Rencontre SENAT 31 Mai 2011

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rencontre SENAT 31 Mai 2011"

Transcription

1 Rencontre SENAT 31 Mai 2011

2 QUI NOUS SOMMES 1 ER RESEAU ASSOCIATIF DE CONSEIL ET D EXPERTISE COMPTABLE NOTRE METIER SPECIALISTE DU CONSEIL PLURIDISCIPLINAIRE AU CHEF D ENTREPRISE

3 OU SOMMES-NOUS? 700 AGENCES EN FRANCE

4 3 CHIFFRES CLES REGLE DE TROIS COLLABORATEURS CLIENTS CHEFS D ENTREPRISE 592 MILLIONS DE CHIFFRE D AFFAIRES 3 MARCHES 3 METIERS AGRICOLE ARTISANS-COMMERÇANTS-SERVICES PROFESSIONS LIBERALES

5 Quelles sont les dynamiques agricoles en cours?

6 Cultures La variabilité s installe

7 Une nouveauté : Gérer la variabilité des résultats Résultat/UTAF LOIRET EBE -Résultat/Ha Haute Garonne

8 Des écarts grandissants dans la valorisation des produits Prix vente Blé Aisne Plus les opportunités sont fortes plus les écarts croissent

9 Des écarts grandissants de performances techniques Couts fertilisation/ha Aisne Plus le prix des intrants est élevé plus les écarts grandissent

10 Raisonner cycle des produits et cycle des charges

11 Le complexe prix (charges/produits)modifie l optimum technique Montant ( /ha) Marge brute (200 ) 1000 Marge brute (150 ) Maximum Marge Marge brute Traitements 200 Rendement Semences Engrais 201 < < < < < < 450 > 450 Classes d'intrants ( /ha) Le niveau de prix impacte les choix technico-économiques 75

12 Fruits et Légumes Viticulture Une extrême diversité

13 Une tendance de long terme défavorable en arbo France Produit total Résultat courant

14 Une très grande diversité de résultats France entière 2009 QUEUE MOYENNE TETE SAU VERGER ( ha ) UTH SALARIEES Charges totales Produit brut Marge nette Résultat familial Stratégie d entreprise d adaptation sur un marché

15 La campagne légumes 2010 est nettement meilleure par l augmentation du produit Produit total Résultat courant Le prix de revient : trois tiers Charges opérationnelles Main d'oeuvre temporaire légumes en terre charges de structure Main d'oeuvre permanente Produit tot Résultat courant Légumes hors sol

16 Viticulture : la situation s améliore 13% 17% 31% 62% 58% 52% 25% 25% 17% Bonne rentabilité En équilibre En difficulté coopérative négoce conditionné Coopérative négoce conditionné Surface ha Revenu / Utaf Revenu / Utaf 2009 Trois métiers différents :devenir chef d entreprise

17 La question délicate des couts salariaux Entre 2001 et 2010 Smic +33 % Cout /M2 + 12% Productivité du travail Rdt + 18 % Finistère Couts de l heure de travail* Productivité*Rendement Technique

18 Production laitière Triple variabilité à gérer par trois France Laitières différentes

19 Un endettement Trois contextes très différents hausse 2010 Manche Hte Savoie Rebl laitier Cantal Lait/UTH Lait 1000 L EBE/UTH Aides/UTH Hte Savoie AOC IGP National

20 Une crise des couts masquée par les prix Prix du lait et coût de revient net de primes PAC en euros par litres Coût de revient aides PAC déduites Prix du lait, moyenne mobile 1 an 240 Sources : bureau d'études Chambre d'agriculture - CER FRANCE Finistère La question essentielle des couts alimentaires

21 Triple variation : prix du lait, coûts intrants, volumes Quartile supérieur Normandie Déc 2006 Déc 2007 Les écarts se creusent

22 La productivité du travail déterminant du résultat +4.8% + 7.6% Lait vendu + 5.4% % L/UTH > EBE/1000L R/UTH Lait vendu En plaine la question du volume/uth est essentielle

23 La situation financière se dégrade rapidement Un endettement en hausse 60% 55% 50% 45% 40% 35% 30% Taux d'endettement des exploitations spécialisées en production laitière 42% 49% Trésorerie nette globale par 1000 litres des exploitations spécialisées en production laitière Fin 2011 juste la moitié de la trésorerie sera rétablie

24 Production porcine La question centrale du lien au sol

25 Une succession de crises de nature différentes Finistère les variations amplifiées sur le prix de l aliment

26 janv.-07 mars-07 mai-07 juil.-07 sept.-07 nov.-07 janv.-08 mars-08 mai-08 juil.-08 sept.-08 nov.-08 janv.-09 mars-09 mai-09 juil.-09 sept.-09 nov.-09 janv.-10 mars-10 mai-10 juil.-10 sept.-10 nov.-10 janv.-11 mars-11 Un équilibre précaire depuis deux ans /kg de carcasse Coût de revient et Prix de vente Moyenne sur 12 mois Finistère 1,60 1,50 Situation sur 12 mois Coût de revient par mois Prix de vente des charcutiers 1,40 1,30 1,20 1,10 1,00 Source : Bureau d'études Chambre d'agriculture - CER France Finistère En spot :le coût de revient atteint à nouveau 1,56 /kg de ca

27 Forte amélioration continue des performances Evolution de l'indice de consommation 4,00 3,80 Finistère Finistère 3,60 3,40 3,20 3,00 2, En 40 ans réduction d 1/4 l aliment pour 1 Kg de viande 20% <19 20%> 23 (Pays de Loire)

28 La question du lien au sol Lien Coût de au revient sol important faible Pas de façonnage Coût alimentaire faible Charges de structure faibles Situation financière bonne Technique les meilleurs Taille moindre Moyenne 100% achat aliment FAF > 50% besoins Façonnage > 30% des porcs Taille importante Technique les moins bons Lien au sol faible Situation financière dégradée Charges de structure élevées Finistère Coût alimentaire élevé Coût de revient élevé Assemblées locales janvier-février ,300 1,350 1,400 1,450 1,500 1,550 1,600 1,650 Coût de revient hors traitement Classement selon le coût de revient Résultats Coût du traitement De très grands écarts de performance économique

29 Production de viande bovine Vaches allaitantes - grand bassin allaitant - autres zones : déprofessionnalisation progressive Jeunes Bovins - hyper technicité

30 Une stabilité des cours ciseau des prix Bourgogne 2010 Transmission des prix- Productivité

31 Une variation importante des résultats Vendée La question de la professionalisation

32 L importance capitale des volumes produits UGB UGB/UTH UGB/HaSFP VA/UTAF Vendée

33 Le role déterminant des aides territorialisées BOVINS VIANDE Crises Bovines Début de la PAC C O C Sécheresses FCO Cantal Broutard prix équilibre C F C O 0 55 Broutards 2009 a i d e s Bourgogne

34 Synthèse générale

35 2009 : une année en creux entre 2 années plus favorables / / Grandes cultures Lait et bovins mixtes bovins viande et autres herbivores viticulture Granivores

36 De très grandes disparités départementales Grandes Cultures Viticulture Lait et Bovins mixtes résultat 2009 par exploitant Variabilité plus grande en culture qu en élevage Viticulture : une logique de bassins

37 De très grandes disparités infra départementales

38 Cinq conclusions pour le pilotage

39 1 Les écarts de performances se creusent Une approche métier bouleversée

40 1 La compétence devient un enjeu essentiel Cela pose plusieurs questions : Efficience du système d accompagnement pour les «agriculteurs moyens» Une sortie honorable pour certains Renforce la nécessité des alliances pour que chacun se concentre sur ses compétences

41 2 Variabilité et imprévisibilité = une constante Cela modifie le raisonnement de gestion Rendre l exploitation flexible Gérer des alliances pour concilier performance et gestion des risques Cela pose des questions de politique publique Adaptation de la fiscalité à la variabilité Sur les outils de gestion des risques

42 3 Enjeux de performance différents selon les productions En % du coût de revient Charges opérationnelles CF + Amort. + FF Rémunération main d'oeuvre Cultures 35 % 50 % 14 % Lait 28 % 30 % 25 % Porcs 64 % 23 % 7 % Taurillons 40 % 27 % 14 % Viande naisseurs 23 % 56 % 30 % Légumes HS 33 % 30 % 32 % Les stratégies d entreprises doivent s adapter

43 3 Les échelles de temps ont changé d objet Le long terme était celui des prix et de la carrière, Le moyen terme était celui du raisonnement de l investissement et de son financement, Le court terme celui de la conduite de la performance économique. Le long terme est devenu celui du raisonnement patrimonial et de la préservation du potentiel agronomique, Le moyen terme celui de la pérennité économique et de la création de valeur, Le court terme celui du financement et de la rentabilité des moyens de production. Raisonner dans le mouvement

44 4 VA/UTH et productivité du travail élément clef du résultat Nécessité de produire suffisamment de valeur par unité de travail : la question de la valeur produite la question de l organisation et de la productivité du travail la question globale des contrôles de structures la question du nombre d agriculteurs

45 5 Reforme de la PAC 2014 Éleveur intensif lait + taurillons : Aides : 600 euros / ha 80 ha : Céréaliers Aides : 450 euros /ha 200 ha: Perte : euros Hypothèse Pac euros /ha Perte : euros Des enjeux parfois importants..

46 Mais l impact du marché reste déterminant 200 euros d aide par Ha = 25 euros par tonne blé (rendt 8 t /ha) = 28 euros par 1000 litres lait (prod 7000 l /ha sfp) = 0.12 euros / kg viande (engraisst 1600 kg / ha) Les choix nationaux seront déterminants pour favoriser l adaptation des exploitations agricoles au marché

47 Transformation profonde Nouveau CONTEXTE (société, économie) Nouvelles PRATIQUES (commerciale, gestion, techniques) Nouvelle vision des métiers Nouvel ACCOMPAGNEMENT (réglementation, financement. Recherche,contrats, conseil...)

48 Rencontre SENAT 21 Mai 2011

Vers quelle gestion de l exploitation laitière dans un contexte de variabilité des prix?

Vers quelle gestion de l exploitation laitière dans un contexte de variabilité des prix? jmseronie@50.cerfrance.fr Vers quelle gestion de l exploitation laitière dans un contexte de variabilité des prix? Jean-Marie Séronie Responsable Veille Economique du réseau CER FRANCE Directeur Général

Plus en détail

Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais

Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais Coûts de production et stratégies gagnantes des élevages charolais Les Chambres d agriculture de l Allier et du Puy-de-Dôme organisent des formations collectives d analyse des résultats économiques afin

Plus en détail

Exploitation individuelle 1.5 UMO. Système bovin viande. Vaches allaitantes Limousine. Système spécialisé en Veaux d'aveyron et du Ségala

Exploitation individuelle 1.5 UMO. Système bovin viande. Vaches allaitantes Limousine. Système spécialisé en Veaux d'aveyron et du Ségala Cas-type 71.1 Système spécialisé en Veaux d'aveyron et du Ségala En Ségala, la forte densité des exploitations et l'accés difficile et coûteux au foncier concourent au Conjoncture : 21 développement de

Plus en détail

PERFORMANCES ÉCONOMIQUES DES ÉLEVAGES BOVINS EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE ET INDICATEURS D ANALYSE

PERFORMANCES ÉCONOMIQUES DES ÉLEVAGES BOVINS EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE ET INDICATEURS D ANALYSE PERFORMANCES ÉCONOMIQUES DES ÉLEVAGES BOVINS EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE ET INDICATEURS D ANALYSE Programme Performances économiques des élevages bovins viande. Julien Belvèze Institut de l Elevage Evolution

Plus en détail

Sortie des quotas en Europe (du Nord): des stratégies nationales divergentes, des trajectoires différentes

Sortie des quotas en Europe (du Nord): des stratégies nationales divergentes, des trajectoires différentes Sortie des quotas en Europe (du Nord): des stratégies nationales divergentes, des trajectoires différentes Investissements et productivité du travail Christophe Perrot département Economie de l Institut

Plus en détail

Variabilité des coûts de production dans les élevages laitiers

Variabilité des coûts de production dans les élevages laitiers Variabilité des coûts de production dans les élevages laitiers Prix d équilibre? Coût de production? Prix de revient? Des méthodes différentes d analyse Le prix d équilibre Celui qui permet d équilibrer

Plus en détail

Références CER France Chèvres laitières 2012 Réalisées par Charline Lochou en BTS ASCE au Lycée agricole de Coulounieix-Chamiers

Références CER France Chèvres laitières 2012 Réalisées par Charline Lochou en BTS ASCE au Lycée agricole de Coulounieix-Chamiers Références CER France Chèvres laitières 2012 Réalisées par Charline Lochou en BTS ASCE au Lycée agricole de Coulounieix-Chamiers EXPLOITATIONS CLASSES PAR ORDRE DE CHARGEMENT CROISSANT S.A.U. 37.50 50.80

Plus en détail

Nouvelle Politique Agricole Commune 2014-2020

Nouvelle Politique Agricole Commune 2014-2020 - Conférence Bio Interbev - Cournon, le 01 octobre 2014 1 Nouvelle Politique Agricole Commune 2014-2020 Y. CAREL - Pôle Economie Systèmes de production - Conférence Bio Interbev - Cournon, le 01 octobre

Plus en détail

La nouvelle PAC 2014-2020 et ses modalités d application en France

La nouvelle PAC 2014-2020 et ses modalités d application en France La nouvelle PAC 2014-2020 et ses modalités d application en France Gilles Bazin, Professeur AgroParisTech UFR Agriculture comparée et Développement agricole Académie d Agriculture de France 6 novembre

Plus en détail

L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu

L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu La Bernardière la Boisissiere de Montaigu Boufféré La Guyonnière Montaigu St Goerges de Montaigu St Hilaire de Loulay Treize Septiers

Plus en détail

Pays de la Loire - Juillet 2013. Les références 2012 des entreprises agricoles en SARTHE, MAINE-ET-LOIRE. et LOIRE-ATLANTIQUE

Pays de la Loire - Juillet 2013. Les références 2012 des entreprises agricoles en SARTHE, MAINE-ET-LOIRE. et LOIRE-ATLANTIQUE Pays de la Loire - Juillet 213 Les références 212 des entreprises agricoles en SARTHE, MAINE-ET-LOIRE et LOIRE-ATLANTIQUE ETUDE DE GROUPE 212 Un reflet des Pays de la Loire Sarthe L étude a été élaborée

Plus en détail

Les résultats des élevages de porcs français en 2010

Les résultats des élevages de porcs français en 2010 Les résultats des élevages de porcs français en 10 L année 10 ne restera pas dans les annales. Similaire à 9, elle permet tout juste en moyenne d équilibrer le résultat des éleveurs. Il ne faut pas s y

Plus en détail

Comparaison Robot Salle de traite

Comparaison Robot Salle de traite Comparaison Robot Salle de traite Résultats technico-économiques (présentation similaire aux fiches repères du Réseau Bovins Lait) issus des 114 suivis coûts de production réalisés par les Chambres d agriculture

Plus en détail

Conjoncture Economique

Conjoncture Economique Conjoncture Economique Journée technique 18 mars 214 CONJONCTURE ECONOMIQUE Évolution des prix et des marges Résultats 213 Investissements Taux d endettement global Charges de remboursement 1 Résultats

Plus en détail

Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique

Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique Carte de visite : 1 personne + 1 salarié 1/3 temps 85 ha 47 PMTVA (60 vaches nourrices) Signe particulier : Système naisseur en plein air. Des

Plus en détail

Quel système pour maximiser les résultats r économiques des exploitations d élevage allaitant ou laitier? Opt INRA

Quel système pour maximiser les résultats r économiques des exploitations d élevage allaitant ou laitier? Opt INRA Quel système pour maximiser les résultats r économiques des exploitations d élevage allaitant ou laitier? Opt INRA outil d aide à la décision par programmation linéaire Veysset P., Lherm M., Bébin D. Opt'INRA

Plus en détail

Faut-il investir pour faire plus de lait?

Faut-il investir pour faire plus de lait? Normandie Faut-il investir pour faire plus de lait? RÉFLÉCHIR L APRÈS-QUOTA A partir de 2015, les quotas laitiers en place depuis plus de 30 ans disparaissent. Pour beaucoup d éleveurs, ce changement représente

Plus en détail

Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne)

Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne) Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne) Les références technicoéconomiques : une nécessité Besoin exprimé par les acteurs de terrain Pour mieux

Plus en détail

FICHE 6 : LES LEVIERS POUR OPTIMISER LE COÛT DE PRODUCTION

FICHE 6 : LES LEVIERS POUR OPTIMISER LE COÛT DE PRODUCTION RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA REPÈRES SUR LE POSTE Il comprend : FICHE 6 : LES LEVIERS POUR OPTIMISER LE COÛT DE PRODUCTION Les bâtiment et équipements d élevage

Plus en détail

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Impact de la variabilité des prix des produits agricoles et des intrants sur les exploitations en France Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Colloque

Plus en détail

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui L intérêt technico-économique Titre de du l'engraissement diaporama des mâles avec simulations à l'appui Christèle PINEAU Institut de l'elevage Christele.Pineau@idele.fr Matthieu COUFFIGNAL ARVALIS, Institut

Plus en détail

L élevage laitier se concentre dans les structures sociétaires de grande dimension économique

L élevage laitier se concentre dans les structures sociétaires de grande dimension économique - mai 2012 mai 2012 Pays de la Agreste L élevage laitier se concentre dans les structures sociétaires de grande dimension économique Avec 516 000 vaches laitières en 2010, la région Pays de la compte près

Plus en détail

LES RATIOS. 1) définition Un ratio est un rapport entre 2 valeurs économiques qui permet des comparaisons dans le temps et/ou l espace.

LES RATIOS. 1) définition Un ratio est un rapport entre 2 valeurs économiques qui permet des comparaisons dans le temps et/ou l espace. LES RATIOS 1) GENERALITES 1) définition Un ratio est un rapport entre 2 valeurs économiques qui permet des comparaisons dans le temps et/ou l espace. 2) utilité Illustrer des informations Mesurer des objectifs

Plus en détail

Financement d étables. Josef Kurmann Gérant suppléant

Financement d étables. Josef Kurmann Gérant suppléant Financement d étables Citations Beim Bauen muss man schauen, sich nicht zu verhauen, sonst kommt man in des Elends Klauen. Abraham a Sancta Clara (1644 1709) Les investissements dans l agriculture n ont

Plus en détail

Le système de régulation du marché laitier au Canada

Le système de régulation du marché laitier au Canada Le système de régulation du marché laitier au Canada Séminaire agricole La PAC { l horizon 2020, Bruxelles, 31 mars et 1 er avril Plan de la présentation 1. La production laitière chez nous 2. Pourquoi

Plus en détail

Cette épreuve comprend deux parties notées chacune sur 10 points.

Cette épreuve comprend deux parties notées chacune sur 10 points. EPREUVE N 2 EPREUVE D ECONOMIE (Coefficient : 1 - Durée : 4 heures) ------------------------------ L usage de la calculatrice est autorisé. RAPPEL : Au cours de l épreuve, la calculatrice est autorisée

Plus en détail

Rencontre des partenaires des producteurs de lait de Poitou-Charentes. Résultats économiques des élevages laitiers de Poitou-Charentes.

Rencontre des partenaires des producteurs de lait de Poitou-Charentes. Résultats économiques des élevages laitiers de Poitou-Charentes. Rencontre des partenaires des producteurs de lait de Poitou-Charentes Résultats économiques des élevages laitiers de Poitou-Charentes. Equipe régionale des réseaux d élevage de Poitou-Charentes Contexte

Plus en détail

DIRECTIVE NITRATES. Argumentaires micro-économiques concernant :

DIRECTIVE NITRATES. Argumentaires micro-économiques concernant : DIRECTIVE NITRATES Argumentaires micro-économiques concernant : Le projet d arrêté complémentaire version du 23 octobre 2012 La révision des zones vulnérables Introduction La France est concernée par deux

Plus en détail

DEUX-TIERS DE LA PRODUCTION FRANCILIENNE DE LEGUMES ET DE FRUITS COMMERCIALISES EN CIRCUIT COURT

DEUX-TIERS DE LA PRODUCTION FRANCILIENNE DE LEGUMES ET DE FRUITS COMMERCIALISES EN CIRCUIT COURT Numéro 117 - Février 2012 Île-de-France Recensement agricole 2010 : les circuits-courts en Île-de-France. DEUX-TIERS DE LA PRODUCTION FRANCILIENNE DE LEGUMES ET DE FRUITS COMMERCIALISES EN CIRCUIT COURT

Plus en détail

Enjeux et perspectives des industries agroalimentaires face à la volatilité du prix des matières premières. Janvier 2013

Enjeux et perspectives des industries agroalimentaires face à la volatilité du prix des matières premières. Janvier 2013 Enjeux et perspectives des industries agroalimentaires face à la volatilité du prix des matières premières Janvier 2013 Contexte et objectif Contexte Les industries agroalimentaires sont un secteur essentiel

Plus en détail

Analyse de la diversité de systèmes laitiers en Europe du Nord- Ouest sur base de leurs performances économiques et environnementales

Analyse de la diversité de systèmes laitiers en Europe du Nord- Ouest sur base de leurs performances économiques et environnementales Analyse de la diversité de systèmes laitiers en Europe du Nord- Ouest sur base de leurs performances économiques et environnementales Jeff Boonen, Henri Kohnen- Lycée Technique Agricole ; 72, avenue Salentiny

Plus en détail

Sociétés agricoles : entre modernité et tradition

Sociétés agricoles : entre modernité et tradition EXPLOITATIONS AGRICOLES Sociétés agricoles : entre modernité et tradition Denis BARTHÉLEMY Anne-Marie DUSSOL INRA ENESAD - UMR en Économie et Sociologie Rurales Cet article a été réalisé dans le cadre

Plus en détail

Références systèmes Bovins lait

Références systèmes Bovins lait Chambres d'agriculture -Contrôles laitiers- CAIAC- Institut de l'elevage. Références systèmes Bovins lait Régions centre et Allier Détail des cas-types Tableau récapitulatif des principaux résultats Référentiel

Plus en détail

En 2010, près des deux tiers

En 2010, près des deux tiers 283 Agreste Primeur Numéro 283 - juin 212 Exploitations de grandes cultures en France métropolitaine Des grandes cultures dans deux tiers des exploitations 31 exploitations agricoles produisent des grandes

Plus en détail

Après quota : Préparons ensemble nos projets d éleveurs

Après quota : Préparons ensemble nos projets d éleveurs Après quota : Préparons ensemble nos projets d éleveurs Dans un contexte économique fluctuant, tracer les chemins de l aprèsquota à l horizon 2015 est primordial. Les 14 groupes lait issus des GEDA (Groupes

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

Résultats technico-économiques des fermes en système fourrager à dominante herbagère et à faible usage d intrants Résultats 2010/11 32 fermes

Résultats technico-économiques des fermes en système fourrager à dominante herbagère et à faible usage d intrants Résultats 2010/11 32 fermes Décembre 2011 Résultats technico-économiques des fermes en système fourrager à dominante herbagère et à faible usage d intrants Résultats 2010/11 32 fermes Etude menée avec le soutien financier du Conseil

Plus en détail

Fiches Techniques un outil pour faciliter l évaluation du crédit agricole

Fiches Techniques un outil pour faciliter l évaluation du crédit agricole Fiches Techniques un outil pour faciliter l évaluation du crédit agricole Michael Marx, Centre d investissement Organisation des Nations Unies pour l Agriculture et l Alimentation Date: 18 mars 2015 AgriFin

Plus en détail

PAC 2014-2020: Entre compromis européen choix français et points restant à préciser

PAC 2014-2020: Entre compromis européen choix français et points restant à préciser PAC 2014-2020: Entre compromis européen choix français et points restant à préciser Rappel des 4 objectifs de la PAC - Objectif alimentaire - Objectif environnemental - Objectif territorial - Une PAC simple

Plus en détail

Des immobilisations importantes

Des immobilisations importantes Des immobilisations importantes Comme dans toute industrie capitalistique, les investissements corporels revêtent une importance particulière, puisqu ils alimentent les immobilisations ; ces dépenses s

Plus en détail

ETUDE BOVINS LAIT 2007

ETUDE BOVINS LAIT 2007 EXPLOITATIONS CLASSES PAR ORDRE DE CHARGEMENT CROISSANT S.A.U. 92.97 91.66 84.89 S.F.P. 68.20 62.61 46.47 Ha. Mais ens / Ha. S.F.P. 19% 26% 32% U.G.B. 55.91 82.09 92.60 Nombre de vaches 44 58 64 U.G.B.

Plus en détail

Rapport de stage Bac Pro CGEA Systèmes d élevage

Rapport de stage Bac Pro CGEA Systèmes d élevage Rapport de stage Bac Pro CGEA Systèmes d élevage Diagnostics de l exploitation Dans cette partie, vous devez réaliser un diagnostic, c est-à-dire que vous devez expliquer ce qui est bien et ce qui ne l

Plus en détail

Réunion de secteurs Etat des lieux

Réunion de secteurs Etat des lieux Chambre d'agriculture de la Drome Etude préalable à la mise en œuvre du PSADER de la Drôme des Collines Réunion de secteurs Etat des lieux AOUT 2011 PHASES DE TRAVAIL / METHODOLOGIE PHASE 1 PHASE 2 PHASE

Plus en détail

Evaluer ses possibilités d investissements. Snackers Robin S.T.E. A.W.E. Février 2008

Evaluer ses possibilités d investissements. Snackers Robin S.T.E. A.W.E. Février 2008 Evaluer ses possibilités d investissements Snackers Robin S.T.E. A.W.E. Février 2008 Ne pas partir à l aveuglette Avoir une connaissance précise de la situation de départ. Choisir le type de financement.

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE. GROUPE DANONE : Résultats estimés du 1 er semestre 2004

COMMUNIQUE DE PRESSE. GROUPE DANONE : Résultats estimés du 1 er semestre 2004 COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 22 juillet 2004 GROUPE DANONE : Résultats estimés du 1 er semestre 2004 Croissance comparable des ventes de +8,8% Amélioration de la marge opérationnelle de 11,9% à 12,3%

Plus en détail

Régularisation actif 1,3 Régularisation passif 0,1. Total actif 368,7 Total passif 368,7 Source : RICA 2009

Régularisation actif 1,3 Régularisation passif 0,1. Total actif 368,7 Total passif 368,7 Source : RICA 2009 1 Structure du bilan Le bilan décrit la situation patrimoniale de l exploitation à la clôture de l exercice. Il présente en regard l actif à gauche et le passif à droite, dont les cumuls sont par définition

Plus en détail

L Agroindicateur. Revenu d un milliard : un nouveau seuil? Septembre 2015

L Agroindicateur. Revenu d un milliard : un nouveau seuil? Septembre 2015 L Agroindicateur Septembre 2015 Revenu d un milliard : un nouveau seuil? La conjoncture 2015 permet d envisager que le revenu net total des entreprises agricoles québécoises devrait se situer autour d

Plus en détail

Économie du capital des exploitations agricoles : un début de carrière difficile pour les jeunes

Économie du capital des exploitations agricoles : un début de carrière difficile pour les jeunes Économie du capital des exploitations agricoles : un début de carrière difficile pour les jeunes Didier CARAES Viviane PONS Direction Économie des Agricultures et des Territoires Commission des Comptes

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2015. vendredi 11 mars 2016

RÉSULTATS ANNUELS 2015. vendredi 11 mars 2016 RÉSULTATS ANNUELS 2015 vendredi 11 mars 2016 SOMMAIRE 1. LE GROUPE TOUPARGEL 2. L ACTIVITE COMMERCIALE EN 2015 3. LES RESULTATS CONSOLIDES 2015 4. LE PROJET D ENTREPRISE 5. CONCLUSION 2 LE GROUPE TOUPARGEL

Plus en détail

Maîtrise de l énergie, GES et qualité de l air. Bilan et perspectives

Maîtrise de l énergie, GES et qualité de l air. Bilan et perspectives Maîtrise de l énergie, GES et qualité de l air Bilan et perspectives Les missions Sensibilisation, communication, formation Acquisition de références Olivier THIERCY Conseillers en maîtrise de l énergie

Plus en détail

IDENTIFICATION DU DEMANDEUR

IDENTIFICATION DU DEMANDEUR Document unique IDEA diagnostic et projet d exploitation Dispositif régional d Intervention pour le Développement Economique des Entreprises Agricoles, aquacoles, de pêche et d exploitation forestière

Plus en détail

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système Pommes de terre et légumes.

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système Pommes de terre et légumes. Système Pommes de terre et légumes. Caractéristiques Variantes de ce système : Il existe près de 150 exploitations de moins de 100 ha qui produisent de la pomme de terre, essentiellement pour une vente

Plus en détail

Annexes Définition des variables présentées

Annexes Définition des variables présentées 72 Chiffre d affaires Somme des produits sur ventes, travaux à façon, activités annexes, produits résiduels, pensions d animaux, terres louées prêtes à semer, agritourisme, autres locations. Classe de

Plus en détail

Présentation des résultats semestriels 2013/14. Réunion SFAF - 27 novembre 2013

Présentation des résultats semestriels 2013/14. Réunion SFAF - 27 novembre 2013 Présentation des résultats semestriels 2013/14 Réunion SFAF - 27 novembre 2013 1 Intervenants Patrick HIRIGOYEN DGA - Membre du Directoire Tiphanie BORDIER Directrice financière adjointe Céline ROLLAND

Plus en détail

La consommation d énergie directe des exploitations agricoles

La consommation d énergie directe des exploitations agricoles La consommation d énergie directe des exploitations agricoles Commission Environnement et développement durable 16 juin 2009 Les sources d informations au SSP Enquête sur la consommation d énergie des

Plus en détail

Languedoc- Roussillon

Languedoc- Roussillon Languedoc- Roussillon Juillet 2014 Après deux années de hausse continue en 2010 et 2011, le résultat courant avant impôts (RCAI) des exploitations agricoles du Languedoc-Roussillon fléchit à 22 700 euros

Plus en détail

Données économiques et comptables

Données économiques et comptables Données économiques et comptables Comptes de l agriculture 2009 Seconde année consécutive de baisse du revenu des exploitants agricoles Le Résultat Courant Avant Impôt (RCAI) par actif non salarié des

Plus en détail

Performances et rentabilité des cultures principales en Wallonie (années 2009 à 2011)

Performances et rentabilité des cultures principales en Wallonie (années 2009 à 2011) Performances et rentabilité des cultures principales en Wallonie (années 29 à 211) J-M Bouquiaux et J-M. Marsin, Direction de l Analyse Economique Agricole M-H Buron, Centre d Economie Rurale de Marloie

Plus en détail

La vache normande : une signature régionale

La vache normande : une signature régionale Données Une publication de la Direction Régionale de l Alimentation, de l Agriculture et de la Forêt La vache normande : une signature régionale La Basse-Normandie a le plus grand cheptel de vaches de

Plus en détail

La filière laitière dans le contexte européen

La filière laitière dans le contexte européen La filière laitière dans le contexte européen Gérard You Mardi 15 octobre 2013 L Europe du Nord concentre l essentiel de la production laitière 2 Les pays du Nord, principaux producteurs européens 30 000

Plus en détail

Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures

Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures Etude d un cas type ROSACE 1 Travail réalisé par Richard d Humières, élève AgroParisTech, stagiaire au Pôle économie et

Plus en détail

Action élémentaire N 1 - Favoriser l autonomie alimentaire et énergétique des exploitations

Action élémentaire N 1 - Favoriser l autonomie alimentaire et énergétique des exploitations PDAR Auvergne 2014-2020 Fiche type de description qualitative d une action élémentaire Action élémentaire N 1 Favoriser l autonomie alimentaire et énergétique des exploitations Coordinateur d action Contributions

Plus en détail

Fonds d investissement non monétaires français Faits saillants pour l année 2014 et le premier trimestre 2015

Fonds d investissement non monétaires français Faits saillants pour l année 2014 et le premier trimestre 2015 Fonds d investissement non monétaires français Faits saillants pour l année 4 et le premier trimestre Gisèle FOUREL et Vincent POTIER Direction des Statistiques monétaires et financières Service de l Épargne

Plus en détail

Conseil Spécialisé Horticole

Conseil Spécialisé Horticole Conseil Spécialisé Horticole Observatoire économique et financier des exploitations horticoles et pépinières CER France 6 juin 2014 Observatoire économique des exploitations Horticoles et pépinières exercice

Plus en détail

Présentation économique des vins de Bourgogne

Présentation économique des vins de Bourgogne Présentation économique des vins de Bourgogne Le système Bourguignon : l exceptionnelle diversité 5 grands terroirs Chablis - Auxerrois Côte de Nuits Côte de Beaune Côte Chalonnaise Mâconnais B.I.V.B./Pôle

Plus en détail

Résultats Fermes de références Bovins Lait Département des Pyrénées Atlantiques. Comptabilité

Résultats Fermes de références Bovins Lait Département des Pyrénées Atlantiques. Comptabilité Résultats Fermes de références Bovins Lait Département des Pyrénées Atlantiques Comptabilité 2013-2014 1. Marge brute de l atelier lait Moyenne 25% plus faibles inférieurs à 8 25% meilleurs supérieurs

Plus en détail

Les calculs fondamentaux pour son entreprise

Les calculs fondamentaux pour son entreprise Les calculs fondamentaux pour son entreprise 1. Seuil de rentabilité et point mort : Définition et calcul Seuil de Rentabilité et Point Mort sont deux facettes d un même concept. Petite-entreprise. net

Plus en détail

Résultats Fermes de références Bovins Lait. Bovins Lait. Pyrénées-Atlantiques et des Landes. Comptabilité

Résultats Fermes de références Bovins Lait. Bovins Lait. Pyrénées-Atlantiques et des Landes. Comptabilité Résultats Départements des Fermes Pyrénées-Atlantiques de références et des Landes Bovins Lait 1. Pyrénées-Atlantiques et des Landes Comptabilité 2014-2015 Chambre d Agriculture des Pyrénées-Atlantiques

Plus en détail

Chapitre 9. L évaluation des actions

Chapitre 9. L évaluation des actions Chapitre 9 L évaluation des actions Introduction Comment déterminer la valeur des actions? Loi du prix unique : le prix d un actif financier doit être égal à la valeur actuelle des flux futurs auxquels

Plus en détail

Panorama de l Agriculture en Vienne 2012

Panorama de l Agriculture en Vienne 2012 Panorama de l Agriculture en Vienne 2012 Juillet 2013 Panorama de l agriculture en Vienne 2012 1 Sommaire Page Utilisation de l espace agricole... 1 Les surfaces agricoles en 2012... 2 Les exploitations

Plus en détail

Gestion des impacts environnementaux des élevages porcins : Référentiel pour le pilotage. Sandrine Espagnol (IFIP)

Gestion des impacts environnementaux des élevages porcins : Référentiel pour le pilotage. Sandrine Espagnol (IFIP) Gestion des impacts environnementaux des élevages porcins : Référentiel pour le pilotage Sandrine Espagnol (IFIP) Contexte Règles du marché international Attentes sociales des consommateurs, des riverains,

Plus en détail

«FAVORISER ET SÉCURISER L ÉMERGENCE DE BONNES PRATIQUES AGRICOLES POUR PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU»

«FAVORISER ET SÉCURISER L ÉMERGENCE DE BONNES PRATIQUES AGRICOLES POUR PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU» «FAVORISER ET SÉCURISER L ÉMERGENCE DE BONNES PRATIQUES AGRICOLES POUR PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU» ETUDE SUR LA GESTION DU RISQUE EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE Etude réalisée par PERI G et CERFRANCE juin

Plus en détail

Résultats non audités et non arrêtés par le Conseil d'administration

Résultats non audités et non arrêtés par le Conseil d'administration 14/12/2006 Kaufman & Broad : Résultats annuels 2006 Résultats non audités et non arrêtés par le Conseil d'administration Résultats 2006 supérieurs aux prévisions o Chiffre d affaires : +22% o Marge brute

Plus en détail

CALCULS COMMERCIAUX Chapitre 5 Analyser un compte de résultat

CALCULS COMMERCIAUX Chapitre 5 Analyser un compte de résultat CALCULS COMMERCIAUX Chapitre 5 Analyser un compte de résultat Le compte de résultat est un document comptable qui permet de savoir si les recettes de l entreprise (les produits) ont permis de faire face

Plus en détail

Le prix d un litre de lait, du producteur au consommateur

Le prix d un litre de lait, du producteur au consommateur Chaque seconde, ce sont 320 baguettes de pain qui sont consommées et produites en France, soit 10 milliards par an. Chaque Français consomme 160 gr. de pain par jour. A savoir que sur 32 ans, de 1975 à

Plus en détail

Des indicateurs pour analyser les résultats de l'exploitation caprine

Des indicateurs pour analyser les résultats de l'exploitation caprine Des indicateurs pour analyser les résultats de l'exploitation caprine (Article paru dans L égide n 23, juin 2001) L exploitation caprine est un tout. Sa réussite dépend essentiellement de la cohérence

Plus en détail

En 2007, 88 % des ménages français ont acheté de la viande de porc fraîche, pour

En 2007, 88 % des ménages français ont acheté de la viande de porc fraîche, pour Les consommateurs de porc frais et de charcuterie : qui sont-ils? Eclairage sociologique En 2007, 88 % des ménages français ont acheté de la viande de porc fraîche, pour une quantité moyenne de 12,3 kg

Plus en détail

L assurance récoltes en France

L assurance récoltes en France P A C I F I C A - A S S U R A N C E S D O M M A G E S L assurance récoltes en France Colloque FARM - Pluriagri du 18 décembre 2012 Thierry LANGRENEY Directeur général de Pacifica L assurance, un outil

Plus en détail

Analyses de groupe Exploitations laitières en Agriculture Biologique Résultats année d exercice 2008 / 2009

Analyses de groupe Exploitations laitières en Agriculture Biologique Résultats année d exercice 2008 / 2009 Analyses de groupe Exploitations laitières en Agriculture Biologique Résultats année d exercice 2008 / 2009 Cette étude a été réalisée dans le cadre du projet transfrontalier «Améliorer les performances

Plus en détail

Fiches de synthèse AGRICULTURE

Fiches de synthèse AGRICULTURE CERCAM Fiches de synthèse AGRICULTURE Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali Mars 2014 1- Secteur agricole au Sénégal Foncier Le foncier sénégalais appartient à 95 % au domaine national

Plus en détail

L assurance vie en janvier 2012 une remontée des cotisations, des versements par les assureurs qui restent élevés, la collecte nette se redresse

L assurance vie en janvier 2012 une remontée des cotisations, des versements par les assureurs qui restent élevés, la collecte nette se redresse L assurance vie en janvier 2012 une remontée des cotisations, des versements par les assureurs qui restent élevés, la collecte nette se redresse 27 février 2012 1 L assurance vie en janvier 2012 une remontée

Plus en détail

Méthode de Calcul du Coût de Production d un Cheval

Méthode de Calcul du Coût de Production d un Cheval 3 ème Journée du Réseau Equin Provence-Alpes-Côte D'Azur Mercredi 9 avril 2014 Méthode de Calcul du Coût de Production d un Cheval Jérôme DAMIENS Quelle idée? Répondre à la question des éleveurs : «Mon

Plus en détail

PROJET DE FAISABILITE. Ville Commentaires Nombre d' habitants. ROUBAIX Bassin de vie 115000

PROJET DE FAISABILITE. Ville Commentaires Nombre d' habitants. ROUBAIX Bassin de vie 115000 PROJET DE FAISABILITE Pour la réalisation d'un centre de lavage haute pression pistes + Portique Ce projet sera implanté sur la commune de: ROUBAIX département 9 Définition de la zone de chalandise Ville

Plus en détail

ETUDE BOVINS VIANDE BROUTARDS 2007

ETUDE BOVINS VIANDE BROUTARDS 2007 EXPLOITATIONS CLASSEES PAR ORDRE DE CHARGEMENT CROISSANT S.A.U. 116.61 102.50 97.00 S.F.P. 92.58 86.06 80.71 Ha. Mais ens / Ha. S.F.P. 3% 3% 1% U.G.B. 77.22 103.53 132.97 Nombre de vaches 59 74 96 U.G.B.

Plus en détail

y Négoce Productions Végétales y Activités y Chiffres y Spécificités

y Négoce Productions Végétales y Activités y Chiffres y Spécificités y Négoce Productions Végétales y Activités y Chiffres y Spécificités NEGOCE PRODUCTIONS VEGETALES w 396 millions d euros de chiffre d affaires w 220 salariés w 75 centres appro/collecte w 1,02 million

Plus en détail

dossier de presse Perspectives, opportunités d avenir et Ambitions bio pour les éleveurs laitiers de Bretagne

dossier de presse Perspectives, opportunités d avenir et Ambitions bio pour les éleveurs laitiers de Bretagne dossier de presse Perspectives, opportunités d avenir et Ambitions bio pour les éleveurs laitiers de Bretagne dossier de presse le COLLOQUE Le réseau GAB-FRAB organise un colloque régional le jeudi 17

Plus en détail

Revenu et coûts de production des exploitations du réseau Sud-Ouest en 2012

Revenu et coûts de production des exploitations du réseau Sud-Ouest en 2012 Revenu et coûts de production des exploitations du réseau Sud-Ouest en 2012 Benoît RÉMOND CA 40 TYPOLOGIE des exploitations suivies CARACTERISTIQUES générales : - main d œuvre - surfaces PRODUITS : - reproduction

Plus en détail

Lucien Bourgeois PAC 2014-2020 : Nouvelles décisions et erspectives

Lucien Bourgeois PAC 2014-2020 : Nouvelles décisions et erspectives Lucien Bourgeois PAC 2014-2020 : Nouvelles décisions et erspectives 1 Message essentiel La PAC a été une nouvelle fois confortée en 2013 et elle donne une visibilité jusqu en 2020 Elle est devenue un élément

Plus en détail

Indicateurs harmonisés

Indicateurs harmonisés Département présidentiel DGI - Service de surveillance des communes Secteur des finances communales Indicateurs harmonisés Finances communales genevoises en 2013 Présentation de la situation financière

Plus en détail

Annexes Définition des variables présentées

Annexes Définition des variables présentées Définition des variables présentées Les termes en gras italique sont définis par ailleurs dans le lexique. Les termes en italique désignent des variables explicitement recueillies dans le Rica. Actif circulant

Plus en détail

PAC 2014-2020 : les nouveaux outils à caractère national. 10 juillet 2014

PAC 2014-2020 : les nouveaux outils à caractère national. 10 juillet 2014 PAC 2014-2020 : les nouveaux outils à caractère national 10 juillet 2014 Plan d'intervention 1. Les paiements directs 2 Le developpement rural 3 L'OCM unique 4 La mention «produit de montagne» Les paiements

Plus en détail

VITICULTURE. Chambres d Agriculture. Associations de Gestion et de Comptabilité. Des Départements 49, 44, 72

VITICULTURE. Chambres d Agriculture. Associations de Gestion et de Comptabilité. Des Départements 49, 44, 72 VITICULTURE 125 126 GROUPE VITICULTURE Le groupe comprend 75 entreprises dont 47 en société (63 %). La vigne représente 88 % des produits, le complément étant apporté par des grandes cultures ou d autres

Plus en détail

Le secteur laitier en Irlande vers une expansion durable et profitable C. LASCURETTES. Executive Secretary National Dairy and Liquid Milk Committees

Le secteur laitier en Irlande vers une expansion durable et profitable C. LASCURETTES. Executive Secretary National Dairy and Liquid Milk Committees Le secteur laitier en Irlande vers une expansion durable et profitable C. LASCURETTES Executive Secretary National Dairy and Liquid Milk Committees Irish Farmers Association catherinelascurettes@ifa ifa.ieie

Plus en détail

Résultats du premier semestre 2009. Résistance des ventes Résultat net impacté par des charges non courantes La transformation est en cours

Résultats du premier semestre 2009. Résistance des ventes Résultat net impacté par des charges non courantes La transformation est en cours Résultats du premier semestre 2009 Résistance des ventes Résultat net impacté par des charges non courantes La transformation est en cours Bonne résistance des ventes au S1, des résultats impactés par

Plus en détail

Marge brute, revenu et coût de production des élevages caprins Résultats 2008/2009 et évolution/2007. Le 12 janvier 2010

Marge brute, revenu et coût de production des élevages caprins Résultats 2008/2009 et évolution/2007. Le 12 janvier 2010 Marge brute, revenu et coût de production des élevages caprins Résultats 2008/2009 et évolution/2007 Le 12 janvier 2010 Les facteurs ayant influencé le revenu en 2008 Hausse du prix du lait en 2008 605

Plus en détail

FERMES DE REFERENCES BOVIN LAIT DES PYRENEES ATLANTIQUES RESULTATS

FERMES DE REFERENCES BOVIN LAIT DES PYRENEES ATLANTIQUES RESULTATS FERMES DE REFERENCES BOVIN LAIT DES PYRENEES ATLANTIQUES RESULTATS 2009-2010 Principaux indicateurs synthétiques issus du suivi des fermes de références bovin lait sur le département des Pyrénées Atlantiques.

Plus en détail

Quelles perspectives pour la production laitière en France et dans l UE? Vincent Chatellier INRA-LERECO, Nantes

Quelles perspectives pour la production laitière en France et dans l UE? Vincent Chatellier INRA-LERECO, Nantes Quelles perspectives pour la production laitière en France et dans l UE? Vincent Chatellier INRA-LERECO, Nantes Image Le cours mondial du beurre et de la poudre de lait Les facteurs explicatifs de la

Plus en détail

Résultats annuels 2012/13

Résultats annuels 2012/13 29 mai 2013 Résultats annuels 2012/13 Réunion SFAF 22 Solucom en bref Cabinet de conseil en management et système d information 20 ans d existence Près de 1 200 collaborateurs Des clients dans le top 200

Plus en détail

Chapitre 2 L analyse du compte de résultat

Chapitre 2 L analyse du compte de résultat Chapitre 2 L analyse du compte de résultat I- Les soldes intermédiaires de gestion (SIG) A- Intérêt de la mise en place des SIG B- La mise en œuvre des SIG 1- Le tableau des SIG Voir annexe 1 2- L analyse

Plus en détail

Résultats Fermes de références Bovins Lait. Bovins Lait. Pyrénées-Atlantiques et des Landes. Comptabilité

Résultats Fermes de références Bovins Lait. Bovins Lait. Pyrénées-Atlantiques et des Landes. Comptabilité Résultats Départements des Fermes Pyrénées-Atlantiques de références et des Landes Bovins Lait 1. Pyrénées-Atlantiques et des Landes Comptabilité 2015-2016 Chambre d Agriculture des Pyrénées-Atlantiques

Plus en détail