MISE EN PLACE D UNE VENTILATION NON INVASIVE. AER 2015 Christophe ROUX LYON 06/11/15 S.I. CH de THIERS (63)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MISE EN PLACE D UNE VENTILATION NON INVASIVE. AER 2015 Christophe ROUX LYON 06/11/15 S.I. CH de THIERS (63)"

Transcription

1 MISE EN PLACE D UNE VENTILATION NON INVASIVE AER 2015 Christophe ROUX LYON 06/11/15 S.I. CH de THIERS (63)

2 INTRODUCTION Fin des années 80, débuts de la VNI version moderne. Technique répandue de plus en plus précise (indications, matériel, expertise de services, formation du personnel ). Préventif (limiter, éviter la survenue de complications de DRA). Curatif (traitement d une DRA pour éviter une intubation). Relais (post extubation). En 2015, différents niveaux de compétences mais tous les S.I. sont globalement équipés et formés.

3 Exacerbation de BPCO. OAP cardiogénique. Intérêt certain, il faut faire (G1+) POUR QUI? Conf. De consensus SRLF 2006 Stratégie de sevrage de la ventilation invasive chez BPCO. Prévention IRA post extubation. IRC restrictives, neuromusculaire. Trauma Thoracique fermé isolé. Il faut probablement faire (G2+) Conf. De consensus SRLF 2006

4 POUR QUI? Insuffisance respiratoire Hypoxémique. Groupe hétérogène avec: Troubles de ventilation (atélectasies, post opératoire) Pneumopathies communautaires. Inhalation. sélection rigoureuse des patients et surveillance renforcée pour limiter le retard d intubation! Post chirurgie Pulmonaire: VNI bien guidée (modalités spécifiques) diminue les réintubations

5 Alternative à l intubation: Précoce très bons résultats. POURQUOI? Plant P.K., Owen J.L., Elliott M.W. Lancet 2000 ; 355 : Tardif plus aléatoire (50% d échec). Squadrone E., Frigerio P., Fogliati C. ICM 2004; 30 : Décompensation respi.: De la fréquence respi. (maintient du vol. minute). Du vol courant. Hypercapnie (ph < 7,35 PaCO 2 > 45 mmhg). Compensation insuffisante muscles respi. (épuisement). Troubles de la conscience (tardif).

6 POURQUOI? Post extubation Prévention dans la survenue de l IRA (encombrement) hypoventilation alvéolaire (faiblesse musculaire). Beuret P., Roux C., Réanimation 2010 ; 19 : Hypercapnies (BPCO) lors du débranchement. Ferrer M., Valencia M., Nicolas J.M. et al. AJRCCM 2006 ; 173 : Aide au désencombrement manuel (traitement des atélectasies). Postures de drainage (Décubitus latéral). Physiotherapy in Intensive Care, Evidence-Base Practice, Chest 2000 ; 118 :

7 QUEL MATÉRIEL? Chariot dédié VNI Masques (tailles, modèles, marques). Accessoires (adaptabilité). Disponible et réapprovisionné.

8 Respirateur/ interface Monobranche (turbines fuites, valve) 2 branches (monitoring Vt exp, Fi O 2 ) QUEL MATÉRIEL?

9 Interfaces naso-buccales QUEL MATÉRIEL? «Le masque naso buccal est recommandé en première intention chez le patient en IRA». conf. de consessus 2006 Léger, moins de fuites (bouche), efficacité, Matériaux de + en + performants, besoin de moins de coopération. Appuis importants, protection peau, fuites + difficiles à gérer, inhalation.

10 QUEL MATÉRIEL? Interfaces faciales Pas d appui sur le nez, zone large (moins de pression), Espace mort augmenté sans incidence sur la ventilation. (Fraticelli A et coll. Réanimation 2002) Claustrophobie possible, humidification difficile.

11 QUEL MATÉRIEL? Interfaces nasales Poids faible, espace mort faible, parole, expectorations, diminution claustrophobie. Lésions cutanées nez, bouche fermée difficile (IRA), irritation fausses nasales (air sec), fuites buccales.

12 QUEL MATÉRIEL? Autres interfaces Masque buccal: peu d expérience en aigüe (trauma nez et face): fibroscopie, SNG, champ visuel, fuites nasales, barbe, moustache, Hypersialorrhée, sécheresse buccale. Casque type Helmet : ventilation prolongée, pas d appuis visage, espace mort Travail respi +++, asynchronies.

13 EN PRATIQUE PRESCRIPTION Fréquence (au moins 6h/24h) FiO2 (objectif Sat > 88%) Paramètres respirateurs (AI, PEP,Trigger inspi et expi) DD ou DL Protocole du service puis ajustement (expertise d équipe). Fonction des GDS mise en place puis évaluation au bout de quelques heures.

14 EN PRATIQUE LE PATIENT Explication du traitement (adhésion, motivation, compromis). EXPLIQUER, RASSURER et ÉDUQUER Position ½ assise confortable. Prendre en compte les remarques (tolérance et optimisation). État cutané (protection préventive).

15 EN PRATIQUE L INTERFACE 1. Naso-buccal Hospital Full Face Mask 2. Facial 3. Nasal, casque ou buccal (quand échec des autres) S M L Choix de la taille:

16 EN PRATIQUE RESPIRATEUR Paramètres de base: MODE: VS-AI-PEP PEP: débuter à 4 cmh 2 O AI: débuter à 6 cmh 2 O TRIGGER INSPIRATOIRE en DÉBIT: - 0,5/1 cmh 2 O On optimise: Aide Inspi vers objectif 6 à 8 ml/kg de Vte et/ou une diminution de la FR 25 cycles/min. Trigger trop faible = risques d auto déclenchements.

17 EN PRATIQUE LES MODES VNI? Intéressants sur le «papier» plus discutable en pratique. Compensation des fuites automatisée(ajustement du Ti max, ajustement du débit,. Maintien de la PEP. On sert moins le masque. Vignaux L., Tassaux D. et al. ICM 2007 ; 33 : Progrès à faire dans les algorithmes. À tester sur vos respirateurs!

18 L HUMIDIFICATION Pour la tolérance et le confort! Humidificateur chauffant Filtre ECH ( hypercapnie) EN PRATIQUE

19 EN PRATIQUE MISE EN PLACE/OPTIMISATION/SURVEIILANCE Gestion des fuites (yeux) mais pas à tout prix (compensation): 1. Réajuster le masque (sangles, position sur le visage, tuyaux) 2. Changer pour un masque plus adapté (taille, forme, qualité silicones..) 3. Modifier les paramètres du respirateur pour diminuer les pressions (AI, PEP...).

20 EN PRATIQUE Alterner les interfaces (fonction état cutané, tolérance et fréquence). État neuro et respiratoire (agitation, somnolence, dyspnée...). Vte cible respecté? Différence Vte et Vti estimer les fuites. GDS reflet biologique de la respiration. Gestion de l encombrement (cause d échec) = MK, IDE...

21 CONCLUSION Technique de + en + utilisée. Formation, protocoles de mise en œuvre nécessaires. Équipes expérimentées = gain pour le patient. Prendre du temps à la mise en place = adhésion du patient au traitement. Surveillance étroite pour diminuer les échecs.

22

La ventilation non invasive aux soins intensifs

La ventilation non invasive aux soins intensifs La ventilation non invasive aux soins intensifs Martin Lessard MD Service de soins intensifs, CHA Division de soins intensifs adultes Université Laval 3 mars 2011 BiPAP (Bi-level Positive Airway Pressure)

Plus en détail

Interfaces pour la ventilation non invasive de l enfant: critères de choix et surveillance Isabelle PIN. Pédiatrie. CHU de Grenoble D. Zerillo et l équipe de VNI. AGIRàdom. Grenoble Les différentes interfaces

Plus en détail

Groupe 1 somnovni 12/12/14

Groupe 1 somnovni 12/12/14 Recommandations HAS 2014! Pas encore parues indications VNI! Indication VNI en cas d une hypoventilation alveolaire = Hypercapnie : " PtCO2 nocturne > 50 mmhg " Et/ou d une PaCO2 diurne > 45 mmhg! Cas

Plus en détail

Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi

Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi Dr Patrick Biston, médecin chef de service des soins intensifs du CHU Charleroi A l équipe médico-infirmière des soins intensifs du CHU de Charleroi

Plus en détail

Modes automatiques de sevrage: où en sommes nous? Dr. P. Jolliet, CC Service des Soins Intensifs - HUG Genève

Modes automatiques de sevrage: où en sommes nous? Dr. P. Jolliet, CC Service des Soins Intensifs - HUG Genève Modes automatiques de sevrage: où en sommes nous? Dr. P. Jolliet, CC Service des Soins Intensifs - HUG Genève Pourquoi des modes automatisés? L'utilisation d'un protocole permet de réduire la durée du

Plus en détail

Indications, modalités, conduite, et arrêt de l assistance respiratoire post-extubation (VNI, CPAP)

Indications, modalités, conduite, et arrêt de l assistance respiratoire post-extubation (VNI, CPAP) Réanimation 2001 ; 10 : 744-9 2001 Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés S1624069301001955/FLA COMMUNICATIONS DES EXPERTS Indications, modalités, conduite, et arrêt de

Plus en détail

VENTILATION MECANIQUE DE L ASTHME AIGU GRAVE. Ducos Guillaume DESC Réanimation Médicale Mars 2009

VENTILATION MECANIQUE DE L ASTHME AIGU GRAVE. Ducos Guillaume DESC Réanimation Médicale Mars 2009 VENTILATION MECANIQUE DE L ASTHME AIGU GRAVE Ducos Guillaume DESC Réanimation Médicale Mars 2009 EPIDEMIOLOGIE En France 3-4 millions d asthmatiques 50 000 à 100000 AAG services d urgence 8000 à 16 000

Plus en détail

A. ANDRO 1, C. MESTON 2, N. MORVAN 3

A. ANDRO 1, C. MESTON 2, N. MORVAN 3 Chapitre 121 La ventilation non invasive (VNI) de l enfant A. ANDRO 1, C. MESTON 2, N. MORVAN 3 1. Définition La VNI se définit comme une technique destinée à augmenter la ventilation alvéolaire sans utiliser

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille

TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON. Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille TRAITEMENT DE LA CRISE D ASTHME DU NOURRISSON Caroline Thumerelle Hôpital Jeanne de Flandre CHRU Lille FACTEURS D ÉXACERBATION DE L ASTHME VIRUS ++++ Allergènes Stress, hypersécrétion Pollution atmosphérique

Plus en détail

Traitement TRS I Ventilation I Interface patient. Ventilation. En ambulatoire ou en poste fixe : sécurité garantie par nos technologies sur mesure

Traitement TRS I Ventilation I Interface patient. Ventilation. En ambulatoire ou en poste fixe : sécurité garantie par nos technologies sur mesure Ventilation En ambulatoire ou en poste fixe : sécurité garantie par nos technologies sur mesure Ventilation En ambulatoire ou en poste fixe : sécurité garantie par nos technologies sur mesure Ventilation

Plus en détail

Ventilation intelligente. Hamilton Medical. La ventilation intelligente depuis 1983

Ventilation intelligente. Hamilton Medical. La ventilation intelligente depuis 1983 Ventilation intelligente Hamilton Medical La ventilation intelligente depuis 1983 Intelligent Ventilation since 1983 Nous nous efforçons de développer des systèmes intelligents pour servir au mieux les

Plus en détail

Ventilation non invasive

Ventilation non invasive ADEP ASSISTANCE AFM - R. Bourget Ventilation non invasive et maladies neuromusculaires NOVEMBRE 2011 La ventilation non invasive (VNI) est proposée aux personnes atteintes d une maladie neuromusculaire

Plus en détail

Principes de la ventilation artificielle Monitorage cardio-respiratoire Transport d 1 Syndrome de Détresse Respiratoire Aiguë

Principes de la ventilation artificielle Monitorage cardio-respiratoire Transport d 1 Syndrome de Détresse Respiratoire Aiguë Principes de la ventilation artificielle Monitorage cardio-respiratoire Transport d 1 Syndrome de Détresse Respiratoire Aiguë F Decailliot, SAR H Mondor 1 Principes de la ventilation artificielle Physiologie

Plus en détail

Prise en charge infirmière D un polytraumatisé

Prise en charge infirmière D un polytraumatisé D un polytraumatisé v Pose d un collier cervical v Déshabillage avec découpage des vêtements si nécessaire v Pose de l 02 au masque v Prise des constantes (TA, pls, saturation, score de glasgow) v Evaluation

Plus en détail

quelques points essentiels

quelques points essentiels actualisation de la conférence d experts sur l intubation difficile: SFAR, SRLF, SFMU, ADARPEF, CARO et CARORL quelques points essentiels Ann Fr Anesth Reanim 2008;27:3-14 - ventilation au masque difficile

Plus en détail

Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux

Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux introduction La présence d une neuromyopathie est très fréquente chez les patients ayant été intubés. l EMG des membres retrouve des anomalies

Plus en détail

VNI: Pratiques actuelles et futures, monitoring

VNI: Pratiques actuelles et futures, monitoring VNI: Pratiques actuelles et futures, monitoring Dr Claudio Rabec Service de Pneumologie et Réanimation Respiratoire Centre Hospitalier Universitaire de Dijon L'Éternel Dieu forma l'homme de la poussière

Plus en détail

Des soins de qualité aux patients? C est désormais automatique

Des soins de qualité aux patients? C est désormais automatique Des soins de qualité aux patients? C est désormais automatique BiPAP AVAPS, de Philips Respironics, offre un traitement automatique optimal au patient, tout en s adaptant à ses nouveaux besoins. Et même

Plus en détail

LA VENTILATION MECANIQUE POUR CEUX QUI DEBUTENT

LA VENTILATION MECANIQUE POUR CEUX QUI DEBUTENT LA VENTILATION MECANIQUE POUR CEUX QUI DEBUTENT sept 2011 Prat G Page 1 19/07/2013 PREAMBULE Ce polycopié s adresse à tous ceux qui arrivent en réa (nouvelles infirmières, nouveaux internes et externes),

Plus en détail

Surveillance de l état du patient(conscience, cyanose, types de dyspnée)

Surveillance de l état du patient(conscience, cyanose, types de dyspnée) Surveillance de l état du patient(conscience, cyanose, types de dyspnée) 1 1. Introduction 2. Surveillance de la respiration 2.1. Définition 2.2. Observation 2.2.1. Quand? 2.2.2. Quoi? 2.3. Modifications

Plus en détail

EcoStar Auto BRO098-02 / 2015

EcoStar Auto BRO098-02 / 2015 EcoStar Auto BRO098-02 / 2015 EcoStar Auto : Un nouvel appareil de PPC avec mode "autopilote", économique et performant. EcoStar Auto est un appareil à Pression Positive qui propose un large choix de fonctionnalités

Plus en détail

SOINS SPECIFIQUES. Soins d hygiène ROULE M, Bron Janvier 2010. Soins de bouche

SOINS SPECIFIQUES. Soins d hygiène ROULE M, Bron Janvier 2010. Soins de bouche SOINS SPECIFIQUES Soins d hygiène ROULE M, Bron Janvier 2010 Soins de bouche Assurer l hygiène bucco-dentaire en favorisant bien-être et confort Eviter la mauvaise haleine Prévenir et traiter l infection

Plus en détail

La trachéotomie. Guide à l usager et ses proches

La trachéotomie. Guide à l usager et ses proches La trachéotomie Guide à l usager et ses proches TABLE DES MATIÈRES 1. Définition de la trachéotomie 3 2. La trachéotomie 3 3. La trachéotomie temporaire 4 4. La trachéotomie permanente 4 4.1. Avantages

Plus en détail

LISTE DES PRODUITS ET DES PRESTATIONS REMBOURSABLES (LPPR) POUR LE TRAITEMENT DE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE

LISTE DES PRODUITS ET DES PRESTATIONS REMBOURSABLES (LPPR) POUR LE TRAITEMENT DE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE LISTE DES PRODUITS ET DES PRESTATIONS REMBOURSABLES (LPPR) POUR LE TRAITEMENT DE L INSUFFISANCE RESPIRATOIRE Code Désignation OXYGENOTHERAPIE A LONG TERME EN POSTE FIXE Date JO Entente préalable Surveillance

Plus en détail

Flash Info. Flash Info. Spécial ERS - Barcelone. Compte-rendu technique Exposition Fournisseurs. 18-22 Septembre 2010.

Flash Info. Flash Info. Spécial ERS - Barcelone. Compte-rendu technique Exposition Fournisseurs. 18-22 Septembre 2010. Flash Info - Année 2010 - Numéro 27 Novembre www.antadir.com Flash Info F É D É R A T I O N A N T A D I R 6 6 B D S T M I C H E L P A R I S 6-0 1 5 6 8 1 4 0 6 0 ERS 2008 - Berlin Flash Info Spécial ERS

Plus en détail

Principes de la ventilation mécanique (VM)

Principes de la ventilation mécanique (VM) Principes de la ventilation mécanique (VM) INSUFFISANCE RESPIRATOIRE AIGUE: aspects thérapeutiques Traitement de fond broncho-dilatateurs antidotes antibiotiques anticoagulants chimiothérapie... Traitement

Plus en détail

Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires

Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires Préconisations Grippe A (H1N1) v et maladies neuromusculaires A) GENERALITES SUR LA NOUVELLE GRIPPE A (H1N1) v. Qu est-ce que la nouvelle grippe A (H1N1) v? La nouvelle grippe A(H1N1) est une infection

Plus en détail

- l'intubation est OT ou NT (sonde pré-coudée, sonde armée, normale). - la trachéotomie est indiquée si la ventilation post-op peut-être compromise.

- l'intubation est OT ou NT (sonde pré-coudée, sonde armée, normale). - la trachéotomie est indiquée si la ventilation post-op peut-être compromise. Chirurgie céphalique : Contrôle de la ventilation : - pas d'accès à la tête pendant l'intervention. - l'intubation est OT ou NT (sonde pré-coudée, sonde armée, normale). - la trachéotomie est indiquée

Plus en détail

Évaluation de la fonction respiratoire

Évaluation de la fonction respiratoire AFM - L. Audinet AFM / R. Bourguet AFM - L. Audinet Évaluation de la fonction respiratoire dans les maladies neuromusculaires FÉVRIER 2009 Les maladies neuromusculaires se caractérisent par le développement

Plus en détail

INTUBATION ORALE ET TRACHÉOTOMIE

INTUBATION ORALE ET TRACHÉOTOMIE INTUBATION ORALE ET TRACHÉOTOMIE Informations générales Pour vous, pour la vie Définition de l intubation orale et du respirateur Introduction d un tube dans la bouche qui passe par la gorge (trachée)

Plus en détail

SIARETRON 4000 - P. Ventilateur pour soin intensive. Code : 960403 ventilateur alimenté au gaz médicaux - Enfants, Nouveaux Nés - DONNEES TECHNIQUES

SIARETRON 4000 - P. Ventilateur pour soin intensive. Code : 960403 ventilateur alimenté au gaz médicaux - Enfants, Nouveaux Nés - DONNEES TECHNIQUES SIARETRON 4000 - P Ventilateur pour soin intensive Code : 960403 ventilateur alimenté au gaz médicaux - Enfants, Nouveaux Nés - rev. 5-01/09/2013 Caractéristiques principales Le SIARETRON 4000 est un ventilateur

Plus en détail

Ventilateur pulmonaire pour soins intensifs, réanimation et premier secours. 360 x 245 x 300 mm (sans moniteur) Cycle à temps et volume constant

Ventilateur pulmonaire pour soins intensifs, réanimation et premier secours. 360 x 245 x 300 mm (sans moniteur) Cycle à temps et volume constant SIARETRON 3000 ICU Ventilateur pour soin intensif code: 960136 Rev. 1-01/01/2009 CARACTERISTIQUES PRINCIPALES Destination d usage Ventilateur pulmonaire pour soins intensifs, réanimation et premier secours.

Plus en détail

Mesures d hygiène pour prévenir la transmission de la grippe pandémique A(H1N1) Diaporama SFHH-SPILF-SRLF

Mesures d hygiène pour prévenir la transmission de la grippe pandémique A(H1N1) Diaporama SFHH-SPILF-SRLF Mesures d hygiène pour prévenir la transmission de la grippe pandémique A(H1N1) Diaporama SFHH-SPILF-SRLF 5 octobre 2009 Virus grippal Virus à ARN enveloppé Taille 100 nanomètres Réputé fragile : sensible

Plus en détail

Soins de bouche SOINS SPECIFIQUES 7.03. Objectifs. Technique et méthode I PRINCIPES II MATERIEL ET PRODUITS

Soins de bouche SOINS SPECIFIQUES 7.03. Objectifs. Technique et méthode I PRINCIPES II MATERIEL ET PRODUITS SOINS SPECIFIQUES 7.03 Soins de bouche Assurer l hygiène bucco-dentaire en favorisant bien-être et confort Eviter la mauvaise haleine Prévenir et traiter l infection : - prévenir les infections locales

Plus en détail

Ventilation mécanique à domicile

Ventilation mécanique à domicile RÉVISION DE CATÉGORIES HOMOGÈNES DE DISPOSITIFS MÉDICAUX Ventilation mécanique à domicile Dispositifs médicaux et prestations associées pour traitement de l insuffisance respiratoire Date de validation

Plus en détail

o Non o Non o Oui o Non

o Non o Non o Oui o Non Enquête générale (à remplir une fois) [ ] = plusieurs réponses possibles o = une seule réponse possible Date de votre réponse à ce questionnaire Nombre de lits dans l'unité Connaissez-vous l incidence

Plus en détail

OXYGENOTHERAPIE / DEFIBRILLATION PROGRAMME DU COURS

OXYGENOTHERAPIE / DEFIBRILLATION PROGRAMME DU COURS OXYGENOTHERAPIE / DEFIBRILLATION PROGRAMME DU COURS Préambule: rôle du secouriste niveau 2 Les détresses respiratoires 1-1- Rôle de la ventilation 1-2- Anatomie 1-3- Principales causes des détresses respiratoires

Plus en détail

Référentiel de compétences et d aptitudes du masseur kinésithérapeute de réanimation (MKREA) en secteur adulte

Référentiel de compétences et d aptitudes du masseur kinésithérapeute de réanimation (MKREA) en secteur adulte Réanimation DOI 10.1007/s13546-011-0243-1 RÉFÉRENTIEL / GUIDELINES Référentiel de compétences et d aptitudes du masseur kinésithérapeute de réanimation (MKREA) en secteur adulte Guide to skills and abilities

Plus en détail

Monitoring du SDRA Simple ou compliqué? Jean-Christophe M Richard, MD PhD

Monitoring du SDRA Simple ou compliqué? Jean-Christophe M Richard, MD PhD Monitoring du SDRA Simple ou compliqué? Jean-Christophe M Richard, MD PhD Emergency and Pre-Hospital divisions SAMU 74 INSERM UMR 955 Eq13 REVA: European Network on Mechanical Ventilation CONFLICTS OF

Plus en détail

Le sevrage de la trachéotomie

Le sevrage de la trachéotomie Le sevrage de la trachéotomie Journée de formation «infirmière» et «kinésithérapeute» SKR. Maison de la réanimation Paris 01 / 06 / 2012 Dr G.Beduneau Réanimation Médicale CHU ROUEN gaetan.beduneau@chu-rouen.fr

Plus en détail

Organisation de la prise en charge de l insuffisance respiratoire à. Organisation de la prise en charge. domicile. Prestataires de service

Organisation de la prise en charge de l insuffisance respiratoire à. Organisation de la prise en charge. domicile. Prestataires de service DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine de rééducation Module : MPR en Pathologie respiratoire Rennes 18-19-20 janvier 2006 Coordonnateurs : Pr R Brissot (Rennes), Pr O Rémy-Néris (Brest)

Plus en détail

Ventilateurs support de vie. Un air de liberté

Ventilateurs support de vie. Un air de liberté Ventilateurs support de vie Un air de liberté Du support de vie à la qualité de vie ResMed présente les nouveaux ventilateurs de support de vie Astral TM 150 et Astral TM 100, conçus pour améliorer votre

Plus en détail

Module Soins Intensifs

Module Soins Intensifs Module Soins Intensifs Prise en charge du bds en soins intensifs De la surveillance clinique à l examen clinique. Ferron Fred SURVEILLANCE DU BDS EN SOINS INTENSIF:... comprend et explique en détail les

Plus en détail

Effets indésirables de la CPAP. Faut-il les traiter? Et comment?

Effets indésirables de la CPAP. Faut-il les traiter? Et comment? Effets indésirables de la CPAP Faut-il les traiter? Et comment? Dr Grégoire Gex Colloque Médecine du Sommeil 27 mars 2013 Les effets indésirables mineurs sont très fréquents Mador et al. Chest 2005; 128:2151-58

Plus en détail

Prise en charge et suivi de patients

Prise en charge et suivi de patients perspectives Prise en charge et suivi de patients sous ventilation à domicile : l expérience genevoise Rev Med Suisse 2008 ; 4 : 2518-24 P. Pasquina P. Bourqui P. Farr J.-P. Janssens Patrick Pasquina,

Plus en détail

Ecole d IADE jeudi 27 octobre 2011 Guylaine DEPRUGNEY

Ecole d IADE jeudi 27 octobre 2011 Guylaine DEPRUGNEY Ecole d IADE jeudi 27 octobre 2011 Guylaine DEPRUGNEY } Définition } Indications } Contre-indications } Avantages de la trachéotomie } Inconvénients de la trachéotomie } Les différentes techniques de trachéotomie

Plus en détail

LES SOINS INFIRMIERS AUX PATIENTS INTUBES / VENTILES

LES SOINS INFIRMIERS AUX PATIENTS INTUBES / VENTILES LES SOINS INFIRMIERS AUX PATIENTS INTUBES / VENTILES Surveillance technique du respirateur Surveillance clinique et biologique du patient Surveillance de la jonction machine / patient Autres éléments de

Plus en détail

Liste des soins appris par les étudiants Bachelor En Emploi

Liste des soins appris par les étudiants Bachelor En Emploi Liste des soins appris par les étudiants Bachelor En Emploi Site: http://guts.hevs.ch Nom: Prénom: Hygiène et confort 1 Toilette au lit 1 Toilette au lavabo 1 Bain du nouveau-né 1 Douche + Bain 1 Soins

Plus en détail

VORTEX Non Electrostatic Holding Chamber

VORTEX Non Electrostatic Holding Chamber VORTEX Non Electrostatic Holding Chamber 2010 PARI GmbH Spezialisten für effektive Inhalation, 051D2001-L 1 2 fr Notice d utilisation Pour l utilisation à domicile 1 REMARQUES IMPORTANTES Lisez cette notice

Plus en détail

NAVA pourquoi pas. Stéphane Delisle RRT, PhD, FCCM Mohamed Ait Si M Hamed, inh. BSc.

NAVA pourquoi pas. Stéphane Delisle RRT, PhD, FCCM Mohamed Ait Si M Hamed, inh. BSc. NAVA pourquoi pas Stéphane Delisle RRT, PhD, FCCM Mohamed Ait Si M Hamed, inh. BSc. 7e Symposium en thérapie respiratoire HSCM 1 décembre 2012 Le mode NAVA o Neurally Adjusted Ventilatory Assist Neuro-Asservissement

Plus en détail

PROGRAMME SOCIÉTÉ DE RÉANIMATION DE LANGUE FRANÇAISE DES ATELIERS ET FORMATIONS DE L ANNÉE 2014. INSCRIPTIONS : www.srlf.org RENSEIGNEMENTS :

PROGRAMME SOCIÉTÉ DE RÉANIMATION DE LANGUE FRANÇAISE DES ATELIERS ET FORMATIONS DE L ANNÉE 2014. INSCRIPTIONS : www.srlf.org RENSEIGNEMENTS : SOCIÉTÉ DE RÉANIMATION DE LANGUE FRANÇAISE PROGRAMME DES ATELIERS ET FORMATIONS DE L ANNÉE 2014 Organisme de formation agréé FMC N Agrément : 117 527 938 75 N SIRET : 323 814 657 00041 INSCRIPTIONS : www.srlf.org

Plus en détail

Moré Nicolas. IADE aux blocs communs Hôpital HURIEZ CHRU LILLE

Moré Nicolas. IADE aux blocs communs Hôpital HURIEZ CHRU LILLE Moré Nicolas IADE aux blocs communs Hôpital HURIEZ CHRU LILLE Obésité morbide Prise en charge au Bloc Opératoire Problèmes, solutions, surveillance. Introduction Lors de l accueil et de l installation

Plus en détail

PPC fixe convient à la majorité des patients pour le traitement au long cours à domicile

PPC fixe convient à la majorité des patients pour le traitement au long cours à domicile Contenu PPC fixe convient à la majorité des patients pour le traitement au long cours à domicile D autres modalités thérapeutiques ont pour objectif une amélioration de l observance PPC autopilotées BiPAP/Biflex/Autobiflex

Plus en détail

XXI e CONFÉRENCE DE CONSENSUS EN RÉANIMATION ET EN MÉDECINE D URGENCE

XXI e CONFÉRENCE DE CONSENSUS EN RÉANIMATION ET EN MÉDECINE D URGENCE Réanimation 2001 ; 10 : 697-8 2001 Éditions scientifiques et médicales Elsevier SAS. Tous droits réservés S1624069301001979/FLA CONFÉRENCE DE CONSENSUS SOCIÉTÉ DE RÉANIMATION DE LANGUE FRANÇAISE XXI e

Plus en détail

Montage, démontage, test et suivi des respirateurs

Montage, démontage, test et suivi des respirateurs 04/10/2007 Page 1/10 Rédaction : JB. CHABLE (IDE) Vérification : C. Thomé (IDET) Approbation : Dr. M. Sirodot 1 BUT Ce document a pour but de s assurer du bon fonctionnement des appareils de ventilation

Plus en détail

12/12/2012. Insuffisance Respiratoire Chronique. Définitions et Physiopathologie. Définition de l insuffisance respiratoire chronique (IRC)

12/12/2012. Insuffisance Respiratoire Chronique. Définitions et Physiopathologie. Définition de l insuffisance respiratoire chronique (IRC) Définition de l insuffisance respiratoire chronique (IRC) Insuffisance Respiratoire Chronique Définitions et Physiopathologie IRC = faillite des mécanismes assurant l hématose Hypoxémie avec ou sans hypercapnie

Plus en détail

Mobilisation des connaissances en «réanimation urgences transfusion» Janvier 2007

Mobilisation des connaissances en «réanimation urgences transfusion» Janvier 2007 Mobilisation des connaissances 1- Quand est devenue la Réanimation une spécialité à part entière? Selon quel texte réglementaire 2- Donnez la définition d une unité de réanimation 3- Quel est l effectif

Plus en détail

DIFFICILE DE CROIRE QUE TOUS VOS PATIENTS PUISSENT SUIVRE LEUR TRAITEMENT PAR PPC À 100 %. CEPENDANT, LE CONFORT DE LA PPC AVEC LE MODE C-FLEX

DIFFICILE DE CROIRE QUE TOUS VOS PATIENTS PUISSENT SUIVRE LEUR TRAITEMENT PAR PPC À 100 %. CEPENDANT, LE CONFORT DE LA PPC AVEC LE MODE C-FLEX DIFFICILE DE CROIRE QUE TOUS VOS PATIENTS PUISSENT SUIVRE LEUR TRAITEMENT PAR PPC À 100 %. CEPENDANT, LE CONFORT DE LA PPC AVEC LE MODE C-FLEX GARANTIT AUX PATIENTS DE MIEUX ADHÉRER À LEUR TRAITEMENT.

Plus en détail

193-Détresse Respiratoire Aigue de l adulte. Module 11 Purpan Pr Michèle Génestal Année universitaire 2012-13

193-Détresse Respiratoire Aigue de l adulte. Module 11 Purpan Pr Michèle Génestal Année universitaire 2012-13 193-Détresse Respiratoire Aigue de l adulte Module 11 Purpan Pr Michèle Génestal Année universitaire 2012-13 Détresse Respiratoire Aigue Plan I- Diagnostic I-1- + d une DRA I-2- étiologique d une DRA:

Plus en détail

Elisée 150 Manuel patient Français

Elisée 150 Manuel patient Français Elisée 150 Manuel patient Français Respiratory Care solutions Making quality of care easy * *Solutions ResMed en ventilation Améliorer la qualité des soins Respiratory Care solutions Making quality of

Plus en détail

65 Journée Pharmaceutique Internationale de Paris BPCO et Asthme 28 Novembre 2014

65 Journée Pharmaceutique Internationale de Paris BPCO et Asthme 28 Novembre 2014 65 Journée Pharmaceutique Internationale de Paris BPCO et Asthme 28 Novembre 2014 MH BECQUEMIN N ZRAIK Service d Explorations Fonctionnelles de la Respiration, de l Exercice et de la Dyspnée Groupe Hospitalier

Plus en détail

Masques et prévention du risque infectieux respiratoire

Masques et prévention du risque infectieux respiratoire Atelier «Rencontre avec l Expert» Masques et prévention du risque infectieux respiratoire Béatrice Croze, Christia Gheno, Bruno Jarrige Contexte Sujet d actualité Recommandations SF2H «Air Gouttelettes»

Plus en détail

TECHNIQUES INSTRUMENTALES

TECHNIQUES INSTRUMENTALES TECHNIQUES INSTRUMENTALES EN KINESITHERAPIE RESPIRATOIRE Dominique DELPLANQUE Les techniques instrumentales Ce sont des outils d aide au Diagnostic kinésithérapique Traitement kinésithérapique Utiliser

Plus en détail

Traumatismes vertébraux-médullaires. Vigué B, DAR Bicêtre

Traumatismes vertébraux-médullaires. Vigué B, DAR Bicêtre Traumatismes vertébraux-médullaires Vigué B, DAR Bicêtre Traumatismes vertébraux-médullaires 1- Même règles que les traumatismes crâniens Eviter : Hypoxie - Hypotension Importance de l'accueil +++ La prise

Plus en détail

État caractérisé par une dilatation anormale des espaces aériens au delà de la

État caractérisé par une dilatation anormale des espaces aériens au delà de la Emphysèmes Excès d air Emphysème et dyspnée. Définition: État caractérisé par une dilatation anormale des espaces aériens au delà de la bronchiole terminale, accompagnée d une destruction des cloisons

Plus en détail

Perspectives sur les défis du sevrage ventilatoire

Perspectives sur les défis du sevrage ventilatoire 1 de 5 Perspectives sur les défis du sevrage ventilatoire Si vous préférez obtenir cet article en version pdf, cliquez ici,.s il vous plaît. Le sevrage de la ventilation mécanique est un moment important

Plus en détail

Actualité sur la prise en charge de l arrêt cardiaque

Actualité sur la prise en charge de l arrêt cardiaque Actualité sur la prise en charge de l arrêt cardiaque 24 ème Congrès de la Coordination des Infirmiers Anesthésistes et de Réanimation de Caen et sa Région Dr Buléon Clément Pôle Réanimation-Anesthésie-SAMU,

Plus en détail

LES TROUBLES DE LA DÉGLUTITION CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE. Géraldine PEYTEL. Orthophonistes Hôpital Gériatrique des Charpennes

LES TROUBLES DE LA DÉGLUTITION CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE. Géraldine PEYTEL. Orthophonistes Hôpital Gériatrique des Charpennes LES TROUBLES DE LA DÉGLUTITION CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE Géraldine PEYTEL (en collaboration avec Ariane DELEMASURE) Orthophonistes Hôpital Gériatrique des Charpennes Les troubles de la déglutition (dysphagies)

Plus en détail

Le système ventilatoire et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados

Le système ventilatoire et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Le système ventilatoire et ses atteintes Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Objectif: A la fin de la séquence, vous serez capable de : 1. décrire le système ventilatoire 2. d expliquer

Plus en détail

PRENDRE SOIN DE VOTRE TRACHÉOSTOME

PRENDRE SOIN DE VOTRE TRACHÉOSTOME INFOS PATIENTS Pathologies cervico-faciales PRENDRE SOIN DE VOTRE TRACHÉOSTOME Comment utiliser, changer et nettoyer votre appareillage Introduction Au cours de votre hospitalisation, vers le cinquième

Plus en détail

Ventilation mécanique conventionnelle et atypique 05 juin 2015

Ventilation mécanique conventionnelle et atypique 05 juin 2015 Ventilation mécanique conventionnelle et atypique 05 juin 2015 Temple du bas Temple-Neuf 5 2000 Neuchâtel Accréditations Physioswiss Société suisse de médecine intensive Société suisse de médecine interne

Plus en détail

Programme de réhabilitation respiratoire

Programme de réhabilitation respiratoire Programme de réhabilitation respiratoire Dr Jean-Marc Perruchini Service de Réhabilitation R respiratoire, Clinique de Médecine Physique Les Rosiers 45, Bd Henri Bazin, 21002 DIJON Cedex Mle Carine Lopez

Plus en détail

ACARIENS DE POUSSIERE DE MAISON ACARIENS DE STOCKAGE

ACARIENS DE POUSSIERE DE MAISON ACARIENS DE STOCKAGE ACARIENS DE POUSSIERE DE MAISON ACARIENS DE STOCKAGE Conseils et renseignements pour les patients allergiques Your Partner in Anaphylaxis + Immunotherapy Chère patiente allergique, Cher patient allergique,

Plus en détail

Avis de la Commission 1 er décembre 2004

Avis de la Commission 1 er décembre 2004 COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS REPUBLIQUE FRANCAISE Avis de la Commission 1 er décembre 2004 Prestation : Forfait de ventilation assistée par embout buccal dans le cadre d une réhabilitation

Plus en détail

N. LODÉ 1, N. PINTO DA COSTA 2

N. LODÉ 1, N. PINTO DA COSTA 2 Chapitre21 Monitorage requis et objectifs visés N. LODÉ 1, N. PINTO DA COSTA 2 Très utilisée en néonatalogie, la VNI est de pratique plus récente et en plein essor dans l insuffisance respiratoire aiguë

Plus en détail

CARDIOLOGIE & GAZ ARTÉRIEL 101

CARDIOLOGIE & GAZ ARTÉRIEL 101 CARDIOLOGIE & GAZ ARTÉRIEL 101 D interpréter un gaz artériel/veineux; Connaître les éléments qui font varier un gaz artériel/veineux; Connaître les interventions de bases qui visent à corriger les déséquilibres

Plus en détail

Maladies neuromusculaires

Maladies neuromusculaires Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Maladies neuromusculaires Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de

Plus en détail

Exsufflation et drainage thoracique

Exsufflation et drainage thoracique Exsufflation et drainage thoracique Où, quand, comment? Dr Alain Meyer Service de réanimation chirurgicale Hôpital de Hautepierre A comprendre Le pneumothorax simple seul ne tue pas Le pneumothorax suffocant

Plus en détail

Optimisation des modalités d'assistances ventilatoires non-invasives chez le patient en insuffisance respiratoire aiguë

Optimisation des modalités d'assistances ventilatoires non-invasives chez le patient en insuffisance respiratoire aiguë UNIVERSITÉ MONTPELLIER I FACULTÉ DE MEDECINE Optimisation des modalités d'assistances ventilatoires non-invasives chez le patient en insuffisance respiratoire aiguë Thèse pour obtenir le grade de DOCTEUR

Plus en détail

LVL Médical. > Assistance respiratoire > Perfusion > Nutrition > Insulinothérapie. La référence de l assistance médicale à domicile.

LVL Médical. > Assistance respiratoire > Perfusion > Nutrition > Insulinothérapie. La référence de l assistance médicale à domicile. LVL Médical La référence de l assistance médicale à domicile > Expérience > Expertise > Qualité > Valeurs humaines > Assistance respiratoire > Perfusion > Nutrition > Insulinothérapie > ASSISTANCE RESPIRATOIRE

Plus en détail

Faculté de Médecine - Nice Sophia Antipolis - UFR de Médecine Centre Hospitalier Universitaire de Nice

Faculté de Médecine - Nice Sophia Antipolis - UFR de Médecine Centre Hospitalier Universitaire de Nice DIPLOME UNIVERSITAIRE DE SOINS INFIRMIERS EN REANIMATION Faculté de Médecine - Nice Sophia Antipolis - UFR de Médecine Centre Hospitalier Universitaire de Nice Comité pédagogique : Pr C Ichai, Dr JC Orban,

Plus en détail

Programme national d assistance ventilatoire à domicile PNAVD (CUSM) INFORMATIONS REQUISES POUR DEMANDES D ADMISSION AU PNAVD (CUSM)

Programme national d assistance ventilatoire à domicile PNAVD (CUSM) INFORMATIONS REQUISES POUR DEMANDES D ADMISSION AU PNAVD (CUSM) INFORMATIONS REQUISES POUR DEMANDES D ADMISSION AU PNAVD (CUSM) Dans le but d accélérer le traitement d une demande de consultation PNAVD, plusieurs informations doivent nous être acheminées. Pour connaître

Plus en détail

Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Nathalie Rozensztajn CCA service de pneumologie Hôpital Tenon

Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Nathalie Rozensztajn CCA service de pneumologie Hôpital Tenon Broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) Nathalie Rozensztajn CCA service de pneumologie Hôpital Tenon Définitions Définitions Bronchite chronique Toux + expectoration 3 mois/an 2 ans Emphysème

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE. PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel

PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE. PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel PRISE EN CHARGE INFIRMIERE D UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE DU PREHOSPITALIER AU DECHOCAGE PIEL Christelle BOUVIER Sylvain CH. Ploërmel 1 ère JPMU Décembre 2007 QU EST CE QU UN TRAUMATISE CRANIEN GRAVE (TCG)

Plus en détail

QUALITÉ DE L AIR INTÉRIEUR

QUALITÉ DE L AIR INTÉRIEUR QUALITÉ DE L AIR INTÉRIEUR La qualité de l air intérieur influence la santé et le bien-être. Les sources de pollution de l air intérieur responsables d effets sur la santé sont les agents physiques (ex.

Plus en détail

SURVEILLANCE, EFFETS SECONDAIRES, SEVRAGE DE LA SEDATION

SURVEILLANCE, EFFETS SECONDAIRES, SEVRAGE DE LA SEDATION Session ide Géraldine POUTISSOU, Nadia BOUAMARIA, Christelle MIENNE (Pole de Neurochirugie Secteur de Réanimation CHRU de Lille) Surveillance, effets secondaires, sevrage de la sédation SURVEILLANCE, EFFETS

Plus en détail

SEMIOLOGIE EN PNEUMOLOGIE

SEMIOLOGIE EN PNEUMOLOGIE SEMIOLOGIE EN PNEUMOLOGIE C. HALLER - IFSI CHU DE NICE 08 07 OBJECTIFS DE LA SEQUENCE identifier et différencier la plupart des signes fonctionnels et des signes physiques liés s aux pathologies respiratoires

Plus en détail

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE interrégional : Soins Infirmiers en Réanimation

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE interrégional : Soins Infirmiers en Réanimation UNIVERSITÉ de Limoges DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE interrégional : Soins Infirmiers en Réanimation I - INTITULÉ DU DIPLÔME DIPLOME INTER-UNIVERSITAIRE INTERREGIONAL : SOINS INFIRMIERS EN REANIMATION II -

Plus en détail

Micro RPM. Analyseur de Pression Respiratoire. Manuel d utilisation

Micro RPM. Analyseur de Pression Respiratoire. Manuel d utilisation Micro RPM Analyseur de Pression Respiratoire Manuel d utilisation 064-04f Version 1.6, février 2006 Micro Medical Limited 2006 Micro Medical Ltd P.O Box 6 Rochester Kent ME1 2AZ Table des matières Introduction

Plus en détail

Item 226 : Asthme de l enfant et de l adulte. Maladies et grands syndromes

Item 226 : Asthme de l enfant et de l adulte. Maladies et grands syndromes Item 226 : Asthme de l enfant et de l adulte. Maladies et grands syndromes Collège National des Enseignants de Réanimation Médicale Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE

Plus en détail

Les solutions en Kiné Respiratoire par Portex. Améliorer la qualité de vie THÉRAPIE RESPIRATOIRE

Les solutions en Kiné Respiratoire par Portex. Améliorer la qualité de vie THÉRAPIE RESPIRATOIRE Les solutions en Kiné Respiratoire par Portex TM Améliorer la qualité de vie THÉRAPIE RESPIRATOIRE Améliorer la qualité de vie La nécessité d une réhabilitation efficace des patients à la suite de complications

Plus en détail

Stratégies ventilatoires au cours du SDRA

Stratégies ventilatoires au cours du SDRA Stratégies ventilatoires au cours du SDRA DESC Réanimation Médicale Lyon 26 Janvier 2010 C. Guérin Réanimation Médicale, Hôpital de la Croix-Rousse Université de Lyon Inserm 630 LYON, France 1 Introduction

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version : 02 Date d'application : 08/02/07 Ré f.: CMUB - 009 Pagination : 1/8 pages COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 009 Rédacteurs Dr H. ROY, SAMU 21 Date 13/05/00 MAJ le 08/02/2007

Plus en détail

ASTHME D EFFORT ( Asthme Induit par l Exercice ) Evian -Samedi 19 Septembre 2009 Mise à jour juin 2010

ASTHME D EFFORT ( Asthme Induit par l Exercice ) Evian -Samedi 19 Septembre 2009 Mise à jour juin 2010 ASTHME D EFFORT ( Asthme Induit par l Exercice ) ASPECTS PRATIQUES EN ENDURANCE Dr Yan MARTINAT CM PAROT- PARC Evian -Samedi 19 Septembre 2009 Mise à jour juin 2010 ASTHME ET ASTHME D EFFORT ( AIE ) DEFINITION

Plus en détail

Les apnées. du sommeil. Brochure éditée par le Réseau Morphée

Les apnées. du sommeil. Brochure éditée par le Réseau Morphée Les apnées du sommeil Brochure éditée par le Réseau Morphée Table des matières 1. Définition...3 2. Mécanisme...4 3. Épidémiologie et facteurs de risque...5 4. Les signes évocateurs d un syndrome d apnées

Plus en détail

Quand et comment je stimule le diaphragme. GOThA Nice 16 mai 2009

Quand et comment je stimule le diaphragme. GOThA Nice 16 mai 2009 Quand et comment je stimule le diaphragme F Le Pimpec-Barthes, HEGP Paris Introduction Stimulation phrénique implantée (SPI) Cortex Cerebral Tronc cérébral Viabilité neuro musculaire périphérique Motoneurones

Plus en détail

Anesthésie pour la chirurgie thoracique (laser exclu)

Anesthésie pour la chirurgie thoracique (laser exclu) Anesthésie pour la chirurgie thoracique (laser exclu) Auteur O Kurdi Version 1.0 Date de réalisation 19 Janvier 2007 Type d interventions usuelles et durée moyenne Lobectomie: 3H (4H si curage ganglionnaire)

Plus en détail

Postures et respiration en relaxation. Nicolas Renouard, Psychomotricien D.E.

Postures et respiration en relaxation. Nicolas Renouard, Psychomotricien D.E. Postures et respiration en relaxation Nicolas Renouard, Psychomotricien D.E. Introduction «Les méthodes de relaxation sont des conduites thérapeutiques, rééducatives ou éducatives, utilisant des techniques

Plus en détail

Diagnostic et Monitoring de la pathologie respiratoire du sommeil en 2010. Peut-on faire plus simple?

Diagnostic et Monitoring de la pathologie respiratoire du sommeil en 2010. Peut-on faire plus simple? Diagnostic et Monitoring de la pathologie respiratoire du sommeil en 2010 Peut-on faire plus simple? Dr Dan Adler, Février 2011 Plan Diagnostic du SAHOS Vers moins de technologie Vers de nouvelles technologies

Plus en détail

Circulaire pour les codeuses et codeurs

Circulaire pour les codeuses et codeurs 14 Santé Nr. 9 février 2011 Circulaire pour les codeuses et codeurs A) La ventilation mécanique : règle valable au 1.1.2011 En vue de l établissement des règles de la ventilation invasive pour 2012, nous

Plus en détail