MORTALITE AUX ANTILLES GUYANE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MORTALITE AUX ANTILLES GUYANE"

Transcription

1 MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES HANDICAPÉES N 12 - OCTOBRE 2003 MORTALITE AUX ANTILLES GUYANE Taux brut de Mortalité (décès pour habitants) Guadeloupe Martinique Guyane Métropole ,0 6,4 6,2 7,1 5,2 3,9 9,3 9,0 Source: INSEE L EVOLUTION RECENTE Depuis les années 1990 on observe un léger accroissement de la mortalité aux Antilles du au vieillissement des populations, et une diminution en Guyane dont la structure de la population reste très jeune. Malgré le vieillissement de sa population, la métropole voit son taux brut légèrement amélioré. Mais il faut se garder de toute comparaison géographique. L indicateur le plus significatif de l état de d une population reste l espérance de vie à la naissance. En 10 ans celle ci a fortement progressé comme le résume le tableau page suivante : Service Études et Statistiques Antille Guyane

2 Espérances de Vie à la naissance (en années) Guadeloupe Martinique Guyane Métropole Hommes 70,7 73,6 73,2 75,0 66,6 71,6 72,7 75,5 Femmes 78,4 80,7 79,6 80,8 76,1 77,9 80,9 82,9 Source: INSEE C est chez les hommes, en Guyane que l on assiste à la plus forte progression, soit une augmentation de 5 années ; malgré cela elle reste la plus basse espérance de vie masculine de l inter région. En général plus le niveau était élevé en 1990, moins la progression a été grande sur les 12 ans. Ainsi la plus petite progression a été observée chez les martiniquaises qui partant d une espérance de vie de 79,6 années en 1990 n ont progressé que de 1,2 année, tout en restant en tête de la longévité. A l inverse, toujours aux Antilles, ce sont les guadeloupéens qui ont le plus progressé, augmentant leur longévité de 2,9 années, tout en restant avec la plus basse espérance de vie antillaise. Signalons qu en 2001 il y a eu une légère régression de l espérance de vie par rapport à 2000, et ce quel que soit le sexe ou le département. Les martiniquais qui, dans les années 90 avaient une demi année d espérance de vie de plus que les métropolitains, ont en 2001 une demi année d espérance de moins que ceux ci. LES CAUSES ONT ELLES EVOLUEES? Chaque année près de 6000 personnes meurent aux Antilles Guyane. Avec l Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM) nous en avions étudié les causes sur la période *. Sur la période récente, , les grands équilibres antérieurs ont ils été modifiés? Les affections cardio-vasculaires (30%), les cancers (21%) et les traumatismes (11%) demeurent, comme en métropole (en % de décès cardio-vasculaires, 28% de cancers, et 8% de traumatismes), les principales causes. En elles pesaient respectivement 33%, 19% et 11%. Mais cette constance et cette similitude globale sont trompeuses, et les nuances, géographiques ou liées au sexe, importantes. Ainsi le "poids" des décès cardio-vasculaires varie de 37% chez les martiniquaises à 23% chez les guyanais, celui des cancers de 25% chez les martiniquais à 13% chez les guyanaises, les traumatismes variant eux de 21% chez les guyanais à 5% chez les martiniquaises. En Années Potentielles de Vie Perdues (APVP), les différences sont encore plus sensibles et les classements bouleversés. Ainsi les décès par traumatismes représentent 32% des APVP antillo-guyanais, ceux par cancers 19% et les décès dus aux maladies cardio-vasculaires ne pèsent que 17% des APVP. Là aussi les variations sont importantes. *Mortalité en Antilles Guyane : Editions INSERM 1994 Note Méthodologique L indicateur des APVP est surtout utilisé en Santé Publique pour tenir compte des morts précoces qui n ont pas le même poids que les décès au delà de 75 ou 80 ans. Les APVP représentent le nombre d années non vécues par les sujets morts avant un âge de référence, généralement l espérance de vie à la naissance. C est un indicateur plus fin que le taux de mortalité par cause, qui donne la même valeur à un décès survenu à 15 ans qu à celui survenu à 80 ans. Le présent indicateur ne tient pas compte de la mortalité infantile et s appuie sur les espérances de vie 1998, par sexe et département. Ainsi les traumatismes sont responsables de la moitié des APVP (50%) chez les guyanais contre 15% chez les martiniquaises ; inversement le "poids" des cancers dans les APVP varie de 31% chez les martiniquaises à 7% chez les guyanais et celui des maladies cardio-vasculaires varie de 24% chez les martiniquaises à 9% chez les guyanais. 2

3 Années Potentielles de Vie Perdues ( ) Rang %* Rang %* Rang %* Sexe Masculin Traumatismes & Empoisonnements 1 42% 1 36% 1 50% Maladies Cardio vasculaires 2 15% 3 18% 3 9% Tumeurs 3 13% 2 19% 4 7% Maladies Infectieuses & Parasitaires 7 4% 4 5% 2 11% Nombre total d'apvp Sexe Féminin Tumeurs 1 24% 1 31% 2 16% Maladies Cardio vasculaires 2 20% 2 24% 4 10% Traumatismes & Empoisonnements 3 19% 3 15% 1 29% Maladies Infectieuses & Parasitaires 5 5% 4 5% 3 15% Nombre total d'apvp Source: Données INSERM;calculs du Service Etudes & Statistiques Antilles Guyane * Pourcentage d'apvp dues à une cause par rapport au total des APVP toutes causes Guadeloupe Martinique Guyane Le poids des Maladies Infectieuses & Parasitaires, auquel contribue fortement le SIDA, avait terriblement augmenté entre la période et la période (voir Santé n 6 de décembre 98) ; il a régressé depuis. C était ainsi la première cause pour les guyanaises avec 29% des APVP en 93-95, c est devenu la 3ème en avec 15%. La régression chez les guyanais est moindre puisque ces maladies sont toujours classées en seconde cause avec un "poids" légèrement inférieur à celui de la période (11% contre 15% antérieurement). Il est vrai également que la Guyane est le seul département où avant même l apparition du SIDA, le poids des infections intestinales et des autres maladies infectieuses et parasitaires était loin d être négligeable, et ce quel que soit le sexe. Aux Antilles où l impact du SIDA était moindre (4ème position dans les années 93-95), le classement est moins bouleversé mais le nombre d années perdues a été divisé par deux ou trois selon le département ou le sexe. 3

4 LA MORTALITE PAR SIDA EN NETTE DIMINUTION Si l on étudie l évolution des décès par SIDA depuis son apparition en 1984, on constate qu il a fallu attendre 1995 aux Antilles, 1997 en Guyane pour voir les nombres de décès s infléchir, après une apogée de 181 décès pour l inter région durant l année C est la conséquence de la mise en place systématique des traitements tri thérapies car par ailleurs le nombre de nouveaux cas déclarés par le réseau de surveillance du SIDA ne s est infléchi qu en 1996 pour atteindre un minimum en 1998 (116 cas). décès par SIDA (données INSERM) Antilles Guyane : Décès par SIDA années Malheureusement il semble que cette amélioration s atténue puisque depuis 1999 ce nombre de cas remonte et qu en 2001, nous nous retrouvons aux Antilles Guyane avec un niveau de déclarations (148) supérieur à celui de l année 1997 (135). En Métropole ce n est qu en 2002 que l Institut de Veille Sanitaire pense qu une augmentation du nombre de nouveaux cas est probable, à partir des résultats provisoires actuellement à sa disposition. Ces évolutions différentes peuvent s expliquer de 2 façons. D une part les malades du SIDA dans nos régions ont toujours été majoritairement contaminés par voie hétérosexuelle ; or ce sont les homosexuels qui ont accompli très tôt les plus grands efforts de prévention et de protection. D autre part le succès des thérapies mises en place a entraîné un surcroît d immigration sanitaire là où c était le plus facile, à savoir en Guadeloupe où 30% des cas sont de nationalité étrangère, et en Guyane où ce pourcentage atteint 64%. SIDA en Antilles Guyane : Nombre de cas nouveaux déclarés Nombre de cas Source: InVS < Année de diagnostic Les taux comparatifs Si l on veut vraiment comparer les départements entre eux, et avec la moyenne métropolitaine, il nous faut utiliser des taux standardisés, ou taux comparatifs. Ils permettent d éliminer les effets dus aux différences de structures d âge d une région à l autre. Ces taux indiquent ce que seraient les taux de mortalité dans chacune des régions, si la population de chaque DFA avait la même structure d âge que la population métropolitaine de Ainsi nous pouvons comparer la moyenne de chacun des DFA avec la métropole 1998 ou entre eux. On peut constater que chez les hommes la mortalité par SIDA est 2 fois plus élevée aux Antilles qu en Métropole, mais qu elle est 18 fois plus élevée en Guyane. Les écarts chez les femmes sont encore plus importants puisque la mortalité est aux Antilles 5 à 6 fois plus forte qu en Métropole, et en Guyane 70 fois plus. Nous avons vu que ce n était pas dû à un manque de soins, au contraire, puisque ce département attire les étrangers à la recherche de soins. Une plus grande diffusion de la maladie par manque de précautions est en cause et ce sont surtout les femmes qui sont touchées. Le " débrouya pa péché " est dans ce cas là mortel, et la prostitution sauvage accentue cette diffusion. 4

5 TAUX COMPARATIFS DE DÉCÈS PAR GRANDES PATHOLOGIES -MOYENNE Sexe Masculin Grands Groupes de Causes Guadeloupe Martinique Guyane France 1998 Maladies infectieuses et parasitaires 25,9 29,4 92,7 14,2 dont SIDA et infestions par VIH 6,7 5,6 49,6 2,8 Tumeurs 243,5 248,0 202,4 311,6 dont tumeur de la prostate 79,7 78,0 46,9 32,2 Maladies endocrin., troubles immunitaires 42,8 43,0 44,5 22,0 Troubles mentaux 34,4 30,2 33,9 20,3 Maladies du système nerveux 35,8 29,4 20,3 24,0 Maladies de l'appareil circulatoire 299,9 279,4 279,9 267,5 dont maladies vasculaires cérébrales 110,8 107,2 129,1 58,3 Maladies de l'appareil respiratoire 63,9 72,9 47,2 76,9 Maladies de l'appareil digestif 49,3 46,8 40,7 48,6 Maladies des organes génito-urinaires 22,9 18,8 13,1 12,3 Symptômes et états mal définis 57,1 47,0 91,0 51,6 Causes extérieures de traumatismes 135,9 88,5 193,4 92,1 dont accidents de la circulation 43,8 24,5 63,3 20,6 dont suicides 20,8 13,3 17,9 27,1 Autres Causes 20,4 22,4 23,3 15,7 Total toutes causes 1031,8 955,8 1082,4 956,8 Taux pour habitants (base métropole 1998) Source: Données INSERM; calculs du SESAG pour les Antilles Guyane Contrairement aux apparences, c est en Guyane qu on meurt le plus. Selon les taux bruts de mortalité de l INSEE, on pourrait croire que c est en métropole que la mortalité est la plus élevée, et en Guyane la plus faible. Cela n est vrai que parce que nous avons une population extrêmement jeune en Guyane et très âgée en métropole. Mais dans chaque tranche d âge donnée, c est en Guyane que la mortalité est la plus élevée. Grâce aux taux comparatifs, la première constatation que l on peut faire est, qu à structure d âge identique et toutes causes confondues, c est en Guyane que le taux de décès masculin est le plus élevé, alors que les taux de décès féminins sont proches en Guyane et en Guadeloupe. La Martinique a le plus faible taux de décès masculin, proche de celui de la métropole, et un taux féminin légèrement supérieur à celui de la France. Les hommes sont " cassés " Nous avons vu qu en Années Potentielles de Vie Perdues, les causes extérieures de traumatismes étaient, pour le sexe masculin, au premier rang. En regardant les taux comparatifs c est la troisième grande cause loin derrière les maladies cardiovasculaires et les tumeurs, excepté en Guyane où elles sont très proches du niveau des tumeurs. Seule la Martinique a un taux inférieur à celui de la métropole, la Guadeloupe ayant un taux supérieur de près de la moitié et la Guyane de plus du double. Parmi ces traumatismes, ceux résultant des accidents de la circulation sont partout plus élevés qu en métropole, atteignant même le triple en Guyane et le double en Guadeloupe. Par contre dans l ensemble de nos départements, les suicides sont bien moins élevés et atteignent le minimum en Martinique. Les tumeurs, deuxième grande cause en A.P.V.P., sont également en seconde place avec un taux bien inférieur à celui de la métropole où elles sont d ailleurs en première place. La Guyane a un taux bien inférieur à celui des Antilles. Le cancer de la prostate frappe très fort aux Antilles (plus du double de la métropole) et assez fort en Guyane. L hypertension, cause de beaucoup de maux! Les maladies de l appareil circulatoire, troisième grande cause en A.P.V.P., sont en taux, comme en nombre, la première grande cause de décès. C est en Guadeloupe que l on trouve le plus fort taux, suivie par la Martinique et la Guyane, à mi chemin entre la métropole et la Guadeloupe. Parmi ces maladies de l appareil circulatoire, les maladies vasculaires cérébrales font des ravages dans nos départements et ont un taux deux fois plus élevé qu en métropole. Enfin en dehors du SIDA déjà évoqué, et conformément à ce que l on peut penser de la spécificité épidémiologique en milieu tropical, la surmortalité des maladies infectieuses est, par rapport à la métropole, plus marquée, particulièrement en Guyane. 5

6 TAUX COMPARATIFS DE DÉCÈS PAR GRANDES PATHOLOGIES -MOYENNE Sexe Féminin Grands Groupes de Causes Guadeloupe Martinique Guyane France 1998 Maladies infectieuses et parasitaires 22,3 23,8 70,7 13,0 dont SIDA et infestions par VIH 4,5 3,5 49,9 0,7 Tumeurs 162,6 163,2 127,4 193,3 dont tumeur du sein 19,9 25,3 22,7 35,8 dont tumeur de l'utérus 17,5 17,8 12,1 10,1 Maladies endocrin., troubles immunitaires 69,2 52,6 56,5 32,4 Troubles mentaux 18,0 14,2 20,6 29,0 Maladies du système nerveux 21,8 30,2 26,9 28,7 Maladies de l'appareil circulatoire 375,5 332,5 341,4 296,9 dont maladies vasculaires cérébrales 146,0 119,1 111,1 78,4 Maladies de l'appareil respiratoire 61,3 71,4 44,1 70,5 Maladies de l'appareil digestif 46,5 33,9 18,1 40,6 Maladies des organes génito-urinaires 15,1 14,3 24,6 12,7 Complicat. Grosses., accouch., suite de couche 0,6 0,5 2,0 0,2 Symptômes et états mal définis 84,2 63,7 85,9 62,9 Causes extérieures de traumatismes 49,1 39,6 89,4 58,7 dont accidents de la circulation 9,5 6,7 31,8 7,7 dont suicides 5,6 4,1 8,3 9,2 Autres Causes 22,4 26,9 40,3 21,5 Total toutes causes 948,6 866,8 947,9 860,4 Taux pour habitants (base métropole 1998) Source: Données INSERM; calculs du SESAG pour les Antilles Guyane Nous avons vu qu en Années Potentielles de Vie Perdues, les tumeurs étaient la première cause pour le sexe féminin. En taux comparatifs c est la deuxième grande cause, loin derrière les maladies cardio-vasculaires. Ces taux restent toutefois inférieurs à ceux de métropole, la Guyane étant le département le moins touché. Chez les femmes les premières causes cancéreuses sont inversées Parmi les cancers, le taux comparatif de mortalité du cancer du sein est en métropole bien plus meurtrier que dans les D.F.A. alors qu inversement celui du cancer de l utérus l est bien plus aux Antilles qu en métropole. Le taux de cancer de l utérus de Guyane (12,1) qui se situe entre les deux niveaux paraît suspect ; ce taux était de 25 dans les années 87-90, de 20 dans la période et le niveau d exposition de la population féminine aux facteurs de risque de ce type de cancer n a pas évolué depuis. Encore l hypertension! Les maladies cardiovasculaires, deuxième grande cause en A.P.V.P. sont la première cause en taux comparatifs, comme en nombre absolu. Encore plus que chez les hommes elles frappent nos départements beaucoup plus que la métropole, la Guadeloupe étant la plus touchée. De même les maladies vasculaires cérébrales ont des taux particulièrement élevés par rapport au taux métropolitain. Les causes extérieures de traumatisme, troisième grande cause en A.P.V.P. (mais première en Guyane), sont également en troisième place en taux comparatifs. Toutefois les Antilles ont un taux inférieur à celui de la métropole alors que la Guyane se situe à un niveau largement supérieur. Parmi ceux-ci les accidents de la circulation ont un impact très différent d un département à l autre. Le taux de décès est légèrement inférieur à celui de la métropole en Martinique, supérieur en Guadeloupe, et quatre fois plus élevé en Guyane. Comme chez les hommes les suicides sont bien moins élevés qu en métropole, atteignant le minimum en Martinique. La persistance d une plus grande solidarité entre générations, autorisant un maintien à domicile dans des conditions optimales, explique en grande partie ces différences. 6

7 Après l étude de ces grandes causes, qui représentent plus des trois quarts des Années Potentielles de Vie Perdue, nous allons étudier deux pathologies dont l influence globale est plus faible, mais qui se distinguent dans nos départements. Dans les tableaux précédents on a pu observer que, quel que soit le sexe et le département, les taux de décès dus aux maladies endocriniennes sont le double de ceux de la métropole. Cela provient pour partie du diabète sucré. La surmortalité par diabète sucré est bien plus marquée pour le sexe féminin que pour le sexe masculin entraînant, pour nos départements, un écart important entre les deux sexes. Ceci est à mettre en relation avec la surmortalité liée à l hypertension, que nous avions évoquée en soulignant le poids des maladies vasculaires cérébrales. Taux Comparatifs de décès par Sexe -moyenne Diabète Guadeloupe Martinique Guyane France 1998 Diabète sucré H 29,4 25,0 21,5 13,4 Diabète sucré F 48,3 34,3 33,7 16,9 Taux pour habitants (base métropole 1998) Source: Données INSERM; calculs du SESAG pour les Antilles Guyane Pour étudier les méfaits de l alcoolisme, il nous faut rassembler deux causes qui se trouvent dans des chapitres différents, à savoir les psychoses alcooliques dans les troubles mentaux et les cirrhoses dans les maladies de l appareil digestif. Il est dommage que pour mieux cerner le problème, nous ne puissions distinguer dans les décès dus aux Accidents de la circulation, ceux dont l origine est due à l alcoolisme. Taux Comparatifs de décès par Sexe -moyenne Alcoolisme Guadeloupe Martinique Guyane France 1998 Psychoses alcooliques H 24,7 20,4 15,1 7,0 Psychoses alcooliques F 2,6 3,0 1,5 1,8 Cirrhoses H 17,4 11,6 16,0 21,9 Cirrhoses F 11,0 4,9 1,5 8,5 Taux pour habitants (base métropole 1998) Source: Données INSERM; calculs du SESAG pour les Antilles Guyane La surmortalité masculine n est nulle part remise en question. Au niveau du sexe masculin, il y a dans nos départements une importante surmortalité par psychose alcoolique, et une sous mortalité légère dans le cas des cirrhoses. Ceci est dû aux consommations d alcools différents : rhum dans les DFA, vin en métropole, bière partout. C est en Guadeloupe que l alcoolisme fait le plus de ravages. Au niveau du sexe féminin les différences sont très peu marquées au niveau des psychoses ; quant aux cirrhoses, excepté la Guadeloupe nous y observons une sous mortalité. Il en résulte que l alcoolisme féminin fait globalement moins de dégâts en Martinique et Guyane qu en métropole. LA MORTALITÉ MATERNELLE L indicateur de mortalité maternelle se calcule par rapport au nombre de naissances de la période observée. Nous le calculons toujours sur plusieurs années, car les nombres absolus sont faibles et peuvent varier du simple au double d une année sur l autre. La métropole stagne depuis 10 ans autour de 10 décès maternels pour Taux Comparatifs de décès maternel Guadeloupe Martinique Guyane France 1998 Moyenne 97/99 18,1 17,3 35,6 10,0 Moyenne 87/90 51,4 54,4 64,6 9,5 Taux pour naissances Source: Données INSERM; calculs du SESAG pour les Antilles Guyane naissances. Nous voyons qu il y a eu des progrès certains dans nos départements depuis le début des années 90, particulièrement aux Antilles. En Guyane il faudrait encore faire un sérieux effort pour diminuer de moitié le dernier taux connu. 7

8 EN CONCLUSION L espérance de vie et l état de se sont améliorés aux Antilles Guyane, mais attention à ce que les écarts avec la métropole ne plafonnent pas. En particulier il ne faut pas relâcher les efforts de prévention dans la lutte contre le SIDA, et il faut accentuer les mesures de prévention contre les accidents de circulation routière. Mieux contrer l hypertension artérielle et le diabète passe par des grandes campagnes d hygiène alimentaire luttant contre les sur consommations de sucre et de sel sous toutes leurs formes (boissons alcoolisées ou non, surconsommation de condiments sucrés, pâtisseries, morue et viandes de salaisons, ). La réussite de ces campagnes de prévention peut amener l espérance de vie masculine antillaise au niveau de la métropole, voire au delà, et réduire de 3 ou 4 ans l écart entre métropole et Guyane. Pour amener l espérance de vie féminine antillaise au niveau de la métropole, il faudra en plus des campagnes pré citées améliorer le dépistage du cancer de l utérus. Quant aux Guyanaises, réduire l hécatombe routière et celle due au SIDA sont nécessaires pour amener leur espérance de vie au niveau de celles des antillaises. Enfin en Guyane la mortalité due aux maladies infectieuses, hors SIDA, reste préoccupante, et des programmes de prévention devraient être mis en place, particulièrement pour lutter contre les maladies entériques (Programme d accès à l eau potable). Pierre BAZELY RENSEIGNEMENTS ET DEMANDES DE PUBLICATION : Direction de la Santé et du Développement Social de la Martinique Service Études et Statistiques Antille Guyane Centre Delgrès B.P FORT DE FRANCE Cedex - Tél : Fax : Reproduction autorisée sous réserve de la mention des sources - Rédacteur en chef : Pierre BAZELY. ATELIER 3 MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES HANDICAPÉES

Les causes médicales d entrée en invalidité en 2007

Les causes médicales d entrée en invalidité en 2007 N 01 octobre 2008 Les causes médicales d entrée en invalidité en 2007 L année 2007 est la première année de plein exercice du contrôle médical du RSI sur l ensemble des prestations d invalidité. Avant

Plus en détail

La santé environnementale observée : quelques caractéristiques en Lorraine

La santé environnementale observée : quelques caractéristiques en Lorraine La santé environnementale observée : quelques caractéristiques en Lorraine 1 Introduction : estimations OMS 24% de la charge mondiale de morbidité et 23% des décès peuvent être attribués à des facteurs

Plus en détail

Forum territorial de santé Sud de l Aisne 20 novembre 2009

Forum territorial de santé Sud de l Aisne 20 novembre 2009 Forum territorial de santé Sud de l Aisne 20 novembre 2009 Synthèse du diagnostic territorial Points positifs Le Sud de l Aisne a un indice conjoncturel de fécondité (ICF) plus élevé qu en Picardie et

Plus en détail

Baromètre santé Poitou-Charentes 2010

Baromètre santé Poitou-Charentes 2010 Baromètre santé Poitou-Charentes 2010 CONTEXTE Le dépistage est défini par l OMS comme «l identification présomptive de maladies ou troubles non reconnus, par l application de tests, d examens ou d autres

Plus en détail

EVALUATION DES COUTS DE L APPAREILLAGE DE MEMBRE INFERIEUR

EVALUATION DES COUTS DE L APPAREILLAGE DE MEMBRE INFERIEUR EVALUATION DES COUTS DE L APPAREILLAGE DE MEMBRE INFERIEUR Un amputé : Quel coût pour l Assurance Maladie? Le prix de la prothèse est il le facteur prépondérant du coût? Docteur Louis Philippe COUTIER

Plus en détail

LES INEGALITES SOCIALES DE SANTE EN FRANCE.

LES INEGALITES SOCIALES DE SANTE EN FRANCE. LES INEGALITES SOCIALES DE SANTE EN FRANCE. INTRODUCTION. La France connaît une évolution favorable au plan sanitaire : record français des gains annuels d espérance de vie à la naissance. Elle fait partie

Plus en détail

Des dépenses de santé très élevées chez les 80 ans et plus

Des dépenses de santé très élevées chez les 80 ans et plus Des dépenses de santé très élevées chez les 80 ans et plus Le vieillissement de la population s est accompagné d un accroissement de l espérance de vie et en particulier d un allongement de la durée de

Plus en détail

L évaluation de l exposition alimentaire de la population antillaise est également actualisée sur la base des nouvelles données disponibles :

L évaluation de l exposition alimentaire de la population antillaise est également actualisée sur la base des nouvelles données disponibles : Résumé exécutif Actualisation de l exposition alimentaire au chlordécone de la population antillaise Evaluation de l impact de mesures de maîtrise des risques Le chlordécone est une molécule organochlorée,

Plus en détail

1 ére Observation de la santé des nantais. GTPI Cohésion Sociale 9 Février 2012 Mission santé publique

1 ére Observation de la santé des nantais. GTPI Cohésion Sociale 9 Février 2012 Mission santé publique 1 ére Observation de la santé des nantais GTPI Cohésion Sociale 9 Février 2012 Mission santé publique Déterminants de santé La santé des habitants n est pas l apanage des soignants elle est influencée

Plus en détail

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 N 5 Février 2008 La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 Le nombre d infirmiers exerçant à la Réunion ne cesse d augmenter,

Plus en détail

Morbidité et mortalité à Ottawa, 2012

Morbidité et mortalité à Ottawa, 2012 Morbidité et mortalité à Ottawa, 212 Rapport sur l état de Santé publique Ottawa Janvier 212 ottawa.ca/sante 613-58-6744 ATS : 613-58-9656 Remerciements Ce rapport a été rédigé par : Stephanie Prince,

Plus en détail

La perception de la santé et le sentiment d information chez les jeunes Champardennais

La perception de la santé et le sentiment d information chez les jeunes Champardennais Baromètre santé jeunes La perception de la santé et le sentiment d information chez les jeunes Champardennais La représentation de la maladie, des risques et de la santé de chacun, c est-à-dire de la perception

Plus en détail

Bac SMS : Mathématiques Métropole Juin 2002

Bac SMS : Mathématiques Métropole Juin 2002 Bac SMS : Mathématiques Métropole Juin 2002 L'usage des calculatrices et des instruments de calcul est autorisé. Une feuille de papier millimétré est nécessaire pour le problème. EXERCICE (8 points) Chaque

Plus en détail

3. Analyse exploratoire

3. Analyse exploratoire Bilan de l étude de faisabilité «prévention des traumatismes d origine accidentelle» Mouloud Haddak, INRETS-UMRESTTE 1 / Handicap International 1. Préambule Il faut d abord souligner que cette étude de

Plus en détail

sur la statistiques et indicateurs Observatoire Régional de la Santé de Midi-Pyrénées

sur la statistiques et indicateurs Observatoire Régional de la Santé de Midi-Pyrénées TABLEAU DE BORD sur la statistiques et indicateurs MIDI-PYRÉNÉES - 2010 Observatoire Régional de la Santé de Midi-Pyrénées > PRÉSENTATION Ce «tableau de bord régional sur la santé en MidiPyrénées» rassemble

Plus en détail

Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol

Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol Santé et comportements dans la population saint-martinoise en 2013 Etude CONSANT Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol Diabète Recherche de sucre dans le sang Huit individus

Plus en détail

SYNTHÈSE DU PORTRAIT TYPE

SYNTHÈSE DU PORTRAIT TYPE POUR UNE APPRÉCIATION DE L ÉTAT DE SANTÉ DE LA POPULATION SYNTHÈSE DU PORTRAIT TYPE DU RLS DE LA HAUTE-YAMASKA Personne-ressource Mario Richard Direction de santé publique Avril 2012 CONTEXTE Dans la foulée

Plus en détail

1. Données de cadrage

1. Données de cadrage 1. Données de cadrage Avant de détailler les indicateurs de précarité recueillis par sous thème, cette première partie présente les principales données démographiques sur La Réunion (population, densité,

Plus en détail

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie Etat de santé de la population valaisanne 2010 Sur mandat du Service de la santé publique du canton du Valais, l Observatoire valaisan de la santé, en collaboration avec l Institut universitaire de médecine

Plus en détail

LA SANTE DES JEUNES MARTINIQUAIS

LA SANTE DES JEUNES MARTINIQUAIS Observatoire de la Santé de la Martinique Entrée Hôpital Clarac, Pavillon Lyautey 97200 Fort de France Tél : 0 596 60 98 15 - Fax : 05 96 70 04 65 Directeur de Publication : Frantz Ventura Rédaction :

Plus en détail

y ç g g 2001. d) Immunisation hépatite B

y ç g g 2001. d) Immunisation hépatite B Population 1 Période N A % État de santé générale 7 Période N A Mesure B Mtl Mesure B Mtl % Écart à Tendance C Écart à Tendance C Population totale 2006 216 702 na 8 Espérance de vie Hommes 2001-2003 na

Plus en détail

CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS

CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS ARgSES Arguments socio-économiques pour la santé CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS Andrée MIZRAHI 1 et Arié MIZRAHI 1 En France, en 1995 la dépense de soins et biens médicaux 2 s'est

Plus en détail

LES PETITS-DÉJEUNERS PRESSE DE L ORS PACA

LES PETITS-DÉJEUNERS PRESSE DE L ORS PACA LES PETITS-DÉJEUNERS PRESSE DE L ORS PACA Semaine européenne de prévention du cancer du col de l utérus Le lundi 24 janvier 2011 à 9h30 à l Observatoire régional de la santé Provence-Alpes-Côte d'azur

Plus en détail

Vieillissement : et conséquences médicales et sociales. Service de Médecine Gériatrique CHU de Rennes

Vieillissement : et conséquences médicales et sociales. Service de Médecine Gériatrique CHU de Rennes Vieillissement : et conséquences médicales et sociales Professeur Pierre JOUANNY Service de Médecine Gériatrique CHU de Rennes La vieillesse Qu est-ce qu un sujet âgé? Définitions variables selon les besoins

Plus en détail

Panorama de la santé en 2013 au sein des pays de l OCDE Extraits et synthèse de l étude OCDE 12 /2013

Panorama de la santé en 2013 au sein des pays de l OCDE Extraits et synthèse de l étude OCDE 12 /2013 Panorama de la santé en 2013 au sein des pays de l OCDE Extraits et synthèse de l étude OCDE 12 /2013 Jean VILANOVA DCDEV /RIM La Médicale jean.vilanova@ca-predica.fr Sommaire Préambule (pages 3 et 4)

Plus en détail

Coûts liés à l'alcool en Suisse

Coûts liés à l'alcool en Suisse Coûts liés à l'alcool en Suisse Rapport final établi sur ordre de l'office fédéral de la santé publique Contrat n 12.00466 Barbara Fischer Dr. Harry Telser Dr. Philippe Widmer Dr. Karolin Leukert Olten,

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Dominique Goux (1) Eric Maurin (2) Version février 2008 Docweb no 0802 Dominique Goux (1) : Professeur associée d économétrie à l Ecole

Plus en détail

N. Thomas a, J. Zitouni b, A. Bocquier c, E. Lewandowski d, S. Finkel e, O. Favier a, F. Champion b, M. Jardin c. Provence-Alpes-Côte d Azur

N. Thomas a, J. Zitouni b, A. Bocquier c, E. Lewandowski d, S. Finkel e, O. Favier a, F. Champion b, M. Jardin c. Provence-Alpes-Côte d Azur Congrès national des Observatoires régionaux de la santé 2008 - Les inégalités de santé Marseille, 16-17 octobre 2008 L3 - Évaluation de la qualité du chaînage des séjours hospitaliers : préalable nécessaire

Plus en détail

Galina Bandajevskaya (Belarus) pédiatre, cardiologue. Mesdames et Messieurs, chers collègues, bonjour!

Galina Bandajevskaya (Belarus) pédiatre, cardiologue. Mesdames et Messieurs, chers collègues, bonjour! Galina Bandajevskaya (Belarus) pédiatre, cardiologue Mesdames et Messieurs, chers collègues, bonjour! En regardant cette petite image vous avez sans doute déjà compris que nous allons maintenant parler

Plus en détail

Atelier Promotion et diffusion des droits économiques, sociaux et culturels

Atelier Promotion et diffusion des droits économiques, sociaux et culturels Texte de la communication présentée par la secrétaire générale du SIDIIEF à l occasion de la VII e conférence des ONG et OSC, 24 juin 2010, Genève, Suisse Atelier Promotion et diffusion des droits économiques,

Plus en détail

Djea SARAVANE, MSc, MD

Djea SARAVANE, MSc, MD SOINS PALLIATIFS EN PSYCHIATRIE, au-delà des préjugés LYON, 9 Octobre 2013 Djea SARAVANE, MSc, MD Chef de Service-Directeur de l Enseignement Membre Associé CHUS Sherbrooke-Canada CENTRE REGIONAL DOULEUR

Plus en détail

Forum territorial de santé Santerre Haute Somme 3 décembre 2009

Forum territorial de santé Santerre Haute Somme 3 décembre 2009 Forum territorial de santé Santerre Haute Somme 3 décembre 2009 Synthèse du diagnostic territorial Points positifs Si globalement l épidémiologie des cancers (cf. points négatifs) n est pas bonne sur le

Plus en détail

FÉCONDITÉ 4. Soumaïla MARIKO et Ali MADAÏ BOUKAR

FÉCONDITÉ 4. Soumaïla MARIKO et Ali MADAÏ BOUKAR FÉCONDITÉ 4 Soumaïla MARIKO et Ali MADAÏ BOUKAR Les informations collectées au cours de l EDSN-MICS-III sur l'histoire génésique des femmes permettent d'estimer les niveaux de la fécondité, de dégager

Plus en détail

Exercice 2. Population de Bruxelles de 18 à 65 ans selon le sexe et le statut d occupation - 2010

Exercice 2. Population de Bruxelles de 18 à 65 ans selon le sexe et le statut d occupation - 2010 Chapitre 1. Tableau à double entrée Exercices : solutions Texte provisoire. Merci pour les remarques, commentaires, suggestions Exercice 1 1.a. Population de Bruxelles selon le sexe et la nationalité Hommes

Plus en détail

LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC

LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC EMPLOI-QUÉBEC LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC ÉDITION 2015 Rédaction André Levert Catherine Ouellet Paula Santos Élaboration des tableaux Anh Truong Direction de l analyse et de l information sur

Plus en détail

Expérimenté depuis 2003, le. Dépistage organisé du cancer colorectal. Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France

Expérimenté depuis 2003, le. Dépistage organisé du cancer colorectal. Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France DÉPISTAGE Dépistage organisé du cancer colorectal Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France UN CANCER CURABLE À UN STADE PRÉCOCE LE DÉPISTAGE ORGANISÉ : UNE STRATÉGIE

Plus en détail

L activité physique au Canada

L activité physique au Canada Progrès en Prévention ISSN 1205-7037 L activité physique au Canada Selon les résultats du Sondage indicateur de l activité physique en 1995, près de 20 % des adultes au Canada sont suffisamment pour en

Plus en détail

K3 - Facteurs socio-économiques associés à la consommation d alcool en France : une étude des différents modes de consommations

K3 - Facteurs socio-économiques associés à la consommation d alcool en France : une étude des différents modes de consommations Congrès national des Observatoires régionaux de la santé 2008 - Les inégalités de santé Marseille, 16-17 octobre 2008 K3 - Facteurs socio-économiques associés à la consommation d alcool en France : une

Plus en détail

Santé. Tableaux Économiques de Midi-Pyrénées 2008

Santé. Tableaux Économiques de Midi-Pyrénées 2008 7 Santé Présentation Au 1 er janvier 2006, Midi-Pyrénées compte 54 établissements de soins dans le secteur public et 100 dans le privé. La part du secteur privé (48 % en lits), supérieure de huit points

Plus en détail

La sexualité et la contraception chez les jeunes Champardennais

La sexualité et la contraception chez les jeunes Champardennais Baromètre santé jeunes La sexualité et la contraception chez les jeunes Champardennais Généralement, les premiers sentiments amoureux et l éveil de la sexualité apparaissent à l adolescence. Ce moment

Plus en détail

La présence syndicale au Québec en 2014

La présence syndicale au Québec en 2014 La présence syndicale au Québec en 2014 Alexis Labrosse Secrétariat du Travail Direction de l information sur le travail Mars 2015 1 Table des matières Introduction... 4 Les sources de données, la population

Plus en détail

SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS ET ENFANTS VULNÉRABLES 16.1 SITUATION DES ENFANTS

SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS ET ENFANTS VULNÉRABLES 16.1 SITUATION DES ENFANTS SITUATION DES ENFANTS, DES ORPHELINS 16 ET ENFANTS VULNÉRABLES L un des effets les plus dévastateurs de l épidémie de VIH/sida est l augmentation croissante du nombre d orphelins et d enfants rendus vulnérables

Plus en détail

II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE

II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE A. DEMOGRAPHIE 1. Evolution démographique 1.1. Dynamisme démographique 1.2. Structure de la population 1.3. Structure des ménages 2. Hypothèses d'évolution

Plus en détail

Aides Médicales et Charité (AMC)

Aides Médicales et Charité (AMC) Aides Médicales et Charité (AMC) Tél : +228 22 51 26 47 amc_lome@yahoo.fr PROJET NYE KEKELI : PTME Contexte d intervention En matière de prévention de la transmission du VIH de la mère à l enfant au Togo,

Plus en détail

Enquête de Séroprévalence et sur les Indicateurs du Sida au Congo (ESISC-I) 2009 Rapport de Synthèse

Enquête de Séroprévalence et sur les Indicateurs du Sida au Congo (ESISC-I) 2009 Rapport de Synthèse République du Congo Enquête de Séroprévalence et sur les Indicateurs du Sida au Congo (ESISC-I) 2009 Rapport de Synthèse Ce rapport présente les principaux résultats de l Enquête de Séroprévalence et sur

Plus en détail

Professeur André SCHEEN Professeur André SCHEEN

Professeur André SCHEEN Professeur André SCHEEN Cette brochure gratuite a été réalisée par «Liège Province Santé» de l O.M.S. sur base d un texte scientifique du Professeur André SCHEEN, Professeur de Médecine, Université de Liège, Chef de Service du

Plus en détail

Consensus Scientifique sur. l'alcool

Consensus Scientifique sur. l'alcool page 1/5 Consensus Scientifique sur l'alcool Source : OMS (2004) Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - L alcool n est pas un produit ordinaire. Il fait partie de la civilsation humaine depuis des milliers

Plus en détail

L évolution de la mortalité...

L évolution de la mortalité... MINISTERE DE L EMPLOI, DE LA COHESION SOCIALE ET DU LOGEMENT MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES Préfectures de, et DIRECTIONS DE LA SANTE Service Études & Statistiques Antilles ET DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Le stress au travail chez les prestateurs de soins de santé par Kathryn Wilkins

Le stress au travail chez les prestateurs de soins de santé par Kathryn Wilkins Le stress au travail chez les prestateurs de soins de santé 35 Le stress au travail chez les prestateurs de soins de santé par Kathryn Wilkins Mots-clés : santé au travail, charge de travail, professions

Plus en détail

Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013)

Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013) 1 Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013) Tendances sur le marché du travail belge (1983-2013) 1. Statut sur le marché de l'emploi de la population de 15 ans et plus en 1983 et en 2013 La

Plus en détail

Délégation aux droits des femmes et à l égalité des chances entre les hommes et les femmes

Délégation aux droits des femmes et à l égalité des chances entre les hommes et les femmes Délégation aux droits des femmes et à l égalité des chances entre les hommes et les femmes Rapport d information Femmes et santé, les enjeux d aujourd hui Annick Billon co-rapporteure (Vendée, UDI-UC)

Plus en détail

RECHERCHE. Étude SIG de la corrélation entre exposition indirecte à l amiante et asbestose. Introduction. Les données utilisées

RECHERCHE. Étude SIG de la corrélation entre exposition indirecte à l amiante et asbestose. Introduction. Les données utilisées Étude SIG de la corrélation entre exposition indirecte à l amiante et asbestose Perrine de Crouy-Chanel, Ingénieur SIG, Département Santé Environnement / USIS INSTITUT DE VEILLE SANITAIRE 12 rue du Val

Plus en détail

المجلةالصحية لشرق المتوسط منظمة الصحة العالمية المجلد الثالث عشر العدد ٢٠٠٧ ٣ Les maladies cardio-vasculaires sont la cause principale de morbidité et de mortalité dans les pays industrialisés. Elles sont

Plus en détail

Actif au RSI et retraité au Régime général - évolution de cette situation de cumul entre 2008 et 2010

Actif au RSI et retraité au Régime général - évolution de cette situation de cumul entre 2008 et 2010 Actif au RSI et retraité au - évolution de cette situation de cumul entre 2008 et 2010 Une étude menée en collaboration avec la CNAV C. Bac (Cnav) C. Gaudemer (RSI) Au cours de leur carrière, la plupart

Plus en détail

Les dépenses d assurance maladie à horizon 2015

Les dépenses d assurance maladie à horizon 2015 Point d information mensuel Jeudi 5 juillet 2007 Les dépenses d assurance maladie à horizon 2015 L évolution des dépenses de santé et les modalités de leur prise en charge sont au cœur de nombreuses réflexions

Plus en détail

Bulletin d information en économie de la santé n 48 - février 2002. questions 2,6 1,9 1,0 1,0

Bulletin d information en économie de la santé n 48 - février 2002. questions 2,6 1,9 1,0 1,0 Bulletin d information en économie de la santé n 48 - février 2002 questions d économie de la santé analyses Repères Le CREDES a réalisé de septembre 1999 à mai 2000 une enquête sur l état de santé et

Plus en détail

Exposition au plomb d origine hydrique. Quelques indicateurs

Exposition au plomb d origine hydrique. Quelques indicateurs Exposition au plomb d origine hydrique Quelques indicateurs PLOMB ET SANTE Plomb et environnement Le plomb est présent dans de nombreux minéraux sous forme de composés tels que la galène (sulfure de plomb),

Plus en détail

Vivre sans. hypertension. Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle

Vivre sans. hypertension. Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle Vivre sans hypertension Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle Avez-vous un risque de devenir hypertendu? LE SAVIEZ-VOUS? L Vivre sans hypertension hypertension

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE CONFÉRENCE. TOXIQUE PLANÈTE Le scandale invisible des maladies chroniques. Par André CICOLELLA. Contact presse :

DOSSIER DE PRESSE CONFÉRENCE. TOXIQUE PLANÈTE Le scandale invisible des maladies chroniques. Par André CICOLELLA. Contact presse : DOSSIER DE PRESSE CONFÉRENCE TOXIQUE PLANÈTE Le scandale invisible des maladies chroniques Par André CICOLELLA Contact presse : Pauline Berthellemy Chargée de communication p.berthellemy@ reseau-environnement-sante.net

Plus en détail

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc Bilan économique Bilan économique 2009 BASSIN D EMPLOI VENDÉE OUEST Après une année 2009 éprouvante, l économie vendéenne semble enfin s engager sur le chemin de la reprise Après avoir débuté dans un climat

Plus en détail

SONDAGE SUR LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE DE 2015 L ALCOOL AU VOLANT AU CANADA. The knowledge source for safe driving

SONDAGE SUR LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE DE 2015 L ALCOOL AU VOLANT AU CANADA. The knowledge source for safe driving T R A F F I C I N J U R Y R E S E A R C H F O U N D A T I O N SONDAGE SUR LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE DE 2015 L ALCOOL AU VOLANT AU CANADA The knowledge source for safe driving LA FONDATION DE RECHERCHES SUR

Plus en détail

Hypertension artérielle et facteurs de risque associés Une nouvelle étude de l Assurance Maladie sur les évolutions entre 2000 et 2006

Hypertension artérielle et facteurs de risque associés Une nouvelle étude de l Assurance Maladie sur les évolutions entre 2000 et 2006 Point d information mensuel 19 octobre 2007 Hypertension artérielle et facteurs de risque associés Une nouvelle étude de l Assurance Maladie sur les évolutions entre 2000 et 2006 En France, 10,5 millions

Plus en détail

COMPRENDRE ET ANTICIPER LES CHANGEMENTS DE COMPORTEMENT DES CONSOMMATEURS

COMPRENDRE ET ANTICIPER LES CHANGEMENTS DE COMPORTEMENT DES CONSOMMATEURS Compte rendu Session du jeudi 14 mai 2009 COMPRENDRE ET ANTICIPER LES CHANGEMENTS DE COMPORTEMENT DES CONSOMMATEURS QUELLES REPONSES POUR LES INDUSTRIELS AUX ENJEUX SUR LE MARCHE DES PRODUITS AGRO-ALIMENTAIReS?

Plus en détail

Campagne Display Enquête sur l état des lieux de l affichage des performances énergétiques des bâtiments publics en France

Campagne Display Enquête sur l état des lieux de l affichage des performances énergétiques des bâtiments publics en France Campagne Display Enquête sur l état des lieux de l affichage des performances énergétiques des bâtiments publics en France 0 Enquête réalisée par Energie-Cités Peter Schilken Ian Tuner Pierre Escolar Graziella

Plus en détail

9.1 Alcool. Christophe Palle

9.1 Alcool. Christophe Palle 9.1 Alcool Christophe Palle 204 Drogues et addictions, données essentielles Associé au plaisir de la table, à la richesse et la diversité des terroirs et des paysages de France, l alcool, consommé sous

Plus en détail

LE CANCER DU REIN. Codes CIM 8 : «189» CIM 9 : «189» CIM 10 : «C64-C66», «C68»

LE CANCER DU REIN. Codes CIM 8 : «189» CIM 9 : «189» CIM 10 : «C64-C66», «C68» ATLAS DE LA MORTALITÉ PAR CANCER EN FRANCE MÉTROPOLITAINE ÉVOLUTION 19-2004 141 LE CANCER DU REIN Codes CIM 8 : «189» CIM 9 : «189» CIM 10 : «C64-C66», «C68» UN ACCROISSEMENT DES ÉCARTS ENTRE LES HOMMES

Plus en détail

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière Direction des retraites et de la solidarité juillet 2015-12 Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière C. Bac (CNAV), I. Bridenne (CDC), A. Dardier

Plus en détail

Les équipements sanitaires publics et privés au 01/01/2014 Nombre de lits et places installés en court séjour hospitalier :

Les équipements sanitaires publics et privés au 01/01/2014 Nombre de lits et places installés en court séjour hospitalier : Collection : Touraine au Jardin des Chiffres Edition novembre 2015 4 bis, rue Jules Favre BP 41028 37010 Tours Cedex 1 Tél : 02.47.47.20.45 Fax : 02.47.66.41.54 www.economie-touraine.com SANTE ET SOCIAL

Plus en détail

- un questionnaire destiné aux fibromyalgiques ayant déjà effectué une cure = 127 réponses ;

- un questionnaire destiné aux fibromyalgiques ayant déjà effectué une cure = 127 réponses ; Association reconnue d Intérêt général et agréée au niveau national par le Ministère de la Santé et des Solidarités agrément n N2006AGD43 - Siret : 50880038000026 Association Loi 1901 n W 751190228 site

Plus en détail

LES RÉGIMES ENREGISTRÉS D ÉPARGNE-RETRAITE

LES RÉGIMES ENREGISTRÉS D ÉPARGNE-RETRAITE Qui cotise à un REER? Un nouvel examen Boris Palameta LES RÉGIMES ENREGISTRÉS D ÉPARGNE-RETRAITE (REER) sont l un des plus importants avoirs financiers de la population canadienne 1 (Statistique Canada,

Plus en détail

Structure et environnement des repas en Ile-de-France

Structure et environnement des repas en Ile-de-France 28 Structure et environnement des repas en Le modèle alimentaire traditionnel français, tant selon la norme sociale qu individuelle, s organise autour de trois prises alimentaires quotidiennes : d une

Plus en détail

LES INDICATEURS DE CONTEXTE P

LES INDICATEURS DE CONTEXTE P Cancers LES INDICATEURS DE CONTEXTE P 57 - L'incidence p 57 Estimations FRANCIM de l'incidence des cancers en 198, 1985, 199, 1995 et 2 p 57 Les données de l'assurance Maladie p 61 - La mortalité p 61

Plus en détail

informations statistiques récentes n 6/2010 04/03/2010

informations statistiques récentes n 6/2010 04/03/2010 statnews informations statistiques récentes n 6/2010 04/03/2010 La reproduction totale ou partielle du présent bulletin d'information est autorisée à condition d'en citer la source Les femmes dans la société

Plus en détail

Développement des ressources humaines

Développement des ressources humaines Développement des ressources humaines Comme il a été dit plus haut, la compétitivité d une économie dépend non seulement de son capital matériel mais aussi des connaissances que possèdent ses entrepreneurs

Plus en détail

Projet régional de soutien aux aidants naturels

Projet régional de soutien aux aidants naturels S A N T É P U B L I Q U E Projet régional de soutien aux aidants naturels Profil des aidants et des personnes aidées et profil des interventions et activités réalisées par les organismes communautaires

Plus en détail

LES CANCERS DE LA VESSIE

LES CANCERS DE LA VESSIE ATLAS DE LA MORTALITÉ PAR CANCER EN FRANCE MÉTROPOLITAINE ÉVOLUTION 19-2004 89 LES CANCERS DE LA VESSIE Codes CIM 8: «188» CIM 9: «188» CIM 10: «C67» EFFECTIFS DE DÉCÈS PAR CANCER DE LA VESSIE HOMMES/FEMMES

Plus en détail

L Exploitation des films recommandés Art et Essai. en salles, à la télévision, en vidéo

L Exploitation des films recommandés Art et Essai. en salles, à la télévision, en vidéo L Exploitation des films recommandés Art et Essai en salles, à la télévision, en vidéo octobre 2006 Centre National de la Cinématographie Service des études, des statistiques et de la prospective 12, rue

Plus en détail

«Recherche : il y a urgence» Rapport d enquête octobre 2011. Mediaprism 64, rue du Ranelagh -75 016 Paris Tél. : 01 53 29 10 00 www.mediaprism.

«Recherche : il y a urgence» Rapport d enquête octobre 2011. Mediaprism 64, rue du Ranelagh -75 016 Paris Tél. : 01 53 29 10 00 www.mediaprism. «Recherche : il y a urgence» Rapport d enquête octobre 2011 Mediaprism 64, rue du Ranelagh -75 016 Paris Tél. : 01 53 29 10 00 www.mediaprism.com Contexte et objectifs de l étude Après 3 ans de mobilisation

Plus en détail

Impact sanitaire de la vague de chaleur en France survenue en août 2003. Rapport d étape. 29 août 2003

Impact sanitaire de la vague de chaleur en France survenue en août 2003. Rapport d étape. 29 août 2003 INSTITUT DE VEILLE SANITAIRE Impact sanitaire de la vague de chaleur en France survenue en août 2003 Rapport d étape 29 août 2003 Département des maladies chroniques et traumatismes Département santé environnement

Plus en détail

Observatoire de la consommation alimentaire

Observatoire de la consommation alimentaire MINISTÈRE DE LA RÉGION WALLONNE Observatoire de la consommation alimentaire La consommation de produits Bio Unité d'economie et Développement rural Unité de Statistique, Informatique et Mathématique appliquées

Plus en détail

Surveillance épidémiologique des noyades

Surveillance épidémiologique des noyades Juillet 2010 Maladies chroniques et traumatismes Maladies chroniques et traumatismes Surveillance épidémiologique des noyades Enquête NOYADES 2009, 1 er juin-30 septembre 2009 Synthèse des résultats Bertrand

Plus en détail

Etude quinquennale 2010 sur la consommation de vin en France

Etude quinquennale 2010 sur la consommation de vin en France 1 Etude quinquennale 2010 sur la consommation de vin en France 27 novembre 2012 caroline.blot@franceagrimer.fr philippe.janvier@franceagrimer.fr 2 La consommation de vin dans le monde Evolution de la consommation

Plus en détail

Tableau 2: Indicateurs des titulaires du bachelor (n= 661) (en %) Psychologie Total HEU Passage à la filière de master 93 88

Tableau 2: Indicateurs des titulaires du bachelor (n= 661) (en %) Psychologie Total HEU Passage à la filière de master 93 88 Psychologie Un an après la fin des études, 30 % des psychologues travaillent dans le domaine de la santé, notamment dans les hôpitaux et les cliniques. Par ailleurs, ils se répartissent sur un vaste spectre

Plus en détail

Rapport analytique de gestion financière du Parc National de la Pendjari

Rapport analytique de gestion financière du Parc National de la Pendjari Août 2009 2008 Rapport analytique de gestion financière du Parc National de la Pendjari Udo LANGE ANALYSE COMMENTEE DU SUIVI DU PLAN D AFFAIRES DE LA PENDJARI Exercice 2008 A nalyse des dépenses Le plan

Plus en détail

Test de connaissance du français

Test de connaissance du français Test de connaissance du français Rapport d analyse des résultats Sessions de juin 29 à Haïti PiHa/SeGe 23/7/29 - CQE Sèvres, le 22 Juillet 29 Pierre-Antoine HARLAUX & Sébastien GEORGES Département évaluation

Plus en détail

Consommation d alcool, de tabac et de produits illicites chez les jeunes originaires d outre-mer Jérôme LACOSTE 1, Sylvie MERLE 2, Louis JEHEL 1

Consommation d alcool, de tabac et de produits illicites chez les jeunes originaires d outre-mer Jérôme LACOSTE 1, Sylvie MERLE 2, Louis JEHEL 1 Consommation d alcool, de tabac et de produits illicites chez les jeunes originaires d outre-mer Jérôme LACOSTE 1, Sylvie MERLE 2, Louis JEHEL 1 1 Service de Psychiatrie et Addictologie CHU de Martinique

Plus en détail

Un risque de perte d emploi plus élevé

Un risque de perte d emploi plus élevé N 25 Septembre 1999 Un risque de perte d emploi plus élevé en Languedoc-Roussillon En Languedoc-Roussillon, le risque de perdre son emploi dans l année est de 7 %. Il est supérieur de deux points à celui

Plus en détail

les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques

les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques L emploi dans les films cinématographiques L emploi intermittent dans le tournage des films d initiative française de fiction

Plus en détail

Prise en charge de la ménopause

Prise en charge de la ménopause Prise en charge de la ménopause Z. SADI Maternité CHU Mustapha Alger 5ème FORUM Est de l Omnipraticien Oum El Bouaghi, le 4 Novembre 2010 La ménopause signifie littéralement arrêt des règles. En fait,

Plus en détail

Carte de crédit : près de 40% des Suisses l utilisent pour acheter online

Carte de crédit : près de 40% des Suisses l utilisent pour acheter online Carte de crédit : près de 4 des Suisses l utilisent pour acheter online L utilisation d une carte de crédit doit être avant tout pratique et simple. C est ce qui ressort de l étude comportementale de bonus.ch

Plus en détail

Objectif 11 : Donner à chacun les moyens de réduire son risque de cancer

Objectif 11 : Donner à chacun les moyens de réduire son risque de cancer Objectif 11 : Donner à chacun les moyens de réduire son risque de cancer L activité physique régulière et la consommation de fruits et légumes réduisent le risque de cancers. À l inverse, le surpoids et

Plus en détail

SONDAGE SUR LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE DE 2013 L ALCOOL AU VOLANT AU CANADA. The knowledge source for safe driving

SONDAGE SUR LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE DE 2013 L ALCOOL AU VOLANT AU CANADA. The knowledge source for safe driving T R A F F I C I N J U R Y R E S E A R C H F O U N D A T I O N SONDAGE SUR LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE DE 2013 L ALCOOL AU VOLANT AU CANADA The knowledge source for safe driving LA FONDATION DE RECHERCHES SUR

Plus en détail

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada

Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Perspective sur les nouveaux entrepreneurs au Canada Au cours des deux dernières années, on a vu naître plus de 25 000 PME un chiffre impressionnant si l on tient compte de la vigueur du marché du travail.

Plus en détail

Quelle évolution pour le prix de l essence?

Quelle évolution pour le prix de l essence? Quelle évolution pour le prix de l essence? Jean-Baptiste Noé www.jbnoe.fr L essence augmente. Comme les prix d ailleurs. Il semble que cela soit une constante de l histoire : les prix augmentent et le

Plus en détail

Profil sociodémographique

Profil sociodémographique Édition janvier 2013 Données sociodémographiques Population Âge Sexe Accroissement naturel Familles Ménages État matrimonial Langues Photo de la page couverture : Denis Labine Ce profil sociodémographique

Plus en détail

TD TICE. PARTIE II. Panorama de la famille française

TD TICE. PARTIE II. Panorama de la famille française TD TICE. PARTIE II. Panorama de la famille française Thème 1. Les ménages en question Note 1 : Toutes les informations nécessaires à ce TD sont disponibles gratuitement sur le site de l INED. Note 2 :

Plus en détail

N 36. Isabelle GIRARD-LE GALLO

N 36. Isabelle GIRARD-LE GALLO D I R E C T I O N D E S S T A T I S T I Q U E S E T D E S É T U D E S N 36 Isabelle GIRARD-LE GALLO ÉVOLUTION DES DÉPENSES DE SOINS DE VILLE ENTRE 1999 ET 2001 DES PREMIERS BÉNÉFICIAIRES Entre 1999 et

Plus en détail

Évolution du marché du travail québécois :

Évolution du marché du travail québécois : ISSN 178-918 Volume 1, numéro 7 7 février Évolution du marché du travail québécois : De forts gains qui profitent aux jeunes et aux femmes Sommaire 1. Depuis 198, le marché du travail au a fait des progrès

Plus en détail

LE CHANGEMENT DE PARADIGME

LE CHANGEMENT DE PARADIGME Le Plan Mondial pour Éliminer la Tuberculose LE CHANGEMENT DE PARADIGME 2016-2020 RÉSUMÉ EXÉCUTIF un partenariat hébergé par l Organisation des Nations Unies à Les Objectifs de développement durable des

Plus en détail