REPRESENTATION DE LA TECTONIQUE DES PLAQUES EN 3D ET CARTES PALEOGEOGRAPHIQUES Par Chris Scotese

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "REPRESENTATION DE LA TECTONIQUE DES PLAQUES EN 3D ET CARTES PALEOGEOGRAPHIQUES Par Chris Scotese"

Transcription

1 REPRESENTATION DE LA TECTONIQUE DES PLAQUES EN 3D ET CARTES PALEOGEOGRAPHIQUES Par Chris Scotese Introduction Christopher SCOTESE de l Université du Texas est l'auteur de cartes paléogéographiques qui reconstituent les géographies de la planète de - 500Ma à ma. Développées dans le cadre du programme "Paleomap", elles sont célèbres dans le monde entier et sont maintenant dans la plupart des manuels de géologie. Disponibles sur un CD "Terra-mobilis" elles sont accessibles sur un site Web (Scotese.com). Plan de la conférence Ł méthodes et techniques utilisées pour la création des cartes Ł DVD sur le déplacement des plaques (250 Ma à actuel) et images spéculatives du futur Traduction D. PERRET 1/1

2 I. Qu est ce que la Paléogéographie? La Paléogéographie tente de recréer la position et le déplacement relatif des plaques lithosphériques au cours de l histoire géologique du globe. La tectonique est le processus majeur sur lequel doit reposer la création des cartes paléogéographiques. A cela s ajoute la nécessité de représenter quel était l environnement local de chaque zone : océan profond, plateau continental, plaines, plateaux ou montagnes. C est à partir de ces bases que l on pourra ensuite étudier plus en détail le globe et son évolution : la circulation océanique, les changements climatiques, la biogéographie ou la mise en place des ressources minérales et fossiles. Le point de départ sera de toute façon la tectonique des plaques. Exemple de carte paléogéographique : Bleu le plus foncé : océan profond (>3000m) Bleu le plus clair : plateau continental (50 à 100m) Vert : plaines Marron : montagnes Noter la morphologie différente des caraïbes et l emplacement des lignes de côte qui varient très rapidement dans le temps. Ces cartes sont le produit d un travail commun de 6 à 8 équipes de multiples nationalités collectant des informations très diverses que l équipe de C. Scotese synthétise ensuite sous forme de cartes. Traduction D. PERRET 2/2

3 II. Quelles sources d informations utiliser? 1. Informations générales sur la géomorphologie pour la mise en place de la base de données A l aide de la carte des âges des fonds marins de l océan Atlantique (source IFREMER), nous obtenons un excellent résumé de la position de la ride océanique et la vitesse d expansion de la croûte. Cela permet de construire une première série de cartes en superposant chaque continent successivement sur la bande de fond océanique d âge de plus en plus ancien. A partir de données géophysiques, géologiques et biologiques, il est possible ensuite de compléter la représentation : Source Période de temps Intérêt Anomalies magnétiques des fonds marins Grille de référence des Points Chauds Mesures du paléomagnétisme des roches Orientation des pôles magnétiques (Key pôles), inversions du magnétisme Histoire géologique (données pétrographiques, stratigraphiques, ) < 150 Millions années L une des plus utiles, mais aucune donnée de plus de 150 Ma puisqu il ne reste aucune trace de croûte océanique plus ancienne < 150 Millions années Donne une référence sur les vitesses de déplacement des plaques au passage des points chauds < 300 Millions années Données fiables et reconnues, donnant une position en latitude du prélèvement. > 300 Millions années Peu de données et nombreux désaccords au niveau de la Jusqu à 4 Milliards d années communauté scientifique La source la plus importante de données Pour les cartes des âges les plus reculés (i.e. paléozoïque), les données sont souvent incomplètes ou imprécises, ce qui aboutit à plusieurs possibilités pour une seule et même carte en fonction des hypothèses retenues. Afin d affiner le modèle, les données d autres techniques sont utilisées. Traduction D. PERRET 3/3

4 2. Informations utilisées pour tester et affiner le modèle Les lois de la tectonique avec les règles de subduction Les données de paléoclimatologie obtenues à partir des minéralogies des roches, renseignent sur l humidité du climat, sur le taux d oxydation ou sur l évaporation. Ceci permet d estimer la latitude de la position et ses variations. Biogéographie et distributions des paléofaunes qui permettent de préciser les connexions entre les continents : par exemple, la présence de chaînes intracontinentales séparant des faunes de la même époque justifie une collision plus ancienne. De même pour les océans et la circulation entre les océans, avec des indications de communication ou d isolation des faunes marines. Ces données précisent aussi le climat sous lequel vivaient ces faunes (i.e. répartition des barrières de corail, espèces de foraminifères, bioturbations ) Exemple de carte paléoclimatique : Coal = Houille Traduction D. PERRET 4/4

5 3. Quelles sont les limites du modèle? Quand une carte est réalisée, il est nécessaire de connaître quelle est la précision, c est à dire la marge d erreur, la fiabilité de la représentation. Quelle est la part de réalité et de fiction pour chaque modèle? La précision du modèle peut être représentée par l incertitude en degrés de latitude : Si le modèle dépasse 45 d incertitude, il devient obsolète puisqu un continent pourra se trouver tout aussi bien proche du pôle que de l équateur, ce qui rend la représentation géographique inutile à l échelle du globe. Cette incertitude maximum de +/- 45 est atteinte à partir de 500Ma environ. Le maximum représenté à l heure actuelle est 600/700Ma mais très peu de données sont disponibles pour l alimenter à l exception de l Ordovicien pour lequel on dispose de bonnes données biologiques et climatologiques. D une manière générale, il est beaucoup plus difficile de représenter les périodes comprenant des continents multiples car les informations sont morcelées et moins nombreuses. Les périodes où un supercontinent est présent (GONDWANA, PANGEE, ) vont permettre de recueillir beaucoup plus d informations et les représentations seront plus précises. Ceci amène ainsi une légère oscillation de l incertitude au cours du temps si l on est en phase «supercontinent» ou en phase «éclatement». Incertitude sur la latitude (en degrés) Pas de traces d océans Perte de précision sur le paléomagnétisme Absence de fossiles «Snowballearth» Silurien Devonien Cambrien RODINA PANNOTIA PANGEE PANGEE paléozoïque Ordovicien Age (en millions d années) Supercontinent Glaciation Courbe de l évolution de l incertitude en fonction de l Age géologique Traduction D. PERRET 5/5

6 III. Paléogéographie globale, a «Reality» Reconstruction 1. Le projet Les cartes paléogéographiques sont établies en trois stades : Stade initial: définir les zones émergées et immergées, les montagnes, plateaux continentaux et océans profonds, Stade Intermédiaire : ajouter l environnement local et le climat, Stade Final : réalisation des vues en 3D de la topographie et de la bathymétrie. Le nom de «reality reconstruction» est en fait lié à l actualité télévisée tant aux USA qu en France qui fait la part belle aux shows de télé-réalité. L utilisation des données modernes de topographie et de bathymétrie formera les fondations du modèle numérique. 2. Reconstitution de la tectonique des plaques Au départ, il y a dix ans, C.Scotese a fait appel à un dessinateur professionnel pour réaliser les premières cartes paléogéographiques qui sont d ailleurs visibles sur le site internet. Ainsi, il fallait d abord dessiner puis numériser les images avant de pouvoir les utiliser. Mais cela ne donne qu une représentation morcelée de l histoire des plaques et demande un énorme travail graphique pour tenir les cartes à jour. Aujourd hui l approche est différente, les données sont entrées au fur et à mesure dans un programme de cartographie numérique. Pour chaque pixel qui représentant une zone de 0.1 x 0.1 degrés carré soit environ 10Km x 10Km, est affecté une valeur d altitude qui correspond à une couleur de relief. Grâce aux données recueillies par les missions IBACO (72 N-72 S) et BEDMAP (antarctique) qui fournissent une topographie complète des fonds marins, il a été possible de définir les topographies sans les calottes de glace et d obtenir des lignes de côtes très précises formant un point de départ complet. Ainsi le modèle de départ est une représentation numérique la plus fidèle possible de la situation à la date d aujourd hui. Il ne reste qu à définir quelle a été l histoire des continents et le mouvement des plaques. 3. Affinement des données topographiques Pour chaque âge défini correspondra une carte dont la trame de départ sera une sélection de pixels de la carte actuelle choisi selon les critères suivants : - L âge géologique du pixel (plus ancien que l âge choisi) - La nature de la plaque tectonique d origine du pixel Traduction D. PERRET 6/6

7 Les pixels sélectionnés sont ensuite déplacés selon une grille globale pour atteindre leur position estimée à l âge défini. Puis il faut appliquer un certain nombre de corrections : - calcul des variations du niveau moyen des océans. Si l on rajeuni la croûte océanique, elle devient plus légère car plus chaude, ce qui engendre une remontée de la bathymétrie, - élimination de tous les éléments volcaniques plus jeunes, - élimination du poids des sédiments qui ne sont pas déposés à l époque considérée, obtention du niveau réel des océans tenant compte de l isostasie des lithosphères continentales et océaniques. - élimination des masses de glace compte tenu des traces relevées des différentes périodes glaciaires, - isostasie des croûtes continentales (variations de +300 à 400 m), en fonction de l accroissement ou de la diminution des calottes de glace continentales, - élimination des variations d altitude liées à des phénomènes tectoniques plus jeunes (rifting, collisions, ) - restitution des reliefs à leur état non érodé Sont ainsi réalisées 50 cartes correspondant à un âge donné : elle vont former le squelette de l animation. Un logiciel de «morphing» (comme au cinéma) est utilisé pour lié chaque carte avec la suivante et ainsi obtenir une animation complète depuis l actuel jusqu au début du paléozoïque. Conclusion Le modèle en 3D a été réalisé à partir de la position actuelle des plaques lithosphériques pour ensuite remonter dans le temps. La réalisation des cartes et du modèle de paléogéographie en 3D a imposé de faire des choix car dans de nombreux cas les données scientifiques ne sont pas concordantes : il est donc nécessaire de prendre la meilleure information du moment qui est généralement celle qui est admise par le plus grand nombre, c est un peu comme faire de la science «démocratique». Et puis, «l expérience» et l analogie avec les systèmes actuels font le reste, notamment pour la topographie des chaînes de montagnes «fossiles». Dans l avenir, le modèle de paléogéographie réalisé pourra peut être servir de base de départ pour de nouvelles recherches en biogéographie, ou en géologie. Une étude américaine sur les dinosaures s est déjà basée sur les données du modèle pour évaluer les possibilités de migrations des populations. Traduction D. PERRET 7/7

Tectonique des plaques et création de reliefs

Tectonique des plaques et création de reliefs PREPARATION AGREGATION INTERNE SVT TOULOUSE 27 Novembre 2013 Composition à partir d'un dossier Durée : 5 heures L'usage de tout ouvrage de référence, de tout dictionnaire et de tout matériel électronique

Plus en détail

Partie II : Pratique du raisonnement scientifique et argumentation. Exercice 2 : Histoire de la théorie de la tectonique des plaques (5 points)

Partie II : Pratique du raisonnement scientifique et argumentation. Exercice 2 : Histoire de la théorie de la tectonique des plaques (5 points) Partie II : Pratique du raisonnement scientifique et argumentation Exercice 2 : Histoire de la théorie de la tectonique des plaques (5 points) L Inde et l Asie sont actuellement en contact. Diverses méthodes

Plus en détail

CHAPITRE N 5. LA TECTONIQUE DES PLAQUES: un modèle qui s enrichit.

CHAPITRE N 5. LA TECTONIQUE DES PLAQUES: un modèle qui s enrichit. CHAPITRE N 5 LA TECTONIQUE DES PLAQUES: un modèle qui s enrichit. I-INTRODUCTION À la fin des années 1960, l'idée d'une lithosphère découpée en plaques rigides mobiles les unes par rapport aux autres est

Plus en détail

EXERCICES DIVERGENCE LITHOSPHERE ET TECTONIQUE DES PLAQUES P65 66 67

EXERCICES DIVERGENCE LITHOSPHERE ET TECTONIQUE DES PLAQUES P65 66 67 EXERCICES DIVERGENCE LITHOSPHERE ET TECTONIQUE DES PLAQUES P65 66 67 Exercice 1 p 65 : Définir en une phrase les mots suivants Dorsale océanique : chaîne de montagne sous-marine en basalte possédant une

Plus en détail

Notion de champ. PARtiE 3. Le programme. Évaluation diagnostique p. 216. CoMPrEndrE Champs et forces

Notion de champ. PARtiE 3. Le programme. Évaluation diagnostique p. 216. CoMPrEndrE Champs et forces PARtiE 3 Manuel unique, p. 216 ( Manuel de physique, p. 102) Notion de champ séquence 1 Le programme notions et contenus Exemples de champs scalaires et vectoriels : pression, température, vitesse dans

Plus en détail

CHAP I : Les climats passés de la Terre

CHAP I : Les climats passés de la Terre CHAP I : Les climats passés de la Terre Les variations climatiques sont étudiées à deux échelles de temps : - le dernier million d années où la continuité des enregistrements géologiques permet d observer

Plus en détail

Chapitre 5 : Un premier modèle global : Une lithosphère découpée en plaques rigides

Chapitre 5 : Un premier modèle global : Une lithosphère découpée en plaques rigides 1 Chapitre 5 : Un premier modèle global : Une lithosphère découpée en plaques rigides Introduction Dans les années 1965-1968, l étude de la géométrie des dorsales a permis de construire un modèle où la

Plus en détail

Mode d emploi du logiciel guifitcurve

Mode d emploi du logiciel guifitcurve Mode d emploi du logiciel guifitcurve D. Legland 18 juin 2008 Résumé Le programme guifitcurve est une interface graphique sous Matlab pour ajuster un contour polynomial à des images numérisées. L application

Plus en détail

Comprendre les cartes topographiques

Comprendre les cartes topographiques Les cartes topographiques sont disponibles en différentes échelles selon le niveau de précision exigé par la randonnée. Voici une présentation des trois échelles les plus utiles aux randonneurs. Pour ceux

Plus en détail

Les montagnes rocheuses

Les montagnes rocheuses Les montagnes rocheuses 1 / 6 Les montagnes Rocheuses ou «Rocheuses» (en anglais : Rocky Mountains ou Rockies) désignent une grande chaîne de montagnes intracontinentale dans l'ouest de l'amérique du Nord,

Plus en détail

Correction bac blanc janvier 2015

Correction bac blanc janvier 2015 Correction bac blanc janvier 2015 1 ère PARTIE : Evaluation des connaissances (8 points). Temps indicatif 1h30 GÉNÉTIQUE ET ÉVOLUTION 1/5 2ème PARTIE - Exercice 1 - Pratique d'un raisonnement scientifique

Plus en détail

Terminales S2 Correction du Devoir Surveillé de SVT n 1 02/10/2012 Le domaine continental et sa dynamique (durée 1h50)

Terminales S2 Correction du Devoir Surveillé de SVT n 1 02/10/2012 Le domaine continental et sa dynamique (durée 1h50) Terminales S2 Correction du Devoir Surveillé de SVT n 1 02/10/2012 Le domaine continental et sa dynamique (durée 1h50) N. Pidancier Exercice 1 : Introduction Le relief au niveau de la Terre se répartit

Plus en détail

OLYMPIADES ACADEMIQUES DES GEOSCIENCES ACADEMIES D AIX- MARSEILLE, BORDEAUX, CORSE, NICE, POITIERS, TOULOUSE

OLYMPIADES ACADEMIQUES DES GEOSCIENCES ACADEMIES D AIX- MARSEILLE, BORDEAUX, CORSE, NICE, POITIERS, TOULOUSE SESSION 20 OLYMPIADES ACADEMIQUES DES GEOSCIENCES ACADEMIES D AIX- MARSEILLE, BORDEAUX, CORSE, NICE, POITIERS, TOULOUSE Proposition de corrigé et barème. Olympiades académiques de géosciences 20 Page Propositions

Plus en détail

Tectonique des plaques

Tectonique des plaques Tectonique des plaques Eléments modernes à l appui de la tectonique des plaques : 1. Minimum de vitesse (LVZ) au sommet de l asténosphère Rigidité moindre Région de cisaillement La lithosphère flotte sur

Plus en détail

La gestion et le gestionnaire

La gestion et le gestionnaire Chapitre 3 La gestion et le gestionnaire Objectifs pédagogiques Après avoir lu ce chapitre l étudiant doit être capable de : Donner une description de la nature de la gestion. Expliquer le processus de

Plus en détail

Baccalauréat STG Pondichéry 17 avril 2015 Sciences et technologies du management et de la gestion

Baccalauréat STG Pondichéry 17 avril 2015 Sciences et technologies du management et de la gestion Baccalauréat ST Pondichéry 17 avril 015 Sciences et technologies du management et de la gestion Correction EXERCICE 1 6 points Le tableau ci-dessous, extrait d une feuille de calcul, donne le revenu disponible

Plus en détail

Erasmus 2014-2015 Faculté de droit et criminologie de l ULB Système de conversion des notes

Erasmus 2014-2015 Faculté de droit et criminologie de l ULB Système de conversion des notes Erasmus 2014-2015 Faculté de droit et criminologie de l ULB Système de conversion des notes 1. Diversités des systèmes de notation Le Guide d utilisation ECTS mis sur pied par la DG Education et Culture

Plus en détail

Découpage de la surface terrestre en plaques lithosphériques

Découpage de la surface terrestre en plaques lithosphériques Découpage de la surface terrestre en plaques lithosphériques 4 e / Comment délimiter une plaque? Qu appelle-t-on une plaque? 1 e / Comment caractériser les couches superficielles du globe? Lexique : Plaque

Plus en détail

Chapitre 3 - Divergence et phénomènes liés

Chapitre 3 - Divergence et phénomènes liés Chapitre 3 - Divergence et phénomènes liés Le chapitre précédent a montré la réalité de la tectonique des plaques et notamment la création permanente de lithosphère nouvelle dans l axe des dorsales océaniques.

Plus en détail

Bibliothèque de Traitement d Images en Niveaux de Gris

Bibliothèque de Traitement d Images en Niveaux de Gris TP Bibliothèque de Traitement d Images en Niveaux de Gris Étudiants : Besnier Alexandre Taforeau Julien Version 1.2 Janvier 2008 2008 Rapport TP - Version 1.2 i Table des matières Introduction 1 1 Objectif

Plus en détail

Correction Bac, série STG CFE

Correction Bac, série STG CFE Correction Bac, série STG CFE juin 2011 Exercice n o 1 4 points 1. Pout tout nombre réel strictement positif, le nombre ln(7 a) est égal à ln(7) + ln(a) 2. Dans R, e x 5 = 0 e x = 5 x = ln(5) 3. Dans cette

Plus en détail

Eléments de stratégie d échantillonnage à l adresse des diagnostiqueurs amiante.

Eléments de stratégie d échantillonnage à l adresse des diagnostiqueurs amiante. Eléments de stratégie d échantillonnage à l adresse des diagnostiqueurs amiante. Essai de détermination du nombre de prélèvements à effectuer lors d un diagnostic amiante afin d assurer une représentativité

Plus en détail

Fiabilité et pertinence des données Floating Car Data. dans le cas d études de trafic routier

Fiabilité et pertinence des données Floating Car Data. dans le cas d études de trafic routier Fiabilité et pertinence des données Floating Car Data dans le cas d études de trafic routier Introduction Les études de trafic nécessitent des données d entrées, et notamment : - Des données de comptage

Plus en détail

Partie 1 : L activité interne du globe terrestre

Partie 1 : L activité interne du globe terrestre Partie 1 : L activité interne du globe terrestre CHAPITRE 3 LA SURFACE DE LA TERRE : DES PLAQUES EN MOUVEMENTS Situation de départ - Rappels : Les séismes et les éruptions volcaniques ne se manifestent

Plus en détail

Analyse de deux séquences d apprentissage 1

Analyse de deux séquences d apprentissage 1 hs.c om Ce fichier, corrigé du fichier D22, aborde le vaste domaine du traitement de l information, de la gestion de données et des représentations couramment utilisées. Nous vous proposons deux séquences

Plus en détail

La tectonique des plaques et la cinématique

La tectonique des plaques et la cinématique La tectonique des plaques et la cinématique Partie 1 En 4 parties Sommaire INTRODUCTION I. PRINCIPES FONDAMENTAUX 1. Le déplacement d une calotte sphérique 2. Les mouvements possibles entre les plaques

Plus en détail

23 AVRIL 2012. «L approche processus pour la maîtrise de son activité» L approche processus et la norme ISO 9001

23 AVRIL 2012. «L approche processus pour la maîtrise de son activité» L approche processus et la norme ISO 9001 23 AVRIL 2012 «L approche processus pour la maîtrise de son activité» Droit réservé : Pierre Leclercq MWQ : approche processus 26/04/2012-1 L approche processus et la norme ISO 9001 L approche processus

Plus en détail

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE 1 CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE Quels sont les arguments qui permettent de renforcer le modèle? 2 3 I. UNE CONFIRMATION DE L EXPANSION DU PLANCHER OCÉANIQUE A.LES

Plus en détail

PROJET (propositions du groupe de travail)

PROJET (propositions du groupe de travail) APPUI OPERATIONNEL A L ELABORATION DES OUTILS PRATIQUES DE MISE EN PLACE DES CLASSIFICATIONS AU SEIN DE LA BRANCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PROJET (propositions du groupe de travail) Préambule Pourquoi

Plus en détail

La mobilité professionnelle et géographique des salariés en Europe : 3 exemples, les industries automobile, sidérurgique et des télécommunications

La mobilité professionnelle et géographique des salariés en Europe : 3 exemples, les industries automobile, sidérurgique et des télécommunications La mobilité professionnelle et géographique des salariés en Europe : 3 exemples, les industries automobile, sidérurgique et des télécommunications Présentation P.Morvannou, cabinet Syndex, France I éléments

Plus en détail

Tracé de lignes et de courbes planes

Tracé de lignes et de courbes planes Département d informatique Université de Toulon et du Var Plan 1 Introduction 2 Tracé de segments 3 Tracé de cercles 4 Tracé de courbes Définition Le processus de représentation d objets graphiques continus

Plus en détail

Comment faire des mesures en altitude avec une radiosonde?

Comment faire des mesures en altitude avec une radiosonde? Comment faire des mesures en altitude avec une radiosonde? L atmosphère est une enveloppe qui n a pas les mêmes caractéristiques partout. Il est donc utile de compléter les mesures météorologiques classiques,

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

Mathématiques Fonctions réelles et équations

Mathématiques Fonctions réelles et équations Définition du domaine d'examen MAT-5106-1 Mathématiques Fonctions réelles et équations Mise à jour novembre 2004 Définition du domaine d'examen MAT-5106-1 Mathématiques Fonctions réelles et équations Mise

Plus en détail

Mise au point d outils de suivi de gestion INDICATEURS DENDROMETRIQUES. 1.- Inventaires

Mise au point d outils de suivi de gestion INDICATEURS DENDROMETRIQUES. 1.- Inventaires Développement d une gestion durable des peuplements irréguliers feuillus Septembre 2003 Mise au point d outils de suivi de gestion INDICATEURS DENDROMETRIQUES 1.- Inventaires Inventaire pied à pied (en

Plus en détail

Approche du nombre dérivé

Approche du nombre dérivé Approche du nombre dérivé Conformément au programme de 1 ère STG, nous nous proposons de chercher la position de la sécante à une courbe qui permet de minimiser les écarts au voisinage du point d intersection.

Plus en détail

Chapitre II Atmosphère et climat aux grandes échelles de temps

Chapitre II Atmosphère et climat aux grandes échelles de temps Chapitre II Atmosphère et climat aux grandes échelles de temps 1 - I - Atmosphère primitive, atmosphère actuelle 2 Le Soleil est donc le moteur de la dynamique de l atmosphère, du cycle de l eau et d une

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE

INTRODUCTION GENERALE INTRODUCTION GENERALE Contrôle de Gestion I. Le Contrôle de Gestion 1. Définition Le contrôle de gestion est une forme de contrôle organisationnel. C est une forme de contrôle adaptée aux structures d

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES DE LA SOCIÉTÉ DE LA PLACE DES ARTS DE MONTRÉAL

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES DE LA SOCIÉTÉ DE LA PLACE DES ARTS DE MONTRÉAL POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES DE LA SOCIÉTÉ DE LA PLACE DES ARTS DE MONTRÉAL Septembre 2010 Adoptée : Rés. CA 2010-29 Modifiée : Rés. CA 2012-36 1 TABLE DE MATIÈRES POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

Plus en détail

Vers une «bataille» de l Arctique?

Vers une «bataille» de l Arctique? Conférence du Cercle Géopolitique du 30 octobre 2013 Vers une «bataille» de l Arctique? Patrice Geoffron En cette rentrée 2013, le cycle de conférences du Cercle Géopolitique s est ouvert sur l intervention

Plus en détail

Animation. Principes et modélisation

Animation. Principes et modélisation Animation Principes et modélisation Les animations Une animation est obtenue par une succession rapide d'images (25 images par seconde en vidéo, 24 pour le cinéma). Pour une séquence donnée, chaque image

Plus en détail

x x² = y x -3-2 -1-0,5 0 0,5 1 2 3 y CHAPITRE 12 I. INTRODUCTION

x x² = y x -3-2 -1-0,5 0 0,5 1 2 3 y CHAPITRE 12 I. INTRODUCTION CHAPITRE 2 FONCTIONS I. INTRODUCTION Une fonction est «une machine à transformer des nombres». Par eemple, la fonction «carré» désigne la «machine» qui transforme les nombres en leurs carrés. Ainsi elle

Plus en détail

Incohérences au niveau de la modélisation

Incohérences au niveau de la modélisation Incohérences au niveau de la modélisation Software Group Claudio Grolimund: Il importe d identifier et éliminer les incohérences à l échelle des modèles, a souligné le professeur Alexander Egyed dans le

Plus en détail

Decade 0.40. Manuel de prise en main

Decade 0.40. Manuel de prise en main Decade 0.40 Manuel de prise en main Thomas Paviot 25 novembre 2005 Dernière modification : 2 mars 2006 thomas.paviot@free.fr www.decade-dynamics.org Pendule double - 1 - Decade 0.40 Prise en main Avertissements

Plus en détail

PROGRAMME DE GESTION INTÉGRÉE DE DOCUMENTS

PROGRAMME DE GESTION INTÉGRÉE DE DOCUMENTS PROGRAMME DE GESTION INTÉGRÉE DE DOCUMENTS Conformément à la Politique sur la gestion de documents et des archives de l Université de Montréal (ajouter le numéro), et à la norme ISO 15489, la Division

Plus en détail

UE Planète Terre. Grands Processus Géodynamiques. Julie Perrot - U.B.O.

UE Planète Terre. Grands Processus Géodynamiques. Julie Perrot - U.B.O. UE Planète Terre Julie Perrot - U.B.O. Grands Processus Géodynamiques I - Frontières Divergentes Modèles de rifting Rift Continental Dorsale Océanique II - Frontières Convergentes Subduction Collision

Plus en détail

GÉNÉRALITÉS SUR LES FONCTIONS

GÉNÉRALITÉS SUR LES FONCTIONS . Qu'est-ce qu'une fonction? Vocabulaire GÉNÉRALITÉS SUR LES FONCTIONS Définition Notion de fonction À chaque fois que l'on associe à une quantité une (autre) quantité, on dit que que l'on définit une

Plus en détail

LE BUDGET DE 1999. Bâtir aujourd hui pour un avenir meilleur. Maintien d une saine gestion financière et économique

LE BUDGET DE 1999. Bâtir aujourd hui pour un avenir meilleur. Maintien d une saine gestion financière et économique LE BUDGET DE 1999 Bâtir aujourd hui pour un avenir meilleur Maintien d une saine gestion financière et économique février 1999 «la dernière année se caractérise par un incroyable climat d incertitude économique,

Plus en détail

Les notes des candidats aux épreuves du baccalauréat général

Les notes des candidats aux épreuves du baccalauréat général Les notes des candidats aux épreuves du baccalauréat général Session 2001 Naghmeh ROBIN Ministère de la Jeunesse, de l Éducation nationale et de la Recherche Direction de la programmation et du développement

Plus en détail

DST DE SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE 1) RESTITUTION ORGANISÉE DES CONNAISSANCES (5 PTS)

DST DE SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE 1) RESTITUTION ORGANISÉE DES CONNAISSANCES (5 PTS) 1s_cntsvt_2012_03_28.doc 1/6 CLASSE DE 1ère S - DURÉE 3H00 DST DE SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE CALCULATRICES INTERDITES 1) RESTITUTION ORGANISÉE DES CONNAISSANCES (5 PTS) La théorie de la dérive des

Plus en détail

Présentation du programme de première STMG Académie de Créteil 05/04/12. Suites, algorithmique et dérivation

Présentation du programme de première STMG Académie de Créteil 05/04/12. Suites, algorithmique et dérivation Présentation du programme de première STMG Académie de Créteil 05/04/12 Suites, algorithmique et dérivation 1 SUITES Contenus Capacités attendues Commentaires Suites Modes de génération d'une suite numérique.

Plus en détail

La profondeur du Moho est donnée par l'équation :

La profondeur du Moho est donnée par l'équation : TP 11 Epaisseur de la croûte continentale au niveau des Alpes Au niveau d'une chaîne de montagnes la croûte continentale est très épaisse et supérieure à la valeur moyenne de 30 km. A partir de l'étude

Plus en détail

Bac Blanc de Mathématiques Correction Durée : 3 heures

Bac Blanc de Mathématiques Correction Durée : 3 heures Terminale STG Mercatique Jeudi 1 avril 2010 Bac Blanc de Mathématiques Correction Durée : 3 heures L usage de la calculatrice est autorisé. Le sujet comporte 6 pages. EXERCICE 1 3 points Cet eercice est

Plus en détail

Chapitre 7 Ministère des Transports et de l Infrastructure. Approvisionnement en bitume prémélangé. Contenu

Chapitre 7 Ministère des Transports et de l Infrastructure. Approvisionnement en bitume prémélangé. Contenu Approvisionnement en bitume prémélangé Chapitre 7 Ministère des Transports et de l Infrastructure Approvisionnement en bitume prémélangé Contenu Pourquoi nous avons choisi ce projet...... 293 Contexte

Plus en détail

o 2. la dorsale médio-atlantique Une chaîne de montagnes sous-marines de nord à sud le long de l océan Atlantique

o 2. la dorsale médio-atlantique Une chaîne de montagnes sous-marines de nord à sud le long de l océan Atlantique - Comment les continents se déplacent-ils? - S il y avait une fois, tous les continents ont formé un «supercontinent», la Pangée... o Il faut conclure que les continents se déplacent - Donc, il faut poser

Plus en détail

L apprentissage : une formation en alternance

L apprentissage : une formation en alternance Formation de formateurs en alternance nouvellement recrutés de CFA-BTP Direction de la formation L apprentissage : une formation en alternance L apprentissage permet une insertion progressive des jeunes

Plus en détail

Cours de géographie Volcanisme, 8VSB

Cours de géographie Volcanisme, 8VSB Cours de géographie Volcanisme, 8VSB PARTIE I : GEODYNAMIQUE INTERNE STRUCTURE INTRENE DE LA TERRE DERIVE DES CONTINENTS THEORIE DE LA TECTONIQUE DES PLAQUES PALEOMAGNETISME SEISMES VOLCANS CHAINES DE

Plus en détail

1. Point de vue scientifique

1. Point de vue scientifique LE VIRTUEL POUR CAPITALISER NOTRE PATRIMOINE TECHNIQUE ET INDUSTRIEL Est-il possible de «rebâtir» le patrimoine par les outils virtuels de l ingénieur d aujourd hui et pour quels enjeux? Perspectives de

Plus en détail

Thème 2 : Enjeux planétaires contemporains

Thème 2 : Enjeux planétaires contemporains Thème 2 : Enjeux planétaires contemporains 2 sous parties : Tectonique des plaques et géologie appliquée Nourrir l humanité Une exemple de tâche complexe Rappel : «La tâche complexe est une tâche mobilisant

Plus en détail

Géologie- L5 : Géothermie et propriétés thermiques de la Terre. I. Gradient et flux géothermique : conséquences d une dissipation d énergie interne.

Géologie- L5 : Géothermie et propriétés thermiques de la Terre. I. Gradient et flux géothermique : conséquences d une dissipation d énergie interne. Géologie- L5 : Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Introduction : L existence d un flux de chaleur d origine interne fait l objet de nombreuses manifestations en surface (sources d eaux chaudes,

Plus en détail

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande La notion de marché, dans les économies industrialisées contemporaines, est devenue pour une large majorité d économistes la référence

Plus en détail

Plan de développement stratégique 2013-2016

Plan de développement stratégique 2013-2016 Plan de développement stratégique 2013-2016 INTRODUCTION Le Plan de développement stratégique présenté dans les pages qui suivent expose les objectifs du Groupe de Collaboration Internationale en Ingénierie

Plus en détail

RESOLUTION D UNE INEQUATION. Les symboles utilisés ( symbole d inégalité ) : Appellation 1 Appellation 2 Appellation 3 Vocabulaire à utiliser

RESOLUTION D UNE INEQUATION. Les symboles utilisés ( symbole d inégalité ) : Appellation 1 Appellation 2 Appellation 3 Vocabulaire à utiliser THEME : Les symboles utilisés ( symbole d inégalité ) : Appellation 1 Appellation Appellation Vocabulaire à utiliser < plus petit inférieur strictement inférieur strictement inférieur plus petit ou égal

Plus en détail

N 6 - LE CENTRE SPATIAL GUYANAIS, PORT SPATIAL DE L'EUROPE

N 6 - LE CENTRE SPATIAL GUYANAIS, PORT SPATIAL DE L'EUROPE N 6 - LE CENTRE SPATIAL GUYANAIS, PORT SPATIAL DE L'EUROPE COMPLEMENTS D INFORMATION Les différentes orbites terrestres La variété des missions spatiales dédiées aux satellites exige l utilisation de nombreuses

Plus en détail

Groupe : (h, k) ( 5, 12)

Groupe : (h, k) ( 5, 12) Fiche de soutien Les propriétés de la fonction racine carrée PROPRIÉTÉ FONCTION SOUS FORME CANONIQUE f(x) = a + k (ou f(x) = a 1 + k et a 1 = a ) EXEMPLE f(x) = 2 12 (ou f(x) = 6 12) Coordonnées du sommet

Plus en détail

Projet de stage de terrain dans le Sud-Ouest des États-Unis Avril 2003

Projet de stage de terrain dans le Sud-Ouest des États-Unis Avril 2003 Projet de stage de terrain dans le Sud-Ouest des États-Unis Avril 2003 Description : GEM4551 : Ce cours se veut un instrument d initiation au travail sur le terrain. Il s agit d une activité visant surtout

Plus en détail

En positionnant la formation comme un soutien à la performance, on portera l impact de ses interventions sur les résultats de l organisation.

En positionnant la formation comme un soutien à la performance, on portera l impact de ses interventions sur les résultats de l organisation. Edito La formation au service des priorités de l Organisation Les organisations misent beaucoup sur la compétence de leurs employés, cadres et dirigeants. La formation est aujourd hui un moyen privilégié

Plus en détail

Etude de la transformation de mouvement «Bielle-Manivelle» 1) FONCTIONS RÉALISÉES PAR LE LOGICIEL...2 2) CRÉATION DU MÉCANISME...2 3) ANALYSE...

Etude de la transformation de mouvement «Bielle-Manivelle» 1) FONCTIONS RÉALISÉES PAR LE LOGICIEL...2 2) CRÉATION DU MÉCANISME...2 3) ANALYSE... Découverte du logiciel Mecaplan pour SolidWorks Page 1/9 Mecaplan pour SolidWorks Bielle Manivelle Piston Bâti Etude de la transformation de mouvement «Bielle-Manivelle» 1) FONCTIONS RÉALISÉES PAR LE LOGICIEL....2

Plus en détail

SchoolCO2web. En classe : comment travailler avec des mesures de CO2 atmosphérique. 1. Introduction. 2. Les cycles de CO2 simplifiés

SchoolCO2web. En classe : comment travailler avec des mesures de CO2 atmosphérique. 1. Introduction. 2. Les cycles de CO2 simplifiés En classe : comment travailler avec des mesures de CO2 atmosphérique 1. Introduction SchoolCO2web est un projet qui vise à permettre aux élèves de mieux appréhender le cycle du carbone et les fluctuations

Plus en détail

1 Introduction. 2 Fonctions linéaires, fonctions affines. 2.1 Définitions. Fonctions linéaires et fonctions affines Cours. Objectifs du chapitre

1 Introduction. 2 Fonctions linéaires, fonctions affines. 2.1 Définitions. Fonctions linéaires et fonctions affines Cours. Objectifs du chapitre Fonctions linéaires et fonctions affines Cours Objectifs du chapitre Connaitre le sens de variation d une fonction affine. Connaitre le signe d une fonction affine. 1 Introduction Activité 2 Fonctions

Plus en détail

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Processus Activité Attitudes / comportements Capacités Connaissances Définition de l idée Utilise des méthodes et des techniques d évaluation

Plus en détail

Evaluation des bacheliers «informatique de gestion» et «informatique et systèmes» (finalité technologie de l informatique) 2011-2012

Evaluation des bacheliers «informatique de gestion» et «informatique et systèmes» (finalité technologie de l informatique) 2011-2012 Evaluation des bacheliers «informatique de gestion» et «informatique et systèmes» (finalité technologie de l informatique) 2011-2012 RAPPORT FINAL DE SYNTHESE Institut d Enseignement de Promotion Sociale

Plus en détail

Gestion aérothermique des zones de fuites du compartiment moteur d un véhicule automobile.

Gestion aérothermique des zones de fuites du compartiment moteur d un véhicule automobile. Gestion aérothermique des zones de fuites du compartiment moteur d un véhicule automobile. Mahmoud KHALED 1,2*, Fabien HARAMBAT 2, Hassan PEERHOSSAINI 1 1 Laboratoire de thermocinétique, CNRS-UMR 6607,

Plus en détail

Acer econsole Manuel d utilisation

Acer econsole Manuel d utilisation Acer econsole Manuel d utilisation 1 I Informations de licence des logiciels tiers ou logiciels libres Les logiciels préchargés, intégrés ou autrement distribués avec les produits fournis par Acer contiennent

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/58/217

Assemblée générale. Nations Unies A/58/217 Nations Unies A/58/217 Assemblée générale Distr. générale 5 août 2003 Français Original: anglais Cinquante-huitième session Point 122 de l ordre du jour provisoire* Budget-programme de l exercice biennal

Plus en détail

Introduction générale : les écoles et les épreuves

Introduction générale : les écoles et les épreuves Introduction générale : les écoles et les épreuves I. Présentation du concours Le concours ACCES permet d intégrer l une des trois écoles de commerce : L ESSCA : 475 places L ESDES : 260 places L IESEG

Plus en détail

Diagnostic partiel de l unité commerciale et consignes générales sur le dossier de 10 pages

Diagnostic partiel de l unité commerciale et consignes générales sur le dossier de 10 pages Diagnostic partiel de l unité commerciale et consignes générales sur le dossier de 10 pages I. Consignes générales Le dossier répond à des critères d exigences qui ont été définies par le référentiel de

Plus en détail

Thème : Énergie, matière et rayonnement Type de ressources : séquence sur le Laser utilisant des ressources numériques.

Thème : Énergie, matière et rayonnement Type de ressources : séquence sur le Laser utilisant des ressources numériques. Thème : Énergie, matière et rayonnement Type de ressources : séquence sur le Laser utilisant des ressources numériques. Notions et contenus : Transferts quantiques d énergie Émission et absorption quantiques.

Plus en détail

Intérêt de cet article pour la Trame Verte et Bleue :

Intérêt de cet article pour la Trame Verte et Bleue : Comment prévoir un réseau écologique, une trame verte et bleue, adaptée aux déplacements d espèces liés au changement climatique. La réflexion menée sur la côte pacifique des USA et du Canada propose une

Plus en détail

CARNET DE BORD DE L ÉTUDE DE GESTION

CARNET DE BORD DE L ÉTUDE DE GESTION CARNET DE BORD DE L ÉTUDE DE GESTION Nom : Prénom : Classe : Sciences Gestion : Étu gestion Page 1 sur 16 I Qu'est-ce que l'étu Gestion? Source : Extrait du Bulletin officiel n 21 du 24/05/2012), note

Plus en détail

LIVRE BLANC. Pourquoi choisir la qualité d image Sony?

LIVRE BLANC. Pourquoi choisir la qualité d image Sony? LIVRE BLANC Pourquoi choisir la qualité d image Sony? Introduction Pourquoi choisir la qualité d image Sony? L avenir de la surveillance IP sera en Full HD. De nombreuses entreprises ne cessent de parler

Plus en détail

CARACTERISTIQUES A PRENDRE EN COMPTE

CARACTERISTIQUES A PRENDRE EN COMPTE Jean-Pierre L. Consultant logistique spécialiste en entreposage. DIALOGIS METHODE L implantation du picking : enjeu majeur de la mise en oeuvre d une chaîne de préparation mécanisée RESUME L exploitation

Plus en détail

Qu est-ce qu un sondage. De la problématique à la stratégie

Qu est-ce qu un sondage. De la problématique à la stratégie Qu est-ce qu un sondage P C est une enquête sur échantillon, c est-à-dire une méthode de collecte des données < Basée sur l échantillonnage et permettant d extrapoler, c est-àdire de généraliser à une

Plus en détail

Conférence-débat : synthèse «Pérennité de l information : vers une solution et une réalisation»

Conférence-débat : synthèse «Pérennité de l information : vers une solution et une réalisation» Conférence-débat : synthèse «Pérennité de l information : vers une solution et une réalisation» e-babel info@e-babel.org 25 novembre 2009 Avec la participation de : Mme Véronique Sordet : 7ème Programme

Plus en détail

La circulation à la surface des océans

La circulation à la surface des océans La circulation océanique La surface des océans n est jamais immobile. Un transport de colossales quantités d eau et d énergie s opère à travers un système de circulation à l échelle du globe. Les courants

Plus en détail

Système de management intégré pour le secteur des services : l expérience d une banque russe

Système de management intégré pour le secteur des services : l expérience d une banque russe Système de management intégré pour le secteur des services : l expérience d une banque russe par Valentin Nikonov Cet article présente un modèle de système de management intégré pour les entreprises de

Plus en détail

Conseils pour un programme de GRE pratique, viable et efficace pour les caisses populaires

Conseils pour un programme de GRE pratique, viable et efficace pour les caisses populaires Conseils pour un programme de GRE pratique, viable et efficace pour les caisses populaires Date : Le 25 avril 2013 Animateurs : Carlo Mariglia Associé, services-conseils, BDO 416-369-3078 cmariglia@bdo.ca

Plus en détail

GESTION DE LA DOCUMENTATION DANS LA DIVISION ST

GESTION DE LA DOCUMENTATION DANS LA DIVISION ST EUROPEAN ORGANIZATION FOR NUCLEAR RESEARCH ORGANISATION EUROPÉENE POUR LA RECHERCHE NUCLÉAIRE CERN - ST Division CERN-ST-2000-044 February, 2000 GESTION DE LA DOCUMENTATION DANS LA DIVISION ST I. Béjar

Plus en détail

Fonctions Affines Problèmes du premier degré

Fonctions Affines Problèmes du premier degré Fonctions Affines Problèmes du premier degré Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 2015/2016 Table des matières 1 Fonctions Affines 2 1.1 Définition Représentation graphique.................................

Plus en détail

Introduction à l optimisation

Introduction à l optimisation Université du Québec à Montréal Introduction à l optimisation Donnée dans le cadre du cours Microéconomie II ECO2012 Baccalauréat en économique Par Dominique Duchesneau 21 janvier septembre 2008 Ce document

Plus en détail

2013 # 5. SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE ARIÈGE-PYRÉNÉES Actes du Congrès IFRAO, Tarascon-sur-Ariège, septembre 2010 L ART PLÉISTOCÈNE DANS LE MONDE

2013 # 5. SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE ARIÈGE-PYRÉNÉES Actes du Congrès IFRAO, Tarascon-sur-Ariège, septembre 2010 L ART PLÉISTOCÈNE DANS LE MONDE SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE ARIÈGE-PYRÉNÉES Actes du Congrès IFRAO, Tarascon-sur-Ariège, septembre 2010 2013 # 5 http://www.palethnologie.org ISSN 2108-6532 sous la direction de Jean CLOTTES L ART PLÉISTOCÈNE

Plus en détail

GPA777 Introduction au génie logiciel

GPA777 Introduction au génie logiciel Université du Québec École de technologie supérieure Département de génie de la production automatisée GPA777 Introduction au génie logiciel Chapitre 6 Validation des logiciels Copyright, 2000 Tony Wong,

Plus en détail

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE Source du Par (82 c) : la source la plus chaude d Europe continentale Premier plan : corps cellulaire d un neurone. 1,5 semaine Cours Approche

Plus en détail

RAPPORT DE LABORATOIRE DE PHYSIQUE Polarisation

RAPPORT DE LABORATOIRE DE PHYSIQUE Polarisation RAPPORT DE LABORATOIRE DE PHYSIQUE Polarisation Benjamin Frere & Pierre-Xavier Marique ème candidature en sciences physiques, Université de Liège Année académique 003-004 1 1 Objectifs Le but de cette

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

II. Les savoirs scientifiques à maîtriser A/ Volcanisme Savoir définir volcan / volcanisme

II. Les savoirs scientifiques à maîtriser A/ Volcanisme Savoir définir volcan / volcanisme UE 116 TD 1 Sciences de la Terre Les concepts mobilisés dans les explications des phénomènes volcaniques et sismiques. I. Nos représentations initiales Support Affiches/ Comparaison Travail par groupe

Plus en détail

PARTIE III : LE SIG : UN OUTIL D AIDE A LA DECISION

PARTIE III : LE SIG : UN OUTIL D AIDE A LA DECISION PARTIE III : LE SIG : UN OUTIL D AIDE A LA DECISION - 106 - A) CONSTITUTION DE LA BASE DE DONNEES S.I.G Un Système d Information Géographique est un outil informatique, permettant d optimiser la gestion

Plus en détail

1 FAITES CONNAISSANCE AVEC LA MÉTHODE DES PLANS D EXPÉRIENCES

1 FAITES CONNAISSANCE AVEC LA MÉTHODE DES PLANS D EXPÉRIENCES 1 FAITES CONNAISSANCE AVEC LA MÉTHODE DES PLANS D EXPÉRIENCES Si vous lisez ce livre c est que, probablement, vous faites des expériences et que vous cherchez à mieux les organiser. Vous cherchez surtout

Plus en détail

- 06 - LA GESTION DE LA PRODUCTION : PARTIE 1

- 06 - LA GESTION DE LA PRODUCTION : PARTIE 1 - 06 - LA GESTION DE LA PRODUCTION : PARTIE 1 Objectif(s) : o o Pré requis : o o o Contraintes de production, Optimisation de la gestion de la production. Coût de production, Production sous contraintes,

Plus en détail

Comment aborder la question de la transition énergétique? Illustration régionale du scénario facteur 4 de GrDF en Franche-Comté

Comment aborder la question de la transition énergétique? Illustration régionale du scénario facteur 4 de GrDF en Franche-Comté ATELIER DECRYPTAGEO 2015 Comment aborder la question de la transition énergétique? Illustration régionale du scénario facteur 4 de GrDF en Franche-Comté 10 juin 2015 Présentation de GrDF et de son scénario

Plus en détail