éditorial Les régions ont-elles la santé? Patrice Fort RETRAITES : COMMENT RESTER SOLIDAIRE? Les vignettes orange arrivent numéro

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "éditorial Les régions ont-elles la santé? Patrice Fort RETRAITES : COMMENT RESTER SOLIDAIRE? Les vignettes orange arrivent numéro"

Transcription

1 SANTÉ À CRÉDIT Une mutuelle propose désormais à ses adhérents de souscrire un prêt auprès du Crédit municipal de Paris pour les aider à payer leurs soins de santé. Ce qui relève pourtant du domaine d une couverture santé. LIRE Page 6 Les vignettes orange arrivent Première étude d impact économique réalisée par la Mutualité française. LIRE Page 4 LA fmf et le 23mars Les Mutuelles de France seront dans les mobilisations du 23 mars prochain. LIRE Page 3 numéro 323 l information numé rique des Mutuelles de France RETRAITES : COMMENT RESTER SOLIDAIRE? Si votre mutuelle augmente que faites-vous? Pas d autre choix que d accepter la hausse de prix. C est l entreprise qui prend en partie en charge. Je vais abandonner certaines garanties. Je vais résilier ma mutuelle faute de moyens. Ensemble en % Le champ de la protection sociale complémentaire ressemble chaque fois un peu plus au marché du travail qui, comme chacun sait, est relativement fermé aux jeunes et aux plus de 50 ans. Dans le débat qui s ouvre, à nouveau, dans la société sur le devenir des retraites, l accent est rarement mis sur le fait que les retraités en quittant leur entreprise perdent le plus souvent leur couverture complémentaire et ce à un âge où les dépenses de santé sont généralement plus importantes qu à un autre. C est sur cette question que la Fédération des mutuelles de France a voulu mettre le doigt à l occasion des mobilisations sociales du 23 mars prochain. LIRE PAGES 2 et 3 Mutuellle d entreprise Mutuelle individuelle IFOP pour Hyperassur.com.Février 2010 éditorial Les régions ont-elles la santé? Patrice Fort C omme tout le monde le sait, les élections, n offrent que rarement l occasion, pour des raisons certainement très louables, de poser les problèmes là et au moment où ils se posent. C est ainsi qu il nous faudra attendre au moins jusqu au 22 mars prochain avant que l on reparle de la régionalisation de notre système de santé. La mise en place des Agences régionales de santé préfigure-t-elle cette régionalisation ou bien n est-elle que la volonté de l État de multiplier sa puissance par vingt-six? Les professions libérales de santé ont déjà pris les devants. Le président du Centre national des professions de santé, Michel Chassang, a annoncé que le CNPS, lequel regroupe 27 syndicats de professionnels de santé libéraux, allait se décliner en Centres régionaux de professions de santé. Est-ce à dire que dans un avenir proche les conventions entre les organismes d assurance maladie et les professions de santé trouveront des prolongements régionaux? Ce serait une sorte d histoire conventionnelle à rebours, puisqu avant l accord de 1971 les conventions se négociaient dans les départements. La mutualité, elle aussi, s organise pour donner à ses structures régionales un poids politique qu elles n ont jamais eu auparavant. Quoi que chacun pense de la loi HPST, de toute évidence, la nouvelle organisation sanitaire va créer une dynamique, au sens physique du terme. Nous serons tous confrontés à cette énergie que la nouvelle organisation va libérer. Qu il le veuille ou pas, et pour ainsi dire à son corps défendant, l État va donner aux acteurs de santé une légitimité à intervenir dans le cadre de la région. Et qu il compte sur la mutualité pour s investir et investir dans ces territoires. Mutuel l Opinion Mutualiste - n o 323- mars

2 événement RÉFORME DES RÉGIMES SOCIAUX RETRAITES : UN TEST GRANDEUR NATURE POUR LA SÉCURITÉ SOCIALE Le patronat de la métallurgie relance l idée d une protection sociale organisée en trois étages : obligatoire, complémentaire et supplémentaire. Cette thèse de la Banque mondiale va-t-elle finir par triompher? L e champ de la protection sociale complémentaire ressemble chaque fois un peu plus au marché du travail qui, comme chacun sait, est relativement fermé aux jeunes et aux plus de 50 ans. Dans le débat qui s ouvre, à nouveau, dans la société sur le devenir des retraites, l accent est rarement mis sur le fait que les retraités en quittant leur entreprise perdent le plus souvent leur couverture complémentaire et ce à un âge où les dépenses de santé sont généralement plus importantes qu à un autre. C est sur cette question que la Fédération des mutuelles de France a voulu mettre le doigt dans les arguments qu elle a donné à ses groupements pour les convaincre de contribuer aux succès des mobilisations sociales du 23 mars prochain (voir page 3). Les jeunes de moins de 35 ans, comme le montre une enquête de l IFOP, (voir page 9) sont plus préoccupés que d autres classes d âge par le prix d une complémentaire santé. Cela tient certainement à la fragilité de leur statut salarial qui ne leur ouvre pas les portes d un contrat collectif lié à un emploi stable. Coût du contrat Ces phénomènes ne sont pas nouveau. Simplement avec la crise, ils prennent plus d importance de même que la question des bas salaires. Ce qui s est passé à Paris où une mutuelle, qui s adresse pourtant à des fonctionnaires, donne la possibilité à ses adhérents de s endetter sans frais auprès du Crédit municipal pour payer des dépenses mal remboursées de santé, mérite pour le moins que l on s interroge. On voit bien qu il s agit de permettre à des personnes disposant de ressources modestes de se soigner sans, dans le même temps, augmenter le coût du contrat. Si on en croit cette enquête de l IFOP, seulement une personne sur cent serait incapable d assumer une augmentation de la cotisation au point de devoir résilier sa couverture santé. Est-ce pour autant que le montant de la cotisation ne va pas devenir un problème autour duquel le champ de la protection sociale pourrait se réorganiser? Une protection sociale disposée comme une fusée à trois étages, on le sait, est une thèse que défend, depuis plusieurs années, la Banque mondiale. Cette idée avait servi de fil conducteur au rapport Chadelat. Elle resurgit à nouveau à l occasion de la réforme des retraites. Et c est le patronat des métaux, l UIMM, qui la remet au goût du jour. Mariano Ortiz Co u r r i el INSTITUT DU SPORT ET SANTÉ [SUITE] La création de l Institut sport santé qui avait été annoncé par la Mutualité française à son congrès de Bordeaux est en bonne voie. Ce projet, dans lequel vont investir la FNMF et plusieurs autres groupements dont les Mutuelles de France, va se mettre en place sous la forme d une société anonyme à conseil d administration dont la majorité du capital sera porté par les acteurs mutualistes. Cet institut aura pour principales missions de favoriser la recherche, la formation des intervenants mutualistes, le développement d actes de prévention par l activité physique et sportive, le suivi médical de sportifs de haut niveau et enfin d offrir une assistance médicale tsur des événements sportifs. Mutuel l Opinion Mutualiste - n o mars

3 protection sociale QUELLE COUVERTURE SANTÉ POUR LES RETRAITéS? FICHE N o 1 régime des retraites telle que l encourage le gouvernement. Parce que la mutualité défend l idée d un droit à la protection sociale complémentaire tout au long de la vie, la Fédération des mutuelles de France invite ses groupements à contribuer aux mobilisations et aux rassemblements initiés le 23 mars prochain par les organisations syndicales. Pouvoir conserver sa couverture santé devient très souvent problématique une fois que l on prend sa retraite. Cette question devient un peu plus prégnante à mesure que se développe dans les entreprises la pratique des contrats collectifs obligatoires dont le coût est partiellement pris en charge par l employeur. C est sur ce problème que revient la déclaration de la Fédération des mutuelles, laquelle invite ses groupements à s associer aux mobilisations lancées le 23 mars par les syndicats cgt, cfdt, fsu, unsa et solidaires. Pour la Fédération des mutuelles de France : La solidarité entre générations, entre actifs et inactifs entre malades et bien-portants, socle sur lequel repose notre modèle de protection sociale, est aujourd hui fragilisée au point que chacun se sent moins en sécurité devant les aléas sanitaires, sociaux et économiques de l existence. Pour les Mutuelles de France, les orientations politiques données par l Etat au débat qui s ouvre sur la réforme des retraites ne peuvent qu alimenter ce sentiment d insécurité sociale. Le moment de la retraite est aussi celui où la possibilité de rester en bonne santé ou d accéder à des soins de qualité devient une des préoccupations centrales de la vie de millions de personnes. Les Mutuelles de France sont persuadées que toute nouvelle dégradation du niveau des pensions compromettrait ce droit d accès aux soins. Les retraités sont, en effet, parmi les personnes qui dépensent le plus pour leur santé, qui supportent les restes à charge les plus lourds même quand leurs frais sont remboursés dans le cadre d une affection de longue durée. Et c est à l âge où la complémentaire santé peut devenir une nécessité vitale que le risque de perdre cette couverture, souvent rattachée à un contrat collectif d entreprise, est le plus grand. Faire en sorte que les obligations posées par la loi de décembre 1989 et rappelées par la jurisprudence de maintenir, dans les limites tarifaires légales, pour les retraités une couverture individuelle identique à celle de leur couverture collective. Voilà ce à quoi travaillent depuis plusieurs mois le mouvement mutualiste et les organisations syndicales. Ce travail déjà difficile deviendrait impossible si la condition économique des retraités se dégradait brutalement avec la réforme du Quelle est votre attitude à l égard des manifestations du 23 mars? Soutien/sympathie 65 % soutien 40 % sympathie 25 % indifférent 20 % opposé/hostile 11 % opposé 5 % hostile 6% ne se prononcent pas 4 % Source CSA/Humanité Mutuel l Opinion Mutualiste - n o mars

4 événement dépenses de santé LES VIGNETTES ORANGE REVIENNENT AU PRINTEMPS Au printemps, l assurance maladie pourra rembourser à un taux de 15 % les médicaments dont le service médical rendu aura été jugé faible conformément aux nouvelles dispositions fixées par le decret du 5 janvier dernier. bien que ce texte ne dise rien des médicaments à smr insuffisant, la ministre de la santé a dit que les vignettes orange leur seraient appliquées. quant à savoir quels médicaments précis sont concernés, on ne le sait toujours pas. Depuis le 5 janvier dernier, l article R du Code de la Sécurité sociale, précise que les médicaments sont maintenant classés au regard de la participation des assurés aux frais d acquisition non plus en deux catégories mais en trois. Elles sont déterminées selon que le service médical rendu est soit majeur ou important, soit modéré, soit faible. Pour le dire plus simplement, il y a désormais un nouveaux taux de remboursement des médicaments qui peut être compris entre 10 et 20 %. L assurance maladie a fixé à 85% le ticket modérateur des médicaments à vignette orange. L IMPACT ÉCONOMIQUE en M été débattue dans le cadre de la loi de financement de la Sécurité sociale. Le pouvoir a agi par décret. Il est vrai que cette disposition n a pas soulevé beaucoup d enthousiasme. Le Conseil de la CNAMTS s est prononcé contre, considérant que les médicaments qui ne méritaient pas d être remboursés devaient être retirés purement et simplement de la liste des spécialités remboursables. Une analyse partagée par les complémentaires réunies au sein de l UNOCAM de même que par l Union nationale des professionnels de santé. Finalement, le gouvernement n a trouvé pour soutenir son décret que le Conseil de l UNCAM mais sans les voix des organisations syndicales. Quant à la Mutualité, elle a recommandé à toutes ses mutuelles de ne pas prendre en charge les médicaments à vignette orange dont l impact a été chiffré, par les services de la FNMF, à 125 millions d euros. UN NOUVEAU TRANFERT SUR LES MÉNAGES Il n en reste pas moins que l entrée en vigueur des vignettes orange va se traduire par une augmentation de 236 millions d euros du ticket modérateur dont s acquittent les patients. Encore ne s agit-il que d une estimation car on ne sait toujours pas quels sont les médicaments à SMR faible ou insuffisant qui ne seront plus FICHE N o 2 LES ÉTAPES DE LA RÉÉVALUATION Déremboursement de 72 médicaments SMRI Janvier, création de la vignette orange pour les véinotoniques. Mars, déremboursements de 256 SMRI. Baisse à 15 % du taux de remboursement pour certains médicaments. Déremboursement total des médicaments à 15 %. Extinction des vignettes orange. Création d un quatrième taux de remboursement fixé par décret. Source FNMF remboursés qu à 15 %. Le ministère de la Santé n entend pas, en effet, publier de liste mais donnera l information au coup par coup. On peut penser que les spécialités les premières concernées seront notamment les anti-arthrosiques ou encore les vaso-dilatateurs. POUR LA SÉCU MONTANT TM POUR LES MUTUELLES UN DÉCRET PLUTÔT QU UNE LOI Ce texte s appliquera de plein droit, trois mois après sa publication, c est-à-dire au printemps prochain. Cette disposition n a pas SMR INSUFFISANT -51 millions 51 millions +27 millions SMR FAIBLE -185 millions 185 millions +98 millions TOTAL -236 millions 236 millions +125 millions source fnmf Mutuel l Opinion Mutualiste - n o mars

5 événement protection protection sociale sociale LES LES RISQUES RISQUES D UNE MUTUELLE D UNE MUTUELLE SUR MESURE SUR MESURE Une étude de l irdes analyse les profils d assurés les plus enclins à souscrire une surcomplémentaire auprès de leur mutuelle. le principe de mutualisation des risques n est-il pas menacé? Une mutuelle de fonctionnaires a proposé à ses adhérents une surcomplémentaire couvrant deux fois mieux que le contrat de base certaines dépenses comme les frais d optique ou les dépassements d honoraires. Cette offre est restée disponible entre juillet 2003 et décembre Cette mutuelle, la MGET pour ne pas la nommer, a accepté de donner aux chercheurs de l IRDES les résultats* de cette expérience. Elle leur a permis d étudier, de près et sur la base de données réelles, ce phénomène que les théoriciens appellent «l anti-sélection» ou «l auto-sélection». Tout d abord, cette offre répondait à une attente puisqu un adhérent sur cinq de la MGET a souscrit cette surcomplémentaire. Ce sont les plus âgés (59 ans en moyenne contre 48 pour les contrats de base) qui ont été les premiers à répondre et ce dès le lancement de l offre. Trois souscriptions sur quatre ont été enregistrées dès la mise en place, en juillet 2003, de cette nouvelle offre. Pourquoi? Les FICHE N o 3 besoins en consultation, visite, optique et dentaire, sur la base de dépenses antérieures ont eu une influence positive sur la décision. «Le poste, lit-on dans cette étude, ayant eu le plus d influence sur cette probabilité (de souscription) est celui des consultations et visites suivi de près par l optique.» Le poste dentaire joue, quant à lui, selon l IRDES un rôle beaucoup plus modeste. Si la relation entre dépenses de santé et souscription est clairement établie, qu en est-il de l impact de la rémunération sur la décision? La réponse de l IRDES est nuancée. D un côté l étude affirme que la probabilité de souscrire la surcomplémentaire n est pas significativement plus forte lorsque la rémunération du fonctionnaire est élevée et de l autre elle souligne que la probabilité de souscrire plus tardivement est plus forte parmi les fonctionnaires moins bien payés. Solvabilisation des besoins L IRDES convient d ailleurs que «le coût de souscription constitue vraisemblablement un frein à la souscription de l ensemble des bénéficiaires du contrat de base (singulièrement pour les familles nombreuses).» Mais l intérêt principal de l étude est ailleurs. Il est dans la motivation des premiers souscripteurs. «Pour ces assurés, écrivent les chercheurs de l IRDES, l adhésion à la surcomplémentaire semble correspondre à une solvabilisation des besoins attendus de santé. Ce résultat est conforme à l hypothèse de l anti-sélection : les personnes présentant le plus de risques santé ont révélé leur statut en souscrivant la surcomplémentaire.» Ces chercheurs vont même plus loin en affirmant que «ces résultats tranchent avec les études précédentes, qui ne mettaient pas en évidence d influence forte de l état de santé sur le fait d être ou non couvert par une complémentaire santé. Il semble donc qu à la différence du choix entre être couvert ou non, essentiellement déterminé par le revenu, souscrire des niveaux de garanties plus ou moins élevés est fortement déterminé par l état de santé.» Risque de désolidarisation Cette étude présente aussi comme intérêt de montrer les limites ou les effets pervers d une offre complémentaire qui chercherait à coller au plus près des dépenses de santé engagées par telle ou telle catégorie sociale ou tel ou tel groupe d âge. Plus les offres de complémentaires au sein d une même mutuelle se démultiplieront, plus il y aura un risque de rupture de l équilibre des cotisations entre les personnes à risques et celles en bonne santé. À terme, le principe de mutualisation serait fortement remis en cause si les malades cotisaient en fonction de dépenses de santé anticipées. *Télécharger l étude de l IRDES Mutuel l Opinion Mutualiste - n o mars

6 événement LE FORFAIT HOSPITALIER DEVANT LE CONSEIL D ÉTAT La FNATH, AIDES, l ADEP, le CISS et l UNAF ont déposé un recours devant le Conseil d État pour obtenir l annulation de l arrêté du 23 décembre 2009, qui a augmenté le forfait journalier hospitalier (FJH) de 16 à 18 (13,5 pour la psychiatrie) à compter du 1er janvier Ce recours entend s appuyer sur une décision rendue par le Conseil d État à propos du décret instaurant les franchises médicales. Les associations considèrent que cette augmentation compromet le droit à la santé pour tous et qu elle s ajoute à la longue liste des «restes à charge». Cette augmentation, argumentent les cinq associations, va aggraver les inégalités sociales et territoriales de santé. Enfin les requérants font observer que la justification économique de cette majoration n est pas convaincante. Les associations estiment que le forfait hospitalier «a été détourné de son but orginel pour devenir une variable d ajustement macro-économique bien facile à utiliser pour réduire les déficits.» UNE MUTUELLE DE FONCTIONNAIRES PROPOSE DÉSORMAIS À SES ADHÉRENTS DE SOUSCRIRE UN PRÊT, AVEC LE SOUTIEN DU CRÉDIT MUNICIPAL DE PARIS, POUR LES AIDER À PAYER LEURS SOINS DE SANTÉ. démarche pour le moins inédite. Est-elle appelée à faire école? Le Crédit municipal de Paris a créé un «micro-prêt santé» destiné aux adhérents mutualistes pour couvrir des dépenses de santé. Son bénéficiaire pourra emprunter, sur acceptation de dossier, de 600 à 4000 euros remboursables entre 6 et 36 mois, à taux zéro, pour lui, à condition d être adhérent d une mutuelle conventionnée. C est elle qui prendra alors en charge les intérêts et les frais de dossiers. À TAUX ZÉRO POUR LES ADHÉRENTS La Mutuelle Intériale (issue de la fusion de la mutuelle du Ministère de l Intérieur, de celle du personnel de la Police Nationale et de celle des préfectures et administrations territoriales) a été la première à signer cette convention et met à disposition de ses adhérents ce crédit depuis février Ce type de micro-crédit santé n est pas le premier. La Mairie de Paris en avait créé un similaire avec le Crédit municipal en 2008, rejoint par les conseils généraux de Seine-st-Denis et de la Seine-et-Marne en 2009, à taux de 2 % pour le bénéficiaire sur condition de résidence, avec ici aussi l objectif de financer des soins de santé indispensable voire une formation professionnelle. C est toutefois la première fois qu une mutuelle porte ce projet. Le Crédit municipal de Paris, pour identifier les ménages à faibles revenus comme public cible pour ce prêt, s est appuyé sur des données issues d études de l Ifop et de la direction des affaires sanitaires. renoncement aux soins pour raisons financières Elles montrent que 30 % des Français auraient reporté des dépenses de santé (dentaire, optique ) pour cause financière, et 27 % des ménages gagnant moins de 1000 euros par mois auraient eu recours à un prêt pour financer des dépenses de santé. Des problèmes connus, auxquels s ajoute celui des effets de FICHE N 4 complémentaires UNE MUTUELLE POUR SE SOIGNER À CRÉDIT seuils défavorables aux ménages situés juste au-dessus du plafond d accès à la CMU-C, qui n ont été que partiellement résolus par l Aide à l acquisition d une complémentaire santé (ACS). CŒUR DE MÉTIER Si le Crédit municipal est dans son rôle traditionnel de «prêteur social», on peut se demander si une mutuelle est vraiment dans le sien en favorisant l emprunt pour couvrir les dépenses de santé de ses adhérents. C est tout de même le cœur de métier d une complémentaire que de prendre en charge des frais de santé! Mutuel l Opinion Mutualiste - n o mars

7 protection sociale OPINION EN BREF UN SITE POUR LES DROITS DES MALADES Pour marquer le huitième anniversaire de la loi du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé, le CISS a ouvert un site internet «droitsdesmalades. fr». On y trouve un guide et une documentation sur les droits des malades ainsi qu un forum de discussion et de témoignages. Le CISS a profité de cette occasion pour commander à l institut LH2 une nouvelle enquête d opinion. Les résultats de ce baromère livrent peu de surprises. Le défaut de lisibilité du système de remboursement des soins apparaît comme le principal reproche des usagers. Ils sont 41% à s être déclarés mal informés. En revanche 84% des Français se déclarent bien informés sur la qualité des soins qu ils vont recevoir lorsqu ils consultent un professionnel de santé. Ils sont aussi 89% à considérer que le consentement des patients est un préalable à tout traitement informatisé des données de santé. LE SITE QUOI DE VRAIMENT NEUF DU CÔTÉ DES ALD? Le régime des Affections de longue durée (ALD) continue sa marche en avant. Selon les données de 2008 livrées par une étude de la CNAM, la prise en charge des ALD a mobilisé 62,3 % des remboursements de l assurance maladie en 2008 à destination de 8,3 millions de personnes, soit un assuré sur sept. Cette croissance peutelle s inverser? Toujours est-il que la loi a prévu, dès 2010, une sortie possible du régime des ALD pour les malades déclarés guéris d un cancer. La LFSS 2010 a cependant prévu des prolongations de remboursement intégral pour les soins de suite. Plus globalement, le gouvernement entend fixer par décret et pour chacune des pathologies du régime une durée de prise en charge éventuellement renouvelable. PRISE EN CHARGE EN ALD 2,4 MILLIONS DE DIABÉTIQUES EN FRANCE MÉTROPOLITAINE UNE CROISSANCE MOINS RAPIDE DES CANCERS Le rapport de l Assurance Maladie sur la situation des ALD pour l année 2008 fait apparaître quelques inflexions dans la croissance de certaines pathologies. Si le diabète continue d augmenter aussi rapidement chaque année, les maladies cardio-vasculaires et les cancers ont ralenti leur croissance comparé aux années précédentes. Le nombre global de personnes en ALD a donc augmenté plus lentement en Mais du fait de l amélioration de l efficacité de certains traitements, les assurés en longue maladie le restent plus longtemps. Plus de la moitié (52,7%) des personnes en ALD le sont depuis plus de 5 ans, et 12,7% d entre elles depuis 15 ans. Quand on parle des ALD, on parle avant tout de quatre groupes d affections. Il s agit des maladies cardio-vasculaires (2,8 millions de personnes), des cancers (1,7 million), du diabète (1,6 million) et % 84% source ENTRED des troubles psychiatriques de longue durée (0,95 million). Ils représentent à eux quatre 75,8 % des ALD. À l opposé, les dix ALD les moins «peuplées» regroupent chacune moins de personnes. En termes de progression, les maladies cardio-vasculaires participent pour 38 % à l augmentation du nombre des ALD, devant le diabète (23 %) et le cancer (19 %), soit 81% à elles trois. L ETUDE DE LA CNAM Mutuel l Opinion Mutualiste - n o mars

8 ASSURANCE MALADIE POURQUOI LE COÛT DU DIABÈTE AUGMENTE Selon l étude Entred (Echantillon national témoin représentatif des personnes diabétiques) le traitement du diabète s est amélioré entre 2001 et Et sur la période considérée, les dépenses de l Assurance maladie ont augmenté de 10% par an, soit plus d un milliard chaque année. Sur ces six années le nombre des diabétiques traités qui était de 1,7 millions de malades en 2001 s est élevé à 2,4 millions en Un reste à charge moyen de 607 euros Le coût moyen des soins remboursés, quant à lui, est passé de 4130 à 5430 euros. Le remboursement moyen par malade traité a propressé de 30 % sur les six années considérées par l étude. Toutefois, les restes à charge sont importants. Ils sont en moyenne de 607 euros. L étude Entred permet également de mettre en avant le basculement entre indemnités journalières et prestations d invalidité. Les premières ont diminué de 5,6 %, sur la période, et les secondes ont augmenté de près de 31%, ce qui montre combien le diabète est devenu une maladie invalidante. Les postes de dépenses les plus dynamiques pour les régimes d assurance maladie ont été les dispositifs médicaux (+56 %) les transports (53 %) et la pharmacie (38 %). Seuls les remboursements d hospitalisation privée avaient diminué de manière significative (-22 %) au cours de cette période. Cette étude ne distingue toutefois pas les dépenses strictement consacrées au diabète des autres maladies dont peuvent souffir les diabétiques. La comorbidité est en effet fréquente pour ces malades : complications cardiovasculaires, insuffisances rénales, etc. 92% des malades sont atteints de diabète DE 2001 À 2007, LE MONTANT DES REMBOURSEMENTS DES SOINS DES PERSONNES DIABÉTIQUES A AUGMEN- TÉ DE 80%, PASSANT DE 7,1 À 12,5 MILLIARDS D EUROS PAR AN. LES SOINS COÛTENT PLUS CHERS ET LES DIABÉTIQUES SONT PLUS NOMBREUX. de type 2 (dit de l adulte). La moyenne d âge étant de 64 ans, d autres complications liées à la vieillesse entrent donc dans le calcul des soins remboursées aux personnes diabétiques (cancer, Alzheimer...). La moitié des dépenses sur 10% des malades Ainsi, 50% des remboursements consacrées aux diabétiques se concentrent sur 10% d entre eux, qui cumulent de nombreuses pathologies. Des écarts importants de remboursements existent selon le type de diabète allant en moyenne de 4890 pour les diabétiques de type 2 non-insulinodépendant à pour 0,5% d entreeux traitées pour insuffisance rénale. Ainsi, une personne diabétique avec complication peut avoir une consommation de soins en moyenne 2,9 fois plus élevée qu un diabétique sans complication. PSM PASSE À LA RADIO Dès le 12 avril la campagne média de Priorité santé mutualiste (PSM) va se traduire par la diffusion de spots sur les principales radios. Cette campagne, qui se poursuit jusqu en juin, va se décliner en deux vagues de trois spots. Les messages auront pour thèmes le maintien de l autonomie, les risques cardio-vasculaires, le cancer et la santé visuelle. Cette campagne média est moins importante que celle de 2009 mais elle sera plus longue. Rappelons que PSM a commencé l année avec 217 mutuelles adhérentes représentant 24,5 millions de personnes protégées et que la plateforme 3935 avait reçu 6100 appels avec 3000 demandes d information, d accompagnement et d orientation. Enfin PSM a donné lieu à l organisation de 200 rencontres santé. en bref Une proposition de loi permettant à des malades de longue durée de disposer d un dossier médical sur un support informatique sera débattue les 23 et 24 mars prochain par l assemblée nationale. La proposition de loi, rédigée par les députés Morange, Door et Tian, dispose que cette expérimentation sera conduite pendant deux ans jusqu au 31 décembre Le texte précise que c est un groupement d intérêt public qui fixera la liste des régions dans lesquelles sera menée cette expérimentation. Avant le 15 septembre de chaque année, le GIE devra remettre un rapport qui en présentera le bilan. Avec cette proposition de loi les députés remettent leur ouvrage sur le métier. En effet l article 46 de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2009 (LFSS 2009), ainsi que l article 50 de la loi portant réforme de l hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires (HPST), votés par les parlementaires, prévoyaient déjà une telle expérimentation. Cependant le Conseil constitutionnel l avait censurée pour des raisons de pure forme. Ce projet ne doit pas être confondu avec celui du Dossier médical partagé DMP puisqu ici les données sont stockées sur un serveur. Mutuel l Opinion Mutualiste - n o 323- mars

9 infos protection sociale QUI SOUSCRIT UNE MUTUELLE SANTÉ et pourquoi? L ADHÉSION À UNE COMPLÉMENTAIRE SANTÉ EN % Selon une enquête de l IFOP réalisé en février par voie de questionnaire internet, 94% de la population serait couverte par une complémentaire. Cette proportion est proche du taux de 92% donné habituellement par les services statistiques du ministère de la Santé. On remarque d emblée (notre tableau) que l âge de l adhérent est la différence la plus notable entre les contrats collectifs et les contrats individuels. Le départ à la retraite joue encore comme un arrêt des garanties collectives. (voir en page 3 la déclaration des Mutuelles de France à propos de la journée de grèves et de manifestations du 23 mars). Le revenu lié à l activité est, avec l âge, l autre grand facteur discriminant en matière de couverture complémentaire. Dans les ménages où le revenu mensuel est inférieur à 1000 euros le taux de couverture est de 87% et de 98 % dans ceux où il est supérieur à 5000 euros. Des adhérents plutôt contents Les adhérents d une mutuelle (le terme mutuelle désigne ici toutes les complémentaires) sont plutôt satisfaits (70 %) et 17 % sont même très satisfaits. Ici aussi le taux de satisfaction augmente avec les revenus du ménage. Ce qui montre que les contrats complémentaires reproduisent les inégalités induites par les niveaux de rémunération. Le choix délibéré d une complémentaire pas chère commence à se constater parmi les moins de 35 ans (11 %) mais dans l ensemble la recherche d une complémentaire pas bon marché reste un comportement marginal (4 %). Enfin seulement 1% des personnes envisagent de résilier leur mutuelle santé parce qu elles n auraient plus les moyens de la payer. ENSEMBLE - DE 35 ANS +DE 35 ANS TOTAL OUI Contrat d entreprise Contrat individuel TOTAL NON Sondage IFOP pour Hyperassur.com. Février brèves la Fusion de l affsa ET DE L AFSSET porte-t-elle atteinte à l indépendance de l expertise? C est la crainte exprimée dans une lettre ouverte au Premier Ministre, signée des syndicats CGT, CFDT, CFE-CGC, CFTC, et des associations FNATH, Andeva, France Nature Environnement. Les signataires, tous membres du conseil d administration de l Afsset, s inquiètent en effet du fait que l Etat disposera de la majorité des voix au conseil d administration de la future institution. Ceci n est pas conforme au schéma prévu par le Grenelle de l environnement. Il avait été dit que les cinq collèges de l Anves (pouvoirs publics, partenaires sociaux, organisations professionnelles, ONG et associations, élus) auraient le même nombre de voix. Mais le conseil des ministres en a décidé tout autrement. Par ordonnance du 17 février 2010 il a décidé que les représentants de l Etat disposeraient de 5 voix chacun, contre 2 pour les autres. Les cosignataires de la lettre y voient une remise en cause des principes fondamentaux d indépendance et de séparation entre évaluation des risques et gestion des risques. La Mutuelle Familiale s allie au RES contre le Bisphénol A La Mutuelle Familiale a conclu un partenariat le 16 mars avec le Réseau Environnement Santé (RES) dans le but de sensibiliser ses adhérents sur les risques santé provoqués par des causes environnementales. Des premières actions concrètes ont déja été engagées sur le Bisphénol A et les maladies de l hypersensibilité chimique multiple (MCS). Une expérimentation de désimprégnation au Bisphénol A sera organisée dans des centres de santé mutualistes. Des campagnes d information seront également menées, pour aider à identifier les plastiques nocifs. Concernant les MCS, un appel à témoignage a été lancé dans le magazine Viva de mars, et un colloque international sera organisé sur la question le 21 avril. Mutuel l Opinion Mutualiste - n o mars

10 infos repères COMMENT SONT FINANCÉES LES IVG? LA MINISTRE DE LA SANTÉ À L OCCASION DE LA JOURNÉE DU 8 MArS A ANNONCÉ, CONCERNANT LES GROSSESSES NON DÉSIRÉES, UNE SÉRIE DE MESURES PARMI LESQUELLES UNE MAJORATION DE 50 % DES FORFAITS IVG. EXPLICATIONS. Comme le rappelait, en octobre dernier, un rapport de l IGAS, le coût des IVG fait l objet d une tarification particulière. Depuis 2003, les dépenses liées à une interruption volontaire de grossesse ne relèvent plus du budget de l État mais de celui de l assurance maladie. Et ces prestations d hospitalisation bien qu intégrées dans les objectifs de dépenses des établissements restent en dehors de la tarification à l activité (T2A). Des prix fixés par arrêté ministériel Les modalités de fixation des prix de l IVG, il s agit de tarifs plafonds, sont déterminés par arrêté du ministre de la Santé. Les tarifs, qui sont appelés forfaits, sont définis pour chaque technique d interruption de grossesse et pour chaque mode d intervention. Ces actes ne sont pas inscrits à la nomenclature ce qui explique notamment pourquoi même quand l IVG est pratiqué en milieu hospitalier il est demandé à la patiente un ticket modérateur de 20% et même de 30% quand il s agit d une IVG médicamenteuse. Même si la complexité du système de tarification et les lacunes dans les déclarations, pourtant obligatoires, rendent difficiles les calculs, l IGAS a estimé à 69 millions le coût global des IVG et à 55 millions le montant de la prise en charge par l assurance maladie. Ce qui laisse un reste à charge de 14 millions d euros pour les complémentaires et les ménages. Il faudrait aussi prendre la mesure des dépassements d honoraires, qui certes existent partout, mais qui ont pris une dimension particulière du fait de la faible revalorisation des forfaits IVG. Car cette tarification compliquée et dérogatoire de la tarification générale présente aussi comme défaut de ne pas correspondre à la réalité économique. Selon l IGAS qu elle soit pratiquée dans un établissement de santé public, privé ou par un médecin de médecine libérale, l IVG est, quand il s agit de l IVG chirurgicale, une activité déficitaire. Des recettes inférieures aux coûts Toujours selon les inspecteurs de l IGAS en moyenne les recettes représentent approximativement 50% des dépenses. C est d ailleurs la base retenue par le ministère pour relever le montant des forfaits IVG. L idée étant de rapprocher cette tarification de celle, plus avantageuse, des fausses couches spontanées. Et pour éviter un nouveau décrochage des tarifs IVG par rapport aux actes de la nomenclature, le rapport de l IGAS préconise d intégrer l IVG dans le droit commun de la tarification hospitalière. Est-ce pour cette raison économique que le nombre d établissements pratiquant les IVG s est considérablement réduit ces dernières années? Toujours est-il que le nombre des IVG a eu plutôt tendance à augmenter et celui des établissements à se réduire : 729 en 2000 et 639 en Cette concentration est le résultat de l arrêt de l activité par les établissements réalisant moins de 250 interruptions par an. LA RÉPARTITION DES IVG EN FRANCE SECTEUR PU- BLIC IVG dont médicamenteuses % % % % % SECTEUR PRIVÉ IVG dont médicamenteuses % % % % % ENSEMBLE IVG dont médicamenteuses % % % % % PART GLOBALE DU PUBLIC IVG 68 % 68 % 70 % 72 % 74 % SOURCE RAPPORT IGAS 2009 Mutuel l Opinion Mutualiste - n o mars

11 documentation L activité des établissements d Hospitalisation Selon l étude que publie la Drees, avec 25 millions de séjours en 2008, l activité en hospitalisation complète ou partielle est en hausse de 1,0% par rapport à En revanche les capacités exprimées en nombre de lits et places, au 1er janvier 2009, sont en légère diminution (-1,0% par rapport au 1er janvier 2008). (disponibles sur sante.gouv. fr/drees) L ÉTUDE EN LIGNE L offre d accueil collectif de la petite enfance L actualité de la petite enfance sera marquée en mars et en avril par des appels à la grève du collectif «Pas de bébé à la consigne» qui s oppose à un décret en préparation qui prévoit d augmenter les capacités d accueil des crêches sans augmenter les effectifs d encadrement. Une étude de la Drees vient éclairer la question des différentes offres d accueil collectif de la petite enfance. La France métropolitaine, fin 2008, compterait, établissements d accueil collectif (crèches collectives, haltes-garderies, jardins d enfants et établissements multi-accueil) et services d accueil familial, anciennement appelés «crèches familiales» selon cette étude. Globalement, leur offre d accueil a augmenté de plus de places par rapport à (disponible sur sante.gouv.fr/ drees) LE RAPPORT EN LIGNE MUTUEL NAVIGUE SUR son PROPRE SITE WEB Avec l ouverture de ce site «www.mutuel-presse.fr» nous avons d abord voulu répondre à une demande par le Syndicat national de la presse spécialisée d avoir une ligne éditoriale en matière d information numérique qui soit plus facilemen t identifiable par rapport à l organisation ou l institution éditrice : pour nous la Fédération des mutuelles de France. Le site de Mutuel veut concentrer ses efforts sur deux poinst essentiels : la mise en ligne de dossiers thématiques et une chronique régulière des livres qui font l actualité de l édition consacrée à la protection sociale, l économie de la santé ou encore la sociologie. Sur notre site les premers dossiers disponibles traitent du médicament, der la refondation de la mésdecine libérale et des maisons de santé. LE SITE MUTUEL Mutuel l Opinion Mutualiste. 3-5, rue de Vincennes Montreuil Cedex. édité par la Fédération des mutuelles de France. R rédacteur en chef : Mariano Ortiz. Rédaction : Camille Placier Conception : Mariano Ortiz. Commission paritaire : n o Mutuel l Opinion Mutualiste - n o 323- mars abonnez-vous par Membres FMF vclick ici u Autres 11

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2015 ENVIRONNEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE Le déficit du régime général En milliards d 2012 2013 Prévisions 2014 0,6 0,2-0,2-2,5-3,2-2,9-5,9-6,8-6

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2011 Environnement de la protection sociale Le déficit du régime général En milliards d euros 2009 2010 Prévisions 2011-0,7-0,7 0-1,8-2,7-2,6-7,2-6,1-8,9-10,6-9,9-11,6-20,3-23,9-18,6

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2016 ENVIRONNEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE Le déficit du régime général En milliards d 2013 2014 Prévisions 2015 0,7 0,6-0,6-3,2-2,7-1,6-4,6-6

Plus en détail

Conférence Débat AFTA. Conférence

Conférence Débat AFTA. Conférence Conférence Conférence Débat AFTA PRÉVOYANCE SANTÉ DES SALARIES DES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF Vos interlocuteurs : Alexandra REPIQUET Jean-Philippe FERRANDIS : 01 49 64 45 15 : 01 49 64 12 88 : 01 49

Plus en détail

La santé en chiffres

La santé en chiffres La santé en chiffres Edition 2008-2009 La dépense de soins et de biens médicaux Financement Répartition 2007 par financeur Complémentaires : 13,6 % des dépenses soit 22,3 milliards d euros Assurances 3,2

Plus en détail

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi SYNTHESE D EXPERTS Juillet 2013 SOMMAIRE 1 Généralisation de la couverture complémentaire santé...

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent.

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. Dans la France de 2012, de plus en plus de Français doivent renoncer à des soins ou

Plus en détail

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC JE SUIS UN AGENT PUBLIC MA PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? AGENTS PUBLICS, NOTRE PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? DEVRA-T-ON SE RÉSIGNER À TOUJOURS MOINS DE SOINS? Dépassements d honoraires, franchises,

Plus en détail

Le financement des soins de santé en France

Le financement des soins de santé en France Le financement des soins de santé en France Présenté par Hans-Martin Späth Maître de Conférences en Economie de la Santé Département pharmaceutique de Santé Publique Plan La protection sociale en France

Plus en détail

Aide à l acquisition d une complémentaire

Aide à l acquisition d une complémentaire Les définitions présentées ci-dessous sont extraites du glossaire de l assurance complémentaire santé édité par l Union Nationale des Organismes d Assurance Maladie Complémentaire. Aide à l acquisition

Plus en détail

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Paris, le 12 juin 2014 Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Délibération n CONS. 13 12 juin 2014 Projet de loi de financement rectificative de la

Plus en détail

ACCORD DU 30 JANVIER 2008

ACCORD DU 30 JANVIER 2008 MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective régionale IDCC : 8113. EXPLOITATIONS DE MARAÎCHAGE, ARBORICULTURE, HORTICULTURE, PÉPINIÈRES ET CRESSICULTURE (ÎLE-DE-FRANCE)

Plus en détail

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE!

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE! La Mutuelle des Étudiants - LMDE : mutuelle n 431 791 672, soumise aux dispositions du livre II du code de la Mutualité. Ce document n a pas de valeur contractuelle - Studio LMDE - 12117-03/2012 LA SANTÉ

Plus en détail

Avis relatif au projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014

Avis relatif au projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 Paris, le 3 octobre 2013 Avis relatif au projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 Délibération n CONS. 29 3 octobre 2013 Projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014

Plus en détail

Les perceptions des Français sur les évolutions du système de santé

Les perceptions des Français sur les évolutions du système de santé Les perceptions des Français sur les évolutions du système de santé Sondage Viavoice pour le CISS - Octobre 2010 MIEUX COMPRENDRE L OPINION POUR AGIR INSTITUT VIAVOICE Contacts : Arnaud ZEGIERMAN Aurélie

Plus en détail

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE

UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE DOSSIER DE PRESSE 24 OCTOBRE 2014 UN NOUVEAU DEPART POUR LA LMDE «Le régime étudiant comme pilier d une politique de santé des jeunes» CONTACT PRESSE LISA RIBEAUD 06 15 86 43 41 lribeaud@unef.fr presse@unef.fr

Plus en détail

N 35. Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000

N 35. Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000 D I R E C T I O N D E S S T A T I S T I Q U E S E T D E S É T U D E S N 35 Isabelle GIRARD-LE GALLO LA CONSOMMATION MÉDICALE DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU EN 2000 En 2000, un patient bénéficiaire de la CMU

Plus en détail

VILLE DE SCEAUX N 12-f. Séance du 6 décembre 2012 NOTE DE PRESENTATION

VILLE DE SCEAUX N 12-f. Séance du 6 décembre 2012 NOTE DE PRESENTATION NOTE DE PRESENTATION OBJET : Participation à la protection sociale des agents municipaux Rapporteur : Philippe Laurent Suite à la loi du 2 février 2007 de modernisation de la fonction publique, le décret

Plus en détail

Réforme des contrats responsables : Contexte règlementaire

Réforme des contrats responsables : Contexte règlementaire Réforme des contrats responsables : Contexte règlementaire Unité de Distribution Unité de Distribution Direction Formation-Département Conception 150218 Direction Formation-Département Conception 1 Le

Plus en détail

- Santé Protection Sociale 2006 de l IRDES,

- Santé Protection Sociale 2006 de l IRDES, CFDT 2008 Enquête Santé L enquête CFDT sur la santé des français s est déroulée dans 4 régions (Ile de France, Lorraine, Pays de la Loire, et Bretagne) entre mars et septembre 2008, auprès d un échantillon

Plus en détail

débat carité : Constats»

débat carité : Constats» MUTUALITE FRANCAISE CÔTE-D OR YONNE Dr Nathalie Arnould Conférence débat «Santé Précarit carité : Constats» Samedi 18 octobre 2008 La Mutualité Française aise? Elle fédère la quasi-totalité des mutuelles

Plus en détail

Etude quantitative sur la perception des Français des évolutions de l assurance maladie

Etude quantitative sur la perception des Français des évolutions de l assurance maladie Mieux comprendre l opinion pour agir Etude quantitative sur la perception des Français des évolutions de l assurance maladie Octobre 2008 Institut Viavoice Contact : Arnaud ZEGIERMAN LD : 01 40 54 13 71

Plus en détail

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Alors que les concertations sur la réforme des retraites sont actuellement en cours, l Assurance retraite, premier

Plus en détail

12 décembre 2013 UIMM 26-07

12 décembre 2013 UIMM 26-07 12 décembre 2013 UIMM 26-07 LOI DE FINANCEMENT DE LA SECURITE SOCIALE 2014 PROJET DE LOI DE FINANCE 2014 Le contexte Article 1 er loi sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 : Principe de généralisation

Plus en détail

Contrat Responsable de Complémentaire Santé

Contrat Responsable de Complémentaire Santé Contrat Responsable de Complémentaire Santé Commentaires accompagnant le diaporama On parle d un nouveau contrat responsable, car depuis quelques années maintenant nous connaissons les contrats responsables.

Plus en détail

contrats en cours. 3 Les résultats présentés dans le présent rapport tiennent compte du chiffre d affaires des organismes sur le

contrats en cours. 3 Les résultats présentés dans le présent rapport tiennent compte du chiffre d affaires des organismes sur le Améliorer la lisibilité des contrats d assurance complémentaire santé : Engagements pris, engagements tenus! Première évaluation du dispositif instauré par les Fédérations membres de l UNOCAM 5 mars 2012

Plus en détail

Complémentaire santé : actualité économique. Point d actualité : évolutions règlementaires

Complémentaire santé : actualité économique. Point d actualité : évolutions règlementaires 20 novembre 2014 Complémentaire santé : actualité économique Point d actualité : évolutions règlementaires Frais de soins de santé : réforme des contrats responsables Prévoyance : portabilité des droits

Plus en détail

GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE (A.N.I.)

GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE (A.N.I.) GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE (A.N.I.) FICHE INFO NUM 1 Au 1 er Janvier 2016, toutes les entreprises du secteur privé devront obligatoirement avoir mis en place une couverture santé collective

Plus en détail

COMPLEMENTAIRE SANTE Cahier des charges du contrat responsable Décret du 18 novembre 2014

COMPLEMENTAIRE SANTE Cahier des charges du contrat responsable Décret du 18 novembre 2014 SERVICE SOCIAL (Circ. 7908) Le 20 novembre 2014 N 21/2014 COMPLEMENTAIRE SANTE Cahier des charges du contrat responsable Décret du 18 novembre 2014 Le décret daté du 18 novembre 2014 définissant le nouveau

Plus en détail

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs En urgence, en consultation, en hospitalisation, que payerez-vous? Quels frais

Plus en détail

Le rôle des mutuelles dans le développement de l éducation thérapeutique du patient.

Le rôle des mutuelles dans le développement de l éducation thérapeutique du patient. Le développement des programmes d éducation thérapeutique du patient 2 ans après la loi Hôpital, patients, santé, territoire : quel bilan? Le rôle des mutuelles dans le développement de l éducation thérapeutique

Plus en détail

«Les Français et l optique»

«Les Français et l optique» Dossier de presse 3 octobre 2012 «Les Français et l optique» Une enquête IPSOS pour la Mutualité Française Le coût et la qualité des prestations optiques, en tête des préoccupations des Français. Les réseaux

Plus en détail

UNE MUTUELLE POUR TOUS

UNE MUTUELLE POUR TOUS Direction de la communication Tél. : 05 59 46 60 40 Courriel : communication@bayonne.fr Le 15 décembre 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE UNE MUTUELLE POUR TOUS LA PROPOSITION DE LA VILLE DE BAYONNE POUR UN EGAL

Plus en détail

Régime frais de santé conventionnel HCR. Questions/Réponses Salariés

Régime frais de santé conventionnel HCR. Questions/Réponses Salariés Régime frais de santé conventionnel HCR Questions/Réponses Salariés 1/ Ce régime est-il obligatoire? LE CARACTERE OBLIGATOIRE DU REGIME Oui. Ce régime s applique à tous les salariés des entreprises relevant

Plus en détail

Assurance obligatoire, assurance volontaire en santé. Seminaris 27 juin 2003 Christine Meyer

Assurance obligatoire, assurance volontaire en santé. Seminaris 27 juin 2003 Christine Meyer Assurance obligatoire, assurance volontaire en santé Seminaris 27 juin 2003 Christine Meyer Questions de vocabulaire : Assurance de base : assurance maladie obligatoire Couverture complémentaire : Contrats

Plus en détail

Des salariés peu informés et plutôt sceptiques quant aux bénéfices du futur dispositif de couverture santé

Des salariés peu informés et plutôt sceptiques quant aux bénéfices du futur dispositif de couverture santé Communiqué de Presse E Information sous embargo jusqu au 4/09 à 9h A trois mois de la généralisation de la complémentaire santé collective Des salariés peu informés et plutôt sceptiques quant aux bénéfices

Plus en détail

LA PARTICIPATION FINANCIERE DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE DE LEURS AGENTS

LA PARTICIPATION FINANCIERE DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE DE LEURS AGENTS PROTECTION SOCIALE LA PARTICIPATION FINANCIERE DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE DE LEURS AGENTS REFERENCES JURIDIQUES Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 modifiée portant dispositions

Plus en détail

Accès financier aux soins

Accès financier aux soins Accès financier aux soins 1 L accès aux soins Toute la population résidente en France est couverte par l assurance maladie de base et 95% par une complémentaire santé Un accès libre au système de soins

Plus en détail

Faciliter l adhésion à une complémentaire santé

Faciliter l adhésion à une complémentaire santé Faciliter l adhésion à une complémentaire santé la CPAM de l Oise aide financièrement les assurés qui en ont besoin 4 octobre 2011 Contacts presse : Françoise De Rocker 03 44 10 11 12 francoise.de-rocker@cpam-oise.cnamts.fr

Plus en détail

La complémentaire santé des salariés des établissements et services pour personnes inadaptées et handicapées

La complémentaire santé des salariés des établissements et services pour personnes inadaptées et handicapées La complémentaire santé des salariés des établissements et services pour personnes inadaptées et handicapées Une complémentaire santé obligatoire pour les salariés de la CCN 1966 L avenant 328 du 1 er

Plus en détail

Les Français et la santé Valorisation des marques solidaire par vente-privee.com

Les Français et la santé Valorisation des marques solidaire par vente-privee.com Anne-Laure GALLAY Directrice d études Département Opinion Tél : 01 55 33 20 90 François Miquet-Marty Directeur des études politiques Maïder Chango Chef de projet LH2 Opinion anne-laure.gallay@lh2.fr Eléna

Plus en détail

La généralisation de la complémentaire santé

La généralisation de la complémentaire santé La généralisation de la complémentaire santé istya collectives 7 square Max Hymans - 75015 Paris Numéro ORIAS : 14007239 - www.orias.fr www.istyacollectives.fr Le cadre réglementaire Au plus tard le 1er

Plus en détail

Nouveaux enjeux de l assurance santé complémentaire en Europe

Nouveaux enjeux de l assurance santé complémentaire en Europe Nouveaux enjeux de l assurance santé complémentaire en Europe 13 juin 2014 Point de vue de la Mutualité Française sur les réseaux de soins Marylène Ogé-Jammet Directrice adjointe -Direction Santé de la

Plus en détail

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 Le Conseil Social du Mouvement Sportif qui représente les employeurs du sport a lancé un appel d offre s agissant de la couverture complémentaire santé

Plus en détail

1. Code de la sécurité sociale

1. Code de la sécurité sociale Points-clés de la loi du 17 décembre 2010 portant réforme du système de soins de santé et modifiant : 1. le Code de la sécurité sociale ; 2. la loi modifiée du 28 août 1998 sur les établissements hospitaliers.

Plus en détail

Généralisation de la complémentaire santé Une mesure qui profite à tous!

Généralisation de la complémentaire santé Une mesure qui profite à tous! Généralisation de la complémentaire santé Une mesure qui profite à tous! Une complémentaire santé plus avantageuse pour les salariés Une image sociale positive de l entreprise Septembre 2015 Plan de la

Plus en détail

DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ. Edition 2015

DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ. Edition 2015 1 dddd 2 1. vous informe sur DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ Edition 2015 Votre salarié a l obligation de réaliser une journée de travail non rémunérée, dites «journée de solidarité». En contrepartie,

Plus en détail

TIERS PAYANT. des professionnels de santé GÉNÉRALISATION DU TIERS PAYANT : LA FRANCE A UN NET RETARD!

TIERS PAYANT. des professionnels de santé GÉNÉRALISATION DU TIERS PAYANT : LA FRANCE A UN NET RETARD! TIERS PAYANT des professionnels de santé GÉNÉRALISATION DU TIERS PAYANT : LA FRANCE A UN NET RETARD! La généralisation du tiers payant à l ensemble des soins de ville avant 2017 fait partie des mesures

Plus en détail

«Enquête auprès d utilisateurs de réseaux d opticiens agréés par les mutuelles»

«Enquête auprès d utilisateurs de réseaux d opticiens agréés par les mutuelles» Dossier de presse 27 novembre 2012 «Enquête auprès d utilisateurs de réseaux d opticiens agréés par les mutuelles» Une enquête IPSOS pour la Mutualité Française Une satisfaction globalement élevée pour

Plus en détail

Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé

Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé Forfait 18 euros Parodontologie Auxiliaires médicaux Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé SOMMAIRE P. 3 A quoi sert une

Plus en détail

La protection sociale complémentaire des agents

La protection sociale complémentaire des agents CIRCULAIRE N 2012-22 Châlons-en-Champagne, le 10 mai 2012 Le Président du Centre de Gestion à Mesdames et Messieurs les Maires Mesdames et Messieurs les Présidents d Etablissements Publics Communaux La

Plus en détail

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises Etude sur les garanties et services : les attentes des et des entreprises Résultats du 10 ème Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour le CTIP Méthodologie Deux enquêtes téléphoniques auprès

Plus en détail

La participation au financement de la protection sociale complémentaire

La participation au financement de la protection sociale complémentaire F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 La participation au financement de la protection sociale complémentaire L E S S E N T I E L Le décret n 2011-1474 du 8 novembre 2011 (JO du 10 novembre 2011) pris pour

Plus en détail

particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente

particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente La prévoyance en France La prévoyance sociale obligatoire Les couvertures complémentaires Les prestations de base, complétées par

Plus en détail

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 Les changements concernant la protection sociale complémentaire Les dates clés 11 janv. 2013 : Signature de l Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

SD 49 CFDT CHOLET RENCONTRE DU 01/10/2015. la complémentaire santé en entreprise

SD 49 CFDT CHOLET RENCONTRE DU 01/10/2015. la complémentaire santé en entreprise SD 49 CFDT CHOLET RENCONTRE DU 01/10/2015 la complémentaire santé en entreprise Introduction D ICI LE 1ER JANVIER 2016, TOUTES LES ENTREPRISES, DÈS LE 1ER EMPLOYÉ, DEVRONT METTRE EN PLACE UNE COUVERTURE

Plus en détail

ACCORD DU 3 DÉCEMBRE 2009

ACCORD DU 3 DÉCEMBRE 2009 MINISTÈRE DE L ALIMENTATION, DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord collectif national PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE FRAIS DE SANTÉ DANS LA COOPÉRATION BÉTAIL ET VIANDE ACCORD

Plus en détail

2.8. État des lieux de la protection sociale complémentaire d entreprise

2.8. État des lieux de la protection sociale complémentaire d entreprise 2.8. État des lieux de la protection sociale complémentaire d entreprise La généralisation de la complémentaire santé d entreprise prévue par l accord national interprofessionnel (ANI) à compter du 1 er

Plus en détail

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE 12/14 JUIN 2003 25 MESURES POUR REDUIRE LES INEGALITES DE SANTE Le système de santé est confronté à une crise d une gravité sans précédent, dont la

Plus en détail

Résultats détaillés. La personne est capable de donner un coût pour sa santé? Oui... 49%... 49% Non... 51%... 51%

Résultats détaillés. La personne est capable de donner un coût pour sa santé? Oui... 49%... 49% Non... 51%... 51% Résultats détaillés Pour l ensemble des questions traitées, on trouvera deux colonnes de pourcentages : - la première est sur la base des effectifs totaux (total inférieur à 100% pour les questions filtrées)

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3090 Convention collective nationale IDCC : 1527. IMMOBILIER (Administrateurs

Plus en détail

LES SOLUTIONS MNT ENSEMBLE VOS AGENTS AGIR DURABLEMENT POUR LA PROTECTION PROTÉGEONS SOCIALE ET LA SANTÉ AU TRAVAIL

LES SOLUTIONS MNT ENSEMBLE VOS AGENTS AGIR DURABLEMENT POUR LA PROTECTION PROTÉGEONS SOCIALE ET LA SANTÉ AU TRAVAIL LES SOLUTIONS MNT PROTÉGEONS ENSEMBLE VOS AGENTS AGIR DURABLEMENT POUR LA PROTECTION SOCIALE ET LA SANTÉ AU TRAVAIL COMPRENDRE LE CONTEXTE SAISIR LES OPPORTUNITÉS La collectivité est clairement identifiée

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 2128. MUTUALITÉ

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 2128. MUTUALITÉ MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3300 Convention collective nationale IDCC : 2128. MUTUALITÉ AVENANT N 16 DU 18 JANVIER 2012 RELATIF À LA PRÉVOYANCE NOR

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3314 Convention collective nationale IDCC : 2412. PRODUCTION DE FILMS D ANIMATION

Plus en détail

Baromètre de la protection sociale Vague 3

Baromètre de la protection sociale Vague 3 pour Baromètre de la protection sociale Vague 3-2 ème conférence nationale de la protection sociale - Contacts : Frédéric Dabi Directeur Général Adjoint de l Ifop 10 avril 2013 Note méthodologique Etude

Plus en détail

L Environnement Social de l Artisan. En partenariat avec

L Environnement Social de l Artisan. En partenariat avec L Environnement Social de l Artisan En partenariat avec SOMMAIRE Présentation de l APTI Les besoins d un jeune créateur La loi Madelin La Santé La Prévoyance La Retraite L environnement social de l artisan

Plus en détail

Les dépenses de santé 2013 en Rhône-Alpes. une part stable des dépenses nationales. 6,3 millions d habitants soit 9.7% de la population française

Les dépenses de santé 2013 en Rhône-Alpes. une part stable des dépenses nationales. 6,3 millions d habitants soit 9.7% de la population française INDICATEURS n 8 Les dépenses de santé 2013 une part stable des dépenses nationales Conformément aux dispositions de l article L1432-3 du code de la santé publique, un état fi nancier est édité chaque année

Plus en détail

Assurance des risques statutaires Contrat 2016-2019. 8 septembre 2015

Assurance des risques statutaires Contrat 2016-2019. 8 septembre 2015 Assurance des risques statutaires Contrat 2016-2019 8 septembre 2015 1 Le déroulé de la rencontre La couverture des risques statutaires L absentéisme en France La carte de visite du contrat groupe actuel

Plus en détail

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE SOYEZ PRO ACTIF! Anticipez et transformez cette contrainte en opportunité SALON DES ENTREPRENEURS 2015 5 février 2015 LA GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE DANS

Plus en détail

UN NOUVEAU PARCOURS DE SOINS: LA RÉFORME DE L ASSURANCE MALADIE SE MET EN PLACE. La réforme de l assurance maladie se met en place 1

UN NOUVEAU PARCOURS DE SOINS: LA RÉFORME DE L ASSURANCE MALADIE SE MET EN PLACE. La réforme de l assurance maladie se met en place 1 UN NOUVEAU PARCOURS DE SOINS: LA RÉFORME DE L ASSURANCE MALADIE SE MET EN PLACE La réforme de l assurance maladie se met en place 1 La loi du 13 août 2004 portant sur la réforme de l assurance maladie

Plus en détail

CHAPITRE I ER. Créer de nouveaux droits pour les salariés. Section 1. De nouveaux droits individuels pour la sécurisation des parcours.

CHAPITRE I ER. Créer de nouveaux droits pour les salariés. Section 1. De nouveaux droits individuels pour la sécurisation des parcours. Le présent document est établi à titre provisoire. Seule la «Petite loi», publiée ultérieurement, a valeur de texte authentique. ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS 4 avril 2013

Plus en détail

Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives. Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM

Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives. Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM Réforme des régimes de l assurance maladie en Tunisie Défis et perspectives Mohamed CHIHA Directeur Central CNAM 1 Partie Système d Assurance Maladie Avant la réforme «Performances & Insuffisances» La

Plus en détail

Retraite des libéraux : 2015 l année de tous les changements

Retraite des libéraux : 2015 l année de tous les changements Décembre 2014 Retraite des libéraux : 2015 l année de tous les changements En cette fin d année 2014, le dossier des retraites demeure plus que jamais sur le devant de la scène, en particulier pour les

Plus en détail

Relations collectives Février 2014. La couverture complémentaire des frais de santé en entreprise

Relations collectives Février 2014. La couverture complémentaire des frais de santé en entreprise La couverture complémentaire des frais de santé en entreprise La loi relative à la sécurisation de l emploi du 14 juin 2013, qui a retranscrit l ANI du 11 janvier 2013, a prévu une généralisation de la

Plus en détail

PARITAIRE MUTUELLE PREVOYANCE DEPENDANCE 2014

PARITAIRE MUTUELLE PREVOYANCE DEPENDANCE 2014 PARITAIRE MUTUELLE PREVOYANCE DEPENDANCE 2014 INTRODUCTION Nous tenons à saluer la qualité des échanges avant cette paritaire, ainsi que la qualité des documents qui nous ont été remis et qui ont abouti

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

Les retraités face aux difficultés d accès aux soins

Les retraités face aux difficultés d accès aux soins Les retraités face aux difficultés d accès aux soins Avoir accès aux soins est un droit fondamental. Ce droit doit être effectif pour tous, partout et à tout moment. Notre système de protection sociale

Plus en détail

Assurer mon cre dit immobilier

Assurer mon cre dit immobilier Assurer mon cre dit immobilier Pour concrétiser votre projet immobilier, vous avez besoin d obtenir un crédit immobilier ainsi qu une assurance emprunteur. L assurance emprunteur sera mise en jeu lorsqu

Plus en détail

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Guide juridique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations de sécurité sociale

Plus en détail

Combien coûte la santé? Tableaux et graphiques empruntés à D. Polton (Credes 2002)

Combien coûte la santé? Tableaux et graphiques empruntés à D. Polton (Credes 2002) Combien coûte la santé? Tableaux et graphiques empruntés à D. Polton (Credes 2002) V. Halley des Fontaines Psychomotricité oct 2006 Plus un pays est riche, plus il dépense pour la santé de la population

Plus en détail

Note synthétique d Adéis Résumé des 4 projets de décrets relatifs à la généralisation de la couverture santé d entreprise

Note synthétique d Adéis Résumé des 4 projets de décrets relatifs à la généralisation de la couverture santé d entreprise SYNTHESE Note synthétique d Adéis Résumé des 4 projets de décrets relatifs à la généralisation de la couverture santé d entreprise Degré élevé de solidarité mentionné à l article L912-1 du code de la sécurité

Plus en détail

La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de

La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de leurs agents Rencontres du 2 et 3 mai 2012 1 CDG 42 Mai 2012 Plan I. Protection sociale complémentaire

Plus en détail

La Sécurité sociale. 3. Les bénéficiaires Le salarié doit avoir cotisé selon certaines conditions qui s apprécient à la date des soins.

La Sécurité sociale. 3. Les bénéficiaires Le salarié doit avoir cotisé selon certaines conditions qui s apprécient à la date des soins. La Sécurité sociale a) Généralités La Sécurité sociale a été créée en 1945, suite à la seconde guerre mondiale. L équilibre du système français de protection sociale est actuellement une des préoccupations

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE PROTECTION SOCIALE MUTUELLES

FICHE TECHNIQUE PROTECTION SOCIALE MUTUELLES PROTECTION SOCIALE MUTUELLES FICHE TECHNIQUE Références Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires, article 22 bis Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions

Plus en détail

Les recettes de la journée de solidarité 2014

Les recettes de la journée de solidarité 2014 Dossier 20 mai 2015 Les recettes de la journée de solidarité 2014 Depuis son instauration en 2004 et jusqu en 2014, la journée de solidarité, initialement fixée au lundi de Pentecôte, a rapporté au total

Plus en détail

PLAN CADRES DES GARANTIES DE PRÉVOYANCE COMPLÈTES POUR VOS COLLABORATEURS

PLAN CADRES DES GARANTIES DE PRÉVOYANCE COMPLÈTES POUR VOS COLLABORATEURS PLAN CADRES DES GARANTIES DE PRÉVOYANCE COMPLÈTES POUR VOS COLLABORATEURS Vous êtes dirigeant d entreprise. Vous choisissez de souscrire un régime de prévoyance pour vos salariés cadres. Le PLAN CADRES

Plus en détail

Circulaire d'informations N 2012/02 du 19 janvier 2012

Circulaire d'informations N 2012/02 du 19 janvier 2012 Circulaire d'informations N 2012/02 du 19 janvier 2012 LA PARTICIPATION DES EMPLOYEURS TERRITORIAUX AU FINANCEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE Textes de référence : - Loi n 83-634 du 13 juillet

Plus en détail

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années La généralisation de la couverture complémentaire santé à tous les salariés La loi relative à la sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 prévoit

Plus en détail

BAROMÈTRE DE LA PROTECTION SOCIALE DES AGENTS TERRITORIAUX

BAROMÈTRE DE LA PROTECTION SOCIALE DES AGENTS TERRITORIAUX BAROMÈTRE DE LA PROTECTION SOCIALE DES AGENTS TERRITORIAUX Avril 2009 SOMMAIRE 1. La méthodologie 3 A. L évolution du système de protection sociale 5 B. Les pratiques en matière de protection sociale 9

Plus en détail

Complémentaire santé

Complémentaire santé Fiche actualisée le 08/12/2015 Complémentaire santé Préambule Pour rappel, l article 1er de la loi de sécurisation de l emploi (n 2013-504 du 14/06/2013) prévoit l'obligation pour tous les employeurs du

Plus en détail

QUESTIONNAIRE : L ACCES AUX SOINS

QUESTIONNAIRE : L ACCES AUX SOINS QUESTIONNAIRE : L ACCES AUX SOINS Sexe : Age : 1. Soins de ville : Consultez-vous un médecin généraliste : Jamais Pour des vaccinations ou certificats médicaux Pour des visites de prévention Uniquement

Plus en détail

des associations locales

des associations locales Pour en savoir plus www.credit-agricole.fr Guide de la nouvelle des associations locales les réponses à toutes vos questions Le contrat Complémentaire Santé associations est assuré par PACIFICA, filiale

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Permettre l accès aux soins des personnes à revenus modestes

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Permettre l accès aux soins des personnes à revenus modestes COMMUNIQUÉ DE PRESSE Permettre l accès aux soins des personnes à revenus modestes Malakoff Médéric lance Ma Complémentaire Santé ACS, la première complémentaire santé individuelle conçue pour les bénéficiaires

Plus en détail

Garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises

Garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises Département Évaluation des Politiques Sociales Garanties et services : les attentes des et des entreprises Mars 2014 Synthèse des résultats du 10 ème Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour

Plus en détail

R É U N I O N D E S E M P L O Y E U R S S P O R T I F S

R É U N I O N D E S E M P L O Y E U R S S P O R T I F S Mercredi 30 septembre 2015 20h00 Salle Athènes R É U N I O N D E S E M P L O Y E U R S S P O R T I F S L adhésion au CoSMoS La complémentaire santé L actualité sociale N 1 / 17 Co.S.Mo.S. COnseil Social

Plus en détail

AVENANT N 32 DU 14 MAI 2014

AVENANT N 32 DU 14 MAI 2014 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3107 Accords collectifs nationaux BÂTIMENT ET TRAVAUX PUBLICS AVENANT N 32 DU

Plus en détail

La complémentaire santé des salariés de la CCN du Sport

La complémentaire santé des salariés de la CCN du Sport La complémentaire santé des salariés de la CCN du Sport Une complémentaire santé obligatoire pour les salariés de la CCN du Sport L accord du 6 Novembre 2015 instaure un régime frais de santé. À compter

Plus en détail

La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de leurs agents

La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de leurs agents La participation des collectivités territoriales au financement de la protection sociale complémentaire de leurs agents Le dispositif La loi de modernisation de la fonction publique du 2 février 2007,

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3265 Convention collective nationale IDCC : 1672. SOCIÉTÉS D ASSURANCES (6 e édition. Juillet 2003) Brochure

Plus en détail