NUMÉRIQUE ET DÉMOCRATIE LOCALE : CONCERTATION AMÉLIORÉE OU SIMPLE ALIBI?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NUMÉRIQUE ET DÉMOCRATIE LOCALE : CONCERTATION AMÉLIORÉE OU SIMPLE ALIBI?"

Transcription

1 NUMÉRIQUE ET DÉMOCRATIE LOCALE : CONCERTATION AMÉLIORÉE OU SIMPLE ALIBI? Organisateur LA GAZETTE DES COMMUNES Animateur Hugues PERINEL, Directeur des rédactions du pôle collectivités locales, Groupe Moniteur Territorial Si les espaces de concertation démocratique existent depuis longtemps sous la forme d instances de participation physiques, ces espaces sont profondément bouleversés par l arrivée des outils collaboratifs numériques. D une approche présentielle, la concertation locale passe ainsi peu à peu à une approche distancielle les deux approches n étant pas forcément exclusives l une de l autre. Le présent atelier se penche sur ce nouveau phénomène de l utilisation des outils numériques au service de la démocratie locale, et est l occasion d un partage de bonnes pratiques en la matière. Le numérique au service de la concertation Pascal NICOLLE Consultant, La Suite dans les idées A l heure actuelle, il existe une demande très forte des populations d être associées aux projets des collectivités pour les projets d infrastructure par exemple, ce à quoi les outils numériques peuvent contribuer. Ne pas confondre communication et concertation Il faut bien faire la différence entre une opération de communication et une opération de consultation citoyenne. Si l utilisation des outils numériques devient ainsi une nécessité pour les collectivités locales du fait de la demande grandissante des administrés en ce sens, ces dernières ne doivent pas utiliser ces outils s ils ne constituent qu un alibi pour la concertation. Beaucoup de collectivités se contentent en effet de dissimuler derrière un «vernis numérique» leur volonté de concertation ou pour masquer leur manque de présence sur le terrain et, plus généralement, de professionnalisme. En ce sens, il faut déplorer que les sites Internet de certaines collectivités permettent aux citoyens d obtenir des informations sur les projets qu elles mettent en œuvre, mais pas véritablement d interagir avec les collectivités, en donnant par exemple leurs avis sur les projets en question. La concertation suppose l organisation d un espace de communication réciproque entre les citoyens et la collectivité. Page 1 sur 6

2 Règles du jeu de la concertation Avant toute chose, une opération de concertation doit tenir compte de l existence préalable d instances de participation citoyenne au niveau local, et en faire des passeurs chargés de promouvoir la démarche de concertation. Par ailleurs, les citoyens doivent connaître dès le départ de l opération les règles du jeu, et savoir comment le processus de décision relatif au projet sur lequel ils seront consultés se déroulera. Pour cela il est nécessaire d associer finement les élus et le management de la collectivité con cernée à l opération. Il faut également rassurer les citoyens en leur expliquant par quels moyens leurs avis seront pris en compte, analysés et finalement restitués. Le processus de concertation doit ensuite être très préparé. Il doit se doter des outils nécessaires au succès de l opération et permettant de répondre aux attentes des citoyens : animation, prise de notes en direct, outils de concertation en ligne, etc. Pour s acquitter de ces différentes missions, il est intéressant pour la collectivité de laisser la main à un tiers, qui se portera garant du bon déroulé de l opération et de la bonne utilisation des outils numériques choisis dans ce cadre. Enfin, il est important de prévoir l organisation d évènements et de temps forts lors d une opération de consultation, afin de fidéliser par ce biais les citoyens et de maintenir l intensité de leur participation. L intérêt des outils de concertation numérique? Les outils numériques, mis au service d une opération de consultation, peuvent permettre en premier lieu d augmenter la diversité des personnes participantes. Les opérations de consultation classiques privilégient en effet trop souvent des personnes possédant le même profil : facilités de prise de parole en public, absence d obligations familiales célibataires, retraités, etc. et donc possibilité de participer à des évènements en soirée et en week-ends. Les outils numériques, en permettant aux citoyens d être consultés de chez eux, en utilisant d autres médias de communication que la forme orale, favorise ainsi la diversification des participants, et permet à une plus grande partie de la population d être associée aux opérations de consultation. «S organiser pour ne pas subir» Xavier CROUAN Directeur général de la communication, Région Île-de-France Le numérique, une nouvelle logique de diffusion des savoirs L avènement des outils numériques 1 a provoqué un profond bouleversement des modes de diffusion de l information. Selon Bernard Stiegler : «le numérique a provoqué une rupture aussi importante que celle qu avait occasionnée l imprimerie». Avant l invention de l imprimerie, le pouvoir de reproduction des écrits était en effet entièrement aux mains du clergé, qui a donc depuis perdu le monopole de diffusion du savoir. De la même manière, L utilisation des outils numériques constitue une rupture, en nous faisant passer d un modèle vertical de diffusion des savoirs à un modèle de diffusion de l information horizontal et démultiplié. Quelle influence sur les collectivités territoriales? Les nouvelles logiques de diffusion de l information imposent aux collectivités territoriales de répondre à de plus en plus de sollicitations de la part de leurs administrés. Ce qui 1 Ces outils sont par ailleurs de plus en plus mobiles. Alors que seules 15 % des connexions à Internet dans le monde étaient réalisées par téléphone mobile ou tablette en 2009, elles seront 40 % à l être en 2015 et 85 % en Europe Page 2 sur 6

3 requiert de l agilité, une grande capacité de réaction et une évolution rapide des métiers de la fonction publique territoriale. Un directeur de la communication doit par exemple être désormais capable d anticiper les demandes de citoyens en provenance des réseaux sociaux. Plus généralement, un processus de réponse rapide à la population doit être mis en place dans chaque collectivité, et de nouveaux modes de gouvernance associant les élus, le management et les agents doivent être trouvés pour adapter le fonctionnement de l administration à cette nouvelle donne du numérique. Pour ne pas subir son impact qu il soit positif ou négatif, les collectivités doivent l anticiper. Pour cela, il est nécessaire d adapter l organisation de la collectivité, mais également de faire progresser les compétences de ses élus et de ses personnels sur la question de l utilisation des outils numériques, et plus particulièrement des réseaux sociaux. Plus de transparence dans les collectivités Il existe un lien entre maîtrise des outils numériques et demande de transparence au sein de la population. Tout d abord, des initiatives citoyennes basées sur des outils numériques imposent un devoir de transparence aux élus dans leurs activités. C est le cas du site Internet qui recense l activité parlementaire de chacun des députés de l Assemblée nationale, et constitue une base de connaissance créant les conditions de la transparence des élus vis-à-vis de leurs électeurs. Ensuite, c est à travers l open data que le besoin de transparence des populations trouve une matérialisation, apportant services à la population et bénéfices pour la collectivité. Dans un monde où la croissance du nombre de données numériques est exponentielle 2, ce phénomène permet d entraîner la création de nouveaux savoirs, à travers notamment la superposition des données libérées par les administrations. Par exemple, la Ville de Rennes a lancé un programme d ouverture des données publiques, et notamment de celles intéressant les personnes à mobilité réduite. Des collectifs citoyens, en superposant différents jeux de données, sont ensuite parvenus à construire des parcours urbains adaptés aux personnes à mobilité réduite. Cet exemple montre que l utilisation et la superposition de données libérées permettent de créer des nouveaux services à la population, en permettant à cette même population d identifier elle-même ses besoins et d y répondre. En se contentant de fournir des données brutes, la collectivité permet aux citoyens d accéder à des services à haute valeur ajoutée. L Internet participatif à Brest Michel BRIAND Élu municipal en charge d Internet et du multimédia, Ville de Brest Le développement des outils numériques participatifs constitue davantage une innovation sociale que technologique, dans laquelle les collectivités territoriales doivent s inscrire. Pour cela, le frein principal n est pas le manque de formation des agents à l utilisation de ces outils numériques mais les changements organisationnels et de pratiques de travail qu ils provoquent dans les administrations. Quels modèles pour les espaces collaboratifs numériques? La création des espaces collaboratifs numériques permet de mettre en œuvre des projets très innovants qui relevaient auparavant de l utopie comme le sont les cartes ouvertes, qu il est possible d élaborer à partir de points de coordonnées GPS relevées par les citoyens eux-mêmes. Sur ce modèle, la région Bretagne et les services 2 On considère qu en 2010, la somme des données numériques produites sur l année était égale à la somme de l ensemble des données numériques produites dans l histoire. En 2015, la production des données sera multipliée par par rapport à celle de Page 3 sur 6

4 déconcentrés de l Etat en région ont mis au point le portail GéoBretagne 3, au sein duquel les collectivités territoriales de la Région peuvent insérer leurs f onds de cartes et procéder à leur actualisation en direct. L intérêt de cet outil est que les usagers eux - mêmes sont invités à proposer des modifications de ces cartes ou à en créer de nouvelles. Grâce à son caractère collaboratif, le portail GéoBretagne est désormais en mesure de proposer des fonds cartographiques gratuits et libres d accès encore plus précis que les cartes de l Institut géographique national (IGN). L arrivée de ces espaces collaboratifs pose néanmoins le problème du modèle économique sur lequel leur utilisation peut être basée. L abondance des données numériques provient du fait qu elles sont susceptibles d être copiées très facilem ent et pour un coût quasi nul. Il est ici possible de prendre exemple sur les cours d université massivement ouverts, à travers lesquels des professeurs d université réputés donnent librement accès à leurs cours. Toutefois, si l inscription aux sessions de cours en ligne est gratuite, le passage d un examen relatif aux enseignements prodigués permettant d obtenir des crédits universitaires est quant à lui payant. Pour les universités pratiquant cette méthode, les bénéfices économiques sont très importants. Quelques bonnes pratiques pour les sites Internet collaboratifs des collectivités Une collectivité désirant favoriser la mise en place d espaces collaboratifs en ligne doit tout d abord permettre à ses administrés d accéder le plus facilement possible à ces espaces. C est pour cette raison que la Ville de Brest a mené une vaste campagne de multiplication des points d accès publics à Internet dans les mairies de quartier, les bibliothèques, les centres sociaux, etc. En dix ans, tous les équipements publics de la ville ont été dotés de points d accès à Internet. S agissant du développement d espaces collaboratifs, la Ville de Brest a fait le choix de sites Internet alimentés par les citoyens, et thématiques citoyenneté et nouvelles technologies 4, insertion, égalité entre hommes et femmes, etc. Au total, huit sites participatifs ont été mis en ligne par la Ville de Brest. Bien qu ils rassemblent en tout près de articles librement publiés, très peu de problèmes liés à leur contenu sont à déplorer. Echanges avec la salle Directions de la communication et réseaux sociaux De la salle Comment faire évoluer les métiers de la communication dans les collectivités territoriales, pour leur permettre de mieux appréhender l utilisation de réseaux sociaux? Xavier CROUAN Face à la croissance exponentielle du nombre de réseaux sociaux environ un nouveau réseau social est créé tous les mois, il est nécessaire de permettre aux agents de se former en permanence sur leur utilisation. C est pour cette raison qu au conseil régional d Île-de-France, les agents travaillant à la direction de la communication doivent passer entre 10 et 15 % de leur temps de travail dans des conférences et des colloques. Cela permet de mettre à jour en permanence leurs connaissances sur les nouveaux systèmes d information, les enjeux liés aux outils numériques ainsi que sur les nouveaux modes de conversation Page 4 sur 6

5 Comment améliorer le référencement des sites Internet collaboratifs? De la salle (Anne DECODTS, Conseil général du Nord) Comment la Ville de Brest a-t-elle augmenté le référencement des sites Internet collaboratifs qu elle a mis en ligne? Michel BRIAND Le bon référencement des sites collaboratifs mis en place par la Ville du Brest s est fait assez naturellement : il tient au fait que beaucoup de contenus sont publiés de façon régulière sur ces différents sites Internet. Par exemple, pour chaque évènement ou projet mis en œuvre par la Ville de Brest, un wiki est publié sur l un de ces sites. La Ville a par ailleurs mis en place des ateliers hebdomadaires permettant de former des citoyens à l utilisation des outils numériques, ce qui permet à ses espaces collaboratifs en ligne de toucher un public plus large encore. Page 5 sur 6

6 SIGLES IGN : Institut Géographique National Les propos énoncés dans ce document n engagent que la responsabilité de la personne citée. Compte-rendu des Entretiens territoriaux de Strasbourg 5 et 6 décembre 2012 CNFPT INET 2012 Réalisation : Page 6 sur 6

Présentation du projet associatif

Présentation du projet associatif Présentation du projet associatif Notre projet associatif : une volonté politique, une longue démarche participative Face aux transformations profondes et rapides de la société française dans son ensemble

Plus en détail

Avec le soutien du ministère de l'ecologie, du Développement durable et de l'energie. urbanwiki «le wiki innovations urbaines» Cahier des charges

Avec le soutien du ministère de l'ecologie, du Développement durable et de l'energie. urbanwiki «le wiki innovations urbaines» Cahier des charges Avec le soutien du ministère de l'ecologie, du Développement durable et de l'energie urbanwiki «le wiki innovations urbaines» Cahier des charges janvier 2015 ADV_MEDDE_150119_Wiki_CahierCharges_v2 1/5

Plus en détail

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions Le référentiel mission et Profil de Poste de l d et de contre les Animateur Insertion Lutte Exclusions Préambule 1. La jeunesse, le Département du Nord et la Fédération des centres sociaux du Nord : Une

Plus en détail

inet La formation des élèves administrateurs territoriaux

inet La formation des élèves administrateurs territoriaux inet La formation des élèves administrateurs territoriaux Institut National des Études Territoriales Devenir administrateur territorial c est : être lauréat d un concours de haut niveau, intégrer la grande

Plus en détail

Le numérique au service de l École

Le numérique au service de l École Le numérique au service de l École L essentiel > Notre monde connaît aujourd hui avec le numérique une rupture technologique aussi importante que celle de l invention de l imprimerie au XV e siècle. La

Plus en détail

Plan de développement stratégique 2013-2016

Plan de développement stratégique 2013-2016 Plan de développement stratégique 2013-2016 INTRODUCTION Le Plan de développement stratégique présenté dans les pages qui suivent expose les objectifs du Groupe de Collaboration Internationale en Ingénierie

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS

MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS MINISTÈRE DE LA VILLE, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS Le 19 novembre 2015, le Fonds pour le développement de la vie associative (FDVA) piloté par le ministère, outil de financement d actions de formation

Plus en détail

Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante

Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante Juin 2012 INTRODUCTION L'association «Savoirs, Émancipation, Vie Étudiante»

Plus en détail

Interacadémiques Lyon 10 11 décembre 2013. Atelier Grenoble MOOC et classe inversée

Interacadémiques Lyon 10 11 décembre 2013. Atelier Grenoble MOOC et classe inversée Interacadémiques Lyon 10 11 décembre 2013 Atelier Grenoble MOOC et classe inversée Plan de l atelier : Un point sur le développement des MOOC et des classes inversées Un exemple : - Un stage modélisant

Plus en détail

MKT) PROGRAMMES MASTER

MKT) PROGRAMMES MASTER PROGRAMMES MASTER Master 1 Management (M1 MGT) Master 2 Spécialité Direction Financière, Audit Interne et Contrôle de Gestion (M2 DFAICG) PROGRAMMES MASTER www.iae-nice.fr Programmes Master : Former les

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE OMPI PCDA/1/2 ORIGINAL : espagnol DATE : 12 janvier 2006 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ PROVISOIRE SUR LES PROPOSITIONS RELATIVES À UN PLAN D ACTION DE L OMPI POUR

Plus en détail

Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation

Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Les professeurs et les personnels d éducation mettent en œuvre les missions que la nation assigne à l école. En leur qualité de fonctionnaires

Plus en détail

OBJECTIFS. Objectif N 1 : renouvellement des approches et des méthodes de formation pour atteindre une forme d excellence de la formation

OBJECTIFS. Objectif N 1 : renouvellement des approches et des méthodes de formation pour atteindre une forme d excellence de la formation Politique TICE UBP L université ne peut pas rester à l écart des mutations profondes qui traversent nos sociétés ; la question n est plus de savoir s il faut ou non prendre en compte l usage du numérique

Plus en détail

Formation en travail social - VAE

Formation en travail social - VAE ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE contexte de l intervention Les directeurs d établissements ou de services d intervention sociale orientent,

Plus en détail

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ÉTABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE. Contexte de l intervention

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ÉTABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE. Contexte de l intervention ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ÉTABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE Contexte de l intervention Les directeurs d établissements ou de services d intervention sociale orientent,

Plus en détail

2016 DASES 249 G DAE : Approbation du Plan Parisien de l Insertion par l Emploi (PPIE) pour la période 2016 2020.

2016 DASES 249 G DAE : Approbation du Plan Parisien de l Insertion par l Emploi (PPIE) pour la période 2016 2020. 2016 DASES 249 G DAE : Approbation du Plan Parisien de l Insertion par l Emploi (PPIE) pour la période 2016 2020. Mesdames, Messieurs, Projet de délibération Exposé des motifs Fin 2015, grâce à l effort

Plus en détail

Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020

Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020 Contribution Programme métropolitain pour l insertion et l emploi 2016-2020 L Uriopss Rhône-Alpes créée en 1948 est une association loi 1901 qui regroupe et soutient les organismes privés non lucratifs

Plus en détail

TRAVAUX PERSONNELS ENCADRÉS (TPE) 1

TRAVAUX PERSONNELS ENCADRÉS (TPE) 1 TRAVAUX PERSONNELS ENCADRÉS (TPE) 1 1- LES CONDITIONS DE MISE EN OEUVRE PÉDAGOGIQUE DES TPE : LES DOCUMENTS DE RÉFÉRENCE 2- LES TPE : DES ENJEUX D ENCADREMENT FORTS* 3- QUELLE ÉVALUATION?* 1- LES CONDITIONS

Plus en détail

Direction de l Environnement Service Ecocitoyenneté. Note d information sur un appel à projets en cours de préparation

Direction de l Environnement Service Ecocitoyenneté. Note d information sur un appel à projets en cours de préparation Direction de l Environnement Service Ecocitoyenneté Note d information sur un appel à projets en cours de préparation «(r)évolutions des pratiques des associations environnementales pour accompagner l

Plus en détail

LES FORMATIONS 2016. Médiateurs sociaux Encadrants d équipes Directions Élus, professionnels de l action sociale

LES FORMATIONS 2016. Médiateurs sociaux Encadrants d équipes Directions Élus, professionnels de l action sociale PROFESSIONNALISER LES ACTEURS DE LA MÉDIATION SOCIALE LES FORMATIONS 2016 Médiateurs sociaux Encadrants d équipes Directions Élus, professionnels de l action sociale w w w. f r a n c e m e d i a t i o

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS Novembre 2015 Les modes de production et les parcours

Plus en détail

CHARTE D ENGAGEMENTS RÉCIPROQUES

CHARTE D ENGAGEMENTS RÉCIPROQUES CHARTE D ENGAGEMENTS RÉCIPROQUES ENTRE L ÉTAT, LE MOUVEMENT ASSOCIATIF ET LES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES SIGNÉE PAR LE PREMIER MINISTRE, LA PRÉSIDENTE DU MOUVEMENT ASSOCIATIF, LE PRÉSIDENT DE L ASSOCIATION

Plus en détail

Rapporteur : Louis VILLARET RAPPORT 1.2 ADMINISTRATION GENERALE EVALUATION DES POLITIQUES PUBLIQUES : RESEAU REVMED PARTICIPATION AU RESEAU REVMED, RESEAU MEDITERRANEEN DE COLLECTIVITES POUR L EVALUATION

Plus en détail

L Assemblier. L Assemblier

L Assemblier. L Assemblier L Assemblier Collectif de consultants L Assemblier Catalogue de formations pour les Conseils citoyens et leurs soutiens Faire équipe page 1 Travailler avec des tiers et monter des projets page 4 Le Conseil

Plus en détail

Projet culturel et artistique de l Adem Florida

Projet culturel et artistique de l Adem Florida Projet culturel et artistique de l Adem Florida L Adem/ Florida a défendu et mis en œuvre depuis 1999, un projet culturel et artistique validé par l assemblée générale extraordinaire de l Adem du 05 février

Plus en détail

La feuille de route numérique académique 2015-2016

La feuille de route numérique académique 2015-2016 La feuille de route numérique académique 2015-2016 Cadre académique pour le développement du numérique éducatif 1 1. Le contexte académique 3 2. Les 6 objectifs et axes de progrès 5 2.1. Accompagner les

Plus en détail

Département de la Drôme

Département de la Drôme Département de la Drôme Mise en place des Programmes Personnalisés de Réussite Educative. Comment cibler les élèves? Les procédures de choix des élèves sont essentielles Certaines interprétations peuvent

Plus en détail

Lettre de cadrage Plan d action triennal 2012-2014

Lettre de cadrage Plan d action triennal 2012-2014 Mars 2012 Lettre de cadrage Plan d action triennal 2012-2014 Les huit orientations Le projet stratégique, voté en juin 2011 par les adhérents du Syneas, liste les huit orientations qui doivent guider l

Plus en détail

Charte de déontologie du CSTB

Charte de déontologie du CSTB Charte de déontologie du CSTB La présente charte définit et fait connaitre la déontologie que le CSTB s engage à respecter en tant que support d innovation et tiers de confiance. Dans cette perspective,

Plus en détail

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2

POLITIQUE 2500-024 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 POLITIQUE 2500-024 TITRE : ADOPTION : Conseil d'administration Résolution : CA-2008-01-15-08 ENTRÉE EN VIGUEUR : 15 janvier 2008 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 1 1. LE CHAMP D APPLICATION... 2 2. LA FORMATION

Plus en détail

CHARTE D ETHIQUE VIDEOPROTECTION

CHARTE D ETHIQUE VIDEOPROTECTION CHARTE D ETHIQUE VIDEOPROTECTION Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens et lutter contre le sentiment d insécurité, la Commune de Périgueux a mis en place un système de vidéoprotection.

Plus en détail

AU BUREAU COMME CHEZ SOI : QUE CHANGE LE TÉLÉTRAVAIL?

AU BUREAU COMME CHEZ SOI : QUE CHANGE LE TÉLÉTRAVAIL? AU BUREAU COMME CHEZ SOI : QUE CHANGE LE TÉLÉTRAVAIL? Organisateur SYNDICAT NATIONAL DES DIRECTEURS GÉNÉRAUX DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES (SNDGCT) Animateur Françoise CLECH DEL TEDESCO, Directeur administratif

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Plus d informations sur 2015.meet-ingenierie.com ou sur www.syntec-ingenierie.fr. @Syntec_inge Syntec-Ingénierie Avenir ingénierie

DOSSIER DE PRESSE. Plus d informations sur 2015.meet-ingenierie.com ou sur www.syntec-ingenierie.fr. @Syntec_inge Syntec-Ingénierie Avenir ingénierie DOSSIER DE PRESSE Plus d informations sur 2015.meet-ingenierie.com ou sur www.syntec-ingenierie.fr. @Syntec_inge Syntec-Ingénierie Avenir ingénierie SOMMAIRE 3 Présentation de l évènement 3 Le «Carré de

Plus en détail

Le management de l innovation dans le secteur du logement social. Université d été 2012 Introduction

Le management de l innovation dans le secteur du logement social. Université d été 2012 Introduction Le management de l innovation dans le secteur du logement social Université d été 2012 Introduction INTRODUCTION : ENJEUX DE L INNOVATION DANS LE SECTEUR PROFESSIONNEL L innovation, constante dans l histoire

Plus en détail

APPEL À COMMUNICATIONS

APPEL À COMMUNICATIONS APPEL À COMMUNICATIONS 2ÈME EDITION DES RENCONTRES EUROPÉENNES DE L EDUCATION PAR LE SPORT «Vivre ensemble par le sport en Europe» 2 ème journée : Conférence européenne «Développer le sport comme outil

Plus en détail

C est un processus. Un ensemble de démarches qui prennent en compte chaque élève comme une personne. Des situations éducatives qui peuvent être

C est un processus. Un ensemble de démarches qui prennent en compte chaque élève comme une personne. Des situations éducatives qui peuvent être C est un processus. Un ensemble de démarches qui prennent en compte chaque élève comme une personne. Des situations éducatives qui peuvent être engagées dans et hors l école. L élève apprend a se construire

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE REPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) Master Sciences Humaines et Sociales mention CONDUITE DE PROJETS CULTURELS spécialité professionnelle CONDUITE DE PROJETS TOURISTIQUES

Plus en détail

GUIDE D ANIMATION PÉDAGOGIQUE DU DIAPORAMA SUR LES INÉGALITÉS SOCIALES DE SANTÉ

GUIDE D ANIMATION PÉDAGOGIQUE DU DIAPORAMA SUR LES INÉGALITÉS SOCIALES DE SANTÉ GUIDE D ANIMATION PÉDAGOGIQUE DU DIAPORAMA SUR LES INÉGALITÉS SOCIALES DE SANTÉ Une production du 2009 Réseau de recherché en santé des populations du Québec TABLE DES MATIÈRES Contexte...3 1. But poursuivi

Plus en détail

DA 449-14.03. Mesdames et Messieurs les Conseillers municipaux,

DA 449-14.03. Mesdames et Messieurs les Conseillers municipaux, DA 449-14.03 PROJET NOUVELLES LIBELLULES CRÉATION D UN CENTRE DE QUARTIER DANS L ÉDICULE N 6 ET TRANSFORMATION DU CENTRE DE QUARTIER EN RESTAURANT À VOCATION D INTÉGRATION PROFESSIONNELLE Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Copyright 2014 Organisation mondiale des douanes - Tous droits réservés 1

Copyright 2014 Organisation mondiale des douanes - Tous droits réservés 1 Les activités d'apprentissage et de développement de l OMD Doter les personnels des Membres d une plus grande autonomie pour pérenniser leurs efforts de réforme Copyright 2014 Organisation mondiale des

Plus en détail

CERTIFICAT DE TUTEUR D ENTREPRISE

CERTIFICAT DE TUTEUR D ENTREPRISE CERTIFICAT DE TUTEUR D ENTREPRISE Ce programme de formation prépare à l obtention du CP FFP (Certificat Professionnel de la Fédération de la Formation Professionnelle) de Tuteur d entreprise. INTITULÉ

Plus en détail

Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen Basse Normandie

Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen Basse Normandie Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen BasseNormandie Dans son projet de développement stratégique 20122016 adopté par le Conseil d Administration du 4 novembre

Plus en détail

Valérie PADRA Directrice technique, Pôle Ingénierie, AGEFMA

Valérie PADRA Directrice technique, Pôle Ingénierie, AGEFMA Valérie PADRA Directrice technique, Pôle Ingénierie, AGEFMA Un environnement en mutation Un contexte économique en crise Une nouvelle gouvernance de l orientation et de la formation De nouvelles exigences

Plus en détail

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN Adoptée le 21 juin 1995 CA-95-20-190

Plus en détail

ECOMM 2004 PROPOSITION D INTERVENTION. TITRE DU PAPIER : De la planification stratégique au management de la mobilité : une démarche globale.

ECOMM 2004 PROPOSITION D INTERVENTION. TITRE DU PAPIER : De la planification stratégique au management de la mobilité : une démarche globale. ECOMM 2004 PROPOSITION D INTERVENTION TITRE DU PAPIER : De la planification stratégique au management de la mobilité : une démarche globale. AUTEUR Yamina Lamrani CERTU (Centre d Etudes sur les Réseaux,

Plus en détail

2.1 J approfondis ma réflexion

2.1 J approfondis ma réflexion Je sais ce que je veux faire, mais j ai besoin de mieux savoir comment m y prendre. Quelles sont les étapes? Quelles sont les questions à se poser? Qui va pouvoir m aider? 2.1 J approfondis ma réflexion

Plus en détail

Dép. 75 «DERPAD» PRESENTATION DE L ACTION

Dép. 75 «DERPAD» PRESENTATION DE L ACTION Dép. 75 «DERPAD» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation : Le Dispositif Expert Régional Pour Adolescent en Difficulté a fait l objet le 1er juillet 1996 d une convention de

Plus en détail

Edito. agorha. A qui s adresse ce plan d accompagnement? Les acteurs de l accompagnement du changement d agorha. Plan d accompagnement du changement

Edito. agorha. A qui s adresse ce plan d accompagnement? Les acteurs de l accompagnement du changement d agorha. Plan d accompagnement du changement / Edito N 3 / JUIN 2010 Ce 3 ième numéro de l année est entièrement consacré au plan d accompagnement du changement du projet agorha-migration relatif à la migration dans agorha des fonctionnalités existantes

Plus en détail

Projet pédagogique Chantier école «Métiers du son & connexes»

Projet pédagogique Chantier école «Métiers du son & connexes» Association Insertion Musique et Son Projet pédagogique Chantier école «Métiers du son & connexes» Les objectifs de la formation Faciliter l accès à une formation qualifiante, un contrat en alternance

Plus en détail

I. Compétences communes à tous les professeurs

I. Compétences communes à tous les professeurs REFERENTIEL DE COMPETENCES DES PROFESSEURS Au sein de l équipe pédagogique, l enseignante ou l enseignant accompagne chaque élève dans la construction de son parcours de formation. Afin que son enseignement

Plus en détail

du plan stratégique 2010-2014 de l AERES (document ad dopté lors du Conseil de l Agence du 8 décembre 2011)

du plan stratégique 2010-2014 de l AERES (document ad dopté lors du Conseil de l Agence du 8 décembre 2011) Actualisation du plan stratégique 2010-2014 de l AERES décembre 2011 (document ad dopté lors du Conseil de l Agence du 8 décembre 2011) SOMMAIRE Une actualisation du plan stratégique 2010-2014, indispensable

Plus en détail

Catalogue de formations 2016

Catalogue de formations 2016 Quand on travaille pour demain et pour l incertain on agit avec raison (Blaise Pascal) PRO - CONSEIL 3 Consultant formateur Nos compétences Analyse de votre budget Comprendre le budget de la commune Prospective

Plus en détail

SESSIONS NATIONALES Calendrier 2015

SESSIONS NATIONALES Calendrier 2015 SESSIONS NATIONALES Calendrier 2015 ENDA ECOPOP Complexe Sicap POINT E - Immeuble B, 2ème Etage Avenue Cheikh Anta DIOP Téléphone : +221 33 859 64 11 - Fax : +221 33 860 51 33 Email : ecopop@endatiersmonde.org

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ. Personnel

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ. Personnel MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières

Plus en détail

Position adoptée lors de la session du Conseil national de l Ordre des infirmiers du 14 septembre 2010

Position adoptée lors de la session du Conseil national de l Ordre des infirmiers du 14 septembre 2010 Position adoptée lors de la session du Conseil national de l Ordre des infirmiers du 14 septembre 2010 De l infirmier du travail à l infirmier spécialisé en santé au travail : reconnaître l infirmier comme

Plus en détail

Mobiliser son CA pour maximiser son apport : les déterminants de la participation. Québec, 14 octobre 2014

Mobiliser son CA pour maximiser son apport : les déterminants de la participation. Québec, 14 octobre 2014 Mobiliser son CA pour maximiser son apport : les déterminants de la participation Québec, 14 octobre 2014 Objectifs et déroulement Objectifs : Réfléchir sur ses pratiques et diagnostiquer le niveau d engagement

Plus en détail

L intelligence collective et le leadership dans la complexité *

L intelligence collective et le leadership dans la complexité * L intelligence collective et le leadership dans la complexité * Nouveaux enjeux / nouveaux modes de management par Pascale Massios ** "Tout ce que vous faites pour nous, vous le faites pour notre bien

Plus en détail

Union Nationale des Entreprises Adaptées

Union Nationale des Entreprises Adaptées Union Nationale des Entreprises Adaptées Une valeur ajoutée humaine et sociale «La manière dont une société favorise l insertion des personnes handicapées est révélatrice de son degré d humanité» L Entreprise

Plus en détail

[Compte rendu] L après crise : Une économie d ingénieur? Colloque CNISF, le 8 octobre 2009. Par : Jérémy CROS, secrétaire général du BNEI

[Compte rendu] L après crise : Une économie d ingénieur? Colloque CNISF, le 8 octobre 2009. Par : Jérémy CROS, secrétaire général du BNEI le 31 octobre 2009 [Compte rendu] Colloque CNISF, le 8 octobre 2009 L après crise : Une économie d ingénieur? Par : Jérémy CROS, secrétaire général du BNEI SOMMAIRE 1. TABLE RONDE : "L INGÉNIEUR ET L INNOVATION"...

Plus en détail

Convention inter parcs SIT PNR PACA

Convention inter parcs SIT PNR PACA Convention inter parcs SIT PNR PACA Page 1 Sommaire Article I Préambule... 3 Article II Objet de la convention... 43 Article III Les Membres... 43 Article IV Les partenaires... 53 Article V Mise en œuvre

Plus en détail

VADÉMÉCUM RELATIF À L APPLICATION DES ASPECTS LINGUISTIQUES DE LA CHARTE D ADHÉSION À L AGENCE UNIVERSITAIRE DE LA FRANCOPHONIE

VADÉMÉCUM RELATIF À L APPLICATION DES ASPECTS LINGUISTIQUES DE LA CHARTE D ADHÉSION À L AGENCE UNIVERSITAIRE DE LA FRANCOPHONIE VADÉMÉCUM RELATIF À L APPLICATION DES ASPECTS LINGUISTIQUES DE LA CHARTE D ADHÉSION À L AGENCE UNIVERSITAIRE DE LA FRANCOPHONIE Adopté par le conseil associatif de l Agence universitaire de la Francophonie

Plus en détail

JE SUIS. 4 fonctions JEUNE OFFICIEL DIRIGEANT UNSS. Programme 2012 / 2016. 12 décembre 2012 Page 1/11

JE SUIS. 4 fonctions JEUNE OFFICIEL DIRIGEANT UNSS. Programme 2012 / 2016. 12 décembre 2012 Page 1/11 JE SUIS JEUNE OFFICIEL DIRIGEANT UNSS 4 fonctions Programme 2012 / 2016 12 décembre 2012 Page 1/11 JE SUIS JEUNE OFFICIEL DIRIGEANT 1- JE SUIS ELU AU SEIN DE L ASSOCIATION SPORTIVE 2- JE M IMPLIQUE DANS

Plus en détail

Conclusions et recommandations du colloque Forum Belge pour la Sécurité Urbaine du 31 mars 2003 à St Gilles

Conclusions et recommandations du colloque Forum Belge pour la Sécurité Urbaine du 31 mars 2003 à St Gilles Conclusions et recommandations du colloque Forum Belge pour la Sécurité Urbaine du 31 mars 2003 à St Gilles Au terme de cette journée, il nous a paru important de dégager, sur base des différentes interventions,

Plus en détail

Baccalauréat. Document ressources

Baccalauréat. Document ressources Baccalauréat Document ressources "#$%&'(&($)*+&,'(-.))$+/.0,&+&,'(*1.)).2.*#3.'45678 Sommaire du document d accompagnement "##$%&'()*()"+*#',-().$++"#/$0,'#',-1111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111112

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

LA LOI N 2013-595 DU 8 JUILLET 2013 D ORIENTATION ET DE PROGRAMMATION POUR LA REFONDATION DE L ÉCOLE DE LA RÉPUBLIQUE ET SES DÉCRETS D APPLICATION

LA LOI N 2013-595 DU 8 JUILLET 2013 D ORIENTATION ET DE PROGRAMMATION POUR LA REFONDATION DE L ÉCOLE DE LA RÉPUBLIQUE ET SES DÉCRETS D APPLICATION Le point sur LIJ 178 octobre 2013 25 LA LOI N 2013-595 DU 8 JUILLET 2013 D ORIENTATION ET DE PROGRAMMATION POUR LA REFONDATION DE L ÉCOLE DE LA RÉPUBLIQUE ET SES DÉCRETS D APPLICATION I Les bases de la

Plus en détail

Formation des étudiants à la maîtrise de l information. L expérience de l Université des Sciences Sociales de Toulouse 1

Formation des étudiants à la maîtrise de l information. L expérience de l Université des Sciences Sociales de Toulouse 1 Formation des étudiants à la maîtrise de l information L expérience de l Université des Sciences Sociales de Toulouse 1 Christel Candalot dit Casaurang Université Toulouse 1 À l'université de Toulouse

Plus en détail

UE 3 - MANAGEMENT ET CONTRÔLE DE GESTION Niveau M : 180 heures - 20 ECTS. A - Management. 1. Évolution des modèles d organisation (15 heures)

UE 3 - MANAGEMENT ET CONTRÔLE DE GESTION Niveau M : 180 heures - 20 ECTS. A - Management. 1. Évolution des modèles d organisation (15 heures) UE 3 - MANAGEMENT ET CONTRÔLE DE GESTION Niveau M : 180 heures - 20 ECTS NB : les deux sous-parties de ce programme sont présentées séparément mais la compétence à acquérir doit permettre de réaliser une

Plus en détail

Fondation Roi Baudouin

Fondation Roi Baudouin RAPPORT D EVALUATION SUR LES SERVICES DE PROXIMITE ATTEINDRE CEUX QUI PARAISSENT INACCESSIBLES SYNTHESE Fondation Roi Baudouin Le présent rapport consiste en une analyse des projets qui ont été soutenus

Plus en détail

Architecture d entreprise gouvernementale 3.0

Architecture d entreprise gouvernementale 3.0 Avis au lecteur sur l accessibilité : Ce document est conforme au standard du gouvernement du Québec SGQRI 008-02 (SGQRI 008-03, multimédia : capsules d information et de sensibilisation vidéo) afin d

Plus en détail

Baromètre de la Co-Création Entreprise et Social

Baromètre de la Co-Création Entreprise et Social Baromètre de la Co-Création Entreprise et Social Mars 2016 15 place de la République 75003 Paris EDITO 01 Chaque année depuis quatre ans, Ashoka publie le Baromètre de l Entrepreneuriat Social en collaboration

Plus en détail

UE 3 Management et contrôle de gestion. Le programme

UE 3 Management et contrôle de gestion. Le programme UE 3 Management et contrôle de gestion Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur A. Management

Plus en détail

GÉRER ET PILOTER. TEST MANAGEMENT - RH Quel est votre style de management?

GÉRER ET PILOTER. TEST MANAGEMENT - RH Quel est votre style de management? de management? Voici quatre situations professionnelles : à chaque fois vous avez le choix entre quatre types de comportements. Cochez la case qui, selon vous, correspond le plus au comportement que vous

Plus en détail

1. L organisation des enseignements dans l établissement. Projet de circulaire relative à l organisation des enseignements au collège

1. L organisation des enseignements dans l établissement. Projet de circulaire relative à l organisation des enseignements au collège Projet de circulaire relative à l organisation des enseignements au collège La loi n 2013-595 du 8 juillet 2013 d orientation et de programmation pour la refondation de l école de la République confie

Plus en détail

SECRÉTARIAT GÉNÉRAL DE L' ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE

SECRÉTARIAT GÉNÉRAL DE L' ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE SECRÉTARIAT GÉNÉRAL DE L' ENSEIGNEMENT CATHOLIQUE Note d' information n 102 en date du mercredi 10 septembre 2014 Objet : Commission Permanente des 20, 21 et 22 août 2014 A l intention des membres du CNEC,

Plus en détail

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service AGBF 1 Préambule L élaboration du présent projet de service est le fruit d un travail collaboratif et de concertation

Plus en détail

Dispositif d innovation mis en place dans le projet École éloignée en réseau

Dispositif d innovation mis en place dans le projet École éloignée en réseau Dispositif d innovation mis en place dans le projet École éloignée en réseau Préambule : L innovation vise l appropriation d une invention technique par un milieu particulier (nouvelles pratiques des acteurs,

Plus en détail

VERS QUELLE ÉCOLE NUMÉRIQUE?

VERS QUELLE ÉCOLE NUMÉRIQUE? VERS QUELLE ÉCOLE NUMÉRIQUE? Organisateur ACTEURS DE LA VIE SCOLAIRE Coordinateur et animateur Laurent THOVISTE, Rédacteur en chef, Acteurs de la vie scolaire En comparaison avec d autres pays européens,

Plus en détail

Les conseils généraux, acteurs des politiques de jeunesse. coordonné par Bernard Bier et Jean-Claude Richez

Les conseils généraux, acteurs des politiques de jeunesse. coordonné par Bernard Bier et Jean-Claude Richez 1 Les conseils généraux, acteurs des politiques de jeunesse coordonné par Bernard Bier et Jean-Claude Richez 2 AUTOUR DE QUELQUES ENJEUX DES POLITIQUES DE JEUNESSE MENEES PAR LES CONSEILS GENERAUX Les

Plus en détail

Programmes de formation de courte durée

Programmes de formation de courte durée Programmes de formation de courte durée 1 Éducation à la Culture et à la Citoyenneté européennes http://www.elicitplus.eu Table des matières Prévenir la violence à l école : comprendre pour agir... 4 Comment

Plus en détail

GENERATION ENTREPRENEURS SOLIDAIRES

GENERATION ENTREPRENEURS SOLIDAIRES SYNTHESE DE LA CANDIDATURE DU CONSORTIUM : GENERATION ENTREPRENEURS SOLIDAIRES Programme interrégional d éducation à l innovation sociale, à l entrepreneuriat collectif et à l Economie Sociale et Solidaire

Plus en détail

des idées pour Nantes? Venez les partager.

des idées pour Nantes? Venez les partager. Vous avez des idées pour Nantes? Venez les partager. 5 objectifs objectifs règles du jeu Nantaises, Nantais, jouez collectif! La Ville de Nantes invite toutes les Nantaises et tous les Nantais à s investir

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF. Octobre 2009

PROJET ASSOCIATIF. Octobre 2009 APAJH 78 Association Pour Adultes et Jeunes Handicapés des Yvelines 11, rue Jacques Cartier 78280 GUYANCOURT 01.61.37.08.00-01.61.37.08.01 - APAJH-YVELINES@wanadoo.fr site internet : www.apajh78.org PROJET

Plus en détail

GOUVERNANCE PROPOSITIONS DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES RELATIONS INTERNATIONALES POUR UNE IDENTITE INTERNATIONALE FORTE A L UNIVERSITE DE LIMOGES

GOUVERNANCE PROPOSITIONS DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES RELATIONS INTERNATIONALES POUR UNE IDENTITE INTERNATIONALE FORTE A L UNIVERSITE DE LIMOGES PROPOSITIONS DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES RELATIONS INTERNATIONALES POUR UNE IDENTITE INTERNATIONALE FORTE A L UNIVERSITE DE LIMOGES Le domaine des relations internationales doit être un élément fort du

Plus en détail

RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL SUR L EVOLUTION DU METIER DE GESTIONNAIRE. ( novembre mars 2008 )

RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL SUR L EVOLUTION DU METIER DE GESTIONNAIRE. ( novembre mars 2008 ) RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL SUR L EVOLUTION DU METIER DE GESTIONNAIRE ( novembre mars 2008 ) A la demande de Monsieur Le Recteur, un groupe de travail a été mis en place en Novembre 2007, afin de réfléchir

Plus en détail

POLITIQUE PEDAGOGIQUE AFSE

POLITIQUE PEDAGOGIQUE AFSE POLITIQUE PEDAGOGIQUE AFSE La localisation géographique A l entrée de la Petite France, le quartier historique de Strasbourg, et proche de la gare, l AFSE est facilement accessible. Un arrêt de bus en

Plus en détail

Les Etablissements Publics face à la réduction du délai de clôture

Les Etablissements Publics face à la réduction du délai de clôture Mémorandum n 1 Secteur Public Les Etablissements Publics face à la réduction du délai de clôture Mars 2012 Sommaire Pratiques et Tendances 2 - Le Baromètre Grant Thornton / Association des Agents Comptables.

Plus en détail

Handicap : comment la formation accompagne-t-elle l évolution des pratiques?

Handicap : comment la formation accompagne-t-elle l évolution des pratiques? Handicap : comment la formation accompagne-t-elle l évolution des pratiques? Organisateurs : Conférence-Débat n 3 Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT) & Caisse nationale de solidarité

Plus en détail

Devenir musicien intervenant

Devenir musicien intervenant Devenir musicien intervenant Musicien intervenant : une formation novatrice pour un acteur engagé dans le développement culturel, un métier de passion pour un musicien prêt au partage de la musique. Vous

Plus en détail

UCL. Qualité de vie et santé en milieu étudiant. Équipe santé. Service d aide aux étudiants

UCL. Qualité de vie et santé en milieu étudiant. Équipe santé. Service d aide aux étudiants chartesanté-2 24/06/04 21:43 Page 1 Équipe santé Qualité de vie et santé en milieu étudiant CHARTE Recueil des principes fondamentaux pour promouvoir la santé et la qualité de vie en milieu étudiant. Service

Plus en détail

TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION

TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION TITRE DE DIRIGEANT DES ORGANISATIONS EDUCATIVES SCOLAIRES ET/OU DE FORMATION RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION Organisation du Référentiel d Activités et de Compétences Le référentiel

Plus en détail

Contribution de la Fédération des écoles Steiner-Waldorf en France. dans le cadre de la concertation pour la refondation de l école de la République

Contribution de la Fédération des écoles Steiner-Waldorf en France. dans le cadre de la concertation pour la refondation de l école de la République Contribution de la Fédération des écoles Steiner-Waldorf en France dans le cadre de la concertation pour la refondation de l école de la République Pédagogie Steiner-Waldorf 250.000 élèves dans 60 pays,

Plus en détail

Appui conseil pour les organisations sociales et solidaires

Appui conseil pour les organisations sociales et solidaires Appui conseil pour les organisations sociales et solidaires PRESENTATION DU PROJET Coup de Pousse est une agence de Conseil orientée vers les petites et moyennes organisations agissant dans le secteur

Plus en détail

juillet 2012 PARTENARIATS

juillet 2012 PARTENARIATS Newsletter juillet 2012 SOMMAIRE SÉLECTION DE PROJETS Comité d orientation : comment fonctionne-t-il? Quatre nouveaux projets retenus pour 2012. PARTENARIATS Energie Jeunes : première Convention annuelle.

Plus en détail

LA DEMARCHE COMPETENCE

LA DEMARCHE COMPETENCE LA DEMARCHE COMPETENCE Chapitre 3 : La démarche compétence Chapitre 3 : La démarche compétence... 1 3.1. Les attentes des acteurs de la Démarche Compétence... 2 3.1.1 Les attentes de l entreprise... 2

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/4 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 3 OCTOBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU PROJET

Plus en détail

Rencontre d information et d échanges en Poitou-Charentes 30 janvier 2009

Rencontre d information et d échanges en Poitou-Charentes 30 janvier 2009 Rencontre d information et d échanges en Poitou-Charentes 30 janvier 2009 Développement de la médiation sociale par la création des emploi-jeunes en 1997, Une médiation sociale dont les missions sont fortement

Plus en détail

Université du Coton. Séminaire N 1 «Faisons nos affaires nous-mêmes» Michel GIFFARD & Daniel GENTON. BOBO semaine de 8 au 12 septembre 2008

Université du Coton. Séminaire N 1 «Faisons nos affaires nous-mêmes» Michel GIFFARD & Daniel GENTON. BOBO semaine de 8 au 12 septembre 2008 Université du Coton Séminaire N 1 «Faisons nos affaires nous-mêmes» Michel GIFFARD & Daniel GENTON BOBO semaine de 8 au 12 septembre 2008 Université du Coton HEC - Exed 1 Un séminaire s en cinq jours -

Plus en détail

Grippe A/H1N1 : Elargissement du dispositif de prise en charge des patients au secteur ambulatoire

Grippe A/H1N1 : Elargissement du dispositif de prise en charge des patients au secteur ambulatoire Grippe A/H1N1 : Elargissement du dispositif de prise en charge des patients au secteur ambulatoire Dossier de presse Mercredi 22 juillet 2009 Contact presse : Service de presse de Roselyne Bachelot-Narquin

Plus en détail