= L.a DVD 2.D et l = L.a BR. l DVD 2.D. .l BR. = 4,8 3,0 405 = 6,5 102 nm. 1 = 3, m 1 ; = 2, rad) 2.D L BR = L DVD. l BR 2.D.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "= L.a DVD 2.D et l = L.a BR. l DVD 2.D. .l BR. = 4,8 3,0 405 = 6,5 102 nm. 1 = 3,5.10 4 m 1 ; = 2,0.10 2 rad) 2.D L BR = L DVD. l BR 2.D."

Transcription

1 Corretion exerie. Évolution des idées sur l lumière.. es ondes méniques néessitent un milieu mtériel (solide, liquide ou gz) pour se propger tndis que les ondes lumineuses peuvent se propger en l bsene de mtière est-à-dire dns le vide. e onept d éther est inutile..2. lumière s étend de toutes prts : On retrouve l idée qu une onde se propge dns toutes les diretions qui lui sont offertes. es ondes lumineuses se trversent l une l utre sns s empêher : On retrouve l idée que deux ondes peuvent se roiser sns se perturber. " l propgtion de l lumière depuis un objet lumineux ne surit être 4 pr le trnsport d'une mtière" : On retrouve l idée qu une onde rélise un trnsport d énergie sns trnsport de mtière..3. lumière blnhe du oleil est polyhromtique. Elle est onstituée d'une infinité de rditions de fréquenes différentes. 2. Diffrtion 2.. D près l figure : tn = 2.2. r définition, on = omme est petit, on tn = soit = ve en rdin ; et en mètre ourbe = f(/) est une droite pssnt pr l origine, or l expression préédente montre que et / sont proportionnels (oeffiient direteur ). figure 2 est en ord ve l reltion e oeffiient direteur de l droite représenttive de = f(/) est égl à l longueur d onde A l ide de l figure 2, on peut luler le oeffiient direteur de l droite : soit le point ( = 3,5.0 4 m ; = 2,0.0 2 rd) =. = 2, ,5.0 4 = 5,7.0 7 m don = 5,7.0 2 nm 2.6. lumière blnhe est polyhromtique, don elle ontient des rditions de longueurs d'onde différentes qui donneront des thes entrles de lrgeurs différentes sur l'érn r l lrgeur de l the entrle dépend de l longueur d onde de l rdition monohromtique onsidérée. Au entre de l'érn, juste en fe du fil, toutes les rditions olorées se superposent, on obtient don une the blnhe. Autour seules ertines rditions se superposent, el rée des iristions, 'est à dire des ouleurs e Blu-ry permet de stoker plus d informtions r il permet une grvure plus fine (une plus grnde densité de ««points d informtion» r eux-i sont plus petits) tout en limitnt l diffrtion lors de l leture grâe à un lser de plus ourte longueur d onde D près 2. et 2.2, on = 2.9. On : =. DVD et l =. BR BR l BR = DVD.. = DVD et = don λ= = DVD.l BR = 4,8 3,0 405 = 6,5 02 nm 3. Dispersion 3.. fréquene d une onde lumineuse ne dépend ps du milieu de propgtion, elle est don invrinte quelque soit le milieu trversé D près l formule du doument 5, l élérité d une onde dns un milieu dépend de l indie de réfrtion n de e milieu et de l vitesse de l lumière : v= n

2 D près le grphique du doument 5, l indie de réfrtion du verre vrie ve l longueur d onde de l rdition monohromtique qui l trverse don ve l fréquene de elle-i qui est invrinte. Or, d près le doument 6, un milieu est dit dispersif si l élérité des ondes qui le trverse dépend de leur fréquene. Comme, dns le verre, l élérité v dépend de n et que n dépend de l fréquene de l onde monohromtique qui trverse le verre lors v dépend de l fréquene. J en onlus que le verre est un milieu dispersif.

3 Corretion exerie 2 Question es ondes et sont toutes deux des ondes méniques progressives périodiques. D près les shéms du doument, les ondes sont des ondes trnsversles tndis que les ondes sont des ondes longitudinles. Question 2 es ondes sont trnsversles, elles produisent don un mouvement vertil du sol, tndis que les ondes sont longitudinles et produisent un mouvement horizontl du sol. D près le doument 3, le sismogrphe est shémtiquement un stylet érivnt dns l diretion perpendiulire u déplement d une bnde de ppier. Don, pour enregistrer des ondes se propgent pr exemple d est en ouest, il fut un sismogrphe du type, et pour enregistrer des ondes se propgent dns le même sens, il fut un sismogrphe du type «b». Question 3 grndeur y mx est l mplitude mximle de l élongtion y(t). D près le grphique, elle vut 5,0 m. grndeur f est l fréquene de l onde sinusoïdle. r leture grphique, on trouve l période de l onde. 2T = 2,0 s soit T =,0 s. Or f T don : f =,0 Hz. grndeur φ 0 est l phse à l origine. A t = 0, os(φ 0 ) = don φ 0 = 0. Question 4 période de l onde est T =,0 s. Or, on sit que : λ.t. D près le doument, s = 3,5 km.s. A.N : λ 3, 5, 0 3,5 km Question 5 mx D près le doument 2, M log y ymx don 0 M soit ymx y0 y0 y 0 M ymx y 0.0 ymx Don : soit MB 0 MB y y.0 y Bmx 0 Bmx ymx 7,6,3 A.N : D près le doument 2, 0 6,3 ybmx mplitude de mouvement du sol étit 6,3 fois plus importnte dns le s du séisme de n Frniso que dns le s de elui de Bm Question 6 es ondes se propgent à 6,0 km.s - tndis que les ondes se propgent à 3,5 km.s. es ondes rrivent don à l sttion vnt les ondes lors d un séisme. Or, le trin d onde A rrive à 40 s tndis que le trin d onde B rrive à 66 s. 0,5 Don, le trin d onde A orrespond ux ondes. 0,5 Question 7 distne d s exprime de deux fçons différentes : d.t et d.t d d Don : t t soit : t t d.. Don : d t t A.N : d 3, 56, ,2.0 2 km 6, 0 3, 5

4 Corretion exerie 3. Exprimer puis luler l distne AG shnt que l ntenne détete l ého d une impulsion t = 300 s près que elle-i it été émise. (2 pts) AG 2.t 2.3, , , m 2. Montrer que l vitesse du grêlon se lule à l ide de l reltion : 2 f ( f '' f ) os our démontrer ette formule, on répondr ux questions suivntes :. Exprimer f, fréquene de l onde inidente perçue puis réfléhie pr le grêlon, en fontion de f,, et. (2 pts) f ' f.os( ) f v.os G b. Exprimer f, fréquene de l onde ptée pr l ntenne, en fontion de f,, et. (2 pts) f '' f '. En déduire l éqution relint f et f. ( pt) f '' f.os f '.os.os.os v f '' f G.os.os d. Comprer l vitesse de l onde életromgnétique dns le milieu onsidéré et elle d un grêlon. Quelle pproximtion peut-on lors fire? En déduire l expression de. (2 pts).osf ''.osf ( f '' f )os.( f '' f ).( f '' f ) ( f '' f )os.f 2 f os 3. Cluler l vitesse rdile.os du grêlon shnt que le délge fréquentiel mesuré vut 5,3.0 2 Hz. ( pt) 2 f ( f '' f ) os.os 3,00.08.f 2 f ,3.02 8,0m.s

5 Corretion synthèse Eléments de orretion : en rouge, les points lés. Introdution : Comme nous l vons vu en lsse de re, l ouleur d un objet provient : - de l omposition de l lumière émise pr l soure ; - de l intertion de l lumière ve l mtière ; - de l synthèse fite pr le erveu de l lumière ptée pr les ônes : l trihromie. Dns ette synthèse, nous nous intéressons u deuxième point : l intertion entre l lumière et l mtière. Il existe deux origines différentes pour les ouleurs des nimux : - Une origine pigmentire : l ouleur est due ux pigments qui bsorbent une prtie de l lumière qu ils reçoivent et diffusent don une lumière olorée omplémentire de elle bsorbée. C est l ouleur pigmentire l plus répndue puisque les pigments sont présents prtout (mélnines, ptérines, roténoïdes ). Cette ouleur est d origine himique puisque l bsorption dépend des liisons himiques dns et entre les moléules. C est e que rppelle le doument. - Une origine struturle : dns ertins s (iles de ppillons pr exemple), à l ouleur pigmentire se superpose une ouleur due à l struture externe de l surfe qui renvoie l lumière. Cette ouleur est d origine physique puisqu elle fit intervenir des phénomènes omme : diffrtion de l lumière blnhe qui provoque une iridesene : les ouleurs observées sur les iles de ertins ppillons (type morpho) ont l même origine que elles observées sur les CD. es interférenes : selon l différene de mrhe des ryons réfléhis sur les ouhes mines on obtiendr de l lumière ou une bsene de lumière pour une longueur d onde donnée. diffusion Ryleigh, diffusion préférentielle du bleu pr rpport u rouge provoquée pr l présene de miroprtiules ( est le bleu du iel). Conlusion : Il existe deux origines expliqunt l ouleur des nimux, une origine himique et une origine physique. Dns le s de l ouleur struturle, elle-i dépend de l ngle d observtion lors que pour l ouleur pigmentire l ngle d observtion n uune influene. ouleur struturle, beuoup moins ournte, semble permettre une vriété de ouleurs et de nunes beuoup plus importnte et hngente qui peut expliquer l ttrit des nimux qui en sont l soure.

Techniques d analyse de circuits

Techniques d analyse de circuits Chpitre 3 Tehniques d nlyse de iruits Ce hpitre présente différentes méthodes d nlyse de iruits. Ces méthodes permettent de simplifier l nlyse de iruits ontennt plusieurs éléments. Bien qu on peut résoudre

Plus en détail

TD : Arbres Binaires de Recherche (A.B.R.)

TD : Arbres Binaires de Recherche (A.B.R.) TD : Arres Binires de eherhe (A.B..) Olivier ynud rynud@isim.fr http ://www.isim.fr/rynud ésumé Dns e Td nous proposons trois exeries. Le premier est onsré à l implémenttion du T.D.A. Ensemles dynmiques

Plus en détail

Devoir de physique-chimie n 4bis (2H)

Devoir de physique-chimie n 4bis (2H) TS jn 2014 Devoir de physique-chimie n 4bis (2H) Nom:...... LES EXERIES SNT INDEPENDANTS ALULATRIE AUTRISEE PHYSIQUE : ETILE BINAIRE /20 1. Le télescope 8 Les 3 prties sont indépendntes. Document 1 : L

Plus en détail

EXERCICES SUR LES PROPRIETES DES ONDES

EXERCICES SUR LES PROPRIETES DES ONDES EXERCICES SUR LES PROPRIETES DES ONDES EXERCICE 1 : Les ondes rdio Un élève consulte Internet pour récolter des informtions sur les ondes rdio. Il lit: «Lorsqu'une onde rencontre un obstcle de grnde dimension

Plus en détail

distance parcourue temps mis pour la parcourir

distance parcourue temps mis pour la parcourir CH IV VITESSE - DEBIT - MASSE VOLUMIQUE - DENSITE RAPPELS DE COURS QUESTION 26 Conversion de m/s en km/h : il fut à l fois onvertir les mètres en kilomètres et les seondes en heures. On : 1 m = 0, 001

Plus en détail

Exercices Mathématiques Discrètes : Relations

Exercices Mathématiques Discrètes : Relations Exeries Mthémtiques Disrètes : Reltions Reltions inires R1 Soient A = {0, 1, 2, 3, 4} et B = {0, 1, 2, 3} deux ensemles. Erire expliitement les ouples (, ) R où (, ) R si et seulement si : =, + = 4,

Plus en détail

Chapitre 3 Intégrale double

Chapitre 3 Intégrale double Chpitre 3 Intégrle oule Nous llons supposer le pln usuel muni un repère orthonormé (O,i,j). 3. Aperçu e l éfinition formelle e l intégrle oule Soit =[, [, (

Plus en détail

GLMA201 - ALGÈBRE LINÉAIRE ET ANALYSE 2-2013-2014 CONTRÔLE CONTINU 2

GLMA201 - ALGÈBRE LINÉAIRE ET ANALYSE 2-2013-2014 CONTRÔLE CONTINU 2 GLMA -4 GLMA - ALGÈBRE LINÉAIRE ET ANALYSE - -4 CONTRÔLE CONTINU Durée : h Tout doument ou lultrie est interdit Il ser tenu ompte de l lrté et de l préision de l rédtion Il est importnt de justifier hune

Plus en détail

Cours de «concepts avancés de compilation» Travaux pratiques. Auteur : F. Védrine

Cours de «concepts avancés de compilation» Travaux pratiques. Auteur : F. Védrine Cours de «onepts vnés de ompiltion» Trvux prtiques Auteur : F. Védrine Les utomtes et les expressions régulières Les utomtes sont onstitués d étts et de trnsitions. Un étt définit l vnée dns l reonnissne

Plus en détail

Questionnaire de législation Permis d animer

Questionnaire de législation Permis d animer Questionnire de législtion Permis d nimer Un jeu réé pr l équipe du entre de loisirs de Lnnilis Vous trouverez dns ette fihe : - L règle du jeu - Les questions et les réponses (ve explitions) - Le ontenu

Plus en détail

Savoir-faire expérimentaux.

Savoir-faire expérimentaux. LYCEE LOUIS DE CORMONTAIGNE. 12 Plce Cormontigne BP 70624. 57010 METZ Cedex 1 Tél.: 03 87 31 85 31 Fx : 03 87 31 85 36 Sciences Appliquées. Svoir-fire expérimentux.. Référentiel.. :. S5 Sciences. Appliquées......

Plus en détail

Chapitre 3 Dérivées et Primitives

Chapitre 3 Dérivées et Primitives Cours de Mthémtiques Clsse de Terminle STI - Chpitre : Dérivées et Primitives Chpitre Dérivées et Primitives A) Rppels de première et compléments ) Dérivées usuelles Fonction définie sur Fonction f() =

Plus en détail

Mathématiques discrètes Chapitre 4 : relations binaires

Mathématiques discrètes Chapitre 4 : relations binaires U.P.S. I.U.T. A, Déprtement Informtique Année 2009-2010 Mthémtiques isrètes Chpitre 4 : reltions inires 1. Générlités Définition Soient E 1, E 2,...E n es ensemles. Une reltion n-ire est l onnée un sous-ensemle

Plus en détail

Assemblages angulaires de plans de travail de cuisine d'une largeur de 60 cm

Assemblages angulaires de plans de travail de cuisine d'une largeur de 60 cm N 529 Assemlges ngulires de plns de trvil de cuisine d'une lrgeur de 60 cm A Description Le grit de frisge APS 900 et une défonceuse Festool, p. ex. l défonceuse OF 1400, permettent de réliser rpidement

Plus en détail

DÉCLARATION CE DE CONFORMITÉ PRÉCAUTIONS POUR L INSTALLATEUR

DÉCLARATION CE DE CONFORMITÉ PRÉCAUTIONS POUR L INSTALLATEUR DÉCLRTION CE DE CONFORMITÉ Frint: resse: Délre que: FC S.p.. Vi Benini, 1-40069 Zol Preos BOLOGN - ITLIE L opérteur mo. TM 58 M est onforme ux exigenes essentielles es iretives CEE suivntes: - 73/23/CEE

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mthémtiques nnée 2009-2010 Chpitre 2 Le prolème de l unicité des solutions 1 Le prolème et quelques réponses : 1.1 Un exemple Montrer que l éqution différentielle :

Plus en détail

SQUARE VERTICAL NOUVELLE VERSION Radiateur entièrement réalisé en aluminium

SQUARE VERTICAL NOUVELLE VERSION Radiateur entièrement réalisé en aluminium SQUARE VERTICA NOUVEE VERSION Rditeur entièrement rélisé en luminium W EXEMPE DE COMMANDE Pour psser orretement l ommnde de e modèle suivre l exemple i-dessous : PRODUIT SQV2#IDR200056 9010 R12 SQV2#IDR200056

Plus en détail

Géométrie dans l Espace Courbes de niveau

Géométrie dans l Espace Courbes de niveau Géométrie dans l Espae Courbes de niveau Christophe ROSSIGNOL Année solaire 008/009 Table des matières 1 Quelques rappels 1.1 Coordonnées d un point, d un veteur................................. 1. Colinéarité

Plus en détail

Exemples de questions HERMES 5.1 Advanced

Exemples de questions HERMES 5.1 Advanced Exemples e questions HERMES 5.1 Avne Tle es mtières 2 Introution 3 Exmen HERMES est un stnr ouvert e l ministrtion féérle suisse. L Conféértion suisse, représentée pr l unité e pilotge informtique e l

Plus en détail

Chapitre 2 : La couleur des objets (p. 29)

Chapitre 2 : La couleur des objets (p. 29) PRTIE 1 - OSERVER : OULEURS ET IMGES hapitre 2 : La couleur des objets (p. 29) onnaissances : Phénomènes d absorption, de diffusion et de transmission. Savoir-faire : Utiliser les notions de couleur blanche

Plus en détail

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique.

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique. C39211 Ecole Normle Supérieure de Cchn 61 venue du président Wilson 94230 CACHAN Concours d dmission en 3 ème nnée Informtique Session 2009 INFORMATIQUE 1 Durée : 5 heures «Aucun document n est utorisé»

Plus en détail

Calibration absolue par la mesure du faisceau direct

Calibration absolue par la mesure du faisceau direct DNPA Clibrtion 16-01-04 1 Clibrtion bsolue pr l mesure du fisceu direct 1- Introduction Les différentes méthodes permettnt de fire des mesures bsolues en diffusion de neutrons ux petits ngles (DNPA) sont

Plus en détail

Mesures du coefficient adiabatique γ de l air

Mesures du coefficient adiabatique γ de l air Mesures du oeffiient adiabatique γ de l air Introdution : γ est le rapport des apaités alorifiques massiques d un gaz : γ = p v Le gaz étudié est l air. La mesure de la haleur massique à pression onstante

Plus en détail

638604 CTC Generic 815446 LITHO FLEXO. PANTONE 000 05a mm/dd/yy xxxxxx. PANTONE 000 06a mm/dd/yy xxxxxx PANTONE 000. 07a mm/dd/yy xxxxxx.

638604 CTC Generic 815446 LITHO FLEXO. PANTONE 000 05a mm/dd/yy xxxxxx. PANTONE 000 06a mm/dd/yy xxxxxx PANTONE 000. 07a mm/dd/yy xxxxxx. Trez un erle de po (5, mm) de dimètre u entre du ord de l porte. " /" 9/6" /8" 5 5 0 5 POUR DISTANCE D ENTRÉE de /8 po (60 mm) Pliez e grit sur l ligne pointillée et plez elle-i sur l ngle de l porte POUR

Plus en détail

Pondération : 1 2 3 4 5 6 7 Total 30 10 30 30 10 10 10 130

Pondération : 1 2 3 4 5 6 7 Total 30 10 30 30 10 10 10 130 Université e Sherrooe, Déprtement inormtique IGL50 : Méthoes ormelles en génie logiiel, Exmen inl Proesseur : Mr Frppier, Luni 6 éemre 0, 9h00 à h00, lol D-0 Doumenttion permise. Appreil életronique interit.

Plus en détail

Adiameris. Stratégie d investissement

Adiameris. Stratégie d investissement Aimeris Strtégie investissement B Aimeris Formulire e sousription n Strtégie investissement (à ompléter pr Privte Estte Life) Nom u gestionnire 1. Profil investisseur Les informtions i-essous permettront

Plus en détail

Calcul intégral. II Intégrale d une fonction 4

Calcul intégral. II Intégrale d une fonction 4 BTS DOMOTIQUE Clcul intégrl 8- Clcul intégrl Tble des mtières I Primitives I. Définitions............................................... I. Clculs de primitives.........................................

Plus en détail

Chapitre 11 : L inductance

Chapitre 11 : L inductance Chpitre : inductnce Exercices E. On donne A πr 4π 4 metn N 8 spires/m. () Selon l exemple., µ n A 4π 7 (8) 4π 4 (,5) 5 µh (b) À prtir de l éqution.4, on trouve ξ ξ 4 3 5 6 6,3 A/s E. On donne A πr,5π 4

Plus en détail

1 Introduction à l effet Doppler.

1 Introduction à l effet Doppler. Introdution à l effet Doppler Ph. Ribière ribierep@orange.fr Merredi 9 Novembre 2011 1 Introdution à l effet Doppler. Vous avez tous fait l expériene de l effet Doppler dans la rue, lorsqu une ambulane,

Plus en détail

ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES

ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES I. Précision d'une mesure directe Une mesure directe est une mesure lue sur un ppreil de mesure. Le résultt d'une mesure directe n'est jmis connu de fçon prfitement excte.

Plus en détail

Intégration. Rappels. Définition 3. Soit I un intervalle réel et f : I E. On dit que F : I E est. f(x) f(a) x a

Intégration. Rappels. Définition 3. Soit I un intervalle réel et f : I E. On dit que F : I E est. f(x) f(a) x a Intégrtion Les fonctions considérées ci-dessous sont des fonctions définies sur un intervlle réel I, à vleurs réelles ou complees ou, plus générlement, à vleurs dns un espce vectoriel normé de dimension

Plus en détail

Aspect comptable de l affectation du résultat d une société en non collectif :

Aspect comptable de l affectation du résultat d une société en non collectif : Aspet omptle de l ffettion du résultt d une soiété en non olletif : Pour ppréhender l spet omptle de l ffettion du résultt d une soiété en non olletif, on v proéder à détérminer les éritures omptles de

Plus en détail

GUIDE DE POSE_Fib-Air 9/11/04 11:10 Page 1

GUIDE DE POSE_Fib-Air 9/11/04 11:10 Page 1 GUIDE DE POSE_Fi-Air 9/11/04 11:10 Pge 1 GUIDE DE POSE_Fi-Air 9/11/04 11:10 Pge 2 SOMMAIRE A/ PRÉSENTATION Rélistion de conduits utoportnts pré-isolés à prtir de pnneux de l gmme Fi-Air. A/ PRÉSENTATION

Plus en détail

LUMINAIRES D EXTÉRIEUR À LED SÉRIE OL/AOL ET PROJECTEURS À LED SÉRIE OFR/AFR

LUMINAIRES D EXTÉRIEUR À LED SÉRIE OL/AOL ET PROJECTEURS À LED SÉRIE OFR/AFR ÉCLAIRAGES À LED CH OL/AOL ET OFR/AFR LUMINAIRES D EXTÉRIEUR À LED SÉRIE OL/AOL ET PROJECTEURS À LED SÉRIE OFR/AFR NOUVELLES SÉRIES D ÉCLAIRAGES À LED PUISSANCE LUMINEUSE ET DESIGN INGÉNIEUX PERFORMANTS,

Plus en détail

Comment évaluer la qualité d un résultat? Plan

Comment évaluer la qualité d un résultat? Plan Comment évaluer la qualité d un résultat? En sienes expérimentales, il n existe pas de mesures parfaites. Celles-i ne peuvent être qu entahées d erreurs plus ou moins importantes selon le protoole hoisi,

Plus en détail

Test et QCM JAVA. 2. Quelle est la visibilité d'une classe publique, quelle est la visibilité par défaut?

Test et QCM JAVA. 2. Quelle est la visibilité d'une classe publique, quelle est la visibilité par défaut? Auteur Agnès Guerrz Dte : Otore 2006 Module : TC2 Test et QCM JAVA Instrutions pour le QCM : Ce Test / QCM sert à vérifier vos onnissnes du lngge jv. Cohez le ou les réponses prmi les hoix proposés, vous

Plus en détail

Turbine hydraulique Girard simplifiée pour faibles et très faibles puissances

Turbine hydraulique Girard simplifiée pour faibles et très faibles puissances Turbine hydrulique Girrd simplifiée pour fibles et très fibles puissnces Prof. Ing. Zoltàn Hosszuréty, DrSc. Professeur à l'université technique de Kosice Les sites hydruliques disposnt de fibles débits

Plus en détail

Une nouvelle sonde locale pour la microscopie à force atomique en milieu biologique

Une nouvelle sonde locale pour la microscopie à force atomique en milieu biologique Une nouvelle sonde lole pour l mirosopie à fore tomique en milieu iologique Jérôme POLESEL-MARIS et Thoms BERTHELOT CEA, IRAMIS, Servie de Physique et Chimie des Surfes et Interfes, 91191 Gif-sur-Yvette

Plus en détail

Les accommodements raisonnables

Les accommodements raisonnables Les aommodements raisonnables Guide de l élève Introdution aux hartes anadienne et québéoise...p. 2 Le droit à l égalité et à la non-disrimination...p. 3 Les aommodements raisonnables...p. 4 Tableau synthèse

Plus en détail

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE L' Algère de BOOLE L'lgère de Boole est l prtie des mthémtiques, de l logique et de l'électronique qui s'intéresse ux opértions et ux fonctions sur les vriles logiques. Le nom provient de George Boole.

Plus en détail

Chimie Avancement d une réaction chimique Chap.8

Chimie Avancement d une réaction chimique Chap.8 ère S Thème : Couleurs et imges TP n 6 Chimie Avncement d une réction chimique Chp.8 Notions et contenus Réction chimique réctif limitnt stœchiométrie notion d vncement Compétences eigiles Identifier le

Plus en détail

Intégrale et primitives

Intégrale et primitives Chpitre 5 Intégrle et primitives 5. Ojetif On herhe dns e hpitre à onstruire l opérteur réiproue de l opérteur de dérivtion. Les deux uestions suivntes sont lors nturelles. Question : Soit f une pplition

Plus en détail

FONDATION CLEMENTINE ET MAURICE ANTILLE

FONDATION CLEMENTINE ET MAURICE ANTILLE FONDATION CLEMENTINE ET MAURICE ANTILLE Règlement d ttriution de ourses et de prêts d études et de formtion du déemre 006 Artile premier Ojet et hmp d pplition Le présent règlement est étli en pplition

Plus en détail

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme 1L : Représentation visuelle du monde Activité.4 : Lumières colorées I. Décomposition de la lumière blanche Newton (dès 1766) a décomposé la lumière solaire avec un prisme. 1. Expériences au bureau : 1

Plus en détail

TOUT SUR LE TRIANGLE

TOUT SUR LE TRIANGLE PROBLEME de niveu sup rédigé pr R. Ferreol ferreol@mthcurve.com TOUT SUR LE TRIANGLE. DONNÉES ET NOTATIONS 3 points A, B, C non lignés d un pln ffine euclidien P orienté de fçon à ce que (AB, AC ) soit

Plus en détail

SOMMAIRE. Objectifs de la séance :

SOMMAIRE. Objectifs de la séance : Ojetifs de l séne : d'nlyser le fontionnement d'un système simple de définir le onept de logique progrmmée de iter les rtéristiques fontionnelles d'un système séquentiel de déoder le shém de rordement

Plus en détail

AMETRA TRAVAIL SUR ECRAN DE VISUALISATION. Santé au travail. Guide destiné aux personnels exposés

AMETRA TRAVAIL SUR ECRAN DE VISUALISATION. Santé au travail. Guide destiné aux personnels exposés AMETRA Snté u trvil TRAVAIL SUR ECRAN DE VISUALISATION Guide destiné ux personnels exposés IMPLANTATION GÉNÉRALE Norme NF X 35-109 Les limites cceptbles du port mnuel de chrges pr une personne : Le slrié,

Plus en détail

Eléments pour transporteurs à chaînes

Eléments pour transporteurs à chaînes Eléments pour trnsporteurs à hînes HEKO Ketten GmH Sommire pge 1.0 Orienttion et générlités 3 2.0 Chînes mrines 4 2.1 Tritement thermique 4 2.2 Informtions tehniques sur les hînes mrines 5 2.3 Dimensions

Plus en détail

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3 Reltions binires Mrc SAGE 8 octobre 007 Tble des mtières Amuse gueule Combintoire dns les quotients 3 Problème d extrém 3 4 Un théorème de point xe 3 5 Sur l conjugisons dns R 3 6 Sur les corps totlement

Plus en détail

Automates temporisés. Amal El Fallah Seghrouchni Amal.Elfallah@lip6.fr

Automates temporisés. Amal El Fallah Seghrouchni Amal.Elfallah@lip6.fr Automtes temporisés Aml El Fllh Seghrouchni Aml.Elfllh@lip6.fr Pln Introduction Définition d un utomte temporisé Composition d utomtes temporisés Automtes hybrides Conclusion Le problème à résoudre monde

Plus en détail

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) (

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) ( Correction de l épreuve CCP PSI Mths PREMIÈRE PARTIE I- Soit t u voisinge de, t Alors ϕt t s = ϕt ρt s ρs Pr hypothèse, l fonction ϕt ϕt est lorsque t, il en est donc de même de ρt s ρt s ρs cr ρ s est

Plus en détail

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L'ENSIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L'ENSIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE RPUBLIQU ALGRINN DMORAIQU POPULAIR MINIR D L'NIGNMN UPRIUR D LA RHRH INIFIQU UNIVRI D BANA FAUL D HNOLOGI DPARMN D MANIQU MMOIR PRN POUR L OBNION DU DIPLOM D MAGIR pécilité : MANIQU Option : NRGIQU PAR

Plus en détail

Zelio Logic 2 Interface de communication SR2COM01 Aide à l'utilisation du Dossier d'exploitation 11/2005

Zelio Logic 2 Interface de communication SR2COM01 Aide à l'utilisation du Dossier d'exploitation 11/2005 Zelio Logi 2 Interfe de ommunition SR2COM01 Aide à l'utilistion du Dossier d'exploittion 11/2005 1606327 Aide à l'utilistion du Dossier d'exploittion Aperçu Introdution Le Dossier d'exploittion est un

Plus en détail

Algorithmes sur les mots (séquences)

Algorithmes sur les mots (séquences) Introduction Algorithmes sur les mots (séquences) Algorithmes sur les mots (textes, séquences, chines de crctères) Nomreuses pplictions : ses de données iliogrphiques ioinformtique (séquences de iomolécules)

Plus en détail

Electromagne tisme 2 : Induction

Electromagne tisme 2 : Induction Electromgne tisme : Induction Induction de Neumnn Eercice 1 : Clcul d une force électromotrice induite n dispose d'un cdre crré fie de côté comportnt N spires d'un fil conducteur d'etrémités A et C dns

Plus en détail

Scooters électriques e-mo e-mo+

Scooters électriques e-mo e-mo+ Scooters électriques e-mo e-mo+ Fites le plein d économies Mîtriser l prt de son budget conscrée u trnsport, c est dire dieu ux fluctutions du prix des hydrocrbures et ux coûts d entretien, c est choisir

Plus en détail

BAILLY-GRANDVAUX Mathieu ZANIOLO Guillaume Professeur : Mrs Portehault

BAILLY-GRANDVAUX Mathieu ZANIOLO Guillaume Professeur : Mrs Portehault BAILLY-GRANDVAUX Mathieu ZANIOLO Guillaume Professeur : Mrs Portehault 1 I. Introdution...3 II. Généralités...3 Caratéristiques ommunes aux deux phénomènes...3 La différene entre la phosphoresene et la

Plus en détail

Conseils et astuces pour les structures de base de la Ligne D30

Conseils et astuces pour les structures de base de la Ligne D30 Conseils et stuces pour les structures de bse de l Ligne D30 Conseils et stuces pour l Ligne D30 Ligne D30 - l solution élégnte pour votre production. Rentbilité optimle et méliortion continue des séquences

Plus en détail

INSTRUCTIONS POUR L INSTALLATION ET LE FONCTIONNEMENT DES SERRURES À POIGNÉE BÉQUILLE

INSTRUCTIONS POUR L INSTALLATION ET LE FONCTIONNEMENT DES SERRURES À POIGNÉE BÉQUILLE INSTRUCTIONS POUR L INSTALLATION ET LE FONCTIONNEMENT DES SERRURES À POIGNÉE BÉQUILLE POUR LES SERRURES D ENTRÉE À CLÉ EXTÉRIEURES VERROUILLABLES, À POIGNÉE DE BRINKS HOME SECURITY. POUR LES PORTES DE

Plus en détail

Toyota Assurances Toujours la meilleure solution

Toyota Assurances Toujours la meilleure solution Toyot Assurnces Toujours l meilleure solution De quelle ssurnce vez-vous besoin? Vous roulez déjà en Toyot ou vous ttendez s livrison. Votre voiture est neuve ou d occsion. Vous vlez les kilomètres ou

Plus en détail

CEM : ETUDE DES DIFFERENTS MODES DE COUPLAGE

CEM : ETUDE DES DIFFERENTS MODES DE COUPLAGE ECOE SUPEIEUE e PASTUGIE TP CEM CEM : ETUDE DES DIFFEENTS MODES DE COUPAGE I ) Introuction DES PETUBATIONS EECTOMAGNETIQUES e but e ce TP consiste à mettre en évience les ifférents moes e couplge es perturbtions

Plus en détail

PATRICK BONNEL LET UNIVERSITÉ DE LYON, ENTPE, CNRS

PATRICK BONNEL LET UNIVERSITÉ DE LYON, ENTPE, CNRS les Chiers Sientifiques du Trnsport N 55/009 - Pges 97-5 Mr Joly Ctherine Moreny Ptrik Bonnel Motoristion et lolistion : quels effets sur le hoix modl? JEL : C0 O R4 MOTORISATION ET LOCALISATION : QUELS

Plus en détail

Chapitre 9: Primitives et intégrales

Chapitre 9: Primitives et intégrales PRIMITIVES ET INTEGRALES 7 Chpitre 9: Primitives et intégrles Prérequis: Limites, dérivées Requis pour: Emen de mturité 9. «À quoi ç sert?» Un peu d histoire Isc Newton (64-77) Les clculs d ire de figures

Plus en détail

TAPIS MODULAIRES EN PLASTIQUE

TAPIS MODULAIRES EN PLASTIQUE TPIS MODULIRES EN PLSTIQUE Les tapis modulaires décrits ci-après sont utilisés aussi bien pour transporter du matériel de conditionnement (flacons - verres - bouteilles - cartons,...) que des aliments

Plus en détail

TS 7 De la rotation de Saturne à la structure de ses anneaux

TS 7 De la rotation de Saturne à la structure de ses anneaux FICHE Fihe à destination des enseignants Type d'atiité TS 7 De la rotation de Saturne à la struture de ses anneaux Atiité expérimentale Notions et ontenus du programme de Terminale S Effet Doppler. Compétenes

Plus en détail

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états.

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états. ciences Industrielles ystèmes comintoires Ppnicol Roert Lycée Jcques Amyot I - YTEME COMBINATOIRE A. Algère de Boole. Vriles logiques: Un signl réel est une grndeur physique en générl continue, on ssocie

Plus en détail

Table des matières. Cristallographie. S.Boukaddid Cristallographie MP2

Table des matières. Cristallographie. S.Boukaddid Cristallographie MP2 S.Boukddid Cristllogrphie MP Cristllogrphie Tble des mtières 1 Bses de l cristllogrphie 1.1 Définitions....................................... 1. Crctéristiques des réseux cristllins......................

Plus en détail

gfaubert septembre 2010 1

gfaubert septembre 2010 1 Notes de cours Pour l e secondire Compiltion et/ou crétion Guyline Fuert Septemre 00 gfuert septemre 00 Géométrie------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Séquence 8. Probabilité : lois à densité. Sommaire

Séquence 8. Probabilité : lois à densité. Sommaire Séquence 8 Proilité : lois à densité Sommire. Prérequis 2. Lois de proilité à densité sur un intervlle 3. Lois uniformes 4. Lois exponentielles 5. Synthèse de l séquence Dns cette séquence, on introduit

Plus en détail

Informatique III: Programmation en C++

Informatique III: Programmation en C++ Informatique III: Programmation en C++ Listes haînées Lundi 9 Janvier 2006 1 2 Introdution Les listes hainées permettent de stoker un nombre d objets qui n a pas besoin d être spéifié a priori. Rajouter

Plus en détail

2.1 L'automate minimal

2.1 L'automate minimal CH.2 Minimistion 2.1 L'utomte miniml 2.2 L'lgorithme de minimistion Automtes ch2 1 2.1 L'utomte miniml Le lngge L définit sur Σ* l reltion d'équivlence R L : x R L y ssi ( z, xz L yz L). L'AFD M définit

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E. UFR Mathématiques de la décision. Notes de cours. Analyse 2. Filippo SANTAMBROGIO

Université Paris-Dauphine DUMI2E. UFR Mathématiques de la décision. Notes de cours. Analyse 2. Filippo SANTAMBROGIO Université Pris-Duphine DUMI2E UFR Mthémtiques de l décision Notes de cours Anlyse 2 Filippo SANTAMBROGIO Année 2008 2 Tble des mtières 1 Optimistion de fonctions continues et dérivbles 5 1.1 Continuité........................................

Plus en détail

S il ne peut être déterminé en raison d'excavations et de remblais antérieurs, la référence est le terrain naturel environnant.

S il ne peut être déterminé en raison d'excavations et de remblais antérieurs, la référence est le terrain naturel environnant. Annexe A MESSAGE TYPE 8. COMMENTAIRES DES DEFINITIONS DE L ANNEXE NOTIONS ET METHODES DE MESURE 1. TERRAIN DE RÉFÉRENCE 1.1 Terrin de référence Le terrin de référence équivut u terrin nturel. S il ne peut

Plus en détail

TP n 4 : Lumière et couleurs

TP n 4 : Lumière et couleurs TP n 4 : Lumière et couleurs Plan I. Lumières colorées : 1- Dispersion de la lumière par un prisme ou par un CD-rom : 2- Composition de la lumière blanche : 3- Lumières polychromatiques et monochromatiques

Plus en détail

3 LES OUTILS DE DESCRIPTION D UNE FONCTION LOGIQUE

3 LES OUTILS DE DESCRIPTION D UNE FONCTION LOGIQUE 1GEN ciences et Techniques Industrielles Pge 1 sur 7 Automtique et Informtiques Appliquées Génie Énergétique Première 1 - LA VARIABLE BINAIRE L électrotechnique, l électronique et l mécnique étudient et

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Physique des mouvements rapides chez les plantes

Physique des mouvements rapides chez les plantes Physique des mouvements rpides hez les plntes Yoël Forterre (1) (yoel.forterre@univ-mu.fr), Philippe Mrmottnt (2), Ctherine Quilliet (2) et Xvier Nolin (3) (1) Lortoire IUSTI, CNRS UMR 7343, Aix Mrseille

Plus en détail

Théorème de Lax Milgram Application au problème de Dirichlet pour l équation de Sturm Liouville

Théorème de Lax Milgram Application au problème de Dirichlet pour l équation de Sturm Liouville Théorème de Lx Milgrm Appliction u problème de Dirichlet pour l éqution de Sturm Liouville Résumé du cours de MEDP Mîtrise de mthémtiques 2000 2001 2001nov18 (medp-lx-milgrm.tex) Dns ce chpitre, on se

Plus en détail

Chapitre 7. Primitives et Intégrales. 7.1 Primitive d une fonction. 7.2 Propriétés des primitives. 7.3 Intégrale définie ou Intégrale de Riemannn)

Chapitre 7. Primitives et Intégrales. 7.1 Primitive d une fonction. 7.2 Propriétés des primitives. 7.3 Intégrale définie ou Intégrale de Riemannn) Chpitre 7 Primitives et Intégrles 7. Primitive d une fonction Soit f une fonction définie sur un intervlle K de R. On ppelle primitive de f, une fonction F dont l dérivée est f : F (x) = f(x). On note

Plus en détail

Sous la direction de : Michel PONCY Yves GUICHARD Marie-Christine RUSSIER

Sous la direction de : Michel PONCY Yves GUICHARD Marie-Christine RUSSIER PROGRAMME 0 Sous la diretion de : Mihel PONCY Yves GUICHARD Marie-Christine RUSSIER Jean-Louis BONNAFET René GAUTHIER Yvette MASSIERA Denis VIEUDRIN Jean-François ZUCCHETTA Sommaire CHAPITRE CHAPITRE CHAPITRE

Plus en détail

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann Chpitre 11 Théorème de Poincré - Formule de Green-Riemnn Ce chpitre s inscrit dns l continuité du précédent. On vu à l proposition 1.16 que les formes différentielles sont bien plus grébles à mnipuler

Plus en détail

Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique

Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique Chapitre 6 La lumière des étoiles Physique Introduction : On ne peut ni aller sur les étoiles, ni envoyer directement des sondes pour les analyser, en revanche on les voit, ce qui signifie qu'on reçoit

Plus en détail

AA17 Broche Ø 0,7 mm AA21 AA25 AA30 AA35. les kits. Think Simple. Kit Omnitech Evolution Mini-Hand

AA17 Broche Ø 0,7 mm AA21 AA25 AA30 AA35. les kits. Think Simple. Kit Omnitech Evolution Mini-Hand Kit Omnitech Evolution Mini-Hnd Omnitech Evolution Ø 1,7 mm, Ø 2,1 mm, Ø 2,5 mm, Ø 2,9 mm, Ø 3,0 mm, Ø 3,5 mm VIS AUTO-PERFORANTE ET AUTO-TARAUDANTE. Kit de vis AA17 AA17 Broche Ø 0,7 mm AA21 Kit de vis

Plus en détail

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral Synthèse de cours (Terminle S) Clcul intégrl Intégrle d une onction continue positive sur un intervlle [;] Dns cette première prtie, on considère une onction continue positive sur un intervlle [ ; ] (

Plus en détail

Site web de réservations de voyages mettant en relation des clients voyageurs, des prestataires de services leur gestionnaire de

Site web de réservations de voyages mettant en relation des clients voyageurs, des prestataires de services leur gestionnaire de Usger Gérer session utilisteur Client Système comptble Client fidélisé Gérer Suivi Rés Administrteur site de réservtion Gestionnire fidélité Gérer Fidélité Gestionnire Hotels Gérer Hotels Site web de réservtions

Plus en détail

2.1 Comment implanter en C un reconnaisseur de mots? Aut2 q 0 q 1

2.1 Comment implanter en C un reconnaisseur de mots? Aut2 q 0 q 1 Lngges Automtes Non-déterminisme Grmmires Attiuées et Génértives Expressions régulières Correction Prtielle de Progrmmes Ceci n'est ps un cours de Lngge C++ 2.1 Comment implnter en C un reconnisseur de

Plus en détail

Énergie et pollution. Déroulement. Énergies non renouvelables et pollution

Énergie et pollution. Déroulement. Énergies non renouvelables et pollution Énergie et pollution 9 Objetifs Connaître les onséquenes de l utilisation des soures d énergie non renouvelables sur l environnement. Connaître les avantages et les inonvénients de haque soure d énergie.

Plus en détail

Équilibres de phases de mélanges

Équilibres de phases de mélanges Équilibres de phases de mélanges Paternité - Pas d'utilisation Commeriale - Partage des Conditions Initiales à l'identique : http://reativeommons.org/lienses/by-n-sa/2.0/fr/ Table des matières Table des

Plus en détail

DM2-2014_CORRIGE. «Marquage Laser»

DM2-2014_CORRIGE. «Marquage Laser» C Grin / DM-4_crrigedc (ver: 9//5) pge /6 DM-4_CRRIGE Présenttin du système : «Mrquge Lser» Sur les lignes de frictin, n utilise de plus en plus fréquemment des dispsitifs de mrquge pur identifier les

Plus en détail

La volatilité accrue du prix de l électricité pour les ménages belges

La volatilité accrue du prix de l électricité pour les ménages belges La volatilité arue du prix de L'éLetriité pour Les ménages belges La volatilité arue du prix de l életriité pour les ménages belges Une analyse basée sur les aratéristiques spéifiques de la fixation des

Plus en détail

Calcul int egral. 15 d ecembre 2008

Calcul int egral. 15 d ecembre 2008 Clcul intégrl. 15 décembre 2008 2 Tble des mtières I Intégrles multiples 5 1 Rppels sur l intégrle définie des fonctions d une vrible. 7 1.1 Motivtions................................ 7 1.1.1 Cs des fonctions

Plus en détail

Installation et utilisation du périphérique ImageShare

Installation et utilisation du périphérique ImageShare Instlltion et utilistion du Copyright 2000-2002: Polycom, Inc. Polycom, Inc., 4750 Willow Rod, Plesnton, CA 94588 www.polycom.com Polycom et le logo de Polycom sont des mrques déposées de Polycom, Inc.

Plus en détail

Des extraits de cette norme seront présentés pour la compréhension de la démarche.

Des extraits de cette norme seront présentés pour la compréhension de la démarche. Estimtion de l incertitude de l mesure : Appliction à l incertitude sur le clcul de l concentrtion d EDTA lors de l détermintion de l dureté d une eu nturelle Pour cette démrche, nous nous ppuierons sur

Plus en détail

Dossier de demande de subvention

Dossier de demande de subvention Assocition Demnde de subvention n 12156*01 Loi du 1 er juillet 1901 reltive u contrt d ssocition Dossier de demnde de subvention Vous trouverez dns ce dossier tout ce dont vous vez besoin pour étblir votre

Plus en détail

United Nations Educational Scientific and Cultural Organization and International Atomic Energy Agency

United Nations Educational Scientific and Cultural Organization and International Atomic Energy Agency XA0101357 IC/IR/2001/8 INTERNAL REPORT (Limite Distriution) Unite Ntions Eutionl Sientifi n Culturl Orgniztion n Interntionl Atomi Energy Ageny THE ABDUS SALAM INTERNATIONAL CENTRE FOR THEORETICAL PHYSICS

Plus en détail

Guide de sélection des fibres

Guide de sélection des fibres Introduction: Le but de ce guide de sélection est de vous fournir l aide nécessaire pour vous permettre de choisir la fibre la mieux adaptée à vos besoins (En fonction du type d équipement actif utilisé

Plus en détail

MTH 2301 Méthodes statistiques en ingénierie

MTH 2301 Méthodes statistiques en ingénierie Chapitre 7 - ests d hypothèses Lexique anglais - français Constats - terminologie - onepts de base tests ests onernant une moyenne - variane onnue - variane inonnue - ourbe aratéristique - n =? est de

Plus en détail

IN SITU : ONDES ET VIBRATIONS 1 LUMIÈRE COLORÉE

IN SITU : ONDES ET VIBRATIONS 1 LUMIÈRE COLORÉE IN SITU : ONDES ET VIBRATIONS 1 LUMIÈRE COLORÉE Réalisation : Pierre Bischoff, sous la direction de François Mangenot CNDP d Alsace, 1997 Durée : 04 min 07 s À l aide d expériences filmées et d animations

Plus en détail

D où viennent les couleurs de l arc en ciel?

D où viennent les couleurs de l arc en ciel? Matériel : Lampe lumière blanche, prisme, lentille convergente, moteur, disque de Newton. Playmobil de différentes couleurs, lampe et filtres colorés. D où viennent les couleurs de l arc en ciel? 1. Observations

Plus en détail

NOM : PRÉ-TEST 2 PHY NYC GROUPES 1315 et 1316 09/04/08

NOM : PRÉ-TEST 2 PHY NYC GROUPES 1315 et 1316 09/04/08 Règlements : NOM : PRÉ-TEST 2 PHY NYC GROUPES 1315 et 1316 09/04/08 Professeur : Pierre Noël de Tilly Tout plagiat entraîne la note zéro. Seuls calculatrice, règle, rapporteur d'angle, gomme à effacer,

Plus en détail