Fiche Technique. Petits Fruits Rouges. Septembre 2008

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Fiche Technique. Petits Fruits Rouges. Septembre 2008"

Transcription

1 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Septembre 2008 Petits Fruits Rouges Filière Arboriculture Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Définition Production de petits fruits rouges : Framboise (et Mûre), Myrtille (sauvage et cultivée), Groseille et Cassis. Pour les Fraises des bois, voir la fiche Fraise. Cycle de production : 10 à 15 ans selon le type de petits fruits rouges. Potentiel des marchés Production Principaux pays producteurs : La production mondiale en petits fruits rouges avoisinait en 2006 le million de tonnes. En Europe, les pays de l Est représentent une zone de production importante qui alimente les pays de l Ouest, dont la France, en fruits congelés ou transformés. La production française de petits fruits rouges est majoritairement présente dans la moitié nord du pays et dans les zones montagneuses pour la myrtille sauvage notamment. Cette dernière n est pas cultivée : la production est généralement issue de ramassages sauvages en Auvergne particulièrement. Il existe cependant une production de Myrtilles cultivées dont les fruits n ont pas les mêmes caractéristiques (goût, calibre,..) et qui se présente sous forme d un buisson. La région Rhône-Alpes est bien positionnée sur la production de fruits rouges. De nombreux groupements de producteurs y sont présents. Pour le cassis, la région de production historique est la Bourgogne mais elle n est aujourd hui qu au 4 ème rang des régions productrices françaises. Production annuelle en petits fruits rouges dans le monde (en milliers de tonnes 2006) Pays Framboise Pays Myrtille Russie 95 Am. du Nord 103 Serbie 79 Europe 10 Etats-Unis 48 Am. du Sud 6 Pologne 42 Océanie 3 Allemagne 20 Asie 1 Pays Groseille et Cassis Russie 220 Pologne 192 Allemagne 148 Autriche 20 Ukraine 20 Production régionale annuelle en petits fruits rouges (en tonnes/an 2007) Régions Framboise Régions Groseille Rhône Picardie 717 Alpes Limousin 896 Rhône- 463 Alpes Auvergne 541 Centre 317 Ile de France 350 Bourgogne 126 Régions Cassis Pays de la Loire Centre Rhône-Alpes Bourgogne 894 Synthèse régionale «Alternatives Agricoles à l arrachage de la vigne» 1

2 En Bourgogne, on s attache à une production de qualité (cassis noir de Bourgogne) pour une transformation des fruits en liqueur (crème de cassis). Les autres régions productrices écoulent leur productions principalement pour la transformation mais également en frais. En région Languedoc-Roussillon, la production de petits fruits rouges est très confidentielle et majoritairement localisée dans les Cévennes. La plus grosse production est celle de framboise avec 112 tonnes en Viennent ensuite le cassis avec 19 tonnes et les groseilles avec 18 tonnes. Il s agit généralement de petits producteurs qui écoulent leur production en vente directe (marchés), dont une partie après transformation à la ferme. La production de myrtille sauvage existe mais est difficilement quantifiable puisqu il s agit généralement de ramassage sur des plants en zone montagneuse. Organisation commerciale A l échelle nationale, l organisation commerciale des fruits rouges est bien structurée grâce à de nombreux groupements de producteurs dits multifruits ou spécialisés, comme par exemple le syndicat national des producteurs de myrtille. A l heure actuelle, aucun producteur de la région n adhère à ce syndicat. Prix Débouchés : Industrie agroalimentaire : transformation (surgélation, coulis ) Fruits de bouche : fruits frais En 2007, les cours nationaux étaient les suivant : Framboise : de 6,60 à 12,40 /kg Groseille : de 6,40 à 7,45 /kg Myrtille : de 6,40 à 8,80 /kg Mûre : de 7 à 8,80 /kg Cassis : environ 12 /kg Localement, sur des ventes en circuits courts, ces prix peuvent être plus élevés mais doivent couvrir les frais d emballage (petites barquettes) et de commercialisation (temps passé à la vente) en particulier. Synthèse La concurrence internationale est forte et la production du Languedoc-Roussillon est faible et peu structurée, malgré la présence d industries agro-alimentaires en région. Cependant la production française a une bonne renommée. La principale entreprise spécialisée dans les fruits rouges est l entreprise «Les Fruits Rouges de l Aisne» qui a créé de multiples partenariats avec les producteurs de tout le pays. Elle est présente sur le marché à travers des marques comme «Contine». Elle assure l approvisionnement régulier du marché français pour ces produits très saisonnalisés grâce à l importation. En Languedoc-Roussillon aucun organisme, ni groupement de producteur n est spécialisé dans ce type de produits. Plusieurs coopératives en commercialisent et pourraient traiter un certain volume de fruits conjointement avec d autres productions. Synthèse régionale «Alternatives Agricoles à l arrachage de la vigne» 2

3 Impact environnemental Impact des intrants La demande en intrants est faible sur ce type de production. Un amendement de fond est nécessaire au démarrage puis une fertilisation annuelle et un suivi phytosanitaire. La prévention des ravageurs et des maladies suscite l utilisation de produits de traitement. Les impacts sont limités dans le cadre d une agriculture durable et raisonnée. Impact sur la ressource en eau Quelle que soit la culture, en région, l irrigation est nécessaire afin d avoir une bonne production et des fruits bien développés et de bonne qualité. Les apports doivent être réguliers de 5 à 7 m 3 par jour pour m 2, de juin à fin août et en particulier du début de la floraison jusqu à la fin de la récolte. Impact sur les paysages Les parcelles offrent un paysage caractéristique de verger à buissons (myrtille) ou palissés (framboise, mûre ) avec des rangs plus ou moins denses selon la densité de plantation. Impact sur la biodiversité Le développement de l enherbement inter-rangs favorise la biodiversité. La floraison peut attirer de nombreux insectes pollinisateurs. Synthèse Les effets environnementaux sont équivalents à un verger classique, avec toutefois une mobilisation de l eau importante. L impact sur la biodiversité est faible : perte de diversité floristique liée à l activité mais un gain en diversité faunistique particulièrement en insectes. Contraintes agronomiques et techniques Type de sols Sol profond, frais, léger ph acide à neutre Sol riche en matière organique Craint l asphyxie liée à un terrain trop compact Myrtille : Sol très acide ph compris entre 4 et 5,2 Sol léger, sablonneux Redoute sol lourd, argileux ou limoneux Sol léger, frais, bien pourvu en matière organique Cassis, Groseille : Le type de sol a peu d importance mais les sols trop calcaires sont déconseillés Sol profond, frais, léger ph acide à neutre Sol riche en matière organique Craignent l asphyxie liée à un terrain trop compact Topographie Altitude de préférence de 300 à 600 m, même si la production est possible en plaine Eviter les expositions trop chaudes Les zones venteuses sont à proscrire ou prévoir des brise-vents et un renforcement du palissage Myrtille cultivée : Plante de lumière Craint la sécheresse et les vents séchants Cassis, Groseille : Eviter les expositions trop chaudes Privilégier le nord car la plante a besoin de froid Adaptation au climat Variable selon la culture, généralement les petits fruits rouges n apprécient pas les climats trop secs et venteux. Synthèse régionale «Alternatives Agricoles à l arrachage de la vigne» 3

4 Implantation de la production Utiliser des plants en mottes sur des substrats désinfectés Risques sanitaires importants avec des plants à racines nues Plantation au printemps ou à l automne Fumure de redressement Fumure minérale de fond et apport de fumier Ecartement de 0.40 à 0.60 m sur la ligne et 2.20 à 2.50 m entre les rangs Palissage nécessaire Prévoir un système d irrigation si possible par aspersion lors de l implantation. Myrtille cultivée : Plantation en octobre / novembre sur des terrains désinfectés et nettoyés de toute plante vivace Employer des plants vigoureux de 2 ans en motte Prévoir un apport de matière organique en cas de déficit Ecartement de 1 m à 1.50 m sur la ligne et 3 à 3.50 m entre les rangs Alterner les variétés entre les rangs pour faciliter la pollinisation croisée Enherbement inter- rangs Prévoir un système d irrigation Maintenir le taux de matière organique par un paillage ou mulch au pied des arbustes Désherber fréquemment et surveiller les attaques des ravageurs et les maladies. Cassis, Groseille : Terrain exempt de mauvaises herbes Prévoir une fumure de fond Ecartement de 2 à 2.50 m entre les rangs (voire plus large si mécanisation) et 1 m à 1.20 m entre les plants Plantation avec ou sans paillage à partir de boutures non racinées ou de plants de 1 an Plantation de octobre / novembre à mars Palissage nécessaire selon le type de conduite et les variétés Calendrier de production Printemps ou Automne Janvier à Juin Mars Avril à Juin Juin à Août Juin à Octobre Plantation Taille Fumure Traitement Désherbage Irrigation Récolte Conduite de la production Eléments de contrainte (toutes productions) : Taille annuelle Irrigation nécessaire Fertilisation et traitements phytosanitaires annuels Désherbage des rangs Enherbement inter-rangs Palissage obligatoire pour les mûres et les framboises, éventuellement pour les groseilles et les cassis Récolte manuelle. Possibilité de mécanisation uniquement pour le cassis Conditionnement de la récolte méticuleuse (produits très fragiles) Eléments de rendement observés dans les zones de production (conditions favorables) : Framboise : 7 à 10 tonnes/ha Cassis : 5 à 7 tonnes/ha Groseille : 8 à 12 tonnes/ha Mûre : 12 à 15 tonnes/ha Myrtille : 6 à 10 tonnes/ha Mise en production dès la 2 ème ou la 3 ème année (variation selon les espèces). Irrigation Les systèmes d aspersion sont conseillés pour le framboisier et de goutte à goutte pour les autres espèces. Il faut prévoir un apport de 5 mm d eau quotidiennement, avec des variations entre cultures. Synthèse régionale «Alternatives Agricoles à l arrachage de la vigne» 4

5 Contrainte de main d oeuvre Les besoins de main d œuvre sont très importants à l implantation et surtout à la récolte. Les estimations sont les suivantes : Installation 1ère année : 95 heures Entretien 1ère année : 195 heures Entretien 2ème année : 240 heures Entretien année de production : 415 heures Récolte : 400 à 800 heures (très fréquente et fastidieuse) Dispositif réglementaire auquel la production est soumise Pas de dispositif particulier en cours, mais les discussions présentes entre les producteurs de fruits et légumes et l Europe dans le cadre de la réforme de la PAC pourraient aboutir à des changements. La mise sur le marché des produits est soumise à une réglementation européenne (calibre ) Contrainte foncière Pas de contraintes particulières, éviter cependant les pentes trop fortes si la culture est mécanisée. Mécanisation Equipement classique pour l entretien régulier mais mécanisation spécifique pour la récolte du cassis si besoin. Bâtiment : pour le stockage (chambre froide). Etat des références en Languedoc- Roussillon La production est peu importante en région. Les références sont peu nombreuses en zones viticoles. Sensibilité au précédent vigne Certaines maladies sont communes à la vigne et aux petits fruits rouges. Il faut donc bien désinfecter le sol avant implantation. Synthèse régionale «Alternatives Agricoles à l arrachage de la vigne» 5

6 Risque financier et intérêt économique pour l exploitant Résultats économiques et facteurs de risque A noter : les chiffres présentés dans cette rubrique correspondent à des conditions optimales de production Framboise (Mûre): Sur une parcelle de m 2, le rendement moyen est de 700 kg pour 420h de travail. Pour un prix d achat moyen du kilo de framboise (10 ), la marge brute est de l ordre de pour 260 de charges opérationnelles. Groseille : Sur une parcelle de m 2, le rendement moyen est de 700 kg pour 140h de travail. Pour un prix d achat moyen du kilo de groseille (7 ), la marge brute est de l ordre de pour 350 de charges opérationnelles. Groseille et Cassis : Charge d entretien : /ha, dont : Plantation : 536 Fertilisation : 463 Lutte sanitaire : 293 Charge de récolte : /ha Risque financier lié aux investissements Variable selon que la récolte est mécanisée ou non. Besoin d investissement pour l achat d une chambre froide. Investissement pour le matériel d irrigation indispensable : /ha. Cassis : Sur une parcelle de m 2, le rendement moyen est de 600 kg pour 200h de travail. Pour un prix d achat moyen du kilo de cassis (7 ), la marge brute est de l ordre de pour 320 de charges opérationnelles le tout HT. Le cours du marché est fortement lié aux conditions climatiques ainsi qu'à l'offre et la demande. Ainsi, cette marge brute peut fortement varier en cours de saison, entre les années et entre les exploitations. Besoins de trésorerie 1 ère année et 2 ème année: mise en place, frais d implantation et de culture : /ha. Charges annuelles d exploitation : /ha Synthèse régionale «Alternatives Agricoles à l arrachage de la vigne» 6

7 Personnes ressources Institut technique CTIFL - Centre Technique Interprofessionnel des Fruits et Légumes 22, rue Bergère Paris - Organisations professionnelles et interprofessionnelles Marion COGNARD - BRM filière fruits rouges Bâtiment U-MIN Avignon - Syndicat des producteurs de myrtilles de France - Chez Michelle Mas de Feix Saint Marc à Loubaud - Association Régionale d Expérimentation Fruitière de l Est (AREFE) Hattonville Opérateurs économiques Les Fruits Rouges de l Aisne - 1 rue Jean Bodin LAON Bibliographie Divers auteurs, (2007). Dossiers Framboise, Myrtille et Petits fruits. Fond documentaire du SUAMME. Disponibilité : SUAMME Gicleux C., Nurit L.L, (2007). La groseille. Fiche synthétique. CTIFL, AREFE P 4. Disponibilité : Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Moreau B., (1988). Le framboisier. CTIFL Monographie p 267. Disponibilité : SUAMME Tillard S., (1998). Myrtilles, groseilles et fruits des bois. Editions Centre Technique Interprofessionnel des Fruits et Légumes. 127 p. Disponibilité : Chambre d Agriculture de l Hérault SUAMME (2006). La fiche-framboisier. Disponibilité : Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon, SUAMME SUAMME (2007). Fiches technico-économiques ( références zones de montagne méditerranéennes LR ) : Le cassissier et Le groseillier Disponibilité : Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon, SUAMME Synthèse régionale «Alternatives Agricoles à l arrachage de la vigne» 7

Fiche Technique. (pour 2007) Citron : petite production en Corse en PACA

Fiche Technique. (pour 2007) Citron : petite production en Corse en PACA Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Agrumes Septembre 2008 Filière Arboriculture Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Définition

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

Fiche Technique. Autre Production. Septembre 2008. Culture pérenne : bardane, pavot, angélique, mélisse, anis vert, badiane, absinthe, réglisse

Fiche Technique. Autre Production. Septembre 2008. Culture pérenne : bardane, pavot, angélique, mélisse, anis vert, badiane, absinthe, réglisse Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Autre Production Septembre 2008 Plantes médicinales Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon

Plus en détail

La filière noisette : un développement des surfaces est encore possible d après Unicoque.

La filière noisette : un développement des surfaces est encore possible d après Unicoque. La filière noisette : un développement des surfaces est encore possible d après Unicoque. Cette action de diffusion est cofinancée par l Union européenne avec les Fonds Européen Agricole pour le Développement

Plus en détail

Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique

Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique Les produits organiques sont utilisés soit en amendement pour apporter de l humus au sol afin d améliorer ses propriétés (physiques, chimiques et biologiques),

Plus en détail

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées Système plantes sarclées Caractéristiques Variantes de ce système Production de viande (vaches allaitantes ou bœufs sur 10ha d herbe) 1,3 unité de main d œuvre : 1 chef d exploitation et 1 salarié occasionnel

Plus en détail

Fiche Technique. Septembre 2008. Production, à retenir...

Fiche Technique. Septembre 2008. Production, à retenir... Fiche Technique Filière ou production nouvelle en Languedoc-Roussillon Septembre 2008 Taillis à Courte et Très Courte Rotation Filière Bioénergies Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture

Plus en détail

Les différentes opérations culturales en production sous serre : Les attentes en termes d automatisation

Les différentes opérations culturales en production sous serre : Les attentes en termes d automatisation Les différentes opérations culturales en production sous serre : Les attentes en termes d automatisation E. Brajeul, B. Hennion Ctifl 1 Serres verre chauffées en France (tomate et concombre) : 1100 ha

Plus en détail

PROPOSITIONS DE STAGE DE RECHERCHE EXPERIMENTATION 2014 - INVENIO

PROPOSITIONS DE STAGE DE RECHERCHE EXPERIMENTATION 2014 - INVENIO PROPOSITIONS DE STAGE DE RECHERCHE EXPERIMENTATION 2014 - INVENIO Pôle Fraise : > Thème : "Protection et gestion de l eau en culture hors-sol de fraise : conduite de l irrigation à l aide de sondes tensiométriques"

Plus en détail

Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent!

Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent! Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent! Les essais présentés dans ce document font état des références actuellement disponibles sur les systèmes économes en intrants

Plus en détail

OLEICULTURE OLEICULTURE

OLEICULTURE OLEICULTURE OLEICULTURE OLEICULTURE TECNIQUES ET ET TECNIQUES PRINCIPES PRINCIPES AGRONOMIQUES AGRONOMIQUES PLAN CARACTERISTIQUES DU CLIMAT DE TYPE MEDITERRANEEN CARACTERISTIQUES DU SOL A PRENDRE EN COMPTE DETERMINATION

Plus en détail

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Prévoir la fertilisation en sortie d hiver à l échelle de l exploitation Charlotte Glachant, Claude Aubert, Chambre d

Plus en détail

Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr.

Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr. Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr., MAPAQ Contenu de la présentation o Recommandations o Connaissances o

Plus en détail

L exemple de. la rhubarbe

L exemple de. la rhubarbe L exemple de la rhubarbe Du point de vue strictement botanique, la rhubarbe est un légume. Mais on l utilise exclusivement comme un fruit. Jolie contradiction! Mais pourquoi la rhubarbe est-elle si populaire?

Plus en détail

PROTECTION ANTI-GRÊLE SUR VIGNE ET RAISIN DE TABLE

PROTECTION ANTI-GRÊLE SUR VIGNE ET RAISIN DE TABLE www.filpack-agricole.com PROTECTION ANTI-GRÊLE SUR VIGNE ET RAISIN DE TABLE POURQUOI INSTALLER DES TOILES ANTI-GRÊLE? LE SERVICE FILPACK LES DIFFERENTS SYSTEMES D INSTALLATION LE FILET ANTI-GRÊLE AVEC

Plus en détail

Conférence d orientation du Gis Sol 5 juin 2007 INRA Paris

Conférence d orientation du Gis Sol 5 juin 2007 INRA Paris Exploitation et valorisation des données pédologiques pour l aménagement à l échelle régionale Christian THIBAULT, directeur de l environnement urbain et rural à l IAURIF Conférence d orientation du Gis

Plus en détail

DOMAINE DENIS FOUQUERAND & FILS

DOMAINE DENIS FOUQUERAND & FILS S A N T E N AY " C O M M E D E S S U S " r o u g e Cépage : Le pinot noir est le cépage unique Nature du sol : Argilo calcaire Exposition : Plein sud et sud ouest Pratique culturale : Lutte raisonnée phyto

Plus en détail

L application du produit sur la cible

L application du produit sur la cible Fiche IV - 3 La limitation des risques au cours de l application L application du produit sur la cible L -IVobjectif d une application est de positionner les produits phytosanitaires sur la cible : la

Plus en détail

NOIX. Retour sur investissement long pour une production rentable

NOIX. Retour sur investissement long pour une production rentable NOIX Retour sur investissement long pour une production rentable I DE QUOI PARLE-T-ON? La noix est un fruit constitué de trois parties : la première, le péricarpe, appelée aussi brou, est riche en tanins,

Plus en détail

La Direction des Espaces Verts et de l Environnement (DEVE) de la ville de Paris

La Direction des Espaces Verts et de l Environnement (DEVE) de la ville de Paris Direction des Espaces Verts et de l Environnement La réduction d usage en ville, exemple d une grande ville en gestion alternative économe en pesticide : La Direction des Espaces Verts et de l Environnement

Plus en détail

Enquête auprès des chefs d'exploitation agricole. Comité de pilotage du 11 octobre 2013

Enquête auprès des chefs d'exploitation agricole. Comité de pilotage du 11 octobre 2013 Enquête auprès des chefs d'exploitation agricole Comité de pilotage du 11 octobre 2013 2 Objectifs et méthodologie Objectifs de l étude A la demande du SGMAP et de Roland Berger Strategy Consultants, en

Plus en détail

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants.

Description Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Mesure n 1 Périodes d'interdiction d'épandage des fertilisants Les calendriers d interdiction d épandage sont fixés selon l occupation du sol de chaque parcelle et les catégories de fertilisants. Types

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE

FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE 2 I- JUSTIFICATION La consommation de la pastèque est en nette expansion en réponse à une forte demande nationale et régionale ; Cependant la production

Plus en détail

CMS. 1-CONDITIONS DE CULTURE ET CALENDRIER

CMS. 1-CONDITIONS DE CULTURE ET CALENDRIER 1 MARAICHAGE 2013 Chou rouge : essai variétal en culture biologique Catherine MAZOLLIER, avec la collaboration de Abderraouf SASSI Merci à Didier Muffat qui a accueilli cet essai La culture de chou occupe

Plus en détail

Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011

Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011 Du plan à la réalisation : l aventure pour le choix d un terreau performant EXPO-FIHOQ - Sainte-Hyacinthe 16 novembre 2011 André Nadeau, architecte paysagiste, membre agréé de l Association des architectes

Plus en détail

Les Paysans de Rougeline

Les Paysans de Rougeline Communiqué de presse Marmande, le 26 mars 2010 Les premières tomates de Parentis-en-Born, qui seront récoltées au printemps 2010, auront un goût durable Pour produire des fruits, un plant de tomates a

Plus en détail

Influence du fonctionnement de la vigne sur la qualité du vin

Influence du fonctionnement de la vigne sur la qualité du vin Influence du fonctionnement de la vigne sur la qualité du vin G. BARBEAU I NRA Unité expérimentale Vigne et Vin, 42 rue Georges Morel, 49071 Beaucouzé-Cédex, Tel. (33) 2 41 22 56 60, Fax (33) 2 41 22 56

Plus en détail

ACTION 1.3 REALISER UN PLAN DE GESTION DIFFERENCIEE DES ESPACES VERTS PUBLICS

ACTION 1.3 REALISER UN PLAN DE GESTION DIFFERENCIEE DES ESPACES VERTS PUBLICS ACTION 1.3 REALISER UN PLAN DE GESTION DIFFERENCIEE DES ESPACES VERTS PUBLICS Référent Technique : Alain Alphonse Responsable bureaux d études Réunion du 12 Juillet Comité de suivi Agenda 21 La gestion

Plus en détail

Laitues de plein champ 2014

Laitues de plein champ 2014 Laitues de plein champ 0 Batavia SV0LA* Déjà une référence sur tous les bassins de production -- e gamme & marché de frais --Compromis idéal entre batavia frisée et traditionnelle --Bon volume sans excès

Plus en détail

Comment choisir son terreau et son fertilisant

Comment choisir son terreau et son fertilisant Comment choisir son terreau et son fertilisant Comment choisir son terreau et son fertilisant Entretenez la qualité de la terre Votre sol joue principalement 2 rôles. Il contient les substances nutritives

Plus en détail

CONCEPT DE PRODUCTION AU SENEGAL (suggestion) I.S.F. - Agriculteurs Sans Frontière-confidentiel

CONCEPT DE PRODUCTION AU SENEGAL (suggestion) I.S.F. - Agriculteurs Sans Frontière-confidentiel CONCEPT DE PRODUCTION AU SENEGAL (suggestion) I.S.F. - Agriculteurs Sans Frontière-confidentiel I.S.F. - Agriculteurs Sans Frontière-confidentiel 2 Parc de Production Maraîchère «BIOPARC» A partir de la

Plus en détail

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 LE TERRITOIRE 40 communes adhérentes 223 000 habitants Compétence collecte et traitement des déchets 2 LA PRÉVENTION DES DECHETS TRIER C EST BIEN, PRODUIRE

Plus en détail

Essai de paillis de plastique biodégradable en production maraîchère et fruitière

Essai de paillis de plastique biodégradable en production maraîchère et fruitière PROGRAMME D APPUI AU DÉVELOPPEMENT DE L AGRICULTURE ET DE L AGROALIMENTAIRE EN RÉGION 2007-2008 Essai de paillis de plastique biodégradable Rapport final Mars 2008 Modifié le 3 juillet 2008 Daniel Bergeron,

Plus en détail

GESTION ET VALORISATION DES CENDRES DE CHAUFFERIES BOIS

GESTION ET VALORISATION DES CENDRES DE CHAUFFERIES BOIS GESTION ET VALORISATION DES CENDRES DE CHAUFFERIES BOIS Stockage et Epandage Etude réalisée pour le compte de l ADEME par : SOLAGRO : M. Christian COUTURIER AQUASOL : M. Thierry BRASSET Coordination technique

Plus en détail

PROGRAMME DU JOUR. Rôle de Rhône Fleurissement La nouvelle grille d évaluation Concevoir un massif Atelier

PROGRAMME DU JOUR. Rôle de Rhône Fleurissement La nouvelle grille d évaluation Concevoir un massif Atelier Journée technique PROGRAMME DU JOUR Rôle de Rhône Fleurissement La nouvelle grille d évaluation Concevoir un massif Atelier Rappel des principes de fleurissement Intégrer le décor floral dans l ensemble

Plus en détail

Chapitre IV Habiter le monde rural

Chapitre IV Habiter le monde rural Chapitre IV Habiter le monde rural 1 e Leçon Y a-t-il beaucoup d agriculteurs dans les campagnes des pays riches? Ex : l Amérique du Nord Projection de la vidéo Galilée : un paysage rural du Middle West

Plus en détail

Situations illustrées au champ et outils de diagnostic

Situations illustrées au champ et outils de diagnostic Situations illustrées au champ et outils de diagnostic Pierre MORTREUX Chambre d Agriculture du Nord Pas de Calais PROSENSOLS.EU Chantiers d arrachage de Objectifs? Contexte Sol de limon argileux sur craie

Plus en détail

DRAINER. C a s t o r a m a Outillage nécessaire page 2&3. Les principes de drainage page 2&3. les réseaux de drainage page 4

DRAINER. C a s t o r a m a Outillage nécessaire page 2&3. Les principes de drainage page 2&3. les réseaux de drainage page 4 60.01 DRAINER C O N S E I L C a s t o r a m a Outillage nécessaire page 2&3 Les principes de drainage page 2&3 les réseaux de drainage page 4 la pose des drains page 4&5 page 1/6 - Fiche Conseil n 60.01

Plus en détail

La filière oléicole en France

La filière oléicole en France La filière oléicole en France Treize départements oléicoles Plus de 20 bassins de production typiques dont 8 en A.O.C. Nyons Vallée des Baux de Provence Aix en Provence Haute Provence Nice Nîmes Corse

Plus en détail

Présentation de la politique de Renouveau Agricole et Rural en Algérie et du programme quinquennal 2010-2014.

Présentation de la politique de Renouveau Agricole et Rural en Algérie et du programme quinquennal 2010-2014. Présentation de la politique de Renouveau Agricole et Rural en Algérie et du programme quinquennal 2010-2014. -------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Région... ... ... ... ... Lieu-dit de la parcelle... ...

Région... ... ... ... ... Lieu-dit de la parcelle... ... Vu l avis favorable du Conseil National de l Information Statistique cette enquête reconnue d intérêt général et de qualité statistique est obligatoire. Visa n 2007 X 019 AG du Ministre de l Agriculture

Plus en détail

Domaine laurent Cognard

Domaine laurent Cognard Historique Création du Vignoble en 2 temps : 1. En 1997, achat et première récolte de 0,688 ha de mercurey village rouge sur le terroir des Ormeaux (jeune diplômé à l époque) Mes parents étant en cave

Plus en détail

Coûts des pratiques viticoles dans le Sud-Ouest en fonction de la typologie de production. Damien AMELINE, CER France Midi-Pyrénées

Coûts des pratiques viticoles dans le Sud-Ouest en fonction de la typologie de production. Damien AMELINE, CER France Midi-Pyrénées Coûts des pratiques viticoles dans le Sud-Ouest en fonction de la typologie de production Damien AMELINE, CER France Midi-Pyrénées 10 Damien décembre Ameline 2010 (CER France Toulouse Midi-Pyrénées) Compétitivité

Plus en détail

Le Marché des Vins bio. 27 janvier 2015 Millésime Bio

Le Marché des Vins bio. 27 janvier 2015 Millésime Bio 7 e Rencontres professionnelles de la viticulture biologique Le Marché des Vins bio Elisabeth Mercier Agence BIO Panorama de la viticulture bio en France et dans le Monde 27 janvier 2015 Millésime Bio

Plus en détail

Catalogue de formations - Printemps 2014

Catalogue de formations - Printemps 2014 Groupement des Agriculteurs Biologiques des Alpes de Haute Provence Catalogue de formations - Printemps 2014 9 Production de petits fruits rouges en AB. 9 Itinéraire technique du blé bio : du semis au

Plus en détail

Le guide de la gestion domestique de vos déchets organiques

Le guide de la gestion domestique de vos déchets organiques Le guide de la gestion domestique de vos déchets organiques Les déchets organiques Le compostage Le mulching Le broyage Le paillage L alimentation animale Présentation du traitement actuel des déchets

Plus en détail

Economies d énergie en cultures maraîchères

Economies d énergie en cultures maraîchères Economies d énergie en cultures maraîchères Pistes actuelles et expérimentations en cours Eric Brajeul, Ariane Grisey, Serge Le Quillec, Raphaël Tisiot (Ctifl) Rencontres du végétal Angers le 10 janvier

Plus en détail

productifs exploités dans un but commercial (en attente de précisions du cadre national) apas de seuil minimal de surface à engager

productifs exploités dans un but commercial (en attente de précisions du cadre national) apas de seuil minimal de surface à engager AIDES 2015 MISE À JOUR 24 AVRIL 2015 1 Conversion et maintien à l agriculture biologique Retour de l aide sur le 2nd pilier avec des engagements sur 5 ans et localisés à la parcelle. Pour cette nouvelle

Plus en détail

Valorisation des anciennes châtaigneraies : Réhabilitation ou replantation?

Valorisation des anciennes châtaigneraies : Réhabilitation ou replantation? Initiation à l Ingénierie de Projet 2009 Enjeux et Stratégies pour les Productions Végétales Valorisation des anciennes châtaigneraies : Réhabilitation ou replantation? Aude Charlier, Flore Saint-André,

Plus en détail

Filière porcine. Les cahiers de FranceAgriMer 2009 / Données statistiques / ÉLEVAGE. /59

Filière porcine. Les cahiers de FranceAgriMer 2009 / Données statistiques / ÉLEVAGE. /59 Filière porcine cheptel / abattages / consommation / échanges. / /Europe/Monde Les cahiers de AgriMer 29 / Données statistiques / ÉLEVAGE. /59 > Filière porcine Cheptel porcin en en 29 La production porcine

Plus en détail

Stockage et épandage du digestat. Evolutions réglementaires

Stockage et épandage du digestat. Evolutions réglementaires Stockage et épandage du digestat Evolutions réglementaires Sommaire Introduction Rappels des différents régimes des installations classées de méthanisation Les règles autour du stockage Du plan d épandage

Plus en détail

Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques

Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques Jean-François GARNIER ARVALIS Institut du Végétal D après un travail de Pierre Emilien ROUGER JOURNEE TECHNIQUE GRANDES CULTURES BIOLOGIQUES

Plus en détail

Toutes les saveurs et cocktails Joseph Cartron sur www.cartron.fr LES CRÈMES DE FRUITS ROUGES

Toutes les saveurs et cocktails Joseph Cartron sur www.cartron.fr LES CRÈMES DE FRUITS ROUGES LES CRÈMES DE FRUITS ROUGES CRÈME DE CERISE DE BOURGOGNE JOSEPH CARTRON 2009 96/100 La sélection des cerises et leur assemblage, voilà tout le secret de l arôme délicat et de la rondeur de la Crème de

Plus en détail

VITICULTURE 2012 V 12 / PACA 02 STRATEGIE D APPLICATION DU CUIVRE EN VITICULTURE

VITICULTURE 2012 V 12 / PACA 02 STRATEGIE D APPLICATION DU CUIVRE EN VITICULTURE VITICULTURE 212 V 12 / PACA 2 STRATEGIE D APPLICATION DU CUIVRE EN VITICULTURE Silvère DEVEZE Chambre d Agriculture de Vaucluse 1- Identification de l action a. Responsables techniques et partenaires :

Plus en détail

I La préservation du bocage sur le périmètre d Aménagement Foncier Agricole et Forestier I. Mise en place d une bourse d échange d arbres

I La préservation du bocage sur le périmètre d Aménagement Foncier Agricole et Forestier I. Mise en place d une bourse d échange d arbres I La préservation du bocage sur le périmètre d Aménagement Foncier Agricole et Forestier I Mise en place d une bourse d échange d arbres I Ordre du jour I 1 - Les caractéristiques du réseau bocager 2 -

Plus en détail

Informations techniques sur la culture de l ananas

Informations techniques sur la culture de l ananas Informations techniques sur la culture de l ananas Conditions de culture favorables (choix de la parcelle) : Sol drainant et plutôt acide. Terrain exposé au soleil. Accès à l eau pour l irrigation durant

Plus en détail

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Colloque sur la pomme de terre Une production à protéger 13 novembre 2009, Québec Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Marc F. CLÉMENT., agronome, conseiller

Plus en détail

La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage

La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage Filière blé panifiable Bio 6 Juin 2012 Matthieu BLIN Minoterie BLIN Jean-Pierre GAUME Agriculteur (53) Charlotte

Plus en détail

Contexte : Objectif : Expérimentation :

Contexte : Objectif : Expérimentation : Estimation de la valeur fertilisante de digestats issus de la biométhanisation. Résultat de 3 années d expérimentation en culture de maïs (2009 à 2011). (JFr. Oost 1, Marc De Toffoli 2 ) 1 Centre pilote

Plus en détail

LA MATIERE ORGANIQUE

LA MATIERE ORGANIQUE ITV France FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICHE 3 LA MATIERE ORGANIQUE L objectif général est la conservation ou l amélioration du patrimoine sol, en évitant l appauvrissement

Plus en détail

Ces petits fruits méconnus adaptés à notre climat, les connaissez-vous? Patrick Golliot & Marjolaine Bernier-Leduc

Ces petits fruits méconnus adaptés à notre climat, les connaissez-vous? Patrick Golliot & Marjolaine Bernier-Leduc Ces petits fruits méconnus adaptés à notre climat, les connaissez-vous? Patrick Golliot & Marjolaine Bernier-Leduc Sources des données présentées Présentation préparée par AGRINOVA dans le cadre de la

Plus en détail

Séneçon du Cap. Nom scientifique Senecio inaequidens (DC) Famille des Astéracées = Composée. Description. Origine : Afrique du Sud

Séneçon du Cap. Nom scientifique Senecio inaequidens (DC) Famille des Astéracées = Composée. Description. Origine : Afrique du Sud Origine : Afrique du Sud Séneçon du Cap Nom scientifique Senecio inaequidens (DC) Famille des Astéracées = Composée Description Plante herbacée vivace, à racines superficielles, forme une touffe arrondie

Plus en détail

Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal

Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal Forum des investisseurs privés Panel : Investir dans l Agriculture et l Agrobusiness au Sénégal Groupe Consultatif 25 février 2014 Chambre de Commerce et d'industrie de région Paris Ile-de-France 27, avenue

Plus en détail

FILETS ET BÂCHES : DES MOYENS DE PROTECTION EN ARBORICULTURE FRUITIÈRE?

FILETS ET BÂCHES : DES MOYENS DE PROTECTION EN ARBORICULTURE FRUITIÈRE? FILETS ET BÂCHES : DES MOYENS DE PROTECTION EN ARBORICULTURE FRUITIÈRE? FRANZISKA ZAVAGLI, CTIFL CENTRE DE LANXADE Avec le concours de : Marie-Lisa BRACHET, Gérard CHARLOT, Joël FAVAREILLE, Michel GIRAUD,

Plus en détail

Guide thématique. En Cote-d Or, AGIR. au quotidien. Utilisons les ressources vertes du jardin. pour en savoir plus : www.ecotidiens21.

Guide thématique. En Cote-d Or, AGIR. au quotidien. Utilisons les ressources vertes du jardin. pour en savoir plus : www.ecotidiens21. Guide thématique En Cote-d Or, AGIR au quotidien Utilisons les ressources vertes du jardin pour en savoir plus : www.ecotidiens21.fr Edito Chaque français produit annuellement plus de 374 kg de déchets

Plus en détail

MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE

MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE CLIMATOLOGIE N 03 25 juin 2015 MESSAGE CONSEIL IRRIGATION de LOT-ET-GARONNE Réalisé en collaboration entre les techniciens de la Chambre d Agriculture de Lot-et-Garonne et de l ACMG Valeurs des ETP - Réseau

Plus en détail

L agriculture, un secteur moderne

L agriculture, un secteur moderne L agriculture, un secteur moderne La modernisation de son agriculture a permis à la France de se propulser au rang de premier producteur européen et de premier exportateur mondial de produits agroalimentaires

Plus en détail

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena)

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena) Mise en œuvre des outils L. VARVOUX (Terrena) Témoignage de Laurent Varvoux Service Agronomie Terrena Responsable relations Sol - Cultures Fertilisation Outils d Aide à la Décision Couverts végétaux Membre

Plus en détail

WP1 Observatoire et Observations Etat d avancement par filière et Perspectives Filière Fruit 5 Novembre 2014

WP1 Observatoire et Observations Etat d avancement par filière et Perspectives Filière Fruit 5 Novembre 2014 WP1 Observatoire et Observations Etat d avancement par filière et Perspectives Filière Fruit 5 Novembre 2014 Marc Bonhomme Jean-Michel Legave Teresa Barreneche Jean-Marc Audergon Avec la participation

Plus en détail

Vision cultures. Substitutions de maturités d hybrides basées sur la recherche à long terme. par Mark Jeschke et Steve Paszkiewicz.

Vision cultures. Substitutions de maturités d hybrides basées sur la recherche à long terme. par Mark Jeschke et Steve Paszkiewicz. Vision cultures Substitutions de maturités d hybrides basées sur la recherche à long terme par k Jeschke et Steve Paszkiewicz Sommaire Lorsque la pluie retarde sensiblement les travaux aux champs et les

Plus en détail

CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS BOVINS VIANDE DU SUD-OUEST

CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS BOVINS VIANDE DU SUD-OUEST CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS BOVINS VIANDE DU SUD-OUEST Réseaux d Élevage Aquitaine et Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon La question de la maîtrise de l énergie devient récurrente du fait

Plus en détail

En 2012, la récolte viticole française, estimée à 40,7 millions d hectolitres,

En 2012, la récolte viticole française, estimée à 40,7 millions d hectolitres, Agreste Synthèses Viticulture Décembre 212 n 212/197 Décembre 212 Viticulture Synthèses n 212/197 En 212, les prix des vins sont tirés à la hausse par les marchés à l exportation En 212, la récolte viticole

Plus en détail

Vers une gestion durable des ressources en eau

Vers une gestion durable des ressources en eau Vers une gestion durable des ressources en eau Carrefours de l innovation agronomique Productions végétales et sécheresse Toulouse - 6 juin 2008 Nelly LE CORRE-GABENS Responsable du Service Agronomie-Environnement

Plus en détail

Cas illustratif réalisé à partir de TROIS CARCASSES de PORCS

Cas illustratif réalisé à partir de TROIS CARCASSES de PORCS REEL VALORISATION DE VIANDE ET DES PRODUITS TRANSFORMES A BASE DE PORCS Découpe pour la vente directe Sud de France Montagne Elevage FICHES TECHNIQUES Transformation de produits Cas illustratif réalisé

Plus en détail

Viticulture Un secteur clé de l économie agricole française

Viticulture Un secteur clé de l économie agricole française Viticulture Un secteur clé de l économie agricole française Les chiffres clés de la filière - 14 % des exploitations agricoles françaises : 68 5 exploitations viticoles spécialisées - 3 ème producteur

Plus en détail

LES PERTES ALIMENTAIRES AU STADE DE LA PRODUCTION. Daniel Sauvaitre, Producteur de Pommes

LES PERTES ALIMENTAIRES AU STADE DE LA PRODUCTION. Daniel Sauvaitre, Producteur de Pommes LES PERTES ALIMENTAIRES AU STADE DE LA PRODUCTION Daniel Sauvaitre, Producteur de Pommes Un postulat qui interroge «En Europe 20% des F&L sont gaspillés avant de quitter l exploitation» (FAO 2011) «20

Plus en détail

GÉNÉRALITÉS. La chlordécone

GÉNÉRALITÉS. La chlordécone FICHE N GÉNÉRALITÉS La chlordécone Cet insecticide organochloré a été utilisé de 1972 à 1993 contre le charançon du bananier en application sous forme de poudre en cercle au pied du tronc. La molécule

Plus en détail

! Le Réflexe Cyclamed

! Le Réflexe Cyclamed ! Le Réflexe Cyclamed ! Les textes réglementaires! La collecte des MNU par les officines est obligatoire (loi n 2007-248, J.O. du 27/2/2007 et décret d application n 2009-718 du 17/6/2009)! Approbation

Plus en détail

VITICULTURE. Chambres d Agriculture. Associations de Gestion et de Comptabilité. Des Départements 49, 44, 72

VITICULTURE. Chambres d Agriculture. Associations de Gestion et de Comptabilité. Des Départements 49, 44, 72 VITICULTURE 125 126 GROUPE VITICULTURE Le groupe comprend 75 entreprises dont 47 en société (63 %). La vigne représente 88 % des produits, le complément étant apporté par des grandes cultures ou d autres

Plus en détail

Guide pratique du compostage

Guide pratique du compostage Guide pratique du compostage sommaire Le compostage un processus naturel et économique 3 Les modes de compostage 4 Réaliser son compost 6 Bien réussir son compost 8 3 Le compostage un processus naturel

Plus en détail

Prince de Bretagne, pour l amour de la tomate

Prince de Bretagne, pour l amour de la tomate Prince de Bretagne, pour l amour de la tomate situés entre la pointe de Brest, saint-pol de Léon et Paimpol, les producteurs de tomate Prince de Bretagne ont développé dès le début des années 1980 la culture

Plus en détail

Sommaire. Comprendre la Colombie 15. Préface... 7. Repères essentiels... 17. Données et tendances de l économie... 28

Sommaire. Comprendre la Colombie 15. Préface... 7. Repères essentiels... 17. Données et tendances de l économie... 28 Préface.......................................................................... 7 Comprendre la Colombie 15 Repères essentiels........................................................ 17 Chiffres clés.................................................................

Plus en détail

Comment stimuler la production de protéines en RW pour l alimentation des porcs?

Comment stimuler la production de protéines en RW pour l alimentation des porcs? Comment stimuler la production de protéines en RW pour l alimentation des porcs? CARTRYSSE Christine, APPO (1), Centre Pilote CePiCOP (2) Unité de Phytotechnie des Régions Tempérées, ULG-Gembloux Agro-Bio

Plus en détail

L approvisionnement De la restauration hors domicile Acte 3

L approvisionnement De la restauration hors domicile Acte 3 L approvisionnement De la restauration hors domicile Acte 3 Une 1ère expérimentation locale Dynamique engagée par l antenne de la Chambre d agriculture en Périgord Noir avec la communauté de communes de

Plus en détail

Lonicera caerulea L., Chèvrefeuille comestible, Chèvrefeuille bleu, Camerise, Blue Honeysuckle, Sweetberry Honeysuckles,Edible Honeysuckles ou Haskap

Lonicera caerulea L., Chèvrefeuille comestible, Chèvrefeuille bleu, Camerise, Blue Honeysuckle, Sweetberry Honeysuckles,Edible Honeysuckles ou Haskap Guide de culture Camérise, Chèvrefeuille comestible, Haskap, Blue honeysuckle, Lonicerae (Traduit des notes du Dr.Bob Bors, enseignant à l Université de la Saskatchewan au Département de phytotechnie et

Plus en détail

Communiqué de presse - Mars 2013. Le Groupe Bonduelle se dote d un site internet entièrement dédié à sa politique de développement durable

Communiqué de presse - Mars 2013. Le Groupe Bonduelle se dote d un site internet entièrement dédié à sa politique de développement durable Communiqué de presse - Mars 2013 Le Groupe Bonduelle se dote d un site internet entièrement dédié à sa politique de développement durable 2 «Par son métier, en lien direct avec le monde agricole, par ses

Plus en détail

BILAN DE FREQUENTATION ETE 2009 ETABLI EN JUILLET / SEPTEMBRE 2009

BILAN DE FREQUENTATION ETE 2009 ETABLI EN JUILLET / SEPTEMBRE 2009 BILAN DE FREQUENTATION ETE 2009 ETABLI EN JUILLET / SEPTEMBRE 2009 Méthodologie : Données issues des plannings de disponibilités : -saisis par les propriétaires en gestion directe - issus des plannings

Plus en détail

Gestion différenciée des espaces verts :

Gestion différenciée des espaces verts : Gestion différenciée des espaces verts : Une démarche environnementale et paysagère à coût maîtrisé pour les entreprises et parcs d activités www.econetwork.eu Sommaire de la présentation 1. Gestion traditionnelle

Plus en détail

Le rôle des institutions financières dans les marchés s des terres agricoles

Le rôle des institutions financières dans les marchés s des terres agricoles Le rôle des institutions financières dans les marchés s des terres agricoles Bernard MARY Directeur Général Crédit Agricole du Nord Est Laon Charleville-Mézières Reims Châlons en Champagne ASSEMBLEE GENERALE

Plus en détail

LE DAAL BAHT. Plat complet : un plat de riz, une soupe de lentilles et un curry de légumes (en fonction de la saison) Daal : Soupe de Lentilles

LE DAAL BAHT. Plat complet : un plat de riz, une soupe de lentilles et un curry de légumes (en fonction de la saison) Daal : Soupe de Lentilles LE DAAL BAHT Plat complet : un plat de riz, une soupe de lentilles et un curry de légumes (en fonction de la saison) Daal : Soupe de Lentilles Pour 4 personnes Préparation : 10 min Cuisson : 40 min Ingrédients

Plus en détail

Baccalauréat professionnel RESTAURATION en 3 ans Commission technique de l académie de Nice hôtellerie restauration

Baccalauréat professionnel RESTAURATION en 3 ans Commission technique de l académie de Nice hôtellerie restauration Baccalauréat professionnel RESTAURATION en 3 ans Commission technique de l académie de Nice hôtellerie restauration Proposition du groupe de travail «production culinaire» Etat au 18 juin 2008 GRILLES

Plus en détail

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr.

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. Physique vs chimie des sols Avant, l état de santé des sols était trop souvent basé sur le résultat d analyse chimique (ph, P, K, ). Maintenant,

Plus en détail

Eau chaude sanitaire solaire

Eau chaude sanitaire solaire Réglementations Thermique Acoustique Aération Départements d Outre-Mer Version 1.0 Fiche d application Thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports

Plus en détail

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Amélioration de la productivité et de la qualité Publication juin 2013 Sommaire : Introduction...

Plus en détail

Gaspillage alimentaire. Définition Les chiffres du gaspillage alimentaire La lutte contre le gaspillage Les outils

Gaspillage alimentaire. Définition Les chiffres du gaspillage alimentaire La lutte contre le gaspillage Les outils Gaspillage alimentaire Définition Les chiffres du gaspillage alimentaire La lutte contre le gaspillage Les outils Définition du gaspillage alimentaire Gaspillage alimentaire = toute nourriture destinée

Plus en détail

OPTIMISER LES TECHNIQUES D APPLICATION DES PESTICIDES EN VIGNE EN FRANCE

OPTIMISER LES TECHNIQUES D APPLICATION DES PESTICIDES EN VIGNE EN FRANCE OPTIMISER LES TECHNIQUES D APPLICATION DES PESTICIDES EN VIGNE EN FRANCE Bernadette RUELLE Cemagref Montpellier/UMR ITAP Bernadette.ruelle@cemagref.fr 1 Je remercie le GORE, l INIA, le CG34 de m avoir

Plus en détail

Joël ROCHARD Cécile VALLET IFV Pole National Développement Durable

Joël ROCHARD Cécile VALLET IFV Pole National Développement Durable Entretiens Vigne Octobre Vin Languedoc-Roussillon 2009 Joël ROCHARD Cécile VALLET IFV Pole National Développement Durable Pole National Développement Durable(Epernay) +Gestion des effluents et déchets

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 22 DECEMBRE 2011 DELIBERATION N CR-11/08.824 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET DE L'EMPLOI Stratégie régionale AGIR pour les filières AGIR pour

Plus en détail

NUMÉRO DU PROJET : CETA-1-LUT-11-1538

NUMÉRO DU PROJET : CETA-1-LUT-11-1538 Rapport final réalisé dans le cadre du programme Prime-Vert, sousvolet 11.1 Appui à la Stratégie phytosanitaire québécoise en agriculture TITRE DU PROJET : Développement de deux méthodes de lutte contre

Plus en détail

Comment planter un arbre *

Comment planter un arbre * Comment planter un arbre * 1. Avant la plantation Gardez la motte de racines humide. Gardez l arbre dans un endroit ombragé jusqu à la plantation. 2. Préparez le site pour la plantation Enlevez le gazon,

Plus en détail