Infections materno-fœtales Interprétation des sérologies maternelles CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Infections materno-fœtales Interprétation des sérologies maternelles CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales"

Transcription

1 Infections materno-fœtales Interprétation des sérologies maternelles CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Christelle VAULOUP-FELLOUS Service de Virologie, Hôpitaux Universitaires Paris-Sud Faculté de médecine Paris-Sud CNR des infections rubéoleuses materno-fœtales

2 Diagnostic de l infection maternelle Primo-infection/Infection secondaire Primo-infection : CMV Parvovirus B19 VZV Rubéole Toxoplasmose Infection secondaire (réinfection/réactivation) : CMV VZV => difficile donc non réalisé en pratique

3 Quelle fréquence pour ces infections maternelles? 1. CMV : 8000 femmes enceintes /an 2. Parvovirus B19 : 8000 femmes enceintes/an (mais 50% symptomatiques => non vues) 3. Toxoplasmose : 1000 femmes enceintes / an 4. Varicelle : 300 femmes enceintes / an 5. Rubéole : 30 femmes enceintes / an 6. Syphilis, Herpes, V CML : <10 femmes enceintes / an?. Entérovirus :?

4 Circonstances du diagnostic biologique de l infection maternelle Signes cliniques souvent absents et peu spécifiques (sauf varicelle) Anomalies échographiques +++ (sauf rubéole) Dépistage systématique? Mise en évidence du virus, de leurs antigènes ou de leur génome souvent difficile => sérologies

5 Diagnostic sérologique de l infection maternelle Séroconversion? Titre élevé d IgG spécifiques? Pièges Signification d un titre stable? Augmentation du titre des anticorps? Présence d IgM spécifiques? Signification de l absence d IgM spécifiques?

6 Primo-infection maternelle Contage Contamination J0 Signes cliniques J15 IgM J18 IgG J20 CMV J10 J15?? VZV J10 J12? Chute des croutes Parvovirus B19 J6 J6 J16 J25? Rubéole J8 J8 J0 J23 Au moment des signes cliniques, la sérologie peut être négative En cas de primo-infection, les IgM apparaissent toujours avant les IgG

7 Séroconversion Définition 1 er plvt: IgG 2 ème plvt: IgG + Circonstances - Primo-infection - Vaccination (rubéole) - Discordance en techniques -Variation du titre d IgGautour du seuil -stimulation polyclonale non spécifique du système immunitaire -Actransmis de façon passive

8 Séroconversion (1) Rubéole Date IgG specifiques (UI/mL) (seuil: 10UI/mL) Négatif: < 10 (6) Positif: Positif: 130 Date IgM spécifiques (seuil: 1,2) Avidité Négatif (0.16) Equivoque (1.1) 88% (forte) Positif (1.4) 91% (forte)

9 Séroconversion (2) Madame L. Mai 2009, première grossesse - sérologie rubéole, 30 juin, laboratoire A: < 10 UI/mL FCS, juillet Pas de vaccination Béclère: 10,5 UI/mL seuil: 15 UI/mL Nouvelle grossesse, octobre sérologie rubéole, 2 novembre, laboratoire B: 10 UI/mL - sérologie rubéole, 10 décembre, laboratoire C: 224 UI/mL Béclère: 11,7 UI/mL seuil: 15 UI/mL

10 Explication (1) Contrôle de la spécificité par Western blot Rubéole Blot A B C D E F G H E: E: 5-9 E: E: 5-6 E: 5-9 N<10 E: 5-10 E: P 11,1 E 1,8 N 13 E 16 P 21,9 P 4,3 N 42,1 P 28,4 P P 12,8 E 4,3 N 13 E 6 E 5,4 E 11,6 P 11,1 P 7,36 N P 12,2 E 4,1 N 11 E 5 E 8,8 E 10,5 P 25,1 P 14,5 E P 9,4 N 5 E 10 E 6 E 3,5 N 60,4 P 10,7 P 8,11 N P 9,8 N 7,6 E 13 E 8 P 5,5 E 5 N 11,7 P 10,8 E P 7,7 N 4,8 N 9 N 5 E 6,3 E 61,1 P 13,3 P 9,35 N P 6,8 N 4,2 N 7 N 5 E <3 N 11,8 P 9,3 E 6,1 N P 8,9 N 5 E 14 E 8 P 5,7 E 41,2 P 17,1 P 10,6 E P 8,3 N 4,8 N 11 E 8 P 8,8 E 11,4 P 13,6 P 12,1 E P 12 E 4,1 N 12 E 7 P 8,6 E 7,7 N 23,5 P 12,5 E P 12,2 E 7 E 10 E 13 P 4,9 N 500 P 14,1 P 10,8 E P 9,5 N 6,1 E 12 E 8 P 4,4 N 19,2 P 7,4 E 11,4 E

11 Explication (2) CMV Techniques I Moyenne UI/ml II Moyenne UI/mL III Moyenne UI/mL Abbott Architect (6) Abbott AxSYM (15) Siemens Immulite (1.1) Beckman Access/DXI (15) biomérieux Vidas (6) DiaSorin Liaison XL (14) Roche Cobas 6000/Elecsys/ Modular (1)

12 Explication (2) Toxo Techniques I Moyenne UI/ml II Moyenne UI/mL III Moyenne UI/mL Abbott Architect (3) Abbott AxSYM (3) Siemens Immulite (8) Beckman Access/DXI (10.5) biomérieux Vidas (8) DiaSorin Liaison XL (8.8) Roche Cobas 6000/Elecsys/ Modular (30)

13 Explication Résultats identiques quelle que soit la technique utilisée?? Pourquoi??? Les antigènes Virus Protéines recombinantes («virus like particle», E1) Les anticorps Spécificité, Concentration Affinité, Origine, Marquage Le format de la réaction Indirect, Compétition Immunocapture

14 Séroconversion (3) Varicelle Courant 2006 : vaccination contre le VZV (protocole en 2 doses) : son fils (18 mois) fait une varicelle SA IgG (seuil 1.3) < 0.9 (0.4) éruption 3.3 IgM (seuil 1.5) < 0.9 (0.3) varicelleuse < 0.9 (0.7) Très probable réinfection Pas d amniocentèse, surveillance échographique Accouchement le (41 SA) : garçon en bonne santé (IgM neg)

15 Performance des test VZV Concordances (N=177 plvts): Vidas (BioM) vs Enz (Siemens) = 86% Enz (Siemens) vs Liaison (Diasorin) = 85% Liaison (Diasorin) vs Vidas (BioM) = 85% Concordance globale: 81% Le souvenir est plus sensible que la sérologie!

16 Stabilité des anticorps (1) CMV Ratio IgG BMD IgG BEHRING IgG VIDAS J0 J28 J58 J92 J114 J123 Jours Pour les infections virales un titre stable d anticorps ne permet pas d exclure une primo-infection récente

17 Stabilité des anticorps (2) Toxoplasmose Titres stables d anticorps sur 2 sérums prélevés à un mois d intervalle Infection > 2 mois (à partir du sérum le plus ancien)

18 Augmentation du titre des anticorps Définition Doublement du titre à 3 semaines d intervalle Circonstances - Primo-infection - Vaccination (rubéole) - Réinfection, réactivation (infection à CMV, VZV) - Stimulation polyclonale non spécifique du système immunitaire

19 Présence d IgM spécifiques «Toujours» observée dans les primo-infections récentes Mais également et plus fréquemment suite à : - la persistance des IgM - une vaccination (rubéole, VZV) -une infection secondaire (réinfection ou réactivation à CMV, VZV, toxoplasme) -une stimulation polyclonale non spécifique du système immunitaire - une réaction croisée (Herpesvirus)

20 Persistance d IgM spécifiques (1) Rubéole Eruption IgM primo-infection infection IgM vaccination // // // J0 J15 J60 J360 Années Contage Vaccination

21 Persistance d IgM spécifiques (2) CMV Date IgG (IU/mL) Seuil: 0.6 IgM Seuil: < 0.2 < Longue

22 Persistance d IgM spécifiques (3) CMV Elisa 1 Elisa 2 SA IgG IgM IgG IgM Cut off : 6 AU/mL U/mL <4 / / / <4 / Courte Courte

23 Persistance d IgM spécifiques (4) Toxoplamose -Habituellement, des mois, voire des années -IgM transitoires (moins d un mois) < 1% des primo-infections?

24 Stimulation polyclonale non spécifique du système immunitaire Date CMV Seuil G: 0,6 Seuil M: 30 HSV Seuil G: 1,1 Seuil M: 1,1 Parvo B19 Seuil G: 1,1 Seuil M: 1,1 Toxo Seuil G: 10.5 Seuil M:1.0 Rubéole Seuil G: 15 Seuil M: 1,2 EBV Seuil EBV G: 20 Seuil VAC G: 40 Seuil VAC M: 20 08/09/11 G: <0,2 M: <8 G: 5,7 M < 0,5 G: 22 M: 0,1 G: 0.0 M: 0.1 G: 14,3 M: 0.23 EBNA G 175 VCA G 143 VAC M < 10 18/12/11 G: 0.0 G: < 0,2 G: 11.6 / / M: 0.1 M: 14,9 M: /12/11 G: 0,4 M: 143 G: 7,4 M: 1,3 G: 32,9 M: 6,2 G: 0.0 M: 0.1 G: 22.8 M: 2.18 EBNA G 210 VCA G 277 VCA M /01/12 G: 1 M: 175 Avidité: très faible G: 7,8 M: 3,3 G: 32 M: 7,3 G: 0.0 M: 0.0 G: 18.6 M: 2.16 EBNA G 221 VCA G 205 VCA M /01/12 G: 1.5 M: >240 Av faible G: 5.2 M: 1,3 G: 26.3 M: 3.3 G: 0.1 M: 0.1 G: 19 M: 1.80 EBNA G 210 VCA G 144 VCA M >160 15/02/12 G: 1.4 M: 106 Av faible G: 28.4 M: 2.4 G: 0.0 M: 0.1 G: 15.8 M: 0.18 EBNA G 203 VCA G 177 VCA M 88.4

25 Réaction croisée Date CMV EBV seuil IgG : 0.6 UI/ml seuil IgM : 30 UA/ml seuil EBNA : 20 U/ml seuil VCA IgG : 20 U/ml seuil VCA IgM: 40 U/ml IgG : < 0.2 EBNA : < 3 IgM : 37 VCA G : 10.1 VCA M : IgG < 0.2 EBNA : < 3 IgM : 52.2 VCA G : 34 VCA M : > 160

26 Séroconversion sans IgM = primo-infection? Date IgG spécifiques (UI/ml) (seuil: 6 UI/mL) Négatif: Positif: 50 Date IgM spécifiques (seuil: 1) Avidité Négatif: Négatif: % (forte) Primo-infection à CMV? Quelle est votre hypothèse?

27 Ac transmis de façon passive comment le «prouver»? Date IgG spécifiques (UI/ml) (seuil: 6 UI/mL) Négatif: Positif: Positif: 27 Date IgM spécifiques (seuil: 1) Avidité Négatif: Négatif: % (forte) Négatif: % (forte)

28 Conduite à tenir -Augmentation du titre des Ac - Présence d IgM => Examens complémentaire : mesure de l avidité des IgG fonction de : - l ancienneté de l infection - de la technique utilisée -du patient testé -du germe en cause

29 Mesure de l avidité des IgG Infection à CMV Rubéole Vaccination rubéole Toxoplasmose Mois Indexd avidité (%)

30 Présence d IgM et mesure de l avidité des IgG sérum de femme enceinte (1 er trimestre) Liaison IgG+ IgM+ 141 (5,4%) IgG+ IgM- IgG- IgM Avidité faible 11 (7,8%) Avidité modérée 18 (12,8%) Avidité élevée 112 (79,4%)

31 Evaluation comparative des test de mesure de l indice d avidité des IgG (2) CMV Revello MG et al. J Clin Virol 2010;48:255-9

32 Interprétation de la mesure de l indice d avidité des IgG (2) => Attention si la concentration en IgG est trop faible

33 Avidité: limites du test Attention aux titres faibles d IgG => avidité faussement faible Attention aux performances variables des kits utilisés => variation de l interprétation Attention à l interprétation de l avidité toxoplasmose => diagnostic d exclusion (pas de datation possible)

34 Titres équivoques? = présence d Ac incertaine Se placer dans la situation la plus à risque pour la patiente IgGrubéole equet grossesse? IgG CMV equet grossesse? IgGVZV equet grossesse? IgGtoxoequet grossesse? IgG CMV/toxo equ et VIH? À considérer comme immunisé

35 - Dépistage systématique: - Rubéole (IgG) - Toxoplasmose (IgG + IgM) - CMV (IgG puis IgM) Rôle du laboratoire - En cas de contage => détermination du statut immunitaire (IgG) - En cas de signes cliniques => diagnostic de la primo-infection (IgG + IgM) - En cas de signes échographiques => si IgG + l infection est possible => diagnostic de l infection congénitale

36 Interprétation du dépistage systématique Rubéole IgG- IgG+ Patiente non immunisée 2 ème prélèvement 20 SA IgG- IgG+ Présence d anticorps à interpréter en fonction du contexte clinique Vaccination après l accouchement IgM+ IgM- Primo-infection possible à confirmer par la mesure de l avidité des IgG Primo-infection très peu probable à confirmer par la mesure de l avidité des IgGetla recherche des Acprotecteurs sur le 1 er plvt

37 Interprétation du dépistage systématique Toxoplasmose IgG- IgM- IgG+ IgM- IgG- IgM+ IgG+ IgM+ Suivi sérologique mensuel Contrôle sérologique à 15j Infection pré-conceptionnelle (si dépistage 1 er trimestre) Avidité des IgG IgG- IgM+ IgG+ IgM+ Forte Inf> 4 mois Faible Contrôle sérologique à 3 sem-1 mois Fausse réaction en IgM Suivi sérologique mensuel Séroconversion IgG stables : Infection > 2 mois IgG x2 : Infection < 2 mois

38 Interprétation du dépistage systématique CMV (T1) IgG- IgG+ Absence d immunité IgM+ IgM- Possible primo-infection récente; à confirmer par la mesure de l indice d avidité des IgG Patiente immunisée; absence de marqueur de primo-infection récente* Avidité élevée Primo-infection > 3 mois* Avidité faible Primo-infection < 3 mois* *Résultatàinterpréterenfonctiondutermedelagrossesseetselonlatechnique

39 Interprétation de la sérologie en cas de contage récent (< 15j) (infection possiblement asymptomatique) Sérum précoce <15j IgG+ Immunité antérieure IgG- 2 nd prélèvement 15j-3 semaines plus tard IgM - IgG - IgM - IgG + IgM + IgG + IgM + IgG - Pas d infection Stimulation polyclonale du système immunitaire Primo-infection possible Primo-infection probable À confirmer par la mesure de l avidité des IgG À confirmer par l apparition des IgG sur un nouveau prélèvement dans 5-10 jours

40 Interprétation de la sérologie en cas de contage varicelle récent (< 15j) Sérum précoce <15j IgG- IgG+ 2-3 semaines plus tard varicelle clinique asymptomatique asymptomatique varicelle clinique Privilégier le prélèvement des vésicules 2 nde sérologie à 3 semaines? Faut-il dépister sérologiquement une éventuelle réinfection? NON Privilégier le prélèvement des vésicules Vérifier les IgG sur 1 er prélèvement par une autre technique

41 Interprétation de la sérologie en cas de signes cliniques Sérologie IgG / IgM IgM - IgM + IgM - IgM + IgG - IgG + IgG + IgG - Prélèvement trop précoce ou Pas d infection Primo-infection possible À confirmer par la mesure de l avidité des IgG Primo-infection peu probable Primo-infection probable À confirmer par l apparition des IgG sur un nouveau prélèvement dans 5-10 jours

42 Interprétation des sérologies en cas d observation d anomalies échographiques évocatrices d une infection virale Sérologie IgG / IgM IgG+ IgM+ IgG- IgM- IgG- IgM+ IgG+ IgM- Anomalies non liées à l infection Possible infection post-conceptionnelle Mesure de l avidité des IgG Analyse d un sérum du début de grossesse Attention! au moment de la constatation des anomalies échographiques, les IgM peuvent avoir disparu Diagnostic anté-natal

43 En bref Seroconversion primo-infection Signification d un titre élevé => aucune IgM positives primo-infection => avidité Titres stables d IgG infection ancienne; attention aux titres stables d Ac en particulier si contexte clinique ou ATCD sérologiques négatifs Ne jamais interpréter des sérologies qui n auraient pas été faites avec la même technique Au moment de la constatation d anomalies écho, les IgM peuvent avoir disparu Attention aux performances variables des tests VZV; confirmer éventuellement par une autre technique (si résultat équivoque ou discordant se placer dans la situation laplusàrisque) Ne pas hésiter à rechercher des sérums antérieurs (autres sérologies, βhcg, dépistage de la trisomie ) En cas d éruption varicelleuse : même si elle est caractéristique, et surtout si elle ne l est pas => privilégier le prélèvement des vésicules Si la sérologie est négative (IgG-/IgM-) au moment des signes cliniques, la renouveler3à5 joursplustard

44 DU Pathologies infectieuses de la femme enceinte, du fœtus, et du nouveau-né L objectif de ce DU est de réunir au sein d un cadre multidisciplinaire, les professionnels ayant un domaine d expertise sur cette thématique, en vue d assurer aux acteurs de santé, impliqués dans la prise en charge des infections de la femme enceinte du fœtus et du nouveau-né, une formation portant sur : * Les bases physiopathologiques, et les particularités des infections bactériennes, virales et parasitaires dans ces populations * Les données épidémiologiques les plus récentes * Les outils diagnostiques disponibles (imagerie et biologie) * Les moyens de prévention * Les aspects thérapeutiques Enseignement clinico-biologique ouvert aux gynécologues-obstétriciens, pédiatres, généralistes, biologistes, échographistes, sages-femmes, internes, infirmières et techniciens de laboratoire. Points forts : 6h de séances interactives de cas clinico-biologiques Possibilité d enseignements à distance (vidéo et audio)

45 Conclusion Progrès importants dans le domaine de la sérologie: amélioration du diagnostic Mais Qualité du diagnostic biologique conditionnée par le dialogue clinico-biologique Merci de votre attention

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic des Hépatites virales B et C P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic VHC Dépistage: pourquoi? Maladie fréquente (Ac anti VHC chez 0,84% de la population soit 367 055

Plus en détail

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes G Borgherini 1, A Gouix 1, F Paganin 1, A Jossaume 1, L Cotte 2, C Arvin-Berod 1, A Michault

Plus en détail

Le titrage de l AgHBs: un témoin du statut du patient et de la réponse au traitement. Denis Ouzan Institut Arnault Tzanck, Saint-Laurent-du-Var

Le titrage de l AgHBs: un témoin du statut du patient et de la réponse au traitement. Denis Ouzan Institut Arnault Tzanck, Saint-Laurent-du-Var Le titrage de l AgHBs: un témoin du statut du patient et de la réponse au traitement Denis Ouzan Institut Arnault Tzanck, Saint-Laurent-du-Var Objectifs pédagogiques Connaitre les problèmes pratiques posés

Plus en détail

Borréliose de Lyme impact de l abaissement du seuil de positivité du dépistage sérologique.

Borréliose de Lyme impact de l abaissement du seuil de positivité du dépistage sérologique. Borréliose de Lyme impact de l abaissement du seuil de positivité du dépistage sérologique. Y. Hansmann, S. Sferrazza, N. Lefebvre, P. Zachary, S. De Martino, B. Jaulhac, D. Christmann Hôpitaux Universitaires

Plus en détail

Sérologie Maladie de Lyme

Sérologie Maladie de Lyme MÉMENTO DU Sérologie Maladie de Lyme DEFINITION BIOLOGISTE La maladie de Lyme est une anthropozoonose, transmise par piqûre de tiques femelles du genre Ixodes, due à un spirochète, Borrelia burgdorferi.

Plus en détail

Corticoïdes et vaccination

Corticoïdes et vaccination Corticoïdes et vaccination Corticoïdes Type? Topique Infiltration Inhalation Voie générale Dose? Type de vaccin V. inactivé V. vivant atténué Fièvre jaune ROR Tuberculose Varicelle Durée de traitement?

Plus en détail

Mme R début février toux banale avec épisodes irréguliers Fin février persistance d une toux à prédominance nocturne non insomniante Apyrétique, SpO2

Mme R début février toux banale avec épisodes irréguliers Fin février persistance d une toux à prédominance nocturne non insomniante Apyrétique, SpO2 Mme R début février toux banale avec épisodes irréguliers Fin février persistance d une toux à prédominance nocturne non insomniante Apyrétique, SpO2 97% en AA, pas de dyspnée. Entre autres: coqueluche

Plus en détail

COQUELUCHE. Clara Flateau CHRU Lille Mai 2011

COQUELUCHE. Clara Flateau CHRU Lille Mai 2011 COQUELUCHE Clara Flateau CHRU Lille Mai 2011 Epidémiologie Bactériologie Clinique Vaccination et recommandations Tests diagnostiques disponibles Stratégies diagnostiques: recommandations Traitement Conduite

Plus en détail

Quel est le risque infectieux?

Quel est le risque infectieux? Conflits d intérêts de l orateur (en rapport avec le thème de la conférence) Participation à des actions de formation organisés par des industriels (symposium, congrès, ateliers): Oui Immunosuppresseurs

Plus en détail

Enquête sur les infections congénitales à cytomégalovirus détectées pendant la grossesse ou à la naissance en France métropolitaine

Enquête sur les infections congénitales à cytomégalovirus détectées pendant la grossesse ou à la naissance en France métropolitaine Maladies infectieuses Enquête sur les infections congénitales à cytomégalovirus détectées pendant la grossesse ou à la naissance en France métropolitaine I. Parent du Châtelet, D. Lévy-Bruhl Sommaire Abréviations

Plus en détail

L éruption d Aymeric (9 ans)

L éruption d Aymeric (9 ans) L éruption d Aymeric (9 ans) Une lésion érythémateuse annulaire non prurigineuse constatée la veille Une petite papule en son centre? Aucun signe général L éruption d Aymeric (9 ans) QU EST-CE QUE C EST?

Plus en détail

Feuille de route. Proposition de traitement de la demande. Collège d orientation et d information : 19 mars 2015

Feuille de route. Proposition de traitement de la demande. Collège d orientation et d information : 19 mars 2015 Feuille de route Proposition de traitement de la demande La feuille de route vise à proposer au Collège une orientation méthodologique pour répondre à une demande d évaluation inscrite au programme de

Plus en détail

Formation Continue. Docteur Nathalie VIGET

Formation Continue. Docteur Nathalie VIGET 27 èmes Journées de JFHOD 2009 19-22 mars 2009 Formation Continue Palais des congrès PARIS Docteur Nathalie VIGET Indications vaccinales et gestion des infections opportunistes au cours des MICI Quelles

Plus en détail

OFSP & Commission Fédérale Vaccinations 2012 SMPR 2010

OFSP & Commission Fédérale Vaccinations 2012 SMPR 2010 Objectifs QUELLES VACCINATIONS RECOMMANDER CHEZL ADULTE? N. Junod Perron et J P. Humair Enseignement en Médecine Ambulatoire SMPR 26.3.2014 2014 Connaître les vaccins recommandés chez les adultes de la

Plus en détail

Table Ronde «Prévention et Dépistage»

Table Ronde «Prévention et Dépistage» Table Ronde «Prévention et Dépistage» «L infection à VIH/SIDA en 2013» Conférence organisée par la Ville de Marseille Dr Pervenche Martinet Dr Chantal Vernay Vaïsse 29/11/2013 1 Le dépistage aujourd'hui

Plus en détail

Prévention de la coqueluche. Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE

Prévention de la coqueluche. Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE Prévention de la coqueluche Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE La coqueluche : question d actualité? Epidémiologie Nouvelles recommandations vaccinales et leur application Rôle des professionnels

Plus en détail

Nouvelles stratégies de dépistage du VIH. Dr Laurent Malato Laboratoire de Virologie CHU Bordeaux Pellegrin 12 Décembre 2011

Nouvelles stratégies de dépistage du VIH. Dr Laurent Malato Laboratoire de Virologie CHU Bordeaux Pellegrin 12 Décembre 2011 Nouvelles stratégies de dépistage du VIH Dr Laurent Malato Laboratoire de Virologie CHU Bordeaux Pellegrin 12 Décembre 2011 Point épidémiologique sur le VIH Dépistage du VIH en France 5 millions de sérologies

Plus en détail

La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann

La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann La maladie de Lyme chronique existe-t-elle? D. Christmann Borréliose de Lyme Borrelia burgdorferi stricto sensu, B. afzelii, B. garinii, B. spielmanii, B. valaisiana Eléments de physiopathologie inoculation

Plus en détail

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013 Hépatite B Le virus Structure et caractéristiques o o o Famille des Hepadnaviridae Genre orthohepadnavirus Enveloppé, capside icosaédrique, 42 nm 1 Le virus Structure et caractéristiques En microscopie

Plus en détail

Le chikungunya dans les Antilles

Le chikungunya dans les Antilles C I R E A N T I L L E S G U Y A N E Le chikungunya dans les Antilles ANTILLES GUYANE Le point épidémiologique N 1 / 214 Situation épidémiologique actuelle à Saint Martin Martinique Guadeloupe Surveillance

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM)

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM) CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM) Professeur Emmanuel Andrès, Service de Médecine Interne, Diabète et Maladies Métaboliques, Clinique Médicale B, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Plus en détail

Programme détaillé AUEC / DU Pathologies infectieuses de la femme, de la mère et du nouveau- né

Programme détaillé AUEC / DU Pathologies infectieuses de la femme, de la mère et du nouveau- né Programme détaillé AUEC / DU Pathologies infectieuses de la femme, de la mère et du nouveau- né MODULE 1 : SPECIFICITES DE LA MICROBIOLOGIE ET DE LA PHYSIOPATHOLOGIE APPLIQUEES A LA GYNECOLOGIE, L OBSTETRIQUE

Plus en détail

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire Vaccination des étudiants du Baccalauréat en Médecine de Lausanne INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire La vaccination du personnel de santé est recommandée par l Office fédéral

Plus en détail

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques?

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? Dr C. ZANDOTTI Laboratoire de Virologie du Pr D. Raoult CHU Timone, Marseille. Virus herpes simplex (HSV) Virus strictement humain,

Plus en détail

Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives. Paris, 13 décembre 2006

Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives. Paris, 13 décembre 2006 Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives Paris, 13 décembre 2006 Quatre questions Question 1 - Sur quels éléments cliniques et épidémiologiques faut-il évoquer le diagnostic

Plus en détail

Est-ce une mononucléose?

Est-ce une mononucléose? Est-ce une mononucléose? Louis Valiquette, MD, FRCPC et Louiselle Leblanc, MD Le cas d Amélie Amélie, âgée de 23 ans, se présente à votre clinique avec de la fièvre depuis 3 jours, de la fatigue, des ganglions

Plus en détail

Entraînement et Surentraînement. Où tracer la ligne? Définition. Diagnostic d exclusion. Dre Mireille Belzile Août 2005. Syndrome de surentraînement

Entraînement et Surentraînement. Où tracer la ligne? Définition. Diagnostic d exclusion. Dre Mireille Belzile Août 2005. Syndrome de surentraînement Entraînement et Surentraînement Où tracer la ligne? Dre Mireille Belzile Août 2005 Définition Syndrome de surentraînement Diminution des performances Fatigue persistante Perte de poids Douleur musculaire

Plus en détail

Indication du test. Contexte clinique. LDBIO-TOXO II IgG 0459 CONFIRMATION NOTICE D'UTILISATION

Indication du test. Contexte clinique. LDBIO-TOXO II IgG 0459 CONFIRMATION NOTICE D'UTILISATION LDBIO-TOXO II IgG 0459 CONFIRMATION #TOXO II - 24G (24 tests) #TOXO II - 12G (12 tests) #TOXO II - 96G (96 tests) Indication du test 1 Technique d'immunoblot pour usage diagnostique in vitro NOTICE D'UTILISATION

Plus en détail

généralités Infections à Herpès virus généralités généralités généralités Virus:

généralités Infections à Herpès virus généralités généralités généralités Virus: généralités Infections à Herpès virus Virus: S. Nguyen 03/2005 multiplication intracellulaire taille: nanomètre pls composants: -acide nucléique (ADN, ARN) -capside -enveloppe ou non généralités herpès

Plus en détail

Alerte «chikungunya» dans les Antilles

Alerte «chikungunya» dans les Antilles C I R E A N T I L L E S G U Y A N E Martinique Guadeloupe Alerte «chikungunya» dans les Antilles ANTILLES GUYANE Introduction Le 6 décembre 1, la confirmation de deux cas autochtones dans l île de Saint

Plus en détail

Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse

Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse Professeur Emmanuel Grimprel Service de Pédiatrie Générale, Hôpital Trousseau, Paris Université Pierre et Marie Curie, Paris Déclaration

Plus en détail

Connaître son statut sérologique pour VHS-1,2: Un droit fondamental pour Homo sapiens sexualis?

Connaître son statut sérologique pour VHS-1,2: Un droit fondamental pour Homo sapiens sexualis? Connaître son statut sérologique pour VH-1,2: Un droit fondamental pour Homo sapiens sexualis? Les Journées l Actuel, 3 Octobre 2014 Dr Marco Andres Bergevin, MD, FRCPC Microbiologiste médical et Infectiologue

Plus en détail

Coqueluche : données épidémiologiques et modalités diagnostiques

Coqueluche : données épidémiologiques et modalités diagnostiques Coqueluche : données épidémiologiques et modalités diagnostiques Emmanuel Belchior*, Département des Maladies Infectieuses Congrès des Sociétés médico-chirurgicales de Pédiatrie Samedi 9 juin 2012, Palais

Plus en détail

Vous recevez une interne du service de maternité. 1 Confirmer le diagnostic (définition de cas)

Vous recevez une interne du service de maternité. 1 Confirmer le diagnostic (définition de cas) Vous recevez une interne du service de maternité La Coqueluche Elle vous dit tousser depuis 15 jours. Devant l absence de fièvre elle ne s est pas arrêtée et elle n a pas pris de précautions particulières.

Plus en détail

VI) MARQUEURS BIOLOGIQUES DU CANCER THYROIDIEN

VI) MARQUEURS BIOLOGIQUES DU CANCER THYROIDIEN VI) MARQUEURS BIOLOGIQUES DU CANCER THYROIDIEN 1) Thyroglobuline a) Indications et fréquence Exclusivement sécrétée par la thyroïde Marqueur de choix pour le suivi du cancer différencié de la thyroïde

Plus en détail

L immunoenzymologie. Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic cificité des anticorps pour leurs nes

L immunoenzymologie. Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic cificité des anticorps pour leurs nes L immunoenzymologie Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic Basée e sur la très s grande spécificit cificité des anticorps pour leurs antigènes nes Test qualitatif Détection

Plus en détail

EPI-COQ. l adulte. Enquête EPI-COQ

EPI-COQ. l adulte. Enquête EPI-COQ Evaluation de l incidence l de la coqueluche chez l adolescent l de 13 ans et plus et l adulte en médecine m générale g en Ile-de France Enquête Rappel La coqueluche est une maladie infectieuse respiratoire

Plus en détail

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer Septembre 2009 DÉFINITION ET OBJECTIF Dès lors qu ils expriment un projet de

Plus en détail

Polyarthrite rhumatoïde et biologie

Polyarthrite rhumatoïde et biologie Polyarthrite rhumatoïde et biologie Le point de vue de l'immunologiste Sylvain Laboratoire d'immunologie, sdubucquoi@univ univ-lille2. -lille2.fr FR et PR Définition Auto-anticorps anti-fragment Fc des

Plus en détail

Méthodes diagnostiques : culture, PCR et sérologie. Que faire?

Méthodes diagnostiques : culture, PCR et sérologie. Que faire? Méthodes diagnostiques : culture, PCR et sérologie. Que faire? Sophie GIBAUD Pole de biologie - chu de Nantes - Laboratoire de Bactériologie et Hygiène Outils du diagnostic biologique Culture PCR temps

Plus en détail

Hépatite C. Fraction LDL VLP. Flaviviridae Hepacivirus ssrna (+), 1 segment enveloppe + VLP. VLP délipidées. Virions libres avec enveloppe

Hépatite C. Fraction LDL VLP. Flaviviridae Hepacivirus ssrna (+), 1 segment enveloppe + VLP. VLP délipidées. Virions libres avec enveloppe Fraction LDL VLP Hépatite C Flaviviridae Hepacivirus ssrna (+), 1 segment enveloppe + VLP VLP délipidées Virions libres avec enveloppe André P. et al.,j Virol 76 (2002) 6919 Petit M-A et al., Virology

Plus en détail

Tests rapides de dépistage

Tests rapides de dépistage Tests rapides de dépistage Maladies infectieuses Marqueurs cardiaques Marqueurs de tumeurs Grossesse Rhumatologie Allergies Drogues > Pour un diagnostic rapide et économique > Résultats exacts et fiables

Plus en détail

Module 2 : 015 EXAMEN PRÉNUPTIAL

Module 2 : 015 EXAMEN PRÉNUPTIAL Module 2 : 015 EXAMEN PRÉNUPTIAL Validé par le Dr Bertel Intérêts de l examen prénuptial Obligatoire avant le mariage civil datant < 2 mois, il est divisé en 2 consultations : - Première consultation :

Plus en détail

ÉVALUATION DE L INTÉRÊT DU DÉPISTAGE DE L INFECTION À CYTOMÉGALOVIRUS CHEZ LA FEMME ENCEINTE EN FRANCE

ÉVALUATION DE L INTÉRÊT DU DÉPISTAGE DE L INFECTION À CYTOMÉGALOVIRUS CHEZ LA FEMME ENCEINTE EN FRANCE ÉVALUATION DE L INTÉRÊT DU DÉPISTAGE DE L INFECTION À CYTOMÉGALOVIRUS CHEZ LA FEMME ENCEINTE EN FRANCE Septembre 2004 Service évaluation technologique Service évaluation économique Septembre 2004 Évaluation

Plus en détail

La maladie de Lyme. Prescrire 1993, 1994, fev. 2006 (tire tic)

La maladie de Lyme. Prescrire 1993, 1994, fev. 2006 (tire tic) La maladie de Lyme Prescrire 1993, 1994, fev. 2006 (tire tic) La CC de la SPILF du 13 déc. 06 (nombre des diapo de ce diaporama sont empruntées à la SPILF : merci) 1 Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques,

Plus en détail

DIAGNOSTIC SEROLOGIQUE DE LA SYPHILIS

DIAGNOSTIC SEROLOGIQUE DE LA SYPHILIS DIAGNOSTIC SEROLOGIQUE DE LA SYPHILIS A-L. Basse-Guérineau 1,2 et le comité de relecture 3 1 Institut de veille sanitaire ; 2 Laboratoire de virologie, Hôpital Saint-Vincent de Paul, Paris ; 3 N. Dupin

Plus en détail

DIPLOME UNIVERSITAIRE DE PEDAGOGIE MEDICALE ET DE BASES A LA COMMUNICATION MEDICALE

DIPLOME UNIVERSITAIRE DE PEDAGOGIE MEDICALE ET DE BASES A LA COMMUNICATION MEDICALE Université de Montpellier I UFR de Médecine DIPLOME UNIVERSITAIRE DE PEDAGOGIE MEDICALE ET DE BASES A LA COMMUNICATION MEDICALE PROJET PEDAGOGIQUE POUR UN SITE INTERNET «INFECTIONS ET GROSSESSE» MEMOIRE

Plus en détail

SERVICE PUBLIC FEDERAL, SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE

SERVICE PUBLIC FEDERAL, SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE SERVICE PUBLIC FEDERAL, SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE SERVICE DES LABORATOIRES DE BIOLOGIE CLINIQUE COMITE DES EXPERTS RAPPORT GLOBAL

Plus en détail

Suivi ambulatoire de l adulte transplanté rénal au-delà de 3 mois après transplantation

Suivi ambulatoire de l adulte transplanté rénal au-delà de 3 mois après transplantation SYNTHESE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Suivi ambulatoire de l adulte transplanté rénal au-delà de 3 mois après transplantation Novembre 2007 OBJECTIF Assurer une qualité optimale du suivi et de

Plus en détail

Grossesse normale. Besoins nutritionnels d une femme enceinte (16) Professeur Marc Gamerre Mai 2005

Grossesse normale. Besoins nutritionnels d une femme enceinte (16) Professeur Marc Gamerre Mai 2005 Grossesse normale. Besoins nutritionnels d une femme enceinte (16) Professeur Marc Gamerre Mai 2005 1. Définition La grossesse se définit comme étant l état de la femme enceinte. La fécondation se fait

Plus en détail

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL Prise en charge & Prévention

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL Prise en charge & Prévention LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL Prise en charge & Prévention Evaluation du risque après AEV Selon le type d'accident Virus Percutanée Cutanéomuqueux Morsure VHB 2 à 40% >HCV>VIH Documentée VHC

Plus en détail

Les vaccinations du personnel hospitalier

Les vaccinations du personnel hospitalier Les vaccinations du personnel hospitalier Isabelle Buisson-Vallès Service de médecine du travail du personnel hospitalier Pr Brochard - CHU de Bordeaux 7ème JNI - Bordeaux 9 juin 2006 Introduction La majorité

Plus en détail

Stratégies de dépistage biologique des hépatites virales B et C

Stratégies de dépistage biologique des hépatites virales B et C RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE Stratégies de dépistage biologique des hépatites virales B et C Synthèse avis des groupes de travail et de lecture Et recommandation de la HAS mars 2011 sur La synthèse

Plus en détail

Vaccination contre l hépatite B des personnes vivant avec le VIH

Vaccination contre l hépatite B des personnes vivant avec le VIH Vaccination contre l hépatite B des personnes vivant avec le VIH Odile Launay CIC de vaccinologie Cochin Pasteur Hôpital Cochin, Paris 6 ème journée de vaccinologie clinique JG Guillet Mardi 4 juin 2013

Plus en détail

SYNDROME D HYPER-IgM

SYNDROME D HYPER-IgM SYNDROME D HYPER-IgM Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible : AGAMMAGLOBULINÉMIE

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION Madame, Monsieur, Si votre état de santé nécessite une transfusion sanguine, ce document est destiné à vous informer sur les avantages et les risques de la transfusion,

Plus en détail

GROSSESSE ET MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE VEINEUSE ( MTEV)

GROSSESSE ET MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE VEINEUSE ( MTEV) Communauté Périnatale de l Agglomération Versaillaise Association Loi 1901 n 0784014641 29 rue de Versailles 78150 Le Chesnay http : //www.nat78.com GROSSESSE ET MALADIE THROMBO-EMBOLIQUE VEINEUSE ( MTEV)

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

La maladie de Lyme mars 2014

La maladie de Lyme mars 2014 La maladie de Lyme mars 2014 Il y a sur l internet beaucoup d information erronée et soi disant scientifique concernant la maladie de Lyme. Efforcons nous de mettre les choses au clair. Résumé La maladie

Plus en détail

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Contexte Hépatite B = risque professionnel pour les soignants Passé futur

Plus en détail

Vaccination dans la gestion du risque infectieux en EHPAD

Vaccination dans la gestion du risque infectieux en EHPAD Vaccination dans la gestion du risque infectieux en EHPAD Journée EHPAD 14 février 2013 Dr Elise Seringe ARLIN Ile de France EHPAD Une population exposée Environnement ouvert vers la communauté Risque

Plus en détail

Autotests de dépistage de l infection par le VIH

Autotests de dépistage de l infection par le VIH Questions-Réponses Information à l intention des professionnels de santé et des associations Autotests de dépistage de l infection par le VIH Mars 2015 En raison de la commercialisation prochaine des autotests

Plus en détail

Expression cutanée des reactions médicamenteuses

Expression cutanée des reactions médicamenteuses Expression cutanée des reactions médicamenteuses Dr. med. Thomas Harr, MA Unité d allergologie Service d immunologie et d allergologie Département de médecine interne Hôpitaux Universitaires de Gèneve

Plus en détail

Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses

Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses M-H H BESSIERES,, S. CASSAING, A. BERRY, R. FABRE, J-F.. MAGNAVAL Service de Parasitologie-Mycologie Diagnostic biologique d une d parasitose

Plus en détail

Campagne de vaccination rougeole expérience du CHBA Vannes - Auray

Campagne de vaccination rougeole expérience du CHBA Vannes - Auray Campagne de vaccination rougeole expérience du CHBA Vannes - Auray Dr Lelimouzin Médecin Hygiéniste 13-14 Octobre 2011 Journées d'hygiène de Brest - ARLIN Bretagne 1 Le CHBA VANNES 2010 AURAY Capacité

Plus en détail

HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES

HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition L herpès est une infection systémique qui se manifeste surtout par des lésions muco-cutanées causées par le virus herpès simplex des types 1 et 2. Ne sera abordé

Plus en détail

Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro SPLIT 06/11/06

Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro SPLIT 06/11/06 Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro Directive européenne 98/79/CE du 27/10/98 relative aux DMDIV OBJECTIFS Directive dite «Nouvelle approche» - Harmonisation des réglementations nationales

Plus en détail

- 2 - faire industriel dans la mise au point des produits biologiques. L Institut Roche de Recherche et Médecine Translationnelle (IRRMT, basé à

- 2 - faire industriel dans la mise au point des produits biologiques. L Institut Roche de Recherche et Médecine Translationnelle (IRRMT, basé à Information presse Roche, l Agence Nationale de Recherches sur le Sida et les hépatites virales (ANRS), le Baylor Research Institute (BRI) et Inserm Transfert mettent en place une coopération stratégique

Plus en détail

Intervalle de référence et grille des critères d alerte

Intervalle de référence et grille des critères d alerte IT A0 122 06 Intervalle de référence et grille des critères d alerte Les critères d alertes ne sont valables que pour une découverte de maladie, une absence d immunité ou un changement d état (grossesse).

Plus en détail

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Objectifs thérapeutiques Inhibition de la réplication virale Négativation

Plus en détail

F us u ses c ouc u he h s s po p nt n a t né n es J. L J. an sac CHU H T ou

F us u ses c ouc u he h s s po p nt n a t né n es J. L J. an sac CHU H T ou Fausses couches spontanées J Lansac CHU Tours Définition Avortement : expulsion produit de conception avant 22SA ou enfant

Plus en détail

Vaccination: savoir répondre r aux controverses. Marc H. Lebel, MD, FRCPC. Service des maladies infectieuses

Vaccination: savoir répondre r aux controverses. Marc H. Lebel, MD, FRCPC. Service des maladies infectieuses Vaccination: savoir répondre r aux controverses Marc H. Lebel, MD, FRCPC Service des maladies infectieuses 1 Objectifs Identifier les principaux effets adverses reliés à la vaccination Savoir répondre

Plus en détail

Prévention de la transmission du VIH en Afrique Subsaharienne, expérience eu Burundi.

Prévention de la transmission du VIH en Afrique Subsaharienne, expérience eu Burundi. Prévention de la transmission du VIH en Afrique Subsaharienne, expérience eu Burundi. W E B I N A R D U 2 4 AV R I L 2 0 1 4 U N I C E F, E S T H E R, S F L S, C H U D E R E N N E S D R C É D R I C A R

Plus en détail

Maladies infectieuses - Coqueluche

Maladies infectieuses - Coqueluche Maladies infectieuses - Coqueluche Document d info La coqueluche 1 Introduction La coqueluche est une maladie aiguë et contagieuse des voies respiratoires provoquée par la bactérie Bordetella pertussis.

Plus en détail

Situation du VIH-sida en France

Situation du VIH-sida en France Situation du VIH-sida en France Données du 3 juin 27 Unité VIH/Sida-IST-VHC Département des Maladies Infectieuses Institut de Veille Sanitaire 1 Sommaire I - Découvertes de séropositivité VIH diapositive

Plus en détail

Vaccination du personnel de santé. Beat Cartier, Marcel Jost, Martin Rüegger, Alois Gutzwiller

Vaccination du personnel de santé. Beat Cartier, Marcel Jost, Martin Rüegger, Alois Gutzwiller Vaccination du personnel de santé Beat Cartier, Marcel Jost, Martin Rüegger, Alois Gutzwiller Table des matières Les vaccinations: une méthode efficace de prévention des maladies infectieuses........................................

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

Consultation préconceptionnelle. Sérologie : toxoplasmose, rubéole Vaccin rubéole sous contraception Acide folique : 0,4mg

Consultation préconceptionnelle. Sérologie : toxoplasmose, rubéole Vaccin rubéole sous contraception Acide folique : 0,4mg LA GROSSESSE Consultation préconceptionnelle Sérologie : toxoplasmose, rubéole Vaccin rubéole sous contraception Acide folique : 0,4mg généralité La déclaration doit être effectuée avant la fin de la 14e

Plus en détail

Sommaire. LA MISE EN PLACE DE LA COREVIH page 1

Sommaire. LA MISE EN PLACE DE LA COREVIH page 1 Sommaire LA MISE EN PLACE DE LA COREVIH page 1 EPIDEMIOLOGIE DE L INFECTION PAR LE VIH EN GUADELOUPE page 2 - Chiffres-clés page 2 - Découvertes de séropositivité page 3 DEPISTAGE page 4 - Recommandations

Plus en détail

Etes-vous sûr de savoir diagnostiquer une primo-infection à V.I.H.?

Etes-vous sûr de savoir diagnostiquer une primo-infection à V.I.H.? Etes-vous sûr de savoir diagnostiquer une primo-infection à V.I.H.? Retard au diagnostic de primo-infection par le VIH après consultation auprès de différentes structures de soins. Weintrob, J. Giner,

Plus en détail

SÉROLOGIE INFECTIEUSE : interprétation des résultats et pièges à éviter

SÉROLOGIE INFECTIEUSE : interprétation des résultats et pièges à éviter SÉROLOGIE INFECTIEUSE : interprétation des résultats et pièges à éviter P. HUYNEN (1), P. MELIN (2), M. P. HAYETTE (3), P. DE MOL (4) RÉSUMÉ : En Microbiologie Médicale, à côté des méthodes directes de

Plus en détail

Catalogue des analyses. 39-CGB-PREL-INS-006/02 mise à jour le 27 mars 2015 1/13

Catalogue des analyses. 39-CGB-PREL-INS-006/02 mise à jour le 27 mars 2015 1/13 Catalogue des analyses 39-CGB-PREL-INS-006/02 mise à jour le 27 mars 2015 1/13 Légende du dictionnaire Tube Citrate de Sodium Tube Sérum = Sec avec Activateur de coagulation (avec ou sans gel) Tube Héparine

Plus en détail

Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique. Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille

Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique. Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille XVIIe Journée Régionale de Pathologie Infectieuse 12 octobre 2010 Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille conflits d intérêts subventions,

Plus en détail

VARICELLE ET ZONA DE L ADULTE ETIOLOGIES DES EXANTHEMES FEBRILES

VARICELLE ET ZONA DE L ADULTE ETIOLOGIES DES EXANTHEMES FEBRILES VARICELLE ET ZONA DE L ADULTE ETIOLOGIES DES EXANTHEMES FEBRILES 22 Février 2006 - IFSI Croix Rouge Française Dr Sarah KHATIBI SMIT- PURPAN - CHU TOULOUSE Varicelle Epidémiologie Due à un herpes virus

Plus en détail

Recommandations pour la mise en place de projets de tests de dépistage de l infection VIH avec résultats rapides et/ou de dépistage hors les murs

Recommandations pour la mise en place de projets de tests de dépistage de l infection VIH avec résultats rapides et/ou de dépistage hors les murs 30/01/2009 Recommandations pour la mise en place de projets de tests de dépistage de l infection VIH avec résultats rapides et/ou de dépistage hors les murs Rédigé par le Groupe «dépistage et prévention

Plus en détail

VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE

VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE CAS CLINIQUE N 2 VOUS ÊTES MÉDECIN GÉNÉRALISTE. ON VOUS APPORTE LES CARNETS DE VACCINATION D UNE FAMILLE DE 5 : MÈRE ASSISTANTE DE DIRECTION / PÈRE STEWARD AIR FRANCE, LONGS COURRIERS CARAÏBES. 3 ENFANTS

Plus en détail

Mes liens d intérêts

Mes liens d intérêts Mes liens d intérêts 1 Spécialiste en médecine générale en activité Membre des commissions de bonnes pratiques, et de parcours de soins et maladies chroniques de la HAS Je déclare n avoir aucun lien, direct

Plus en détail

Infestation à Toxoplasma gondii, et toxoplamose

Infestation à Toxoplasma gondii, et toxoplamose Fiche technique n 17 2 ème édition Infestation à Toxoplasma gondii, et toxoplamose La toxoplasmose est causée par un parasite qui se multiplie dans l intestin des félidés et dans de nombreuses cellules

Plus en détail

ACTION CORRECTIVE URGENTE

ACTION CORRECTIVE URGENTE A l attention des Responsables de Laboratoire, des Directeurs des Etablissements de Santé et des Correspondants locaux de Réactovigilance, ACTION CORRECTIVE URGENTE Systèmes VITROS 3600/5600, Versions

Plus en détail

Déclaration tardive de grossesse : Etude éco-épidémiologique des déterminants individuels et environnementaux

Déclaration tardive de grossesse : Etude éco-épidémiologique des déterminants individuels et environnementaux Déclaration tardive de grossesse : Etude éco-épidémiologique des déterminants individuels et environnementaux Anne-Lise BOLOT Dr Frédéric MAUNY UMR CNRS Chrono-environnement - n 6249 Université de Franche-Comté

Plus en détail

COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE

COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE XVII ème Congrès national de la SFHH Nantes 1 er juin 2006 COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE F. Bureau-Chalot 1, F. Fidel 1, A. Henry 1, L. Brasme 1, C. Quéreux 2, P. Morville

Plus en détail

Maladie de Lyme. Fréquent ou pas fréquent? L érythème chronique migrant. Ce qu il faut faire et ne pas faire. On la pensait rare jusqu aux années 2000

Maladie de Lyme. Fréquent ou pas fréquent? L érythème chronique migrant. Ce qu il faut faire et ne pas faire. On la pensait rare jusqu aux années 2000 Conflits d intérêts de l orateur (en rapport avec le thème de la conférence) Maladie de Lyme Ce qu il faut faire et ne pas faire Pierre Abgueguen Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Janvier

Plus en détail

félins peuvent-ils être vaccinés?

félins peuvent-ils être vaccinés? Fiche technique n 6 2 ème édition Contre quelles maladies nos félins peuvent-ils être vaccinés? La vaccination est une des armes les plus efficaces dans la lutte contre certaines maladies infectieuses.

Plus en détail

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Vaccins et grossesse Vaccins et immunité Dr Odile Launay Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Atelier Vaccins, GERES, 18 mai 2011 COCHIN SAINT-VINCENT DE PAUL

Plus en détail

Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile.

Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile. Grossesse, addictions, VIH: projet de soins autour des femmes en grande vulnérabilité : hospitalisation à domicile Hélène Heckenroth l'auteur déclare n'avoir aucun conflit d'intérêt avec l'industrie pharmaceutique

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2014-32 du 14 janvier 2014 relatif aux diagnostics anténataux NOR : AFSP1323594D Publics concernés

Plus en détail

Hormonologie 12HOR1 novembre 2012 Dosage de l estradiol et de la testostérone

Hormonologie 12HOR1 novembre 2012 Dosage de l estradiol et de la testostérone Annales du Contrôle National de Qualité des analyses de biologie médicale Hormonologie 12HOR1 novembre 2012 Dosage de l estradiol et de la testostérone Mai 2014 Hormonologie 12HOR1 Michèle NOEL (ANSM)

Plus en détail

Prise en Charge des Hépatites Auto-Immunes Difficiles Olivier CHAZOUILLERES

Prise en Charge des Hépatites Auto-Immunes Difficiles Olivier CHAZOUILLERES Prise en Charge des Hépatites Auto-Immunes Difficiles Olivier CHAZOUILLERES Service d Hépatologie Centre de référence des maladies inflammatoires des voies biliaires Paris Saint Antoine HAI - Prise en

Plus en détail