BIOTHERAPIES ET MALADIE DE BEHCET. Pr Fifi OTMANI Médecine Interne, CHU Mustapha, Alger

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BIOTHERAPIES ET MALADIE DE BEHCET. Pr Fifi OTMANI Médecine Interne, CHU Mustapha, Alger"

Transcription

1 BIOTHERAPIES ET MALADIE DE BEHCET Pr Fifi OTMANI Médecine Interne, CHU Mustapha, Alger

2 INTRODUCTION MB : Maladie auto-inflammatoire chronique multisystémique Maladie de Behçet Les Vascularites : Classification de Chapel Hill. MB=Vascularite systémique touchant artères et veines tous calibres.

3 Critères de diagnostic de la MB Critère majeur Critères mineurs - Aphtose buccale récidivante : au moins 3 poussées sur une période de 1 an. - Aphtose génitale récidivante. - Atteinte oculaire : uvéite antérieure ou postérieure, vascularite rétinienne. - Manifestations cutanées: érythème noueux, pseudo-folliculite, lésions papulopustuleuses, nodules acnéiformes. - Positivité de l'intradermo-réaction à l'eau (Test pathergique). Diagnostic positif = 1 critère majeur + 02 critères mineurs. Critères de l'isgbd (1990), Sensibilité 91% - Spécificité 96% Test pathergique : Aphtose buccale ( critère obligatoire) Aphtose génitale Atteinte oculaire Atteinte vasculaire Lésions cutanées Test pathergique positif Diagnostic établi si 3points, 1 point 2 points 2 points 1 point 1 point 1 point Nouveaux critères(acr,2007), sensibilité 93,9% - Spécificité 92,1%

4 Pas de critère para-clinique spécifique +++ Facteurs génétiques : ( cas familiaux, jumeaux homozygotes, distribution route de la soie ). Aucun gène candidat mais forte association HLA B51 (40 à 80% selon ethnies). Gène MICA, plusieurs autres ont fait l objet d études ( IL-1, IL-10,TNF, molécule d adhésion cellulaire ( ICAM -1 ), oxyde nitrique synnthétase endothéliale(enoss)... = résultats variables et discordants. Évolution par poussée, diminution de l activité avec l âge, atteintes variables selon les patients. 5% de mortalité liée aux accidents vasculaires cérébraux, rupture An AP. Handicap fonctionnel oculaire et neurologique.

5 Traitements variés mais non standardisés.leur choix repose sur la présentation clinique, le siège et la sévérité des atteintes systémiques. Véritable escalade Thérapeutique +++ Recos de l EULAR 2008 Pour la prise en charge de la MB mais nombreuses controverses (Avis d experts, Essais ouverts ou Etudes d observation ). A côté des thérapeutiques usuelles et conventionnelles dont certaines ont une efficacité bien démontrée, nouvelles perspectives thérapeutiques avec l émergence des biothérapies qui ciblent spécifiquement les voies pathogènes de la maladie. Le nombre des AC monoclonaux ou récepteurs solubles a beaucoup augmenté ces 15 dernières années.

6 Introduction : Biothérapies Les Biothérapies semblent particulièrement intéressantes dans les formes résistantes aux IS conventionnels. Le traitement reste non codifié ( rareté des études contrôlées ). Les anti-tnfα sont de plus en plus utilisés dans la MB,principalement l'infliximab et dans une moindre mesure l'adalimumab. Les attentes de cette nouvelle approche thérapeutique = Réduction handicap fonctionnel et mortalité, durabilité de l action du médicament, effets secondaires mieux contrôlés, standardisation de la stratégie thérapeutique, production en masse à des coûts moindres.

7 ELEMENTS DE PHYSIOPATHOLOGIE Facteurs génétiques Facteurs environnementaux MB Anomalies de la réponse inflammatoire Dysfonctionnement du système immunitaire

8 Modèle hypothétique de la pathogénèse de la MB Implications physiopathologiques et Thérapeutiques récentes (Arayssi T et al Zuber Pj et al 2008 )

9 Données étiopathogéniques nouvelles, à suivre.. Primum movens au cours de la MB est une lésion vasculaire ( surtout paroi veineuse ) => dysfonctionnement de la cellule endothéliale de plus en plus étudié. Facteurs incriminés = Hyperhomocystéinémie ( Regina M, 2010) VEGF ( Bozoglu E, 2005) Endothéline 1 ( Hamzaoui K, 2007) Dernières pistes à suivre: - Endocan = marqueur d activité de la MB? - l Angiotensine, ou le bfgf ou l Angiopoéitine1 Marqueurs du dysfonctionnement de la cellule endothéliale?

10 Questions posées pour ces traitements 1- Dans quel cadre? 2- Quelles preuves d efficacité? 3- Chez quels malades? 4- Leur mode d action? 5- Lequel choisir? 6- Précautions de mise en route? 7- Surveillance?

11 Biothérapies = molécules synthétiques dirigées contre une cible de la réponse immunitaire Modulateurs du réseau cytokinique : Infliximab, Adalimumab, Etanercept

12 Quelles Biothérapies dans la MB? Interférons : Alpha 2a et 2b Anti TNF alpha: Infliximab, Indalimumab, Etanercept Anti CD20 CD 25 : Rituximab, Daclizumab Antagonistes de l IL1 : Canakinumab, Anakinra Inhibiteur de la PDE4: Apremilast

13 INTERFERONS ET MB: Données littérature MB= Activité anti-virale, Stimulation activité des LT NK IFN alpha 3 à 9 MUI 3 fois /sem x 6 mois ; Réduit le risque d atteinte systémique ( oculaire ++), améliore le pronostic lointain 144 patients : 70 IFN alpha 2a ( 3 à 18 MUI ) et 74 IFN alpha 2b ( 3à5 MUI) ( 74% CM, 95% Uvéite, 93% Art.) =>Réponse complète / partielle, IFN α 2a >2b A l arrêt chez 11 pts= 7récidives(effet suspensif ++) Zouboulis et al ; Arch Dermatol : patients, AtteintesCM : IFN α 2a 6 MUI 3fois/sem X 3 mois => Réduction significative durée et douleur des ulcères génitaux et lésions papulopustuleuses Alpsoy E et al ; Arch Dermatol 2002; 138 : patients MB + atteinte oculaire résistante aux IS = IFN α 2a 3MUI 3fois/sem => 6 rémissions ( 2 sevrages IFN) Atteintes oculaires : 50 patients Panuvéite + Uvéite post résistantes aux traitements usuels = IFN α 2a 6 MUI X 14 jours => Rémission 90% Kotter I et al ; Br J Ophtalmol : Revue littérature 338 patients MB : 264 IFN α 2a et 74 IFN α 2b ( 94% Uvéite, 96% Arthrite, 81% CM ) => Réponse partielle ou complète, délai de réponse à 2 sem dans 50% des cas. Koher I et al ; Semin Arthritis Rheum : Weschler et al ; Rev Med Interne 2002, 23 ( Suppl 4 ):

14 Durée optimale du traitement IFN - Limites N est pas claire +++ Durée longue?? Espacer les injections au-delà du 6 ème mois?? Sevrage à 12 ou 24 mois?? Les rémissions les plus longues avec les doses les plus élevées( 3 à 9 MUI 3 /sem en SC ) mais pas avec un traitement plus long. Effet suspensif +++ efficacité partielle ++ Gueudry et al ; Am J Ophtalmol : Krause et al ; J Rheumatol 2008; 35: Limites de l IFN alpha : Thérapeutique nouvelle dans la MB, Coût, Durée, Doses : à préciser Réservé aux formes oculaires et articulaires résistantes. Dans les formes neurologiques ou vasculaires en 1 ère intention pas démontrée. Effets Secondaires des IFN : Syndrome grippal, Fièvre, Arthralgies, myalgies dans les heures qui suivent l injection d IFN α. Autres : Dépression, Alopécie, Diarrhée,Leucopénie, thyroïdite.. Effets secondaires fréquents, doses dépendants, non sévères

15 Anti TNF dans la maladie de Behçet Le TNF alpha est considéré dans cette affection comme la cytokine clé de la cascade inflammatoire contrôlant en particulier l expression des éléments pro-coagulants thrombotiques (molécules d adhésion et Facteur Tissulaire) mais aussi des cytokines telles IL1ß et IL6. Les premières observations ont rapporté un bénéfice certain du Rémicade dans des formes graves d uvéite, il s agit de cas épars dont il était difficile de tirer un enseignement.

16 2 ) Anti-TNF alpha: Partie émergée du processus auto-immun, cascade inflammatoire, agissent sur cytokines Anticorps anti-tnf : Infliximab, Adalimumab Récepteurs solubles du TNF : Etanercept Inhibition des cytokines

17 Anti-TNF alpha utilisés dans le traitement de la MB Les AC monoclonaux ( Infliximab et Adalimumab ) sont actifs sur le TNF alpha circulant et membranaire. Anticorps monoclonal chimérique anti- TNF alpha Perfusion IV de 2 h, 5 mg/kg, S0- S2-S6 puis toutes les 8 S Fragments solubles de récepteurs au TNF SC, 25 mg 2/sem ou 50 mg 1/sem Anticorps monoclonal anti-tnf alpha humain recombinant SC, 40 mg tous les 15j REMICADE Infliximab ENBREL Etanercept HUMIRA (adalimumab) Fraction variable d un anticorps monoclonal anti-tnf de souris (dirigé contre TNF alpha) couplée à une fraction constante d une IgG1 humaine (capable de fixer le complément).efficacité rapide uvéïtes résistantes, aussi Manif CM,Articul. Digestive et neurol(?) Protéine de fusion avec : - du domaine de liaison extracellulaire du récepteur TNF R2/p75 au TNF (2 récepteurs de type 2) - associé au fragment Fc d une IgG1 humaine Manif CM et Articul rarement oculaires. Séquences peptidiques et structure 100 % humaines IgG1humainerecombinante Efficacité proche Infliximab ( coût et tolérance # )

18 INFLIXIMAB ( Remicade ) Le plus largement utilisé. Atteintes oculaires graves +++ Aussi : atteintes cutanéo-muqueuses,atteintes digestives, atteintes neurologiques l'infliximab a été utilisé dans plus de 300 cas publiés à ce jour,principalement dans les atteintes oculaires réfractaires de la MB et une amélioration a été observée dans 89% des cas chez des patients qui étaient pour la plupart résistants aux immunosuppresseurs conventionnels. Cependant, les anti-tnf-α semblent suspensifs et nécessitent le plus souvent des perfusions répétées à long terme pour maintenir la rémission de la MB.

19 Infliximab et Atteintes oculaires Données littérature Ohno et al ( 2004) 13 patients Uvéite Infliximab 5 mg/kg et 10 mg/kg x 14 sem=> 5 cas /7 et 4 cas /6 poussées. EI = Tuberculose dans le gpe 10 mg. Weschler et al ( 2004) 10 cas résistants aux IS,4 cas Panuvéite résistante aux IS et IFN = Infliximab 5 mg/kg S0 S2 S6 -> S8 => 2 cas amélioration totale sans EI Lanthier et al ( 2005) 4 patients Infliximab 5 mg/kg J0 J15 J45 X 11 mois => un quart efficacité rapide Tutku et al ( 2005) Khaleed Tabara ( 2008) 13 cas Panuvéite Infliximab 5 mg/kg x 22 sem => fréquence poussée uvéite => 54 sem 33 patients atteinte oculaire sévère 10 Infliximab toutes les 2 sem, 6 doses au total => Durée rémission prolongée, nombre récidives, amélioration AV à 24 mois.

20 Infliximab et Atteinte cutanéo-muqueuse Données littérature Les manifestations cutanéo-muqueuses peuvent faire l objet d un traitement par l Infliximab en fonction de leur résistance à la Thalidomide ou à la Colchicine notamment en cas d aphtose bipolaire sévère. Connolly M et al :Infliximab treatment for severe orogenital ulceration in Behcet s disease.br J Dermatol 2005; 153 : Haugeberg G et al : Successful treatment of genital ulcers with Infliximab in Behcet s disease.ann Rheum Dis 2004; 63:744-5

21 Infliximab et Atteinte neurologique Données littérature Essayé en cas d échec au cyclophosphamide et à l azathioprine dans les manifestations neurologiques centrales. 13 ème conférence internationale MB : groupe japonais Devenir d une forme chronique de neuro-behçet sous Ifx 5 mg/kg IV, 14 sem Rémission au bout de 1 à 2 mois 10 malades = IRM cérébrale, régression des lésions. Corrélation clinique et diminution du taux de TNF alpha, IL1, IL6( dans le LCR) La revue de la littérature récente fait état de cas cliniques isolés ou de petites séries (<10 cas) rapportant l efficacité des anti-tnf dans le traitement des atteintes extra oculaires essentiellement neurologiques de la MB. Pipitone N et al:infliximab for the treatment of Neuro-Behçet s disease : a case series and review of the literature.arthritis Rheum 2008;59:285-90

22 Infliximab et Atteinte digestive Données littérature Si atteinte digestive non stabilisée par les corticoïdes. Travis F 27 3mg/Kg 0-8 ( Thal CT= 0 ) 17 mois F 30 5 mg/kg ( Ciclo-CT-Thal ) Hassard F 45 5 mg/kg ( 6 MP CT = 0 ) Fresno F mg 8s =>44s ( CT MT- Dap ) Kram ( 2003) 1 cas d entéro-behçet traité avec succès par de l infliximab Donc Infliximab = alternative thérapeutique dans les manifestations digestives réfractaires.

23 . ARIDA A, FRAGIADAKI K, GIAVRI E, SFIKAKIS PP Anti-TNF agents for Behçet s disease : analysis of published data on 369 patients: Semin Arthritis Rheum, 2011, 41 : Revue récente de la littérature : 1 étude prospective randomisée, 16 études ouvertes prospectives et plusieurs séries, a rapporté l efficacité des agents anti-tnf chez les patients soit intolérants soit insuffisamment contrôlés sous traitement IS(notamment sous IFN alpha). Après perfusions d infliximab (5mg/kg), une réponse partielle ou complète spécifique d organes était obtenue : 91% et 96% avec aphtes buccaux / aphtose génitale, 77% avec manifestations cutanées, 89% avec atteintes oculaires, 91% avec atteintes gastrointestinales, 90% avec atteintes neurologiques 70% avec thromboses veineuses. Dans les atteintes oculaires, l infliximab semble très rapidement efficace dans les premiers jours suivant la perfusion. L association d infliximab avec un IS (azathioprine, ciclosporine A, methotrexate) semble plus efficace pour une rémission soutenue qu une monothérapie par infliximab. En revanche, la place des anti-tnf dans les atteintes extra oculaires de la MB est moins claire

24 Intérêt de l Adalimumab (Humira ) dans la MB Adalimumab for the treatment of Behcet's disease: experience in 19 patients. Perra D et coll. Rheumatology (Oxford). 2012;51(10): Entre Novembre 2006 et Février 2011 : 19 patients traités par Adalimumab ; Raisons Initiation du traitement : le caractère réfractaire de la maladie dans 17 cas (89,5%), la survenue d effets indésirables liés aux corticoïdes ou { l infliximab chez 2 patients (10,5%). La principale indication clinique = Panuvéite chez 8 patients, d une aphtose bipolaire sévère chez 8 patients, une vascularite rétinienne chez 3 patients et une folliculite sévère chez 3 autres. Tous les patients avec atteinte ophtalmologique ont eu une réponse rapide. Pour les manifestations extra-oculaires, taux de réponse globale évalué à 88,2%. Tolérance : un seul patient a dû arrêter l adalimumab du fait réaction locale importante type d urticaire avec angio-œdème. L adalimumab constitue donc une alternative thérapeutique intéressante dans le traitement de la maladie de Behçet sévère réfractaire.

25 Qu en est-il de l Etanercept (Enbrel ) dans la MB? Etanercept peu utilisé / infliximab dans la MB. A raison 25 mg 2/sem sc Melicoglu (2005): Essai contrôlé, randomisé, double aveugle, 40 pts avec atteinte cutanéo-muqueuse floride, 4 sem, Etanercept 25 mg 2 fois /sem par rapport Placebo pendant 4 sem => nb moyen hebdomadaire aphtes, lésions nodulaires et PFN plus faible /placebo. Melicoglu et al : Short term trial of Etanercept in Behcet s disease, a double blind, placebo controlled study. J. Rheumatol 2005;32: Sommer A et al : A case of mucocutaneous Behcet s disease responding to Etanercept.J Am Acad Dermatol 2005;52:717-9 Les arthrites invalidantes peuvent bénéficier de l Etanercept. Etanercept = Effet prometteur, cependant réservé aux formes graves.

26 Recommandations for the prescription of anti-tnf agents in BD Sub set New manifestation Recurrent/ Refractory cases Posterior segment intraocular inflammation Anterior segment intraocular inflammation In unilateral involvement with visual acuity < 0,2 ;Infliximab can be considered, in bilateral involvement Infliximab can be used as first line treatment Not recommended In patients with two or more relapses /year despite, or intolerant to, adequate doses of AZA and / or CS or IFN alpha 2a combined with Prednisolone (< 7,5 mg/day ) Infliximab can be used. Not recommended Parenchymal CNS involvement Not recommended In patients refractory to treatment with pulse cyclophosphamide and Prednisolone ( 1 mg/kg/day ) or in those who relapse while on maintenance with AZA and Prednisolone ( < 7,5 mg /day ) Infliximab may be tried. Intestinal inflammation Not recommended In patients that have failed two immunosuppressive agents and require Prednisolone at a dosage > 7,5 mg/day.infliximab may be used. Major Vessel involvement Not enough data Not enough data Mucocutaneous manifestations Not recommended In patients that have failed two immunosuppressive agents including MTX and require Prednisolone at a dosage > 7,5

27 Recos Françaises pour Anti-TNF dans la MB Bodaghi, E Bui Quoc, B Wechsler, T Tran, N Cassoux, D Le Thi Huong, O Chosidow, S Herson, J-C Piette, P LeHoang. Therapeutic use of infliximab in sight threatening uveitis: retrospective analysis of efficacy, safety, and limiting factors Annals of the Rheumatic Diseases 2005;64: Réserver les anti-tnf aux uvéites rebelles aux CS et IS ; Faire un bilan exhaustif { la recherche d une uvéite d origine infectieuse et ensuite proposer les anti-tnf ou l IFN chez les patients souffrant de maladie de Behçet. La MB ne se limitant pas aux atteintes oculaires, dans bien d autres circonstances le clinicien peut se retrouver en échec thérapeutique. Citons : des hémoptysies graves, des anévrysmes pulmonaires, des vascularites cérébrales, des atteintes digestives rebelles. En aucun cas des études contrôlées n ont été réalisées permettant de définir le bénéfice et la place exacte des anti- TNF dans le traitement de ces manifestations.

28 Principaux effets indésirables des anti-tnf(1) Immunogénécité : Diminution de l efficacité du traitement. Liée à la nature de la molécule thérapeutique - Ac anti-infliximab : Ac anti-chimérique 24 à 37% - Ac anti-adalimumab : Ac humanisé - Ac anti-récepteurs solubles : Etanercept : 2TNF RI Immunogénicité liés à une IgG humaine moindre Apparition d Ac anti-nucléaires : jusqu à 60% - Ac anti-dna natif : jusqu à 15% - Cas de lupus induit - Et autres manifestations auto-immunes: poussée de SEP( CI anti-tnf), névrite optique ou encéphalopathie. Réactivation HVC Risque infectieux +++ : ( Etre attentif en début de trt) infections opportunistes, virales, bactériennes ( nécessitant parfois une Antibiothérapie IV ou une hospitalisation). Tuberculose : Plus important avec les Ac monoclonaux qu avec le récepteur soluble( Registre RATIO) : car ciblent TNF membranaire et favorisent les infections granulomateuses ou à germes intracellulaires. Aggravation d une IC, embolie pulmonaire, thromboses veineuses et artérielles Cancer et lymphome. Autre facteur limitant : Le coût: euros/ an et par patient sous Infliximab (Remicade)..

29 Effets secondaires des Anti-TNF: Données récentes Risques infectieux des anti TNF alpha : le registre de la BSR Le même risque pour les 3 anti TNF, plus élevé dans les 6 1ers mois du traitement (HR 1,8), mais risque modéré et il faut tenir compte des risques propres à la corticothérapie. L âge est un facteur de risque indépendant. Pas de cancer sous anti TNF, mais attention aux cancers cutanés Mariette X and coll : Ann Rheum Dis Nov;70(11): Epub 2011 Sep 1. les anti TNF n' pas les risques de cancer ou de lymphome, à doses normales, quelque soit l'indication, mais peuvent révéler un cancer latent d'où l'importance d'un screening pointu avant traitement et un suivi serré durant la 1ère année (avec consultation dermato annuelle). Etre prudent chez les patients ayant reçu des IS et chez les sujets âgés de plus de 65 ans, ainsi que chez les hommes (rôle du tabac? ).

30 CONCEPTION ET GROSSESSE Etanercept Infliximab Adalimumab Grossesse prévue Mère Arrêt 3Semaines avant Arrêt 2 Mois avant Arrêt 3 Mois avant Futur Père OK OK OK Traiter une femme enceinte OK Si pas d autre possibilité OK Si pas d autre possibilité Préférer IFX, ETN Grossesse pendant le traitement Nécessaire? OK Si pas d autre possibilité Nécessaire? OK Si pas d autre possibilité Nécessaire? Préférer IFX, ETN

31 AC anti- CD 20 Rituximab ( Mabthéra )? Etude pilote iranienne : 10 cas oculo-behçets, Rituximab car résistance CT et IS => Amélioration nette de l atteinte oculaire après 6 mois ( régression de l œdème, AV et vascularite rétinienne non significative). Treatment of retinal vasculitis in Behcet s disease with Rituximab Mod Rheumatol ; 2008 ; 18 : AC anti-monoclonal anti-cd 25 Daclizumab ( Inh IL2) 17 patients MB Uvéite = 9 Daclizumab + IS à la dose de 1 mg/kg IV toutes les 2 sem X 6 sem ( 4 doses d induction ) puis tous les mois X 24 mois.résultats non probants puisque 6/9 ont rechuté. Ocul Immunol Inflamm 2007 ;15(2) : Antagonistes de L IL1: semblent également prometteurs notamment dans les atteintes oculaires réfractaires. En effet, de récents case-reports ont montré l éfficacité du canakinumab et de l anakinra chez des patients avec une maladie de Behcet avec des manifestations oculaires réfractaires ; Le Canakinumab est un anticorps monoclonal humanisé anti interleukin-1β, qu il inhibe spécifiquement. Son avantage est qu une injection toutes les 8 semaines serait suffisante.

32 Inhibiteur de la PDE4:Apremilast=Futur Trt des aphtes de la MB? Apremilast par voie orale (nouvel inhibiteur oral à petite molécule spécifique de la phosphodiestérase 4 (PDE4) ) a démontré des améliorations rapides et cliniquement significatives des ulcères buccaux ( Essai de phase II ). EULAR ( Juin 2013) : Grand Nb de patients sous Apremilast = Réponse complète (Pas d ulcères buccaux actifs) à la sem 12 par / placebo (Apremilast: 71 % / Placebo : 29 % ; p < 0,0001). À la sem 12, Apremilast a aussi amélioré le score d activité actuelle de la maladie de Behçet (BDCAF), score d activité du syndrome de Behçet (BSAS) et l instrument de qualité de vie de la maladie de Behçet. Amélioration douleur causée par l ulcère buccal aussi plus élevée avec Apremilast vs Placebo (Apremilast : ± 24,30 ; Placebo : - 16,0 ± 32,54 ; p < 0,0001).

33 A propos de l Apremilast Apremilast = Inhibiteur oral à petite molécule spécifique de la phosphodiestérase 4 (PDE4), fonctionne de manière intracellulaire pour moduler l expression d un réseau de cytokines pro- et antiinflammatoires. La PDE4 est une enzyme phosphodiestérase (PDE) spécifique à l adénosine monophosphate cyclique (camp) et il s agit de la PDE dominante dans les cellules inflammatoires. L inhibition de la PDE4 entraîne une augmentation des niveaux de la camp intracellulaire qui, à son tour, régule à la baisse la réponse inflammatoire en modulant l expression du TNF-α, de l Il-23 et d autres cytokines inflammatoires. L augmentation de la camp accroît également d autres cytokines anti-inflammatoires telles l IL-10.

34 Modalités pratiques du trt par les biothérapies Indications Initiation du trt - Bilan pré-thérapeutique - Choix de la molécule - Traitements associés - Surveillance Adaptation du traitement - Objectif thérapeutique - En cas de non réponse ou de perte de réponse - En cas d intolérance - En cas de rémission

35 Indications thérapeutiques des biothérapies dans la MB Recommandations thérapeutiques de l EULAR 2008 : concernant les Biothérapies Buts : Eviter les lésions irréversibles( oculaires ou neurologiques) Réduire ou supprimer les poussées, Contrôler les lésions cutanéo-muqueuses et articulaires retentissant sur la qualité de vie. Ces recommandations ciblent chaque atteinte préférentielle d organe 1/ L ŒIL: Formes sévères : atteinte maculaire ou vascularite rétinienne : IFN ou anti-tnf (infliximab) +/- associée à l AZATHIOPRINE et aux corticoïdes 2/ LE TUBE DIGESTIF : Pas de consensus franc : essayer corticoïdes, AZA, sulfasalazine, anti-tnf (infliximab) 3/ LE SYSTEME NERVEUX CENTRAL: Les immunosuppresseurs (CYC, AZA, MTX, IFN alpha et anti TNF) sont également recommandés selon la gravité de l atteinte ou en association pour favoriser l épargne cortisonique 4/LE SYSTEME ARTICULAIRE :En cas de forme résistante : IFN alpha, AZA ou anti TNF (infliximab)

36 Initiation: bilan pré-thérapeutique FNS, EPP, ASAT ALAT. Sérologies virales :HVB,HVC, HIV. Radiographie du thorax IDR à la tuberculine ( 5 unités), Test Quantiféron Contrôle et mise à jour des vaccinations : vaccin anti-grippal et antipneumococcique chez sujets à risque. Eviter ces traitements si atcd cancer de de 5 ans ou si atcd SEP dans la famille. En fonction de la clinique, la recherche d une infection urinaire, sinusienne ou dentaire peut être justifiée. FAN : si significativement positifs = AC anti-dna natifs. Autres FDR pris en compte : Tabac, obésité, diabète, corticothérapie.

37 Initiation : choix de la molécule Différentes guidelines= Pas de hiérarchie de choix des Biothérapies fondées sur l efficacité ou sur le ratio efficacité /risque.elles fournissent parfois des recommandations pharmaco-économiques. ETANERCEPT INFLIXIMAB ADALIMUMAB Voie SC 25/50 mg x 2 /S, 3M,puis 25 mg x 2 /S, 3 M 50 mg 1x/sem Perf IV 5 mg /Kg S0/2/8 Puis/8S SC 80 mg S0, 40 mg S1, puis / 2sem Durée Cure S24 Continue Continue Efficiacité? S12 S14 S12/S16 PIH 1 an Hôpital 1an

38 Initiation : Traitements associés? Il n y a pas d arguments pour recommander l association d emblée d un traitement systémique aux Biothérapies en terme d efficacité.

39 Adaptation du traitement Réduction des intervalles Augmentation de la posologie Adjonction d un autre traitement Changement de molécule ( au sein du même groupe ou en changeant de groupe ). En cas de Rémission Arrêt? Poursuite à l identique? Espacement des injections? - IFX : risque d AC anti-ifx Relais vers un autre traitement? Il n existe pas de recommandation sur la stratégie d arrêt du traitement. La CAT va différer selon que l on est face à une rémission récente ou prolongée

40 Conclusion 1 Traitement MB reste encore empirique Thérapeutiques actuelles souvent encore efficaces. IFN α et Anti-TNF prometteurs surtout dans les formes réfractaires. Compte tenu coût +++, il est difficile de les considérer à ce jour comme un traitement de fond de 1 ère intention. Plusieurs questions restent sans réponse actuellement 1- L adalimumab est il aussi efficace que l infliximab dans la MB? 2- Est il possible d arrêter les anti-tnf sans risque de rechute? 3- L'association d IS (AZA, MTX..) aux anti-tnf-α est elle utile dans la MB? 4- Quelle est l efficacité des anti-tnf dans les atteintes extra oculaires de la MB?

41 Conclusion 2 Ne pas négliger leurs effets délétères potentiels, en particulier lorsqu elles sont administrées à des patients qui ont déjà reçu plusieurs lignes de trts IS. Peser le rapport bénéfice/risque avant de prescrire une biothérapie et ne pas utiliser ces traitements trop tôt avant que les traitements validés en 1 ère ou 2 ème intention aient été utilisés. L apparition des Biothérapies a été une véritable révolution thérapeutique dans les années 1990? Aujourd hui la multiplication des indications tend à démocratiser leur usage.a quand l utilisation de combinaisons de différents AC monoclonaux? A quand la production en masse à des coûts réduits?

42 Conclusion 3 et Recommandations Multiplier les études sur la MB, Création d un registre national de la MB. Constitution d équipes multidisciplinaires. Education du patient qui devra apprendre à connaître sa maladie, son traitement et son évolution. Une étude multicentrique observationnelle nationale sur l efficacité et la tolérance des biothérapies en particulier des anti-tnf dans la prise en charge de la MB est nécessaire avec des cohortes prospectives de suivi et de nouveaux essais cliniques. L idée de «blocage de telle ou telle voie pathologique» offerte par ces nouveaux médicaments ainsi que l échec des stratégies dites «conventionnelles», suffit souvent à décider le clinicien d utiliser ces molécules même en absence d argument scientifique, et à les proposer aux patients qui ne résistent pas longtemps devant cette «innovation»!

Maladie de Behçet Les Nouvelles Thérapeutiques

Maladie de Behçet Les Nouvelles Thérapeutiques Maladie de Behçet Les Nouvelles Thérapeutiques 60ème Congrès de la SNFMI & 4ème Congrès Franco-Maghrébin de Médecine Toulouse, 9 12 Décembre 2009 Professeur Fifi OTMANI Service de Médecine CHU Mustapha

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 2 23 Octobre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation HUMIRA (DCI : Adalimumab

Plus en détail

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Le Diagnostic Objectif de la démarche diagnostique Diagnostic de SPONDYLARTHROPATHIE

Plus en détail

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 ACTUALITES THERAPEUTIQUES Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 Traitement de fond Objectifs: Réduire le nombre de poussées Arrêter ou freiner la progression du handicap Les traitements disponibles

Plus en détail

TYNDALL. 13 rue Dubrunfaut 75012 PARIS Tél. : 01 74 05 74 23 >SIREN N 451 386 544 APE N 00014. Bulletin d Informations. et d échanges N 24 MARS 2009

TYNDALL. 13 rue Dubrunfaut 75012 PARIS Tél. : 01 74 05 74 23 >SIREN N 451 386 544 APE N 00014. Bulletin d Informations. et d échanges N 24 MARS 2009 TYNDALL Bulletin d Informations 13 rue Dubrunfaut 75012 PARIS Tél. : 01 74 05 74 23 >SIREN N 451 386 544 APE N 00014 Site internet : www.inflamoeil.org SOMMAIRE 1. L éditorial de la Présidente 2. Des immunosuppresseurs

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mai 2006 METOJECT 10 mg/ml, solution injectable en seringue pré-remplie 1 seringue pré-remplie en verre de 0,75 ml avec aiguille : 371 754-3 1 seringue pré- remplie

Plus en détail

Psoriasis et travail dans le BTP. Pr E. Delaporte

Psoriasis et travail dans le BTP. Pr E. Delaporte Psoriasis et travail dans le BTP Pr E. Delaporte 30 Mai 2013 Janvier 2013 : File active de 335 malades traités (293) ou ayant été traités (42) par immunosupp./ modulateurs (MTX CyA biomédicaments) 214

Plus en détail

OUI. Principes du traitement. Faut-il traiter l acné? Acné rétentionnelle. Hyperséborrhée isolée

OUI. Principes du traitement. Faut-il traiter l acné? Acné rétentionnelle. Hyperséborrhée isolée Stratégie thérapeutique dans l acné de l adolescent Liens d intérêt 30 janvier 2014 Pr Ludovic Martin Service de Dermatologie Invitation à des congrès: Galderma Participation à des essais cliniques: 0

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 novembre 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 novembre 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 18 novembre 2009 LEDERTREXATE 5 mg, solution injectable B/1 ampoule de 2 ml (Code CIP : 315 012-5) LEDERTREXATE 25 mg, solution injectable B/1 ampoule de 1 ml (Code CIP

Plus en détail

La maladie de Still de l adulte

La maladie de Still de l adulte La maladie de Still de l adulte Syndrome de Wissler-Fanconi La maladie Le diagnostic Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur Cette fiche est destinée

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

Sclérose en plaques Actualités thérapeutiques. Yann HERVE Service Neurologie CH Carcassonne

Sclérose en plaques Actualités thérapeutiques. Yann HERVE Service Neurologie CH Carcassonne Sclérose en plaques Actualités thérapeutiques Yann HERVE Service Neurologie CH Carcassonne Quelle(s) affirmation(s) sont vraies? 1- Il n y a pas de traitement efficace de la SEP 2- On peut traiter les

Plus en détail

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis?

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Nathalie QUILES TSIMARATOS Service de Dermatologie Hôpital Saint Joseph Marseille Ce que nous savons Le psoriasis Affection dermatologique très fréquente,

Plus en détail

LES ANTI-TNF DANS LES MALADIES AUTO-IMMUNES ET LES VASCULARITES

LES ANTI-TNF DANS LES MALADIES AUTO-IMMUNES ET LES VASCULARITES LES ANTI-TNF DANS LES MALADIES AUTO-IMMUNES ET LES VASCULARITES par X. MARIETTE* Les inhibiteurs du TNFα représentent une révolution thérapeutique en rhumatologie dans le traitement de la polyarthrite

Plus en détail

LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD

LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD Service de Pneumologie Hôpital Beauregard - THIONVILLE 1 Bilan initial Objectifs Bilan de base Traitement pharmacologique Autres traitements pharmacologiques Autres

Plus en détail

Introduction. Cours APEPPU Psoriasis. Clinique. Pathologie fréquente : 2 % population générale Cause inconnue Facteurs étiologiques

Introduction. Cours APEPPU Psoriasis. Clinique. Pathologie fréquente : 2 % population générale Cause inconnue Facteurs étiologiques Introduction Cours APEPPU Psoriasis Dr Cécile Perrigouard Dermatologie, Hôpital Civil de Strasbourg Pathologie fréquente : 2 % population générale Cause inconnue Facteurs étiologiques Médicamenteux Prédisposition

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA POLYARTHRITE RHUMATOIDE

TRAITEMENT DE LA POLYARTHRITE RHUMATOIDE TRAITEMENT DE LA POLYARTHRITE RHUMATOIDE RÉVOLUTION DES PRINCIPES DE TRAITEMENT Mise à disposition de nouvelles molécules Traitements de fond classiques ( Méthotrexate, Salazopyrine ) : plus efficaces

Plus en détail

S. Kernéis, T. Ancelle, V. Naneix-Laroche, N. Amrane, JP. Leroy, T. Hanslik, O. Launay

S. Kernéis, T. Ancelle, V. Naneix-Laroche, N. Amrane, JP. Leroy, T. Hanslik, O. Launay Etude AMARCOR Tolérance et immunogénicité du vaccin contre la fièvre jaune chez des sujets recevant une corticothérapie par voie générale : étude de cohorte observationnelle S. Kernéis, T. Ancelle, V.

Plus en détail

et l utilisation des traitements biologiques

et l utilisation des traitements biologiques et l utilisation des traitements biologiques Choisir le meilleur traitement pour retrouver la qualité de vie que vous êtes en droit d avoir Les agents biologiques (biothérapies) Étant les plus récents

Plus en détail

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines Juillet 2010 Mise à jour Septembre 2010 1 Le rapport complet

Plus en détail

Société Algérienne de Dermatologie Pédiatrique 12èmes Journées Nationales Alger, 3-4 mars 2011. Symposium PFIZER

Société Algérienne de Dermatologie Pédiatrique 12èmes Journées Nationales Alger, 3-4 mars 2011. Symposium PFIZER Société Algérienne de Dermatologie Pédiatrique 12èmes Journées Nationales Alger, 3-4 mars 2011 Symposium PFIZER Psoriasis de l enfant et traitement biologique B. Bouadjar, Alger Traitement du psoriasis

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

PEMPHIGUS. Deuxième fiche d information pour les malades

PEMPHIGUS. Deuxième fiche d information pour les malades PEMPHIGUS Deuxième fiche d information pour les malades Les fiches d'informations ont été rédigées en collaboration par les 2 centres de référence des maladies bulleuses auto-immunes et l'association de

Plus en détail

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ

LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités Immunité & Vieillissement Vaccinations universelles Grippe Zona Coqueluche Pneumocoque Voyageur LA VACCINATION CHEZ LE SUJET ÂGÉ Généralités La vaccination

Plus en détail

Actualités dans la SEP. Docteur Sophie Géhin. Cabinet de Neurologie Clinique du Tonkin - Villeurbanne

Actualités dans la SEP. Docteur Sophie Géhin. Cabinet de Neurologie Clinique du Tonkin - Villeurbanne Actualités dans la SEP Docteur Sophie Géhin Cabinet de Neurologie Clinique du Tonkin - Villeurbanne PLAN I. Epidémiologie et étiologie II. Présentation clinique et évolution III. Critères diagnostiques

Plus en détail

Les nouveaux traitements du psoriasis

Les nouveaux traitements du psoriasis Les nouveaux traitements du psoriasis Ci-après, vous trouverez 3 articles, parus récemment, parmi d'autres tout aussi intéressants, dans notre bulletin trimestriel Pso Magazine: - un extrait de l'exposé

Plus en détail

La sclérose en plaques

La sclérose en plaques Hôpital de la Salpêtrière, La sclérose en plaques Catherine Lubetzki Sclérose en plaques 80 000 cas en France Seconde cause de handicap de l adulte jeune 50% des patients ont un handicap permanent à 15

Plus en détail

Traitement de l hépatite C: données récentes

Traitement de l hépatite C: données récentes Traitement de l hépatite C: données récentes J.-P. BRONOWICKI (Vandœuvre-lès-Nancy) Tirés à part : Jean-Pierre Bronowicki Service d Hépatogastroentérologie, CHU de Nancy, 54500 Vandœuvre-lès-Nancy. Le

Plus en détail

Rhumatismes inflammatoires. Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009

Rhumatismes inflammatoires. Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009 Rhumatismes inflammatoires Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009 Polyarthrite Rhumatoïde PR La plus fréquente des polyarthrites chroniques 1% de la pop. Femmes ++. 50 ans Signes fonctionnels Douleur

Plus en détail

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie La diversité des étiologies et la variété des traitements utilisés en hépatologie rendent difficile la

Plus en détail

1289($8;75$,7(0(176 '(69$6&8/$5,7(6

1289($8;75$,7(0(176 '(69$6&8/$5,7(6 1289($8;75$,7(0(176 '(69$6&8/$5,7(6 M De Bandt. La découverte de la présence des ANCA, au cours de certaines formes de vascularites systémiques a il y a une quinzaine d année, a provoqué de nombreux travaux

Plus en détail

INDUCTION DES LYMPHOCYTES T- RÉGULATEURS PAR IL2 A TRÈS FAIBLE DOSE DANS LES PATHOLOGIES AUTO- IMMUNES ET INFLAMMATOIRES APPROCHE TRANSNOSOGRAPHIQUE

INDUCTION DES LYMPHOCYTES T- RÉGULATEURS PAR IL2 A TRÈS FAIBLE DOSE DANS LES PATHOLOGIES AUTO- IMMUNES ET INFLAMMATOIRES APPROCHE TRANSNOSOGRAPHIQUE INDUCTION DES LYMPHOCYTES T- RÉGULATEURS PAR IL2 A TRÈS FAIBLE DOSE DANS LES PATHOLOGIES AUTO- IMMUNES ET INFLAMMATOIRES APPROCHE TRANSNOSOGRAPHIQUE Etude clinique N NCT01988506 Inves9gateur coordinateur

Plus en détail

La maladie de Behçet Maladie d Adamantiadès-Behçet

La maladie de Behçet Maladie d Adamantiadès-Behçet Maladie d Adamantiadès-Behçet La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à vous

Plus en détail

Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges. Membre enseignant chercheur EA 4021

Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges. Membre enseignant chercheur EA 4021 Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges Membre enseignant chercheur EA 4021 Rhumatisme inflammatoire chronique Prévalence des SA ies en Europe = 1 à 2% Age moy : 26 ans, ratio homme/femme:

Plus en détail

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale.

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale. Fixe : TOR ARTHROSE, ARTHRITE I/- Généralités : Rhumatisme : maladie articulaire d étiologie multiple = - Dégénérative - Inflammatoire - Infectieuse - Métabolique Parfois limitée aux structures tendineuses

Plus en détail

Alemtuzumab (Lemtrada * ) réduit significativement les rechutes dans la sclérose en plaques comparé à l interféron Bêta-1a dans une étude de Phase III

Alemtuzumab (Lemtrada * ) réduit significativement les rechutes dans la sclérose en plaques comparé à l interféron Bêta-1a dans une étude de Phase III COMMUNIQUE DE PRESSE Alemtuzumab (Lemtrada * ) réduit significativement les rechutes dans la sclérose en plaques comparé à l interféron Bêta-1a dans une étude de Phase III - Présentation de nouvelles données

Plus en détail

Nouvelle option thérapeutique pour les enfants présentant cette forme rare et sévère d arthrite

Nouvelle option thérapeutique pour les enfants présentant cette forme rare et sévère d arthrite Communiqué de presse Bâle, 18 avril 2011 La FDA homologue Actemra dans le traitement de l arthrite juvénile idiopathique systémique (AJIS) Nouvelle option thérapeutique pour les enfants présentant cette

Plus en détail

Dr Ottaviani Service de Rhumatologie Hôpital Bichat Staff du 23 Mai 2014

Dr Ottaviani Service de Rhumatologie Hôpital Bichat Staff du 23 Mai 2014 Obésité et rhumatismes inflammatoires Dr Ottaviani Service de Rhumatologie Hôpital Bichat Staff du 23 Mai 2014 Obésité 1 Obesity Trends* Among U.S. Adults BRFSS, 1985 (*BMI 30, or ~ 30 lbs overweight for

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

Les rhumatismes inflammatoires. Arthrite Rhumatoïde, Arthrite psoriasique, Spondylarthrite ankylosante

Les rhumatismes inflammatoires. Arthrite Rhumatoïde, Arthrite psoriasique, Spondylarthrite ankylosante Les rhumatismes inflammatoires Arthrite Rhumatoïde, Arthrite psoriasique, Spondylarthrite ankylosante Arthrite Rhumatoïde (RA) Voorstelling van de ziekte Arthrite Rhumatoïde Inflammation chronique des

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

LES ANTI TNF ALPHA. Dr. Myriam Blandin

LES ANTI TNF ALPHA. Dr. Myriam Blandin LES ANTI TNF ALPHA Dr. Myriam Blandin Maladie de Crohn Polyarthrite rhumatoïde Bloquent le TNFα en excès diminution de l inflammation des tissus Année com. DCI Spécialités Voie d'adm. Disponible en

Plus en détail

TYNDALL. 75012 PARIS Tél. : 01 74 05 74 23 >SIREN N 451 386 544 APE N 00014. 13 rue Dubrunfaut d échanges. Bulletin d Informations N 37 JUIN 2012

TYNDALL. 75012 PARIS Tél. : 01 74 05 74 23 >SIREN N 451 386 544 APE N 00014. 13 rue Dubrunfaut d échanges. Bulletin d Informations N 37 JUIN 2012 et 13 rue Dubrunfaut d échanges 75012 PARIS Tél. : 01 74 05 74 23 >SIREN N 451 386 544 APE N 00014 TYNDALL Bulletin d Informations N 37 JUIN 2012 Site Internet : www.inflamoeil.org Courriel : inflamoeil@yahoo.fr

Plus en détail

Unité d enseignement 4 : Perception/système nerveux/revêtement cutané

Unité d enseignement 4 : Perception/système nerveux/revêtement cutané Énoncés Unité d enseignement 4 : Perception/système nerveux/revêtement cutané N 109 Dermatoses faciales : acné, rosacée, dermatite séborrhéique Diagnostiquer l acné, la rosacée, la dermatite séborrhéique.

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Pathologies inflammatoires et connectivites Pathologies dégénératives Exclusion du métabolisme phosphocalcique et des marqueurs du remodelage osseux

Plus en détail

LES TRAITEMENTS DE LA SEP

LES TRAITEMENTS DE LA SEP LES TRAITEMENTS DE LA SEP Dr Florence ROBERT Service Neurologie CHU Saint-Etienne 1er Colloque de la sclérose en plaques, Saint-Etienne, le 25/05/2012 LES TRAITEMENTS DE FOND DEPENDENT: du type de SEP

Plus en détail

La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde

La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde Vivre avec une polyarthrite rhumatoïde Décembre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants Docteur Christine BOITEUX Théorie Endocardites et anticoagulation POUR Thromboses Emboles septiques CONTRE Favorise emboles septiques et diffusion

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Objectifs thérapeutiques Inhibition de la réplication virale Négativation

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pr. Alessandra Bura-Rivière, Service de Médecine Vasculaire Hôpital Rangueil, 1 avenue Jean Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9 INTRODUCTION Depuis plus de cinquante ans, les héparines

Plus en détail

Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines

Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines Jean Daniel Lelièvre, Yves Lévy, Pierre Miossec I-Introduction... 2 II-Les interférons... 2 II-1.L interféron... 3 II-1-a.

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011

TRAITEMENT DE L ASTHME. dr U de Pontbriand, Nantes le 3/12/2011 TRAITEMENT DE L ASTHME DEFINITION du GINA (global initiative for asthma) «Maladie inflammatoire chronique des voies aériennes dans laquelle de nombreuses cellules jouent un rôle, notamment les mastocytes,

Plus en détail

Traitement du Psoriasis en 2015 Quoi de neuf? Dr Emmanuel Laffitte Clinique de Dermatologie HUG, Genève

Traitement du Psoriasis en 2015 Quoi de neuf? Dr Emmanuel Laffitte Clinique de Dermatologie HUG, Genève Traitement du Psoriasis en 2015 Quoi de neuf? Dr Emmanuel Laffitte Clinique de Dermatologie HUG, Genève Psoriasis 1 à 3% de la population adulte 1/3 modéré à sévère Psoriasis: une seule maladie? Une maladie

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 DERMOVAL, gel flacon de 20 ml (CIP : 34009 326 130 4 5) DERMOVAL 0,05 POUR CENT, crème tube de 10 g (CIP : 34009 320 432 9 3) Laboratoire GLAXOSMITHKLINE

Plus en détail

. Arthritepsoriasique

. Arthritepsoriasique Les traitements biologiques dans les rhumatismes inflammatoires Dr Clio RIBBENS Service de Rhumatologie. Centre HospitalierUniversitairede Liège Nouveautés dans l'arthrite : Thérapeutiques anti-nf a..

Plus en détail

Communiqué. Abbott présente à Santé Canada une demande d homologation d HUMIRA pour le traitement du psoriasis POUR PUBLICATION IMMÉDIATE

Communiqué. Abbott présente à Santé Canada une demande d homologation d HUMIRA pour le traitement du psoriasis POUR PUBLICATION IMMÉDIATE POUR PUBLICATION IMMÉDIATE Communiqué Abbott présente à Santé Canada une demande d homologation d HUMIRA pour le traitement du psoriasis Media: Sylvie Légaré (514) 832-7268 Abbott Gabrielle Collu 514)

Plus en détail

Arthrite de l enfant. Guide pour les parents et les proches

Arthrite de l enfant. Guide pour les parents et les proches Arthrite de l enfant Guide pour les parents et les proches Chers parents, Les enfants atteints d une inflammation articulaire chronique doivent, si possible, grandir et s épanouir comme tous les autres

Plus en détail

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Prescription des IPP en Gériatrie Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Inhibiteurs de la pompe à protons Mécanisme d action : Inhibition de H+/K+ ATPase diminution

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

Angiogénèse et cancers gynécologique

Angiogénèse et cancers gynécologique Angiogénèse et cancers gynécologique Dr Thibault de La Motte Rouge Compréhension de la biologie tumorale : les années 2000 Perte de l apoptose Auto-suffisance en signal de croissance Insensibilité aux

Plus en détail

HVC CHRONIQUE MOYENS THERAPEUTIQUES ET BILAN PRE-THERAPEUTIQUE CHAKIB MARRAKCHI. http://www.infectiologie.org.tn

HVC CHRONIQUE MOYENS THERAPEUTIQUES ET BILAN PRE-THERAPEUTIQUE CHAKIB MARRAKCHI. http://www.infectiologie.org.tn HVC CHRONIQUE MOYENS THERAPEUTIQUES ET BILAN PRE-THERAPEUTIQUE CHAKIB MARRAKCHI LES MOYENS THERAPEUTIQUES Les interférons La ribavirine Les nouveaux produits INTERFERONS 1957: activité antivirale Interférence

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B Actualisation février 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

Les nouveaux traitements de fond de la SEP

Les nouveaux traitements de fond de la SEP Sclérose en plaques : les nouveaux traitements Guillaume MATHEY, Hôpital de Metz-Mercy Les nouveaux traitements de fond de la SEP Le but des traitements de fond Forme par poussées 2 ième ligne TYSABRI

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire

Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire Dr Florence Parent Service de Pneumologie et Soins Intensifs de Pneumologie Hôpital Bicêtre, AP-HP Inserm U999. Université Paris-Sud Traitement anticoagulant

Plus en détail

Les Spondylarthrites

Les Spondylarthrites Les Spondylarthrites Le concept de spondylarthrite Ensemble de rhumatisme inflammatoires chroniques qui partagent certaines de leurs manifestations cliniques ainsi qu un terrain génétique commun. Le concept

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 mai 2007 SUTENT 12,5 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 265-0) SUTENT 25 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 266-7) SUTENT 50 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 267-3)

Plus en détail

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale Transplantation pulmonaire et mucoviscidose Optimiser la prise en charge médicale Dr Isabelle Danner-Boucher CRCM adulte de Nantes Unité de Transplantation Thoracique 11èmes Journées Scientifiques de la

Plus en détail

Le psoriasis est une dermatose

Le psoriasis est une dermatose [ Synthèse Dermatologie Prise en charge thérapeutique du psoriasis F. Aubin Service de Dermatologie, CHU Saint-Jacques, Besançon Le psoriasis est une dermatose chronique pouvant revêtir diverses formes

Plus en détail

Contraception. Les recommandations HAS

Contraception. Les recommandations HAS Contraception Les recommandations HAS Recommandations HAS Recommandations pour la pratique clinique : stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme. ANAES, 7 décembre 2004 Laisser les personnes

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

DSS 4 DSS 6 DSS 7. 8.4 ans 20.1 ans 29.9 ans

DSS 4 DSS 6 DSS 7. 8.4 ans 20.1 ans 29.9 ans pour un malade, impossible de prédire lʼ évolution 25% de formes bénignes utilisation dʼ une canne: 15 ans dʼ évolution utilisation dʼ un fauteuil roulant: 30 ans dʼ évolution DSS 4 DSS 6 DSS 7 8.4 ans

Plus en détail

TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE

TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE TOXIC SHOCK SYNDROME Généralités Syndrome du à une sécrétion d exotoxine Staphylocoques, Streptocoque groupe A Manifestations cliniques non liées au lieu

Plus en détail

Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF)

Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) 2013 1 Table des matières Introduction... 3 1. Généralités... 3 2. Signes oculaires... 3 2

Plus en détail

Le syndrome SAPHO Ostéomyélite multifocale chronique récidivante Spondylarthrite hyperostosante pustulo-psoriasique

Le syndrome SAPHO Ostéomyélite multifocale chronique récidivante Spondylarthrite hyperostosante pustulo-psoriasique Ostéomyélite multifocale chronique récidivante Spondylarthrite hyperostosante pustulo-psoriasique La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre

Plus en détail

COMPLICATIONS RHUMATOLOGIQUES DU SYNDROME DE GITELMAN

COMPLICATIONS RHUMATOLOGIQUES DU SYNDROME DE GITELMAN COMPLICATIONS RHUMATOLOGIQUES DU SYNDROME DE GITELMAN Karine Briot Université Paris Descartes Rhumatologie, Hôpital Cochin Paris LE SYNDROME DE GITELMAN MANIFESTATIONS RHUMATOLOGIQUES Manifestations musculaires

Plus en détail

Psoriasis. EPU Bats CARMI Esther

Psoriasis. EPU Bats CARMI Esther Psoriasis EPU Bats CARMI Esther Idées clefs Co morbidité Biothérapies Intérêt Risque Psoriasis «Exclusion sociale pour impureté» 1805 : individualisation Importance de la microcirculation du derme superficiel

Plus en détail

Bulletin. Le mot du président Quel avenir pour les interférons et le Copaxone?

Bulletin. Le mot du président Quel avenir pour les interférons et le Copaxone? Bulletin Numéro 34 I Novembre 2013 Vaincre la Sclérose en Plaques par la recherche Le mot du président Quel avenir pour les interférons et le Copaxone? Depuis 1992, les interférons (IFNs) et le Copaxone

Plus en détail

Que représentent les Spondyloarthrites Axiales Non Radiographiques? Pascal Claudepierre CHU Mondor - Créteil

Que représentent les Spondyloarthrites Axiales Non Radiographiques? Pascal Claudepierre CHU Mondor - Créteil Que représentent les Spondyloarthrites Axiales Non Radiographiques? Pascal Claudepierre CHU Mondor - Créteil Liens d intérêt Intérêts financiers : aucun Liens durables ou permanents : aucun Interventions

Plus en détail

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Dr Louis-Philippe Hubert, R1 médecine de famille UMF La Sarre 29 mai 2015 Plan Définition

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 er octobre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 er octobre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 er octobre 2008 Examen dans le cadre de la réévaluation du service médical rendu de la classe des IMAO B, en application de l article R 163-21 du code de la sécurité

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

Analyse pharmaco-économique des anti-tnf alpha dans le traitement de la Polyarthrite Rhumatoïde en France.

Analyse pharmaco-économique des anti-tnf alpha dans le traitement de la Polyarthrite Rhumatoïde en France. Synthèse Bibliographique en Biologie et Biotechnologie Janvier 2012 Analyse pharmaco-économique des anti-tnf alpha dans le traitement de la Polyarthrite Rhumatoïde en France. Problématique : Jusqu où la

Plus en détail

Tests de détection de la production d Interferon gamma pour le diagnostic des infections tuberculeuses

Tests de détection de la production d Interferon gamma pour le diagnostic des infections tuberculeuses Tests de détection de la production d Interferon gamma pour le diagnostic des infections tuberculeuses Recommandations de l HAS Lille le 23 Octobre 2007 Tuberculose infection et tuberculose-maladie Contact

Plus en détail

mid-regional atrial (or A-type) natriuretic peptide (MR-proANP),

mid-regional atrial (or A-type) natriuretic peptide (MR-proANP), mid-regional atrial (or A-type) natriuretic peptide (MR-proANP), Troubles du rythme atrial ou ventriculaire Embolie pulmonaire BPCO sévère avec pressions droites élevées Insuffisance rénale Syndrome infectieux

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail

Humira Solution pour injection dans un injecteur prérempli

Humira Solution pour injection dans un injecteur prérempli Humira Solution pour injection dans un injecteur prérempli ABBOTT OEMéd Qu est-ce que Humira et quand doit-il être utilisé? Humira est un médicament qui limite le processus inflammatoire dans le cadre

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

Hiver 2013. Paysages changeants, produits en voie de commercialisation et conséquences pour les promoteurs de régimes

Hiver 2013. Paysages changeants, produits en voie de commercialisation et conséquences pour les promoteurs de régimes Hiver 2013 Paysages changeants, produits en voie de commercialisation et conséquences pour les promoteurs de régimes Paysages changeants, produits en voie de commercialisation et conséquences pour les

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

Psoriasis chez l enfant. u Dr. Daphné Delplace u Service de Dermatologie CHU St-Pierre/Brugmann/HUDERF

Psoriasis chez l enfant. u Dr. Daphné Delplace u Service de Dermatologie CHU St-Pierre/Brugmann/HUDERF Psoriasis chez l enfant u Dr. Daphné Delplace u Service de Dermatologie CHU St-Pierre/Brugmann/HUDERF Psoriasis chez l enfant Page 2 u Epidémiologie u Physiopathologie u Présentations Cliniques u Traitements

Plus en détail

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD?

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? Hélène MANGEARD François MALADRY Tuberculose : infection mycobactérienne Infection mycobactérienne chronique (M. Tuberculosis ++ ou bacille

Plus en détail

GILENYA MC Sclérose en plaques (SEP) de forme rémittente

GILENYA MC Sclérose en plaques (SEP) de forme rémittente GILENYA MC Sclérose en plaques (SEP) de forme rémittente FÉVRIER 2012 Marque de commerce : Gilenya Dénomination commune : Fingolimod Fabricant : Novartis Forme : Capsule Teneur : 0,5 mg Maintien d une

Plus en détail

I Identification du bénéficiaire (nom, prénom, N d affiliation à l O.A.) : II Eléments à attester par un médecin spécialiste en rhumatologie :

I Identification du bénéficiaire (nom, prénom, N d affiliation à l O.A.) : II Eléments à attester par un médecin spécialiste en rhumatologie : ANNEXE A : Formulaire de première demande Formulaire de première demande de remboursement de la spécialité HUMIRA pour une spondylarthrite axiale sévère sans signes radiographiques de spondylarthrite ankylosante

Plus en détail

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes G Borgherini 1, A Gouix 1, F Paganin 1, A Jossaume 1, L Cotte 2, C Arvin-Berod 1, A Michault

Plus en détail

Psoriasis et biothérapies

Psoriasis et biothérapies A qui s adressent les biothérapies? Comment agissent les biothérapies? Quels bénéfices puis-je attendre d une biothérapie? Comment puis-je contribuer au succès de mon traitement? Qu est-ce qu une biothérapie?

Plus en détail

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Auteurs Cendrine Godet (*) Jean-Pierre Frat (**) Cédric Landron (*) Lydia Roy (***) Paul Ardilouze (****) Jean-Pierre Tasu (****) (*)

Plus en détail