ZOOM SUR LA DMLA In Newsletter du Centre Hospitalier de Perpignan 30 oct 2012 Dr Guilhem Cartry chef de service Ophtalmologie CHP LA DMLA?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ZOOM SUR LA DMLA In Newsletter du Centre Hospitalier de Perpignan 30 oct 2012 Dr Guilhem Cartry chef de service Ophtalmologie CHP LA DMLA?"

Transcription

1 ZOOM SUR LA DMLA In Newsletter du Centre Hospitalier de Perpignan 30 oct 2012 Dr Guilhem Cartry chef de service Ophtalmologie CHP LA DMLA? La Dégénérescence Maculaire Liée à l Age (DMLA) est la principale cause de malvoyance ou de cécité légale* dans les pays industrialisés chez les sujets de plus de 50 ans. Il existe des précurseurs pour lesquels on emploie le terme de Maculopathie Liée à l Age (MLA) ce qui explique certaines discordances épidémiologiques selon leur prise en compte. On peut cependant estimer que 12% de la population entre 65 ans et 75 ans présente une DMLA, soit environ 1,3 million de personnes et ce nombre augmente chaque jour. En France il s'agit de la première cause de mal-voyance et le nombre de patients atteints devrait être multiplié par 3 d'ici à 25 ans. Différents facteurs semblent favoriser l'apparition d'une DMLA, tels que l'exposition prolongée au soleil, le tabagisme, le surpoids, les troubles circulatoires et les antécédents familiaux. Ces différents facteurs pourraient avoir un rôle déclenchant en présence d'une prédisposition génétique. La DMLA est une altération dégénérative, acquise, non héréditaire, non inflammatoire de la macula (5% centraux de la rétine), qui se traduit par une baisse progressive de la vision aboutissant à une perte de la vision centrale. C est une pathologie du vieillissement. La perte du champ visuel central est un handicap majeur ne permettant plus la lecture, la conduite, la vision fine. Cette pathologie n aboutit jamais à la cécité totale, les patients conservant une autonomie relative pour se déplacer, se promener. LES SIGNES FONCTIONNELS? La DMLA peut se manifester par une baisse d acuité visuelle, un brouillard visuel, la perception de scotomes (taches sombres de petite taille dans le champ visuel central), ou de métamorphopsies (déformation des images). Le test de la grille d Amsler permet de suspecter une DMLA. En tenant la grille d Amsler au niveau de l œil, à une distance de lecture confortable, et en fixant le point central, les patients atteints voient des lignes déformées, interrompues ou brisées, parfois des zones floues ou aveugles. Il est dans ce cas urgent d adresser le patient vers une consultation en ophtalmologie. D'autres pathologies sont susceptibles de donner des métamorphopsies à tout âge, et doivent aussi amener à consulter en urgence (néo-vaisseaux maculaires du jeune, tumeur, membrane épi-rétinienne par exemple). *Le terme de cécité légale signifie acuité visuelle centrale <1/20 quel que soit l état du champ visuel et ne signifie donc pas cécité totale.

2 LES FORMES CLINIQUES? On en distingue trois types : - les précurseurs (MLA) consistent en de petits dépôts rétiniens, les drusens, observables par examen du fond d œil, le plus souvent asymptomatiques. - la forme sèche ou atrophique (un tiers des cas) est marquée par une atrophie progressive du tissu maculaire et se traduit par une baisse d acuité visuelle progressive et/ou un ou des scotomes centraux lentement extensifs. - la forme humide, ou exsudative, se traduit par une prolifération de néo-vaisseaux sous la rétine générant un oedème (épaississement) et une désorganisation brutale de la structure maculaire. Elle se manifeste par l apparition brutale d une baisse d acuité visuelle, d un scotome ou de métamorphopsies. Selon les études, la prévalence de la DMLA exsudative représente 35 à 65 % des stades tardifs. La prévalence croit avec l âge pour atteindre environ 15 % de forme grave après l âge de 80 ans. LE DIAGNOSTIC? Quels examens réaliser devant une DMLA? >> Un fond d œil DMLA atrophique = disparition du tissu rétinien avec visibilité des gros vaisseaux choroïdiens, zones pâles à bords bien définis.

3 DMLA exsudative = épaississement ou décollement séreux rétinien ; lésion néovasculaire ; décollement de l épithélium pigmentaire présence d hémorragies sousrétiniennes, d exsudats rétiniens ; de fibrose sous-rétinienne dans la région maculaire. >> Une tomographie en cohérence optique (OCT) Met en évidence ou confirme le diagnostic de forme humide, fait le bilan de la désorganisation maculaire (œdème, décollement séreux rétinien, décollement de l épithélium pigmentaire), localise et type les néo-vaisseaux et permet parfois de suspecter ou de diagnostiquer des formes cliniques particulières. Cet examen est un complément indispensable à l angiographie pour le diagnostic et est l examen essentiel du suivi thérapeutique. Macula normale en OCT DMLA exsudative >> Une angiographie à la fluorescéine et/ou au vert d indocyanine (ICG) Indispensable pour confirmer le diagnostic et identifier le type de néo-vaisseaux (occultes ou visibles ou mixte) et diagnostiquer les formes particulières (vasculopathie polypoïdale, anastomose rétino-choroïdienne, ). ANGIO FLUO ANGIO ICG

4 LES TRAITEMENTS? La DMLA est une maladie incurable dont on essaye de ralentir la progression (MLA) ou de traiter les complications évolutives (la néo-vascularisation). L Étude AREDS (Age-Related Eye Disease Study) a démontré que des doses quotidiennes élevées de certains suppléments alimentaires (vitamines : C et E; Oligo-éléments : Zinc, Cuivre ; Acides gras essentiels : Oméga 3, EPA, DHA, DPA ; Pigments maculaires : Lutéine, Zéaxanthine) peuvent aider à ralentir la progression de la DMLA. Cependant, ces suppléments n ont prouvé leur intérêt qu au stade des précurseurs. De nombreuses études sont en cours pour essayer d enrayer la progression de la forme atrophique mais pour le moment sans traitement reconnu efficace. Au stade terminal de la DMLA, on peut proposer un traitement palliatif avec des équipements optiques grossissants et une rééducation orthoptique basse-vision pour permettre aux patients de mieux utiliser la rétine résiduelle péri lésionnelle qui reste fonctionnelle. Traitements de la DMLA exsudative >> Autrefois seul recours, le traitement LASER (destruction par action thermique du laser des néo-vaisseaux responsables, mais aussi de la rétine sus jacente) n est plus recommandé que pour les rares formes néo-vasculaires extra fovéolaires car il en résulte une cicatrice avec scotome absolu. Par ailleurs, il n empêche pas la récidive. >> La photothérapie dynamique (PDT) utilisant la vertéporphine est indiquée uniquement dans le traitement de la DMLA exsudative avec une néo-vascularisation rétrofovéolaire à prédominance visible, mais ne constitue plus le traitement de première intention de ce type de néo-vaisseaux. La PTD ralentit la perte visuelle, parfois la stabilise. Il est possible de l utiliser en cas de contre-indication ou de non-réponse aux anti-vegf et dans certaines formes cliniques en combinaison aux anti-vegf (vasculopathie polypoïdale par exemple). >> Aujourd hui, dès que le diagnostic de DMLA exsudative rétrofovéolaire est posé, il est recommandé d instaurer le plus précocement possible un traitement par anti- VEGF (Vascular Endothelial Growth Factor) par voie intra-vitréenne, quel que soit le niveau d acuité visuelle. Les injections intra-vitréennes se pratiquent en externe, au bloc opératoire ou dans une salle dédiée «propre», sous simple anesthésie topique.

5 Elles n ont pas d effet secondaires généraux graves reconnus (en particulier pas de morbi-mortalité cardio-vasculaire induite) mais peuvent avoir, heureusement exceptionnellement, des complications locales sévères (cataracte traumatique, décollement de la rétine, endophtalmie). Les anti-vegf ont trois effets : - Anti angiogénique - Anti inflammatoire - Anti perméabilité Sur les 3 anti-vegf commercialisés, AVASTIN (bevacizumab), MACUGEN (pegaptanib sodique) et LUCENTIS (ranibizumab), seuls ces 2 derniers ont une autorisation de mise sur le marché (AMM) pour l usage intra-oculaire dans la DMLA. L AVASTIN (bevacizumab) Anticorps monoclonal complet anti-vegf indiqué dans plusieurs cancers métastasés, l AVASTIN a été utilisé dans la DMLA en IV puis en IVT dès 2005, hors AMM, en l absence de toute autre molécule disponible, avec des résultats spectaculaires. Aucune étude protocolisée d efficacité et de tolérance n a été réalisée à ce jour pour des raisons «industrielles» et il ne doit pas être utilisé en France dans les indications, dont la DMLA, où les autres anti-vegf ont obtenu maintenant une AMM. Cependant, son faible coût relatif (prix de revient 40 fois inférieur pour une injection) explique une utilisation large et «sauvage», en particulier dans les pays aux ressources limitées ou sans système de sécurité sociale. L Avastin reste en France utilisé hors AMM dans les cas de rétinopathie diabétique proliférante, rubéose irienne et glaucome néo-vasculaire et dans les atteintes maculaires néo-vasculaires autres que la DMLA, autorisé par les autorités sanitaires dans la mesure où il n existe pas de molécule disposant d une AMM. Le 10 août 2012, un point sur l utilisation l Avastin par voie intra oculaire a été fait par Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé. Elle a rappelé que si, en application de l article L du code de la santé publique tel qu il résulte de la loi du 29 décembre 2011 relative au renforcement de la sécurité sanitaire du médicament, l utilisation d un médicament pour soigner une pathologie sans que celui-ci dispose de l autorisation de mise sur le marché (AMM) correspondante est interdite lorsqu un autre médicament bénéficie lui-même d une AMM pour cette indication, il n en est pas de même lorsque aucun médicament n a d AMM pour les indications considérées. En conséquence, un prescripteur peut, dans les pathologies ophtalmologiques pour lesquelles le LUCENTIS ne dispose pas d AMM et en l absence d autre alternative thérapeutique, utiliser l AVASTIN dans le respect des dispositions précisées par la Loi. La ministre des Affaires sociales et de la Santé a demandé que l Agence nationale du médicament et des produits de santé (ANSM) soit saisie afin qu elle évalue les données actuelles de la science dans le cadre de futures recommandations temporaires d utilisation (RTU) pour ces situations cliniques.

6 MACUGEN (pegaptanib sodique) L étude VISION a permis de montrer que le MACUGEN est > au placebo à 2 ans mais les IVT doivent être poursuivies au moins 2 ans. Il n y a pas de supériorité démontré vis à vis de la PDT. Avec le pegaptanib à la dose de 0,3 mg, le pourcentage de patients ayant eu un gain d'acuité visuelle supérieur ou égal à 15 lettres semble plus faible que celui obtenu dans les études sur le ranibizumab. Il est recommandé d administrer 0,3 mg de pegaptanib toutes les six semaines (neuf injections par an) par injection intra-vitréenne dans l œil atteint. LUCENTIS (ranibizumab) Le ranibizumab est le fragment FAB du bevacizumab. Il en conserve l efficacité et a démontré sa sécurité pour l usage intra-vitréen. En outre, quel que soit le type de néo-vaisseaux, quelle que soit leur taille, LUCENTIS est le 1 er traitement et le seul à avoir démontré dans la DMLA un gain moyen notable de l acuité visuelle. Le traitement nécessite une injection intra-vitréenne par mois pendant trois mois consécutifs (intervalle entre deux injections quatre semaines). Il est complété par une phase de suivi durant laquelle il est recommandé d examiner les patients toutes les quatre semaines (acuité visuelle, fond d œil, OCT) et de traiter de façon itérative en cas de récidive, ce de manière indéfinie dans le temps, en raison de l évolution naturelle de la pathologie. Ceci n est pas sans retentissement pour le patient (entre 12 et 20 consultations par an) et pour les structures les prenant en charge. Chaque année, le service ophtalmologie du Centre Hospitalier de Perpignan réalise entre 500 à 600 IVT, pour une moyenne de 7 IVT/patient. La DMLA est une maladie bilatérale. Après atteinte du premier oeil, il existe un risque accru de bilatéralisation (environ 10 % par an). Il est recommandé de demander au patient d effectuer une auto-surveillance hebdomadaire, oeil par oeil, à l aide de la grille d Amsler (ou autre support). Toute modification dans sa vision doit lui faire revoir son ophtalmologiste en urgence.

Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge thérapeutique par l ophtalmologiste

Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge thérapeutique par l ophtalmologiste SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge thérapeutique par l ophtalmologiste Juin 2012 PRISE EN CHARGE THÉRAPEUTIQUE DE LA DMLA EXSUDATIVE

Plus en détail

tem 127 (iitem 60) : Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF)

tem 127 (iitem 60) : Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) tem 127 (iitem 60) : Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) 2013 1 Table des matières Introduction... 3 1. Prévalence... 3 2. Facteurs

Plus en détail

La dégénerescence maculaire liée à l âge

La dégénerescence maculaire liée à l âge dégénérescence maculaire liée à l âge (DMLA) 60 - DÉGÉNÉRESCENCE MACULAIRE LIÉE À L ÂGE (DMLA) 1. Connaître l épidémiologie de la DMLA. Ce qu il faut savoir 2. Connaître les principales formes cliniques

Plus en détail

La dégénerescence maculaire liée à l âge

La dégénerescence maculaire liée à l âge dégénérescence maculaire liée à l âge (DMLA) 60 - DÉGÉNÉRESCENCE MACULAIRE LIÉE À L ÂGE (DMLA) 1. Connaître l épidémiologie de la DMLA. Ce qu il faut savoir 2. Connaître les principales formes cliniques

Plus en détail

Item 60 : Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA)

Item 60 : Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) Item 60 : Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Prévalence... 1 2 Facteurs de risque... 2 3 Diagnostic...3 4 Formes

Plus en détail

La Dégénérescence Maculaire liée à l âge

La Dégénérescence Maculaire liée à l âge La Dégénérescence Maculaire liée à l âge Laure Van Bol Florence Rasquin Service d ophtalmologie Hôpital Erasme Conflits d intérêt en rapport avec la présentation Honoraires de conférence: Néant Participation

Plus en détail

La dégénerescence maculaire liée à l âge

La dégénerescence maculaire liée à l âge dégénérescence maculaire liée à l âge (DMLA) 60 - DÉGÉNÉRESCENCE MACULAIRE LIÉE À L ÂGE (DMLA) 1. Connaître l épidémiologie de la DMLA. Ce qu il faut savoir 2. Connaître les principales formes cliniques

Plus en détail

CHAPITRE XVI : DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE (DMLA)

CHAPITRE XVI : DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE (DMLA) CHAPITRE XVI : DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE (DMLA) I. INTRODUCTION II. PRÉVALENCE III. FACTEURS DE RISQUE IV. DIAGNOSTIC A. Circonstances de découverte B. Examen clinique 1. mesure de l acuité

Plus en détail

Traitement actuel de la Maculaire Liée e l Agel

Traitement actuel de la Maculaire Liée e l Agel Congrès de Médecine M Générale G 9/1/10 Charleroi Traitement actuel de la Dégénérescence Maculaire Liée e l Agel Laurent Levecq UCL Mont-Godinne Conflits d intd intérêts : aucun. DMLA : définition d et

Plus en détail

LA DMLA Mise au point sur les traitements actuels de la Dégénérescence Maculaire Liée à l Age

LA DMLA Mise au point sur les traitements actuels de la Dégénérescence Maculaire Liée à l Age Association Regards et Contrastes Conférence du 15 décembre 2006 à l Athénée Municipale de Bordeaux Présentation proposée par le Docteur Arnaud Bernard Ophtalmologue Rétinologue LA DMLA Mise au point sur

Plus en détail

Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA)

Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) CHAPITRE 5 Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) I. Introduction 55 II. Prévalence 56 III. Facteurs de risque 56 IV. Diagnostic 56 V. Formes cliniques 58 VI. Traitement 60 Nouveau programme Item

Plus en détail

DMLA. (Dégénérescence maculaire liée à l âge) Formation Continue Orthoptistes jeudi 6 novembre 2008. Docteur Christophe Bezanson - UNAFORMEC

DMLA. (Dégénérescence maculaire liée à l âge) Formation Continue Orthoptistes jeudi 6 novembre 2008. Docteur Christophe Bezanson - UNAFORMEC DMLA (Dégénérescence maculaire liée à l âge) Formation Continue Orthoptistes jeudi 6 novembre 2008 Docteur Christophe Bezanson - UNAFORMEC 1 / Rappel 1 re cause de malvoyance dans les pays industrialisés

Plus en détail

«Dites docteur, on m a dit que j avais la DMLA»

«Dites docteur, on m a dit que j avais la DMLA» «Dites docteur, on m a dit que j avais la DMLA» Place du médecin traitant dans la prise en charge de la Dégénérescence Maculaire liée à l Âge (DMLA). Dr Sarah PERIGNON Toutes formes confondues, la DMLA

Plus en détail

La DMLA. Dégénérescence maculaire liée à l âge

La DMLA. Dégénérescence maculaire liée à l âge La DMLA Dégénérescence maculaire liée à l âge Définition Maladie dégénérative de la rétine, qui débute après 55 ans. Elle est due à l accumulation de déchets au niveau de la rétine qui ne sont plus évacués.

Plus en détail

LA DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE. Définition Moyens d investigations Facteurs favorisants

LA DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE. Définition Moyens d investigations Facteurs favorisants LA DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE Définition Moyens d investigations Facteurs favorisants DEFINITION La DMLA est liée à la senescence ou vieillissement qui entraine des modifications atrophiques

Plus en détail

Diagnostic et. Traitement. de la DMLA. Dr Guy GUYONNET Mai 2012. jeudi 10 mai 12

Diagnostic et. Traitement. de la DMLA. Dr Guy GUYONNET Mai 2012. jeudi 10 mai 12 Diagnostic et Traitement de la DMLA Dr Guy GUYONNET Mai 2012 Fonctionnement de la rétine Comparaison avec la pellicule d un appareil photo La rétine reçoit la lumière et la transforme en un signal nerveux

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 novembre 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 novembre 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 29 novembre 2006 MACUGEN 0,3 mg, solution injectable Boîte de 1 seringue pré-remplie (CIP : 373 283-8) Laboratoire PFIZER pegaptanib Médicament soumis à prescription

Plus en détail

Injection intra-vitréenne d AVASTIN (Bevacizumab)

Injection intra-vitréenne d AVASTIN (Bevacizumab) Injection intra-vitréenne d AVASTIN (Bevacizumab) Les injections intravitréennes de médicaments sont devenues une pratique courante pour traiter certaines affections de la rétine. C'est ainsi que l'on

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 12 septembre 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 12 septembre 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 12 septembre 2007 INFRACYANINE 25 mg/10 ml, poudre et solvant pour solution injectable Flacon de 25 mg avec 1 ampoule de solvant de 10 ml (CIP : 360 841-7) Laboratoire

Plus en détail

en direct de la SFO Les injections intravitréennes (IVT) dans notre pratique quotidienne

en direct de la SFO Les injections intravitréennes (IVT) dans notre pratique quotidienne 3 La rétine médicale en direct de la SFO Les injections intravitréennes (IVT) dans notre pratique quotidienne Dr Catherine Favard 1 Introduction Les traitements médicaux des pathologies rétiniennes évoluent

Plus en détail

Utilisation des anti-vegf dans le traitement local de la DMLA et autres rétinopathies

Utilisation des anti-vegf dans le traitement local de la DMLA et autres rétinopathies Utilisation des anti-vegf dans le traitement local de la DMLA et autres rétinopathies GUEHO Sylvain / RICHARD Nathalie Chef de pôle produit Dolorh Direction Neurho 13 février 2014 Séminaire Conseil d Administration

Plus en détail

Dégénérescence maculaire liée à l âge

Dégénérescence maculaire liée à l âge Dégénérescence maculaire liée à l âge DMLA DR JEGUIRIM H FONDATION ADOLPHE DE ROTHSCHILD La dégénérescence maculaire liée à l âge (DMLA) est la principale cause de cécité au-delà de 50 ans dans les pays

Plus en détail

Les problèmes de vue liés à l âge

Les problèmes de vue liés à l âge Les problèmes de vue liés à l âge Certaines maladies oculaires deviennent plus fréquentes avec l'âge et peuvent conduire dans certains cas à des problèmes de vue importants. Il s agit de la dégénérescence

Plus en détail

233 - RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE (RD)-

233 - RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE (RD)- rétinopathie diabétique 233 - RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE (RD)-2010 Ce qu il faut savoir 1. Connaître la prévalence de la rétinopathie diabétique en fonction du type et de l ancienneté du diabète. 2. Comprendre

Plus en détail

Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge diagnostique

Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge diagnostique SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge diagnostique Juin 2012 QUELS SIGNES FONCTIONNELS DOIVENT FAIRE ÉVOQUER UNE DMLA? La baisse d acuité

Plus en détail

Avis 3 avril 2013. Le projet d avis adopté par la Commission de la Transparence le 6 mars 2013 a fait l objet d une audition le 3 avril 2013

Avis 3 avril 2013. Le projet d avis adopté par la Commission de la Transparence le 6 mars 2013 a fait l objet d une audition le 3 avril 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 3 avril 2013 Le projet d avis adopté par la Commission de la Transparence le 6 mars 2013 a fait l objet d une audition le 3 avril 2013 EYLEA 40 mg/ml, solution injectable

Plus en détail

Avis 17 juin 2015. Laboratoire NOVARTIS PHARMA S.A.S. ranibizumab. S01LA04 (agent anti-néovascularisation oculaire)

Avis 17 juin 2015. Laboratoire NOVARTIS PHARMA S.A.S. ranibizumab. S01LA04 (agent anti-néovascularisation oculaire) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 17 juin 2015 LUCENTIS 10 mg/ml, solution injectable en seringue préremplie Boîte de 1 seringue préremplie de 0,165 ml (CIP : 34009 276 711 9 7) LUCENTIS 10 mg/ml, solution

Plus en détail

LES PATHOLOGIES. (Document mis à jour le 26 septembre 2011)

LES PATHOLOGIES. (Document mis à jour le 26 septembre 2011) LES PATHOLOGIES (Document mis à jour le 26 septembre 2011) Page 1 sur 3 Table des matières Les pathologies... 3 Agnosie visuelle :... 3 Albinisme :... 3 Aniridie :... 3 Astigmatisme :... 3 Atrophie optique

Plus en détail

Action multi-régionale de Gestion du Risque

Action multi-régionale de Gestion du Risque Action multi-régionale de Gestion du Risque La Dégénérescence Maculaire Liée à l Age : Description des pratiques en matière de diagnostic et de prise en charge Rapport Février 2011 1 2 GROUPE DE PILOTAGE

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 10 18 Décembre 2012

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 10 18 Décembre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 10 18 Décembre 2012 Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation : Lucentis 10mg/ml (DCI : Ranibizumab

Plus en détail

LA DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE

LA DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE ITEM 60 LA DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE Docteur J. Szwarcberg, Professeur J. Flament Clinique Ophtalmologique Hôpitaux Universitaires de Strasbourg La dégénérescence maculaire liée à l âge (DMLA)

Plus en détail

Place des anti-vegf dans l OMD. Dr Magali Sampo Service d ophtalmologie de la Timone

Place des anti-vegf dans l OMD. Dr Magali Sampo Service d ophtalmologie de la Timone Place des anti-vegf dans l OMD Dr Magali Sampo Service d ophtalmologie de la Timone Introduction OMD Principale cause de malvoyance chez le diabétique Prise en charge des facteurs de risques systémiques

Plus en détail

Dégénérescence maculaire liée à l âge (DMLA)

Dégénérescence maculaire liée à l âge (DMLA) Dégénérescence maculaire liée à l âge (DMLA) Etiologies et traitement Justus G. Garweg Berner Augenklinik am Lindenhofspital, Universität Bern Quintessence P La dégénérescence maculaire sénile (DMS) touche

Plus en détail

rétinopathie diabétique (RD) rétinopathie diabétique proliférante (RDP) un œdème maculaire (OM)

rétinopathie diabétique (RD) rétinopathie diabétique proliférante (RDP) un œdème maculaire (OM) Rétinopathie diabétique : nouveautés Drs Pagot-Mathis Véronique, Mahieu Laurence, Auriol Sylvain Centre de la rétine, Hôpital Paule de Viguier CHU Toulouse INTRODUCTION La rétinopathie diabétique (RD)

Plus en détail

Master Neurosciences 2 ème année Colloque : Vieillissement. l Age. Louis Hoffart Service d ophtalmologie Hopital de la Timone Marseille

Master Neurosciences 2 ème année Colloque : Vieillissement. l Age. Louis Hoffart Service d ophtalmologie Hopital de la Timone Marseille Master Neurosciences 2 ème année Colloque : Vieillissement Dégénérescence Maculaire Liée à l Age Louis Hoffart Service d ophtalmologie Hopital de la Timone Marseille Louis.hoffart@mail.ap-hm.fr Macula

Plus en détail

Le système visuel. Le système visuel. Le système visuel. Le système visuel. Anomalies de la réfraction oculaire. Anomalies de la réfraction oculaire

Le système visuel. Le système visuel. Le système visuel. Le système visuel. Anomalies de la réfraction oculaire. Anomalies de la réfraction oculaire Le système visuel Le système visuel Les récepteurs L organe périphérique Anatomie de l oeil Les bâtonnets: vision en noir et blanc. Les cônes: vision précise, vision diurne et vision des couleurs. Le système

Plus en détail

LA DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE. Leila TRITAR - EL MATRI

LA DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE. Leila TRITAR - EL MATRI LA DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE Leila TRITAR - EL MATRI INTRODUCTION La dégénérescence maculaire liée à l âge ou DMLA est une affection extrêmement fréquente, devenue la première cause de cécité

Plus en détail

LES URGENCES EN OPHTALMOLOGIE

LES URGENCES EN OPHTALMOLOGIE LES URGENCES EN OPHTALMOLOGIE DU de prise en charge des situations d urgences médico-chirurgicales Dr Guillaume LEROUX LES JARDINS Service d Ophtalmologie de Hôtel-Dieu, Paris Cabinet d ophtalmologie,

Plus en détail

Baisse de l acuité visuelle : cataracte, glaucome et DMLA

Baisse de l acuité visuelle : cataracte, glaucome et DMLA Baisse de l acuité visuelle : cataracte, glaucome et DMLA UE : Défaillances organiques et processus dégénératifs 2.7.S4 Bénédicte DUPAS Service d ophtalmologie Hôpital Lariboisière Introduction Vieillissement

Plus en détail

Retina - September 2014 - Volume 34 - Issue 9 - Par Ianis Marcireau Service d ophtalmologie Professeur E.Souied Université Paris Est

Retina - September 2014 - Volume 34 - Issue 9 - Par Ianis Marcireau Service d ophtalmologie Professeur E.Souied Université Paris Est Retina - September 2014 - Volume 34 - Issue 9 - Par Ianis Marcireau Service d ophtalmologie Professeur E.Souied Introduction 2 complications dans l OVCR : OM Ischémique : HIV, GNV Pour définir le risque

Plus en détail

Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge diagnostique et thérapeutique

Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge diagnostique et thérapeutique Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge diagnostique et thérapeutique Juin 2012 Diagnostic de la DMLA Définitions Classification Démarche diagnostique Méthodes thérapeutiques disponibles

Plus en détail

LA MACULA C EST QUOI?

LA MACULA C EST QUOI? Le médecin de famille et la DMLA : comment orienter les patients? Journée de Formation Médicale Continue Dr Leruez Stéphanie, PHC Ophtalmologie 29 janvier 2015 LA MACULA C EST QUOI? OCT Tomographie par

Plus en détail

LASER, SOURCE DE VUE. par Jean-Claude LEPORI

LASER, SOURCE DE VUE. par Jean-Claude LEPORI ALS Lumière, source de vie Séance exceptionnelle du 10 avril 2005 à l Hôtel de Ville de Nancy Laser, source de vue par Jean-Claude LEPORI LASER, SOURCE DE VUE par Jean-Claude LEPORI ALS (Nancy, 10 avril

Plus en détail

Il y a deux mois, Mme S. a consulté un ophtalmologiste parce que sa vision de près baissait. Outre une presbytie, les examens ont mis en évidence

Il y a deux mois, Mme S. a consulté un ophtalmologiste parce que sa vision de près baissait. Outre une presbytie, les examens ont mis en évidence Il y a deux mois, Mme S. a consulté un ophtalmologiste parce que sa vision de près baissait. Outre une presbytie, les examens ont mis en évidence plusieurs anomalies dont une trop forte pression dans les

Plus en détail

La DMLA peut se présenter sous trois formes. Au stade initial, la maladie ne

La DMLA peut se présenter sous trois formes. Au stade initial, la maladie ne Chapitre 2 LES FORMES DE DMLA La DMLA peut se présenter sous trois formes. Au stade initial, la maladie ne présente pas de dégénérescence proprement dite de la macula. On parle alors de DMLA précoce ou

Plus en détail

Les injections intravitréennes

Les injections intravitréennes Les injections intravitréennes Laurent Levecq UCL Mont-Godinne 10/11/2007 Le vitré matrice extra-cellulaire qui remplit cavité oculaire en arrière re du cristallin et qui adhère à la rétiner acide hyaluronique,,

Plus en détail

L orthoptiste et le patient diabétique

L orthoptiste et le patient diabétique L orthoptiste et le patient diabétique Céline FIZAINE Complications oculaires du diabète: La Rétinopathie Diabétique (RD) La rétine est un tissu nerveux, constituée de deux zones : la macula qui permet

Plus en détail

TOMOGRAPHIE DU SEGMENT POSTERIEUR DE

TOMOGRAPHIE DU SEGMENT POSTERIEUR DE TOMOGRAPHIE DU SEGMENT POSTERIEUR DE L ŒIL PAR SCANOGRAPHIE A COHERENCE OPTIQUE Classement CCAM : 02.01.03 code : BZQK001 JUIN 2007 Service évaluation des actes professionnels 2 avenue du Stade de France

Plus en détail

AJO/ IOVS Janv 2015 Par Wilfried Minvielle

AJO/ IOVS Janv 2015 Par Wilfried Minvielle AJO/ IOVS Janv 2015 Par Service du Professeur E. Souied Ophtalmologie Centre Hospitalier Intercommunal de Creteil Objectif Evaluer le taux de serum solubles Flt-1 chez les patients atteints de DMLA néovasculaire

Plus en détail

Lucentis (ranibizumab)

Lucentis (ranibizumab) Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament LUCENTIS de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation des risques en Belgique, dont cette information

Plus en détail

Dégénérescence maculaire liée à l âge. Comprendre la DMLA : un guide

Dégénérescence maculaire liée à l âge. Comprendre la DMLA : un guide MLA Dégénérescence maculaire liée à l âge Comprendre la DMLA : un guide Table des matières Dégénérescence maculaire liée à l âge (DMLA) 3 Présentation de la DMLA 5 Deux types de DMLA 6 Facteurs de risque

Plus en détail

A partir de 50 ans La macula & la DMLA

A partir de 50 ans La macula & la DMLA A partir de 50 ans La macula & la DMLA A partir de 50 ans, il est primordial d effectuer régulièrement un dépistage de la macula auprès d un médecin spécialiste des yeux. En effet, en Belgique, 30 000

Plus en détail

Revue de la littérature du 29/10/14

Revue de la littérature du 29/10/14 Revue de la littérature du 29/10/14 AJO / BJO septembre 2014 Par Service du Professeur E. Souied Ophtalmologie Centre Hospitalier Intercommunal de Creteil Méthodes Objectif : Etude multimodale de la choroïde

Plus en détail

Stratégies anti-angiogéniques dans le cancer du rein

Stratégies anti-angiogéniques dans le cancer du rein Stratégies anti-angiogéniques dans le cancer du rein BENEFICES ET RISQUES Gilles PAGES CNRS UMR 6543 - Nice Néovascularisation des tumeurs / Stade 1 Ang 2 Déstabilisation des interactions cellules endothéliales

Plus en détail

LA DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE

LA DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE LA DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE LA DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE La symptomatologie : exposé Epidémiologie Les signes d'appel Les signes d'aggravation Le handicap et l'importance en terme

Plus en détail

Je m appelle Josye, j ai 50 ans je suis assistante de direction. Fin 2012 J ai commencé à perdre ma vision Voici l histoire de ma DMLA

Je m appelle Josye, j ai 50 ans je suis assistante de direction. Fin 2012 J ai commencé à perdre ma vision Voici l histoire de ma DMLA Je m appelle Josye, j ai 50 ans je suis assistante de direction Fin 2012 J ai commencé à perdre ma vision Voici l histoire de ma DMLA Qu est-ce que la DMLA? Dégénerescence Maculaire Liée A l Age 2 formes

Plus en détail

Je m appelle Matthias FEUCHT et je suis né le 6 octobre 1972 à Stuttgart, en Allemagne.

Je m appelle Matthias FEUCHT et je suis né le 6 octobre 1972 à Stuttgart, en Allemagne. Cabinet ophthalmologique Centre médical Tassy (Tourrettes) Dr Matthias FEUCHT Cabinet ophtalmologique Tassy Clinique Oxford Cannes Qui suis-je? Eventail de traitements Cataracte Maladies et chirurgie de

Plus en détail

DMLA / Néovaisseaux Rythmes de prise en charge des patients

DMLA / Néovaisseaux Rythmes de prise en charge des patients DMLA / Néovaisseaux Rythmes de prise en charge des patients Société d Ophtalmologie du Nord Mars 2013 thomas@desmettre.org Lucentis : du p.r.n. à l Inject & Extend Prise en charge des néovaisseaux choroïdiens

Plus en détail

FACULTE DE MEDECINE DE TUNIS ANNEE UNIVERSITAIRE 2013-2014 SESSION DE JUILLET 2014 DCEM3 EPREUVE D OPHTALMOLOGIE. Nombre de questions : 40

FACULTE DE MEDECINE DE TUNIS ANNEE UNIVERSITAIRE 2013-2014 SESSION DE JUILLET 2014 DCEM3 EPREUVE D OPHTALMOLOGIE. Nombre de questions : 40 FACULTE DE MEDECINE DE TUNIS ANNEE UNIVERSITAIRE 2013-2014 SESSION DE JUILLET 2014 DCEM3 EPREUVE D OPHTALMOLOGIE Nombre de questions : 40 Durée de l épreuve : 1 Heure Nombre de feuilles : 15 Vous avez

Plus en détail

Prise en charge des occlusions veineuses rétiniennes Résultats dans la «vraie vie»

Prise en charge des occlusions veineuses rétiniennes Résultats dans la «vraie vie» Prise en charge des occlusions veineuses rétiniennes Résultats dans la «vraie vie» Sylvia NGHIEM-BUFFET Centre d Imagerie et de Laser, Paris Hôpital Avicenne, Bobigny Sud Rétine, Monaco,14 juin 2013 INTRODUCTION

Plus en détail

Bonnes Pratiques d injection intra vitréenne (IVT)

Bonnes Pratiques d injection intra vitréenne (IVT) Sommaire Recommandations MAP Bonnes Pratiques d injection intra vitréenne (IVT) Messages clés L injection intra vitréenne doit être réalisée par un ophtalmologiste expérimenté. Elle doit être réalisée

Plus en détail

N 392809 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 392809 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux N 392809 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE SOCIÉTÉ ROCHE SAS Ordonnance du 21 septembre 2015 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LE JUGE DES RÉFÉRÉS Vu la procédure suivante : Par une requête

Plus en détail

DEFICIENCES VISUELLES. Jérome GUYOMARCH Service d Ophtalmologie du CHU de Fort-de-France

DEFICIENCES VISUELLES. Jérome GUYOMARCH Service d Ophtalmologie du CHU de Fort-de-France DEFICIENCES VISUELLES Jérome GUYOMARCH Service d Ophtalmologie du CHU de Fort-de-France INTRODUCTION: GENERALITES La déficience visuelle constitue un problème d importance croissante dans l ensemble des

Plus en détail

TOMOGRAPHIE DU SEGMENT POSTERIEUR DE

TOMOGRAPHIE DU SEGMENT POSTERIEUR DE TOMOGRAPHIE DU SEGMENT POSTERIEUR DE L ŒIL PAR SCANOGRAPHIE A COHERENCE OPTIQUE Classement CCAM : 02.01.03 code : BZQK001 JUIN 2007 Service évaluation des actes professionnels 2 avenue du Stade de France

Plus en détail

La cataracte est l opacification de tout ou par

La cataracte est l opacification de tout ou par cataracte 58 - CATARACTE Ce qu il faut savoir 1. Connaître les signes d appel d une cataracte 2. Connaître les étiologies et pouvoir orienter le bilan clinique et paraclinique. 3. Pouvoir expliquer au

Plus en détail

La Dégénérescence Maculaire Liée à l Age DMLA. Dr MEILLON Cyril

La Dégénérescence Maculaire Liée à l Age DMLA. Dr MEILLON Cyril La Dégénérescence Maculaire Liée à l Age DMLA Dr MEILLON Cyril Définition Maladie rétinienne (sélective de la macula) Dégénérative, chronique, évolutive et invalidante Après l âge de 50 ans Dégénérescence

Plus en détail

INSTITUT OPHTALMOLOGIQUE DE PICARDIE

INSTITUT OPHTALMOLOGIQUE DE PICARDIE INSTITUT OPHTALMOLOGIQUE DE PICARDIE POSE DE LA PREMIERE PIERRE 9 SEPTEMBRE 2011 DOSSIER DE PRESSE Contact presse : Cathy Josse 03 22 66 87 83 / 06 86 30 46 57 josse.cathy@chu-amiens.fr COMMUNIQUE DE SYNTHESE

Plus en détail

Anastomoses Choriorétiniennes : Prise en Charge Actualisée

Anastomoses Choriorétiniennes : Prise en Charge Actualisée SUD RETINE, Monaco, 14/6/2013 Anastomoses Choriorétiniennes : Prise en Charge Actualisée C. FAVARD 1 Centre Ophtalmologique de l Odéon, 2 Centre Iéna Vision, 3 Fondation Rothschild, Introduction Anastomoses

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 17 novembre 2010. OZURDEX 700 microgrammes, implant intravitréen avec applicateur B/1 (CIP : 494 071-1)

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 17 novembre 2010. OZURDEX 700 microgrammes, implant intravitréen avec applicateur B/1 (CIP : 494 071-1) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 17 novembre 2010 OZURDEX 700 microgrammes, implant intravitréen avec applicateur B/1 (CIP : 494 071-1) Laboratoire ALLERGAN France S.A.S. Dexamethasone Liste I Médicament

Plus en détail

JMV. Affections cécitantes curables

JMV. Affections cécitantes curables JMV Affections cécitantes curables AMBLYOPIE L Amblyopie C est une insuffisance de la vision, parfois congénitale ou acquise dans les premiers mois de la vie. La forme la plus courante unilatérale - résulte

Plus en détail

Agnès Lavaud Thomas Hassiba OUBRAHAM Violaine Caillaux Service du Pr Souied Staff 15 Octobre 2014

Agnès Lavaud Thomas Hassiba OUBRAHAM Violaine Caillaux Service du Pr Souied Staff 15 Octobre 2014 Agnès Lavaud Thomas Hassiba OUBRAHAM Violaine Caillaux Service du Pr Souied Staff 15 Octobre 2014 Objectif DMLA sujet bien connu du service Euretina community: recommandations claires sur les pratiques

Plus en détail

Item 221 (item 130) : Neuropathie Optique Ischémique Antérieure (NOIA) Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF)

Item 221 (item 130) : Neuropathie Optique Ischémique Antérieure (NOIA) Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) Item 221 (item 130) : Neuropathie Optique Ischémique Antérieure (NOIA) Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) 2013 1 Table des matières 1. Vascularisation - Physiopathogénie...3 2.

Plus en détail

240 - GLAUCOME CHRONIQUE. Ce qu il faut savoir. 2. Enumérer les principales causes de glaucome chronique.

240 - GLAUCOME CHRONIQUE. Ce qu il faut savoir. 2. Enumérer les principales causes de glaucome chronique. glaucome chronique 240 - GLAUCOME CHRONIQUE Ce qu il faut savoir 1. Connaître la définition, la physiopathologie et l épidémiologie du glaucome chronique. 2. Enumérer les principales causes de glaucome

Plus en détail

Revue de littérature du 03/12/2014

Revue de littérature du 03/12/2014 Revue de littérature du 03/12/2014 AJO and BJO Novembre 2014 Service du Professeur E. Souied Ophtalmologie Centre Hospitalier Intercommunal de Creteil Introduction VEGF: rôle important dans pathogenèse

Plus en détail

ŒIL ET MALADIES GENERALES. Enseignement des externes 2012/2013

ŒIL ET MALADIES GENERALES. Enseignement des externes 2012/2013 ŒIL ET MALADIES GENERALES Enseignement des externes 2012/2013 ŒIL ET DIABETE RETINOPATHIE DIABETIQUE 1- Généralités La rétinopathie diabétique (RD) : 5 premières causes de cécité avec la dégénérescence

Plus en détail

Canadian Journal of Optometry Revue Canadienne d Optométrie. Digital

Canadian Journal of Optometry Revue Canadienne d Optométrie. Digital Canadian Journal of Optometry Revue Canadienne d Optométrie EST. 1939 VOLUME 77 ISSUE 1 Digital Lignes directrices sur la prise en charge concertée des personnes atteintes de dégénérescence maculaire liée

Plus en détail

Dégénérescence maculaire liée à l âge

Dégénérescence maculaire liée à l âge Dégénérescence maculaire liée à l âge LUC-09-02/10-6087 - 1 - Dégénérescence maculaire liée à l âge Sommaire 1. Introduction 2. Qu est-ce que la dégénérescence maculaire liée à l âge? 3. Forme sèche et

Plus en détail

PARC CHANOT MARSEILLE

PARC CHANOT MARSEILLE PALAIS DES CONGRÈS PARC CHANOT MARSEILLE VENDREDI 9 OCTOBRE - 16H00 CONFÉRENCE GRAND PUBLIC DOSSIER DE PRESSE MACULA & DÉGÉNÉRESCENCE MACULAIRE LE KÉRATOCÔNE ENTRÉE LIBRE ORGANISATION GÉNÉRALE MCO CONGRÈS

Plus en détail

Information sur les injections intravitréennes de d Avastin

Information sur les injections intravitréennes de d Avastin Information sur les injections intravitréennes de d Avastin Vous présentez une maladie de la macula pour laquelle votre ophtalmologiste vous propose une injection d'un médicament directement à l intérieur

Plus en détail

Atteintes ophtalmologiques cécitantes dans le cadre de l activité professionnelle. Pr Ridings E. Granget CHU Timone

Atteintes ophtalmologiques cécitantes dans le cadre de l activité professionnelle. Pr Ridings E. Granget CHU Timone Atteintes ophtalmologiques cécitantes dans le cadre de l activité professionnelle Pr Ridings E. Granget CHU Timone Glaucome chronique GLAUCOME Le terme de glaucome représente un ensemble d affections oculaires

Plus en détail

DÉCOL O L L E L MENT T D E R ÉTI T N I E

DÉCOL O L L E L MENT T D E R ÉTI T N I E DÉCOLLEMENT DE RÉTINE S. POMMIER Ref: Pr Philippe Gain DÉFINITION urgence ophtalmologique relative opéré généralement dans les 24 à 48 heures relativement rare (un ophtalmologiste en cabinet en voit 1

Plus en détail

Pr. Ag. Anissa Barkat Cabinet d ophtalmologie barkatanissa@yahoo.fr

Pr. Ag. Anissa Barkat Cabinet d ophtalmologie barkatanissa@yahoo.fr Pr. Ag. Anissa Barkat Cabinet d ophtalmologie barkatanissa@yahoo.fr 17 ème Congrès de la S.A.D. 12 ème congrès de la F.M.E.D. 31 ème congrès de S.A.E.M. Sheraton - Novembre 2015 Intérêt? Cause de cécité

Plus en détail

Vitiligo et psoriasis

Vitiligo et psoriasis Vitiligo et psoriasis Le vitiligo et le psoriasis sont deux maladies relativement fréquentes et partageant de nombreux points communs. Elles ont toutes deux longtemps été considérées à tord comme des pathologies

Plus en détail

AJO/ BJO/ Retina Oct 2014 Par Wilfried Minvielle

AJO/ BJO/ Retina Oct 2014 Par Wilfried Minvielle AJO/ BJO/ Retina Oct 2014 Par Service du Professeur E. Souied Ophtalmologie Centre Hospitalier Intercommunal de Creteil Objectif Déterminer l inocuité du laser diode micropulse transfovéolaire dans l'œdème

Plus en détail

Rétine et pathologies générales : un travail d équipe. Congrès ARMD

Rétine et pathologies générales : un travail d équipe. Congrès ARMD Rétine et pathologies générales : un travail d équipe Congrès ARMD Samedi 24 Septembre 2011 Mandelieu La Napoule, Alpes Maritimes Rapporteurs de cette journée : Vincent FORTOUL et Anne-Sophie MARTY CHU

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 septembre 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 septembre 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 septembre 2006 CORDARONE 150 mg/3 ml, solution injectable en ampoule (IV) B/6 (CIP 319 997 6) Laboratoires SANOFI AVENTIS amiodarone Liste I. Médicament réservé à

Plus en détail

Tout savoir sur la DMLA. Notre objectif : Sauver votre. www.scienceofamd.org/fr

Tout savoir sur la DMLA. Notre objectif : Sauver votre. www.scienceofamd.org/fr Tout savoir sur la DMLA Notre objectif : Sauver votre www.scienceofamd.org/fr Introduction: Tout savoir sur la DMLA VUE D ENSEMBLE La dégénérescence maculaire liée à l âge (DMLA) touche plus de 30 millions

Plus en détail

Les traitements EN VISIONNANT CES IMAGES VOUS VOUS ENGAGEZ A NE PAS LES UTILISER A D AUTRES FINS QUE VOTRE FORMATION PERSONNELLE.

Les traitements EN VISIONNANT CES IMAGES VOUS VOUS ENGAGEZ A NE PAS LES UTILISER A D AUTRES FINS QUE VOTRE FORMATION PERSONNELLE. EN VISIONNANT CES IMAGES VOUS VOUS ENGAGEZ A NE PAS LES UTILISER La DMLA 2010-2011 A D AUTRES FINS QUE VOTRE FORMATION PERSONNELLE Salomon-Yves Cohen Centre d Imagerie et de Laser, Paris DMLA 2010-2011

Plus en détail

PCEM août 2008. Ranibizumab Lucentis Novartis Pharmaceuticals Canada Inc. Indication dégénérescence maculaire liée à l âge

PCEM août 2008. Ranibizumab Lucentis Novartis Pharmaceuticals Canada Inc. Indication dégénérescence maculaire liée à l âge Aperçu des examens clinique et pharmacoéconomique du PCEM PCEM août 2008 Ranibizumab Lucentis Novartis Pharmaceuticals Canada Inc. Indication dégénérescence maculaire liée à l âge Citer comme suit : Programme

Plus en détail

Le Glaucome Chronique à Angle Ouvert : définition et pathogénie

Le Glaucome Chronique à Angle Ouvert : définition et pathogénie Le Glaucome Chronique à Angle Ouvert : définition et pathogénie Dr Cédric Lamirel Fondation Ophtalmologique Adolphe de Rothschild Hôpital Bichat Les Glaucomes 6²7 millions!!! Cécité légale irréversible

Plus en détail

PLACE DU RANIBIZUMAB DANS LE TRAITEMENT DES NEOVAISSEAUX RETINIENS DE DIFFERENTES ETIOLOGIES

PLACE DU RANIBIZUMAB DANS LE TRAITEMENT DES NEOVAISSEAUX RETINIENS DE DIFFERENTES ETIOLOGIES PLACE DU RANIBIZUMAB DANS LE TRAITEMENT DES NEOVAISSEAUX RETINIENS DE DIFFERENTES ETIOLOGIES RESUME : Dib. S, Ghroud. M N Service d'ophtalmologie, HMRUO, Oran. Introduction : Plusieurs études ont montré

Plus en détail

GFA PATHOLOGIE DU VIEILLISSEMENT ET OEIL. Glaucome Cataracte DMLA

GFA PATHOLOGIE DU VIEILLISSEMENT ET OEIL. Glaucome Cataracte DMLA PATHOLOGIE DU VIEILLISSEMENT ET OEIL Glaucome Cataracte DMLA VI - SYMPTOMATOLOGIE DE L ANGLE IRIDO- CORNÉEN : LE GLAUCOME A - Le glaucome aigu par fermeture de l angle La crise aiguë est due à la fermeture

Plus en détail

Programme Scientifique

Programme Scientifique الةمسغي الاعظسغي لطا السغعن SOCIÉTÉ TUNISIENNE D OPHTALMOLOGIE TUNISIAN OPHTALMOLOGICAL SOCIETY 35 ème 35Congrès du 03 au 05 mars 2016 Programme Scientifique Jeudi 3 Mars 2016 Après-midi : 14H00 15H30.

Plus en détail

Les uvéites (212b) Professeur Michel MOUILLON Septembre 2003 (Mise à jour Août 2004)

Les uvéites (212b) Professeur Michel MOUILLON Septembre 2003 (Mise à jour Août 2004) Les uvéites (212b) Professeur Michel MOUILLON Septembre 2003 (Mise à jour Août 2004) Pré-requis : Connaissances de base : Anatomie sommaire : les "membranes" de l œil, l'uvée, la vascularisation de l oeil

Plus en détail

Coopérations professionnelles. Dépistage rétinopathie diabétique par lecture différée de photographies du fond d oeil

Coopérations professionnelles. Dépistage rétinopathie diabétique par lecture différée de photographies du fond d oeil Coopérations professionnelles Ophtalmologie Dépistage rétinopathie diabétique par lecture différée de photographies du fond d oeil 1 Présentation générale Intitulé du Protocole de coopération (PC) Réalisation

Plus en détail

Projet de réforme du Code de l entrée, du séjour des étrangers et du droit d asile Version du 18 décembre 2005

Projet de réforme du Code de l entrée, du séjour des étrangers et du droit d asile Version du 18 décembre 2005 O BSERVATOIRE DU DROIT A LA SANTE DES ETRANGERS C/o Sida Info Service, 190 Bd de Charonne, 75020 PARIS http ://www.odse.eu.org et e-mail : odse@lalune.org Projet de réforme du Code de l entrée, du séjour

Plus en détail

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil.

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil. Zinc EN BREF Introduction Le zinc (Zn) est un oligoélément essentiel à toutes les formes de vie et que l on trouve dans près de 100 enzymes spécifiques. Après le fer, le zinc est l oligoélément le plus

Plus en détail

SÉNIORS 60 ans et plus VOTRE VUE, UN BIEN PRÉCIEUX. www.opticeo.fr

SÉNIORS 60 ans et plus VOTRE VUE, UN BIEN PRÉCIEUX. www.opticeo.fr SÉNIORS 60 ans et plus VOTRE VUE, UN BIEN PRÉCIEUX. www.opticeo.fr LES RENDEZ-VOUS DE LA PRÉVENTION Si l évolution de la presbytie ralentit vers 60 ans, le vieillissement de l œil s accompagne souvent

Plus en détail

Instructions d utilisation

Instructions d utilisation Instructions d utilisation Système d injection IOL à usage unique 1ST INJECT P2.2 destiné à l implantation de lentilles intraoculaires préchargées souples hydrophiles 1stQ. Ces instructions d utilisation

Plus en détail

Top Workout. Maigrissez sans suer! Le programme cardio pour brûler du gras. Dr Denis Boucher, Ph.D.

Top Workout. Maigrissez sans suer! Le programme cardio pour brûler du gras. Dr Denis Boucher, Ph.D. 2 Top Workout Maigrissez sans suer! Le programme cardio pour brûler du gras Dr Denis Boucher, Ph.D. Denis Boucher, tous droits réservés 2014. Aucun droit de reproduction totale ou partielle sans autorisation

Plus en détail