L'interférence (1935) L'interféron (1957) Les interférons. 1 - les interférons de type I : α, β, λ et ω. (to interfere = empêcher, gêner, s'opposer à)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L'interférence (1935) L'interféron (1957) Les interférons. 1 - les interférons de type I : α, β, λ et ω. (to interfere = empêcher, gêner, s'opposer à)"

Transcription

1 - JC Lemahieu et A. Decoster, Antiviraux, FLM, p. 1 - LES INTERFÉRONS L'interférence (1935) (to interfere = empêcher, gêner, s'opposer à) Dès 1935, on avait constaté que l'infection expérimentale d'un animal par un virus pouvait empêcher l'infection par un autre virus inoculé 48 heures plus tard (l'intervention de l'immunité spécifique était donc exclue). En 1943, on décrit l'interférence entre un virus grippal "tué" et un virus grippal "vivant" dans la cavité allantoïdienne de l'œuf incubé. L'interféron (1957) À Londres, Isaacs et Lindenmann, reprenant le travail décrit ci-dessus, vont expliquer l'interférence : 24 heures 1. à une culture de membrane chorio-allantoïdienne (mca) on ajoute une suspension de virus grippal "tué" par la chaleur. On porte à 37 C pendant 24 heures et on recueille le surnageant. 2. à une culture de membrane chorio-allantoïdienne fraîche on ajoute le surnageant et on laisse en contact 24 heures. MCA MCA + virus inactivé recueil du surnageant 3. on ajoute alors une suspension de virus grippal vivant : il ne se multiplie pas. Le surnageant contient une substance sécrétée par les cellules mises en contact avec le virus "tué". Fixée par des cellules saines, cette substance les protège de l'infection. Responsable de l'interférence, les chercheurs l'appellent interféron (IFN) : 24 heures ils viennent de découvrir la première cytokine... Les interférons D'autres interférons sont découverts. Ce sont tous des petites protéines d'environ 150 acides aminés, glycosylées ou non. D'après leurs propriétés biologiques et l'origine cellulaire, on distingue deux types d interférons : MCA fraîche MCA + surnageant MCA + virus vivant pas de multiplication Types familles abréviation nombre type I "antiviral" type II "immun" interférons α IFN-α 12 interféron β IFN-β 1 interféron ω IFN-ω 1 interférons λ IFN-λ 3 interféron γ IFN-γ les interférons de type I : α, β, λ et ω Pratiquement, toutes les cellules de l organisme synthétisent les interférons α et β, notamment les leucocytes (IFN-α), les fibroblastes (IFN-β) et les cellules épithéliales. Les gènes codant les interférons de type I sont tous situés sur le bras court du chromosome 9. Les IFN α, β, ω se fixent à un récepteur commun. Les IFN λ ont un récepteur particulier. inducteurs principaux : virus et microbes intracellulaires. fonction principale : antiviraux et antibactériens.

2 - JC Lemahieu et A. Decoster, Antiviraux, FLM, p l'interféron de type II : γ C'est l' interféron immun, car il est sécrété principalement par les cellules NK, les lymphocytes Th-1 et les lymphocytes Tc. C'est un interféron glycosylé, dont le gène est situé sur le bras long du chromosome 12. L'IFN-γ a un récepteur particulier. inducteur principal : les antigènes. fonction principale : l'activation des cellules NK, des macrophages et des lymphocytes T- cytotoxiques. La production des interférons type I Les gènes codant les interférons α, β et ω sont silencieux : c'est la présence d'un virus qui active leur transcription, le signal activateur étant l'apparition d'arn bicaténaire au cours du cycle de multiplication. cellule infectée Les virus sont plus ou moins inducteurs d interférons : les meilleurs se multiplient lentement, ne perturbent pas d'emblée les synthèses protéiques de l'hôte et sont peu cytocides. la synthèse d interféron dure 24 à 48 heures puis s'arrête. L'activité antivirale des interférons type I Les interférons n'ont aucune action directe sur les virions. Les mécanismes de leur activité antivirale sont complexes et ne sont pas encore tous complètement élucidés. Sécrétés par la cellule infectée, les interférons α, β et ω se fixent à un récepteur commun sur les cellules voisines indemnes. Ce sont bien des cytokines : La fixation active une protéine-kinase fixée à la portion cytoplasmique du récepteur qui phosphoryle des facteurs cytoplasmiques inactifs (les STATs 1 ). En s'associant, les facteurs phosphorylés constituent un facteur de transcription qui migre dans le noyau, se fixe en amont des gènes possédant un site de liaison, et active leur transcription. les interférons induisent l'expression d'au moins 30 gènes. On a identifié quatre protéines actives sur les virus, les protéines antivirales (PAV). Les PAV perturbent une cible commune aux virus à ADN et aux virus à ARN : ce sont les ARN-messagers.? cellule saine Cette cible explique le large spectre d'activité de l'interféron. Les PAV : 1. l'oligo Adénylate Synthétase : hydrolyse les ARN-m, 2. une protéine-kinase PKR : bloque la traduction des ARN-m, 3. une protéine Mx : bloque la transcription, 4. une adénosine désaminase : modifie les ARN-m. Ces protéines sont présentes sous une forme inactive, le signal activateur étant l'apparition d'arn bicaténaire. Par ailleurs, les interférons augmentent la production des molécules de classe I du CMH. 1 STAT (Signal transducers and activators of Transcription)

3 - JC Lemahieu et A. Decoster, Antiviraux, FLM, p. 3 - Après l'activation de la cellule par l'interféron : la cellule "interféronée" est en état de veille, les PAV n'empêchent pas l'infection : le virus pénètre, les PAV sont activées par l'arn bicaténaire qui apparaît au début du cycle de multiplication : l'infection avorte. 1. l'hydrolyse des ARN-m : par l'activation indirecte d'une ribonucléase - l'oligo Adénylate synthétase (OAS) polymérise quelques molécules d'atp (3 à 5) par une liaison inhabituelle 2' 5' (et non 3' 5' comme dans les acides nucléiques) formant des oligonucléotides appelés collectivement les oligonucléotides "2-5 A". cellule infectée - les oligonucléotides "2-5 A" activent à leur tour une enzyme cellulaire, l'arnase L (L pour "latente", car elle est présente en permanence, mais sous sa forme inactive). L'ARNase hydrolyse les ARN messagers viraux (et cellulaires), entraînant ainsi l'interruption du cycle viral (et le ralentissement des synthèses cellulaires). 2. le blocage de la traduction des ARN-m : par l'inactivation d'un facteur d'initiation La protéine-kinase PKR (PK RNA-dependant) est activée par l'arn bicaténaire et phosphoryle le facteur d'initiation eif-2 : eif-2 (eucaryotic Initiation Factor) lie l'arn-t initiateur chargé de la méthionine (ARN-t Met) à la petite sous-unité du ribosome. Le tout forme un complexe d'initiation de la traduction, requis pour l'assemblage du ribosome. cellule infectée eif-2 phosphorylé en eif2- P est inactivé : pas de complexe d'initiation, donc pas de traduction des ARN-m viraux qui ont échappé à l'hydrolyse par la ribonucléase L, (et diminution de la traduction des ARN-m cellulaires). 3. le blocage de la transcription par la protéine Mxa 1. dans le cytoplasme, la protéine MxA (Mx pour Myxovirus) une GTPase empêche le transport de la nucléocapside vers le noyau. 2. dans le noyau, la protéine MxA bloque la synthèse des ARN messagers viraux en inactivant les transcriptases virales. 4. la mutation des ARN viraux par l'adénosine désaminase ADAR-1 Une mutation peut modifier les ARN viraux sous l'action de l'adar-1 (Adénosine désaminase agissant sur le RNA) : un résidu A (dénine) est désaminé en I (nosine), qui sera reconnu comme G (uanine), tant par les ribosomes que par les ARN polymérases virales. 5. l'expression des molécules de classe I du CMH En augmentant l'expression des gènes de classe I du CMH, les interférons α et β favorisent la présentation des peptides viraux à la surface cellulaire et leur reconnaissance par les lymphocytes T-cytotoxiques.

4 - JC Lemahieu et A. Decoster, Antiviraux, FLM, p. 4 - L'interféron et l'immunité Les interférons α et β font partie des facteurs de l'immunité innée et constituent, avec les cellules NK (dont ils accroissent l'activité cytotoxique), la première défense de l'organisme contre les agressions virales. Les interférons limitent l'extension de l'infection : Lorsqu'on injecte simultanément un virus et des anticorps anti- IFN à des animaux sensibles, ceux-ci présentent des infections beaucoup plus sévères que des animaux ne recevant que le virus seul. Les interférons α et β orientent la réponse spécifique vers l'immunité cellulaire en stimulant le développement des T H 1. La guérison de l'infection est assurée par l'immunité spécifique à médiation cellulaire : des lymphocytes T CD8 cytotoxiques activés reconnaissent les cellules infectées (peptides viraux présentés par CMH I) qu'elles détruisent en déclenchant leur apoptose (par la voie perforine / granzymes). Synthèse industrielle des interférons Les interférons α, β et γ sont produits par génie génétique : On isole l'arn messager d'un interféron que l'on transcrit en ADN bicaténaire (par une rétrotranscriptase). Ce gène artificiel est inséré dans un plasmide. Le plasmide est introduit dans une bactérie, une levure ou une cellule de mammifère. Les cellules sont mises en culture. L'interféron produit est extrait du milieu de culture en le fixant à des anticorps monoclonaux anti-ifn.

5 - JC Lemahieu et A. Decoster, Antiviraux, FLM, p. 5 - Les interférons en thérapeutique Des indications particulières d'utilisation sont retenues pour chacun d'entre eux. 1. l'interféron alpha 1 / pour son activité antivirale : L'interféron α est utilisé dans le traitement des hépatites chroniques actives dues aux virus des hépatites B (associé à la lamivudine) et C (associé à la ribavirine). Le but du traitement est l'éradication complète du virus afin d'éviter l'évolution, à bas bruit, vers la cirrhose et le carcinome hépatocellulaire. 2 / pour son activité antiproliférative : L'interféron α agit à la phase initiale de la mitose en allongeant le cycle cellulaire. - leucémie à tricholeucocytes. - leucémie myéloïde chronique, - lymphomes folliculaires, - sarcome de Kaposi associé au sida, Interférons α - Introna - Roféron-A 3 injections/semaine - Viraféron Interférons α pégylés IFN α conjugué à une molécule de polyéthylène glycol (Peg) : sa demi-vie est 10 fois plus longue que celle de l'inf α. - Pegasys 1 injection/semaine - ViraféronPeg 2. l'interféron bêta L'interféron β est uniquement utilisé pour ses propriétés immunomodulatrices ( ), qui s'opposent à celles de l'ifn γ. il inhibe la production d'interféron γ et, par conséquent, la prolifération des lymphocytes T cytotoxiques. il restaure une activité T suppressive. L'interféron β est utilisé dans le traitement des formes de sclérose en plaques (SEP) évoluant par poussées : il diminue la fréquence et la gravité des poussées. La SEP est une maladie inflammatoire démyélinisante du SNC. De cause inconnue, il pourrait s'agir d'une maladie auto-immune. L'intervention de l'interféron γ est suspectée dans la genèse des lésions caractéristiques de la SEP, au cours de laquelle on observe également une activité T suppressive déficiente. Interférons β - Avonex - Bétaféron - Rebif 2. l'interféron gamma L'interféron γ est uniquement utilisé pour ses propriétés immunomodulatrices (+), qui s'opposent à celles de l'ifn β : il active les cellules NK il active les macrophages 1 il active les lymphocytes Th1 L'interféron γ est utilisé dans le traitement de la granulomatose septique chronique. Effets secondaires des interférons Fièvre (sensible au paracétamol), frissons, sueurs, malaises, céphalées, myalgies, nausées, vomissements, asthénie, modifications de l'humeur (dépression). Ces symptômes accompagnent de nombreuses infections virales. Ils constituent le syndrome pseudo-grippal, que l'on pourrait aussi appeler le syndrome des interférons, car il reflète leurs activités diverses sur le métabolisme cellulaire. Interféron γ - Imukin granulomatose septique chronique Les phagocytes présentent un défaut du complexe enzymatique de la NADPH-oxydase : ils sont dépourvus d'une activité bactéricide dépendant de l'oxygène. Les bactéries sont phagocytées mais ne sont pas détruites. les infections sont fréquentes et graves. (revoir L'immunité innée p. 10) 1 l'interféron γ a été appelé le MAF (Macrophage arming factor).

6 - JC Lemahieu et A. Decoster, Antiviraux, FLM, p. 6 - LA CHIMIOTHÉRAPIE ANTIVIRALE La chimiothérapie antivirale est confrontée à un problème difficile : c'est la cellule qui multiplie les virus. Toute molécule affectant la multiplication du virus risque d'endommager la cellule infectée et les cellules saines. Elle a pris son essor au début des années 1980, avec la découverte de l'aciclovir, et surtout avec l'arrivée du sida. En usage externe, certains antiseptiques sont virocides : l'hypochlorite de sodium (eau de Javel, soluté de Dakin), l'alcool à 60, les produits iodés (Bétadine ). En usage interne, tous les antiviraux sont virostatiques : sans action sur le virus lui-même particule inerte ils suspendent la multiplication virale. Dans les infections latentes ( Herpesvirus) l antiviral n agit qu au moment des récurrences. Chaque étape du cycle de multiplication peut être une cible... Encore faut-il que la molécule soit plus toxique pour le virus que pour l'hôte. CIBLES POTENTIELLES ET MOLÉCULES étape du cycle viral virus cible molécules utilisées Fixation HIV co-récepteurs ec Fusion (virus enveloppés) HIV gp41 - Enfuvirtide oui Décapsidation virus grippal A Protéine M2 de matrice - Amantadine oui Traduction des ARN-m HBV, HCV ARN-m - Interférons - Oligonucléotides antisens oui ec Réplication de l'arn viral HCV Transcriptase virale - Ribavirine oui Réplication de l'adn viral Herpesvirus ADN polymérase virale - inhibiteurs nucléosidiques - inhibiteurs nucléotidiques oui oui Transcription ARN ADN Rétrovirus HBV Rétrotranscriptase (RT) - inhibiteurs nucléosidiques - inhibiteurs nucléotidiques - Inhibiteurs non nucléosidiques oui oui oui Intégration du génome HIV Intégrase - acides β-dicétoniques (ADC) - styrylquinoléines (SQL) ec Régulation de la transcription HIV Protéines de régulation - Inhibiteurs de Tat ec Maturation des protéines HIV Protéase virale - Inhibiteurs de la protéase oui Libération des virions virus grippal A Neuraminidase - Inhibiteurs de la neuraminidase oui Chimiothérapie antivirale : quatre obstacles 1 - la cytotoxicité 2 - la sélection des mutants résistants 3 - la difficulté d'éradiquer l'infection chronique 4 - l'impossibilité d'éradiquer l'infection latente oui : molécules disponibles ec : en cours d'expérimentation

7 - JC Lemahieu et A. Decoster, Antiviraux, FLM, p. 7 - Les inhibiteurs nucléosidiques et nucléotidiques nucléosides nucléotides... un nucléoside 1 ose + 1 base désoxyribose + thymine = thymidine C'est dans le cytoplasme des cellules que les nucléosides sont phosphorylés par des kinases : en nucléotides 1 ose + 1 base + 1 à 3 phosphates + 1 P désoxythymidine monophosphate dtmp + 1 P désoxythymidine diphosphate dtdp + 1 P désoxythymidine triphosphate dttp dt Les désoxyribonucléotides triphosphates des quatre bases : Adénine (A), Thymine (T), Cytosine C et Guanine (G) sont les substrats des ADN polymérases. le nucléotide triphosphate dttp la membrane cellulaire est imperméable aux nucléotides La synthèse de l'adn La polymérase ajoute un désoxyribonucléotide triphosphate à l'extrémité 3'-OH de la chaîne en cours d'élongation, appariée à la chaîne matrice ADN (ou ARN dans le cas d'un Rétrovirus) : L'hydrolyse du nucléotide triphosphate fournit l'énergie nécessaire à sa fixation et libère un résidu pyrophosphate (P P). L'OH en 3' est indispensable : s'il est absent, la polymérase ne peut pas fixer de nucléotide. Les analogues de nucléosides vont perturber la réplication par deux mécanismes : 1 - l'inhibition compétitive : l'analogue entre en compétition avec les nucléotides normaux pour le site actif de l'enzyme virale qu'il inactive. 2 - la terminaison de chaîne : l'analogue qui est incorporé dans l'adn viral n'a pas d' OH en 3' : la transcription s'arrête.

8 - JC Lemahieu et A. Decoster, Antiviraux, FLM, p Inhibiteurs nucléosidiques et virus à ADN Les nucléosides sont modifiés au niveau du désoxyribose ou, rarement, au niveau de la base. a - les premiers analogues nucléosidiques : toxiques Produits de la thérapeutique anticancéreuse, ils sont d'un maniement délicat car très toxiques... L'IdU (1959) est un analogue de la thymidine : le groupement méthyle est remplacé par un atome d'iode. Les ADN polymérases incorporent l'idu : il en résulte des erreurs d'appariement dans l'adn viral et cellulaire. Par voie générale, l'idu est aplasiant, tératogène, hépato-toxique, cancérigène... Il est encore utilisé en collyre dans la kératoconjonctivite herpétique. l'adn des cellules cornéennes infectées, à divisions très espacées, incorpore infiniment moins d'idu que l'adn viral. La vidarabine (1979) est utilisée sous la forme de phosphate plus soluble (d'où MP pour monophosphate),. Par voie IM, on l'a l'utilisée dans le traitement de l'hépatite chronique à HBV. Tous les inhibiteurs nucléosidiques sont des prodrogues : ils subissent une triphosphorylation intracellulaire conduisant au dérivé actif. b - les analogues améliorés : spécifiques et moins toxiques Ce sont des analogues de nucléosides dont le désoxyribose est remplacé par une chaîne latérale acyclique : Aciclovir (Zovirax ) : HSV et VZV L'aciclovir (ACV ) est le seul inhibiteur nucléosidique ne présentant pratiquement pas de cytotoxicité. L'innocuité de l'aciclovir tient à son affinité élective pour deux enzymes virales : 1. la première phosphorylation de l'acv en ACV-MP n'est réalisée que par la thymidine-kinase virale. Les deux suivantes sont assurées par des kinases cellulaires. ainsi le produit actif, l'acv-tp n'est présent que dans les cellules infectées. 2. L'affinité de l'adn polymérase virale pour l'acv-tp est 30 fois plus élevée que celle de l'adn polymérase cellulaire. L'acyclovir bloque la réplication de l'adn viral selon les deux mécanismes : - inhibition compétitive pour le site de l'enzyme, - terminaison de chaîne (pas d'oh en 3') Le spectre est étroit : HSV-1, HSV-2 et VZV vis-à-vis duquel les doses utilisées sont plus élevées.

9 - JC Lemahieu et A. Decoster, Antiviraux, FLM, p. 9 - bis Valaciclovir (Zelitrex ) C'est une prodrogue de l'aciclovir (l'ester de la valine et de l'aciclovir). La biodisponibilité par voie orale est 5 fois plus élevée que celle de l'aciclovir. Il est utilisé dans le traitement de l'herpès oculaire et génital, la prévention du zona oculaire et la prévention des infections à CMV après une greffe d'organe. Ganciclovir (Cymévan ) : CMV Le ganciclovir, assez proche de l'aciclovir, est actif sur le virus cytomégalique : la protéine kinase du CMV phosphoryle mieux le ganciclovir que l'aciclovir. C'est un antiviral toxique (toxicité médullaire, neutropénie, thrombopénie), qui n'est utilisé que dans le traitement des infections sévères chez les immunodéprimés, au cours du sida ou après une greffe. bis Valganciclovir (Rovalcyte ) C'est une prodrogue du ganciclovir (le diester de la valine et du ganciclovir). La biodisponibilité par voie orale est au moins 3 fois plus élevée que celle du ganciclovir. Famciclovir (Oravir ) Le famciclovir est une prodrogue du penciclovir (le diester acétique du penciclovir),améliorant la biodisponibilité du penciclovir, actif sur les virus HSV, EBV et VZV. 2 - Inhibiteurs nucléosidiques : HIV et HBV 1. La rétrotranscriptase du HIV Les inhibiteurs nucléosidiques de la RT du HIV empêchent l'infection des cellules saines par les virus libérés des cellules infectées. Actuellement, sept INTI (inhibiteurs nucléosidiques de la transcriptase inverse) sont utilisés : DCI Spécialité Nom chimique 1 - zidovudine AZT Rétrovir Azidothymidine 2 - lamivudine 3TC Épivir Déoxythiacidine 3 - abacavir ABC Ziagen analogue de la guanosine association Combivir AZT + 3TC association Trizivir AZT + 3TC + ABC 4 -didanosine ddi Videx Didéoxyinosine 5 - stavudine d4t Zerit Didéhydrodidéoxythymidine 6 - zalcitabine ddc Hivid Didéoxycytidine 7 - emtricitabine FTC Emtriva Déoxythiacidine fluorée Le HIV ne codant aucune kinase, les analogues sont phosphorylés par les kinases cellulaires.

10 - JC Lemahieu et A. Decoster, Antiviraux, FLM, p Les analogues triphosphorylés se fixent préférentiellement à la RT et bloquent la transcription en ADN viral : inhibition compétitive pour le site de l'enzyme, terminaison de chaîne (pas d'oh en 3') la rétrotranscriptase 2. La rétrotranscriptase du VHB Les analogues nucléosidiques inhibant la rétrotranscriptase du HIV ont été étudiés pour le traitement de l'hépatite B chronique. Du fait de son bon index thérapeutique, seule la lamivudine a fait, à ce jour, l'objet d'une AMM : lamivudine 3TC Zeffix Déoxythiacidine Toxicité cellulaire des analogues : Les analogues inhibent l'adn polymérase mitochondriale, et entraînent à long terme le développement de toxicités diverses. L'AZT présente une toxicité hématologique : anémies et neutropénies chez les patients à un stade évolué de la maladie. Les ddi, d4t et ddc peuvent provoquer des neuropathies périphériques douloureuses. Les ddi et d4t sont à l'origine de pancréatites aiguës. L'arrêt du traitement est obligatoire. 3 - Inhibiteurs nucléosidiques : la ribavirine La ribavirine (Rebetol, Copegus ) est un analogue de ribonucléoside : la base dérive de la guanine, mais le sucre reste le ribose. Son activité, encore mal comprise, s'exerce sur plusieurs cibles, dont l'inhibition des ARN polymérases, ce qui pourrait expliquer son spectre assez large, sur les virus à ARN en particulier. On l'utilise par voie orale dans le traitement de l'hépatite C chronique, en association avec l'interféron α. La ribavirine est toxique pour les globules rouges : l'anémie hémolytique est le principal effet secondaire. Tératogène chez l'animal, elle est contre-indiquée au cours de la grossesse. 4 - Inhibiteurs nucléotidiques Ce sont des nucléosides acycliques sur lesquels on a greffé un groupement phosphonate stable (par une liaison P C). Ils ressemblent à des nucléosides monophosphates : on peut les considérer comme des inhibiteurs nucléotidiques. Ils échappent à la contrainte de la première phosphorylation et possèdent un spectre d'activité plus large que les analogues nucléosidiques. Ainsi, le cidofovir s'est révélé actif contre tous les Herpes, Adeno, Polyoma, Papilloma et Poxvirus... Le groupement phosphonate rend la traversée des membranes cellulaires plus difficile, et leur biodisponibilité orale est faible. Pour cette raison, le cidofovir est utilisé en IV. Des prodrogues sont utilisées pour l'adéfovir et le ténofovir. Ils sont néphrotoxiques. Indications approuvées : - Cidofovir (Vistide ): traitement de la rétinite à CMV, - Adéfovir : (Hepsera ) traitement de l'hépatite chronique B, - Ténofovir : (Viread ) traitement du sida.

11 - JC Lemahieu et A. Decoster, Antiviraux, FLM, p Inhibiteurs non nucléosidiques : Herpesvirus Acide phosphonoformique (Foscavir ) Un analogue du pyrophosphate, l'acide phosphonoformique, (le sel de sodium) se fixe à l'adn polymérase virale et empêche la fixation des nucléotides triphosphates. Le produit est toxique (toxicité rénale, hypocalcémie). On l'utilise, en perfusions, dans les infections à CMV, et à virus herpétiques devenus résistants à l'aciclovir chez les patients immunodéprimés. 6 - Inhibiteurs non nucléosidiques des rétrotranscriptases Les INNTI (inhibiteurs non nucléosidiques de la transcriptase inverse)sont des molécules qui se lient directement à des acides aminés hydrophobes proches du site catalytique de la rétrotranscriptase, sans transformation préalable. névirapine NVP Viramune efavirenz EFV Sustiva delavirdine DLD Rescriptor Leur activité est importante uniquement sur le HIV-1 mais à cause de l'apparition rapide d'une résistance (croisée avec toutes les autres molécules), ces produits ne sont utilisés qu'en association avec des inhibiteurs nucléosidiques et/ou des antiprotéases. 7 - Inhibiteurs de la protéase du HIV La protéase du HIV découpe les protéines précurseurs Gag, Gag-Pol et Nef, reconnaissant des sites de clivage spécifiques : La coupure se fait en amont d'une proline précédée d'une phénylalanine ou d'une tyrosine (deux aa aromatiques) : Phe Pro Tyr Pro Les inhibiteurs de la protéase (les IP) sont des peptidomimétiques de synthèse qui se logent dans le site actif de l'enzyme et, n'étant pas clivables, bloquent son activité. les IP conduisent à la production de virions défectueux qui sont incapables d'infecter de nouvelles cellules. un inhibiteur de protéase l'analogue se fixe à la protéase, mais celle-ci ne peut pas hydrolyser la liaison. saquinavir HGC 1 SQV Invirase saquinavir SGC 2 SQV Fortovase indinavir IDV Crixivan nelfinavir NFV Viracept amprénavir Agenerase atazanavir Reyataz fosamprénavir Telzir ritonavir RTV Norvir lopinavir (+ ritonavir) Kaletra 1 HGC : hard gelatine capsule (gélules) 2 SGC : soft gelatine capsule (capsule molle : biodisponibilité augmentée d'un facteur 3)

12 - JC Lemahieu et A. Decoster, Antiviraux, FLM, p Les inhibiteurs de protéase sont fixés et inactivés par une famille d'enzymes surtout présentes dans le foie, les cytochromes P450. Même à faible dose le ritonavir a une haute affinité pour des enzymes du cytochrome P450 qui sont neutralisées. On ne l'utilise plus comme IP mais comme potentialisateur d'ip : associé à un autre inhibiteur de protéase, il permet une augmentation des concentrations sanguines et une diminution de la posologie. Effets secondaires des IP troubles du métabolisme glucidique et lipidique : hypertriglycéridémies, lipodystrophies ; diarrhées, nausées. 8 - Inhibiteur de fusion du HIV L'enfuvirtide (Fuzéon ) est un peptide synthétique (36 aa) qui, en se liant à gp 41, empêche le changement de conformation requis pour la fusion de l'enveloppe avec la membrane de la cellule. Il inhibe ainsi l'entré du HIV dans les cellules hôtes. Le produit est utilisé à raison de deux injections S/C par jour, en association avec d'autres antirétroviraux. 9 - Les associations d'antirétroviraux La monothérapie n'a plus d'indication en dehors de la grossesse (pour éviter la transmission mère enfant, on utilise l'azt à partir du 3ème trimestre de la grossesse). Les association ont les avantages théoriques suivants : addition de l'effet thérapeutique, prévention de l'émergence de mutants résistants. La stratégie thérapeutique actuelle repose sur la multithérapie ("HAART", highly active antiretroviral therapy) : 3 INTI 2 INTI + 1 IP 2 INTI + 2 IP 2 INTI + 1 INNTI Les associations sont très diverses, et pour la plupart en cours d'évaluation. associations intéressantes associations antagonistes associations toxiques AZT + 3TC + ABC d4t + AZT ddc + ddi AZT + ddi + névirapine ddc + 3TC ddc + d4t AZT + 3TC + Indinavir ddi + 3TC AZT + 3 TC + EFV L'emploi des "multithérapies" a permis une réduction de 75 % de la morbidité et de la mortalité dues au HIV.

13 - JC Lemahieu et A. Decoster, Antiviraux, FLM, p Les antigrippaux 1 - inhibiteurs de la décapsidation (Amantadine) entrée interdite L'amantadine (Mantadix ) est efficace dans la prévention de la grippe due aux virus de type A, puisque le taux de protection, de l'ordre de 70 %, est équivalent à celui que confère la vaccination. L'amantadine, également utilisée dans le traitement de la maladie de Parkinson, n'est pas dénuée d'effets secondaires (vertiges, insomnies). Un dérivé neurologiquement moins actif, la rimantadine (Roflual ) a été mis au point 1. La cible est la protéine M2 (présente uniquement chez les virus A), une "pompe à protons" qu'ils inactivent. L'absence d'acidification qui en résulte bloque la décapsidation des virions endocytés. Le traitement doit débuter au plus tard dans les 2 jours suivant l'apparition des premiers symptômes et être poursuivi deux jours après la disparition des symptômes. 2 - inhibiteurs de la neuraminidase (Zanamavir,Oseltamivir ) décollage interdit Pour se fixer à la cellule, les virus grippaux s'accrochent par les spicules HA aux extrémités des molécules d'acide sialique dépassant de la membrane cellulaire. lorsque les nouveaux virions bourgeonnent, ilsvont rester collés à la cellule par le même mécanisme. leur enveloppe (qui dérive de la membrane) contient aussi des molécules d'acide sialique qui peuvent agglutiner les virions entre eux. La neuraminidase rompt cette liaison : elle détache et désagrège les nouveaux virions,elle facilite la diffusion des virions en fluidifiant le mucus des voies respiratoires riche en sialoglycoconjugués. On a cristallisé la neuraminidase complexée avec son substrat ce qui a permis d'en déterminer la structure tridimensionnelle en utilisant la diffraction des rayons X : les quatre monomères présentent une poche où l'acide sialique est fixé. Cette poche, site actif de l'enzyme, comprend une dizaine d'acides aminés qu'on retrouve quel que soit le variant du virus A ou B. Deux analogues de l'acide sialique ont été construits : - le zanamavir - (Relenza ), utilisable en inhalations - l'oseltamivir - (Tamiflu ), utilisable par voie orale Le traitement doit débuter dans les deux jours suivant l'apparition des premiers symptômes, et se poursuivre pendant 5 jours. Il permet de réduire la durée et la sévérité des symptômes. Il faut compter au moins six mois pour produire un nouveau vaccin antigrippal. Ces molécules seraient alors le seul traitement en cas de pandémie due à une nouvelle souche issue d'une cassure antigénique... formule tricyclique curieuse évoquant un diamant d'où son nom : l'adamantamine 1 La rimantadine a été retirée du marché français en 1993.

ANTIVIRAUX ET INTERFERONS LES ANTIVIRAUX

ANTIVIRAUX ET INTERFERONS LES ANTIVIRAUX ANTIVIRAUX ET INTERFERONS LES ANTIVIRAUX La thérapeutique antivirale progresse avec lenteur car elle s'attaque à des micro-organismes ne se multipliant qu'à l'intérieur des cellules vivantes dont ils détournent

Plus en détail

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis INTRODUCTION Plus de 300. 10 6 porteurs chroniques de VHB dans le monde Hépatite chronique

Plus en détail

TRAITEMENTS ANTI-VIRAUX

TRAITEMENTS ANTI-VIRAUX UE de l Agent Infectieux à l Hôte Mars 2012 TRAITEMENTS ANTI-VIRAUX Dr Isabelle GARRIGUE UMR CNRS MFP Microbiologie Fondamentale et Pathogénicité isabelle.garrigue@chu-bordeaux.fr La lutte antivirale Mesures

Plus en détail

HVC CHRONIQUE MOYENS THERAPEUTIQUES ET BILAN PRE-THERAPEUTIQUE CHAKIB MARRAKCHI. http://www.infectiologie.org.tn

HVC CHRONIQUE MOYENS THERAPEUTIQUES ET BILAN PRE-THERAPEUTIQUE CHAKIB MARRAKCHI. http://www.infectiologie.org.tn HVC CHRONIQUE MOYENS THERAPEUTIQUES ET BILAN PRE-THERAPEUTIQUE CHAKIB MARRAKCHI LES MOYENS THERAPEUTIQUES Les interférons La ribavirine Les nouveaux produits INTERFERONS 1957: activité antivirale Interférence

Plus en détail

CHG Saint-Denis - Service de microbiologie 2, rue Pierre-Delafontaine 93205 Saint-Denis 2

CHG Saint-Denis - Service de microbiologie 2, rue Pierre-Delafontaine 93205 Saint-Denis 2 TECHNOLOGIE APPLIQUÉE Chantal CHAPLAIN 1, Alix GREDER BELAN 2 Suivi biologique de l infection VIH : intérêts du génotypage pour la résistance et du dosage des antirétroviraux RÉSUMÉ Le suivi biologique

Plus en détail

Traitement des hépatites h chroniques virales B et C

Traitement des hépatites h chroniques virales B et C Traitement des hépatites h chroniques virales B et C Dr Joanna POFELSKI Service d hépatod pato-gastroentérologierologie CH d Annecyd Particularités? Virus hépatotropes / cytopathogènes : lésions hépatiques

Plus en détail

Prise en charge du. Dr FERNANE.Arezki Hôpital André Grégoire Montreuil

Prise en charge du. Dr FERNANE.Arezki Hôpital André Grégoire Montreuil Prise en charge du nouveau-né de mère m HIV Dr FERNANE.Arezki Hôpital André Grégoire Montreuil GROSSESSE Chez une femme infecté par le VIH,la grossesse est a risque = prise en charge multidisciplinaire

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

TRANSCRIPTION TRADUCTION

TRANSCRIPTION TRADUCTION 4 TRANSCRIPTION TRADUCTION Objectifs : définir transcription et traduction et donner leur localisation cellulaire sur un schéma, identifier les acteurs de la transcription (ARNpol, brin transcrit, ARNm)

Plus en détail

3. L'ARN: Structure, Diffférents Types Et Propriétés tructure assification des ARN ARN ribosoinaux (ARNr) synthétisés dans le noyau

3. L'ARN: Structure, Diffférents Types Et Propriétés tructure assification des ARN ARN ribosoinaux (ARNr) synthétisés dans le noyau 3. L'ARN: Structure, Diffférents Types Et Propriétés Structure Les ARN sont des polymères de RiboNucléotides liés par des liaisons phosophodiester 5'-3'. Les bases azotées sont A-U, C-G. Le sucre est le

Plus en détail

HIV et Soins Intensifs. Colloque SMIA 06.09.2007 Dr Pierre Voirol - PHA

HIV et Soins Intensifs. Colloque SMIA 06.09.2007 Dr Pierre Voirol - PHA HIV et Soins Intensifs Colloque SMIA 06.09.2007 Dr Pierre Voirol - PHA HIV et Soins Intensifs: pourquoi? Interactions Effets secondaires Risques Suivi du traitement 2 Patients HIV en soins intensifs: causes

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 9 mai 2012. rilpivirine Code ATC (2012): J05AG05 (inhibiteur non nucléosidique de la transcriptase inverse)

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 9 mai 2012. rilpivirine Code ATC (2012): J05AG05 (inhibiteur non nucléosidique de la transcriptase inverse) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 9 mai 2012 EDURANT 25 mg, comprimés pelliculés Flacon/30 (CIP: 219 472-9) Laboratoire JANSSEN-CILAG rilpivirine Code ATC (2012): J05AG05 (inhibiteur non nucléosidique

Plus en détail

Pathologie VIH. Service maladies infectieuses Archet 1. Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013

Pathologie VIH. Service maladies infectieuses Archet 1. Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013 Pathologie VIH Service maladies infectieuses Archet 1 Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013 Les traitements antirétroviraux Sont classés en 5 familles selon leur mode

Plus en détail

Enseignement de Virologie (part. 2) Pr. Y. BAKRI Plan du cours

Enseignement de Virologie (part. 2) Pr. Y. BAKRI Plan du cours Université Mohammed V-Agdal Département de Biologie Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 4 Année Universitaire : 2009-2010 Module optionnel: Biologie Humaine (M 16.1) Elément : Parasitologie - Virologie

Plus en détail

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE)

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Cycle de réplication virale du VIH Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Pourquoi est-ce important de comprendre le

Plus en détail

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES CHAITRE 3 LA SYNTHESE DES ROTEINES On sait qu un gène détient dans sa séquence nucléotidique, l information permettant la synthèse d un polypeptide. Ce dernier caractérisé par sa séquence d acides aminés

Plus en détail

Enseignement de Virologie (part. 2) Pr. Y. BAKRI Plan du cours

Enseignement de Virologie (part. 2) Pr. Y. BAKRI Plan du cours Université Mohammed V-Agdal Département de Biologie Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 4 Année Universitaire : 2004-2005 Module optionnel: Biologie Humaine (M 16.1) Elément : Parasitologie - Virologie

Plus en détail

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 ACTUALITES THERAPEUTIQUES Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 Traitement de fond Objectifs: Réduire le nombre de poussées Arrêter ou freiner la progression du handicap Les traitements disponibles

Plus en détail

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013 Hépatite B Le virus Structure et caractéristiques o o o Famille des Hepadnaviridae Genre orthohepadnavirus Enveloppé, capside icosaédrique, 42 nm 1 Le virus Structure et caractéristiques En microscopie

Plus en détail

Virus de l hépatite B

Virus de l hépatite B Virus de l hépatite B Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B Persistance de l antigène HBs 10% - 90% Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B faible ou absente Persistance

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

Hépatite C une maladie silencieuse..

Hépatite C une maladie silencieuse.. Hépatite C une maladie silencieuse.. F. Bally Centre de Maladies Infectieuses et Epidémiologie Institut Central des Hôpitaux Valaisans Histoire Années 70 Hépatite non-a-non-b = hépatite post-transfusionelle

Plus en détail

Prophylaxie infectieuse après exposition professionnelle

Prophylaxie infectieuse après exposition professionnelle 1 Prophylaxie infectieuse après exposition professionnelle Introduction Le personnel soignant est régulièrement confronté au risque de contamination par le virus de l immunodéficience humaine (VIH) mais

Plus en détail

www.aidsmap.com Les effets secondaires Français Première édition 2009

www.aidsmap.com Les effets secondaires Français Première édition 2009 www.aidsmap.com Les effets secondaires Français Première édition 2009 Remerciements Ecrit par Michael Carter Première édition française 2009 Adaptée de la première édition anglaise 2009 Remerciements à

Plus en détail

Traitements de l hépatite B

Traitements de l hépatite B Traitements de l hépatite B S Matheron Service des maladies infectieuses et tropicales A Hôpital Bichat-Claude Bernard Virus de l hépatite B: histoire naturelle Contage Hépatite aigüe 70% asymptomatique

Plus en détail

Antiviraux ciblant les polymérases virales

Antiviraux ciblant les polymérases virales Antiviraux ciblant les polymérases virales Barbara Selisko Barbara.Selisko@afmb.univ-mrs.fr Research Group Viral Replicases: Structure, Function & Drug Design Head: Bruno Canard Architecture et Fonction

Plus en détail

Actualités sur le Virus de l'hépatite C

Actualités sur le Virus de l'hépatite C CBP CHRU Lille Actualités sur le Virus de l'hépatite C 2.0 ANNE GOFFARD UNIVERSITÉ LILLE 2 DROIT ET SANTÉ FACULTÉ DES SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES DE LILLE 2012 Table des matières I - Épidémiologie

Plus en détail

Sélection des Médicaments pour la Prise en Charge des PVVIH/SIDA

Sélection des Médicaments pour la Prise en Charge des PVVIH/SIDA Sélection des Médicaments pour la Prise en Charge des PVVIH/SIDA Dr Vincent HABIYAMBERE, OMS/ Département du VIH/SIDA Dr Bianca Kamps, IDA HIV Group Dakar, Sénégal, Mars 2006 Plan de la Présentation Éléments

Plus en détail

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Objectifs thérapeutiques Inhibition de la réplication virale Négativation

Plus en détail

Journées Nationales d Infectiologie. en 2007 pour un. 15 Juin 2007

Journées Nationales d Infectiologie. en 2007 pour un. 15 Juin 2007 Journées Nationales d Infectiologie Quelles exigences en 2007 pour un nouvel Inhibiteur de Protéase? 15 Juin 2007 Journées Nationales d Infectiologie Quelles exigences en 2007 pour un nouvel inhibiteur

Plus en détail

Mme BORGHI Monique Infirmière ETP Mme ALEXIS Françoise Hopital Archet I Infectiologie/Virologie Clinique

Mme BORGHI Monique Infirmière ETP Mme ALEXIS Françoise Hopital Archet I Infectiologie/Virologie Clinique Mme BORGHI Monique Infirmière ETP Mme ALEXIS Françoise Hopital Archet I Infectiologie/Virologie Clinique Une hépatite est une inflammation du foie causée soit par des substances toxiques (médicaments,

Plus en détail

Traitement et questions connexes

Traitement et questions connexes Traitement et questions connexes L essentiel du congrès sur le sida AIDS 2012 (et des ateliers du congrès 14 th International Workshops on Comorbidities and Adverse Drug Reactions in HIV, juillet 2012)

Plus en détail

Avis 6 novembre 2013

Avis 6 novembre 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 6 novembre 2013 ISENTRESS, comprimé à croquer 25 mg Flacon de 60 comprimés (CIP : 3400926992408) ISENTRESS, comprimé à croquer sécable 100 mg Flacon de 60 comprimés (CIP

Plus en détail

Comment remplir le certificat médical de la MDPH?

Comment remplir le certificat médical de la MDPH? Comment remplir le certificat médical de la MDPH? Ce cahier détachable explique les différentes rubriques du certificat médical. Pour chacune d entre elles, les clés d un bon remplissage vous sont données,

Plus en détail

VIH/SIDA 2009. Dr. Rémi De Champlain Omnipraticien 30 septembre 2009

VIH/SIDA 2009. Dr. Rémi De Champlain Omnipraticien 30 septembre 2009 VIH/SIDA 2009 Dr. Rémi De Champlain Omnipraticien 30 septembre 2009 1 2 Objectifs Revoir les principales lignes directrices du traitement du VIH/SIDA les plus récentes Réviser les nouveaux médicaments

Plus en détail

Traitement ARV de l'infection à VIH chez l'adulte et l'adolescent

Traitement ARV de l'infection à VIH chez l'adulte et l'adolescent Notes Traitement ARV de l'infection à VIH chez l'adulte et l'adolescent Module 5 Contexte Les traitements ARV sont des médicaments destinés à bloquer la multiplication du VIH. Leur bonne utilisation chez

Plus en détail

Co-infection HVB HVC CO-infection VIH HVB et HVC

Co-infection HVB HVC CO-infection VIH HVB et HVC Co-infection HVB HVC CO-infection VIH HVB et HVC Abdelfattah CHAKIB Faculté de médecine et de pharmacie de Casablanca Service des maladies infectieuses, CHU Ibn Rochd 06 61 42 91 64 afchakib@gmail.com

Plus en détail

Sclérose en plaques Actualités thérapeutiques. Yann HERVE Service Neurologie CH Carcassonne

Sclérose en plaques Actualités thérapeutiques. Yann HERVE Service Neurologie CH Carcassonne Sclérose en plaques Actualités thérapeutiques Yann HERVE Service Neurologie CH Carcassonne Quelle(s) affirmation(s) sont vraies? 1- Il n y a pas de traitement efficace de la SEP 2- On peut traiter les

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

Le VIH et votre foie

Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Que dois-je savoir au sujet de mon foie? Votre foie joue un rôle incroyablement important. Il filtre votre sang en éliminant les substances nocives (toxiques)

Plus en détail

Les médicaments anti-vih

Les médicaments anti-vih Les médicaments anti-vih 2012 Deuxième édition In collaboration with: Remerciements Edité par Keith Alcorn, Selina Corkery et Greta Hughson Deuxième édition française: 2012 Adaptée de la onzième édition

Plus en détail

Discordance entre l'importance du problème et le petit nombre de publications

Discordance entre l'importance du problème et le petit nombre de publications DOULEURS ET SIDA Discordance entre l'importance du problème et le petit nombre de publications Les patients infectés peuvent souffrir de douleur à n'importe quel stade de la maladie mais la prévalence

Plus en détail

Contribution des protéines régulatrices Vif et Vpr du VIH-1 dans la résistance aux antirétroviraux chez des patients en échec virologique

Contribution des protéines régulatrices Vif et Vpr du VIH-1 dans la résistance aux antirétroviraux chez des patients en échec virologique Contribution des protéines régulatrices Vif et Vpr du VIH-1 dans la résistance aux antirétroviraux chez des patients en échec virologique Slim Fourati To cite this version: Slim Fourati. Contribution des

Plus en détail

Comment mesurer la résistance aux antiviraux???

Comment mesurer la résistance aux antiviraux??? Comment mesurer la résistance aux antiviraux??? Dr Marie-Laure Chaix Laboratoire de Virologie Hôpital Necker DIU de physiopathologie et thérapeutique des maladies infectieuses et tropicales (Module 1)

Plus en détail

VIH & Interactions Médicamenteuses

VIH & Interactions Médicamenteuses VIH & Interactions Médicamenteuses L ABC en quizz K. De Heller & M.Cavassini MIN-IAL, le 21 avril 2005 Ce que je ne vais pas aborder Les interactions médicamenteuses entre les différents antirétroviraux!!!

Plus en détail

TD de Biochimie 4 : Coloration.

TD de Biochimie 4 : Coloration. TD de Biochimie 4 : Coloration. Synthèse de l expérience 2 Les questions posées durant l expérience 2 Exposé sur les méthodes de coloration des molécules : Générique Spécifique Autres Questions Pourquoi

Plus en détail

Marseille 25 octobre 2012 Accompagnement du traitement chez les co-infectés VHC-VIH en pratique

Marseille 25 octobre 2012 Accompagnement du traitement chez les co-infectés VHC-VIH en pratique Marseille 25 octobre 2012 Accompagnement du traitement chez les co-infectés VHC-VIH en pratique Dominique Larrey Service d Hépatogastroenterologie et transplantation Hôpital Saint Eloi CHU Montpellier

Plus en détail

Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT

Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT DATE SEQUENCE lundi 12 : revoir la fiche méthodologique «utiliser le microscope optique» (disponible sur le site du lycée) Lundi 12 1 er contact avec les élèves.

Plus en détail

Guide national de traitement de l infection à VIH par les antirétroviraux Chez l adolescent et l adulte

Guide national de traitement de l infection à VIH par les antirétroviraux Chez l adolescent et l adulte REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO Ministère de la Santé Programme National de Lutte contre le VIH/SIDA et les ISTs PNLS Guide national de traitement de l infection à VIH par les antirétroviraux Chez l adolescent

Plus en détail

Cours de Mme Ollivier. Le 17.12.2008

Cours de Mme Ollivier. Le 17.12.2008 Pharmacologie de la pathologie VIH : Les anti-rétroviraux Rôle infirmier dans la prise en charge du patient sous ARTV : éducation, prévention et gestion des effets secondaires Cours de Mme Ollivier Le

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

Médicaments anti-vih. 2015 Troisième édition. In collaboration with:

Médicaments anti-vih. 2015 Troisième édition. In collaboration with: Médicaments anti-vih 2015 Troisième édition In collaboration with: Remerciements Edité par Greta Hughson Troisième édition française 2015 Adaptée de la 13ème édition anglaise 2015 Remerciements à Sylvie

Plus en détail

Contraception de la femme VIH positive

Contraception de la femme VIH positive Contraception de la femme VIH positive COREVIH Alsace Commission Qualité des soins Qualité de la vie Jeanine OHL Novembre 2012 Eléments à considérer: 1. l épidémiologie En 2007, 33% des nouveaux cas en

Plus en détail

VIH, traitements et qualité de vie

VIH, traitements et qualité de vie supplément à Remaides 62 VIH, traitements et qualité de vie Les bases pour comprendre Les fiches médicaments décembre 2006 SOMMAIRE 2 Les bases pour comprendre 04 Que se passe-t-il après la contamination?

Plus en détail

Hépatite chez un patient atteint d'une affection par le VIH. Véronique Pinzani (1), Dominique Larrey (2)

Hépatite chez un patient atteint d'une affection par le VIH. Véronique Pinzani (1), Dominique Larrey (2) Hépatite chez un patient atteint d'une affection par le VIH Hépatite chez un patient atteint d'une infection par le VIH Véronique Pinzani (1), Dominique Larrey (2) (1) Service de Pharmacologie Médicale

Plus en détail

G.E. Wild, P. Papalia, M.J. Ropeleski, J. Faria et A.B.R. Thomson

G.E. Wild, P. Papalia, M.J. Ropeleski, J. Faria et A.B.R. Thomson 15 Applications des techniques de génie génétique à la gastro-entérologie et à l hépatologie : Paradigmes fondamentaux de la biologie moléculaire de la cellule G.E. Wild, P. Papalia, M.J. Ropeleski, J.

Plus en détail

Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques

Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques UE7 Cours n 9 C. LAMAZE 24.11.11 Elise GODEAU (partie1) Guillaume MERGENTHALER (partie2) Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques SOMMAIRE : I. L endocytose à récepteurs : la voie des clathrines

Plus en détail

Anticorps, vaccins, immunothérapies allergéniques tout savoir sur les progrès de l immunothérapie en 20 questions

Anticorps, vaccins, immunothérapies allergéniques tout savoir sur les progrès de l immunothérapie en 20 questions Anticorps, vaccins, immunothérapies allergéniques tout savoir sur les progrès de l immunothérapie en 20 questions De quoi se compose le système immunitaire? Chaque jour, des substances étrangères, appelées

Plus en détail

Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme

Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme Introduction Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme Informatique: - stocker les données - éditer les données - analyser les données (computational

Plus en détail

Item 127 : Transplantation d'organes

Item 127 : Transplantation d'organes Item 127 : Transplantation d'organes Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Allogreffe de moelle ou de cellules souches...1 2 Transplantation d'organes... 2 3 Diagnostic...3

Plus en détail

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA Amplification spécifique Détection spécifique Clonage dans des vecteurs Amplification in vitro PCR Hybridation moléculaire - hôte cellulaire

Plus en détail

Cahier de texte de la classe 1 ère 3 - SVT

Cahier de texte de la classe 1 ère 3 - SVT Cahier de texte de la classe 1 ère 3 - SVT DATE SEQUENCE jeudi 8 : revoir la fiche méthodologique «utiliser le microscope optique» (disponible sur le site du lycée) Jeudi 8 1 er contact avec les élèves.

Plus en détail

Les nouveaux traitements de fond de la SEP

Les nouveaux traitements de fond de la SEP Sclérose en plaques : les nouveaux traitements Guillaume MATHEY, Hôpital de Metz-Mercy Les nouveaux traitements de fond de la SEP Le but des traitements de fond Forme par poussées 2 ième ligne TYSABRI

Plus en détail

Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines

Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines Jean Daniel Lelièvre, Yves Lévy, Pierre Miossec I-Introduction... 2 II-Les interférons... 2 II-1.L interféron... 3 II-1-a.

Plus en détail

La cytométrie de flux

La cytométrie de flux TD5 La cytométrie de flux Air sous-pression Signal de formation des gouttes Signal de charge des gouttes Cellules en suspension Liquide de Gaine Vibrateur Ultrason Dˇtecteur de Lumi re Arrt du Faisceau

Plus en détail

Stéphane Priet. Research Group Viral Replicases: Structure, Function & Drug Design. Architecture et Fonction des Macromolécules Biologiques (AFMB)

Stéphane Priet. Research Group Viral Replicases: Structure, Function & Drug Design. Architecture et Fonction des Macromolécules Biologiques (AFMB) Stéphane Priet Research Group Viral Replicases: Structure, Function & Drug Design Architecture et Fonction des Macromolécules Biologiques (AFMB) CNRS UMR 7257- Aix-Marseille Université stephane.priet@afmb.univ-mrs.fr

Plus en détail

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points)

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) Lycée M hamdia Année scolaire : 2011/2012 Prof : Saïd Mounir Date : 17/05/2012 Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) EXERCIE N O 1: (4 points) : 1 : a-b 2 : b 3 : a-b 4 : d 5 : d 6 :

Plus en détail

Production de médicaments

Production de médicaments Production de médicaments Pour fabriquer des produits biopharmaceutiques, il faut des chercheurs qui tâtonnent inlassablement pour trouver les bonnes combinaisons. Car la plus légère des modifications

Plus en détail

Aspects virologiques de l infection l. à VIH

Aspects virologiques de l infection l. à VIH CHU Saint Louis Paris Aspects virologiques de l infection l à VIH Constance Delaugerre SFLS Mars 2010 2008 Inhibiteur de corécepteur Inhibiteurs de TI INTI 1985 INNTI 1998 2008 Inhibiteurs d intégrase

Plus en détail

Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques

Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques Parc d Innovation d Illkirch, France, le 22 mars 2010 Transgene S.A. (Euronext Paris: FR0005175080) présente

Plus en détail

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 Objectifs de la présentation Décrire l évolution clinique et la prise en charge d

Plus en détail

Hépatite = inflammation du foie. Pr Bronowicki CHU Nancy - 17.11.2011 Conférence mensuelle - section de Forbach

Hépatite = inflammation du foie. Pr Bronowicki CHU Nancy - 17.11.2011 Conférence mensuelle - section de Forbach Hépatite = inflammation du foie Pr Bronowicki CHU Nancy - 17.11.2011 Conférence mensuelle - section de Forbach 1 Hépatites virales chroniques 2 Histoire naturelle Hépatite aiguë Guérison Hépatite chronique

Plus en détail

Les médicaments anti-vih. Ce que je devrais savoir sur la thérapie 1

Les médicaments anti-vih. Ce que je devrais savoir sur la thérapie 1 Les médicaments anti-vih Ce que je devrais savoir sur la thérapie 1 LES MÉDICAMENTS ANTI-VIH Ce livret offre un premier aperçu pour tous ceux qui souhaitent s informer sur les traitements contre le VIH.

Plus en détail

Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli

Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli Les cytokines et leurs récepteurs Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli l i@ i 1 Les cytokines et leurs récepteurs 2 mécanismes principaux d interactions cellulaires : - contact membranaire

Plus en détail

Christian TREPO, MD, PhD

Christian TREPO, MD, PhD PEG INTERFERON MONOTHERAPI E Christian TREPO, MD, PhD Unmet medical needs in chronic HBV infection Inhibition of viral replication Normalisation of ALT Improvement in liver necroinflammation Improvement

Plus en détail

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin La vaccination contre le VHB à l heure du consensus Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin Pourquoi vacciner? Epidémiologie du VHB 370.000.000 de porteurs chroniques du VHB

Plus en détail

Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins»

Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins» Vaccins du futur Atelier «Croisière dans l archipel des nouveaux vaccins» Bernard Duval Institut National de Santé Publique du Québec 18 avril 2002 Objectifs Grands axes de la réponse immunitaire Conjugaison

Plus en détail

SIDA, limites et perspectives de la trithérapie.

SIDA, limites et perspectives de la trithérapie. PSIR SEPA (2014) Projet Scientifique d Initiation à la Recherche (PSIR) SIDA, limites et perspectives de la trithérapie. E. Bouissière, A. Lesebos, A. Rouillé, M. Sanson, M. Collette* Groupe esaip 18 rue

Plus en détail

Biologie Moléculaire

Biologie Moléculaire Université Pierre et Marie Curie Biologie Moléculaire Objectifs au cours de Biochimie PAES 2009-2010 Pr. C. Housset (Chantal.Housset@st-antoine.inserm.fr) Pr. A. Raisonnier (alain.raisonnier@upmc.fr) Mise

Plus en détail

Chapitre 5 : La transcription. Professeur Joël LUNARDI

Chapitre 5 : La transcription. Professeur Joël LUNARDI Chapitre 5 : La transcription UE1 : Biochimie Biologie moléculaire Professeur Joël LUNARDI Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Chapitre 5. La transcription

Plus en détail

Communiqué de presse. Merck Serono. 18 septembre 2008

Communiqué de presse. Merck Serono. 18 septembre 2008 Communiqué de presse 18 septembre 2008 Merck Serono annonce le lancement de l'essai clinique ORACLE MS destiné à évaluer la cladribine en comprimés chez des patients à risque de développer une sclérose

Plus en détail

Structure et réplication des virus. Pr. Didier HOBER Laboratoire de Virologie. Un peu d Histoired. Un virus redoutable. Le virus de la variole

Structure et réplication des virus. Pr. Didier HOBER Laboratoire de Virologie. Un peu d Histoired. Un virus redoutable. Le virus de la variole Tous les êtres vivants hébergent h des virus Structure et réplication des virus Pr. Didier HOBER Laboratoire de Virologie Bactéries (bactériophages) Champignons Algues Plantes Tabac Virus de la mosaïque

Plus en détail

LES TRAITEMENTS DE LA SEP

LES TRAITEMENTS DE LA SEP LES TRAITEMENTS DE LA SEP Dr Florence ROBERT Service Neurologie CHU Saint-Etienne 1er Colloque de la sclérose en plaques, Saint-Etienne, le 25/05/2012 LES TRAITEMENTS DE FOND DEPENDENT: du type de SEP

Plus en détail

Traitement des hépatites virales B et C

Traitement des hépatites virales B et C Traitement des hépatites virales B et C GFMER Yaoundé 26 Novembre 2007 Dr José M Bengoa foie cirrhotique foie normal Vitesse de développement de la fibrose fibrose VHD VHB VHC années Indications au traitement

Plus en détail

Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins

Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins Vaccinologie et Stratégie de Développement des Vaccins Vaccinologie 1977 - Terme utilisé par Jonas Salk. 1983 - Rassemble tous les aspects des vaccinations : biologiques, immunologiques et cliniques ainsi

Plus en détail

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique C

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique C Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite chronique C Juillet 2015 ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE N 6 HÉPATITE CHRONIQUE C Ce document est

Plus en détail

METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA GST PAR AFFINITE AU GLUTATHION

METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA GST PAR AFFINITE AU GLUTATHION Laboratoire de Physiologie Végétale Université de Neuchâtel (2005) Travaux pratiques METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA PAR AFFINITE AU GLUTATHION INTRODUCTION: Les protéines tiennent

Plus en détail

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie La diversité des étiologies et la variété des traitements utilisés en hépatologie rendent difficile la

Plus en détail

Traitement des hépatites virales

Traitement des hépatites virales Traitement des hépatites virales Philippe Sogni Hépato-gatroentérologie gatroentérologie,, Hôpital Cochin et Faculté de Médecine Paris 5 Sogni 1 Hépatite chronique C Sogni 2 Prévalence en France des Ac..

Plus en détail

Sommaire. Première partie Les concepts de base

Sommaire. Première partie Les concepts de base Sommaire Préface à la troisième édition... Préface à la deuxième édition... Avant-propos à la troisième édition... Avant-propos à la deuxième édition... Avant-propos à la première édition... XV XVII XIX

Plus en détail

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus.

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus. AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne Les dons de cellules & de tissus. Introduction : Une greffe (don) de cellules consiste à administrer à un patient dont un organe vital ne fonctionne plus correctement, une

Plus en détail

HépatiteC n 7. Hépatite chronique B : onseil. quelques notions pour mieux connaître ma maladie

HépatiteC n 7. Hépatite chronique B : onseil. quelques notions pour mieux connaître ma maladie HépatiteC n 7 onseil Ma maladie Mon traitement Ma vie sociale Hépatite chronique B : quelques notions pour mieux connaître ma maladie Sommaire Après plusieurs prises de sang, mon médecin me confirme que

Plus en détail

French Version. Aciclovir Labatec 250 mg (For Intravenous Use Only) 02/2010. Product Information Leaflet for Aciclovir Labatec i.v.

French Version. Aciclovir Labatec 250 mg (For Intravenous Use Only) 02/2010. Product Information Leaflet for Aciclovir Labatec i.v. Product Information Leaflet for Aciclovir Labatec i.v. 250 mg French Version Aciclovir Labatec i.v. Composition Principe actif: Aciclovirum ut Acicloviri natricum (Praeparatio cryodesiccata). Excipients:

Plus en détail

Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse

Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse 7 ième édition Chapitre 10 : La tuberculose et le virus de l immunodéficience humaine Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse, 7 ième édition

Plus en détail

Ézin Jocelyn Come Alex AK.AKPO

Ézin Jocelyn Come Alex AK.AKPO Ézin Jocelyn Come Alex AK.AKPO LES DETERMINANTS DE L'OBSERVANCE A LA TRITHERAPIE ANTIRÉTROVIRALE CHEZ LES PATIENTS INFECTÉS PAR LE VIH A COTONOU, BENIN Mémoire présenté à la Faculté des études supérieures

Plus en détail

LA REPONSE ALLOGENIQUE. C. René -2011

LA REPONSE ALLOGENIQUE. C. René -2011 LA REPONSE ALLOGENIQUE C. René -2011 Les Lois de la transplantation Rôle des lymphocytes T Transfert de l immunité par les cellules T Infiltrat de cellules mononuclées disposé en manchons péri-vasculaire:

Plus en détail

Introduction générale

Introduction générale Introduction générale Touchant près de 600 nouvelles personnes chaque année en France, la leucémie myéloïde chronique est une maladie affectant les cellules du sang et de la moelle osseuse (située au cœur

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail