Production d effecteurs immuns. Veronique DECOT, MCU-PH UTCT (Unité de Thérapie Cellulaire et Tissus) CHU de Nancy

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Production d effecteurs immuns. Veronique DECOT, MCU-PH UTCT (Unité de Thérapie Cellulaire et Tissus) CHU de Nancy"

Transcription

1 Production d effecteurs immuns Veronique DECOT, MCU-PH UTCT (Unité de Thérapie Cellulaire et Tissus) CHU de Nancy

2 Conditionnement Receveur Allogreffe de CSH Non prise et rejet de la greffe Donneur Immunosuppression (IS) Reconstitution immunitaire à partir des cellules souches du greffon Effet Graft vs. Leukemia (GvL) Effet Graft vs. Host (GvH) Lenteur de la RI Immunodéficience Complications (Infections virales)

3 RI et complications post-greffe J720 Cellules B matures Neutrophile Cellules T matures Neutropénie J30 J360 T naïfs Thymus receveur CS donneur Génération de novo des cellules T naïves à partir de CS du greffon Conditionnement Infections bactériennes Infections virales et Receveur fongiques J0 Greffe de CSH IS NK J60 J100 Cellules B immatures J90 GvH Immunodéficience Expansion des cellules T du greffon (CD4/CD8)

4 Virus d Epstein Barr Protéines d enveloppe (gb, gn) Tégument ADN viral Nucléocapside Nicolas et Meyohas, 2003 Enveloppe lipidique Agent de la mononucléose infectieuse 95% de la population mondiale infectée Infecte préférentiellement les LB Pathologies post-greffe : Syndrome de lymphoprolifération Souvent apporté par le greffon Traitement : rituximab

5 Cytomégalovirus Reste quiescent dans les Monocytes (50% Ad CMV+) On distingue : CMV infection : isolement CMV, Ag ou ADN dans un prélèvement CMV Maladie : association à des signes cliniques : Pneumopathie CMV, maladie CMV gastro-intestinale, Hépatite, rétinite r ou encéphalite (rare). Incidence infection : 60 à 70% chez les R CMV+ Traitements médicamenteux m d autant d plus efficaces qu ils sont mis en œuvre de façon Pré-emptive : Gancyclovir

6 Adénovirus Jones et al., 2007 ; Walsh et al., 2009 L Adénovirus : 54 sérotypes s répartis r en 7 espèces (A à G) ADV maladie : Ag ou ADN viral + signes cliniques Signes cliniques : atteinte digestive (diarrhée) atteinte pulmonaire (pneumonie), cystite hémorragiqueh atteinte rénale ou systémique Incidence : 5 à 21% chez les adultes et jusqu à 80% chez les enfants. Traitements médicamenteux m : Cidofovir

7 Mesures mises en oeuvre - Isolement en secteur stérile - Prophylaxies anti-infectieuses infectieuses : Antibiotiques Anti-fongiques Pas de prophylaxie anti-virale hormis pour Herpès-zona. - Mesures préventives pour le CMV : Receveur CMV- : Receveur CMV+ : Choix d un d donneur CMV, si possible Produits sanguins déleucocytd leucocytés s ou CMV- Choix d un d donneur CMV +, si possible Mesures parfois insuffisantes. - Monitoring régulierr de la charge virale (EBV, ADV, CMV) chez le patient afin d instaurer un traitement pré-emptif - Monitoring régulierr de la reconstitution cellulaire spécifique

8 ALTERNATIVES THERAPEUTIQUES ANTI-VIRALES AU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX

9 Sur quoi repose l immunité anti-virale? La reconstitution immunitaire anti-virale specifique Utilisation possible des cellules immunitaires du donneur pour restaurer cette immunité Immunotherapie adoptive

10 Donneur Kennedy-Nasser et al., 2007 Approches possibles DLI X X X Receveur X Virus CPA Lymphocyte T Cytotoxique (CTL) anti-virus Cellules T anti-leucémie Kennedy-Nasser Cellules T alloréactives et al, BMT 2007

11 ADV

12 Donneur Kennedy-Nasser et al., 2007 Immunothérapie cellulaire DLI X X X Allo-déplétion X X Receveur Virus CPA Lymphocyte T Cytotoxique (CTL) anti-virus X Cellules T anti-leucémie Cellules T alloréactives

13 Déplétion Alloréactive : - Principe : Eliminer spécifiquement les cellules T du donneur présentant une alloréactivit activité vis-à-vis du receveur. irradiation + Culture 48 à 72 h PBMC Donneur - Marqueurs d activation d : CD 25, CD 69, etc.. - Déplétion des cellules exprimant le marqueur : Billes immunomagnétiques Immunotoxine PBMC Receveur = marqueur d activation

14 Déplétion Alloréactive : - Résultats : Essai clinique Necker (Andre schmutz Andre schmutz et al,, The Lancet 2002) :

15 - Résultats : Déplétion Alloréactive : Essai clinique Necker (Andre schmutz - Limites : (Andre schmutz et al,, The Lancet 2002) : Essai phase I/II d escalade d de doses (1 à CD3/kg) sur 15 enfants (DI et Hémopathies H malignes). Allogreffe Haploidentique ou NA 4 agvhd < II; 1 cgvhd (peau) : qualité de l allodl allodéplétion? RI rapide; Résolution R d infections d CMV et EBV : 2 patients Leucémies : 3 rechutes/5 Test de cytotoxicité à partir du sang d un d patient, 33 jours après injection des T allodépl plétés Essai clinique Malcom Brenner (Amrolia (Amrolia et al,, 2006) : 16 enfants et Haploidentique Ad (Hémopathies malignes). Allogreffe RI rapide anti-virale Rechute de Leucémies : 7 rechutes/16

16 Donneur Kennedy-Nasser et al., 2007 Immunothérapie cellulaire DLI X X X X X Allo-déplétion Receveur Virus CPA X X PBMC + CTL anti-virus Lymphocyte T Cytotoxique (CTL) anti-virus X Cellules T anti-leucémie Cellules T alloréactives

17 Comment fonctionne un LTC

18 PRODUCTION DE LTC (CTL) Pré-requis requis pour satisfaire aux exigences réglementaires : Choix de l antigl antigènene Milieux de culture l AFSSaPS présents sur la liste des PTA de Pool de SAB en condition de grade clinique dédid dié au protocole Système de sélection s de grade clinique avec marquage CE S affranchir d une d étape de culture cellules pour amplifier les

19 MODES DE SELECTION DES CTL ANTI-VIRUS CTL spécifiques Culture cellulaire Donneur PBMC Receveur Lymphocyte T Cytotoxique (CTL) anti-virus Cellules T alloréactives

20 Expansion in vitro de CTL anti-infectieuses infectieuses Exemple de l EBVl - Principe irradiation Donneur

21 Autre exemple de production des CTL EBV

22 CTL EBV: 3 origines possibles CTL du donneur Survie après administration: >8 ans Expansion 2 à 4 log apres administration Reduction de la charge virale chez 20% des patients Pas de developpement de SLPG après administration CTL autologues Interessant dans le contexte de la greffe d organes Injection sans complications observées Persistence moindre car forte immunosuppression CTL 3e partie Constitution de banques

23 Expansion in vitro de CTL anti-infectieuses infectieuses Temps de culture et d expansion d très s long Deux mois environ sont nécessaires n pour produire ces CTL Nécessité de les produire pour tous les patients Difficulté d obtenir des cellules du donneur (surtout à partir d un d donneur fichier) Essai français ais s est s arrêté avec avènement du Rituximab Coût t de production (à( comparer au coût t du Rituximab)

24 - Développement de banques de CTL anti-ebv HLA partiellement compatibles - Haque et al,, 2002; Haque et al,, Choix des CTL anti-ebv les plus compatibles avec le receveur : (forte cytotoxicité contre EBV blastes PHA receveur) contre EBV-LCL donneur et faible contre - 33 patients EBV-SLP traités - Aucune GVHD n est n survenue. - Réponse (complète ou partielle) : 64% à 5 semaines et 52 % à 6 mois - Techniques restreintes à quelques centres Complexes Nécessité de locaux appropriés (culture cellulaire en circuit ouvert)

25 MODES DE SELECTION DES CTL ANTI-VIRUS PBMC Isolement CTL spécifiques Culture cellulaire Donneur Receveur Lymphocyte T Cytotoxique (CTL) anti-virus Cellules T alloréactives Tétramères

26 Cobbold et al., 2005 TECHNIQUE TETRAMERES - Traitement de 9 patients ayant réactivr activé le CMV x10 3 /kg CTL CD8+ anti-peptide CMV - 10J post-injection: Détection D des CTL CD8+ anti-cmv 9/9: CV CMV s est s négativn gativée 2/9: aggravation GvH de grade I II Limites : - Pas de multimères aux normes GMP - Inadapté pour des fréquences de cellules T actives faibles (ADV)

27 MODES DE SELECTION DES CTL ANTI-VIRUS PBMC Isolement CTL spécifiques Culture cellulaire Donneur Technique immunomagnétique Receveur Lymphocyte T Cytotoxique (CTL) anti-virus Cellules T alloréactives Tétramères

28 Ex de selection des CTL par technique immunomagnétique: CTL anti-adv

29 Sur quoi repose la selection immunomagnétique? IFN G PBMC Ag viral IFN G

30 Choix de l antigl antigènene Deux antigènes présentent un intérêt: Protéine Hexon de l ADV 2 (Sérion Virion) (Feuchtinger et al) : Historique des cellules Hep 2 (Master cell Bank) Caractérisation risation virologique Adjuvants utilisés Process de purification complet PepTivator-ADV 5 Hexon (Miltenyi Biotec) : Pool de peptides 15mères couvrant la totalité de la Proteine Hexon de l ADV l 5 15 aa 11 aa certification GMP : MACS GMP PepTivator-ADV 5 Hexon

31 CTL ADV : etude clinique Feuchtinger et al, 2006 Selection des CTL IFNg + polyclonales Ag de stimulation: proteine hexon Patients traités: 9 avec infection systémique Resultat: Pas d effets secondaires Pas de GvH de novo 5/9: dimunition charge virale et amelioration clinique 4/9: 3 deces (ADV), 1 deces (lymphome)

32 Technique de production des CTL mis en place au CHU de Nancy

33 Incubation 6h Injection Ag ADV Marquage Receveur ADV+ Donneur de CSH Contrôles qualité : - Cytométrie en flux - Fonctionnels - Bactériologie

34 RESULTATS J. Immunother May; 33 (4) :

35 Résultats Before isolation TNC (10 6 ) CD4 + CD8 CD4 (% ) # + IFN-g + (%) + CD8 + IFN-g + (%) # (%) * * Mean SD Range [52 857] [ ] [ ] [ ] [ ] * PBMC from leukapheresis collections. # Percentage of CD4+ and CD8+ cells refers to the total number of cells (ungated population). Percentage of CD4+IFN-γ+ + and CD8+IFN-γ+ + cells refers to the total number of CD4+ and CD8+ cells, respectively.

36 Après sélection N CNT (10 6 ) Pureté CD4-IFNg+ (%) Rendement CD4-IFNg+ (%) Pureté CD8-IFNg+ (%) Rendement CD8-IFNg+ (%) Viabilité (%) Moyenne CD4 SD Range 0.84 [ ] 20.8 [ ] 32.4 [ ] [ ] [ ] [ ] Feuchtinge r, 2007 * (n = 12) Moyenne Range [ ] 46.2 [15 74] 13.3 [0-37] CD3-IFNg [26 94] 40 [10 70]

37 Après sélection N CNT (10 6 ) Pureté CD4-IFNg+ (%) Rendement CD4-IFNg+ (%) Pureté CD8-IFNg+ (%) Rendement CD8-IFNg+ (%) Viabilité (%) Moyenne CD8 SD Range [ ] [ ] [ ] 27 [ ] 39.3 [ ] 13.1 [ ] Feuchtinger, 2007 * (n = 12) Moyenne Range [ ] 46.2 [15 74] 13.3 [0-37] CD3-IFNg [26 94] 40 [10 70]

38 CONTROLES QUALITE FONCTIONNELS

39 Expansion des CTL anti-adv in vitro - 2 semaines de culture : 100 U/ml IL-2 cellules nourricières res autologues irradiées Cell number (x10 6 ) ,1 0,01 Pre Post CTL 1 CTL 2 CTL 3 CTL 4 CTL 5 CTL 6 CTL 7 Expansion moyenne : 1.7 Log (jusqu à CNT après s 2 semaines)

40 Contrôle de la sécrs crétion d IFNd IFNγ Dosage des cytokines intra-cellulaires cellulaires: - Après s 2 semaines de culture : Stimulation des CTL anti-adv avec le PepTivator (16h) Pureté moyenne CD4-IFN IFNγ : /- 23.5% CD8-IFN IFNγ : /- 23.8%

41 Contrôle de la prolifération ration Test de prolifération ration des CTL anti-adv en présence du PepTivator-ADV5 Hexon Before selection After selection Median Range Median Range Peptivator-ADV5 Hexon (cpm) 766 [ ] [ ] PHA (cpm) [ ] 3860 [ ] cpm: counts per minute Prolifération ration accrue des CTL vis à vis du PepTivator-ADV5 Hexon comparée e aux PBMC avant sélections

42 Test de Cytotoxicité Cytotoxicité vis-à-vis des Cellules dendritiques (DC) autologues: - CTL anti-adv contre DC marquées au 51 Cr (rapport 10:1) 40 Cytotoxicité Lyse (%) Specific lysis (%) Non loaded ADV2 ADV5 Peptivator-ADV5 NI ADV2 ADV3 ADV5 ADV10 ADV25 Lysat ADV Hexon (3,4,6,7) PepT CMV (pp65) Une cytotoxicité moyenne de : - 20% vis-à-vis des DC* infectées es avec le lysat viral d ADV2, d % vis-à-vis des DC* infectées es avec le lysat viral d ADV5d - 34% vis-à-vis des DC* chargées avec le PepTivator-ADV5 Hexon - 2% vis-à-vis des DC* non infectées es

43 Etude de l Allorl Alloréactivité Culture mixte des CTL anti-adv avec des PBMC de 3 donneurs différents (6 jours) étude de la prolifération ration par incorporation de le la TH Proliferation (cpm) Before selection ADV-specific T cells Diminution de 1.27 Log de l allorl alloréactivité résiduelle des CTL anti- ADV en comparaison de l allorl alloréactivité observée e avec les PBMC avant sélections

44 Production de CTL anti-adv Isolement de CTL anti-adv ADV: Technique rapide, GMP: Ag de stimulation : PepTivator-ADV 5 Hexon (Miltenyi Biotec) CliniMACS (Miltenyi Biotec) Système clos CTL anti-adv : Potentiel d expansion d in vitro élevé : 1.7 Log Après s restimulation : sécrétion d IFNd IFNγ prolifération ration exclusivement vis-à-vis de l antigl antigène ne de stimulation. Fonctionnalité Cytotoxicité groupes) avec réactivité croisée Réduction de l allorl alloréactivité : 1.27 Log (ADV2, ADV5 et autres

45 CONCLUSIONS et PERSPECTIVES :

46 CONCLUSION & PERSPECTIVES Avantages Techniques (décrits précédemment) Efficacité clinique : inconstante Facteurs influençants : Dose? Moment de l injection l (+/- précoce)? Apport de la PCR ADV dans les selles? Présence d une d GVHD? Administration d un d traitement immunosuppresseur? Protocole clinique multicentrique 11 centres participants.

47 Injection de CTL Complément ment indispensable du traitement anti-infectieux infectieux qui peut se révéler r inefficace en l absence l de reconstitution T Traitement de la cause de ces infections : absence de lymphocytes T spécifiques Orientations Techniques rapides, reproductibles d un d centre à l autre Banques de CTL HLA partiellement compatibles Production de CTL multivirus Difficulté Production de CTL à partir d un d donneur sérons ronégatif (UCB) Utilisation de DC comme APC, chargées avec un antigène ne CMV et culture de plusieurs semaines en présence d IL7 d et d IL12 Autre domaine d applicationd Greffe d organed CONCLUSIONS

48 EQUIPES IMPLIQUEES UTCT Pr STOLTZ Dr D. BENSOUSSAN Dr V. DECOT Lamia AISSI, étudiante en thèse Secteur de Transplantation médullaire m Pr BORDIGONI Dr A. SALMON Dr L. CLEMENT Laboratoire de Virologie Dr V. VENARD Dr H. JEULIN Laboratoire d Immunologie d Pr FAURE Collaboration avec Miltenyi Biotec (G. Rauser et C. Cambouris)

CTL antiviraux : From Bench to Bedside

CTL antiviraux : From Bench to Bedside CTL antiviraux : From Bench to Bedside Le 21 Novembre 2014 Pr Danièle BENSOUSSAN Unité de Thérapie Cellulaire et banque de Tissus (UTCT), CHU de Nancy UMR-CNRS 7365 et FR CNRS-INSERM-UL-CHU 3209 1 Traitement

Plus en détail

Contact SCD Nancy 1 : theses.sciences@scd.uhp-nancy.fr

Contact SCD Nancy 1 : theses.sciences@scd.uhp-nancy.fr AVERTISSEMENT Ce document est le fruit d'un long travail approuvé par le jury de soutenance et mis à disposition de l'ensemble de la communauté universitaire élargie. Il est soumis à la propriété intellectuelle

Plus en détail

Les lymphocytes T CD4+ naïfs possèdent un potentiel d alloréactivité supérieur aux lymphocytes T CD4+ CM en situation d HLA compatibilité

Les lymphocytes T CD4+ naïfs possèdent un potentiel d alloréactivité supérieur aux lymphocytes T CD4+ CM en situation d HLA compatibilité Les lymphocytes naïfs possèdent un potentiel d alloréactivité supérieur aux lymphocytes CM en situation d HLA compatibilité Bachra CHOUFI EA2686 Laboratoire d'immunologie - HLA-Transplantation Centre de

Plus en détail

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis.

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Tarek Ben Othman Congrès de la STPI, 24 avril 2009 Plan Introduction

Plus en détail

Item 127 : Transplantation d'organes

Item 127 : Transplantation d'organes Item 127 : Transplantation d'organes Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Allogreffe de moelle ou de cellules souches...1 2 Transplantation d'organes... 2 3 Diagnostic...3

Plus en détail

LA REPONSE ALLOGENIQUE. C. René -2011

LA REPONSE ALLOGENIQUE. C. René -2011 LA REPONSE ALLOGENIQUE C. René -2011 Les Lois de la transplantation Rôle des lymphocytes T Transfert de l immunité par les cellules T Infiltrat de cellules mononuclées disposé en manchons péri-vasculaire:

Plus en détail

Immunité et Vieillissement

Immunité et Vieillissement Immunité et Vieillissement Laurence Guglielmi Institut de Génétique Humaine CNRS UPR1142, Montpellier «Lentivirus et Transfert de Gènes» Directeur d'équipe : Pr. Pierre Corbeau IMMUNOSENESCENCE Détérioration

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic Département de Biologie Laboratoire de Biochimie - Immunologie Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 4 (S4) 2004-2005 Module de Biologie Humaine M 16.1 Élément d Immunologie

Plus en détail

La tanespimycine (17-AAG), un inhibiteur de. la maladie du greffon contre l hôte

La tanespimycine (17-AAG), un inhibiteur de. la maladie du greffon contre l hôte La tanespimycine (17-AAG), un inhibiteur de HSP90, protège la niche intestinale et inhibe la maladie du greffon contre l hôte Evelyne KOHLI UMR INSERM U866 Equipe Carmen Garrido «HSP-Pathies» HSP90 L allogreffe

Plus en détail

Techniques d études des réponses immunitaires

Techniques d études des réponses immunitaires Techniques d études des réponses immunitaires I. Principes (d après Hernandes-Fuentes M. P. et al. (2003) J. Immunol. Methods 196:247 ; éléments du polycopié de TP : The 2 nd PSU International Teaching

Plus en détail

L allogreffe de Cellules Souches Hématopoïétiques

L allogreffe de Cellules Souches Hématopoïétiques L allogreffe de Cellules Souches Hématopoïétiques L historique 1960 - Pr Jean DAUSSET Découverte des groupes HLA 1970 - Pr Georges MATHE Première greffe de moelle osseuse allogénique 1974 - Pr Donald THOMAS

Plus en détail

Thérapie cellulaire en oncohématologie

Thérapie cellulaire en oncohématologie Thérapie cellulaire en oncohématologie Etat des lieux et perspectives Unité U917/SITI-TC MICA UE9 11 octobre 2013 Karin Tarte karin.tarte@univ-rennes1.fr Thérapie Cellulaire et oncohémato l Deux grandes

Plus en détail

Service de Biothérapies

Service de Biothérapies AP-HP Service de Biothérapies Pr. D. Klatzmann Service de Biothérapies Activités de l unité de thérapie cellulaire Dr. Hélène Trébéden-Negre Plan Définition de la thérapie cellulaire Les autogreffes de

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

Manuel Assurance Qualité

Manuel Assurance Qualité Manuel Assurance Qualité Document énonçant la politique qualité et décrivant l'ensemble des procédures et autres composants organisationnels - Recommandations AFSSAPS (clinique) -Norme iso9001 (non-thérapeutique)

Plus en détail

Immunointervention (introduction) DFGSM3 2012 2013 Pr Michel Abbal

Immunointervention (introduction) DFGSM3 2012 2013 Pr Michel Abbal Immunointervention (introduction) DFGSM3 2012 2013 Pr Michel Abbal Généralités En introduction aux interventions de : M. Pasquet : vaccinations (enfant) et TTT par Ig P. Massip : vaccinations (adulte)

Plus en détail

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi Table des matières v Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi 1 L immunité innée, 1 Les obstacles externes à l infection, 1 Les cellules phagocytaires tuent les micro-organismes,

Plus en détail

Quel est le risque infectieux?

Quel est le risque infectieux? Conflits d intérêts de l orateur (en rapport avec le thème de la conférence) Participation à des actions de formation organisés par des industriels (symposium, congrès, ateliers): Oui Immunosuppresseurs

Plus en détail

Le don. de sang placentaire. Une source irremplaçable de cellules souches pour la greffe allogénique. Document destiné aux professionnels de santé

Le don. de sang placentaire. Une source irremplaçable de cellules souches pour la greffe allogénique. Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé 2 EDITION Etablissement relevant du ministère de la santé Le don de sang placentaire Une source irremplaçable de cellules souches pour la greffe allogénique

Plus en détail

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques Professeur Ibrahim Yakoub-Agha CHRU de LILLE (Illustration de J. Cloup, extraite du CD-Rom «greffe de Moelle» réalisé par la société K Noë) La moelle osseuse

Plus en détail

La leucémie lymphoïde chronique (LLC)

La leucémie lymphoïde chronique (LLC) La leucémie lymphoïde chronique (LLC) La plus fréquente des hémopathies : 3 nouveaux cas / 100000 habitants / an Pas de facteur favorisant connu Adultes âgés (>65 ans), sexratio = 2/1 Accumulation de lymphocytes

Plus en détail

Risque infectieux en Transplantation rénale. Dr AE Heng Service de néphrologie CHU Clermont-Ferrand

Risque infectieux en Transplantation rénale. Dr AE Heng Service de néphrologie CHU Clermont-Ferrand Risque infectieux en Transplantation rénale Dr AE Heng Service de néphrologie CHU Clermont-Ferrand IMMUNITE CELLULAIRE ET HUMORALE Ly T Helper Ly B Ac Ig G ou Ig M Lymphocytes T CD4 Poly Nu Ly CD8 cytotoxique

Plus en détail

Médicaments de Thérapie Innovante : De la preuve de concept à la production pharmaceutique. Sophie DERENNE EFS Atlantic Bio GMP

Médicaments de Thérapie Innovante : De la preuve de concept à la production pharmaceutique. Sophie DERENNE EFS Atlantic Bio GMP Médicaments de Thérapie Innovante : De la preuve de concept à la production pharmaceutique Sophie DERENNE EFS Atlantic Bio GMP Cycle de développement d un Médicament Chercheurs EFS Atlantic Bio GMP Big

Plus en détail

Plan. Place de la Greffe de Sang Placentaire en pédiatrie. Introduction. Journée régionale du réseau P.O.H.O. Jeudi 8 décembre 2011

Plan. Place de la Greffe de Sang Placentaire en pédiatrie. Introduction. Journée régionale du réseau P.O.H.O. Jeudi 8 décembre 2011 Plan Journée régionale du réseau P.O.H.O Jeudi 8 décembre 2011 Place de la Greffe de Sang Placentaire en pédiatrie Pr V. Gandemer CHU Rennes-Université Rennes1 Introduction Historique du concept de greffe

Plus en détail

Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr

Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr Captation, Apprêtement et Présentation de l antigène Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.fr 1 Cellules Présentatrices d Antigène (CPA) Cellules dendritiques Monocytes / Macrophages Lymphocytes

Plus en détail

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA 16/11/12 TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA Chantal GAUTREAU LABORATOIRE HLA S E R V I C E D I M M U N O L O G I E E T D H I S T O C O M PAT I B I L I T É, A P - H P, HÔPITAL SAINT LOUIS, PARIS,

Plus en détail

Le rejet aigu cellulaire

Le rejet aigu cellulaire Le rejet aigu cellulaire CUEN: 3/12/2013 Philippe Grimbert Plan Les antigènes de transplantation Le mécanisme du rejet L incidence et les outils du diagnostique Le traitement 1 Rejet aigu cellulaire Représente

Plus en détail

Impact des biothérapies sur l'immunité anti-infectieuse

Impact des biothérapies sur l'immunité anti-infectieuse Impact des biothérapies sur l'immunité anti-infectieuse XXII ème JRPI 13 10 2015 Pr M. Labalette Biothérapies Déficit immunitaire secondaire Susceptibilité aux infections (1 er effet secondaire des biothérapies)

Plus en détail

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis INTRODUCTION Plus de 300. 10 6 porteurs chroniques de VHB dans le monde Hépatite chronique

Plus en détail

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE

IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE IMMUNOLOGIE - EXERCICES TYPE II-2 OBLIGATOIRE SUJET 1 La phase symptomatique du sida est caractérisée par un taux très faible de lymphocytes T cytotoxiques et de lymphocytes T4. Les patients qui rentrent

Plus en détail

Utilisation des anti- TNF chez les patients transplantés rénaux

Utilisation des anti- TNF chez les patients transplantés rénaux Utilisation des anti- TNF chez les patients transplantés rénaux LE PATIENT Nom Prénom Date de naissance / / Sexe Poids lors de la cure Taille LA TRANSPLANTATION Date de Tx / / Néphropathie initiale GNC

Plus en détail

C N (1,2), MA (1), X (1), G (1), M (1), T (1), C (2), P (3), M (4), V (1,5), JP (1,5), PN. (1), E

C N (1,2), MA (1), X (1), G (1), M (1), T (1), C (2), P (3), M (4), V (1,5), JP (1,5), PN. (1), E Caractérisation phénotypique et rôle des lymphocytes T régulateurs intra- hépatiques au cours de l hépatite chronique virale C N Sturm (1,2), MA Thélu (1), X Camous (1), G Dimitrov (1), M Ramzan (1), T

Plus en détail

Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ)

Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ) Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ) 1 Définition Hémopathie maligne grave d étiologie inconnue caractérisée par la prolifération de plasmocytes

Plus en détail

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407.

II. Les lymphocytes T cytotoxiques (T8) : agents du maintien de l'intégrité des populations cellulaires Doc 1 page 396. exercice 3 page 407. PB : Comment sont éliminées les cellules reconnues comme étrangères. (infectées, cancéreuses, greffées.) L'organisme dispose d'autres moyens de défense que les anticorps pour se débarasser d'un intrus.

Plus en détail

Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner?

Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner? Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner? Malika Benkerrou Site de référence pédiatrique national sur la drépanocytose Hôpital Robert Debré, Paris 3èmes Journées de la Drépanocytose en Martinique

Plus en détail

Campagne d information et de recrutement de volontaires au don de moelle osseuse Lancement de la campagne le 16 novembre 2006

Campagne d information et de recrutement de volontaires au don de moelle osseuse Lancement de la campagne le 16 novembre 2006 Campagne d information et de recrutement de volontaires au don de moelle osseuse Lancement de la campagne le 16 novembre 2006 Eléments de réponses aux questions les plus fréquemment posées sur la moelle

Plus en détail

Les greffes de cellules souches

Les greffes de cellules souches A qui en parler? Vous cherchez de l aide ou d autres informations? Vous avez besoin de parler? Vous cherchez des informations sur un type de cancer ou ses possibilités de traitement? Vous voulez savoir

Plus en détail

Tests de détection de la production d Interféron-g et le diagnostic de la tuberculose. (1 ) Le concept

Tests de détection de la production d Interféron-g et le diagnostic de la tuberculose. (1 ) Le concept Tests de détection de la production d Interféron-g et le diagnostic de la tuberculose (1 ) Le concept M. Labalette, oct. 2007 Infection tuberculeuse contrôlée (ITL avec bacilles quiescents ou éliminés)

Plus en détail

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T

Les bases de la transduction du signal des lymphocytes T Frédéric VELY frederic.vely@ap-hm.fr MCU-PH Laboratoire d Immunologie - Hôpital de la Conception Lab of NK cells and Innate Immunity - Centre d Immunologie de Marseille-Luminy Les bases de la transduction

Plus en détail

INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE

INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE Contact presse : Cathy Josse 03 22 66 87 83 / 06 86 30 46 57 josse.cathy@chu-amiens.fr 1 COMMUNIQUE DE SYNTHESE Le 16 février

Plus en détail

Mécanismes de l alloréactivité, des rejets de greffe et de la réaction du greffon contre l hôte.

Mécanismes de l alloréactivité, des rejets de greffe et de la réaction du greffon contre l hôte. Mécanismes de l alloréactivité, des rejets de greffe et de la réaction du greffon contre l hôte. Marcelo de Carvalho Bittencourt, Christophe Baron, Gilles Blancho, Myriam Labalette, Hélène Moins Teisserenc

Plus en détail

Les méthodes de diagnostic en virologie

Les méthodes de diagnostic en virologie Les méthodes de diagnostic en virologie Pourquoi faire du diagnostic en virologie? Dons de sang, d organes et de tissus (dépistage obligatoire) Suivi biologique des infections (VIH, VHB, VHC) Mesures prophylactiques

Plus en détail

14/12/2014. Antoine Durrbach Le Kremlin Bicetre. Slide courtesy of Dr. Meier-Kriesche

14/12/2014. Antoine Durrbach Le Kremlin Bicetre. Slide courtesy of Dr. Meier-Kriesche Antoine Durrbach Le Kremlin Bicetre Slide courtesy of Dr. Meier-Kriesche 1 Molécule (Anticorps, Protéine de Fusion) dirigée contre un ou des antigènes lymphocytaires et modifiant l activité du système

Plus en détail

GREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOEITIQUES ET SES COMPLICATIONS INFECTIEUSES. Michael HUMMELSBERGER Hématologie clinique CHU de Nice

GREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOEITIQUES ET SES COMPLICATIONS INFECTIEUSES. Michael HUMMELSBERGER Hématologie clinique CHU de Nice GREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOEITIQUES ET SES COMPLICATIONS INFECTIEUSES Michael HUMMELSBERGER Hématologie clinique CHU de Nice OU POURQUOI LES INFECTIOLOGUES PENSENT QUE LES HEMATOLOGUES SONT IRRAISONNABLES

Plus en détail

Virus BK et transplantation rénale

Virus BK et transplantation rénale Virus BK et transplantation rénale B Hurault de Ligny CHU Caen Infections à vbk en transplantation rénale Infection virale fréquente 30-40% Gravité: néphropathie à vbk prévalence: 5% (1 à 10%) perte du

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

Explorations des réponses Immunitaires. L3 Médecine

Explorations des réponses Immunitaires. L3 Médecine 2012 Explorations des réponses Immunitaires L3 Médecine Rappel sur les réponses Immunitaires DIFFERENTS TYPES DE REPONSES IMMUNITAIRES Naturelle = innée Adaptative Non spécifique Spécifique Immédiate Barrière

Plus en détail

DEFICITS IMMUNITAIRES. Pr O Lambotte Service de Médecine Interne Immunologie Clinique CHU Bicêtre INSERM U1012

DEFICITS IMMUNITAIRES. Pr O Lambotte Service de Médecine Interne Immunologie Clinique CHU Bicêtre INSERM U1012 DEFICITS IMMUNITAIRES Pr O Lambotte Service de Médecine Interne Immunologie Clinique CHU Bicêtre INSERM U1012 Déficits immunitaires Avant tout : déficits immunitaires secondaires Infections: VIH mais aussi

Plus en détail

Place des anticorps monoclonaux dans la prise

Place des anticorps monoclonaux dans la prise Place des anticorps monoclonaux dans la prise en charge des hémopathies malignes Bases fondamentales et mécanismes d action des anticorps monoclonaux Aliénor Xhaard Association des Internes en Hématologie

Plus en détail

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Objectifs thérapeutiques Inhibition de la réplication virale Négativation

Plus en détail

Immunophénotypage et étude des cellules

Immunophénotypage et étude des cellules Jeudi 20 novembre 2014 LEBLANC Romane L2 Relecture : Brassier Julia TSSIB Pr P. Robert 6 pages Immunophénotypage et étude des cellules Plan A. Introduction B. Phénotypage lymphocytaire C. Tests fonctionnels

Plus en détail

LEUCÉMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Sujet âgé. Capacité de gérontologie 2014-2015

LEUCÉMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Sujet âgé. Capacité de gérontologie 2014-2015 LEUCÉMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Sujet âgé Capacité de gérontologie 20142015 Mr. C. 87 ans, hospitalisé pour : chute pneumopathie Mr. C. 87 ans, hospitalisé pour : chute pneumopathie Quels examens demandez

Plus en détail

LB régulateurs. M1 14/11/2013 Thomas Guerrier

LB régulateurs. M1 14/11/2013 Thomas Guerrier LB régulateurs M1 14/11/2013 Thomas Guerrier LB : population hétérogène Foie fœtal et moelle osseuse B1 Plasmocytes Moelle osseuse T2-MZP LB de la zone marginale Périphérie Cellules souches LB immatures

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

LE CYTOMEGALOVIRUS S. ALAIN

LE CYTOMEGALOVIRUS S. ALAIN 1/12 LE CYTOMEGALOVIRUS S. ALAIN Introduction La famille des herpès virus regroupe de nombreux virus, certains bien connus du grand public, comme l herpès simplex, le virus de la varicelle et du zona ou

Plus en détail

Question 2 : Décrivez deux fonctions effectrices des anticorps. Illustrez par un schéma.

Question 2 : Décrivez deux fonctions effectrices des anticorps. Illustrez par un schéma. Bio II - Ex. IV Question 1 : Lors d une réponse inflammatoire (ex. blessure de la peau avec une aiguille souillée par des bactéries), A) préciser les rôles respectifs des neutrophiles, des mastocytes,

Plus en détail

AVERTISSEMENT. D'autre part, toute contrefaçon, plagiat, reproduction encourt une poursuite pénale. LIENS

AVERTISSEMENT. D'autre part, toute contrefaçon, plagiat, reproduction encourt une poursuite pénale. LIENS AVERTISSEMENT Ce document est le fruit d'un long travail approuvé par le jury de soutenance et mis à disposition de l'ensemble de la communauté universitaire élargie. Il est soumis à la propriété intellectuelle

Plus en détail

ALLOGREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOÏETIQUES (CSH) CHEZ 26 PATIENTS ATTEINTS DE β THALASSEMIES MAJEURES

ALLOGREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOÏETIQUES (CSH) CHEZ 26 PATIENTS ATTEINTS DE β THALASSEMIES MAJEURES ALLOGREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOÏETIQUES (CSH) CHEZ 26 PATIENTS ATTEINTS DE β THALASSEMIES MAJEURES R. Belhadj, R.Ahmed Nacer, F.Mehdid, M.Benakli, N.Rahmoune, M.Baazizi, F. Kaci, F.Harieche, F.Zerhouni,

Plus en détail

SYNDROME D HYPER-IgM

SYNDROME D HYPER-IgM SYNDROME D HYPER-IgM Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible : AGAMMAGLOBULINÉMIE

Plus en détail

VIABILITE DES GREFFONS DE CELLULES SOUCHES NON CRYOPRESERVES A UNE TEMPERATURE DE 4 C

VIABILITE DES GREFFONS DE CELLULES SOUCHES NON CRYOPRESERVES A UNE TEMPERATURE DE 4 C VIABILITE DES GREFFONS DE CELLULES SOUCHES NON CRYOPRESERVES A UNE TEMPERATURE DE 4 C M. Brahimi, N. Yafour, S. Osmani, F. Attaf, A. Arabi, B. Enta-Soltan, M.A. Bekadja. Service d Hématologie et de Thérapie

Plus en détail

plan Transplantation d organe 2 types de donneurs 05/05/2015 1 Le don d organe 2 Prise en charge immunologique 3 Le rejet

plan Transplantation d organe 2 types de donneurs 05/05/2015 1 Le don d organe 2 Prise en charge immunologique 3 Le rejet plan Transplantation d organe 1 Le don d organe 2 Prise en charge immunologique 3 Le rejet 2 types de donneurs Activité de prélèvement en France Donneurs décédés:+++++ Donneurs vivants: Apparenté Non apparenté

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

Anticorps anti-hla en transplantation rénale

Anticorps anti-hla en transplantation rénale Anticorps anti-hla en transplantation rénale Caroline Suberbielle Laboratoire d'immuno-histocompatibilité Hôpital St Louis Paris Définitions Patient «naïf» Patient sans événement immunisant Homme ou enfant

Plus en détail

THÉRAPIE GÉNIQUE DANS LES DÉFICITS

THÉRAPIE GÉNIQUE DANS LES DÉFICITS THÉRAPIE GÉNIQUE DANS LES DÉFICITS IMMUNITAIRES PRIMITIFS: SECURITE ET EFFICACITE DES NOUVEAUX VECTEURS D après les communications orales de Alain FISCHER Alessandro AIUTI Claire BOOTH EBMT 2014 30 mars-2

Plus en détail

Immunité et grossesse

Immunité et grossesse MODULE de MAIEUTIQUE Unité foetoplacentaire (Coordonateur Pr Janky) Immunité et grossesse Dr. Nadia Prisant 1 Points essentiels : Le système immunitaire, à travers ses deux principales composantes, l immunité

Plus en détail

Révisions/Questions Epreuve d Immunologie Fondamentale juin 2005

Révisions/Questions Epreuve d Immunologie Fondamentale juin 2005 Révisions/Questions Epreuve d Immunologie Fondamentale juin 2005 (D après Carpino, N., et al. (2004) Immunity 20:37) Exercice I (noté sur 14 points) Les lymphocytes T jouent un rôle central dans la reconnaissance

Plus en détail

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Introduction Les virus de la grippe sont des virus «instables». Les virus actuellement en circulation

Plus en détail

Stage de formation 17 & 18 mars 2014. Cytométrie en flux. Conférences. Ateliers. Institut français de l Éducation

Stage de formation 17 & 18 mars 2014. Cytométrie en flux. Conférences. Ateliers. Institut français de l Éducation Stage de formation 17 & 18 mars 2014 Conférences Institut français de l Éducation Ateliers École normale supérieure de Lyon (site Monod) nihil est sine ratione Chloé Journo Jean-François Madre Informations

Plus en détail

CHAPITRE 5.3 : LES ACTEURS DE L IMMUNITÉ

CHAPITRE 5.3 : LES ACTEURS DE L IMMUNITÉ CHAPITRE 5.3 : LES ACTEURS DE L IMMUNITÉ Les mécanismes de reconnaissance et d élimination des molécules du non soi font intervenir un système diffus d organes, de tissus, de cellules et de molécules qui

Plus en détail

Anaphylactique) Réactions retardées es ( Syndrome de Lyell, Toxidermie maculo-papuleuse ) Lymphocyte T spécifique

Anaphylactique) Réactions retardées es ( Syndrome de Lyell, Toxidermie maculo-papuleuse ) Lymphocyte T spécifique γ Miseenjeudel immunité spécifique Réactions immédiates (Angiooed( Angiooedème,,Choc Anaphylactique) IgE spécifique Réactions retardées es ( Syndrome de Lyell, Toxidermie maculo-papuleuse ) Lymphocyte

Plus en détail

Les anti-lymphocytes B. Benjamin Terrier Service de Médecine Interne Hôpital Cochin 4 juillet 2014

Les anti-lymphocytes B. Benjamin Terrier Service de Médecine Interne Hôpital Cochin 4 juillet 2014 Les anti-lymphocytes B Benjamin Terrier Service de Médecine Interne Hôpital Cochin 4 juillet 2014 Rôle pathogène des lymphocytes B au cours des maladies auto-immunes Production d'auto-anticorps et/ou formation

Plus en détail

Immunité adaptative : la mémoire immunitaire

Immunité adaptative : la mémoire immunitaire Immunité adaptative : la mémoire immunitaire Guislaine Carcelain, Myriam Labalette, Mirjana Radosavljevic I-Introduction... 2 II-Caractéristiques d'une réponse-mémoire ou secondaire... 2 III-La mémoire

Plus en détail

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection Anticorps et diagnostic de l infection OBJECTIFS Savoir ce qu est un anticorps, son origine et son utilisation en sérodiagnostic. Connaître la structure schématique d une immunoglobuline G (IgG). 1. Les

Plus en détail

Les anticorps anti-hla ont-ils une signification clinique dans la greffe de rein? Sylvie Ferrari-Lacraz Unité d Immunologie de Transplantation

Les anticorps anti-hla ont-ils une signification clinique dans la greffe de rein? Sylvie Ferrari-Lacraz Unité d Immunologie de Transplantation Les anticorps anti-hla ont-ils une signification clinique dans la greffe de rein? Sylvie Ferrari-Lacraz Unité d Immunologie de Transplantation Anticorps anti-hla Définition Méthode de détection Implication

Plus en détail

Activation et polarisation des lymphocytes T. A. Toubert Laboratoire d Immunologie et d Histocompatibilité, Hôpital Saint-Louis

Activation et polarisation des lymphocytes T. A. Toubert Laboratoire d Immunologie et d Histocompatibilité, Hôpital Saint-Louis Activation et polarisation des lymphocytes T A. Toubert Laboratoire d Immunologie et d Histocompatibilité, Hôpital Saint-Louis Immunité acquise La réponse innée reconnaît des structures conservées entre

Plus en détail

Greffe de CSH: Aspects biologiques et cliniques. Enseignement complémentaire_l3 Janvier 2014 Roch Houot & Karin TARTE

Greffe de CSH: Aspects biologiques et cliniques. Enseignement complémentaire_l3 Janvier 2014 Roch Houot & Karin TARTE Greffe de CSH: Aspects biologiques et cliniques Enseignement complémentaire_l3 Janvier 2014 Roch Houot & Karin TARTE Concept de CSH Pluripotentialité Autorenouvellement Capacité de homing Capacité à reconstituer

Plus en détail

Examen d immunologie PCEM2 13 janvier 2011

Examen d immunologie PCEM2 13 janvier 2011 Examen d immunologie PCEM2 13 janvier 2011 1 e partie : QCM 1- Un antigène : A- peut jouer un rôle dans la tolérance centrale s il s agit d un allo-antigène B- peut jouer un rôle dans la tolérance centrale

Plus en détail

AVERTISSEMENT. D'autre part, toute contrefaçon, plagiat, reproduction encourt une poursuite pénale. LIENS

AVERTISSEMENT. D'autre part, toute contrefaçon, plagiat, reproduction encourt une poursuite pénale. LIENS AVERTISSEMENT Ce document est le fruit d'un long travail approuvé par le jury de soutenance et mis à disposition de l'ensemble de la communauté universitaire élargie. Il est soumis à la propriété intellectuelle

Plus en détail

-Pas de symptômes, mais BK toujours présent -Pathogène non détectable -Examens radiologiques pouvant être normaux -Pas de réponse Anticorps

-Pas de symptômes, mais BK toujours présent -Pathogène non détectable -Examens radiologiques pouvant être normaux -Pas de réponse Anticorps Outils immunologiques innovants de détection de la tuberculose latente La tuberculose Expérience au CHU de Nancy avec le test T-Spot.TB Marcelo de Carvalho PU-PH, Laboratoire d'immunologie CHU de Nancy,

Plus en détail

Infections et déficit immunitaire secondaire (DIS) dans la LLC. A-t-on des armes thérapeutiques utiles?

Infections et déficit immunitaire secondaire (DIS) dans la LLC. A-t-on des armes thérapeutiques utiles? Infections et déficit immunitaire secondaire (DIS) dans la LLC. A-t-on des armes thérapeutiques utiles? Au cours du dernier congrès de la Société Française d Hématologie s est tenue une séance dédiée à

Plus en détail

Commission nationale de biovigilance

Commission nationale de biovigilance Direction de l Evaluation des Médicaments et des Produits Biologiques Département de l Evaluation des Produits Biologiques Cellule de Biovigilance Commission nationale de biovigilance Compte rendu de la

Plus en détail

Immunologie de la grossesse

Immunologie de la grossesse Immunologie de la grossesse LI UE8S : Unité fœtoplacentaire Dr ANDRÉ Gwenaëlle 1 Introduction Immunité Ensemble des mécanismes permettant Reconnaître et tolérer «le soi» Reconnaître et rejeter «le non

Plus en détail

Les premières greffes de CSH ont été des greffes de moelle osseuse allogénique

Les premières greffes de CSH ont été des greffes de moelle osseuse allogénique INDICATIONS ACTUELLES DES GREFFES DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOÏETIQUES Ibrahim Yakoub-Agha Service des Maladies du Sang, Hôpital Huriez, CHRU, LILLE Introduction La greffe de cellules souches hématopoïétiques

Plus en détail

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal!

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! J ai de 18 à 50 ans Le Don de Moelle Osseuse Ça m intéresse -1 je demande des infos, je réfléchis. -2 je contacte le centre EFS le plus proche de chez moi. 3- je suis

Plus en détail

Les virus dans les aliments : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie

Les virus dans les aliments : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie Véronique ZULIANI, Institut de la Filière Porcine Jean Christophe Augustin, ENVA, ASA Qu est ce qu un virus? Microorganisme de 15 à 40 nm Environ

Plus en détail

Immunité des tumeurs

Immunité des tumeurs Cours de Mme Wachsmann By Sovietik Immunité des tumeurs Cancers des cellules épithéliales (endoderme, ectoderme) : carcinome Cancers du tissus mésenchymateux (fibroblastes, cellules musculaires et adipeuses)

Plus en détail

STAGE À L UNITÉ DE SOINS DES GREFFÉS (5CD)

STAGE À L UNITÉ DE SOINS DES GREFFÉS (5CD) STAGE À L UNITÉ DE SOINS DES GREFFÉS (5CD) An 1 (Clinique) An 2 (Clinique et Recherche) 3 (Recherche et Clinique) An Crédits : 6 Crédits : 6 Crédits : 3 Durée : 6 périodes Durée : 4 périodes Durée : 2

Plus en détail

Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique

Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique 1. Equipements utilisés L isolement des cellules mononucléées du sang périphérique est effectué à partir d échantillons sanguins par une technique

Plus en détail

Transplantation de cellules souches du sang

Transplantation de cellules souches du sang Transplantation de cellules souches du sang Rapport d Immersion en communauté NICOLAS BRANDT-DIT-GRIEURIN DAMIEN POLET PHILIPPE REYMOND EHTESHAM SHAMSHER Sous la supervision de : Mme L. Soguel Prof. C.

Plus en détail

Numéro d Étudiant. Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie

Numéro d Étudiant. Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie Nom : Numéro d Étudiant Série de Problèmes 4 Date de remise : Seulement remettre vos réponses sur la feuille de réponse fournie 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 1. Lequel

Plus en détail

Immunothérapies anti-tumorales

Immunothérapies anti-tumorales Lymphocytes T innés Immunothérapies anti-tumorales ciblant les lymphocytes T Vγ9Vδ2 humains Emmanuel Scotet Equipe 1 / Modalités d ac3va3on et Fonc3ons des lymphocytes T γδ humains Dir. M. Bonneville -

Plus en détail

Immunité et cancer DFGSM3 2012 2013. Pr Michel Abbal Pr Henri Roche

Immunité et cancer DFGSM3 2012 2013. Pr Michel Abbal Pr Henri Roche Immunité et cancer DFGSM3 2012 2013 Pr Michel Abbal Pr Henri Roche historique Fin du XVIIIème siècle Célèbre approche thérapeutique de William Coley (1862-1936) qui en 1891 fait une première tentative

Plus en détail

Détection et quantification des LT spécifiques d haptd par ELISPOT IFN-γ

Détection et quantification des LT spécifiques d haptd par ELISPOT IFN-γ Détection et quantification des LT spécifiques d haptd haptène médicamenteux m par ELISPOT IFN-γ -Inserm U 503, Equipe 3 - Aurore Rozières, Anca Hennino, Marc Vocanson, Karen Rodet, JF Nicolas -U.F. Immunologie

Plus en détail

Lignée lymphocytaire

Lignée lymphocytaire Lignée lymphocytaire I-INTRODUCTION : LES LYMPHOCYTES: Support cellulaire de la défense immunitaire spécifique 25 40 % des globules blancs dans le sang périphérique Moins de 20 % dans le myélogramme. 3

Plus en détail

CELLforCURE: le maillon industriel de la filière française des Thérapies Cellulaires

CELLforCURE: le maillon industriel de la filière française des Thérapies Cellulaires CELLforCURE: le maillon industriel de la filière française des Thérapies Cellulaires Pierre-Noël Lirsac Président de CellforCure 30/01/13 INNOVER POUR LA MÉDECINE DE DEMAIN 1 Les bases de la «médecine

Plus en détail

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie

Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Chapitre III Le phénotype immunitaire au cours de la vie Le phénotype immunitaire d un individu caractérise sa capacité à répondre, grâce aux effecteurs de l immunité adaptative, aux différents agents

Plus en détail

La cytométrie en flux. Chloé Journo, ENS Lyon Jean-François Madre, ENS Lyon IFÉ Publié par Gérard Vidal et Charles-Henri Eyraud

La cytométrie en flux. Chloé Journo, ENS Lyon Jean-François Madre, ENS Lyon IFÉ Publié par Gérard Vidal et Charles-Henri Eyraud La cytométrie en flux Chloé Journo, ENS Lyon Jean-François Madre, ENS Lyon IFÉ Publié par Gérard Vidal et Charles-Henri Eyraud La cytométrie en flux par Chloé Journo, Jean-François Madre, Gérard Vidal,

Plus en détail

Syndrome de Wiskott-Aldrich

Syndrome de Wiskott-Aldrich Egalement Disponible : AGAMMAGLOBULINÉMIE LIÉE À L X GRANULOMATOSE SEPTIQUE CHRONIQUE DÉFICIT IMMUNITAIRE COMBINÉ SÉVÈRE DÉFICIT IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE SYNDROME D HYPER-IgM Graphic Project & Printing:

Plus en détail