Mémoire pour l'obtention du Diplôme d'etudes Spécialisées en Pneumologie. Commission Régionale de Coordination et d'evaluation Ile-de-France

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mémoire pour l'obtention du Diplôme d'etudes Spécialisées en Pneumologie. Commission Régionale de Coordination et d'evaluation Ile-de-France"

Transcription

1 Mémoire pour l'obtention du Diplôme d'etudes Spécialisées en Pneumologie Commission Régionale de Coordination et d'evaluation Ile-de-France Année universitaire Etude clinique et biologique préliminaire sur l implication du traitement par interféron dans le développement d une hypertension artérielle pulmonaire Présenté en séance publique le 26/09/2013 par Caroline SATTLER Ce travail a été réalisé sous la direction de : Dr Laurent SAVALE Service de Pneumologie et Soins Intensifs Centre de référence de l hypertension pulmonaire sévère Hôpital Bicêtre 78 rue du Général Leclerc Le Kremlin-Bicêtre FRANCE Adresse électronique du candidat : Adresse électronique du directeur :

2 REMERCIEMENTS Aux membres du jury, pour me faire l honneur de juger mon travail. Au docteur Laurent Savale, pour avoir eu la patience et la disponibilité de m encadrer encore une fois après ma thèse et pour m avoir apporté toute ta rigueur et ton sérieux dans ce travail. Au docteur Christophe Guignabert, pour avoir encadré mon travail de master 2 dont les résultats expérimentaux figurent dans ce mémoire et pour m avoir ouvert les portes de la science. Aux professeurs Humbert, Simonneau, Sitbon et à tous les membres de l équipe médicale du service de pneumologie de l hôpital Bicêtre, avec lesquels je vais travailler dès novembre. Au docteur Marie-Camille Chaumais, pour nous avoir aidés à nous procurer l interféron si précieux pour nos expérimentations. A l équipe de la dysfonction endothéliale de l unité INSERM U999 : Carole, Morane, Raphaël, Ly, Nicolas, Alice, Marie-Dielle, pour votre accueil chaleureux. A ma famille. A mes amis. A l homme qui partage ma vie. 1

3 RESUME Contexte : Quelques cas d hypertension artérielle pulmonaire (HTAP) chez des patients traités par interféron (IFN) α ou β ont été rapportés dans la littérature. L IFN peut affecter la fonction endothéliale in vitro. Des études cliniques et expérimentales sont néanmoins nécessaires pour mieux apprécier le rôle de l IFN comme facteur de risque d HTAP. Objectifs et méthodes : L étude clinique avait pour objectif de décrire rétrospectivement tous les cas d HTAP ayant été exposés à l IFN et identifiés dans le centre de référence de l hypertension pulmonaire (HTP) sévère. L étude expérimentale avait pour objectif d analyser l effet de l IFN dans un modèle d HTP induite par la monocrotaline (MCT) chez le rat. Résultats : Cinquante-trois patients atteints d HTAP avec antécédent d exposition à l IFN ont été identifiés entre 1998 et Quarante-huit patients avaient été traités par IFN α pour une hépatite C chronique. Tous avaient une hypertension portale (90%) et/ou une co-infection par le VIH (54%). Cinq autres patients avaient été traités par IFN β pour une sclérose en plaques. Soixante-neuf pour cent des patients avaient développé l HTAP dans les 3 ans suivant l initiation du traitement par IFN. Seize des 48 patients avaient été exposés ou réexposés à l IFN α après le diagnostic d HTAP. Un suivi hémodynamique était disponible pour 12 d entre eux. Une augmentation des résistances vasculaires pulmonaires (RVP) de plus de 20% a été observée chez 10/12 de ces patients dans un délai médian de 7,4 mois après le début du traitement par IFN. Sur le plan expérimental, l IFN α n induisait pas d HTP et n aggravait pas l HTP induite par la MCT chez le rat. Conclusion : Notre étude clinique suggère une possible imputabilité de l IFN dans le développement ou l aggravation d une HTAP. L IFN pourrait agir comme «trigger», la plupart des patients ayant un autre facteur de risque d HTAP. Bien que l IFN puisse induire une production d endothéline 1 par les cellules vasculaires pulmonaires in vitro, nous n avons pas pu mettre en évidence d effet hémodynamique de l IFN chez le rat. Des études cliniques et expérimentales complémentaires sont donc nécessaires avant de conclure à une imputabilité définitive. Mots-clés : Hypertension artérielle pulmonaire, Interféron, Pharmacovigilance, Imputabilité, Modèle animal. 2

4 ABSTRACT Background: Cases of pulmonary arterial hypertension (PAH) in patients treated with interferon (IFN) α or β have been reported in the literature. IFN can alter the endothelial cell behavior in vitro. However, additional clinical and biological studies are needed to better evaluate whether IFN can trigger PAH. Objectives and methods: The aim of the clinical study was to describe retrospectively all cases of PAH patients with a history of IFN exposure, identified in the French referral centre for pulmonary hypertension (PH). The aim of the experimental study was to analyze the effect of IFN on monocrotaline (MCT)-induced PH in rat. Results: Fifty-three patients with PAH and a history of IFN therapy were identified between 1998 and Forty-eight patients were treated with IFN α for chronic hepatitis C. All these patients had portal hypertension (90%) and/or HIV co-infection (54%). Five additional patients were treated with IFN β for multiple sclerosis. 69% developed PAH within three years of initiation of IFN therapy. Sixteen patients with known PAH were treated with IFN. Hemodynamic follow-up was available in 12 of them. Increased pulmonary vascular resistance (PVR) of more than 20% was observed in 10/12 cases in a median delay of 7.4 months after IFN initiation. In most of them, IFN withdrawal resulted in marked hemodynamic improvements. The in vivo study showed that IFN did not induce PH and did not worsen MCT-induced PH in rat. Conclusion: This retrospective analysis, together with experimental evidence of IFN-induced endothelial cell dysfunction, suggests that IFN therapy may be a trigger for PAH. However, according to the presence of other risk factors in most patients and to the results of the experimental study in rats, further investigations are mandatory to definitively establish a link between IFN exposure and PAH. Key words: Pulmonary arterial hypertension, Interferon, Pharmacovigilance, Imputability, Animal model. 3

5 SOMMAIRE REMERCIEMENTS... 1 RESUME... 2 ABSTRACT... 3 LISTE DES ABREVIATIONS Introduction Matériels et Méthodes Etude clinique Patients Evaluation clinique, fonctionnelle et hémodynamique Exposition à l IFN alpha ou beta Etude fondamentale Protocole utilisé Evaluation de l hypertension pulmonaire Mesure des niveaux pulmonaires d ARNm de l endothéline Analyses statistiques Résultats Etude clinique Délai entre initiation du traitement par IFN et diagnostic de l HTAP Caractéristiques des patients au diagnostic d HTAP (Tableau 2) Histoire naturelle de l HTAP après exposition à l IFN Etude de l effet de l IFN sur l évolution d une HTAP préexistante Etude fondamentale Détermination du type d IFN et de la dose à injecter Exposition chronique de rats au peginterféron alpha dans le modèle d étude de l hypertension pulmonaire induite par la monocrotaline Discussion CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE

6 LISTE DES ABREVIATIONS ANSM : Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé ARNm : Acide RiboNucléique Messager BMPR2 : Bone morphogenetic protein receptor type II CIA : Communication Inter Auriculaire DC : Débit Cardiaque ELISA: Enzyme-Linked Immunosorbent Assay ET-1 : Endothéline 1 HTAP : HyperTension Artérielle Pulmonaire HTP : HyperTension Pulmonaire IC : Index Cardiaque IFN : Interféron IP-10 : Interferon Induced Protein 10 IQR : InterQuartile Range LMC : Leucémie Myéloïde Chronique MCT : Monocrotaline mmhg : millimètres de Mercure NO : Monoxyde d azote NYHA: New York Heart Association PAPm : Pression Artérielle Pulmonaire Moyenne PAPO : Pression Artérielle Pulmonaire Occluse PCNA : Proliferating Cell Nuclear Antigen POD : Pression de l Oreillette Droite RPT : Résistances Pulmonaires Totales RTQPCR : Real Time Quantitative Polymerase Chain Reaction RVP : Résistances Vasculaires Pulmonaires s.c. : sous-cutané TM6 : Test de Marche des 6 minutes VHC : Virus de l Hépatite C VIH : Virus de l Immunodéficience Humaine 5

7 1. Introduction L hypertension artérielle pulmonaire (HTAP) est une maladie rare (environ 25 à 40 cas par million d'habitants en France) et grave, caractérisée par l augmentation progressive des résistances vasculaires pulmonaires aboutissant à une insuffisance cardiaque droite (Rubin 1997). Elle est définie par une pression artérielle pulmonaire moyenne (PAPm) 25 mmhg et une pression artérielle pulmonaire occluse (PAPO) 15 mmhg, mesurées lors d un cathétérisme cardiaque droit. L HTAP peut soit survenir de façon sporadique (HTAP idiopathique), soit dans un contexte familial (HTAP familiale ou héritable) ou encore compliquer l exposition à un certain nombre de facteurs de risque identifiés ou l évolution de certaines pathologies [connectivite, cardiopathie congénitale, hypertension portale, infection par le virus de l immunodéficience humaine (VIH)]. Ces différentes étiologies partagent des mécanismes physiopathologiques similaires, aboutissant à un remodelage vasculaire pulmonaire identique, caractérisé par une muscularisation des artères pulmonaires de petit calibre, associées à une hypertrophie de la media avec ou sans fibrose de l intima, de la thrombose in situ et des lésions plexiformes (Galie 2009). A la fin des années soixante, une première épidémie d HTAP est survenue en Autriche, Allemagne et Suisse suite à la mise sur le marché dans ces pays d un médicament anorexigène dérivé de l amphétamine : l aminorex (Gurtner 1985). Depuis lors, la sensibilisation des professionnels de santé et les progrès réalisés dans le diagnostic de la maladie ont permis de découvrir d autres médicaments et toxiques impliqués dans le développement de l HTAP. Actuellement, en France, un dépistage systématique de l exposition à des médicaments des patients atteints de cette maladie a été mis en place dans le cadre d une collaboration entre le réseau français de l HTAP, l Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé (ANSM) et l association de patients HTAP-France. Les recommandations européennes pour le diagnostic et le traitement de l hypertension pulmonaire proposent une classification de ces médicaments et toxiques en quatre catégories selon leur niveau de risque d induire une hypertension pulmonaire (Galie 2009) (Tableau 1). 6

8 Tableau 1 : Médicaments et toxiques susceptibles d induire une HTAP et niveau de risque (d'après Galie 2009) Niveau de risque Certain Probable Possible Peu probable Définition Association basée sur l'apparition d'une épidémie ou sur les résultats d'une vaste étude épidémiologique multicentrique Association basée sur les résultats d'une étude monocentrique cas-témoins ou sur plusieurs séries de cas Médicaments aux mécanismes d'action similaires à ceux des catégories «certain» ou «probable» mais non encore étudiés Association non confirmée par une étude épidémiologique Médicaments et toxiques en cause Aminorex Fenfluramine Dexfenfluramine Benfluorex Huile de colza Amphétamines, Méthamphétamines L-tryptophane Cocaïne Phénylpropanolamine Millepertuis Agents de chimiothérapie Inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine Pergolide Contraceptifs oraux Oestrogènes Tabac L interféron (IFN) a un rôle antiprolifératif, cytotoxique et anti-tumoral. Il a donc été étudié par les chercheurs et les cliniciens dans un but thérapeutique. La première indication du traitement par IFN alpha est la prise en charge des hépatites virales chroniques. Son activité anti-tumorale est également mise à profit pour le traitement de certains cancers solides ou hématologiques. Jusqu à l avènement des inhibiteurs de tyrosine kinases en 2001, l IFN alpha était le traitement de choix des leucémies myéloïdes chroniques (LMC). De récentes études multicentriques ont montré que la combinaison de l IFN alpha 7

9 avec l inhibiteur de tyrosine kinase imatinib permet d obtenir de bons résultats dans la LMC (Preudhomme 2010). L IFN alpha est également utilisé dans le traitement du cancer du rein et des cancers induits par des virus : cancers du col et ano-rectal et Human Papilloma Virus (HPV) (Hebner, Beglin, et Laimins 2007), lymphome T et virus Epstein-Barr (EBV) (Kim 2011) et sarcome de Kaposi et virus de l immunodéficience humaine (VIH) (Krown 2002). L IFN beta quant à lui, a pour principale indication la sclérose en plaque. L inconvénient majeur du traitement par IFN est lié à ses nombreux effets secondaires, responsables d une mauvaise compliance des patients, limitant ainsi son efficacité. Les effets indésirables pulmonaires décrits sont dominés par la toux (26%) (Hézode 2009) ; d autres sont plus rares et plus sévères : pneumopathies interstitielles (0,3%) (Ji 2010), épanchements pleuraux, exacerbations d asthme, granulomatoses, pneumopathies organisées, infiltrats pulmonaires bilatéraux (Anderson 2003). Il a été rapporté dans la littérature 11 cas d HTAP, le plus souvent irréversible, chez des patients traités par IFN alpha ou beta. Sept cas seulement en France ont été déclarés à la pharmacovigilance avant la réalisation de notre étude. Par ailleurs, il existe des arguments biologiques suggérant que l IFN induit une dysfonction endothéliale pulmonaire associée à une production accrue d endothéline-1 (ET-1) (Badiger 2012). Ces données cliniques et biologiques constituent un premier signal d une imputabilité possible de l IFN dans le développement d une HTAP et justifient par conséquent que des études complémentaires soient réalisées. L objectif global de notre étude est de rechercher la présence ou non d arguments cliniques, temporels et biologiques complémentaires en faveur d une imputabilité de l IFN dans le développement d une HTAP. Elle comprend deux volets : Une étude clinique ayant pour objectif d étudier les caractéristiques d une cohorte de patients pris en charge dans le centre de référence de l hypertension pulmonaire et ayant comme antécédent une exposition à l interféron. Une étude expérimentale in vivo ayant pour objectif d étudier l effet de IFN sur le modèle d hypertension pulmonaire induite par la monocrotaline (MCT) chez le rat. 8

10 2. Matériels et Méthodes 2.1. Etude clinique Patients Il s agit d une étude rétrospective, monocentrique. Tous les patients consécutifs pris en charge pour HTAP dans le centre national de référence de l hypertension pulmonaire sévère (Hôpital Bicêtre, Assistance Publique Hôpitaux de Paris, Université Paris-Sud, Le Kremlin- Bicêtre) et exposés à l IFN alpha ou beta ont été analysés. Ont été inclus dans cette étude les patients présentant les critères suivants : 1. Une hypertension pulmonaire pré-capillaire définie par : Une PAPm 25 mmhg Une PAPO 15 mmhg 2. Une exposition à l IFN alpha ou beta. Chacun des patients explorés pour hypertension pulmonaire et dont le diagnostic a été confirmé par le cathétérisme cardiaque droit, a bénéficié d un bilan étiologique selon les recommandations en vigueur (Galie 2009), visant à identifier un facteur de risque d HTAP autre que l étiologie médicamenteuse [cardiopathie congénitale, hypertension portale, infection par le VIH, connectivite (sclérodermie systémique, lupus érythémateux disséminé, connectivite mixte ), maladie thrombo-embolique chronique, insuffisance respiratoire chronique obstructive ou restrictive, cardiopathie diastolique ou systolique, hémopathie...]. Le dasatinib étant un facteur de risque d HTAP désormais considéré comme possible (Montani 2012), les patients exposés à l IFN puis au dasatinib dans le cadre du traitement d une LMC ont été exclus de l étude Evaluation clinique, fonctionnelle et hémodynamique Les données suivantes ont été recueillies lors du bilan initial puis analysées : Les caractéristiques cliniques : âge, sexe, poids (kg), taille (m), index de masse corporelle (poids/taille 2, kg/m 2 ). Les caractéristiques fonctionnelles : classe fonctionnelle NYHA, distance parcourue au test de marche de 6 minutes (TM6) (m). 9

11 Les caractéristiques hémodynamiques obtenues par cathétérisme cardiaque droit : PAPm (mmhg), PAPO (mmhg), débit et index cardiaques (DC et IC) (L/min et L/min/m 2 ). Les résistances vasculaires pulmonaires ont été calculées selon la formule suivante : RVP = (PAPm-PAPO)/DC (UWood) Exposition à l IFN alpha ou beta Ont été recueillies les données concernant le type d IFN reçu (alpha ou beta), l indication du traitement ainsi que sa durée. Pour chaque patient a été analysé le délai entre le début de l exposition et le diagnostic de la maladie. Enfin, l effet de l IFN sur une HTAP préexistante a également été analysé Etude fondamentale Protocole utilisé Objectif : Déterminer si l injection régulière de peginterféron alpha exacerbe l hypertension pulmonaire induite par la monocrotaline (MCT) chez le rat. Méthode : Dix rats Wistar (mâles, 100g) ont reçu une injection sous-cutanée (s.c.) de peginterféron alpha-2b (VIRAFERONPEG 50µg/0,5mL, Laboratoire Schering-Plough) à la dose de 50 µg/kg tous les 5 jours, pendant 26 jours. Cinq jours après avoir commencé les traitements par interféron, ces rats ont été répartis en deux groupes : 5 ont reçu une injection s.c. de MCT à la dose de 40 mg/kg, en vue de développer une HTAP 3 semaines plus tard et 5 n ont pas reçu cette injection. Par ailleurs, deux autres groupes de 5 rats ont été constitués : un premier qui n a reçu que l injection s.c. de MCT à la dose de 40 mg/kg à J0 et un second qui n a reçu aucune injection et qui constituait donc notre groupe de rats «contrôle» (figure 1). Ce protocole expérimental a reçu l approbation du comité d éthique de l Université Paris Sud. 10

12 Figure 1 : Protocole d exposition chronique au peginterféron alpha-2b dans le modèle d hypertension pulmonaire induite par la monocrotaline. IFN : interféron MCT : monocrotaline KTd : cathétérisme cardiaque droit Prélèvements : sang, cœur, poumons. Le type d IFN et les doses utilisées ont été préalablement déterminées au travers de la réalisation d études pharmacocinétiques (réalisées en amont au laboratoire). Ont été testés le peginterféron alpha-2a (PEGASYS 180µg/0,5mL, Laboratoire Roche) et le peginterféron alpha-2b (VIRAFERONPEG 50µg/0,5mL, Laboratoire Schering-Plough), aux doses de 3, 30, 150, 300 et 1800 µg/kg pour le peginterféron alpha-2a et 0.5, 5, 25 et 50 µg/kg pour le peginterféron alpha-2b. Le dosage sérique de molécules d IFN humain circulant chez ces rats a été réalisé par Enzyme-Linked Immunosorbent Assay (ELISA). La réponse à l IFN au niveau pulmonaire a été évaluée par quantification des acides ribonucléiques messagers (ARNm) de la protéine de réponse à l interféron : IP-10 (Interferon Induced Protein 10) par Real Time Quantitative Polymerase Chain Reaction (RTQPCR) sur homogénat des poumons de ces mêmes rats Evaluation de l hypertension pulmonaire Objectif : Mesurer la pression dans le ventricule droit, dans l artère pulmonaire et calculer le débit cardiaque des rats traités ou non à l IFN. Evaluer l hypertrophie cardiaque droite. Méthode : L animal a été placé sous anesthésie générale par inhalation d isoflurane (4-5% isoflurane, 3L O 2 /min pour l induction, 2-3 % isoflurane, 3L O 2 /min pour le maintien). Après incision cutanée en regard du sternum, un cathéter de conductance miniaturisé et équipé d une sonde de pression a été introduit dans la jugulaire puis conduit jusqu aux cavités 11

13 cardiaques droites, et enfin dans l artère pulmonaire. Le cathéter est relié à une station d acquisition permettant un enregistrement en temps réel des signaux de pression ventriculaire droite, de pression artérielle pulmonaire et de fréquence cardiaque (AD Instrument, Oxford, UK). Le débit cardiaque a été évalué par thermodilution, en utilisant du sérum physiologique froid (principe de Stewart et Hamilton). La totalité de cette procédure ne dépasse pas 30 à 45 minutes. L analyse des tracés ainsi obtenue a été effectuée à l aide du logiciel LabChart 7 pro version Suite à l enregistrement de ces mesures, l animal a été sacrifié par exsanguination sous anesthésie profonde et les prélèvements effectués : ponction du sang cardiaque ; prélèvement du bloc cœur-poumons avec fixation dans une solution formalin et inclusion en paraffine, congélation à -80 C pour analyse ultérieure des protéines et des ARNm ; isolement du cœur et dissection du ventricule droit (VD), du ventricule gauche (VG) et du septum interventriculaire (SIV) pour calcul de l index de Fulton, reflet de l hypertrophie cardiaque droite : ( ) ( ) ( ) Mesure des niveaux pulmonaires d ARNm de l endothéline 1 Objectif : Extraire les ARNm des poumons des rats et évaluer l expression génique pulmonaire d ET-1 chez les rats traités ou non à l IFN. Méthode : Le kit d extraction d ARN total de Qiagen a été utilisé. Puis nous avons évalué l expression d ET-1 par la technique de RTQPCR selon les méthodes habituelles (Tu 2012) Analyses statistiques L analyse a été réalisée en utilisant le logiciel GraphPad Prism version 5 (GraphPad Software Ind., San Diego, USA). Les données démographiques, cliniques et biologiques sont exprimées en médiane ± écart type (minimum-maximum), sauf mention contraire. Pour les variables quantitatives, les comparaisons entre les groupes ont été réalisées en utilisant le test non paramétrique de Mann Whitney. Une valeur de p<0,05 était considérée comme significative. 12

14 3. Résultats 3.1. Etude clinique Délai entre initiation du traitement par IFN et diagnostic de l HTAP Les données concernant le délai entre l initiation du traitement par IFN et le diagnostic de l HTAP sont manquantes pour 11 patients. Sur les 42 patients pour lesquels cette information est disponible, 29 (69%) ont développé la maladie dans les 3 ans suivant le début de l exposition à l IFN. Tous ont reçu de l IFN alpha. Le délai semble plus long pour les patients ayant été traités par IFN beta (dans les 5, 6, 7, 8 et 10 e années après l instauration du traitement) (figure 2). Figure 2 : Délai entre initiation du traitement par IFN et diagnostic de l HTAP HTAP : Hypertension Artérielle Pulmonaire ; IFN : Interféron 13

15 Caractéristiques des patients au diagnostic d HTAP (Tableau 2) Cinquante-trois patients ont été identifiés entre novembre 1998 et septembre L âge moyen était de 46±6 ans. On note une prédominance masculine avec un ratio homme/femme à 1,52. Lors de la première évaluation, 71% des patients étaient en classe fonctionnelle III ou IV de la classification de la New York Heart Association (NYHA). Les patients parcouraient en moyenne une distance de 366±144 mètres au test de marche des 6 minutes. L ensemble des patients a bénéficié d une évaluation hémodynamique par un cathétérisme cardiaque droit lors du bilan initial pour confirmer le diagnostic d HTAP. La PAPm était élevée à 48±13 mmhg, le DC était mesuré à 5,7±1,8 L/min et les RVP à 8,6±7,6 UWood, en moyenne. Parmi les 53 patients identifiés, 48 ont reçu un traitement par IFN alpha pour une infection par le VHC. Tous ces patients avaient un autre facteur de risque de développer une HTAP : présence d une hypertension portale dans 90% des cas et/ou co-infection par le VIH dans 54% des cas. Enfin, 5 patients ont reçu un traitement par IFN beta pour une sclérose en plaques. Un seul patient présentait un autre facteur de risque d HTAP (présence d une communication inter-auriculaire ou CIA) (tableau 3). 14

16 Tableau 2 : Caractéristiques des patients au diagnostic d HTAP n=53 Age, années 46±6 Sex ratio (H/F) 32/21 Indication de l IFN Infection VHC, n 48 (Co-infection VIH chez 26 patients, 54%) Sclérose en plaques, n 5 NYHA I+II/III+IV, % 29 / 71 TM6, mètres 366±144 Hémodynamique POD, mmhg 7±5 PAPO, mmhg 8±4 PAPm, mmhg 48±13 DC, L/min 5.7±1.8 RVP, Unités Wood 8.6±7.6 DC : Débit cardiaque ; F : Femme ; H : Homme ; HTAP : Hypertension Artérielle Pulmonaire ; IFN : interféron ; mmhg : millimètres de Mercure ; NYHA : New York Heart Association; PAPm : Pression Artérielle Pulmonaire Moyenne ; PAPO : Pression Artérielle Pulmonaire Occluse ; POD : Pression de l Oreillette Droite ; RVP : Résistances Vasculaires Pulmonaires ; TM6 : Test de Marche des 6 minutes ; VHC : Virus de l hépatite C. 15

17 Tableau 3 : Cas d HTAP après exposition à l IFN beta Patient Sexe Délai traitement PAPm DC RVP Devenir par IFN (mmhg) (L/min) (Unités apparition de Wood) l HTAP 1* F 6 ans 52 9,3 3.1 vivant 2 F 7 ans 52 3, vivant 3 F 8 ans vivant 4 F 10 ans 70 1, décédé 5 F 5 ans 62 3, décédé * : Patient présentant une CIA CIA : Communication InterAuriculaire ; DC : Débit cardiaque ; F : Femme ; HTAP : Hypertension Artérielle Pulmonaire ; IFN : Interféron ; mmhg : millimètres de Mercure ; PAPm : Pression Artérielle Pulmonaire Moyenne ; RVP : Résistances Vasculaires Pulmonaires. 16

18 Histoire naturelle de l HTAP après exposition à l IFN Huit patients ayant développé une HTAP après traitement par IFN n ont pas bénéficié de la mise en place de thérapeutique spécifique de l HTAP mais d un arrêt simple du traitement par IFN : il s agit donc chez eux d une évolution naturelle de la maladie. On observe une stabilité des données hémodynamiques après interruption du traitement (figure 3). Figure 3 : Evolution de la PAPm, des RVP et du TM6 avant et après arrêt de l IFN chez les 8 patients n ayant pas reçu de traitement spécifique de l HTAP. mmhg : millimètres de Mercure ; PAPm : Pression Pulmonaire Moyenne ; RVP : Résistances Vasculaires Pulmonaires ; TM6 : Test de Marche des 6 minutes. 17

19 Etude de l effet de l IFN sur l évolution d une HTAP préexistante Seize patients ont reçu un traitement par IFN après le diagnostic d HTAP. Il s agissait d une première introduction pour 5 d entre eux et d une réintroduction du traitement pour 11 d entre eux. Lors de la dernière évaluation avant le début du traitement par IFN, 14 patients étaient en classe fonctionnelle II de la NYHA. Les patients parcouraient en moyenne une distance de 443±40 mètres au test de marche des 6 minutes. La PAPm était élevée à 42±11 mmhg, le débit cardiaque était mesuré à 6,5±1,4 L/min et les RVP à 6±2,4 UWood, en moyenne. Sept patients bénéficiaient d un traitement spécifique de l HTAP (tableau 4). Tableau 4 : Caractéristiques cliniques et hémodynamiques des patients à la dernière évaluation avant début du traitement par IFN n=16 Age, années 45±6 Sex ratio (H/F) 14/2 NYHA II/III 14/2 TM6, mètres 443±40 Traitements spécifiques HTAP, n Sildenafil Sildenafil + bosentan Beraprost Hémodynamique POD, mmhg 5±3 PAPO, mmhg 7±3 PAPm, mmhg 42±11 DC, l/min 6.5±1.4 RVP, Unités Wood 6±2.4 DC : Débit cardiaque ; F : Femme ; H : Homme ; HTAP : Hypertension Artérielle Pulmonaire ; IFN : interféron ; mmhg : millimètres de Mercure ; NYHA : New York Heart Association; PAPm : Pression Artérielle Pulmonaire Moyenne ; PAPO : Pression Artérielle Pulmonaire Occluse ; POD : Pression de l Oreillette Droite ; RVP : Résistances Vasculaires Pulmonaires ; TM6 : Test de Marche des 6 minutes. 18

20 La durée médiane de traitement par IFN était de 10 mois (Inter Quartile Range (IQR)= 6,4-12,9). Sur ces 16 patients, 2 sont restés stables, 10 ont présenté une aggravation de leur HTAP, définie par une augmentation de plus de 20% des RVP. Pour 4 d entre eux, les données disponibles étaient insuffisantes pour juger de la progression de l HTAP. Pour les 10 patients qui ont eu une aggravation de l HTAP, l augmentation médiane des RVP était de 43% (IQR 32-67%). A distance de l arrêt de l IFN, il a été observé un retour à l état hémodynamique antérieur sans renforcement du traitement spécifique de l HTAP chez 5 d entre eux (figure 4). Figure 4 : Evolution des RVP avant, après initiation de l IFN et à distance de l arrêt de l IFN chez les 10 patients ayant présenté une aggravation de leur HTAP. HTAP : Hypertension Artérielle Pulmonaire ; IFN : Interféron ; IQR : InterQuartile Range ; RVP : Résistances Vasculaires Pulmonaires. 19

21 Concentration sérique IFN alpha (pg/ml) 3.2. Etude fondamentale Détermination du type d IFN et de la dose à injecter Les résultats des concentrations sériques de VIRAFERONPEG déterminées par ELISA, après injections s.c. aux doses de 0.5, 5, 25 et 50 µg/kg, ont permis de tracer la courbe de pharmacocinétique visible sur la figure 5. Figure 5 : Pharmacocinétique sérique du peginterféron alpha-2b (VIRAFERONPEG ) injecté en s.c. chez le rat Wistar, déterminée par ELISA ,5 1 1,5 2 2,5 3 3,5 Temps (jours) 0,5 µg/kg 5 µg/kg 25 µg/kg 50 µg/kg IFN : Interféron ; ELISA : Enzyme-Linked Immunosorbent Assay Pour la dose de 0,5µg/kg, dose équivalente à la dose humaine, aucune molécule d IFN circulante n était détectée. Elle est devenue détectable dès la dose de 5µg/kg, soit 10 fois la dose humaine, avec un pic à 24h. Pour la dose de 50µg/kg, le taux d IFN circulant était de 18,9 ng/ml, ce qui est proche de la dose circulant chez l Homme, qui est d environ 8,7 à 16,1 ng/ml (Varunok 2011; Brennan 2012) lors d un traitement pour l hépatite C. C est donc la dose qui a été choisie. Enfin, l injection a eu lieu tous les 5 jours, sur la base de dosages réalisés en amont au laboratoire. Pour analyser la réponse à l injection s.c. de peginterféron alpha-2b de ces rats, nous avons étudié la production d IP-10 qui, en tant que protéine de réponse à l IFN, est produite 20

22 par la cellule suite à la fixation de l IFN sur son récepteur. Nous nous sommes particulièrement intéressés à la réponse à l IFN au niveau pulmonaire, en mesurant par RTQPCR la production d ARNm d IP-10 en réponse au peginterféron alpha-2b (figure 6). Figure 6 : Production pulmonaire d ARNm d IP-10, 3 jours après injection de 4 doses de peginterféron alpha-2b (VIRAFERONPEG ) et d une très forte dose de peginterféron alpha-2a (PEGASYS ) ARNm : Acide Ribonucléique Messager; IFN : Interféron, IP-10 : Interferon-induced protein 10, RTQPCR : Real Time Quantitative Polymerase Chain Reaction; UA : Unités Arbitraires La production pulmonaire d ARNm d IP-10, mesurée à J3, augmente de manière dosedépendante pour le peginterféron alpha-2b et semble plus importante en réponse au peginterféron alpha-2b qu en réponse au peginterféron alpha-2a (figure 6). En effet, une dose de peginterféron alpha-2a de 1800µg/kg (équivalent de 600 fois la dose humaine) produit autant d ARNm qu une dose de 25µg/kg de peginterféron alpha-2b (équivalent de 50 fois la dose humaine). C est pourquoi nous avons choisi d utiliser le peginterféron alpha-2b (VIRAFERONPEG ) pour le protocole d exposition chronique à l IFN dans le modèle d HTP induite par la MCT. 21

LAM et SMD secondaires à la radio-chimiothérapie : Une série de 116 cas provenant de 2 Centres de lutte contre le Cancer.

LAM et SMD secondaires à la radio-chimiothérapie : Une série de 116 cas provenant de 2 Centres de lutte contre le Cancer. LAM et SMD secondaires à la radio-chimiothérapie : Une série de 116 cas provenant de 2 Centres de lutte contre le Cancer. H BENNANI 1, V SAADA 2 1 Institut Curie-Hôpital René Huguenin, Saint Cloud 2 Institut

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE DE CIRCULATION DU VIRUS A(H1N1)v Ces recommandations sont justifiées par la circulation sporadique et modérée des virus grippaux

Plus en détail

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail

HTAP. Actualités sur la nouvelle classification et Méthodes de Mesure Pressions Artérielles Pulmonaires

HTAP. Actualités sur la nouvelle classification et Méthodes de Mesure Pressions Artérielles Pulmonaires HTAP. Actualités sur la nouvelle classification et Méthodes de Mesure Pressions Artérielles Pulmonaires Olivier Axler Service de Cardiologie Centre Hospitalier Territorial Gaston Bourret Nouméa Nouvelle-Calédonie

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 30 mars 2005 MOVICOL ENFANT, poudre pour solution buvable en sachet-dose de 6,9 g (Boîtes de 20) Laboratoire NORGINE PHARMA macrogol Date de l'amm

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 juillet 2005 1 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 767-8 3 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 768-4 12 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 769-0 6 flacon(s) en verre

Plus en détail

Docteur José LABARERE

Docteur José LABARERE UE7 - Santé Société Humanité Risques sanitaires Chapitre 3 : Epidémiologie étiologique Docteur José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Dominique JAUBERT Oncologie-Hématologie Clinique Tivoli BORDEAUX Réseau de cancérologie d Aquitaine La recherche de nouvelles molécules anticancéreuses

Plus en détail

Cancer et VIH. Pr. Christine Katlama Hôpital Pitié-Salpêtrière - INSERM U720 Université Pierre et Marie Curie, Paris 6

Cancer et VIH. Pr. Christine Katlama Hôpital Pitié-Salpêtrière - INSERM U720 Université Pierre et Marie Curie, Paris 6 Cancer et VIH Pr. Christine Katlama Hôpital Pitié-Salpêtrière - INSERM U720 Université Pierre et Marie Curie, Paris 6 JNI Lyon - Juin 2009 Cancer et VIH : des interfaces physiopathogéniques communes Deficit

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 décembre 2004 VOGALENE 5 mg, suppositoire sécable (Boîte de 10) Laboratoires SCHWARZ PHARMA métopimazine Liste II Date de l AMM initiale chez

Plus en détail

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Introduction Les virus de la grippe sont des virus «instables». Les virus actuellement en circulation

Plus en détail

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Auteurs Cendrine Godet (*) Jean-Pierre Frat (**) Cédric Landron (*) Lydia Roy (***) Paul Ardilouze (****) Jean-Pierre Tasu (****) (*)

Plus en détail

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV)

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Les points importants de la littérature sur les risques liés à l

Plus en détail

GUIDE D INFORMATION DESTINÉ AUX PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ

GUIDE D INFORMATION DESTINÉ AUX PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament OPSUMIT de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation des risques en Belgique, dont cette information

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES?

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? Cliquez pour modifier le style des sous titres du masque MARIE CHRISTINE MERSCH MASSEUR KINESITHERAPEUTE Service de Réadaptation

Plus en détail

Assistance médicale à la procréation (AMP)

Assistance médicale à la procréation (AMP) Assistance médicale à la procréation Grossesses multiples Assistance médicale à la procréation (AMP) > Davantage de naissances issues de l AMP en Ile-de-France qu en France. > Des tentatives qui concernent

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 1 1. Adultes et enfants de plus d un an La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

Épidémiologie et air intérieur : état des connaissances Mise en œuvre de nouvelles études Cas des moisissures : le projet ESMHA

Épidémiologie et air intérieur : état des connaissances Mise en œuvre de nouvelles études Cas des moisissures : le projet ESMHA Épidémiologie et air intérieur : état des connaissances Mise en œuvre de nouvelles études Cas des moisissures : le projet ESMHA Sabine HOST Observatoire régional de santé d Ile-de-France Journées Rsein-OQAI,

Plus en détail

Le métier d enseignant chercheur

Le métier d enseignant chercheur Conférence d UV industrie n 4. Le métier d enseignant chercheur Donnée le 18 janvier 2006, Par Isabelle Margaill. Groupe numéro 4 I. Parcours universitaire. Son parcours : Etude de pharmacie : -5ème année

Plus en détail

Chapitre III Les anomalies de la régulation de la glycémie

Chapitre III Les anomalies de la régulation de la glycémie Chapitre III Les anomalies de la régulation de la glycémie -I -Unité et diversité des diabètes Mesures de la glycémie en continu chez un patient diabétique 1 Les critères de diagnostic du diabète 2 3 Conclusion

Plus en détail

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Octobre 2014 Médecine «génomique» personnalisée La médecine «génomique» personnalisée repose sur l identification de sous-groupes de

Plus en détail

Xavier HUMBERT Journée inter-régionale de recherche G4 Rouen 24 janvier 2015

Xavier HUMBERT Journée inter-régionale de recherche G4 Rouen 24 janvier 2015 Xavier HUMBERT Journée inter-régionale de recherche G4 Rouen 24 janvier 2015 Néphropaties Hypertension artérielle IEC Insuffisance cardiaque Prescriptions 2010 128 millions Mahmoudpour et al., 2013 Poole

Plus en détail

L accès au marché d un médicament :

L accès au marché d un médicament : L accès au marché d un médicament : Avant de se retrouver derrière le comptoir d une pharmacie, un médicament passe par différentes phases, de la découverte de la molécule à la fixation de son prix par

Plus en détail

Méthodologie des essais cliniques

Méthodologie des essais cliniques Méthodologie des essais cliniques Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale Pôle S3P, Centre d Investigation Clinique (CIC 1403 INSERM), Fédération de Recherche Clinique, Université de Lille

Plus en détail

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 2.1. ETUDES REALISEES PAR LES SERVICES DES CAISSES D ASSURANCE MALADIE 5 2.2. ANALYSE DE LA LITTERATURE 5 2.3. ANALYSE DES VENTES 6 2.4. COMPARAISONS

Plus en détail

Les études de Pharmaco-épidémiologie : Leur place dans un plan de gestion de risque Les types d étude et les critères de qualité

Les études de Pharmaco-épidémiologie : Leur place dans un plan de gestion de risque Les types d étude et les critères de qualité Les études de Pharmaco-épidémiologie : Leur place dans un plan de gestion de risque Les types d étude et les critères de qualité Daniel BOICHUT Directeur Etudes Epidémiologiques et Médico-Economiques Conférence

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT Sommaire Comment se fait la recherche sur un nouveau médicament? (page 1) A quoi sert la recherche sur un nouveau médicament? (page

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Rash sous télaprévir : quelle prise en charge?

Rash sous télaprévir : quelle prise en charge? Rash sous télaprévir : quelle prise en charge? A rash under telaprevir, how to manage? N. Dupin 1, B. Milpied 2, L. Allanore 3, N. Wallet-Faber 1, V. Mallet 4, S. Pol 4 ( 1 Service de dermatologie, hôpital

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences Huguette Nguele Meke Introduction Le cancer du sein est une maladie gave et fréquente qui touche une femme sur 11 au cours de sa vie et qui est diagnostiqué

Plus en détail

Lecture Critique d un essai thérapeutique dans la maladie d Alzheimer. Sandrine Andrieu Jean François Dartigues

Lecture Critique d un essai thérapeutique dans la maladie d Alzheimer. Sandrine Andrieu Jean François Dartigues Lecture Critique d un essai thérapeutique dans la maladie d Alzheimer Sandrine Andrieu Jean François Dartigues Histoire du dimebon Vous arrivez le matin à la consultation mémoire. Dans la voiture, sur

Plus en détail

La monothérapie par pembrolizumab a permis d obtenir un taux de réponse globale de 25 pour cent chez les patients lourdement traités précédemment

La monothérapie par pembrolizumab a permis d obtenir un taux de réponse globale de 25 pour cent chez les patients lourdement traités précédemment Communiqué de presse Contacts avec les médias : Nilsy Desaint Policy and Communication Manager, MSD nilsy.desaint@merck.com GSM : 0473 33 4875 De nouveaux résultats montrent une activité anti-tumeur durable

Plus en détail

PRESSION ARTERIELLE ET PAROI VASCULAIRE. Docteur Etienne SAVIN Sce. Expl. Fonctionnelles Hôpital Lariboisière

PRESSION ARTERIELLE ET PAROI VASCULAIRE. Docteur Etienne SAVIN Sce. Expl. Fonctionnelles Hôpital Lariboisière PRESSION ARTERIELLE ET PAROI VASCULAIRE Docteur Etienne SAVIN Sce. Expl. Fonctionnelles Hôpital Lariboisière INTRODUCTION Quelques définitions 1. Pression artérielle Lorsque, dans le langage courant, on

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale ARN du virus de l hépatite C : ARN-VHC ARN-VHC 03VHC1 Novembre 2003 Edité : mars 2006 Annales ARN-VHC 03VHC1 1 / 8 ARN-VHC 03VHC1

Plus en détail

Physiopathologie de l hypertension artérielle pulmonaire

Physiopathologie de l hypertension artérielle pulmonaire Lille 2 Université du Droit et de la Santé Physiopathologie de l hypertension artérielle pulmonaire La Baule, 14 septembre 2012 N. Lamblin Centre de Compétence HTAP Pôle des Maladies Cardiovasculaires

Plus en détail

LA BRONCHITE A EOSINOPHILES

LA BRONCHITE A EOSINOPHILES LA BRONCHITE A EOSINOPHILES Frédéric de BLAY Unité de pneumologie,d allergologie et de pathologie respiratoire de l environnement Pôle de pathologie thoracique Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Définition

Plus en détail

M Canuet Service Pneumologie NHC. gonflement du ballonnet

M Canuet Service Pneumologie NHC. gonflement du ballonnet M Canuet Service Pneumologie NHC gonflement du ballonnet Définition et classification des hypertensions pulmonaires Pourquoi greffer? Qui greffer? Quand greffer une HTAP? Comment greffer? Définition de

Plus en détail

1. Recommandations de l AFSSAPS

1. Recommandations de l AFSSAPS E08-1 E08 Hypolipémiants Depuis une dizaine d années de nombreux résultats se sont accumulés pour prouver l intérêt de l abaissement du LDL-cholestérol en prévention primaire et secondaire des évènements

Plus en détail

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé À chacun son stade! Votre profil est unique, votre réponse à l exercice physique

Plus en détail

Synthèse de la 1 ère vague de grippe A(H1N1)

Synthèse de la 1 ère vague de grippe A(H1N1) Synthèse de la 1 ère vague de grippe A(H1N1) du 26 avril au 30 septembre 2009 région de la Capitale-Nationale Présentation à la Chambre de Commerce de la ville de Québec 9 octobre 2009 François Desbiens,

Plus en détail

MÉTHODE D IMPUTABILITÉ FRANÇAISE

MÉTHODE D IMPUTABILITÉ FRANÇAISE MÉTHODE D IMPUTABILITÉ FRANÇAISE Cours Francophone Inter pays de Pharmacovigilance Centre Anti Poison et de Pharmacovigilance du Maroc Dr. Benjelloun Rajae METHODE FRANCAISE La méthode officielle Française

Plus en détail

CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION

CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION INTRODUCTION Une extension d indication a été octroyée au laboratoire PFIZER le 02 février 2007 pour sa spécialité Celebrex 100 mg et 200

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 mai 2011 à 9 h 30 «Les redistributions au sein du système de retraite» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Les droits familiaux

Plus en détail

L HYPERTENSION PULMONAIRE

L HYPERTENSION PULMONAIRE 1 L HYPERTENSION PULMONAIRE L hypertension pulmonaire (HTP) se caractérise par une élévation anormale de la pression dans les vaisseaux sanguins des poumons. Lorsque l hypertension dans les poumons résulte

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 DERMOVAL, gel flacon de 20 ml (CIP : 34009 326 130 4 5) DERMOVAL 0,05 POUR CENT, crème tube de 10 g (CIP : 34009 320 432 9 3) Laboratoire GLAXOSMITHKLINE

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Actualisation avril 2011 Afin d aider les femmes et leur chirurgiens dans cette discussion, l Afssaps met à disposition un guide d aide

Plus en détail

M me Florence Chanut. «Injection : Comment articuler prévention, éducation et réduction des risques?»

M me Florence Chanut. «Injection : Comment articuler prévention, éducation et réduction des risques?» M me Florence Chanut Psychiatre Responsable du programme de psychiatrie des toxicomanies du Centre Hospitalier Universitaire de Montréal (CHUM) Professeur adjoint de clinique au département de psychiatrie

Plus en détail

compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte

compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte Influence des paramètres de non compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte C. Defrance, K. Warin-Fresse, G. Fau, P. Guérin, B. Delasalle, P.D. Crochet La non compaction

Plus en détail

Lorsqu un couple ne peut concevoir après un an de

Lorsqu un couple ne peut concevoir après un an de La fertilisation in vitro Une méthode de plus en plus utilisée Camille Sylvestre, MD L infertilité touche environ 10 % des couples, et cette incidence a tendance à augmenter, car les femmes retardent l

Plus en détail

La réévaluation des médicaments anti-alzheimer

La réévaluation des médicaments anti-alzheimer LES SYNTHÈSES DE LA TRANSPARENCE La réévaluation des médicaments anti-alzheimer Compte tenu de la gravité de la maladie d Alzheimer, de l enjeu de santé publique qu elle représente et des débats suscités

Plus en détail

ANALYSE HISTOPATHOLOGIQUE DU THROMBUS INTRACRÂNIEN : FOCUS SUR LES LEUCOCYTES

ANALYSE HISTOPATHOLOGIQUE DU THROMBUS INTRACRÂNIEN : FOCUS SUR LES LEUCOCYTES ANALYSE HISTOPATHOLOGIQUE DU THROMBUS INTRACRÂNIEN : FOCUS SUR LES LEUCOCYTES Cyril Dargazanli Pr Vincent Costalat Dr Valérie Rigau M2 «Vaisseaux-Hémostase» Contexte Infarctus cérébral = problème majeur

Plus en détail

Profil d expression des micro ARNs hépatiques associés à la réponse virologique prolongée chez des patients atteints d hépatite chronique C

Profil d expression des micro ARNs hépatiques associés à la réponse virologique prolongée chez des patients atteints d hépatite chronique C Profil d expression des micro ARNs hépatiques associés à la réponse virologique prolongée chez des patients atteints d hépatite chronique C E. Estrabaud 1, I. Bièche 2, M. Lapalus 1, S. de Muynck 1, M.

Plus en détail

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE Valérie Berger Inf, Ph.D, Cadre Supérieur de santé CHU de Bordeaux Renée Lacomère Cadre supérieur diététicienne ARC CHU de Bordeaux Christine Germain Statisticienne USMR, pole santé publique, CHU de Bordeaux

Plus en détail

Pertinence et non-pertinence de la susceptibilité génétique pour l établissement de normes dans le cadre du contrôle des risques.

Pertinence et non-pertinence de la susceptibilité génétique pour l établissement de normes dans le cadre du contrôle des risques. Pertinence et non-pertinence de la susceptibilité génétique pour l établissement de normes dans le cadre du contrôle des risques. Rapport synthétique de la recherche PS/17 ( 1 ) K. Van Damme (coordinateur),

Plus en détail

LES MALADIES CARDIOMÉTABOLIQUES CHEZ LES SURVIVANTS DE LA LEUCÉMIE LYMPHOBLASTIQUE AIGUË PÉDIATRIQUE

LES MALADIES CARDIOMÉTABOLIQUES CHEZ LES SURVIVANTS DE LA LEUCÉMIE LYMPHOBLASTIQUE AIGUË PÉDIATRIQUE LES MALADIES CARDIOMÉTABOLIQUES CHEZ LES SURVIVANTS DE LA LEUCÉMIE LYMPHOBLASTIQUE AIGUË PÉDIATRIQUE ValérieMarcil, Ph.D., Dt.P. Colloque du mercredi 19 novembre 2014 GUÉRIR D UN CANCER PÉDIATRIQUE: QUELLE

Plus en détail

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD?

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? Hélène MANGEARD François MALADRY Tuberculose : infection mycobactérienne Infection mycobactérienne chronique (M. Tuberculosis ++ ou bacille

Plus en détail

Impact du tabac sur les lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus

Impact du tabac sur les lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus Impact du tabac sur les lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus Docteur Fabienne MESSAOUDI Gynécologue-Obstétricienne Hôpital de Versailles Généralités Les lésions précancéreuses et cancéreuses

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 13 avril 2005 Suite à la demande du ministre chargé de la santé et de la sécurité sociale, la Commission réexamine la spécialité SYMPATHYL, comprimé

Plus en détail

3 e journée recherche de la SFTG 8 février 2014. G. Blanc-Garin, E. Dania-Jambu, M. Plantureux, A-L Parant, A. Simavonian, R. Sourzac, H.

3 e journée recherche de la SFTG 8 février 2014. G. Blanc-Garin, E. Dania-Jambu, M. Plantureux, A-L Parant, A. Simavonian, R. Sourzac, H. Apport d un système d exceptions dans la mesure des indicateurs de la ROSP : Exemple des indicateurs concernant le diabète, l hypertension artérielle, les benzodiazépines et les statines 3 e journée recherche

Plus en détail

Épidémiologie des maladies interstitielles diffuses

Épidémiologie des maladies interstitielles diffuses Épidémiologie des maladies interstitielles diffuses 3 à 5/100 000 habitants Augmente avec l age 175 /100 000 >70 ans Notre file active toutes les maladies interstitielles confondues plus de 120 patients

Plus en détail

Plan. Mise en contexte. Objectifs. Intérêts de l étude. Méthodes. Issues

Plan. Mise en contexte. Objectifs. Intérêts de l étude. Méthodes. Issues Plan Mise en contexte Objectifs Intérêts de l étude Méthodes Issues Mise en contexte Recommandations ACC/AHA pour bilan préopératoire des chirurgies de l aorte ascendante Angioscan aorte thoracique synchronisé

Plus en détail

ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO

ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO Présentation Introduction I. Matériel et Méthode II. Résultats III. Discussion Comparaison avec d autres

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015 REYATAZ 150 mg, gélule Boîte de 60 (CIP : 34009 364 043 8 0) REYATAZ 200 mg, gélule Boîte de 60 (CIP : 34009 364 045 0 2) REYATAZ 300 mg, gélule Boîte

Plus en détail

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie,

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Introduction La maladie de castleman ou hyperplasie angio folliculaire

Plus en détail

Ariane MALLAT. Tabac, cannabis et foie

Ariane MALLAT. Tabac, cannabis et foie Ariane MALLAT Tabac, cannabis et foie Connaître le rôle du tabac et du cannabis dans le développement de la fibrose Savoir l évaluer Connaître les conséquences pratiques chez un malade porteur d une hépatopathie

Plus en détail

Résultats de l enquête sur les attentes et les habitudes d évaluation des produits cosmétiques

Résultats de l enquête sur les attentes et les habitudes d évaluation des produits cosmétiques Annexes résultats - études habitudes de tests en cosmétique - 1/13 Résultats de l enquête sur les attentes et les habitudes d évaluation des produits cosmétiques 1. Contexte de l étude L étude a été menée

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Dans son point d information du 28 septembre 2010, l Afssaps a recommandé que les femmes porteuses d implants mammaires PIP concernés par

Plus en détail

Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche

Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche 17 ème Journée Médicale de l ARKM Cherbourg, le 29 Novembre 2014 L incidence de principaux cancers chez les femmes et chez

Plus en détail

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux - Que pensez vous du débat suscité par l article paru dans Sciences et Avenir sur l association entre benzodiazépines

Plus en détail

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises politique adoptée par le CECS le 6 novembre 2002 Suite à l adoption par le Comité des études de cycles supérieurs en psychologie du projet de modification

Plus en détail

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES ANNÉE 2010-2011 TABLE DES MATIÈRES Page I. PRÉAMBULE 3 II. ANALYSE DE LA SITUATION 3 III. LES OBJECTIFS QUANTITATIFS 5 IV. LES MESURES ENVISAGÉES

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

QUELLES SONT LES OPTIONS DU TRAITEMENT DE LA LMC?

QUELLES SONT LES OPTIONS DU TRAITEMENT DE LA LMC? QUELLES SONT LES OPTIONS DU TRAITEMENT DE LA LMC? On vous a diagnostiqué une leucémie myéloïde chronique (LMC) et il se peut que vous ayez déjà débuté un traitement. Le traitement de la LMC dépend largement

Plus en détail

Vaincre Alzheimer DOSSIER DE PRESSE

Vaincre Alzheimer DOSSIER DE PRESSE Vaincre Alzheimer DOSSIER DE PRESSE Février 20 CONFÉRENCE DE PRESSE LECMA / Vaincre Alzheimer ALZHEIMER : QUE CONNAÎT-ON DES MÉCANISMES DE LA MALADIE? OÙ EN EST LA RECHERCHE? QUELS SONT LES NOUVEAUX AXES

Plus en détail

Newsletter N 17/E5 10 avril 2013

Newsletter N 17/E5 10 avril 2013 Newsletter N 17/E5 10 avril 2013 Cher(e)s collègues, cher(e)s ami(e)s, Après quelques mois de silence qui ne signifient pas pour autant quelques mois d inactivité, bien au contraire, nous avons le plaisir

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Carge virale du VHB : ADN-VHB ADN-VHB 11CHB1 Mars 2011 Edition : Septembre 2011 Afssaps -143/147, Bd Anatole France F-93285 Saint

Plus en détail

Surveillance des patients VHC non traités. Julia ATTALI 15/12/2012

Surveillance des patients VHC non traités. Julia ATTALI 15/12/2012 Surveillance des patients VHC non traités Julia ATTALI 15/12/2012 Patients non traités Absence d indication au traitement: patients F0/F1 Echec traitement Contre-indication au traitement Refus du patient

Plus en détail

Conférence-Débat. Mardi 28 mars 2006 de 15h15 à 17h30 LA GRIPPE AVIAIRE. des sciences. Discussion générale

Conférence-Débat. Mardi 28 mars 2006 de 15h15 à 17h30 LA GRIPPE AVIAIRE. des sciences. Discussion générale Conférence-Débat Mardi 28 mars 2006 de 15h15 à 17h30 LA GRIPPE AVIAIRE Académie des sciences 15h15 Introduction Jean-François Bach, Secrétaire perpétuel de l Académie des sciences 15h30 Actualités sur

Plus en détail

Les modèles précliniques in vivo sont ils à la. hauteur de ce qu en attendent les cliniciens? ONCOTRANS Nancy. Mars 2009. P.

Les modèles précliniques in vivo sont ils à la. hauteur de ce qu en attendent les cliniciens? ONCOTRANS Nancy. Mars 2009. P. Les modèles précliniques in vivo sont ils à la hauteur de ce qu en attendent les cliniciens? ONCOTRANS Nancy Mars 2009 P. Chastagner - Oncologie pédiatrique, CHU Nancy - EA 4001, faculté de Médecine, Nancy

Plus en détail

Collaborations internationales

Collaborations internationales Collaborations internationales Principes directeurs Hypothèses de recherche nécessitant l inclusion d un nombre de patients tel que ces questions ne peuvent être explorées au sein de chaque cohorte participante

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

Délégation aux droits des femmes et à l égalité des chances entre les hommes et les femmes

Délégation aux droits des femmes et à l égalité des chances entre les hommes et les femmes Délégation aux droits des femmes et à l égalité des chances entre les hommes et les femmes Rapport d information Femmes et santé, les enjeux d aujourd hui Annick Billon co-rapporteure (Vendée, UDI-UC)

Plus en détail

SOFARTHRO.com. L obésité : un facteur déterminant pour les fonctions des cellules cartilagineuses

SOFARTHRO.com. L obésité : un facteur déterminant pour les fonctions des cellules cartilagineuses L obésité : un facteur déterminant pour les fonctions des cellules cartilagineuses MAINARD, D ; FRANCIN, PJ GUILLAUME, C ; POTTIE, P ; PRESLE, N UMR-CNRS 7561 «Physiopathologie, Pharmacologie et BioIngénierie

Plus en détail

LOOK, FEEL AND LIVE BETTER. Santé respiratoire

LOOK, FEEL AND LIVE BETTER. Santé respiratoire LOOK, FEEL AND LIVE BETTER Santé respiratoire : asthme et rhume des foins L obstruction des voies respiratoires et les symptômes de l asthme, ainsi que les manifestations similaires du rhume des foins,

Plus en détail

Etude ancillaire au protocole clinique OS2006 : Analyse des paramètres osseux chez les patients atteints d ostéosarcome traités par le zometa.

Etude ancillaire au protocole clinique OS2006 : Analyse des paramètres osseux chez les patients atteints d ostéosarcome traités par le zometa. Etude ancillaire au protocole clinique OS2006 : Analyse des paramètres osseux chez les patients atteints d ostéosarcome traités par le zometa. Projet déposé par REDINI Françoise (Directeur de Recherche

Plus en détail

C N (1,2), MA (1), X (1), G (1), M (1), T (1), C (2), P (3), M (4), V (1,5), JP (1,5), PN. (1), E

C N (1,2), MA (1), X (1), G (1), M (1), T (1), C (2), P (3), M (4), V (1,5), JP (1,5), PN. (1), E Caractérisation phénotypique et rôle des lymphocytes T régulateurs intra- hépatiques au cours de l hépatite chronique virale C N Sturm (1,2), MA Thélu (1), X Camous (1), G Dimitrov (1), M Ramzan (1), T

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 mars 2006 GLUCOPHAGE 500 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP : 352 816-7 GLUCOPHAGE 850 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP

Plus en détail

5. Validité de la méta-analyse

5. Validité de la méta-analyse 5. Validité de la méta-analyse 5.1. Poids de la preuve d une méta-analyse Le poids de la preuve d un résultat scientifique quantifie le degré avec lequel ce résultat s approche de la réalité. Il ne s agit

Plus en détail

RAPPORT PUBLIC D EVALUATION (décembre 2006) FORTIGEL 2 % gel

RAPPORT PUBLIC D EVALUATION (décembre 2006) FORTIGEL 2 % gel REUNION COMMISSION N 409 DU 19 OCTOBRE 2006 RAPPORT PUBLIC D EVALUATION (décembre 2006) FORTIGEL 2 % gel INTRODUCTION Le 23 novembre 2006, une Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) a été octroyée au

Plus en détail

LE CIRC CLASSE LES CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES DE RADIOFREQUENCES COMME CANCÉROGÈNES POSSIBLES POUR LES HUMAINS

LE CIRC CLASSE LES CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES DE RADIOFREQUENCES COMME CANCÉROGÈNES POSSIBLES POUR LES HUMAINS Centre International de Recherche contre le Cancer Organisation de la Santé Mondiale COMMUNIQUÉ DE PRESSE N 2 0 8 31 mai 2011 LE CIRC CLASSE LES CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES DE RADIOFREQUENCES COMME CANCÉROGÈNES

Plus en détail

HYPERTENSION ARTERIELLE PULMONAIRE ET GROSSESSE

HYPERTENSION ARTERIELLE PULMONAIRE ET GROSSESSE HYPERTENSION ARTERIELLE PULMONAIRE ET GROSSESSE Claire Gautier, Geneviève Brotons, Dr Sandrine Roger-Christoph Département d Anesthésie-Réanimation Hôpital Antoine Béclère 157 rue de la porte de Trivaux

Plus en détail

Cellules souches et Médecine régénératrice

Cellules souches et Médecine régénératrice DIPLOME D'UNIVERSITE 2015 / 2016 Cellules souches et Médecine régénératrice Ce Diplôme Universitaire est ouvert aux étudiants des écoles doctorales des Universités Paris / Paris-Saclay, aux cliniciens

Plus en détail

QUI PEUT CONTRACTER LA FA?

QUI PEUT CONTRACTER LA FA? MODULE 1 : COMPRENDRE LA FIBRILLATION AURICULAIRE 16 QUI PEUT CONTRACTER LA FA? La FA est plus fréquente chez les personnes âgées. Par contre, la FA dite «isolée» (c.-à-d. sans qu il y ait de maladie du

Plus en détail

RECHERCHE D ANTICORPS ANTI-PROTÉINES

RECHERCHE D ANTICORPS ANTI-PROTÉINES RECHERCHE D ANTICORPS ANTI-PROTÉINES CITRULLINÉES LES ANTICORPS ANTI-KÉRATINE () Classement NABM : chapitre 8 Immunologie code : 1464 LES ANTICORPS ANTI-PEPTIDES CYCLIQUES CITRULLINÉS () Classement NABM

Plus en détail

Les dix points clés de la lecture critique. Michel Cucherat UMR 5558 - Lyon

Les dix points clés de la lecture critique. Michel Cucherat UMR 5558 - Lyon Les dix points clés de la lecture critique Michel Cucherat UMR 5558 - Lyon Point 1 Interpréter les résultats pour décider But de la lecture critique : Juger de la validité scientifique (fiabilité du résultat)

Plus en détail

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE Forum HH 05.02.2013 Ghislaine Gagnon Unité HPCI Qualitatif ou quantitatif? Les 2 méthodes peuvent être utilisées séparément ou en conjonction - le qualitatif

Plus en détail