Le parcours de soin du patient cancéreux : du dépistage à la guérison. Pr Suzy Duflo, Présidente de CME, CHU de Pointe à Pitre Abymes

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le parcours de soin du patient cancéreux : du dépistage à la guérison. Pr Suzy Duflo, Présidente de CME, CHU de Pointe à Pitre Abymes"

Transcription

1 Le parcours de soin du patient cancéreux : du dépistage à la guérison Pr Suzy Duflo, Présidente de CME, CHU de Pointe à Pitre Abymes

2 Données épidémiologiques Total invasif non invasif

3 Données épidémiologiques / Incidence des cancers chez les hommes Prostate Colon rectum Estomac VADS Hemopathies Poumons Vessie Reins Cutané Pancréas

4 Données épidémiologiques / Incidence des cancers chez les femmes Seins Colon rectum Hémopathies Corps Utérin Estomac Col utérin Thyroide Ovaires Poumons Cutané Pancréas

5 % Données épidémiologiques / Cancers Colo-rectaux cas/an Moyenne d âge : 66 ans 38% de patient avec un envahissement local Régional métastatique(encr>=3) Stade ENCR

6 % Données épidémiologiques / Cancers du Sein Stade ENCR ~ 200 cas/an Moyenne d âge : 56 ans 35% des cas < 50 ans au diagnostic 34% avec envahissement : Local Régional Métastatique

7 Données épidémiologiques / Dépistage Dépistage organisé : Cancers du Sein Cancers Colo-Rectaux Mise en place d un dépistage organisé Cancers du Col Dépistage individuel : Cancer de la prostate / dosage du PSA / TR Cancers ORL : Pas de dépistage mais signes d alerte

8 3 Pour Données épidémiologiques / Dépistage Langue douloureuse, ou aphte ne guérissant pas et/ou plaques blanches ou rouges dans la bouche Difficulté ou douleur en avalant Ganglions dans le cou Mal de gorge Une narine bouchée ou saignement de nez Enrouement persistant Otalgie avec otoscopie normale Semaine 1 Semaine 2 Semaine 3 Un de ces signes présent plus de 3 semaines Demander un AVIS SPECIALISE

9 Données épidémiologiques / Dépistage AGWADEC : Association Guadeloupéenne pour le dépistage des cancers : INFORMER LA POPULATION ORGANISER LE DEPISTAGE

10 Données épidémiologiques / Dépistage INDICATEURS : Cancer du sein : ans / femmes 3,2 courriers pour amener les femmes au dépistage 56,7% de participation en 2013 / 1 er rang des DFA 355 cancers histologiquement prouvés sur 5 ans

11 Données épidémiologiques / Dépistage INDICATEURS : Cancer colorectal : ans / individus 11 courriers pour amener au dépistage / courriers 39,7% de participation en ,7% test + / 85% coloscopie en 2 ans

12 Données épidémiologiques / Dépistage Rôle du médecin généraliste Être à l écoute du patient Demande d examens spécialisés Demande d avis spécialisé Rôle du médecin spécialiste Recherche de cancer chez les patients présentant des facteurs de risque / Sein, Col, Colo-rectal, VADS EFFICACITE : INFORMER LE PATIENT INDICATEUR : QUESTIONNAIRES AU PATIENT? CAMPAGNE ARS?

13 Diagnostic / Efficacité Rôle du médecin généraliste Collaboration importante avec le spécialiste d organe Aide au diagnostic Demande de consultation d oncogénétique pour le patient Rôle du médecin spécialiste Prise en charge rapide / Consultation dédiée Accès facile au plateau technique / Nécessité d un Plateau technique complet / MANQUE DU PET-SCANNER / DÉPART VERS LA MÉTROPOLE Demande de consultation d oncogénétique pour le patient EFFICACITE : CONNECTION MG ET SPECIALISTE D ORGANE INDICATEURS : RETOUR D INFORMATION AU MEDECIN GENERALISTE / PERTINENCE DES PRESCRIPTIONS : IMAGERIE ET BILAN BIOLOGIQUE

14 Diagnostic / Efficacité RCP : Présence obligatoire Oncologues; radiothérapeutes, spécialistes d organes, radiologues, anatomopathologistes, IDE dédiée à l annonce, secrétaire Discuter la présence du médecin généraliste Logiciel uniforme pour toutes les spécialités En accord avec les référentiels Présence du patient non obligatoire / évolution possible à discuter? EFFICACITE : DÉCISION COMMUNE / PRISE DE RDV +++ INDICATEUR : SUIVI DES DECISIONS DE RCP / ADEQUATION PAR RAPPORT AUX REFERENTIELS

15 Diagnostic / Efficacité Coordination : 3C Basse-Terre 3C Grande-Terre EFFICACITE DE DEUX CENTRES DE COORDINATION DU CANCER (3C)?????? A DISCUTER

16 Diagnostic / Annonce Plan cancer : indispensable pour l autorisation de la prise en charge Pas une annonce mais des annonces Assure au patient Un temps médical et de proposition de traitement suite à la RCP / informations / évaluation de la compréhension du patient Un temps soignant de soutien et de repérage de ses besoins Accès aux soins de support

17 Diagnostic / Annonce Consultation dédiée Malade et un membre de son choix IDE dédiée à l annonce Remise du PPS: programme personnalisée de soins EFFCICACITE : CONTACT AVEC LA VILLE / INFORMATION DU MÉDECIN GÉNÉRALISTE INDICATEUR : QUESTIONNAIRES REMPLIS LORS DU TEMPS MEDICAL ET SOIGNANT

18 Diagnostic / Annonce Rôle de l infirmière Présence obligatoire Annonce à distance EFFCICACITE : COMPREHENSION DU PATIENT / ACCOMPAGNEMENT DU PATIENT ET DE LA FAMILLE PEUT REDEMANDER UNE CONSULTATION

19 Traitement Chirurgical Radiothérapie / MANQUE DE L IMRT / DEPART VERS LA METROPOLE Chimiothérapie Combinaison des deux Aide psychologique / Cs douleur EFFICACITE : SUIVI DU TRAITEMENT / CS EN COURS DE TRAITEMENT PAR SPECIALISTE D ORGANE / MEDECIN GENERALISTE / ONCOLOGUE INDICATEUR : COURRIERS DE SUIVI / RETOUR D INFORMATION

20 Traitement EFFICACITE : INDISPENSABLE RELATION DU TRIO Médecin généraliste Médecin spécialiste d organe Médecin oncologue si impliqué dans la prise en charge oncologique Connexion avec la Martinique pour certaines prises en charge / Cancer de la Thyroïde

21 Evolution GUERISON Surveillance à vie En fonction des spécialités / tous les 3 mois pendant 2 ans, puis tous les 6 mois pendant 3 ans puis tous les ans à vie Retour du patient à la vie active

22 Evolution SOINS PALLIATIFS Accompagnement du malade ++++ Accompagnement de la famille ++++ Aide psychologique / cs douleur

23 Evolution INDICATEURS : DONNEES DU REGISTRE DES CANCERS PREVALENCE / INCIDENCE / MORTALITE / SURVIE COMPARAISON DES DONNEES DE SURVIE / PAR LOCALISATION / PAR TYPE DE PRISE EN CHARGE EVALUATION MEDICO-ECONOMIQUE EVALUATION DU PARCOURS DE SOIN

24 ACTIONS Organisation des Journées Antillaises de Cancérologie / JAC Une journée pour les professionnels de santé Une journée pour le grand public 3 éditions / tous les 2 ans Échanges, informations, pratiques médicales, implications EFFICACITE : UNIFORMISER LA PRISE EN CHARGE

25 ACTIONS / Journées professionnels de santé 1ere édition / 2010 : Dépistage des cancers en Guadeloupe 2 ème édition / mi carême 2012 : Prise en charge des cancers à un stade précoce / regard croisé du médecin généraliste et spécialiste d organe; présentation en binôme 3 ème édition / mi carême 2014 : Prise en charge des cancers à un stade avancée de la pathologie / regard croisé du médecin généraliste, spécialiste d organe et oncologue; présentation en trinôme ou quartor

26 ACTIONS / Journées grand public 1ere édition / 2010 : Dépistage des cancers en Guadeloupe / Grande Terre 2 ème édition / 2012 / Rôle du médecin généraliste, spécialiste d organe et de la famille autour du patient cancéreux / Grande Terre 3 ème édition / 2014/ Dépistage des cancers en Guadeloupe / Basse Terre EFFICACITE : COLLABORATION AWADEC, LIGUE CONTRE LE CANCER, LE RESEAU 3C, KARUKERA-ONCO, REGISTRE DU CANCER

27 ACTIONS / PROJET MEDICAL 2013/2018 NOUVEL HOPITAL EN 2020 POLE CANCER ET CHIRURGIE MISE EN PLACE D UNE CHT DES ILES DE GUADELOUPE HOMOGEINISATION DES PARCOURS DE SOINS PARCOURS DE SOIN DU PATIENT CANCEREUX PARTAGE DU PARCOURS DE SOIN DANS LA CARAÏBE INDICATEURS A DEFINIR

PARCOURS DE SOINS EN CANCEROLOGIE

PARCOURS DE SOINS EN CANCEROLOGIE PARCOURS DE SOINS EN CANCEROLOGIE Congrès de la FHF Picardie 06.06.2014 Dr Sarah MONTEMBAULT- Centre Hospitalier de Soissons ETABLISSEMENTS FHF AU CŒUR DES PARCOURS DE SOINS Les données épidémiologiques

Plus en détail

Incidence du cancer en Belgique et dans la Communauté Germanophone

Incidence du cancer en Belgique et dans la Communauté Germanophone Incidence du cancer en Belgique et dans la Communauté Germanophone Julie Francart, Katia Emmerechts, Liesbet Van Eycken Eupen, le 5 Avril 2011 Contenu Introduction Objectives Incidence du Cancer en Belgique

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer colorectal

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer colorectal G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer colorectal Mars 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

TEMPS D ACCOMPAGNEMENT SOIGNANT DANS LE DISPOSITIF D ANNONCE CHU DE CLERMONT-FERRAND

TEMPS D ACCOMPAGNEMENT SOIGNANT DANS LE DISPOSITIF D ANNONCE CHU DE CLERMONT-FERRAND TEMPS D ACCOMPAGNEMENT SOIGNANT DANS LE DISPOSITIF D ANNONCE CHU DE CLERMONT-FERRAND HISTORIQUE Lois Création des RCP Création des consultations LOIS Ce sont les Etats Généraux de 1998 des malades du cancer

Plus en détail

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants.

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Les tumeurs Définitions : tumeur Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Définitions : tumeur bénigne Tumeur bénigne : -néoformation

Plus en détail

PROCEDURE PARCOURS DU PATIENT EN ONCOLOGIE. Service Chimiothérapie Ambulatoire

PROCEDURE PARCOURS DU PATIENT EN ONCOLOGIE. Service Chimiothérapie Ambulatoire Page 1/4 1. OBJET : Cette procédure a pour objet de décrire le parcours du patient en oncologie depuis l annonce du cancer et tout long de son parcours, afin d optimiser sa prise en charge intégrant des

Plus en détail

Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche

Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche 17 ème Journée Médicale de l ARKM Cherbourg, le 29 Novembre 2014 L incidence de principaux cancers chez les femmes et chez

Plus en détail

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville Le suivi post thérapeutique en ville Surveillance Docteur Elisabeth LUPORSI Centre Alexis Vautrin-CHU 25 mai 2012 Strasbourg CNGOF Quelle indications? Quel rythme? Que surveiller? Quand changer l hormonothérapie?

Plus en détail

RECOMMANDATIONS NATIONALES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DU CANCER DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ

RECOMMANDATIONS NATIONALES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DU CANCER DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ RECOMMANDATIONS NATIONALES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DU CANCER DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ Mesure 40 du plan cancer Novembre 2005 Introduction Le dispositif d annonce est une mesure

Plus en détail

Réseau de Cancérologie de Midi-Pyrénées

Réseau de Cancérologie de Midi-Pyrénées Réseau de Cancérologie de Midi-Pyrénées Oncomip : Outil d Evaluation de la qualité de la prise en charge centrée sur la RCP Visioconférence 26 mai 2010 20-24, rue du pont Saint-Pierre 31052 Toulouse Tél:

Plus en détail

GENERALITES SUR LE CANCER. Formation continue AS en cancérologie Nicole Morel le 17/10/2008

GENERALITES SUR LE CANCER. Formation continue AS en cancérologie Nicole Morel le 17/10/2008 GENERALITES SUR LE CANCER Formation continue AS en cancérologie Nicole Morel le 17/10/2008 PLAN 1 Définition 2 Les causes connues 3 Fréquence 4 Les principaux cancers et leurs signes d alarmes 5 Prévention

Plus en détail

Le dépistage organisé du cancer colorectal. Présentation aux médecins généralistes

Le dépistage organisé du cancer colorectal. Présentation aux médecins généralistes Le dépistage organisé du cancer colorectal Présentation aux médecins généralistes Sommaire Pourquoi cette réunion? Les conditions de la généralisation La dynamique en France Les acteurs du dépistage organisé

Plus en détail

Voix et voies de l annonce en Cancérologie

Voix et voies de l annonce en Cancérologie Voix et voies de l annonce en Cancérologie Professeur BOLLA Michel Clinique Universitaire de Cancérologie Radiothérapie CHU Grenoble Voix et voies de l annonce en Cancérologie -Parcours du patient Approche

Plus en détail

Statistiques Canadiennes sur le Cancer, et HMR sur le poumon

Statistiques Canadiennes sur le Cancer, et HMR sur le poumon Statistiques Canadiennes sur le Cancer, et HMR sur le poumon Bernard Fortin Mars 2014 Source: Comité consultatif de la Société canadienne du cancer : Statistiques canadiennes sur le cancer 2013. Toronto

Plus en détail

Expérimenté depuis 2003, le. Dépistage organisé du cancer colorectal. Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France

Expérimenté depuis 2003, le. Dépistage organisé du cancer colorectal. Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France DÉPISTAGE Dépistage organisé du cancer colorectal Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France UN CANCER CURABLE À UN STADE PRÉCOCE LE DÉPISTAGE ORGANISÉ : UNE STRATÉGIE

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

6 Rencontre Régionale d Oncogériatrie

6 Rencontre Régionale d Oncogériatrie 6 Rencontre Régionale d Oncogériatrie ANGOULEME le 16 Avril 2015 6ème Rencontre Régionale d Oncogériatrie 2 ème PARTIE Education thérapeutique chez le sujet âgé : thérapies orales L expérience du CHU de

Plus en détail

Dépistage Organisé du cancer du sein en Saône et Loire ADéMaS 71

Dépistage Organisé du cancer du sein en Saône et Loire ADéMaS 71 Dépistage Organisé du cancer du sein en Saône et Loire ADéMaS 71 Dr Catherine HAMEL Médecin Coordonnateur 2013 Les cancers en France 1980 2010 170 000 nouveaux cas 365 000 nouveaux cas > 100 % en 30 ans

Plus en détail

Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire

Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire GENERALISTE Oncologue Radiologue Radiothérapeute Chirurgien Vincent Pointillart Unité de Pathologie Rachidienne CHU Bordeaux Clairement

Plus en détail

GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. La prise en charge du cancer de l estomac

GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. La prise en charge du cancer de l estomac GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge du cancer de l estomac Janvier 2012 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer sur le cancer de l estomac,

Plus en détail

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE LE CANCER EN QUELQUES CHIFFRES Problème majeur de santé publique avec près de 355 000 nouveaux cas estimés chaque année, le cancer est la première

Plus en détail

DISPOSITIF D ANNONCE : LE CONTEXTE LEGISLATIF. Amandine Potier Psychologue 3C Besançon

DISPOSITIF D ANNONCE : LE CONTEXTE LEGISLATIF. Amandine Potier Psychologue 3C Besançon DISPOSITIF D ANNONCE : LE CONTEXTE LEGISLATIF Amandine Potier Psychologue 3C Besançon I Un dispositif d annonce : pourquoi? Le 28 novembre 1998 à Paris ont lieu les premiers états généraux de patients

Plus en détail

PROGRAMMES DE DEPISTAGE DES CANCERS EN AVEYRON

PROGRAMMES DE DEPISTAGE DES CANCERS EN AVEYRON PROGRAMMES DE DEPISTAGE DES CANCERS EN AVEYRON FICHE 1 : Le dépistage organisé du cancer du sein : pour les femmes de 50 à 74 ans Chaque année en France, ce sont près de 49 000 femmes chez qui un cancer

Plus en détail

NOM ET PRENOM DU PROFESSIONNEL :... SPECIALITE/TITRE :... NOM DE L ETABLISSEMENT ADHERENT:... ADRESSE :... Mail :...@...

NOM ET PRENOM DU PROFESSIONNEL :... SPECIALITE/TITRE :... NOM DE L ETABLISSEMENT ADHERENT:... ADRESSE :... Mail :...@... MàJour le 12 01 2015 BULLETIN D ENGAGEMENT INDIVIDUEL AU RESEAU REGIONAL DE CANCEROLOGIE ONCO Nord Pas-de-Calais Document à retourner à l adresse suivante : Réseau Régional de Cancérologie Onco Nord Pas-de-Calais

Plus en détail

Les cancers digestifs de la personne âgée. Société Bretonne de Gériatrie Malestroit le 19/03/2010

Les cancers digestifs de la personne âgée. Société Bretonne de Gériatrie Malestroit le 19/03/2010 Les cancers digestifs de la personne âgée Société Bretonne de Gériatrie Malestroit le 19/03/2010 Épidémiologie Le cancer est une maladie de l âge : balducci + de 50% des cancers ap 65 ans Prévisions pour

Plus en détail

Enquête nationale sur la prise en charge des cancers ou hémopathies malignes dans les structures gériatriques

Enquête nationale sur la prise en charge des cancers ou hémopathies malignes dans les structures gériatriques ENQUETE PUGG 2014 Pratiques et Usages en Gériatrie et en Gérrontologie Enquête nationale sur la prise en charge des cancers ou hémopathies malignes dans les structures gériatriques Claude Jeandel (CNPG)

Plus en détail

Les pathologies cancéreuses et réinsertion. professionnelle. Rencontre Nucléaire et Santé Paris FMC 8/02/2012 1h. Pr Jean Pierre GERARD CAL Nice

Les pathologies cancéreuses et réinsertion. professionnelle. Rencontre Nucléaire et Santé Paris FMC 8/02/2012 1h. Pr Jean Pierre GERARD CAL Nice Les pathologies cancéreuses et réinsertion Centre Antoine Lacassagne Nice professionnelle Pr Jean Pierre GERARD CAL Nice Rencontre Nucléaire et Santé Paris FMC 8/02/2012 1h Le cancer : les grands concepts

Plus en détail

CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE PEDIATRIQUE D AQUITAINE RESILIAENCE

CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE PEDIATRIQUE D AQUITAINE RESILIAENCE CHARTE DU RESEAU DE CANCEROLOGIE PEDIATRIQUE D AQUITAINE RESILIAENCE (Recherche, Enseignement, Soins, Information, Lutte et Initiatives pour les Adolescents et les ENfants atteints de CancEr). 1. CARACTERISTIQUES

Plus en détail

Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer

Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer I) Introduction Traitement actuel du cancer : compétences multiples oncologie médicale radiothérapie réanimation biologie anatomopathologie des tumeurs

Plus en détail

Surveillance radiologique : centralisée ou en réseau?

Surveillance radiologique : centralisée ou en réseau? Personnalisation des traitements et du suivi des femmes mutées Surveillance radiologique : centralisée ou en réseau? Viviane Feillel Institut Claudius Regaud 1 Mutations BRCA1/2: Quels risques? Risque

Plus en détail

MODIFICATION DU VOLET «PRISE EN CHARGE DES CANCERS» DANS LES VOLETS MEDICAUX DU SROS :

MODIFICATION DU VOLET «PRISE EN CHARGE DES CANCERS» DANS LES VOLETS MEDICAUX DU SROS : MODIFICATION DU VOLET «PRISE EN CHARGE DES CANCERS» DANS LES VOLETS MEDICAUX DU SROS : Le présent document remplace intégralement le volet préexistant. XI. PRISE EN CHARGE DES CANCERS 1. Rappel des objectifs

Plus en détail

Registre des cancers de Loire- Atlantique et Vendée. Le cancer en Vendée. F. Molinié. Association EPIC-PL

Registre des cancers de Loire- Atlantique et Vendée. Le cancer en Vendée. F. Molinié. Association EPIC-PL Registre des cancers de Loire- Atlantique et Vendée Le cancer en Vendée F. Molinié Association EPIC-PL www.sante-pays-de-la-loire.com/registre_des_cancers.161.0.html Principaux indicateurs nécessaires

Plus en détail

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON MILLE Sara Ronéo de Module 5 LABERGERIE Laura Cours de Mr LECOMTE Le 21/02/11 Le cours est disponible sur l'ent TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON Épidémiologie du Cancer Colo-rectal (CCR): Le

Plus en détail

Epidémiologie et diagnostic du cancer bronchique. Dr Najib Bentaybi Le 12/11/2015

Epidémiologie et diagnostic du cancer bronchique. Dr Najib Bentaybi Le 12/11/2015 Epidémiologie et diagnostic du cancer bronchique Dr Najib Bentaybi Le 12/11/2015 SOMMAIRE 1. Epidémiologie 1. Incidence du cancer bronchique 2. Mortalité liée au cancer bronchique 3. Facteurs de risque

Plus en détail

Dépistage du cancer du sein. Pr N Tubiana Mathieu

Dépistage du cancer du sein. Pr N Tubiana Mathieu Dépistage du cancer du sein Pr N Tubiana Mathieu Cancer du sein en France incidence mortalité Cancer du sein en France L incidence a augmenté La durée de vie après cancer a augmenté Pourquoi? Impact du

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE PLAN 1. Cancérogénèse/Définition 2. Les causes connues 3. Epidémiologie 4. Prévention

Plus en détail

Suivi ADOM. Claude Boiron Oncologie Médicale

Suivi ADOM. Claude Boiron Oncologie Médicale Suivi ADOM Claude Boiron Oncologie Médicale PLAN 1. Problématiques du traitement anti cancéreux per os 2. Objectifs du suivi ADOM 3. Procédures 4. Bilan Étude observationnelle Étude médico économique Étude

Plus en détail

Centre Régional Universitaire de Cancérologie (CeRUC) :

Centre Régional Universitaire de Cancérologie (CeRUC) : Centre Régional Universitaire de Cancérologie (CeRUC) : Les meilleures expertises du CHU Amiens-Picardie rassemblées dans un pôle d excellence régional. Avril 2014 1 Communiqué de synthèse La prévention,

Plus en détail

LE DISPOSITIF D ANNONCE

LE DISPOSITIF D ANNONCE LE DISPOSITIF D ANNONCE 1 Objectifs Mis en oeuvre par la Ligue contre le Cancer suite aux Etats Généraux des malades de 1998 Introduit dans le premier Plan Cancer (2003-2007) Accompagner et soutenir l'annonce

Plus en détail

Cancérologie: la roue de la confiance

Cancérologie: la roue de la confiance Cancérologie: la roue de la confiance B. Danhieux, I.Rousseau,G-B Zocco 20 septembre 2012 INTRODUCTION 60.000 nouvelles tumeurs cancéreuses diagnostiquées chaque année en Belgique o1 homme sur 3 o1 femme

Plus en détail

SOMMAIRE LE DÉPISTAGE DES CANCERS DU SEIN ET DU COL DE L UTERUS. a) Au regard de l organisation du dépistage

SOMMAIRE LE DÉPISTAGE DES CANCERS DU SEIN ET DU COL DE L UTERUS. a) Au regard de l organisation du dépistage SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 LE DÉPISTAGE DES CANCERS DU SEIN ET DU COL DE L UTERUS Pages I - L ASSOCIATION ARCADES... 3 II - SA MISSION... 4 a) Au regard de l organisation du dépistage b) Au regard de la

Plus en détail

Projets Formation. en Oncosexologie en Midi-Pyrénées A chacun sa formation

Projets Formation. en Oncosexologie en Midi-Pyrénées A chacun sa formation Projets Formation en Oncosexologie en Midi-Pyrénées A chacun sa formation DIU d oncosexologie Rationnel Le 3e Plan Cancer prévoit : objectif de formation Faire évoluer les formations et les métiers de

Plus en détail

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 AUTOEXAMEN MAMMAIRE non préconisé si demande de la patiente : se rapprocher du gynécologue pour apprentissage

Plus en détail

ANNEXE 2 : évaluation des données issues du logiciel Open RCP

ANNEXE 2 : évaluation des données issues du logiciel Open RCP ANNEXE 2 : évaluation des données issues du logiciel Open RCP ROHLim - rapport d activité année 213 ANNEXE 2 : évaluation des données issues du logiciel Open RCP 1 Il existe en Limousin 3 Centres de Coordination

Plus en détail

Le Cancer en Tunisie UN CONTEXTE

Le Cancer en Tunisie UN CONTEXTE Le Cancer en Tunisie UN CONTEXTE 1 Plan de la présentation Analyse de la situation Contexte épidémiologique Les principaux acquis Les principales insuffisances Stratégie de lutte contre le cancer 2010-2014

Plus en détail

Prévention des cancers. Pr GANRY

Prévention des cancers. Pr GANRY Prévention des cancers Pr GANRY Pourquoi mettre en place une politique de prévention? Cancers de mauvais pronostic: ORL, œsophage, estomac. effet connu de l arrêt du tabagisme, de l alcoolisme Efficacité

Plus en détail

LE CANCER DU RECTUM. Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau

LE CANCER DU RECTUM. Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau LE CANCER DU RECTUM Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau RAPPELS SUR LE CANCER DU RECTUM: Incidence: 12000 nouveaux cas par an (1/3 des CCR). Adénocarcinomes dans 95% des cas.

Plus en détail

1 ere semaine d information sur les cancers organisée au CHU de Clermont-Ferrand :

1 ere semaine d information sur les cancers organisée au CHU de Clermont-Ferrand : 1 ere semaine d information sur les cancers organisée au CHU de Clermont-Ferrand : information et communication au service des patients Chargé de communication et des missions culturelles 2011, la Fédération

Plus en détail

Docteur Brigitte Seradour

Docteur Brigitte Seradour Dépistage du cancer du sein Docteur Brigitte Seradour Pourquoi dépister le cancer du sein? (Selon 10 principes OMS) Il s agit d une maladie grave, fréquente, détectable (phase latente) L examen de dépistage

Plus en détail

GOCE «GRAND OUEST POUR LES CANCERS DE L ENFANT»

GOCE «GRAND OUEST POUR LES CANCERS DE L ENFANT» Diapositive 1/12 «GRAND OUEST POUR LES CANCERS DE L ENFANT» 8ème Congrès régional FHF Pays de la Loire : Parcours de santé 3 et 4 septembre 2015 Diapositive 2/12 L oncologie pédiatrique en France Les cancers

Plus en détail

Avantages de l apprentissage mixte

Avantages de l apprentissage mixte LA COMMUNAUTÉ VIRTUELLE D'ONCOLOGIE Avantages de l apprentissage mixte Dr. Asumpta Company e-oncología Institut Catalan d Oncologie Barcelone - Espagne Historique 2004 - e-oncología débute en tant que

Plus en détail

Référentiel régional. Christelle LEVY. CAEN, 4 Novembre 2014

Référentiel régional. Christelle LEVY. CAEN, 4 Novembre 2014 Référentiel régional cancer du sein Christelle LEVY CAEN, 4 Novembre 2014 A quoi peuvent servir les référentiels? Définir le traitement optimal pour chaque patiente Homogénéiser les prises en charge sur

Plus en détail

Les Signes évocateurs de cancer ORL

Les Signes évocateurs de cancer ORL Les Signes évocateurs de cancer ORL J. Carvalho, A. Dupret-Bories, Ph. Schultz Service d ORL et chirurgie cervico-faciale Hôpital de Hautepierre Objectifs : savoir reconnaître précocement un cancer ORL

Plus en détail

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques.

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques. Tumeurs du pancréas (155) Professeur B. CHAUFFERT (Département d Oncologie. Centre Georges François Leclerc. Dijon), Professeur F. MORNEX (Département de Radiothérapie. Centre Hospitalier Lyon Sud), Professeur

Plus en détail

Octobre Rose : Mois de mobilisation contre le CANCER DU SEIN

Octobre Rose : Mois de mobilisation contre le CANCER DU SEIN 1 1995 2015 ANNIVERSAIRE de la l ARDOC Octobre Rose : Mois de mobilisation contre le CANCER DU SEIN Dossier de Presse 2 Sommaire Voyage au cœur du sein... 3 Un voyage évènement... 3 Les chiffres clés...

Plus en détail

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Dépistage du cancer colorectal Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Des rectorragies hémorroïdaires? découverte de 5 minuscules polypes à 32 ans 16 ans plus tard quelques polypes

Plus en détail

Suivi du cancer colorectal

Suivi du cancer colorectal Suivi du cancer colorectal Dre. Caroline Racicot,MD,FRCSC Chirurgienne générale,chrdl Cancer du colon 4500 cas/année au québec 4 ieme cancer le plus fréquent 2ieme le plus mortel 61% survie à 5 ans Stade

Plus en détail

Plateforme régionale de préservation de la fertilité

Plateforme régionale de préservation de la fertilité Plateforme régionale de préservation de la fertilité Christine Denoual-Ziad Annie Benhaim denoualziad-c@chu-caen.fr benhaim-a@chu-caen.fr En 2008, 7641 nouveaux cas annuels sont diagnostiqués chez l homme

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du pancréas

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du pancréas G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer du pancréas Décembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

Mars bleu. Dossier de presse. contre le Cancer colorectal! Association pour le Dépistage Organisé des Cancers

Mars bleu. Dossier de presse. contre le Cancer colorectal! Association pour le Dépistage Organisé des Cancers Mars bleu Dossier de presse Ensemble mobilisons nous contre le Cancer colorectal! ADOC 11 Association pour le Dépistage Organisé des Cancers Un dépistage organisé Le principe du dépistage est de détecter

Plus en détail

Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP. par le Dr Jean-Louis DUJARDIN. FMC La Châtre. Mardi 06 octobre 2009

Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP. par le Dr Jean-Louis DUJARDIN. FMC La Châtre. Mardi 06 octobre 2009 Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP par le Dr Jean-Louis DUJARDIN FMC La Châtre Mardi 06 octobre 2009 Programme de dépistage du Cancer Colo Rectal (CCR) CREDEP La Châtre

Plus en détail

Dispositif d annonce en cancérologie Centre Hospitalier de TROYES

Dispositif d annonce en cancérologie Centre Hospitalier de TROYES Dispositif d annonce en cancérologie Centre Hospitalier de TROYES DISPOSITIF D ANNONCE EN CANCEROLOGIE : I. LES MODALITES AUTOUR DU DISPOSITIF D ANNONCE II. LA CONSULTATION INFIRMIERE 1. Missions 2. Modalités

Plus en détail

HAD ET RESEAUX DE SOINS Béatrice JAUD, Coordinatrice des Soins

HAD ET RESEAUX DE SOINS Béatrice JAUD, Coordinatrice des Soins Béatrice JAUD, Coordinatrice des Soins 31 mai 2013 HAD Nantes & région mai 2013-BJAUD 2 n SOMMAIRE: - LE DISPOSITIF REGLEMENTAIRE - HOPITAL A DOMICILE: Présentation Objectif Les conditions d admission

Plus en détail

Les INEGALITES Sociales et Territoriales

Les INEGALITES Sociales et Territoriales Les INEGALITES Sociales et Territoriales Les Problématiques liées au Dépistage Organisé des Cancers 4 ème Journée régionale de Cancérologie de Picardie Mardi 25 Janvier 2011 Dr Chantal de SEZE, Association

Plus en détail

Soins Oncologiques de support. Soins Oncologiques de support. Les soins de support 25/09/2013. Quand et pourquoi?

Soins Oncologiques de support. Soins Oncologiques de support. Les soins de support 25/09/2013. Quand et pourquoi? Soins Oncologiques de support Quand et pourquoi? Dr Nicolas Jovenin Institut Jean Godinot, RRC Oncocha. Journée Régionale ANFH, Troyes, Mardi 24 septembre 2013 Soins Oncologiques de support Définition

Plus en détail

Projet régional BIOMOL. Accès aux tests de biologie moléculaire pour les patients atteints de cancer

Projet régional BIOMOL. Accès aux tests de biologie moléculaire pour les patients atteints de cancer Projet régional BIOMOL Accès aux tests de biologie moléculaire pour les patients atteints de cancer Réseau Régional de Cancérologie Mise en application des Plans Cancer Agences Régionales de Santé 3C ONCOPACA-Corse

Plus en détail

Prise en charge bucco-dentaire en Oncologie

Prise en charge bucco-dentaire en Oncologie Réunion régionale Oncomip Soins Oncologiques de Support Prise en charge bucco-dentaire en Oncologie Dr Emmanuelle Vigarios MCU PH IUCT-O Consultation multidisciplinaire des pathologies de la muqueuse buccale

Plus en détail

Enseignement de la sénologie. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis

Enseignement de la sénologie. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Enseignement de la sénologie M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Un constat En France pendant les études médicales environ 3 heures sont consacrées au cancer du sein et quasiment aucune

Plus en détail

Le cancer : une maladie du grand âge

Le cancer : une maladie du grand âge Les cancers dans le grand âge : Epidémiologie et Mode de prise en charge en France Olivier SAINT JEAN HEGP Université Parus Descartes Unité de Coordination en Oncogériatrie Paris Ouest Le cancer : une

Plus en détail

L Infirmière Coordinatrice en Pneumologie. 22/06/2010 Onco 28 Annie Perrier 1

L Infirmière Coordinatrice en Pneumologie. 22/06/2010 Onco 28 Annie Perrier 1 L Infirmière Coordinatrice en Pneumologie Annie Perrier 1 PARCOURS PATIENT Répond au cadre réglementaire tel que défini par le Plan Cancer RCP DISPOSITIF D ANNONCE MISE EN PLACE DU TTT SUIVI et ACCOMPAGNEMENT

Plus en détail

Equipe ORL Clinique ORL et chirurgie CF, EPH Batna

Equipe ORL Clinique ORL et chirurgie CF, EPH Batna 1 CO-AUTEURS / STRUCTURES Equipe ORL Clinique ORL et chirurgie CF, EPH Batna Equipe Oncologie CAC Batna Equipe Radiothérapie CAC Batna INTRODUCTION MATERIEL ET METHODES RESULTATS / DISCUSSION CONCLUSION

Plus en détail

Ensemble, face aux cancers, aujourd hui et demain

Ensemble, face aux cancers, aujourd hui et demain Ensemble, face aux cancers, aujourd hui et demain Après deux années de travaux, l Institut de cancérologie du Gard (ICG) ouvrira prochainement ses portes afin de lutter contre les pathologies cancéreuses,

Plus en détail

LE PLAN CANCER 2014-2019

LE PLAN CANCER 2014-2019 LE PLAN CANCER 2014-2019 De la part de la porte-parole Najat Vallaud-Belkacem Mercredi 5 février 2014 Le 3 ème Plan cancer (2014-2019) a été présenté par le président de la République. Il sera doté de

Plus en détail

Cancer du sein : données épidémiologiques 2012

Cancer du sein : données épidémiologiques 2012 Cancer du sein 1 2 Cancer du sein : données épidémiologiques 2012 1er cancer en fréquence et en mortalité de la femme 48.763 nouveaux cas 31,5 % des nouveaux cas de cancers de la femme 50 % des cancers

Plus en détail

CANCER DE LA PROSTATE

CANCER DE LA PROSTATE CANCER DE LA PROSTATE Il peut se présenter sous la forme d une tumeur localisée (circonscrite à la prostate) ou sous une forme évoluée, avec des métastases ganglionnaires et osseuses. La prostate est une

Plus en détail

Le Centre Hospitalier de Valenciennes optimise la prise en charge du cancer du sein grâce à la Technique OSNA

Le Centre Hospitalier de Valenciennes optimise la prise en charge du cancer du sein grâce à la Technique OSNA Le Centre Hospitalier de Valenciennes optimise la prise en charge du cancer du sein grâce à la Technique OSNA 1 Sommaire Contexte... p. 3 Une technologie de pointe pour une meilleure prise en charge du

Plus en détail

3 patients diagnostiqués en 2014 était enregistrés comme décédés au 18/10/2016 (15.0 %), dont 3 suite à un cancer. 24,1% 17,9%

3 patients diagnostiqués en 2014 était enregistrés comme décédés au 18/10/2016 (15.0 %), dont 3 suite à un cancer. 24,1% 17,9% III- Cancer de la thyroïde Généralités Seules 2 tumeurs invasives de la thyroïde ont été diagnostiquées en 214, 3 chez des hommes et 17 chez des femmes. Le sex-ratio est de 18 hommes pour femmes (.18).

Plus en détail

Le cancer colorectal et son dépistage

Le cancer colorectal et son dépistage Qu est-ce-que c est? Le cancer colorectal est une tumeur maligne de la muqueuse du côlon ou du rectum. Le côlon et le rectum constituent la dernière partie du tube digestif. La majorité des cancers colorectaux

Plus en détail

Traitement chirurgical des tumeurs cutanées Pr. Philippe PELISSIER

Traitement chirurgical des tumeurs cutanées Pr. Philippe PELISSIER Traitement chirurgical des tumeurs cutanées Pr. Philippe PELISSIER Service de Chirurgie Plastique Centre F.X. Michelet CHU de Bordeaux www.e-plastic.fr Tumeurs cutanées Mélanome Carcinome basocellulaire

Plus en détail

La médecine pour tous

La médecine pour tous Commission Nationale d Ethique pour la Médecine Humaine Académie Suisse Des Sciences Médicales La médecine pour tous Quid des cancers? Prof Pierre Yves Dietrich Chef du centre d Oncologie Hôpitaux Universitaires

Plus en détail

organisé LE DÉPISTAGE LE CANCER DU SEIN En Lorraine, le dépistage organisé du cancer du sein a été Le dépistage individuel coexiste avec le dépistage

organisé LE DÉPISTAGE LE CANCER DU SEIN En Lorraine, le dépistage organisé du cancer du sein a été Le dépistage individuel coexiste avec le dépistage LE DÉPISTAGE organisé LE CANCER DU SEIN En France, une femme sur dix risque de développer un cancer du sein. Le cancer du sein est le plus fréquent (36%) des cancers féminins. Son incidence a doublé en

Plus en détail

Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser

Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser Adénome «Transformé» Adénome présentant un foyer localisé ou étendu d un adénocarcinome superficiel,

Plus en détail

Inauguration d un accélérateur de particules de dernière génération

Inauguration d un accélérateur de particules de dernière génération PLAN CANCER 2003-2007 Inauguration d un accélérateur de particules de dernière génération consolidant le plateau technique du Centre Hospitalier Sud Francilien dédié à la cancérologie Mercredi 19 décembre

Plus en détail

Travail en partenariat : Cancérologie d Aquitaine

Travail en partenariat : Cancérologie d Aquitaine Travail en partenariat : illustration avec le Réseau de Cancérologie d Aquitaine Atelier CCECQA 23 septembre 2014 Dr V. Bousser Réseau de Cancérologie d Aquitaine (RCA) 70 membres (établissements de santé,

Plus en détail

1 ére Observation de la santé des nantais. GTPI Cohésion Sociale 9 Février 2012 Mission santé publique

1 ére Observation de la santé des nantais. GTPI Cohésion Sociale 9 Février 2012 Mission santé publique 1 ére Observation de la santé des nantais GTPI Cohésion Sociale 9 Février 2012 Mission santé publique Déterminants de santé La santé des habitants n est pas l apanage des soignants elle est influencée

Plus en détail

Référentiel des Centres de Coordination en Cancérologie (3C) VERSION ACTUALISEE OCTOBRE 2006

Référentiel des Centres de Coordination en Cancérologie (3C) VERSION ACTUALISEE OCTOBRE 2006 Référentiel des Centres de Coordination en Cancérologie (3C) VERSION ACTUALISEE OCTOBRE 2006 Sommaire Introduction au référentiel 3 Rappel des textes réglementaires relatifs au plan cancer et à la mise

Plus en détail

Réflexions sur la mise en place d un hôpital de jour en oncogériatrie au sein de la clinique St Vincent. Dr J.FARRET Onco gériatre

Réflexions sur la mise en place d un hôpital de jour en oncogériatrie au sein de la clinique St Vincent. Dr J.FARRET Onco gériatre Réflexions sur la mise en place d un hôpital de jour en oncogériatrie au sein de la clinique St Vincent Dr J.FARRET Onco gériatre Clinique St Vincent Groupe médical :100 praticiens Anesthésie réanimation

Plus en détail

LE CANCER DU REIN. Codes CIM 8 : «189» CIM 9 : «189» CIM 10 : «C64-C66», «C68»

LE CANCER DU REIN. Codes CIM 8 : «189» CIM 9 : «189» CIM 10 : «C64-C66», «C68» ATLAS DE LA MORTALITÉ PAR CANCER EN FRANCE MÉTROPOLITAINE ÉVOLUTION 19-2004 141 LE CANCER DU REIN Codes CIM 8 : «189» CIM 9 : «189» CIM 10 : «C64-C66», «C68» UN ACCROISSEMENT DES ÉCARTS ENTRE LES HOMMES

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du testicule

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du testicule G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer du testicule Juillet 2011 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

DIPLOME INTER-UNIVERSITAIRE D ONCOLOGIE DIGESTIVE DU GRAND-OUEST

DIPLOME INTER-UNIVERSITAIRE D ONCOLOGIE DIGESTIVE DU GRAND-OUEST 2 rue du Dr Marcland 87025 Limoges cedex Tél. 05 55 43 58 00 Fax 05 55 43 58 01 www.unilim.fr DIPLOME INTER-UNIVERSITAIRE D ONCOLOGIE DIGESTIVE DU GRAND-OUEST 3ème CYCLE Justification et finalité : son

Plus en détail

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le moment des examens est une période de doute et d espoir : «on me fait tant d examens car il y a un espoir qu il n y ait rien». Le rôle

Plus en détail

Visitez l intérieur de l intestin pour tout comprendre du cancer colorectal et le prévenir!

Visitez l intérieur de l intestin pour tout comprendre du cancer colorectal et le prévenir! DOSSIER DE PRESSE 2 Visitez l intérieur de l intestin pour tout comprendre du cancer colorectal et le prévenir! Le vendredi 10 avril 2015, de 10h à 18h, le Comité du Rhône de la Ligue contre le Cancer,

Plus en détail

Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne. Oncogériatrie

Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne. Oncogériatrie Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Clermont-Ferrand - France - Oncogériatrie Faut-il évaluer toutes les personnes âgées atteintes de cancer? Docteur Jean Goyard, UPCOG, Clermont-Ferrand

Plus en détail

La prise en charge du cancer de l endomètre

La prise en charge du cancer de l endomètre GUIDE PATIENT AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge du cancer de l endomètre Juillet 2011-1 - Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide, afin de vous informer sur le cancer

Plus en détail

Dossier de Presse. MARS BLEU 2012 : Mobilisation contre le cancer colorectal A Châlons en Champagne Le 23 mars 2012

Dossier de Presse. MARS BLEU 2012 : Mobilisation contre le cancer colorectal A Châlons en Champagne Le 23 mars 2012 Dossier de Presse MARS BLEU 2012 : Mobilisation contre le cancer colorectal A Châlons en Champagne Le 23 mars 2012 Promoteurs : - Les Etablissements de soins, professionnels de santé - L ADPS 51, département

Plus en détail

L'évaluation de l'innovation en population générale. Principes et outils

L'évaluation de l'innovation en population générale. Principes et outils L'évaluation de l'innovation en population générale. Principes et outils Principaux indicateurs utilisables Incidence Survie Mortalité surveillance du risque surveillance au long cours alerte efficacité

Plus en détail

INTERVENTION OMAGE. Pr C. PERRET-GUILLAUME. Remerciements au Pr Sylvie LEGRAIN (Paris)

INTERVENTION OMAGE. Pr C. PERRET-GUILLAUME. Remerciements au Pr Sylvie LEGRAIN (Paris) ETP sujets âgés INTERVENTION OMAGE Pr C. PERRET-GUILLAUME Remerciements au Pr Sylvie LEGRAIN (Paris) 1 Méthode de l essai OMAGE Essai randomisé contrôlé avec 800 malades Multi-centrique (6 UGA en Ile de

Plus en détail

Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue. VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015. Prévention des cancers digestifs

Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue. VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015. Prévention des cancers digestifs Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue 1, avenue de la résistance 93340 LE RAINCY Tél. 01 43 81 75 31 VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015 Prévention des cancers digestifs Le cancer

Plus en détail

Qu est-ce que le cancer?

Qu est-ce que le cancer? Qu est-ce que le cancer? Pierre-Hugues Fortier Oto-Rhino-Laryngologie Oncologie Cervico-Faciale 3 avril 2012 Le cancer Au Québec 100 nouveaux cas par jour 50 morts par jour A travers le monde 1 nouveau

Plus en détail

Centre de génétique, CHU Dijon

Centre de génétique, CHU Dijon Centre de génétique, CHU Dijon Premier test familial: toujours chez une personne symptoma6que Diagnos6c chez les apparentés: diagnos6c présymptoma6que 1 ère consulta6on d informa6on et prélèvement

Plus en détail