURE POUR LA SELECTION DE HUIT (8) COLLECTIVITES TERRITORIALES

Plus en détail

GUIDE DE PRODUCTION DE SEMENCES DE RIZ

GUIDE DE PRODUCTION DE SEMENCES DE RIZ MINISTERE DE L AGRICULTURE REPUBLIQUE DU MALI =-=-=-=-=-=--=-=-=-=-=-=--= UN PEUPLE UN BUT UNE FOI DIRECTION NATIONALE DE L AGRICULTURE GUIDE DE PRODUCTION DE SEMENCES DE RIZ AVRIL 2012 Avant propos Le

Plus en détail

Maraîchage bio diversifié en circuits courts

Maraîchage bio diversifié en circuits courts fiche Repères 2014 Maraîchage bio diversifié en circuits courts Ces fiches repères ont été réalisées en 2014 par des techniciens spécialisés en maraîchage bio en Poitou-Charentes, sur la base de chiffres

Plus en détail

Synthèse des résultats de l enquête en ligne sur la gestion de l état structural des sols en Nord-Pas-de-Calais

Synthèse des résultats de l enquête en ligne sur la gestion de l état structural des sols en Nord-Pas-de-Calais Enquête coordonnée par : Contact : c.turillon@agro-transfert-rt.com Synthèse des résultats de l enquête en ligne sur la gestion de l état structural des sols en Nord-Pas-de-Calais Enquête réalisée en partenariat

Plus en détail

Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr.

Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr. Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr., MAPAQ Contenu de la présentation o Recommandations o Connaissances o

Plus en détail

Agriculture biologique : cultiver la terre et non l exploiter

Agriculture biologique : cultiver la terre et non l exploiter Agriculture biologique : cultiver la terre et non l exploiter En 2007, un groupe d experts réunis par l Organisation des Nations Unies pour l alimentation et l agriculture (FAO) a publié un rapport soulignant

Plus en détail

Les mycotoxines. Jean-Denis Bailly Mycotoxicologie ENVT. Définition? Composé toxique produit par des moisissures. champignons microscopiques

Les mycotoxines. Jean-Denis Bailly Mycotoxicologie ENVT. Définition? Composé toxique produit par des moisissures. champignons microscopiques Les mycotoxines Jean-Denis Bailly Mycotoxicologie ENVT Définition? Composé toxique produit par des moisissures champignons microscopiques 1 Historique Impact des mycotoxines en santé humaine Ergotisme:

Plus en détail

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système Pommes de terre et légumes.

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système Pommes de terre et légumes. Système Pommes de terre et légumes. Caractéristiques Variantes de ce système : Il existe près de 150 exploitations de moins de 100 ha qui produisent de la pomme de terre, essentiellement pour une vente

Plus en détail

L' homme agit sur son environnement.

L' homme agit sur son environnement. Duong Alexis 6eB L' homme agit sur son environnement. Causes des pollutions du sol Le sommaire La pollution des sols. -Introduction p3. -1) Définition du rôle du sol p 4-5. -2) Les causes de la pollution

Plus en détail

Entre 2 cultures qui rapportent, choisissez une culture qui apporte

Entre 2 cultures qui rapportent, choisissez une culture qui apporte Entre cultures qui rapportent, choisissez une culture qui apporte www.semencesdefrance.com gamme 4 problématiques 4 solutions 4 ENTRE CULTURES DE PRODUCTION, I-SOL APPORTE À LA TERRE DES ÉLÉMENTS NUTRITIFS

Plus en détail

Techniques de production de feuilles de Moringa en exploitation agricole familiale

Techniques de production de feuilles de Moringa en exploitation agricole familiale http://www.moringanews.org Techniques de production de feuilles de Moringa en exploitation agricole familiale Document räalisä par Armelle de Saint Sauveur, PROPAGE Financement : Centre Technique de CoopÄration

Plus en détail

CODE D USAGES POUR LA PRÉVENTION ET LA RÉDUCTION DE L OCHRATOXINE A DANS LE VIN

CODE D USAGES POUR LA PRÉVENTION ET LA RÉDUCTION DE L OCHRATOXINE A DANS LE VIN CODE D USAGES POUR LA PRÉVENTION ET LA RÉDUCTION DE L OCHRATOXINE A DANS LE VIN CAC/RCP 63-2007 1. PRÉAMBULE Les mycotoxines, en particulier l'ochratoxine A (OTA), sont des métabolites secondaires produits

Plus en détail

Agriculture en systèmes naturels

Agriculture en systèmes naturels Agriculture en systèmes naturels Mélanges de cultivars, cultures-abris et cultures intercalaires - blé de printemps biologique Contexte Blé avec avoine comme culture associée La production de céréales

Plus en détail

Chapitre 5. La gestion de l eau

Chapitre 5. La gestion de l eau Chapitre 5 La gestion de l eau L intensification durable nécessite des systèmes d irrigation plus efficaces et précis, ainsi que des systèmes d exploitation agricole utilisant une approche écosystémique

Plus en détail

La fabrication du compost et la fosse compostière

La fabrication du compost et la fosse compostière La fabrication du compost et la fosse compostière Sommaire Objectifs et principes de la technique Quelques conseils pour les paysans La construction de la fosse compostière La fabrication du compost Calendrier

Plus en détail

Le sol est vivant. Importance des sols. Les sols, constituants inertes et êtres vivants. Champignons conocybes

Le sol est vivant. Importance des sols. Les sols, constituants inertes et êtres vivants. Champignons conocybes Le sol est vivant Champignons conocybes Les conocybes sont des champignons de la famille des Bolbitiacées. Cette famille comporte plusieurs genres dont les caractères de détermination principaux résident

Plus en détail

Quelques éléments sur la culture «naturelle» du colza

Quelques éléments sur la culture «naturelle» du colza Nature et Progrès Document Biodoc n 12 Association d agriculture (nouvelle édition janvier 2007) écologique de l Orne (AGRECO) Joseph Pousset Groupement régional d agriculture réservés) (tous droits de

Plus en détail

LES CULTURES SOUS SERRE

LES CULTURES SOUS SERRE LES CULTURES SOUS SERRE Chiffres clés du secteur des cultures légumières Les cultures légumières ce sont : - plus de 35 espèces (à l exception des pommes de terre) - une surface totale d environ 329 000

Plus en détail

Salon Tech & Bio Intervention mercredi 7 septembre

Salon Tech & Bio Intervention mercredi 7 septembre Groupe engagé qui initie, transforme et commercialise à ses marques des produits biologiques et écologiques issus du végétal Salon Tech & Bio Intervention mercredi 7 septembre Euro - Nat SA Jatariy SRL

Plus en détail

UNIVERSITE DU BURUNDI

UNIVERSITE DU BURUNDI UNIVERSITE DU BURUNDI EVALUATION DE L IMPACT DE L INNOVATION DES PETITES PARCELLES DANS LA MULTIPLICATION RAPIDE DES SEMENCES DE POMME DE TERRE : cas des communes Mugongo- Manga et Muruta. Par NIYOYANKUNZE

Plus en détail

La Financière agricole du Québec

La Financière agricole du Québec La Financière agricole du Québec Plan d action de développement durable 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général... 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser,

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE PREMIERE SESSION DU COMITE SCIENTIFQUE ET TECHNIQUE DU PROGRAMME CILSS/FERSOL. Koudougou du 2 au 4 février 2011

TERMES DE REFERENCE PREMIERE SESSION DU COMITE SCIENTIFQUE ET TECHNIQUE DU PROGRAMME CILSS/FERSOL. Koudougou du 2 au 4 février 2011 COMMISSION EUROPEENNE COMITE PERMANENT INTER-ETATS DE LUTTE DELEGATION AU BURKINA FASO CONTRE LA SECHERESSE AU SAHEL TERMES DE REFERENCE PREMIERE SESSION DU COMITE SCIENTIFQUE ET TECHNIQUE DU PROGRAMME

Plus en détail

ferti-pratiques Le potassium Élément le plus mobilisé par les plantes fiche n 28

ferti-pratiques Le potassium Élément le plus mobilisé par les plantes fiche n 28 ferti-pratiques Le potassium Élément le plus mobilisé par les plantes fiche n 28 Le potassium, régulateur et anti-stress des plantes Le potassium circule dans la plante sous la forme du cation + tel qu

Plus en détail

Comité rizicole du 18 avril 2012. Programmes Recherche & Développement de la filière Riz

Comité rizicole du 18 avril 2012. Programmes Recherche & Développement de la filière Riz Comité rizicole du 18 avril 2012 Programmes Recherche & Développement de la filière Riz Comité rizicole du 18 avril 2012 Coûts des projets proposés AXE 1 Innovation variétale AXE 2 Conduite et pratique

Plus en détail

La Protection Biologique Intégrée Mars 2007. Un savoir-faire... alliant Nature...et cultures. SOMMAIRE

La Protection Biologique Intégrée Mars 2007. Un savoir-faire... alliant Nature...et cultures. SOMMAIRE La Protection Biologique Intégrée Un savoir-faire... alliant Nature......et cultures. SOMMAIRE 1) Présentation de la Protection Biologique Intégrée à la Réunion 1.1) Définition de la PBI 1.2) Historique

Plus en détail

L agro écologie pour nourrir aujourd hui et demain ( Former des agents de changements au service de l agriculture paysanne familiale )

L agro écologie pour nourrir aujourd hui et demain ( Former des agents de changements au service de l agriculture paysanne familiale ) L agro écologie pour nourrir aujourd hui et demain ( Former des agents de changements au service de l agriculture paysanne familiale ) Le contexte Depuis les années 1980 suite aux programmes d ajustement

Plus en détail

Formation d animateurs endogènes en agroécologie du Burkina Faso

Formation d animateurs endogènes en agroécologie du Burkina Faso Formation d animateurs endogènes en agroécologie du Burkina Faso CONTACT : Ablacé Compaoré - compablace@hotmail.com (+226) 76 61 45 12 Marie Gabeloux : marie@terre-humanisme.org - (+223) 70 10 59 12 L

Plus en détail

Restauration et gestion de la fertilité des sols du bassin versant de Maniandro sur les Hautes Terres Centrales de Madagascar

Restauration et gestion de la fertilité des sols du bassin versant de Maniandro sur les Hautes Terres Centrales de Madagascar Restauration et gestion de la fertilité des sols du bassin versant de Maniandro sur les Hautes Terres Centrales de Madagascar Simone R. RATSIVALAKA 1, N. ANDRIAMAMPIANINA 2, M. ANDRIAMIHAMINA 3, J-C. RANDRIAMBOAVONJY

Plus en détail

Perspectives offertes par la culture en association de froment et de pois protéagineux d hiver

Perspectives offertes par la culture en association de froment et de pois protéagineux d hiver Perspectives offertes par la culture en association de froment et de pois protéagineux d hiver Jérôme Pierreux (1), Pierre Delaplace (2), Christian Roisin (3) et Bernard Bodson (1) 1 : Unité de Phytotechnie

Plus en détail

Note conceptuelle. Atelier de renforcement de la capacité nationale et de lancement de la plateforme électronique sur des semences WASIX

Note conceptuelle. Atelier de renforcement de la capacité nationale et de lancement de la plateforme électronique sur des semences WASIX Note conceptuelle Atelier de renforcement de la capacité nationale et de lancement de la plateforme électronique sur des semences WASIX A. Introduction Le Programme Semencier Ouest Africain (en anglais,

Plus en détail

Hiver. Destruction par le gel et / ou chimique MINERALISATION

Hiver. Destruction par le gel et / ou chimique MINERALISATION QU EST-CE QU UNE PLANTE COMPAGNE? C est un couvert végétal semé en association avec une culture principale afin d améliorer son comportement agronomique et sa rentabilité. Initialement travaillés sur la

Plus en détail

Colza. Synthèse variétale 2014

Colza. Synthèse variétale 2014 Colza Synthèse variétale 2014 La campagne 201-2014 en colza aura été marquée par des conditions humides de l implantation à la récolte. Sur certaines zones, la culture a nécessité moins de passage de protection

Plus en détail

ORIENTATION SYLVICOLE / Guide n 007

ORIENTATION SYLVICOLE / Guide n 007 ORIENTATION SYLVICOLE / Guide n 007 Peuplements mélangés, modalités, perspectives La diversité des exigences des essences pour la lumière, l eau et les éléments minéraux, nécessite toutefois de prendre

Plus en détail

UN BURKINA FASO «PLUS VERT» : Techniques agricoles et amélioration des moyens de subsistance

UN BURKINA FASO «PLUS VERT» : Techniques agricoles et amélioration des moyens de subsistance septembre 2014 Sommaire de l'étude de cas Environnement UN BURKINA FASO «PLUS VERT» : Techniques agricoles et amélioration des moyens de subsistance Amanda Lenhardt, Jonathan Glennie, Nicholas Intscher

Plus en détail

ACTION 1.3 REALISER UN PLAN DE GESTION DIFFERENCIEE DES ESPACES VERTS PUBLICS

ACTION 1.3 REALISER UN PLAN DE GESTION DIFFERENCIEE DES ESPACES VERTS PUBLICS ACTION 1.3 REALISER UN PLAN DE GESTION DIFFERENCIEE DES ESPACES VERTS PUBLICS Référent Technique : Alain Alphonse Responsable bureaux d études Réunion du 12 Juillet Comité de suivi Agenda 21 La gestion

Plus en détail

Techniques culturales de captage des eaux pluviales

Techniques culturales de captage des eaux pluviales KHARMOUCH Mohamed: Ingénieur en Génie Rural Direction de l Irrigation et de l Aménagement de l Espace Agricole Techniques culturales de captage des eaux pluviales PLAN 1- L EAU RESSOURCE RARE 2- PESPECTIVES/LA

Plus en détail

Essai colza en système de cultures innovant

Essai colza en système de cultures innovant Essai colza en système de cultures innovant Compte-rendu d essais Année 2010-2011 COURTOIS Nicolas Avec la collaboration de M. BOSSON Christophe, exploitant à Aire-la-Ville Sommaire 1. Présentation...

Plus en détail

La valorisation des terres en friche

La valorisation des terres en friche La valorisation des terres en friche Les plans de développement de la zone agricole et la mise en valeur des terres en friche La valorisation des terres en friche constitue assurément un des moyens d atteindre

Plus en détail

Au Québec, en 2001, on comptait

Au Québec, en 2001, on comptait QUALITÉ DE L EAU EN MILIEU AGRICOLE Les pesticides dans la culture de la pomme de terre Au Québec, en 2001, on comptait 19 000 hectares en culture de pommes de terre. En plus des fertilisants, plusieurs

Plus en détail

3 ème CONGRES DU RIZ EN AFRIQUE

3 ème CONGRES DU RIZ EN AFRIQUE 3 ème CONGRES DU RIZ EN AFRIQUE ALLOCUTION DU Dr Oumar NIANGADO Délégué de la Fondation YAOUNDE/CAMEROUN, 21-24 OCTOBRE 2013 Mesdames/Messieurs les Ministres (etc.) Permettez-moi tout d abord, au nom du

Plus en détail

COMMENT FIXER LES DUNES POUR FREINER L ENSABLEMENT DES CHAMPS, DES PATURAGES ET DES COURS D EAU

COMMENT FIXER LES DUNES POUR FREINER L ENSABLEMENT DES CHAMPS, DES PATURAGES ET DES COURS D EAU Capitalisation des actions d amélioration durable de la fertilité des sols pour l aide à la décision au Burkina Faso (FERSOL) Union Européenne Comité permanent Inter- États de Lutte contre la Sécheresse

Plus en détail

Bande enherbée étroite et travail réduit de sol pour contrôler la pollution diffuse en milieu agricole

Bande enherbée étroite et travail réduit de sol pour contrôler la pollution diffuse en milieu agricole COLLOQUE EN AGROENVIRONNEMENT «Des outils d intervention à notre échelle» Le 24 février 2005, Drummondville Bande enherbée étroite et travail réduit de sol pour contrôler la pollution diffuse en milieu

Plus en détail

Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables. Notice explicative. Les essentiels. Octobre 2012

Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables. Notice explicative. Les essentiels. Octobre 2012 Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables Notice explicative Octobre 2012 Les essentiels Depuis le 1 er septembre 2012, un nouveau programme d actions national s applique sur la totalité

Plus en détail

Salade Protection contre Nesidiocoris tenuis 2013

Salade Protection contre Nesidiocoris tenuis 2013 Salade Protection contre Nesidiocoris tenuis 2013 Anthony GINEZ, Céline SANLAVILLE, Claire GOILLON, APREL - Benjamin GARD, Ctifl-APREL - Isabelle HALLOUIN, Chambre d Agriculture des Bouches-du-Rhône (13)

Plus en détail

Correction Chapitre 3. Vers une agriculture durable

Correction Chapitre 3. Vers une agriculture durable Correction Chapitre 3 Vers une agriculture durable Etude d'un agrosystème Un agrosystème est un écosystème modifié ou créé par l Homme pour subvenir à ses besoins. Il a pour but de produire des quantités

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE

FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE 2 I- JUSTIFICATION La consommation de la pastèque est en nette expansion en réponse à une forte demande nationale et régionale ; Cependant la production

Plus en détail

Version abrégée des exigences bio 2015 2.2.1

Version abrégée des exigences bio 2015 2.2.1 Version abrégée des exigences bio 2015 2.2.1 Dispositions générales Obligatoire pour la production, la transformation et la commercialisation des produits végétaux et animaux ( sauf aquaculture ) issus

Plus en détail