2- QUELLES SPECIFICITES?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "2- QUELLES SPECIFICITES?"

Transcription

1 1 2- QUELLES SPECIFICITES? Il convient de noter ce que les régimes spéciaux représentent sur un plan quantitatif. En 2006, sur 20,5 millions de bénéficiaires de retraites dépendant de 24 régimes de base, les fonctionnaires représentent 8,5 % des pensionnés, les autres régimes spéciaux moins de 9 %. On compte par exemple bénéficiaires des mines, de la SNCF, des IEG, de la marine, à comparer aux fonctionnaires (presque 1,7 million), aux 4,2 millions d agriculteurs (salariés et exploitants), aux 10,7 millions relevant de la CNAV. Certains régimes spéciaux portent sur des effectifs très réduits : 360 sociétaires de la Comédie Française, de l Opéra de Paris, de la CCIP, agents de la RATP. Au total, on compte 34,7 millions de bénéficiaires d une retraite en France en incluant les régimes complémentaires, mais il faut rapporter ceux disposant d un régime spécial aux 23 millions de retraités réels, soit moins de 5 millions de personnes, dont moins de 2 millions sont des fonctionnaires. Le rapport s établit ainsi au cinquième des retraités français. A) Des caractéristiques communes Le premier caractère commun des régimes spéciaux est l ancienneté des dispositions concernant leurs retraités. Dès 1673, les marins ont été couverts par un régime qui compte parmi les plus anciens au monde. Instituée par Colbert en 1673, cette protection s appliquait aux besoins militaires de l Etat. Ceux qui ne pouvaient continuer leur service après une blessure recevaient une pension. En 1709, un véritable régime de retraite fut étendu aux marins du commerce et à ceux navigants sur les bateaux de pêche. C est également

2 2 au XVIIe siècle que fut institué un régime de retraites des personnels de l Opéra, droit octroyé par Louis XIV à ses comédiens en Dès le début du XIXe siècle, des régimes de retraites furent introduits à la Banque de France (1806) et à la Comédie Française (1812). Les compagnies ferroviaires comme les sociétés gazières, on l a vu, ont adopté des systèmes de retraites dès le milieu du XIXe siècle, leur diffusion s étalant sur toute la seconde moitié du siècle, avant de figurer dans des textes de portée plus générale (1906 pour les gaziers, 1909 pour les cheminots). La Compagnie générale des omnibus créée en 1855, qui préfigurait ce que devint plus tard la RATP, organisa d emblée un régime de retraite, sous l égide d administrateurs que l on retrouvait à la Compagnie parisienne du gaz. Les mineurs obtinrent leur retraite par une loi du 29 juin 1894, le texte décrétant l obligation de cotisation des employeurs et une gestion mixte des caisses. La Fédération autonome des Clercs de notaire créée en 1926 se donna immédiatement comme objectif de fonder une caisse autonome de retraite qui ne vit finalement le jour qu en Le second trait essentiel apparaît dans la situation de protection sociale que ces régimes créèrent avant que le bénéfice n en soit appliqué à tous. Au point que la création des assurances sociales en 1930 puis l application du régime général de la Sécurité sociale en 1945 pouvaient être moins avantageux que les prestations instituées dans ces régimes spéciaux. Il faut pour mesurer la portée des exemples développés ci-après se replacer dans le contexte d introduction de la loi de 1910 ouvrant droit aux retraites ouvrières et paysannes. On peut en saisir le caractère novateur en s appuyant sur une enquête de l Office du travail publiée en 1898 sur les caisses patronales de retraites des établissements industriels 1. Celle-ci visait à encourager la 1 Ministère du commerce, de l industrie, des postes et des télégraphes. Office du travail, Les caisses patronales de retraites des établissements industriels, Paris, Imprimerie Nationale, 1898, 437 p. (BN 8-LF ).

3 3 diffusion dans les établissements industriels du livret individuel à la Caisse nationale de retraite pour la vieillesse. L enquête portant sur les établissements relevant de l Inspection du travail, limitant donc le champ aux établissements industriels, recense établissements industriels employant 2,6 millions d ouvriers et d ouvrières ; 229 établissements seulement disposent d une caisse de retraite (0,8 % des établissements) avec participants (4,35 % de la population ouvrière considérée). Il faut comparer d emblée ce dernier pourcentage avec la situation dans les secteurs dotés d un régime spécial : les mines comptent 100 % de participants depuis la loi de 1894 octroyant une retraite aux mineurs, les entreprises de transport (compagnies ferroviaires, omnibus, tramways, compagnie de touage et de remorquage de l Yonne) dans leur ensemble atteignent 74 % de participants. En 1898, sur personnes travaillant dans 135 établissements disposant de leur propre caisse, individus étaient inscrits (86 %) et parmi eux moins de 5 % percevaient déjà une pension, ce qui démontre aisément le caractère récent de ces caisses patronales. Sur l ensemble des cotisants 33% des participants relevaient de l industrie des métaux, 27 % des industries textiles, 13 % des industries chimiques, 12 % des industries du verre et des céramiques. D autres industries n étaient guère représentées, à l exemple des industries alimentaires (2,1 %) ou du bâtiment (0,8 %). Prises séparément, les industries ne présentaient pas toutes le même taux de cotisants : l industrie métallurgique comptait seulement 37 % d ouvriers participants. L âge de retraite variait également : sur 135 établissements, 39 n avaient pas fixé de limite, 50 avaient choisi un seuil de 60 ans et au-delà. Quant à la durée minimale de service 64 % des participants devaient dépasser 25 ans de service. La situation des employés de secteurs comptant des régimes spéciaux différait donc singulièrement de la situation générale.

4 4 Un troisième trait singulier tient aux causes originelles de l apparition de ces régimes spéciaux. On a vu que les industries gazières et électriques avaient adopté un système de retraites pour s attacher les employés, dans un premier temps, puis pour répondre aux revendications ouvrières. D autres entreprises connurent les mêmes situations, des sociétés minières cherchant à retenir leur main d œuvre et acceptant de rétribuer par cette forme la pénibilité du travail aux compagnies ferroviaires tenant compte de la spécificité de certains métiers du rail. L Etat prit en compte également le fait que certains employés et ouvriers exerçaient un métier vital pour la Nation. Enfin, l organisation collective de groupes restreints posa également la retraite avec un régime spécifique comme une conséquence de l exercice d un métier très particulier, exercé sur une durée limitée et aléatoire, la retraite devenant un avantage social compensatoire de la précarité d emploi. B) Trois exemples parmi d autres : SNCF, RATP, clercs de notaires Parmi différents groupes professionnels, on peut ici proposer une comparaison plus précise avec certains métiers qui offrent des similitudes avec la situation des électriciens et des gaziers dans son évolution historique. Tous les régimes spéciaux ne peuvent être mis sur le même plan, compte tenu de poids respectifs très différents. Comment en effet dégager des points communs entre quelques centaines de sociétaires de la Comédie Française et plusieurs dizaines de milliers d électriciens et de gaziers? Trois cas peuvent servir de référence comparative, soit par leur importance quantitative, soit du fait d une chronologie proche de celle qui a vu naître le régime spécial des IEG : les cheminots, la RATP, les Clercs de notaire. La comparaison fera au

5 5 moins apparaître combien fut précoce le système adopté au sein des entreprises électriques et gazières. Le cas des retraites des cheminots Le monde ferroviaire offre plusieurs analogies : à l origine entreprises privées chargées de réseaux, importance quantitative du personnel employé, unification de la majorité des entreprises dans une société nationale de service public, influence du mouvement social comme vecteur de changement statutaire ou de défense des acquis, nécessité d assurer la continuité du service supposant a priori une stabilisation du personnel d autant plus que celui-ci connaissait une mobilité récurrente. De surcroît, la fréquence des sièges multiples détenus par des administrateurs de compagnies ferroviaires qui émargeaient également au sein des conseils des compagnies gazières au milieu du XIXe siècle ne laisse aucun doute sur les transferts organisationnels dont ils se firent les promoteurs. La précocité du régime de retraites cheminotes s explique par la volonté de stabiliser le personnel en lui accordant un avantage spécifique par rapport à la situation générale des emplois industriels. L auteur d une thèse de droit en 1904, souligne ainsi «Pour arriver à un attachement si difficile d un personnel aussi nombreux, [ ] les compagnies se sont préoccupées de maintenir dans leur personnel la stabilité indispensable à la bonne exécution du service, en assurant à leurs agents des pensions de retraite pour le moment où, après une carrière bien remplie, l âge, la fatigue ou les infirmités les obligent à abandonner leur emploi» 2. Ce principe peut d ailleurs être 2 L. Sénéchal, Des institutions patronales des grandes compagnies françaises de chemin de fer, Thèse de droit, Lille, 1904, p. 149, cité dans : Georges Ribeill, Des faveurs patronales au

6 6 étendu à la politique dite paternaliste des entrepreneurs au XIXe siècle. Face au besoin de main d œuvre croissant, à son insuffisante qualification et surtout à sa forte mobilité, l institution de caisses de retraites participait avec les caisses d économie ou d épargne, l essor du logement social, l accès à des soins, aux médicaments ou à des magasins coopératifs, à fixer les recrues dans l entreprise. Dès 1844, une caisse des retraites fut instituée à la Compagnie du Paris- Orléans pour une partie du personnel employé. Si le PO anticipa sur les autres compagnies, il le dut notamment à la présence d administrateurs chrétiens convaincus de leur rôle en matière de protection sociale. Le fonds de retraites était alimenté sans cotisations des bénéficiaires. Une véritable caisse de retraites fonctionnant avec une contribution de 3 % des employés fut ensuite mise en œuvre à la Compagnie du chemin de fer de Paris à Rouen en L extension du système se fit sur les autres réseaux à partir de 1853, induite par la prise en considération d une faible capacité d épargne des employés qu il fallait compenser de manière philanthropique. Au même moment le régime de retraite des fonctionnaires était institué par la loi du 9 juin Généralisé par les compagnies, le système de retraite n en présente pas moins des différences notables. Les compagnies d Orléans et de l Est qui conservaient seulement le versement patronal évoluèrent dans leur stratégie. Dès 1862, la Compagnie de l Est imposa une souscription obligatoire d un montant de 2 % du traitement. Dans les autres entreprises ferroviaires, la retenue mensuelle variait de 3 à 4 % ; l âge de départ allait de 50 à 60 ans, l ancienneté requise pouvait atteindre 20 à 25 ans. Dès privilège corporatif. Histoire du régime des retraites de cheminots des origines à nos jours ( ), Chez l auteur, Dixmont, Georges Ribeill, op.cit., p. 9.

7 7 1856, la Compagnie du Nord distinguait les agents du service sédentaire (qui devaient accomplir 25 ans de service) et ceux du service actif (20 ans requis). Enfin, le montant des pensions était aussi très différent. Les grands Réseaux gardèrent au cours de la décennie 1890 des disparités quant aux retenues sur les salaires ou à la subvention de la compagnie. Bien qu elle existât réglementairement, cette retraite n était pas toujours acquise avec sûreté. Plusieurs procès tenus après des cas de révocation d employés pour des motifs divers prouvent que les compagnies opéraient parfois avec arbitraire, les tribunaux abondant dans leur sens. Plusieurs pétitions de mécaniciens et de chauffeurs arrivaient en parallèle sur les bureaux du ministre des Travaux publics ou des parlementaires motivant des propositions de loi durant toute la décennie Dès les années 1880, la question d un statut unique des retraites couvert par l Etat fut soulevée devant les Parlementaires. Certains députés, à l instar du baron de Janzé, l un des plus actifs sur ces questions, dénonçaient une réalité toute différente des textes réglementaires en comparant les chiffres des retraités potentiels et leur nombre effectif bien plus faible. Si les députés votèrent finalement une réforme en 1882, le Sénat ne se prononça pas avant La reprise de compagnies déficitaires par l Etat engendra en 1883 une première forme de nouveau statut : participation commune de 5 %, pension calculée à raison de 50 % des six meilleures années, réversion à la veuve. Ce régime n était pas répandu. La loi du 21 juillet 1909, encore avant la loi de 1910, unifia les règlements des différentes caisses et étendit son bénéfice à tous les agents du cadre permanent. Elle est née de la conjonction de l action syndicale (en 1890 est crée un Syndicat des travailleurs des chemins de fer, affilié à la CGT en 1895) et du soutien politique que les Radicaux et les Socialistes apportèrent à la mise en place d un contrôle de l Etat sur les chemins de fer. Sa gestation fut longue. Commencée en 1897 à la Chambre

8 8 des députés (projet de loi Turrel, ministre des Travaux publics, 26 novembre 1897), elle n aboutit que douze ans plus tard! Et encore faut-il la compléter par une seconde loi, du 28 décembre 1911, pour assurer la transition entre les régimes anciens et le nouveau régime unifié des cheminots 4. La loi de 1909 fixe les conditions de retraite pour les agents des réseaux d intérêt général. On y retrouve les dispositions courantes dans les industries électriques et gazières : 25 ans d affiliation obligatoire, 55 ans d âge minimum, sauf pour les mécaniciens et les chauffeurs dont la dureté des conditions de travail avait rendu nécessaire un abaissement à 50 ans. Les employés de bureau n en jouissent qu à l âge de 60 ans révolus s ils n ont pas fait au moins 15 ans de service actif. La rémunération moyenne des six meilleures années de la carrière servait au calcul de l indemnité, à hauteur d 1/50 e par années de service ou de la moitié du traitement. Réversible sur la veuve à hauteur de 50 %, elle pouvait être majorée dès lors que l agent avait élevé au moins trois enfants jusqu à l âge de 16 ans (à partir de 1921). Entre 1918 et 1937, les retraites ont surtout été ajustées pour compenser les dépréciations monétaires, sous la forme d une péréquation sur la base des traitements d activité en vigueur et de l évolution de la retraite des fonctionnaires, mais plusieurs apports législatifs en ont précisé la réglementation. Un statut des retraités est homologué le 25 février A partir de 1934 les retraites sont placées sous le régime de la répartition, alors que jusqu à cette date elles étaient basées sur une capitalisation des cotisations de l agent à parité avec celle de la compagnie. Les agents des réseaux secondaires d intérêt général ou des réseaux d intérêt local, exclus de la réforme adoptée en 1911, ont finalement obtenu leur propre régime 4 exposé du processus législatif dans Georges Ribeill, op.cit., chapitre 4.

9 9 spécifique par la loi du 22 juillet 1922 dont la mise en œuvre fut confiée à la Caisse autonome mutuelle de retraite (CAMR). La création de la SNCF en 1937 ne modifia pas fondamentalement ces données. Le régime mixte de retraites par capitalisation et par répartition fut reconduit. Au début de l année 1938, affiliés et retraités étaient pris en charge. En revanche, un agent qui quittait l entreprise après quinze années de service recevait tout de même une pension, à jouissance immédiate si le départ était consécutif à une maladie ou un accident, à l âge prévu dans les autres cas. Le système de la RATP A nouveau, la notion d entreprise exploitant un réseau au service du public permet de mettre en exergue des points comparatifs. En 2005 le régime de la RATP comptait plus de bénéficiaires de la prestation vieillesse dont en droit direct et en droit dérivé. Assuré par la Caisse des retraites du personnel de la RATP le service de pension est acquis lorsque l agent satisfait à des conditions d âge et de services en fonction de catégories d emploi distinguant service sédentaire et service actif. Les principes retenus prévoyaient en 2000 la liquidation de la pension à partir de 15 ans de service, un seuil de 60 ans et 30 ans d activité pour un taux plein. Dérogeaient à ces conditions les métiers considérés comme pénibles à l exploitation ou la maintenance qui peuvent se faire de nuit ou les jours fériés, voire qui sont affectés par une certaine insécurité. Dans ce cas, des bonifications de temps permettent un départ anticipé. Chaque annuité de cotisation valait 2 % du salaire moyen des six derniers mois de travail, primes non incluses. La pension était réversible pour moitié au conjoint et des bonifications par enfant s ajoutent à raison de 10 % pour trois enfants élevés pendant au moins neuf ans avant l âge de 16 ans.

10 10 Ce régime spécial trouve ses origines dans l histoire des entreprises antérieures dont la RATP est l héritière. La Compagnie générale des omnibus est la première d entre elles. Celle-ci rassembla en 1855 les onze compagnies privées qui assuraient un transport collectif à Paris. Le salaire plus élevé à l embauche, la création d un service médical et l instauration de retraites devaient permettre aux employés de trouver avantageuse la situation d emploi et les stabiliser au service de la grande entreprise. Une caisse de secours mutuels, alimentée par une cotisation d un franc par mois, fut ajoutée en 1890 pour couvrir la perte de salaire pour une durée d au maximum deux mois. Avant la fin du siècle, des sociétés par dépôt ou section vinrent compléter la protection et en 1898, une convention avec la ville de Paris institua un régime de protection sociale comprenant notamment un service médical gratuit et une retraite, pourvue par prélèvement sur les salaires. La STCRP qui relaya la Compagnie des omnibus en 1920 supprima les sociétés de secours mutuels mais conserva le régime spécial de retraite. A la place, la société versait directement à ses agents en cas de maladie des indemnités journalières, dont la durée pouvait atteindre une année. La création de la RATP, enfin, en 1948, prolongea la protection sociale avant qu un décret du 23 décembre 1950 ne vint réglementer l ensemble du régime spécial de la RATP. Le régime spécial des Clercs de notaire Cet exemple permettra de juger de la durée parfois longue qui s écoula entre l initiative de la création d un régime de retraite et la reconnaissance d un régime spécial mais également de la situation avantageuse dont bénéficiaient depuis bien longtemps les employés de bureaux des sociétés énergétiques. Les salariés du notariat, dont la profession avait plusieurs siècles d existence,

11 11 n eurent un système de retraite qu en Depuis 1926, une fédération autonome en avait exprimé la nécessité. Le projet de loi qui fut déposé dès 1930 fut voté à la Chambre des députés en mars 1931 mais les notaires parvinrent à freiner son adoption par l intervention des sénateurs. Bloqué, le projet de loi ne trouva audience qu après intervention du gouvernement de Léon Blum et des liens entretenus avec le président de la Fédération nationale des Clercs. Il fut finalement adopté en juillet 1937 et promulgué par le gouvernement Chautemps. La caisse entra en fonction le 1 er juillet 1939 et fut conservée après la guerre. En 1948, l âge de retraite des clercs fut fixé à 60 ans. Une première remise en cause de ce régime spécial intervint en 1960 mais fut temporairement repoussée. C)-Des évolutions récentes Loin d un apparent immobilisme, les régimes spéciaux de retraite ont changé depuis la Libération. Du fait des réformes sur la durée des cotisations, le paysage s est modifié depuis 2003 rendant plus visibles certaines différences. «Les principaux régimes spéciaux de salariés d entreprises publiques se sont pour leur part mis en place parallèlement à la naissance du régime des fonctionnaires de l Etat, dont il s en sont fortement inspirés» 5. La plupart des régimes dits spéciaux se rattachent à la sphère publique. Une grande majorité des personnes concernées relèvent en fait des trois fonctions publiques (d Etat, territoriale et hospitalière). Jusqu à présent ce régime est équilibré puisque l on estime le nombre des cotisants vieillesse parmi les fonctionnaires civils et militaires de l Etat ainsi que les agents territoriaux et hospitaliers à quelque 4 millions pour environ 1,6 millions de pensionnés. Les principales caractéristiques de ces régimes de la fonction publique sont : 5 Glénat et Tourne, op cit, p. 145.

12 12 - l absence de régime de retraite complémentaire obligatoire contrairement au régime général. En revanche les agents concernés peuvent souscrire à titre volontaire à des régimes complémentaires (Préfon, MRFP autrefois CREF) créés à leur intention ; - l existence d un certain nombre de catégories exerçant un emploi dit «actif» (présentant un caractère dangereux ou pénible) auxquelles est ouvert un droit à la liquidation avant l âge de 60 ans (gardien de la paix, professeur des écoles, infirmier) ; - un taux de remplacement égal pour une carrière complète à 75 % de la rémunération brute hors prime des six derniers mois d activité (jusqu à 80 % par le jeu des bonifications). Attachés à l'histoire de leurs corporations, les statuts particuliers ont échappé à beaucoup de réformes. Certains de ces régimes spéciaux ont cependant disparu du fait de l évolution des professions (par exemple des évolutions technologiques ou économiques comme la fermeture des mines). D autres ont rejoint le giron du régime général. C est ainsi qu une opération en 1989 à la fois modeste et de forte portée symbolique a été «bouclée» à la veille de Noël, avec le vote d'un article de loi et la dernière phase d'une négociation interne : l'entrée dans le régime général de Sécurité sociale à partir du 1 er janvier des retraités du Crédit foncier. Opération modeste : avec salariés, le Crédit foncier de France n'est que le plus gros des «petits» régimes spéciaux de retraite de salariés qui ont survécu à la création de la Sécurité sociale en Les réformes les plus récentes ont par jeu de contraste mis en lumière l exception des régimes spéciaux. En effet, la loi du 21 août 2003 sur la réforme des retraites a prévu la convergence des conditions d accès à la 6 Le Monde, 1 er janvier1989, article de Guy Herzlich.

13 13 retraite des fonctionnaires sur celles des salariés du régime général ainsi que le passage progressif pour l ensemble des salariés du nombre d années de cotisation à 41 puis 42 ans. Cette décision concernant la fonction publique a une valeur tactique : «Pour les autres caisses de retraite, un changement majeur est néanmoins intervenu : jusqu en 2003, les trois fonctions publiques faisaient en quelque sorte «écran» entre la réforme et les grands régimes spéciaux. Ce n est plus le cas aujourd hui : plus de 90 % des assurés sociaux participent à l effort collectif de sauvegarde de l assurance vieillesse. La charge de la preuve est désormais inversée. Il appartient aux ressortissants de ces régimes non réformés de justifier le maintien de leurs avantages vis-à-vis de l immense majorité des Français. Pour résoudre à l avenir ce problème, il faudra disposer au préalable d un état de situation plus transparent et du soutien de l opinion publique. D ailleurs, grâce aux adossements, les citoyens peuvent connaître le coût des avantages spécifiques, le fameux «chapeau» de ces régimes : il s élève par exemple à huit milliards d euros (sur 21 au total) pour la RATP» 7. Les mesures d adossement elles-mêmes ont changé la donne : «Nous sommes encore loin du principe d unification de l esprit de 1945 : les droits spécifiques ouverts aux salariés des entreprises publiques ne sont pas mis en cause et l adossement financier implique la création de nouvelles caisses de sécurité sociale. Cependant, cette étape, en séparant la part régimes de droit commun (base et complémentaire) des droits spécifiques et de leur coût, permet donc la mise en perspective et leur éventuelle révision» 8. Devant l ouverture du capital des deux entreprises publiques et des questions de 7 html, projet de loi de finances pour 2007, régimes sociaux et de retraite, réflexions de la commission. Dans un style moins consensuel, on trouve sur le site «le cri du contribuable» (extrait du numéro 14) (http://www.contribuables;org/2006/07/21/retraite-la-reforme-ineluctable/), une interview du même rapporteur de la commission des affaires sociales du Sénat pour la branche vieillesse de la sécurité Sociale. Le texte porte plus spécifiquement sur le régime de retraite des IEG. Là aussi, le soutien de l opinion publique est avancé comme un préalable essentiel. 8 Glénat et Tourne, op. cit., p. 167.

14 14 protection sociale en général, les différents représentants syndicaux s exprimaient récemment de façon unie 9 : - Jean-Claude Dougnac (FNME, CGT) :«Il nous faut nous rassembler sur ces problèmes» [ ] «Ce sont aux électriciens et aux gaziers de décider de leur salaire différé, de ce qu ils en font, comment ils l utilisent» [ ] et tendre à «la pérennisation du régime spécial de sécurité sociale et de régime complémentaire maladie des électriciens et gaziers.» - Alain Morel (CGT FO): «Nous revendiquons la pérennité de notre régime spécial statutaire»[ ] «nous avons largement rejeté cette réforme du financement des retraites qui a généré une augmentation des cotisations des actifs de 12 %» [ ] «Les activités sociales et mutualistes représentent le seul lien de cohésion sociale qui reste dans les entreprises de la branche.» - Pierre Ducrocq (CFDT): «En créant une caisse de retraite unique en son genre, nous avons démontré qu il est possible d innover socialement en pérennisant financièrement notre régime spécial» [ ] Il faut «engager la véritable réforme de la protection sociale des IEG pour répondre en priorité aux attentes légitimes des agents» [ ] «notre régime spécial de retraite est acté dans la loi, les droits des agents sont inchangés.» - Marc Bretel (CFE-CGC) : «Nous défendons un projet social qui présente des garanties suffisantes aux salariés, en termes d emploi, de mobilité ou de protection sociale» [ ] il faut «préserver un socle de solidarité dans l intergénérationnel entre actifs et inactifs.» -Jean-Pierre Samurot (CFTC) «Notre devoir : défendre l intérêt général, nos entreprises et les emplois associés.» Pourtant, les politiques sont restés prudents. Après la refonte du régime des salariés du privé par Edouard Balladur en 1993, puis celle des fonctionnaires 9 Extraits (choisis par nous) d une table ronde à l initiative de CCAS Infos : «Les syndicats planchent pour l avenir», CCAS Infos, n 255, mars 2005, p

15 15 par Jean-Pierre Raffarin et François Fillon en 2003, les régimes spéciaux restent la dernière «forteresse» du système de retraite. Celle qu'aucun gouvernement n'a osé attaquer depuis la tentative malheureuse d'alain Juppé à l'automne A peine déclenchée dans un entretien au Parisien du 12 septembre 2006 par François Fillon, ancien ministre des affaires sociales, puis conseiller du président de l'ump Nicolas Sarkozy, la polémique sur la réforme des régimes spéciaux de retraite a été - provisoirement - refermée par le Président de la République. Sur Europe 1, lundi 18 septembre 2006, Jacques Chirac s'est empressé d'affirmer : «Mon gouvernement n'a aucune intention de modifier les régimes spéciaux dans l'état actuel des choses» 10. Les hommes politiques savent, en théorie, jauger le moment où un problème est assez mûr pour venir à discussion. D) De difficiles comparaisons avec l étranger Il est certes difficile de faire des comparaisons avec la situation dans des pays étrangers, ici européens, car les systèmes sont différents (répartition ou/et capitalisation) et les bilans démographiques souvent contrastés. Cependant, en nous servant d un ouvrage de référence de , nous pouvons prendre trois exemples dans le domaine électrique correspondant à trois pays européens de tradition socio-économique différentes : SEEBOARD 12 : (South Eastern Electricity Board), Grande-Bretagne Il s agit de l un des douze distributeurs sur le territoire anglais et gallois. La production est assurée pat National Power et PowerGen ; le transport par 10 Le Monde, 21 septembre 2006, Michel Elberghe et Rémi Barroux. 11 Hamayon Stéphane et Rouquès Michel, Le financement des systèmes de retraite spéciaux, une approche internationale, Editions Aspe, collection Perspective, Repris aujourd hui dans EDF Energy avec London Energy.

16 16 National Grid. Ce découpage résulte de la privatisation du secteur électrique. C est ainsi que Seeboard distribue de l électricité, possède des contrats spéciaux (aéroport d Heathrow, tunnel sous la Manche), a une participation de plus du tiers dans une centrale gazière de production d électricité, est opérateur sur le marché du gaz et exploite des magasins d électroménager. La privatisation de 1990 (sur la base de sociétés régionales) a entraîné la nécessité d améliorer la compétitivité pour donner satisfaction aux actionnaires. Les efforts de productivité sont essentiellement passés par la réduction du personnel : personnes en 1967 ; en 1987 ; en 1995 ; une diminution de 150 personnes par la suite est prévue chaque année. Seeboard faisait partie du Electricity Supply Pension Scheme (ESPS) qui regroupe en fait tous les électriciens. La société a choisi de créer son propre fonds de pension pour garder une plus grande autonomie et une identification rapide. Autrefois le personnel était supposé adhérer au ESPS mais aujourd hui il a été créé un document pour l adhésion explicite ou le refus explicite. L ESPS est donc en extinction depuis le 1 er juillet Les contributions de l employeur sont de 14,5 M et celles des salariés de 5 M. Les pensions représentent 66 % des dépenses ; les versements en capital 30 % ; les transferts et indemnités de décès 2 %. Le fonds de pension fait partie d un fonds de pension commun à toutes les entreprises électriques ; ce fonds dispose d actifs évalués à 12,9 milliards de avec des recettes équilibrées entre les contributions (422 M ) et les produits financiers (458 M ) pour des dépenses de 790 M soit un solde positif de 90 M. Pour les nouveaux régimes de retraite (dénommés SFSPP et SPIP) qui succèdent à l ESPS mais dont il est difficile de donner les résultats, l âge normal de départ à la retraite est de 65 ans pour tous les employés hommes

17 17 ou femmes ; un départ retardé est possible mais les contributions cessent au 65è anniversaire. Les prestations sont semblables à celles de la Poste : pension égale à 1/80è du salaire pensionnable (moyenne des douze meilleurs mois des cinq dernières années) par année d ancienneté à laquelle s ajoute un versement en capital équivalent à trois années de pension. La loi protège les employés présents avant la privatisation : si la société est vendue, le nouveau propriétaire devra proposer un régime au moins équivalent au ESPS. D après des calculs qui ne sont pas assis sur la durée, le nouveau régime SFSPP qui succède au régime ESPS sera moins intéressant pour les pensionnés : les futurs employés de Seeboard toucheront des prestations inférieures par rapport au régime précédent (70 % contre 75 % du «grand total optionnel»). Les départs volontaires ont été encouragés dans le cadre de la politique de réduction du personnel (55 et même 50 ans) mais le taux de pension est réduit dans tous les cas. Les pensions sont indexées sur l inflation dans une limite de 5 %. Seeboard, à la différence d autres électriciens, s est concentré sur son cœur de métier, la distribution. Mais le secteur est fortement soumis aux tentatives d OPA, y compris venant de l étranger comme ce fut en définitive le cas récemment avec la création d EDF Energy qui a repris Seeboard. ENDESA (Espagne) Alors que l électricité britannique avait été nationalisée en 1947 sur un schéma assez proche de celui de la France, l Espagne avait choisi une solution différente ; près de 800 sociétés privées assuraient la production, le transport et la distribution sur des zones géographiques variables. Dans un but d équilibre, les grandes entreprises ont créé une société anonyme coordinatrice en 1944 sous le nom d Unesa. C est à la même date que fut créée la société publique ENDESA qui primitivement s occupait de la production thermique avec du charbon des Asturies. Puis en 1985, le réseau

18 18 primaire haute tension fut confié à une société mixte baptisée RED ELECTRICA. Deux ans plus tard, une importante réforme sur le coût standard oblige les entreprises à de forts gains de productivité : certains l interprètent comme une nationalisation déguisée. Par la suite, la législation espagnole s est rapprochée de celle de la Grande-Bretagne. C est donc un système assez complexe qui régit l énergie électrique espagnole. ENDESA reste une société de production d électricité thermique à 70 %. Elle a pris des participations dans des centrales nucléaires (un quart de sa production environ) dont une participation majoritaire. ENDESA exploite aussi des mines de charbon. Sa privatisation progressive s est achevée en 1998 et elle a pris une situation dominante en Amérique latine (et un quart de la production électrique espagnole). En 2001, elle acquis la SNET en France. Rappelons que les données sur les pensions se bornent ici à la période antérieure à Les salariés d ENDESA bénéficient du régime de la sécurité sociale espagnole : droits à taux plein à 65 ans et 35 années de service. Pour pallier un certain nombre d éléments non pris en compte pour le calcul des cotisations et donc des prestations, ENDESA a créé une mutuelle obligatoire pour les employés en Cette mutuelle a une personnalité juridique propre. Les retraités d avant 1978 bénéficient d un régime interne avec inscription de provisions au bilan. Donc, il existe - un régime direct (personnels déjà retraités en 1978) : coûts entièrement à la charge de l entreprise qui doit en assurer le provisionnement intégral ; - un régime indirect : la mutuelle gère un fonds de 50 milliards de pesetas ; les taux de cotisation ont été remontés en 1988 (13,88 % en 1995 entièrement à la charge de l entreprise) et il a fallu régulariser les déficits antérieurs (entièrement à la charge de l entreprise). En 1997, la mutuelle pourra couvrir intégralement ses engagements.

19 19 Les prestations dépendent de la date d entrée dans l entreprise par rapport à la réforme de En simplifiant, pour les personnels entrés avant le 23 juin 1988, le taux plein (60 % du salaire régulateur) est atteint au bout de vingt ans. Pour les personnels entrés après cette date, le taux plein n est atteint qu au bout de 35 années d ancienneté. Le salaire régulateur n est pas plafonné et chaque salarié partant à la retraite reçoit une prime fixe de pesetas ( francs à la date de 1996/7). Les départs anticipés sont largement encouragés (fermeture de mines). Selon leur date d entrée dans l entreprise, une pré-retraite est possible à 55 ou 60 ans. L addition de trois prestations permet d obtenir pour les pré-retraités une rémunération nette de 100 % revalorisée de 3 % par an. La pension d invalidité est indépendante de l ancienneté. Il en est de même pour les pensions au conjoint survivant, aux orphelins et aux ascendants. Les premières mises sur le marché des actions d ENDESA dans le cadre de la privatisation progressive n ont pas été un succès. Pour la question des retraites, ouvriers et syndicats d un côté, entreprise et gouvernement sont en opposition : - les premiers sont attachés au côté démocratique et égalitaire des mutuelles ; - les seconds s inquiètent de la capacité des mandés à gérer des sommes importantes, doutent de la viabilité du système à long terme, sont favorables à des fonds de pension gérés de façon experte (ce qui serait plus favorable aux cadres). Le sujet est visiblement un point de tension mais le gouvernement essaie de favoriser les fonds de pension grâce à une fiscalité plus avantageuse. Rheinisch Westfälisches Elektrizitätswerk (RWE), Allemagne L Allemagne fut le premier pays européen sous Bismarck à la fin du XIXe

20 20 siècle à développer un système complet de protection sociale pour une large part des travailleurs. La RWE est une vieille société créée en Elle a toujours été privée et ses principaux actionnaires sont les collectivités locales. Il s agit d une société «supra-régionale» (il y en a huit au total), la plus grande, qui a la chance de desservir la région industrielle de la Ruhr. Elle assure comme ses consœurs le transport et la distribution et revend son électricité à de petites sociétés régionales (une cinquantaine) souvent filiales des huit grandes. Il existe enfin en dernier ressort des sociétés communales (qui peuvent aussi acheter aux super-régionales) de l ordre de plusieurs centaines, symbole d un état fédéral avec des municipalités riches et compétentes. RWE est une société dont la quasi-totalité de l activité relève de l électricité. En 1990, la RWE est devenue une holding (RWE AG est une filiale à 100 %). Le régime de retraite complémentaire de RWE a concerné les ouvriers en 1927 et les employés en Le plus ancien système de retraite complémentaire en vigueur date de 1966 pour le personnel entré dans le groupe après Deux nouveaux régimes de retraite sont apparus en La situation se révèle complexe et il existe cinq groupes d adhérents selon la date d entrée dans RWE. Malgré tout, l ensemble des régimes a toujours fonctionné par capitalisation avec inscription de réserves au bilan. Il n y a aucune contribution salariale et les cotisations de l entreprise sont comptabilisées en fin d année en fonction des provisionnements nécessités par les calculs actuariels. Les charges sociales couvrant les pensions de retraites facturées par la RWE AG au cours de l exercice 1993/94 s élèvent à 521 Millions de DM soit 221 Millions pour les dotations aux provisions et 300 Millions de DM pour le versement des pensions. Les prestations sont ouvertes pour ceux qui ont une période d activité de dix ans ininterrompue au cours des vingt années précédant la retraite. Selon

L ADOSSEMENT DE LA CAISSE NATIONALE DES INDUSTRIES ELECTRIQUES ET GAZIERES AU REGIME GENERAL

L ADOSSEMENT DE LA CAISSE NATIONALE DES INDUSTRIES ELECTRIQUES ET GAZIERES AU REGIME GENERAL L ADOSSEMENT DE LA CAISSE NATIONALE DES INDUSTRIES ELECTRIQUES ET GAZIERES AU REGIME GENERAL La loi du 9 août 2004 relative au service public de l électricité et du gaz et aux entreprises électriques et

Plus en détail

QUELLES PERSPECTIVES POUR LES RETRAITES EN France?

QUELLES PERSPECTIVES POUR LES RETRAITES EN France? QUELLES PERSPECTIVES POUR LES RETRAITES EN France? Janvier 2007, par Charles MBENGUE MATANGA À moyen et long terme la situation des retraites en France sera de plus en plus préoccupante, compte tenu notamment

Plus en détail

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2009 à 9h30 «Les régimes de la Fonction publique et les autres régimes spéciaux : le point sur les réformes récentes» Document N 10 Document

Plus en détail

LES RETRAITES. Dossier d information. Avril 2010

LES RETRAITES. Dossier d information. Avril 2010 LES RETRAITES en france Dossier d information Avril 2010 LES RETRAITES en france Dossier d information Avril 2010 Contact presse Éva Quickert-Menzel 01 44 38 22 03 Sommaire Chiffres-clés des retraites...

Plus en détail

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION DOSSIER RETRAITES: MAI 2003 SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION 1. LE SYSTEME DE RETRAITES PAR REPARTITION 1.1. INTRODUCTION Les régimes de retraites des travailleurs

Plus en détail

SYSTEME NATIONAL DE RETRAITE

SYSTEME NATIONAL DE RETRAITE SYSTEME NATIONAL DE RETRAITE I.- PRINCIPES FONDAMENTAUX DU SYSTEME NATIONAL DE RETRAITE L assurance vieillesse n a été instituée pour l ensemble des salariés qu en 1953 ; avant cette date, quelques corporations

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2014 à 9 h 30 «Ages légaux de la retraite, durée d assurance et montant de pension» Document n 5 Document de travail, n engage pas le

Plus en détail

Comparaison des règles de calcul des pensions entre régimes. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Comparaison des règles de calcul des pensions entre régimes. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 juin 2009 9 h 30 «Les règles des différents régimes : points de convergence, spécificités et conséquences pour les assurés» Document N 2 Document

Plus en détail

Les régimes de retraite de la branche 26

Les régimes de retraite de la branche 26 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 juin 2010-9 h 30 «L épargne retraite individuelle et collective» Document N 3 Document de travail, n engage pas le Conseil Les régimes de retraite

Plus en détail

Les retraités non salariés agricoles

Les retraités non salariés agricoles Les retraités non salariés agricoles Patrick Le Bourhis et Céline Perraud* Au 1 er janvier 25, 1,9 million de personnes bénéficient d un avantage vieillesse auprès du régime des non-salariés agricoles,

Plus en détail

Projet financé par l'ue

Projet financé par l'ue Soutien au Processus de Rabat sur la Migration et le Développement Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational Rabat,(Maroc)31mars 1 er avril2011

Plus en détail

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille!

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale est un terme générique qui recouvre, la Sécurité Sociale (régime général obligatoire solidaire, géré

Plus en détail

Les retraites en France

Les retraites en France Les retraites en France Les principales dispositions légales relatives à l âge de la retraite sont liées aux seuils de 60 ans et 65 ans et une retraite à taux plein est obtenue lorsque le nombre de trimestres

Plus en détail

dans le système de protection sociale les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier 2011

dans le système de protection sociale les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier 2011 www.inami.be www.coopami.org L assurance maladie obligatoire dans le système de protection sociale en Belgique. Quels enseignements peut on en tirer pour les pays en développement? IMT ANVERS 17 janvier

Plus en détail

SITUATION ACTUELLE DES RETRAITES DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE : IMPACT DE LA RÉFORME 2010

SITUATION ACTUELLE DES RETRAITES DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE : IMPACT DE LA RÉFORME 2010 Paris, le 31 août 2010 SITUATION ACTUELLE DES RETRAITES DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE : IMPACT DE LA RÉFORME 2010 Avant la réforme FILLON (votée fin 2003), un retraité de la fonction publique (ISPV,

Plus en détail

Lexique de la CIMR. Les termes les plus courants sur la retraite et leur définition

Lexique de la CIMR. Les termes les plus courants sur la retraite et leur définition Lexique de la CIMR Les termes les plus courants sur la retraite et leur définition Plus d informations sur 0522 424 888 ou sur www.cimr.ma - www.cimrpro.ma EDITO Pour vous aider à comprendre les termes

Plus en détail

Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011

Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011 Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011 Les bénéficiaires de retraites Nombre de retraités, selon les différents régimes (COR janvier 2010) : 16 millions dont : 11,3 millions :

Plus en détail

Claude-Annie Duplat. Votre retraite. Quand? Comment? Combien? Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3557-0

Claude-Annie Duplat. Votre retraite. Quand? Comment? Combien? Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3557-0 Claude-Annie Duplat Votre retraite Quand? Comment? Combien? Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3557-0 Chapitre 4 Le nouveau calcul de la retraite de base La loi d août 2003 portant réforme des retraites

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Le PERCO en 2014

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Le PERCO en 2014 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Le PERCO en

Plus en détail

AVENANT n 300 A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DU 15 MARS 1966 RELATIF AUX REGIMES DE PREVOYANCE COLLECTIFS

AVENANT n 300 A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DU 15 MARS 1966 RELATIF AUX REGIMES DE PREVOYANCE COLLECTIFS AVENANT n 300 A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DU 15 MARS 1966 RELATIF AUX REGIMES DE PREVOYANCE COLLECTIFS Entre les organisations patronales signataires : Le syndicat général des organismes privés

Plus en détail

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales

Universit 2014. Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales Universit niversités s des maires 2014 Action sociale & Protection sociale complémentaire des enjeux importants pour les collectivités territoriales De la réponse aux attentes des agents à la généralisation

Plus en détail

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015 MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Récapitulatif des formalités à respecter Rédiger le document formalisant la Décision Unilatérale. Pour vous aider

Plus en détail

Retraite 83 euro. Retraite 83 euro. La retraite supplémentaire des salariés en toute sécurité

Retraite 83 euro. Retraite 83 euro. La retraite supplémentaire des salariés en toute sécurité Retraite 83 euro La retraite supplémentaire des salariés en toute sécurité Retraite 83 euro Les contrats de retraite article 83 sont désormais ouverts aux versements individuels et facultatifs des salariés.

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres dispositions législatives

Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-HUITIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 68 (2008, chapitre 21) Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres

Plus en détail

ACCORD DU 24 MAI 2011

ACCORD DU 24 MAI 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3085 Convention collective nationale IDCC : 16. TRANSPORTS ROUTIERS ET ACTIVITÉS AUXILIAIRES DU TRANSPORT ACCORD DU 24

Plus en détail

Dossier retraite. Profil 1B. Année de naissance. Profil 1A

Dossier retraite. Profil 1B. Année de naissance. Profil 1A Dossier retraite Mise à jour : 10/03/2014 Vos ressources De quelles ressources disposerez-vous lors de votre départ en retraite? Elles sont de 5 natures : - La retraite sécurité sociale dite retraite de

Plus en détail

Notre système de retraite par répartition est au cœur du pacte républicain qui lie les différentes générations.

Notre système de retraite par répartition est au cœur du pacte républicain qui lie les différentes générations. 27 août 2013 Notre système de retraite par répartition est au cœur du pacte républicain qui lie les différentes générations. Il est aujourd hui confronté à la fois au départ en retraite des générations

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Ordonnance n o 2006-344 du 23 mars 2006 relative aux retraites professionnelles supplémentaires NOR

Plus en détail

JAPON. Nomenclature. nationale (prestations de maladie) Pension nationale Assurance pension des salariés. Assurance maladie gérée par des sociétés

JAPON. Nomenclature. nationale (prestations de maladie) Pension nationale Assurance pension des salariés. Assurance maladie gérée par des sociétés JAPON Nomenclature CHIHO-KOMUIN-KYOSAI CHIHO-KOMUIN-ONKYU CHIHO-KOMUIN-SAIGAI HOSYO CHIHO-KOKUMINN-KYOSAI- KYUGYO-KYUFU-TO IZOKU-NENKIN JIDEO-TEATE JIDO-FUYO-TEATE KOKKA-KOMUIN-KYOSAI KOKKA-KOMUIN-ONKYU

Plus en détail

Ce qu on ne nous dit pas

Ce qu on ne nous dit pas Retraites Ce qu on ne nous dit pas L argument de la démographie Nous vivons de plus en plus longtemps Il y a de plus en plus de retraités pour toujours moins d actifs Il faut donc travailler plus longtemps

Plus en détail

2.09 Etat au 1 er janvier 2013

2.09 Etat au 1 er janvier 2013 2.09 Etat au 1 er janvier 2013 Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses Généralités 1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations que doivent verser aux assurances sociales

Plus en détail

Vous conseiller pour les démarches clés

Vous conseiller pour les démarches clés Vous conseiller pour les démarches clés Les principales formalités DANS LES 48 H DANS LA SEMAINE DANS LE MOIS DANS LES 6 MOIS Faire la déclaration de décès au service de l Etat Civil de la mairie pour

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle

ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle ROYAUME DU MAROC Ministère de l'emploi et de la Formation Professionnelle COUVERTURE SOCIALE AU MAROC COUVERTURE SOCIALE AU MAROC - Régime de sécurité sociale; - Régime du RCAR; - Code de la couverture

Plus en détail

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Textes de référence : Article L242-1 et L 871-1 du code de la Sécurité sociale. Article D242-1, R 871-1 et R 871-2 du code de la Sécurité sociale. Loi

Plus en détail

La réforme des retraites

La réforme des retraites Corporation des Métiers du Métal Etablissement public de droit local 6 rue Georges Cuvier BP 1 67610 LA WANTZENAU Tél. : 03 88 10 37 07 Fax : 03 88 10 37 00 La Wantzenau, juin 2011 Domaine : SOCIAL Secteur

Plus en détail

Conférence Débat AFTA. Conférence

Conférence Débat AFTA. Conférence Conférence Conférence Débat AFTA PRÉVOYANCE SANTÉ DES SALARIES DES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF Vos interlocuteurs : Alexandra REPIQUET Jean-Philippe FERRANDIS : 01 49 64 45 15 : 01 49 64 12 88 : 01 49

Plus en détail

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire L analyse de la MNT sur le projet de décret Patrick DOS Vice-Président de la MNT Participation des employeurs

Plus en détail

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions :

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de

Plus en détail

DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE SDFSS BUREAU DE LA LEGISLATION FINANCIERE (5B)

DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE SDFSS BUREAU DE LA LEGISLATION FINANCIERE (5B) Ministère de la santé et des solidarités Ministère délégué à la sécurité sociale, aux personnes âgées, aux personnes handicapées et à la famille Document de travail 29 mars 2006 DIRECTION DE LA SECURITE

Plus en détail

Réformes socio-économiques

Réformes socio-économiques Réformes socio-économiques Le 27 novembre 2011, suite à la dégradation de la note belge par l agence Standard & Poor s, les six partis ont conclu, dans l urgence, un accord sur le budget et sur la réforme

Plus en détail

Présentation des dispositifs d épargne retraite individuelle et collective

Présentation des dispositifs d épargne retraite individuelle et collective CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 juin 2010-9 h 30 «L épargne retraite individuelle et collective» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil Présentation des dispositifs

Plus en détail

Convention Collective du Golf du 13 juillet 1998

Convention Collective du Golf du 13 juillet 1998 Convention Collective du Golf du 13 juillet 1998 Avenant n 51 du 22 juin 2010 portant modification de l article 11.1 «Prévoyance» du Chapitre 11 «Prévoyance Mutuelle Retraite» de la Convention Collective

Plus en détail

La retraite IRCANTEC. A. La retraite complémentaire IRCANTEC

La retraite IRCANTEC. A. La retraite complémentaire IRCANTEC Mémento des droits des personnels des EPST Sntrs-Cgt E4 La retraite IRCANTEC A. La retraite complémentaire IRCANTEC I. Acquisition des droits II. Montant de la retraite IRCANTEC III. En cas de décès IV.

Plus en détail

Guide pratique de l épargnant

Guide pratique de l épargnant Guide pratique de l épargnant Article 83 euro rendre votre contrat / Effectuer des versements individuels facultatifs / La vie de votre contrat en 8 questions / C otre complément de revenu / Consulter

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LA REFORME DES RETRAITES DANS LA FONCTION PUBLIQUE

TOUT SAVOIR SUR LA REFORME DES RETRAITES DANS LA FONCTION PUBLIQUE TOUT SAVOIR SUR LA REFORME DES RETRAITES DANS LA FONCTION PUBLIQUE Réussissons une réforme juste SOMMAIRE I. CE QUI NE CHANGE PAS, CE QUI CHANGE 3 II. QUESTIONS/RÉPONSES 7 1 - J APPARTIENS À UN CORPS DE

Plus en détail

Accord collectif relatif au Compte Epargne Temps

Accord collectif relatif au Compte Epargne Temps Accord collectif relatif au Compte Epargne Temps Entre les soussignés La Caisse d'epargne LOIRE CENTRE dont le siège social est situé à ORLEANS, 7 rue d'escures, représentée par adame Dominique LANGUILLAT,

Plus en détail

AVENANT DU 6 AVRIL 2006

AVENANT DU 6 AVRIL 2006 Direction des Ressources Humaines et des Relations Sociales Direction du Développement Social Compte Epargne Temps AVENANT DU 6 AVRIL 2006 13/04/06 1 Sommaire PREAMBULE...3 ARTICLE 1 : CHAMP D APPLICATION...3

Plus en détail

AGECFA - VOYAGEURS GUIDE DU CONGE DE FIN D ACTIVITE

AGECFA - VOYAGEURS GUIDE DU CONGE DE FIN D ACTIVITE AGECFA - VOYAGEURS GUIDE DU CONGE DE FIN D ACTIVITE SOMMAIRE 04 Introduction OBJET FINANCEMENT FONCTIONNEMENT 10 Les entreprises et le Congé de Fin d Activité ADHeSION à L AGECFA-Voyageurs PERSONNEL AFFILIe

Plus en détail

L évolution des paramètres du régime de la CNAV. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

L évolution des paramètres du régime de la CNAV. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différents modes d acquisition des droits à la retraite en répartition : description et analyse comparative des techniques

Plus en détail

Vu la constitution, notamment ses articles 151, 154 et 155;

Vu la constitution, notamment ses articles 151, 154 et 155; Loi n 83-12 du 2 juillet 1983 relative à la retraite Le Président de la République, Vu la charte nationale, notamment son titre sixième V. Vu la constitution, notamment ses articles 151, 154 et 155; Vu

Plus en détail

Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite

Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière du 6 mars 2002 «Cycle de vie et retraite» Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite Les systèmes de

Plus en détail

Veufs MARS 2015. Veuvage, vos droits. B Retraite de réversion. B Allocation de veuvage. B Autres prestations

Veufs MARS 2015. Veuvage, vos droits. B Retraite de réversion. B Allocation de veuvage. B Autres prestations Veufs MARS 2015 Veuvage, vos droits B Retraite de réversion B Allocation de veuvage B Autres prestations Veuvage, vos droits À la perte de votre conjoint, de nombreuses démarches sont à accomplir. L Assurance

Plus en détail

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration 1 1/ Qu est ce qu un accord de branche? Un accord de branche est un acte juridique issu d'une négociation

Plus en détail

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE SOYEZ PRO ACTIF! Anticipez et transformez cette contrainte en opportunité SALON DES ENTREPRENEURS 2015 5 février 2015 LA GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE DANS

Plus en détail

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France Focus sur les politiques publiques de l épargne en France T. Mosquera Yon Banque de France 1 En France, les pouvoirs publics ont, dès 1818, souhaité mettre en place des dispositifs visant à encourager

Plus en détail

1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations

1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations 2.09 Etat au 1 er janvier 2009 Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses Généralités 1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations que doivent verser aux assurances sociales

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION. Régime Complémentaire

NOTICE D INFORMATION. Régime Complémentaire NOTICE D INFORMATION Régime Complémentaire STATUT JURIDIQUE DU RCAR Le RCAR est une institution de prévoyance sociale : dotée de la personnalité morale et de l autonomie financière, créée par le Dahir

Plus en détail

RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR?

RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR? RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR? Une question européenne mais traitée dans chaque Etat membre L avenir des systèmes de retraite et ses conséquences sur la zone euro, internationalise

Plus en détail

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés.

I ADAPTATION DU TEMPS DE TRAVAIL A LA DUREE LEGALE DE 35 HEURES. Les alinéas 6 à 9 inclus de l article 5 de l accord national sont supprimés. ACCORD NATIONAL DU 3 MARS 2006 PORTANT AVENANT A L ACCORD NATIONAL DU 28 JUILLET 1998 MODIFIE SUR L ORGANISATION DU TRAVAIL DANS LA METALLURGIE, A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES INGENIEURS ET CADRES

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Décret n o 2010-1776 du 31 décembre 2010 relatif à l assurance volontaire vieillesse et invalidité et au rachat

Plus en détail

Convention d assurance chômage

Convention d assurance chômage Aux Union Départementales Aux Fédérations Nationales Paris, le 28 mars 2014 Secteur Formation Professionnelle Emploi/Assurance chômage Réf. : JCM/SL/DD Circ. : n 058-2014 Convention d assurance chômage

Plus en détail

Réforme des retraites : Les fonctionnaires coeur de cible

Réforme des retraites : Les fonctionnaires coeur de cible Réforme des retraites : Les fonctionnaires coeur de cible Les fonctionnaires sont les salariés qui paient le plus lourd tribut à la réforme des retraites, qui pourtant n'apparaît que comme un deuxième

Plus en détail

face face Retraite Et si on parlait de votre retraite?

face face Retraite Et si on parlait de votre retraite? face à face Et si on parlait de votre retraite? K. Dodge / Masterfile Nous allons vivre longtemps... Espérance de vie à la naissance 100 90 80 70 60 63,4 69,2 74,6 82,9 82,7 L allongement de l espérance

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Décret n o 2014-1688 du 29 décembre 2014 relatif à la mise en œuvre de la réduction générale des cotisations

Plus en détail

Qui dirige la Sécurité sociale?

Qui dirige la Sécurité sociale? Qui dirige la Sécurité sociale? 1. Pourquoi se poser la question? «La tradition française en matière de Sécurité sociale n est pas une tradition d étatisme bureaucratique [ ] C est pourquoi la législation

Plus en détail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 21 novembre 2012 à 14 h 30 «Pénibilité. Transition emploi-retraite. Elaboration de cas-types pour les projections.» Document N 6 Document de travail,

Plus en détail

Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013

Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013 Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013 Le point sur l élargissement de la complémentaire santé Benjamin JOUSSE Mars 2013 L ANI du 11 janvier 2013 en bref L Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Décret n o 2014-1531 du 17 décembre 2014 relatif au taux des cotisations d allocations familiales et d assurance

Plus en détail

PROJET DE DECRET. Le Premier ministre,

PROJET DE DECRET. Le Premier ministre, Le Premier ministre, Sur le rapport du ministre de l intérieur, de l outre-mer et des collectivités territoriales, du ministre du travail, de la solidarité et de la fonction publique, du ministre du budget,

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

LA RÉMUNERATION GLOBALE À EDF SA REPÈRES - EDITION 2013 -

LA RÉMUNERATION GLOBALE À EDF SA REPÈRES - EDITION 2013 - LA RÉMUNERATION GLOBALE À EDF SA REPÈRES - EDITION 2013 - Sommaire 1 - Les principes de la rémunération 2 - Les composantes de la rémunération globale 3 - Le salaire 4 - La performance individuelle 5 -

Plus en détail

Santé publique - Protection sociale -

Santé publique - Protection sociale - 26-1-05 1 Santé publique - Protection sociale - Système très complexe qui couvre : - des risques déterminés - des catégories particulières de population Protection sociale SS protection de base obligatoire

Plus en détail

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO «La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP, 8 février 204, GIE AGIRC-ARRCO Ref : 204-7 Le 8 février 204, Gérard Rivière, Directeur de la Caisse Nationale

Plus en détail

INPCA. Institution Nationale de Prévoyance du Commerce et de l Artisanat 2 / 0 / 1 / 4

INPCA. Institution Nationale de Prévoyance du Commerce et de l Artisanat 2 / 0 / 1 / 4 INPCA Institution Nationale de Prévoyance du Commerce et de l Artisanat 2 / 0 / 1 / 4 Complémentaire retraite, prévoyance et santé des professionnels de la coiffure L INPCA VOTRE PARTENAIRE PRÉVOYANCE

Plus en détail

Une même mutuelle et une même prévoyance pour tous les agents

Une même mutuelle et une même prévoyance pour tous les agents Une même mutuelle et une même prévoyance pour tous les agents Un nouveau régime de frais de soins de santé et un nouveau régime de prévoyance communs à l ensemble des agents de Pôle emploi seront mis en

Plus en détail

LES FICHES PRATIQUES DE FINANCES & PÉDAGOGIE

LES FICHES PRATIQUES DE FINANCES & PÉDAGOGIE LES FICHES PRATIQUES DE FINANCES & PÉDAGOGIE Préparer sa retraite MA RET RAITE Sommaire Le système de retraite en France, deux grands principes...2 Pour les régimes du privé, du salariat agricole, de l

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS CET épargne salariale TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS Sommaire Compte épargne temps 3 Historique 4 Mise en place 6 Alimentation 8 Utilisation 10 Optimiser le CET 14 COMPTE ÉPAR- GNE TEMPS Le Compte

Plus en détail

QUEBEC. ASPECTS JURIDIQUES Service Expa-Conseil I. LA PROTECTION SOCIALE AU QUEBEC

QUEBEC. ASPECTS JURIDIQUES Service Expa-Conseil I. LA PROTECTION SOCIALE AU QUEBEC QUEBEC ASPECTS JURIDIQUES Service Expa-Conseil I. LA PROTECTION SOCIALE AU QUEBEC Il existe deux statuts au regard de la sécurité sociale française, le détachement et l expatriation. Le détaché est rattaché

Plus en détail

Retraite. Thème - Retraite. Départs à la retraite 5.1. Effectifs des retraités 5.2. Montant des pensions 5.3. Équilibre financier des pensions 5.

Retraite. Thème - Retraite. Départs à la retraite 5.1. Effectifs des retraités 5.2. Montant des pensions 5.3. Équilibre financier des pensions 5. Retraite Départs à la retraite.1 Effectifs des retraités.2 Montant des pensions.3 Équilibre financier des pensions.4 Faits et chiffres édition 2013-46 Départs à la retraite.1 Définitions et méthodes Les

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PÊCHE, DE LA RURALITÉ ET DE L AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PÊCHE, DE LA RURALITÉ ET DE L AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PÊCHE, DE LA RURALITÉ ET DE L AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord collectif national COMPTE ÉPARGNE-TEMPS DANS LES EXPLOITATIONS

Plus en détail

REUNION D INFORMATION AFFILIES

REUNION D INFORMATION AFFILIES BENEFICIAIRES NON SALARIES NON SALARIES TYPES DE REGIMES Obligatoires et légaux REGIME DE BASE REGIME DE BASE Régimes complémentaires Salariés + Régime Général de de Régimes la la Sécurité Sociale complémentaires

Plus en détail

Dossier de presse 30 mars 2012. Création de la Carsat Alsace-Moselle www.carsat-alsacemoselle.fr

Dossier de presse 30 mars 2012. Création de la Carsat Alsace-Moselle www.carsat-alsacemoselle.fr Dossier de presse 30 mars 2012 Création de la Carsat Alsace-Moselle www.carsat-alsacemoselle.fr Création de la Carsat Alsace-Moselle La démarche de fusion de la CRAM et de la CRAV trouve son origine dans

Plus en détail

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan Régimes publics de retraite État de la situation Perspectives des différents régimes publics de retraite 79 e congrès de l ACFAS 10 mai 2011 Plan Portrait des régimes publics de retraite La pression démographique

Plus en détail

particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente

particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente La prévoyance en France La prévoyance sociale obligatoire Les couvertures complémentaires Les prestations de base, complétées par

Plus en détail

Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational

Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational Soutien au Processus de Rabat sur la Migration et le Développement Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational Rabat, (Maroc) 31 mars 1 er avril

Plus en détail

RÉGIME d assurance collective CSQ. À la disposition des membres des syndicats affiliés à la Centrale des syndicats du Québec

RÉGIME d assurance collective CSQ. À la disposition des membres des syndicats affiliés à la Centrale des syndicats du Québec RÉGIME d assurance collective CSQ À la disposition des membres des syndicats affiliés à la Centrale des syndicats du Québec Contrat J9999 Janvier 2010 À tous les membres de la CSQ Cette «nouvelle» brochure

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 5 F-16-01 N 136 du 27 JUILLET 2001 5 F.P. / 58 - F 114 INSTRUCTION DU 18 JUILLET 2001 TRAITEMENTS ET SALAIRES. ASSIETTE. REGIME D IMPOSITION DES

Plus en détail

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT?

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT? Réf. :DEV/O/FC/015/06-06/OC 1/9 Pendant longtemps, le statut de gérant majoritaire de SARL a été le plus défavorable des statuts de dirigeant, tant au niveau fiscal que social. A contrario, le statut de

Plus en détail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Le point sur ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ SOCIALE SOCIAL Juillet 2008 La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Les partenaires sociaux ont signé un accord national interprofessionnel

Plus en détail

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT Série LÉGISLATION COMPARÉE LE NUMÉRO UNIQUE D IDENTIFICATION DES PERSONNES PHYSIQUES n LC 181 Décembre 2007 - 3 - LE NUMÉRO UNIQUE D IDENTIFICATION DES PERSONNES PHYSIQUES

Plus en détail

Guide technique relatif aux contrats collectifs obligatoires complémentaires frais de santé bénéficiant d aides fiscales et sociales

Guide technique relatif aux contrats collectifs obligatoires complémentaires frais de santé bénéficiant d aides fiscales et sociales Guide technique relatif aux contrats collectifs obligatoires complémentaires frais de santé bénéficiant d aides fiscales et sociales Exonération sociale et déductibilité fiscale du financement patronal

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3034 Convention collective nationale IDCC : 1090. SERVICES DE L AUTOMOBILE (Commerce

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Accord collectif national GROUPEMENTS D EMPLOYEURS AGRICOLES ET RURAUX ACCORD DU 13 JUIN 2012 RELATIF AUX GROUPEMENTS

Plus en détail

La caisse est administrée par un conseil d administration de 22 membres comprenant :

La caisse est administrée par un conseil d administration de 22 membres comprenant : La CRPN, caisse de retraite complémentaire de la sécurité sociale, est réglementée par le code des transports et le code de l aviation civile. L affiliation à la CRPN est obligatoire pour tous les personnels

Plus en détail

NOTE D INFORMATION COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T)

NOTE D INFORMATION COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T) NOTE D INFORMATION CV Réf. : II-6-1-14 Pôle des services 1 er avril 2011 Tel : 05 63 60 16 66 1-3 Temps de travail Mail : services@cdg81.fr COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T) Décret n 2004-878 du 26 août 2004

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION REGIME DE PREVOYANCE OBLIGATOIRE PERSONNEL CONCERNE Bénéficie des garanties, l ensemble du personnel ne relevant

Plus en détail

Sécurité sociale. Votre couverture d assurance légale en Suisse. (Dernière mise à jour: janvier 2015) ASSURANCES SOCIALES EN SUISSE

Sécurité sociale. Votre couverture d assurance légale en Suisse. (Dernière mise à jour: janvier 2015) ASSURANCES SOCIALES EN SUISSE sozialversicherungen der Schweiz ASSURANCES SOCIALES EN SUISSE Sécurité sociale. Votre couverture d assurance légale en Suisse. (Dernière mise à jour: janvier 2015) Prestations Assurance-vieillesse et

Plus en détail