Tel : BP : 512 RAPPORT D ACTIVITE ANNUELLE DE LA MEC NIYYA-2014

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Tel : 20 510 225 BP : 512 RAPPORT D ACTIVITE ANNUELLE DE LA MEC NIYYA-2014"

Transcription

1 Tel : BP : 512 RAPPORT D ACTIVITE ANNUELLE DE LA MEC NIYYA-2014

2 Historique Créée le 15 septembre 2001 à l issue d une Assemblée générale constitutive, la mutuelle d épargne et de crédit Niyya a été mise en place et parrainée par l ONG internationale Aquadev dans le cadre de ses programme à volet micro finance. La mutuelle d épargne et de crédit Niyya est régie par l ordonnance n 96/024 du 30 mai 1996 portant sur la réglementation des institutions mutualistes ou coopératives d épargne et de crédit et son décret d application n /PRN/MEF/P du 9 novembre Niyya a été officiellement reconnue le 26 décembre Arrête n 00533MF/DGE/R/DMCE/CSSFD/ du Ministre de l économie et des finances. 1- Environnement socio-économique L environnement socio économique de la région de Zinder est caractérisé au niveau macro par une concurrence presque inexistante des quatre(4) SFD que compte la région, une forte présence des banques commerciales qui rachètent les crédits des clients des SFD, une stabilité fragile suite aux manifestations islamistes (Anti-Charlies, Boko Haram) et un problème d eau qui freine le développement des activités économiques. Aussi la présence de la société SORAZ constitue un véritable poumon économique pour la région, de même que les ONG qui participent activement au développement de la région. Au niveau méso on peut noter l inactivité du cadre de concertation des SFD et du ralentissement des activités de l AP/SFD. Au niveau micro, on note une amélioration relative de la qualité du portefeuille par rapport à l année passée suite à l intervention de certaines partenaires comme le PADSR et le PADMIF et l amélioration de certains indicateurs de gestion du aux prestations avec les ONG (cash Transfer, cash for work ). Cependant, on note aussi quelques situations défavorables mais dont les effets néfastes n ont pas beaucoup affecté la qualité du portefeuille au niveau régional. 2- Pratiques mutualistes La MEC NIYYA est régie par les principes de la coopération et de la mutualité et elle doit respecter les règles d action mutualiste. 1

3 Comme défini dans son statut a son article 7, Niyya rend opérationnel ses trois objectifs spécifiques majeurs à savoir (i) Collecter l épargne de ses membres et de leur consentir du crédit et d autres services financiers ; (ii) Favoriser la solidarité et la coopération entre les membres ; (iii) Promouvoir l éducation économique, sociale et coopérative des ses membres. L amélioration des conditions de vie de ses membres, sans distinction de sexe, économiquement défavorisées et vivant principalement en zones pauvres de leur communauté, est le but principal qui sous-tend la création de MEC NIYYA. Toutefois, malgré cette dimension sociale clairement affichée au départ, la MEC/NIYYA pour des raisons économiques, intègre aussi dans sa population cible, un éventail assez large de clientèles afin de rentabiliser ses activités. 3- La gouvernance L organisation de la mutuelle d épargne et de crédit Niyya répond au schéma classique des IMCEC tel que défini par la loi. Ainsi, en plus de l AG qui regroupe l ensemble des membres et des trois (3) autres organes dirigeants (comité de crédit, comité de surveillance et le conseil d administration), un comite de recouvrement a été mis en place afin d apporter son expertise dans la sécurisation de l actif. Une équipe technique de 11 salariés dirigée par un Directeur General assure la gestion de la mutuelle sous le contrôle du comité de surveillance appuyé par un contrôleur interne. 4- L évolution de sa situation financière libellés Résultat d exploitation Encours de crédit Encours épargne Capital social

4 5- La sécurité financière de NIYYA La sécurité financière de Niyya repose sur son principal actif. La mauvaise campagne agricole de cette année à impacter la qualité du portefeuille mais malgré cela le niveau des impayés reste à un niveau acceptable (voir partie qualité du portefeuille), tout de même à améliorer afin de réduire leur incidence négative (montant élevé de créances provisionnées et de pertes sur créances) sur le résultat d exploitation. En termes de sécurité physique des fonds, l utilisation de guichets au niveau des deux(2) points de service réduit les risques inhérents aux Transfer de fonds. Le taux d intérêt appliqué est de 2% mensuel dégressif. 6- Analyse des indicateurs de gestion du bilan A l analyse des indicateurs contenus dans le tableau ci-après, il est à constater que MEC NIYYA dispose de bons ratios de gestion de bilan qui montrent une certaine adéquation entre les fonds propres et la taille de l institution. Ratios de gestion du bilan de NIYYA Rendement des actifs Norme >15% 1% 2,2% Ratio de capitalisation Norme >15% 20% 44% Ratio dettes /Fonds propres Norme 84% 62,42% Solvabilité >15% 50% 106% Sources: Etats financiers et rapports d activités 6.1- Analyse par le ratio de liquidité L analyse par le ratio de liquidité (cf. tableau ci-après) montre que les performances de NIYYA s améliorent. Toutefois en 2014, ce ratio s est dégradé par rapport à 2013 mais respecte toujours la norme (norme minimale de 5%) en atteignant le seuil de 23%. Evolution du ratio de liquidité/actif Libellé Liquidité (F.CFA) Liquidité/Actif Normes >5% 42% 23% 3

5 7- Les ratios prudentiels de la BCEAO L agrément dont bénéficie la Mutuelle est pour une durée indéterminée tant que la mutuelle respecte la réglementation en vigueur. La mutuelle NIYYA respecte de manière continue les normes prudentielles définies par la Loi (cf.les états financiers). 8- Les sources de financement Les sources de financement de NIYYA sont constituées aujourd hui (cf. tableau cidessous) de l épargne des membres (constituée essentiellement de dépôt à vue) en baisse cette année du a la clôture du projet PRODEX et de la fin des activités de la première phase du PADSR et des emprunts bancaires. Année Total ressources F.CFA Epargne mobilisée F.CFA (EG) Fonds propres F.CFA dont Capital social Fonds de crédit F.CFA (RA) - - Emprunt F.CFA Autres ressources - - Le capital social relativement faible augmente d année en année. 9- Prestations offertes à ses membres Conformément à son statuts, la principale activité de NIYYA est la collecte de l épargne et l octroi de crédit à ses membres. Les produits financiers actuellement disponibles sont constitués des intérêts sur crédit et des autres activités notamment le cash transfert. l importance du dépôt à vue s explique par le partenariat avec certaines acteurs au développement comme le PADSR, PADMIF, PRODEX et PPI /RUWAMU. En plus de ses produits financiers, Niyya offre a ses membres des produits non financiers notamment 4

6 l éducation économique à travers des formations aux bénéficiaires ce qui la différencie de la plupart de ses concurrents. Trois types de dépôt sont offerts par NIYYA à ses membres : a. Dépôt à terme (DAT) b. Dépôt de garantie ou épargne caution c. Dépôt à vue (DAV) La mutuelle NIYYA propose à sa clientèle six (6) types de crédit qui sont : a) Le crédit fonds de roulement b) Le crédit embouche c) Le crédit fonctionnaire d) Le crédit retraité e) Le crédit spécial f) Le crédit warrantage 10- Changements intervenus dans son organisation Sur le plan institutionnel et organisationnel aucun changement majeure n est à notifié 11- Difficultés rencontrées Durant l exercice 2014, Niyya a rencontré quelques problèmes dont les principaux sont : Manque de moyen logistique notamment un véhicule pour assurer le contrôle et le transfert de fonds entre les différents guichets L insuffisance de ressource nécessaire pour faire face aux demandes grandissantes de crédit. 12- Les relations avec les Autorités de contrôle La MEC Niyya dispose des bonnes relations avec les autorités quelles entend garder tant que cela est possible, c est pour cela toutes l équipe œuvre à respecter les obligations réglementaires dans le délai. 13- Les partenaires Niyya dispose diverses partenaires techniques et financiers dont les principaux sont : a- ONG SAVE THE CHILDREN b- CRA c- PADSR 5

7 d- PADMIF e- PPI/RUWAMU f- PRODEX g- SONIBANK h- ECOBANK i- BSIC 14- Les perspectives Niyya prévoit pour son développement durant l exercice 2015 : Mobilisation de ressource Développement de la ressource humaine (agent, élus) Développement de partenariat Plus de professionnalisme dans les activités 6

8 ANNEXE RAPPORT ANNUEL NIYYA 2014 Page 1

9 DONNEES GENERALES Tableau n 1.1 : Nombre de membres, bénéficiaires ou clients (en unités) Indicateurs Année (n-1) Année (n) Variation (%) Nombre total de membres, bénéficiaires ou clients (les % groupements sont comptés sur une base unitaire) (1)+(2) Nombre de personnes physiques non-membres d'un ,37% groupement (1) = (a) + (b) Hommes (a) ,43% Femmes (b) ,45% Nombre de personnes morales (groupements de personnes physiques, entreprises, associations, etc.) 1190 (2) 1261 Nombre de groupements de personnes physiques - bénéficiaires % 6% Nombre total des membres des groupements de % personnes physiques -bénéficiaires (3) = (c)+(d) Hommes (c) % Femmes (d) ,6% Tableau n 1.2 : Effectif des dirigeants et du personnel employé (en unités) Indicateurs Année (n-1) Année (n) Variation (%) Nombre de membres du Conseil d'administration ou 6 6 0% de l'organe équivalent Nombre de membres du Conseil de surveillance (*) % Nombre de membres du Comité de crédit (*) % Nombre de membres des autres comités créés 4 4 0% par le SFD : comite de recouvrement Effectif total des employés (3) = (1) +(2) % Dirigeants (employés exerçant des fonctions de direction ou de gérance) dont : (1) - nationaux - personnel expatrié 1 1 0% Autres employés (2) = a-b+c RAPPORT ANNUEL NIYYA 2014 Page 2

10 Indicateurs Année (n-1) Année (n) Variation (%) Agents permanents (a) % Agents contractuels (b) 1 1 0% Personnel expatrié (c) (*) A renseigner par les institutions coopératives ou mutualistes d'épargne et de crédit (**) A préciser 1.3 Données sur la gouvernance Tableau sur l état des rémunérations des dirigeants et du personnel de l institution Rubriques Année (n-1) Année (n) Variation (%) Masse salariale globale en FCFA % - Personnel dirigeant (Directeur Général et son adjoint, directeurs de service) - Autre personnel Montant frais généraux en FCFA Proportion salaire du Directeur Général rapporté aux frais généraux Tableau sur les remboursements de frais des dirigeants élus Rubriques Année (n-1) Année (n) Variation (%) Indemnités des fonctions versées aux administrateurs non salariés en FCFA Frais de tenue des réunions des organes et des assemblées en FCFA - Perdiem - Transport % - Hébergement - Téléphone - Carburant - Autres % RAPPORT ANNUEL NIYYA 2014 Page 3

11 II. DONNEES SUR LES POINTS DE SERVICE Tableau : Evolution du nombre de points de service Paramètres Année (n-1) Années (n) Variation (%) Nombre d'institutions de base Nombre de guichets ou d'antennes 1 1 0% 2 2 0% III. DONNEES SUR LES OPERATIONS DE COLLECTE DE DEPOTS Tableau n 3.1 : Evolution du montant des dépôts (en milliers de FCFA) Indicateurs Année (n-1) Année (n) Variation (%) Montant total des dépôts des membres, bénéficiaires ou clients (1) +(2) Montant des dépôts des personnes physiques non-membres d'un groupement (1) = (a)+(b) Montant des dépôts des hommes (a) Montant des dépôts des femmes (b) Montant des dépôts des personnes morales (groupements de personnes physiques, entreprises, associations, etc.) (2) Tableau 3.2 Décomposition des dépôts par terme % % % ,36% % Dépôts à vue Dépôts à terme Autres dépôts Montant en Part (en %) Montant en Part (en %) Montant en Part (en %) FCFA FCFA FCFA ,15% ,48% ,37% Tableau n 3.3 : Evolution du nombre de déposants (membres, bénéficiaires ou clients ayant un dépôt dans les livres du SFD) et des comptes inactifs. Indicateurs Année (n-1) Année (n) Variation (%) Nombre total des déposants (1) +(2) % Nombre de déposants - personnes physiques non ,37% membres d'un groupement (1)=(a)+(b) Nombre de déposants hommes (a) ,43% ,45% RAPPORT ANNUEL NIYYA 2014 Page 4

12 Nombre de déposants femmes (b) Nombre de déposants - personnes morales % (groupements de personnes physiques, entreprises, associations, etc.) Nombre de comptes inactifs Montant des soldes des comptes inactifs Nombre total de comptes % Tableau n 3.4 : Evolution du capital social et sa répartition* Indicateurs Années (n-1) Année (n) Variation (%) Montant du capital social (en ,21% milliers de FCFA) Noms et prénom des principaux actionnaires Part des principaux actionnaires (en %) Pour les sociétés de capitaux IV. DONNEES SUR LES CREDITS (PRETS ET ENGAGEMENTS PAR SIGNATURE) Tableau n 4.1 : Evolution du montant des crédits accordés dans l'année (en milliers de FCFA) Indicateurs Années (n-1) Année (n) Variation (%) Montant des crédits accordés (1) +(2) ,7% Montant des crédits accordés aux personnes physiques non-membres d'un groupement (1) = (a)+(b) -24,56% Montant des crédits accordés aux hommes (a) ,76% Montant des crédits accordés aux femmes (b) ,33% Montant des crédits accordés aux personnes morales (groupements de personnes physiques, entreprises, associations, etc.) (2) ,36% RAPPORT ANNUEL NIYYA 2014 Page 5

13 Tableau n 4.2 : Evolution du nombre de prêts accordés dans l'année (en unité) Indicateurs Années (n-1) Année (n) Variation (%) Nombre de prêts accordés (1) +(2) ,81% Nombre de prêts accordés aux personnes physiques non-membres d'un groupement (1) = (a)+(b) -32,3% Nombre de prêts accordés aux hommes (a) ,74% Nombre de prêts accordés aux femmes (b) ,45% Nombre de prêts accordés aux personnes morales (groupement de personnes physiques, entreprises, associations, etc.) (2) Montant moyen des prêts accordés (somme des durées des prêts rapportée au nombre de prêts accordés) % 15,6% 4.3 Engagement par signature Nature de l'engament donné Années (n-1) Année (n) Variation (%) Engagement de financement donné en faveur des institutions financières Engagement de financement donné en faveur des membres, bénéficiaires ou clients Engagement de garantie d'ordre des institutions financières Engagement de garantie d'ordre des membres, bénéficiaires ou clients Montant Tableau n 4.4 : Encours de crédits au 31 décembre Indicateurs Année (n-1) Année (n) Variation (%) Encours total de crédits % Encours de crédits sur les personnes physiques ,05% = (a)+(b) Encours de crédits sur les hommes (a) ,47% Encours de crédits sur les femmes (b) ,42% Encours de crédits sur les personnes morales % RAPPORT ANNUEL NIYYA 2014 Page 6

14 Tableau n 4.5 : Nombre de crédits en cours au 31 décembre (en unité) Indicateurs Année (n-1) Année (n) Variation (%) Nombre de crédits en cours (1) +(2) ,36 % Nombre de crédits en cours sur les personnes physiques non-membres d'un groupement (1) = (a)+(b) ,73% Nombre de crédits en cours sur les hommes (a) % Nombre de crédits en cours sur les femmes (b) ,15% Nombre de crédits en cours sur les personnes morales (groupement de personnes physiques, entreprises, associations, etc.) (2) ,4% Tableau n 4.6 : Evolution de l encours des crédits par terme Encours total des crédits en milliers de FCFA (Année n) Court terme Moyen et long terme Encours total des crédits en milliers de FCFA (Année n-1) Variation de l encours des crédits à court terme Variation de l encours des crédits à long terme Court terme Moyen et long terme % - 30,46% Tableau n 4.7 : Encours des crédits des agents relevant des autorités de contrôle (Ministère chargé des finances, BCEAO et commission Bancaire de l UMOA) Prénom et nom Encours total des crédits Structure dont relève (en FCFA) l emprunteur Tableau n 4.8 : Opérations de crédit sur ressources affectées Indicateurs Année (n-1) Année (n) Variation (%) Nombre de crédits accordés sur ressources affectées Montant des crédits accordés sur ressources affectées Nombre de crédits en cours sur ressources affectées Montant des crédits en cours sur ressources affectées RAPPORT ANNUEL NIYYA 2014 Page 7

15 Tableau n 4.9 : Gestion du portefeuille de crédit Indicateurs Année (n-1) Année (n) Variation (%) Encours des créances en souffrances % Taux brut de créances en souffrance -- 31% 11,39% 0,63% Taux de remboursement des crédits accordés1 81,3% 87% 0,07% Taux de recouvrement des créances en souffrance2 29% 32% 0,10% Encours des créances en souffrances sur ressources - - affectées - Taux brut de créances en souffrance sur ressources - - affectées - Taux de remboursement des crédits accordés sur - - ressources affectées - Taux de recouvrement des créances en souffrance - - sur ressources affectées Montant des crédits passés en perte % Taux de perte sur créances % % V. DONNEES SUR LES AUTRES ACTIVITES AUTORISEES V.1 Activités de transfert rapide d'argent Informations d'ordre général : - nom et adresse du représentant (Banque, Poste) ; - nom et adresse de la société représentée (Western union, Money gram, etc.) ; - nombre d'opérations exécutées au cours de l année : à l'émission ; à la réception. Tableau n 5. 1 sur les opérations (en milliers de FCFA) Rubriques Année (n-1) Année (n) Variation (%) Transferts reçus (1) UEMOA Union Européenne RAPPORT ANNUEL NIYYA 2014 Page 8

16 Etats Unis Autres pays Transferts émis (2) UEMOA Union Européenne Etats Unis Autres pays Solde des transferts (3=1-2) V.2 Activités de micro assurance Informations d'ordre général : nombre de bénéficiaires ; catégories de prestations offertes. Tableau n 5.2 : les opérations Rubriques Année (n-1) Année (n) Variation (%) Montant des primes émises Assurance-vie Assurance non vie Montant des arriérés de primes Montant des sinistres à payer Tableau n 5.3 : Operations de change Devises concernées EURO(EUR) Dollar des EU (USD) Franc Suisse (CHF) Livre sterling (GBP) Autres Montant devises achetées des Contrevaleur en FCFA des devises achetées Montant des devises vendues Contre valeur en FCFA des devises vendues RAPPORT ANNUEL NIYYA 2014 Page 9

17 VI. AUTRES INFORMATIONS SUR LES OPERATIONS AVEC LA CLIENTELE Tableau n 6.1 : Tarification des opérations avec la clientèle (*) Rubriques Taux d'intérêt créditeur minimum servis sur les dépôts des membres, bénéficiaires ou clients Taux d'intérêt créditeur maximum servis sur les dépôts des membres, bénéficiaires ou clients Taux d'intérêt nominal débiteur minimum sur les crédits accordés aux membres, bénéficiaires ou clients Taux d'intérêt nominal débiteur maximum sur les crédits accordés aux membres, bénéficiaires ou clients Année (n-1) Année (n) Variation (%) 20% 20% 0% 20% 20% 0% 20% 20% 0% 20% 20% 0% Taux d'intérêt effectif global (**) 24% 24% - (*) : Communiquer le taux d'intérêt annuel (**) : Indiquer le mode de détermination Le mode de détermination est le SIMULATEUR TEG (une application développée par la cellule de contrôle des SFD au Sénégal). Tableau n 6.2 : Répartition des crédits selon leurs objets(en milliers de FCFA) Secteurs d'activités Année (n-1) Année (n) Variation (%) Crédits d'équipement 0 Crédits à la consommation 35% 70% 100% Crédits de trésorerie 56% 5% -91% Autres crédits 9% 25% 178% RAPPORT ANNUEL NIYYA 2014 Page 10

18 Tableau n 6.3 : Dons et œuvres sociales Références du bénéficiaire FETE SCOLAIRE Nature du don ou des œuvres sociales APPUI AUX FETES Evaluation financières (en FCFA) Tableau n 6.4 : Répartition sectorielle des crédits accordés (*) Secteurs d'activités Année (n-1) Année (n) Variation (%) Agriculture, sylviculture et pêche 9% 2% -78% Industries extractives Industries manufacturières Bâtiment et travaux publics) Commerce, restaurants, hôtels 91% 98% 8% Electricité, gaz, eau Transports, entrepôts et communications Assurances, immobilier, services aux entreprises Services divers (*) La sectorisation retenue dans ce tableau est celle prévue par le référentiel comptable spécifique des SFD. VII. OPERATIONS AVEC LES AUTRES INSTITUTIONS FINANCIERES Tableau n 7 : Opérations avec les autres institutions financières (établissements de crédit, SFD, autres institutions financières) et les partenaires au développement Indicateurs Année Année (n-1) Année (n) Variation (%) Encours des emprunts auprès des autres institutions financières 58% Montant total des emprunts obtenus dans l'année auprès des autres institutions financières -29% Taux d'intérêt moyen des emprunts obtenus dans l'année auprès des autres 12% 12% 0% RAPPORT ANNUEL NIYYA 2014 Page 11

19 institutions financières Ressources affectées Subventions d'exploitation reçues 0 0 Subventions d'équipement reçues VIII. DONNEES SUR LA PERFORMANCE DES MEMBRES DES RESEAUX (UNIONS, FEDERATIONS ET CONFEDERATIONS) Tableau n 8 : Indicateurs de performance des institutions affiliées au réseau (*) Indicateurs Année Année (n-1) Année (n) Variation (%) 0 0 0% Nombre d'institutions affiliées déficitaires Montant total du déficit d'exploitation des 0 0 0% institutions affiliées Nombre d'institutions affiliées 0 0 0% excédentaires Montant total de l'excédent d'exploitation 0 0 0% des institutions affiliées (*) Tableau à renseigner par les structures faîtières IX. FONCTIONNEMENT ET VIE DES ORGANES Tableau n 9 : Nombre de réunions tenues au cours de l'année Indicateurs Année Année (n-1) Année (n) Variation (%) Par l'assemblée Générale 1 1 0% Par le Conseil d'administration ou l'organe % équivalent Par le Conseil de surveillance (*) % Par le Comité de crédit (*) ,04% Par les autres comités recouvrement (*) A renseigner par les institutions mutualistes ou coopératives d'épargne et de crédit (*) A préciser RAPPORT ANNUEL NIYYA 2014 Page 12

20 X.PERFORMANCES FINANCIERES Tableau n 10 : Indicateurs de performances financières Indicateurs Année (n-1) Année (n) Variation (%) Marge d intérêt en milliers de FCFA ,5% Produit financier net en milliers de FCFA % Résultat net en milliers de FCFA % Taux de marge nette 1 17% 8,45% -0,50% 1 Le taux de marge nette est égal au rapport entre le résultat net et la marge d intérêt. RAPPORT ANNUEL NIYYA 2014 Page 13

2010 DONNEES CONSOLIDEES DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES (SFD)

2010 DONNEES CONSOLIDEES DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES (SFD) REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ---------------- MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ------------- DIRECTION DE LA REGLEMENTATION ET DE LA SUPERVISION DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

Plus en détail

COMPRENDRE LE DISPOSITIF PRUDENTIEL APPLICABLE AUX SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

COMPRENDRE LE DISPOSITIF PRUDENTIEL APPLICABLE AUX SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ---------------- MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ------------- DIRECTION DE LA REGLEMENTATION ET DE LA SUPERVISION DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

Plus en détail

DOCUMENT DE REFERENCE SUR LES OPPORTUNITES OFFERTES POUR L IMPLEMENTATION DE LA FINANCE ISLAMIQUE

DOCUMENT DE REFERENCE SUR LES OPPORTUNITES OFFERTES POUR L IMPLEMENTATION DE LA FINANCE ISLAMIQUE REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ---------------- MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ------------- DIRECTION DE LA REGLEMENTATION ET DE LA SUPERVISION DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

Notes explicatives relatives aux enquêtes sur l investissement direct étranger

Notes explicatives relatives aux enquêtes sur l investissement direct étranger Notes explicatives relatives aux enquêtes sur l investissement direct étranger Juin 2005 TABLE DES MATIERES 1 GENERALITES 5 1.1 Motivations...5 1.2 Champ d application de l enquête...6 1.3 Conversion des

Plus en détail

Notes aux Etats Financiers. Caisse Autonome pour le Renforcement des Initiatives Economiques par la Micro Finance Au 31/12/2008

Notes aux Etats Financiers. Caisse Autonome pour le Renforcement des Initiatives Economiques par la Micro Finance Au 31/12/2008 Notes aux Etats Financiers Caisse Autonome pour le Renforcement des Initiatives Economiques par la Micro Finance Au 31/12/2008 INTRODUCTION AU 31 décembre 2008, La Caisse Autonome Pour Le Renforcement

Plus en détail

LA BNDA ET LA MICROFINANCE

LA BNDA ET LA MICROFINANCE LA BNDA ET LA MICROFINANCE La création de la BNDA consacre l avènement de la logique bancaire en matière de financement du crédit rural. Jusqu au début des années 1980, c était la logique de développement

Plus en détail

GESTION, FINANCES ET COMPTAPILITE Module 1 : Elaboration, Analyse économique et financière des projets Minimum requis par session

GESTION, FINANCES ET COMPTAPILITE Module 1 : Elaboration, Analyse économique et financière des projets Minimum requis par session Objectifs pédagogiques GESTION, FINANCES ET COMPTAPILITE Module 1 : Elaboration, Analyse économique et financière des projets Minimum par Analyser les procédures de préparation et de montage des projets.

Plus en détail

Enda. Tendances des performances. Tendances 2004. Microfinance Information exchange (MIX) Tendances clés. Nombre d'emprunteurs actifs

Enda. Tendances des performances. Tendances 2004. Microfinance Information exchange (MIX) Tendances clés. Nombre d'emprunteurs actifs Tendances des performances Microfinance Information exchange (MIX) Enda Tendances 24 26 Tendances clés 5 4 3 2 1 Ratio de ch. d'exploitation Ratio de dotations aux provisions pour prêts Ratio de ch. financières

Plus en détail

Intitulé de votre projet

Intitulé de votre projet Intitulé de votre projet «Nom» «Prénom» «Adresse» «Tél» «e-mail» «Date de réalisation du dossier» 2 SOMMAIRE 1. Présentation personnelle (ou de l équipe)... 4 2. Le projet... 5 3. Le produit et son marché...

Plus en détail

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte BURKINA FASO Chiffres clés Taux de change : 1$ US Principales villes Population Taux de croissance de la population (2006-2010) Population urbaine (%du total 2010) PNB par habitant Croissance du PIB (réal

Plus en détail

Comptabilité appliquée à l officine

Comptabilité appliquée à l officine Comptabilité appliquée à l officine I. Le compte de résultat spécifique Rappel ; qu est ce qu un compte de résultat? Il sert à analyser le résultat de l activité : PRODUIT 7. CHARGES 6. = résultat Il sert

Plus en détail

Calculer les échelles d'intérêts; Contrôler la facturation bancaire; Etablir la situation des comptes bancaires. C. Métiers

Calculer les échelles d'intérêts; Contrôler la facturation bancaire; Etablir la situation des comptes bancaires. C. Métiers A. s de la formation Cette formation fournira aux étudiants l ensemble des connaissances leur permettant de: D'être capables d assurer le bon fonctionnement des comptes clients Réaliser les opérations

Plus en détail

FORAGE ORBIT GARANT INC. État consolidé des résultats et du résultat étendu

FORAGE ORBIT GARANT INC. État consolidé des résultats et du résultat étendu États financiers Troisième trimestre terminé le 31 mars 2010 État consolidé des résultats et du résultat étendu PRODUITS TIRÉS DE CONTRATS 28 808 727 27 694 738 76 867 648 76 916 747 COÛT DES PRODUITS

Plus en détail

INSTRUCTION N 009 AUX COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET AUX INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE RELATIVE A LA TRANSMISSION DES SITUATIONS PERIODIQUES

INSTRUCTION N 009 AUX COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET AUX INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE RELATIVE A LA TRANSMISSION DES SITUATIONS PERIODIQUES INSTRUCTION N 009 AUX COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET AUX INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE RELATIVE A LA TRANSMISSION DES SITUATIONS PERIODIQUES La Banque Centrale du Congo, Vu la Loi n 005/2002 du

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 JUIN 2010 Comité du programme et budget Quinzième session Genève, 1 er 3 septembre 2010 POLITIQUE EN MATIERE DE PLACEMENTS Document établi par le Secrétariat 1. L article

Plus en détail

Le soutien au développement économique local

Le soutien au développement économique local Le soutien au développement économique local L État est responsable de la conduite de la politique économique et sociale ainsi que de la défense de l emploi. Toutefois, la loi dote les collectivités locales

Plus en détail

Désignation d organisations non gouvernementales aux fins de l article 77 du Règlement intérieur du Conseil

Désignation d organisations non gouvernementales aux fins de l article 77 du Règlement intérieur du Conseil Nations Unies Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. restreinte 2 octobre 2013 Original: français TD/B/EX(58)/R.1 Conseil du commerce et du développement Cinquante-huitième

Plus en détail

ANNEXE AUX COMPTES ANNUELS EXERCICE 2006

ANNEXE AUX COMPTES ANNUELS EXERCICE 2006 ANNEXE AUX COMPTES ANNUELS EXERCICE 2006 1. ÉVÉNEMENTS SIGNIFICATIFS DE L EXERCICE En début d exercice 2006 la société a acquis la totalité des titres de la société Cryologistic Développement, holding

Plus en détail

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010 Boubacar DIAKITE Contexte de création des IMFs. Extrême pauvreté de certaines couches de la population active, Banque: une activité

Plus en détail

Etats Comptables et Fiscaux

Etats Comptables et Fiscaux FONDS DE DOTATION FNBP 76 Avenue de France 75013 Paris Etats Comptables et Fiscaux 31/12/2014 Téléphone : Bilan Actif FONDS DE DOTATION FNBP Période du 01/01/14 au 31/12/14 Edition du 12/05/15 BRUT Amortissements

Plus en détail

ROCK ENERGY INC. Bilans consolidés intermédiaires. Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008 (non vérifié)

ROCK ENERGY INC. Bilans consolidés intermédiaires. Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008 (non vérifié) ROCK ENERGY INC. Bilans consolidés intermédiaires Aux 30 juin 2009 et 31 décembre 2008 (non vérifié) (Tous les montants sont exprimés en milliers de dollars.) 30 juin 2009 31 décembre 2008 Actif Actif

Plus en détail

CLUSTER LOGISTIQUE RHONE ALPES. Etats Financiers. Au : 31 Décembre 2013. 32 quai Perrache 69286 LYON CEDEX 02. Siret : 42241633900048

CLUSTER LOGISTIQUE RHONE ALPES. Etats Financiers. Au : 31 Décembre 2013. 32 quai Perrache 69286 LYON CEDEX 02. Siret : 42241633900048 CLUSTER LOGISTIQUE RHONE ALPES Etats Financiers Au : 31 Décembre 2013 32 quai Perrache 69286 LYON CEDEX 02 Siret : 42241633900048 In Extenso Charbonnières 24, chemin des Verrières BP 33 69751 Lyon Charbonnières

Plus en détail

LA THEORIE FINANCIERE

LA THEORIE FINANCIERE ANALYSE FINANCIERE DEFINITIONS Ensemble de méthodes et d instruments qui permettent de traiter les informations comptables et de gestion en vue de formuler une appréciation de la situation financière,

Plus en détail

LES RATIOS. 1) définition Un ratio est un rapport entre 2 valeurs économiques qui permet des comparaisons dans le temps et/ou l espace.

LES RATIOS. 1) définition Un ratio est un rapport entre 2 valeurs économiques qui permet des comparaisons dans le temps et/ou l espace. LES RATIOS 1) GENERALITES 1) définition Un ratio est un rapport entre 2 valeurs économiques qui permet des comparaisons dans le temps et/ou l espace. 2) utilité Illustrer des informations Mesurer des objectifs

Plus en détail

Rencontre Ecobiz Créateurs / Jeunes Entreprises Chambre de Commerce et de l Industrie de Grenoble Le 04 novembre 2014

Rencontre Ecobiz Créateurs / Jeunes Entreprises Chambre de Commerce et de l Industrie de Grenoble Le 04 novembre 2014 Rencontre Ecobiz Créateurs / Jeunes Entreprises Chambre de Commerce et de l Industrie de Grenoble Le 04 novembre 2014 Isabelle EMONET 13 Rue des Verdiers 38120 SAINT-EGREVE Tel : 04 80 80 58 80 / Mobile

Plus en détail

Association Cinémathèque de Bretagne 2 Avenue Clémenceau 29 200 BREST

Association Cinémathèque de Bretagne 2 Avenue Clémenceau 29 200 BREST Association Cinémathèque de Bretagne 2 Avenue Clémenceau 29 200 BREST Comptes Annuels Du 1 er janvier au 31 décembre 2009 Martine Salaün Expert comptable Le 30 avril 2010 Armorique Expertise Audit Société

Plus en détail

QUANTUM GENOMICS SAS COMPTES ANNUELS SOMMAIRE 1 DONNEES D'IDENTIFICATION VALIDEES 2 BILAN ACTIF 3 BILAN PASSIF 4 COMPTE DE RESULTATS CHARGES

QUANTUM GENOMICS SAS COMPTES ANNUELS SOMMAIRE 1 DONNEES D'IDENTIFICATION VALIDEES 2 BILAN ACTIF 3 BILAN PASSIF 4 COMPTE DE RESULTATS CHARGES COMPTES ANNUELS EXERCICE SOMMAIRE Sommaire 1 DONNEES D'IDENTIFICATION VALIDEES 2 BILAN ACTIF 3 BILAN PASSIF 4 COMPTE DE RESULTATS CHARGES 5 COMPTE DE RESULTATS PRODUITS 6 COMPTE DE RESULTATS CHARGES (LISTE)

Plus en détail

MECANISMES D EMISSION DES EMPRUNTS PUBLICS

MECANISMES D EMISSION DES EMPRUNTS PUBLICS MINISTERE D ETAT, MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union - Discipline - Travail DIRECTION GENERALE DU TRESOR ET DE LA COMPTABILITE PUBLIQUE DIRECTION DE LA DETTE PUBLIQUE

Plus en détail

SITUATION DU SYSTEME BANCAIRE ET EVOLUTION DU DISPOSITIF DE SUPERVISION DANS LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE

SITUATION DU SYSTEME BANCAIRE ET EVOLUTION DU DISPOSITIF DE SUPERVISION DANS LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE Secrétariat Général Boîte Postale 1917 - Yaoundé République du Cameroun TELEX BANETAC 8343 KN Tél. (237) 223.40.30 (237) 223.40.60 Fax. (237) 223.82.16 12ème ASSEMBLEE

Plus en détail

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS Référence : Agnès DALLOZ Date de dernière mise à jour : 30/07/2004 Etat : Définitif Auteur : Objet du document : Destinataires Agnès DALLOZ Simone SCHARLY Objet de la diffusion

Plus en détail

PGE L3 2015/2016 COMPRENDRE LES ETATS FINANCIERS

PGE L3 2015/2016 COMPRENDRE LES ETATS FINANCIERS COMPRENDRE LES ETATS FINANCIERS EXERCICES PARTIE 2 : INTERPRETATION DES ETATS FINANCIERS SKEMA Business School 1/19 Exercice 1 : VRAC 2 En reprenant le bilan comptable de l exercice 1 Partie 1 (VRAC),

Plus en détail

SOMMAIRE DÉTAILLÉ AVANT-PROPOS... 1

SOMMAIRE DÉTAILLÉ AVANT-PROPOS... 1 AVANT-PROPOS... 1 Clés d accès... 2 INTRODUCTION... 3 1. Le contexte économique des évaluations d entreprises... 3 Les évaluations d entreprises se multiplient...... 3 dans un contexte de plus en plus

Plus en détail

Proposés à un tarif préférentiel, les six produits disponibles ont été revus au 1 er janvier 2016 pour mieux répondre à vos attentes.

Proposés à un tarif préférentiel, les six produits disponibles ont été revus au 1 er janvier 2016 pour mieux répondre à vos attentes. Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne, toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

EVOLUTION POSITIVE DES ACTIVITÉS DE FINANCEMENT

EVOLUTION POSITIVE DES ACTIVITÉS DE FINANCEMENT COMMUNIQUE FINANCIER DE SALAFIN : RESULTATS ANNUELS 2012 Résultat Net de 92 MDH - Maintien du niveau de rentabilité de 15% Progression des crédits distribués dans un marché en retrait. Poursuite de la

Plus en détail

ANNEXES CODE DE LA CONSOMMATION ANNEXE I. Annexe mentionnée à l article R. 312-0-0-2

ANNEXES CODE DE LA CONSOMMATION ANNEXE I. Annexe mentionnée à l article R. 312-0-0-2 ANNEXES CODE DE LA CONSOMMATION ANNEXE I Annexe mentionnée à l article R. 312-0-0-2 Informations précontractuelles européennes normalisées en matière de crédit immobilier FICHE D INFORMATION STANDARDISÉE

Plus en détail

Formation au profit des Responsables et cadres exerçant dans les Collectivités Locales. Analyse Financière des collectivités locales

Formation au profit des Responsables et cadres exerçant dans les Collectivités Locales. Analyse Financière des collectivités locales Formation au profit des Responsables et cadres exerçant dans les Collectivités Locales Analyse Financière des collectivités locales Maison de l Elu, Marrakech 23 May 2012 Présenté par: M. Hassan Ameur

Plus en détail

TRANSAMI. Dossier financier de l'exercice en Euros Période du 01/10/2013 au 30/09/2014. Activité principale de l'association :

TRANSAMI. Dossier financier de l'exercice en Euros Période du 01/10/2013 au 30/09/2014. Activité principale de l'association : TRAAMI Dossier financier de l'exercice en Euros Période du 01/10/2013 au 30/09/2014 Activité principale de l'association : Nous vous présentons ci-après le dossier de l'exercice. Fait à PARIS Le 14/10/2014

Plus en détail

RAPPORT SUR LES INDICATEURS DE PERFORMANCES DES ETABLISSEMENTS DE MICROFINANCE MEMBRES DU RIM. Edition 2013

RAPPORT SUR LES INDICATEURS DE PERFORMANCES DES ETABLISSEMENTS DE MICROFINANCE MEMBRES DU RIM. Edition 2013 RESEAU DES INSTITUTIONS DE MICROFINANCE AU BURUNDI «RIM» RAPPORT SUR LES INDICATEURS DE PERFORMANCES DES ETABLISSEMENTS DE MICROFINANCE MEMBRES DU RIM. Edition 2013 FINANCEMENT : Des suggestions et/ou

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

Cinquième Partie LES TABLEAUX DE BORD 62 CONTROLE DE GESTION

Cinquième Partie LES TABLEAUX DE BORD 62 CONTROLE DE GESTION Cinquième Partie LES TABLEAUX DE BORD 62 CONTROLE DE GESTION R/D Recherche Développement Production Distribution - A6 : Prod. - A7 : CA - A8 : Distribution - A9 : PR de Prod. - A10 : Exportation - A11

Plus en détail

Microfinance en Côte d Ivoire et crises: Analyse des stratégies de résilience

Microfinance en Côte d Ivoire et crises: Analyse des stratégies de résilience Microfinance en Côte d Ivoire et crises: Analyse des stratégies de résilience OUATTARA N. YOUAN Bi B. Communication sur la Résilience en Action 2 1-Introduction Plan de l exposé 2-Methodologie 3-Resultats

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Arrêté du 7 avril 2015 fixant le modèle de présentation du plan global de financement

Plus en détail

PROGRAMME D APPUI AU SECTEUR INFORMEL

PROGRAMME D APPUI AU SECTEUR INFORMEL Thème N 2 "Des ressources pour quelle demande?" «Politique de composition du capital» PASI Côte d'ivoire Séminaire MAIN Les leviers de la pérennité financière Etude de cas PROGRAMME D APPUI AU SECTEUR

Plus en détail

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES Juin 2015 SOMMAIRE 1. Précisions sur la cotation Banque de France et les statistiques présentées... 4 2. Statistiques 2015... 6 2.1. Discrimination

Plus en détail

LE FINANCEMENT DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET SES MODALITES Ou comment réduire le déficit de financement de la FP?

LE FINANCEMENT DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET SES MODALITES Ou comment réduire le déficit de financement de la FP? 24 octobre 2012 LE FINANCEMENT DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET SES MODALITES Ou comment réduire le déficit de financement de la FP? Présentation Marc Ziegler / Institutions et Développement LES CONSTATS

Plus en détail

AFGHANISTAN DEMAIN. 7 boulevard Saint Marcel 75013 PARIS COMPTES ANNUELS. du 01/01/2014 au 31/12/2014

AFGHANISTAN DEMAIN. 7 boulevard Saint Marcel 75013 PARIS COMPTES ANNUELS. du 01/01/2014 au 31/12/2014 7 boulevard Saint Marcel 75013 PARIS COMPTES ANNUELS du 01/01/2014 au 31/12/2014 Sommaire Bilan association 1 ACTIF 1 Immobilisations incorporelles 1 Immobilisations corporelles 1 Immobilisations financières

Plus en détail

La cotation Banque de France à travers la crise et la sortie de crise. 14 avril 2011

La cotation Banque de France à travers la crise et la sortie de crise. 14 avril 2011 La cotation Banque de France à travers la crise et la sortie de crise 14 avril 2011 La connaissance des entreprises par la Banque de France La cotation pour les entreprises et les banques GEODE pour les

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 2016

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 2016 POLITIQUE D INVESTISSEMENT 2016 Présenté à la réunion du Conseil d administration du 22 mars 2016. Table des matières 1. POLITIQUE GÉNÉRALE...2 1.1 Fondement de la politique d investissement... 2 1.2

Plus en détail

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens.

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. Paris, le 15 juillet 2011 Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. L ABE (Autorité Bancaire Européenne) et les autorités de supervision nationales, dont l Autorité de contrôle

Plus en détail

Grèce. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Grèce. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Grèce Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

REGULATION DE LA MICROFINANCE ET PROTECTION DE LA CLIENTELE DANS UNE APPROCHE DE GENRE EN AFRIQUE DE L OUEST ( recherche en cours) Moussa Samb

REGULATION DE LA MICROFINANCE ET PROTECTION DE LA CLIENTELE DANS UNE APPROCHE DE GENRE EN AFRIQUE DE L OUEST ( recherche en cours) Moussa Samb REGULATION DE LA MICROFINANCE ET PROTECTION DE LA CLIENTELE DANS UNE APPROCHE DE GENRE EN AFRIQUE DE L OUEST ( recherche en cours) Moussa Samb I Analyser les contours, les points forts/faibles de la régulation

Plus en détail

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières Analyse Financie re 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière Table des matières Introduction :... 2 Chapitre 1 : Etude du compte de résultat... 2 I. Soldes Intermédiaires de Gestion

Plus en détail

Plan de soutien à l élevage français

Plan de soutien à l élevage français Plan de soutien à l élevage français MEMENTO Entreprises fragilisées dans le secteur agricole : quels outils pour quelles problématiques? La présente fiche récapitule de façon synthétique les outils existants

Plus en détail

SESSION 2009 UE6 FINANCE D ENTREPRISE

SESSION 2009 UE6 FINANCE D ENTREPRISE 910006 DCG SESSION 2009 UE6 FINANCE D ENTREPRISE Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1 Document autorisé : Aucun document n est autorisé. Matériel autorisé : Une calculatrice de poche à fonctionnement

Plus en détail

Études. Les PEA bancaires huit ans après

Études. Les PEA bancaires huit ans après Institué pour susciter, grâce à des incitations fiscales, le développement d une épargne des ménages durablement investie en actions, le plan d épargne en actions (PEA) bancaire a trouvé sa place face

Plus en détail

COOPERATIVES POUR LA PROMOTION DE L EPARGNE ET DU CREDIT

COOPERATIVES POUR LA PROMOTION DE L EPARGNE ET DU CREDIT COOPERATIVES POUR LA PROMOTION DE L EPARGNE ET DU CREDIT (CPEC BENIN) Agrément n L.99.0004.A MFE du 05/052011 Tel : (229) 21385007 / 97 49 92 75 Email : cpecp@yahoo.fr RAPPORTS DU COMMISSAIRE AUX COMPTES

Plus en détail

Emission d un Emprunt Obligataire Subordonné «Emprunt Subordonné UBCI 2015» Sans recours à l Appel Public à l Epargne

Emission d un Emprunt Obligataire Subordonné «Emprunt Subordonné UBCI 2015» Sans recours à l Appel Public à l Epargne Emission d un Emprunt Obligataire Subordonné UNION BANCAIRE POUR LE COMMERCE ET L INDUSTRIE Société Anonyme au capital de 100.007.645 Dinars Siège Social : 139, Avenue de la Liberté, 1002-Tunis Registre

Plus en détail

BTS Banque session 2007 EP 4 : Gestion de clientèle et communication professionnelle Corrigé indicatif AGENCE NOVA

BTS Banque session 2007 EP 4 : Gestion de clientèle et communication professionnelle Corrigé indicatif AGENCE NOVA BTS Banque session 2007 EP 4 : Gestion de clientèle et communication professionnelle Corrigé indicatif Proposition de barème Questions Barème sur 20 Total/20 1.1 1 Partie 1 1.2 2 4 1.3 1 2.1 3 Partie 2

Plus en détail

L Analyse financière

L Analyse financière L Analyse financière 1. Définition L analyse financière est un outil de gestion indispensable pour toute entreprise et en particulier l institution de microfinance. L importance de cette manière nous amène

Plus en détail

Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011

Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011 Communiqué premier TRIMESTRE 2011 Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011 L information financière fournie dans le présent communiqué est basée sur les états financiers consolidés

Plus en détail

Groupe PwC Audit. États financiers consolidés Exercice de 12 mois clos le 30 juin 2007

Groupe PwC Audit. États financiers consolidés Exercice de 12 mois clos le 30 juin 2007 États financiers consolidés Exercice de 12 mois clos le 30 juin 2007 Sommaire 01 Bilan consolidé 5 02 Compte de résultat consolidé 6 03 Tableau de variation des capitaux propres consolidés 7 04 Tableau

Plus en détail

BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE Siège Social :70/72, Avenue Habib Bourguiba BP 520-1080 Tunis

BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE Siège Social :70/72, Avenue Habib Bourguiba BP 520-1080 Tunis AVIS DES SOCIETES INDICATEURS D ACTIVITE TRIMESTRIELS BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE Siège Social :70/72, Avenue Habib Bourguiba BP 520-1080 Tunis La BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE publie

Plus en détail

LA MEDICALE VIE-PREVOYANCE Association régie par la loi du 1 er juillet 1901 Siège social : 50-56 rue de la Procession - 75015 PARIS

LA MEDICALE VIE-PREVOYANCE Association régie par la loi du 1 er juillet 1901 Siège social : 50-56 rue de la Procession - 75015 PARIS LA MEDICALE VIE-PREVOYANCE Association régie par la loi du 1 er juillet 1901 Siège social : 50-56 rue de la Procession - 75015 PARIS RAPPORT D ACTIVITE EXERCICE 2012 Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,

Plus en détail

Chapitre 24: MONNAIE ET CREDIT

Chapitre 24: MONNAIE ET CREDIT Chapitre 24: MONNAIE ET CREDIT SOMMAIRE I. LISTE DES GRAPHIQUES... 415 II. LISTE DES TABLEAUX... 415 III. PRESENTATION... 416 IV. METHODOLOGIE... 416 V. SOURCES DE DOCUMENTATION... 417 Chapitre 24 : Monnaie

Plus en détail

COMMENT LES BANQUES PRIMAIRES POURRAIENT FACILITER L ACCES DU SECTEUR PRIVE AU FINANCEMENT

COMMENT LES BANQUES PRIMAIRES POURRAIENT FACILITER L ACCES DU SECTEUR PRIVE AU FINANCEMENT COMMENT LES BANQUES PRIMAIRES POURRAIENT FACILITER L ACCES DU SECTEUR PRIVE AU FINANCEMENT Présenté par: Mme Vololomanitra RAKOTONDRALAMBO DIRECTEUR GENERAL ADJOINT DE LA BOA-MADAGASCAR 1 PARTIE I: RAPPEL

Plus en détail

Comptes annuels Au 31 décembre 2010

Comptes annuels Au 31 décembre 2010 AB Expertise Conseil Société d expertise comptable Comptes annuels Au 31 décembre 2010 ASS CRECHE ADAGE 13 rue des Vétérans 59650 VILLENEUVE D'ASCQ Exercice clos le : 31 décembre 2010 SIRET : 32861977000022

Plus en détail

CECCA «IDZALEDU» Politique de crédits. Caisse d Epargne et de Crédits Commercial et Agricole des Mutuelles de Solidarités

CECCA «IDZALEDU» Politique de crédits. Caisse d Epargne et de Crédits Commercial et Agricole des Mutuelles de Solidarités Association Maison Rurale d Education et d Action de DEveloppement BP : 10 Badou Wawa Tél : (+228) 832 10 78 Siège social Tomégbé E-mail : info@asmeradetogo.org Site web : www.asmeradetogo.org Caisse d

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 02 08 juin 2016 Encours* Variations depuis 03/06/16 03/06/15 31/12/15 27/05/16 Reserves Internationales Nettes (RIN) 243,6 25,4% 8,5% 0,1% * En milliards de dirhams

Plus en détail

414.123 Ordonnance sur les finances et la comptabilité du domaine des EPF

414.123 Ordonnance sur les finances et la comptabilité du domaine des EPF Ordonnance sur les finances et la comptabilité du domaine des EPF du 5 décembre 2014 (Etat le 1 er janvier 2015) Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 35a, al. 5, et 39, al. 2, de la loi fédérale du 4

Plus en détail

Chapitre 24 : MONNAIE ET CREDIT

Chapitre 24 : MONNAIE ET CREDIT Chapitre 24 : MONNAIE ET CREDIT SOMMAIRE I. LISTE DES GRAPHIQUES... 331 II. LISTE DES TABLEAUX... 331 III. PRÉSENTATION... 332 IV. METHODOLOGIE... 332 V. SOURCES DE DOCUMENTATION... 333 Chapitre 24: Monaie

Plus en détail

PROJET DE POLITIQUE D EPARGNE ET DE CREDIT DES CAISSES POPULAIRES D EPARGNE ET DE CREDIT (CPEC)

PROJET DE POLITIQUE D EPARGNE ET DE CREDIT DES CAISSES POPULAIRES D EPARGNE ET DE CREDIT (CPEC) SECRETARIAT D ETAT A LA SOLIDARITE AGENCE DJIBOUTIENNE DE DEVELOPPEMENT SOCIAL (ADDS) PROJET DE POLITIQUE DES CAISSES POPULAIRES (CPEC) Août 2008 REALISATION OKAMBAWA CODJO IRENEE & MOHAMED ROBERT D EPARGNE

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPT 1425915 D Intitulé du texte : projet de décret définissant les conditions dans lesquelles le prêteur et l assureur délégué s échangent les informations

Plus en détail

Croissance, emploi et protection sociale

Croissance, emploi et protection sociale Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Croissance, emploi et protection sociale Juillet 1998 Document de travail n 32 La problématique croissance, emploi et protection sociale

Plus en détail

PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS

PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS MISSION MINISTÉRIELLE PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES ANNEXE AU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2015 PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS

Plus en détail

PRÉSENTATION DU BILAN

PRÉSENTATION DU BILAN Chapitre 1: PRÉSENTATION DU BILAN Introduction L actif, le passif et le hors bilan sont présentés chacun sur un feuillet conformément au modèle en annexe. Les rubriques de l actif qui font l objet d amortissements

Plus en détail

Financer la méthanisation agricole Rapport financier semestriel Au 30 juin 2014

Financer la méthanisation agricole Rapport financier semestriel Au 30 juin 2014 Financer la méthanisation agricole Rapport financier semestriel Au 30 juin 2014 Société en commandite par actions au capital de 4 425 816 Siège social : 7 rue Greffulhe 75008 Paris RCS Paris B 539 411

Plus en détail

depuis 1872 Rapport de gestion Exercice 2011

depuis 1872 Rapport de gestion Exercice 2011 CAISSE PUBLIQUE DE PRETS SUR GAGES DE GENEVE depuis 1872 Rapport de gestion Exercice 2011 Sommaire Message du président page 3 Présentation des activités 2011... page 3 Octroi des prêts page 3 Vente aux

Plus en détail

Figure 1. Notation Finale SP générée par le Scorecard. Note définitive - SP5 SP4 SP3 SP2 SP1 + 0-29 30-49 50 64 65-77 78-100

Figure 1. Notation Finale SP générée par le Scorecard. Note définitive - SP5 SP4 SP3 SP2 SP1 + 0-29 30-49 50 64 65-77 78-100 Janvier 2016 Sommaire Résumé des Fondements 2 de l Évaluation Profil institutionnel 3 Analyse des facteurs et sous 9 facteurs de l EPS de MEC «le Sine» Marché de la Microfinance 23 au Sénégal Analyste

Plus en détail

États financiers consolidés intermédiaires résumés pour les périodes de trois mois terminées les 30 juin 2015 et 2014

États financiers consolidés intermédiaires résumés pour les périodes de trois mois terminées les 30 juin 2015 et 2014 États financiers consolidés intermédiaires résumés pour les périodes de trois mois terminées les 2015 et 2014 (non audités et non examinés par les auditeurs indépendants) États consolidés intermédiaires

Plus en détail

Relatif aux documents de synthèse consolidés des entreprises relevant du Comité de la réglementation bancaire et financière

Relatif aux documents de synthèse consolidés des entreprises relevant du Comité de la réglementation bancaire et financière Règlement n 2000-04 du 4 juillet 2000 Relatif aux documents de synthèse consolidés des entreprises relevant du Comité de la réglementation bancaire et financière Le Comité de la réglementation comptable,

Plus en détail

Emission d un Emprunt Obligataire Subordonné «Emprunt Subordonné BIAT 2014» sans recours à l Appel Public à l Epargne

Emission d un Emprunt Obligataire Subordonné «Emprunt Subordonné BIAT 2014» sans recours à l Appel Public à l Epargne Emission d un Emprunt Obligataire Subordonné BANQUE INTERNATIONALE ARABE DE TUNISIE Société Anonyme au capital de 170.000.000 Dinars Siège Social : 70-72, Avenue Habib Bourguiba - Tunis Registre du Commerce

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) DE LA MRC DE LA HAUTE-YAMASKA. Table des matières

POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) DE LA MRC DE LA HAUTE-YAMASKA. Table des matières POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) DE LA MRC DE LA HAUTE-YAMASKA Table des matières 1. FONDEMENTS DE LA POLITIQUE... 2 1.1 Mission du fond... 2 1.2 Principe... 2 1.3 Support

Plus en détail

SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS

SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS SELECTION DE CONSULTANT DOSSIER DE DEMANDE DE PROPOSITIONS MISSION ASSISTANCE TECHNIQUE PERFECTIONNEMENT DES PROCEDURES DE GESTION DES RH ET ELABORATION DES OUTILS NECESSAIRES RMCR MALI FEVRIER 2016 Avec

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ Ce dossier comporte des éléments de

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 2015

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 2015 POLITIQUE D INVESTISSEMENT 2015 Modifiée à la réunion du Conseil du 17 mars 2015 TABLE DES MATIÈRES 1. POLITIQUE GÉNÉRALE... 1 1.1 Fondement de la Politique d investissement... 1 1.2 Fonds d aide de la

Plus en détail

Confirmation du dynamisme commercial et renforcement de l assise financière

Confirmation du dynamisme commercial et renforcement de l assise financière Le Groupe Crédit Mutuel Centre Est Europe Sud-Est Ile-de-France Savoie-Mont Blanc et CIC en 2007 Confirmation du dynamisme commercial et renforcement de l assise financière Résultat net : 2 161 millions

Plus en détail

TOTAL PRODUITS 169 755 193 963 TOTAL CHARGES 140 780 175 876 RESULTAT NET DE L'EXERCICE 28 975 18 087

TOTAL PRODUITS 169 755 193 963 TOTAL CHARGES 140 780 175 876 RESULTAT NET DE L'EXERCICE 28 975 18 087 COMPTE DE PRODUITS ET CHARGES AU 31 Décembre 2013 31/12/2013 31/12/2012 I.PRODUITS D'EXPLOITATION BANCAIRE 150 062 154 269 1.Intérêts et produits assimilés sur opérations avec les établissements de crédit

Plus en détail

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015)

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) CONJONCTURE ECONOMIQUE, FINANCIERE ET MONETAIRE DES ETATS MEMBRES DE LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET

Plus en détail

LA MOBILISATION DES RESSOURCES INTERNES PAR LE TRESOR PUBLIC

LA MOBILISATION DES RESSOURCES INTERNES PAR LE TRESOR PUBLIC LA MOBILISATION DES RESSOURCES INTERNES PAR LE TRESOR PUBLIC De par ses attributions, le Trésor joue le rôle de caissier et de banquier dans la gestion des ressources publiques. Il est l agent financier

Plus en détail

FCPE AG2R LA MONDIALE ES EdR PATRIMOINE GLOBAL. Notice d Information

FCPE AG2R LA MONDIALE ES EdR PATRIMOINE GLOBAL. Notice d Information FCPE AG2R LA MONDIALE ES EdR PATRIMOINE GLOBAL Fonds Commun de Placement d Entreprise (FCPE) - Code valeur : 990000047899 Compartiment oui non Nourricier oui non Notice d Information Un Fonds Commun de

Plus en détail

BANQUE FRANÇAISE MUTUALISTE

BANQUE FRANÇAISE MUTUALISTE BANQUE FRANÇAISE MUTUALISTE LA BANQUE DES AGENTS DU SECTEUR PUBLIC DOSSIER DE PRESSE Contacts presse Caroline Weill caroline.weill@lambassade.agency 01 47 04 12 52 Audrey Peauger audrey.peauger@lambassade.agency

Plus en détail

LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE

LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE Le rôle respectif des taux à court terme et des taux à long terme dans le financement de l économie française

Plus en détail

Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée

Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée Lexique Chiffre d affaires Ensemble de la production vendue par une entreprise sur une période donnée > Le chiffre d affaires est un concept très simple qui permet de mesurer l activité d une entreprise

Plus en détail

ETUDE SUR LES TAUX D INTERET ET LA VIABILITE FINANCIERE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

ETUDE SUR LES TAUX D INTERET ET LA VIABILITE FINANCIERE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES 2011 REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ---------------- MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ------------- DIRECTION DE LA REGLEMENTATION ET DE LA SUPERVISION DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

Plus en détail

Notes annexes aux comptes sociaux (extraits)_

Notes annexes aux comptes sociaux (extraits)_ Notes annexes aux comptes sociaux (extraits)_ Conformément à l article 16.1 du Code de commerce, la Société a opté pour la tenue de sa comptabilité en euros. Les notes ci-après constituent l annexe au

Plus en détail

BILAN ET COMPTE DE RESULTAT

BILAN ET COMPTE DE RESULTAT 27 Rue de la Petite Chartreus BILAN ET COMPTE DE RESULTAT - Bilan actif-passif - Compte de résultat - Annexe 16 Rue P.Gilles de Gennes Parc de la Vatine 76130 MONT ST AIGNAN BILAN ACTIF ACTIF Exercice

Plus en détail

Chapitre 3 : La gestion de la trésorerie

Chapitre 3 : La gestion de la trésorerie Chapitre 3 : La gestion de la trésorerie Toute entreprise commerciale ou industrielle opère chaque mois des achats, des ventes, des paiements, des versements. Elle reçoit aussi de l argent, paie ses salariés,

Plus en détail

Emprunt obligataire subordonné UBCI 2012 139, Avenue de la liberté- 1002 Tunis Belvédère.

Emprunt obligataire subordonné UBCI 2012 139, Avenue de la liberté- 1002 Tunis Belvédère. VISAS du Conseil du Marché Financier : Portée du visa du CMF : Le visa du CMF, n implique aucune appréciation sur l opération proposée. Le prospectus est établi par l émetteur et engage la responsabilité

Plus en détail