DU DEPARTEMENT PROPRIETE INTELLECTUELLE ET TECHNOLOGIES DE L INFORMATION. SYRELI, la nouvelle procédure de résolution des litiges par l AFNIC

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DU DEPARTEMENT PROPRIETE INTELLECTUELLE ET TECHNOLOGIES DE L INFORMATION. SYRELI, la nouvelle procédure de résolution des litiges par l AFNIC"

Transcription

1 LETTRE DU DEPARTEMENT PROPRIETE INTELLECTUELLE ET TECHNOLOGIES DE L INFORMATION MARS 2012 P 2 Articles SYRELI, la nouvelle procédure de résolution des litiges par l AFNIC P 4 P 7 CJUE, 1 er décembre 2011, Affaires Philips et Nokia - Les conditions d intervention des douanes en cas d atteinte aux droits de propriété intellectuelle Brèves : CJUE, 4 e ch., 20 octobre 2011, PepsiCo Inc. / OHMI - La notion d «utilisateur averti» CJUE, 15 décembre 2011, Frisdranken Industrie Winters BV / Red Bull GmbH Le simple remplissage de canettes sur lesquelles est apposé un signe litigieux ne constitue pas un usage dans la vie des affaires La garantie des risques d atteinte à l e-réputation, objet d un nouveau contrat d assurance CA Montpellier, 5 e Ch., Sect. A, 15 décembre L obligation de suppression des données personnelles par l hébergeur en cas de demande d un internaute TGI Paris, 10 novembre Le créateur d un site Internet en est l auteur Brève d'allemagne de DS PPR&Partner 1

2 SYRELI, la nouvelle procédure de résolution des litiges par l AFNIC Le Conseil Constitutionnel, dans sa décision du 6 octobre 2010, a annulé l article L. 45 du Code des Postes et des Communications Electroniques. Il a en effet estimé que l attribution des noms de domaine correspondant au code pays du territoire français doit se faire, non seulement au regard des droits de propriété intellectuelle mais également au regard de la liberté de communication et de la liberté d entreprendre. Pour éviter la caducité des noms de domaine en.fr, une nouvelle loi a dû être votée, nécessitant par ailleurs la révision des procédures alternatives de règlement des litiges. Ainsi, les procédures dites PARL (Procédures Alternatives de Règlement des Litiges) et PREDEC (Procédure de Résolution des cas de violations manifestes des dispositions du Décret du 6 février 2007) ont été définitivement suspendues les 15 avril et 15 mai Ces procédures permettaient aux personnes, estimant qu un tiers avait porté atteinte à leurs droits en réservant un nom de domaine en.fr ou.re, d agir de façon extrajudiciaire. Si la PARL n a pas encore été remplacée par une nouvelle procédure, la PREDEC l a été le 21 novembre 2011 par le SYRELI (Système de Résolution de Litiges). Cette RIGUEUR nouvelle procédure ne concerne que les noms de domaine créés ou renouvelés postérieurement au 1 er juillet 2011, seule la voie d une action judiciaire restant ouverte pour contester les noms de domaine réservés antérieurement à cette date. Ce nouveau système de résolution des litiges permet à toute personne justifiant d un intérêt à agir de solliciter de l Association Française pour le Nommage Internet en Coopération (AFNIC) la suppression ou le transfert à son profit d un nom de domaine en.fr. Tout comme la PREDEC, le SYRELI a vocation à être un mode de règlement des litiges rapide et peu coûteux. Ainsi, d une part, l AFNIC devra rendre une décision dans les deux mois à compter de la réception du dossier. D autre part, les frais sont identiques à l ancienne PREDEC, soit 250 HT par nom de domaine, et sont à la charge du requérant, sans possibilité pour ce dernier d en obtenir le remboursement. L ensemble de la procédure se déroule sous la forme électronique et la demande doit être accompagnée de toutes les pièces justificatives que le requérant souhaite invoquer. Ces pièces doivent être rédigées en français ou traduites par un traducteur assermenté, sous peine de ne pas être prises en compte par l AFNIC. Le rapporteur en charge du litige vérifiera que : Le formulaire de demande est dûment rempli ; Les frais de procédure sont réglés ; Le nom de domaine est actif ; Le nom de domaine litigieux a été créé ou renouvelé postérieurement au 1 er juillet 2011 ; Le nom de domaine objet du litige ne fait l objet d aucune procédure judiciaire ou extra judiciaire en cours. 2

3 Si le dossier n est pas complet, le requérant dispose d un délai de 15 jours pour produire les éléments manquants. A défaut, la demande sera rejetée. La procédure SYRELI présente une nouveauté par rapport à la PREDEC : le titulaire du nom de domaine litigieux a désormais 21 jours calendaires à partir de la date de notification de la procédure pour faire parvenir à l AFNIC sa réponse, ainsi que ses pièces. La décision est ensuite rendue par un collège composé de trois personnes : le Directeur Général de l AFNIC et deux membres titulaires nommés par le Directeur Général parmi les collaborateurs de l AFNIC. Le collège statue, aux vues des écritures et pièces déposées par les deux parties, dans un délai de 21 jours suivant l expiration du délai de réponse laissé au titulaire du nom de domaine litigieux. Pour chaque dossier, il doit évaluer : L intérêt à agir du requérant ; Si le nom de domaine litigieux est : Susceptible de porter atteinte à l ordre public ou aux bonnes mœurs ou à des droits garantis par la constitution ou par la loi ; Susceptible de porter atteinte à des droits de propriété intellectuelle ou de personnalité, sauf si le titulaire du nom de domaine litigieux justifie d un intérêt légitime et agit de bonne foi ; Identique ou apparenté à celui de la république française, d une collectivité territoriale ou d une institution ou service public national ou local, sauf si le titulaire du nom de domaine litigieux justifie d un intérêt légitime et agit de bonne foi. La procédure n est donc plus seulement ouverte aux hypothèses d atteinte au droit des marques, comme dans la PREDEC. IMAGINATION L article R du décret du 1 er août 2011 relatif à la gestion des domaines de premier niveau de l Internet correspondant au code pays du territoire national définit l intérêt légitime de la manière suivante : «Caractérise l existence d un intérêt légitime le fait pour le demandeur ou le titulaire d un nom de domaine : D utiliser le nom de domaine ou un nom identique ou apparenté dans le cadre d une offre de biens ou de services ou de pouvoir démontrer qu il s y est préparé ; D être connu sous un nom identique ou apparenté à ce nom de domaine, même en l absence de droit reconnu sur ce nom ; De faire un usage d un nom commercial, nom de domaine ou d un nom apparenté sans intention de tromper le consommateur ou de nuire à la réputation d un nom sur lequel est reconnu ou établi un droit». Le même article caractérise la mauvaise foi de la manière suivante : «Caractérise la mauvaise foi le fait pour le demandeur ou le titulaire d un nom de domaine : D avoir obtenu ou demandé l enregistrement de ce nom principalement en vue de le vendre, de le louer ou de le transférer de quelque manière que ce soit à un organisme public, à une collectivité 3

4 locale ou au titulaire d un nom identique ou apparenté sur lequel un droit est reconnu et non pour l exploiter effectivement, D avoir obtenu ou demandé l enregistrement d un nom de domaine principalement dans le but de nuire à la réputation du titulaire d un intérêt légitime ou d un droit reconnu sur ce nom ou sur un nom apparenté, ou à celle d un produit ou service assimilé à ce nom dans l esprit du consommateur ; D avoir obtenu ou demandé l enregistrement d un nom de domaine principalement dans le but de profiter de la renommée du titulaire, d un intérêt légitime ou d un droit reconnu sur ce nom ou sur un nom apparenté, ou de celle d un produit ou service assimilé à ce nom en créant une confusion dans l esprit du consommateur». En cas de décision défavorable pour le requérant, ce dernier peut déposer une nouvelle demande en apportant de nouveaux éléments ; ce qui est également une nouveauté par rapport aux procédures précédentes. La décision du collège est exécutée une fois écoulé un délai de 15 jours calendaires à compter du jour de la notification de la décision aux parties. Cette exécution est suspendue si le requérant ou le titulaire transmet à l AFNIC un document attestant qu un Tribunal a été saisi, dans le délai de 15 jours, d une procédure sur le nom de domaine objet du litige. Jusqu à l exécution de la décision, et le cas échéant pendant le déroulement de la procédure judiciaire, le nom de domaine est gelé sauf décision de justice contraire. Par ailleurs, si dans un délai de 60 jours la décision du collège n a pas été exécutée, l AFNIC se réserve le droit de supprimer le nom de domaine objet du litige. Les décisions prises par l AFNIC dans le cadre de la procédure SYRELI sont donc susceptibles de recours devant le juge judiciaire. Il est fait attribution de compétence expresse au Tribunal de Grande Instance de Versailles. DISPONIBILITE CJUE, 1 er décembre 2011, Affaires Philips et Nokia - Les conditions d intervention des douanes en cas d atteinte aux droits de propriété intellectuelle Le règlement 1383/2003 du Conseil du 22 juillet 2003 et anciennement le règlement n 3295/94 du 22 décembre 1994 encadrent la procédure d intervention des douanes concernant les marchandises soupçonnées de contrefaçon. Il s agit d une procédure de retenue en douane mise en œuvre sur demande d intervention du titulaire des droits de propriété intellectuelle. Elle consiste soit à suspendre la mainlevée de la marchandise, lorsque celle-ci est présentée pour dédouanement - c est-à-dire pour réalisation des formalités douanières nécessaires pour permettre à des biens d être utilisés à des fins domestiques, d être exportés ou de faire l objet d une autre procédure douanière, soit dans les autres cas, à retenir la marchandise. 4

5 Le délai de retenue est fixé à dix jours, permettant au titulaire soit de prendre des mesures conservatoires décidées par la juridiction civile compétente, soit de se pourvoir par la voie civile ou la voie correctionnelle. Cependant, les conditions de la rétention, par les autorités douanières des Etats membres, posent encore des difficultés en ce qui concerne les marchandises soupçonnées de contrefaçon. La Cour de Justice de l Union Européenne a donc été amenée à préciser les mesures susceptibles d être prises par les douanes. C est ce qu illustre l arrêt du 1 er décembre 2011, rendu à l occasion des affaires Philips (C-446/09) et Nokia (C-495/09). Dans la première affaire, les autorités douanières belges avaient saisi, dans le port d Anvers, une cargaison de rasoirs électriques ressemblant à des rasoirs développés par Philips. Soupçonnant qu il s agissait de «marchandises pirates», lesdites autorités ont procédé à leur retenue. La société Philips a saisi le Tribunal de Première Instance d Anvers afin que soit reconnue l atteinte portée aux droits qu elle détenait sur les modèles de rasoirs. Elle sollicitait l attribution de dommagesintérêts et la destruction des marchandises retenues. La seconde affaire porte sur la découverte par les autorités douanières anglaises d un lot de téléphones portables et accessoires revêtus d un signe identique à la marque Nokia. Les produits étaient en provenance de Hong Kong et à destination de Colombie. Nokia en avait sollicité la rétention. Cette demande a été refusée au motif qu «eu égard au fait que la cargaison était destinée à la Colombie et en l absence de preuve qu elle serait détournée vers le marché de l Union», il ne pouvait être conclu «à la présence de marchandises de contrefaçon». La société Nokia a donc agi en justice. Deux questions préjudicielles posées par des juridictions nationales ont été jointes devant la Cour de Justice de l Union Européenne sous la question suivante : Des marchandises provenant d un Etat tiers et constituant un produit protégé dans l Union Européenne par un droit de propriété intellectuelle peuvent-elles être qualifiées de «marchandises de contrefaçon» ou de «marchandises pirates» et donner lieu à une rétention du seul fait qu elles sont introduites sur le territoire douanier de l Union en transit? Pour répondre à cette question, la Cour se prononce suivant deux axes : 1. Les critères des «marchandises de contrefaçon» ou «marchandises pirates» donnant lieu à retenue La Cour rappelle que les notions de «marchandises de contrefaçon» et «marchandises pirates», au sens des règlements n 3295/94 et 1383/2003, visent uniquement les atteintes à des droits de propriété intellectuelle tels qu une marque, un dessin, un modèle, des droits d auteur ou des droits voisins. Or, elle considère que des marchandises provenant d un Etat tiers et à destination d un autre Etat tiers «peuvent être conformes aux normes IMAGINATION 5

6 en matière de propriété intellectuelle en vigueur dans chacun de ces deux Etats». Dans ce cas, «il est essentiel que ces marchandises puissent transiter, via l Union, d un Etat tiers vers un autre, sans que cette opération soit entravée, même par une retenue provisoire, par les autorités douanières des Etats membres». Dès lors, elle estime que «des marchandises provenant d un Etat tiers et constituant une imitation d un produit protégé dans l Union par un droit de marque ou une copie d un produit protégé dans l Union par un droit d auteur, un droit voisin, un modèle ou un dessin ne sauraient être qualifiées de «marchandises de contrefaçon» ou de «marchandises pirates» au sens desdits règlements en raison du seul fait qu elles sont introduites sur le territoire douanier de l Union sous un régime suspensif». Cependant, d autres circonstances peuvent justifier l attribution des qualifications de «marchandises de contrefaçon» ou de «marchandises pirates» et engendrer une retenue douanière. C est notamment le cas lorsqu il est prouvé que des produits sont destinés à une mise en vente dans l Union. Une telle preuve est fournie, par exemple, lorsqu il s avère que lesdits produits ont fait l objet d un acte commercial dirigé vers les consommateurs dans l Union, tel qu une vente, une offre à la vente ou une publicité. C est également le cas lorsque des documents démontrent qu un des opérateurs impliqués dans la fabrication, l expédition ou la distribution des marchandises, tout en n ayant pas encore commencé à diriger ces marchandises vers les consommateurs dans l Union, est sur le point de le faire ou de dissimuler ses intentions commerciales. 2. Les critères nécessaires à une intervention des autorités douanières Par ailleurs, la Cour estime qu il est nécessaire que l autorité douanière saisie d une demande d intervention dispose d indices permettant de soupçonner l existence d une atteinte à des droits de propriété intellectuelle pour suspendre la mainlevée ou procéder à la retenue de marchandises. Elle cite à cet égard quelques exemples d indices comme «le fait que la destination des marchandises n est pas déclarée alors que le régime suspensif sollicité exige une telle déclaration, l absence d informations précises ou fiables sur l identité ou l adresse du fabricant ou de l expéditeur des marchandises, un manque de coopération avec les autorités douanières ou encore la découverte de documents ou d une correspondance concernant les marchandises en cause de nature à laisser supposer qu un détournement de celles-ci vers les consommateurs dans l Union est susceptible de se produire». La Cour, pour rendre cette décision, s est fondée en partie sur le règlement 1383/2003 du Conseil du 22 juillet DISPONIBILITE La Cour a donc étendu la portée de la procédure de retenue en douane aux marchandises soupçonnées de contrefaçon en transit mais sous certaines conditions bien limitées. 6

7 Une proposition de modification de ce règlement, concernant notamment les contrôles de la douane en cas de soupçon de contrefaçon, a été présentée le 24 mai 2011 et examinée le 9 janvier 2012 en Commission du Marché Intérieur du Parlement Européen. Elle vise à simplifier les procédures afin de faciliter le travail des autorités douanières et améliorer la protection des titulaires de droits de propriété intellectuelle. BRÈVES : CJUE, 4 e ch., 20 octobre 2011, PepsiCo Inc. / OHMI - La notion d «utilisateur averti» Le règlement CE n 6/2002 du 12 décembre 2001 relatif aux dessins et modèles communautaires prévoit, en son article 6, qu «un dessin ou modèle est considéré comme présentant un caractère individuel si l impression globale qu il produit sur l utilisateur averti diffère de celle que produit sur un tel utilisateur tout dessin ou modèle qui a été divulgué au public». L article 10 précise par ailleurs que «la protection conférée par le dessin ou modèle communautaire s étend à tout dessin ou modèle qui ne produit pas sur l utilisateur averti une impression visuelle globale différente». Notion essentielle, l «utilisateur averti» n a pourtant jamais fait l objet d une définition précise dans les textes. C est donc avec beaucoup d intérêt qu il faut accueillir cette décision de la Cour de Justice de l Union Européenne qui nous éclaire sur ce qu il faut entendre par «utilisateur averti». Le litige concernait des articles promotionnels pour jeux, soit des petites rondelles de carton illustrées et IMAGINATION désignées sous les marques «Pogs», «Rappers» ou encore «Tazos». Dans cette affaire, le Tribunal de Première Instance avait, par décision T-9/07 du 18 mars 2010, considéré que l utilisateur averti «n est ni un fabricant ni un vendeur des produits dans lesquels les dessins ou modèles en cause sont destinés à être incorporés ou auxquels ils sont destinés à être appliqués. L utilisateur averti est doté d une vigilance particulière et il dispose d une certaine connaissance de l état de l art antérieur, c est-à-dire du patrimoine des dessins ou modèles relatifs au produit en cause qui ont été divulgués à la date du dépôt du dessin ou modèle contesté». La Cour, vient préciser la définition proposée par l Avocat général et emprunte, pour ce faire, des concepts relevant du droit des marques et du droit des brevets. Ainsi, la Cour juge que la notion d utilisateur averti «doit ( ) être comprise ( ) comme une notion intermédiaire entre celle de consommateur moyen, applicable en matière de marques, auquel il n est demandé aucune connaissance spécifique et qui en général n effectue pas de rapprochement direct entre les marques en conflit, et celle d homme de l art, expert doté de compétences techniques approfondies. Ainsi, la notion d utilisateur averti peut 7

8 s entendre comme désignant un utilisateur doté non d une attention moyenne mais d une vigilance particulière, que ce soit en raison de son expérience personnelle ou de sa connaissance étendue du secteur considéré». En l espèce, l utilisateur averti pertinent pouvait donc à la fois être «un enfant âgé de 5 à 10 ans environ ou un directeur du marketing d une société fabriquant des produits dont la promotion est assurée en offrant des «Pogs», des «Rappers» ou des «Tazos», l important étant que ces deux catégories de personnes connaissent le phénomène» des pogs. En précisant les critères permettant d identifier l utilisateur averti, la CJUE a rendu une décision importante en matière de dessins et modèles. CJUE, 15 décembre 2011, Frisdranken Industrie Winters BV / Red Bull GmbH Le simple remplissage de canettes sur lesquelles est apposé un signe litigieux ne constitue pas un usage dans la vie des affaires La société Smart Drinks, concurrente de la société Red Bull, avait décidé de commercialiser une nouvelle boisson rafraîchissante, sous les noms BULLFIGHTER, PITTBULL et RED HORN et avait confié à la société Winters le remplissage des canettes avec la boisson. Pour ce faire, elle lui avait livré non seulement des canettes vides et leurs capsules sur lesquelles figuraient les signes «BULLFIGHTER», «PITTBULL», «RED HORN», mais également le sirop de base de la boisson. Suivant les instructions de la société Smart Drinks, la société Winters avait rempli les canettes d une quantité déterminée à l avance de boisson, additionnée d eau et au besoin de gaz RIGUEUR carbonique, avant de lui restituer, prêtes à être exportées. La société Winters n a donc ni expédié, ni livré, ni encore vendu ces canettes. La société Red Bull, considérant les signes Bulllfighter, Pittbull et Red Horn similaires à sa marque Red Bull, a assigné la société Winters devant les juridictions néerlandaises demandant la cessation de l usage de signes similaires à sa marque. Les juges de la Cour Suprême de Hollande, saisis de l affaire en dernière instance, ont sursis à statuer et posé une question préjudicielle à la Cour de Justice de l Union Européenne : «le simple remplissage de conditionnements pourvus d un signe ( ) doit-il être qualifié d usage dans la vie des affaires au sens de l article 5 de la directive 89/104 sur les marques même si ce remplissage intervient à titre de prestation de service pour un tiers et à sa demande pour distinguer les produits de ce donneur d ordre?» La Cour a répondu par la négative dans son arrêt du 20 octobre Elle a rappelé, dans un premier temps, que le titulaire d une marque peut interdire l usage d un signe identique ou similaire à sa marque, lorsqu il est fait sans son consentement, notamment quand cet usage a lieu 8

9 dans la vie des affaires ou pour des produits et services identiques ou similaires à ceux pour lesquels la marque a été enregistrée. Dans un second temps, elle a repris la solution retenue dans son arrêt Google France et Google du 23 mars 2010 (Affaires C-236/08 à C-238/08) selon laquelle «le fait de créer les conditions techniques nécessaires pour l usage d un signe et d être rémunéré pour ce service, ne signifie pas que celui qui rend ce service fasse lui-même un usage dudit signe». Elle en a déduit qu «un prestataire de service qui ( ) se limite à remplir, sur commande et sur les instructions d un tiers, des canettes déjà pourvues de signes similaires à des marques et donc à exécuter simplement une partie technique du processus de production du produit final, sans avoir le moindre intérêt dans la présentation externe desdites canettes et notamment dans les signes y figurant, ne fait pas luimême un «usage» de ces signes au sens de l article 5 de la directive 89/104, mais crée uniquement les conditions techniques nécessaires pour que ce tiers puisse faire un tel usage». La Cour a jugé qu en tout état de cause le service de remplissage fourni par la société Winters «ne présente aucune similitude avec le produit pour lequel les marques de Red Bull ont été enregistrées». La garantie des risques d atteinte à l eréputation, objet d un nouveau contrat d assurance L atteinte à l e-réputation constitue le nouveau risque contre lequel certaines compagnies d assurance proposent de s assurer. Cette e-réputation ou cyberréputation, qui correspond à l ensemble des informations présentes sur Internet concernant une personne ou une entreprise, a pris, ces dernières années, une importance accrue. En effet, les informations tant personnelles que professionnelles diffusées sur la toile ne cessent de se développer, et avec elles les risques qui découlent d une telle diffusion : atteinte à la vie privée des internautes et à leur image, diffamation, usurpation d identité, dénigrement commercial d une entreprise, actes de concurrence déloyale et parasitisme C est dans ce contexte que des sociétés dites «agences E-réputation» ont vu le jour, proposant de surveiller la réputation en ligne de leurs clients et de supprimer ou noyer les informations négatives les concernant. Des compagnies d assurance ont suivi cette voie. Ainsi, certains assureurs ont mis en place non seulement des guides qui prodiguent des conseils pour prévenir les risques d atteintes aux droits sur Internet mais également de nouveaux contrats d assurance contre ce risque, s associant pour certaines compagnies à des agences d E-réputation. Il semble toutefois que les exclusions prévues dans ces contrats d assurance soient importantes. L assureur peut, par exemple, ne pas prendre en compte l atteinte à l eréputation lorsque le litige «découle d informations concernant [l ] activité professionnelle et ne se rapportant pas à [la] vie privée», lorsque le litige «découle d information(s) constituée (s) par une déclaration, article, publication, enregistrement sonore, photographie, vidéo» mis en ligne par l internaute lui-même ou pour lesquels il a donné son consentement à un moment de sa vie ou encore lorsque 9

10 «les informations diffusées ne comportent pas d éléments nominatifs» concernant l internaute»... Face à cette nouvelle problématique liée à l e-réputation, les compagnies d assurance apportent ainsi un nouvel outil de protection des internautes, particuliers ou entreprises commerciales. CA Montpellier, 5 e Ch., Sect. A, 15 décembre L obligation de suppression des données personnelles par l hébergeur en cas de demande d un internaute Par un arrêt en date du 15 décembre 2011, la Cour d appel de Montpellier a jugé qu un internaute intervenant sous un pseudonyme sur un forum de discussion peut, par application de l article 38 de la loi Informatique et Libertés du 6 janvier 1978, à sa demande, obtenir de l hébergeur qu il supprime ses données personnelles telles que ses nom et prénom. Cette décision infirme l ordonnance de référé du Tribunal de Grande Instance de Béziers du 8 avril 2011 qui avait estimé qu aucune obligation de surveillance et de contrôle n incombait à l hébergeur et «qu il ne lui appartenait pas de se substituer au juge pour apprécier le caractère illicite des faits dénoncés». Dans cette affaire, l internaute, habitué d un forum de discussion sur lequel il intervenait sous un pseudonyme, avait été victime de la révélation de sa véritable identité. Ses nom et prénom se trouvaient dès lors associés à des éléments vrais, ou supposés vrais, de sa vie privée, mais également à des allégations à caractère diffamatoire. Il s agit là, pour la Cour d appel de Montpellier, d une «atteinte à l intimité de sa vie privée» lui permettant de demander en référé l exécution de mesures destinées à la faire cesser. La Cour a par ailleurs précisé que la Loi pour la Confiance en l Economie Numérique du 21 juin 2004 n est pas exclusive de l application de la loi Informatique et Libertés. En l espèce, l hébergeur, la société JFG NETWORKS, traite des données à caractère personnel puisque les informations stockées, organisées et diffusées sont relatives à une personne physique «parfaitement identifiée par ses nom, prénom et lieu de résidence». Elle n est donc pas parvenue à se retrancher derrière sa qualité d hébergeur pour refuser la demande de suppression des informations personnelles de l internaute, l article 38 de la loi du 6 janvier 1978 dite Loi Informatique et Libertés prévoyant que «toute personne a le droit de s opposer, pour des motifs légitimes, à ce que des données à caractère personnel la concernant fasse l objet d un traitement» lui étant applicable. TGI Paris, 10 novembre Le créateur d un site Internet en est l auteur DISPONIBILITE En 2004, le responsable de la société Elag Ouest avait confié à la société Linkeo.com l hébergement, la gestion 10

11 du nom de domaine et le référencement du premier site Internet de la société. En 2007, désireux de disposer d un second site Internet il s adresse à la société Victoriaa pour qu elle en assure la création, l hébergement et la gestion, ainsi que la réalisation de documents publicitaires. Enfin, en 2008, il décide que la société Linkeo.com hébergera également le second site. La société Victoriaa a alors reproché à la société Linkeo.com d avoir reproduit, sans son consentement, le site sur lequel elle s estimait titulaire des droits d auteur et d avoir supprimé le crédit où figurait son nom pour le remplacer par le sien. Elle a ainsi saisi le Tribunal de Grande Instance de Paris d une action en contrefaçon. La société Linkeo.com a alors assigné en garantie le responsable de la société Elag Ouest indiquant qu elle ignorait les droits de la société Victoriaa sur le site que ledit responsable lui avait demandé d héberger. Le Tribunal a tout d abord reconnu la société Victoriaa comme auteur du site Internet au détriment du responsable de la société Elag, jugeant qu elle n avait reçu aucune indication précise de sa part pour le réaliser, si ce n est sur quelques points de détails. Le responsable aurait dû donner, pour obtenir la qualité d auteur, «des indications précises sur la présentation des différentes pages et l agencement des éléments qui les composent, sur le graphisme, l animation ou l arborescence favorisant la consultation du site». Ledit site Internet ayant été reproduit sans autorisation à la demande du responsable de la société Elag, ce dernier est reconnu coupable d actes de contrefaçon. La société Linkeo.com échappe quant à elle à la condamnation pour contrefaçon car, selon le Tribunal, elle n a assuré qu une prestation d hébergement et, en vertu de la Loi pour la Confiance en l Economie Numérique, elle n avait pas à vérifier la chaîne des droits dont le responsable de la société Elag Ouest pouvait se prévaloir. En revanche, la société Linkeo.com est condamnée sur le fondement de la concurrence déloyale pour avoir laissé penser, en inscrivant la mention «Web agency Linkeo.com création de site référencement demande de devis», qu elle était l auteur du site Internet en question, ce qui n était pas le cas. D'Allemagne: par DS PPR & PARTNER Par une décision en date du 24 février 2011 le «Bundesgerichtshof» (l équivalent de la cour de cassation française dans l ordre judicaire allemand) (BGH, Urteil vom 24. Februar 2011 AZ : I ZR 181/09) a considéré que les frais de conseil en brevets peuvent, de la même manière que les frais IMAGINATION 11

12 d avocats, être mis à la charge du destinataire d une mise en demeure d avoir à cesser l usage non autorisé d une marque. La condition préalable est néanmoins de pouvoir justifier de la nécessité du recours à ce spécialiste pour les besoins de la cause (par exemple, pour la réalisation de recherches auprès du registre ou la vérification de l usage effectif des droits de PI en cause). De fait, il semble important de rappeler qu en cas d usage illicite par un tiers d un droit de propriété industrielle (surtout en matière de marques ou encore en cas d action en concurrence déloyale), il est d usage courant en Allemagne que le titulaire des droits fasse appel à un avocat pour mettre en demeure le tiers d avoir à cesser l usage frauduleux d un droit de PI protégé. En pratique, le conseil adressera une mise en demeure au nom et pour le compte du titulaire et le plus souvent invitera le destinataire à signer en outre un engagement unilatéral de ne plus faire usage des droits en cause assorti d une clause pénale (qu il joindra généralement en projet). Le conseil enverra en outre, comme la loi allemande l y autorise, une facture en vue du règlement de ses frais et honoraires calculés selon le tarif fixé par la «Rechtsanwaltsvergütungsgesetz RVG» (loi sur les honoraires des avocats), laquelle prend en compte la complexité du dossier et l intérêt du litige. La justification de la cette facturation directe des frais d avocat réside dans le fait que, par ce biais, le destinataire de la mise en demeure a la possibilité d échapper à une procédure judiciaire et donc aux frais de justice, aux honoraires de son propres conseil ainsi qu aux frais d avocats du demandeur qui seraient mis à sa charge s il venait à succomber. Il reste que cette possibilité de mettre à la charge du destinataire les frais d avocats liés à la rédaction d une mise en demeure n existe que si cette mise en demeure est la première qui lui est adressée. Sont également disponibles sur notre site: La lettre du droit des affaires en Asie La Lettre des départements Droit Public des Affaires, Droit de l Immobilier et Droit de la Construction La lettre du département droit social La lettre du département droit économique et échanges internationaux Vous pouvez les recevoir de façon régulière sur simple demande à: DS PARIS LYON BORDEAUX LA REUNION BRUXELLES BARCELONE MILAN DUSSELDORF TUNIS BUENOS AIRES SHANGHAI PEKIN CANTON HANOI HO CHI MINH VILLE SINGAPOUR 12

DU DEPARTEMENT PROPRIETE INTELLECTUELLE ET TECHNOLOGIES DE L INFORMATION

DU DEPARTEMENT PROPRIETE INTELLECTUELLE ET TECHNOLOGIES DE L INFORMATION LETTRE DU DEPARTEMENT PROPRIETE INTELLECTUELLE ET TECHNOLOGIES DE L INFORMATION OCTOBRE 2010 P 2 Cour de cassation, Chambre Commerciale 13 juillet 2010 Dernier épisode de l affaire GOOGLE ADWORDS? BREVES

Plus en détail

1er trimestre 2015 Version n 2. Les tendances PARL. Procédures alternatives de résolution de litiges de l Afnic

1er trimestre 2015 Version n 2. Les tendances PARL. Procédures alternatives de résolution de litiges de l Afnic 1er trimestre 2015 Version n 2 Les tendances PARL Avant-propos En 2012, l Afnic éditait pour la première fois les tendances SYRELI : Une mine d'informations pour tous ceux qui désiraient comprendre la

Plus en détail

TD 1 Marque vs Nom de Domaine

TD 1 Marque vs Nom de Domaine TD 1 Marque vs Nom de Domaine 1 COUR DE CASSATION, chambre commerciale, 13 décembre 2005 Publié le 30 janvier 2006 SA Soficar c/ SA Le Tourisme moderne compagnie parisienne du tourisme N 04-10.143 Cassation

Plus en détail

L essentiel sur l Afnic

L essentiel sur l Afnic «Moyens d actions sous.fr, la procédure Syreli» Isabel Toutaud 1 L essentiel sur l Afnic Association loi 1901 fondée en 1998 ; Gestionnaire historique du.fr mais également du.re,.pm,.tf,.wf,.yt Désignée

Plus en détail

DÉCISION DE L AFNIC. senioriales-indignezvous.fr. Demande n FR-2013-00446

DÉCISION DE L AFNIC. senioriales-indignezvous.fr. Demande n FR-2013-00446 DÉCISION DE L AFNIC senioriales-indignezvous.fr Demande n FR-2013-00446 I. Informations générales i. Sur les parties au litige Le Requérant : La société PV SENIORIALES PROMOTION ET COMMERCIALISATION Le

Plus en détail

On vous doit de l argent en Europe...

On vous doit de l argent en Europe... On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! Centre Européen des Consommateurs France Réseau européen ECC-Net en coopération avec le Ministère de la Justice,

Plus en détail

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main!

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! Finances Achats e-commerce Santé Tourisme Véhicules Shutterstock Immobilier énergie Justice On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! brochure réalisée

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

COMMUNICATION RELATIVE A LA PROCHAINE MODIFICATION DU CODE DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE

COMMUNICATION RELATIVE A LA PROCHAINE MODIFICATION DU CODE DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE COMMUNICATION RELATIVE A LA PROCHAINE MODIFICATION DU CODE DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE Le Code de la propriété intellectuelle doit prochainement être modifié par un décret dont la publication et l entrée

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

DÉCISION DE L AFNIC. diogo-constructeur-de-maison-galere.fr. Demande n FR-2015-00924

DÉCISION DE L AFNIC. diogo-constructeur-de-maison-galere.fr. Demande n FR-2015-00924 DÉCISION DE L AFNIC diogo-constructeur-de-maison-galere.fr Demande n FR-2015-00924 I. Informations générales i. Sur les parties au litige Le Requérant : La société GROUPE DIOGO FERNANDES Le Titulaire du

Plus en détail

Cour de justice de l Union européenne COMMUNIQUE DE PRESSE n 70/14

Cour de justice de l Union européenne COMMUNIQUE DE PRESSE n 70/14 Cour de justice de l Union européenne COMMUNIQUE DE PRESSE n 70/14 Luxembourg, le 13 mai 2014 Presse et Information Arrêt dans l'affaire C-131/12 Google Spain SL, Google Inc. / Agencia Española de Protección

Plus en détail

La protection des pièces détachées en droit communautaire

La protection des pièces détachées en droit communautaire MODÈLE I Historique La protection des pièces détachées en droit communautaire Le processus d harmonisation du droit européen sur la protection juridique des modèles industriels a été lancé par le Livre

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

Comores. Loi relative aux marques

Comores. Loi relative aux marques Loi relative aux marques Loi n 64-1360 du 31 décembre 1964 [NB - Loi n 64-1360 du 31 décembre 1964 sur les marques de fabrique, de commerce ou de service] Titre 1 - Du droit de propriété des marques Art.1.-

Plus en détail

DU DEPARTEMENT PROPRIETE INTELLECTUELLE ET TECHNOLOGIES DE L INFORMATION

DU DEPARTEMENT PROPRIETE INTELLECTUELLE ET TECHNOLOGIES DE L INFORMATION LETTRE DU DEPARTEMENT PROPRIETE INTELLECTUELLE ET TECHNOLOGIES DE L INFORMATION JUIN 2010 P 2 Le dernier épisode du feuilleton de l épuisement des droits de propriété par la CJUE : Arrêt Coty Prestige

Plus en détail

ARRÊT DE LA COUR (première chambre) 19 avril 2012 (*)

ARRÊT DE LA COUR (première chambre) 19 avril 2012 (*) Page 1 of 8 ARRÊT DE LA COUR (première chambre) 19 avril 2012 (*) «Règlement (CE) n 44/2001 Compétence judiciaire et exécution des décisions en matière civile et commerciale Compétence en matière délictuelle

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 13/10/2011 Cour Administrative d Appel de Versailles N 08VE00008 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre M. MOUSSARON, président M. Frédéric MARTIN, rapporteur M. DAVESNE, commissaire du gouvernement

Plus en détail

Décisions n 2014-6 LOM du 7 novembre 2014. Dispositions du droit de la propriété intellectuelle applicables en Polynésie française

Décisions n 2014-6 LOM du 7 novembre 2014. Dispositions du droit de la propriété intellectuelle applicables en Polynésie française Commentaire Décisions n 2014-6 LOM du 7 novembre 2014 Dispositions du droit de la propriété intellectuelle applicables en Polynésie française Le Conseil constitutionnel a été saisi le 18 août 2014, par

Plus en détail

La protection des designs

La protection des designs La protection des designs Le design n existe pas seulement pour le plaisir des yeux. Il parle aussi à nos émotions. Il a le pouvoir de conférer à une chose purement utilitaire son caractère unique et précieux.

Plus en détail

Schuler (M.), «Vers un épuisement des droits d auteur sur Internet?», publié le 6 novembre 2014, www.journaldunet.com, consulté le 25 novembre 2014.

Schuler (M.), «Vers un épuisement des droits d auteur sur Internet?», publié le 6 novembre 2014, www.journaldunet.com, consulté le 25 novembre 2014. 1 COUR DE JUSTICE DE L UNION EUROPEENNE - ORDONNANCE, 21 OCTOBRE 2014, BESTWATER INTERNATIONAL GMBH C/ MM. MEBES ET POTSCH MOTS CLEFS : droit d auteur contrefaçon transclusion framing vidéo communication

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : Le : 13/05/2011 Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 9 mars 2010 N de pourvoi: 08-16752 Publié au bulletin Rejet Mme Favre, président M. Sémériva, conseiller apporteur M. Lacan, avocat

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

Cour d appel de Paris Pôle 5 - Chambre 2. Arrêt du 28 mars 2014. Sofrigam / Carl G., Softbox Systems

Cour d appel de Paris Pôle 5 - Chambre 2. Arrêt du 28 mars 2014. Sofrigam / Carl G., Softbox Systems Cour d appel de Paris Pôle 5 - Chambre 2 Arrêt du 28 mars 2014 Sofrigam / Carl G., Softbox Systems Décision déférée : TGI Paris, 1er février 2013, 3e chambre 2e section Références de publication : http://www.legalis.net/

Plus en détail

LISTE DES DOCUMENTS À FOURNIR DOMICILIATION SIEGE SOCIETE

LISTE DES DOCUMENTS À FOURNIR DOMICILIATION SIEGE SOCIETE LISTE DES DOCUMENTS À FOURNIR DOMICILIATION SIEGE SOCIETE 1. Une photocopie de la pièce d identité du gérant ou du P.D.G 2. Un justificatif de domicile du gérant de moins de 3 mois (photocopie d une facture

Plus en détail

Ses compétences sont décrites à l article 302 de la loi relative aux assurances du 4 avril 2014.

Ses compétences sont décrites à l article 302 de la loi relative aux assurances du 4 avril 2014. L Ombudsman des Assurances intervient si un problème persiste lorsque le demandeur n a pas obtenu de réponse satisfaisante à sa demande de la part de l entreprise d assurances ou de l intermédiaire d assurances.

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMÉRIQUE Décret n o 2015-1317 du 20 octobre 2015 pris en application des articles L. 33-6 et L. 45 du code des

Plus en détail

Règlement des mutations

Règlement des mutations GdB Règlement des mutations Règlement adoption : CD du 16/03/12 entrée en vigueur : 01/05/12 validité : permanente secteur : ADM remplace : Chapitre 2.3-2013/1 nombre de pages : 6 5 grammes de plumes,

Plus en détail

PRECISIONS CONCERANT LE SIGNALEMENT D UN CONTENU ILLICITE

PRECISIONS CONCERANT LE SIGNALEMENT D UN CONTENU ILLICITE PRECISIONS CONCERANT LE SIGNALEMENT D UN CONTENU ILLICITE Ces Précisions concernant le Signalement d un Contenu Illicite ont pour but de vous fournir une explication des questions figurant au formulaire

Plus en détail

TRIBUNAL DES CONFLITS N 3843 REPUBLIQUE FRANÇAISE. Conflit positif AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

TRIBUNAL DES CONFLITS N 3843 REPUBLIQUE FRANÇAISE. Conflit positif AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS TRIBUNAL DES CONFLITS N 3843 Conflit positif Préfet de la Région Alpes Côte d Azur, Préfet des Bouches-du-Rhône Société B. c/ E. REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LE TRIBUNAL DES CONFLITS

Plus en détail

DÉCISION DE L EXPERT Société Air France contre M. Stéphane Beaubrun Litige n DFR2010-0045

DÉCISION DE L EXPERT Société Air France contre M. Stéphane Beaubrun Litige n DFR2010-0045 CENTRE D ARBITRAGE ET DE MÉDIATION DÉCISION DE L EXPERT Société Air France contre M. Stéphane Beaubrun Litige n DFR2010-0045 1. Les parties Le Requérant est la société Air France, Roissy, France, représenté

Plus en détail

COUR DE CASSATION Service de documentation, des études et du rapport Bureau du fonds de concours

COUR DE CASSATION Service de documentation, des études et du rapport Bureau du fonds de concours COUR DE CASSATION Service de documentation, des études et du rapport Bureau du fonds de concours 5, Quai de l Horloge 75055 PARIS Cedex 01 Contrat d abonnement aux décisions délivrées par le service de

Plus en détail

TRANSPORT EN AMBULANCE SECTEUR UZES Dossier S 33-2009

TRANSPORT EN AMBULANCE SECTEUR UZES Dossier S 33-2009 CENTRE HOSPITALIER LE MAS CAREIRON B. P. 56 30701 UZES cédex --------------------- REGLEMENT DE CONSULTATION TRANSPORT EN AMBULANCE SECTEUR UZES Dossier S 33-2009 Date limite de remise des offres : VENDREDI

Plus en détail

Suppression de l autorisation de sortie de territoire pour les mineurs

Suppression de l autorisation de sortie de territoire pour les mineurs Suppression de l autorisation de sortie de territoire pour les mineurs Mise à jour le 27/03/2013 C e document qui permettait à un enfant de circuler dans certains pays sans être accompagné de ses parents

Plus en détail

N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE

N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LIMOGES if N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE M. S. C/ Ministre de la culture et de la communication et autre Mme Ozenne Rapporteur AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le tribunal administratif

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-374 QPC du 4 avril 2014. Société Sephora

Commentaire. Décision n 2014-374 QPC du 4 avril 2014. Société Sephora Commentaire Décision n 2014-374 QPC du 4 avril 2014 Société Sephora (Effet suspensif du recours contre les dérogations préfectorales au repos dominical) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 8 janvier

Plus en détail

Les différents recours et leurs délais (Contrôle de Légalité)

Les différents recours et leurs délais (Contrôle de Légalité) Les différents recours et leurs délais (Contrôle de Légalité) Présentation : Réunion ADS du 10 avril 2008 1 Les recours à l égard des permis (permis de construire, permis de démolir, permis d aménager)

Plus en détail

LE DROIT DES MARQUES A L'EPREUVE D'INTERNET : UTILISATION DE LA MARQUE D'UN CONCURRENT DANS LE CADRE D'UN SERVICE DE REFERENCEMENT PAYANT

LE DROIT DES MARQUES A L'EPREUVE D'INTERNET : UTILISATION DE LA MARQUE D'UN CONCURRENT DANS LE CADRE D'UN SERVICE DE REFERENCEMENT PAYANT DROIT DES MARQUES LE DROIT DES MARQUES A L'EPREUVE D'INTERNET : UTILISATION Claire PEREZ Decembre 2011 Le droit des marques et le droit commercial doivent sans cesse s adapter et appréhender les nouvelles

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

Convention réglant les rapports judiciaires en matière civile et commerciale entre la Suisse et la Turquie

Convention réglant les rapports judiciaires en matière civile et commerciale entre la Suisse et la Turquie Texte original Convention réglant les rapports judiciaires en matière civile et commerciale entre la Suisse et la Turquie 0.274.187.631 Conclue le 1 er juin 1933 Approuvée par l Assemblée fédérale le 12

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28 Ordonnance n 03-08 du 19 Joumada El Oula 1424 correspondant au 19 juillet 2003 relative à la protection des schémas de configuration des circuits intégrés TABLE DES MATIERES Articles Titre I : Dispositions

Plus en détail

GARANTIE LEGALE CONTRE LES VICES CACHES

GARANTIE LEGALE CONTRE LES VICES CACHES GARANTIE LEGALE CONTRE LES VICES CACHES 24/11/2014 Le vendeur doit à l acheteur la garantie que le bien vendu est exempt de vices le rendant impropre à l usage auquel il est destiné ou diminuant tellement

Plus en détail

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES AGREMENT DES CORRESPONDANTS REGLEMENT Préambule Conformément à l article 4 du Règlement Général 1 du Conseil des Bureaux qui a pour objet de régir les relations entre les Bureaux nationaux d assurance

Plus en détail

COMMENT OBTENIR LA CARTE DE COMMERÇANT ÉTRANGER?

COMMENT OBTENIR LA CARTE DE COMMERÇANT ÉTRANGER? COMMENT OBTENIR LA CARTE DE COMMERÇANT ÉTRANGER? Sauf dérogation, les étrangers qui désirent exercer une activité industrielle, commerciale ou artisanale en France doivent être titulaires d une carte d

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 23 mai 2013 N de pourvoi: 12-83677 ECLI:FR:CCASS:2013:CR02760 Publié au bulletin Rejet M. Louvel (président), président SCP Waquet, Farge et Hazan,

Plus en détail

Conditions générales d utilisation du site Internet www.librisagorapro.be

Conditions générales d utilisation du site Internet www.librisagorapro.be Conditions générales d utilisation du site Internet www.librisagorapro.be Article 1 - Editeur du Site L éditeur du site Internet www.librisagorapro.be (ci-après le «Site») est la société SDLC s.a. avec

Plus en détail

Délibération n 2008-92 du 5 mai 2008

Délibération n 2008-92 du 5 mai 2008 Délibération n 2008-92 du 5 mai 2008 Réglementation du service public Prestation de sécurité sociale Orientation sexuelle La haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l égalité a été saisie

Plus en détail

Vu la loi n 78-753 du 17 juillet 1978 portant diverses mesures d amélioration des relations entre l administration et le public ;

Vu la loi n 78-753 du 17 juillet 1978 portant diverses mesures d amélioration des relations entre l administration et le public ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS N o 1216457/6-2 SOCIETE D'EDITION DE MEDIAPART et Mme A. Mme David Rapporteur M. Jauffret Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif

Plus en détail

Loi pour la confiance dans l économie numérique Un nouveau cadre juridique pour l Internet

Loi pour la confiance dans l économie numérique Un nouveau cadre juridique pour l Internet LCEN BPC/DAJ_3 novembre 2004 Loi pour la confiance dans l économie numérique Un nouveau cadre juridique pour l Internet Sélection des articles de la loi qui concernent le développement de l administration

Plus en détail

Cour de cassation. Chambre civile 2. Audience publique du 13 novembre 2014. N de pourvoi: 13-15.642 ECLI:FR:CCASS:2014:C201726. Publié au bulletin

Cour de cassation. Chambre civile 2. Audience publique du 13 novembre 2014. N de pourvoi: 13-15.642 ECLI:FR:CCASS:2014:C201726. Publié au bulletin Cour de cassation Chambre civile 2 Audience publique du 13 novembre 2014 N de pourvoi: 13-15.642 ECLI:FR:CCASS:2014:C201726 Publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président SCP Garreau, Bauer-Violas

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 12/09/2012 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 7 juin 2012 N de pourvoi: 11-22490 Publié au bulletin Rejet M. Charruault (président), président Me Ricard, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES DÉCISION DE LA COMMISSION

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES DÉCISION DE LA COMMISSION FR REM 20/98 0 COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 1-7-1999 DÉCISION DE LA COMMISSION du constatant que le remboursement des droits à l'importation est justifié dans un cas particulier.

Plus en détail

SCP Baraduc et Duhamel, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

SCP Baraduc et Duhamel, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 10 septembre 2013 N de pourvoi: 12-11701 SCP Baraduc et Duhamel, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Plus en détail

Numéro du rôle : 4767 et 4788. Arrêt n 53/2010 du 6 mai 2010 A R R E T

Numéro du rôle : 4767 et 4788. Arrêt n 53/2010 du 6 mai 2010 A R R E T Numéro du rôle : 4767 et 4788 Arrêt n 53/2010 du 6 mai 2010 A R R E T En cause : les questions préjudicielles concernant l'article 162bis du Code d'instruction criminelle, tel qu'il a été inséré par l'article

Plus en détail

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la DROIT ECONOMIQUE LE DROIT DE L AGENT COMMERCIAL AU VERSEMENT D UNE INDEMNITE DE RUPTURE : REVUE DE LA JURISPRUDENCE RECENTE Stéphanie YAVORDIOS Février 2011 En préambule, le versement d une indemnité de

Plus en détail

CHAPITRE 3 10-1-1 CHAPITRE 3 : Règles d utilisation et de protection de la marque PEFC/Validé par AGE du 03.01.2012 37

CHAPITRE 3 10-1-1 CHAPITRE 3 : Règles d utilisation et de protection de la marque PEFC/Validé par AGE du 03.01.2012 37 CHAPITRE 3 10-1-1 37 CHAPITRE 3 RÈGLES D UTILISATION ET DE PROTECTION DE LA MARQUE PEFC A. UTILISATION DE LA MARQUE PEFC Les règles d utilisation de la marque PEFC figurent en annexe 16 du présent schéma

Plus en détail

Le nouveau régime des sûretés personnelles en cas de faillite OU La loi du 20 juillet 2005 (MB 28/07/05) modifiant la loi sur les faillites

Le nouveau régime des sûretés personnelles en cas de faillite OU La loi du 20 juillet 2005 (MB 28/07/05) modifiant la loi sur les faillites Le nouveau régime des sûretés personnelles en cas de faillite OU La loi du 20 juillet 2005 (MB 28/07/05) modifiant la loi sur les faillites Date Xavier DEWAIDE Avocat Vanden Eynde Legal Avenue de la Toison

Plus en détail

Numéro du rôle : 4004. Arrêt n 195/2006 du 5 décembre 2006 A R R E T

Numéro du rôle : 4004. Arrêt n 195/2006 du 5 décembre 2006 A R R E T Numéro du rôle : 4004 Arrêt n 195/2006 du 5 décembre 2006 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 10 de la loi du 20 juillet 2005 «modifiant la loi du 8 août 1997 sur les faillites,

Plus en détail

L'exécution des peines correctionnelles

L'exécution des peines correctionnelles L'exécution des peines correctionnelles I) L application des peines Le juge de l application des peines est chargé de déterminer les modalités d exécution des peines prononcées par les juridictions pénales

Plus en détail

DÉCISION Nº233 du 5 juin 2003

DÉCISION Nº233 du 5 juin 2003 DÉCISION Nº233 du 5 juin 2003 relative à l exception d inconstitutionnalité des dispositions de l article 18 alinéa (2) de la Loi nº146/1997 réglementant les taxes de justice de timbre, avec les modifications

Plus en détail

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F9. ETRE ASSISTE D UN AVOCAT : OUI MAIS COMMENT?

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F9. ETRE ASSISTE D UN AVOCAT : OUI MAIS COMMENT? Comme vous le savez, vous êtes libre de choisir l avocat que vous désirez. Attention! Il est conseillé de trouver un avocat spécialisé dans le type de droit qui intéresse, selon votre affaire (exemple

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES 1 TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES N 1505324 M. E M. Yann Livenais Juge des référés Ordonnance du 7 juillet 2015 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le juge des référés Vu la procédure suivante

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

d'annuler la décision en date du 14 mars 2007 par laquelle le préfet de la Loire a refusé de lui délivrer un titre de séjour,

d'annuler la décision en date du 14 mars 2007 par laquelle le préfet de la Loire a refusé de lui délivrer un titre de séjour, TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS N0702717 M. A X M. Pernot Conseiller Audience du 30 avril 2007 Lecture du 30 avril 2007 MD LA DEMANDE M. A X, de nationalité

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMÉRIQUE Décret n o 2015-1382 du 30 octobre 2015 relatif à la médiation des litiges de la consommation NOR :

Plus en détail

LES OBJECTIFS DE LA LOI

LES OBJECTIFS DE LA LOI Jean-Pierre STOULS Avocat AIPPI - 17 juin 2009 LES OBJECTIFS DE LA LOI Constat d une indemnisation de la victime souvent trop faible : système antérieur fondé sur le principe de la responsabilité civile

Plus en détail

Conditions générales d utilisation du marquage NEUTRALITE CARBONE

Conditions générales d utilisation du marquage NEUTRALITE CARBONE Conditions générales d utilisation du marquage NEUTRALITE CARBONE ARTICLE I - Objet...2 ARTICLE II - Etendue de la Sous-licence...3 ARTICLE III - Territoires concédés...3 ARTICLE IV - Conditions d accès...3

Plus en détail

GUIDE DE LA GÉOLOCALISATION DES SALARIÉS. Droits et obligations en matière de géolocalisation des employés par un dispositif de suivi GSM/GPS

GUIDE DE LA GÉOLOCALISATION DES SALARIÉS. Droits et obligations en matière de géolocalisation des employés par un dispositif de suivi GSM/GPS GUIDE DE LA GÉOLOCALISATION DES SALARIÉS Droits et obligations en matière de géolocalisation des employés par un dispositif de suivi GSM/GPS De plus en plus d entreprises, par exemple les sociétés de dépannage

Plus en détail

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée

- Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 relatif à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée La loi n 2010-658 du 15 juin 2010 relative à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée (EIRL) : l essentiel à retenir pour procéder au dépôt de la déclaration d affectation du patrimoine auprès

Plus en détail

Conditions Générales de Vente (site e- commerce)

Conditions Générales de Vente (site e- commerce) Conditions Générales de Vente (site e- commerce) Préambule Les présentes conditions générales de vente sont conclues : ENTRE : - La société., domiciliée, immatriculée SIRET., désigné comme le Vendeur ET

Plus en détail

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, SCP Vincent et Ohl, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, SCP Vincent et Ohl, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 2 mars 2010 N de pourvoi: 09-13095 Non publié au bulletin Rejet Mme Favre (président), président SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen

Plus en détail

SCP Peignot, Garreau et Bauer-Violas, SCP de Chaisemartin et Courjon, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Peignot, Garreau et Bauer-Violas, SCP de Chaisemartin et Courjon, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 26 septembre 2012 N de pourvoi: 11-12941 Publié au bulletin Rejet M. Charruault (président), président SCP Peignot, Garreau et Bauer-Violas, SCP

Plus en détail

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318 FICHE 19 Références LEXIQUE JURIDIQUE A ACTE EXTRA-JUDICIAIRE Acte établi généralement par un huissier. Par exemple, un commandement de payer. ACTION EN JUSTICE Pouvoir de saisir la justice. ACTION PUBLIQUE

Plus en détail

RÈGLEMENT DU «GRAND JEU FACEBOOK CMA94»

RÈGLEMENT DU «GRAND JEU FACEBOOK CMA94» RÈGLEMENT DU «GRAND JEU FACEBOOK CMA94» ARTICLE 1 ORGANISATION DU JEU La Chambre des Métiers et de l Artisanat du Val-de-Marne (CMA94) dont le siège social est situé au 27 avenue de Raspail 94100 Saint-Maur-des-Fossés

Plus en détail

Convention ou accord collectif

Convention ou accord collectif ENGAGEMENT INTERNE A L ENTREPRISE DIFFERENTES METHODES DE MISE EN PLACE UN CONTRAT L article L.911-1 du Code de la sécurité sociale précise que les garanties collectives relevant de la protection sociale

Plus en détail

Digital Prod CONDITIONS GENERALES DE VENTE CREATIONS GRAPHIQUES. Article 1 Application et opposabilité des conditions générales.

Digital Prod CONDITIONS GENERALES DE VENTE CREATIONS GRAPHIQUES. Article 1 Application et opposabilité des conditions générales. CONDITIONS GENERALES DE VENTE CREATIONS GRAPHIQUES Article 1 Application et opposabilité des conditions générales. Les présentes conditions générales s appliqueront de plein droit à toute prestation de

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 28/02/2015 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 29 octobre 2014 N de pourvoi: 13-23113 ECLI:FR:CCASS:2014:C101262 Non publié au bulletin Rejet Mme Batut (président), président SCP

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS COUR ADMINISTRATIVE D APPEL DE LYON N 14LY00293 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre - formation à 3 M. MESMIN d ESTIENNE, président Mme Aline SAMSON DYE, rapporteur M. DURSAPT, rapporteur public SCP PASCAL-VERRIER,

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/66 NOTE COMMUNE N 44/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/66 NOTE COMMUNE N 44/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/08/35 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/66 NOTE COMMUNE N 44/2002 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

ANNEXE N 5. Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif. Description

ANNEXE N 5. Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif. Description ANNEXE N 5 Médiateur du Groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) Historique du dispositif À l instar du dispositif de médiation de la FFSA, celui du GEMA, dans sa forme actuelle, découle

Plus en détail

Cybersquatting : Résolution amiable des litiges entre noms de domaine et marques via les UDRP

Cybersquatting : Résolution amiable des litiges entre noms de domaine et marques via les UDRP Cybersquatting : Résolution amiable des litiges entre noms de domaine et marques via les UDRP Article juridique publié le 20/11/2011, vu 2654 fois, Auteur : MAITRE ANTHONY BEM Nous envisagerons ci-après

Plus en détail

Convention sur la reconnaissance des divorces et des séparations de corps

Convention sur la reconnaissance des divorces et des séparations de corps Texte original Convention sur la reconnaissance des divorces et des séparations de corps 0.211.212.3 Conclue à La Haye le 1 er juin 1970 Approuvée par l Assemblée fédérale le 4 mars 1976 1 Instrument de

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 259385 Publié au recueil Lebon 1ère et 6ème sous-sections réunies Mme Hagelsteen, président Mlle Anne Courrèges, rapporteur M. Devys, commissaire du gouvernement SCP WAQUET, FARGE, HAZAN,

Plus en détail

Loi sur les noms commerciaux*

Loi sur les noms commerciaux* Loi sur les noms commerciaux* (du 23 novembre 1999) TABLE DES MATIÈRES** Article Chapitre 1 er : Chapitre 2 : Chapitre 3 : Chapitre 4 : Chapitre 5 : Dispositions générales Rapports régis par la présente

Plus en détail

Les contrats de passation de marché public pour un site Internet : la clause de propriété intellectuelle

Les contrats de passation de marché public pour un site Internet : la clause de propriété intellectuelle Les contrats de passation de marché public pour un site Internet : la clause de propriété intellectuelle Préambule Ce document est réalisé dans le cadre du PRAI (Programme régional d actions innovatrices)

Plus en détail

DÉCISION DU TIERS DÉCIDEUR. SPRL Liana Immobilière & Louise Medical Center / OPHTARA SPRL. Affaire n 44308: centre-medical-louise.

DÉCISION DU TIERS DÉCIDEUR. SPRL Liana Immobilière & Louise Medical Center / OPHTARA SPRL. Affaire n 44308: centre-medical-louise. - CENTRE BELGE D ARBITRAGE ET DE MÉDIATION DÉCISION DU TIERS DÉCIDEUR SPRL Liana Immobilière & Louise Medical Center / OPHTARA SPRL Affaire n 44308: centre-medical-louise.be 1. Les parties 1.1. La plaignante

Plus en détail

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte?

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte? pratiques [comité d entreprise] Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Le comité d entreprise peut exercer un droit d alerte lorsqu il considère que la situation économique

Plus en détail

Conditions générales de vente

Conditions générales de vente Conditions générales de vente 1 Dispositions générales Parisian Inspired est une marque déposée N National : 14 4 129 237 sous le numéro de Siret 753434596 00023 représentée par Mademoiselle Camille Fontaine

Plus en détail

CONVENTION D ACCUEIL

CONVENTION D ACCUEIL CONVENTION D ACCUEIL ENTRE L'UNIVERSITE PIERRE ET MARIE CURIE Etablissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel 4 Place Jussieu 75252 PARIS Cedex 05 représentée par son Président,

Plus en détail

Convention entre la Suisse et la Belgique sur la reconnaissance et l exécution de décisions judiciaires et de sentences arbitrales

Convention entre la Suisse et la Belgique sur la reconnaissance et l exécution de décisions judiciaires et de sentences arbitrales Texte original Convention entre la Suisse et la Belgique sur la reconnaissance et l exécution de décisions judiciaires et de sentences arbitrales Conclue le 29 avril 1959 Approuvée par l Assemblée fédérale

Plus en détail

VIE PRIVEE CIRCUS BELGIUM

VIE PRIVEE CIRCUS BELGIUM VIE PRIVEE CIRCUS BELGIUM CIRCUS BELGIUM reconnaît l'importance de la protection des informations et données à caractère personnel. C'est pourquoi nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour protéger

Plus en détail

Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE

Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE Définitions (1) Les définitions qui suivent s appliquent à la présente règle. Champ d application «demande de réparation» Sont comprises parmi les demandes de réparation

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 364551 ECLI:FR:CESSR:2013:364551.20130311 Mentionné dans les tables du recueil Lebon Mme Laurence Marion, rapporteur M. Bertrand Dacosta, rapporteur public FOUSSARD ; SCP BOULLOCHE, avocat(s)

Plus en détail

AVRIL 2013 EDITORIAL : L ACTION EN NULLITE : PETARD MOUILLE MAIS PAS TOUJOURS

AVRIL 2013 EDITORIAL : L ACTION EN NULLITE : PETARD MOUILLE MAIS PAS TOUJOURS LETTRE DU DEPARTEMENT SOCIETES DROIT DES SOCIETES, FUSIONS ACQUISITIONS, DROIT DU FINANCEMENT AVRIL 2013 EDITORIAL : L ACTION EN NULLITE : PETARD MOUILLE MAIS PAS TOUJOURS Le penchant naturel à invoquer

Plus en détail

Direction Générale de la Cohésion Sociale

Direction Générale de la Cohésion Sociale Fiche technique : Présentation du décret n 2013-994 du 7 novembre 2013 organisant la transmission d informations entre départements en application de l article L. 221-3 du code de l action sociale et des

Plus en détail

Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 16 janvier 2013 N de pourvoi: 11-25282 Non publié au bulletin Rejet

Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 16 janvier 2013 N de pourvoi: 11-25282 Non publié au bulletin Rejet Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 16 janvier 2013 N de pourvoi: 11-25282 Non publié au bulletin Rejet Mme Lambremon (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président

Plus en détail