Force est de constater que le coaching gagne un

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Force est de constater que le coaching gagne un"

Transcription

1 Coaching, Savoir-être et Performance Organisationnelle Baptiste RAPPIN Allocataire-Moniteur Université de Nice-Sophia Antipolis Groupe de Recherche en Droit, Economie et Gestion, UNSA-CNRS Pierre-Jean BARLATIER ATER Doctorant Université de Nice-Sophia Antipolis Groupe de Recherche en Droit, Economie et Gestion, UNSA-CNRS Force est de constater que le coaching gagne un nombre croissant d entreprises et d organisations. Nous ne pouvons fermer les yeux sur ce phénomène sans l interroger. Dans un premier temps, nous montrerons que le savoir-être est une forme de connaissance, un vecteur de développement des compétences et par là-même une source de création de valeur. Dans un second temps, nous définirons plus précisément ce qu est le coaching, afin de pouvoir vérifier de façon théorique si cette pratique peut être à l origine de performance en assurant l apprentissage du savoir-être. Enfin, nous proposerons un plan de route épistémologique et méthodologique pour évaluer le coaching et savoir s il participe vraiment à la génération de performance. Ainsi, nous distinguerons une approche positiviste qui cherchera à établir des liens quantitatifs entre la performance du coaché, de son équipe et / ou de son entreprise et l intervention du coach ; et une approche herméneutique qui cherchera à dégager le sens que peut revêtir le recours au coaching dans une organisation. I. Du savoir-être à la performance Performance, Capital immatériel et Connaissance Dans le Politique, Platon met en scène la gigantomachie opposant les Fils de la Terre aux Fils du Ciel. Les premiers ne croient qu à ce qu ils peuvent toucher, nous pouvons les surnommer «matérialistes» : ils s accrochent, métaphoriquement, au capital matériel. Les seconds dédaignent le règne de la matière et se tournent vers le royaume de l invisible, vers les Idées. Filons la métaphore : le combat des géants voit, dans les derniers développements du monde économique, la victoire des seconds qui, loin de réduire à néant les premiers, les absorbent dans leur sphère. En termes moins imagés : le capital immatériel remplace, en termes de priorité et d importance dans la vie des entreprises, le capital matériel. En effet, ce phénomène s applique au monde de l entreprise qui découvre que ses facteurs de productivité ne résident plus seulement dans une croissance de son capital physique et de sa force de travail, mais dans des facteurs nouveaux, immatériels, comme sa capacité à innover, son patrimoine intellectuel (ou base de connaissances), son aptitude à résoudre collectivement ses problèmes, son anticipation des évolutions du marché L ère de la connaissance s annonce alors (Drucker, 1991) à la fois en économie (Foray, 2000) et en gestion (Prax, 2000) avec la volonté de rivaliser sur des 561

2 actifs invisibles, immatériels, qui gouvernent le monde de l entreprise actuellement. Dès lors, de nombreux travaux théoriques et empiriques émergent et expliquent que le capital intellectuel et humain sera considéré comme une ressource primordiale, car elle stimule l innovation et le renouvellement. Ces actifs immatériels traduisent des concepts comme les capacités, connaissances et compétences (Tarondeau, 2002) dont nous avons représenté la dynamique dans le schéma suivant : En effet, les firmes peuvent être conceptualisées comme des systèmes de ressources tangibles et intangibles (Penrose 1959). Ces ressources sont distribuées de façon Connaissances (acquisition et transfert : apprentissage) Savoir, Savoir-faire, Savoir être Compétences (agencement de capacités et connaissances) hétérogène parmi les firmes et ces différences persistent dans le temps (Grant, 1996). La performance est alors le résultat de ce système de ressources, idiosyncrasique et inimitable, et dépend de la capacité de chaque firme à développer et combiner ses ressources afin de construire et d exploiter des compétences (Sanchez et al. 1996). Les compétences peuvent être définies comme la capacité à soutenir le développement coordonné de ressources afin d aider la firme à atteindre ses objectifs (Sanchez et al : 8). L entreprise, d un point de vue stratégique, est dès lors envisagée comme un portefeuille de ressources (matérielles et immatérielles) permettant le développement de compétences nécessaires à la création d un avantage concurrentiel. Fondée sur des ressources clés, des savoirs et des routines organisationnelles, l accumulation des compétences suit un sentier de dépendance (Nelson et Winter, 1982). La compétitivité des firmes repose alors sur leur aptitude à créer une base technologique bien maîtrisée à partir de laquelle elle peut étendre ses activités (Penrose, 1959). La littérature montre ainsi un intérêt croissant pour la gestion des connaissances, le capital intellectuel, le capital humain, etc. (Amit et Schoemaker 1993 ; Grant 1996 ; Kogut et Zander 1996 ; Nahapiet et Ghoshal, 1998). Dans cette perspective, Kogut et Zander proposent qu une firme peut être comprise comme une communauté sociale spécialisée dans la création et le transfert rapide et efficace de la connaissance (1996 : 503). Ainsi, loin d être conçue comme un système de division et de coordination de ressources et des activités, l organisation est un lieu d accumulation de savoirs, de connaissances : «un système d apprentissage où s acquièrent et se développent un ensemble complexe de savoirs formalisés ou tacites» (Amintas, 1995). Savoir-être et performance Performance Même si précédemment nous avons plutôt abordé le concept de connaissances au niveau organisationnel, il est toutefois raisonnable d affirmer comme le font Nonaka et Takeuchi (1995) dans leurs désormais célèbres travaux sur la création de connaissances organisationnelles, qu il n existe pas de connaissance sans individus. Celle-ci est en fait, en un sens strict, fondamentalement indivi-duelle (Nonaka et Takeuchi, 1995 : 59). Un référentiel de la connaissance individuelle prend sa source dans la philosophie grecque : Aristote, dans Ethique à Nicomaque Livre VI, distingue cinq dimensions qui conduisent l homme à la Connaissance : (i) la techne, qui fait référence au savoir-faire, à la pratique, aux savoirs empiriques et à l attention aux choses ; (ii) l episteme, qui fait référence à la Science, à la capacité de comprendre les choses extérieures, à la pensée théorétique ; (iii) la phronesis, dimension complexe qui traduit à la fois la volonté d atteindre ses objectifs et la méthode fait référence à l attitude ; (iv) la sophia, qui illustre la sagesse, la manière harmonieuse d articuler la théorie et la pratique, le savoir et le faire ; et (v) le noùs, faculté supérieure de l âme et d élever l esprit, qui conduit les autres dimensions selon Axanagore. Elle permet de dégager les principes, de sentir une forme universelle derrière la diversité des choses singulières et communes. Alors que la doxa (opinion) juge les choses selon leur apparence, le noùs les appréhende sur leur essence. La considération de ces dimensions nous permet ainsi de souligner l importance accordée il y a des siècles déjà à une praxis qui ne relève pas de la technologie ou du savoir-faire stricto sensu, mais qui contribue à développer la création de connaissances individuelles : le savoir-être. La conceptualisation du savoir-être chez les philosophes grecs a vraisemblablement été négligée par l évolution de la «jeune» science économique, et ce sont donc les mutations actuelles de la société et les sciences managériales qui le réactualisent. Mais, de façon plus précise qu entend-on par savoirêtre? Sandra Bellier-Michel (2004) passe en revue les différentes approches qui tentent d en donner une définition. La première se focalise sur les qualités morales qui regroupent l ambition, le charisme, le sens des responsabilités, la maturité, l honnêteté, le sens de 562

3 l effort, la persévérance Cette approche est plus philosophique que psychologique, c est-à-dire réellement scientifique : elle juge le savoir-être à l aune de valeurs. Une deuxième approche utilise des typologies caractérologiques. Ainsi d Hippocrate qui distinguait entre le sanguin, le lymphatique, le nerveux et le bilieux. Le caractère est envisagé par le médecin grec et ses épigones comme une tendance congénitale formant le squelette mental d un homme. En outre, le savoir-être peut s envisager sous un troisième angle : celui des aptitudes et des traits de personnalité. Cette approche ne s intéresse plus à ce qu un homme est, mais à ce qu il sait faire. En effet, l aptitude est la disposition de quelqu un à accomplir telle ou telle tâche. La théorie suivante focalise son attention aux goûts et intérêts des individus. Ceux-ci sont supposés être stables lorsqu ils s expriment depuis la petite enfance, permettent d augurer des choix professionnels. Ils sont sous-tendus par les aptitudes dont ils sont en quelque sorte la manifestation. Enfin, la cinquième et dernière approche du savoir-être se focalise sur les comportements, c està-dire l ensemble des réactions observables. Contrairement aux autres approches, celle-ci s en tient au niveau visible et extérieur, et à la situation dans laquelle il intervient. Ces différentes approches du savoir-être reflètent différentes approches philosophiques et psychologiques de l être humain. Aussi, pour des raisons de commodité, choisirons-nous pour le présent papier d en rester à l approche comportementale. Dans ce cadre, quel est le rôle du savoir-être dans l apprentissage de connaissances? En fait, le savoir tacite, dont l importance a été mis en exergue notamment par les théoriciens évolutionnistes, ne se transmet qu à travers l interaction sociale, la socialisation, qui suppose préalablement l ouverture de l homme sur la nouveauté et l échange : pas d apprentissage efficace sans un comportement, c est-à-dire, un savoir-être idoine. Comme le note encore Philippe Lorino (1995 : 250), l ouverture au débat, la libre expression, le développement d activités créatrices sont autant d éléments favorisant l émergence de «savoirs d ouverture». Remarquons la participation du savoirêtre à la création de connaissance a trop souvent été négligée par les théoriciens, qui favorisent des approches par trop cognitives. De notre point de vue, la création de valeur pourrait alors se résumer ainsi : Or, supposons que cette attitude de découverte puisse elle-même être objet d apprentissage, n est-ce pas là précisément où le coaching peut intervenir et aider à la création de performance dans l entreprise? II. Qu est-ce que le coaching? L hypothèse de recherche est donc la suivante : le coaching pourrait être créateur de valeur dans l entreprise car il est un des vecteurs possibles du développement du savoir-être. Nous ne pouvons valider cette hypothèse, sur le plan théorique tout du moins, qu en examinant plus précisément ce qu est le coaching. Vincent Lenhardt (1992), que l on peut considérer comme l introducteur du coaching moderne en France, le définit comme étant «l accompagnement d un responsable ou d une équipe dans leur vie professionnelle. Cet accompagnement s apparente à celui d un entraîneur vis-à-vis d un champion. L attitude que suppose le coaching est l attitude commune du manager ou du consultant qui considère la personne ou l équipe accompagnée dans son fonctionnement actuel mais plus encore dans son potentiel en train de se réaliser. Cette approche comporte à la fois une philosophie, une attitude, des comportements, des compétences et des procédures». John Whitmore (1998), qui se préoccupe pour sa part de coaching sportif, cite Timothy Gallwey : «Si l on parvient à amener son élève à lever ou à contrôler les obstacles intérieurs qui l empêchent d atteindre son niveau optimum de performance, le potentiel naturel de cet élève se manifestera sans qu il y ait besoin d un apport technique extérieur». La Société Française de Coaching s inspire de ces deux sources et définit le coaching comme étant «l accompagnement d une personne à partir de ses besoins professionnels pour le développement de son potentiel et ses savoir-faire» 1. La littérature abondante sur le sujet rend impossible un inventaire exhaustif des définitions. Contentons-nous des trois précédentes, car les autres n en diffèrent que par la forme. Aussi pouvons-nous dès à présent dégager les traits principaux du coaching : 1 Site de la SF-Coach : Savoir-être (apprendre à apprendre) Connaissances (acquisition et transfert : apprentissage) Savoir, Savoir-faire, Savoir-être Compétences (agencement de capacités et connaissances) Performance 563

4 Accompagnement : la plupart des auteurs voient dans le coaching une solution à la fameuse «solitude du manager». Les nouvelles conditions de l exercice d un poste à responsabilité (nouvel environnement, nouvelles formes organisationnelles) ont nécessité l apparition du coach comme accompagnateur de ces hauts dirigeants. Le terme est important, il permet de distinguer le coach des autres catégories d aide à la direction (consultant, expert ). Le coach n apporte que peu sinon pas du tout de conseils techniques (ce qui le différencie de l expert) et il ne (co)pilote pas de projet au sein de l entreprise (contrairement au consultant). Sa position est donc nondirective, il n interfère pas dans les contenus, il offre son recul sur la situation. Il se veut maïeuticien, en référence à l activité de Socrate, c est-à-dire qu il essaie de faire accoucher le coaché de son propre projet professionnel. Olivier Devillard (2001) va jusqu à dire que la recherche maïeutique est «l essence même du coaching». Potentiel : l accompagnement a pour but de faire éclater un potentiel, de révéler un savoir-faire. Le coaching ne se préoccupe donc que de la vie professionnelle du dirigeant et des talents qu il pourrait développer dans son activité. Chaque être humain possède des caractéristiques et des talents qui lui sont propres et spécifiques. Ces caractéristiques individuelles présentent l avantage de faire de chacun un être unique et de disposer par conséquent d un espace sans concurrence. Peu de choses séparent les cinq meilleurs joueurs de tennis du monde : ils connaissent tous les coups classiques, déploient toutes les positions sur le court, ont un mental leur permettant de résister à la pression des grands tournois et n ont entre eux que quelques points de différence. Malgré ces ressemblances réelles, ils présentent des talents individuels et un style qui les distinguent parfaitement. L un se fait du public un allié, l autre ne cède sur aucun point, le troisième a un coup droit fabuleux, le quatrième gagne à partir de ses services foudroyants, Pour le coach, qui sait découvrir les potentiels et les talents, il en va de même de tous les individus : chacun est unique. Plus précisément, le potentiel d un manager peut s évaluer à partir de critères humains (qualité des relations interpersonnelles, capacité d encadrement, comportement, motivation, aptitude à la communication, créativité) et professionnels (capacité d autonomie, compétence, résultats, sens de l organisation, sens commercial, capacité d initiative, aptitude aux décisions ). Autonomie : si le mot d ordre du coaching est «accompagnement», c est que son objectif principal est l autonomisation du manager coaché. En effet, la logique du contrat impose au coach non seulement d atteindre les objectifs présents dans le contrat mais également de faire comprendre à son client comment il pourra à l avenir faire face à ses problèmes seul, sans aide extérieure. L autonomie envisagée peut donc être définie comme la capacité à utiliser une méthodologie pour se sortir des ornières de la vie professionnelle. Elle se conquiert par la prise de recul et le travail de la raison travail de questionnement, de remise en cause, de formation à vie. L accès à l autonomie est également synonyme de responsabilité : en effet, lorsque nous choisissons d accepter ou de prendre la pleine responsabilité de nos actes, nous nous sentons davantage impliqués et nos performances s améliorent. Au contraire, sous la contrainte ou la peur de la sanction, nos résultats ne s amélioreront pas. Performance : il est évident que l entreprise ne ferait pas appel au coaching si ce dernier n apportait pas de création de valeur, une amélioration des performances du coaché. Par performance, on entend généralement l efficacité, c est-à-dire le degré d obtention des objectifs assignés au salarié. Il s agit ici de tout simplement observer si le manager peut atteindre les buts fixés par l entreprise, quels que soient les moyens utilisés. Mais la performance peut également se concevoir en termes d efficience. Celle-ci se définit comme étant le rapport entre les résultats mis en œuvre et les moyens utilisés à cet effet. Bernard Hévin et Jane Turner (2002) rejoignent ce point de vue : «La performance, c est le maximum de résultat pour le minimum d effort». La performance peut être mesurée à l aide d indicateurs et l on peut donc quantifier l apport du coaching aux prestations du manager. Ceci implique d ailleurs que le travail avec le coach s étale sur une durée de temps bien précise et qui ne dépasse que très rarement une année. Il apparaît ici de façon évidente que le coaching doit se plier aux impératifs de l économie de marché car il vise l augmentation de la performance du manager et donc de l entreprise. L équilibre du coaché, sa santé psychique et spirituelle n apparaissent donc que comme des moyens pour parvenir à ce but. En dernier lieu, la performance concerne l adéquation des moyens utilisés par rapport aux objectifs visés : c est la dimension de la pertinence. Le recul du coach est ici important car il permet de renvoyer au coaché, par un jeu spéculaire, sa propre démarche, son propre questionnement et met ainsi en évidence la pertinence de l interrogation. Une fois défini le coaching, nous pouvons poursuivre notre analyse en repérant les problématiques auxquelles cette pratique se confronte. Une étude du Syntec 2 nous fournit la réponse. Voici le tableau récapitulatif : 2 Cette étude du Syntec a été réalisée en décembre Elle est basée sur un questionnaire de 9 questions et sur les 300 réponses données par les clients (directeurs généraux et directeurs des ressources humaines) des cabinets adhérents au syndicat. 564

5 Ainsi les missions du coaching tournent-elles principalement autour des problématiques suivantes : leadership, animation d un groupe, intelligence émotionnelle, gestion du stress, gestion de conflits, prise de décision, motivation tout ceci, en fin de compte, semble se ramener à la question du savoir-être, qui à la source de l apprentissage individuel du savoir et du savoir-faire. On peut alors conclure sous une forme interrogative : le coaching ne serait-il pas le lieu possible d un apprentissage du savoir-être et, par làmême, générateur de performance pour l entreprise? Cette question restera en suspens tant que nous n aurons pas abordé la problématique de l évaluation du coaching. III. Épistémologie de l évaluation du coaching Evaluer le coaching constitue un enjeu important. En effet, seule une pratique sérieuse de l évaluation peut permettre d écarter toutes les accusations récurrentes que l on porte sur le coaching : phénomène de mode, pratique de gourou, charlatanisme On peut d ailleurs s étonner de ce que les coachs ne proposent aucun outil de mesure de leur propre pratique. C est que l évaluation du coaching pose problème : comment mesurer le développement du leadership ou de la responsabilité d un dirigeant? Comment savoir s il gère mieux ses émotions? Tous ces jugements ne renvoient-t-il pas en fin de compte qu à des impressions subjectives (celles du coach et du coaché)? Mais l expression de la subjectivité ne peut tenir lieu d évaluation Reprenons la problématique à son point de départ. Qu appelle-t-on évaluation? Nous pouvons en dégager deux sens, deux significations à la fois différentes voire opposées, mais tout de même complémentaires. La première dimension de l évaluation nous renvoie vers elle comme pratique mathématique, comme quantification, bref comme mesure. L évaluation comme mesure choisit des critères qu elle tente d observer sur le terrain et qu elle essaie, par un procédé ou un autre, de quantifier. Ceci correspond à la méthodologie positiviste qui s intéresse principalement aux résultats d une pratique, d une action ou d un processus. Dans un second sens, l évaluation, comme son étymologie l indique, renvoie au monde des valeurs. Ainsi, évaluer revient à dégager le sens d une théorie, d une action ou d une pratique, les valeurs qu elle met en jeu. Evaluer n est plus expliquer avec des chiffres, mais comprendre avec des idées. Cette démarche n est autre que celle de l herméneutique dont la visée est d établir ou de rétablir le sens d un événement ou d un processus. Voici donc désormais établi que l évaluation du coaching recouvre deux approches différentes qu il s agira de définir plus précisément. Par ailleurs, la question se pose de savoir ce que l on peut évaluer dans la totalité de ce que l on nomme «coaching». Nous distinguerons trois pôles : le 565

6 coach, le coaché et le coaching, que nous pourrons idoine à l évaluation du coaching? Quelles lois peuton espérer trouver ou, au contraire, Coach Coaché Coaching infirmer? Quels critères peut-on Positivisme Oui Oui Non tenter de mettre en relation? Herméneutique Non Non Oui combiner avec les deux épistémologies mentionnées cidessus, comme l indique le tableau suivant : Expliquons-nous et rappelons tout d abord ce qu est le positivisme. Selon Auguste Comte (1830), l explication scientifique doit abandonner la tentative de répondre à la question pourquoi et seulement répondre à la question comment. Comte énonce la loi des trois états dans la première leçon du Cours de Philosophie Positive ou dans le chapitre 1 du Discours de Philosophie Positive : c est une loi historique associant le développement de l intelligence humaine chez l individu et dans l espèce. Il y a trois étapes de la connaissance auxquelles correspondent trois méthodes différentes. L état théologique est caractérisé par la croyance en des agents doués de volonté qui expliquent les phénomènes survenant dans la nature ; on y cherche la nature intime des êtres, l origine et la fin de tout phénomène ; l explication des phénomènes est la recherche de mystères inaccessibles. Passons au stade suivant, l état métaphysique. Par métaphysique, Comte entend la recherche des principes généraux des sciences et l idée générale de ce qui est obscur, abstrus, confus. L esprit métaphysique est le règne de l abstraction. Il y a la même recherche des causes premières que dans l état théologique mais au lieu d imaginer, on argumente. Les puissances divines sont remplacées par des essences, des qualités cachées, des principes abstraits traités comme des agents concrets. Enfin, l état positif est l état normal de l intelligence humaine à l âge adulte. Il se définit d abord négativement par opposition aux états précédents : l homme renonce à des recherches dont il a fini par mesurer la vanité et l inutilité car elles portent sur des questions confuses et où l on ne progresse pas. Il s occupe finalement de l observation parce que toute proposition pourvue de sens est réductible à l énonciation d un fait soit particulier soit général. C est pourquoi selon Comte la science doit abandonner la recherche des causes pour s attacher seulement à déterminer les lois de la nature, c est-à-dire les «relations constantes qui existent entre les phénomènes observés». Par opposition à la causalité, pour Comte, la loi est une relation qui rattache des objets à ce qui leur est extérieur alors que la cause est à rapprocher de l essence ; mais l un et l autre concept supposent une référence à l absolu. La loi comme l établissement d un rapport constant entre les phénomènes n établit ni l origine, ni la destination de l univers, ni l essence cachée des choses. Dans quels cas le positivisme est-il l épistémologie En ce qui concerne le coach, on peut relever les critères suivants : son parcours universitaire et professionnel, la formation au coaching qu il a reçue (le type de formation mais aussi les instituts qui ont délivré cette formation), le travail de développement personnel effectué (le type de travail, la durée de ce travail), s il est oui ou non supervisé, la méthodologie et les outils qu il emploie. Tous ces critères doivent être mis en relation avec les objectifs du client qui sont définis dans le contrat mais aussi avec ceux des l entreprise : chiffre d affaire, temps passé à exécuter une tâche, évaluation du changement de style de management par ses collaborateurs, satisfaction personnelle L évaluation sera concluante si l on parvient à son terme à trouver des relations constantes entre ces variables et donc à pouvoir formuler une loi. Voici en guise d illustration quelques hypothèses que nous tenterons de vérifier ou d infirmer sur le terrain : la formation du coach n a pas d impact sur le chiffre d affaires, la méthodologie qu il utilise a des effets directs sur le coaché et son évolution personnelle et professionnelle, le coaching a autant d impact sur le manager que sur l équipe du manager D autre part, nous pouvons évaluer le coaché lui-même. Puisque l entreprise fait appel au coaching pour développer la performance individuelle et collective, il suffira de dresser une liste de critères reflétant la performance et de les mesurer avant et après l intervention du coach. Par exemple, pour un coaching de commercial, on pourra s intéresser au nombre de ventes réalisées, on pourra faire une enquête auprès des clients pour savoir si le taux de satisfaction a évolué ou non pour un responsable, on s intéressera à l efficacité des réunions qu il conduit, au climat qui règne dans son équipe ou son service (les conflits sont-ils en baisse?), à la performance de son équipe et de son service Une autre façon de mesurer l apport du coaching au coaché est d utiliser des outils d évaluation tel que le 360, avant et après le processus, afin d en percevoir l impact. L autre épistémologie à laquelle nous faisons appel est l herméneutique. Dilthey (1883) la définit comme l art ou la science de l interprétation. Pour comprendre les autres, ou un événement historique, l individu doit sortir de lui-même pour atteindre la vie d autrui ; il faut remonter à la signification des signes extérieurs perceptibles. C est seulement en reproduisant les divers indices qui tombent sous nos sens que nous reconstruisons l intérieur correspondant, et tous les éléments de cette reconstitution doivent être fournis par 566

7 notre propre réalité vivante. Grâce à une capacité à se transposer dans la vie psychique des autres, à se mettre à leur place, nous découvrons autrui de l extérieur vers l intérieur. Toutefois, cette forme de compréhension par identification affective (sympathie) où nous nous mettons à la place des autres (empathie) soulève manifestement des objections décisives. Une telle méthode ne risque-t-elle pas de se perdre dans le subjectivisme et l irrationalisme? Ce risque est limité dans la théorie de Dilthey par son appel à une notion «d esprit objectif» emprunté à Hegel. Il est possible de comprendre l individuel et d avoir accès à la vie d autrui, dont nous n avons que des signes, parce qu il y a une expression et une extériorisation de la vie. L esprit objectif est constitué par la langue, les mœurs, les styles de vie, toutes les réalités sensibles dans lesquelles la vie a disposé l esprit. Cette objectivation de la vie et de l esprit est la condition même de l histoire. L interprétation vise donc à retrouver l intuition vivante du processus créateur qui traverse une action, un événement, une pratique oui une œuvre pour découvrir l intention et la mentalité de l auteur. Si donc l épistémologie de l herméneutique est toute orientée vers la compréhension, alors la méthodologie qui en découle est la suivante : pratique de l entretien semi-directif voire non-directif, et analyse de la littérature. En ce sens, évaluer le coaching revient à saisir les intentions fondamentales du coaching, c est-à-dire non pas évaluer le processus mais le coaching en tant que tel, appréhender son essence. Pour ce faire, nous utiliserons une analyse pluridisciplinaire pour capter les multiples dimensions du sens. Dans un premier temps, il s agira de replacer le coaching dans l histoire des sciences de gestion : de quelles écoles s inspire-t-il? Appartient-il à un courant déterminé? Ensuite, une approche sociologique sera nécessaire pour comprendre l apparition du coaching dans notre société et nos entreprises? A quels besoins répond-il? Ces besoins sont-ils purement économiques et ne visent-ils que la performance? Enfin, la philosophie nous aidera à dégager les fondements idéologiques du coaching, et c est seulement à partir de là que nous pourront dégager le sens et les valeurs de cette pratique, c est-à-dire l évaluer. Ainsi nous nous demanderons : le coaching est-il une pratique humaniste? Individualiste? Rationnelle? Quelle conception de l être humain et quelle vision du monde sous-tend le coaching? Quel est son cadre de référence? L évaluation ne peut passer que par la mise à plat, la déconstruction des catégories ontologiques de son objet. Conclusion Dans une première partie, nous avons montré les liens qu il existait entre performance organisationnelle et savoir-être. Nous avons pu voir par la suite, par raisonnement logique, que le coaching était une pratique qui visait justement au développement du savoir-être dans l entreprise et que par là-même, on pouvait supposer qu il était créateur de valeur(s). C est pourquoi il nous a semblé expédient de présenter les réquisits nécessaires à l évaluation du coaching. L enquête devra d un côté prendre des allures positivistes en tentant d établir des liens entre les «qualités» du coach et les résultats du coaching. La découverte de relations constantes pourrait donner lieu à la formulation d une loi corrélant le coaching et la performance de l entreprise. En second lieu, l enquêteur devra s armer de l outil herméneutique afin de pouvoir évaluer le coaching, c est-à-dire comprendre les valeurs que cette pratique véhicule. Cette seconde phase est celle qui révèlera le sens du coaching pour l entreprise moderne. Bibliographie AMINTAS A., «La crise du contrôle de gestion comme crise des savoirs gestionnaires» dans : Faire de la recherche en contrôle de gestion FNEGE Vuibert, AMIT R. ET SCHOEMAKER P., Strategic assets and organizational rent, Strategic Management Journal, Vol 14, 33-46, Aristote, Ethique à Nicomaque, Livre de Poche (ed., 2001). BELLIER-MICHEL S., Le savoir-être, Vuibert 2004 Comte A., Cours de Philosophie positive, Hermann, Paris, 1830 (éd.1978). DEVILLARD O., COACHER, DUNOD, Paris, 2001 Dilthey W., Critique de la raison historique, Broché, Paris, 1883 (éd. 1992). DRUCKER P., The new productivity challenge, in Harvard Business Review, FORAY D., L économie de la Connaissance, La Découverte, Repères, Paris GRANT R.M. Prospering in Dynamically- Competitive Environments : Organizational Capability as Knowledge Integration, Organization Science,vol.4, ,

8 HÉVIN B. ET TURNER J., MANUEL de coaching, Dunod, Paris, KOGUT B. ET ZANDER U., What Firms Do? Coordination, Identity and Learning, Organization Science, vol. 5, , LENHARDT V., Les responsables porteurs de sens, Insep Consulting Editions, Paris, LORINO P., Comptes et récits de la performance, Essai sur le pilotage de l entreprise, Les éditions d Organisation, Paris, NAHAPIET J., GHOSHAL S., Social capital, intellectual capital, and the organizational advantage, The Academy of Management Review, vol. 23, , NELSON R.R., WINTER S.G., An Evolutionary Theory of Economic Change, Harvard University Press, NONAKA I., TAKEUCHI H., The Knowledge Creating Company: How Japanese Companies. CREATE THE DYNAMICS OF INNOVATION. New York : Oxford University Press, PENROSE E., The theory of the growth of the firm, Oxford, Blackwell, PLATON, LE POLITIQUE. GARNIER FLAM- MARION, 2003.Prax J.Y., Le guide du Knowledge Mangement, Dunod, SANCHEZ R., HEENE A., THOMAS H., Dynamics of Competences-Based Competition : Theory and Practice in the New Strategic Management, Oxford, U.K., TARONDEAU J-C, Le management des savoirs, Puf WHITMORE J., Le guide du coaching, Maxima, Paris,

Mis à jour : Décembre 2007. Catherine VOYNNET FOURBOUL. La confiance

Mis à jour : Décembre 2007. Catherine VOYNNET FOURBOUL. La confiance Mis à jour : Catherine VOYNNET FOURBOUL Décembre 2007 La confiance Bibliographie Ouvrages : A. Duluc(2000),Leadership et confiance, édition DUNOD Revue : Lewicki R. J. et Bunker B. B. (1995), Trust in

Plus en détail

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005 LE COACHING Texte communiqué par Norbert CASAS MONTPELLIER Mars 2005 Le terme de «coaching» recouvre aujourd hui une réalité disparate car il et utilisé dans de nombreux domaines aussi divers que la gestion

Plus en détail

LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE

LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE Carine PETIT Sophie GALILE 12/01/2005 0 LE MANAGEMENT DE LA FORCE DE VENTE L organisation, système humain ouvert, fonctionne dans des environnements souvent instables,

Plus en détail

KnowledgeManagement : Repartir de l individu.

KnowledgeManagement : Repartir de l individu. KnowledgeManagement : Repartir de l individu. Olivier Le Deuff Ater. Université de Lyon 3 www.guidedesegares.info Le knowledge management (KM ) est un domaine souvent considéré comme récent et dont certains

Plus en détail

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe.

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe. Cours 12 Le pouvoir au sein d une organisation Les liens entre pouvoir, autorité et obéissance Le leadership et les traits personnels Les théories du leadership situationnel Pouvoir Capacité d un individu

Plus en détail

Mettre en place une démarche de gestion des connaissances en entreprise

Mettre en place une démarche de gestion des connaissances en entreprise Mettre en place une démarche de gestion des connaissances en entreprise Sommaire Introduction... 1 1. La gestion des connaissances dans l entreprise... 1 2. La démarche... 2 2.1. Capitalisation des connaissances...

Plus en détail

MASTER MAE MANAGEMENT

MASTER MAE MANAGEMENT MASTER MAE MANAGEMENT Parcours INGÉNIERIE DE PROJET N habilitation de la formation au RNCP : 20070790 Présentation de la formation Année 2016 1 Public Cible Diplômés de niveau Bac +4 1 souhaitant acquérir

Plus en détail

UNE APPROCHE PLURIDISCIPLINAIRE DU CAPITAL IMMATERIEL :

UNE APPROCHE PLURIDISCIPLINAIRE DU CAPITAL IMMATERIEL : Management international APPEL A CONTRIBUTION Printemps 2014 UNE APPROCHE PLURIDISCIPLINAIRE DU CAPITAL IMMATERIEL : VERS DE NOUVELLES PERSPECTIVES? Rédacteurs en chef invités : Corinne Bessieux-Ollier,

Plus en détail

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP»

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP» «LEADERSHIP» Est-il possible de DÉVELOPPER LES COMPÉTENCES DE LEADERSHIP? PROGRAMME DU COURS 1. Introduction 2. Les fondamentaux du Leadership 3. Valeurs, attitudes et comportements 4. Les 10 devoirs du

Plus en détail

Qu est-ce qu un Coach? «COACHER», Chapitre 2 «Profession : Coach» Olivier J.J. Devillard

Qu est-ce qu un Coach? «COACHER», Chapitre 2 «Profession : Coach» Olivier J.J. Devillard Qu est-ce qu un Coach? «COACHER», Chapitre 2 «Profession : Coach» Olivier J.J. Devillard Extraits du livre «Coacher» 2 ème édition DUNOD, Juillet 2005 Les gens qu'on interroge, pourvu qu'on les interroge

Plus en détail

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE :

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : DECRYPTAGE ET TEMOIGNAGE Le coaching en entreprise est souvent source de questionnement sur différents aspects : quelles populations concernées? Dans

Plus en détail

Historique du coaching en entreprise

Historique du coaching en entreprise Historique du coaching en entreprise Aux Etats-Unis dans les années 80, le coaching des sportifs a beaucoup de succès. L entreprise, soucieuse d une plus grande performance va adapter le coaching afin

Plus en détail

MASTER MAE MANAGEMENT

MASTER MAE MANAGEMENT MASTER MAE MANAGEMENT Parcours INGÉNIERIE DE PROJET N habilitation de la formation au RNCP : 20070790 Présentation de la formation Année 2012 Public Cible N d agrément formation Diplômés de niveau Bac

Plus en détail

MASTER MAE MANAGEMENT

MASTER MAE MANAGEMENT MASTER MAE MANAGEMENT Parcours INGÉNIERIE DE PROJET N habilitation de la formation au RNCP : 20070790 Présentation de la formation Année 2014 1 Public Cible Diplômés de niveau Bac +4 1 souhaitant acquérir

Plus en détail

1 Chapitre Chapitre. Le coaching QU EST-CE QUE C EST?

1 Chapitre Chapitre. Le coaching QU EST-CE QUE C EST? 1 Chapitre Chapitre Le coaching «Ils jouent un jeu. Ils jouent à ne pas jouer un jeu. Si je leur montre que je le vois, je briserai les règles et ils me puniront. Je dois jouer leur jeu, qui consiste à

Plus en détail

DYNAMISER SON MANAGEMENT D ÉQUIPE

DYNAMISER SON MANAGEMENT D ÉQUIPE 1 2 3 4 Développer sa posture managériale : s affirmer dans tous les rôles de manager Définition du rôle et fonction du manager : donner du sens, épauler, accompagner, écouter... Encadrer plus efficacement

Plus en détail

«PRATICIEN DU CHANGEMENT & PROFESSIONNEL DE LA RELATION»

«PRATICIEN DU CHANGEMENT & PROFESSIONNEL DE LA RELATION» «PRATICIEN DU CHANGEMENT & PROFESSIONNEL DE LA RELATION» PROMO 7 La formation au coaching QUI SOMMES-NOUS? Nous sommes des coachs professionnels, hommes et femmes, témoins et acteurs de l évolution des

Plus en détail

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH J.A. Malarewicz Conseil Conseil, Formation, Supervision, Coaching S.A.S. au capital de 8OOO TVA : FR 36478450471 SIRET : 478 450471 00014 N formateur 11921445592 Région IdF 11 rue du Professeur Leroux

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

PM Ressources. Atelier 1: Devenez un As de la Communication. Les Ateliers du Coach

PM Ressources. Atelier 1: Devenez un As de la Communication. Les Ateliers du Coach de ht nive service de l entreprise du Coach Atelier 1: Devenez un As de la Communication progresser en communication et toute personne en situation de difficultés relationnelles Maîtriser les fondamentx

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Coaching et Team Building

Coaching et Team Building recherché par les entreprises Ils représentent deux leviers ENTREPRISE Coaching et Team Building des outils de management au service de la personne, des entreprises et des organisations Serge LANTEAUME

Plus en détail

La dimension humaine du changement

La dimension humaine du changement La dimension humaine du changement Un triptyque indissociable : Responsabilité Engagement Performance Créateur de performance La dimension humaine du changement et les défis de l entreprise Gérer une forte

Plus en détail

LES BASES DU COACHING SPORTIF

LES BASES DU COACHING SPORTIF LES BASES DU COACHING SPORTIF Module N 1 Motivation, concentration, confiance, communication Module N 2 L apprentissage : «Apprendre à apprendre» LES BASES DU COACHING SPORTIF APPRENTISSAGE PLAISIR PERFORMANCE

Plus en détail

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT Que vous soyez parent, enseignant, formateur, pédagogue, coach, manager Que votre activité professionnelle ou simplement la quête de vous-même vous

Plus en détail

SOMMAIRE. L équipe pédagogique p. 2 Nous contacter p. 3. Cycle - Management

SOMMAIRE. L équipe pédagogique p. 2 Nous contacter p. 3. Cycle - Management SOMMAIRE L équipe pédagogique p. 2 Nous contacter p. 3 Cycle - Management CMM1 : Apprendre/renforcer son savoir être managérial p. 5 CMM2 : Améliorer sa relation à l autre pour mieux communiquer avec la

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

Conform. Le Manager Coach Le Coach Professionnel

Conform. Le Manager Coach Le Coach Professionnel Conform Le Manager Coach Le Coach Professionnel 1 : Le Leadership Identifier les clés essentielles du leadership Exercer son leadership au quotidien Stimuler et mettre en mouvement ses équipes grâce à

Plus en détail

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés.

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. -Avril 2014- Article premier Les dispositions qui suivent constituent la charte d

Plus en détail

Qu est ce que le coaching professionnel? 08/07/2008

Qu est ce que le coaching professionnel? 08/07/2008 Qu est ce que le coaching professionnel? 08/07/2008 Organisation de la soirée Faisons connaissance Le coaching professionnel : qu est ce que c est? Témoignage de Laurent BESSE Questions / réponses, partage

Plus en détail

Formation certifiante au métier de coach scolaire

Formation certifiante au métier de coach scolaire Formation certifiante au métier de coach scolaire 1 Préambule CoachingMaestro est un portail de formations dédié à toute personne intéressée dans l accompagnement des jeunes. Préambule Ses missions sont

Plus en détail

Des formations pour la prévention du stress et des performances managériales

Des formations pour la prévention du stress et des performances managériales Des formations pour la prévention du stress et des performances managériales Après dix ans de recherche, huit docteurs en Sciences Humaines ont conçu une méthode innovante au service du savoir-être et

Plus en détail

GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS

GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS Dans des organisations en constante évolution, un manager doit pouvoir devenir une base de sécurité pour l équipe qu il dirige. Il doit pouvoir être une source de

Plus en détail

Nos propositions de coaching

Nos propositions de coaching 1 Nos propositions de coaching 1) Nous accompagnons nos clients sur des demandes opérationnelles très concrètes : Faire face à des difficultés personnelles et /ou professionnelles. Pour soi même, pour

Plus en détail

A-Typic Parcours. Le Bilan de Compétences Parcours Accompagnement au repositionnement professionnel. Intégral Manager Accompagnement au changement

A-Typic Parcours. Le Bilan de Compétences Parcours Accompagnement au repositionnement professionnel. Intégral Manager Accompagnement au changement A-Typic Parcours Le Bilan de Compétences Parcours Accompagnement au repositionnement professionnel Intégral Manager Accompagnement au changement A-Typic Parcours est un cabinet de Repositionnement professionnel

Plus en détail

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème Problématique / Problématiser / Problématisation / PROBLÉMATIQUE : UN GROUPEMENT DE DÉFINITIONS. «Art, science de poser les problèmes. Voir questionnement. Ensemble de problèmes dont les éléments sont

Plus en détail

LE GRAND LIVRE DU COACHING

LE GRAND LIVRE DU COACHING Sous la direction de Frank Bournois, Thierry Chavel et Alain Filleron LE GRAND LIVRE DU COACHING Préface de Raymond Domenech, 2008 ISBN : 978-2-212-54052-9 Faire école sans être une École Au terme de cet

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

Innovation et partage des connaissances

Innovation et partage des connaissances D O S S I E R Innovation et partage des connaissances sous la direction de Pascal Corbel Gilda Simoni D O S S I E R PASCAL CORBEL Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, Larequoi GILDA SIMONI

Plus en détail

Pour rappel, l entretien annuel est un acte de management qui recouvre trois principales fonctions :

Pour rappel, l entretien annuel est un acte de management qui recouvre trois principales fonctions : L entretien annuel d évaluation : mode d emploi De quoi parlons-nous? Après avoir montré que l évaluation est un acte de management chargé d enjeux pour l ensemble des acteurs de l entreprise (cf. Fiche

Plus en détail

Présentation de l équipe

Présentation de l équipe Libérer et révéler les potentiels individuels et collectifs Présentation de l équipe Consultants coachs et formateurs : Certifiés en coaching individuel et team building Formés en AT, PNL, approche systémique.

Plus en détail

Nature et formes du don : résumé

Nature et formes du don : résumé Nature et formes du don : résumé Par Gildas RICHARD La réflexion méthodique sur la notion de don a été, jusqu à présent, l apanage presque exclusif de deux grands types de discours : D une part, le discours

Plus en détail

Parmi les dispositifs d accompagnement

Parmi les dispositifs d accompagnement L analyse de la demande dans la relation d accompagnement Par Guy Amoureux L analyse de la demande d accompagnement permet la prise en compte des différents intérêts que chacun peut avoir à la résolution

Plus en détail

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR)

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) Profession de foi Changer la façon de s habiller, sortir des sentiers battus, et proposer une autre vision du monde. Notre mission Le groupe FAST

Plus en détail

Le management des connaissances

Le management des connaissances Le management des connaissances L essentiel du cours I. Définitions et pratiques du management des connaissances A. Définition du management des connaissances Le management des connaissances et des compétences

Plus en détail

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement.

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. Centre - Pays de Loire CHRU Tours COMMUNICATION «Conflits internes et Cohérence personnelle» SOMMAIRE Introduction page 3 Communication Page 4 Les paramètres d

Plus en détail

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Natalie Rinfret, Ph.D. Colloque de l Association des directeurs généraux des services

Plus en détail

La relation client constitue un axe progrès stratégique pour toutes les entreprises.

La relation client constitue un axe progrès stratégique pour toutes les entreprises. Relation client PME PMI attention danger! Résumé La relation client constitue un axe progrès stratégique pour toutes les entreprises. Nous essaierons de montrer, dans cet article, que la relation client

Plus en détail

1 De la logique de l entreprise au projet managérial

1 De la logique de l entreprise au projet managérial De la logique de l entreprise au projet managérial Caisse à outils du manager en quête de performances managériales!. Rappel de ce qu est la logique de l entreprise Une entreprise se définit comme la somme

Plus en détail

Marion LE STRAT 2011-2012. Utiliser les techniques de coaching auprès de vos collaborateurs

Marion LE STRAT 2011-2012. Utiliser les techniques de coaching auprès de vos collaborateurs Bénédicte BELISSON IUT Lumière Natacha JEANTET LP CGRH Marion LE STRAT 2011-2012 Utiliser les techniques de coaching auprès de vos collaborateurs Thierry LE VAN Psychosociologie Sommaire Sommaire... 2

Plus en détail

Définitions Approches managériales Approches psychologiques

Définitions Approches managériales Approches psychologiques Séminaire [CID] : Créativité, Innovation, Décision Partie B : DECISION Définitions Approches managériales Approches psychologiques www.evoreg.eu M2i : Management International de l Innovation Emmanuel

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

Introduction 1. Bibliographie 317 Remerciements 323 Index 325. 2011 Pearson Education France Investisseurs de légende Glen Arnold

Introduction 1. Bibliographie 317 Remerciements 323 Index 325. 2011 Pearson Education France Investisseurs de légende Glen Arnold S o m m a i r e Introduction 1 1. Benjamin Graham 7 2. Philip Fisher 53 3. Warren Buffett et Charles Munger 81 4. John Templeton 133 5. George Soros 169 6. Peter Lynch 221 7. John Neff 255 8. Anthony Bolton

Plus en détail

coaching et formation en entreprise passons au niveau supérieur

coaching et formation en entreprise passons au niveau supérieur coaching et formation en entreprise passons au niveau supérieur Au-delà de l approche économique et technique des problèmes, la performance durable passe aussi par un travail sur les comportements des

Plus en détail

L Accompagnement Durable

L Accompagnement Durable L Accompagnement Durable Notre objectif: contribuer à la performance de l entreprise créatrice de valeur 1 Sept 2012 L Accompagnement Durable Notre Offre Le coaching systémique global d une organisation

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES CAS LIBERCLIC

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES CAS LIBERCLIC BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES CAS LIBERCLIC La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés

Plus en détail

Management Interculturel

Management Interculturel Management Interculturel La mondialisation et l ouverture des marchés ont permis l interconnexion des mondes. Ces phénomènes ont en même temps accéléré la mutation des modes de pensée et de consommation.

Plus en détail

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels S5 - MANAGEMENT Le Management est un élément central de la formation. C est d ailleurs la fonction n 1 du référentiel des activités professionnelles. Il mobilise non seulement des savoirs issus de la psychologie,

Plus en détail

Cohésion d Equipe - Team Building

Cohésion d Equipe - Team Building Public concerné : Cadres et cadres supérieurs. Cohésion d Equipe - Team Building Objectifs : Comprendre les mécanismes de fonctionnement d une équipe. Comprendre les rôles de chacun et le rôle de l encadreur.

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

Développer son expertise en tant que Responsable Formation

Développer son expertise en tant que Responsable Formation 1 Développer son expertise en tant que Responsable Formation Environnement et fondamentaux de la formation professionnelle L environnement de la formation professionnelle revêt un caractère de plus en

Plus en détail

360 feedback «Benchmarks»

360 feedback «Benchmarks» 360 feedback «Benchmarks» La garantie d un coaching ciblé Pour préparer votre encadrement aux nouveaux rôles attendus des managers, Safran & Co vous propose un processus modulable, adapté aux réalités

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

Notions et définitions utiles

Notions et définitions utiles Notions et définitions utiles 1 Notions et définitions utiles I. Notions d usage 1. La notion de compétitivité. La notion de «compétitivité» est la symbolique de l enjeu de développement des entreprises.

Plus en détail

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins?

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Laurent QUENEC HDU Descriptif : Le métier de cadre de santé est en constante évolution : le cadre est aujourd

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE

DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE Sept-13 DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE Audit commercial Développement de réseau SERVICES Développement commercial Formation vente/négociation Formation management opérationnel Formation communication

Plus en détail

Les ressources numériques

Les ressources numériques Les ressources numériques Les ressources numériques sont diverses et regroupent entre autres, les applications, les bases de données et les infrastructures informatiques. C est un ensemble de ressources

Plus en détail

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit?

Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? Retour au sommaire Le scoring est-il la nouvelle révolution du microcrédit? BIM n 32-01 octobre 2002 Frédéric DE SOUSA-SANTOS Le BIM de cette semaine se propose de vous présenter un ouvrage de Mark Schreiner

Plus en détail

La Relation Président-Directeur

La Relation Président-Directeur Journée des Présidents Mercredi 8 Novembre 2000 Assemblée Nationale La Relation Président-Directeur Quelle répartition des compétences au sein des associations? Jean-François PEPIN Consultant en Management

Plus en détail

Wellness Management 66 Avenue des Champs-Elysées 75008 - PARIS www.wellness-management.com contact@wellness-management.com. Feel Well Work Well

Wellness Management 66 Avenue des Champs-Elysées 75008 - PARIS www.wellness-management.com contact@wellness-management.com. Feel Well Work Well Wellness Management 66 Avenue des Champs-Elysées 75008 - PARIS www.wellness-management.com contact@wellness-management.com Feel Well Work Well POUR MIEUX TRAVAILLER ensemble LE CAPITAL HUMAIN RESTE LA

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION Fiche de lecture : MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION I. PRESENTATION GENERALE «Management situationnel Vers l autonomie et la responsabilisation» (nouvelle édition enrichie),

Plus en détail

Cohésion et coaching d équipe

Cohésion et coaching d équipe Cohésion et coaching d équipe Institut du Selfcoaching Tél. : 09 75 61 33 17 Mob. 06 10 18 63 93 info@selfcoaching.fr www.selfcoaching.fr 1 Notre Vision du Coaching LE COACHING est un accompagnement sur

Plus en détail

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS Frédéric Crépin MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS, 2004. ISBN : 2-7081-3140-0 5 Chapitre 1 idées reçues sur les managers et le management au quotidien Idée reçue n 1 : managers et salariés doivent avoir les

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL

ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL DES MANAGERS ET DES DIRIGEANTS des démarches de croissance, d adaptation continue et de créativité dans des environnements et des marchés en mutation DIRIGEANTS ET MANAGERS EN

Plus en détail

Résolution de conflits, coaching et formation

Résolution de conflits, coaching et formation Résolution de conflits, coaching et formation Fabienne Alfandari 16 chemin des Clochettes 1206 Genève fabienne@image-imagination.com www. image-imagination.com tél. 079 540 65 44 Un besoin dans les entreprises

Plus en détail

60 salariés. 3 MINISTÈRE est une agence Web, experte en CRM, e-commerce, data et analytics. Elle compte à ce. jour 25 salariés.

60 salariés. 3 MINISTÈRE est une agence Web, experte en CRM, e-commerce, data et analytics. Elle compte à ce. jour 25 salariés. Laurent HABIB réunit les agences LIGARIS 1, PLAN CRÉATIF 2 et MINISTÈRE 3 pour créer la 1 ère agence globale indépendante du marché. Une agence de 180 personnes, à 60% digitale, intégrant tous les métiers

Plus en détail

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire 1. Ce que disent les plans d études vaudois Dans la partie consacrée aux finalités de l école vaudoise, le Plan d Etudes Vaudois (PEV) note à propos

Plus en détail

CATALOGUE FORMATION LA FRANCHISE. L Académie de la Franchise L ACADEMIE DE. Le socle de vos savoir-faire, le tremplin de votre succès

CATALOGUE FORMATION LA FRANCHISE. L Académie de la Franchise L ACADEMIE DE. Le socle de vos savoir-faire, le tremplin de votre succès CATALOGUE FORMATION L Académie de la Franchise Le socle de vos savoir-faire, le tremplin de votre succès L Académie de la Franchise L ACADEM LA FRANC L Acad de la F UTURS FRANCHIS FUTURS FRANCHISÉS DEVENIR

Plus en détail

FORMATION FORMATION CERTIFIANTE AU METIER DE COACH. Public. Objectifs : Mode pédagogique : une formation avant tout pratique, novatrice et cohérente.

FORMATION FORMATION CERTIFIANTE AU METIER DE COACH. Public. Objectifs : Mode pédagogique : une formation avant tout pratique, novatrice et cohérente. FORMATION Public Cette action de formation professionnelle au coaching s adresse à ceux et celles qui souhaitent soit devenir coach, soit intégrer les outils du coaching pour enrichir leur pratique professionnelle,

Plus en détail

L engagement et le désengagement des jeunes dans le sport. Le projet européen PAPA et l Empowering Coaching TM

L engagement et le désengagement des jeunes dans le sport. Le projet européen PAPA et l Empowering Coaching TM L engagement et le désengagement des jeunes dans le sport. Le projet européen PAPA et l Empowering Coaching TM Tenero, 25-26.01.2013 Prof. Philippe Sarrazin Laboratoire Sport et Environnement Social Université

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ ET DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS 1. Introduction Placer la «bonne personne au bon endroit» représente

Plus en détail

DEVENEZ CHEF DE PROJET! VERSION 3 > Certificat d études avancées en Management de Projet Appliqué

DEVENEZ CHEF DE PROJET! VERSION 3 > Certificat d études avancées en Management de Projet Appliqué DEVENEZ CHEF DE PROJET! COURS POSTGRADE DE LA HES-SO Développé et animé par la HEG de Genève LA REUSSITE N EST JAMAIS UN HASARD VERSION 3 > Certificat d études avancées en Management de Projet Appliqué

Plus en détail

SKRIVA vous présente, avec l intervention de M. Tony BEERDEN (ALCOBE) des cycles de formation sur ces thèmes dans la région Aquitaine.

SKRIVA vous présente, avec l intervention de M. Tony BEERDEN (ALCOBE) des cycles de formation sur ces thèmes dans la région Aquitaine. SKRIVA FORMATION CONTINUE Vous avez du mal à gérer votre temps et à vous organiser? Vous avez à gérer des relations avec des personnes «difficiles»? Vous êtes confrontés au stress dans votre vie professionnelle

Plus en détail

Quel contrôle de gestion pour les ONG 1?

Quel contrôle de gestion pour les ONG 1? Quel contrôle de gestion pour les ONG 1? (Rémi Bachelet et Nathalie Claret) Dans le cadre de l atelier portant sur les nouveaux champs du contrôle de gestion, une réflexion sur la place de ce dernier dans

Plus en détail

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR Enquête sur la responsabilité sociale du scientifique Résultats détaillés Février 2007 Annexes La publication des données qui fondent

Plus en détail

Cycle LTL. David Cooperrider. John Fitzgerald Kennedy. Leadership for Team Leaders

Cycle LTL. David Cooperrider. John Fitzgerald Kennedy. Leadership for Team Leaders Cycle LTL Leadership for Team Leaders Les individus et les organisations s'épanouissent lorsque les gens voient ce qu'il y a de meilleur en eux, partagent leurs rêves et leurs préoccupations de façon positive

Plus en détail

Management Responsabilité. Management Responsabilité. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2012 17

Management Responsabilité. Management Responsabilité. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2012 17 Management Responsabilité Management Responsabilité 2012 17 L'entretien annuel d'évaluation Identifier la problématique de l évaluation professionnelle Utiliser l entretien annuel d activité comme levier

Plus en détail

Introduction. Présentation Qu est ce qu un manager? Qu est ce qu un collaborateur?

Introduction. Présentation Qu est ce qu un manager? Qu est ce qu un collaborateur? Introduction Présentation Qu est ce qu un manager? Qu est ce qu un collaborateur? Introduction Présentation David ZOUTE Weeziu, Conseil en Evolution Professionnelle Qu est ce qu un manager? Spécialiste

Plus en détail

Innovation. Qu est-ce que l innovation? On considère deux types d innovation

Innovation. Qu est-ce que l innovation? On considère deux types d innovation Innovation Qu est-ce que l innovation? Une innovation est quelque chose : - de nouveau, de différent ou de meilleur (produit, service, ), - qu une entreprise apporte à ses clients ou à ses employés, -

Plus en détail

Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM Normandie Université (Univ. Rouen)

Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM Normandie Université (Univ. Rouen) 20 ème Congrès du CIRIEC International Buenos Aires, octobre 2014 Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM Normandie Université (Univ. Rouen) 1 Hétérodoxie versus

Plus en détail

L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE

L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE N 220 - ROUFIDOU Irini L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE Pendant notre recherche du D.E.A., nous avons étudié l acquisition du langage chez le tout petit en

Plus en détail

Climat scolaire. Marc Thiébaud. mars 2005

Climat scolaire. Marc Thiébaud. mars 2005 Climat scolaire mars 2005 Le climat d école La notion de climat scolaire renvoie à la qualité de vie et de communication perçue au sein de l école. On peut considérer que le climat d une école correspond

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

Charte pour une utilisation démocratique de la vidéosurveillance

Charte pour une utilisation démocratique de la vidéosurveillance Charte pour une utilisation démocratique de la vidéosurveillance >>> Les systèmes de vidéosurveillance connaissent selon les villes européennes des évolutions d ampleur et de nature différentes tenant

Plus en détail

CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION

CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION Société des Coaches Gestaltistes Coordinateur projet: Marius Moutet INTRODUCTION Un coaching d individus ou d équipe inspiré de la posture humaniste

Plus en détail

L art de la reconnaissance en gestion

L art de la reconnaissance en gestion L art de la reconnaissance en gestion Sophie Tremblay Coach & Stratège Dans votre parcours professionnel, quelle est la personne qui vous a offert la reconnaissance qui vous a le plus marqué? Quelles sont

Plus en détail

Parcours de formation. Coach. Et si vous pouviez accompagner vos clients ou vos collaborateurs par le coaching?

Parcours de formation. Coach. Et si vous pouviez accompagner vos clients ou vos collaborateurs par le coaching? Parcours de formation Coach Et si vous pouviez accompagner vos clients ou vos collaborateurs par le coaching? Dans un monde qui va de plus en plus vite Nous entendons parler chaque jour de stress, de mal-être

Plus en détail

Une approche rationnelle Investir dans un monde où la psychologie affecte les décisions financières

Une approche rationnelle Investir dans un monde où la psychologie affecte les décisions financières La gamme de fonds «Finance Comportementale» de JPMorgan Asset Management : Une approche rationnelle Investir dans un monde où la psychologie affecte les décisions financières Document réservé aux professionnels

Plus en détail