Pour établir des liens de parenté entre les organismes vivants on se base sur le partage de caractères dérivés (homologues) ou innovations évolutives.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pour établir des liens de parenté entre les organismes vivants on se base sur le partage de caractères dérivés (homologues) ou innovations évolutives."

Transcription

1 Correction Bac 2009 Introduction : Les principes de la phylogénie : Pour établir des liens de parenté entre les organismes vivants on se base sur le partage de caractères dérivés (homologues) ou innovations évolutives. Chaque caractère choisi, caractère anatomique, squelettique ou embryonnaire peut exister sous deux états, l état ancestral du caractère ou l état dérivé du caractère. Il faut donc polariser chaque caractère, c est à dire définir les deux états. L état ancestral témoigne juste d une parenté plus ou moins lointaine des espèces considérées (c'est-à-dire un ancêtre commun lointain) par contre le partage de caractères à l état dérivé témoigne d une plus forte parenté, donc d un ancêtre commun proche dans le temps. C est donc le partage d un ou de plusieurs caractères à l état dérivé qui prouve une forte parenté entre les espèces. Le fait que les autres espèces ne partagent pas ces caractères dérivés témoignent d une parenté moins forte. Les données moléculaires peuvent être utilisées pour établir le degré de parenté entre des espèces. En effet, plus les différences constatées au niveau moléculaire (au niveau de la séquence des aa ou nucléotides) sont faibles, plus les molécules (les organismes) sont proches phylogénétiquement (dans le temps).

2 Les critères d appartenance à la lignée humaine : Le sujet ne demande pas de retracer toute l histoire de la lignée humaine, mais de présenter les caractères dérivés, les innovations évolutives qui définissent l homme et qui permettent de situer un fossile dans notre lignée plutôt que celle du chimpanzé. 3 caractères dérivés sont retenus : Bipédie exclusive, franche Ce caractère est visible au niveau des différentes transformations squelettiques qu il impose : colonne vertébrale (3 courbures chez l Homme, 1 courbure chez le Chimpanzé), structure du bassin et de l articulation du fémur, position du trou occipital, longueur des membres. Volume cérébral et réduction de la face L Homme est caractérisé aussi par un cerveau beaucoup plus gros que celui du Chimpanzé (1500 cm3 contre 450 cm3). Cet accroissement est parallèle à une réduction du prognathisme et a vraisemblablement été à l origine de bien d autres caractéristiques humaines. Parmi elles, la culture. La pensée abstraite, la culture et la technique Une des caractéristiques essentielles de l Homme est sa capacité à fabriquer des outils et à transmettre son savoir-faire au cours des générations. De cette manière, les techniques se sont perfectionnées sans cesse, ce qui n est pas le cas des quelques outils utilisés par les Chimpanzés. Le langage articulé marque le développement d une pensée abstraite, conceptuelle qui fait également partie des principaux critères de définition de l espèce humaine. Cette pensée a conduit en outre à la culture au sens large, c est à dire à toutes les manifestations artistiques, religieuses, sociales etc. Le culte des morts. Conclusion : La phylogénie permet d établir des principes pour affiner le degré de parenté des espèces. Ces principes sont utilisés pour établir les relations de parenté au sein des différents représentants de la lignée humaine.

3 Les argilites sont les structures les plus profondes. Les argilites ne sont pas affectées par la faille. Les argilites sont surmontées par des calcaires qui ont subit une phase d érosion. La surface d érosion est recoupée par la faille La surface d érosion est recoupée par la faille Les argilites sont les structures les plus anciennes de la coupe. La surface d érosion est postérieure aux dépôts d argilites, mais antérieure à la fracturation (mise en place de la faille) La fracturation est l événement le plus récent. Conclusion : De l évènement le plus ancien vers le plus récent : 1. Les dépôts d argilites 2. La phase d érosion 3. La fracturation (faille)

4 Document n 1 : Etude des résultats du test western-blot de deux individus Individu A : Le 3/01, aucune réaction colorée, test séronégatif Le 04/02, On observe la présence dans le sérum de l individu d anticorps (AC) dirigés contre une seule glycoprotéine membranaire, la GP 160, des AC dirigés contre une protéine membranaire et aucun AC dirigés contre une enzyme virale. D après le document n 1, l individu est diagnostiqué, séronégatif. Le 11/04, On observe la présence dans le sérum de l individu d anticorps (AC) dirigés contre au moins deux glycoprotéines membranaires, la GP 160 et la GP 120, des AC dirigés contre des protéines membranaires (la p55, la p25) et des AC dirigés contre des enzymes du virus (p34,p 68). D après le document n 1, l individu est diagnostiqué séropositif à partir du 11/04 Individu B : Le 15/01, on observe la présence dans le sérum de l individu d anticorps (AC) dirigés contre au moins deux glycoprotéines membranaires, la GP 160 et la GP 120, des AC dirigés contre des protéines membranaires (la p55, la p25) et des AC dirigés contre des enzymes du virus(p34,p68). D après le document n 1, l individu est diagnostiqué séropositif à partir du 15/01

5 Document n 2 : Le taux de LT4 /mm 3 de sang Par rapport au témoin 880 LT4 /mm 3 de sang, les deux individus A et B présentent un taux de LT4 inférieur de 520 pour l individu A et 95 pour l individu B LT4 /mm 3 de sang. Les taux bas confirment la séropositivité des deux personnes établie grâce au document n 1 aux dates du 11/04 et du 12/07. Le VIH a pour cellule cible les LT4, la présence du virus détruit de nombreux LT4 d où le taux anormalement bas chez les deux sujets. Document n 3 : Les 3 phases de l infection par le VIH Lors de la phase initiale, on observe une explosion de la charge virale qui passe de 0 à 4.5 UA et une augmentation des LT4 > à 600 LT4 /mm 3 de sang. La phase asymptomatique est marquée par une baisse régulière du taux de LT4 qui passe de 880 à 150 LT4 /mm 3 de sang vers 55 mois de l infection. En parallèle on observe une charge virale qui diminue et un taux d anticorps anti-vih élevé. Le système immunitaire se défend et limite grâce aux effecteurs (ici AC) la multiplication du virus. La phase SIDA déclarée se traduit par une baisse importante du taux de LT4 qui devient < à 100 LT4 /mm 3 de sang. En même temps on observe une augmentation de la charge virale et une baisse des AC anti-vih La mise en relation du document n 1, 2 et n 3 permet de cerner le stade de l infection pour l individu A et B. L individu A avec un taux de 520 LT4 /mm 3 de sang, se situe au début de la phase asymptomatique, son test western- blot positif au 11/04 témoigne de la présence dans son sérum d AC anti-vih absents de la phase initiale. L individu B avec un taux de 95 LT4 /mm 3 de sang, se situe dans la phase SIDA déclaré. La baisse du taux d AC anti-vih lors de cette phase explique l absence des taches colorées sur le western-blot.

Proposition de correction de l épreuve SVT filière scientifique 2009

Proposition de correction de l épreuve SVT filière scientifique 2009 Proposition de correction de l épreuve SVT filière scientifique 2009 La mesure du temps dans l histoire de la Terre et de la Vie. A partir de la coupe géologique synthétique de la carrière de Laize La

Plus en détail

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2009 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S Durée de l'épreuve: 3 heures 30 Coefficient : 6 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE L'usage de la calculatrice n'est pas autorisé. Dès que

Plus en détail

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE (*) Introduction Définition : SYSTEME IMMUNITAIRE (SI) : C est un ensemble d organes, de cellules et de tissus dont la fonction est la défense du corps humain, c est à dire le

Plus en détail

Chapitre II L immunité adaptative

Chapitre II L immunité adaptative Chapitre II L immunité adaptative 1 -I -La réponse adaptative humorale 1) Exemple du virus de la grippe 2 2) Les caractéristiques de cette réponse 3 Conclusion L immunité adaptative n est pas immédiate

Plus en détail

BAC S SVT METROPOLE 2009

BAC S SVT METROPOLE 2009 BAC S SVT METROPOLE 2009 Q1 : Restitution des connaissances (8 points). PARENTÉ DES ÊTRES VIVANTS ACTUELS ET FOSSILES - PHYLOGENÈSE - ÉVOLUTION Toutes les espèces vivantes actuelles et toutes les espèces

Plus en détail

Zoo Basel Massive Monckies

Zoo Basel Massive Monckies Zoo Basel Massive Monckies Dario photographe Cedric correcteur Jérémie critique Guillaume critique Aurélien secrétaire Katia chef informatique Arbre phylogénétique de quelques vertébrés Synthèse de la

Plus en détail

TP DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE

TP DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE TP DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE 1 - DIAGNOSTIC DIRECT : le virus ou un de ses constituants Virus: Microscopie électronique Antigène viral : - immunofluorescence - immunochromatographie - ELISa en plaque ADN

Plus en détail

Correction des exercices d'immunologie. 1- Exercice 5 p. 360 Informations/ connaissances importantes à noter au brouillon à la lecture de l'énoncé

Correction des exercices d'immunologie. 1- Exercice 5 p. 360 Informations/ connaissances importantes à noter au brouillon à la lecture de l'énoncé TS-Thème 6 : immunologie N. Pidancier 2010-2011 Correction des exercices d'immunologie 1- Exercice 5 p. 360 Informations/ connaissances importantes à noter au brouillon à la lecture de l'énoncé ''la souris

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LE SIDA UNE MALADIE QUI TOUCHE LE SYSTEME IMMUNITAIRE

CHAPITRE 1 : LE SIDA UNE MALADIE QUI TOUCHE LE SYSTEME IMMUNITAIRE INTRODUCTION Les défenses immunitaires sont capables d identifier et d éliminer les cellules et molécules étrangères à l organisme ou celles qui le sont devenues comme les cellules cancéreuses. Les macrophages

Plus en détail

LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE

LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE Introduction: Le SIDA, ou syndrome immunodéficience acquise, est une maladie due à un virus, le virus de l'immunodéficience humaine ou VIH (HIV: Human Immunodeficiency

Plus en détail

Diagnostic Virologique du VIH

Diagnostic Virologique du VIH Diagnostic Virologique du VIH Pr S. Fafi-Kremer Institut de Virologie, CHU de Strasbourg Séminaire de Formation Jeudi 14 Novembre 2013 1 Objectifs Comprendre la cinétique des marqueurs de l infection par

Plus en détail

L'apport de l'étude des génomes : les innovations génétiques.

L'apport de l'étude des génomes : les innovations génétiques. Introduction : L'apport de l'étude des génomes : les innovations génétiques. Au sein du vivant, les espèces se différencient les unes des autres par l existence de gènes différents. Au sein d une espèce,

Plus en détail

Manuel pratique à l attention des éleveurs

Manuel pratique à l attention des éleveurs Manuel pratique à l attention des éleveurs Infos et contact Allée des artisans 2 5590 ciney Tel : 083 / 23 05 15 - Fax : 083 / 23 05 16 www.arsia.be éditeur responsable : Jean Detiffe, Président de l Arsia

Plus en détail

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection Anticorps et diagnostic de l infection OBJECTIFS Savoir ce qu est un anticorps, son origine et son utilisation en sérodiagnostic. Connaître la structure schématique d une immunoglobuline G (IgG). 1. Les

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2)

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2) ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) EPIDEMIOLOGIE Épidémiologie(2) DEFINITION Petit Robert : C est l étude des épidémies. C est l étude des rapports existant entre les maladies et divers facteurs

Plus en détail

VIH et sida. Mots clés. Quel est le problème? Données statistiques 1

VIH et sida. Mots clés. Quel est le problème? Données statistiques 1 VIH et sida Mots clés VIH : virus de l immunodéficience humaine. Virus qui provoque une infection incurable transmis par les relations sexuelles, les seringues, le sang contaminé ou de la mère à l enfant,

Plus en détail

! 2nde E 2h 24/03/ 2014

! 2nde E 2h 24/03/ 2014 2nde E 2h 24/03/ 2014 DST # 4 EXERCICE 1 : Exploitation de documents : Les mécanismes de l évolution { 10 points, 45 min } Parmi ces 2 exemples, un illustre particulièrement la dérive génétique et l autre

Plus en détail

Epigénétique. «pourquoi toutes les cellules d'un organisme ne sont-elles pas identiques» Alors qu elles ont toutes les mêmes gènes.

Epigénétique. «pourquoi toutes les cellules d'un organisme ne sont-elles pas identiques» Alors qu elles ont toutes les mêmes gènes. Epigénétique Introduction «pourquoi toutes les cellules d'un organisme ne sont-elles pas identiques» Alors qu elles ont toutes les mêmes gènes. Deux périodes successives récentes dans l étude des génomes

Plus en détail

IRM DE LA MOELLE OSSEUSE. Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux

IRM DE LA MOELLE OSSEUSE. Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux IRM DE LA MOELLE OSSEUSE Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux OBJECTIFS Décrire la composition et la distribution normale des différentes moelles osseuses en fonction de l âge Connaître le signal

Plus en détail

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Présentation faite en collaboration avec le Dr Gabriela BUFFET, Médecin-Conseil

Plus en détail

Sciences & Technologie LE SQUELETTE

Sciences & Technologie LE SQUELETTE LE SQUELETTE L appareil moteur de l homme est constitué par un squelette osseux articulé et par des muscles qui prennent appui sur les os et les mettent en mouvement. Le squelette joue un rôle important

Plus en détail

POUR LES ENSEIGNANTS DU LYCEE

POUR LES ENSEIGNANTS DU LYCEE PISTES D EXPLOITATION PEDAGOGIQUE DES EXPEDITIONS MOZAMBIQUE MADAGASCAR 2009-2010 POUR LES ENSEIGNANTS DU LYCEE Les pistes détaillées dans ce document s appuie essentiellement sur les programmes scolaires

Plus en détail

TITRE : BIODIVERSITÉ ET PARENTÉS ENTRE LES VERTÉBRÉS

TITRE : BIODIVERSITÉ ET PARENTÉS ENTRE LES VERTÉBRÉS Préparer une «Situation complexe disciplinaire», situation d apprentissage et/ou d évaluation TITRE : BIODIVERSITÉ ET PARENTÉS ENTRE LES VERTÉBRÉS classe : 2 durée : 60 minutes Manipuler et expérimenter.

Plus en détail

Le VIH-sida, qu est-ce que c est?

Le VIH-sida, qu est-ce que c est? LES DROITS DE l ENFANT FICHE THÉMATIQUE Le VIH-sida, qu est-ce que c est? UNICEF/ NYHQ2010-2622 / Roger LeMoyne Chaque jour dans le monde, plus de 7 000 nouvelles personnes sont infectées par le VIH, 80

Plus en détail

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH)

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Infection par le Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Le virus de l immunodéficience humaine, le VIH, est responsable du syndrome de l'immunodéficience acquise, le sida. Une personne est séropositive

Plus en détail

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE SUJET 1 La phase symptomatique du sida est caractérisée par un taux très faible de lymphocytes T cytotoxiques et de lymphocytes T4. Les patients qui rentrent

Plus en détail

Correction contrôle 3è. L histoire de la vie

Correction contrôle 3è. L histoire de la vie Correction contrôle 3è L histoire de la vie I. Une transformation chez une espèce Sur une île de l archipel des Galapagos, des scientifiques suivent de manière détaillée l ensemble des pinsons à bec moyen

Plus en détail

Pour conduire à bien sa mission de diffusion des informations relatives aux situations

Pour conduire à bien sa mission de diffusion des informations relatives aux situations n octobre 2012 Le mot de l Observatoire Combien de pauvres en France? Répondant à cette question lors de la publication de son rapport en mars 2012, l ONPES délivrait des données statistiques qui, prises

Plus en détail

Détermination du sexe d un individu par une méthode anthropométrique

Détermination du sexe d un individu par une méthode anthropométrique Détermination du sexe d un individu par une méthode anthropométrique Activité : Observer la morphologie des pièces squelettiques fournies (moulage de crâne, bassins, fémur, ou squelette entier) et réaliser

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHLGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialités : - Biotechnologies - Sciences physiques et chimiques en laboratoire SESSI 2014 Sous-épreuve écrite de Chimie biochimie

Plus en détail

La perception de la santé et le sentiment d information chez les jeunes Champardennais

La perception de la santé et le sentiment d information chez les jeunes Champardennais Baromètre santé jeunes La perception de la santé et le sentiment d information chez les jeunes Champardennais La représentation de la maladie, des risques et de la santé de chacun, c est-à-dire de la perception

Plus en détail

VERS UN VACCIN CONTRE LE CYTOMÉGALOVIRUS LE POINT EN 2010. S. Alain

VERS UN VACCIN CONTRE LE CYTOMÉGALOVIRUS LE POINT EN 2010. S. Alain VERS UN VACCIN CONTRE LE CYTOMÉGALOVIRUS LE POINT EN 2010 S. Alain Le Cytomégalovirus (CMV) Famille des Herpesviridae Persiste sous forme latente après la primoinfection Spécificité d hôte étroite : HCMV

Plus en détail

Bac S - Sujet de SVT - Session 2013 - Asie LE DOMAINE CONTINENTAL ET SA DYNAMIQUE

Bac S - Sujet de SVT - Session 2013 - Asie LE DOMAINE CONTINENTAL ET SA DYNAMIQUE Bac S - Sujet de SVT - Session 2013 - Asie 1ère PARTIE : Mobilisation des connaissances (8 points). LE DOMAINE CONTINENTAL ET SA DYNAMIQUE 1- Question de synthèse (6 points) Au Nord du Pérou, on peut observer

Plus en détail

Introduction. 1. Une base de données : 2. Un SGBD :

Introduction. 1. Une base de données : 2. Un SGBD : Le modèle Entité-Association Introduction Les bases de données ont pris une place importante en informatique, et particulièrement dans le domaine de la gestion. L étude des bases de données a conduit au

Plus en détail

RAPPORT DE DEPISTAGE DU VIH- SIDA Au sein des FEMMES VICTIMES DE VIOL

RAPPORT DE DEPISTAGE DU VIH- SIDA Au sein des FEMMES VICTIMES DE VIOL RAPPORT DE DEPISTAGE DU VIH- SIDA Au sein des FEMMES VICTIMES DE VIOL EN TERRITOIRE DE MWENGA/SUD-KIVU REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO DECEMBRE 2005 1 INTRODUCTION En marge des activités générales de

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies SESSION 2015 Sous-épreuve écrite de Biotechnologies Lundi 22 juin 2015 Coefficient de la sous-épreuve

Plus en détail

BAUDOIN Cheyenne MEYNIER Lisa CHABAS Lisa GIBERT Thibaut GOLOLOBOV Vladimir YRLES Victor LOCURATOLO Aymeric LO Dylan IMMUNOLOGIE

BAUDOIN Cheyenne MEYNIER Lisa CHABAS Lisa GIBERT Thibaut GOLOLOBOV Vladimir YRLES Victor LOCURATOLO Aymeric LO Dylan IMMUNOLOGIE BAUDOIN Cheyenne MEYNIER Lisa CHABAS Lisa GIBERT Thibaut GOLOLOBOV Vladimir YRLES Victor LOCURATOLO Aymeric LO Dylan IMMUNOLOGIE Introduction Pour se défendre des agressions externes, les souris dispose

Plus en détail

Purpura thrombopénique idiopathique

Purpura thrombopénique idiopathique Purpura thrombopénique idiopathique I. Définition Le purpura thrombopénique idiopathique (PTI) ou purpura thrombopénique auto-immun est caractérisé par une diminution du chiffre des plaquettes circulantes

Plus en détail

Cases «!» Thème : Informations générales sur l infection à VIH/sida

Cases «!» Thème : Informations générales sur l infection à VIH/sida Cases «!» Le joueur devra à l aide de cartons vert, rouge ou blanc dire s il est d accord (vert), pas d accord (rouge) ou n a pas d avis (blanc) au sujet de l affirmation énoncée sur la thématique de l

Plus en détail

Comment se manifeste cette maladie? Comment repérer la séropositivité au SIDA? -> Discussion préparatoire.

Comment se manifeste cette maladie? Comment repérer la séropositivité au SIDA? -> Discussion préparatoire. I.7 Immunologie 1/4. Le SIDA Le système immunitaire est l ensemble des cellules et tissus d un individu pouvant s opposer à la pénétration et à l infection par des micro-organismes. Les moyens «de défense»

Plus en détail

2 Fonctions affines : définitions et propriétés fondamentales

2 Fonctions affines : définitions et propriétés fondamentales Chapitre 3 : Fonctions affines Dans tout ce chapitre, le plan est muni d un repère. 1 Rappels sur les équations de droite Une droite qui n est pas verticale a une unique équation du type y = ax + b, qu

Plus en détail

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Le phénotype immunitaire d un individu caractérise sa capacité à répondre, grâce aux effecteurs de l immunité adaptative, aux différents agents

Plus en détail

Chapitre I La réaction inflammatoire, une manifestation de l immunité innée. - I - Approche globale des réactions immunitaires

Chapitre I La réaction inflammatoire, une manifestation de l immunité innée. - I - Approche globale des réactions immunitaires Chapitre I La réaction inflammatoire, une manifestation de l immunité innée - I - Approche globale des réactions immunitaires Mécanismes de défense de l organisme en réponse à la pénétration de microorganismes

Plus en détail

les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques

les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques L emploi dans les films cinématographiques L emploi intermittent dans le tournage des films d initiative française de fiction

Plus en détail

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2010

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2010 BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2010 Durée : 3 h 30 Coefficient : 7 Avant de composer, le candidat s assurera

Plus en détail

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère Tom Pfeiffer Partner Audit Deloitte Sacha Thill Senior Consultant Operations Excellence & Human Capital Deloitte Soucieuses du bien-être et du développement

Plus en détail

Evaluation des procédures diagnostiques. Objectifs pédagogiques. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. Evaluation des procédures diagnostiques

Evaluation des procédures diagnostiques. Objectifs pédagogiques. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. Evaluation des procédures diagnostiques Evaluation des procédures diagnostiques Objectifs pédagogiques Evaluer un signe, un examen, une décision médicale en calculant leur sensibilité et leur spécificité, leurs valeurs prédictives positives

Plus en détail

La rubéole chez la femme enceinte et le nouveau-né en France en 1996 :les données du réseau RENARUB

La rubéole chez la femme enceinte et le nouveau-né en France en 1996 :les données du réseau RENARUB Retour au sommaire des BEH de 1998 La rubéole chez la femme enceinte et le nouveau-né en France en 1996 :les données du réseau RENARUB V. Cerase*, I. Rebière* et les biologistes du réseau RENARUB *Réseau

Plus en détail

Exercice 2. Population de Bruxelles de 18 à 65 ans selon le sexe et le statut d occupation - 2010

Exercice 2. Population de Bruxelles de 18 à 65 ans selon le sexe et le statut d occupation - 2010 Chapitre 1. Tableau à double entrée Exercices : solutions Texte provisoire. Merci pour les remarques, commentaires, suggestions Exercice 1 1.a. Population de Bruxelles selon le sexe et la nationalité Hommes

Plus en détail

Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013. Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé.

Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013. Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé. TES/spé TL Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013 Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé. Vous apporterez un grand soin à la présentation et à la rédaction

Plus en détail

Appel à projets 2016 Prévention et soutien en milieu carcéral

Appel à projets 2016 Prévention et soutien en milieu carcéral Appel à projets 2016 Prévention et soutien en milieu carcéral Destiné aux associations de France métropolitaine, Drom et Com Date de clôture : 14 septembre 2015 Procédure de demande de financement Il y

Plus en détail

DIU Infirmières de Santé au Travail - IDF. Service Central de Santé au Travail de l AP-HP PLAN DE COURS

DIU Infirmières de Santé au Travail - IDF. Service Central de Santé au Travail de l AP-HP PLAN DE COURS DIU Infirmières de Santé au Travail - IDF Faculté de Médecine Paris VII - Denis Diderot Mardi 7 juin 2016 STATISTIQUES EN SANTE AU TRAVAIL : NOTIONS ESSENTIELLES Service Central de Santé au Travail de

Plus en détail

Enquête autour d un cas de tuberculose: nouvelles recommandations

Enquête autour d un cas de tuberculose: nouvelles recommandations Enquête autour d un cas de tuberculose: nouvelles recommandations Thierry COMOLET. Direction générale de la santé. Bureau des maladies infectieuses, des risques infectieux émergents et de la politique

Plus en détail

Pneumocystose (Evaluations)

Pneumocystose (Evaluations) Pneumocystose (Evaluations) Date de création du document 2008-2009 QCM QUESTION 1/4 : Parmi les propositions suivantes concernant la pneumocystose, la ou lesquelles sont vraies? A - La pneumocystose se

Plus en détail

Examen de Mi-d'année. Exercice I: L albinisme et ses causes.

Examen de Mi-d'année. Exercice I: L albinisme et ses causes. Class: 3 ème. Secondaire (S.V.) Matière: Biologie Exercice I: L albinisme et ses causes. Examen de Mi-d'année Points: 20 pts. Durée: 180 min. (4.5 pts.) L albinisme résulte d un manque général de la pigmentation

Plus en détail

La maladie de carré chez le chien. Maladie de carré (chiens, furets ) : sources et espèces cibles. 1.1 Espèces cibles de la maladie de carré

La maladie de carré chez le chien. Maladie de carré (chiens, furets ) : sources et espèces cibles. 1.1 Espèces cibles de la maladie de carré La maladie de carré chez le chien 1 Maladie de carré (chiens, furets ) : sources et espèces cibles 11 Espèces cibles de la maladie de carré 12 Maladie de carré chez le chat 13 Maladie de carré chez l homme

Plus en détail

TD TICE. PARTIE II. Panorama de la famille française

TD TICE. PARTIE II. Panorama de la famille française TD TICE. PARTIE II. Panorama de la famille française Thème 1. Les ménages en question Note 1 : Toutes les informations nécessaires à ce TD sont disponibles gratuitement sur le site de l INED. Note 2 :

Plus en détail

REPRESENTATION DE LA TECTONIQUE DES PLAQUES EN 3D ET CARTES PALEOGEOGRAPHIQUES Par Chris Scotese

REPRESENTATION DE LA TECTONIQUE DES PLAQUES EN 3D ET CARTES PALEOGEOGRAPHIQUES Par Chris Scotese REPRESENTATION DE LA TECTONIQUE DES PLAQUES EN 3D ET CARTES PALEOGEOGRAPHIQUES Par Chris Scotese www.scotese.com chris@scotese.com Introduction Christopher SCOTESE de l Université du Texas est l'auteur

Plus en détail

Leçon 1 : Les caractères d un individu Date : Chaque être humain possède de nombreux caractères.

Leçon 1 : Les caractères d un individu Date : Chaque être humain possède de nombreux caractères. Leçon 1 : Les caractères d un individu Date : Chaque être humain possède de nombreux caractères. Certains caractères sont communs à tous les individus de notre espèce et permettent de nous distinguer des

Plus en détail

Qu est-ce qu un vaccin?

Qu est-ce qu un vaccin? Fiche technique n 8 Qu est-ce que la vaccination? Un vaccin est un médicament particulier, destiné à «éduquer» le système immunitaire* à se défendre contre un agent pathogène* bien déterminé. Il a pour

Plus en détail

Baccalauréat STMG Polynésie 12 septembre 2014 Correction

Baccalauréat STMG Polynésie 12 septembre 2014 Correction Baccalauréat STMG Polynésie 1 septembre 014 Correction Durée : 3 heures EXERCICE 1 6 points Pour une nouvelle mine de plomb, les experts d une entreprise modélisent le chiffre d affaires (en milliers d

Plus en détail

Recherche de parenté entre les vertébrés

Recherche de parenté entre les vertébrés 1 CHAPITRE A Recherche de parenté entre les vertébrés 2 Chapitre A : Recherche de parentés entre les êtres vivants Tous les êtres vivants présentent des structures cellulaires et un fonctionnement commun

Plus en détail

CHAP 1: CIBLES DES MEDICAMENTS

CHAP 1: CIBLES DES MEDICAMENTS CHAP 1: CIBLES DES MEDICAMENTS GÉNÉRALITÉS Le Code de la Santé Publique française définit le médicament comme «une substance ou composition présentée comme possédant des propriétés curatives ou préventives

Plus en détail

Infection par Tritrichomonas fœtus, la tritrichomonose féline

Infection par Tritrichomonas fœtus, la tritrichomonose féline Fiche technique n 22 Infection par Tritrichomonas fœtus, la tritrichomonose féline Tritrichomonas foetus est l agent responsable de la tritrichomonose, maladie difficile à maîtriser en élevage félin. Les

Plus en détail

les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques

les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques Cette étude a été réalisée conjointement par la Direction des études, des statistiques et de la prospective du CNC et le Service

Plus en détail

Biologie Moléculaire 6 GT SG FWB Leçon n 5

Biologie Moléculaire 6 GT SG FWB Leçon n 5 Biologie Moléculaire 6 GT SG FWB Leçon n 5 Tests de paternité (fin labo électrophorèse) Un test de paternité consiste à analyser l'adn de deux personnes dans le but d'établir un lien de parenté génétique.

Plus en détail

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière

Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière Direction des retraites et de la solidarité juillet 2015-12 Éclairage sur la reprise d activité des retraités des fonctions publiques territoriale et hospitalière C. Bac (CNAV), I. Bridenne (CDC), A. Dardier

Plus en détail

Des os et des muscles pour bouger

Des os et des muscles pour bouger TD 1 Notre squelette, la charpente du corps TD 2 Les muscles de notre corps TP 1 Observer des os et des muscles Choisis chaque année un ou plusieurs thèmes à étudier avec toute la classe. Colorie ensuite

Plus en détail

Analyse longitudinale des stagiaires STE

Analyse longitudinale des stagiaires STE Analyse longitudinale des stagiaires STE Note d analyse de l Observatoire bruxellois de l Emploi Février 2015 1 Introduction Indépendamment des données portant sur le profil des stagiaires et des caractéristiques

Plus en détail

CHAPITRE 6 : Les défenses de l'organisme face aux microorganismes

CHAPITRE 6 : Les défenses de l'organisme face aux microorganismes Risque infectieux et protection de l organisme CHAPITRE 6 : Les défenses de l'organisme face aux microorganismes Obj. cognitifs : Définir le système immunitaire. Une réaction rapide-la phagocytose, réalisée

Plus en détail

Infections materno-fœtales Interprétation des sérologies maternelles CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales

Infections materno-fœtales Interprétation des sérologies maternelles CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Infections materno-fœtales Interprétation des sérologies maternelles CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Christelle VAULOUP-FELLOUS Service de Virologie, Hôpitaux Universitaires Paris-Sud Faculté

Plus en détail

2. Si x désigne le prix d un article, exprimer en fonction de x le prix de cet article après une baisse de 20%.

2. Si x désigne le prix d un article, exprimer en fonction de x le prix de cet article après une baisse de 20%. 3 ème REVISIONS BREVET EXERCICE 1 : Soit P = (x 2) (2x + 1) (2x + 1)² 1. Développer et réduire P. 2. Factoriser P. 3. Résoudre l équation (2x + 1) (x + 3) = 0 4. Pour x = 3, écrire P sous forme fractionnaire.

Plus en détail

31/03/2014 THOMASSIN Guillaume L2 AIH Carole CASSAGNE Relecteur 6 10 pages LA PNEUMOCYSTOSE. Plan

31/03/2014 THOMASSIN Guillaume L2 AIH Carole CASSAGNE Relecteur 6 10 pages LA PNEUMOCYSTOSE. Plan 31/03/2014 THOMASSIN Guillaume L2 AIH Carole CASSAGNE Relecteur 6 10 pages LA PNEUMOCYSTOSE Plan A. L'agent infectieux I. Développement de la maladie II. Mode de transmission III. Cycle du parasite IV.

Plus en détail

La réciproque est fausse : les droites parallèles à l axe des ordonnées ne sont pas des représentations graphiques de fonction

La réciproque est fausse : les droites parallèles à l axe des ordonnées ne sont pas des représentations graphiques de fonction S Cours Les fonctions affines Par cœur : définition d une fonction affine Soit a et b deux réels. Une fonction définie sur R par : f(x) = ax + b est appelée fonction affine. De plus, a = Variation des

Plus en détail

A. Cabié, P. Pugliese, C. Delpierre, L. Cuzin, E. Billaud, S. Stegman, A. Cheret, T. Jovelin, P. Dellamonica et le groupe Dat Aids

A. Cabié, P. Pugliese, C. Delpierre, L. Cuzin, E. Billaud, S. Stegman, A. Cheret, T. Jovelin, P. Dellamonica et le groupe Dat Aids Évaluation de l impact sur la qualité de la prise en charge des personnes vivant avec le VIH de l intégration d un outil d aide à l application des recommandations de bonnes pratiques (NadisWorkflow )

Plus en détail

PARTIE II : Risque infectieux et protection de l organisme. CHAPITRE 1 : L homme dans son environnement microbien.

PARTIE II : Risque infectieux et protection de l organisme. CHAPITRE 1 : L homme dans son environnement microbien. PARTIE II : Risque infectieux et protection de l organisme CHAPITRE 1 : L homme dans son environnement microbien. Grippe, gastro-entérite, angine, otite,...nous sommes régulièrement malades. Quelles sont

Plus en détail

Baccalauréat STG C.G.R.H. Polynésie 5 septembre 2013 Correction

Baccalauréat STG C.G.R.H. Polynésie 5 septembre 2013 Correction Baccalauréat STG C.G.R.H. Polynésie 5 septembre 2013 Correction EXERCICE 1 8 points La société Bonbon.com commercialise des confiseries. On utilise une feuille de calcul d un tableur pour observer l évolution

Plus en détail

Cet article a été remis à EndoFrance par le Pr Canis pour une utilisation strictement réservée à l association EndoFrance

Cet article a été remis à EndoFrance par le Pr Canis pour une utilisation strictement réservée à l association EndoFrance ENDOMETRIOSE ET INFERTILITE Dr. Michel CANIS On admet classiquement que 20 à 50 % des patientes qui consultent pour une infertilité ont une endométriose et que 30 à 40 % des patientes qui ont une endométriose

Plus en détail

Appel à projets 2015. Destiné aux Associations de lutte contre le sida en France métropolitaine & DROM

Appel à projets 2015. Destiné aux Associations de lutte contre le sida en France métropolitaine & DROM Appel à projets 2015 Destiné aux Associations de lutte contre le sida en France métropolitaine & DROM Date de clôture : 04/11/2015 ViiV Healthcare SAS (ci-après ViiV Healthcare) met en place une nouvelle

Plus en détail

Le Culte moderne des monuments

Le Culte moderne des monuments Le Culte moderne des monuments aloïs riegl La Culte moderne des monuments sa nature et ses origines Traduit de l allemand par mat thieu dumont & arthur lochmann Éditions allia 16, rue charlemagne, paris

Plus en détail

TOUS LES PAYS SUBISSENT DES PERTES ÉCONOMIQUES ÉNORMES EN IGNORANT LES COÛTS VÉRITABLES DU VIH/SIDA, SELON LES SERVICES ÉCONOMIQUES TD

TOUS LES PAYS SUBISSENT DES PERTES ÉCONOMIQUES ÉNORMES EN IGNORANT LES COÛTS VÉRITABLES DU VIH/SIDA, SELON LES SERVICES ÉCONOMIQUES TD Communiqué Pour publication immédiate TOUS LES PAYS SUBISSENT DES PERTES ÉCONOMIQUES ÉNORMES EN IGNORANT LES COÛTS VÉRITABLES DU VIH/SIDA, SELON LES SERVICES ÉCONOMIQUES TD TORONTO (Ontario) Les motifs

Plus en détail

Préparation aux épreuves écrites du CAPES Conseils de rédaction

Préparation aux épreuves écrites du CAPES Conseils de rédaction Préparation aux épreuves écrites du CAPES Conseils de rédaction Claire Debord Le texte qui suit est une libre compilation de plusieurs textes sur le même thème, notamment ceux de Christophe Champetier

Plus en détail

Par Emmanuel Guillaume, Avocat, et Simon Daboussy, Associé du cabinet Baker & McKenzie Publié dans Concurrences, n 3 2014

Par Emmanuel Guillaume, Avocat, et Simon Daboussy, Associé du cabinet Baker & McKenzie Publié dans Concurrences, n 3 2014 Gaz Audit Tarifs Réglementés de Vente : La Commission de régulation de l énergie a effectué un audit des coûts d approvisionnement et hors approvisionnement servant de base au calcul de l évolution des

Plus en détail

Amérique du Sud, novembre 2006

Amérique du Sud, novembre 2006 Exercice 1 ( 5 points) Commun à tous les candidats Un hôpital est composé de trois services : service de soins A, service de soins B, service de soins C. On s intéresse aux prises de sang effectuées dans

Plus en détail

ACTIVITES COMMUNAUTAIRES Boîte à images sur la prévention du VIH/SIDA

ACTIVITES COMMUNAUTAIRES Boîte à images sur la prévention du VIH/SIDA ACTIVITES COMMUNAUTAIRES Boîte à images sur la prévention du VIH/SIDA PNLS Gouvernement du Bénin Ministère de la Santé BANKENGRUPPE ABMS POPULATION SER VICES INTERN ATIONAL BENIN Questions : 1) Qu est-ce

Plus en détail

VI. L APPORT DES MARQUEURS MOLECULAIRES. A. Définitions

VI. L APPORT DES MARQUEURS MOLECULAIRES. A. Définitions VI. L APPORT DES MARQUEURS MOLECULAIRES Comme nous l avons vu précédemment, l étude des caractères quantitatifs est fondée sur l analyse statistique des performances mesurées des individus. Il en est de

Plus en détail

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie,

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Introduction La maladie de castleman ou hyperplasie angio folliculaire

Plus en détail

Sommaire. Aperçu de l influence de la défavorisation sur la mortalité et l espérance de vie. Septembre 2009. Avant-propos... 3

Sommaire. Aperçu de l influence de la défavorisation sur la mortalité et l espérance de vie. Septembre 2009. Avant-propos... 3 Septembre 2009 Sommaire Avant-propos... 3 Précisions méthodologiques... 4 Qu est-ce que l indice de défavorisation matérielle et sociale?...4 Limites dans l interprétation des résultats... 5 Résultats...

Plus en détail

Centre International de Développement et de Recherche

Centre International de Développement et de Recherche Centre International de Développement et de Recherche Principes de management collectif Publication UNGANA 1304 CIDR Tous droits de reproduction réservés SE Séquence 1: Les stades de développement d'une

Plus en détail

félins peuvent-ils être vaccinés?

félins peuvent-ils être vaccinés? Fiche technique n 6 Contre quelles maladies nos félins peuvent-ils être vaccinés? Les valences vaccinales* destinées aux chats sont regroupées en deux catégories : les valences dites «essentielles» conseillées

Plus en détail

La parvovirose canine

La parvovirose canine Fiche technique n 5 La parvovirose canine La parvovirose canine est une affection contagieuse très grave et souvent mortelle. Elle est l une des causes les plus fréquentes de diarrhées infectieuses chez

Plus en détail

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil.

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil. Zinc EN BREF Introduction Le zinc (Zn) est un oligoélément essentiel à toutes les formes de vie et que l on trouve dans près de 100 enzymes spécifiques. Après le fer, le zinc est l oligoélément le plus

Plus en détail

ACTIVITE : Montrer que l organisation des Vertébrés présente des similitudes témoignant d une parenté.

ACTIVITE : Montrer que l organisation des Vertébrés présente des similitudes témoignant d une parenté. ACTIVITE 10 Ce que nous savons : la biodiversité représente la diversité du vivant. Cependant, malgré leur grande diversité de forme et d organisation, il est possible de regrouper des espèces actuelles

Plus en détail

LE GÉNIE GÉNÉTIQUE ET LA BIOLOGIE MOLÉCULAIRE

LE GÉNIE GÉNÉTIQUE ET LA BIOLOGIE MOLÉCULAIRE LE GÉNIE GÉNÉTIQUE ET LA BIOLOGIE MOLÉCULAIRE Plan Introduction I - Qu est ce Que le génie génétique? II - Quels sont les outils du génie génétique? II.1- Les Enzymes II.1.1- Enzymes de restriction II.1.2-

Plus en détail

CHAPITRE 1 : L ACTIVITE GENITALE DE L HOMME ET SON CONTROLE

CHAPITRE 1 : L ACTIVITE GENITALE DE L HOMME ET SON CONTROLE CHAPITRE 1 : L ACTIVITE GENITALE DE L HOMME ET SON CONTROLE I] La production des spermatozoïdes Rappel : Les premiers signes du fonctionnement de l appareil génital masculin sont les premières émissions

Plus en détail

AFFICHES À CARACTÈRE SOCIAL

AFFICHES À CARACTÈRE SOCIAL AFFICHES À CARACTÈRE SOCIAL ÉTUDE PAR CAROL-ANN RIOUX ET JEAN-PHILIPPE BEAUMONT SOUS LA DIRECTION DE LUC SAINT-HILAIRE, CHARGÉ DE COURS DES-1008 - SÉMIOLOGIE DE L IMAGE FONCTIONNELLE 12/12/2011 - UNIVERSITÉ

Plus en détail

Chapitre 2: Les mécanismes de

Chapitre 2: Les mécanismes de Chapitre 2: Les mécanismes de l immunité I-Les anticorps: agents du maintien de l intégrité du milieu extracellulaire 1- La réaction antigène- anticorps et l élimination du complexe immun Les anticorps:

Plus en détail

Chapitre 3 Dénombrement et représentation d un caractère continu. Lætitia Perrier Bruslé Cours de statistique descriptive sous Excel

Chapitre 3 Dénombrement et représentation d un caractère continu. Lætitia Perrier Bruslé Cours de statistique descriptive sous Excel Chapitre 3 Dénombrement et représentation d un caractère continu Lætitia Perrier Bruslé Cours de statistique descriptive sous Excel Introduction Un caractère quantitatif est continu si ses modalités possibles

Plus en détail

Les trois niveaux de prévention

Les trois niveaux de prévention Dépistage Les trois niveaux de prévention Que dépister? Facteurs étiologiques de maladie : causant la maladie Ex VIH pour le SIDA Facteurs de risque pour une maladie : induisant un accroissement de la

Plus en détail

La ventilation hommes-femmes dans le bilan social

La ventilation hommes-femmes dans le bilan social La ventilation hommes-femmes dans le bilan social Colloque du 12 février 2015 Comment lutter contre l écart salarial entre hommes et femmes? Pierrette Heuse Service Analyse micro-économique Structure de

Plus en détail