LA GESTION ACTIF-PASSIF DANS UNE COMPAGNE D ASSURANCES. Mr HOCINE BELHIMER CADRE D ETUDES CAAT ASSURANCES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA GESTION ACTIF-PASSIF DANS UNE COMPAGNE D ASSURANCES. Mr HOCINE BELHIMER CADRE D ETUDES CAAT ASSURANCES"

Transcription

1 LA GESTION ACTIF-PASSIF DANS UNE COMPAGNE D ASSURANCES Mr HOCINE BELHIMER CADRE D ETUDES CAAT ASSURANCES

2 Introduction Générale L'assurance est une activité financière spécifique, ce qui rend la politique de gestion des actifs d une compagnie d assurance différente de celle d une société ordinaire. En effet, en plus des considérations de rentabilité et de sécurité des actifs, un gestionnaire des actifs d une compagnie d assurance doit prendre en considération aussi à la solvabilité de cette dernière. Ce qui nécessite la coordination des décisions de production qui se matérialisent par l augmentation des engagements de l assureur inscrites au passif de son bilan, et les décisions de placement impacte l actif de bilan. L absence d une gestion actif/passif aussi bien au sens de l analyse que de l action est pour beaucoup dans les difficultés rencontres par les sociétés d assurance et les fonds de pension depuis la fin des années 1980 dans différents pays : couverture d engagements certains par des espoirs de plus-values, prolongation de la tendance passée, absence d examen de scénarios d évolution des actifs et des passifs etc. Cette gestion dynamique de l actif et du passif de la compagnie par des techniques A.L.M (pour l anglais Asset And Liability Management) permet de maximiser les rendements financiers générés par les provisions techniques, et de diminuer d autant les primes. Très succinctement, les techniques A.L.M tendent à faire correspondre les maturités de l actif et du passif. La stratégie consiste tant à conserver liquide la totalité des primes encaissées étant loin d être optimale, il s agit donc de sélectionner des placements dont les échéances permettront de faire face aux obligations futurs. La présente étude vise à définir la gestion Actif-Passif comme méthodologie de gestion d une compagnie d assurances au sein de laquelle s insère la gestion des actifs ou plus précisément l allocation d actif de l assureur, En d'autres termes, nous posons les questions suivantes : - Qu elle est la particularité de l analyse financière appliquée aux entreprises d assurances? ; - Qu est ce qu on entend par la gestion Actif-Passif d une compagnie d assurance? Est il opportun, nécessaire ou indispensable pour une entreprise d appliquer une politique de gestion Actif-Passif? - Quels sont les risques auxquels elle permet de faire face? - Quels sont les apports de la gestion Actif- Passif? Ses 2

3 méthodes? Et ses résultats? - Est-ce que le respect des engagements réglementaires et des règles prudentielles induit une bonne gestion Actif-Passif? - Comment peut on évalué une entreprise d assurance? - Quels sont les répercutions de ces nouvelles exigences sur la gestion des actifs de l entreprise d assurance? Pour se faire on a distribué notre intervention au tour de trois parties : Partie I : Particularité de l analyse financière appliquée aux entreprises d assurance. Partie II :La gestion actif-passif d une compagnie d assurance. Partie III : Cas pratique de la gestion passif-actif dans une compagnie d assurance. 3

4 PARTIE I : Particularité de l analyse financière appliquée aux entreprises d assurance L'assurance est une activité financière spécifique, caractérisée par : I.L inversion du cycle de production : Lorsqu une entreprise souhaite commercialiser un nouveau produit ou service, elle fixe son prix de vente en regard à son prix de revient. La seule inconnue reste alors le chiffre d affaires, à savoir le nombre de biens ou services qui vont être vendus. II.La transformation négative : L assureur finance, quant à lui, ses emplois longs et courts à moyen et long terme. D où, le phénomène de transformation négative émane essentiellement de la particularité du passif du bilan assurantiel et des risques qui en découlent. III.La tarification et ses implications : l assureur doit inciter, à travers son circuit de distribution, de bien vérifier les risques à assurer pour lui permettre de bien tarifier les prestations en cas de survenance de risques ; Les informations collectées doivent être réellement liées au risque tarifié, afin de disposer d un bon indicateur du risque encouru. IV.L asymétrie d information, (l aléa moral et la sélection adverse) : Représentant l une des difficultés majeures dans la relation entre l assureur et l assuré, l asymétrie d information résulte des deux cas suivants à savoir : - L aléa moral ou hasard moral qui lié au fait que l assureur ignore ce que sera l attitude de l assuré face au risque, ce dernier est susceptible de modifier son comportement vis-à-vis du risque une fois assuré ; - La sélection adverse ou l anti sélection qui résulte du fait que l assuré possède une meilleure information que l assureur sur le risque que ce dernier doit couvrir. V. Localisation des risques techniques sur les passifs : Cette inversion du cycle de production conduit les sociétés d assurance à disposer des ressources permanentes abondantes 4

5 (provisions techniques) qui leurs permettent d effectuer des provisions. Ces dites provisions sont destinées à couvrir les sinistres dont le caractère est aléatoire, ce qui peut provoquer des pertes sévères d où le risque technique du passif. VI. Mécanisme économique de la réassurance : La couverture de réassureur procure à l assureur direct une sécurité qui lui permet de s engager plus résolument dans la souscription de grand nombre de contrats de même au niveau financier certains réassureurs affirmes que la réassurance constitue pour l assureur une source de financement à bon marché. VII. Structure du bilan d une compagnie d assurance : Tableau N 1 : Structure du bilan d une compagnie d assurance ACTIF Valeurs immobilisée : - Terrains, immeubles valeurs mobilières Et prêts admis en présentation des provisions techniques, Titres de participations, dépôt et cautionnement, Valeurs remises par les réassureurs. Part de réassureur dans les provisions techniques - Valeurs réalisable et disponible Co-et réassurance, agents techniques. - Titre de placement, banque et caisse PASSIF Capitaux et réserves 9% Dettes à long terme 9% Provisions Et assurés, autre débiteur 74% - Provision de primes - Provision de sinistres Dette à court teme 8% D après le bilan mentionné ci-dessus, on retient les principaux éléments à savoir : 5

6 1. Capitaux permanents. Ils comprennent le capital social pour les sociétés anonymes ou les fonds d établissement pour les mutuelles d assurances, les réserves réglementaires et les réserves pour fluctuation de taux de change et capitalisation. Cependant les capitaux propres ne constituent dans l ensemble que de 8 à 9% du total du passif du bilan. 2. Dettes à court terme. Elles couvrent les opérations les plus courantes avec les services de distributions (agents et courtiers). 3. Les provisions techniques. Elles sont dites techniques parce que leur constitution répond à la nécessité pour l assureur de faire face à tout moment à ses engagements et que leur évaluation tient compte des règles techniques. Elles constituent les comptes de l épargne qu a dû accumuler une entreprise d assurances à la date de l inventaire pour qu elle puisse faire face à l avenir à ses engagements envers les assurés et bénéficiaires de contrat, elles représentent de 70 à 80% du total du passif. De cette définition il ressort que Les provisions sont des corrections comptables apportés à l inventaire et destinées à constater : - Une moins-value sur un élément d actif : provision pour dépréciation ; - Une perte ou une charge prévisible : provision pour risque et charges ; - Une dette certaine, estimée ou évaluée à l égard de tiers : provisions techniques d assurance. Notant que seul l actif représentant les provisions techniques est réglementé. Lorsqu elle a satisfait à ces conditions réglementaires, l entreprise compagnies d assurances peut placer librement les fonds restant disponibles. La représentation de ces dites provisions technique diffère selon la législation, en effet, chaque pays prévoie une liste d actifs admis en représentation des engagements techniques selon ses propres considérations et impératifs économiques et légaux. 6

7 VIII. La marge de solvabilité contexte et principes. Par définition, une compagnie d assurances se doit d être solvable, c est-à-dire suffisamment solide financièrement pour respecter les engagements qu elle a envers ses assurés et ses autres créanciers. Plus précisément, la solvabilité peut être définie à partir de deux angles de vue : la possibilité qu à une entreprise de respecter ses obligations financières en termes de paiement de prestations, d intérêts et d amortissements des dettes ; le fait de disposer d un tampon financier suffisant pour couvrir les risques, frais et pertes imprévus sans mettre en péril la pérennité de l entreprise. Les pouvoirs publics ont édicté un ensemble de dispositions comptables et de règles de gestion prudentielles qui visent à assurer la solvabilité des compagnies d assurances. Il existe donc des règles concernant la constitution de provisions et de réserves qui sont complétées par une exigence portant sur le niveau des fonds propres. 1. Critique de la marge de solvabilité actuelle. Les critiques formulées à l encontre de la marge de solvabilité actuelle sont quantitatives mais également qualitatives : a. Critiques quantitatives : - Si prend comme seule et unique référence le passé et fait donc l hypothèse que le passe est un bon guide pour estimer le futur sans ajustement. La vision est uniquement rétrospective ; - Si n opère pas de distinction entre les risques, qu elle que soit leur volatilité à l intérieur d une même branche (seul le montant souscrit impacte le calcul) ; si n opère pas de distinction entre assureurs et réassureurs ; - Si ne porte que sur le montant espère des provisions techniques ; - Si ne pénalise pas les entreprises qui sous-provisionnent ou qui sous-tarifient les risques, mais pénalise les entreprises qui surprovisionnent. 7

8 b. Critiques qualitatives : - Aucune surveillance n est exercée sur le contrôle interne (pistes d audit, méthodes de gestion..). l aspect qualitatif est complètement négligé ; si ne satisfait pas aux exigences internationales et notamment aux normes USGAAP et IAS-IFRS ; - Si est moins complet que d autres systèmes de surveillance de solvabilité internationaux, ce qui pousse les pays de l union européenne à développer leur propre modèle et remet en cause l harmonisation des normes. 2. Les réformes : On assiste depuis le début du siècle en cours à plusieurs projets de réformes qui ont touché toute l activité financière, ces travaux visent à renforcer la solvabilité et la stabilité des institutions financières tout en les dotant des moyens leurs permettant d améliorer leurs rentabilités. L activité d assurances a aussi été touchée par cette vague de réformes. En effet, on assiste à des évolutions aussi bien dans les règles réglementaires, comptable (effort de normalisation), prudentielle, que dans les techniques de gestion et de pilotage utilisées. a. Evolutions réglementaires récentes. En 1999, de nouvelles exigences réglementaires en matière de gestion Actif-Passif sont apparues en France, leur objectif est double : - Déclencher une réflexion en matière de gestion Actif-Passif là où elle n existe pas encore ; - Formaliser l évolution des risques financiers auxquels sont exposées les sociétés d assurances. C est ainsi que sont apparus le rapport de solvabilité et l état trimestriel T3. b. Le rapport de solvabilité. Depuis la loi n du 2 juillet 1998, les entreprises d assurances françaises doivent établir un rapport de solvabilité. Ce document de synthèse, établi à la clôture de chaque exercice et adopté par le conseil d administration ou le directoire de l entreprise, présente les politiques suivies et les résultats obtenus en matière de provisionnement, de gestion financière et d équilibre Actif-Passif. Il doit ainsi permettre d identifier 8

9 les facteurs de vulnérabilité et leur incidence à moyen ou long terme sur la solvabilité de l entreprise d assurance. - Contenu réglementaire du rapport de solvabilité. Le rapport de solvabilité contient obligatoirement une analyse des conditions dans lesquelles l entreprise est en mesure, à moyen et long terme, de faire face à l ensemble de ces engagements, il doit aborder les thèmes suivants : Expose les conditions dans lesquelles l entreprise garantit les engagements qu elle prend à l égard des assurés, par la constitution des provisions techniques suffisantes dont les modalités de ce calcul et les hypothèses retenues sont explicitées et justifiées ; Rappel les orientations définies en matière de placements ; Présente et analyse les résultats obtenus ; Indique si la marge de solvabilité est constituée conformément à la réglementation en vigueur. - Recommandations des organisations professionnelles. Ces recommandations peuvent être regroupées selon 4 thèmes : Les provisions techniques : il s agit d expliquer les modalités de calcul et de justifier que ces provisions sont suffisantes pour couvrir l intégralité des engagements futurs ; La gestion financière : il s agit de rappeler les procédures de contrôle, les orientations définies en matière de placements (objectif de performances, contraintes en matière de volatilité et de sensibilité, limites en termes de dispersion, sélection de benchmarks, qualité des actifs), les résultats obtenus (contribution du résultat financier au résultat comptable, situation et évolution des plus values potentielles, méthodes de calcul des performances) et d analyser les résultats des placements (comparaison des performances aux objectifs, méthodes d attribution des performances, comparaison des niveaux des risques) ; La marge de solvabilité : il s agit de présenter un commentaire de l état réglementaire (état C6) qui détaille le calcul de la marge et du niveau minimum réglementaire, de montrer 9

10 l évolution de la couverture de la marge de solvabilité et de présenter la politique de l entreprise en matière de gestion du niveau de la marge de solvabilité ; Les perspectives : il s agit de construire des scénarii qui pourraient remettre en cause la solvabilité de l entreprise. Ces simulations devraient intégrer les risques de taux, de marché, de liquidité, de rachat, de mortalité, etc. les méthodes de gestion financières (outils de contrôle de la volatilité, de couverture, justification de l allocation stratégique d actifs, etc.) doivent faire l objet d une description. En plus, les politiques de participation aux bénéfices et de réassurance doivent être indiquées. Enfin, une prévision du chiffre d affaires, des résultats technique et financier doivent également être incluses dans le rapport de solvabilité. c. L état T3. L état T3 est un document réglementaire que toutes les entreprises d assurances en France doivent renseigner à la fin de chaque trimestre et transmettre à la commission de contrôle des assurances. Dans cet état sont indiqués les effets d une évolution des taux d intérêts, des cours d actions et des valeurs des actifs immobiliers sur la valeur de marché des placements mais également sur la valeur des engagements de l assureur inscrits au passif de son bilan. - Les insuffisances. En ne reprenant pas l exhaustivité des actifs admis en représentation des provisions techniques ni l ensemble de ces provisions techniques, la présentation de l état T3 ne permet pas de conclusion directe ; L état T3 permet aujourd hui un grand nombre d interprétations, ce qui a deux conséquences : l hétérogénéité des informations entre les sociétés (et même au sein d une même société ayant plusieurs systèmes de gestion) ; la recherche systématique par les entreprises des conditions de simulations qui leur paraissent les plus favorables ; certaines compagnies ont mis en place depuis plusieurs années des outils de gestion Actif-Passif plus ou moins évolués. Ces 10

11 outils permettent le plus souvent des analyses beaucoup plus précises que ce qui peut être retiré de l état T3. certaines sociétés pourraient donc se trouver dans la situation paradoxale de disposer d outils parfaitement adaptés à leur besoin de contrôle et de maîtrise de leurs risques à moyen et long terme et de ne pouvoir remplir correctement l état T3 ; Tels que sont construits et présentés les tableaux de l état T3, il semble que les effets de la réassurance n aient pas été prévus. Cela concerne tout d abord les engagements qui peuvent être évalués bruts ou nets de réassurance ; Non-prise en compte des lois de rachat : Dans le cadre d une gestion Actif-Passif des flux d actifs et de passif, il faut au contraire être le plus proche possible de la réalité et donc prendre en compte des rachats futurs(même si la projection du comportement des assurés est parfois difficile). d. Le Projet Solvabilité II. La réforme du système européen de solvabilité des entreprises d assurance est entrée dans sa phase active. Comme «Bâle II» pour le secteur bancaire, la directive «Solvabilité II» nécessite une préparation bien en amont et doit faire l objet de toute l attention des entreprises d assurance. La Commission européenne a proposé, un projet de directive-cadre «Solvabilité II» qui a pour but de mettre à jour le système européen de solvabilité des entreprises d'assurance. Cette directive devrait radicalement modifier la gestion des risques pour les assureurs européens. - Objectifs de Solvabilité II. Les Consommateurs : L objectif de Solvabilité II est avant tout de permettre une meilleure absorption des risques auxquels sont confrontés les différents acteurs de la société. Le niveau des exigences en capital demandé aux assureurs risque, s'il est trop élevé, de réduire l'offre pour les consommateurs, d'augmenter les tarifs des assurances ou encore d'exclure certains consommateurs. La réforme vise donc, entre autres, à intégrer davantage le marché européen de l assurance, afin de permettre à chaque compagnie 11

12 d assurance européenne de tirer les avantages du marché unique et d abaisser les coûts de couverture. Les Entreprises : L'autre objectif de cette réforme est également d améliorer la compétitivité des grandes sociétés d assurance par rapport à leurs concurrentes américaines et asiatiques. Un sondage réalisé par le CEA auprès de 442 entreprises indique que 60% d entre elles considèrent que la réforme augmentera les possibilités de créer des couvertures paneuropéennes. De plus, 65% d entre elles s attendent à ce que le texte permette plus d innovation. Cependant, pour les plus petites entreprises, le modèle proposé pour calculer le capital nécessaire à l absorption des risques peut s avérer trop sophistiqué. Le projet de directive prévoit donc une approche standard. La mise en œuvre de ces mesures demande du temps. Il ne s'agit pas seulement d'un calcul mais aussi, d'une refonte du mode d'organisation de l'entreprise. Celle-ci doit placer la gestion du risque au centre de ses préoccupations, quelque soit le résultat du calcul en lui-même. En principe, «Solvabilité II» comprend un éventail d'éléments bien plus large que «Solvabilité I», mais également des approches plus complexes en matière de solvabilité. De plus, «Solvabilité II» soulève de véritables problèmes théoriques et pratiques dont l ampleur englobe et dépasse les difficultés identifiées dans le cadre de l élaboration des normes IFRS, Notamment en ce qui concerne l évaluation des engagements techniques des entreprises d assurance. Cette réforme devrait encourager et même inciter les entreprises d'assurance à identifier, mesurer et gérer leurs risques (assurance, crédit, marché, liquidité, opérationnelle) et assurer ainsi une allocation optimale des capitaux propres. 12

13 PARTIE II : La gestion Actif-Passif d une compagnie d assurance Les assureurs sont exposés à des risques inhérents aux actifs qu ils détiennent, à leurs engagements et aux corrélations entre les deux. La gestion Actif-Passif constitue un cadre permettant d évaluer et de maîtriser ces risques de manière systématique et efficace. I. Définition : La gestion Actif-Passif désigne un mode de gestion visant à coordonner les décisions relatives à l actif et au passif, il s agit donc d un processus continu, impliquant la formulation, la mise en œuvre, le contrôle et la révision de stratégies se rapportant à l actif et au passif dans le but d atteindre les objectifs financiers, compte tenu d une certaine tolérance au risque et de certains contraintes. II. Objectifs : Les objectifs de la gestion Actif-Passif d une compagnie d assurance sont les suivants : - Agir sur la composition du bilan : Le fait générateur d un contrat d assurance et l émission d une cotisation. Corrélativement il ya naissance d un engagement envers l assuré inscrit au passif, qu il s agit de couvrir par des actifs appropriés. En conséquence, pratiquer une gestion Actif-Passif, c est déterminer l allocation optimale des actifs pour un passif donné. Cette approche s impose pour la gestion d une activité ancienne ayant conduit à l enregistrement de passif à l égard de la clientèle : si la composition du bilan n est pas satisfaisante, seuls les actifs qui sont des instruments de marché peuvent être modifiés de façon relativement simple. La gestion Actif-Passif se conçoit donc comme un problème de maximisation sous contrainte, ayant pour double objectif : - D une part, d optimiser le retour sur fonds propres (variable à maximiser) ; - D autre part, de maîtriser les risques financiers (contrainte à prendre en compte). - Optimiser le retour sur fonds propres : La variable à maximiser est le retour sur fonds propres, qui s impose comme la seule mesure permettant de juger la performance globale d une activité ou d une société. En effet, seul le rendement des fonds propres 13

14 permet la synthèse des critères de volume et de prix, c est des critères à la fois commerciaux et financiers. - Maîtriser les risques financiers : Les risques financiers (de placement) concernent principalement les obligations (risque de taux) ainsi que les actions et les immeubles (risque de marché). III. Quelques cas de faillite imputables à la mauvaise Gestion Actif-Passif : Un assureur qui ne coordonne pas ses stratégies en matière d actif et de passif court au désastre. Nissan Mutuel Life, un assureur japonais qui comptait 1,2 millions d assurés et dont les actifs s élevaient à 2000 milliards JPY (17 milliards USD) en constitue un bel exemple. La compagnie vendait des rentes individuelles rémunérées à 5% voire 5,5%, sans couvrir ces engagements. Lorsque le rendement des obligations d Etat a chuté à un taux planché record, un écart important s est creusé entre la rémunération pour laquelle la compagnie s était engagée et le rendement de ses propres placements. En 1997, la compagnie a déposé son bilan, c était le premier assureur japonais à faire faillite en cinq décennies. Ses pertes se sont élevées à 300 milliards JPY (2,5 milliards USD) Deux ans plus tard, un léger décalage entre l actif et le passif a très fortement déstabilisé General Américain Life, sise à Saint-Louis (EtatsUnis), au terme de 66 ans d activité, alors que la compagnie comptait 14 milliards USD d actifs et figurait parmi les cinquante premiers assureurs du pays. Le vendredi 30 juillet 1999, Moody s Investors Service a rétrogradé sa notation de A3 à A2, au regard de ses engagements et de sa puissance financière. Ce déclassement a provoqué une crise de confiance, accompagnée d une ruée vers les banques, en conséquence de quoi l Etat a placé la compagnie sous tutelle. Au cœur de la crise : 6,8 milliards USD de titres d emprunts, en l occurrence des titres de financements à court terme (short terme funding agreements) émis par la compagnie. Non seulement les titres étaient rémunérés à un taux très intéressant, mais les investisseurs pouvaient en demander le remboursement dans les sept jours. Par le passé, très peu d investisseurs, pour la plupart des gestionnaires de fonds, avaient invoqué cette clause. Quelques heures après le déclassement, plusieurs gestionnaires de fonds sollicitaient déjà le remboursement de prés de 500 millions USD. 14

15 General American Life qui détenait 2,5 milliards USD de liquidités, a pu satisfaire ces demandes sans difficulté. Cependant, dans les jours qui ont suivi, d autres investisseurs ont aussi demandé à être remboursés, pour 4 milliards USD au total. Se trouvant dans l impossibilité de vendre des actifs suffisamment vite pour répondre aux besoins sans gravement menacer son capital, la compagnie a demandé à être placé sous tutelle de l Etat. Ces faillite sont la conséquence de l exposition de ces assureurs aux risques : risques du taux d intérêts, risque de non corrélation entre l actif et le passif, etc. Ainsi, il serait opportun de présenter les différents risques auxquels s expose une compagnie d assurance. IV. Les principaux risques auxquels s expose une compagnie d assurance : L activité d assurance est par nature une activité risquée : la fonction économique globale des entreprises d assurance est d assumer des risques qu une personne physique ou morale ne pourrait supporter en mutualisant un grand nombre de risques similaires. Néanmoins, une entreprise d assurance est elle-même exposée à un certain nombre de risques globaux qui peuvent menacer son existence et, dans des cas extrêmes, la ruiner. Pour cela, la société d assurance doit être en mesure de se prémunir contre les risques suivants : - Les risques techniques ; - Les risques de comportement (des assurés et des distributeurs) qui incluent notamment le risque de liquidité ; - Les risques de placement ; - Les risques de solvabilité (comptable). Ces risques sont fortement dépendants. Pour se couvrir contre leur réalisation, il est nécessaire d avoir une vision d ensemble et de ne pas traiter séparément le passif et l actif. V. Principales méthodes de Gestion Actif-Passif. Il y a lieu de signaler au départ que les méthodes utilisées en assurance vie sont différentes de celles utilisées en assurances non vie : 1. Les Techniques De La Maîtrise Du Risque De Taux D Intérêts : a. La technique de l évaluation du cash-flow. 15

16 En 1986, les autorités de contrôle de l Etat de New York ont adopté le règlement n 126 pour combattre les risques techniques inhérents aux produits sensibles aux taux d intérêts. Par l application de ce procédé, qui correspond à l appellation anglosaxonne Cash Flow Testing, un actuaire qualifié de la compagnie d assurance doit établir un «mémorandum actuariel» dans lequel il doit notamment tenir compte des multiples effets d une variation des taux d intérêts (stress Testing) sur les éléments du passif (taux de rachat des polices, primes additionnelles) et de l actif (remboursement anticipé de titres nantis en garantie), ce qui implique d évaluer l impact potentiel de sept scénarios de taux d intérêt (ces scénarios ont été suggérés par le règlement 126 pour le taux des emprunts d Etat). Cette technique facilite l identification des problèmes potentiels en montrant, par exemple, que la hausse des taux d intérêt provoque une augmentation du taux de chute ou qu une baisse des taux d intérêts réduit les bénéfices en comprimant le Spread. Cette approche a pris de l importance du fait que Moody s l utilise pour vérifier si les éléments d actif d un assureur sont suffisamment coordonnés à ses engagements. Cependant, elle à un inconvénient important, elle peut être manipulée de telle sorte qu elle produise les conclusions désirées. Une société qui obtient de mauvais résultats avec certains scénarios peut donc les écarter, arguant qu'ils sont hautement improbables. Les sociétés peuvent aussi définir des hypothèses de départ qui assouplissent les tests pour satisfaire aux normes réglementaires ce qui remet en cause leur utilité. Les modèles de CFT ne mesurent que le risque de taux d intérêt, même si d'autres types de risques, tels que les risques commerciaux, de change ou de fluctuation des cours, ont une plus grande incidence pour certains assureurs. b. L harmonisation des flux de trésorerie. L harmonisation des flux de trésorerie ou «Cash Flow Matching» est la techniques qui consiste à éliminer le risque de taux d'intérêt auquel certains de ses actifs sont exposes, en alignant simplement ses engagements sur des actifs générant des flux de trésorerie identiques. Il s agit d adosser l actif au passif de telle sorte que les flux financiers nets (la somme des cash inflows positifs de l actifs et des cash outflows négatifs du passif) soient positifs ou nuls. 16

17 Cependant, bien qu elle permette d'éliminer le risque de taux d'intérêt, les assureurs jugent cette démarche impossible ou irréalisable pour plusieurs raisons : - Imprévisibilité des flux de trésorerie : Un des obstacles à l application de cette méthode est le problème de l'échéance des engagements. En assurance vie, les futurs flux de trésorerie sont influencés par la gamme d'options (notamment le rachat anticipé) dont bénéficient les assurés. En outre, l évolution de facteurs exogènes, tels que les taux de mortalité, a également un impact sur le timing et le montant des indemnisations. Pour les compagnies d'assurance non-vie, le nombre d'inconnues est encore plus important. L évolution du résultat technique, du droit de la responsabilité civile et des frais de santé peut avoir un impact considérable sur les flux de trésorerie. - L'harmonisation se fait aux dépens de la flexibilité : Même quand il est matériellement possible d'harmoniser les cash-flows, l'exercice peut se révéler trop contraignant. Un assureur qui décide de coordonner exactement les mouvements à l'actif et ceux au passif peut devoir accepter des obligations dont le rendement est inférieur à ce qu'il aurait pu atteindre en tolérant un léger décalage. Par ailleurs, se cantonner à un type d'obligations particulier empêcherait l assureur de saisir des opportunités restant à la portée de concurrents plus souples, qui tolèrent un léger décalage. En outre, la technique du cash flow matching ne permet pas de prévoir des stratégies combinant des Actions dans le portefeuille en raison de l incertitude des flux générés par ces Actifs. c. L immunisation. Cette méthode, moins contraignante, consiste à coordonner la sensibilité aux taux d'intérêt des éléments de l'actif et du passif, en sorte de les «immuniser». L'idée est de se protéger contre les pertes causées par une variation des taux. On peut y parvenir en structurant un portefeuille de manière à ce que l'impact d'une telle variation sur la valeur des engagements compense l'impact sur les éléments de l'actif. 17

18 Le principe directeur de cette stratégie est la coordination des échéances entre éléments de l'actif et du passif ; pour ce faire on a recours à la duration. 2. La méthode de l analyse financière dynamique. L'analyse financière dynamique (DFA) est une forme de Gestion ActifPassif qui a commencé à s'imposer dans les branches dommages/rc. Elle permet à un assureur d'envisager différents scénarios et de voir leur incidence selon les décisions qu'il prend. Les modèles de DFA se composent essentiellement de cinq éléments : Conditions initiales Générateur de scénarios Calculateur financier Optimisateur Résultats - Les conditions initiales reflètent les performances de la société examinée (volume de primes, sinistralité, etc.) et l'environnement économique dans son ensemble (inflation, croissance du PIB, etc.) Etant donné qu'elles font le lien entre la conjoncture actuelle et les perspectives, les conditions initiales doivent tenir compte des dernières évolutions et générer des résultats raisonnablement modélisables. - Le générateur de scénarios, cœur de tout modèle de DFA, construit une série de scénarios plausibles sur la conjoncture en général, les éléments d'actif de la société et ses engagements. Ce dispositif se concentre sur une série déterminée de résultats présentant un intérêt particulier et attache une distribution statistique à chaque variable et génère des scénarios de manière aléatoire ou crée des scénarios en fonction de corrélations théoriques et empiriques prédéfinies. 18

19 Les résultats des simulations sont souvent résumés sous la forme de courbes de distribution. Généralement, on utilise la simulation de Monté Carlos. - Le calculateur financier transpose ces scénarios en résultats financiers. La précision avec laquelle le calculateur procède dépend de la question examinée. Les résultats financiers sont généralement mesurés selon diverses bases comptables: législation, contraintes fiscales et économiques. - L optimisateur, que de nombreux modèles de DFA emploient, utilise une grandeur statistique récapitulative ou quelques statistiques pour évaluer et opérer une sélection entre différentes stratégies. La grandeur statistique récapitulative peut mesurer l'utilité, le rendement des capitaux, comme le RAROC (risk-adjusted return on capital ou rendement du capital ajusté au risque), la probabilité d'atteindre un objectif particulier ou de devoir affronter une crise grave (risque de faillite, par exemple). Cette approche à deux variables implique souvent de tracer une frontière efficiente, qui révèle la série de stratégies maximisant la compensation financière pour un niveau de risque donné. - Les résultats résument les leçons tirées des simulations. Ceux-ci comprennent la distribution des grandeurs clés et quelques indications quant au choix des variables qui affectent le plus les résultats. Toutefois, la Gestion Actif-Passif en assurance non vie appelée : Dynamique Financial Analysis présente deux principales limites : 1. Elle n offre de manière générale aucune prise sur les risques non identifiées à la date d étude ; 2. L étape de modélisation et de simulation qu elle requiert de faire de nombreux choix de modèles et d hypothèses, qui doivent pouvoir s appuyer sur des données exhaustives et fiables ; il en résulte une très grande variabilité des résultats et des méthodes. VI. L évaluation d une compagnie d assurance. Il s agit de répondre à la question : Comment évaluer une compagnie d assurance? Tout organisme d assurance devrait pouvoir évaluer sa richesse propre et déterminer si cette richesse évolue favorablement, si elle est suffisante pour assurer sa survie dans des circonstances défavorables, et si elle peut 19

20 être augmentée par une meilleure adéquation Actif-Passif ou par la commercialisation de garanties différentes. L évaluation des portefeuilles d assurance est réalisée en intégrant les bénéfices (ou pertes) prévisibles dans le futur en fonction des actifs et des passifs présents en portefeuille. La méthode traditionnellement utilisée est l Embedded value, mais cette méthode est mal adaptée aux contrats d épargne vie modernes, qui comportent des options complexes exercées au gré des souscripteurs. C est pourquoi les actuaires travaillent sur de nouvelles techniques d évaluation comme la fair value. VII. La mise en place d une gestion Actif-Passif dans une compagnie d assurance : La gestion Actif-Passif n est pas seulement une analyse mais également une action sur les postes du bilan pour rechercher l équilibre à moyen et long terme de l institution. Il faut donc se poser la question des moyens, de l organisation et des systèmes d information qui permettront de piloter cet équilibre de l institution. 1. Organisation De La Fonction Actif- Passif : - Le premier examen consiste alors en l examen des gaps de trésorerie. Il est complété par un contrôle élémentaire portant sur le niveau des durations de l actif et du passif (calculés au même taux). - Le deuxième examen porte sur le bilan comptable simplifié et doit conduire à la réalisation d un bilan réévalué simplifié, qui, seule, permet de justifier la comparaison entre la valeur de marché des actifs et la valeur actuelle des passifs. - La troisième étape consiste à réévaluer l actif en valeur de marché et le passif en valeur actuelle afin de calculer, d une part, le surplus et, d autre part, le ratio de financement. 2. Les Instruments De La gestion Actif-Passif : l allocation d actif Une fois passif connu, on peut vérifier la qualité de l allocation d actif ou déterminer une allocation stratégique d actif de référence par classes d actifs précisant : - La part d obligations à taux fixe et leur duration ; - La part de titres à taux variable ou indexées sur l inflation ; - La part d action ; - Les tolérances acceptées au titre de l allocation tactique. a. 20

Les sociétés d Assurances Takaful et les sociétés d assurances Traditionnelles Théorie et l Expérience Pratique

Les sociétés d Assurances Takaful et les sociétés d assurances Traditionnelles Théorie et l Expérience Pratique Laboratoire partenariat et investissement dans les PME/PMI dans l espace Euro-Maghrébin Ministère de L'enseignement Supérieur et de la recherche scientifique Université Ferhat Abbas Faculté des sciences

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances Les marchés boursiers ont repris au cours de l année 2003. Par conséquent, les plus-values latentes sur actifs des sociétés d assurances augmentent. Les

Plus en détail

LA GESTION ACTIF / PASSIF A LA CNP plus quelques digressions sur les normes IFRS

LA GESTION ACTIF / PASSIF A LA CNP plus quelques digressions sur les normes IFRS LA GESTION ACTIF / PASSIF A LA CNP plus quelques digressions sur les normes IFRS UNE ORGANISATION FAVORABLE A L EMERGENCE DE LA GESTION ACTIF-PASSIF - séparation des rôles de l assureur, responsable du

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances L année 2002 est de nouveau marquée par une forte baisse des marchés financiers. Celle-ci entraîne une diminution des plus-values latentes et des produits

Plus en détail

Réglementation prudentielle. en assurance. Plan. - I - Les principes de la comptabilité générale et leur application à l assurance

Réglementation prudentielle. en assurance. Plan. - I - Les principes de la comptabilité générale et leur application à l assurance Réglementation prudentielle en assurance Principes de comptabilité : comment lire les comptes des entreprises d assurance? Franck Le Vallois Commissaire-contrôleur des assurances Plan - I - Les principes

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

Résultats annuels 2014

Résultats annuels 2014 Résultats annuels 2014 SCOR enregistre un résultat net de EUR 512 millions et une augmentation de 15 % de ses fonds propres, et propose un dividende de EUR 1,40 (+ 8 %) En 2014, le Groupe a enregistré,

Plus en détail

ENGAGEMENT DE L ENTREPRISE

ENGAGEMENT DE L ENTREPRISE TRAITEMENT COMPTABLE D11 ENGAGEMENT DE L ENTREPRISE Il n existe d engagement de l entreprise que dans le cadre d un régime à prestations définies ou d indemnités de fin de carrière. Les régimes à cotisations

Plus en détail

des compagnies d assurance : évolutions récentes

des compagnies d assurance : évolutions récentes Les Contrôle normes IFRS de la solvabilité en assurance des compagnies d assurance : évolutions récentes - DIAF Hanoi, le 28 février 2005 Pierre THEROND Consultant JWA - Actuaires & chargé de cours à l

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES Exercice 2005 SOMMAIRE ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE PREAMBULE 1 COMPTE DE RESULTAT DE L EXERCICE 2005

Plus en détail

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE LES PLACEMENTS DES COMPAGNIES D ASSURANCES EN ZONE CIMA Fangman Alain Ouattara Commissaire Contrôleur en Chef à la CIMA ofangman@yahoo.fr SOMMAIRE 1. GENERALITES

Plus en détail

Comment intégrer les modèles prospectifs dans le pilotage de l activité d assurance

Comment intégrer les modèles prospectifs dans le pilotage de l activité d assurance Comment intégrer les modèles prospectifs dans le pilotage de l activité d assurance 10 juillet 2012 Intervention à l Université d Eté de l Institut des Actuaires Gildas Robert Actuaire Senior Manager Frédérique

Plus en détail

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORMES IAS 32/39 : INSTRUMENTS FINANCIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 2004-13 du 23 juin 2004. Chapitre I - Fonds communs de placement à risques (FCPR)

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 2004-13 du 23 juin 2004. Chapitre I - Fonds communs de placement à risques (FCPR) CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 2004-13 du 23 juin 2004 relatif au plan comptable des fonds communs de placement à risques Sommaire TITRE V OPCVM SPECIFIQUES Chapitre I - Fonds communs de placement

Plus en détail

Définitions. Les assurances de personnes. Les contrats et les garanties

Définitions. Les assurances de personnes. Les contrats et les garanties 86 Définitions Les assurances de personnes Les contrats et les garanties Les assurances en cas de vie et les bons de capitalisation Assurance en cas de vie Contrat d assurance, souscrit individuellement

Plus en détail

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs LEXIQUE - A Actuaires / Actuariat Un actuaire est un professionnel spécialiste de l'application du calcul des probabilités et de la statistique aux questions d'assurances, de finance et de prévoyance sociale.

Plus en détail

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005 De BÂLE II à SOLVABILITE II Solvabilité II s inspire largement des accords de Bâle II et en reprend les grands principes avec la structure en «trois piliers» La tentation est forte de reproduire également

Plus en détail

BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION. 31 décembre 2014

BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION. 31 décembre 2014 BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION 31 décembre 2014 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

Cours orienté vers la pratique Finances et placements

Cours orienté vers la pratique Finances et placements Cours orienté vers la pratique Finances et placements La présente note vise à donner aux candidats des détails sur l approche suivie dans la section du Cours orienté vers la pratique (COP) portant sur

Plus en détail

Norme comptable relative aux provisions techniques dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC 29

Norme comptable relative aux provisions techniques dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC 29 Norme comptable relative aux provisions techniques dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC 29 Objectif de la norme 01 L activité d assurance et/ou de réassurance se caractérise par : une

Plus en détail

Définitions LES ASSURANCES DE PERSONNES. Les contrats et les garanties LES ASSURANCES EN CAS DE VIE LES ASSURANCES EN CAS DE DÉCÈS, DE MALADIE

Définitions LES ASSURANCES DE PERSONNES. Les contrats et les garanties LES ASSURANCES EN CAS DE VIE LES ASSURANCES EN CAS DE DÉCÈS, DE MALADIE Définitions LES ASSURANCES DE PERSONNES Les contrats et les garanties LES ASSURANCES EN CAS DE VIE ET LES BONS DE CAPITALISATION Assurance en cas de vie Contrat d assurance, souscrit individuellement ou

Plus en détail

Quels produits pour quels clients? Jean-Léon MEUNIER

Quels produits pour quels clients? Jean-Léon MEUNIER Quels produits pour quels clients? Jean-Léon MEUNIER HEPTA CONSULT S.A. 5, ZAI de Bourmicht L-8070 BERTRANGE Introduction 1. Qu est ce qu un produit d assurance? Définition intrinsèque : ses caractéristiques.

Plus en détail

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE

Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Quels liens entre les modèles et la réalité? Mathilde Jung Université d été / Lundi 9 Juillet 2012 AG2R LA MONDIALE Solvabilité 2, une réforme en 3 piliers Les objectifs : Définir un cadre harmonisé imposant

Plus en détail

Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2. Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model»

Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2. Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model» Calcul d une provision technique en assurance vie dans le cadre de Solvabilité 2 Le cas des contrats d épargne : les approches «markedto model» Luca De Dominicis formation Sepia 10 juin 2008 Sommaire 1.

Plus en détail

Table des matières détaillée

Table des matières détaillée Table des matières détaillée Préface XIX Avant-propos XXI PARTIE I LA FINANCE ET LE SYSTÈME FINANCIER 1 Chapitre 1 Qu est-ce que la finance? 1 Résumé 1 1.1 Définition de la finance 3 1.2 Pourquoi étudier

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos. Chapitre 2 L actualisation... 21. Chapitre 1 L intérêt... 1. Chapitre 3 Les annuités... 33 III. Entraînement...

Table des matières. Avant-propos. Chapitre 2 L actualisation... 21. Chapitre 1 L intérêt... 1. Chapitre 3 Les annuités... 33 III. Entraînement... III Table des matières Avant-propos Remerciements................................. Les auteurs..................................... Chapitre 1 L intérêt............................. 1 1. Mise en situation...........................

Plus en détail

Modifications au commentaire du règlement relatif aux fonds propres des établissements de crédit

Modifications au commentaire du règlement relatif aux fonds propres des établissements de crédit Modifications au commentaire du règlement relatif aux fonds propres des établissements de crédit Les modifications suivantes sont apportées au commentaire du règlement relatif aux fonds propres des établissements

Plus en détail

Résultats du premier trimestre 2015. SCOR enregistre un résultat net de grande qualité de EUR 175 millions et un ROE annualisé de 12,1 %

Résultats du premier trimestre 2015. SCOR enregistre un résultat net de grande qualité de EUR 175 millions et un ROE annualisé de 12,1 % SCOR enregistre un résultat net de grande qualité de EUR 175 millions et un ROE annualisé de 12,1 % SCOR démarre l année avec de solides performances grâce à la mise en œuvre rigoureuse de son plan stratégique

Plus en détail

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Les paragraphes qui suivent présentent les principaux changements en ce qui a trait aux

Plus en détail

AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010

AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010 AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION DU REGLEMENT DE l ANC n 2010-01 DU 3 JUIN 2010 Relatif aux modalités de première application du règlement du CRC n 99-02 par les sociétés dont les instruments

Plus en détail

Chapitre 2 L actualisation... 21

Chapitre 2 L actualisation... 21 III Table des matières Avant-propos Remerciements.... Les auteurs... XI XII Chapitre 1 L intérêt.... 1 1. Mise en situation.... 1 2. Concept d intérêt... 1 2.1. L unité de temps... 2 2.2. Le taux d intérêt...

Plus en détail

Bienvenue à notre réunion

Bienvenue à notre réunion Bienvenue à notre réunion Quelle Allocation d Actifs dans l environnement actuel compte tenu de la baisse inéluctable du rendement de l actif général des compagnies d assurances (fonds en ) Jean Marc DIEHL

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Le résumé des comptes annuels de la société Groupe Delhaize SA est présenté ci-dessous. Conformément au Code des Sociétés, les comptes annuels complets, le

Plus en détail

Le passage de l'embedded Value à l'economic Value

Le passage de l'embedded Value à l'economic Value Le passage de l'embedded Value à l'economic Value Une meilleure prise en compte des options et des garanties Ferdia Byrne, Claire Lasvergnas 23 septembre 2003 Les principes L'application Le marché français

Plus en détail

Billets de cession interne pour les sociétés d assurance-vie. Saines pratiques commerciales et financières

Billets de cession interne pour les sociétés d assurance-vie. Saines pratiques commerciales et financières Ligne directrice Objet : Catégorie : pour les sociétés d assurance-vie Saines pratiques commerciales et financières N o : E-12 Date : juin 2000 Révision : juillet 2010 Introduction La présente ligne directrice

Plus en détail

Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne

Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne Le produit diversifié comme nouvelle solution d Epargne Congrès Institut des Actuaires 2013 Jean-Pierre DIAZ, BNP Paribas Cardif Emmanuelle LAFERRERE, BNP Paribas Cardif Gildas ROBERT, Optimind Winter

Plus en détail

Orientations générales de la politique de placement

Orientations générales de la politique de placement 16 juin 2009 Orientations générales de la politique de placement 1. La Mission du FRR 1.1 Créé par la loi n 2001-624 du 17 juillet 2001, le FRR s est vue confié pour mission par le législateur de «gérer

Plus en détail

Allianz, un groupe solide

Allianz, un groupe solide Allianz, un groupe solide Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Direction de la Communication - Allianz France Achevé de rédiger le 19 mars 2014 AVERTISSEMENT: Ce document

Plus en détail

Circulaire n DAPS/EA/06/05 du 9 juin 2006 relative aux comptes semestriels des entreprises d'assurances et de réassurance

Circulaire n DAPS/EA/06/05 du 9 juin 2006 relative aux comptes semestriels des entreprises d'assurances et de réassurance Royaume du Maroc Circulaire n DAPS/EA/06/05 du 9 juin 2006 relative aux comptes semestriels des entreprises d'assurances et de réassurance Dans le cadre de la mise en place d'un dispositif permettant le

Plus en détail

Chiffres en millions de dollars canadiens, sauf indication contraire. Pour publication immédiate Le 19 novembre 2010

Chiffres en millions de dollars canadiens, sauf indication contraire. Pour publication immédiate Le 19 novembre 2010 Pour publication immédiate Le 19 novembre 2010 Chiffres en millions de dollars canadiens, sauf indication contraire Journée des investisseurs institutionnels 2010 de la Société Financière Manuvie Toronto

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un "patrimoine d affectation"

Relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un patrimoine d affectation CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2004-16 DU 27 OCTOBRE 2004 Relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un "patrimoine d affectation" Sommaire 1 - Dispositions communes aux opérations

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

UE 6 - FINANCE D ENTREPRISE Niveau L : 150 heures - 12 ECTS. 1. La valeur (15 heures) 2. Le diagnostic financier des comptes sociaux (40 heures)

UE 6 - FINANCE D ENTREPRISE Niveau L : 150 heures - 12 ECTS. 1. La valeur (15 heures) 2. Le diagnostic financier des comptes sociaux (40 heures) UE 6 - FINANCE D ENTREPRISE Niveau L : 150 heures - 12 ECTS 1. La valeur (15 heures) Il s agit de prendre conscience, à partir du concept de valeur, de mécanismes fondamentaux en finance en excluant tout

Plus en détail

PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE

PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE CHAPITRE I ACTEURS, OBJECTIFS ET MODALITES DU DIAGNOSTIC FINANCIER 1) Les champs d application et les acteurs du diagnostic financier ACTEURS CONCERNES Dirigeants

Plus en détail

relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un «patrimoine d affectation»

relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un «patrimoine d affectation» COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2004-11 du 23 novembre 2004 relatif aux opérations d assurance réalisées dans le cadre d un «patrimoine d affectation» Le Comité de la réglementation comptable,

Plus en détail

Communiqué de presse. Premier semestre 2015 Résultat solide dans un contexte difficile. Berne, le 7 août 2015

Communiqué de presse. Premier semestre 2015 Résultat solide dans un contexte difficile. Berne, le 7 août 2015 Berne, le 7 août 2015 Communiqué de presse Premier semestre 2015 Résultat solide dans un contexte difficile Au cours du premier semestre 2015, la Banque Cantonale Bernoise (BCBE) a développé ses cœurs

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Objectif de la norme 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

Les modalités de gestion des contrats d épargne retraite. Fédération Française des Sociétés d Assurances

Les modalités de gestion des contrats d épargne retraite. Fédération Française des Sociétés d Assurances CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 juin 2010-9 h 30 «L épargne retraite individuelle et collective» Document N 6 Document de travail, n engage pas le Conseil Les modalités de gestion

Plus en détail

NC 29 Les provisions techniques dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance

NC 29 Les provisions techniques dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance NC 29 Les provisions techniques dans les entreprises d assurances et / ou de réassurance Objectif 01. L'activité d'assurance et/ou de réassurance se caractérise par : une inversion du cycle de la production:

Plus en détail

DEUXIÈME ÉTUDE D'IMPACT QUANTITATIVE SUR LE RISQUE DE MARCHÉ SOMMAIRE DES RÉSULTATS

DEUXIÈME ÉTUDE D'IMPACT QUANTITATIVE SUR LE RISQUE DE MARCHÉ SOMMAIRE DES RÉSULTATS Deuxième étude d impact quantitative sur le risque de marché Sommaire des résultats Comité mixte BSIF, AMF et Assuris Janvier 2011 DEUXIÈME ÉTUDE D'IMPACT QUANTITATIVE SUR LE RISQUE DE MARCHÉ SOMMAIRE

Plus en détail

Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2013. Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2013

Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2013. Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2013 Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle Allianz Suisse Vie Compte d exploitation 1 Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle

Plus en détail

Allianz, un groupe solide

Allianz, un groupe solide Allianz, un groupe solide Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Direction de la Communication - Allianz France Achevé de rédiger le 21 mars 2013 AVERTISSEMENT: Ce document

Plus en détail

CNC Groupe de travail IAS et PME. Présentation des normes sur les instruments financiers

CNC Groupe de travail IAS et PME. Présentation des normes sur les instruments financiers CNC Groupe de travail IAS et PME Présentation des normes sur les instruments financiers Concrètement, que sont les instruments financiers dans les comptes consolidés d un groupe industriel ou de service?

Plus en détail

1 2 3 Aide à l animateur : Lebudgetestl actepar lequelsontprévues etautorisées les recettes et les dépenses de l organisme. L article 175 du décret GBCP prévoit que le dossier de présentation du budget

Plus en détail

Définitions. Les assurances de personnes. Les contrats et les garanties. Les assurances en cas de vie et les bons de capitalisation

Définitions. Les assurances de personnes. Les contrats et les garanties. Les assurances en cas de vie et les bons de capitalisation FFSA Définitions Les assurances de personnes Les contrats et les garanties Les assurances en cas de vie et les bons de capitalisation Assurance en cas de vie Contrat d assurance, souscrit individuellement

Plus en détail

Formation : Le contrat d épargne en fonds euros sous Solvabilité II

Formation : Le contrat d épargne en fonds euros sous Solvabilité II Formation : Le contrat d épargne en fonds euros sous Solvabilité II Le développement de l assurance vie résulte de circonstances exceptionnelles (fiscalité, baisse des taux d intérêt, contractualisation

Plus en détail

CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS

CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS CLASSE 1. COMPTES DES FONDS DE LA SECURITE SOCIALE ET DE PROVISIONS La classe 1 comprend les comptes du capital propre, des réserves et provisions, et ceux des avances et emprunts à plus d un an, dont

Plus en détail

BILAN 31/12/2010 31/12/2009 ETAT DES SOLDES DE GESTION COMPTE DE PRODUITS ET CHARGES. TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE (en milliers MAD) 31/12/2010

BILAN 31/12/2010 31/12/2009 ETAT DES SOLDES DE GESTION COMPTE DE PRODUITS ET CHARGES. TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE (en milliers MAD) 31/12/2010 BILAN ENGAGEMENTS DONNES Engagements de financement donnés en faveur d'établissements de crédit et assimilés Engagements de financement donnés en faveur de la clientèle Engagements de garantie d'ordre

Plus en détail

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Cadre stratégique de la gestion de trésorerie

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Cadre stratégique de la gestion de trésorerie Leçon 2: GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base Cadre stratégique de la gestion de trésorerie Objectifs d apprentissage À la fin de cette leçon, vous devriez: savoir faire la différence

Plus en détail

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada États financiers consolidés intermédiaires résumés de L Office d investissement du régime de pensions du Canada 30 septembre 2015 Bilan consolidé intermédiaire résumé Au 30 septembre 2015 (en millions

Plus en détail

Recommandation de l Autorité de contrôle prudentiel

Recommandation de l Autorité de contrôle prudentiel Recommandation de l Autorité de contrôle prudentiel portant sur la commercialisation des contrats d assurance sur la vie en unités de compte constituées d instruments financiers complexes, prise conformément

Plus en détail

CHAPITRE VIII : ASSAINISSEMENT PATRIMONIAL ET RESTRUCTURATION DES BILANS DES BANQUES PUBLIQUES : UNE RETROSPECTIVE

CHAPITRE VIII : ASSAINISSEMENT PATRIMONIAL ET RESTRUCTURATION DES BILANS DES BANQUES PUBLIQUES : UNE RETROSPECTIVE CHAPITRE VIII : ASSAINISSEMENT PATRIMONIAL ET RESTRUCTURATION DES BILANS DES BANQUES PUBLIQUES : UNE RETROSPECTIVE VIII.1 - ASSAINISSEMENT PATRIMONIAL DES BANQUES AU COURS DE LA PÉRIODE 1991-2012 Le processus

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2003-03 du 2 octobre 2003 relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances (Avis n 2003-09 du 24 juin 2003 du compte rendu CNC)

Plus en détail

RÈGLEMENT. Règlement homologué par arrêté du 26 décembre 2013 publié au Journal Officiel du 29 décembre 2013. L Autorité des normes comptables,

RÈGLEMENT. Règlement homologué par arrêté du 26 décembre 2013 publié au Journal Officiel du 29 décembre 2013. L Autorité des normes comptables, AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RÈGLEMENT N 2013-03 du 13 décembre 2013 Relatif aux règles de comptabilisation des valeurs amortissables visées à l article R.332-20 du code des assurances, R.931-10-41 du

Plus en détail

UE 6 Finance d entreprise Le programme

UE 6 Finance d entreprise Le programme UE 6 Finance d entreprise Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. La valeur (15 heures)

Plus en détail

Rapport intermédiaire au 30 juin 2015 Groupe Vaudoise Assurances

Rapport intermédiaire au 30 juin 2015 Groupe Vaudoise Assurances Rapport intermédiaire au 30 juin 2015 Groupe Vaudoise Assurances Groupe Vaudoise Assurances Rapport intermédiaire au 30 juin 2015 3 Siège social Vaudoise Assurances Place de Milan Case postale 120 1001

Plus en détail

Obligations. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext

Obligations. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext Brochure destinée aux investisseurs particuliers Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext p. 2 Index 1. Qu est-ce qu une obligation? 3 Définition 3 Différences entre actions et obligations

Plus en détail

LE CONTRAT DE CAPITALISATION Une opportunité de placement financier

LE CONTRAT DE CAPITALISATION Une opportunité de placement financier Conférence ATEL - 11 décembre 2012 LE CONTRAT DE CAPITALISATION Une opportunité de placement financier Marc-Antoine DOLFI, associé 1 PLAN DE PRESENTATION Le contrat de capitalisation 1. Description 2.

Plus en détail

Obligation structurée

Obligation structurée Obligation structurée Une obligation pas comme les autres Sommaire Introduction 5 Nature de l investissement 7 Avantages et inconvénients 7 Mécanismes de performance 8 Avec ou sans protection du capital

Plus en détail

CEA mémoire de fin d études

CEA mémoire de fin d études CEA mémoire de fin d études LA TRANSFORMATION ET L EXTERNALISATION D UN RÉGIME DE RETRAITE SUPPLÉMENTAIRE À PRESTATIONS DÉFINIES, DE DIFFÉRENTS POINTS DE VUE *** Impacts du référentiel et du contexte économique

Plus en détail

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED

PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1. Mr ABBOUDI MED PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS IAS 1 Mr ABBOUDI MED Presentations des etats financiers 1 Objectifs et composants 2 Principe de préparations des E F 3 Principe d identifications des E F 4 Période couverte

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES AU 30 JUIN 2014 1 SOMMAIRE ÉTATS DE SYNTHESE 1. Etat résumé de la situation financière consolidée 2. Etats résumés du résultat net et des gains et pertes

Plus en détail

Dispositif de Bâle III Divulgation obligatoire en vertu du troisième pilier. 31 décembre 2014

Dispositif de Bâle III Divulgation obligatoire en vertu du troisième pilier. 31 décembre 2014 Dispositif de Bâle III Divulgation obligatoire en vertu du troisième pilier 31 décembre 2014 Portée de l application Le dispositif de Bâle III fixe en matière de capitaux propres un cadre international

Plus en détail

ASSURANCE. Une promesse de prestation qui peut se réaliser comme elle peut ne pas se réaliser

ASSURANCE. Une promesse de prestation qui peut se réaliser comme elle peut ne pas se réaliser Les entreprises d'assurance et de réassurance se caractérisent par : Une inversion du cycle de production : Le prix de vente, la prime est encaissé immédiatement alors que la prestation et le règlement

Plus en détail

Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application. Robert OBERT. avec corrigés

Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application. Robert OBERT. avec corrigés Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application avec corrigés Robert OBERT Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application Pratique des normes IAS/IFRS : 40 cas d application Robert OBERT Dunod,

Plus en détail

Informations financières sur le fonds de stabilisation

Informations financières sur le fonds de stabilisation Informations financières sur le fonds de stabilisation SNB StabFund Société en commandite de placements collectifs (fonds de stabilisation) constitue, avec ses filiales, un placement collectif fermé au

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

Chapitre 1. La mise en œuvre du système d information comptable.

Chapitre 1. La mise en œuvre du système d information comptable. Chapitre 1 La mise en œuvre du système d information comptable. L analyse des opérations économiques Missions et rôle de la comptabilité Le système comptable Droit et comptabilité Une entreprise est une

Plus en détail

SOLVABILITE II Glossaire et notions clés

SOLVABILITE II Glossaire et notions clés SOLVABILITE II Glossaire et notions clés Version septembre 2013 A Actuaire Spécialiste qui applique la statistique et le calcul des probabilités pour la conduite d opérations financières et d assurance.

Plus en détail

Situation liminaire du secteur des assurances au Maroc en 2014. (Les données de cette brochure seront développées dans le rapport annuel)

Situation liminaire du secteur des assurances au Maroc en 2014. (Les données de cette brochure seront développées dans le rapport annuel) Situation liminaire du secteur des assurances au Maroc en 2014 (Les données de cette brochure seront développées dans le rapport annuel) Avril 2015 Le montant des émissions a atteint, en 2014 un total

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Présentation dans le cadre de l événement «Journée carrière PRMIA» 17 mars 2015 Mathieu Derome, M.Sc. Directeur Principal

Plus en détail

Examen par le conseil d administration des résultats de l exercice 2013

Examen par le conseil d administration des résultats de l exercice 2013 Examen par le conseil d administration des résultats de l exercice 2013 CHIFFRE D AFFAIRES CONSOLIDÉ : 3 591,5 millions d euros (3 727,4 millions en 2012) RÉSULTAT BRUT D EXPLOITATION COURANT : 642,9 millions

Plus en détail

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions TABLE DES MATIERES... 1 INTRODUCTION... 2 1 FINANCEMENT ET FINANCEMENT MINIMUM... 3 1.1 FINANCEMENT... 3 1.2 FINANCEMENT DE PLAN... 3 1.3 FINANCEMENT MÉTHODE

Plus en détail

Chapitre 20. Les options

Chapitre 20. Les options Chapitre 20 Les options Introduction Les options financières sont des contrats qui lient deux parties. Les options existent dans leur principe depuis plusieurs millénaires, mais elles connaissent depuis

Plus en détail

Newsletter N 7 - Nouvelle Réglementation des Assurances - Conditions applicables aux opérations de banque - Instruction COSOB

Newsletter N 7 - Nouvelle Réglementation des Assurances - Conditions applicables aux opérations de banque - Instruction COSOB Newsletter N 7 - Nouvelle Réglementation des Assurances - Conditions applicables aux opérations de banque - Instruction COSOB Sommaire Nouvelle Réglementation des Assurances 3 Constitution et détermination

Plus en détail

Norbert GAUTRON Actuaire Associé ngautron@winter-associes.fr Cabinet WINTER www.winter-associes.fr 45-47 Avenue de la Grande Armée 75116 Paris Cedex

Norbert GAUTRON Actuaire Associé ngautron@winter-associes.fr Cabinet WINTER www.winter-associes.fr 45-47 Avenue de la Grande Armée 75116 Paris Cedex LA MISE EN PLACE DANS LES ENTREPRISES DE LA NORME IAS SUR L'EVALUATION DES DETTES DE RETRAITE Norbert GAUTRON Actuaire Associé ngautron@winter-associes.fr Cabinet WINTER www.winter-associes.fr 45-47 Avenue

Plus en détail

Un exemple de régime de la branche 26 : la Préfon

Un exemple de régime de la branche 26 : la Préfon CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 juin 2010-9 h 30 «L épargne retraite individuelle et collective» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Un exemple de régime

Plus en détail

CARREFOUR PREMIUM 2015

CARREFOUR PREMIUM 2015 CARREFOUR PREMIUM 2015 Brochure commerciale Titres de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance Période de commercialisation : Du 1 er octobre 2015 au 5 novembre

Plus en détail

Situation liminaire du secteur des assurances au Maroc en 2013

Situation liminaire du secteur des assurances au Maroc en 2013 ROYAUME DU MAROC Direction des assurances et de la prévoyance sociale Situation liminaire du secteur des assurances au Maroc en 2013 (Les données de cette brochure seront développées dans le rapport annuel)

Plus en détail

CONSERVATEUR OPPORTUNITÉ TAUX 6

CONSERVATEUR OPPORTUNITÉ TAUX 6 Placements financiers CONSERVATEUR OPPORTUNITÉ TAUX 6 Protéger 100% du capital investi* à l'échéance tout en profitant de la hausse potentielle des taux longs. (*) Hors défaut et/ou faillite de l Émetteur.

Plus en détail

Les management actions dans le cadre de l ORSA

Les management actions dans le cadre de l ORSA Les management actions dans le cadre de l ORSA Atelier Congrès Institut des Actuaires 20 juin 2014 Intervenants Emmanuel Berthelé, Optimind Winter, Responsable Practice Gildas Robert, Optimind Winter,

Plus en détail