OCT Spectral Domain et Glaucome. Pr. Jean-Philippe Nordmann Hôpital des Quinze-Vingts, Paris

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "OCT Spectral Domain et Glaucome. Pr. Jean-Philippe Nordmann Hôpital des Quinze-Vingts, Paris"

Transcription

1 OCT Spectral Domain et Glaucome Pr. Jean-Philippe Nordmann Hôpital des Quinze-Vingts, Paris

2 Principes de l OCT Utilise une lumière laser (840nm) Projetée sur l œil Analyse de la réflexion de cette lumière Analyse indirecte Cohérence optique Interferométrie

3 Principe de l OCT Source laser Détecteur 1 millionième à 1 milliardième de la lumière incidente

4 Le temps de retour de la lumière: 30 femto secondes (30 x sec) Impossibilité de mesure directe de ce temps Comparaison de 2 faisceaux émis en même temps Vers un miroir Vers l œil Analyse de la cohérence optique de ces 2 faisceaux Interférométrie

5 Acquisition d'un A-scan: Time Domain Miroir de référence mobile Source laser 2 mm Diviseur de lumière Détecteur Signal OCT

6 Acquisition d'un A-scan: Spectral Domain Miroir de référence fixe Source laser Diviseur de lumière 2 mm Détecteur Signal OCT

7 OCT et nerf optique : les structures intéressantes Le nerf optique Les fibres optiques para-papillaires Le complexe des cellules ganglionnaires maculaires

8 Repérage de la tête du nerf optique et de l excavation Membrane de Brüch 150 mm au dessus

9 Détermination de l excavation La région papillaire est régulière, la ligne rose détermine bien la limite entre rétine et excavation 9

10 Détermination de l excavation La région papillaire est irrégulière, la ligne rose détermine mal la limite entre rétine et excavation 10

11 Détermination de la zone de mesure de la couche RNFL Cercle situé à 3,4 mm du centre du nerf optique correspondant à la zone de mesure de la couche des fibres optiques. 11

12 Détermination du complexe ganglionnaire maculaire Couche fibres optiques + cellules ganglionnaires + Interplexiforme interne Cellules ganglionnaires + Interplexiforme interne 12

13 Détermination du complexe ganglionnaire maculaire Fibres nerveuses rétiniennes Cellules ganglionnaires Interplexiforme interne

14 Interprétation des relevés Cirrus (Zeiss Meditech) Optovue (RTVue)

15 Cirrus. Zeiss Meditech Nom Puissance du signal (Signal Strengh) Epaisseur de la couche des fibres optiques Image du fond d œil avec coloration statistique d anomalies de la couche des fibres optiques. Le disque optique est délimité, ainsi que la zone située à 3,4 mm du centre du disque Coupe horizontale du pôle postérieur Coupe verticale du pôle postérieur Déroulé de la rétine à 3,4 mm du centre optique 15

16 Cirrus. Zeiss Meditech Epaisseur moyenne de la couche des fibres optiques Symétrie de cette couche entre les 2 yeux Surface de l anneau neuro-rétinien (Aire de l ANR) Surface du disque optique (Aire du disque) Rapport C/D moyen Rapport C/D vertical Volume de l excavation Epaisseur de l anneau neuro-rétinien dans les différente régions (temporale, supérieure, nasale inférieure, TSNIT). Epaisseur de la couche des fibres optiques dans les différente régions (temporale, supérieure, nasale inférieure), à 3,4 mm du centre du nerf optique. Représentation pour chaque œil de l épaisseur des fibres optiques, par section de 6 hr de large. Représentations pour chaque œil de l épaisseur des fibres optiques, par section de 2 hr de large.

17 Cirrus. Zeiss Meditech Nom exact du patient. Force du signal (Signal Strengh) Epaisseur de la couche du complexe des cellules ganglionnaires, plus cette couche est importante, plus la couleur est chaude. Valeurs statistiques d anomalies de cette couche San horizontal de la macula passant par la fovea

18 Cirrus. Zeiss Meditech Présentation en secteur de la région maculaire, sans étude de la fovea, avec valeur moyenne d épaisseur dans chaque zone. Tableau des valeurs moyennes et minimales de l épaisseur de la couche «cellule ganglionnaires + interplexiforme interne»

19 . Optovue RTVue Nom Force du signal (SSI : Signal Strengh Intensity) Image du fond d œil, le cercle indique la zone où la couche des fibres optiques est mesurée. Région d analyse des fibres optiques à 3,4 mm du centre optique Epaisseur de la couche des fibres optiques dans les différente régions. Plus la couleur est chaude, plus l épaisseur est importante Tête du nerf optique Epaisseur par région de la couche des fibres optiques avec valeurs statistiques. Les zones normales sont en vert, anormales en jaune puis en rouge. Paramètres de la tête du nerf optique Epaisseur de la couche des fibres optiques dans les différente régions (temporale, supérieure, nasale inférieure, TSNIT), à 3,4 mm du centre du nerf optique 19

20 . Optovue, RTVue Complexe des cellules ganglionnaires maculaires «couches des axones des fibres optiques +cellule ganglionnaires + interplexiforme interne». Représentation statistique Epaisseur de la couche des fibres optiques dans les différente régions. Plus la couleur est chaude, plus l épaisseur est importante Paramètres de la tête du nerf optique Epaisseur par région de la couche des fibres optiques avec valeurs statistiques. Les zones normales sont en vert, anormales en jaune puis en rouge. Différences inter-oculaires, couche des fibres parapapillaires 20

21 La neuropathie optique glaucomaeuse

22 Les premières modifications dans le glaucome Nerf optique - Epaisseur verticale de l anneau neuro-rétinien, - Surface globale de l anneau neuro-rétinien -Rapport vertical du C/D. Fibres nerveuses rétiniennes -Epaisseur RNFL moyenne. -Epaisseur RNFL dans le quadrant inférieur - Epaisseur RNFL la zone temporale inférieure 22

23 Les premières modifications dans le glaucome Épaisseur temporale inférieure Épaisseur minimum moyenne 23

24 Atteinte isolée du nerf optique Patient de 50 ans, 24 mmhg 24

25 Glaucome pré-périmétrique

26 Glaucome pré-périmétrique Atteinte isolée OCT maculaire Patient de 60 ans, 23 mmhg 26

27 Glaucome pré-périmétrique Atteinte isolée OCT maculaire Patient de 60 ans, 23 mmhg 27

28 Glaucome pré-périmétrique Atteinte de la couche RNFL Atteinte du FDT Matrix Patient de 74 ans, 24 mmhg 28

29 Glaucome pré-périmétrique Atteinte de la couche RNFL Atteinte du FDT Matrix Patient de 74 ans, 24 mmhg

30 Glaucome pré-périmétrique Atteinte de la couche RNFL Atteinte maculaire Atteinte du FDT Matrix Patient de 55 ans, 25 mmhg 30

31 Glaucome pré-périmétrique Atteinte de la couche RNFL Atteinte maculaire Atteinte du FDT Matrix Patient de 55 ans, 25 mmhg 31

32 Glaucome pré-périmétrique Atteinte de la couche RNFL Atteinte maculaire limite Atteinte du FDT Matrix Patient de 46 ans, 20 mmhg 32

33 Glaucome pré-périmétrique Atteinte de la couche RNFL Atteinte maculaire limite Atteinte du FDT Matrix Patient de 46 ans, 20 mmhg 33

34 Glaucome débutant

35 Glaucome débutant Atteinte concordante Champ visuel et OCT Patiente de 79 ans, 22mmHg OD, 26 mmhg OG 35

36 Glaucome débutant Atteinte concordante Champ visuel et OCT Patiente de de 2079 ans, myopie 22mmHg 6 dioptries. OD, 26 mmhg OG 36

37 Glaucome débutant Profondeur de l atteinte concordante Champ visuel et OCT Patiente de 72 ans.

38 Glaucome débutant Profondeur de l atteinte concordante Champ visuel et OCT Patiente de 72 ans. 38

39 Glaucome débutant Atteinte prédominante de l OCT Patiente de 31 ans 39

40 Glaucome débutant Atteinte prédominante de l OCT Patiente de 31 ans

41 Glaucome débutant Atteinte prédominante du NO Peu d atteinte RNFL Patient de 68 ans 41

42 Glaucome débutant Atteinte prédominante du NO Peu d atteinte RNFL Patient de 68 ans

43 Comparaison «Time Domain» vs «Spectral Domain» Atteinte moins légèrement moins marquée en Spectral Domain 43

44 Glaucome modéré

45 Glaucome Modéré Atteinte concordante OCT et champ visuel Patiente de 70 ans 45

46 Glaucome Modéré Atteinte concordante OCT et champ visuel Patiente de 70 ans 46

47 Glaucome Modéré Atteinte prédominante de l OCT Patiente de 73 ans 47

48 Glaucome Modéré Atteinte prédominante de l OCT Patiente de 73 ans

49 Glaucome avancé

50 Glaucome Avancé Atteinte concordante OCT et champ visuel Patiente de 61 ans 50

51 Glaucome Avancé Atteinte concordante OCT et champ visuel Patiente de 61 ans 51

52 Glaucome Avancé Atteinte prédominante du champ visuel Patiente de 84 ans 52

53 Glaucome Avancé Atteinte prédominante du champ visuel Patiente de 84 ans 53

54 Glaucome Avancé Discordance OCT et champ visuel Aspect «en gouttes» liées aux opacités vitréennes de l œil gauche. Patiente de 65 ans. Synchisis étincelant à gauche 54

55 Glaucome Avancé Discordance OCT et champ visuel Patiente de 65 ans. Synchisis étincelant à gauche

56 Glaucome à pression normale

57 Glaucome à pression normale Déficit fasciculaire isolé Patiente de 60 ans. PIO OG 15 mmhg

58 Glaucome à pression normale Déficit fasciculaire isolé Patiente de 60 ans. PIO OG 15 mmhg 58

59 Glaucome à pression normale Déficit fasciculaire large Patiente de 68 ans. PIO ODG 16 mmhg 59

60 Glaucome à pression normale Déficit fasciculaire large Patiente de 68 ans. PIO ODG 16 mmhg

61 Glaucome à pression normale Déficit modéré Patiente de 60 ans. PIO ODG 15 mmhg 61

62 Glaucome à pression normale Déficit modéré Patiente de 60 ans. PIO ODG 15 mmhg 62

63 Glaucome à angle fermé

64 Glaucome à angle fermé Déficit résiduel Patiente de 58 ans. Crise de GFA 1 an auparavant, OG 64

65 Glaucome à angle fermé Déficit résiduel Patiente de 58 ans. Crise de GFA 1 an auparavant, OG

66 Suivi par GPA Epaisseur des fibres optiques Modifications de l épaisseur des fibres optiques d un examen sur l autre, lorsqu un premier changement est détecté, il est dessiné en jaune, lorsqu il est confirmé lors de l examen suivant, il apparaît en rouge. Modifications au cours du temps de l épaisseur moyenne de la couche des fibres nerveuses rétiniennes de manière globale, dans la région supérieure et dans la région inférieure. Evolution du rapport C/D moyen Profil de l épaisseur des fibres dans les différentes régions (TSNIT), en utilisant le même code couleur en cas d aggravation, Synthèse de probabilité de stabilité ou d aggravation pour trois principaux paramètres, l épaisseur des fibres et la représentation TSINIT (progression focale) et l épaisseur moyenne (progression diffuse). 66

67 Correspondance OCT et champ visuel 67

68 Neuropathies optiques non glaucomateuses

69 Neuropathie de SEP Patiente de 30 ans. NORB de SEP à distance d une poussée. 69

70 Neuropathie de SEP Patiente de 30 ans. NORB de SEP à distance d une poussée. 70

71 Aspects du nerf optique pouvant évoquer une neuropathie optique

72 Myopie simple Patient de 20 ans, myopie 6 dioptries. 72

73 Myopie simple Patient de 20 ans, myopie 6 dioptries. 73

74 Dysversion papillaire Patient de 60 ans, dysversion nasale bilatérale. 74

75 Dysversion papillaire Patient de 60 ans, dysversion nasale bilatérale. 75

76 Excavation physiologique Patient de 34 ans 76

77 Excavation physiologique Patient de 34 ans 77

78 Paramètres du nerf optique limites Homme, parfaite bonne santé, PIO à 12 mmhg 78

79 Paramètres du nerf optique limites Homme, parfaite bonne santé, PIO à 12 mmhg 79

80 Colobome de la papille Patiente de 47 ans, colobome nasal de la papille droite 80

81 Colobome de la papille Patiente de 47 ans, colobome nasal de la papille droite 81

82 Atteinte de la rétine pouvant évoquer une neuropathie optique

83 Occlusion veineuse Patient de 72 ans. Occlusion veineuse temporale supérieure 2 ans auparavant 83

84 Occlusion veineuse Patient de 72 ans. Occlusion veineuse temporale supérieure 2 ans auparavant 84

85 Traumatisme oculaire Patient de 15 ans, traumatisme œil gauche à 10 ans avec hypertonie résiduelle à 24 mmhg 85

86 Traumatisme oculaire Patient de 15 ans, traumatisme œil gauche à 10 ans avec hypertonie résiduelle à 24 mmhg 86

87 Glaucome ou MER? Patient de 84 ans, HTO à 22.

88 Glaucome ou MER? Patient de 84 ans, HTO à 22.

89 Glaucome ou MER? Patient de 84 ans, HTO à

90 Conclusion L OCT du nerf optique : un monde nouveau! Surpasse l examen clinique RNFL Cellules ganglionnaires maculaires Nerf optique Sauf pour l évaluation d une excavation

91 Conclusion Inutilité de la recherche ophtalmoscopique Pâleur, décoloration, Œdème papillaire Nouvelles interrogations Signification d une atteinte OCT sans atteinte clinique associée? Aggravation isolée sans confirmation clinique?

92 Conclusion Mais un OCT ne s interprète pas seul Erreurs de mesure Eléments non étudiés actuellement : hémorragie papillaire, atrophie péripapillaire, Structure et fonction sont complémentaires

OCT & Nerf optique. Pr. Jean-Philippe Nordmann. Centre du Glaucome - Hôpital des Quinze-Vingts, Paris

OCT & Nerf optique. Pr. Jean-Philippe Nordmann. Centre du Glaucome - Hôpital des Quinze-Vingts, Paris OCT & Nerf optique Pr. Jean-Philippe Nordmann Centre du Glaucome - Hôpital des Quinze-Vingts, Paris OCT & Nerf optique Pr. Jean-Philippe Nordmann Centre du Glaucome - Hôpital des Quinze-Vingts, Paris Edition

Plus en détail

Le Glaucome Chronique à Angle Ouvert : définition et pathogénie

Le Glaucome Chronique à Angle Ouvert : définition et pathogénie Le Glaucome Chronique à Angle Ouvert : définition et pathogénie Dr Cédric Lamirel Fondation Ophtalmologique Adolphe de Rothschild Hôpital Bichat Les Glaucomes 6²7 millions!!! Cécité légale irréversible

Plus en détail

La puissance pour votre cabinet.

La puissance pour votre cabinet. La puissance pour votre cabinet. IOL Nouveau Nouveau Tracking Puissance Cornéenne Cornee/Segment Anterieur evaluation non-contact du Segment Anterieur Puissance Cornéenne L option Cornea Power permet d

Plus en détail

Simple. Portable. Puissant. SD-OCT. Amenez la puissance de l OCT spectral ivue dans votre cabinet

Simple. Portable. Puissant. SD-OCT. Amenez la puissance de l OCT spectral ivue dans votre cabinet Simple. Portable. Puissant. SD-OCT Amenez la puissance de l OCT spectral ivue dans votre cabinet RETINE pour la détection précoce du glaucome La puissance du scan GCC permet d identifier la perte de cellules

Plus en détail

APPORT DE L HRT DANS LE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU GPAO

APPORT DE L HRT DANS LE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU GPAO 1 ère journée de la Société Algérienne du Glaucome Hôtel Sheraton - Club des pins - Alger Jeudi 1 er octobre 2009 APPORT DE L HRT DANS LE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU GPAO J.Aberkane, F.Kada, R.Halkoum, H.Lehtihet,

Plus en détail

Suivi du glaucome : OCT ou champ visuel?

Suivi du glaucome : OCT ou champ visuel? Suivi du glaucome : OCT ou champ visuel? Pr Florent APTEL Clinique Ophtalmologique Universitaire de Grenoble et Université Joseph Fourier 2015 Cas n 1: Homme, 42 ans, caucasien, Hypertonie oculaire OD

Plus en détail

LE GLAUCOME A PRESSION NORMALE

LE GLAUCOME A PRESSION NORMALE 1ÈRE JOURNÉE DE LA SOCIÉTÉ ALGÉRIENNE DU GLAUCOME Jeudi 1 er Octobre 2009 -- Hôtel SHERATON, ALGER LE GLAUCOME A PRESSION NORMALE M.TIAR, Z.MERAD, J.ABERKANE CHU BAB EL OUED DÉFINITION Forme clinique de

Plus en détail

Baisse de l acuité visuelle : cataracte, glaucome et DMLA

Baisse de l acuité visuelle : cataracte, glaucome et DMLA Baisse de l acuité visuelle : cataracte, glaucome et DMLA UE : Défaillances organiques et processus dégénératifs 2.7.S4 Bénédicte DUPAS Service d ophtalmologie Hôpital Lariboisière Introduction Vieillissement

Plus en détail

240 - GLAUCOME CHRONIQUE. Ce qu il faut savoir. 2. Enumérer les principales causes de glaucome chronique.

240 - GLAUCOME CHRONIQUE. Ce qu il faut savoir. 2. Enumérer les principales causes de glaucome chronique. glaucome chronique 240 - GLAUCOME CHRONIQUE Ce qu il faut savoir 1. Connaître la définition, la physiopathologie et l épidémiologie du glaucome chronique. 2. Enumérer les principales causes de glaucome

Plus en détail

Résultats fonctionnels après chirurgie filtrante dans le glaucome à angle ouvert à un stade avancé

Résultats fonctionnels après chirurgie filtrante dans le glaucome à angle ouvert à un stade avancé Résultats fonctionnels après chirurgie filtrante dans le glaucome à angle ouvert à un stade avancé Dr S.Khimoud Dr F.Mazari Dr H.Zemour Dr A.Chachoua Dr I.Derder Pr L.Chachoua INTRODUCTION Le glaucome

Plus en détail

L USAGE DE LA CALCULATRICE N EST PAS AUTORISE

L USAGE DE LA CALCULATRICE N EST PAS AUTORISE NOM : CORRECTION 1 / 5 PRENOM :.. 1 ère ES Devoir d enseignement scientifique Vendredi 28 septembre 2012 Durée : 1h30 L USAGE DE LA CALCULATRICE N EST PAS AUTORISE Dans ce devoir, il est fortement conseillé

Plus en détail

FACULTE DE MEDECINE DE TUNIS ANNEE UNIVERSITAIRE 2013-2014 SESSION DE JUILLET 2014 DCEM3 EPREUVE D OPHTALMOLOGIE. Nombre de questions : 40

FACULTE DE MEDECINE DE TUNIS ANNEE UNIVERSITAIRE 2013-2014 SESSION DE JUILLET 2014 DCEM3 EPREUVE D OPHTALMOLOGIE. Nombre de questions : 40 FACULTE DE MEDECINE DE TUNIS ANNEE UNIVERSITAIRE 2013-2014 SESSION DE JUILLET 2014 DCEM3 EPREUVE D OPHTALMOLOGIE Nombre de questions : 40 Durée de l épreuve : 1 Heure Nombre de feuilles : 15 Vous avez

Plus en détail

Item 221 (item 130) : Neuropathie Optique Ischémique Antérieure (NOIA) Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF)

Item 221 (item 130) : Neuropathie Optique Ischémique Antérieure (NOIA) Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) Item 221 (item 130) : Neuropathie Optique Ischémique Antérieure (NOIA) Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) 2013 1 Table des matières 1. Vascularisation - Physiopathogénie...3 2.

Plus en détail

Le glaucome du myope. O. Ouhadj. C.H.U. Béni-Messous Alger

Le glaucome du myope. O. Ouhadj. C.H.U. Béni-Messous Alger Le glaucome du myope O. Ouhadj C.H.U. Béni-Messous Alger Introduction Rapports complexes entre myopie et glaucome Myopie faible et moyenne : pas de pb Myopie forte : 6 8 dioptries LA 26 mm Myopie forte

Plus en détail

240 - GLAUCOME CHRONIQUE CE QU IL FAUT SAVOIR

240 - GLAUCOME CHRONIQUE CE QU IL FAUT SAVOIR 240 - GLAUCOME CHRONIQUE CE QU IL FAUT SAVOIR 1. Connaître la définition, la physiopathologie et l épidémiologie du glaucome chronique. 2. Enumérer les principales causes de glaucome chronique. 3. Connaître

Plus en détail

GLAUCOME CHRONIQUE. Rappels physiopathologiques OBJECTIFS. Item 82

GLAUCOME CHRONIQUE. Rappels physiopathologiques OBJECTIFS. Item 82 Item 82 GLAUCOME CHRONIQUE Anna Francoz, Pr Alain Bron Service d ophtalmologie, CHU de Dijon, France alain.bron@chu-dijon.fr RR OBJECTIFS DIAGNOSTIQUER un glaucome chronique. ARGUMENTER l attitude thérapeutique

Plus en détail

Dr Marguerite de MEDEIROS QUENUM SEMEIOLOGIE DE LA RETINE

Dr Marguerite de MEDEIROS QUENUM SEMEIOLOGIE DE LA RETINE Dr Marguerite de MEDEIROS QUENUM SEMEIOLOGIE DE LA RETINE I - INTRODUCTION Définition Membrane neuro-sensorielle formée de plusieurs couches. Responsable influx nerveux I - INTRODUCTION Intérêts Fenêtre

Plus en détail

CAS CLINIQUE STAFF DU 29 JANVIER 2014

CAS CLINIQUE STAFF DU 29 JANVIER 2014 CAS CLINIQUE STAFF DU 29 JANVIER 2014 Interne Kaouter Nagoudi Service d ophtalmologie du Professeur Eric Souied Centre hospitalier intercommunal de Créteil Histoire de la maladie Madame E.K. Agée de 32

Plus en détail

ŒIL ET MALADIES GENERALES. Enseignement des externes 2012/2013

ŒIL ET MALADIES GENERALES. Enseignement des externes 2012/2013 ŒIL ET MALADIES GENERALES Enseignement des externes 2012/2013 ŒIL ET DIABETE RETINOPATHIE DIABETIQUE 1- Généralités La rétinopathie diabétique (RD) : 5 premières causes de cécité avec la dégénérescence

Plus en détail

L ŒIL. à la loupe... substance transparente et visqueuse qui remplit le globe oculaire et amortit les chocs éventuels

L ŒIL. à la loupe... substance transparente et visqueuse qui remplit le globe oculaire et amortit les chocs éventuels ACMS œil (def) 15/05/03 16:18 Page 3 L ŒIL à la loupe... Principales structures de l œil Cornée : coupole transparente par laquelle pénètrent les images de l environnement Humeur aqueuse : liquide transparent

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 12 septembre 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 12 septembre 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 12 septembre 2007 INFRACYANINE 25 mg/10 ml, poudre et solvant pour solution injectable Flacon de 25 mg avec 1 ampoule de solvant de 10 ml (CIP : 360 841-7) Laboratoire

Plus en détail

Œil et erreurs innées du métabolisme

Œil et erreurs innées du métabolisme Dr Eliane DELOUVRIER Dr Frédéric Sedel Hôpital Robert Debré - Service d ophtalmologie & neurologie pédiatrique Pitié-Salpêtrière-Département de Neurologie Œil et erreurs innées du métabolisme SFEIM Le

Plus en détail

TOMOGRAPHIE DU SEGMENT POSTERIEUR DE

TOMOGRAPHIE DU SEGMENT POSTERIEUR DE TOMOGRAPHIE DU SEGMENT POSTERIEUR DE L ŒIL PAR SCANOGRAPHIE A COHERENCE OPTIQUE Classement CCAM : 02.01.03 code : BZQK001 JUIN 2007 Service évaluation des actes professionnels 2 avenue du Stade de France

Plus en détail

TROUBLES DE LA REFRACTION

TROUBLES DE LA REFRACTION TROUBLES DE LA REFRACTION DR DEGDEG LAZHAR Rappels Dioptre = surface séparant 2 milieux transparents d indices différents Œil = succession de dioptres sphériques Dioptre cornéen 40 D Dioptre cristallinien

Plus en détail

«PRESERVEZ VOTRE VUE»

«PRESERVEZ VOTRE VUE» DOSSIER DE PRESSE «PRESERVEZ VOTRE VUE» Campagne nationale de dépistage et d information sur le glaucome Du 12 mai au 3 juin 2006 Service de presse : Capital Image / Stéphanie Chevrel 45 rue de Courcelles

Plus en détail

O4. Association de lentilles minces

O4. Association de lentilles minces NOM Prénom : O4. Association de lentilles minces Les propriétés des lentilles minces permettent de déterminer les images formées par les instruments d optique constitués de plusieurs lentilles associées,

Plus en détail

L'astigmatisme, c'est quoi?

L'astigmatisme, c'est quoi? L'astigmatisme, c'est quoi? 1 er avril 2016 [L'ASTIGMATISME, C'EST QUOI?] 1 er avril 2016 Information à savoir avant de lire Avant d'entrer dans le vif du sujet, laissé moi vous parler de l'œil humain

Plus en détail

Vision. Plan du cours

Vision. Plan du cours Plan du cours La rétine...2 La rétine : un véritable tissu nerveux... 2 Les deux types de récepteurs et leurs rôles : rétines centrale et périphérique... 3 Rappel sur le mécanisme de phototransduction...

Plus en détail

Le glaucome est une neuropathie

Le glaucome est une neuropathie Apport des techniques d'imagerie récentes Résumé : L évaluation des atteintes de la structure a longtemps été limitée à l examen clinique de la tête du nerf optique et de la couche des fibres optiques

Plus en détail

2.1. Le trajet des messages nerveux visuels

2.1. Le trajet des messages nerveux visuels . (cf. 1..1.) .1. Le trajet des messages nerveux visuels Activités à 6 pages 0 et 1 Avant Hémisphère gauche Arrière Exemple de technique d imagerie médicale fonctionnelle (ex : scintigraphie) : on «voit»

Plus en détail

LES URGENCES EN OPHTALMOLOGIE

LES URGENCES EN OPHTALMOLOGIE LES URGENCES EN OPHTALMOLOGIE DU de prise en charge des situations d urgences médico-chirurgicales Dr Guillaume LEROUX LES JARDINS Service d Ophtalmologie de Hôtel-Dieu, Paris Cabinet d ophtalmologie,

Plus en détail

PREMATURITE ET PROBLEMES OCULAIRES

PREMATURITE ET PROBLEMES OCULAIRES PREMATURITE ET PROBLEMES OCULAIRES Dr C.MALRIEU-ELIAOU ELIAOU C.H.U. DE MONTPELLIER FORMATION BEZIERS AVRIL 2006 L ŒIL DU PREMATURE Inspection: gros yeux /face avec des orbites petites et aplaties. Cornée

Plus en détail

Iris plateau Apport de l UBM. L BITOUT Z BENHAMADA O BOUZIANI D HARTANI CHU MUSTAPHA D BOUKHCHEM (Alger Centre UBM)

Iris plateau Apport de l UBM. L BITOUT Z BENHAMADA O BOUZIANI D HARTANI CHU MUSTAPHA D BOUKHCHEM (Alger Centre UBM) Iris plateau Apport de l UBM L BITOUT Z BENHAMADA O BOUZIANI D HARTANI CHU MUSTAPHA D BOUKHCHEM (Alger Centre UBM) INTRODUCTION (1) L iris plateau a été Chandler décrit il ya 5O ans par C est une anomalie

Plus en détail

LES PATHOLOGIES. (Document mis à jour le 26 septembre 2011)

LES PATHOLOGIES. (Document mis à jour le 26 septembre 2011) LES PATHOLOGIES (Document mis à jour le 26 septembre 2011) Page 1 sur 3 Table des matières Les pathologies... 3 Agnosie visuelle :... 3 Albinisme :... 3 Aniridie :... 3 Astigmatisme :... 3 Atrophie optique

Plus en détail

Détection et prise en charge du risque de glaucome par fermeture de l angle

Détection et prise en charge du risque de glaucome par fermeture de l angle Détection et prise en charge du risque de glaucome par fermeture de l angle Rédigé avec l aide de Esther Blumen, Emmanuelle Brasnu, Yves Lachkar, Xavier Zanlonghi Le glaucome est une neuropathie optique

Plus en détail

TOMOGRAPHIE DU SEGMENT POSTERIEUR DE

TOMOGRAPHIE DU SEGMENT POSTERIEUR DE TOMOGRAPHIE DU SEGMENT POSTERIEUR DE L ŒIL PAR SCANOGRAPHIE A COHERENCE OPTIQUE Classement CCAM : 02.01.03 code : BZQK001 JUIN 2007 Service évaluation des actes professionnels 2 avenue du Stade de France

Plus en détail

TP oeil et lunette astronomique

TP oeil et lunette astronomique TP oeil et lunette astronomique 1 Description de l oeil L oeil est l organe de la vision ; il peut observer directement des objets ou bien examiner les images données par des systèmes optiques ; son rôle

Plus en détail

Partie sciences physiques

Partie sciences physiques I) L'ŒIL Partie sciences physiques Coupe de l'œil Muscle (corps ciliaire) Ligament (zonule) Cornée Sclérotique Rétine Humeur aqueuse Iris Cristallin Humeur vitrée Nerf optique Description Sclérotique :

Plus en détail

LE GLAUCOME PRIMITIF DU SUJET AGE. Laurent CHIRPAZ Capacité Gériatrie Dijon février 2005

LE GLAUCOME PRIMITIF DU SUJET AGE. Laurent CHIRPAZ Capacité Gériatrie Dijon février 2005 LE GLAUCOME PRIMITIF DU SUJET AGE Laurent CHIRPAZ Capacité Gériatrie Dijon février 2005 LE GLAUCOME PRIMITIF A ANGLE OUVERT RAPPEL : conceptions actuelles du GPAO Neuropathie optique évolutive associant

Plus en détail

APPORT DU GDX VCC DANS LE DIAGNOSTIC DU GLAUCOME. Bitout. L, Mouaki-Benani.S, Kherroubi.R, Hartani.D CHU MUSTAPHA

APPORT DU GDX VCC DANS LE DIAGNOSTIC DU GLAUCOME. Bitout. L, Mouaki-Benani.S, Kherroubi.R, Hartani.D CHU MUSTAPHA APPORT DU GDX VCC DANS LE DIAGNOSTIC DU GLAUCOME Bitout. L, Mouaki-Benani.S, Kherroubi.R, Hartani.D CHU MUSTAPHA Introduction Le glaucome est une neuropathie optique caractérisée par la perte progressive

Plus en détail

Complexe ganglionnaire rétinien en OCT et confrontation au champ visuel Cas pratiques illustrés

Complexe ganglionnaire rétinien en OCT et confrontation au champ visuel Cas pratiques illustrés Complexe ganglionnaire rétinien en OCT et confrontation au champ visuel Cas pratiques illustrés n La plupart des OCT sont maintenant capables de détecter le complexe ganglionnaire du pôle postérieur, d

Plus en détail

Accessibilité Numérique

Accessibilité Numérique Université Montpellier 2 Master 2 Informatique Stage de recherche Accessibilité Numérique Yoann BONAVERO Encadrement : LIRMM - Équipe MAREL Marianne Huchard et Michel Meynard Table des matières 1 4 1.1

Plus en détail

Le glaucome chronique à angle ouvert, encore

Le glaucome chronique à angle ouvert, encore glaucome chronique 240 - GLAUCOME CHRONIQUE Ce qu il faut savoir 1. Connaître la définition, la physiopathologie et l épidémiologie du glaucome chronique. 2. Enumérer les principales causes de glaucome

Plus en détail

233 - RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE (RD)-

233 - RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE (RD)- rétinopathie diabétique 233 - RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE (RD)-2010 Ce qu il faut savoir 1. Connaître la prévalence de la rétinopathie diabétique en fonction du type et de l ancienneté du diabète. 2. Comprendre

Plus en détail

TP-Cours : Instruments d optique A. MARTIN. Sources lumineuses. Miroirs Lentilles. Projection Autocollimation. Instruments d optique

TP-Cours : Instruments d optique A. MARTIN. Sources lumineuses. Miroirs Lentilles. Projection Autocollimation. Instruments d optique et et 1/21 1 / 21 et Lumière blanche Lampe à incandescence : lumière blanche Source thermique : Fonctionnement basé sur le rayonnement électromagnétique spontané d un corps chauffé à haute température,

Plus en détail

sur les cellules ganglionnaires,

sur les cellules ganglionnaires, La maculopathie glaucomateuse sur les cellules ganglionnaires en OCT Une nouvelle approche : son intérêt pratique Dr Michel Zeitoun* Introduction L examen du glaucomateux, ou du suspect de l être, comporte

Plus en détail

Pré-Programme. Vendredi 10. Imagerie en. de la Théorie à la Pratique Organisation : Dr Michel Puech. Octobre 2014. Ophtalmologie :

Pré-Programme. Vendredi 10. Imagerie en. de la Théorie à la Pratique Organisation : Dr Michel Puech. Octobre 2014. Ophtalmologie : Vendredi 10 Octobre 2014 Pré-Programme Centre de congrès CAP 15 Paris 15 e M Bir Hakeim Centre de congrès CAP 15 Paris 15 e M Bir Hakeim Chers collègues, chers amis, Le vendredi 10 octobre 2014 le congrès

Plus en détail

Le traitement du glaucome

Le traitement du glaucome Le traitement du glaucome A.M.U.B. 2014 DUFRANE REBECCA SERVICE D OPHTALMOLOGIE Conflits d intérêt en rapport avec la présentation Honoraires de conférence : néant Participation à un «Advisory Board» :

Plus en détail

Thème: La représentation visuelle

Thème: La représentation visuelle Thème: La représentation visuelle Chapitre 3: Les voies visuelles : des photorécepteurs au cortex visuel I- Structure de l œil Œil = organe des sens spécialisé dans la perception des stimuli visuels. On

Plus en détail

SOMMAIRE Préface Avant-propos I Sciences de base Anatomie et physiopathologie Chapitre 1. Anatomie de l angle iridocornéen ( Farid Achache

SOMMAIRE Préface Avant-propos I Sciences de base Anatomie et physiopathologie Chapitre 1. Anatomie de l angle iridocornéen ( Farid Achache SOMMAIRE Préface Avant-propos I Sciences de base Anatomie et physiopathologie Chapitre 1. Anatomie de l angle iridocornéen (Farid Achache) Embryologie Description Rapports de l angle iridocornéen Abord

Plus en détail

L orthoptiste et le patient diabétique

L orthoptiste et le patient diabétique L orthoptiste et le patient diabétique Céline FIZAINE Complications oculaires du diabète: La Rétinopathie Diabétique (RD) La rétine est un tissu nerveux, constituée de deux zones : la macula qui permet

Plus en détail

A) 1,3408 B) 1,3490 C) 1,3554 D) 1,3618 E)

A) 1,3408 B) 1,3490 C) 1,3554 D) 1,3618 E) Sup Perform NÎMES PHYSIQUE 1 er Quad 2009 - Contrôle Optique QCM1 : Soit un milieu dans lequel la lumière jaune (de longueur d onde λj = 578 nm) se propage à la vitesse de 221190 km.s -1 et la lumière

Plus en détail

HÉTÉROPHORIES Q' D. Conséquence 2 : Pour mettre en évidence une hétérophorie, il faut disposer d un dispositif qui supprime le réflexe de fusion.

HÉTÉROPHORIES Q' D. Conséquence 2 : Pour mettre en évidence une hétérophorie, il faut disposer d un dispositif qui supprime le réflexe de fusion. 1 HÉTÉROPHORIES 1 Généralités 1.1 Définition Nous reprendrons la définition donnée par le Dr Hugonnier : «Une hétérophorie est une déviation des axes visuels maintenue latente par le réflexe de fusion»

Plus en détail

ITEM 82 GLAUCOME CHRONIQUE A ANGLE OUVERT

ITEM 82 GLAUCOME CHRONIQUE A ANGLE OUVERT ITEM 82 GLAUCOME CHRONIQUE A ANGLE OUVERT Objectifs iecn : Connaître la définition, la physiopathologie, l épidémiologie, les principales étiologies de glaucome Connaître les éléments de surveillance et

Plus en détail

Hypertension intracrânienne idiopathique: à propos de 3 cas B. IBAÑEZ, C. BILLON-GRAND, A. DAVID, E. PEARSON

Hypertension intracrânienne idiopathique: à propos de 3 cas B. IBAÑEZ, C. BILLON-GRAND, A. DAVID, E. PEARSON Hypertension intracrânienne idiopathique: à propos de 3 cas B. IBAÑEZ, C. BILLON-GRAND, A. DAVID, E. PEARSON F. CATTIN, J.F. BONNEVILLE Service de Neuroradiologie. CHU Besançon. France INTRODUCTION Synonymes:

Plus en détail

DÉCOL O L L E L MENT T D E R ÉTI T N I E

DÉCOL O L L E L MENT T D E R ÉTI T N I E DÉCOLLEMENT DE RÉTINE S. POMMIER Ref: Pr Philippe Gain DÉFINITION urgence ophtalmologique relative opéré généralement dans les 24 à 48 heures relativement rare (un ophtalmologiste en cabinet en voit 1

Plus en détail

TP 2 Organisation structurale de la rétine

TP 2 Organisation structurale de la rétine TP 2 Organisation structurale de la rétine Problème : Quelles sont les caractéristiques des différentes régions de la rétine? Activité 1 : Observation microscopique d une coupe de rétine 1- A partir du

Plus en détail

Pr. JF Korobelnik Service d ophtalmologie Hôpital Pellegrin

Pr. JF Korobelnik Service d ophtalmologie Hôpital Pellegrin Pr. JF Korobelnik Service d ophtalmologie Hôpital Pellegrin CAS CLINIQUE OPH 1 Une femme de 62 ans vient consulter pour troubles visuels au niveau de l œil droit. La padente raconte avoir déjà eu une baisse

Plus en détail

Sécurité LASER Novembre 2015 Valérie REITA Pôle Optique et Microscopies

Sécurité LASER Novembre 2015 Valérie REITA Pôle Optique et Microscopies Sécurité LASER Novembre 2015 Valérie REITA Pôle Optique et Microscopies plan Le spectre électromagnétique Les 4 classes de laser et exemples au laboratoire Les 3 Types d exposition Les 3 Effets du rayonnement

Plus en détail

Le Vocabulaire de l'optique par Colette Allouch Auteur de Dictionnaires. Lexique Français / Hébreu

Le Vocabulaire de l'optique par Colette Allouch Auteur de Dictionnaires. Lexique Français / Hébreu Le Vocabulaire de l'optique par Colette Allouch Auteur de Dictionnaires Lexique Français / Hébreu absorption achromatique acuité visuelle albinisme oculaire amblyopie amétropie angle de réflexion angle

Plus en détail

1) Sources de lumières

1) Sources de lumières TP COURS OPTIQUE GEOMETRIQUE Lycée F.BUISSON PTSI CONNAISSANCE DE BASES EN OPTIQUE GEOMETRIQUE 1) Sources de lumières 1-1) Sources à spectre de raies ou spectre discontinu Ces sources émettent un spectre

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE CAMPAGNE NATIONALE D INFORMATION, DE PREVENTION DES FACTEURS DE RISQUE DU GLAUCOME. BUSduGLAUCOME

DOSSIER DE PRESSE CAMPAGNE NATIONALE D INFORMATION, DE PREVENTION DES FACTEURS DE RISQUE DU GLAUCOME. BUSduGLAUCOME DOSSIER DE PRESSE CAMPAGNE NATIONALE D INFORMATION, DE PREVENTION DES FACTEURS DE RISQUE DU GLAUCOME 1/LE GLAUCOME EN CHIFFRES X Epidémiologie Première cause de cécité absolue en France + 1 Million de

Plus en détail

Les problèmes de vue liés à l âge

Les problèmes de vue liés à l âge Les problèmes de vue liés à l âge Certaines maladies oculaires deviennent plus fréquentes avec l'âge et peuvent conduire dans certains cas à des problèmes de vue importants. Il s agit de la dégénérescence

Plus en détail

Prise en charge des occlusions veineuses rétiniennes Résultats dans la «vraie vie»

Prise en charge des occlusions veineuses rétiniennes Résultats dans la «vraie vie» Prise en charge des occlusions veineuses rétiniennes Résultats dans la «vraie vie» Sylvia NGHIEM-BUFFET Centre d Imagerie et de Laser, Paris Hôpital Avicenne, Bobigny Sud Rétine, Monaco,14 juin 2013 INTRODUCTION

Plus en détail

Introduction. L ophtalmologie à l ECN

Introduction. L ophtalmologie à l ECN Introduction. L ophtalmologie à l ECN Statistiques ECN Depuis 2004, il n y a eu que 3 années «sans ophtalmologie» à l ECN. Toutes les autres années la spécialité était présente, soit sous forme de question

Plus en détail

LENTILLES «BIO» POUR OPHTALMOSCOPIE INDIRECTE. MACULA PLUS 5.5 Macula Plus 5.5

LENTILLES «BIO» POUR OPHTALMOSCOPIE INDIRECTE. MACULA PLUS 5.5 Macula Plus 5.5 LENTILLES «BIO» POUR OPHTALMOSCOPIE INDIRECTE MACULA PLUS 5.5 Macula Plus 5.5 Excellente pour l'observation détaillée de la papille et du nerf optique Utilisée pour détecter des anomalies maculaires L

Plus en détail

CPGE MPSI Programme de khôlle. Programme de khôlle. - Semaines 7 et 8 - (24/10 au 10/11) Bases de l optique géométrique

CPGE MPSI Programme de khôlle. Programme de khôlle. - Semaines 7 et 8 - (24/10 au 10/11) Bases de l optique géométrique Programme de khôlle - Semaines 7 et 8 - (24/10 au 10/11) Bases de l optique géométrique 1. Savoir que la lumière est une onde électromagnétique, se propagent de manière omnidirectionnelle à partir d une

Plus en détail

1L : Représentation visuelle du monde Chapitre 2 : L œil et ses défauts

1L : Représentation visuelle du monde Chapitre 2 : L œil et ses défauts 1L : Représentation visuelle du monde Chapitre 2 : L œil et ses défauts Cours I. Modélisation d un œil : 1. Schéma de l œil et vision : L œil est un récepteur de lumière sensible aux radiations lumineuses

Plus en détail

287 TROUBLES DE LA RÉFRACTION. Ce qu il faut savoir

287 TROUBLES DE LA RÉFRACTION. Ce qu il faut savoir 287 TROUBLES DE LA RÉFRACTION troubles de la réfraction Ce qu il faut savoir 1. Savoir définir l acuité visuelle tant sur le plan optique que physiologique. Connaître les modalités et les conditions de

Plus en détail

8/10/10. Schéma de l œil humain. Fonctionnement. Fonctionnement de l œil humain: Les défauts de l œil humain

8/10/10. Schéma de l œil humain. Fonctionnement. Fonctionnement de l œil humain: Les défauts de l œil humain L œil humain Points essentiels Fonctionnement de l œil humain: La vision éloignée La vision rapprochée Le pouvoir d'accommodation Les défauts de l œil humain L hypermétropie La myopie La presbytie Fonctionnement

Plus en détail

La dégénerescence maculaire liée à l âge

La dégénerescence maculaire liée à l âge dégénérescence maculaire liée à l âge (DMLA) 60 - DÉGÉNÉRESCENCE MACULAIRE LIÉE À L ÂGE (DMLA) 1. Connaître l épidémiologie de la DMLA. Ce qu il faut savoir 2. Connaître les principales formes cliniques

Plus en détail

Glaucome et chirurgie réfractive R,GAROUT F,KARAOUAT HCA ALGER

Glaucome et chirurgie réfractive R,GAROUT F,KARAOUAT HCA ALGER Glaucome et chirurgie réfractive R,GAROUT F,KARAOUAT HCA ALGER 5éme congres Societe Algerienne du Glaucome Alger Hotel El Djazair 9 Novembre 2013 INTRODUCTION La chirurgie réfractive attire de plus en

Plus en détail

L iste des techniques de soins

L iste des techniques de soins L iste des techniques de soins Aider le patient à comprendre et à être compris...57 Angiographie cérébrale ou artériographie...106 Conduite à tenir face à une crise d épilepsie...48 Électroencéphalographie

Plus en détail

BTS OPTICIEN LUNETIER

BTS OPTICIEN LUNETIER BTS OPTICIEN LUNETIER ANALYSE DE LA VISION U.5 SESSION 2012 Durée : 3 heures Coefficient : 6 Matériel autorisé : - Toutes les calculatrices de poche, y compris les calculatrices programmables, alphanumériques

Plus en détail

SYNDROME PEX ET GLAUCOME PLACE DU LASER SLT

SYNDROME PEX ET GLAUCOME PLACE DU LASER SLT SYNDROME PEX ET GLAUCOME PLACE DU LASER SLT F. Karaouat- R. Garout SERVICE D OPHTALMOLOGIE / HCA INTRODUCTION Sd PEX ou PEC :1917 / LINDBERG Etiopathogenie exacte inconnue Sd PEX: affection de la matrice

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 17 novembre 2010. OZURDEX 700 microgrammes, implant intravitréen avec applicateur B/1 (CIP : 494 071-1)

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 17 novembre 2010. OZURDEX 700 microgrammes, implant intravitréen avec applicateur B/1 (CIP : 494 071-1) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 17 novembre 2010 OZURDEX 700 microgrammes, implant intravitréen avec applicateur B/1 (CIP : 494 071-1) Laboratoire ALLERGAN France S.A.S. Dexamethasone Liste I Médicament

Plus en détail

Pr Hamid TOUMA Département de Physique Faculté des Sciences de Rabat Université Mohamed V

Pr Hamid TOUMA Département de Physique Faculté des Sciences de Rabat Université Mohamed V Pr Hamid TOUMA Département de Physique Faculté des Sciences de Rabat Université Mohamed V Généralités sur les instruments d optiques : Classification : Les instruments d optiques sont de types différents

Plus en détail

Chapitre 2 La rétine : les photorécepteurs rétiniens génèrent des messages sensoriels

Chapitre 2 La rétine : les photorécepteurs rétiniens génèrent des messages sensoriels Chapitre 2 La rétine : les photorécepteurs rétiniens génèrent des messages sensoriels La rétine constitue l organe sensitif de l œil : c est elle qui capte les signaux lumineux et les transmet au cerveau

Plus en détail

IVT de CORTICOIDES et GLAUCOME UN COUPLE SOUS HAUTE PRESSION. Pr GAROUT Pr KARAOUAT

IVT de CORTICOIDES et GLAUCOME UN COUPLE SOUS HAUTE PRESSION. Pr GAROUT Pr KARAOUAT IVT de CORTICOIDES et GLAUCOME UN COUPLE SOUS HAUTE PRESSION Pr GAROUT Pr KARAOUAT Voie d administration des corticoïdes Collyres Injection s/conjonctivale Injection peribulbaire IVT Voie systémique LE

Plus en détail

B.Barthélémy (Ilustrations "Contactologie" ed. Lavoisier) 1

B.Barthélémy (Ilustrations Contactologie ed. Lavoisier) 1 Société Française d Optique Physiologique Comprendre les limites des techniques pour réussir la correction de la presbytie en Lentilles de Contact ou en Chirurgie Réfractive! Bibliographique et les illustrations

Plus en détail

TROUBLES DE LA REFRACTION. Dr.BENLARIBI.M

TROUBLES DE LA REFRACTION. Dr.BENLARIBI.M TROUBLES DE LA REFRACTION Dr.BENLARIBI.M Introduction - Définition La réfraction oculaire : _ l ensemble des déviations que subit un rayon lumineux lors de sa traversée du système dioptrique oculaire,

Plus en détail

Chapitre II: lentilles

Chapitre II: lentilles Chapitre II: lentilles II.1) Système optique idéal II.2) Les lentilles et les miroirs II.1) Système optique idéal Surface d onde (1) Surface d onde S: Tous les points de S sont en phase Dans ce cas, S

Plus en détail

Injection intra-vitréenne d AVASTIN (Bevacizumab)

Injection intra-vitréenne d AVASTIN (Bevacizumab) Injection intra-vitréenne d AVASTIN (Bevacizumab) Les injections intravitréennes de médicaments sont devenues une pratique courante pour traiter certaines affections de la rétine. C'est ainsi que l'on

Plus en détail

L'œil et les problèmes de vision

L'œil et les problèmes de vision L'œil et les problèmes de vision Sommaire Choix du sujet Présentation de l'œil humain Trois exemples des différents problèmes de vision et leur conséquence Schémas de deux problèmes de vision Modélisation

Plus en détail

Les 15 aberrations de Zernicke

Les 15 aberrations de Zernicke Les 15 aberrations de Zernicke Les polynomes de Zernike correspondent à la somme des expressions simples de Seidel-Zernike qui sont de la forme: Ils expriment sous forme mathématique ou graphique ces données.

Plus en détail

LA DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE

LA DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE ITEM 60 LA DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE Docteur J. Szwarcberg, Professeur J. Flament Clinique Ophtalmologique Hôpitaux Universitaires de Strasbourg La dégénérescence maculaire liée à l âge (DMLA)

Plus en détail

rayons cosmiques www.ergonomie.chups.jussieu.fr Docteur Bronislaw KAPITANIAK longueur d onde en m km m mm μm nm pm 10 0 10-3 10-6 10-9 10-12

rayons cosmiques www.ergonomie.chups.jussieu.fr Docteur Bronislaw KAPITANIAK longueur d onde en m km m mm μm nm pm 10 0 10-3 10-6 10-9 10-12 Unité d Ergonomie Faculté de Médecine Pitié-Salpêtrière 91, bd de l Hôpital 75 634 Paris cedex 13 DIPLÔME D ERGONOMIE ET DE PHYSIOLOGIE DU TRAVAIL o p t i o n 3 Ergonomie des gestes et des postures www.ergonomie.chups.jussieu.fr

Plus en détail

Points essentiels. Fonctionnement de l œil humain: Les défauts de l œil humain. L hypermétropie La myopie La presbytie

Points essentiels. Fonctionnement de l œil humain: Les défauts de l œil humain. L hypermétropie La myopie La presbytie L œil humain Points essentiels Fonctionnement de l œil humain: Les défauts de l œil humain L hypermétropie La myopie La presbytie Fonctionnement La lumière traverse la cornée et pénètre dans l œil par

Plus en détail

Place de l échographie dans les décollements rétiniens

Place de l échographie dans les décollements rétiniens Place de l échographie dans les décollements rétiniens A. ALLALI, J. MATUSILA,N. MOUSSALI, I. SETOUANI, N. ELBENNA, A. GHARBI Service de Radiologie de l hopital 20 Aout de Casablanca Introduction Le décollement

Plus en détail

Question O1. Réponse. Petit schéma : miroir

Question O1. Réponse. Petit schéma : miroir Question O1 Vous mesurez 180 cm, vous vous tenez debout face à un miroir plan dressé verticalement. Quelle doit être la hauteur minimale du miroir pour que vous puissiez vous y voir des pieds à la tête,

Plus en détail

LASER, SOURCE DE VUE. par Jean-Claude LEPORI

LASER, SOURCE DE VUE. par Jean-Claude LEPORI ALS Lumière, source de vie Séance exceptionnelle du 10 avril 2005 à l Hôtel de Ville de Nancy Laser, source de vue par Jean-Claude LEPORI LASER, SOURCE DE VUE par Jean-Claude LEPORI ALS (Nancy, 10 avril

Plus en détail

Ophtalmo-pédiatrie. Patrick Berquin

Ophtalmo-pédiatrie. Patrick Berquin Ophtalmo-pédiatrie Patrick Berquin De 1à 3 mois : période critique du développement de l'acuité Visuelle De 3 mois à 3 ans : période de plasticité cérébrale maximale De 3 à 8 ans : la plasticité décroît

Plus en détail

Exercices sur les miroirs plans

Exercices sur les miroirs plans Exercices sur les miroirs plans 1 Concepts de base... Faire un commentaire pour chaque affirmation suivante : 1. Nous pouvons voir la lumière puisque nous pouvons visualiser un faisceau lumineux en dispersant

Plus en détail

La prise en charge du glaucome en pratique: La progression du glaucome

La prise en charge du glaucome en pratique: La progression du glaucome La prise en charge du glaucome en pratique: La progression du glaucome 1 2 Le Glaucome est une neuropathie chronique progressive Tous les patients progresseront à un moment donné au cours de leur vie Incertitudes:

Plus en détail

JMV. Affections cécitantes curables

JMV. Affections cécitantes curables JMV Affections cécitantes curables AMBLYOPIE L Amblyopie C est une insuffisance de la vision, parfois congénitale ou acquise dans les premiers mois de la vie. La forme la plus courante unilatérale - résulte

Plus en détail

CAD-PRO 3D. PROJECTEURS LASER pour surfaces convexes, bombées. projection de haute précision

CAD-PRO 3D. PROJECTEURS LASER pour surfaces convexes, bombées. projection de haute précision CAD-PRO 3D PROJECTEURS LASER pour surfaces convexes, bombées projection de haute précision PROJECTEURS LASER CAD-PRO 3D. AVANTAGES. Projection multicolore (vert, rouge, jaune) Systèmes à projecteurs multiples

Plus en détail

Examen prophylactique. Evaluation de la situation et examen prophylactique de vos yeux

Examen prophylactique. Evaluation de la situation et examen prophylactique de vos yeux Examen prophylactique Evaluation de la situation et examen prophylactique de vos yeux Examen prophylactique 0203 Encore plus de sécurité pour une vue optimale tout au long de votre vie Le programme prophylactique

Plus en détail

ANATOMIE DE L'OEIL (1)

ANATOMIE DE L'OEIL (1) ANATOMIE DE L'OEIL (1) La cornée La choroïde L'iris La pupille Le cristallin L'humeur aqueuse Le corps vitré La rétine Le nerf optique L'oeil est une merveille de la nature, un des organes les plus perfectionnés

Plus en détail

Activité électrique du cœur - L électrocardiogramme

Activité électrique du cœur - L électrocardiogramme Activité électrique du cœur - L électrocardiogramme 1 Nécessite des électrodes réceptrices en contact avec la peau Recueil facile et non invasif de l activité électrique globale du cœur, qui est alors

Plus en détail

Logiciel d Analyse d évolution.

Logiciel d Analyse d évolution. Logiciel d Analyse d évolution. Octopus EyeSuite Perimetry 2.0 Analyse d évolution Analyse structure / fonction Analyse d évolution Corrélation structure / fonction Périmétres Spécifications du logiciel

Plus en détail