Infections materno-fœtales Interprétation des sérologies maternelles CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Infections materno-fœtales Interprétation des sérologies maternelles CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales"

Transcription

1 Infections materno-fœtales Interprétation des sérologies maternelles CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Christelle VAULOUP-FELLOUS Service de Virologie, Hôpitaux Universitaires Paris-Sud Faculté de médecine Paris-Sud CNR des infections rubéoleuses materno-fœtales

2 Diagnostic de l infection maternelle Primo-infection/Infection secondaire Primo-infection : CMV Parvovirus B19 VZV Rubéole Toxoplasmose Infection secondaire (réinfection/réactivation) : CMV VZV => difficile donc non réalisé en pratique

3 Quelle fréquence pour ces infections maternelles? 1. CMV : 8000 femmes enceintes /an 2. Parvovirus B19 : 8000 femmes enceintes/an (mais 50% symptomatiques => non vues) 3. Toxoplasmose : 1000 femmes enceintes / an 4. Varicelle : 300 femmes enceintes / an 5. Rubéole : 30 femmes enceintes / an 6. Syphilis, Herpes, V CML : <10 femmes enceintes / an?. Entérovirus :?

4 Circonstances du diagnostic biologique de l infection maternelle Signes cliniques souvent absents et peu spécifiques (sauf varicelle) Anomalies échographiques +++ (sauf rubéole) Dépistage systématique? Mise en évidence du virus, de leurs antigènes ou de leur génome souvent difficile => sérologies

5 Diagnostic sérologique de l infection maternelle Séroconversion? Titre élevé d IgG spécifiques? Pièges Signification d un titre stable? Augmentation du titre des anticorps? Présence d IgM spécifiques? Signification de l absence d IgM spécifiques?

6 Primo-infection maternelle Contage Contamination J0 Signes cliniques J15 IgM J18 IgG J20 CMV J10 J15?? VZV J10 J12? Chute des croutes Parvovirus B19 J6 J6 J16 J25? Rubéole J8 J8 J0 J23 Au moment des signes cliniques, la sérologie peut être négative En cas de primo-infection, les IgM apparaissent toujours avant les IgG

7 Séroconversion Définition 1 er plvt: IgG 2 ème plvt: IgG + Circonstances - Primo-infection - Vaccination (rubéole) - Discordance en techniques -Variation du titre d IgGautour du seuil -stimulation polyclonale non spécifique du système immunitaire -Actransmis de façon passive

8 Séroconversion (1) Rubéole Date IgG specifiques (UI/mL) (seuil: 10UI/mL) Négatif: < 10 (6) Positif: Positif: 130 Date IgM spécifiques (seuil: 1,2) Avidité Négatif (0.16) Equivoque (1.1) 88% (forte) Positif (1.4) 91% (forte)

9 Séroconversion (2) Madame L. Mai 2009, première grossesse - sérologie rubéole, 30 juin, laboratoire A: < 10 UI/mL FCS, juillet Pas de vaccination Béclère: 10,5 UI/mL seuil: 15 UI/mL Nouvelle grossesse, octobre sérologie rubéole, 2 novembre, laboratoire B: 10 UI/mL - sérologie rubéole, 10 décembre, laboratoire C: 224 UI/mL Béclère: 11,7 UI/mL seuil: 15 UI/mL

10 Explication (1) Contrôle de la spécificité par Western blot Rubéole Blot A B C D E F G H E: E: 5-9 E: E: 5-6 E: 5-9 N<10 E: 5-10 E: P 11,1 E 1,8 N 13 E 16 P 21,9 P 4,3 N 42,1 P 28,4 P P 12,8 E 4,3 N 13 E 6 E 5,4 E 11,6 P 11,1 P 7,36 N P 12,2 E 4,1 N 11 E 5 E 8,8 E 10,5 P 25,1 P 14,5 E P 9,4 N 5 E 10 E 6 E 3,5 N 60,4 P 10,7 P 8,11 N P 9,8 N 7,6 E 13 E 8 P 5,5 E 5 N 11,7 P 10,8 E P 7,7 N 4,8 N 9 N 5 E 6,3 E 61,1 P 13,3 P 9,35 N P 6,8 N 4,2 N 7 N 5 E <3 N 11,8 P 9,3 E 6,1 N P 8,9 N 5 E 14 E 8 P 5,7 E 41,2 P 17,1 P 10,6 E P 8,3 N 4,8 N 11 E 8 P 8,8 E 11,4 P 13,6 P 12,1 E P 12 E 4,1 N 12 E 7 P 8,6 E 7,7 N 23,5 P 12,5 E P 12,2 E 7 E 10 E 13 P 4,9 N 500 P 14,1 P 10,8 E P 9,5 N 6,1 E 12 E 8 P 4,4 N 19,2 P 7,4 E 11,4 E

11 Explication (2) CMV Techniques I Moyenne UI/ml II Moyenne UI/mL III Moyenne UI/mL Abbott Architect (6) Abbott AxSYM (15) Siemens Immulite (1.1) Beckman Access/DXI (15) biomérieux Vidas (6) DiaSorin Liaison XL (14) Roche Cobas 6000/Elecsys/ Modular (1)

12 Explication (2) Toxo Techniques I Moyenne UI/ml II Moyenne UI/mL III Moyenne UI/mL Abbott Architect (3) Abbott AxSYM (3) Siemens Immulite (8) Beckman Access/DXI (10.5) biomérieux Vidas (8) DiaSorin Liaison XL (8.8) Roche Cobas 6000/Elecsys/ Modular (30)

13 Explication Résultats identiques quelle que soit la technique utilisée?? Pourquoi??? Les antigènes Virus Protéines recombinantes («virus like particle», E1) Les anticorps Spécificité, Concentration Affinité, Origine, Marquage Le format de la réaction Indirect, Compétition Immunocapture

14 Séroconversion (3) Varicelle Courant 2006 : vaccination contre le VZV (protocole en 2 doses) : son fils (18 mois) fait une varicelle SA IgG (seuil 1.3) < 0.9 (0.4) éruption 3.3 IgM (seuil 1.5) < 0.9 (0.3) varicelleuse < 0.9 (0.7) Très probable réinfection Pas d amniocentèse, surveillance échographique Accouchement le (41 SA) : garçon en bonne santé (IgM neg)

15 Performance des test VZV Concordances (N=177 plvts): Vidas (BioM) vs Enz (Siemens) = 86% Enz (Siemens) vs Liaison (Diasorin) = 85% Liaison (Diasorin) vs Vidas (BioM) = 85% Concordance globale: 81% Le souvenir est plus sensible que la sérologie!

16 Stabilité des anticorps (1) CMV Ratio IgG BMD IgG BEHRING IgG VIDAS J0 J28 J58 J92 J114 J123 Jours Pour les infections virales un titre stable d anticorps ne permet pas d exclure une primo-infection récente

17 Stabilité des anticorps (2) Toxoplasmose Titres stables d anticorps sur 2 sérums prélevés à un mois d intervalle Infection > 2 mois (à partir du sérum le plus ancien)

18 Augmentation du titre des anticorps Définition Doublement du titre à 3 semaines d intervalle Circonstances - Primo-infection - Vaccination (rubéole) - Réinfection, réactivation (infection à CMV, VZV) - Stimulation polyclonale non spécifique du système immunitaire

19 Présence d IgM spécifiques «Toujours» observée dans les primo-infections récentes Mais également et plus fréquemment suite à : - la persistance des IgM - une vaccination (rubéole, VZV) -une infection secondaire (réinfection ou réactivation à CMV, VZV, toxoplasme) -une stimulation polyclonale non spécifique du système immunitaire - une réaction croisée (Herpesvirus)

20 Persistance d IgM spécifiques (1) Rubéole Eruption IgM primo-infection infection IgM vaccination // // // J0 J15 J60 J360 Années Contage Vaccination

21 Persistance d IgM spécifiques (2) CMV Date IgG (IU/mL) Seuil: 0.6 IgM Seuil: < 0.2 < Longue

22 Persistance d IgM spécifiques (3) CMV Elisa 1 Elisa 2 SA IgG IgM IgG IgM Cut off : 6 AU/mL U/mL <4 / / / <4 / Courte Courte

23 Persistance d IgM spécifiques (4) Toxoplamose -Habituellement, des mois, voire des années -IgM transitoires (moins d un mois) < 1% des primo-infections?

24 Stimulation polyclonale non spécifique du système immunitaire Date CMV Seuil G: 0,6 Seuil M: 30 HSV Seuil G: 1,1 Seuil M: 1,1 Parvo B19 Seuil G: 1,1 Seuil M: 1,1 Toxo Seuil G: 10.5 Seuil M:1.0 Rubéole Seuil G: 15 Seuil M: 1,2 EBV Seuil EBV G: 20 Seuil VAC G: 40 Seuil VAC M: 20 08/09/11 G: <0,2 M: <8 G: 5,7 M < 0,5 G: 22 M: 0,1 G: 0.0 M: 0.1 G: 14,3 M: 0.23 EBNA G 175 VCA G 143 VAC M < 10 18/12/11 G: 0.0 G: < 0,2 G: 11.6 / / M: 0.1 M: 14,9 M: /12/11 G: 0,4 M: 143 G: 7,4 M: 1,3 G: 32,9 M: 6,2 G: 0.0 M: 0.1 G: 22.8 M: 2.18 EBNA G 210 VCA G 277 VCA M /01/12 G: 1 M: 175 Avidité: très faible G: 7,8 M: 3,3 G: 32 M: 7,3 G: 0.0 M: 0.0 G: 18.6 M: 2.16 EBNA G 221 VCA G 205 VCA M /01/12 G: 1.5 M: >240 Av faible G: 5.2 M: 1,3 G: 26.3 M: 3.3 G: 0.1 M: 0.1 G: 19 M: 1.80 EBNA G 210 VCA G 144 VCA M >160 15/02/12 G: 1.4 M: 106 Av faible G: 28.4 M: 2.4 G: 0.0 M: 0.1 G: 15.8 M: 0.18 EBNA G 203 VCA G 177 VCA M 88.4

25 Réaction croisée Date CMV EBV seuil IgG : 0.6 UI/ml seuil IgM : 30 UA/ml seuil EBNA : 20 U/ml seuil VCA IgG : 20 U/ml seuil VCA IgM: 40 U/ml IgG : < 0.2 EBNA : < 3 IgM : 37 VCA G : 10.1 VCA M : IgG < 0.2 EBNA : < 3 IgM : 52.2 VCA G : 34 VCA M : > 160

26 Séroconversion sans IgM = primo-infection? Date IgG spécifiques (UI/ml) (seuil: 6 UI/mL) Négatif: Positif: 50 Date IgM spécifiques (seuil: 1) Avidité Négatif: Négatif: % (forte) Primo-infection à CMV? Quelle est votre hypothèse?

27 Ac transmis de façon passive comment le «prouver»? Date IgG spécifiques (UI/ml) (seuil: 6 UI/mL) Négatif: Positif: Positif: 27 Date IgM spécifiques (seuil: 1) Avidité Négatif: Négatif: % (forte) Négatif: % (forte)

28 Conduite à tenir -Augmentation du titre des Ac - Présence d IgM => Examens complémentaire : mesure de l avidité des IgG fonction de : - l ancienneté de l infection - de la technique utilisée -du patient testé -du germe en cause

29 Mesure de l avidité des IgG Infection à CMV Rubéole Vaccination rubéole Toxoplasmose Mois Indexd avidité (%)

30 Présence d IgM et mesure de l avidité des IgG sérum de femme enceinte (1 er trimestre) Liaison IgG+ IgM+ 141 (5,4%) IgG+ IgM- IgG- IgM Avidité faible 11 (7,8%) Avidité modérée 18 (12,8%) Avidité élevée 112 (79,4%)

31 Evaluation comparative des test de mesure de l indice d avidité des IgG (2) CMV Revello MG et al. J Clin Virol 2010;48:255-9

32 Interprétation de la mesure de l indice d avidité des IgG (2) => Attention si la concentration en IgG est trop faible

33 Avidité: limites du test Attention aux titres faibles d IgG => avidité faussement faible Attention aux performances variables des kits utilisés => variation de l interprétation Attention à l interprétation de l avidité toxoplasmose => diagnostic d exclusion (pas de datation possible)

34 Titres équivoques? = présence d Ac incertaine Se placer dans la situation la plus à risque pour la patiente IgGrubéole equet grossesse? IgG CMV equet grossesse? IgGVZV equet grossesse? IgGtoxoequet grossesse? IgG CMV/toxo equ et VIH? À considérer comme immunisé

35 - Dépistage systématique: - Rubéole (IgG) - Toxoplasmose (IgG + IgM) - CMV (IgG puis IgM) Rôle du laboratoire - En cas de contage => détermination du statut immunitaire (IgG) - En cas de signes cliniques => diagnostic de la primo-infection (IgG + IgM) - En cas de signes échographiques => si IgG + l infection est possible => diagnostic de l infection congénitale

36 Interprétation du dépistage systématique Rubéole IgG- IgG+ Patiente non immunisée 2 ème prélèvement 20 SA IgG- IgG+ Présence d anticorps à interpréter en fonction du contexte clinique Vaccination après l accouchement IgM+ IgM- Primo-infection possible à confirmer par la mesure de l avidité des IgG Primo-infection très peu probable à confirmer par la mesure de l avidité des IgGetla recherche des Acprotecteurs sur le 1 er plvt

37 Interprétation du dépistage systématique Toxoplasmose IgG- IgM- IgG+ IgM- IgG- IgM+ IgG+ IgM+ Suivi sérologique mensuel Contrôle sérologique à 15j Infection pré-conceptionnelle (si dépistage 1 er trimestre) Avidité des IgG IgG- IgM+ IgG+ IgM+ Forte Inf> 4 mois Faible Contrôle sérologique à 3 sem-1 mois Fausse réaction en IgM Suivi sérologique mensuel Séroconversion IgG stables : Infection > 2 mois IgG x2 : Infection < 2 mois

38 Interprétation du dépistage systématique CMV (T1) IgG- IgG+ Absence d immunité IgM+ IgM- Possible primo-infection récente; à confirmer par la mesure de l indice d avidité des IgG Patiente immunisée; absence de marqueur de primo-infection récente* Avidité élevée Primo-infection > 3 mois* Avidité faible Primo-infection < 3 mois* *Résultatàinterpréterenfonctiondutermedelagrossesseetselonlatechnique

39 Interprétation de la sérologie en cas de contage récent (< 15j) (infection possiblement asymptomatique) Sérum précoce <15j IgG+ Immunité antérieure IgG- 2 nd prélèvement 15j-3 semaines plus tard IgM - IgG - IgM - IgG + IgM + IgG + IgM + IgG - Pas d infection Stimulation polyclonale du système immunitaire Primo-infection possible Primo-infection probable À confirmer par la mesure de l avidité des IgG À confirmer par l apparition des IgG sur un nouveau prélèvement dans 5-10 jours

40 Interprétation de la sérologie en cas de contage varicelle récent (< 15j) Sérum précoce <15j IgG- IgG+ 2-3 semaines plus tard varicelle clinique asymptomatique asymptomatique varicelle clinique Privilégier le prélèvement des vésicules 2 nde sérologie à 3 semaines? Faut-il dépister sérologiquement une éventuelle réinfection? NON Privilégier le prélèvement des vésicules Vérifier les IgG sur 1 er prélèvement par une autre technique

41 Interprétation de la sérologie en cas de signes cliniques Sérologie IgG / IgM IgM - IgM + IgM - IgM + IgG - IgG + IgG + IgG - Prélèvement trop précoce ou Pas d infection Primo-infection possible À confirmer par la mesure de l avidité des IgG Primo-infection peu probable Primo-infection probable À confirmer par l apparition des IgG sur un nouveau prélèvement dans 5-10 jours

42 Interprétation des sérologies en cas d observation d anomalies échographiques évocatrices d une infection virale Sérologie IgG / IgM IgG+ IgM+ IgG- IgM- IgG- IgM+ IgG+ IgM- Anomalies non liées à l infection Possible infection post-conceptionnelle Mesure de l avidité des IgG Analyse d un sérum du début de grossesse Attention! au moment de la constatation des anomalies échographiques, les IgM peuvent avoir disparu Diagnostic anté-natal

43 En bref Seroconversion primo-infection Signification d un titre élevé => aucune IgM positives primo-infection => avidité Titres stables d IgG infection ancienne; attention aux titres stables d Ac en particulier si contexte clinique ou ATCD sérologiques négatifs Ne jamais interpréter des sérologies qui n auraient pas été faites avec la même technique Au moment de la constatation d anomalies écho, les IgM peuvent avoir disparu Attention aux performances variables des tests VZV; confirmer éventuellement par une autre technique (si résultat équivoque ou discordant se placer dans la situation laplusàrisque) Ne pas hésiter à rechercher des sérums antérieurs (autres sérologies, βhcg, dépistage de la trisomie ) En cas d éruption varicelleuse : même si elle est caractéristique, et surtout si elle ne l est pas => privilégier le prélèvement des vésicules Si la sérologie est négative (IgG-/IgM-) au moment des signes cliniques, la renouveler3à5 joursplustard

44 DU Pathologies infectieuses de la femme enceinte, du fœtus, et du nouveau-né L objectif de ce DU est de réunir au sein d un cadre multidisciplinaire, les professionnels ayant un domaine d expertise sur cette thématique, en vue d assurer aux acteurs de santé, impliqués dans la prise en charge des infections de la femme enceinte du fœtus et du nouveau-né, une formation portant sur : * Les bases physiopathologiques, et les particularités des infections bactériennes, virales et parasitaires dans ces populations * Les données épidémiologiques les plus récentes * Les outils diagnostiques disponibles (imagerie et biologie) * Les moyens de prévention * Les aspects thérapeutiques Enseignement clinico-biologique ouvert aux gynécologues-obstétriciens, pédiatres, généralistes, biologistes, échographistes, sages-femmes, internes, infirmières et techniciens de laboratoire. Points forts : 6h de séances interactives de cas clinico-biologiques Possibilité d enseignements à distance (vidéo et audio)

45 Conclusion Progrès importants dans le domaine de la sérologie: amélioration du diagnostic Mais Qualité du diagnostic biologique conditionnée par le dialogue clinico-biologique Merci de votre attention

Varicelle et grossesse

Varicelle et grossesse CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Varicelle et grossesse Atelier Siemens, Mai 2013 L. Grangeot-Keros, Centre National des Infections rubéoleuses materno-fœtales Hôpital Paul Brousse, Villejuif

Plus en détail

Hépatites virales. Dépistage et suivi, à partir de cas cliniques. Dr Jean-Dominique Poveda Laboratoire Cerba

Hépatites virales. Dépistage et suivi, à partir de cas cliniques. Dr Jean-Dominique Poveda Laboratoire Cerba Hépatites virales Dépistage et suivi, à partir de cas cliniques Dr Jean-Dominique Poveda Laboratoire Cerba Journées de Biologie Clinique Necker Institut Pasteur 2010 Mercredi 20 janvier 20 Difficultés

Plus en détail

1.Diagnostic d une infection récente chez la femme enceinte

1.Diagnostic d une infection récente chez la femme enceinte 1.Diagnostic d une infection récente chez la femme enceinte Sérologie infectieuse chez la femme enceinte Démarche : Evaluation du risque d infection congénitale ou périnatale Infections Tests sérologiques

Plus en détail

Rubéole et grossesse

Rubéole et grossesse CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Rubéole et grossesse Atelier Siemens, Mai 2013 L. Grangeot-Keros, Centre National des Infections rubéoleuses materno-fœtales Hôpital Paul Brousse, Villejuif Infections

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Sérologie de l Hépatite B Ag HBs, Ac anti-hbs, Ac anti-hbc (IgG

Plus en détail

Rubéole congénitale en 2009 Le point de vue du virologue

Rubéole congénitale en 2009 Le point de vue du virologue Rubéole congénitale en 2009 Le point de vue du virologue 25 mars 2010 3 ème journée Jean-Gérard GUILLET de vaccinologie clinique Dr Marlène GUILLET Laboratoire de Microbiologie Immunologie biologique Hôpital

Plus en détail

Module 7 - Edition 2008 - Item 20 page 1 Copyright CMIT ITEM N 20 : PREVENTION DES RISQUES FŒTAUX : INFECTION, (MEDICAMENTS, TOXIQUES, IRRADIATION)

Module 7 - Edition 2008 - Item 20 page 1 Copyright CMIT ITEM N 20 : PREVENTION DES RISQUES FŒTAUX : INFECTION, (MEDICAMENTS, TOXIQUES, IRRADIATION) Module 7 - Edition 2008 - Item 20 page 1 ITEM N 20 : DES RISQUES FŒTAUX : INFECTION, (MEDICAMENTS, TOXIQUES, IRRADIATION) OBJECTIFS TERMINAUX I. Expliquer les éléments de prévention vis-à-vis des infections

Plus en détail

Dr Laurence Lachaud, laurence.lachaud@univ montp1.fr MIE, année 2012 2013

Dr Laurence Lachaud, laurence.lachaud@univ montp1.fr MIE, année 2012 2013 MIE 20. Diagnostic et suivi des infections per placentaires (pathologie congénitale) et du per partum (infection néonatale): le bon usage des examens biologiques. I. OBJECTIFS Items ENC concernés : Item

Plus en détail

Infections virales materno-foetales. Infections congénitales

Infections virales materno-foetales. Infections congénitales Infections virales materno-foetales Infections congénitales Le virus de la rubéole Famille : Togaviridae Genre : Rubivirus Espèce : Rubella virus Génome ARNsb(+) Capside icosaédrique 60-70 nm Virus enveloppé

Plus en détail

Utilisation des tests virologiques pour le diagnostic, le pronostic et la surveillance des infections congénitales à CMV

Utilisation des tests virologiques pour le diagnostic, le pronostic et la surveillance des infections congénitales à CMV Utilisation des tests virologiques pour le diagnostic, le pronostic et la surveillance des infections congénitales à CMV Centre National de Référence du Cytomégalovirus Marianne Leruez-Ville Laboratoire

Plus en détail

12/ Infections chez la femme enceinte

12/ Infections chez la femme enceinte SEMESTRE 3 UE 2.5.S3 Processus inflammatoires et infectieux 12/ Infections chez la femme enceinte Mêmes infections que dans population non obstétricale Bactériennes: infections urinaires, syphilis, streptocoque

Plus en détail

La rubéole chez la femme enceinte et le nouveau-né en France en 1996 :les données du réseau RENARUB

La rubéole chez la femme enceinte et le nouveau-né en France en 1996 :les données du réseau RENARUB Retour au sommaire des BEH de 1998 La rubéole chez la femme enceinte et le nouveau-né en France en 1996 :les données du réseau RENARUB V. Cerase*, I. Rebière* et les biologistes du réseau RENARUB *Réseau

Plus en détail

TP DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE

TP DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE TP DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE 1 - DIAGNOSTIC DIRECT : le virus ou un de ses constituants Virus: Microscopie électronique Antigène viral : - immunofluorescence - immunochromatographie - ELISa en plaque ADN

Plus en détail

Virus et grossesse. Annie Standaert et Anne Goffard Université Lille 2 Droit et Santé Faculté des Sciences Pharmaceutiques et Biologiques de Lille

Virus et grossesse. Annie Standaert et Anne Goffard Université Lille 2 Droit et Santé Faculté des Sciences Pharmaceutiques et Biologiques de Lille Virus et grossesse 5A Annie Standaert et Anne Goffard Université Lille 2 Droit et Santé Faculté des Sciences Pharmaceutiques et Biologiques de Lille 2014 2.0 Table des matières I - Exercice : Dossier clinique

Plus en détail

Diagnostic Virologique du VIH

Diagnostic Virologique du VIH Diagnostic Virologique du VIH Pr S. Fafi-Kremer Institut de Virologie, CHU de Strasbourg Séminaire de Formation Jeudi 14 Novembre 2013 1 Objectifs Comprendre la cinétique des marqueurs de l infection par

Plus en détail

UE : MIC 212 Enseignant : Pr Koulla Sinata/Dr Francois-Xavier MBOPI KEOU Cible : Etudiants de niveau L3 des filières médicales.

UE : MIC 212 Enseignant : Pr Koulla Sinata/Dr Francois-Xavier MBOPI KEOU Cible : Etudiants de niveau L3 des filières médicales. TITRE : TOGAVIRIDAE : LE VIRUS DE LA RUBEOLE Enseignant : Pr Koulla Sinata/Dr Francois-Xavier MBOPI KEOU A la fin du cours, l étudiant doit être capable de : Définir les caracteristiques virologiques,

Plus en détail

Parvovirus B19 Cytomegalovirus

Parvovirus B19 Cytomegalovirus Parvovirus B19 Cytomegalovirus CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Christelle VAULOUP-FELLOUS Faculté de Médecine Paris Sud Service de Virologie du GH Hôpitaux Universitaires Paris-Sud CNR Infections

Plus en détail

Vaccins, grossesse et allaitement: quelles données de tolérance?

Vaccins, grossesse et allaitement: quelles données de tolérance? Vaccins, grossesse et allaitement: quelles données de tolérance? Dr Elisabeth Elefant, Dr Catherine Vauzelle Centre de Référence sur les Agents Tératogènes (CRAT) Hôpital Armand Trousseau, Paris www.lecrat.org

Plus en détail

DECLARATION D INTERET DANS LE CADRE DE MISSIONS DE FORMATION REALISEES POUR L ACNBH

DECLARATION D INTERET DANS LE CADRE DE MISSIONS DE FORMATION REALISEES POUR L ACNBH ACNBH Agrément FMC N 100 168 39 ème Colloque National des Biologistes des Hôpitaux Lille, 4 au 8 oct 2010 DECLARATION D INTERET DANS LE CADRE DE MISSIONS DE FORMATION REALISEES POUR L ACNBH Dr Mme Béatrice

Plus en détail

Surveillance sérologique et prévention de la toxoplasmose et de la rubéole au cours de la grossesse

Surveillance sérologique et prévention de la toxoplasmose et de la rubéole au cours de la grossesse RECOMMANDATIONS EN SANTE PUBLIQUE Surveillance sérologique et prévention de la toxoplasmose et de la rubéole au cours de la grossesse SYNTHÈSE Octobre 2009 1 Les recommandations et synthèse de cette évaluation

Plus en détail

Purpura thrombopénique idiopathique

Purpura thrombopénique idiopathique Purpura thrombopénique idiopathique I. Définition Le purpura thrombopénique idiopathique (PTI) ou purpura thrombopénique auto-immun est caractérisé par une diminution du chiffre des plaquettes circulantes

Plus en détail

TOXOPLASMOSE HUMAINE INTERPRETATION DES RESULTATS DU DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE

TOXOPLASMOSE HUMAINE INTERPRETATION DES RESULTATS DU DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE TOXOPLASMOSE HUMAINE INTERPRETATION DES RESULTATS DU DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE Dr Fatma Saghrouni Laboratoire de Parasitologie CHU F. Hached Sousse INTRODUCTION Toxoplasmose: Contamination post-natale = toxoplasmose

Plus en détail

Syndromes mononucléosiques (SMN)

Syndromes mononucléosiques (SMN) Syndromes mononucléosiques (SMN) Présence dans le sang de grands lymphocytes polymorphes à cytoplasme hyperbasophile. L affection principale de ce syndrome est la mononucléose infectieuse à EBV. 1 Diagnostic

Plus en détail

FEMME ENCEINTE ET TRAVAIL

FEMME ENCEINTE ET TRAVAIL FEMME ENCEINTE ET TRAVAIL Dr A. BUONACCORSI Infirmière aux URGENCES DE NUIT FEMME ENCEINTE ET TRAVAIL Présentation d un cas clinique Risques Biologiques Travail de nuit Stress aux urgences FEMME ENCEINTE

Plus en détail

Place de la virologie dans la prise en charge des méningo-encéphalites

Place de la virologie dans la prise en charge des méningo-encéphalites Place de la virologie dans la prise en charge des méningo-encéphalites DUACAI Anne Goffard Université Lille 2 Droit et Santé Faculté des Sciences Pharmaceutiques et Biologiques de Lille 1.2 Table des matières

Plus en détail

CYTOMEGALOVIRUS (CMV)

CYTOMEGALOVIRUS (CMV) CYTOMEGALOVIRUS (CMV) Ce document concerne l'évaluation des risques biologique en milieu de soins. Il est complémentaire du guide EFICATT de l'inrs et a été élaboré puis validé par des médecins du travail

Plus en détail

HEPATITE VIRALE B ET GROSSESSE

HEPATITE VIRALE B ET GROSSESSE HEPATITE VIRALE B ET GROSSESSE D r Yannick BACQ Pas de conflit d'intérêt Influence du VHB sur la grossesse et vice versa Influence de l'infection par le VHB sur le déroulement de la grossesse Augmentation

Plus en détail

VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV)

VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) 1 1 GENERALITES 2 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE 2 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE 2 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE

Plus en détail

La gestion d une épidémie de rougeole dans le département de l Allier: rôle d une infirmière de santé publique

La gestion d une épidémie de rougeole dans le département de l Allier: rôle d une infirmière de santé publique La gestion d une épidémie de rougeole dans le département de l Allier: rôle d une infirmière de santé publique Mongeat A, Delettre D, Beaufrère M-C, Schikowski D, Beytout J La rougeole est une maladie

Plus en détail

Interactions hôte agent infectieux. Herpesvirus. Ganglion du nerf trijumeau Ganglions sacrés Ganglions rachidiens et des paires crâniennes

Interactions hôte agent infectieux. Herpesvirus. Ganglion du nerf trijumeau Ganglions sacrés Ganglions rachidiens et des paires crâniennes La famille des Herpesviridae comporte une centaine d espèces virales dont 8 sont responsables d infections strictement humaines : HSV-1 et -2, VZV, CMV, HHV6, EBV, HHV7 et HHV8. Ce sont des virus enveloppés

Plus en détail

Le dépistage des risques en cours de la grossesse

Le dépistage des risques en cours de la grossesse Le dépistage des risques en cours de la grossesse DR : BOUCHOUCHA-H Le plan du cours Introduction Les risques à dépistés et les moyens de dépistage L échographie : Conclusion -iso-immunisation : GR-RH

Plus en détail

Varicelle et grossesse

Varicelle et grossesse Varicelle et grossesse Dr Marie-Aliette DOMMERGUES Pédiatre, CHV-André Mignot Le 8 octobre 2009 Varicelle et grossesse Varicelle et grossesse Probabilité de survenue d une varicelle en cours de grossesse:

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE SEROCONVERSION TOXOPLASMIQUE PENDANT LA GROSSESSE

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE SEROCONVERSION TOXOPLASMIQUE PENDANT LA GROSSESSE Communauté Périnatale de l Agglomération Versaillaise Association Loi 1901 n 0784014641 29 rue de Versailles 78150 Le Chesnay Tel : 01 39 43 12 04 Email : cpav@wanadoo.fr/cpav@medical78.com Web: www.nat78.com

Plus en détail

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Présentation faite en collaboration avec le Dr Gabriela BUFFET, Médecin-Conseil

Plus en détail

NOUVEAUTÉS DANS LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS URINAIRES

NOUVEAUTÉS DANS LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS URINAIRES XXVIème congrès de la Société Tunisienne de Pathologie Infectieuse Hôtel Saphir Palace, Hammamet 21-22 avril 2016 NOUVEAUTÉS DANS LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS URINAIRES Pr Ag Wafa Jouaihia Achour Service

Plus en détail

HERPES GENITAL ET GROSSESSE : Mesure de prévention de la transmission materno-foetale

HERPES GENITAL ET GROSSESSE : Mesure de prévention de la transmission materno-foetale version 4 page 1/6 Référence : RSN/PR/REA.O/008/C Date de 1 ère mise en service : 10/05/2000 N Date de la version modification 1 13/03/2003 2 09/05/2004 3 07/06/2012 Suivi des modifications Objet de la

Plus en détail

La consultation de déclaration de grossesse

La consultation de déclaration de grossesse La consultation de déclaration de grossesse Dr Muriel Doret Maître de conférence universitaire - Praticien hospitalier Gynécologie Obstétrique Hôpital Femme-Mère-Enfant Les Jeudi de l Europe 38ième Forum

Plus en détail

Les Infections sexuellement transmissibles. Morgane Fève

Les Infections sexuellement transmissibles. Morgane Fève Les Infections sexuellement transmissibles Morgane Fève Définition IST maladies infectieuses transmises d'un individu à l'autre exclusivement lors des rapports sexuels. Les principales IST Virales VIH

Plus en détail

La toxoplasmose congénitale. Pr. F.Peyron Hôpital de la Croix Rousse Lyon

La toxoplasmose congénitale. Pr. F.Peyron Hôpital de la Croix Rousse Lyon La toxoplasmose congénitale Pr. F.Peyron Hôpital de la Croix Rousse Lyon La toxoplasmose Protozoose cosmopolite très fréquente (45% population en France) Gravité variable selon le terrain Contamination

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique Haut Conseil de la santé publique AVIS relatif à la fiche de recommandations pour la prescription d antiviraux en période d épidémie de saisonnière 12 novembre 2015 Le Haut Conseil de la santé publique

Plus en détail

Item 20 : Prévention des risques fœtaux : infection, médicaments, toxiques, irradiation

Item 20 : Prévention des risques fœtaux : infection, médicaments, toxiques, irradiation Item 20 : Prévention des risques fœtaux : infection, médicaments, toxiques, irradiation Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Toxoplasmose (Chap. 124, Chap. 108,

Plus en détail

Cas Clinique. Rencontres en Infectiologie 5-6/02/2016. Karim FOURATI/Dr Imène BEN ABDA/Dr Imène AYEDI Pr Ag Rym BEN ABDALLAH/Pr Ag Emira BEN HAMIDA

Cas Clinique. Rencontres en Infectiologie 5-6/02/2016. Karim FOURATI/Dr Imène BEN ABDA/Dr Imène AYEDI Pr Ag Rym BEN ABDALLAH/Pr Ag Emira BEN HAMIDA Rencontres en Infectiologie 5-6/02/2016 Cas Clinique Karim FOURATI/Dr Imène BEN ABDA/Dr Imène AYEDI Pr Ag Rym BEN ABDALLAH/Pr Ag Emira BEN HAMIDA Service de Parasitologie, Institut Pasteur de Tunis Service

Plus en détail

VERS UN VACCIN CONTRE LE CYTOMÉGALOVIRUS LE POINT EN 2010. S. Alain

VERS UN VACCIN CONTRE LE CYTOMÉGALOVIRUS LE POINT EN 2010. S. Alain VERS UN VACCIN CONTRE LE CYTOMÉGALOVIRUS LE POINT EN 2010 S. Alain Le Cytomégalovirus (CMV) Famille des Herpesviridae Persiste sous forme latente après la primoinfection Spécificité d hôte étroite : HCMV

Plus en détail

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH)

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Infection par le Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Le virus de l immunodéficience humaine, le VIH, est responsable du syndrome de l'immunodéficience acquise, le sida. Une personne est séropositive

Plus en détail

Manuel pratique à l attention des éleveurs

Manuel pratique à l attention des éleveurs Manuel pratique à l attention des éleveurs Infos et contact Allée des artisans 2 5590 ciney Tel : 083 / 23 05 15 - Fax : 083 / 23 05 16 www.arsia.be éditeur responsable : Jean Detiffe, Président de l Arsia

Plus en détail

La rougeole : La vaccination pour vaincre le retour

La rougeole : La vaccination pour vaincre le retour La rougeole : La vaccination pour vaincre le retour Centre International de Vaccination Service Universitaire de Maladies Infectieuses et du voyageur XVIII ème Journée Régionale de Pathologie Infectieuse

Plus en détail

Rôle de Mycoplasma pneumoniae dans les encéphalites pédiatriques

Rôle de Mycoplasma pneumoniae dans les encéphalites pédiatriques Mémoire du DES de pédiatrie, soutenu le 23 Octobre 2008 Rôle de Mycoplasma pneumoniae dans les encéphalites pédiatriques Carine HALFONDOMENECH Université Claude Bernard Lyon1 23 Octobre 2008 HALFONDOMENECH

Plus en détail

enceinte Femme CYTOMÉGALOVIRUS (CMV)

enceinte Femme CYTOMÉGALOVIRUS (CMV) Femme enceinte CYTOMÉGALOVIRUS (CMV) Presque la moitié des enfants en service de garde excrètent ce virus, surtout dans l urine et la salive, et ils peuvent le transmettre à leurs parents et aux autres

Plus en détail

R. Ahmed né le 01/10/2013 consulte aux urgences à J18 de vie pour : «Fièvre aigue»

R. Ahmed né le 01/10/2013 consulte aux urgences à J18 de vie pour : «Fièvre aigue» CAS CLINIQUE R. Ahmed né le 01/10/2013 consulte aux urgences à J18 de vie pour : «Fièvre aigue» J17 de vie : Fièvre aigue chiffrée à 38,5 c + vomissements évoluant 24 heures Notion de contage virale (

Plus en détail

La rubéole au cours de la grossesse risques et prise en charge

La rubéole au cours de la grossesse risques et prise en charge 24 ème CONGRES NATIONAL D INFECTIOLOGIE 17-19 Avril 2014 La rubéole au cours de la grossesse risques et prise en charge Dr Naila Hannachi Ben Sayah Laboratoire de Microbiologie Faculté de Médecine de Sousse

Plus en détail

La surveillance des infections du site opératoire (ISO) :

La surveillance des infections du site opératoire (ISO) : La surveillance des infections du site opératoire (ISO) : un indicateur de la politique d hygiène des établissements de santé? Pourquoi les ISO? Complication fréquente Complication grave (surtout si ISO

Plus en détail

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE (*) Introduction Définition : SYSTEME IMMUNITAIRE (SI) : C est un ensemble d organes, de cellules et de tissus dont la fonction est la défense du corps humain, c est à dire le

Plus en détail

LA VACCINATION CONTRE L HEPATITE B D. Abiteboul Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES Vaccination anti-vhb obligatoire : personnes concernées es 4 Les personnels EXPOSES

Plus en détail

1 La Grippe en questions

1 La Grippe en questions 1 La Grippe en questions Qu est ce que la grippe? Que sont les virus grippaux? La grippe est une infection virale respiratoire aiguë contagieuse. Les virus grippaux se répartissent entre différents types

Plus en détail

Législation autour de la naissance Protection sociale et médicale. PACES Année universitaire 2012-2013

Législation autour de la naissance Protection sociale et médicale. PACES Année universitaire 2012-2013 Législation autour de la naissance Protection sociale et médicale PACES Année universitaire 2012-2013 Introduction La grossesse est un événement naturel qui se déroule normalement pour la majorité des

Plus en détail

Seules les trisomies 13, 18 et 21 sont concernées dans le test génétique non invasif.

Seules les trisomies 13, 18 et 21 sont concernées dans le test génétique non invasif. 1 Normalement, chaque individu a dans chacune de ces cellules 23 paires de chromosomes numérotées de 1 à 22, la 23ème paire étant la paire des chromosomes sexuels. Une des anomalies chromosomiques les

Plus en détail

La prévention de l'herpès néonatal

La prévention de l'herpès néonatal La prévention de l'herpès néonatal Marc Steben Institut national de santé publique du Québec Objectifs de la présentation État de la situation enjeux perspectives d'avenir 2 Herpès génital : facteurs de

Plus en détail

Au troisième mois, vous avez pris conscience de votre grossesse et votre corps la vit plus sereinement.

Au troisième mois, vous avez pris conscience de votre grossesse et votre corps la vit plus sereinement. Le troisième mois Voir aussi : La déclaration de grossesse Le choix de la maternité Échographie : Video d un coeur à 14 SA Votre corps Au troisième mois, vous avez pris conscience de votre grossesse et

Plus en détail

Congrès La Baule 08/10/09 D TRIPODI CHU NANTES 1

Congrès La Baule 08/10/09 D TRIPODI CHU NANTES 1 Problématique des «contages» au sein des établissements de soins : - nécessité d une collaboration étroite du Service Santé au Travail avec l Équipe d Hygiène Hospitalière et le CLIN. Congrès La Baule

Plus en détail

Le virus de l hépatite A (VHA)

Le virus de l hépatite A (VHA) Hépatite A Le virus de l hépatite A (VHA) Picornaviridae, genre Hepatovirus seul représentant, ubiquitaire. 6 génotypes (I à VI) ont été décrits les génotypes I, II et III correspondent aux isolats humains,

Plus en détail

Dépistage / Diagnostic de la trisomie 21 en période prénatale

Dépistage / Diagnostic de la trisomie 21 en période prénatale Lyon Neuroscience Research Center Dépistage / Diagnostic de la trisomie 21 en période prénatale Damien Sanlaville Journée mondiale de la trisomie 21 Lyon, le 22 mars 2014 Un point crucial Bien comprendre

Plus en détail

Rougeole au C.H.U. de Reims en 2008. statuts immunitaires des soignants. Épidémie hospitalo-communautaire de rougeole au CHU de Reims

Rougeole au C.H.U. de Reims en 2008. statuts immunitaires des soignants. Épidémie hospitalo-communautaire de rougeole au CHU de Reims Épidémie hospitalo-communautaire de rougeole au CHU de Reims janvier-mars 2008 Rougeole au C.H.U. de Reims en 2008 statuts immunitaires des soignants Documentation par le CHU : services de soins, unité

Plus en détail

HERPES : GROSSESSE ET NOUVEAU-NE

HERPES : GROSSESSE ET NOUVEAU-NE Page 1 sur 7 Mots-clés : Herpès ; nouveau-né ; grossesse Nom Fonction Date Signature Rédaction E BOEZ PH CH Roubaix Avril 08 Validation GEN NPDC PENDANT LA GROSSESSE A) DIAGNOSTIC Le diagnostic repose

Plus en détail

Dissémination du SRAS Novembre 2002 Février 2003

Dissémination du SRAS Novembre 2002 Février 2003 SRAS: Aspects virologiques et prévention Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis Introduction ti SRAS = Syndrome Respiratoire Aigu Sévère = Pneumonie atypique sévère 1

Plus en détail

Intérêt du dosage des marqueurs immunologiques dans le diagnostic du DT1 et LADA

Intérêt du dosage des marqueurs immunologiques dans le diagnostic du DT1 et LADA Intérêt du dosage des marqueurs immunologiques dans le diagnostic du DT1 et LADA R Raache Service d immunologie, Institut Pasteur d Algérie IPA Faculté des Sciences Biologiques (USTHB) I- Introduction

Plus en détail

Le thème de ce dix-huitième

Le thème de ce dix-huitième TD 201 Prévention des infections transmises de la mère à l enfant 18 e colloque sur le Contrôle épidémiologique des maladies infectieuses Paris, 15 mars 2013 en résumé AUTEURS : M.C. Bayeux-Dunglas, V.

Plus en détail

Infections urinaires quelques aspects diagnostiques. P Chavanet Infectiologie, Dijon Octobre 2015

Infections urinaires quelques aspects diagnostiques. P Chavanet Infectiologie, Dijon Octobre 2015 Infections urinaires quelques aspects diagnostiques P Chavanet Infectiologie, Dijon Octobre 2015 Mme X, 31 ans, vient vous voir en consultation pour brûlures mictionnelles et pollakiurie depuis 48h. ATCD

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE PATIENTE antigène HBs + PENDANT LA GROSSESSE

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE PATIENTE antigène HBs + PENDANT LA GROSSESSE Communauté Périnatale de l Agglomération Versaillaise Association Loi 1901 n 0784014641 29 rue de Versailles 78150 Le Chesnay Tel : 01 39 43 12 04 Web : www.nat78.com email: cpav@medical78.com CONDUITE

Plus en détail

S informer, se proteger, prevenir

S informer, se proteger, prevenir Liens www.wacc-network.org www.eurogin.com www.invs.sante.fr www.has-sante.fr/portail/jcms/j_5/accueil www.sante.gouv.fr www.afssaps.sante.fr www.inpes.sante.fr www.e-cancer.fr S informer, se proteger,

Plus en détail

Prise en charge de quelques pathologies durant la grossesse. Dr P.RAYNAL

Prise en charge de quelques pathologies durant la grossesse. Dr P.RAYNAL Prise en charge de quelques pathologies durant la grossesse Dr P.RAYNAL PLAN Métrorragies du 1 er trimestre : Prise en charge RPC Prévention de l allo-immunisation Rhésus-D Viroses Fièvre et grossesse

Plus en détail

RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE

RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE... 1 1 GENERALITES... 2 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE... 2 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE... 2 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE...

Plus en détail

Hépatite B et Grossesse

Hépatite B et Grossesse Hépatite B et Grossesse Najet Bel Hadj CHU Mongi Slim La Marsa Tunis Chez la femme enceinte, l infection virale B est dominée par le risque de transmission mère enfant qui reste une cause majeure du maintien

Plus en détail

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie,

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Introduction La maladie de castleman ou hyperplasie angio folliculaire

Plus en détail

Grippe et grossesse. Delphine Le Mercier maternité Caroline Charlier maladie infectieuse NEM 2014

Grippe et grossesse. Delphine Le Mercier maternité Caroline Charlier maladie infectieuse NEM 2014 Grippe et grossesse Delphine Le Mercier maternité Caroline Charlier maladie infectieuse NEM 2014 3 questions Quels sont les facteurs de risques de grippe grave chez la femme enceinte? A quel(s) trimestre(s)

Plus en détail

FONCTIONS PEDAGOGIQUES ET HOSPITALO-UNIVERSITAIRES:

FONCTIONS PEDAGOGIQUES ET HOSPITALO-UNIVERSITAIRES: Nom : AÏNAS Prénom: Lahlou Date et lieu de naissance : 12 Avril 1951 à CHEMINI (Sidi-Aich, W de BEJAIA) Doctorat en Sciences Médicales en Hématologie DESM (04 Octobre 1998) Docent (Admis au concours de

Plus en détail

Vaccinations et grossesse. C.Chatelet

Vaccinations et grossesse. C.Chatelet Vaccinations et grossesse C.Chatelet L Idéal en préconceptionnel S assurer vaccinations réglementaires. Vacciner patientes à risques hépatites A, B et pneumocoques. Vacciner les «voyageurs potentiels»,

Plus en détail

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire Informations de l'unité d'enseignement Implantation Cursus de Institut Paul Lambin Bachelier en chimie Intitulé Biotechnologie 2 C2120 Cycle 1 Bloc 2 Quadrimestre 2 Pondération 1 Nombre de crédits 5 Nombre

Plus en détail

Diagnostic et prise en charge de la toxoplasmose pendant la grossesse

Diagnostic et prise en charge de la toxoplasmose pendant la grossesse Diagnostic et prise en charge de la toxoplasmose pendant la grossesse Pr Ag Rym Ben Abdallah Laboratoire Parasitologie-Mycologie Institut Pasteur Tunis Rappel théorique INTRODUCTION - Zoonose - Due à un

Plus en détail

LES VIROSES GRAVES. JP STAHL Infectiologie CHU de Grenoble

LES VIROSES GRAVES. JP STAHL Infectiologie CHU de Grenoble LES VIROSES GRAVES JP STAHL Infectiologie CHU de Grenoble Une histoire clinique Jeune homme de 16 ans Angine érythémateuse, survenue brutale Adénopathies cervicales et sousmentonnières, non douloureuses,

Plus en détail

Dr X.LEGROS/H.BENICHOU Maternité CHU Pointe à Pitre SURVEILLANCE D UNE GROSSESSE NORMALE

Dr X.LEGROS/H.BENICHOU Maternité CHU Pointe à Pitre SURVEILLANCE D UNE GROSSESSE NORMALE Dr X.LEGROS/H.BENICHOU Maternité CHU Pointe à Pitre SURVEILLANCE D UNE GROSSESSE NORMALE Introduction Suivi standardisé 6 à 7 consultations 2 Objectifs: prévention et évaluation des risques Le médecin

Plus en détail

PALUDISME PENDANT LA GROSSESSE EN AFRIQUE

PALUDISME PENDANT LA GROSSESSE EN AFRIQUE PALUDISME PENDANT LA GROSSESSE EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE: INFLUENCE DU CALENDRIER D ADMINISTRATION DU TRAITEMENT PRÉVENTIF INTERMITTENT BICH-TRAM HUYNH, MD PHD ACADÉMIE NATIONALE DE PHARMACIE, 4 DÉCEMBRE

Plus en détail

Cas clinique 1. Que faites-vous?

Cas clinique 1. Que faites-vous? Cas clinique 1 Madame G., âgé de 32 ans, institutrice, et 3e pare. Actuellement au terme de 20 semaines d'aménorrhée, elle consulte pour une fièvre isolée dépassant 38 avec frissons depuis trois jours.

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE Arrêté du 24 janvier 2008 fixant les conditions d agrément des centres de collecte de sperme d équidés NOR : AGRG0802056A

Plus en détail

Intérêt de la détection des variants résistants minoritaires. Stéphanie Raymond INSERM UMR1043 Et Laboratoire de Virologie CHU de Toulouse

Intérêt de la détection des variants résistants minoritaires. Stéphanie Raymond INSERM UMR1043 Et Laboratoire de Virologie CHU de Toulouse Intérêt de la détection des variants résistants minoritaires Stéphanie Raymond INSERM UMR1043 Et Laboratoire de Virologie CHU de Toulouse Conflits d intérêt Honoraires de conférencier : ViiV Participation

Plus en détail

Varicelle et grossesse

Varicelle et grossesse Varicelle et grossesse Professeur Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 Hôpital Femme Mère Enfant Bron Président du Comité technique des vaccinations Réseau Mater Sud Est- Lyon 24 novembre 2009

Plus en détail

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques 3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques La vaccination en cas d immunodépression présente certaines particularités qui justifient des recommandations

Plus en détail

Discipline : Microbiologie Durée de l épreuve : 37mn Notée : 11

Discipline : Microbiologie Durée de l épreuve : 37mn Notée : 11 Discipline : Microbiologie Durée de l épreuve : 37mn Notée : 11 3 ème Année de Médecine Session de juillet 2014 Question 1 (1 point) : Toute suspicion de brucellose doit être signalée au laboratoire réalisant

Plus en détail

LES CAUSES INFECTIEUSES PREDOMINENT. 1) Diagnostic positif. Hémogramme. 2) Diagnostic différentiel

LES CAUSES INFECTIEUSES PREDOMINENT. 1) Diagnostic positif. Hémogramme. 2) Diagnostic différentiel Item ECN Syndromes mononucléosiques N 334 -Syndrome mononucléosique Devant un syndrome mononucléosique, argumenter les principales hypothèses diagnostiques et justifier les Examens complémentaires pertinents

Plus en détail

Item 152: candida, dermatophytes

Item 152: candida, dermatophytes Item 87 Item 152: candida, dermatophytes Facteur favorisant (DB, macération, obésité, défaut d hygiène) à rechercher et à traiter Candida: pathogène peau; saprophyte muqueuse Enduit blanchâtre, détachable,

Plus en détail

Thrombopénies et grossesse

Thrombopénies et grossesse Thrombopénies et grossesse Marie-Françoise Hurtaud-Roux Service d Hématologie Biologique Hôpital Robert Debré APHP, Paris Nouméa, le 22 octobre 2009 Plaquettes et grossesse Evolution des plaquettes durant

Plus en détail

Prévention de la coqueluche. Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE

Prévention de la coqueluche. Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE Prévention de la coqueluche Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE La coqueluche : question d actualité? Epidémiologie Nouvelles recommandations vaccinales et leur application Rôle des professionnels

Plus en détail

Thrombopénies induites par l héparine Quel avenir? Pierre- Emmanuel Morange Laboratoire d Hématologie CHU Timone Marseille

Thrombopénies induites par l héparine Quel avenir? Pierre- Emmanuel Morange Laboratoire d Hématologie CHU Timone Marseille Thrombopénies induites par l héparine Quel avenir? Pierre- Emmanuel Morange Laboratoire d Hématologie CHU Timone Marseille TIH Type II Thrombopénie induite par un médicament atypique - Survient dans la

Plus en détail

INFORMATION DE LA FEMME ENCEINTE

INFORMATION DE LA FEMME ENCEINTE S Y N T H È S E D E L A R E O M M A N D AT I O N D E B O N N E P R AT I Q U E Indications de la césarienne programmée à terme Janvier 2012 La définition de la césarienne programmée retenue dans les recommandations

Plus en détail

Infections virales de la peau

Infections virales de la peau Infections virales de la peau Infections virales de la peau Herpesvirus: HSV1 (et 2) Virus de la varicelle et du zona: VZV Rougeole Rubéole ErythrovirusB19 (Parvovirus B19) Papillomavirus Poxvirus: virus

Plus en détail

CONDUITE A TENIR EN CAS DE VARICELLE ET DE ROUGEOLE CHEZ UN MALADE HOSPITALISE OU UN SOIGNANT

CONDUITE A TENIR EN CAS DE VARICELLE ET DE ROUGEOLE CHEZ UN MALADE HOSPITALISE OU UN SOIGNANT CONDUITE A TENIR EN CAS DE VARICELLE ET DE ROUGEOLE CHEZ UN MALADE HOSPITALISE OU UN SOIGNANT Docteur M.D. RAINE, Médecin du Travail, SIE AMET à Rosny-sous-Bois (93) VARICELLE 1) Chez malade hospitalisé

Plus en détail

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes G Borgherini 1, A Gouix 1, F Paganin 1, A Jossaume 1, L Cotte 2, C Arvin-Berod 1, A Michault

Plus en détail

L herpès est une maladie très répandue puisqu elle touche plus de 10 millions de personnes. Elle est en augmentation car de nombreuses personnes

L herpès est une maladie très répandue puisqu elle touche plus de 10 millions de personnes. Elle est en augmentation car de nombreuses personnes L herpès est une maladie très répandue puisqu elle touche plus de 10 millions de personnes. Elle est en augmentation car de nombreuses personnes ignorent qu elles sont porteuses et transmettent le virus

Plus en détail

MESURE DE LA LONGUEUR DU CANAL CERVICAL DU COL

MESURE DE LA LONGUEUR DU CANAL CERVICAL DU COL MESURE DE LA LONGUEUR DU CANAL CERVICAL DU COL DE L UTERUS PAR ECHOGRAPHIE PAR VOIE VAGINALE INTERET DANS LA PREVISION DE L ACCOUCHEMENT PREMATURE SPONTANE RAPPORT D EVALUATION TECHNOLOGIQUE Texte court

Plus en détail

PREVAC B: stratégies de prévention de l hépatite B en soins primaires

PREVAC B: stratégies de prévention de l hépatite B en soins primaires PREVAC B: stratégies de prévention de l hépatite B en soins primaires AUBERT Jean-Pierre, DI PUMPO Alexandrine, GERVAIS Anne, SANTANA Pascale, MAJERHOLC Catherine, MARCELLIN Patrick. JNI, Marseille, 5

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos à la deuxième édition... V Introduction... VII Remerciements...IX Abréviations de l'ouvrage...

Table des matières. Avant-propos à la deuxième édition... V Introduction... VII Remerciements...IX Abréviations de l'ouvrage... Avant-propos à la deuxième édition................................. V Introduction................................................... VII Remerciements.................................................IX

Plus en détail