Folia veterinaria LES TRAITEMENTS ANTIVIRAUX CHEZ LES ANIMAUX DOMESTIQUES. Introduction

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Folia veterinaria LES TRAITEMENTS ANTIVIRAUX CHEZ LES ANIMAUX DOMESTIQUES. Introduction"

Transcription

1 Folia veterinaria LES TRAITEMENTS ANTIVIRAUX CHEZ LES ANIMAUX DOMESTIQUES Introduction La prévention par la vaccination est, de loin, le moyen le plus efficace pour lutter contre les infections virales chez les animaux domestiques. Il y a cependant des conditions épidémiologiques, des situations de réinfections ou d infections persistantes qui ne peuvent pas être contrôlées par une immunisation antérieure de l animal. Dans l arsenal thérapeutique, il existe des médicaments antiviraux qui, même s ils sont loin d être aussi développés que les antibiotiques pour les traitements anti-bactériens, permettent de réduire significativement les signes cliniques causés par certaines infections virales. En médecine vétérinaire, c est surtout en pratique féline que les antiviraux sont utilisés. Les substances antivirales proprement dites sont souvent très spécifiques et traitent des infections virales bien précises. Il existe plusieurs classes d antiviraux qui sont brièvement décrites ci-dessous. Des analogues de nucléosides ont été mis au point, au départ de l acyclovir, ou acycloguanosine, pour des traitements antiherpétiques. La découverte de cette molécule par Gertrude Elion lui permit l obtention du prix Nobel en Son mode d action réside dans sa reconnaissance comme substrat par l enzyme thymidine kinase d un herpèsvirus. La forme phosphorylée de la molécule est incorporée par l ADN polymérase virale à la chaîne d ADN viral en cours de réplication. La substitution de la thymidine par l acyclovir dans cette chaîne provoque un arrêt de la réplication de l ADN : l acyclovir est un «terminateur de chaîne» (De Clercq, 2004). La molécule possède une grande spécificité et de ce fait, elle n est pas phosphorylée par les thymidine kinases cellulaires : elle présente donc un niveau élevé d innocuité. A partir de cette découverte, d autres molécules analogues de nucléosides ou de nucléotides ont été synthétisées. Elles possèdent des activités différentes en fonction de l espèce d herpèsvirus (De Clercq, 2004). Ce mécanisme d action a été mis à profit pour le développement d une gamme étendue de substances antirétrovirales largement utilisées dans le traitement des patients humains infectés par le virus de l immunodéficience humaine (VIH). Jusqu à présent aucune molécule antivirale n a été enregistrée pour un usage vétérinaire. L utilisation de ces produits relève donc du principe de la «cascade». Les molécules qui viennent d être présentées sont des médicaments virostatiques. Ils inhibent la multiplication du virus, mais n ont aucun effet sur le virus extracellulaire. De plus, l arrêt du traitement peut être suivi d un effet de rebond, lié à la présence de virus infectieux qui peut alors se multiplier sans inhibition Les interférons appartiennent à une deuxième classe de médicaments antiviraux : en plus d une activité antivirale à plus large spectre, ils exercent aussi des activités immunomodulatrices. Il existe par ailleurs des produits réputés immunomodulateurs qui sont préconisés, soit dans le traitement de certaines infections, soit pour améliorer la réponse immunitaire. Ces produits sont constitués de parapoxvirus inactivés. Ils induiraient une «paramunité», terme non défini en immunologie classique. Leur efficacité n est pas démontrée (Hartmann et al., 1999), ce qui a constitué un obstacle à leur enregistrement en Belgique, alors que ces produits sont sur le marché dans d autres pays européens.

2 Le développement de souches virales résistantes aux antiviraux est une conséquence néfaste de ces traitements et réduit leur efficacité. La résistance envers les médicaments antiherpèsvirus et anti-rétrovirus est bien documentée en médecine humaine (Coen et Schaffer, 1980). Elle se produit certainement en médecine vétérinaire, mais les données spécifiques manquent. Cinq pathologies animales sont les cibles principales de ces thérapeutiques antivirales : la parvovirose canine, la kératite récurrente causée par l herpèsvirus félin 1 (FeHV-1), la gingivo-stomatite chronique associée à l infection par le calicivirus félin, l immunodépression produite par le virus de la leucose féline (FeLV) et l immunodéficience acquise par le lentivirus félin FIV (Thiry, 2002). Médicaments antirétroviraux De nombreuses molécules présentent un effet antiviral envers le virus de l immunodéficience humaine. Les inhibiteurs de la transcriptase inverse sont des analogues de nucléosides ou de nucléotides. Ils peuvent aussi être des faux substrats de l enzyme. Les inhibiteurs de la protéase virale sont utilisés dans les traitements anti-rétroviraux, en combinaison avec les médicaments inhibant la transcriptase inverse. Des molécules plus récentes encore agissent comme inhibiteurs de la pénétration virale dans la cellule sensible (De Clercq, 2004). Parmi ces molécules, certaines sont actives envers le virus de l immunodéficience féline (FIV). Le chat peut être infecté par le FIV tout au long de sa vie. L infection persistante reste longtemps asymptomatique. Elle se développe en 4 phases successives dont la 3 e et la 4 e sont symptomatiques. Le délai entre l infection par le FIV et l apparition du stade 4 de la maladie est très long, de 5 à 10 ans. L immunodéficience débute durant le stade 4 et se manifeste par une variété d infections secondaires, avec une localisation préférentielle dans la cavité buccale (Thiry, 2002). Récemment, à l instar des traitements proposés lors d infection par le virus de l immunodéficience humaine, les inhibiteurs de l enzyme virale transcriptase inverse ont été testés chez le chat. Les analogues de nucléosides ou de nucléotides sont en effet les médicaments les plus utilisés dans le traitement du SIDA, tel le prototype 3 -azido-2,3 - didéoxythymidine (AZT, azydothymidine, ou zidovudine, Retrovir ). Ces substances agissent comme «terminateur de chaîne» dans la réaction de transcription inverse (De Clercq, 2004). L AZT est relativement efficace chez le chat, mais présente une toxicité non négligeable : elle provoque de l anémie dans cette espèce. De plus, des virus mutants résistants à l AZT ont déjà été décrits chez le chat. L administration combinée d AZT et de lamivudine ((-)-β-l-3 -thia-2,3 -dideoxycytidine, 3TC, Epivir, Zeffix ), un autre analogue de nucléoside, diminue la charge virale et améliore les paramètres cliniques et immunologiques des chats séropositifs. La lamivudine induit des mutations virales qui compensent phénotypiquement les mutations provoquées par l AZT (Arai et al., 2002). Cependant, ce traitement combiné présente une certaine efficacité prophylactique, mais pas thérapeutique, ce qui limite très fort son intérêt en médecine vétérinaire (Arai et al., 2002). Une dose de 5mg/kg d AZT par voie orale ou sous-cutanée, 2 à 3 fois par jour durant 3 semaines, augmente le ratio de cellules CD4+/CD8+, améliore l état clinique de chats positifs pour le FIV ainsi que l état de ceux atteints de gingivo-stomatite chronique (Willis, 2000). Un autre nucléoside, 9-(2-phosphonométhoxyéthyl) adénine (PMEA) est administré par voie sous-cutanée à la dose de 2,5 mg/kg, 2 fois par jour, durant 21 jours (Hartmann et al., 1992). La PMEA présente moins d effets secondaires et réduit également les signes cliniques liés aux infections. Cependant il est capable de causer des anomalies sanguines, et de la nécrose 2

3 disséminée hépatique et lymphoïde (Willis, 2000). Il est donc indispensable de surveiller très régulièrement le profil hématologique. De nouveaux analogues de nucléosides, tel le (S)-9- (3-fluoro-2-phosphonylmethoxypropyl) adénine (FPMPA) améliorent les signes cliniques chez les chats infectés de manière persistante par le FIV et développent moins d effets secondaires hématologiques (Hartmann et al., 1998b). L efficacité de molécules antivirales est faible dans le cas d une infection persistante par le FeLV. En particulier, l AZT ne montre pas d efficacité envers l infection persistante à FeLV, alors qu elle est partiellement efficace envers le FIV (Hartmannn et al., 2004). Le développement ultérieur de cette approche résidera probablement dans l emploi simultané de plusieurs antiviraux, en associant aux inhibiteurs de la transcriptase inverse des inhibiteurs de la protéase virale. Cependant, les actuels inhibiteurs de la protéase virale du VIH ne sont pas efficaces envers le FIV. Le coût élevé des ces traitements rend leur usage presque impossible en médecine féline. Médicaments anti-herpétiques Les chats adultes souffrent de lésions consécutives à la réactivation du FeHV-1. La conjonctivite est accompagnée d ulcères cornéens qui deviennent chroniques dans certains cas. La kératite stromale est une réaction secondaire de nature immunopathologique due à la présence du virus dans l épithélium ou le stroma (Stiles, 2000). Il est donc essentiel de connaître les molécules antivirales les plus efficaces envers le FeHV- 1 pour proposer leur utilisation en clinique (Maggs et Clarke, 2004 ; Williams et al., 2004). L acyclovir est la seule molécule qui pourrait être utilisée par voie orale. Elle n est malheureusement pas très efficace envers le FeHV-1, car les concentrations plasmatiques nécessaires pour exercer un effet antiviral suffisant au niveau oculaire sont toxiques pour le chat (Stiles, 2000 ; Williams et al., 2004). Seule son utilisation en application topique peut être envisagée. Actuellement, le traitement antiviral se base sur des médicaments topiques nécessitant de fréquentes applications. En médecine humaine, la pommade ou le collyre est déposé toutes les 1 à 2 heures durant les premiers jours. Il semble plus raisonnable de recommander 4 à 6 applications par jour chez le chat durant une période maximale de 21 jours, car, au-delà, ces produits peuvent développer une toxicité cornéale (Macy, 1995). Les produits disponibles pour traiter la kératite à FeHV-1 sont des analogues de nucléosides qui inhibent la synthèse de l ADN viral : - la trifluorothymidine ou trifluridine (Viroptic ; solution à 1 %), non enregistrée en Belgique. Ce produit est le plus efficace et montre une meilleure pénétration cornéale (Macy, 1995 ; Stiles, 2000 ; Williams et al., 2004). - la vidarabine (Vira-A ; onguent à 3 %), non enregistrée en Belgique ; - l idoxuridine (préparation magistrale, solution à 0,1 %) ; - l acyclovir (plusieurs spécialités enregistrées en Belgique ; onguent à 3 %) ; son efficacité en application topique est modérée et nécessite 5 traitements quotidiens ; Au moins une autre molécule analogue de nucléoside présente une meilleure activité antivirale in vitro envers le FeHV-1 que les substances précitées: la (S)-9-(3-hydroxy-2- phosphonylmethoxypropyl) adénine (HPMPA) (Williams et al., 2004). Son efficacité clinique doit cependant être démontrée. Ces molécules ne font pas l objet d enregistrement vétérinaire. Les médicaments ophtalmiques de médecine humaine seront alors utilisés chez le chat selon le principe de la «cascade». 3

4 Médicaments contre les virus respiratoires Plusieurs molécules possèdent une activité envers certains virus respiratoires : virus respiratoire syncytial humain et, surtout, les virus influenza A et B, responsables de la grippe humaine. (De Clercq, 2004). L amantadine a un usage limité contre l influenza humain dont l incidence a encore fortement diminué devant l apparition de nouvelles molécules. L oseltamivir (Tamiflu ) par voie orale et le zanamivir (Relenza ) par voie nasale sont efficaces pour traiter la grippe humaine lorsqu ils sont administrés au début de la période symptomatique. L efficacité expérimentale de l oseltamivir envers le virus influenza aviaire, responsable de la grippe aviaire, a débouché sur la recommandation de son usage préventif chez les personnes exposées à ce virus, durant les opérations de police sanitaire menées lors d épidémies de peste aviaire (Saegerman et al., 2004). Ces substances anti-virus influenza ne sont pas utilisées en médecine vétérinaire stricto sensu car le traitement individuel n est pas indiqué chez les animaux de production. Pour les animaux d agrément comme les chevaux, ils nécessiteraient au préalable une étude de leur efficacité dans l espèce concernée. Parmi ces molécules, la ribavirine (1-β-D-ribofuranosyl-1H-1,2,4-triazole-3-carboxamide (RTCA), est un analogue de nucléoside qui possède une activité antivirale marquée in vitro contre différents virus à DNA et RNA, y compris le virus respiratoire syncytial humain et le coronavirus félin, dont certains mutants sont responsables de la péritonite infectieuse féline. La ribavirine n est pas efficace pour traiter une péritonite infectieuse féline induite expérimentalement. Elle présente en plus des réactions secondaires graves chez le chaton : toxicité envers les érythrocytes avec hémolyse, envers la moelle osseuse avec thrombocytopénie et hémorragies (Hartmann, 2005). Interférons L interféron alpha recombinant humain (Macy, 1995 ; Stiles, 2000) a été recommandé chez le chat, mais son utilisation est abandonnée depuis la mise sur le marché de l interféron oméga félin recombinant (Virbagen Omega ) (de Mari et al., 2004). L interféron alpha félin recombinant présente également des propriétés antivirales in vitro qui mériteraient d être investiguées in vivo (Baldwin et al., 2004). L interféron oméga félin recombinant a été testé initialement contre l infection aiguë par le calicivirus félin, à la dose de 2,5 millions d unités/kg en trois injections sous-cutanées en jour alterné (Uchino et al., 1992). Dans le traitement de la gingivo-stomatite chronique, trois injections locales, sous-muqueuses, de 1 à 2 millions d unités au total, à 15 jours d intervalle sont préconisées à la jonction entre les zones saines et enflammées. Ce traitement fait partie d une prise en charge odonto-stomatologique complète de la gingivo-stomatite (Camy, 2004). Ces indications ne sont pas couvertes par l enregistrement européen du médicament et des études cliniques contrôlées sont nécessaires pour une validation complète de ce protocole. L interféron oméga félin a reçu un enregistrement européen pour le traitement de la parvovirose canine. Les chiots âgés de plus d un mois et atteints de parvovirose clinique peuvent être traités par trois injections intraveineuses d interféron oméga félin à la dose de 2,5 millions d unités par kg durant trois jours. Ce traitement antiviral réduit la mortalité et les signes cliniques (Minagawa et al., 1999). Cette même molécule a récemment obtenu une extension de ses indications pour le traitement de chats symptomatiques infectés de manière persistante par le FeLV seul ou associé au FIV (de Mari et al., 2004). Le traitement consiste en 5 injections quotidiennes 4

5 d un million d unités/kg par voie sous-cutanée. Le même traitement en 5 injections est répété 14 et 60 jours après la première. Si le chat est un bon répondeur, les signes cliniques régressent, l état général s améliore et l anémie est réduite. Il est alors candidat à des répétitions de ce protocole à des intervalles choisis en fonction de l état général de l animal (de Mari et al., 2004). L interféron oméga félin recombinant est proposé dans le traitement d autres maladies virales, dans le cadre d études de cas cliniques. Ces indications potentielles nécessitent une analyse plus approfondie par la réalisation d essais cliniques contrôlés. Un certain succès a été rencontré dans le traitement de la péritonite infectieuse féline (Ishida et al., 2004) et de la kératite herpétique aiguë et récurrente. Ces données méritent d être prises en considération. Elles demandent cependant à être vérifiées en conditions expérimentales. Conclusions Excepté le traitement de l infection à parvovirus canin, à FeLV ou à FeLV et FIV, les autres indications de l interféron oméga félin recombinant ne sont pas enregistrées pour une utilisation thérapeutique chez le chat. Des études contrôlées sont donc nécessaires pour valider les traitements d autres viroses par cet interféron félin. Les médicaments antiviraux sont destinés à la médecine humaine et seront utilisés chez le chat, seule espèce domestique où leur indication peut se justifier, selon le principe de la «cascade». Ce principe ne peut être suivi que s il existe suffisamment de données expérimentales pour assurer l efficacité et l innocuité du traitement chez le chat. En effet, sauf l interféron, les autres molécules antivirales présentent une grande spécificité de substrat, qui ne permet leur utilisation qu envers une espèce virale en particulier. Aussi, la réussite du traitement antiviral réside dans un diagnostic précis et rapide qui identifie le virus responsable de la pathologie et permet alors de lui associer la molécule correspondante. Références Arai M., Earl D.D., Yamamoto J.K. Is AZT/3TC therapy effective against FIV infection or immunopathogenesis? Vet. Immunol. Immunopathol., 2002, 85, Baldwin S.L., Powell T.D., Sellins K.S., Radecki S.V., John Cohen J., Mihausen M.J. The biological effects of the five feline IFN- alpha subtypes. Vet. Immunol. Immunopathol., 2004, 99, Camy G. Un cas clinique de gingivo-stomatite féline chronique. In : K. De Mari (Editeur). Guide pratique de l interféron en médecine vétérinaire, Editions du Point Vétérinaire, Maisons-Alfort, 2004, Coen D.M., Schaffer P.A. Two distinct loci confer resistance to acycloguanosine in herpes simplex type 1. Proc. Natl Acad. Sci. USA; 1980, 77, De Clercq E. Antiviral drugs in current clinical use. J. Clin. Virol., 2004, 30, De Mari K., Maynard L., Sanquer A., Lebreux B., Eun H.M. Therapeutic effect of recombinant feline interferon-omega on feline leukemia virus (FeLV)-infected and FeLV/feline immunodeficiency virus (FIV)-coinfected symptomatic cats. J. Vet. Intern. Med., 2004, 18, Hartmann K. Infection par le virus leucémogène félin. In : K. De Mari (Editeur). Guide pratique de l interféron en médecine vétérinaire, Editions du Point Vétérinaire, Maisons-Alfort, 2004, Hartmann K. Feline infectious peritonitis. Vet. Clin. Small Anim., 2005, 35, Hartmann K., Donath A., Beer B., Egberink H.F., Horzinek M.C., Lutz H., Hoffmann-Fezer G., Thum I., Thefeld S. Use of two virustatica (AZT, PMEA) in the treatment of FIV and of FeLV seropositive cats with clinical symptoms. Vet. Immunol. Immunopathol., 1992, 35, Hartmann K., Block A., Ferk G., Vollmar A., Goldberg M., Lutz H. Treatment of feline leukemia virus-infected cats with paramunity inducer. Vet. Immunol. Immunopathol., 1998a, 65, Hartmann K., Kuffer M., Balzarini J., Naesens L., Goldberg M., Erfle V., Goebel F.D, De Clercq E., Jindrich J., Holy A., Bischofberger N., Kraft W. Efficacy of the acyclic nucleoside phosphonates (S)-9-(3-fluoro-2-phosphonylmethoxypropyl)adenine (FPMPA) and 9- (2-phosphynylmethoxyethyl)adenine (PMEA) against feline immunodeficiency virus. J. Acquir. Immune Defic. Syndr. Hum. Retrovirol., 1998b, 17, Hartmann K., Block A., Ferk G., Beer B., Vollmar A., Lutz H. Treatment of feline leukemia virus (FeLV) infection. Vet. Microbiol., 1999, 69, Ishida T., Shibanai A., Tanaka S., Uchida K., Mochizuki M. Use of recombinant feline interferon and glucocorticoid in the treatment of feline infectious peritonitis. J. Feline Med. Surgery, 2004, 6, Macy D.W. Use of antiviral agents in cats. Feline practice, 1995, 23,

6 Maggs D.J., Clarke H.E. In vitro efficacy of ganciclovir, cidofovir, penciclovir, foscarnet, idoxuridine, and acyclovir against feline herpesvirus type-1. Am. J. Vet. Res., 2004, 65, Minagawa T., Ishiwara K., Kajimoto T. Feline interferon-ω treatment on canine parvovirus infection. Vet. Microbiol., 1999, 69, Saegerman C., Meulemans G., Van Reeth K., Marlier D., Yane F., Vindevogel H., Brochier B., van den Berg T., Thiry E. Evaluation, contrôle et prévention du risque de transmission du virus influenza aviaire à l homme. Ann. Méd. Vét., 2004, 148, Stiles J. Feline herpesvirus. Vet. Clin. North Am. S. Anim. Practice, 2000, 30, Thiry E. Virologie clinique du chien et du chat. Collection Virologie Clinique. Editions du Point Vétérinaire, 2002, 203 pages. Uchino T., Kouzuki S., Tsuruno M., Yamane Y., Uno T., Kumai H., Kobayashi K., Kobayashi K., Sakurai F., Sasaki T., Shimoda K., Shimoda T., Kawamura H., Tajima T., Mochizuki M., Motoyoshi S. Investigations of feline interferon and its therapeutic effect for field use. Irs therapeutic effects on FCI (feline calicivirus infection). Shodobutsu Rinshou, J. Small Anim. Clin. Sc., 1992, 11, 1-3. Williams D.L., Fitzmaurice T., Lay L., Forster K., Hefford J., Budge C., Blackmore K., Robinson J.C., Field H.F. Efficacy of antiviral agents in feline herpetic keratitis : results of an in vitro study. Curr. Eye Res., 2004, 29, Willis A.M. Feline leukemia virus and feline immunodeficiency virus. Vet. Clin. North Am. S. Anim. Practice, 2000, 30,

félins peuvent-ils être vaccinés?

félins peuvent-ils être vaccinés? Fiche technique n 6 2 ème édition Contre quelles maladies nos félins peuvent-ils être vaccinés? La vaccination est une des armes les plus efficaces dans la lutte contre certaines maladies infectieuses.

Plus en détail

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis INTRODUCTION Plus de 300. 10 6 porteurs chroniques de VHB dans le monde Hépatite chronique

Plus en détail

Virus: Virus: Diversité génétique. Diversité génétique et variation antigénique. Virus: Conséquences épidémiologiques et thérapeutiques

Virus: Virus: Diversité génétique. Diversité génétique et variation antigénique. Virus: Conséquences épidémiologiques et thérapeutiques Virus: Diversité génétique et variation antigénique Conséquences épidémiologiques et thérapeutiques M. Segondy Virus: Diversité génétique Virus: Génome + Capside ± Enveloppe 1 Virus: Diversité génétique

Plus en détail

De quoi parlons nous?

De quoi parlons nous? De quoi parlons nous? 1 De quoi parlons nous? Grippe Pandémie Grippe Peste saisonnière grippale humaine H5N1 aviaire H1N1 H2N2 H3N2 H5N1 2 De quoi parlons nous? Grippe Pandémie Grippe Peste saisonnière

Plus en détail

Traitements de l hépatite B

Traitements de l hépatite B Traitements de l hépatite B S Matheron Service des maladies infectieuses et tropicales A Hôpital Bichat-Claude Bernard Virus de l hépatite B: histoire naturelle Contage Hépatite aigüe 70% asymptomatique

Plus en détail

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Introduction Les virus de la grippe sont des virus «instables». Les virus actuellement en circulation

Plus en détail

La Grippe en questions

La Grippe en questions 1 La Grippe en questions Qu est ce que la grippe? Que sont les virus grippaux? La grippe est une infection virale respiratoire aiguë contagieuse. Les virus grippaux se répartissent entre différents types

Plus en détail

HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES

HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition L herpès est une infection systémique qui se manifeste surtout par des lésions muco-cutanées causées par le virus herpès simplex des types 1 et 2. Ne sera abordé

Plus en détail

Traitement des hépatites virales B et C

Traitement des hépatites virales B et C Traitement des hépatites virales B et C GFMER Yaoundé 26 Novembre 2007 Dr José M Bengoa foie cirrhotique foie normal Vitesse de développement de la fibrose fibrose VHD VHB VHC années Indications au traitement

Plus en détail

L s a n a t n ivir i aux

L s a n a t n ivir i aux Les antiviraux pour beaucoup de virus : vaccins Antiviraux actifs que sur un petit nombre de virus (herpes, VIH, hépatites ) Stimulation majeure avec VIH Difficulté = le virus se réplique dans la cellule

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

félins peuvent-ils être vaccinés?

félins peuvent-ils être vaccinés? Fiche technique n 6 Contre quelles maladies nos félins peuvent-ils être vaccinés? Les valences vaccinales* destinées aux chats sont regroupées en deux catégories : les valences dites «essentielles» conseillées

Plus en détail

Brochure d information des patients

Brochure d information des patients Brochure d information des patients Grippe Plan de la rubrique: Introduction Diagnostic Prévention Clips audio Symptômes Traitement Réferences Causes Complication Liens utiles Introduction La grippe est

Plus en détail

vaccination? Qu est-ce qu un vaccin? Fiche technique n 8 2 ème édition Qu est-ce que la

vaccination? Qu est-ce qu un vaccin? Fiche technique n 8 2 ème édition Qu est-ce que la Fiche technique n 8 2 ème édition Qu est-ce que la vaccination? C est en 1796 qu Edward Jenner, médecin britannique, met au point la première «vaccination». Il s agissait d inoculer à un enfant un liquide

Plus en détail

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013 Hépatite B Le virus Structure et caractéristiques o o o Famille des Hepadnaviridae Genre orthohepadnavirus Enveloppé, capside icosaédrique, 42 nm 1 Le virus Structure et caractéristiques En microscopie

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Un regard sur la vaccination équine

Un regard sur la vaccination équine Un regard sur la vaccination équine Les chevaux doivent-ils vraiment être vaccinés? La réponse est OUI, sans la moindre hésitation! Aujourd hui encore, les vaccins représentent le moyen le plus efficace

Plus en détail

INACTIVATION PAR LE TRAITEMENT PHOTODYNAMIQUE DES AGENTS PATHOGENIQUES CONTENUS DANS LES PRODUITS SANGUINS CELLULAIRES

INACTIVATION PAR LE TRAITEMENT PHOTODYNAMIQUE DES AGENTS PATHOGENIQUES CONTENUS DANS LES PRODUITS SANGUINS CELLULAIRES RÉSUMÉ EN FRANÇAIS INACTIVATION PAR LE TRAITEMENT PHOTODYNAMIQUE DES AGENTS PATHOGENIQUES CONTENUS DANS LES PRODUITS SANGUINS CELLULAIRES INTRODUCTION : LES DONS SANGUINS ET LES AGENTS INFECTIEUX La production

Plus en détail

Plan. 2. les antirétroviraux 2.1. Les inhibiteurs de la transcriptase inverse du VIH 2.2. Les antiprotéases

Plan. 2. les antirétroviraux 2.1. Les inhibiteurs de la transcriptase inverse du VIH 2.2. Les antiprotéases Chapitre 17: LES ANTIVIRAUX Item 82 : Grippe. Argumenter l'attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient Item 83 : Hépatites virales. Anomalies biologiques hépatiques chez un sujet asymptomatique,

Plus en détail

Conférence-Débat. Mardi 28 mars 2006 de 15h15 à 17h30 LA GRIPPE AVIAIRE. des sciences. Discussion générale

Conférence-Débat. Mardi 28 mars 2006 de 15h15 à 17h30 LA GRIPPE AVIAIRE. des sciences. Discussion générale Conférence-Débat Mardi 28 mars 2006 de 15h15 à 17h30 LA GRIPPE AVIAIRE Académie des sciences 15h15 Introduction Jean-François Bach, Secrétaire perpétuel de l Académie des sciences 15h30 Actualités sur

Plus en détail

Généralités sur les virus Structure, Réplication, Évolution

Généralités sur les virus Structure, Réplication, Évolution Généralités sur les virus Structure, Réplication, Évolution Les virus sont des microorganismes de très petite taille, 20 à 300 nanomètres, 100 fois plus petit qu une bactérie, non visibles en microscopie

Plus en détail

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques?

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? Dr C. ZANDOTTI Laboratoire de Virologie du Pr D. Raoult CHU Timone, Marseille. Virus herpes simplex (HSV) Virus strictement humain,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 juillet 2005 1 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 767-8 3 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 768-4 12 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 769-0 6 flacon(s) en verre

Plus en détail

Hépatite C une maladie silencieuse..

Hépatite C une maladie silencieuse.. Hépatite C une maladie silencieuse.. F. Bally Centre de Maladies Infectieuses et Epidémiologie Institut Central des Hôpitaux Valaisans Histoire Années 70 Hépatite non-a-non-b = hépatite post-transfusionelle

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 juillet 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 juillet 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 04 juillet 2012 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 19/09/2007 (JO du 07/04/2009). VIRACEPT 50 mg/g, poudre orale Flacon

Plus en détail

Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires

Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires A) GENERALITES SUR LA NOUVELLE GRIPPE A (H1N1) v. Qu est-ce que la nouvelle grippe A (H1N1) v? La nouvelle grippe A(H1N1) est une infection

Plus en détail

Virus de l hépatite B

Virus de l hépatite B Virus de l hépatite B Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B Persistance de l antigène HBs 10% - 90% Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B faible ou absente Persistance

Plus en détail

VIRUS de la GRIPPE SOMMAIRE

VIRUS de la GRIPPE SOMMAIRE VIRUS de la GRIPPE SOMMAIRE 1 GENERALITES...2 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE... 2 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE... 2 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE... 2 1.4 MODE DE TRANSMISSION INTERHUMAINE

Plus en détail

Virologie vétérinaire

Virologie vétérinaire Virologie vétérinaire Chapitre 14 Perspectives en virologie Perspectives en virologie Diagnostic virologique de nouvelle génération Recherche des nouveaux virus : virus discovery Les virus comme agents

Plus en détail

La grippe aviaire: utopie ou réalité?

La grippe aviaire: utopie ou réalité? Le virus La grippe aviaire Épidémies et s La grippe aviaire: utopie ou réalité? «Adaptabilité» du virus grippal Orthomyxoviridae-ARN Le virus La grippe aviaire Épidémies et s Neuraminidase (N1-9) Hémagglutinine

Plus en détail

Quels bénéfices cliniques d une indétectabilité rapide? Pascale Leclercq CHU Grenoble

Quels bénéfices cliniques d une indétectabilité rapide? Pascale Leclercq CHU Grenoble Quels bénéfices cliniques d une indétectabilité rapide? Pascale Leclercq CHU Grenoble Quels liens entre puissance et rapidité d action? Est-ce un avantage d obtenir une décroissance virale rapide? Dans

Plus en détail

Herpès simplex et zoster pour le praticien

Herpès simplex et zoster pour le praticien Patient de 26 ans Herpès simplex et zoster pour le praticien Premier épisode de «bouton de fièvre» Consulte en pharmacie Pas d amélioration des symptômes après 5 jours malgré l application d une crème

Plus en détail

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 Objectifs de la présentation Décrire l évolution clinique et la prise en charge d

Plus en détail

Anémie de Blackfan-Diamond Actualités. AFMBD Réunion du 24 octobre 2009 Thierry LEBLANC thierry.leblanc@sls.aphp.fr

Anémie de Blackfan-Diamond Actualités. AFMBD Réunion du 24 octobre 2009 Thierry LEBLANC thierry.leblanc@sls.aphp.fr Anémie de Blackfan-Diamond Actualités AFMBD Réunion du 24 octobre 2009 Thierry LEBLANC thierry.leblanc@sls.aphp.fr Revue de la littérature Oct. 2008 Oct. 2009: 19 articles publiés Articles cliniques: Etude

Plus en détail

Le vaccin polysaccharidique à 23 valences (PPV23)

Le vaccin polysaccharidique à 23 valences (PPV23) Introduction Le pneumocoque est un agent majeur de pneumonie, septicémie, méningite, sinusite, otite moyenne et exacerbations aiguës d affections pulmonaires chroniques obstructives. Sur la base du typage

Plus en détail

Les méthodes de diagnostic en virologie

Les méthodes de diagnostic en virologie Les méthodes de diagnostic en virologie Pourquoi faire du diagnostic en virologie? Dons de sang, d organes et de tissus (dépistage obligatoire) Suivi biologique des infections (VIH, VHB, VHC) Mesures prophylactiques

Plus en détail

Traitements futurs. Traitements de la SP 2014-10-01. I. Prévention de la maladie II. Prévention des poussées III. Neuroprotection et remyélinisation

Traitements futurs. Traitements de la SP 2014-10-01. I. Prévention de la maladie II. Prévention des poussées III. Neuroprotection et remyélinisation Traitements futurs Dr François Grand Maison, neurologue et directeur, clinique Neuro Rive Sud Traitements de la SP I. Prévention de la maladie II. Prévention des poussées III. Neuroprotection et remyélinisation

Plus en détail

Le VIH et votre foie

Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Que dois-je savoir au sujet de mon foie? Votre foie joue un rôle incroyablement important. Il filtre votre sang en éliminant les substances nocives (toxiques)

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

Septembre 2006 Rapport sur un nouveau médicament breveté - Reyataz

Septembre 2006 Rapport sur un nouveau médicament breveté - Reyataz Septembre 2006 Rapport sur un nouveau médicament breveté - Reyataz Au titre de son initiative de transparence, le CEPMB publie les résultats des examens des prix des nouveaux médicaments brevetés effectués

Plus en détail

RÉSUMÉ. Mots-clés: méthodes de diagnostic, réaction de polymérisation en chaîne (PCR) optimisation, viroses des animaux de compagnie.

RÉSUMÉ. Mots-clés: méthodes de diagnostic, réaction de polymérisation en chaîne (PCR) optimisation, viroses des animaux de compagnie. RÉSUMÉ Mots-clés: méthodes de diagnostic, réaction de polymérisation en chaîne (PCR) optimisation, viroses des animaux de compagnie. 1. L'importance de la thèse Actuellement, la pathologie infectieuse/contagieuse

Plus en détail

Numéro EudraCT : 2012-000695-42. Promoteur : Bluebird bio, Inc. 840 Memorial Drive Cambridge, MA 02139 Etats-Unis

Numéro EudraCT : 2012-000695-42. Promoteur : Bluebird bio, Inc. 840 Memorial Drive Cambridge, MA 02139 Etats-Unis Fiche d'information destinée au public pour les essais cliniques portant sur des organismes génétiquement modifiés (OGM) (Article R.1125-5 du Code de la Santé Publique) Essai clinique : "Une étude ouverte

Plus en détail

Chimie des sucres: Synthèse de N-glucosides

Chimie des sucres: Synthèse de N-glucosides Chimie des sucres: Synthèse de N-glucosides par Michel Prévost et Benoit Cardinal-David Introduction Le but de ce programme de recherche est le développement de stratégies synthétiques permettant d'accéder

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 19 novembre 2014 RELENZA 5 mg/dose, poudre pour inhalation en récipient unidose 20 récipients unidoses avec système pour inhalation (DISKHALER) (CIP : 34009 351 974 8

Plus en détail

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie La diversité des étiologies et la variété des traitements utilisés en hépatologie rendent difficile la

Plus en détail

Lettre à l éditeur. Résistance du VIH aux Antirétroviraux : Quoi de neuf au Mali? Quelles. perspectives?

Lettre à l éditeur. Résistance du VIH aux Antirétroviraux : Quoi de neuf au Mali? Quelles. perspectives? Lettre à l éditeur Résistance du VIH aux Antirétroviraux : Quoi de neuf au Mali? Quelles perspectives? HIV Antiretroviral Drug Resistance: What s new in Mali? What is the future? Maiga AI 1,2, Sangare

Plus en détail

Virus de la grippe. Introduction. Le virus. Introduction. Virus très contagieux +++: contamination inter-humaine (gouttelettes) responsable

Virus de la grippe. Introduction. Le virus. Introduction. Virus très contagieux +++: contamination inter-humaine (gouttelettes) responsable Virus de la grippe Introduction Virus très contagieux +++: contamination inter-humaine (gouttelettes) 1- introduction 2- le virus 3- clinique 4- complications 5- traitement S. Nguyen 03/2005 responsable

Plus en détail

Importance de la brivudine dans le traitement antiviral du zona: Moyens actuels de combattre le virus et les complications du zona

Importance de la brivudine dans le traitement antiviral du zona: Moyens actuels de combattre le virus et les complications du zona 17.10.2003 Prof. Dr. med. Sawko Wassilew Deutschland Importance de la brivudine dans le traitement antiviral du zona: Moyens actuels de combattre le virus et les complications du zona Keywords: Herpes

Plus en détail

L Herpesvirose canine

L Herpesvirose canine L Herpesvirose canine par Alain FONTBONNE Dr Vétérinaire, PhD, Diplo. ECAR Chef du service de Reproduction Animale à l Ecole Nationale Vétérinaire d Alfort L herpesvirose canine (CVH pour Canine Herpes

Plus en détail

Pandémie de grippe : mesures spécifiques. Formation 2007 Cours à l intention du personnel des établissements médico-sociaux

Pandémie de grippe : mesures spécifiques. Formation 2007 Cours à l intention du personnel des établissements médico-sociaux Pandémie de grippe : mesures spécifiques Formation 2007 Cours à l intention du personnel des établissements médico-sociaux La grippe (ou influenza) Infection des voies respiratoires déclenchée par les

Plus en détail

SYNDROME D HYPER-IgM

SYNDROME D HYPER-IgM SYNDROME D HYPER-IgM Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible : AGAMMAGLOBULINÉMIE

Plus en détail

Co-infection HVB HVC CO-infection VIH HVB et HVC

Co-infection HVB HVC CO-infection VIH HVB et HVC Co-infection HVB HVC CO-infection VIH HVB et HVC Abdelfattah CHAKIB Faculté de médecine et de pharmacie de Casablanca Service des maladies infectieuses, CHU Ibn Rochd 06 61 42 91 64 afchakib@gmail.com

Plus en détail

L E U C O S E F E L I N E ( FeLV ) Feline Leukemia Virus

L E U C O S E F E L I N E ( FeLV ) Feline Leukemia Virus => Catégorie : Maladies virales L E U C O S E F E L I N E ( FeLV ) Feline Leukemia Virus La leucose féline est une maladie virale qui n'atteint que les chats, et qui est la pricipale cause de mortalité

Plus en détail

Situation, prise en charge

Situation, prise en charge Grippe pandémique A(H1N1) Situation, prise en charge DAUMAS Aurélie HIA LAVERAN COURS IFSI Des grippes pandémiques Groupe A Secondaires à une cassure (rôle animal) Absence d immunité collective Létalité

Plus en détail

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE)

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Cycle de réplication virale du VIH Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Pourquoi est-ce important de comprendre le

Plus en détail

La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann

La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann Borréliose de Lyme Borrelia burgdorferi stricto sensu, B. afzelii, B. garinii, B. spielmanii, B. valaisiana Eléments de physiopathologie inoculation

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER LOUIS CONSTANT FLEMING. Projet :

CENTRE HOSPITALIER LOUIS CONSTANT FLEMING. Projet : CENTRE HOSPITALIER LOUIS CONSTANT FLEMING Projet : Mise en place d une unité de virologie à dominante VIH au Centre Hospitalier de Saint Martin dans le but de mettre en œuvre des actions bilatérales de

Plus en détail

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LA GRIPPE A/H1N1

INFORMATIONS SUR LA GRIPPE A/H1N1 INFORMATIONS SUR LA GRIPPE A/H1N1 Par Jean-François Delfraissy, directeur de l institut thématique multiorganismes Microbiologie et maladies infectieuses 1. Introduction La grippe est une infection virale

Plus en détail

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Objectifs thérapeutiques Inhibition de la réplication virale Négativation

Plus en détail

PROTOCOLE DE SIGNALEMENT ET D INVESTIGATION DES CLUSTERS DE GRIPPE A (H1N1) 2009

PROTOCOLE DE SIGNALEMENT ET D INVESTIGATION DES CLUSTERS DE GRIPPE A (H1N1) 2009 PROTOCOLE DE SIGNALEMENT ET D INVESTIGATION DES CLUSTERS DE GRIPPE A (H1N1) 2009 VERSION DU 23 JUILLET 2009 1 Sommaire 1. INTRODUCTION... 3 2. OBJECTIFS... 4 3. METHODE... 5 3.1. DEFINITIONS DE CAS GROUPES...

Plus en détail

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Jean Ruelle, PhD AIDS Reference Laboratory, UCLouvain, Bruxelles Corata 2011, Namur, 10 juin 2011 Laboratoires de référence SIDA (Belgique)

Plus en détail

généralités Infections à Herpès virus généralités généralités généralités Virus:

généralités Infections à Herpès virus généralités généralités généralités Virus: généralités Infections à Herpès virus Virus: S. Nguyen 03/2005 multiplication intracellulaire taille: nanomètre pls composants: -acide nucléique (ADN, ARN) -capside -enveloppe ou non généralités herpès

Plus en détail

Item 20 : Prévention des risques fœtaux : infection, médicaments, toxiques, irradiation

Item 20 : Prévention des risques fœtaux : infection, médicaments, toxiques, irradiation Item 20 : Prévention des risques fœtaux : infection, médicaments, toxiques, irradiation Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Toxoplasmose (Chap. 124, Chap. 108,

Plus en détail

Les vaccins contre le H1N1 et la grippe saisonnière

Les vaccins contre le H1N1 et la grippe saisonnière Les vaccins contre le H1N1 et la grippe saisonnière Ce que vous devez savoir sur les vaccins antigrippaux offerts cette année L influenza, qu on appelle communément la grippe, est une infection respiratoire

Plus en détail

Médicaments à usage vétérinaire en Belgique Statistiques descriptives. Généralités

Médicaments à usage vétérinaire en Belgique Statistiques descriptives. Généralités Folia veterinaria Médicaments à usage vétérinaire en Belgique Statistiques descriptives Généralités Vous trouverez dans ce qui suit les statistiques descriptives relatives aux médicaments à usage vétérinaire

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 16 avril 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 16 avril 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 16 avril 2008 TAMIFLU 12 mg/ml, poudre pour suspension buvable 1 flacon de 30 g (CIP: 359 963-5) TAMIFLU 75 mg, gélule Boite de 10 gélules (CIP: 359 962-9) TAMIFLU 30

Plus en détail

Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH

Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH Lionel PIROTH CHU Dijon, Université de Bourgogne Tours juin 2012 Un problème? VIH-VHB Piroth L et al, J Hepatol,

Plus en détail

infovihtal #6 hiver 2001

infovihtal #6 hiver 2001 infovihtal #6 Primo-infection Primo-infection Le stade qui suit l infection par le VIH est connu sous le nom de primo-infection ou phase aiguë de l infection à VIH. Quand le VIH entre dans l organisme

Plus en détail

ANTIVIRAUX ET NÉVRALGIE POST- HERPÉTIQUE: EN ZONA GRISE VIVIANE PHAN R1 UMF CITÉ DE LA SANTÉ SUPERVISEURE DRE NICOLE AUDET

ANTIVIRAUX ET NÉVRALGIE POST- HERPÉTIQUE: EN ZONA GRISE VIVIANE PHAN R1 UMF CITÉ DE LA SANTÉ SUPERVISEURE DRE NICOLE AUDET ANTIVIRAUX ET NÉVRALGIE POST- HERPÉTIQUE: EN ZONA GRISE VIVIANE PHAN R1 UMF CITÉ DE LA SANTÉ SUPERVISEURE DRE NICOLE AUDET La névralgie post-herpétique Un problème assez fréquent Incidence de 4 à 11,8

Plus en détail

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris 8 Avant l introduction des traitements antirétroviraux hautement actifs (HAART), la majorité des patients

Plus en détail

VERS UN VACCIN CONTRE LE CYTOMÉGALOVIRUS LE POINT EN 2010. S. Alain

VERS UN VACCIN CONTRE LE CYTOMÉGALOVIRUS LE POINT EN 2010. S. Alain VERS UN VACCIN CONTRE LE CYTOMÉGALOVIRUS LE POINT EN 2010 S. Alain Le Cytomégalovirus (CMV) Famille des Herpesviridae Persiste sous forme latente après la primoinfection Spécificité d hôte étroite : HCMV

Plus en détail

Traitement et questions connexes

Traitement et questions connexes Traitement et questions connexes L essentiel du congrès sur le sida AIDS 2012 (et des ateliers du congrès 14 th International Workshops on Comorbidities and Adverse Drug Reactions in HIV, juillet 2012)

Plus en détail

Comment mesurer la résistance aux antiviraux???

Comment mesurer la résistance aux antiviraux??? Comment mesurer la résistance aux antiviraux??? Dr Marie-Laure Chaix Laboratoire de Virologie Hôpital Necker DIU de physiopathologie et thérapeutique des maladies infectieuses et tropicales (Module 1)

Plus en détail

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille N de Table : ISO2 PATHOLOGIES INFECTIEUSES & NOTIONS D INFECTIOLOGIE 1 ère Session M. MABON 18/06/2013 (Durée : 2h) Partie 1 : QCM (10 questions) sur 20 points Chaque question peut avoir une à 5 réponses

Plus en détail

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable.

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable. SAISON 2011/2012 Quels virus en 2011/2012 Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) Virus A (H3N2) Virus B Virus A (H1N1) est stable. Les 3 types de virus de la grippe Virus grippal Type A Type B Type C Espèces

Plus en détail

Vaccination dans la gestion du risque infectieux en EHPAD

Vaccination dans la gestion du risque infectieux en EHPAD Vaccination dans la gestion du risque infectieux en EHPAD Journée EHPAD 14 février 2013 Dr Elise Seringe ARLIN Ile de France EHPAD Une population exposée Environnement ouvert vers la communauté Risque

Plus en détail

Maladies infectieuses résurgentes et émergentes

Maladies infectieuses résurgentes et émergentes Maladies infectieuses résurgentes et émergentes Docteur Sylvie Renard-Dubois Bureau des maladies infectieuses et de la politique vaccinale Direction générale de la santé 21 janvier 2005 Causes et mécanismes

Plus en détail

Chapitre 10 L isolement et la manipulation de gènes. Injection d ADN étranger dans une cellule animale

Chapitre 10 L isolement et la manipulation de gènes. Injection d ADN étranger dans une cellule animale Chapitre 10 L isolement et la manipulation de gènes Injection d ADN étranger dans une cellule animale Comment amplifier un gène d intérêt? Amplification in vivo à l aide du clonage d ADN L ensemble formé

Plus en détail

31 mars 2011. VIH & Immunité. Rappel des mécanismes d action des immunosuppresseurs. sur l immunité : l exemple des vaccins

31 mars 2011. VIH & Immunité. Rappel des mécanismes d action des immunosuppresseurs. sur l immunité : l exemple des vaccins Formation Continue 2011 31 mars 2011 Maladies infectieuses - Immunologie & Allergie VIH & Immunité Traitements immunosuppresseurs: bilan initial, suivi et risques infectieux Pierre-Alexandre Bart Objectifs

Plus en détail

Le plus important concernant les voyages

Le plus important concernant les voyages Le plus important concernant les voyages Liens d intérêt : voyages /congrès offerts par l industrie Le voyageur : une vraie sentinelle épidémiologique Parashar D., Cherian S. Antiviral perspectives for

Plus en détail

Avis 6 novembre 2013

Avis 6 novembre 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 6 novembre 2013 VIREAD 245 mg, comprimés pelliculés Boîte de 1 flacon de 30 comprimés (CIP : 34009 358 500 1 0) VIREAD 33 mg/g, granulés pour administration orale Boîte

Plus en détail

LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT

LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT PAS SEULEMENT LES PATIENTS Monica Attinger Unité HPCI VD SSSH -16 mars 2013 /CHUV Rappel Infection : envahissement de l organisme par des germes capables de provoquer une maladie

Plus en détail

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier Journal de L ANDAR (Association Nationale de Défense contre l Arthrite Rhumatoîde) octobre2008 Le Mabthéra dans la polyarthrite rhumatoïde Pr Bernard Combe Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de

Plus en détail

La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 Présentation à la direction 2011-2012

La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 Présentation à la direction 2011-2012 La grippe, ça dévaste! Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière 2011-2012 1 Qu est-ce que la grippe? Infection virale aiguë des voies respiratoires Se propage facilement d un personne à l autre

Plus en détail

Le Valais et la grippe aviaire : état de la préparation au 20.10.05

Le Valais et la grippe aviaire : état de la préparation au 20.10.05 D é p a r t e m e n t d e l a s a n t é, d e s a f f a i r e s s o c i a l e s e t d e l é n e r g i e Le Valais et la grippe aviaire : état de la préparation au 20.10.05 1 Plan 1) Bases légales 2) Données

Plus en détail

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis?

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Nathalie QUILES TSIMARATOS Service de Dermatologie Hôpital Saint Joseph Marseille Ce que nous savons Le psoriasis Affection dermatologique très fréquente,

Plus en détail

Qu est-ce qu un vaccin?

Qu est-ce qu un vaccin? Fiche technique n 8 Qu est-ce que la vaccination? Un vaccin est un médicament particulier, destiné à «éduquer» le système immunitaire* à se défendre contre un agent pathogène* bien déterminé. Il a pour

Plus en détail

+ Questions et réponses

+ Questions et réponses HÉPATITE B L hépatite B c est quoi? L hépatite B est un type de maladie du foie causée par le virus de l hépatite B, une des formes les plus courantes de l hépatite virale (les autres sont le virus de

Plus en détail

1 / Qu est ce que l Influenza Aviaire?

1 / Qu est ce que l Influenza Aviaire? Information 1/8 Le 24 octobre 2005 GRIPPE AVIAIRE (ou INFLUENZA AVIAIRE) à H5N1 Questions Réponses Ce document «Questions/Réponses» sur la grippe aviaire a été élaboré dans un but d information et pour

Plus en détail

Surveillance de la grippe en France : données des 3 saisons de 2001 à 2004

Surveillance de la grippe en France : données des 3 saisons de 2001 à 2004 Surveillance de la grippe en France : données des 3 saisons de 2001 à 2004 Sources : données des CNR, du réseau RENAL, du réseau Grog, du réseau SMOG et du réseau européen EISS Synthèse réalisée par Bruno

Plus en détail

L investigation chez la personne infectée par le VIH

L investigation chez la personne infectée par le VIH P O U R Q U O I P A R L E R D U V I H E N 2 0 0 4? 2 L investigation chez la personne infectée par le VIH quand et comment utiliser les différents tests de laboratoire? par Harold Dion Paul, un homme de

Plus en détail

Mieux comprendre l étude sur l animal

Mieux comprendre l étude sur l animal Mieux comprendre l étude sur l animal Groupe Interprofessionnel de Réflexion et de Communication sur la Recherche www.gircor.org CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE Comprendre, prévenir, soigner

Plus en détail

Les virus de la grippe

Les virus de la grippe Données actuelles sur les Virus de la Grippe Classique et Aviaire Laurent Andréoletti (MCU-PH) Laboratoire de Virologie Médicale, EA-3798 CHU et Faculté de Médecine de Reims Les virus de la grippe Famille

Plus en détail

Article : la maladie aléoutienne chez le furet

Article : la maladie aléoutienne chez le furet Article : la maladie aléoutienne chez le furet Définition : La maladie aléoutienne ou ADV est due à un parvovirus qui affecte le vison, le furet, la mouffette, le raton laveur et probablement d autres

Plus en détail

Les manifestations la grippe

Les manifestations la grippe Les manifestations la grippe Les manifestations de la grippe sont assez caractéristiques: Un début souvent brutal Le début de la grippe est le plus souvent brutal, apparaissent ainsi: Courbatures, Douleurs

Plus en détail

Rencontres fièvre catarrhale ovine

Rencontres fièvre catarrhale ovine 3 déc. 2008 Intervenants : Gilles Aumont, INRA Renaud Lancelot, CIRAD Bruno Mathieu, EID-Méditerranée Claude Saegerman, Université de Liège Henri Seegers, École Nationale Vétérinaire de Nantes Stephan

Plus en détail

Grippe saisonnière. tout ce qu il faut savoir. La grippe saisonnière (Influenza) Virus Influenza - I

Grippe saisonnière. tout ce qu il faut savoir. La grippe saisonnière (Influenza) Virus Influenza - I Grippe saisonnière tout ce qu il faut savoir Monica Attinger - infirmière HPCI Forum HH /CHUV - 4 septembre 2007 La grippe saisonnière (Influenza) Infection virale du système respiratoire causée par les

Plus en détail

La maladie de carré chez le chien. Maladie de carré (chiens, furets ) : sources et espèces cibles. 1.1 Espèces cibles de la maladie de carré

La maladie de carré chez le chien. Maladie de carré (chiens, furets ) : sources et espèces cibles. 1.1 Espèces cibles de la maladie de carré La maladie de carré chez le chien 1 Maladie de carré (chiens, furets ) : sources et espèces cibles 11 Espèces cibles de la maladie de carré 12 Maladie de carré chez le chat 13 Maladie de carré chez l homme

Plus en détail

Indications «hygiène des mains»

Indications «hygiène des mains» XVIIIe Congrès national de la Société Française d Hygiène Hospitalière Strasbourg 7 et 8 juin 2007 Indications «hygiène des mains» Infections VIRALES et GALE Dr. J. Foeglé Dr ML GOETZ Service d hygiène

Plus en détail