Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE"

Transcription

1 Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE

2 Présentation faite en collaboration avec le Dr Gabriela BUFFET, Médecin-Conseil et Michèle BERTHIER, PharmD/Ph.D 2

3 1 Les principes basiques de l interprétation 2 Cas pratique d un marqueur tumoral 3 Les marqueurs tumoraux 3

4 LES PRINCIPES BASIQUES DE L INTERPRETATION Les examens donnant des résultats binaires : Oui/non ou positif/négatif Exemples : Détection de l anticorps anti HIV Mise en évidence de l antigène de l hépatite B Glucose (dans les urines) Les examens avec des résultats quantitatifs continus : Exemple : Albumine sérique = 4,6 g/dl (valeur de référence : 3,4-4,7 g/dl) Interprétation : le résultat de l analyse se situe entre les limites des valeurs normales 4

5 Cas de la détection du l anticorps HIV (HIV1 et HIV2) : test effectué de manière classique pour détecter l état d une possible infection aux HIV 1. Le test de routine pour la recherche de l anticorps du HIV est basé sur le test ELISA 2. Si le test ELISA est positif, un test de confirmation est fait par une technique plus spécifique et sensible appelé le test du WESTERN BLOT 3. Il doit être noté que parmi les populations à faible risque, le taux de faux positif par le test ELISA est élevé parce que le test ELISA est extrêmement sensible mais non spécifique. 4. Si le test ELISA et positif et le Western Blot test est négatif, un autre test doit être fait 3 semaines plus tard avec le WESTERN BLOT mais 5. Si le WESTERN BLOT est encore négatif, nous devons attendre 6 mois pour refaire un dépistage et si une fois encore ce test est négatif la personne n est pas infectée 5

6 Autre cas : Hépatite B L anticorps anti-hbs est appelé «anticorps de guérison». Quand il est détecté c est un signe de guérison de l infection par le virus de l hépatite B. L anticorps est positif en principe indéfiniment. Dans le contexte d une vaccination contre l hépatite B, sa présence indique que la vaccination est effective. 6

7 PRINCIPES DE BASE DU DIAGNOSTIC, INTERPRETATION, INTERVALLE DE REFERENCE Tests donnant des résultats quantitatifs continus : Une plage de valeurs usuelles concerne généralement 95 % des individus dans un échantillon aléatoire de population allant d'une valeur minimum située deux écarts-types (ET) en-dessous de la moyenne à deux écarts-types au-dessus de la moyenne (moyenne ± 2 ET) Par conséquent, chez 5 % des demandeurs, le résultat du test sera anormal (c est-à-dire le résultat sera en dehors des «valeurs normales») 7

8 Les examens classiques de laboratoire Principes de base du diagnostic, interprétation, intervalle de référence : les résultats des 5% de la population anormale ne sont pas indicatifs pour autant d un état pathologique 8

9 Les examens classiques de laboratoire EXEMPLES : Les valeurs normales de l Albumine correspondent aux valeurs de 95% de la population Albumine = 3,4-4,7 g/dl 2,5% de la population normale sont au-dessus de ces valeurs et 2,5% sont en-dessous de ces valeurs Certains examens ont une limite normale à 0 : ALAT (Alanine Amino Transférase ou ALT ou SGPT) 9

10 INTERPRETATION DES EXAMENS Approximativement 5% des personnes en bonne santé (sans maladie apparente) ont été testés positifs ; (Ils peuvent être considérés malades) ce sont les résultats «Faux Positifs» De même, il existe des personnes malades dont les tests sont revenus normaux ce sont les résultats «Faux Négatifs» 10

11 SENSIBILITE, PREVALENCE ET VALEURS PREDICTIVES La sensibilité et la spécificité peuvent être considérées comme des propriétés fixes d un test diagnostique (c est une simplification) Plus que la sensibilité ou la spécificité, le critère essentiel d'un test pour les médecins est sa valeur prédictive c est-à-dire, «Quelles sont les probabilités qu un patient ayant un résultat positif soit atteint de la maladie?» 11

12 VALEUR PREDICTIVE POSITIVE POURQUOI EST-CE IMPORTANT POUR NOUS? Les médecins traitants sont plus particulièrement concernés par la valeur prédictive d un examen plutôt que par sa sensibilité ou sa spécificité La question qui se pose au clinicien est : «Quelle est la probabilité qu un patient avec un résultat positif ait réellement la maladie?» La prévalence du diabète dans une population d âge moyen de 30 ans n est pas la même que dans une population de 70 ans 12

13 SENSIBILITE, PREVALENCE ET VALEURS PREDICTIVES La valeur prédictive positive : VPP C est la proportion de patients réagissant positivement au test pour lesquels le diagnostic est correctement posé A mesure que la prévalence augmente de 1 % à 20 %, la VPP augmente de 17 % à 83 % Cela représente une différence énorme dans l interprétation clinique du même résultat 13

14 Impact de la prévalence sur la valeur prédictive positive (VPP) ; exemple pour un test ayant une sensibilité de 99 % et une spécificité de 95 % Diabète chez les jeunes de 30 ans Diabète chez les personnes âgées >70 ans La VPP augmente de 17% à 83% ce qui représente une différence énorme de l interprétation clinique du même résultat. 14

15 1 Les principes basiques de l interpretation 2 Cas pratique sur un marqueur tumoral : le PSA 3 Les marqueurs tumoraux 15

16 CAS PRATIQUE Un marqueur tumoral bien connu : le PSA Homme de 58 ans : Assurance couverture de prêt sur 20 ans Antécédent de prostatectomie totale en 10/2005 Adénocarcinome de la prostate, PSA au diagnostic 8,3 ng/ml, pt1c N0 M0, Gleason 7 PSA récent (<3 mois) < 0,8 ng/ml Sans autres antécédents 16

17 Si on vérifie sur le manuel de tarification nous avons un taux normal 17

18 Les marqueurs tumoraux : définition Un marqueur tumoral est une molécule produite par une tumeur et/ou par des cellules non tumorales en réponse de la présence d une tumeur et libérée dans un liquide de l organisme (sang, urine, liquide d ascite, LCR ) où sa concentration peut être mesurée la présence de cette molécule, va servir d indicateur, de «marqueur» de la tumeur cancéreuse un marqueur tumoral n est pas une constante biologique «traditionnelle» 18

19 INTERPRETATION : Interprétation à partir de la notion de seuil de décision Sensibilité : probabilité que le test soit + dans la maladie Spécificité : probabilité que le test soit chez les sujets sains VPP : probabilité de présenter la maladie si le résultat du test est positif VPN : probabilité de ne pas présenter la maladie si le résultat du test est négatif 19

20 INTERPRETATION : Seuil décisionnel : compromis entre sensibilité et spécificité Il varie avec : Les techniques de dosage Les circonstances (âge, tabac ) 20

21 1 Les principes basiques de l interprétation 2 Cas pratique sur un marqueur tumoral 3 Les marqueurs tumoraux 21

22 LES PRINCIPAUX MARQUEURS TUMORAUX 22

23 23

24 Place des marqueurs tumoraux : Dépistage Diagnostic Suivi pendant le traitement Surveillance après le traitement 24

25 Dépistage Dépistage en masse injustifié Dépistage ciblé (des populations à risque) Cancer médullaire de la thyroïde (forme familiale) : calcitonine Cancer de l ovaire dans les familles à risque : CA 125 Carcinome hépatocellulaire (porteurs chroniques VHB, VHC) : AFP Dépistage au niveau individuel, après informations sur les valeurs anormales 25

26 Diagnostic Dans la plupart des cancers, les marqueurs ne sont pas assez spécifiques et/ou assez sensibles pour être utilisés seuls Il est inutile de faire une batterie de différents marqueurs tumoraux Le marqueur s intègre dans un ensemble d arguments cliniques, histologiques, radiologiques, La prescription doit être guidée par la clinique et le type histologique de la tumeur 26

27 Diagnostic Chez des malades symptomatiques : Cancer de la thyroïde : calcitonine Tumeurs germinales et trophoblastiques : hcg dimère et sous unités β libres Hépatocarcinome : AFP Dans des situations évocatrices de cancers : Amaigrissement, anorexie : ACE, CA19-9 Douleurs osseuses : CA 15-3, PSA Atteinte hépatique : AFP, ACE 27

28 PSA Pour le dépistage et le diagnostic de cancer : le dosage du PSA libre et le calcul du ratio PSA libre sur PSA total améliore la spécificité tumorale intérêt pour de faibles augmentations de PSA : entre 2 et 10 ng/ml Interprétation : < 0.10 : suspicion de cancer +++ > 0.25 : probabilité de pathologie bénigne +++ entre 0.10 et 0.25 : zone «grise» Le rapport PSA libre/total s'abaisse en cas de cancer 28

29 Suivi Lors du bilan initial : valeur initiale de «référence» Le suivi de la variation du marqueur sera un des éléments d appréciation de l efficacité du traitement et de l évolution de la maladie Peut être un élément de choix de la stratégie thérapeutique Valeur pronostique 29

30 Surveillance Détection des récidives : Une augmentation du marqueur, confirmée sur plusieurs dosages (au moins 3) et exponentielle après une phase de rémission est signe d une récidive 30

31 Courbe hypothétique d un marqueur tumoral : 31

32 SOLEM : cancer de la prostate traité 32

33 Quels marqueurs? Pour quelles situations? 33

34 Nous revenons à notre cas pratique Homme de 58 ans : Assurance couverture de prêt sur 20 ans Antécédent de prostatectomie totale en 10/2005 Adénocarcinome de la prostate, PSA au diagnostic 8,3 ng/ml, pt1c N0 M0, Gleason 7 PSA récent (< 3 mois) < 0,8 ng/ml Sans autres antécédents 34

35 RESULTAT DE CE CAS : PSA Récent (< 3 Mois ) < 0.8 ng/ml 1) La limite de détection pour le dosage est inconnue 2) Nous proposons d ajourner le cas et de demander un nouveau dosage ou de demander si le médecin n a pas recopié un résultat erroné avec une erreur de recopiage 3) Rechute possible donc refuser le cas 35

36 Conclusions 36

37 Conclusions EN CE QUI CONCERNE LES MARQUEURS TUMORAUX : Un marqueur tumoral est rarement utilisé pour faire un diagnostic mais surtout pour surveiller l évolution de la maladie au cours et décours du traitement L élévation absolue du taux le plus important peut être utilisée comme facteur pronostic L élévation d un taux et la vitesse d augmentation sont utilisées comme facteur pronostic 37

Marqueurs tumoraux. Notion de valeurs usuelles :

Marqueurs tumoraux. Notion de valeurs usuelles : Dr F Desroys du Roure, mars 2011 Marqueurs tumoraux Notion de valeurs usuelles : Le PSA varie en fonction de l âge, le CA125 est significativement plus bas après la ménopause, En pratique, inapplicable

Plus en détail

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville Le suivi post thérapeutique en ville Surveillance Docteur Elisabeth LUPORSI Centre Alexis Vautrin-CHU 25 mai 2012 Strasbourg CNGOF Quelle indications? Quel rythme? Que surveiller? Quand changer l hormonothérapie?

Plus en détail

CANCER DE LA PROSTATE

CANCER DE LA PROSTATE CANCER DE LA PROSTATE Il peut se présenter sous la forme d une tumeur localisée (circonscrite à la prostate) ou sous une forme évoluée, avec des métastases ganglionnaires et osseuses. La prostate est une

Plus en détail

Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate?

Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate? Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate? H. QUINTENS Institut A TZANCK Saint Laurent du Var 25 Mars 2014 Classification TNM Score de GLEASON L'antigène prostatique spécifique L'antigène prostatique

Plus en détail

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le moment des examens est une période de doute et d espoir : «on me fait tant d examens car il y a un espoir qu il n y ait rien». Le rôle

Plus en détail

Evaluation des procédures diagnostiques. Objectifs pédagogiques. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. Evaluation des procédures diagnostiques

Evaluation des procédures diagnostiques. Objectifs pédagogiques. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. Evaluation des procédures diagnostiques Evaluation des procédures diagnostiques Objectifs pédagogiques Evaluer un signe, un examen, une décision médicale en calculant leur sensibilité et leur spécificité, leurs valeurs prédictives positives

Plus en détail

LES TUMEURS DE LA PROSTATE. Module 2 Cancer de la prostate : diagnostic

LES TUMEURS DE LA PROSTATE. Module 2 Cancer de la prostate : diagnostic Faculté de Médecine Paris 7 - Denis Diderot Département de FMC LES TUMEURS DE LA PROSTATE Module 2 Cancer de la prostate : diagnostic Professeurs Vincent DELMAS et Alain EDDI 1 Classement des cancers par

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE PATIENTE antigène HBs + PENDANT LA GROSSESSE

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE PATIENTE antigène HBs + PENDANT LA GROSSESSE Communauté Périnatale de l Agglomération Versaillaise Association Loi 1901 n 0784014641 29 rue de Versailles 78150 Le Chesnay Tel : 01 39 43 12 04 Web : www.nat78.com email: cpav@medical78.com CONDUITE

Plus en détail

CANCER DE LA PROSTATE

CANCER DE LA PROSTATE CANCER DE LA PROSTATE X. REBILLARD, A. VILLERS, A. RUFFION, P. BEUZEBOC, A. SOULIE, P. RICHAUD, B. BARRE, P. ESCHWEGE, E. FONTAINE, V. MOLINIE, J.L. MOREAU, M. PENEAU, V. RAVERY, F. STAERMAN 29 30 Progrès

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 décembre 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 décembre 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 5 décembre 2007 ELIGARD 45 mg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 seringue pré remplie de poudre et 1 seringue pré remplie de solvant (CIP: 382 633-8) Laboratoire

Plus en détail

Hépatites virales. Dépistage et suivi, à partir de cas cliniques. Dr Jean-Dominique Poveda Laboratoire Cerba

Hépatites virales. Dépistage et suivi, à partir de cas cliniques. Dr Jean-Dominique Poveda Laboratoire Cerba Hépatites virales Dépistage et suivi, à partir de cas cliniques Dr Jean-Dominique Poveda Laboratoire Cerba Journées de Biologie Clinique Necker Institut Pasteur 2010 Mercredi 20 janvier 20 Difficultés

Plus en détail

Quoi de neuf dans la prise en charge du cancer de la prostate

Quoi de neuf dans la prise en charge du cancer de la prostate Service d Urologie CHI Haute Saône Quoi de neuf dans la prise en charge du cancer de la prostate Palascak P., Gomez Orozco W., Nader N., Sauvain J.L., Sachova J., Palmero X. SOMMAIRE Epidémiologie Dépistage

Plus en détail

Epidémiologie et diagnostic du cancer bronchique. Dr Najib Bentaybi Le 12/11/2015

Epidémiologie et diagnostic du cancer bronchique. Dr Najib Bentaybi Le 12/11/2015 Epidémiologie et diagnostic du cancer bronchique Dr Najib Bentaybi Le 12/11/2015 SOMMAIRE 1. Epidémiologie 1. Incidence du cancer bronchique 2. Mortalité liée au cancer bronchique 3. Facteurs de risque

Plus en détail

Cholangite Sclérosante Primitive

Cholangite Sclérosante Primitive Cholangite Sclérosante Primitive C. Corpechot Centre de Référence des Maladies Inflammatoires des Voies Biliaires Hôpital Saint- Antoine, APHP, Paris Evaluer la progression de l hépatopathie Dépister les

Plus en détail

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON MILLE Sara Ronéo de Module 5 LABERGERIE Laura Cours de Mr LECOMTE Le 21/02/11 Le cours est disponible sur l'ent TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON Épidémiologie du Cancer Colo-rectal (CCR): Le

Plus en détail

Prévention des cancers. Pr GANRY

Prévention des cancers. Pr GANRY Prévention des cancers Pr GANRY Pourquoi mettre en place une politique de prévention? Cancers de mauvais pronostic: ORL, œsophage, estomac. effet connu de l arrêt du tabagisme, de l alcoolisme Efficacité

Plus en détail

Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire

Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire Christiane Claessens Laboratoire de santé publique du Québec 24 octobre 2006 Surprise! Un test de laboratoire 100% précis

Plus en détail

L. Sbihi, L. Glas, R. Boutier, N. Girouin, A. Bencheikh, A. Gelet, D. Lyonnet, O. Rouvière Hôpital Ed. Herriot, Lyon - France

L. Sbihi, L. Glas, R. Boutier, N. Girouin, A. Bencheikh, A. Gelet, D. Lyonnet, O. Rouvière Hôpital Ed. Herriot, Lyon - France L. Sbihi, L. Glas, R. Boutier, N. Girouin, A. Bencheikh, A. Gelet, D. Lyonnet, O. Rouvière Hôpital Ed. Herriot, Lyon - France Pré-requis Principe des ultrasons focalisés ou HIFU (High Intensity Focal Ultrasound)

Plus en détail

HÉMATURIES. Interrogatoire

HÉMATURIES. Interrogatoire HÉMATURIES Nous ne décrirons que les hématuries macroscopiques, c'est-à-dire visibles, seules à pouvoir être retenues dans le cadre d un abord clinique en urologie. L hématurie est révélatrice d une lésion

Plus en détail

Cancer de la prostate

Cancer de la prostate Cancer de la prostate 17 juin 2003 Luc Cormier Prostatectomie radicale Prostatectomie radicale Technique chirurgicale Vésiculo-prostatectomie Prostatectomie radicale Indications pt1c, T2a et T2b Gleason

Plus en détail

Dr Michel Péneau, Urologue Service Urologie CHR La Source - Orléans

Dr Michel Péneau, Urologue Service Urologie CHR La Source - Orléans MISE AU POINT Dr Michel Péneau, Urologue Service Urologie CHR La Source - Orléans La définition du stade T3 est ambiguë. Quelle est la signification, le pronostic, d une tumeur qui s étend au-delà de l

Plus en détail

Marqueurs sériques. E.Roussel 14 juin 2013

Marqueurs sériques. E.Roussel 14 juin 2013 Marqueurs sériques E.Roussel 14 juin 2013 Les marqueurs dans la prise en charge des kystes ovariens présumés bénins Patientes avec kyste répondant aux critères échographiques de bénignité selon la classification

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques Adénocarcinome à cellules claires de l ovaire. Prise en charge

Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques Adénocarcinome à cellules claires de l ovaire. Prise en charge Suspicion de tumeur maligne rare de l ovaire Bilan Anamnèse Examen clinique Examens biologiques : AFP, HCG, LDH, CA 19.9, CA 125, Oestradiol, Inhibine B, NSE, AMH Scanner TAP +/- cérébral (si maladie métastatique)

Plus en détail

Enquête autour d un cas de tuberculose: nouvelles recommandations

Enquête autour d un cas de tuberculose: nouvelles recommandations Enquête autour d un cas de tuberculose: nouvelles recommandations Thierry COMOLET. Direction générale de la santé. Bureau des maladies infectieuses, des risques infectieux émergents et de la politique

Plus en détail

Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée

Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée Objectif 6 : Conforter l avance de la France dans la médecine personnalisée Si les conditions physiques telles que l âge, les antécédents, mais aussi des facteurs sociaux, psychiques et culturels influencent

Plus en détail

UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3

UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3 DC2 UE11.3 HEM 10 nov 2015 1 UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3 DC2 CG/ TB 10 nov 2015 DC2 révision Chez une femme de 59 ans, une échographie abdominale a été réalisée devant des douleurs abdominales intermittentes

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique Haut Conseil de la santé publique AVIS relatif à la fiche de recommandations pour la prescription d antiviraux en période d épidémie de saisonnière 12 novembre 2015 Le Haut Conseil de la santé publique

Plus en détail

LES MARQUEURS CARDIAQUES

LES MARQUEURS CARDIAQUES 1 LES MARQUEURS CARDIAQUES Les recommandations de la HAS 2010 (consensus formalisé sans groupe de cotation extérieur..) + Prescrire AMMPPU. Cycle Analyse des Recommandations. J.Birgé. 1 er février 2011

Plus en détail

Master Sciences, Technologies, Santé Mention Santé Publique

Master Sciences, Technologies, Santé Mention Santé Publique Master Sciences, Technologies, Santé Mention Santé Publique Épidémiologie d'intervention À partir de l'édition Arnette 1992, épuisée François DABIS Jacques DRUCKER Alain MOREN Chapitre VI Dépistage Sauf

Plus en détail

Intérêt du dosage des marqueurs immunologiques dans le diagnostic du DT1 et LADA

Intérêt du dosage des marqueurs immunologiques dans le diagnostic du DT1 et LADA Intérêt du dosage des marqueurs immunologiques dans le diagnostic du DT1 et LADA R Raache Service d immunologie, Institut Pasteur d Algérie IPA Faculté des Sciences Biologiques (USTHB) I- Introduction

Plus en détail

Manuel pratique à l attention des éleveurs

Manuel pratique à l attention des éleveurs Manuel pratique à l attention des éleveurs Infos et contact Allée des artisans 2 5590 ciney Tel : 083 / 23 05 15 - Fax : 083 / 23 05 16 www.arsia.be éditeur responsable : Jean Detiffe, Président de l Arsia

Plus en détail

MOTS-CLÉS Marqueurs tumoraux, cinétique, demi-vie, nadir, temps de doublement. Tumor marker, kinetic, half-life, nadir, doubling time

MOTS-CLÉS Marqueurs tumoraux, cinétique, demi-vie, nadir, temps de doublement. Tumor marker, kinetic, half-life, nadir, doubling time COLLOQUE DU SNBH 2005 Jean-Marc RIEDINGER 1, Nicole ECHE 2 Cinétique des marqueurs tumoraux au quotidien : mises en situation RÉSUMÉ L analyse mathématique des courbes d évolution des concentrations sériques

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique des Cancers de Prostate stades T1 - T2 - T3 - No

Prise en charge thérapeutique des Cancers de Prostate stades T1 - T2 - T3 - No Prise en charge thérapeutique des Cancers de Prostate stades T1 - T2 - T3 - No Radiothérapie et Cancer Prostatique Radiothérapie conventionnelle (1) Techniques et complications 65-72 Gy (~ 2 Gy/j - 7 semaines)

Plus en détail

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Dr Marie-Ange Mouret-Reynier Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin QU EST CE QU UNE UNE METASTASE OSSEUSE? Foyer tumoral dans les structures osseuses Multiplication

Plus en détail

Infections materno-fœtales Interprétation des sérologies maternelles CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales

Infections materno-fœtales Interprétation des sérologies maternelles CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Infections materno-fœtales Interprétation des sérologies maternelles CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Christelle VAULOUP-FELLOUS Service de Virologie, Hôpitaux Universitaires Paris-Sud Faculté

Plus en détail

J. Maladie du sein. Sommaire 01 J 02 J 03 J 04 J 05 J 06 J 07 J 08 J 09 J 10 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J

J. Maladie du sein. Sommaire 01 J 02 J 03 J 04 J 05 J 06 J 07 J 08 J 09 J 10 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J J. Maladie du sein Sommaire 1 J 2 J 3 J 4 J 5 J 6 J 7 J 8 J 9 J 1 J 11 J 12 J 13 J 14 J 15 J 16 J 17 J 18 J 19 J Dépistage : femmes de moins de 4 ans sans risque génétique... 1 Dépistage : femmes de 4-49

Plus en détail

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie,

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Introduction La maladie de castleman ou hyperplasie angio folliculaire

Plus en détail

PAC GETUG PROTOCOLE GETUG 15/0403

PAC GETUG PROTOCOLE GETUG 15/0403 PAC GETUG PROTOCOLE GETUG 15/0403 N EudraCT 2004-001984-22 Essai randomisé de phase III comparant l association traitement hormonal + docétaxel au traitement hormonal seul dans les cancers de la prostate

Plus en détail

Dépistage et diagnostic du cancer de la prostate chez les assurés du régime général en France

Dépistage et diagnostic du cancer de la prostate chez les assurés du régime général en France Dépistage et diagnostic du cancer de la prostate chez les assurés du régime général en France P. Tuppin, S. Samson, P. Perrin, A. Weill, P. Ricordeau, H. Allemand Caisse nationale d assurance maladie des

Plus en détail

Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Incidence et mortalités des cancers féminins

Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Incidence et mortalités des cancers féminins Problématiques de recherche en chirurgie du sein Problématiques de recherche en chirurgie du sein C MATHELIN 1, MF BRETZ-GRENIER 2, S CROCE 3, D BRASSE 4, A GANGI 2 1. Pôle de gynécologie-obstétrique,

Plus en détail

Donner de la vie aux années ou rajouter des années à la vie?

Donner de la vie aux années ou rajouter des années à la vie? Donner de la vie aux années ou rajouter des années à la vie? «Rôle des inhibiteurs de l angiogenèse dans le traitement et la prise en charge des cancers avancés de la prostate.» Résumé du Symposium ABBOTT

Plus en détail

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1 Introduction Le diabète de type 1 et 2 concerne 3 millions de personnes en 2011 avec une prépondérance marquée pour le diabète de type 2. Véritable épidémie, cette maladie est un problème de santé publique,

Plus en détail

DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DE LA LEPTOSPIROSE

DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DE LA LEPTOSPIROSE TEXTE COURT DU RAPPORT D EVALUATION TECHNOLOGIQUE DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DE LA LEPTOSPIROSE Juin 2011 Service évaluation des actes professionnels - 1 - Ce texte court est téléchargeable sur www.has-sante.fr

Plus en détail

Dissémination du SRAS Novembre 2002 Février 2003

Dissémination du SRAS Novembre 2002 Février 2003 SRAS: Aspects virologiques et prévention Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis Introduction ti SRAS = Syndrome Respiratoire Aigu Sévère = Pneumonie atypique sévère 1

Plus en détail

Prof. Olivier CHAZOUILLERES

Prof. Olivier CHAZOUILLERES Prof. Olivier CHAZOUILLERES Cholangite sclérosante Savoir évoquer une cholangite sclérosante Savoir évoquer le diagnostic Connaître les différents traitements et les modalités de surveillance Conflits

Plus en détail

LES MARQUEURS TUMORAUX

LES MARQUEURS TUMORAUX LES MARQUEURS TUMORAUX DÉFINITION Molécules chimiquement définies ou non Synthétisées par le tissu tumoral Produites par la tumeur et secrétées dans le sang ou les autres liquides biologiques L IDÉAL Molécule

Plus en détail

TP DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE

TP DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE TP DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE 1 - DIAGNOSTIC DIRECT : le virus ou un de ses constituants Virus: Microscopie électronique Antigène viral : - immunofluorescence - immunochromatographie - ELISa en plaque ADN

Plus en détail

La médecine personnalisée Daniel Locker Professeur honoraire Université Orléans

La médecine personnalisée Daniel Locker Professeur honoraire Université Orléans La médecine personnalisée Daniel Locker Professeur honoraire Université Orléans Introduction En 1992, l introduction d'un anticorps monoclonal, l herceptine, pour le traitement du cancer du sein a donné

Plus en détail

Vaccins, grossesse et allaitement: quelles données de tolérance?

Vaccins, grossesse et allaitement: quelles données de tolérance? Vaccins, grossesse et allaitement: quelles données de tolérance? Dr Elisabeth Elefant, Dr Catherine Vauzelle Centre de Référence sur les Agents Tératogènes (CRAT) Hôpital Armand Trousseau, Paris www.lecrat.org

Plus en détail

Intérêt de la détection de l HPV en Gynécologie : Indications actuelles et perspectives. Pr Claude Hocké Hôpital Saint-André CHU Bordeaux

Intérêt de la détection de l HPV en Gynécologie : Indications actuelles et perspectives. Pr Claude Hocké Hôpital Saint-André CHU Bordeaux Intérêt de la détection de l HPV en Gynécologie : Indications actuelles et perspectives Pr Claude Hocké Hôpital Saint-André CHU Bordeaux INTRODUCTION-CANCER DU COL Ces vingt dernières années, le CANCER

Plus en détail

Pourquoi la relecture peut-elle changer une prise en charge? Dr Nathalie Stock, PH Service d Anatomie et Cytologie pathologique CHU de Rennes

Pourquoi la relecture peut-elle changer une prise en charge? Dr Nathalie Stock, PH Service d Anatomie et Cytologie pathologique CHU de Rennes Pourquoi la relecture peut-elle changer une prise en charge? Dr Nathalie Stock, PH Service d Anatomie et Cytologie pathologique CHU de Rennes Sarcomes Ubiquitaires: touche les tissus mous, les viscères,

Plus en détail

IRM mammaire : quelles indications?

IRM mammaire : quelles indications? JIM.fr 05 mars 2015 IRM mammaire : quelles indications? Centre d imagerie médicale JURAS, Paris Service de radiodiagnosic, Hôpital René Huguenin, Institut CURIE L'IRM améliore la détection des tumeurs

Plus en détail

MARQUEURS BIOLOGIQUES DE L ALCOOLISME. Dr J.C. Renversez Département de Biologie Intégrée CHU de Grenoble

MARQUEURS BIOLOGIQUES DE L ALCOOLISME. Dr J.C. Renversez Département de Biologie Intégrée CHU de Grenoble MARQUEURS BIOLOGIQUES DE L ALCOOLISME Dr J.C. Renversez Département de Biologie Intégrée CHU de Grenoble ALCOOLISME: CONCEPT MAL DEFINI OMS: 3 verres pour H 2 verres pour F - Usage éventuellement à risque

Plus en détail

Le dépistage organisé du cancer colorectal. Présentation aux médecins généralistes

Le dépistage organisé du cancer colorectal. Présentation aux médecins généralistes Le dépistage organisé du cancer colorectal Présentation aux médecins généralistes Sommaire Pourquoi cette réunion? Les conditions de la généralisation La dynamique en France Les acteurs du dépistage organisé

Plus en détail

Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire

Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire GENERALISTE Oncologue Radiologue Radiothérapeute Chirurgien Vincent Pointillart Unité de Pathologie Rachidienne CHU Bordeaux Clairement

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE Dr Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat - Claude Bernard, Paris Mon domaine de compétence habituelle appartient plus à la pratique hospitalière

Plus en détail

EXPLORATIONS D UNE ANOMALIE THYROÏDIENNE

EXPLORATIONS D UNE ANOMALIE THYROÏDIENNE EXPLORATIONS D UNE ANOMALIE THYROÏDIENNE DOSSIER DOCUMENTAIRE Document établi avec le concours méthodologique de la HAS et conforme à la méthode de la HAS de production des listes de critères d'évaluation

Plus en détail

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH)

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Infection par le Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Le virus de l immunodéficience humaine, le VIH, est responsable du syndrome de l'immunodéficience acquise, le sida. Une personne est séropositive

Plus en détail

Dépistage du cancer du sein. Pr N Tubiana Mathieu

Dépistage du cancer du sein. Pr N Tubiana Mathieu Dépistage du cancer du sein Pr N Tubiana Mathieu Cancer du sein en France incidence mortalité Cancer du sein en France L incidence a augmenté La durée de vie après cancer a augmenté Pourquoi? Impact du

Plus en détail

Seules les trisomies 13, 18 et 21 sont concernées dans le test génétique non invasif.

Seules les trisomies 13, 18 et 21 sont concernées dans le test génétique non invasif. 1 Normalement, chaque individu a dans chacune de ces cellules 23 paires de chromosomes numérotées de 1 à 22, la 23ème paire étant la paire des chromosomes sexuels. Une des anomalies chromosomiques les

Plus en détail

Expérimenté depuis 2003, le. Dépistage organisé du cancer colorectal. Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France

Expérimenté depuis 2003, le. Dépistage organisé du cancer colorectal. Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France DÉPISTAGE Dépistage organisé du cancer colorectal Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France UN CANCER CURABLE À UN STADE PRÉCOCE LE DÉPISTAGE ORGANISÉ : UNE STRATÉGIE

Plus en détail

Diagnostic Virologique du VIH

Diagnostic Virologique du VIH Diagnostic Virologique du VIH Pr S. Fafi-Kremer Institut de Virologie, CHU de Strasbourg Séminaire de Formation Jeudi 14 Novembre 2013 1 Objectifs Comprendre la cinétique des marqueurs de l infection par

Plus en détail

DECLARATION D INTERET DANS LE CADRE DE MISSIONS DE FORMATION REALISEES POUR L ACNBH

DECLARATION D INTERET DANS LE CADRE DE MISSIONS DE FORMATION REALISEES POUR L ACNBH ACNBH Agrément FMC N 100 168 39 ème Colloque National des Biologistes des Hôpitaux Lille, 4 au 8 oct 2010 DECLARATION D INTERET DANS LE CADRE DE MISSIONS DE FORMATION REALISEES POUR L ACNBH Dr Mme Béatrice

Plus en détail

Atteinte des reins au cours du Lupus Erythémateux Systémique

Atteinte des reins au cours du Lupus Erythémateux Systémique Atteinte des reins au cours du Lupus Erythémateux Systémique Dominique Chauveau Néphrologie et Immunologie Clinique CHU Rangueil, Toulouse Centre de Compétences «Maladies auto immunes» de Midi Pyrénées

Plus en détail

CANCER DU FOIE ET TUMEURS

CANCER DU FOIE ET TUMEURS CANCER DU FOIE ET TUMEURS CANCER DU FOIE ET TUMEURS Foie en santé Foie cirrhotique Tumeur Quelle est la cause du cancer du foie? Plusieurs facteurs jouent un rôle dans le développement du cancer. Comme

Plus en détail

QUAND DEMANDER UNE IRM MAMMAIRE?

QUAND DEMANDER UNE IRM MAMMAIRE? QUAND DEMANDER UNE IRM MAMMAIRE? Dr Loïc BOULANGER, Pr Denis VINATIER Service de chirurgie gynécologique et mammaire Dr Marion DEWAILLY, Dr Nathalie FAYE Service d imagerie de la femme Hôpital Jeanne de

Plus en détail

Etude ancillaire au protocole clinique OS2006 : Analyse des paramètres osseux chez les patients atteints d ostéosarcome traités par le zometa.

Etude ancillaire au protocole clinique OS2006 : Analyse des paramètres osseux chez les patients atteints d ostéosarcome traités par le zometa. Etude ancillaire au protocole clinique OS2006 : Analyse des paramètres osseux chez les patients atteints d ostéosarcome traités par le zometa. Projet déposé par REDINI Françoise (Directeur de Recherche

Plus en détail

LA VACCINATION CONTRE L HEPATITE B D. Abiteboul Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES Vaccination anti-vhb obligatoire : personnes concernées es 4 Les personnels EXPOSES

Plus en détail

SUIVI DES FEMMES AYANT EU UN CANCER DU SEIN Dr Jocelyne Chiquette 26 septembre 2008 1 SUIVI DES CANCERS POURQUOI????? 2 3 Suivi Cancers: infiltrants - 80% DCIS (CCIS) - 20% 4 CCIS et cancer infiltrant

Plus en détail

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques 3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques La vaccination en cas d immunodépression présente certaines particularités qui justifient des recommandations

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 23 septembre 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 23 septembre 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 23 septembre 2009 FIRMAGON 80 mg, poudre et solvant pour solution injectable B/1, (CIP : 3943268) FIRMAGON 120 mg, poudre et solvant pour solution injectable B/2, (CIP

Plus en détail

Terminale Spé. 3 {3.8} Diabètes

Terminale Spé. 3 {3.8} Diabètes Vous êtes étudiant en médecine, et devez réaliser un dossier sur les différents diabètes, en intégrant et commentant les documents fournis, et en suivant le plan : Introduction/définition, clinique (les

Plus en détail

Interprétation d une enquête épidémiologique : type d enquête, notion de biais, causalité (72) Docteur José LABARERE Mars 2004 (Mise à jour mai 2005)

Interprétation d une enquête épidémiologique : type d enquête, notion de biais, causalité (72) Docteur José LABARERE Mars 2004 (Mise à jour mai 2005) Interprétation d une enquête épidémiologique : type d enquête, notion de biais, causalité (72) Docteur José LABARERE Mars 2004 (Mise à jour mai 2005) Pré-Requis : Test de comparaison de proportions (chi

Plus en détail

RESAOLAB Convention de Financement N AFD CZZ 1338 01 C. DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE et SURVEILLANCE DE L INSUFFISANCE RENALE

RESAOLAB Convention de Financement N AFD CZZ 1338 01 C. DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE et SURVEILLANCE DE L INSUFFISANCE RENALE RESAOLAB Convention de Financement N AFD CZZ 1338 01 C DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE et SURVEILLANCE DE L INSUFFISANCE RENALE Objectifs 1-Citer deux éléments qui peuvent interférer dans le dosage de la créatininémie

Plus en détail

Registre du diabète de type 1 de l enfant de moins de 15 ans au niveau de la wilaya d Alger

Registre du diabète de type 1 de l enfant de moins de 15 ans au niveau de la wilaya d Alger Registre du diabète de type 1 de l enfant de moins de 15 ans au niveau de la wilaya d Alger 1 Institut national de santé publique Année 2014 2 Sommaire 1- INTRODUCTION 3 2- METHODOLOGIE 4 2-1 Type d étude

Plus en détail

examen médical périodique de l adulte vivant avec le virus de l immunodéficience humaine (VIH)

examen médical périodique de l adulte vivant avec le virus de l immunodéficience humaine (VIH) Juin 2013 examen médical périodique de l adulte vivant avec le virus de l immunodéficience humaine (VIH) Outil pratique pour les professionnels de la santé du Québec Édition : La Direction des communications

Plus en détail

QUE FAIRE DES MARQUEURS TUMORAUX. P. KERBRAT Centre Eugène Marquis Université de RENNES 1

QUE FAIRE DES MARQUEURS TUMORAUX. P. KERBRAT Centre Eugène Marquis Université de RENNES 1 QUE FAIRE DES MARQUEURS TUMORAUX P. KERBRAT Centre Eugène Marquis Université de RENNES 1 MARQUEURS TUMORAUX SERIQUES DEFINITION Molécules chimiquement définies ou non Synthétisées par le tissu tumoral

Plus en détail

RESAOLAB Convention de Financement N AFD CZZ 1338 01 C

RESAOLAB Convention de Financement N AFD CZZ 1338 01 C RESAOLAB Convention de Financement N AFD CZZ 1338 01 C DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE et SURVEILLANCE DU DIABETE Dr Arame Ndiaye OBJECTIFS 1- Enumérer trois conditions à respecter lors d un prélèvement sanguin

Plus en détail

UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE

UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE (Traduit et adapté d après Barentsz J. 2005. Intra Venous cellular MR contrast agent with an enormous clinical potential.

Plus en détail

Item 291 : Adénopathie superficielle

Item 291 : Adénopathie superficielle Item 291 : Adénopathie superficielle Date de création du document 2010-2011 Table des matières I Diagnostic d'adénopathie...3 I.1 Circonstances de découverte...3 I.2 Diagnostic positif...3 II Démarche

Plus en détail

La génétique en cancérologie: une démarche progressive

La génétique en cancérologie: une démarche progressive La génétique en cancérologie: une démarche progressive UCP: A partir d observations cliniques et/ou biologiques (âge, ATCDs) émettre une hypothèse diagnostique poser l indication d une consultation d oncogénétique

Plus en détail

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Laboratoire associé au Centre National de Référence des Borrelia Laboratoire de Bactériologie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Diagnostic

Plus en détail

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Rapports anatomiques du pancréas Voie de drainage lymphatique. Sémiologie de la douleur pancréatique. Syndrome cholestatique.

Plus en détail

OBSERVANCE DU TRAITEMENT HORMONAL DANS LE CANCER DU SEIN CHEZ LA PERSONNE ÂGEE

OBSERVANCE DU TRAITEMENT HORMONAL DANS LE CANCER DU SEIN CHEZ LA PERSONNE ÂGEE OBSERVANCE DU TRAITEMENT HORMONAL DANS LE CANCER DU SEIN CHEZ LA PERSONNE ÂGEE 1 Elianne DUBOIS IDE CENTRE G F LECLERC DIJON SOFOG TOULOUSE 9 octobre 2015 LA PERSONNE ÂGÉE En France, la population âgée

Plus en détail

Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter-

Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter- Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter- Largement débattue au cours du XII ème congrès de Gastroentérologie, tenu ce week end, l hépatite B mérite d être mieux connue

Plus en détail

Les modèles précliniques in vivo sont ils à la. hauteur de ce qu en attendent les cliniciens? ONCOTRANS Nancy. Mars 2009. P.

Les modèles précliniques in vivo sont ils à la. hauteur de ce qu en attendent les cliniciens? ONCOTRANS Nancy. Mars 2009. P. Les modèles précliniques in vivo sont ils à la hauteur de ce qu en attendent les cliniciens? ONCOTRANS Nancy Mars 2009 P. Chastagner - Oncologie pédiatrique, CHU Nancy - EA 4001, faculté de Médecine, Nancy

Plus en détail

RECHERCHE D ANTICORPS DANS LA MALADIE CŒLIAQUE :

RECHERCHE D ANTICORPS DANS LA MALADIE CŒLIAQUE : RECHERCHE D ANTICORPS DANS LA MALADIE CŒLIAQUE : DIAGNOSTIC ET SUIVI DE L OBSERVANCE DU RÉGIME SANS GLUTEN LES AUTOANTICORPS ANTI-RETICULINE (ARA) Classement NABM : chapitre 7-03 Auto-immunité - code :

Plus en détail

objectifs Exploration biochimique de la glycémie, des cétoses, du diabète sucré P-Glucose prérequis Les points suivants sont supposés connus :

objectifs Exploration biochimique de la glycémie, des cétoses, du diabète sucré P-Glucose prérequis Les points suivants sont supposés connus : objectifs 1 2 1/ Comprendre le choix des moyens diagnostiques et les facteurs de variabilité préanalytique pour sélectionner les analyses adéquates et les moyens nécessaires 2/ Connaître l ordre de grandeur

Plus en détail

Recommandations : Nutrition en oncogériatrie. Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice

Recommandations : Nutrition en oncogériatrie. Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice Recommandations : Nutrition en oncogériatrie Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice Sommaire Prérequis Objectifs de base et spécifiques du soin nutritionnel Recommandations

Plus en détail

PRESENTATION DU PROGRAMME «ACSE MOLECULAIRE»

PRESENTATION DU PROGRAMME «ACSE MOLECULAIRE» Avril 2013 PRESENTATION DU PROGRAMME «ACSE MOLECULAIRE» Face au développement des nouveau médicaments et du diagnostic moléculaire, l INCa lance un programme pour faciliter l accès à l innovation dans

Plus en détail

LES DYSTHYROIDIES : DIA I GN G OS O T S I T C I A U L A L BOR O ATO T I O R I E

LES DYSTHYROIDIES : DIA I GN G OS O T S I T C I A U L A L BOR O ATO T I O R I E LES DYSTHYROIDIES : DIAGNOSTIC AU LABORATOIRE Dr Bécaye FALL Biologiste Hôpital Principal de Dakar RESAOLAB 2010 1- INTRODUCTION Thyroïde (du grec «thyreoeides» = «en forme de bouclier») partie avant cou.

Plus en détail

Estimateur et Estimation Prof Franck Bonnetain Unité de méthodologie & de qualité de vie en cancérologie (EA3181) CHRU Besançon

Estimateur et Estimation Prof Franck Bonnetain Unité de méthodologie & de qualité de vie en cancérologie (EA3181) CHRU Besançon PACES - APEMK UE 4 Evaluation des méthodes d analyses appliquées aux sciences de la vie et de la santé Estimateur et Estimation Prof Franck Bonnetain Unité de méthodologie & de qualité de vie en cancérologie

Plus en détail

Exploration d une surdité

Exploration d une surdité Exploration d une surdité Surdité Terminologie : Surdité : atteinte de l audition quelle qu en soit la sévérité Hypoacousie : baisse modérée Cophose : surdité totale Toute impression de mauvaise audition

Plus en détail

LE SYNDROME INFECTIEUX

LE SYNDROME INFECTIEUX LE SYNDROME INFECTIEUX Les maladies infectieuses résultent de l'agression de l'organisme par un être vivant microscopique ou macroscopique, Cette agression entraine généralement une ou des altérations

Plus en détail

Collège des Enseignants d Endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques. Mise à jour décembre 2004

Collège des Enseignants d Endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques. Mise à jour décembre 2004 ITEM 17 : DIABETE ET GROSSESSE Objectifs pédagogiques terminaux : «diagnostiquer et reconnaître les principes de prévention et de prise en charge des principales complications de la grossesse : ( ) diabète

Plus en détail

Diagnotic différentiel

Diagnotic différentiel CEC Labial Lésion ulcérée plus ou moins infiltrante, saignotante persistante: biopsie+++ 90% de cancers de la lèvre Plus fréquent sur la lèvre inférieure H>F Après 60 ans 2 étiologies Chéliite actinique

Plus en détail

Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue. VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015. Prévention des cancers digestifs

Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue. VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015. Prévention des cancers digestifs Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue 1, avenue de la résistance 93340 LE RAINCY Tél. 01 43 81 75 31 VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015 Prévention des cancers digestifs Le cancer

Plus en détail

NOUVEAUTÉS DANS LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS URINAIRES

NOUVEAUTÉS DANS LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS URINAIRES XXVIème congrès de la Société Tunisienne de Pathologie Infectieuse Hôtel Saphir Palace, Hammamet 21-22 avril 2016 NOUVEAUTÉS DANS LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS URINAIRES Pr Ag Wafa Jouaihia Achour Service

Plus en détail