Référentiel régional Prise en charge des cancers du rein Version 1 Mars 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Référentiel régional Prise en charge des cancers du rein Version 1 Mars 2013"

Transcription

1 Référentiel régional Prise en charge des cancers du rein Version 1 Mars 2013

2

3 Sommaire Contexte 5 Objectifs... 5 Champ d application... 5 Utilisateurs cibles... 5 Information du patient... 5 Avertissement... 6 Réunions de Concertation Pluridisciplinaires (RCP) 7 Dépistage et traitement des formes héréditaires de cancers du rein 8 Les carcinomes héréditaires à cellules claires... 8 Les carcinomes héréditaires papillaires... 9 Autres maladies héréditaires incluant des cancers du rein... 9 Particularités thérapeutiques communes des tumeurs rénales familiales...10 Diagnostic et bilan d extension 11 Bilan biologique...11 Bilan d imagerie...11 Biopsie des tumeurs du rein 14 Indications et contre-indications...14 Note technique...14 Anatomie pathologique 15 Facteurs histopathologiques pronostiques des tumeurs du rein localisées...15 Tumeurs rares...15 Examen extemporané...16 Fixateur...16 Compte rendu anatomopathologique...16 Prise en charge des tumeurs kystiques 18 Cas particuliers des masses kystiques de type IIF...19 Prise en charge des tumeurs rénales non métastatiques 20 Cancer du rein localisé ( T2 N0 M0)...20 Cancer du rein localement avancé ( T3-4 N0-1-2 M0)...22 Approches adjuvantes et néo-adjuvantes...22 Prise en charge du cancer du rein métastatique 23 Traitement médical du cancer du rein métastatique...23 Rôle de la néphrectomie en situation métastatique...23 Place de la néphrectomie totale élargie...24 Place de la chirurgie des métastases...24 Place des techniques ablatives

4 Essais thérapeutiques 25 Suivi du cancer du rein après traitement chirurgical curatif 26 Traitement adjuvant...26 Récidive locale...26 Récidive sur le rein controlatéral...26 Progression métastatique...26 Fonction rénale...27 Tumeurs rares ou situations de recours 28 Tumeur primitive...28 Tumeur non à cellules claires...28 Tumeurs métastatiques à cellules claires...28 Tumeurs métastatiques non à cellules claires...28 Références 29 Elaboration du référentiel 30 Contributeurs...30 Méthode d élaboration et de validation...30 Publication et diffusion...31 Mise à jour...31 Indépendance par rapport aux organismes de financement...31 Prévention des conflits d intérêts...31 Annexe n 1 : Classification OMS 2004 des tumeurs ré nales...32 Annexe n 2 : Classification ptnm AJCC 7 ème édition OMS Annexe n 3 : Référentiel de bon usage hors GHS

5 Contexte Objectifs L objectif de ce référentiel est d homogénéiser les pratiques de prise en charge des patients atteints de cancer du rein dans les différents établissements de la région. Il existe, au niveau national, des recommandations de pratiques établies après analyse de la littérature et qui reposent en grande partie sur les résultats validés de la recherche clinique, il s agit des recommandations de l AFU (1). L existence de ces recommandations est aujourd hui connue de la majorité des médecins ayant des activités en cancérologie urologique. Il est cependant établi que la simple diffusion de recommandations ne suffit pas pour améliorer les pratiques et qu'un moyen efficace pour augmenter l adhésion aux recommandations est d impliquer les professionnels de santé dans la démarche d élaboration et/ou d adaptation des recommandations au niveau régional et de les diffuser activement (2). Ce référentiel régional est adapté des recommandations de l AFU pour la prise en charge du cancer du rein (1). Champ d application Ce référentiel concerne : la prise en charge des patients atteints de cancer du rein, l ensemble des étapes de cette prise en charge : dépistage, diagnostic, bilan d extension, traitement chirurgical, traitement adjuvant, surveillance. Utilisateurs cibles Ce référentiel est utilisable en pratique quotidienne par les praticiens qui prennent en charge les patients, pour les guider lors de leurs décisions et lors de la réalisation des actes de soins. Information du patient Dans le cadre de la loi du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé, le patient doit être informé (3) : du nom du ou des médecin(s) référent(s), du passage de son dossier en Réunion de Concertation Pluridisciplinaire, du diagnostic, du traitement chirurgical et/ou du ou des traitement(s) complémentaire(s) retenu(s), des bénéfices, risques et effets secondaires. 5

6 Avertissement Les informations contenues dans ce référentiel constituent des options que vous devez apprécier, sous votre responsabilité, en fonction de l'état pathologique de votre patient. En effet, l'utilisation de ces informations s'effectue sur le fondement des principes déontologiques fondamentaux d'indépendance et d'exercice personnel de la médecine. Les recommandations ont été élaborées par des professionnels de santé sur la base de leur expertise, de l'état des connaissances scientifiques au moment de leur rédaction, et de la rigueur qui président à l'élaboration de tout référentiel médical. Toutefois, compte tenu de l'évolution de la recherche et de la pratique médicale, il ne peut être exclu qu'au moment où vous prenez connaissance de ce référentiel et où vous décidez de l'utiliser dans le cadre de votre pratique médicale, les données soient incomplètes, obsolètes ou inexactes le temps qu il soit mis à jour. 6

7 Réunions de Concertation Pluridisciplinaires (RCP) Le patient doit être averti que son dossier sera discuté par un comité multidisciplinaire dans le cadre des procédures du Réseau de Cancérologie d Aquitaine. Après la concertation, le plan de traitement qui sera mis en place doit être soumis de manière détaillée au patient. Le comité pluridisciplinaire doit comprendre au minimum trois des cinq spécialistes suivants : un chirurgien, un oncologue médical, un oncologue radiothérapeute, un radiologue et un anatomopathologiste. Le dossier du patient doit être discuté en Réunion de Concertation Pluridisciplinaire : - pour décider de la stratégie thérapeutique globale et particulière, - pour proposer éventuellement l inclusion dans les essais ouverts selon les critères d inclusion, - en cas de progression de la maladie, dans le cadre d un essai ou hors essai thérapeutique, - en cas de rechute. Il sera simplement enregistré dans le cas où un traitement standard est proposé. 7

8 Dépistage et traitement des formes héréditaires de cancers du rein Les formes héréditaires de cancers du rein de l adulte représentent 1 à 2 % des cas. L âge de survenue plus précoce que les formes sporadiques, leur caractère bilatéral et multifocal sont des caractéristiques communes de ces cancers du rein héréditaires. Dans tous les cas, l identification d une forme héréditaire de cancer du rein doit motiver une consultation de génétique médicale, à visée de conseil génétique familial. Les carcinomes héréditaires à cellules claires Deux types sont distingués : le cancer du rein dans le cadre de la maladie de Von Hippel-Lindau (VHL), le plus fréquent, et le cancer du rein familial «commun» qui n est rattaché à aucun syndrome particulier. La maladie de Von Hippel-Lindau Il s agit d une maladie à transmission autosomique dominante, à forte pénétrance (95 % à 60 ans), pour laquelle un seul gène est en cause : le gène VHL situé sur le bras court du chromosome 3 (3p25-p26) (Tableau 1). La mutation causale du gène VHL est identifiable chez presque tous les patients atteints de cette affection. Il s agit le plus souvent de mutations ponctuelles (75 % des cas) portant sur la séquence codante, mais des délétions étendues, des duplications ou même une hyperméthylation du promoteur, ont également été observées. Plus de 150 mutations différentes ont été répertoriées sur l ensemble des 3 exons. Une consultation d oncogénétique et un typage génétique du ou des sujets atteints puis des membres de la famille permet la mise en évidence de mutations du gène VHL et l identification des sujets prédisposés à cette maladie (niveau de preuve 1). En fonction de la mutation caractérisée, il peut être recommandé de dépister les enfants à partir de 5 ans. Une imagerie abdominale annuelle est souhaitable car il existe un risque de 2,7 % de découverte par an de nouvelle lésion rénale (niveau de preuve 4). Une recherche de mutation constitutionnelle du gène VHL devrait être proposée : à tout patient porteur d une tumeur survenant dans un contexte phénotypique évoquant une maladie de VHL, même en l absence d antécédent familial de cancer du rein, devant un adénocarcinome à cellules claires bilatéral ou multiple, à début précoce avant 40 ans surtout si forme kystique (niveau de preuve 2). 8

9 Le cancer du rein héréditaire commun familial à cellules claires Plusieurs observations de formes familiales de cancer du rein survenant en dehors de la maladie de VHL ou de tout autre syndrome héréditaire ont été publiées. Les généalogies rapportées évoquent des situations de prédisposition héréditaire à transmission autosomique dominante et à pénétrance incomplète mais élevée. Aucun gène de prédisposition n a jusqu à présent pu être caractérisé. Cependant quelques familles se caractérisent par la transmission d une translocation chromosomique impliquant le chromosome 3. La réalisation d un caryotype est de ce fait indiquée dans les récurrences familiales de carcinome rénal à cellules claires dument documentées. Le diagnostic est suspecté devant 3 atteintes dans une même lignée familiale ou à partir de 2 atteintes en cas de survenue précoce ou de multifocalité. Une maladie de VHL doit avoir été éliminée. L attitude thérapeutique vis-à-vis du cancer du rein commun pose les mêmes problèmes que pour la maladie de VHL (bilatéralité, multifocalité, récidives). Un dépistage systématique doit être organisé chez les apparentés. Les carcinomes héréditaires papillaires Les carcinomes papillaires (anciens tubulo-papillaires) (CP) sont des cancers composés à plus de 75% d un contingent tubulaire et papillaire. Ils ont été subdivisés en 2 sous-groupes : les CP de type 1 et les CP non de type 1 (ex. type 2) sur des critères anatomopathologiques. Les formes familiales de CP de type 1 sont rares. En l absence de récurrence familiale, une origine héréditaire peut être suspectée si les CTP sont multifocaux, bilatéraux ou de survenue précoce. Dans tous les cas le diagnostic moléculaire est réalisable et repose sur l analyse du gène MET. Les carcinomes papillaires non de type 1 (et les carcinomes des tubes collecteurs) s observent dans le contexte de la léiomyomatose héréditaire. Cette affection, caractérisée par la survenue de multiples léiomyomes cutanés et utérins est liée à des mutations du gène FH codant la Fumarate Hydratase. Leur pronostic est sombre et justifie un dépistage très rapproché. Dans ces 2 situations, la recherche de mutations du gène MET ou FH peut être proposée après avis oncogénétique spécialisé. Autres maladies héréditaires incluant des cancers du rein Des cancers du rein et d autres tumeurs rénales peuvent faire partie du tableau clinique de différentes maladies héréditaires. Dans le cas du Syndrome de Birt-Hogg-Dubé, associant tumeurs cutanées multiples en particulier fibrofolliculome, pneumothorax spontanés et polypes intestinaux, le risque de tumeur rénale est multiplié par 7. Il s agit de carcinomes chromophobes et de tumeurs hybrides chromophobesoncocytomes mais d autres types histologiques peuvent s observer. Le diagnostic moléculaire repose sur l analyse du gène FLCN (ou BHD) codant la folliculine. La sclérose tubéreuse de Bourneville comporte surtout des angiomyolipomes et des kystes rénaux comme lésions rénales mais des carcinomes à cellules claires peuvent parfois s observer. Le diagnostic moléculaire repose sur l analyse des gènes TSC1 et TSC2 codant l hamartine et la tubérine. Le carcinome rénal à cellules claires fait enfin partie du spectre tumoral de la maladie de Cowden (mutations constitutionnelles du gène PTEN). 9

10 Particularités thérapeutiques communes des tumeurs rénales familiales L attitude moderne de traitement est l approche conservatrice : néphrectomie partielle, tumorectomies multiples et plus récemment les techniques ablatives avec surveillance étroite du parenchyme rénal restant, en dehors des cas où le caractère diffus et bilatéral des lésions impose une néphrectomie bilatérale de nécessité (niveau de preuve 4). Le seuil chirurgical communément admis est 3 cm pour la maladie VHL. Compte-tenu de l étroite surveillance, de la qualité de l imagerie, des tumeurs de taille de plus en plus petites sont dépistées et le moment optimal pour l utilisation des techniques ablatives reste à préciser (niveau de preuve 4). 10

11 Diagnostic et bilan d extension Bilan biologique Numération Formule Sanguine Plaquettes. Calcémie. Bilan hépatique. Lactates Déshydrogénases. Créatinine sérique, clairance de la créatinine. Bilan de coagulation (TP, TCA). Vitesse de Sédimentation et/ou CRP (formes M+). Calcémie, et calcémie corrigée (calcémie et albumine) pour les formes M+. Bilan d imagerie L échographie De nombreuses tumeurs sont découvertes fortuitement sur des examens échographiques. Ces tumeurs ne présentent pas de caractéristiques particulières en dehors des angiomyolipomes qui ont une forte hyperéchogénicité, équivalente à celle de la graisse du sinus ; mais cet aspect n est pas pathognomonique et doit être confirmé par un examen TDM ou IRM. L utilisation du doppler couleur peut aider à la distinction entre kyste et tumeur solide en détectant des vaisseaux intra-lésionnels. L injection de produit de contraste (Sonovue ) est également très utile dans cette indication, à la recherche d un faible rehaussement, ainsi que pour aider à classer des masses kystiques. La tomodensitométrie (TDM) Le scanner est toujours l'examen de référence pour caractériser une tumeur rénale et pour effectuer le bilan d'extension, en absence de contre-indications aux produits de contraste iodé. L IRM Cet examen doit être réalisé de principe chez les patients insuffisants rénaux (clairance MDRD < 60 ml/min), l'injection de Gadolinium n étant pas néphrotoxique, ou présentant une contre-indication prouvée aux produits de contraste iodés, tout en respectant les contre-indications habituelles. L IRM apparaît également particulièrement intéressante dans l exploration des tumeurs kystiques et des petites tumeurs mal caractérisées par les autres examens d imagerie. Ses indications précises demandant à être définies, sa réalisation reste encore une affaire de cas particuliers. Protocole d acquisition La tomodensitométrie (TDM) La caractérisation d une tumeur est au mieux effectuée par une TDM rénale en coupes fines. L examen doit obligatoirement comprendre 3 phases : une acquisition sans injection pour mesurer la densité spontanée des lésions, 11

12 une acquisition avec injection de produit de contraste iodé à la phase corticale (30-40 sec après injection) qui permet de mettre en évidence des rehaussements précoces ; elle est aussi indispensable dans le suivi post-thérapeutique, pour identifier d éventuelles localisations extrarénales, souvent hypervascularisées et non visibles à la phase tubulaire, une acquisition avec injection de produit de contraste iodé à la phase tubulaire ( sec après injection), qui est différente de la phase portale (60 s) où les reins sont encore hétérogènes (+++). Cette dernière acquisition permet d une part, une meilleure détection de l ensemble des lésions car, à la phase corticale, de petites lésions hypervascularisées dans le cortex ou hypovascularisées dans la médullaire risquent de passer inaperçues et, d autre part, de détecter des rehaussements lents et tardifs en cas de tumeur hypovascularisée. La caractérisation de chaque lésion en termes de taille, de topographie en hauteur par rapport au hile, de profondeur d enchâssement par rapport à la graisse du sinus et l analyse précise du rein controlatéral sont essentielles à la prise en charge thérapeutique. Des reconstructions coronales obliques en MPR le long du grand axe du rein peuvent être utiles pour la planification thérapeutique, en particulier si une chirurgie partielle est possible et/ou envisagée. Les acquisitions tardives à la phase excrétoire peuvent être intéressantes en cas de doute diagnostique avec une tumeur des voies excrétrices notamment ou, pour certains, dans l évaluation des rapports tumoraux avec les cavités excrétrices pour la planification d une chirurgie conservatrice. L IRM Lorsque celle-ci est nécessaire, elle doit comprendre un certain nombre de séquences : une séquence pondérée en T1 en écho de gradient de type Dual, (phase/opposition de phase), une séquence pondérée en T2 sans saturation du signal de la graisse en incidence axiale et en incidence coronale, une séquence dynamique après injection de produit de contraste pour étudier la cinétique de rehaussement, dans l incidence qui se prête le mieux à cette analyse. Certaines séquences sont facultatives mais de plus en plus utiles : une séquence de diffusion en incidence axiale pour détecter de petites lésions solides infracentimétriques ; à privilégier dans les suivis post-thérapeutiques et les cancers héréditaires, une séquence tardive, entre 5 et 10 min après injection en cas de zone centrale pour rechercher un rehaussement tardif de cette zone, des séquences pondérées en T1 ou en T2 avec saturation des graisses. Analyse des images La tomodensitométrie (TDM) Les mesures de densité aux différents temps d acquisition permettent d identifier les lésions tissulaires quand la densité spontanée (sans injection) est supérieure à 15 UH et qu une prise de contraste de plus de 15 UH après injection est constatée. La présence de zones de densité lipidique (< -20 UH) au sein de la tumeur sur la TDM doit faire systématiquement évoquer un angiomyolipome (AML), en sachant qu'il existe de rares tumeurs malignes, en général calcifiées ou nécrotiques, à petits contingents graisseux. Néanmoins, cette mesure de densité doit se faire à l aide d une région d intérêt de taille suffisante (> 10 mm 2 ). Les mesures par pixel sont à l origine de résultats erronés en rapport avec un rapport signal sur bruit trop faible. Des calcifications peuvent être constatées au sein des tumeurs malignes, plus rarement dans les oncocytomes mais jamais dans les angiomyolipomes. 12

13 Les masses à composante kystique doivent être analysées selon la classification de Bosniak (4). L'extension locorégionale, veineuse, ganglionnaire et métastatique de la tumeur est basée aussi sur la TDM avec injection : l'extension transcapsulaire est très difficile à affirmer sauf en cas d infiltration périrénale, nodulaire qui doit atteindre un centimètre au moins pour être significative ; l extension à la veine rénale et à la veine cave inférieure doit être recherchée à la phase tubulaire ; en cas de doute, un complément par échographie ou IRM peut être nécessaire. Le niveau d extension du bourgeon endoveineux doit toujours être précisé et la distance entre l extrémité du bourgeon et l orifice auriculaire (ou l abouchement des veines sus-hépatiques) doit être mesurée ; en vue de la planification chirurgicale, il est recommandé de vérifier en préopératoire si ce niveau s est modifié depuis la réalisation du scanner par une échographie de la veine cave ; l extension ganglionnaire est suspectée quand le petit axe des ganglions rétropéritonéaux est supra-centimétrique ; une localisation tumorale au rein controlatéral doit toujours être recherchée, de même que des localisations secondaires aux glandes surrénales, au foie et au pancréas ; la recherche de métastases pulmonaires doit être systématique en cas d extension tumorale locorégionale. Il n existe pas de consensus dans le cas d une pathologie intrarénale stricte. L IRM Les carcinomes à cellules conventionnelles présentent un signal variable en T2 par rapport au parenchyme rénal. Les carcinomes papillaires sont plus volontiers hypointenses. La présence d une chute de signal en opposition de phase est en faveur d un carcinome à cellules conventionnelles ou papillaire (lipides intracellulaires) ou d un angiomyolipome à faible contingent graisseux. Au contraire, une chute de signal en phase est en faveur d un carcinome à papillaire (hémosidérine). Une prise de contraste > 16 % est considérée comme significative, en faveur d une lésion tissulaire. L identification d une zone centrale évocatrice d une «cicatrice» doit faire pratiquer une séquence tardive (au-delà de 7 minutes après l injection) ; la cicatrice d un oncocytome aura tendance à se rehausser en totalité à la différence de celle d un carcinome. La place de l imagerie de diffusion des molécules d eau est en cours d évaluation pour la caractérisation des tumeurs. Par contre, elle semble très sensible pour détecter de petites lésions infracentimétriques difficilement identifiables par les autres séquences. 13

14 Biopsie des tumeurs du rein Indications et contre-indications La biopsie d une masse rénale tumorale ne doit être réalisée que si le diagnostic histologique a un impact sur la prise en charge thérapeutique du patient. Indications Distinction entre cancer du rein primitif (possible thérapie anti angiogénique) et métastase (contexte de cancer extra-rénal connu). Différencier tumeur bénigne, tumeur maligne à condition que le résultat ait un impact prévu sur le choix thérapeutique (oncocytome, carcinome). Dès que le diagnostic de lymphome ou de métastases est suspecté devant une lésion infiltrante, mal limitée, hypovasculaire pour le premier ou de lésions multiples pour les deux. Cancer rénal non extirpable (localement avancé et/ou métastatique) : pour instaurer un traitement oncologique adapté. Patients avec comorbidités notables : détermination du rapport bénéfice/risque d un traitement versus une surveillance active. Tumeur rénale sur rein unique, afin d éliminer une tumeur bénigne. Indications pour les petites tumeurs rénales solides qui peuvent bénéficier d une thermoablation. Contre-indications Suspicion de carcinome urothélial ou d angiomyolipome. Tumeurs kystiques (Bosniak ou 4). Note technique Si la biopsie arrive à l état frais pour congélation, ne pas oublier de faire une apposition sur lame de cytologie (coloration au MGG). Congélation seulement dans le cadre de protocole et après avoir vérifié sur une apposition que le fragment destiné à la microscopie optique contient bien la tumeur. Congélation seulement si on dispose d'un autre matériel permettant de typer la tumeur. 14

15 Anatomie pathologique Facteurs histopathologiques pronostiques des tumeurs du rein localisées Facteurs anatomiques : classification TNM avec taille de la tumeur : Envahissement de la graisse périrénale ou du sinus, Thrombus néoplasique veineux, Invasion de la paroi musculaire veineuse, Envahissement direct de la surrénale homolatérale, Présence de métastases ganglionnaires loco régionales, Présence de métastase à distance dont les métastases ganglionnaires à distance. Facteurs histologiques : Grade de Fuhrman, Sous-type histologique : avec ou sans composante granulaire éosinophile (%), avec ou sans composante rhabdoïde et sarcomatoïde (grade 4 de Fuhrman (%)), Présence de nécrose, Invasion des cavités pyélo-calicielles, Emboles microscopiques. Facteurs moléculaires : pas de marqueur validé, cependant : Altérations du gène VHL, Niveau d expression élevé du VEGF sérique. Tumeurs rares Il s agit non seulement des carcinomes papillaires à grandes cellules éosinophiles, non de type 1, mais aussi d autres tumeurs rares. Carcinome avec translocation Xp11.2 à évoquer devant un carcinome à cellules claires, avec parfois aspects papillaires survenant chez sujet jeune < 45 ans, diagnostiqué après immunomarquage ou par biologie moléculaire. Carcinome tubulo-mucineux à cellules fusiformes ou loopome : de bas grade à différencier des carcinomes papillaires. Carcinome tubulo-kystique de bas grade d aspect macroscopique spongieux, fait de kystes bordés de cellules éosinophiles CK7+, CK19+, P504S+. Carcinome à cellules rénales associé à la maladie kystique acquise du dialysé chronique (ACKD). Carcinome rénal folliculaire thyroïdien like CK7+ P504s- TTF1- thyroglobuline-. Carcinome papillaire à cellules claires CK7+ P504s- CD10- TFE3. Tumeur neuro endocrine primitive (éliminer une métastase). Tumeur germinale primitive (éliminer une métastase). Tumeurs mésenchymateuses bénignes ou malignes, la plus fréquente étant l angiomyolipome, dont la forme épithélioïde pure est agressive. Tumeurs métanéphriques : adénome et adénofibrome métanéphrique. Tumeurs néphroblastiques surtout chez l enfant. 15

16 Tumeurs mixtes épithéliales et mésenchymateuses incluant : le groupe des REST (tumeurs bénignes) : néphrome kystique, tumeur mixte épithéliale et stromale (MEST), le sarcome synovial. Examen extemporané Il n est utile que pour juger des marges d exérèse d une tumorectomie, bien qu actuellement le chirurgien l utilise peu. Fixateur La fixation recommandée est le Formol tamponné pour la tumeur et le Formol acétique ou l AFA pour le rein non tumoral, si utilité d examiner l état du parenchyme rénal dans le présent ou l avenir. Le formol tamponné permet non seulement la réalisation des marqueurs immunohistochimiques (CD10, CD3, CD20, CD117, CK7 et 20, P504S, Vimentine, EMA et autres marqueurs plus spécialisés pour les tumeurs rares), mais aussi la réalisation d autres techniques : PCR, HIS et techniques à venir en cours de développement. Compte rendu anatomopathologique Il est recommandé d utiliser un compte rendu standardisé. Le compte rendu anatomopathologique devrait comporter : Renseignements cliniques fournis par le chirurgien : identité du patient (date de naissance et sexe), localisation droite ou gauche, polaire supérieure, inférieure, médio-rénale, pan rénale, adénopathies et surrénale, contexte clinique : Bourneville, Von Hippel-Lindau, BHD, contexte de maladie cancéreuse ou d hémopathie, insuffisance rénale, rein natif chez un transplanté rénal, greffon rénal, multifocalité, tumeur bilatérale, rein unique, rein kystique, traitement préopératoire : anti-angiogénique ou autre, embolisation la veille de la chirurgie, geste chirurgical : néphrectomie élargie, avec ou sans conservation de la surrénale, néphrectomie partielle, tumorectomie, curage ganglionnaire extra hilaire (lombo aortique), biopsie et diagnostic préopératoire, hypothèses diagnostiques du clinicien, 16

17 Critères d examen macroscopiques obligatoires : taille du rein, taille de la tumeur et longueur de l uretère, poids de la pièce opératoire, siège de la tumeur, effraction tumorale ou non, après ouverture du rein dans un axe allant de la convexité vers le sinus : tumeur unifocale ou multifocale, thrombus macroscopique dans veine rénale ou Vx du sinus, échantillonnage : au minimum un bloc par cm de tumeur, dans des zones macroscopiquement différentes, en privilégiant les rapports avec le rein, la capsule, la graisse péri rénale, la surrénale, le sinus et le fascia de Gerota à la face postérieure de la pièce opératoire, prélèvement sur la berge vasculaire, recherche des ganglions dans la graisse du sinus, Critères macroscopiques souhaitables : couleur, forme et consistance de la tumeur, photo macroscopique, congélation d un fragment tumoral non nécrosé (pièce fraiche CHU), ou fragment tumoral mis par le chirurgien dans du RNA later si la tumeur paraît inhabituelle, Critères histologiques obligatoires pour la prise en charge thérapeutique : type histologique précis ; utilisation d immunohistochimie si diagnostic indécis ou difficile, grade de Fuhrman, pourcentage de contingent sarcomatoïde (grade 4 de Fuhrman), pourcentage de nécrose, embole veine rénale, embole microscopique, infiltration de la paroi musculaire de la veine rénale, invasion de la graisse du sinus, invasion de la graisse péri rénale, invasion des cavités pyélo-calicielles, surrénale, marges d exérèse (avec marges minimales pour les tumorectomies), ganglions, stade TNM 2009 AJCC 7 édition, Critères histologiques facultatifs : pourcentage d hémorragies, pourcentage de cellules éosinophiles granulaires, agencement architectural : nodulaire, glandulaire, kystique ou massive, remaniements du stroma tumoral, état de section veineuse au contact du thrombus, localisation de kystes associés, état du parenchyme rénal péri tumoral, état du parenchyme rénal à distance, La conclusion doit comporter : le type de tumeur, la multifocalité, la taille de la tumeur principale, le grade de Fuhrman, pt, pn, M (2009) et les marges d exérèse R. 17

18 Prise en charge des tumeurs kystiques Une masse rénale kystique se définit et se différencie d un kyste simple rénal par la présence en imagerie d une ou plusieurs caractéristiques suivantes : calcification, densité > 20 UH sur le scanner sans injection, signal liquidien en IRM non typique de celui de l eau, cloison, aspect mutiloculaire, paroi épaisse, rehaussement de la paroi et /ou des cloisons, nodule mural. Son diagnostic en imagerie est fréquent et le plus souvent fortuit. Les masses kystiques du rein sont classées selon des critères scannographiques établis par Morton Bosniak. Les critères échographiques de la classification de Bosniak ont été transposés et adaptés à l IRM. Une imagerie rénale en coupes (TDM, IRM) sans et avec injection de produit de contraste est recommandée pour caractériser les kystes atypiques du rein (niveau de preuve 3). 18

19 Cas particuliers des masses kystiques de type IIF Les masses kystiques IIF sont présumés bénignes mais requièrent une imagerie de surveillance pour prouver leur absence d évolutivité. Le rythme de surveillance par imagerie de ces masses kystiques doit être défini initialement. Le but de la surveillance est de limiter leur exérèse, selon des règles carcinologiques, aux cas de modifications de la paroi et/ou des cloisons du kyste (augmentation de l épaisseur, irrégularité). Le point essentiel afin de différencier les kystes IIF des types III est l absence de rehaussement des parois et des cloisons du kyste après injection de produit de contraste. L IRM est intéressante dans les kystes présentant des calcifications ou les kystes hyperdenses pour l étude du rehaussement des cloisons qui sont dans ces cas difficilement analysables. En dehors de ces cas, les performances du scanner et de l IRM sont comparables. L échographie de contraste peut aider en cas de doute. Il existe une stabilité du kyste dans la majorité des cas. Une évolution radiologique est constatée dans 15 % des cas. L augmentation du volume du kyste est moins prédominante que la modification des cloisons et l apparition d un rehaussement. Les séries font état de cancer entre 5 et 20 % des cas. Les cancers sont principalement des carcinomes à forme kystique peu agressifs et de bas grade. Les formes kystiques peuvent se voir dans tous les carcinomes à cellules rénales même si elles prédominent dans la forme à cellules claires. 19

20 Prise en charge des tumeurs rénales non métastatiques Cancer du rein localisé ( T2 N0 M0) L estimation du rapport bénéfice-risque et le choix d une modalité de prise en charge seront déterminés d après l évaluation des caractéristiques : du patient : âge, état général, comorbidités, fonction rénale, rein unique anatomique ou fonctionnel, risque anesthésique, espérance de vie, de la tumeur : taille, nombre, localisation, agressivité biologique, de la technique thérapeutique : faisabilité, risque de complications, résultats carcinologiques. Les modalités de prise en charge sont : la néphrectomie partielle (NP), les traitements ablatifs (radiofréquence et cryoablation) (TA), la néphrectomie totale élargie (NTE), la surveillance active (SA). Tumeur ct1a Tumeur ct1b Standard : Néphrectomie partielle sous réserve de faisabilité technique, de sécurité carcinologique et de morbidité contrôlée. Option : Néphrectomie totale élargie par voie laparoscopique. 20

21 Tumeur ct2 Standards : Options : Néphrectomie partielle d indications relative ou impérative, Néphrectomie totale élargie par voie laparoscopique si expertise, sinon par voie ouverte. Néphrectomie partielle d indication élective si faisabilité avérée et expertise technique (risque de complications accru), Néphrectomie totale élargie par voie ouverte. Recommandations spécifiques aux modalités opératoires et de surveillance active Indications de la néphrectomie partielle Elective : La NP est recommandée pour le traitement de toutes les tumeurs T1 sous réserve de l obtention de marges saines et d une morbidité prévisible acceptable. Relative et impérative : La NP est recommandée même en conditions techniques difficiles et pour les tumeurs T2. Voies d abord de la néphrectomie partielle La chirurgie ouverte est la technique de référence de la NP. La NP laparoscopique/robotique est réalisable par des équipes entraînées. La chirurgie ouverte est recommandée dans les indications impératives. Néphrectomie totale pour les tumeurs localisées La néphrectomie totale est l option de 2 nd choix pour les tumeurs localisées du rein (stades T1T2 N0/Nx M0) pour lesquelles une chirurgie partielle n est pas réalisable. La laparoscopie est la voie d abord de choix pour la réalisation d une néphrectomie totale pour les cancers confinés au rein (stades T1T2 N0/Nx M0) quand une chirurgie partielle n est pas réalisable. Une surrénalectomie de principe n est pas recommandée si le scanner pré-opératoire est normal, en l absence de facteurs de risques d extension de contiguïté (tumeur polaire supérieure ou taille > 8 cm ou envahissement veineux) ou de constatation d anomalie per-opératoire. Un curage ganglionnaire de principe n est pas recommandé pour les patients cn0. Traitements ablatifs Une biopsie percutanée avant le traitement ablatif est recommandée. Un TA (radiofréquence ou cryoablation) est une bonne option en cas de tumeur solide de petite taille (< 3 cm), chez les patients âgés ou avec des comorbidités, en cas d insuffisance rénale, en cas de rein unique, ou en cas de conditions chirurgicales difficiles si l espérance de vie est suffisante. L extension des indications est envisageable pour les patients présentant des tumeurs multiples dans le cadre d une forme héréditaire et en cas de tumeur entre 3 et 5 cm sur rein unique en l absence d autre option chirurgicale conservatrice. L extension aux patients les plus âgés avec fortes comorbidités est à prendre avec prudence du fait de la possibilité de SA de ces patients à espérance de vie courte. 21

22 Surveillance active des petites tumeurs rénales Une phase de SA devrait être considérée avant tout traitement chez des sujets âgés (> 75 ans), avec comorbidités notables, présentant une tumeur rénale de taille 4 cm. Une biopsie percutanée avant d inclure le patient dans un protocole de SA est souhaitable afin d éviter un suivi contraignant en cas de tumeur bénigne. La surveillance se fera selon les modalités suivantes : TDM ou IRM (en fonction du niveau de fonction rénale) à 3 mois, 6 mois et un an, puis annuel. Critères d interruption de la SA : volume tumoral x2 en 1 an ou diamètre tumoral > 4 cm ou apparition de symptômes. Cancer du rein localement avancé ( T3-4 N0-1-2 M0) Traitement loco-régional Standard : Néphrectomie totale élargie par voie ouverte + Thrombectomie cave si ct3b-c + Surrénalectomie si facteur de risque d envahissement ou ct4 + Curage ganglionnaire si cn1/2. Option : Néphrectomie totale élargie par voie laparoscopique si expertise technique pour ct3a. Recommandations concernant la néphrectomie pour les tumeurs localement avancées sans métastases à distance Pour les tumeurs T3 le traitement chirurgical doit être réalisé en intention de traitement curatif et la NTE avec obtention de marges saines par voie ouverte reste le standard. En présence d un thrombus cave, la prise en charge du patient par une équipe chirurgicale pluridisciplinaire entrainée ayant accès à un plateau technique performant est recommandée. En cas d anomalies ganglionnaires radiologiques et/ou per-opératoires un curage de stadification est recommandé en vue de l inclusion du patient dans un protocole de traitement adjuvant. En cas de suspicion d envahissement des organes de voisinage (ct4) ou d envahissement ganglionnaire massif (cn2), la chirurgie d exérèse reste recommandée si l âge, l état général, les comorbidités le permettent et si une résection complète semble possible. Approches adjuvantes et néo-adjuvantes L immunothérapie adjuvante à base d IFN ou d IL-2 n est pas recommandée dans le cancer du rein localement avancé. Les inhibiteurs de l angiogenèse ne sont pas recommandés en situation adjuvante dans le cancer du rein localement avancé en dehors d essais cliniques (groupes à risque intermédiaire ou élevé). Les approches néo-adjuvantes dans les cancers du rein localement avancés demeurent largement expérimentales. L inclusion de ces patients dans des essais cliniques doit être encouragée. 22

23 Prise en charge du cancer du rein métastatique Il sous-entend la connaissance du type histologique de la tumeur. Biopsie au besoin. Traitement médical du cancer du rein métastatique Carcinomes à cellules claires : 1 ère ligne Dans les formes de bon pronostic ou de pronostic intermédiaire, 2 options thérapeutiques sont possibles : le sunitinib ou l association IFN-bevacizumab (niveau de preuve 1a). Aucun critère de choix entre ces thérapeutiques n a de critère de preuve suffisant. Dans les formes de mauvais pronostic, seul le temsirolimus a un niveau de preuve 1a. Les cytokines seules, le sunitinib dans les formes de mauvais pronostic, le sorafenib chez les patients non éligibles aux cytokines sont des options avec de faibles niveaux de preuve (niveau de preuve 2b). La prescription d évérolimus n est pas justifiée dans cette présentation. Carcinomes à cellules claires : après la 1 ère ligne Chez les patients ayant reçu des cytokines en première ligne, le sorafenib est le traitement de référence (niveau de preuve 1a). Le sunitinib reste une option (niveau de preuve 2b). Chez les patients progressant après inhibiteurs de VEGF, l everolimus est le traitement de référence (niveau de preuve 1a). Le traitement séquentiel par inhibiteurs du VEGF est une option avec niveau de preuve moins élevé (niveau de preuve 2b). Carcinomes non à cellules claires (papillaires et chromophobe) Aucun essai randomisé de phase 3 n est disponible. Le temsirolimus est une option raisonnable (niveau de preuve 2a), comme le sunitinib ou le sorafenib (niveau de preuve 2a) en première ligne. Après la première ligne, aucune recommandation ne peut être donnée. Il est recommandé d inclure ces patients dans des essais thérapeutiques d autant que c est une population rare. Carcinome de Bellini Aucun essai de phase 3 n est disponible. La chimiothérapie rapprochée des carcinomes urothéliaux est recommandée dans les formes métastatiques (niveau de preuve 2a). Il est recommandé d inclure ces patients dans des essais thérapeutiques d autant que c est une population rare. Rôle de la néphrectomie en situation métastatique Deux études prospectives randomisées ont montré une amélioration significative de la survie si une néphrectomie était réalisée avant un traitement par IFN-α par rapport à un traitement par IFN-α seul : études du SWOG, et de l EORTC (niveau de preuve 1). Des études rétrospectives ont également montré une amélioration de survie lorsqu une néphrectomie était réalisée chez les patients métastatiques, la plupart dans l ère de l immunothérapie et une chez des patients traités par anti-angiogéniques (niveau de preuve 3). De nombreux biais peuvent affecter ces résultats. Une étude de sous-groupe récente à partir de l étude randomisée comparant temsirolimus et IFN-α suggère que la néphrectomie n a aucune influence sur l activité du temsirolimus chez les patients de mauvais pronostic. 23

24 Les patients qui bénéficient le plus de la néphrectomie sont les patients en bon état général, avec un site pulmonaire unique, chez qui la tumeur du rein représente la majeure partie du volume tumoral et ne présentant pas une évolution rapide de la maladie. La place de la néphrectomie chez les patients métastatiques, dans la stratégie thérapeutique incluant les inhibiteurs de l angiogenèse reste à définir. Une étude prospective randomisée de phase III évaluant l intérêt de la néphrectomie chez les patients atteints d un cancer du rein métastatique d emblée et traités par un anti-angiogénique est actuellement en cours en France : essai CARMENA. Place de la néphrectomie totale élargie Une NTE est recommandée pour les patients en bon état général, avant traitement par IFN-alpha. Chez les patients de pronostic bon et intermédiaire, la NTE avant traitement anti-angiogénique reste le standard surtout si la masse tumorale rénale primitive est importante. Cependant, l inclusion de ces patients dans le protocole prospectif national CARMENA est encouragée. Chez les patients de mauvais pronostic, la NTE avant traitement anti-angiogénique n est pas recommandée. Place de la chirurgie des métastases La survie globale chez les patients ayant bénéficié d une résection d une métastase unique varie de 35 à 60 % à 5 ans. Le groupe favorable de patients pouvant bénéficier de cette chirurgie est défini par un intervalle libre supérieur à 12 mois entre la néphrectomie et l évolution métastatique, un site métastatique unique et un âge inférieur à 60 ans. La survie à 5 ans est meilleure chez les patients ayant bénéficié d une chirurgie de métastases pulmonaires (54 %) par rapport aux métastases cérébrales (18 %). Le caractère complet de la résection est un facteur pronostique prépondérant. Les métastases pancréatiques des cancers du rein sont volontiers tardives et de bon pronostic lorsqu elles sont traitées chirurgicalement. La chirurgie des métastases, lorsqu elle permet d obtenir une réponse complète chirurgicale, doit toujours être proposée. L avènement des thérapies ciblées devra redéfinir la place de la chirurgie des métastases des cancers du rein. Place des techniques ablatives Ces techniques constituent une alternative efficace pour traiter certaines métastases, seules ou combinées à la chirurgie, en particulier pour les localisations pulmonaires, hépatiques, surrénaliennes et parfois osseuses. 24

25 Essais thérapeutiques Il est recommandé d inclure les patients chaque fois que possible dans un essai thérapeutique. La liste des essais thérapeutiques en cours est disponible sur les sites internet : du Réseau de Cancérologie d Aquitaine : (dans l onglet Informations Professionnels / Les essais cliniques), de l AFU : de l INCa : (dans l onglet Recherche / Recherche clinique / Registre des essais cliniques (possibilité de chercher uniquement dans la région en tapant Aquitaine dans la zone de recherche)), du National Institutes of Health : 25

26 Suivi du cancer du rein après traitement chirurgical curatif Le suivi d un patient présente un intérêt si un traitement spécifique à l événement attendu peut être proposé pour augmenter la survie et/ou la qualité de vie. 40 % des patients atteints d un cancer du rein décèdent de cette maladie. Après néphrectomie, environ 30 % des cancers initialement localisés évoluent sur un mode local ou métastatique. Le suivi du traitement chirurgical du cancer du rein a pour buts principaux de détecter les événements carcinologiques (récidive locale et à distance) et de suivre l évolution de la fonction rénale. Traitement adjuvant Il n y a pas de traitement adjuvant recommandé après un traitement chirurgical curatif et tous les essais notamment d immunothérapie se sont révélés négatifs (niveau de preuve 1). Les résultats des études par anti-angiogéniques sont en attente et il n est donc pas justifié d en prescrire dans ce contexte. En revanche les patients de risque élevé de rechute ou de risque intermédiaire peuvent être inclus dans des essais. La prise en charge ultérieure repose donc sur le suivi. Un scanner de référence thoraco-abdominal avec injection doit être réalisé 4 à 6 mois après la cure chirurgicale afin de constituer l imagerie de référence pour le suivi ultérieur. Récidive locale Le risque de récidive locale a été évalué à 1 % ou 2 % des cas après chirurgie d exérèse pour cancer du rein T1-3 N0 M0 avec un délai médian de 26 à 47 mois (niveau de preuve 2b). Plus de 95 % des récidives surviennent dans les cinq premières années du suivi (niveau de preuve 2b). La tomodensitométrie abdominale est plus performante que l échographie pour la recherche d une récidive locale (niveau de preuve 2b). Récidive sur le rein controlatéral Le risque de développement d une tumeur sur le rein controlatéral est évalué à 2 % avec un délai médian de 61 à 71 mois (niveau de preuve 2b). La prise en charge thérapeutique d une tumeur métachrone sur le rein controlatéral est similaire à celle d une tumeur de novo et une exérèse chirurgicale est recommandée (niveau de preuve 4c). Progression métastatique Le risque d apparition de métastases après chirurgie a été évalué entre 30 % et 40 % avec un délai médian de 15 mois. 43 %, 80 % et 93 % des métastases apparaissent après 1, 3 et 5 ans de suivi respectivement (niveau de preuve 3c). Le premier site métastatique est le site pulmonaire et la tomodensitométrie pulmonaire est supérieure à la radiographie thoracique pour la détection de lésions pulmonaires (niveau de preuve 3b). 26

27 Plusieurs modèles pronostiques ont été développés pour prédire le risque de survenue de métastases à distance de la chirurgie. Le résultat des études comparatives des performances de ces modèles et les données disponibles concernant leur validation externe (niveau de preuve 2b) font recommander le système UISS développé par l Université de Californie Los Angeles. Il n existe cependant aucun consensus concernant les modalités de suivi (niveau de preuve 4). Il n y a pas d argument pour recommander le PET-scan. Fonction rénale Environ 25 % des patients candidats à une néphrectomie ont un certain degré d insuffisance rénale. Il a été démontré un lien entre niveau de fonction rénale, évènements cardiovasculaires et survie globale (niveau de preuve 2b). Le risque cumulatif d insuffisance rénale à 10 ans, défini par une créatininémie supérieure à 2 mg/dl est de 22,4 % après néphrectomie élargie et 11,6 % en cas de néphrectomie partielle de principe (niveau de preuve 2b). Le suivi préconisé de la fonction rénale consiste en la mesure de la pression artérielle, la recherche d une protéinurie par bandelette, la détermination de la créatinine plasmatique et l estimation de la clairance de la créatinine au mieux par la formule de MDRD (niveau de preuve 2b). Stade T Grade > 1 ECOG Groupe de risque Bas Intermédiaire Haut 27

28 Tumeurs rares ou situations de recours Tumeur primitive Cancer chez le jeune : néphrectomie partielle autant que possible. Cancer sur rein unique et cancers bilatéraux : il faut pousser jusqu à l extrême les indications de la chirurgie conservatrice. La seule limite étant le minimum rénal nécessaire pour éviter la mise en hémodialyse, qui est le tiers d un rein. Les impossibilités techniques relèvent d une néphrectomie élargie qui donne des survies inférieures à celle de la chirurgie conservatrice, pour une qualité de vie sans commune mesure. L inscription en liste attente de transplantation rénale pouvant être envisagée au terme d un délai d attente minimal de deux ans. Les traitements ablatifs doivent être discutés dans tous les cas. Cancer chez patients atteints de maladie polykystique rénale ou de maladie de Von Hippel-Lindau. Donc situation de recours en cas de conjonction de difficultés (tumeur volumineuse, implantation profonde, patient avec comorbidités), d autant plus qu il s agit d un rein unique. Tumeur non à cellules claires Relecture histologique car environ 20 % de correction du diagnostic. Tumeurs métastatiques à cellules claires Pas de traitement standard au-delà de la 2 ème ligne. Favoriser l inclusion dans les essais thérapeutiques. Tumeurs métastatiques non à cellules claires Pas de traitement de référence même en première ligne. Favoriser l inclusion dans les essais thérapeutiques. En l absence d essai disponible sur la région envisager option. 28

29 Références (1) Patard JJ, Baumert H, Correas JM, Escudier B, Lang H, Long JA, et al. [Recommendations Onco- Urology 2010: Kidney cancer]. Prog Urol 2010 Nov;20 Suppl 4:S319-S339. (2) Durieux P. Comment améliorer les pratiques médicales? Approche comparée internationale. Paris: Flammarion Médecine-Science; (3) Loi n du 4 mars 2002 relative aux dr oits des malades et à la qualité du système de santé (4) Israel GM, Bosniak MA. How I do it: evaluating renal masses. Radiology 2005 Aug;236(2):

30 Elaboration du référentiel Contributeurs Relecteurs Dr Jean-Christophe BERNHARD Chirurgie générale Hôpital Pellegrin - BORDEAUX Dr Binh BUI NGUYEN Oncologie option médicale Institut Bergonié - BORDEAUX Dr Marie BUI-DESROUSSEAUX Anatomie et cytologie pathologiques Laboratoire d'anatomie pathologique - BIARRITZ Dr Laurent CANY Oncologie option médicale Imagerie Nucléaire Francheville - PERIGUEUX Dr François CORNELIS Radio-diagnostic et imagerie médicale Institut Bergonié - BORDEAUX Dr Colette DEMINIERE Anatomie et cytologie pathologiques Hôpital Pellegrin - BORDEAUX Dr Edouard DESCAT Radio-diagnostic et imagerie médicale Institut Bergonié - BORDEAUX Pr Jean Marie FERRIERE Andrologie Hôpital Pellegrin - BORDEAUX Pr Nicolas GRENIER Radio-diagnostic et imagerie médicale Hôpital Pellegrin - BORDEAUX Dr Marine GROSS-GOUPIL Oncologie option médicale Hôpital Saint André - BORDEAUX Dr Nadine HOUEDE Oncologie option médicale Institut Bergonié - BORDEAUX Dr Georges KOURI Andrologie Polyclinique Francheville - PERIGUEUX Dr Didier LACOMBE Génétique médicale Hôpital Pellegrin - BORDEAUX Dr Yann LE BRAS Radio-diagnostic et imagerie médicale Hôpital Pellegrin - BORDEAUX Dr François LEGER Anatomie et cytologie pathologiques Hôpital Pellegrin - BORDEAUX Dr Michel LONGY Génétique médicale Institut Bergonié - BORDEAUX Dr Gaëtan MAC GROGAN Anatomie et cytologie pathologiques Institut Bergonié - BORDEAUX Pr Jean-Philippe MAIRE Oncologie option radiothérapie Hôpital Saint André - BORDEAUX Dr Pierre MARTI Oncologie option médicale Centre Hospitalier - BAYONNE Dr Gwenaël MERIAN Andrologie Polyclinique Marzet - PAU Pr Jean-Philippe MERLIO Pathologiste moléculaire Hôpital Haut Lévêque - PESSAC Dr Jeanne MOLIMARD Anatomie et cytologie pathologiques Laboratoire d'anatomie pathologique - BORDEAUX Dr Agnès NEUVILLE Anatomie et cytologie pathologiques Institut Bergonié - BORDEAUX Dr Françoise PERRAUDEAU Anatomie et cytologie pathologiques Laboratoire Carnot - AGEN Dr Nicolas PONTIER Oncologie option radiothérapie Centre Hospitalier - DAX Pr Alain RAVAUD Oncologie option médicale Hôpital Saint André - BORDEAUX Dr Pierre RICHAUD Oncologie option radiothérapie Institut Bergonié - BORDEAUX Dr Gérald RIGOU Radio-diagnostic et imagerie médicale Hôpital Pellegrin - BORDEAUX Dr Daniel SCHLAIFER Oncologie option médicale Centre de Radiothérapie - PAU Dr Hervé WALLERAND Andrologie Polyclinique Bordeaux Nord - BORDEAUX Dr Mokrane YACOUB Anatomie et cytologie pathologiques Hôpital Pellegrin - BORDEAUX Dr Nicolas ZIRGANOS Anatomie et cytologie pathologiques Centre Hospitalier - MONT DE MARSAN Méthodologistes du Réseau de Cancérologie d Aquitaine Mme Isabelle CIRILO-CASSAIGNE Dr Hélène DEMEAUX Chargée d études Médecin coordonnateur RCA Méthode d élaboration et de validation Le référentiel a été adapté des recommandations en onco-urologie 2010 de l AFU pour la prise en charge du cancer du rein par le sous-groupe de travail pluridisciplinaire Cancer du rein du Groupe Thématique Régional Urologie. La version relue par le Groupe Thématique Régional Urologie a ensuite été soumise à validation externe par un groupe de lecture (Groupes Thématiques Régionaux Urologie, Oncologie médicale, Radiothérapie, Anatomopathologie, Centres de Coordination en Cancérologie 30

31 d Aquitaine (CCC), et groupe régional pharmaciens cancérologie OMEDIT). Ce groupe de lecture, composé d experts de compétence, mode d exercice et origine géographique divers, a été consulté par courrier pour apprécier la qualité méthodologique, la lisibilité, la faisabilité et l applicabilité du référentiel. Le référentiel était accompagné d un questionnaire d évaluation établi à partir de la «Grille d évaluation de la qualité des recommandations pour la pratique clinique - Grille AGREE II» (The AGREE Next Steps Research Consortium - Mai 2009). Seules les personnes ayant répondu figurent de façon nominative dans le paragraphe «Contributeurs» de ce document. Publication et diffusion Ce référentiel est disponible sous forme : - de «version intégrale» présentant la méthode d élaboration, les recommandations, les références bibliographiques, les contributeurs, les annexes, - de «version abrégée» présentant uniquement les recommandations pour la pratique clinique. Le référentiel est diffusé sous forme papier dans chaque CCC, et mis à disposition sur le site du Réseau de Cancérologie d Aquitaine (http://www.canceraquitaine.org). Mise à jour La mise à jour du référentiel se fera à intervalles réguliers qui seront définis par le Groupe Thématique Régional Urologie : - chaque fois que les recommandations nationales et internationales connaissent des avancées diagnostiques et/ou thérapeutiques significatives, - au minimum tous les deux ans. Le groupe de travail Rein propose des modifications des recommandations qui sont ensuite validées par l ensemble du GTR Urologie. Indépendance par rapport aux organismes de financement L élaboration de ce référentiel n a fait appel à aucun financement extérieur, notamment de l industrie pharmaceutique. Prévention des conflits d intérêts Les membres du groupe de travail participant à la rédaction du référentiel ont effectué une «Déclaration publique d intérêts» auprès du RCA afin d identifier les conflits d intérêts potentiels qu ils pourraient avoir vis à vis de l industrie pharmaceutique concernant la thématique traitée dans le référentiel. Ils s engagent à rester indépendants de la dite industrie pharmaceutique au cours de leurs travaux sur ce référentiel. La déclaration est actualisée à chaque mise à jour du référentiel. 31

32 Annexe n 1 : Classification OMS 2004 des tumeurs ré nales Tumeurs à cellules rénales Cancer du rein Carcinome à cellules claires (dont forme kystique : carcinome à cellules claires kystique) Carcinome kystique multiloculaire à cellules claires Carcinome papillaire type 1 et non type 1 à cellules éosinophiles de haut grade (type 2) et carcinome papillaire oncocytaire Carcinome chromophobe Carcinome des tubes collecteurs de Bellini (considéré comme carcinome urothélial intra rénal, ou comme carcinome papillaire de haut grade) Carcinome médullaire du rein Carcinome avec translocation XP 11 Carcinome associé au neuroblastome Carcinome tubulo-mucineux à cellules fusiformes ou loopome Carciome tubulokystique de bas grade Carcinome inclassable Adénome papillaire < 5 mm Oncocytome Tumeur hybride : oncocytome + carcinome chromophobe Tumeurs neuro-endocrines Carcinoïde Carcinome neuro-endocrine Tumeur primitive neuro-ectodermique Neuroblastome Phéochromocytome Tumeurs cellulaires germinales Tératome - Choriocarcinome Tumeurs mésenchymateuses Sarcome à cellules claires de l enfant Tumeur rhabdoïde, surtout chez l enfant Néphrome mésoblastique congénital chez l enfant Tumeur rénale ossifiante des enfants Rhabdomyosarcome, aussi bien chez l adulte que l enfant Léiomyosarcome Angiosarcome - Hémangiopéricytome Histiocytome fibreux malin - Ostéosarcome Angiomyolipome - Angiomyolipome épithélioïde, surtout chez l adulte Léiomyome - Lymphangiome Hémangiome - Tumeur cellulaire juxta glomérulaire Tumeur cellulaire interstitielle réno-médullaire Schwannome - Tumeur fibreuse solitaire Tumeurs métanéphriques Adénome métanéphrique - Adénofibrome métanéphrique Tumeur stromale métanéphrique 32

33 Tumeurs néphroblastiques surtout chez l enfant Restes néphrogéniques Néphroblastome Néphroblastome kystique partiellement différencié Tumeurs mixtes épithéliales et mésenchymateuses REST Néphrome kystique Tumeur mixte épithéliale et stromale Sarcome synovial Tumeurs hématopoïétiques lymphoïdes Lymphomes, leucémies et plasmocytome Tumeurs métastatiques 33

34 Annexe n 2 : Classification ptnm AJCC 7 ème édition OMS 2009 T : Tumeur primitive T1 : Tumeur 7 cm limitée au rein T1a : 4cm T1b : > 4 cm et 7 cm T2 : Tumeur > 7 cm limitée au rein T2a : > 7 cm et 10 cm limitée au rein T2b : >10 cm limitée au rein T3 : Tumeur étendue aux vaisseaux ou aux tissus périrénaux T3a : Extension à la veine rénale ou branche de la veine (muscle) ou Tumeur envahissant la graisse périrénale en deçà du fascia de Gerota ou Invasion de la graisse du sinus T3b : Extension à la veine cave sous diaphragmatique T3c : Extension à la veine cave sus diaphragmatique ou invasion de la paroi de la veine cave T4 : Invasion et dépassement du fascia de Gerota ou Extension à la surrénale homolatérale par contiguïté N : Ganglions régionaux (ganglions du sinus) Nx : Les adénopathies régionales ne peuvent être évaluées N0 : Pas de métastase ganglionnaire N1 : Métastase ganglionnaire régionale quel que soit le nombre de ganglions envahis M : Métastase à distance M0 : Pas de métastase M1 : Métastase à distance dont métastase ganglionnaire et surrénalienne si non contigüe 34

35 Annexe n 3 : Référentiel de bon usage hors GHS INCa AFSSAPS HAS. Référentiel de bon usage hors GHS Cancers urologiques et génitaux de l homme Mars Tableau de synthèse 35

Cancer du sein in situ

Cancer du sein in situ traitements et soins octobre 2009 recommandations professionnelles Cancer du sein COLLECTION recommandations & référentiels Recommandations de prise en charge spécialisée Carcinome canalaire et carcinome

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés - décembre 2009 - CARCINOMES BASOCELLULAIRES La chirurgie : traitement de référence et de 1 ère intention Classification clinique et histologique

Plus en détail

Cancers des sinus et des fosses nasales

Cancers des sinus et des fosses nasales Chapitre 8 Cancers des sinus et des fosses nasales Les cancers du cavum, sinus et glandes salivaires sont des tumeurs rares selon la définition du REFCOR. Les cancers des sinus de la face représentent

Plus en détail

Recommandations 2005. Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO

Recommandations 2005. Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO Recommandations 2005 Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO Recommandations pour la Pratique Clinique : Standards, Options et Recommandations 2005 pour la prise en charge

Plus en détail

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant Sites métastatiques m inhabituels chez l'enfant S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de redio-pédiatrie, diatrie, hôpital d enfants, CHU IBN SINA, RABAT, MAROC Introduction Les cancers de l enfant l sont des

Plus en détail

KYSTE HYDATIQUE ABDOMINAL EXTRA-HEPATIQUE : APPORT DE L IMAGERIE. Service de Radiologie de l hôpital l Tunis. Tunisie

KYSTE HYDATIQUE ABDOMINAL EXTRA-HEPATIQUE : APPORT DE L IMAGERIE. Service de Radiologie de l hôpital l Tunis. Tunisie KYSTE HYDATIQUE ABDOMINAL EXTRA-HEPATIQUE : APPORT DE L IMAGERIE Service de Radiologie de l hôpital l Habib Thameur, Tunis. Tunisie INTRODUCTION Les kystes hydatiques abdominaux extrahépatiques: : rares

Plus en détail

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques?

Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? Quel apport de l imagerie dans les traitements anti-angiogéniques? L Fournier, D Balvay, CA Cuénod Service de radiologie, Hôpital Européen Georges Pompidou Laboratoire de Recherche en Imagerie, Equipe

Plus en détail

De la chirurgie du nodule aux ganglions

De la chirurgie du nodule aux ganglions De la chirurgie du nodule aux ganglions Docteur Xavier CARRAT Institut Bergonié Clinique Saint Augustin Chirurgie des lésions bénignes de la thyroïde problématique opératoire «simple» avec indication portée

Plus en détail

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa)

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Mars 2014 Propositions de conduite à tenir pour les femmes

Plus en détail

TUMEURS DU BAS APPAREIL URINAIRE

TUMEURS DU BAS APPAREIL URINAIRE 1 Plan de cours I - TUMEURS PRIMITIVES DE LA VESSIE c1 - Tumeurs papillaires non infiltrantes c2 - Tumeurs papillaires infiltrantes c3 - Carcinome in-situ en muqueuse plane D - Pronostic : II - TUMEURS

Plus en détail

Cancers de l hypopharynx

Cancers de l hypopharynx Cancers de l hypopharynx A- GENERALITES 1) Epidémiologie Cancer fréquent et de pronostic grave du fait de son évolution insidieuse et de son caractère lymphophile. C est quasiment toujours un carcinome

Plus en détail

IRM du Cancer du Rectum

IRM du Cancer du Rectum IRM du Cancer du Rectum quels CHOIX TECHNIQUES pour quels OBJECTIFS THERAPEUTIQUES? Frank Boudghène, T. Andre, A. Stivalet, I. Frey, L. Paslaru, V. Ganthier, M. Tassart Hopital Tenon - Université Paris

Plus en détail

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE)

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) Docteur Laurianne Jolissaint (CHU Jean Mingoz, Besancon), Docteur Bruno Buecher, (Institut Curie, Paris), & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Prothèse totale de hanche sur tumeur PROTH THESE E TOTALE T E DE HANH ANCHE E SUR TUMEUR Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Le squelette de la hanche (os iliaque péri-acétabulaire et extrémité

Plus en détail

Les traitements du cancer du rein

Les traitements du cancer du rein MARS 2013 Les traitements du cancer du rein COLLECTION GUIDES PATIENTS LES REINS LE CHOIX DES TRAITEMENTS LA CHIRURGIE LES MÉDICAMENTS ANTICANCÉREUX LES PROFESSIONNELS LA VIE QUOTIDIENNE www.e-cancer.fr

Plus en détail

Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique

Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique Pierre Lèguevaque CHU Rangueil Toulouse Intérêt de la démarche qualité: L amélioration de la qualité des pratiques professionnelles est devenue nécessaire

Plus en détail

GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. La prise en charge du cancer du rein

GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. La prise en charge du cancer du rein GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge du cancer du rein Novembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer sur le cancer du rein, son

Plus en détail

Journées médico-chirurgicales de Msila

Journées médico-chirurgicales de Msila Journées médico-chirurgicales de Msila 28-29 avril 2010 L association ENNOUR des médecins de la wilaya de Msila (président : Dr. Ghadbane) a organisé des journées médicochirurgicales de formation médicale

Plus en détail

Quels sont les facteurs qui font augmenter les risques de cancer du rein?

Quels sont les facteurs qui font augmenter les risques de cancer du rein? Qu est-ce que le cancer du rein? L adénocarcinome rénal est le type le plus fréquent de cancer du rein 1. Le rôle des reins consiste à filtrer le sang et à évacuer les déchets de l organisme dans l urine.

Plus en détail

Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B. Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro

Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B. Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro 1 Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro CONTEXTE La leucémie prolymphocytaire B (LPL B) est une pathologie rare,

Plus en détail

Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV

Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV JM. Classe, R. Rouzier, O.Glehen, P.Meeus, L.Gladieff, JM. Bereder, F Lécuru Population concernée par la

Plus en détail

Bilan d extension locale d une tumeur rectale. François Jausset, Radiologie Brabois Adultes

Bilan d extension locale d une tumeur rectale. François Jausset, Radiologie Brabois Adultes Bilan d extension locale d une tumeur rectale François Jausset, Radiologie Brabois Adultes Introduction - Déterminer l extension locale précise d une tumeur rectale est un enjeu majeur pour le radiologue

Plus en détail

SMSTO / ANMTEPH Journées d Automne 2009

SMSTO / ANMTEPH Journées d Automne 2009 SMSTO / ANMTEPH Journées d Automne 2009 Cancers professionnels des cavités nasales et sinusiennes Dr Dominique Tripodi Centre Hospitalier Universitaire de Nantes Place Alexis Ricordeau - 44093 Nantes Cedex

Plus en détail

Qu est-ce qu un sarcome?

Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu une tumeur? Une tumeur est une prolifération anormale de cellules. Les tumeurs ne devraient donc pas automatiquement être associées à un cancer. Certaines tumeurs

Plus en détail

Essai Inter-groupe : FFCD UNICANCER FRENCH - GERCOR

Essai Inter-groupe : FFCD UNICANCER FRENCH - GERCOR CLIMAT - PRODIGE 30 Etude de phase III randomisée évaluant l Intérêt de la colectomie première chez les patients porteurs d un cancer colique asymptomatique avec métastases hépatiques synchrones non résécables

Plus en détail

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE Service évaluation médico-économique et santé publique Octobre 2006 SYNTHÈSE ET PERSPECTIVES État de la question Le mélanome

Plus en détail

Les tumeurs du foie (151) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005)

Les tumeurs du foie (151) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005) Les tumeurs du foie (151) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005) Pré-Requis : Clinique : diagnostic des hépatomégalies PCEM2 Résumé : La principale tumeur maligne du foie est

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la thyroïde

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la thyroïde G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer de la thyroïde Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous

Plus en détail

G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de votre mélanome cutané

G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de votre mélanome cutané G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre mélanome cutané Mars 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer sur le mélanome

Plus en détail

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Introduction Le prélèvement d une partie du foie chez une personne «vivante» et apparentée

Plus en détail

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Hôpitaux Universitaires Paris Centre Traumatisme Deformités de la paroi thoracique antérieure 1. Pectus excavatum

Plus en détail

Cancers - Pronostics à long terme Une expertise collective de l Inserm

Cancers - Pronostics à long terme Une expertise collective de l Inserm Paris, le 19 avril 2006 Dossier de presse Cancers - Pronostics à long terme Une expertise collective de l Inserm En 2000, d après les estimations issues des registres, le nombre de nouveaux cas de cancer

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

Apport de l IRM dans la

Apport de l IRM dans la Apport de l IRM dans la caractérisation tissulaire préopératoire des tumeurs rectales Y MORMECHE, S SEHILI, J MORMECHE, CH CHAMMEKHI, S KHELIFI, A BACCAR, MH DAGHFOUS, A CHERIF TUNIS - TUNISIE PLAN Introduction

Plus en détail

Aigu : Qui désigne un symptôme ou un signe qui apparaît et s aggrave rapidement.

Aigu : Qui désigne un symptôme ou un signe qui apparaît et s aggrave rapidement. Glossaire de termes relatifs au cancer du rein Abdomen : Partie du corps qui renferme le pancréas, l estomac, les intestins, le foie, la vésicule biliaire et d autres organes. Les reins se trouvent derrière

Plus en détail

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l Jeune homme 17 ans,douleurs de la hanche gauche, d'allure inflammatoire, évoluant depuis plusieurs mois Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur les examens pratiqués Meyer JB

Plus en détail

Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre!

Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre! Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre! La Clinique du sein du CHPLT Pour vous et pour votre famille Centre Hospitalier Peltzer - La Tourelle de Verviers Le cancer du sein : nous pouvons le vaincre!

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Traitements néoadjuvants des cancers du rectum Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2010 CONFLITS D INTÉRÊT Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES TUMEURS MALIGNES NASOSINUSIENNES. H. ELUECQUE, ACC, Service d ORL et CCF, CHU de Nancy

PRISE EN CHARGE DES TUMEURS MALIGNES NASOSINUSIENNES. H. ELUECQUE, ACC, Service d ORL et CCF, CHU de Nancy PRISE EN CHARGE DES TUMEURS MALIGNES NASOSINUSIENNES H. ELUECQUE, ACC, Service d ORL et CCF, CHU de Nancy GENERALITES Endoscopie et Imagerie double (IRM et TDM) = éléments clés du diagnostic Chirurgie

Plus en détail

Charte régionale des Réunions de Concertation Pluridisciplinaire de PACA, Corse et Monaco

Charte régionale des Réunions de Concertation Pluridisciplinaire de PACA, Corse et Monaco Réseau Régional de Cancérologie ONCOPACA-Corse Charte régionale des Réunions de Concertation Pluridisciplinaire de PACA, Corse et Monaco 1. CONTEXTE ET OBJECTIF Contexte : Cette présente charte a été définie

Plus en détail

Journées DESC-SCVO 6 et 7 juin 2011 C. AUDOUY, BREST

Journées DESC-SCVO 6 et 7 juin 2011 C. AUDOUY, BREST Journées DESC-SCVO 6 et 7 juin 2011 C. AUDOUY, BREST Tumeurs rares. Classifications diverses: histologie, microscopie, macroscopie, immunohistochimie, radiologie. Tumeurs et lésions kystiques. 1/ Kystes

Plus en détail

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé Agence relevant du ministère de la santé La maladie rénale chronique Un risque pour bon nombre de vos patients Clés pour la dépister et ralentir sa progression

Plus en détail

TRAITEMENT DES TUMEURS DU REIN PAR RADIOFRÉQUENCE

TRAITEMENT DES TUMEURS DU REIN PAR RADIOFRÉQUENCE TRAITEMENT DES TUMEURS DU REIN PAR RADIOFRÉQUENCE J. M. COR- REAS ET COLL. par J.M. CORREAS*, A. MÉJEAN**, D. JOLY*** et O. HÉLÉNON* Le développement du traitement faiblement invasif des cancers du rein

Plus en détail

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES QU EST-CE QUE LE MDRD? Il s agit d une formule permettant d estimer le débit de filtration glomérulaire et donc la fonction rénale La formule est la suivante :

Plus en détail

Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE

Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE 2014 L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE L Institut universitaire du cancer de Toulouse (IUCT) est un nouveau modèle français d organisation

Plus en détail

GUIDE - AFFECTION LONGUE DURÉE. Tumeur maligne, affection maligne du tissu lymphatique ou hématopoïétique. Cancer du rein de l adulte

GUIDE - AFFECTION LONGUE DURÉE. Tumeur maligne, affection maligne du tissu lymphatique ou hématopoïétique. Cancer du rein de l adulte GUIDE - AFFECTION LONGUE DURÉE Tumeur maligne, affection maligne du tissu lymphatique ou hématopoïétique Cancer du rein de l adulte Juin 2010 Ce document s inscrit dans un double dispositif : La mise en

Plus en détail

Le principe de la TEP

Le principe de la TEP couplée TDM Le principe de la TEP C est un atome contenant un positon supplémentaire, libéré dans l organisme lors de la désintégration.il se désintègre selon une radioactivité beta+ Lorsque le positron

Plus en détail

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Esther Waeber-Kalbermatten Cheffe du Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Mandat d expertise

Plus en détail

NOTE DE CADRAGE. Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage

NOTE DE CADRAGE. Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage NOTE DE CADRAGE Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Avril 2011 sur La note de cadrage de cette évaluation en santé publique est téléchargeable

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

Bilan diagnostique et préthérapeutique du carcinome hépatocellulaire en scanner multidétecteur

Bilan diagnostique et préthérapeutique du carcinome hépatocellulaire en scanner multidétecteur Bilan diagnostique et préthérapeutique du carcinome hépatocellulaire en scanner multidétecteur SA. Faraoun, N. Debzi, N. Benidir, R. Ouldgougam, SE. Bendib Centre Pierre et Marie Curie, Alger Introduction

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la prostate

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la prostate G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer de la prostate Juin 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du poumon

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du poumon G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer du poumon Juin 2010 Pourquoi ce guide? 2 Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY

Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY A quoi sert l imagerie conventionnelle dans le diagnostic

Plus en détail

Anatomie Pathologique et Cancer. Missions, Moyens, Exemples

Anatomie Pathologique et Cancer. Missions, Moyens, Exemples Anatomie Pathologique et Cancer Missions, Moyens, Exemples DIU d Onco-Gériatrie 8 février 2012 Dr Julie Gonin et Mathilde Sibony, Hôpital Tenon Anatomie pathologique et Cancer : Missions Dépistage Diagnostic

Plus en détail

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène 1 La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène Document rédigé par l équipe pluridisciplinaire du centre de référence pour les maladies cardiaques héréditaires (Paris), en collaboration avec des patients

Plus en détail

CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT

CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT Ce document contient des informations générales au sujet de l intervention qui est programmée chez vous. Discutez des informations fournies avec votre

Plus en détail

leucémie lymphoïde chronique

leucémie lymphoïde chronique la leucémie lymphoïde chronique S.Taoussi, M.T. Abad Service hématologie, EHS ELCC Blida Ce travail a été réalisé au laboratoire hématologie du CAC Blida avec le soutien du CMNG et du laboratoire de recherche

Plus en détail

Les tumeurs osseuses chez l enfant.

Les tumeurs osseuses chez l enfant. Les tumeurs osseuses chez l enfant. I. Introduction Une tumeur est caractérisée par une prolifération anormale d une lignée cellulaire pathologique. Les tumeurs osseuses primitives sont séparées en deux

Plus en détail

Cancer du sein in situ

Cancer du sein in situ traitements, soins et innovation OCTOBRE 2009 recommandations professionnelles Cancer du sein in situ COLLECTION recommandations & référentiels Recommandations de prise en charge spécialisée Carcinome

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Nader Khaouam MD Laurie Archambault 28 mars 2014 Présentation du cas H - 20 ans, monteur et soudeur d acier Aucun antécédent X 2

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du foie

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du foie G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer du foie Décembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

Les différents types de cancers et leurs stades. Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07

Les différents types de cancers et leurs stades. Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07 Les différents types de cancers et leurs stades Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07 CARCINOGENESE multiple steps, accumulation d altd altérations continuum lésionnel

Plus en détail

VI) MARQUEURS BIOLOGIQUES DU CANCER THYROIDIEN

VI) MARQUEURS BIOLOGIQUES DU CANCER THYROIDIEN VI) MARQUEURS BIOLOGIQUES DU CANCER THYROIDIEN 1) Thyroglobuline a) Indications et fréquence Exclusivement sécrétée par la thyroïde Marqueur de choix pour le suivi du cancer différencié de la thyroïde

Plus en détail

Le cancer du rein. Carcinome des cellules rénales. Une information de la Ligue contre le cancer pour les personnes concernées et leurs proches

Le cancer du rein. Carcinome des cellules rénales. Une information de la Ligue contre le cancer pour les personnes concernées et leurs proches Le cancer du rein Carcinome des cellules rénales Une information de la Ligue contre le cancer pour les personnes concernées et leurs proches Impressum _Editrice Ligue suisse contre le cancer Effingerstrasse

Plus en détail

La Neurofibromatose en 20 questions

La Neurofibromatose en 20 questions CNN la NF en 20 questions Responsable : Pr Jean-Francois Stalder Clinique Dermatologique CHU Nantes Contact : Blandine Legeay Tel :02-40-08-31-23 blandine.legeay@chu-nantes.fr La Neurofibromatose en 20

Plus en détail

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin

Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca MALADIE DE HODGKIN Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du

Plus en détail

onnels se mobilisent Les réalisés dans épidémiologie Dans le sur les ORL :

onnels se mobilisent Les réalisés dans épidémiologie Dans le sur les ORL : Communiqué de presse 15/ /09/2015 «Prendre le Cancer à la gorge» «Make Sense» : Pour la 3 ème année, les professiop onnels se mobilisent pour la semainee européenne duu dépistage et de la préventionn des

Plus en détail

Réseau de Cancérologie de Midi-Pyrénées

Réseau de Cancérologie de Midi-Pyrénées Réseau de Cancérologie de Midi-Pyrénées Oncomip : Outil d Evaluation de la qualité de la prise en charge centrée sur la RCP Visioconférence 26 mai 2010 20-24, rue du pont Saint-Pierre 31052 Toulouse Tél:

Plus en détail

* Groupe hospitalier. Imagerie 3D en et pancréatique. atique : en route vers l isotropismel. Groupe hospitalier Paris saint joseph ** GE Healthcare

* Groupe hospitalier. Imagerie 3D en et pancréatique. atique : en route vers l isotropismel. Groupe hospitalier Paris saint joseph ** GE Healthcare Imagerie 3D en IRM hépato-biliaire et pancréatique atique : en route vers l isotropismel? M Zins*, P Hervo**, I Boulay-Coletta Coletta*, I Le Claire*, E Petit*, M Rodallec*, V Marteau* * Groupe hospitalier

Plus en détail

Les tumeurs épithéliales communes représentent au gré des statistiques plus de 80 % des tumeurs de l ovaire.

Les tumeurs épithéliales communes représentent au gré des statistiques plus de 80 % des tumeurs de l ovaire. Mots-clés : Indications thérapeutiques des tumeurs épithéliales de l'ovaire (153b) Professeur Michel BOLLA, Docteur François RINGEISEN Août 2003 (Mise à jour Février 2005) Tumeurs de l ovaire. 1. Introduction

Plus en détail

Conduites à tenir face à une anomalie surrénalienne :

Conduites à tenir face à une anomalie surrénalienne : Conduites à tenir face à une anomalie surrénalienne : un guide interactif M. Ohana V. Faucher M.Y. Jeung G. Bazille J. Charton D. Charneau C. Roy CHU Strasbourg France Introduction Ce travail a pour objectif

Plus en détail

CORRELATION RADIO-ANATOMIQUE DANS LE CARCINOME HEPATOCELLULAIRE TRAITE PAR TRANSPLANTATION HEPATIQUE : IMPACT SUR LA RECIDIVE

CORRELATION RADIO-ANATOMIQUE DANS LE CARCINOME HEPATOCELLULAIRE TRAITE PAR TRANSPLANTATION HEPATIQUE : IMPACT SUR LA RECIDIVE CORRELATION RADIO-ANATOMIQUE DANS LE CARCINOME HEPATOCELLULAIRE TRAITE PAR TRANSPLANTATION HEPATIQUE : IMPACT SUR LA RECIDIVE L. Lecoq, J. Gendre, N. Sturm, C. Letoublon, MN. Hilleret, JP. Zarski, V. Leroy

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 mai 2007 SUTENT 12,5 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 265-0) SUTENT 25 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 266-7) SUTENT 50 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 267-3)

Plus en détail

Cancer des os Comprendre le diagnostic

Cancer des os Comprendre le diagnostic Cancer des os Comprendre le diagnostic Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 cancer.ca Cancer des os Comprendre le diagnostic Vous venez d apprendre que vous avez un cancer Une telle nouvelle peut

Plus en détail

DOSSIER DE PRÉSENTATION

DOSSIER DE PRÉSENTATION DOSSIER DE PRÉSENTATION GUSTAVE ROUSSY ET LE CANCER DU SEIN OCTOBRE 2013 Gustave Roussy et le cancer du sein octobre 2013 page 1 DOSSIER DE PRÉSENTATION Gustave Roussy et le cancer du sein GUSTAVE ROUSSY,

Plus en détail

IMAGERIE EN CANCEROLOGIE

IMAGERIE EN CANCEROLOGIE IMAGERIE EN CANCEROLOGIE Méthodes Diagnostiques et Thérapeutiques récentes Frank Boudghene Hopital Tenon - Université Paris 6 FEDERATION D IMAGERIE DU CANCER Nouveautés en IRM IRM Morphologique : Matériel

Plus en détail

Angiogénèse et cancers gynécologique

Angiogénèse et cancers gynécologique Angiogénèse et cancers gynécologique Dr Thibault de La Motte Rouge Compréhension de la biologie tumorale : les années 2000 Perte de l apoptose Auto-suffisance en signal de croissance Insensibilité aux

Plus en détail

Item 145 : Tumeurs malignes de l'oro-pharynx.

Item 145 : Tumeurs malignes de l'oro-pharynx. Item 145 : Tumeurs malignes de l'oro-pharynx. OBJECTIFS savoir diagnostiquer une tumeur de l oropharynx apprécier les signes de gravité et les facteurs pronostiques l'étudiant doit connaître les stratégies

Plus en détail

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses lent chondrosarcomes. Une des formes de cancer osseux, composé

Plus en détail

VOTRE PARCOURS DE SOINS EN PATHOLOGIE MAMMAIRE

VOTRE PARCOURS DE SOINS EN PATHOLOGIE MAMMAIRE INFOS PATIENTS SEIN - PATHOLOGIE MAMMAIRE VOTRE PARCOURS DE SOINS EN PATHOLOGIE MAMMAIRE Bienvenue VOUS AVEZ RENDEZ-VOUS POUR UNE PREMIÈRE CONSULTATION EN SÉNOLOGIE. NOUS AVONS RÉALISÉ CETTE PLAQUETTE

Plus en détail

Des doses de pazopanib allant jusqu à 2000 mg ont été évaluées dans les études cliniques sans toxicité dose limitante.

Des doses de pazopanib allant jusqu à 2000 mg ont été évaluées dans les études cliniques sans toxicité dose limitante. 4.9 Surdosage Des doses de pazopanib allant jusqu à 2000 mg ont été évaluées dans les études cliniques sans toxicité dose limitante. Il n existe pas d antidote spécifique à un surdosage par pazopanib,

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

Actualités s cancérologiques : pneumologie

Actualités s cancérologiques : pneumologie Actualités s cancérologiques : pneumologie PLAN Incidence / facteurs de risque Anatomie Symptômes Types de tumeurs Diagnostic / extension Classification Traitement Pronostic Pneumologie : incidence Belgique

Plus en détail

Coordinateur scientifique: Prof. Univ. Dr. Emil PLEŞEA. Doctorant: Camelia MICU (DEMETRIAN)

Coordinateur scientifique: Prof. Univ. Dr. Emil PLEŞEA. Doctorant: Camelia MICU (DEMETRIAN) UNIVERSITÉ DE MÉDECINE ET PHARMACIE DE CRAIOVA FACULTÉ DE MÉDECINE CONTRIBUTIONS A L'ÉTUDE CLINIQUE ET MORPHOLOGIQUE DES CANCERS DU POUMON Coordinateur scientifique: Prof. Univ. Dr. Emil PLEŞEA Doctorant:

Plus en détail

Métastase unique d un NPC: Une question singulière? Jean Louis Pujol - Xavier Quantin Mohammad Chakra Fabrice Barlési

Métastase unique d un NPC: Une question singulière? Jean Louis Pujol - Xavier Quantin Mohammad Chakra Fabrice Barlési Métastase unique d un NPC: Une question singulière? Jean Louis Pujol - Xavier Quantin Mohammad Chakra Fabrice Barlési Deux grandes questions Cette modalité de présentation, requiert elle une prise en charge

Plus en détail

Université Pierre et Marie Curie. Cancérologie. Niveau DCEM3 2002-2003. Service de radiothérapie - Professeur Baillet

Université Pierre et Marie Curie. Cancérologie. Niveau DCEM3 2002-2003. Service de radiothérapie - Professeur Baillet Université Pierre et Marie Curie Cancérologie Niveau DCEM3 2002-2003 Service de radiothérapie - Professeur Baillet Mise à jour : 5 octobre 2015 2/298 Cancérologie - Service de radiothérapie - Pr. Baillet

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

NEUROFIBROMATOSE INTERET DE LA TDM ET DE L IRM

NEUROFIBROMATOSE INTERET DE LA TDM ET DE L IRM NEUROFIBROMATOSE INTERET DE LA TDM ET DE L IRM C.Hafsa, A.Zrig, S.Jerbi Omezzine, S.Kriaa, M.Zbidi, M.Golli, R.Brahem, M.Said, A.Gannouni. SERVICE D IMAGERIE MEDICALE CHU FATTOUMA BOURGUIBA MONASTIR-TUNISIE

Plus en détail

A l Assistance Publique - Hôpitaux de Marseille, Octobre Rose est l occasion de mettre en valeur la filière de soins dédiée au cancer du sein.

A l Assistance Publique - Hôpitaux de Marseille, Octobre Rose est l occasion de mettre en valeur la filière de soins dédiée au cancer du sein. OCTOBRE ROSE 2013 La campagne Octobre Rose a pour but d inciter les femmes de 50 à 74 ans à participer au dépistage organisé du cancer du sein. Une femme sur trois ne se fait pas dépister ou pas de manière

Plus en détail

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT ANAMACaP Association Nationale des Malades du Cancer de la Prostate 17, bis Avenue Poincaré. 57400 SARREBOURG Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT Place des nouvelles techniques d imagerie

Plus en détail

Cancer de la thyroïde

Cancer de la thyroïde - 1 - GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE ALD 30 Tumeur maligne, affection maligne du tissu Lymphatique ou hématopoïétique Cancer de la thyroïde Version Collège Mai 2010 Ce document a été validé par le Collège

Plus en détail

ONCO LR Septembre 2011

ONCO LR Septembre 2011 Référentiel Cancer de l Ovaire ONCO LR Septembre 2011 Généralités Tout dossier Cancer Ovarien doit être présenté en RCP locale avant de débuter la séquence thérapeutique initiale. Soumission en RCP régionale

Plus en détail

Cancer du sein. Du CA15-3 à la tomographie à émission de positons.

Cancer du sein. Du CA15-3 à la tomographie à émission de positons. Cancer du sein. Du CA15-3 à la tomographie à émission de positons. Un taux de récidive de 30% dans les dix premières années chez des patientes en rémission complète après un traitement curatif, requiert

Plus en détail

Cancer des os. Ce que vous devez savoir. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca

Cancer des os. Ce que vous devez savoir. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Cancer des os Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca CANCER DES OS Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du cancer presque tous les jours, vous

Plus en détail

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin Jeudi 25 Septembre 2008 Un peu d histoire

Plus en détail