Détenu, emprisonné, mis sous garde; quelles sont les règles concernant nos adolescents?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Détenu, emprisonné, mis sous garde; quelles sont les règles concernant nos adolescents?"

Transcription

1 Détenu, emprisonné, mis sous garde; quelles sont les règles concernant nos adolescents? Amélie St-Denis, avocate Congrès de l Association des jeunes barreaux du Québec 22 mai 2015 Au-delà du procès et de l'imposition de la peine, connaissezvous les règles qui régissent la privation de liberté des adolescents? Peut-on appliquer les règles du droit carcéral adulte? À travers cette présentation, vous découvrirez quelles sont les particularités entourant l'hébergement d'adolescents lors d'une détention, d'une mise sous garde et d'un emprisonnement, les liens entre les services offerts aux adolescents et aux adultes, la façon de déterminer la date de remise en liberté d'un adolescent, et bien plus... 1

2 Question de terminologie Adolescent: Personne ayant commis une infraction criminelleoupénalealorsqu ilétaitâgédemoinsde18ans au moment de l infraction. Détention: Au sens de la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents, signifie une détention préventive avantleprononcédelapeine. Emprisonnement: Au sens du Code de procédure pénale, signifie un emprisonnement suite à un non-paiement d amende. Question de terminologie Mise sous garde: Au sens de la LSJPA, signifie la partie d une peine pour adolescent à être purgée sous garde. Peine prévue aux articles 42(2)n), 42(2)o), 42(2)q) et 42(2)r) LSJPA. Peine spécifique: Peine réservée aux adolescents et imposée en vertu de la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents. Surveillance et liberté sous condition: Au sens de la LSJPA, signifie la partie d une peine pour adolescent purgée sous condition au sein de la collectivité et s apparentant à la libération conditionnelle existant dans le système adulte. 2

3 Saviez-vous que Au Québec, le Directeur de la protection de la jeunesse occupe la fonction de Directeur provincial(33.3 LPJ). Au Québec, le Directeur de la protection de la jeunesse autorise les détentions avant comparution(30(8) LSJPA). Détermination du lieu de détention (30 LSJPA) Au Québec, un décret a été adopté afin de désigner les centres de réadaptation des centres jeunesse comme lieu de détention provisoire. Les adolescents sont détenus en centre de réadaptation s ils sont âgés demoinsde20ansaumomentoùleurdétentiondébute. Les adolescents sont détenus dans un établissement correctionnel provincial pour adultes s ils sont âgés de 20 ans ou plus au moment où leur détention débute. Lorsqu un adolescent est âgé de plus de 18 ans, le Directeur provincial est le seul à pouvoir demander au tribunal le transfert de l adolescent dans un établissement correctionnel provincial pour adultes. 3

4 Saviez-vous que Toutes les peines pour adolescents privatives de liberté sont automatiquement imposées avec une période de libération conditionnelle nommée surveillance ou liberté sous condition. Le tribunal fixe, dès prononcé de la peine, le moment où l adolescent sera libéré. Les conditions qui seront imposées à l adolescent lors de sa libérationserontfixéesunmoisavantlafindelapériodede mise sous garde. Saviez-vous que Dès le prononcé d une peine privative de liberté, un intervenant(délégué jeunesse) est désigné afin de préparer avec l adolescent sa réinsertion sociale(90 LSJPA). Les peines de garde ont pour objectif de contribuer à la protection de la société en aidant à la réadaptation des adolescents et à leur réinsertion sociale à titre de citoyens respectueux des lois(83 LSJPA). 4

5 Détermination du lieu de mise sous garde Au Québec, un décret a été adopté afin de désigner les centres de réadaptation des centres jeunesse comme lieu de mise sous garde. Au Québec, un décret a été adopté afin de désigner l Institut Philippe-Pinel comme un lieu de mise sous garde. L Institut Philippe-Pinel est le seul lieu pouvant offrir un programme intensif de réadaptation prévu à l article 42(2)r LSJPA. Détermination du lieu de mise sous garde Jusqu à l âge de 20 ans, les adolescents purgent leur mise sous garde en centre de réadaptation. Lorsqu il atteint l âge de 20 ans, le Directeur provincial peut, à sa discrétion, permettre à l adolescent de demeurer en centre de réadaptation. À défaut, l adolescent sera redirigé vers un établissement correctionnel provincial pour adultes(93 LSJPA). Si l adolescent est âgé de 20 ans ou plus au moment de l imposition de sa peine, l adolescent purgera sa peine dans un établissement correctionnel provincial pour adultes (89 LSJPA). 5

6 Détermination du lieu de mise sous garde Lorsqu un adolescent âgé de plus de 18 ans purge une peine de mise sous garde, le Directeur provincial est le seul à pouvoir demander au tribunal le transfert de l adolescent dans un établissement correctionnel provincial pour adultes(92 LSJPA). Le Directeur provincial est responsable de demander le transfert d un adolescent vers les services correctionnels fédéraux lorsqu il resteuneduréededeuxansouplusàlapeineàêtrepurgée. L adolescent purgeant sa peine auprès des services correctionnels adultes est admissible à la libération conditionnelle offerte aux adultes et peut donc être libéré hâtivement. Niveau de mise sous garde Ilexistedeuxtypesdemisesousgarde:lamisesousgarde ouverte et la mise sous garde fermée. Le niveau de confinement est déterminé par le tribunal au moment de l imposition de la peine. En raison de l article 88 LSJPA, les articles 24.1 à 24.3 et 28 à 31 de la Loi sur les jeunes contrevenants (abolie en 2002) s appliquent toujours. 6

7 Niveau de mise sous garde Le Directeur provincial a le pouvoir de transférer un adolescent d un milieu ouvert vers un milieu fermé, sans l autorisation du tribunal, pour une durée maximale de 15 jours(24.2(9) LJC). Le Tribunal peut permettre qu une peine de mise sous garde en milieu fermé soit transformée en une peine de misesousgardeenmilieuouvert(28ljc). Modification de la durée de la mise sous garde Le tribunal peut, sur demande, libérer hâtivement l adolescent(94(19) LSJPA). Le tribunal peut, sur demande, et exceptionnellement, ordonner le maintien sous garde de l adolescent durant la période de surveillance normalement purgée au sein de la collectivité(98 et 104 LSJPA). 7

8 Durant la mise sous garde Le Directeur provincial est responsable d octroyer les congés provisoires et les mises en liberté de jour (91 LSJPA). Les articles 7 à 10 de la Loi sur la protection de la jeunesse s appliquent à tous les adolescents hébergés en vertu de la LSJPA. L adolescent bénéficie de droits étendus en matière de communications confidentielles avec sa famille et avec des tiers malgré le fait qu il purge une peine privative de liberté. Lors de la surveillance Le Directeur provincial est responsable de vérifier que les adolescents respectent leurs conditions de surveillance au sein de la collectivité et est responsable de la révocation des surveillances. Le Directeur provincial détermine pour les peines usuelles de mise sous garde les conditions de surveillance à imposer à un adolescent lors de sa sortie de mise sous garde (97(2) LSJPA). 8

9 Gestion des manquements lors de la période de surveillance en collectivité Le Directeur provincial peut ordonner la mise sous garde d unadolescentpouruneduréede48heureslorsqu ilades motifs raisonnables de croire que l adolescent enfreint ou est sur le point d enfreindre une condition imposée dans le cadre de sa surveillance(102, 106 et 108 LSJPA). Le Directeur provincial peut émettre un mandat d arrestation lorsque l adolescent ne se soumet pas à cet ordre de mise sous garde(107 LSJPA). Au plus tard à l échéance des 48 heures, le Directeur provincial peut remettre l adolescent en liberté ou saisir le Tribunal(103 et 109 LSJPA). Vrai ou Faux? Alexandre (16 ans) purge une peine de mise sous garde et surveillance d une durée de 300 jours composée de 200 jours de mise sous garde et de 100 jours de surveillance. À la 199 ème journée de sa peine, il se voit imposer une peine de 90 joursde mise sousgarde et surveillance à être purgé de façon concurrente à la première. Vrai ou faux? Alexandre sera libéré le lendemain de l imposition de sa deuxième peine. 9

10 Vrai ou Faux? Béatrice purge une peine de mise sous garde et surveillance d une durée de 300 jours composée de 200 jours de mise sous garde et de 100 jours de surveillance. À la 220 ème journée de sa peine, alors qu elle est dans la collectivité, elle se voit imposer une peine de 60 jours de mise sous garde et surveillance à être purgé de façon concurrente à la première. Vrai ou faux? Le Directeur provincial peut ordonner que Béatrice soit mise sous garde. Vrai ou Faux? Clément quitte le centre de réadaptation sans autorisation le lundi 7 mai vers midi et revient de son propre chef le mardi 8 mai vers 19h00. Vrai ou faux? Sous réserve d une nouvelle accusation, Clément pourra réintégrer la collectivité à la date de remise en liberté initialement fixée. 10

11 Vrai ou Faux? Daniella purge une peine de mise sous garde et surveillance (pour adolescent) d une durée de 300 jours composée de 200 jours de mise sous garde et de 100 jours de surveillance. À la 10 ème journée de sa peine, elle se voit imposer une peine d une journée d emprisonnement (aux adultes). Vrai ou faux? Daniella pourra être libérée après avoir purgé 100 jours de prison. Détermination du lieu d emprisonnement La personne âgée demoins de 18 ans dont le juge ordonne l emprisonnement doit être hébergée sous garde dans une installation maintenue par un établissement qui exploite un centre de réadaptation(7 C.p.p.). La personne âgée demoins de 18 ans dont le juge ordonne l emprisonnement est confiée au Directeur de la protection de la jeunesse(356 C.p.p.). 11

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de :

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de : Service correctionnel Canada Correctional Service Canada Droit Le Service correctionnel du Canada : au cœur de la justice pénale Descriptif Le module Le Service correctionnel du Canada : au cœur de la

Plus en détail

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de :

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de : Service correctionnel Canada Correctional Service Canada Droit Le système correctionnel canadien : un travail d équipe Descriptif Le module Le système correctionnel canadien : un travail d équipe permet

Plus en détail

Plan de cours Justice des mineurs - CRI 3900L

Plan de cours Justice des mineurs - CRI 3900L Université de Montréal Automne 2015 École de criminologie Plan de cours Justice des mineurs - CRI 3900L Chargée de cours : Me Amélie St-Denis Coordonnées : amelie.st-denis@umontreal.ca et (450) 928-5125

Plus en détail

Guide pour adolescents

Guide pour adolescents Guide pour adolescents Guide pour adolescents Nous remercions le ministère de la Justice du Canada pour sa contribution financière. Nous remercions également Public Legal Education Association Saskatchewan

Plus en détail

COUR DU QUÉBEC CHAMBRE DE LA JEUNESSE MONTRÉAL RÈGLES DE FONCTIONNEMENT EN VIGUEUR LE 1 ER JANVIER 2015

COUR DU QUÉBEC CHAMBRE DE LA JEUNESSE MONTRÉAL RÈGLES DE FONCTIONNEMENT EN VIGUEUR LE 1 ER JANVIER 2015 COUR DU QUÉBEC CHAMBRE DE LA JEUNESSE MONTRÉAL RÈGLES DE FONCTIONNEMENT EN VIGUEUR LE 1 ER JANVIER 2015 1. SALLES DES COMPARUTIONS (LSJPA) ET PRATIQUE (PROTECTION) 1.1. LOI SUR LE SYSTÈME DE JUSTICE PÉNALE

Plus en détail

AMENAGEMENTS DE PEINE

AMENAGEMENTS DE PEINE AMENAGEMENTS DE PEINE TEXTES DE REFERENCE La loi du 9 mars 2004 portant adaptation de la justice aux évolutions de la criminalité a affirmé le principe selon lequel les peines d emprisonnement ont vocation

Plus en détail

CA20061211-05. Politique sur la vérification des antécédents judicaires

CA20061211-05. Politique sur la vérification des antécédents judicaires CA20061211-05 Politique sur la vérification des antécédents judicaires Adoptée par le conseil d administration du Collège Marie-de-l Incarnation le 11 décembre 2006 TABLE DES MATIÈRES Pages 1. Contexte

Plus en détail

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de :

Intégré à leur cours de droit ou de sociologie, le présent module permettra aux participants de : Service correctionnel Canada Correctional Service Canada Sociologie La mise en liberté sous condition Descriptif Le module La mise en liberté sous condition permet aux étudiants de démystifier le processus

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

L E S R É G I M E S CHANGER D ÉTABLISSEMENT

L E S R É G I M E S CHANGER D ÉTABLISSEMENT 2 Les transferts et changements d affectation CHANGER D ÉTABLISSEMENT Un changement d affectation est une décision de transférer un détenu dans un autre établissement. Le transfert est la conduite de la

Plus en détail

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action Orientations gouvernementales en matière d agression sexuelle Plan d action Édition produite par : La Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux Pour obtenir d autres

Plus en détail

Garde de jour pour enfants

Garde de jour pour enfants Garde de jour pour enfants comprendre les dispositions de garde et les ordonnances de la cour criminelle ou du tribunal de la famille Contexte Les garderies ont pour principale tâche de préserver en tout

Plus en détail

Objet : Plainte à l endroit de l institut Philippe Pinel de Montréal et du Ministère de la Sécurité publique N/Réf. : 1004160 et 1005042

Objet : Plainte à l endroit de l institut Philippe Pinel de Montréal et du Ministère de la Sécurité publique N/Réf. : 1004160 et 1005042 Montréal, le 12 mars 2015 Monsieur Responsable de l accès aux documents Institut Philippe Pinel de Montréal 10905, boul. Henri-Bourassa E. Montréal (Québec) H1C 1H1 Monsieur Responsable ministériel Ministère

Plus en détail

Chambre de l application des peines, 19 mars 2014, RG 13/02253

Chambre de l application des peines, 19 mars 2014, RG 13/02253 AMENAGEMENT DE PEINE Projet de réinsertion solide, nécessité Chambre de l application des peines, 19 mars 2014, RG 13/02253 Un projet permettant de prévenir le risque de récidive grâce à une réinsertion

Plus en détail

Politique et procédures inter-centre jeunesse

Politique et procédures inter-centre jeunesse Politique et procédures inter-centre jeunesse 17 juin 2010 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE 1 OBJECTIFS DE LA POLITIQUE ET DES PROCÉDURES INTER-CENTRE JEUNESSE 3 COMITÉ DE SUIVI DE LA POLITIQUE ET DES PROCÉDURES

Plus en détail

CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité?

CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité? CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité? Automne 2011 QU EST-CE QU UN CERTIFICAT DE SÉCURITÉ? Créée en 1978, la procédure actuelle trouve son fondement dans la loi sur l immigration

Plus en détail

4. Dois-je être informé(e) de ce droit aux services d un avocat?

4. Dois-je être informé(e) de ce droit aux services d un avocat? Chapitre 3 : Avocats Partie 1 : Le droit aux services d un avocat 1. Quand ai-je besoin d un avocat? Tu devrais parler à un avocat dans tous les cas où tu es accusé(e)* d avoir enfreint la loi, tu es arrêté(e)

Plus en détail

SERVICES À L INTENTION DES Victimes d actes criminels

SERVICES À L INTENTION DES Victimes d actes criminels SERVICES À L INTENTION DES Victimes d actes criminels Le Service public d éducation et d information juridiques du Nouveau-Brunswick (SPEIJ-NB) est une organisation à but non lucratif qui cherche à fournir

Plus en détail

Loi sur l aide juridique et sur la prestation de certains autres services juridiques (L.R.Q., c. A-14; 2010, c.12, a. 30 et a. 37)

Loi sur l aide juridique et sur la prestation de certains autres services juridiques (L.R.Q., c. A-14; 2010, c.12, a. 30 et a. 37) RÈGLEMENT CONCERNANT LE TARIF DES HONORAIRES ET LES DÉBOURS DES AVOCATS DANS LE CADRE DE LA PRESTATION DE CERTAINS SERVICES JURIDIQUES ET CONCERNANT LA PROCÉDURE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS Loi sur l aide

Plus en détail

Surpopulation carcérale et alternatives à la détention : L expérience belge. Christine GUILLAIN Milano, 16 octobre 2014

Surpopulation carcérale et alternatives à la détention : L expérience belge. Christine GUILLAIN Milano, 16 octobre 2014 Surpopulation carcérale et alternatives à la détention : L expérience belge Christine GUILLAIN Milano, 16 octobre 2014 Procédure pénale belge Information Instruction Jugement Exécution Peines I. Les alternatives

Plus en détail

La Commission des services juridiques du Nunavut. Champ d application du droit criminel et politique d admissibilité

La Commission des services juridiques du Nunavut. Champ d application du droit criminel et politique d admissibilité La Commission des services juridiques du Nunavut Champ d application du droit criminel et politique d admissibilité 2014 COMMISSION DES SERVICES JURIDIQUES DU NUNAVUT C. P. 125, Gjoa Haven, Nunavut X0B

Plus en détail

L aide juridique, la justice à coût $ûr. Complément d information à l aide-mémoire

L aide juridique, la justice à coût $ûr. Complément d information à l aide-mémoire L aide juridique, la justice à coût $ûr Complément d information à l aide-mémoire La demande d aide juridique La résidence au Québec Pour être admissible à l aide juridique, le requérant doit résider au

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES TITRE I- LA PROCÉDURE ET LA PREUVE... 21 TITRE II- LA CHARTE CANADIENNE : PROCÉDURE ET PRINCIPES DE BASE... 203

TABLE DES MATIÈRES TITRE I- LA PROCÉDURE ET LA PREUVE... 21 TITRE II- LA CHARTE CANADIENNE : PROCÉDURE ET PRINCIPES DE BASE... 203 TABLE DES MATIÈRES TITRE I- LA PROCÉDURE ET LA PREUVE................................. 21 TITRE II- LA CHARTE CANADIENNE : PROCÉDURE ET PRINCIPES DE BASE............ 203 TITRE III- LE DROIT PÉNAL ET LES

Plus en détail

Programme d Accompagnement Justice et Santé Mentale (PAJ-SM)

Programme d Accompagnement Justice et Santé Mentale (PAJ-SM) Programme d Accompagnement Justice et Santé Mentale (PAJ-SM) Projet pilote à la Cour municipale de la Ville de Montréal d intervention multidisciplinaire pour les contrevenants souffrant de troubles mentaux

Plus en détail

Assurer, de concert avec nos partenaires, la sécurité publique au Québec.

Assurer, de concert avec nos partenaires, la sécurité publique au Québec. Assurer, de concert avec nos partenaires, la sécurité publique au Québec. Pour réaliser sa mission, le Ministère intervient dans les secteurs d activité suivants : les services de prévention et de lutte

Plus en détail

Propriétés insalubres et nuisances sur votre territoire: Que faire?

Propriétés insalubres et nuisances sur votre territoire: Que faire? Propriétés insalubres et nuisances sur votre territoire: Que faire? Le 25 août 2014 Par M e François Bérubé francois.berube@clcw.ca 2 I. Introduction et mise en contexte II. Les moyens légaux pour les

Plus en détail

87 PROPOSITIONS CONCRETES. 1) Débuter dès l audience l exécution des décisions de justice

87 PROPOSITIONS CONCRETES. 1) Débuter dès l audience l exécution des décisions de justice 87 PROPOSITIONS CONCRETES CREER «L AUDIENCE DES ANNEES 2000» 1) Débuter dès l audience l exécution des décisions de justice 2) Pour les condamnés absents lors de leur jugement, débuter cette exécution

Plus en détail

Aide-mémoire pour les participants. Les adolescents et la justice pénale SAVOIR C EST POUVOIR

Aide-mémoire pour les participants. Les adolescents et la justice pénale SAVOIR C EST POUVOIR Aide-mémoire pour les participants Les adolescents et la justice pénale SAVOIR C EST POUVOIR Ce guide s adresse tout spécialement aux intervenants qui travaillent régulièrement avec les adolescents âgés

Plus en détail

AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE K A F REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE ------------------

Plus en détail

La représentation des enfants par avocat (Loi sur le système de Justice pénale pour adolescents LSJPA) Dominique Trahan, avocat

La représentation des enfants par avocat (Loi sur le système de Justice pénale pour adolescents LSJPA) Dominique Trahan, avocat La représentation des enfants par avocat (Loi sur le système de Justice pénale pour adolescents LSJPA) Dominique Trahan, avocat Mise en œuvre des droits de l enfant Perspectives nationales et internationales

Plus en détail

Commission des libérations conditionnelles ducanada : Pour la sécurité du public

Commission des libérations conditionnelles ducanada : Pour la sécurité du public conditionnelles ducanada : Pour la sécurité du public Produit et publié par : conditionnelles du Canada Pour obtenir des exemplaires supplémentaires, veuillez vous adresser à : Division des communications

Plus en détail

R. c. MacKenzie, 2004 NSCA 10

R. c. MacKenzie, 2004 NSCA 10 R. c. MacKenzie, 2004 NSCA 10 Nicole MacKenzie a été accusée d avoir commis un excès de vitesse. Lorsqu elle a comparu pour l interpellation à la Cour provinciale, elle n était pas représentée par un avocat.

Plus en détail

Dictionnaire de la sanction pénale Mises à jour Annie Beziz-Ayache éditions Ellipses

Dictionnaire de la sanction pénale Mises à jour Annie Beziz-Ayache éditions Ellipses Dictionnaire de la sanction pénale Mises à jour Annie Beziz-Ayache éditions Ellipses Accouchement Afin de garantir le respect de la dignité des femmes détenues, l accouchement doit se dérouler sans entraves

Plus en détail

Informer les jeunes de 12 à 17 ans de leurs droits dans le cadre du système de justice pénale pour les adolescents de l'île-du-prince- Édouard.

Informer les jeunes de 12 à 17 ans de leurs droits dans le cadre du système de justice pénale pour les adolescents de l'île-du-prince- Édouard. Objectif du Module Informer les jeunes de 12 à 17 ans de leurs droits dans le cadre du système de justice pénale pour les adolescents de l'île-du-prince- Édouard. Vous trouverez de l'information concernant

Plus en détail

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE Servir et protéger En bref Comité international de la Croix-Rouge 19, avenue de la Paix 1202 Genève, Suisse T +41 22 734 60 01 F +41 22 733

Plus en détail

modifiant la loi d application du code pénal suisse et d autres lois fédérales en matière pénale (LaCP) (E 4 10)

modifiant la loi d application du code pénal suisse et d autres lois fédérales en matière pénale (LaCP) (E 4 10) Secrétariat du Grand Conseil PL 11404 Projet présenté par le Conseil d Etat Date de dépôt : 19 mars 2014 Projet de loi modifiant la loi d application du code pénal suisse et d autres lois fédérales en

Plus en détail

Les juridictions. A) Les juridictions civiles :

Les juridictions. A) Les juridictions civiles : Les juridictions. Tribunaux = Magistrats Ils ont une compétence d attribution (on ne peut pas s adresser à n importe quel tribunal pour n importe quelle affaire. Le droit privé (ordre judiciaire) de 1

Plus en détail

Tribunal correctionnel de Paris Pôle Chambre N Parquet : CONCLUSIONS EN NULLITE POUR : Ayant pour avocat : EN LA PRESENCE DU MINISTERE PUBLIC

Tribunal correctionnel de Paris Pôle Chambre N Parquet : CONCLUSIONS EN NULLITE POUR : Ayant pour avocat : EN LA PRESENCE DU MINISTERE PUBLIC Tribunal correctionnel de Paris Pôle Chambre N Parquet : CONCLUSIONS EN NULLITE POUR : M. Ayant pour avocat : EN LA PRESENCE DU MINISTERE PUBLIC PLAISE AU TRIBUNAL 1. Après avoir été placé en garde à vue,

Plus en détail

Charte des victimes - Administration pénitentiaire

Charte des victimes - Administration pénitentiaire 6 Charte des victimes - Administration pénitentiaire 37 6. Charte des victimes - Administration pénitentiaire Ce que vous pouvez attendre de l administration pénitentiaire Nous : tentons de réinsérer tous

Plus en détail

ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE L ORGANISATION DES NATIONS UNIES

ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE L ORGANISATION DES NATIONS UNIES ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE ET L ORGANISATION DES NATIONS UNIES CONCERNANT L EXÉCUTION DES PEINES PRONONCÉES PAR LE TRIBUNAL PÉNAL INTERNATIONAL POUR LE RWANDA Le Gouvernement

Plus en détail

Textes de référence : Table des matières

Textes de référence : Table des matières Les alternatives aux peines d'emprisonnement et le Juge d'application des peines au Niger Textes de référence :! Code pénal du NIGER, Niamey1993.! Code de procédure pénale du NIGER.! Décret n 96-069 du

Plus en détail

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans)

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) Leçon introductive au droit pénal des mineurs - définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) - textes régissant

Plus en détail

L'exécution des peines correctionnelles

L'exécution des peines correctionnelles L'exécution des peines correctionnelles I) L application des peines Le juge de l application des peines est chargé de déterminer les modalités d exécution des peines prononcées par les juridictions pénales

Plus en détail

Le coup en valait-il la peine de prison?

Le coup en valait-il la peine de prison? Les peines pour adolescents Le coup en valait-il la peine de prison? Mise en situation Salut, je m appelle Jason et j ai 16 ans. Cet été, j étais au palais de justice. C était mon procès. J ai été déclaré

Plus en détail

Clientèle judiciarisée : son profil et ses besoins

Clientèle judiciarisée : son profil et ses besoins Clientèle judiciarisée : son profil et ses besoins Mars 2014 CLIENTÈLE JUDICIARISÉE : SON PROFIL ET SES BESOINS Recherche et rédaction : France Bédard, membre CCCJA et directrice du Centre de main-d œuvre

Plus en détail

LE RôLE ET LEs services du syndic

LE RôLE ET LEs services du syndic Le Rôle et les services du syndic La présente brochure a pour seul objectif de donner de l information sur le rôle et les services du syndic de l Ordre des comptables agréés du Québec. Elle ne vise pas

Plus en détail

Table des matières. L exécution effective des sanctions pécuniaires : un coup d «EPE» dans l eau? 7

Table des matières. L exécution effective des sanctions pécuniaires : un coup d «EPE» dans l eau? 7 Table des matières L exécution effective des sanctions pécuniaires : un coup d «EPE» dans l eau? 7 Damien Dillenbourg et Michaël Fernandez-Bertier Introduction 7 Section 1 Contexte de l adoption de la

Plus en détail

POLITIQUE DRHSC 2013-082

POLITIQUE DRHSC 2013-082 POLITIQUE Programme Déficience physique VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES DE TOUTE PERSONNE DÉSIRANT EXERCER OU EXERÇANT DES FONCTIONS AU PROGRAMME DÉFICIENCE PHYSIQUE EXPÉDITEUR : Direction des

Plus en détail

ANNEXE B LOI CONSTITUTIONNELLE DE 1982

ANNEXE B LOI CONSTITUTIONNELLE DE 1982 ANNEXE B LOI CONSTITUTIONNELLE DE 1982 PARTIE I CHARTE CANADIENNE DES DROITS ET LIBERTÉS Attendu que le Canada est fondé sur des principes qui reconnaissent la suprématie de Dieu et la primauté du droit

Plus en détail

Textes abrogés : Notes de l administration pénitentiaire du 15 juillet 2002 et 29 mars 2004 Circulaire AP9206GA3 du 26 novembre 1992

Textes abrogés : Notes de l administration pénitentiaire du 15 juillet 2002 et 29 mars 2004 Circulaire AP9206GA3 du 26 novembre 1992 7 avril 2005 Procureurs généraux près les cours d'appel - Procureurs de la République près les tribunaux de grande instance - Directeurs régionaux des services pénitentiaires - Directeur régional, chef

Plus en détail

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné La justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Vous êtes condamné VOUS ÊTES CONDAMNÉ PÉNALEMENT Le juge a statué sur votre cas et vous a condamné. Que vous reste-il

Plus en détail

Les ateliers d Éducaloi. Guide de l enseignant SAVOIR C EST POUVOIR

Les ateliers d Éducaloi. Guide de l enseignant SAVOIR C EST POUVOIR Les ateliers d Éducaloi Guide de l enseignant SAVOIR C EST POUVOIR La présentation de l atelier Ce qu'il faut savoir Durée : Niveau : Matériel requis (enseignant) : Objectifs de l activité : Environ 120

Plus en détail

COMMISSION D EXAMEN DES TROUBLES MENTAUX (CETM) GUIDE

COMMISSION D EXAMEN DES TROUBLES MENTAUX (CETM) GUIDE COMMISSION D EXAMEN DES TROUBLES MENTAUX (CETM) GUIDE TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS 1 1 LA COMMISSION D EXAMEN DES TROUBLES MENTAUX 2 Un tribunal 2 La CETM ne peut agir que dans le cadre d une audience

Plus en détail

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS par Jean-Michel ETCHEVERRY président du tribunal de grande instance de Roanne (2 février 2009) Plusieurs réformes législatives intervenues ces dernières

Plus en détail

COMMISSION AUTEUR DES VIOLENCES CAS PRATIQUE COMPARATIF

COMMISSION AUTEUR DES VIOLENCES CAS PRATIQUE COMPARATIF CARTA EUROPEA avec le soutien de la Commission Européenne et des barreaux des Programmes EUROMED DROIT et EURODROIT SUD EST MEDITERRANEE Siège social Maison de l Europe à Montpellier Adresse administrative

Plus en détail

BLOC 1 Révision BLOC 2 Révision BLOC 3 Révision v

BLOC 1  Révision BLOC 2  Révision BLOC 3  Révision v Table des matières Bloc 1 Les sources du droit pénal au Canada 1.1 Les origines et les sources du droit pénal au Canada........................... 1 1.2 Les sources constitutionnelles............................................

Plus en détail

Commission de l immigration et du statut de réfugié du Canada Section de l immigration

Commission de l immigration et du statut de réfugié du Canada Section de l immigration Enquêtes en matière d immigration Commission de l immigration et du statut de réfugié du Canada Section de l immigration ISBN : 0-662-49226-9 Numéro au catalogue : MQ21-34/2006 Produit par : la Direction

Plus en détail

PROCÉDURE DE MISE EN LIBERTÉ PROVISOIRE PAR VOIE JUDICIAIRE

PROCÉDURE DE MISE EN LIBERTÉ PROVISOIRE PAR VOIE JUDICIAIRE PROCÉDURE DE MISE EN LIBERTÉ PROVISOIRE PAR VOIE JUDICIAIRE INTRODUCTION But de cette liste et mise à jour. Cette liste de contrôle est à l usage de l avocat de la défense, mais l article 2.11 (préparation

Plus en détail

Déclaration de services aux citoyennes et citoyens

Déclaration de services aux citoyennes et citoyens La personne au coeur des actions de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse Déclaration de services aux citoyennes et citoyens www.cdpdj.qc.ca La personne au cœur des actions

Plus en détail

Procédure relative au transport des jeunes

Procédure relative au transport des jeunes Procédure relative au transport des jeunes JUIN 2013 PRODUCTION Madame Linda Keating Monsieur Sylvain Cormier Monsieur Mario Cyr COLLABORATEURS Membres du Comité de direction générale MISE EN PAGE Madame

Plus en détail

Des démêlés avec la justice? Les droits des adolescents

Des démêlés avec la justice? Les droits des adolescents Des démêlés avec la justice? Les droits des adolescents Le Service public d éducation et d information juridiques du Nouveau-Brunswick (SPEIJ-NB) est un organisme de bienfaisance sans but lucratif. Le

Plus en détail

Table des matières. Titre I De la Cour d arbitrage à la Cour constitutionnelle

Table des matières. Titre I De la Cour d arbitrage à la Cour constitutionnelle Table des matières Préface 7 Ann Jacobs Postface 9 Paul Martens Introduction générale 1. Le Code d instruction criminelle 14 2. La jurisprudence de la Cour constitutionnelle 17 3. La jurisprudence de la

Plus en détail

QUESTIONS SUR LES INSTRUMENTS DE RECONNAISSANCE MUTUELLE

QUESTIONS SUR LES INSTRUMENTS DE RECONNAISSANCE MUTUELLE LIVRE VERT Renforcer la confiance mutuelle dans l'espace judiciaire européen Livre vert sur l'application de la législation de l'ue en matière de justice pénale dans le domaine de la détention QUESTIONS

Plus en détail

«La prison est la seule solution pour préserver la société.»

«La prison est la seule solution pour préserver la société.» «La prison est la seule solution pour préserver la société.» Nous n enfermons rien d autre en prison qu une partie de nous-mêmes, comme d autres abandonnent sur le bord de la route leurs souvenirs encombrants

Plus en détail

Institut de la gestion financière du Canada L examen stratégique du point de vue de la Commission nationale des libérations conditionnelles

Institut de la gestion financière du Canada L examen stratégique du point de vue de la Commission nationale des libérations conditionnelles Institut de la gestion financière du Canada L examen stratégique du point de vue de la Commission nationale des libérations conditionnelles Le 23 novembre 2009 1 Aperçu Examen stratégique du gouvernement

Plus en détail

HAUT-COMMISSARIAT AUX DROITS DE L HOMME OFFICE OF THE HIGH COMMISSIONER FOR HUMAN RIGHTS PALAIS DES NATIONS 1211 GENEVA 10, SWITZERLAND

HAUT-COMMISSARIAT AUX DROITS DE L HOMME OFFICE OF THE HIGH COMMISSIONER FOR HUMAN RIGHTS PALAIS DES NATIONS 1211 GENEVA 10, SWITZERLAND HAUT-COMMISSARIAT AUX DROITS DE L HOMME OFFICE OF THE HIGH COMMISSIONER FOR HUMAN RIGHTS PALAIS DES NATIONS 1211 GENEVA 10, SWITZERLAND Mandat de la Rapporteuse spéciale sur l indépendance des juges et

Plus en détail

PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE

PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE Document explicatif réalisé à l intention des parents-formateurs 17 novembre 2006 PARCOURS D UN DOSSIER ACCIDENT DE ROULAGE avant l élaboration du

Plus en détail

Droit et justice en France

Droit et justice en France Droit et justice en France I. Le droit codifie les relations entre les hommes. Question : Qu est-ce que le droit? A quoi sert-il? 1) Qu est-ce que le droit? Le Droit est un ensemble de règles et de lois

Plus en détail

Community Legal Information Association of Prince Edward Island, Inc.

Community Legal Information Association of Prince Edward Island, Inc. Community Legal Information Association of Prince Edward Island, Inc. Détermination de la peine La présente brochure est publiée par la Community Legal Information Association of P.E.I., Inc., suite 158,

Plus en détail

Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles

Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles Règlement sur les modalités d adoption et de révision des plans d intervention des usagers Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles Règlement N o 11 Adopté le 15.02.2011 Assemblée publique et conseil d administration

Plus en détail

Projet de loi n o 59. Présentation. Présenté par Madame Stéphanie Vallée Ministre de la Justice

Projet de loi n o 59. Présentation. Présenté par Madame Stéphanie Vallée Ministre de la Justice PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 59 Loi édictant la Loi concernant la prévention et la lutte contre les discours haineux et les discours incitant à la violence et apportant

Plus en détail

LOIS D'APPLICATION DU STATUT ITALIE

LOIS D'APPLICATION DU STATUT ITALIE LOIS D'APPLICATION DU STATUT Coopération des états membres ITALIE Dispositions relatives à la coopération avec le Tribunal international pour juger les personnes présumées responsables de violations graves

Plus en détail

1. Informations générales 124

1. Informations générales 124 L Accès au droit, LE recours et LES requêtes 122 11_4 4 Contrôles extérieurs des conditions de détention Le Comité de prévention de la torture et des traitements inhumains et dégradants (CPT) Le CPT est

Plus en détail

Demandeur. Défenderesse. REQUÊTE INTRODUCTIVE D INSTANCE (Art. 110 C.p.c.)

Demandeur. Défenderesse. REQUÊTE INTRODUCTIVE D INSTANCE (Art. 110 C.p.c.) C A N A D A PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL COUR SUPÉRIEURE (Chambre Civile) No : JEAN PIERRE DESMARAIS, domicilié au 625, avenue du Président Kennedy, bureau 310 district de Montréal, province

Plus en détail

CRIMINEL ET PÉNAL Plan de classification

CRIMINEL ET PÉNAL Plan de classification CRIMINEL ET PÉNAL Plan de classification DROITS ET LIBERTÉS (Voir aussi PERSONNES) droit à l'égalité motifs de discrimination infraction pénale ou criminelle droits judiciaires audition publique et impartiale

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Dominique Perben présente un nouveau concept pénitentiaire pour une meilleure individualisation de la peine

DOSSIER DE PRESSE. Dominique Perben présente un nouveau concept pénitentiaire pour une meilleure individualisation de la peine DOSSIER DE PRESSE Dominique Perben présente un nouveau concept pénitentiaire pour une meilleure individualisation de la peine LA CREATION D ETABLISSEMENTS DESTINES AUX COURTES PEINES D EMPRISONNEMENT Paris,

Plus en détail

LOI 311.11 d'application du Code pénal suisse (LVCP)

LOI 311.11 d'application du Code pénal suisse (LVCP) Adopté le 26.11.1973, entrée en vigueur le 01.01.1974 - Etat au 01.01.2007 (abrogé) LOI 311.11 d'application du Code pénal suisse (LVCP) du 26 novembre 1973 LE GRAND CONSEIL DU CANTON DE VAUD vu le projet

Plus en détail

QUATRIÈME SECTION. AFFAIRE BANASZKOWSKI c. POLOGNE. (Requête n o 40950/12) ARRÊT STRASBOURG. 25 mars 2014

QUATRIÈME SECTION. AFFAIRE BANASZKOWSKI c. POLOGNE. (Requête n o 40950/12) ARRÊT STRASBOURG. 25 mars 2014 QUATRIÈME SECTION AFFAIRE BANASZKOWSKI c. POLOGNE (Requête n o 40950/12) ARRÊT STRASBOURG 25 mars 2014 Cet arrêt est définitif. Il peut subir des retouches de forme. ARRÊT BANASZKOWSKI c. POLOGNE 1 En

Plus en détail

Le bénévolat au Service correctionnel du Canada

Le bénévolat au Service correctionnel du Canada Le bénévolat au Service correctionnel du Canada Manuel de référence Mars 2009 Le bénévolat au Service correctionnel du Canada Manuel de référence Table des matières Mots de bienvenue 1 Introduction 3

Plus en détail

Liste des recommandations

Liste des recommandations RECOMMANDATIONS À TOUS LES MINISTÈRES ET ORGANISMES L EXERCICE DES POUVOIRS DISCRÉTIONNAIRES DE L ADMINISTRATION: Que lorsque, dans l exercice de ses pouvoirs discrétionnaires, l Administration prend une

Plus en détail

Le crédit de détention provisoire : Données de cinq tribunaux canadiens

Le crédit de détention provisoire : Données de cinq tribunaux canadiens Le crédit de détention provisoire : Données de cinq tribunaux canadiens Le crédit de détention provisoire : Données de cinq tribunaux canadiens Kelly E. Morton Bourgon et Diana Grech rr11-08f Le présent

Plus en détail

Procédure pénale. Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut

Procédure pénale. Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut Procédure pénale Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut Corrigé : Dissertation Le jugement de la personne poursuivie en son absence Indications de méthodologie : Sur la

Plus en détail

RAPPORT DE SURVEILLANCE DU RENDEMENT 2013-2014

RAPPORT DE SURVEILLANCE DU RENDEMENT 2013-2014 RAPPORT DE SURVEILLANCE DU RENDEMENT 2013-2014 2013-2014 Rapport de surveillance du rendement ii Rapport de surveillance du rendement 2013-2014 TABLE DES MATIÈRES SIGLES UTILISÉS DANS LE RAPPORT... vii

Plus en détail

l L immense majorité des condamnations concernent des délits

l L immense majorité des condamnations concernent des délits Prévention de la récidive et individualisation des peines Chiffres-clés Juin 2014 Les condamnations En 2012, environ 900 000 infractions ont donné lieu à environ 600 000 condamnations pénales prononcées

Plus en détail

351.0. CHAPITRE 2 Droits fondamentaux et devoirs. déroulement concret et aux contraintes qu elles nécessitent.

351.0. CHAPITRE 2 Droits fondamentaux et devoirs. déroulement concret et aux contraintes qu elles nécessitent. 27 janvier 2010 Loi sur l exécution des peines privatives de liberté et des mesures pour les personnes adultes (LPMPA) Etat au 1 er janvier 2015 Le Grand Conseil de la République et Canton de Neuchâtel,

Plus en détail

Commission des libérations conditionnelles du Canada Guide de demande de suspension du casier

Commission des libérations conditionnelles du Canada Guide de demande de suspension du casier Commission des libérations conditionnelles du Canada Parole Board of Canada Commission des libérations conditionnelles du Canada Guide de demande de suspension du casier Instructions étape par étape et

Plus en détail

Projet de loi modifiant la loi sur la profession d'avocat (LPAv) (E 6 10)

Projet de loi modifiant la loi sur la profession d'avocat (LPAv) (E 6 10) Secrétariat du Grand Conseil PL 10988 Projet présenté par le Conseil d Etat Date de dépôt : 7 juin 2012 Projet de loi modifiant la loi sur la profession d'avocat (LPAv) (E 6 10) Le GRAND CONSEIL de la

Plus en détail

FICHE N 18 LE CASIER JUDICIAIRE

FICHE N 18 LE CASIER JUDICIAIRE FICHE N 18 LE CASIER JUDICIAIRE Le casier judiciaire national automatisé est tenu sous l autorité du ministre de la Justice. Il recense les condamnations, décisions et jugements prononcées contre les personnes

Plus en détail

PROJET CASSIOPEE TRAITER LA COMPARUTION PREALABLE (PARQUET ET JLD) Qualité. Nadine ESTEVE GROUPE DE PROJET CASSIOPEE. Rédacteur(s) Catégorie

PROJET CASSIOPEE TRAITER LA COMPARUTION PREALABLE (PARQUET ET JLD) Qualité. Nadine ESTEVE GROUPE DE PROJET CASSIOPEE. Rédacteur(s) Catégorie PROJET CASSIOPEE TRAITER LA COMPARUTION PREALABLE (PARQUET ET JLD) Référence document Topo pour comparution préalable : phase parquet et phase Juge des Libertés et de la Détention Catégorie Qualité Rédacteur(s)

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

Chambre des notaires du Québec (http://www.cdnq.org/fr/) Profession notaire (http://www.cdnq.org/fr/professionnotaire/jeunesse/index.

Chambre des notaires du Québec (http://www.cdnq.org/fr/) Profession notaire (http://www.cdnq.org/fr/professionnotaire/jeunesse/index. Quelques métiers reliés à l univers du droit Lobbyiste Personne dont l'activité professionnelle consiste à défendre des intérêts communs d'un groupement ou d'une collectivité en tentant d'exercer des pressions

Plus en détail

Grandes lignes du Programme de renvoi au Tribunal de la santé mentale

Grandes lignes du Programme de renvoi au Tribunal de la santé mentale Grandes lignes du Programme de renvoi au Tribunal de la santé mentale Le Programme de renvoi au Tribunal de la santé mentale est un programme volontaire axé sur le contrevenant. Il s adresse aux adultes

Plus en détail

Le programme de maîtrise avec stage

Le programme de maîtrise avec stage Le programme de maîtrise avec stage Le programme de maîtrise avec stage comporte 45 crédits, répartis comme suit : - 15 crédits de cours - 12 crédits de stage - 18 crédits pour la rédaction d'un rapport

Plus en détail

Rencontrer la Commission : une étape vers la réinsertion sociale

Rencontrer la Commission : une étape vers la réinsertion sociale Rencontrer la Commission : une étape vers la réinsertion sociale Capsule vidéo version texte Durée : 10 min 58 sec PRÉSENTATRICE La Commission québécoise des libérations conditionnelles décide de la mise

Plus en détail

Les conséquences d un dossier. pour les adolescents

Les conséquences d un dossier. pour les adolescents Les conséquences d un dossier pour les adolescents Le Service public d éducation et d information juridiques du Nouveau-Brunswick (SPEIJ-NB) est un organisme sans but lucratif. Le SPEIJ-NB reçoit une aide

Plus en détail

DÉLAIS DE CONSERVATION DES DOCUMENTS LEGAUX

DÉLAIS DE CONSERVATION DES DOCUMENTS LEGAUX DÉLAIS DE CONSERVATION DES DOCUMENTS LEGAUX Les documents, émis ou reçus par une entreprise dans l exercice de son activité, doivent être conservés pendant des durées déterminées, essentiellement à des

Plus en détail

Le droit pénal et la non-divulgation du VIH

Le droit pénal et la non-divulgation du VIH Le droit pénal et la non-divulgation du VIH Comprendre le droit pénal canadien Les sources du droit Au Canada, les crimes sont principalement définis par le Code criminel et, dans une moindre mesure, par

Plus en détail

I. - Texte du projet de loi

I. - Texte du projet de loi Projet de loi portant réforme de l exécution des peines et modifiant : - le Code d instruction criminelle ; - le Code pénal ; - la loi modifiée du 7 mars 1980 sur l organisation judiciaire, et - la loi

Plus en détail

Bienvenue au centre de réadaptation. Table des matières

Bienvenue au centre de réadaptation. Table des matières vie Table des matières 3 Bienvenue au centre de réadaptation 4 Loi sur la protection de la jeunesse 5 Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents 7 La réadaptation, pour t aider à évoluer

Plus en détail

Les peines et mesures en Suisse. Système et exécution pour les adultes et les jeunes: une vue d ensemble

Les peines et mesures en Suisse. Système et exécution pour les adultes et les jeunes: une vue d ensemble Département fédéral de justice et police DFJP Office fédéral de la justice OFJ Domaine de direction Droit pénal Unité Exécution des peines et mesures Février 2010 Les peines et mesures en Suisse Système

Plus en détail