Vers un modèle unifié de la mémoire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Vers un modèle unifié de la mémoire"

Transcription

1 1 Cerveau & Psycho - N 28 Vers un modèle unifié de la mémoire Francis EUSTACHE et Béatrice DESGRANGES II existerait au moins cinq formes de mémoire, les unes stockant les événements, les autres le sens de ce qui nous entoure, d'autres encore des séquences de gestes. Ces mémoires sont relativement indépendantes, mais c'est leur articulation qui permet à la fois d'accéder à notre passé, de forger notre identité et d'acquérir de multiples compétences. Aujourd'hui, psychologues et neuroscientifiques précisent la logique de ces interactions entre différents types de mémoire. En 2005, les neuropsychologues Endel Tulving et Shayna Rosenbaum publièrent l'étude clinique d'un patient nommé K.C. Ce dernier avait été victime d'un accident de moto, une vingtaine d'années plus tôt. et avait déjà fait l'objet de nombreuses études psychologiques, car sa mémoire était perturbée. Il était incapable de se remémorer aucun événement précis de sa vie, mais conservait la mémoire des informations générales qu'il avait de lui-même et du monde. Les principaux événements historiques, le nom des pays, les études qu'il avait faites, le nom de ses proches, tout cela lui était connu. En somme, il gardait le souvenir des connaissances générales, mais avait perdu celui des épisodes précis de sa vie, liés à un lieu ou à une date. Cet exemple montre que la mémoire n'est pas un bloc uniforme. 11 existe plusieurs formes de mémoire. Certaines enregistrent des événements liés à un contexte (le souvenir d'une fête, d'un moment particulier) : c'est la mémoire épisodique ; d'autres stockent des connaissances sur soi ou sur le monde (connaître sa date de naissance, par exemple, ou savoir que le Nil est un fleuve d'egypte) : c'est la mémoire sémantique. On pense aujourd'hui qu'il existe cinq types fondamentaux de mémoire : les mémoires épisodique, sémantique, perceptive, la mémoire de travail et la mémoire procédurale, sur laquelle nous reviendrons. En fonction des époques ou des écoles, certains psychologues ou neuroscientifiques ont plutôt mis l'accent sur l'une ou l'autre de ces formes de mémoire. Ainsi, Endel Tulving, de l'université de Toronto, un personnage de premier plan dans les recherches sur la mémoire, a longtemps pensé que la mémoire la plus déterminante était la mémoire épisodique. Un autre neuropsychologue, Alan Baddeley, de l'université de Cambridge, s'est focalisé sur ce que l'on nomme la mémoire de travail, qui permet par exemple de retenir un numéro de téléphone, juste assez longtemps pour le composer. D'autres travaux se sont concentrés sur la mémoire perceptive, qui imprime de façon relativement automatique et involontaire l'image des objets que nous voyons, sans les rattacher forcément à un sens ou à un contexte. Enfin, certaines recherches ont mis l'accent sur la mémoire procédurale, qui sert à mémoriser notamment des séquences motrices : elle permet d'apprendre à faire du vélo, sans retenir nécessairement le lieu ou le moment de cet apprentissage. Cinq grands types de mémoire Depuis des décennies, des données innombrables ont ainsi été accumulées sur ces différentes formes de la mémoire. Aujourd'hui, l'état de la recherche semble avoir atteint un point de maturation critique, qui appelle un travail d'unification. Comprendre les rôles dévolus aux différentes mémoires, ainsi que leurs articulations et leurs interactions, devient crucial pour saisir l'objet de notre étude, la mémoire en tant que telle. Dans cet article, nous présenterons le cadre conceptuel que nous avons élaboré au fil de plusieurs années de réflexion, et qui propose une approche globalisée de la mémoire humaine, en réunissant les cinq grands types de mémoire. En 2001, E. Tulving a proposé une organisation hiérarchisée de trois mémoires qualifiées de représentations à long terme, car elles stockent des informations sur des durées prolongées : la mémoire perceptive, la mémoire sémantique et la mémoire épisodique. La mémoire perceptive est la mémoire du percept avant même qu'il ait une signification. Par exemple, dans le cadre de la perception visuelle, on perçoit parfois une forme avant de l'identifier. Déjà à ce stade, le cerveau garde une première trace de ce qu'il a perçu. L'existence de cette trace peut être constatée expérimentalement : un sujet perçoit une forme et si, ultérieurement, on lui montre un fragment de cette forme, il l'identifie plus rapidement que s'il n'a pas été exposé préalablement à la forme entière. Il s'est produit un effet qualifié d'amorçage perceptif, où la présentation initiale de la forme entière, sans accès au sens de cette forme, a amorcé la reconnaissance ultérieure d'un fragment de cette forme. En voyant le fragment d'un motif visuel, le cerveau réactive la trace mnésique de la forme entière /12/2008

2 La mémoire sémantique nous est familière : lorsque nous apprenons que Moscou est la capitale de la Russie, nous ne mémorisons pas un percept, mais un sens, une connaissance. Ce type de mémorisation repose sur la mémoire sémantique. Toutes les connaissances générales que nous accumulons, y compris sur nous-mêmes sont du ressort de ce type de mémoire, qui ne suppose pas de se remémorer un événement précis, ni un percept. Enfin, la mémoire épisodique concerne le souvenir d'instants uniques, bien localisés dans le temps et dans l'espace. Tout souvenir épisodique est associé à un instant et à un lieu, ce qui n'est pas le cas de la mémoire sémantique. Se souvenir du moment où l'on a appris la nouvelle des attentats du 11 Septembre, par exemple, fait appel à la mémoire épisodique : on se rappelle un instant, un lieu ou un environnement précis. Ces trois formes de mémoire sont distinctes, ce que confirment les cas cliniques étudiés : certaines personnes perdent toute capacité de mémoriser des événements (leur mémoire épisodique est touchée), mais gardent la capacité d'apprendre de nouveaux concepts, ce qui fait appel à la mémoire sémantique. Elles peuvent, par exemple, apprendre ce qu'est le Sida, mais ne pas se souvenir de la personne qui le leur a appris, ni de l'endroit où la conversation a eu lieu. Mémoire de travail et mémoire procédurale Outre les mémoires perceptive, sémantique et épisodique, les mémoires de travail et procédurale doivent être prises en compte dans un modèle global de la mémoire. La mémoire de travail est à l'œuvre à tout instant de notre vie consciente. C'est elle qui maintient présentes à l'esprit les informations dont nous avons besoin en temps réel pour parler, imaginer, réfléchir, calculer. Prenez l'exemple très simple d'un ami qui vous appelle au téléphone pour vous donner rendez-vous. 11 vous indique le lieu du rendez-vous et vous précise comment y aller. Vous avez retenu le mode de transport à emprunter, et le questionnez sur l'arrêt où il faut descendre. Ce faisant, vous avez maintenu présente à votre esprit, durant la conversation, une information (le mode de transport) et avez réfléchi à partir de cette donnée. Cette opération nécessite de maintenir l'information présente à la conscience, ce qui est du ressort de la mémoire de travail. Sans doute cette information sera-t-elle oubliée le lendemain, mais elle doit être maintenue en mémoire durant l'opération. La mémoire de travail participe ainsi activement à la création d'une conscience du présent. De même, lorsque vous réalisez l'opération mentale 4x12-5, vous réalisez d'abord la multiplication 4x 12 = 48, et vous retenez ce résultat mentalement, le temps d'en retrancher 5. C'est la mémoire de travail qui mémorise le nombre 48 pendant quelques instants, avant de le lâcher. Là encore, la mémoire de travail est une composante à part entière de la mémoire, puisque certains amnésiques ont une mémoire de travail intacte, alors que leur mémoire épisodique, par exemple, peut être déficiente Les souvenirs sont-ils classés dans des «tiroirs» mentaux? Non ; même si les différents types de mémoire sont relativement indépendants, ils sont entremêlés et interagissent Enfin, la mémoire procédurale concerne l'apprentissage et le stockage des compétences : apprendre à skier, à faire du vélo, à jouer d'un instrument, à marcher même. La mémoire procédurale est indépendante des autres types de mémoire. Un exemple simple l'illustre : lorsque vous arrivez dans un nouveau logement, vous apprenez le code de l'immeuble. Au début, vous mémorisez mentalement la séquence de chiffres ou de lettres. Vous activez votre mémoire épisodique et votre mémoire sémantique (car il s'agit d'une connaissance). Mais à force de pianoter les touches du digicode, vous adoptez progressivement une séquence de gestes machinaux. Cette séquence s'automatise, et un jour, lorsqu'un ami vous demande le code au téléphone, vous vous apercevez que vous avez du mal à vous rappeler le code sous forme de chiffres. Votre souvenir du code a disparu, faisant place à une trace procédurale : vous savez faire le code avec vos doigts, mais vous avez oublié les chiffres. La mémoire procédurale est en partie dissociée de la mémoire épisodique, puisque l'on peut apprendre à un amnésique à faire du vélo : il aura oublié tout ce qui s'est passé pendant les jours où on lui a enseigné à faire du vélo, mais il aura assimilé, par sa mémoire procédurale, les gestes à faire pour pédaler et se tenir en équilibre. Des mémoires qui interagissent Toutes ces mémoires ont leur logique propre, leur existence individuelle, et la mémoire est une entité composite formée de différents modules. Comment ces différents modules interagissent-ils? Pour E. Tulving, les mémoires perceptive, sémantique et épisodique forment une chaîne conduisant à la formation (on dit aussi encodage) du souvenir. Au sein de ce modèle, l'encodage est dit sériel, c'est-à-dire qu'il commence parla mémoire perceptive, se poursuit par la mémoire sémantique et se termine par la mémoire épisodique. En d'autres termes, le souvenir commence par la perception pour accéder au sens et enfin à l'événement (voir la figure 2) /12/2008

3 3 2 - L'encodage d'un souvenir met d'abord en jeu la building, d'un avion et d'une explosion) et enfin la mémoire perceptive (la perception visuelle d'un avion mémoire épisodique (on se souvient que l'on regardait et d'une explosion), puis vient la mémoire sémantique la télévision chez un ami quand les premières images (les éléments perçus acquièrent un sens : il s'agit d'un ont été diffusées). Concrètement, comment se déroule cette séquence? Lorsque vous avez vu les images des attentats du 11 Septembre 2001 à la télévision, votre cerveau a d'abord mémorisé des percepts : l'image d'un avion, d'une tour, d'une explosion. Cet encodage dit perceptif est très rapide et se concentre sur des motifs visuels, sans que l'on puisse associer un sens aux éléments de la scène. Puis, ces percepts acquièrent un sens : on prend conscience que la scène représente un avion qui s'écrase contre une tour, provoquant une explosion. Enfin se crée la mémoire de l'événement, à savoir l'attentat du 11 Septembre en tant que scène se déroulant à New York à une date précise, mais aussi en tant que scène vue sur le téléviseur dans l'appartement de son meilleur camarade alors qu'on était en train de regarder un film, mais que le programme a été interrompu pour annoncer la nouvelle. L'événement a définitivement pris forme, et vous vous en souviendrez sous cette forme unifiée, datée et localisée. Nous formons régulièrement des souvenirs épisodiques plus personnels et plus «banals» que ceux du 11 Septembre, mais ils ne sont pas tous mémorisés de façon aussi durable. Finalement, nous ne retenons qu'une quantité assez faible de souvenirs épisodiques de nos vies : il s'agit d'événements marquants, de rencontres avec des personnes importantes, de fêtes pleines d'émotion, de moments de transition. Voilà ce que recouvre le modèle dit «sériel» de E. Tulving. En dépit de l'avancée qu'il représente, nous pensons aujourd'hui que cette vision doit être complétée, pour aboutir à une conception plus globale des interactions entre les différentes formes de mémoire. Au Laboratoire de Caen, nous avons élaboré un cadre conceptuel nommé MNESIS (pour Modèle NÉoStructural InterSystémique de la mémoire humaine) qui représente l'ensemble des interactions aujourd'hui répertoriées entre les différentes mémoires. En quoi consiste ce modèle? Par rapport à celui de E. Tulving, ce nouveau cadre intègre notamment des connexions directes entre les mémoires perceptive et épisodique (voir la figure 3). Cette relation a été mise en évidence par une expérience réalisée dans notre équipe : on faisait écouter certains mots à des volontaires, un nombre variable de fois. Puis les volontaires devaient entendre des enregistrements «dégradés» (au milieu d'un bruit d'applaudissement ou de course automobile) d'une série de mots - dont ceux qu'ils avaient entendus préalablement. Nous avons constaté que, plus un mot avait été entendu de fois, mieux les volontaires l'identifiaient dans sa version «dégradée». Cet effet est dû à la mémoire perceptive du mot, qui fait que sa trace affleure à la conscience et que même des indices partiels de ce mot suffisent à réactiver cette trace. Il s'agit là de mémorisation perceptive. 3. Les liens entre mémoire perceptive et mémoire épisodique peuvent apparaître dans une situation où un individu entend des mots, dont un ( Soleil) est prononcé plusieurs fois (a). Puis il doit identifier des mots (dont Soleif) au milieu de bruits parasites (applaudissements ou bruits de voiture). Le mot Soleil est identifié malgré le bruit de voiture (b), ce qui montre qu'il été gravé dans la mémoire perceptive. On évalue ensuite la mémoire épisodique du volontaire, en diffusant des mots - dont Soleil- et en lui demandant de préciser s'il se souvient dans quel contexte sonore il les a entendus. S'il sait identifier le mot Soleil (c) en indiquant les conditions où il l'a entendu (un bruit de voiture), c'est qu'il en a acquis une bonne mémoire épisodique. Cette expérience montre qu'une bonne mémorisation perceptive est associée à une bonne mémorisation épisodique /12/2008

4 Nous avons ensuite constaté que, plus la mémorisation perceptive était forte, plus les volontaires avaient également mémorisé ces mots de façon épisodique. Pour cela, nous leur avons fait écouter un certain nombre de mots, parmi lesquels se trouvaient ceux qu'ils avaient entendus initialement. Pour chaque mot entendu, on leur demandait s'ils l'avaient déjà entendu auparavant. De plus, ils devaient préciser «s'ils savaient qu'ils avaient entendu ce mot», ou «s'ils se souvenaient réellement de l'avoir entendu, et se rappelaient le contexte où ils l'avaient entendu» (applaudissements ou course automobile). Dans ce dernier cas seulement, on pouvait considérer qu'ils avaient formé un souvenir épisodique du moment où ils avaient entendu ce mot. Nous avons constaté que la tendance à former un souvenir épisodique dans ces conditions est liée à la force de la mémoire perceptive préalablement évaluée. Ainsi, ces deux types de mémoire sont liés. Les effets d'amorçage perceptif, qui reflètent l'activité de la mémoire perceptive, renforcent la création de souvenirs épisodiques. L'amorçage perceptif correspond au fait d'avoir été en contact perceptif avec un objet, ce qui facilite le traitement perceptif ultérieur de cet objet, à l'insu du sujet. Néanmoins, toutes les informations contenues dans ces mémoires perceptives n'accèdent pas au statut de souvenir épisodique. Le modèle de E. Tulving postule que certains souvenirs passent de la mémoire perceptive à la mémoire sémantique sans accéder à la mémoire épisodique. Dans ce cas, il y a formation de connaissances (sur le monde comme sur soi) sans recours à la mémoire épisodique, c'est-à-dire sans la formation de souvenirs. Par exemple, des patients amnésiques peuvent apprendre une méthode de programmation informatique ou une nouvelle langue, tout en oubliant les circonstances où ils ont appris ces nouvelles connaissances. De l'épisode au sens Cette proposition théorique est issue de l'étude de cas pathologiques, et rend compte de certaines capacités résiduelles de patients amnésiques. Elle s'applique sans doute à un autre degré aux capacités d'acquisition des connaissances sémantiques de l'enfant chez qui la mémoire épisodique n'a pas atteint son fonctionnement optimal. Ainsi, des enfants peuvent apprendre la signification d'une multitude d'objets, par exemple, tout en gardant très peu de souvenirs épisodiques avant l'âge de trois ans. Tout en reconnaissant la formation de connaissances sans souvenirs, notre modèle considère également des liens descendants qui vont de la mémoire épisodique à la mémoire sémantique et aux mémoires perceptives, c'est-à-dire à contresens du modèle de E. Tulving. Ainsi, certaines de nos connaissances générales sur le monde (mémoire sémantique) se forment à partir de souvenirs épisodiques. C'est le cas lors des fêtes d'anniversaire. Enfants, nous mémorisons d'abord le souvenir d'un anniversaire particulier, ce qui mobilise la mémoire épisodique. Mais à mesure que les anniversaires se répètent, la plupart de ces souvenirs épisodiques perdent leur spécificité et se fondent dans une connaissance plus générale appartenant au registre de la mémoire sémantique, pour donner lieu au «concept d'anniversaire». La plupart de ces anniversaires seront oubliés en tant qu'événements, à l'exception de certains qui se distinguent par un détail inhabituel. On parle alors de sémantisation des souvenirs épisodiques. Cela amène une remarque importante : nous n'avons pas autant de souvenirs épisodiques qu'on pourrait le croire. L'immense majorité des souvenirs formés est oubliée. Si toutes les situations que nous vivons étaient enregistrées en tant qu'événements uniques, nous n'aurions sans doute pas l'opportunité de dégager des points communs entre ces épisodes, et nous n'aurions peut-être pas accès au sens des choses. La plupart des jours de notre vie ne sont pas mémorisés comme souvenirs épisodiques ; en revanche, nous n'oublions pas ce qu'ils nous ont appris. Ainsi, les journées sur notre lieu de travail ne laisseront aucune trace dans notre mémoire épisodique, même si nous y apprenons le sens de certains concepts ou l'usage de certains savoir-faire. Ce que nous gardons en termes de mémoire épisodique, ce sont des moments emblématiques, des ruptures dans les différentes phases de la vie, des événements ayant un statut particulier, des situations de danger ou de bonheur intense. La force des reviviscences Un autre aspect des relations entre différents types de mémoire est représenté par les liens «descendants» entre mémoire épisodique et mémoire perceptive. Ces derniers renvoient aux phénomènes de reviviscence : il arrive qu'en se rappelant un événement marquant, surtout les premières fois, on se représente la scène avec son cortège d'émotions, de façon concrète en revoyant certains détails et en ayant l'impression de revivre l'événement. Cette reconstitution ranime les souvenirs perceptifs de l'événement et cette «reviviscence» participe à la consolidation du souvenir. Il semble en effet que le cerveau réactive les perceptions liées à un événement pour mieux mémoriser cet événement. C'est ce que laissent penser les expériences réalisées par Pierre Maquet, de l'université de Liège. Lorsqu'une personne a été soumise à des apprentissages intensifs pendant la journée (par exemple, apprendre à distinguer certains motifs visuels complexes), son cerveau se réactive de la même façon pendant le sommeil, comme s'il réactivait les perceptions visuelles liées à l'apprentissage. Cette «répétition pendant le sommeil» permet à la personne de tirer les bénéfices de son apprentissage, car elle réalise plus efficacement les mêmes tâches le lendemain. Ce processus de consolidation ne constitue pas un simple renforcement du souvenir, mais implique nécessairement sa modification. En effet, lorsque l'on se souvient d'un épisode, des mémoires perceptives sont réactivées, mais certaines le sont davantage que d'autres. Dès lors, le souvenir est «réécrit». L'événement est perçu dans une version où ces détails auront été rendus plus saillants. Les reviviscences conduisent à exagérer certains détails, et de réécriture en réécriture, le souvenir atteint le statut d'un tableau dont vous aurez été l'artisan, souvent bien involontaire. Ce souvenir se sera éloigné de la réalité. Une telle consolidation semble intervenir en grande partie durant le sommeil. Des recherches menées au sein de notre équipe montrent /12/2008

5 que le sommeil profond permet la consolidation des représentations épisodiques et sémantiques, alors que le sommeil paradoxal renforcerait davantage la mémoire procédurale. Pour parvenir à une vision unifiée de la mémoire, nous avons jusqu'ici précisé les relations existant entre les trois mémoires de représentation à long terme (mémoire perceptive, mémoire sémantique et mémoire épisodique). Abordons à présent les liens de ces trois mémoires avec la mémoire de travail et la mémoire procédurale. Selon A. Baddeley, la mémoire de travail se présente comme un système formé de différentes composantes : d'une part, ce qu'il nomme un administrateur central, qui oriente l'attention vers différents aspects de l'information à mémoriser et, d'autre part, des «systèmes satellites» qui maintiennent les informations présentes à la conscience. Ces systèmes satellites sont notamment la boucle phonologique qui maintient présentes les informations verbales, et le calepin visuo-spatial qui forme et maintient des images mentales (voir l'encadré). Comment les cinq grands type de mémoire interagissent La mémoire se compose de cinq grands types, répartis en trois catégories : les mémoires de représentation à long terme (mémoires perceptive, sémantique et épisodique), la mémoire de travail et la mémoire procédurale - mémoire d'action. Dans les mémoires de représentation à long terme, on distingue une voie ascendante et des voies descendantes. Dans la voie ascendante, les mémoires perceptives nourrissent la mémoire sémantique, qui alimente la mémoire épisodique -on mémorise d'abord des images et des sons, puis le sens de ces impressions- enfin, le sens des divers éléments d'un événement entraîne la mémorisation de l'événement en soi, associé à un lieu et une date. Dans la voie descendante, le fait de se remémorer un événement (mémoire épisodique) va changer le sens attribué à cet événement (étant adulte, on n'attribue plus le même sens à ses actes d'adolescents lorsqu'on y repense). De même, la mémoire d'un événement réactive des éléments perceptifs (images, sons, odeurs) qui sont modifiés par leur propre réactivation. Dans la deuxième catégorie (mémoire de travail), on distingue trois facultés : d'une part, celle de garder présents à l'esprit, à tout instant, un certain nombre de mots lorsque quelqu'un parle, ou de chiffres lorsqu'on nous dicte un numéro de téléphone - c'est ce que l'on nomme la boucle phonologique. D'autre part, la faculté de se représenter une scène visuelle (par exemple, l'habitacle d'une automobile) et de la visiter par l'esprit, de se concentrer visuellement sur le levier de vitesses, l'autoradio... Enfin, l'administrateur central donne la capacité de choisir où va se fixer la mémoire de travail, notamment dans une tâche complexe. Si l'on doit faire une recette de cuisine et que l'on pense «prendre le beurre, puis les œufs» tout en cherchant les ingrédients dans le placard, on passe de la boucle phonologique au calepin visuo-spatial. En outre, le relais (buffer) épisodique permet de relier cette mémoire de travail aux systèmes de mémoire à long terme : si l'on fait le gâteau pour l'anniversaire d'un ami. on se rappelle un événement passé, vécu avec cet ami, ce qui fait appel à la mémoire épisodique, et influe sur l'exécution. Dernière catégorie de mémoire: la mémoire procédurale. La mémoire procédurale cognitive permet d'apprendre des méthodes de résolution de tâches cognitives, par exemple résoudre des équations mathématiques, et le faire de façon de plus en plus routinière. La mémoire perceptivo-verbale permet d'apprendre un poème : on mémorise des enchaînements de gestes buccaux qui restituent le poème. La mémoire procédurale perceptivo-motrice permet d'apprendre mille activités physiques complexes, du vélo au ski en passant par la couture. La mémoire procédurale interagit avec la mémoire de travail (il faut dans un premier temps maintenir à la conscience les gestes à apprendre, avant de pouvoir automatiser la procédure). Des expériences ont aussi montré que la mémoire procédurale interagit avec les mémoires de représentation à long terme (grandes flèches transversales). 5 Explicitons ces notions par un exemple. Si quelqu'un vous dit : «Imaginez un crocodile rosé à pois verts, ayant une serviette autour du cou», vous êtes en mesure de vous représenter ce drôle d'animal, bien qu'il n'existe pas. et la mémoire de travail joue un rôle déterminant dans cette représentation. Dans cet exemple, l'administrateur central (qui possède une localisation cérébrale décrite plus bas) commence par exhumer de la mémoire l'image d'un crocodile, puis la couleur rosé, puis des pois verts. Il crée ensuite l'image composite d'un crocodile rosé à pois verts /12/2008

6 Simultanément, il active la boucle phonologique, un système de mémoire verbale qui permet de maintenir à la conscience le contenu de la phrase pendant que se constitue l'image du crocodile, si bien que l'on peut ensuite se concentrer sur les mots de la fin de la phrase. Dès lors, la serviette est nouée autour du cou de ce crocodile. C'est le calepin visuo-spatial qui focalise l'attention sur le cou du crocodile pour mettre une serviette. Ce modèle est étayé par des études d'imagerie cérébrale qui révèlent que le maintien des images mentales est schématiquement dévolu aux aires cérébrales postérieures, tandis que l'administrateur central, qui structure la tâche et alloue l'attention à ses différentes parties, est principalement localisé vers l'avant du cerveau, dans le cortex frontal dorso-latéral. La mémoire du présent On considère aujourd'hui que ce système de mémoire de travail, en interaction avec la mémoire épisodique, est le socle du présent psychologique, c'est-à-dire la sensation de percevoir le présent. Lorsque nous avons l'impression que l'instant vécu se déroule maintenant, et non dans le passé ou dans l'avenir, nous percevons des scènes réelles se déroulant sous nos yeux, mais nous maintenons également cette perception en mémoire de travail pendant quelques secondes. Lorsque je saisis un stylo pour écrire une phrase, je commence par saisir le stylo, puis je pense à ce que je vais écrire, mais ma mémoire de travail maintient la perception consciente du stylo dans ma main pendant que je prépare mes idées. Ainsi se constitue une continuité entre le stylo et la pensée, réunis dans un temps présent qui est celui de la mémoire de travail, de l'ordre de quelques secondes. En outre, je ne me place pas du point de vue de n'importe quelle personne tenant le stylo et préparant une phrase. La façon dont je prépare mes mots dépend de données antérieures, liées à un problème posé, à un désir personnel ou à des épisodes passés de ma vie. En ce sens, la mémoire de travail est en contact avec la mémoire épisodique. A. Baddeley postule l'existence d'un «relais épisodique» dans la mémoire de travail. Ce relais permet à la mémoire épisodique d'être présente en filigrane dans la mémoire de travail, si bien que le présent psychologique diffère d'une personne à l'autre. La mémoire procédurale : du savoir ou savoir-faire La mémoire de travail est sans doute l'un des mécanismes fondamentaux de la conscience, comme le souligne le biologiste Gerald Edelman, de l'institut de neurosciences de San Diego, pour qui la conscience est un «présent remémoré». En effet, lorsque nous percevons un objet, une scène, un visage, ou un son, la perception que nous avons de cet objet ou de ce visage subsiste quelques instants en mémoire de travail. Nous nous remémorons ainsi un passé proche, qui nous donne l'impression d'une durée présente. Si nous ne percevions que l'instant, nous ne pourrions en avoir conscience, comme le laissent penser des expériences sur la perception subliminale, où des stimulus projetés trop brièvement ne sont pas perçus consciemment. Dans notre vision globale des différentes formes de mémoire (le modèle MNESIS), des relations existent aussi entre la mémoire procédurale et les autres systèmes de mémoire. Ces interactions se manifestent notamment tout au long de l'apprentissage de nouvelles compétences, de séquences gestuelles par exemple. On sous-estime parfois l'importance que revêt la mémoire procédurale pour notre vie quotidienne. Mais c'est elle qui nous permet de conduire, d'écrire, de nous déplacer à vélo, déjouer au tennis, déjouer d'un instrument. La liste serait quasi infinie. Dans notre équipe, nous avons établi que la mémoire de travail et la mémoire épisodique jouent un rôle de premier plan dans l'apprentissage de nouvelles procédures : elles «nourrissent» la mémoire procédurale. Ainsi, Hélène Beaunieux a fait passer à des centaines de sujets un test connu sous le nom de tour de Hanoi (en réalité, il s'agissait d'une variante de ce test classique, la tour de Toronto). Ce test est constitué d'une tige de bois sur laquelle sont enfilés trois anneaux de taille croissante (voir la figure 4). L'anneau le plus large est placé au-dessous, et le plus étroit, au-dessus. Le sujet dispose de deux autres tiges sur lesquelles il peut transférer les anneaux de la première tige. Son but est de reconstituer une tour sur une autre tige en plaçant les anneaux dans le même ordre (le plus large en bas, le plus étroit en haut), sans jamais poser un anneau plus large sur un anneau plus étroit. Cette tâche requiert un effort mental initial, mais à mesure que les participants la pratiquent, ils découvrent les bonnes séquences pour réussir. Ils les réalisent de plus en plus vite, de façon toujours plus automatique. En leur faisant passer ce test de façon répétée, H. Beaunieux a constaté que les sujets présentaient des profils d'apprentissage différents. Certains trouvent la méthode plus vite au début, et progressent plus rapidement lors des premiers essais. D'autres progressent moins vite lors des premiers essais, mais finissent par réaliser le test aussi rapidement que les autres si on leur accorde suffisamment d'essais. En leur faisant passer d'autres tests évaluant leur mémoire de travail et leur mémoire épisodique, H. Beaunieux a constaté que les personnes ayant la mémoire de travail la plus efficace étaient celles qui progressaient le plus vite lors des premiers essais. Les sujets ayant une bonne mémoire épisodique connaissaient aussi une progression rapide lors des premières phases du test. En effet, les premiers essais constituent une phase plus cognitive de la tâche, où il faut réfléchir et se souvenir de ce qu'on a fait, en investissant de fortes ressources cognitives. Ces expériences soulignent l'implication des mémoires épisodique et de travail dans la construction de la mémoire procédurale. En outre, l'étude d'h. Beaunieux a permis de localiser les zones cérébrales mises en jeu lors des différentes phases de l'apprentissage de la tâche de la tour de Toronto. Ainsi, le début de l'apprentissage, qui sollicite les mémoires épisodique et de travail, s'accompagne d'une forte activation des zones frontales du cerveau (notamment du cortex préfrontal). Cette activité diminue à mesure que la tâche s'automatise (l'effort à fournir diminue). Simultanément, d'autres zones prennent le relais, dont le noyau caudé et les aires occipitales, à l'arrière du cerveau. Puis, lorsque la tâche est entièrement automatisée, le thalamus et le cervelet entrent en action /12/2008

7 7 4. Dans l'expérience de la tour de Hanoï, il faut transférer trois anneaux d'une tige à une utre en faisant en sorte qu'un anneau de diamètre supérieur soit toujours au-dessous d'un anneau de diamètre inférieur. Les sujets testés progressent d'autant plus vite dans l'apprentissage de ce jeu qu'ils ont une bonne mémoire de travail et une bonne mémoire épisodique. La mosaique de la mémoire Diverses régions du cerveau semblent mises en jeu dans les différents types de mémoire. La mémoire épisodique est sous-tendue en grande partie par l'hippocampe, impliqué autant dans l'acquisition que dans la remémoration des souvenirs épisodiques. En outre, le cortex préfrontal gauche serait plus particulièrement utilisé pour l'acquisition (ou encodage) et le droit pour la remémoration (récupération). Le cortex pariétal remplirait une fonction de contrôle des souvenirs (l'exploration de leur dimension spatiale, notamment). La mémoire sémantique met en jeu surtout les lobes frontal et temporal gauches. Les mémoires perceptives reposent en grande partie sur les aires sensorielles primaires, par exemple le cortex visuel et le cortex auditif. L'administrateur central de la mémoire de travail est généralement associé à une activité du lobe frontal, tandis que la mémoire procédurale met en oeuvre certaines zones du thalamus, du cervelet et du noyau caudé /12/2008

8 La construction du soi Les différentes formes de mémoire interagissent, ce qui n'exclut pas l'intervention d'autres facteurs qui modulent le fonctionnement de cet édifice, ou qui sont influencés par elles. L'émotion est une dimension essentielle de la vie affective, qui modifie l'ensemble des composantes de la mémoire, notamment en augmentant la quantité de détails mémorisés et le sentiment de réalité d'un souvenir. Inversement, les différents types de mémoire participent à l'édification du soi et déterminent le rapport à autrui. Sous le terme de Self, les psychologues désignent une composante de la personnalité constituée de sensations, de souvenirs conscients ou inconscients à partir desquels l'individu se construit, vit sa relation à l'autre, structure sa personnalité. Ainsi, pour le psychologue américain John Kihlstrom, le Self est une représentation mentale de sa propre personnalité ou identité, formée à partir d'expériences vécues, de pensées encodées en mémoire. Tout ce que notre mémoire épisodique a emmagasiné d'expériences, de relations avec d'autres personnes, de succès ou d'échecs, forme une représentation - souvent infraconsciente - de ce que notre soi a vécu et de la façon dont il l'a vécue. En ce sens, la mémoire épisodique, et plus particulièrement la mémoire autobiographique, est un ingrédient essentiel de la constitution du Self. Toutefois, la mémoire sémantique participe aussi à son élaboration. On parle alors de sémantique personnelle pour désigner les renseignements généraux qui nous caractérisent, et à l'aide desquels nous nous décrivons. Nous utilisons notre mémoire sémantique pour parler de nos goûts, des études que nous avons réalisées, de notre famille. Ainsi, mémoire épisodique et mémoire sémantique interviennent au même titre dans la construction du Self. Mais la mémoire se forme également, en grande partie, en relation avec l'autre. Notre capacité de distinguer nos propres pensées de celles d'autrui se développe au même moment que nous apprenons à nous remémorer consciemment certains épisodes du passé ou à imaginer des épisodes futurs. Par exemple, vers l'âge de cinq ans, l'enfant commence à comprendre que les adultes ne savent pas forcément à quoi il pense, et réciproquement, que ces mêmes adultes ont également des pensées que lui-même ignore. L'enfant acquiert alors ce que l'on nomme une théorie de l'esprit. C'est aussi à cet âge que les enfants peuvent se projeter par la pensée un an en arrière, pendant leurs vacances d'été, ou imaginer un événement qu'on leur annonce pour le mois suivant, par exemple Noël. En comprenant que certaines pensées leur appartiennent en propre, ils peuvent commencer à classer des souvenirs comme étant leurs souvenirs privés, et se constituer une mémoire autobiographique, un registre de la mémoire qui participera à l'édification d'un soi clairement démarqué de l'autre. C'est en découvrant que l'autre a un ensemble de pensées qui lui sont propres, qu'il apprend à se constituer son monde secret. Ultérieurement, il semble que ces deux fonctions (capacité à attribuer des pensées à autrui et mémoire autobiographique) se séparent et soient allouées à des structures cérébrales distinctes. S. Rosenbaum et ses collègues ont ainsi récemment montré que des amnésiques adultes, dépourvus de la capacité de voyage mental dans le temps qui caractérise la mémoire épisodique, étaient en revanche capables de réaliser différentes tâches impliquant la théorie de l'esprit. À l'inverse, les patients souffrant de démence fronto-temporale peuvent présenter des troubles de la théorie de l'esprit sans déficit mnésique majeur. Les nouvelles frontières de la mémoire La cartographie de la mémoire se poursuit, à la façon des voyages exploratoires du temps passé, qui révélaient au fil des décennies des pans entiers d'un monde encore inconnu. Les frontières entre les mémoires se précisent, les voies de communication qui les relient également. Où tout cela nous mènera-t-il? À une meilleure compréhension du souvenir au sens large, et de la façon dont il reflète notre passé réel ou fictif. Mais aussi à une meilleure identification des grains de sable qui peuvent se glisser dans cette mécanique. Amnésies, état de stress post-traumatique, syndrome de Korsakoff, maladie d'alzheimer, ictus amnésique : chaque trouble de la mémoire présente ses particularités et chacun peut un jour en être victime. C'est uniquement au prix d'une meilleure connaissance de la structure de la mémoire, que nous nous doterons des outils pour faire face à ses troubles /12/2008

9 /12/2008

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934)

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) 3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) Psychologue russe contemporain de Piaget, a également élaboré une théorie interactionniste de l'apprentissage, sage, mais qui insiste sur tout sur la

Plus en détail

LES TROUBLES DE LA MEMOIRE

LES TROUBLES DE LA MEMOIRE Association de personnes cérébrolésées, De leurs familles et des aidants Réunion à BRUGMANN le 17 mai 2000 LES TROUBLES DE LA MEMOIRE Par Monsieur Patrick FERY Neuropsychologue Hôpital Universitaire Erasme

Plus en détail

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes

L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes L'EPS à l'école primaire aucune modification des programmes Les 3 objectifs sont poursuivis aussi bien à l'école maternelle, qu'à l école primaire MATERNELLE * Favoriser la construction des actions motrices

Plus en détail

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Atelier Cognisud Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Ces notes sont une contribution à la réflexion dans le cadre de PIRSTEC, faite par le réseau Cognisud suite à un atelier organisé le Jeudi

Plus en détail

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Type d outil : Outil pour favoriser la mise en mémoire et développer des démarches propres à la gestion mentale. Auteur(s) : Sarah Vercruysse,

Plus en détail

Introduction. I Étude rapide du réseau - Apprentissage. II Application à la reconnaissance des notes.

Introduction. I Étude rapide du réseau - Apprentissage. II Application à la reconnaissance des notes. Introduction L'objectif de mon TIPE est la reconnaissance de sons ou de notes de musique à l'aide d'un réseau de neurones. Ce réseau doit être capable d'apprendre à distinguer les exemples présentés puis

Plus en détail

Traduction Claire Mouhot

Traduction Claire Mouhot L'ENSEIGNEMENT DES MATHEMATIQUES AUX ELEVES AYANT DES TROUBLES DE L'APPRENTISSAGE OU DES DIFFICULTES EN MATHEMATIQUES INTRODUCTION Un Guide pour les Maîtres Madhavi Jayanthi Russell Gersten Scott Baker

Plus en détail

L ouvrage que vous avez entre les mains n est pas un manuel de vente. Ce que nous vous proposons plutôt est une aventure au pays de l excellence

L ouvrage que vous avez entre les mains n est pas un manuel de vente. Ce que nous vous proposons plutôt est une aventure au pays de l excellence «Vivre c est vendre. Parce que vendre c est vivre intensément. Nous sommes tous des vendeurs, car nous passons notre temps à vendre quelque chose : à nous-mêmes d abord, à nos proches, à nos clients. Vendre

Plus en détail

Une approche de la PNL

Une approche de la PNL Qu est ce que la PNL? Une approche de la PNL La PNL signifie Programmation NeuroLinguistique. C est une approche plus ou moins scientifique de tout ce qui touche à la communication et le fonctionnement

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION DES NOMBRES par Jean-Luc BREGEON professeur formateur à l IUFM d Auvergne LE PROBLÈME DE LA REPRÉSENTATION DES NOMBRES On ne conçoit pas un premier enseignement

Plus en détail

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6 La stimulation cognitive Emilie Wenisch Psychologue CMMR-IDF Hôpital Broca Stimulation Cognitive : terminologie SC : terme vaste «Ateliers mémoire» Pratiquée

Plus en détail

La construction du temps et de. Construction du temps et de l'espace au cycle 2, F. Pollard, CPC Bièvre-Valloire

La construction du temps et de. Construction du temps et de l'espace au cycle 2, F. Pollard, CPC Bièvre-Valloire La construction du temps et de l espace au cycle 2 Rappel de la conférence de Pierre Hess -Démarche de recherche: importance de se poser des questions, de chercher, -Envisager la démarche mentale qui permet

Plus en détail

Le graphisme et l écriture, en lien avec les apprentissages en maternelle

Le graphisme et l écriture, en lien avec les apprentissages en maternelle Le graphisme et l écriture, en lien avec les apprentissages en maternelle Conférence de Marie-Thérèse Zerbato-Poudou : Les apprentissages à l école maternelle 12 novembre 2008, St Etienne de St Geoirs

Plus en détail

L'ANALYSE DE LA RÉCEPTION ET LA RECHERCHE SUR LES MÉDIAS

L'ANALYSE DE LA RÉCEPTION ET LA RECHERCHE SUR LES MÉDIAS Université de Bologne L'ANALYSE DE LA RÉCEPTION ET LA RECHERCHE SUR LES MÉDIAS Il est stratégique, pour la recherche sur les médias, et en particulier, pour les théories de la réception, de parvenir à

Plus en détail

NB : J ai trouvé ce texte sur le net sans que son auteur soit indiqué. Je regrette donc de ne pouvoir lui rendre hommage pour ce travail.

NB : J ai trouvé ce texte sur le net sans que son auteur soit indiqué. Je regrette donc de ne pouvoir lui rendre hommage pour ce travail. NB : J ai trouvé ce texte sur le net sans que son auteur soit indiqué. Je regrette donc de ne pouvoir lui rendre hommage pour ce travail. Questions : - Comment définir la mémoire? Quelles sont les fonctions

Plus en détail

LES BASES DU COACHING SPORTIF

LES BASES DU COACHING SPORTIF LES BASES DU COACHING SPORTIF Module N 1 Motivation, concentration, confiance, communication Module N 2 L apprentissage : «Apprendre à apprendre» LES BASES DU COACHING SPORTIF APPRENTISSAGE PLAISIR PERFORMANCE

Plus en détail

Rapidolect Les Productions de la Columelle (1998-2006) Page 1

Rapidolect Les Productions de la Columelle (1998-2006) Page 1 Page 1 Page 2 Logiciel Rapidolect RATIONNEL DU JEU Un bon lecteur possède dans sa tête des images précises des mots écrits qu'il connaît. Lorsqu'il parcourt un texte, ses yeux se déplacent par saccades

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

Comment Réussir sa vie par la PNL

Comment Réussir sa vie par la PNL 1 Comment Réussir sa vie par la PNL Condensé de la conférence de Didier Pénissard 1 Ce compte-rendu à été réalisé par Françoise (membre du club) et au nom du groupe, je la remercie chaleureusement Nous

Plus en détail

Introduction à la relativité générale

Introduction à la relativité générale Introduction à la relativité générale Bartolomé Coll Systèmes de référence relativistes SYRTE - CNRS Observatoire de Paris Introduction à la Relativité Générale Préliminaires Caractère théorique (formation)

Plus en détail

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt 13 CHAPITRE 2 Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt Pendant les premières années de leur vie, tous les enfants, y compris les enfants malentendants, apprennent rapidement et facilement les

Plus en détail

Un gâteau au yaourt pour le goûter!

Un gâteau au yaourt pour le goûter! Un gâteau au yaourt pour le goûter! (adapté de la séquence pédagogique "Let's make scones!" publiée sur le site Primlangues) http://www.primlangues.education.fr/php/sequence_detail.php?id_sequence=83 Niveau

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique BUT : Découvrir ton profil préférentiel «Visuel / Auditif / Kinesthésique» et tu trouveras des trucs

Plus en détail

SEQUENCE : LES 5 SENS

SEQUENCE : LES 5 SENS SEQUENCE : LES 5 SENS Groupe concerné : Groupe sciences Nombre de séances prévues : 8 Compétence 3 du Palier 2 du socle commun : La culture scientifique et technologique - Pratiquer une démarche scientifique

Plus en détail

L ESTIME DE SOI, C EST...

L ESTIME DE SOI, C EST... L'estime de soi Sources : C.A.P. Santé Outaouais. Votre guide d'animation Mieux-être en tête, 1994. SCRIPTOGRAPHIC COMMUNICATIONS LTD, Ce que vous devez savoir sur l'estime de soi, 1989. FORTIN, BRUNO.

Plus en détail

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire?

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? L épilepsie concerne plus de 500 000 personnes en France, dont la moitié sont des enfants ou des adolescents.

Plus en détail

mentale Monsieur Falize la création et l utilisation d imagerie interactive, les associations noms-visages, la méthode des lieux.

mentale Monsieur Falize la création et l utilisation d imagerie interactive, les associations noms-visages, la méthode des lieux. Pr Anne-Marie Ergis le vieillissement entraîne le déclin d un certain nombre de fonctions cognitives, comme la vitesse de traitement, les ressources attentionnelles, la mémoire de travail, la mémoire épisodique

Plus en détail

SAVOIR SE RECENTRER : UN ATOUT AU QUOTIDIEN

SAVOIR SE RECENTRER : UN ATOUT AU QUOTIDIEN SAVOIR SE RECENTRER : UN ATOUT AU QUOTIDIEN QUE SIGNIFIE "ÊTRE CENTRÉ"? Etre centré signifie être aligné entre Ciel et Terre. C'est-à-dire connecté à l'énergie du Ciel et ancré dans l énergie de la Terre;

Plus en détail

La mémoire des 5 sens

La mémoire des 5 sens FRANÇOIS PAUL-CAVALLIER La mémoire des 5 sens Méthode de mémorisation sensorielle Cette méthode permet d accroître sa capacité de mémorisation. Le principe en est totalement original car il s appuie sur

Plus en détail

02/12/2014. Institut Jean-Pierre Lallemand. Historique. Historique. Théorie de la communication

02/12/2014. Institut Jean-Pierre Lallemand. Historique. Historique. Théorie de la communication Institut Jean-Pierre Lallemand Théorie de la communication Chapitre 6 PNL (30 périodes) Bachelier Educateur spécialisé Niveau I Approche conceptuelle I Année académique 2010-2011 Cours de Daniel Cornelis

Plus en détail

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif?

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif? Le trouble de traitement auditif _TTA Entendre n est pas comprendre. Détecter les sons représente la première étape d une série de mécanismes auditifs qui sont essentiels pour la compréhension de la parole

Plus en détail

Formation ABA par Caroline Peters, BCABA 2014-2015

Formation ABA par Caroline Peters, BCABA 2014-2015 Formation ABA par Caroline Peters, BCABA 2014-2015 Notre programme se compose d'une formation de base (4 journées) et six formations en profondeur (le weekend, (samedi et dimanche). Vous pouvez vous inscrire

Plus en détail

VISUALISATION EN TEMPS RÉEL PERSPECTIVES À POINT DE VUE MOBILE

VISUALISATION EN TEMPS RÉEL PERSPECTIVES À POINT DE VUE MOBILE 167 VISUALISATION EN TEMPS RÉEL DE J. SAPALY On sait que l'exploration visuelle consiste en une succession de fixations du regard, séparées par des mouvements oculaires saccadés, chaque fixation amenant

Plus en détail

Synthèse Mon projet d emploi

Synthèse Mon projet d emploi Synthèse Mon projet d emploi Nom : Date : Complété par : TÉVA Estrie 2012 La synthèse permet de recueillir les informations notées dans les questionnaires et de constater les ressemblances et les différences

Plus en détail

Le développement cognitif selon Jean Piaget. Les stades du développement cognitif selon Piaget

Le développement cognitif selon Jean Piaget. Les stades du développement cognitif selon Piaget Le développement cognitif selon Jean Piaget Piaget (BIO) et ses collaborateurs sont sans conteste les auteurs qui ont le plus contribué à notre compréhension du développement des capacités mentales durant

Plus en détail

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Le traitement de l information sensorielle, parfois nommé intégration sensorielle, réfère au processus par lequel le cerveau

Plus en détail

Quelques exemples de jeux pour sensibiliser les enfants au monde du handicap

Quelques exemples de jeux pour sensibiliser les enfants au monde du handicap S'amuser en groupe, sans voir Quelques exemples de jeux pour sensibiliser les enfants au monde du handicap Les écureuils dans les arbres S'orienter dans l'espace grâce aux sons Utiliser la technique de

Plus en détail

Quelles sont les principales difficultés sociales que rencontrent les enfants et les adolescents?

Quelles sont les principales difficultés sociales que rencontrent les enfants et les adolescents? Quelles sont les principales difficultés sociales que rencontrent les enfants et les adolescents? Questions courantes sur la cognition sociale et les capacités des personnes atteintes du SVCF Par le Dr

Plus en détail

Direction Générale des Affaires Sociales

Direction Générale des Affaires Sociales Direction Générale des Affaires Sociales sous la présidence de Yves LARDINOIS, Député Provincial Site de la DGAS : http://dgas.hainaut.be Point de menu «Documentation» Rue de la Bruyère, 159-6001 MARCINELLE

Plus en détail

SEPR - Pierre Casadéi Lean Oser le participatif pour repenser l organisation

SEPR - Pierre Casadéi Lean Oser le participatif pour repenser l organisation Pour repenser son organisation au sortir d'un plan de départs volontaires, l'industriel SEPR a "osé" solliciter la participation de ses salariés. Avec succès. Réflexions de Pierre Casadei, Directeur des

Plus en détail

Formation des formateurs en entreprise

Formation des formateurs en entreprise en entreprise Le (CQFA) du Cégep de Chicoutimi et le Service de formation continue de l'université du Québec à Chicoutimi (UQAC) unissent leurs efforts et leur expertise respective pour offrir aux organisations

Plus en détail

Le logiciel EduAnatomist.

Le logiciel EduAnatomist. Le logiciel EduAnatomist. Les travaux de l équipe ACCES (Actualisation Continue des Connaissances des Enseignants en Sciences) de l INRP restent, hélas, largement méconnus des enseignants de SVT. Pourtant,

Plus en détail

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s Stéphane Safin Psychologue - Ergonome Lucid Group -

Plus en détail

I/ Qu est-ce que l aphasie? French

I/ Qu est-ce que l aphasie? French I/ Qu est-ce que l aphasie? French Vous avez, vraisemblablement, récemment eu à faire à l aphasie et ce, pour la première fois. L aphasie appelle d emblée quelques questions comme : qu est-ce que l aphasie,

Plus en détail

Analyse hiérarchique de tâches (AHT)

Analyse hiérarchique de tâches (AHT) (AHT) Définition Cette méthode consiste à décomposer la tâche principale (ou le but) de l'opérateur en sous-tâches (ou sous-buts), puis chacune de ces sous-tâches en plusieurs sous-sous-tâches, et ainsi

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

Académie de Créteil. Projet présenté autour de l album «Trois souris peintres» d Ellen Stoll Walsh

Académie de Créteil. Projet présenté autour de l album «Trois souris peintres» d Ellen Stoll Walsh Projet académique 2013-2014 «Des boîtes à histoires» Comment créer un outil au service de la mise en mémoire et de la compréhension des textes littéraires Académie de Créteil Projet présenté autour de

Plus en détail

Cet examen comprend 2 parties. Les réponses à ces deux parties doivent figurer sur des pages séparées. MERCI

Cet examen comprend 2 parties. Les réponses à ces deux parties doivent figurer sur des pages séparées. MERCI Cet examen comprend 2 parties. Les réponses à ces deux parties doivent figurer sur des pages séparées. MERCI!"#-t-! $!#%&'!( PARTIE I? Expliquez ses idées en vos propres mots et commentez-les (environ

Plus en détail

*EP001146655A1* EP 1 146 655 A1 (19) (11) EP 1 146 655 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 17.10.2001 Bulletin 2001/42

*EP001146655A1* EP 1 146 655 A1 (19) (11) EP 1 146 655 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 17.10.2001 Bulletin 2001/42 (19) Europäisches Patentamt European Patent Office Office européen des brevets *EP0011466A1* (11) EP 1 146 6 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (43) Date de publication: 17.10.2001 Bulletin 2001/42 (1)

Plus en détail

Les bonnes pratiques pour les travaux scolaires à la maison

Les bonnes pratiques pour les travaux scolaires à la maison D après LES DEVOIRS ET LES LEÇONS de Marie-Claude Béliveau 1 1 Rappels et définitions. Officiellement, les devoirs à la maison sont interdits depuis 1956 2 à l école primaire mais leur pratique reste très

Plus en détail

MODE D'EMPLOI DE LA CALCULATRICE POUR LES COURTS SÉJOURS DANS L'ESPACE SCHENGEN

MODE D'EMPLOI DE LA CALCULATRICE POUR LES COURTS SÉJOURS DANS L'ESPACE SCHENGEN MODE D'EMPLOI DE LA CALCULATRICE POUR LES COURTS SÉJOURS DANS L'ESPACE SCHENGEN 1. Introduction Le règlement (UE) n 610/2013 du 26 juin 2013 a modifié la convention d'application de l'accord de Schengen,

Plus en détail

PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION

PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION PROJET ÉDUCATIF ÉCOLE ASSOMPTION Titre de notre projet : L'estime de soi la clé de la réussite de nos jeunes (adultes en devenir). L'école Assomption se familiarise avec le concept de l'estime de soi.

Plus en détail

ToutelaQualite. FAQ Rechercher S enregistrer Profil Membres Groupes Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion

ToutelaQualite. FAQ Rechercher S enregistrer Profil Membres Groupes Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion creer un forum supprimer les publicites ToutelaQualite FAQ Rechercher S enregistrer Profil Membres Groupes Se connecter pour vérifier ses messages privés Connexion ISO 9001 V2008 ToutelaQualite Index du

Plus en détail

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique)

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) 1 Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) La programmation neurolinguistique (PNL) fournit des outils de développement personnel et d amélioration de l efficacité relationnelle dans

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

Pourquoi le travail en groupe des élèves?

Pourquoi le travail en groupe des élèves? Pourquoi le travail en groupe des élèves? Philippe MEIRIEU Afin de comprendre ce qu'il est possible d'attendre du travail en équipes des élèves et de se demander quelles sont les conditions qui permettent

Plus en détail

modélisation solide et dessin technique

modélisation solide et dessin technique CHAPITRE 1 modélisation solide et dessin technique Les sciences graphiques regroupent un ensemble de techniques graphiques utilisées quotidiennement par les ingénieurs pour exprimer des idées, concevoir

Plus en détail

FONCTIONNEMENT DE GROUPE ET D'EQUIPE AU TRAVAIL

FONCTIONNEMENT DE GROUPE ET D'EQUIPE AU TRAVAIL FONCTIONNEMENT DE GROUPE ET D'EQUIPE AU TRAVAIL Intro... 1 I. Caractéristiques des différents types de groupe... 1 A. Définitions... 1 B. Définition selon Anzieu et Martin... 2 C. Définition de Fisher...

Plus en détail

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe.

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe. Cours 12 Le pouvoir au sein d une organisation Les liens entre pouvoir, autorité et obéissance Le leadership et les traits personnels Les théories du leadership situationnel Pouvoir Capacité d un individu

Plus en détail

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes

Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Eléments de présentation du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture par le Conseil supérieur des programmes Le projet de socle de connaissances, de compétences et de culture,

Plus en détail

Comment dit-on qu'une étoile est plus vieille qu'une autre ou plus jeune qu'une autre?

Comment dit-on qu'une étoile est plus vieille qu'une autre ou plus jeune qu'une autre? Comment dit-on qu'une étoile est plus vieille qu'une autre ou plus jeune qu'une autre? Comment peut-on donner un âge à l'univers? Dans l'univers, il y a beaucoup de choses : des étoiles, comme le Soleil...

Plus en détail

Expérimentation «Tablettes Tactiles en maternelle» (Octobre 2013 - Février 2014) Ecole maternelle Les Alouettes, Champhol

Expérimentation «Tablettes Tactiles en maternelle» (Octobre 2013 - Février 2014) Ecole maternelle Les Alouettes, Champhol Expérimentation «Tablettes Tactiles en maternelle» (Octobre 2013 - Février 2014) Ecole maternelle Les Alouettes, Champhol Dans le cadre du plan DUNE, l école a reçu, pour une période de 5 mois, 6 tablettes

Plus en détail

REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES. Introduction Historique Principes Généraux

REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES. Introduction Historique Principes Généraux REEDUCATION DES TROUBLES APHASIQUES Introduction Historique Principes Généraux La réhabilitation du langage : un désir ancien, une pratique récente Aphasie comme «réversion de l évolution» (Jackson 1915)

Plus en détail

LES NEUROSCIENCES AU SERVICE DE LA PEDAGOGIE Thématique de l évaluation. Contexte de la montée en charge des neurosciences en pédagogie

LES NEUROSCIENCES AU SERVICE DE LA PEDAGOGIE Thématique de l évaluation. Contexte de la montée en charge des neurosciences en pédagogie LES NEUROSCIENCES AU SERVICE DE LA PEDAGOGIE Thématique de l évaluation Les neurosciences cognitives se développent de façon fulgurante depuis quelques décennies, mais leur plein essor reste récent, en

Plus en détail

Introduction. Le recrutement est un processus incontournable dans la vie de toute entreprise.

Introduction. Le recrutement est un processus incontournable dans la vie de toute entreprise. Introduction Le recrutement est un processus incontournable dans la vie de toute entreprise. Recruter présente un enjeu stratégique et sociétal pour l entreprise en termes de 2 : 1. Productivité : le choix

Plus en détail

Conseiller relation client à distance - Titre Professionnel Agrément JS n 1393-011. Sommaire

Conseiller relation client à distance - Titre Professionnel Agrément JS n 1393-011. Sommaire Conseiller relation client à distance - Titre Professionnel Agrément JS n 1393-011 Sommaire Cadre de la formation... 2 1. L entretien d'achat vente... 3 2. Préparation de l'entretien de vente... 3 3. Les

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Note technique accompagnant l

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Note technique accompagnant l COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Note technique accompagnant l Avis CNC 2013/14 - Traitement comptable des impôts différés sur des plus-values réalisées bénéficiant du régime de la taxation différée et

Plus en détail

Traumatisme crânien ou traumatisme cranio-cérébral Trouble de santé neurologique Aide-mémoire

Traumatisme crânien ou traumatisme cranio-cérébral Trouble de santé neurologique Aide-mémoire Définition La notion de traumatisme crânien ou traumatisme crânio-cérébral (TCC) couvre les traumatismes du neurocrâne (partie haute du crâne contenant le cerveau) et du cerveau. La Société de l'assurance

Plus en détail

La Responsabilité de l éducateur sportif

La Responsabilité de l éducateur sportif La Responsabilité de l éducateur sportif I / Introduction La pratique sportive engendre des RISQUES et des ACCIDENTS. De nombreux procès surviennent afin de dégager la mise en jeu de la responsabilité

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTE

PROMOTION DE LA SANTE PROMOTION DE LA SANTE Charte d'ottawa La première Conférence internationale pour la promotion de la santé, réunie à Ottawa, a adopté le 21 novembre 1986 la présente "Charte" en vue de contribuer à la réalisation

Plus en détail

Ordonner les étapes «Voitures en circulation»

Ordonner les étapes «Voitures en circulation» «Voitures en circulation» 17-21 Niveau 2 Entraînement 1 Objectifs - S entraîner à décomposer une action. - S entraîner à anticiper une action. - S entraîner à ordonner une suite de mouvements dans l ordre

Plus en détail

Navigation dans Windows

Navigation dans Windows Cours 03 Navigation dans Windows Comme je le disais en introduction, notre souris se révèle plus maligne qu'elle n'en a l'air. À tel point qu'il faut apprendre à la dompter (mais c'est très simple, ce

Plus en détail

DESCRIPTEURS NIVEAU A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues

DESCRIPTEURS NIVEAU A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues DESCRIPTEURS NIVEAU A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES Activités de production et stratégies PRODUCTION ORALE MONOLOGUE SUIVI

Plus en détail

La supervision en soins infirmiers

La supervision en soins infirmiers La supervision en soins infirmiers (article en deux parties : version jumelée) La pratique de la supervision en soins infirmiers étant peu courante en France et les écrits la concernant de même, bien que

Plus en détail

Chapitre 7 - Relativité du mouvement

Chapitre 7 - Relativité du mouvement Un bus roule lentement dans une ville. Alain (A) est assis dans le bus, Brigitte (B) marche dans l'allée vers l'arrière du bus pour faire des signes à Claude (C) qui est au bord de la route. Brigitte marche

Plus en détail

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques VIII. 1 Ce chapitre porte sur les courants et les différences de potentiel dans les circuits. VIII.1 : Les résistances en série et en parallèle On

Plus en détail

Localiser S orienter «Le local»

Localiser S orienter «Le local» «Le local» 5-11 Niveau 1 Entraînement 1 Objectifs - Etre capable de repérer en fonction des points cardinaux. - Etre capable de se repérer en fonction des points cardinaux. Applications En classe : orienter

Plus en détail

NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance

NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance Objectif 01. L'activité d'assurance et/ou de réassurance se caractérise par l'inversion du cycle de la production et

Plus en détail

LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN

LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN Dans cette leçon nous définissons le modèle de plus court chemin, présentons des exemples d'application et proposons un algorithme de résolution dans le cas où les longueurs

Plus en détail

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Introduction Ce document est un complément au Code d Éthique et de Conduite Professionnelle

Plus en détail

Conseils. pour les enfants, les adolescents et les adultes atteints de TDAH

Conseils. pour les enfants, les adolescents et les adultes atteints de TDAH Conseils pour les enfants, les adolescents et les adultes atteints de TDAH Conseils pour aider votre enfant atteint de TDAH Même si le traitement par VYVANSE peut permettre de gérer les symptômes du TDAH,

Plus en détail

En voiture (*) de Sylvain BRISON

En voiture (*) de Sylvain BRISON En voiture (*) de Sylvain BRISON Pour demander l'autorisation à l'auteur : sylvain@kava.fr Durée approximative : 8 minutes Personnages - A, homme ou femme - B, homme ou femme Synopsis Un voyage pour Issoudun

Plus en détail

CONSEIL : et si nous passions du prix à la valeur?

CONSEIL : et si nous passions du prix à la valeur? V3 4 juin 2015 CONSEIL : et si nous passions du prix à la valeur? Préambule : une première version de cet article a servi pour amorcer la réflexion collective engagée le 22 mai dernier. Cette troisième

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Mieux connaître les publics en situation de handicap

Mieux connaître les publics en situation de handicap Mieux connaître les publics en situation de handicap Plus de 40 % des Français déclarent souffrir d une déficience 80 Comment définit-on le handicap? au moins une fois au cours de leur vie et 10 % indiquent

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 132/4 - Marchés à terme en marchandises

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 132/4 - Marchés à terme en marchandises COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 132/4 - Marchés à terme en marchandises A. Principes 1. En application de l'article 69, 1 er, 1 er alinéa de l'arrêté royal du 30 janvier 2001 portant exécution

Plus en détail

Entraînement, consolidation, structuration... Que mettre derrière ces expressions?

Entraînement, consolidation, structuration... Que mettre derrière ces expressions? Entraînement, consolidation, structuration... Que mettre derrière ces expressions? Il est clair que la finalité principale d une démarche d investigation est de faire acquérir des connaissances aux élèves.

Plus en détail

IP Office IP Office Manuel de l'utilisateur de la messagerie vocale intégrée

IP Office IP Office Manuel de l'utilisateur de la messagerie vocale intégrée Manuel de l'utilisateur de la messagerie vocale intégrée 15-604067 Version 11a - (29/04/2011) 2011 AVAYA Tous droits réservés. Note Bien que tous les efforts nécessaires aient été mis en œuvre en vue de

Plus en détail

Windows 7 : les bases

Windows 7 : les bases Fiche Logiciel Ordinateur Niveau FL01011 09/12 Windows 7 : les bases L'utilisation d'un ordinateur suppose la découverte d'un environnement nouveau, qui a son propre vocabulaire et ses propres concepts

Plus en détail

5 semaines pour apprendre à bien jouer un morceau de piano

5 semaines pour apprendre à bien jouer un morceau de piano 5 semaines pour apprendre à bien jouer un morceau de piano Ce guide peut être librement imprimé et redistribué gratuitement. Vous pouvez pouvez l'offrir ou le faire suivre à vos amis musiciens. En revanche,

Plus en détail

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Nom : Prénom :.. MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Récapitulatif pour la validation du Diplôme National du Brevet (Attestation du Niveau A2 en Langue Vivante) : ACTIVITES

Plus en détail

Transformez votre relation au monde!

Transformez votre relation au monde! Transformez votre relation au monde! Formations certifiantes PNL QUEST interactive 2013-2014 Qu est-ce que la PNL? La PNL (Programmation Neuro-linguistique) est une discipline développée dans les années

Plus en détail

Découvrir le monde à l école maternelle

Découvrir le monde à l école maternelle Découvrir le monde à l école maternelle Faire des sciences à l école en se questionnant et se confrontant au réel en mettant en œuvre une démarche d investigation en ayant un regard critique en travaillant

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION NOVEMBRE 2014 La Fédération québécoise de l'autisme (FQA) est un regroupement

Plus en détail

ESSOURCES PÉDAGOGIQUES

ESSOURCES PÉDAGOGIQUES 2015 MATERNELLES CYCLE I / PS - MS ESSOURCES PÉDAGOGIQUES Introduction Je découvre par les sens MODULES À DÉCOUVRIR PENDANT LA VISITE La Cité des enfants de Vulcania est un lieu d éveil, de découvertes

Plus en détail

OUTILS DE GESTION ET D EVALUATION AU POSTE : Collecte/réparation/vente d électroménager. Assistant(e) secrétaire commercial(e)

OUTILS DE GESTION ET D EVALUATION AU POSTE : Collecte/réparation/vente d électroménager. Assistant(e) secrétaire commercial(e) OUTILS DE GESTION ET D EVALUATION AU POSTE : Collecte/réparation/vente d électroménager Assistant(e) secrétaire commercial(e) Référentiel d activités+analyse d activités Référentiel de compétences Référentiel

Plus en détail

L E. P. S. 4 A 4 Michel FAURE, CPD EPS DA 13

L E. P. S. 4 A 4 Michel FAURE, CPD EPS DA 13 L E. P. S. 4 A 4 Michel FAURE, CPD EPS DA 13 Les 4 tableaux format A4 suivants (l EPS 4 à 4!) sont le résultat d une tentative personnelle de présentation synthétique d utiles connaissances et considérations

Plus en détail