RAPPORT DE VEILLE Projet d arrêté du Gouvernement wallon tendant à prévenir la pollution atmosphérique des installations de chauffage central

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT DE VEILLE Projet d arrêté du Gouvernement wallon tendant à prévenir la pollution atmosphérique des installations de chauffage central"

Transcription

1 RAPPORT DE VEILLE Projet d arrêté du Gouvernement wallon tendant à prévenir la pollution atmosphérique des installations de chauffage central Septembre 2008

2 2 TABLE DES MATIERES Introduction p Plan du rapport 3 1. Contenu du projet d arrêté du Gouvernement wallon tendant à prévenir la pollution atmosphérique des installations de chauffage central p Contexte p Principales impositions nouvelles découlant du projet d arrêté p Prescriptions en matière de réception, de contrôle périodique et de diagnostic approfondi p Réception des installations p Inspection périodique p Inspection spéciale des installations de plus de 15 ans (diagnostic approfondi) Quid des combustibles solides (charbon, biomasse)? p Etat d avancement du projet et modalités de mise en application p Impact sur les métiers, les compétences et les besoins en formation p Impacts sur les métiers p Métiers existants p Nouveau métier? p Conséquences sur les besoins en compétences p Installation, mise en service, réception et vérification périodique p Diagnostic approfondi p Conséquences sur les besoins en formation p Formations à développer ou à améliorer p Les installateurs et techniciens en chauffage mazout p Les installateurs et techniciens en chauffage gaz naturel p Implications pour le Centre de compétence Environnement et les autres centres concernés p Organisation de la veille métier p Actions de formation à prévoir p Autres actions p. 17

3 3 Introduction Si, à l heure de rédiger le présent document, le projet d arrêté du Gouvernement wallon visant à prévenir la pollution atmosphérique des installations de chauffage central poursuit son parcours législatif, il nous a semblé d ores et déjà suffisamment concret, et son impact sur l exercice des métiers concernés suffisamment important, pour faire l objet d un rapport de veille. La démarche de veille initiée ici sera bien entendu prolongée jusqu à l entrée en vigueur effective de l arrêté en question et au-delà, et devra mettre plus spécifiquement en lumière les modalités pratiques de sa mise en œuvre, notamment en ce qui concerne le rôle des centres de formation. 0. Plan du rapport 1. Dans une première partie, nous exposerons dans les grandes lignes le contenu du projet, en le situant dans son contexte législatif européen et en précisant son état d avancement actuel. 2. Dans une deuxième partie, nous examinerons les conséquences de cette nouvelle réglementation sur les métiers (actuels ou nouveaux), sur les compétences dans le secteur du chauffage et sur les besoins de formation. 3. Dans la troisième et dernière partie du rapport, nous tirerons les leçons de ces enseignements pour le Centre de compétence Environnement, à la fois en termes d organisation de la veille, d actions de formation et d équipement. 1. Contenu du projet d arrêté 1.1. Contexte Dans son article 8, la directive 2002/91 du Parlement européen et du Conseil (16 décembre 2002) relative à la performance énergétique des bâtiments, demande aux Etats membres d imposer une inspection périodique des chaudières d au moins 20 kw et une inspection spéciale de celles de même puissance installées depuis plus de 15 ans, en vue de conseiller les utilisateurs sur les améliorations possibles de leur système de chauffage. Pour transposer cet article de la directive, le Gouvernement wallon a décidé d actualiser et d élargir un arrêté royal du 6 janvier 1978 qui vise à prévenir la pollution atmosphérique liée au chauffage des bâtiments. Cet arrêté impose aux propriétaires et utilisateurs de chaudières et générateurs à air pulsé fonctionnant au mazout de réceptionner et d entretenir leur installation, tout en définissant les qualifications et formations nécessaires aux personnes chargées de ces entretiens et vérifications. Cependant, à la différence de ce qui se passe par exemple au Grand-duché de Luxembourg, aucun contrôle réel n est effectué pour vérifier la mise en œuvre de cet arrêté, faute de modalités pratiques définissant notamment un retour des informations collectées lors des vérifications. Les installations ne sont pas systématiquement réceptionnées, la fréquence des entretiens varie d un propriétaire ou d un utilisateur à l autre et les attestations de contrôle ne sont pas toujours

4 4 délivrées. Ceci a pour conséquence que le niveau d entretien moyen du parc de générateurs de chaleur est bien en-dessous de ce qu il devrait être, a fortiori lorsque l on sait que le secteur résidentiel est responsable de 20% des émissions de CO 2 et de 6% des émissions de NOx. En outre, cette obligation de 1978 ne concerne que les installations au mazout tandis que la directive européenne l impose pour toutes les installations qui utilisent des combustibles solides non renouvelables (charbon) et qu elle le suggère pour les installations au gaz de moins de 100 kw (l obligation d un entretien tous les deux ans vaut néanmoins pour les installations au gaz de plus de 100 kw) Principales impositions nouvelles découlant du projet d arrêté Trois obligations à charge du propriétaire ou de l utilisateur d une installation de chauffage sont prévues par le projet : Une réception de l installation après sa mise en service ; Une inspection périodique du générateur de chaleur (chaudière+brûleur) afin de vérifier qu il est correctement entretenu et fonctionne avec un rendement de combustion suffisant ; Un diagnostic approfondi du générateur de chaleur et de l installation de chauffage (régulation, ) lorsque la chaudière a une puissance nominale supérieur à 20 kw et a atteint l âge de 15 ans. Elément neuf par rapport à l arrêté de 1978, un contrôle du respect de ces obligations est désormais instauré : - Le propriétaire et/ou l utilisateur devront garder les documents résultant de ces contrôles et les tenir à la disposition du fonctionnaire chargé de la surveillance («police de l environnement») ; - Les techniciens réalisant ces opérations devront transmettre certaines données à l Administration (DGRNE, Direction Générale des Ressources Naturelles et de l Environnement) selon un canevas et des modalités encore à définir. Ils devront conserver un duplicata de ces documents en vue de la vérification périodique et d un diagnostic approfondi ; - Enfin, un organisme de contrôle accrédité sera, le cas échéant, chargé par la DGRNE du contrôle de la conformité des interventions réalisées sur une installation de chauffage. Enfin, le Ministre de l Environnement définira dans un arrêté ministériel ultérieur la durée et le contenu de la formation nécessaire pour réussir l examen d aptitude en 1 : Combustibles liquides (installation, mise en service et réception) ; Combustibles gazeux (installation, mise en service et réception distinction entre installations avec et sans brûleur à air pulsé). Contrôle de chauffage (inspection périodique) ; Diagnostic approfondi. Il devra les préciser également pour le programme de perfectionnement donnant accès à un renouvellement du certificat (tous les 5 ans). 1 Rien n est encore prévu pour l examen d aptitude en matière d équipements utilisant des combustibles solides.

5 5 Les «centres de certification», établissements d enseignement et centres de formation autorisés à décerner ces certificats d aptitude seront reconnus - voire subventionnés dans le premier cas - par le Ministre de l Environnement, selon des procédures bien définies (articles 30 à 40 pour les centres de certification, 41 à 45 pour les autres) pour autant qu ils disposent du personnel enseignant et de l infrastructure technique prescrits dans l annexe VII A et VII C de l arrêté Prescriptions en matière de réception, de contrôle périodique et de diagnostic approfondi Réception des installations La réception consiste à vérifier le respect des normes relatives au local de chauffe, à l amenée d air et à l évacuation des fumées, ainsi qu à la puissance calorifique nominale réglée du générateur. En outre, comme dans une inspection périodique, elle implique un contrôle du bon fonctionnement et du rendement de l installation (cf. Annexe IV de l arrêté). Le particulier aura le choix entre une mise en service et une réception par un seul et même technicien agréé et une réception par un technicien agréé autre que celui qui a réalisé la mise en service (un autre chauffagiste ou un organisme accrédité) 2. Notons par ailleurs que l installation pourra être réalisée par quelqu un n ayant pas la qualité de technicien agréé si et seulement si le travail est «effectué sous la responsabilité d un tel technicien» Inspection périodique Cette inspection consiste à réaliser une série de mesures techniques permettant de vérifier que les teneurs en CO 2 et CO ne dépassent pas la norme et que le rendement de combustion calculé est au moins égal à la valeur minimale imposée (cf. Annexe II et III du projet d arrêté). Si l installation est non conforme, le propriétaire ou l utilisateur doit la remettre en état dans les 3 mois et la faire ensuite contrôler à nouveau. La fréquence du contrôle sera fonction du combustible utilisé : Annuelle pour les combustibles solides (charbon et biomasse) ; Bisannuelle pour le mazout ; Tous les 4 ans (fréquence minimum obligatoire) pour le gaz. Ces contrôles doivent être réalisés par des techniciens agréés pour les combustibles liquides (mazout) ou pour les combustibles gazeux (niveau GI mais aussi GII dans le cas d un brûleur à air pulsé) ; une attestation de contrôle devra être remise à l utilisateur. On aura remarqué que ce n est pas l entretien de la chaudière qui est obligatoire, mais bien son contrôle 3. Bien entendu, un entretien est conseillé avant qu il soit procédé au contrôle l installation et il sera en tout état de cause indispensable si le 2 A noter que seul un organisme de contrôle agréé peut assurer la réception d une chaudière ou ensemble de chaudières d une puissance supérieure ou égale à 400 kw. 3 En Flandre, les autorités ont tenu à imposer un entretien en même temps que le contrôle. La Région wallonne a préféré ne pas le faire compte tenu des divergences sur la fréquence minimale - dans le cas du gaz notamment - et compte tenu de la difficulté technique de définir des paramètres d entretien par rapport à la grande diversité des générateurs actuellement sur le marché.

6 6 contrôle révèle un problème. Dans la plupart des cas, un entretien plus fréquent reste cependant conseillé, tous les ans par exemple pour une chaudière au mazout. L entretien consiste généralement à nettoyer les parois de la chaudière et à remplacer le gicleur (voire d autres pièces d usure), tandis que le contrôle consiste à mesurer les émissions et à calculer le rendement de combustion. Si le recours à des techniciens différents pour l entretien et le contrôle entraînerait en pratique un surcoût pour le particulier, cette façon de procéder sera davantage présente au sein de grandes institutions (logements sociaux, communes) et/ou de sociétés de service disposant d un personnel important Inspection spéciale des installations de plus de 15 ans (diagnostic approfondi) Le diagnostic approfondi a pour objectif de fournir au propriétaire des conseils sur le remplacement éventuel de sa chaudière, sur des modifications possibles de son système de chauffage voire sur les solutions alternatives qui lui permettraient de réduire sa consommation d énergie. Pour effectuer ce diagnostic, le technicien devra posséder un certificat d aptitude en diagnostic approfondi de type I si la puissance est inférieure ou égale à 100 kw ; de type II si la puissance est supérieure à 100 kw ou si l installation utilise des combustibles solides. Un auditeur agréé pour les audits énergétiques (PAE), dont les compétences en matière de chauffage sont a priori moins pointues, est aussi admis par le projet d arrêté si la puissance est inférieure ou égale à 100 kw. Toutefois, il est probable qu il se verra à terme imposer une formation aux outils de mesure des émissions et de la combustion (en vue de la vérification périodique) ainsi que la formation au diagnostic approfondi (maniement de la règle à calcul notamment). On notera enfin que, jusqu à présent, il n est pas indispensable d être un technicien agréé en combustibles liquides ou gazeux pour être admis à mener un diagnostic approfondi (le Ministre pourrait l imposer ultérieurement) Quid des combustibles solides (charbon, biomasse)? Le projet d arrêté est assez succinct en ce qui les concerne. C est ainsi qu il ne prévoit pas de réception obligatoire, ni de mesures (t des fumées, ) ni donc de calcul du rendement de combustion lors du contrôle périodique. Il n existe actuellement aucune agréation des techniciens assurant la mise en service de telles installations. L Administration est bien consciente que les problèmes de pollution sont ici aussi potentiellement très importants même si cela ne concerne encore qu un nombre limité d installations en Wallonie. Cependant, les règles et solutions techniques à mettre en œuvre pour contrôler un générateur alimenté en combustibles solides risquent d être quelque peu différentes et elles n ont pas encore été précisées. Le Ministre a dès lors opté pour une mise à jour ultérieure de l arrêté de façon à ne pas 4 Selon la Directive européenne, ce sont des personnes indépendantes qui doivent exercer ce contrôle (et c est ce que l IBGE prévoit à Bruxelles). Mais il ne semble pas probable que le projet wallon puisse être inquiété à cause d un écart sur ce point.

7 7 retarder la transposition de l article 8 de la directive européenne qui concerne la majorité des installations (gaz + mazout) Etat d avancement du projet et modalités de mise en application Adopté ce 3 juillet 2008, le projet d arrêté a été soumis au Conseil d Etat qui a jugé sa base juridique inadéquate (loi de 1964 sur la pollution atmosphérique) car la mesure va au-delà d une réduction de la pollution atmosphérique : elle vise aussi l URE. Une modification de la loi de 1964 est actuellement envisagée, qui permettrait l adoption définitive de l arrêté puisse fin 2008 ou début Si l arrêté est voté début 2009, il faudra néanmoins tenir compte d un certain délai avant l entrée en vigueur de certaines de ses dispositions ( !?), les phases transitoires étant assez complexes En ce qui concerne l arrêté ministériel relatif à la formation, son élaboration est plus compliquée dans la mesure où un système compatible entre les trois Régions 5 doit être mis en place, avec l accord des centres de formation et du secteur. Il ne semble pas qu un projet à soumettre au Conseil d Etat puisse être prêt avant la fin de l année, un groupe de travail interrégional venant seulement d être mis en place. Un régime progressif sera institué, en trois étapes : Etablissement d une base de données des techniciens à former ; Invitation par la DGRNE à se former et à passer l examen, adressée à des volontaires avant que l agréation soit devenue obligatoire, en fonction de la capacité d accueil des centres ; «Invitation» obligatoire lorsque le nombre de volontaires sera insuffisant. Comme on peut le constater plus loin, toute une série de dispositions plus précises doivent aussi être définies par le Ministre de l Environnement ou le Ministre de l Energie pour rendre l arrêté pleinement opérationnel.2. Impact sur les métiers, les compétences et les besoins en formation 2.1. Impacts sur les métiers Métiers existants Cet arrêté aura des impacts sur plusieurs métiers (ou spécialisations) existants : 5 Dans le but d obtenir une reconnaissance mutuelle des certificats entre les trois Régions, pour autant que le technicien puisse prouver une connaissance de base de l autre langue (75 mots techniques).

8 8 Métier Impact sur Impact sur Impact sur les tâches à réaliser le contenu des tâches les formations à suivre Installateur chauffage mazout ou gaz naturel Nouvelles installations : concurrence du Do-ityourself? (pas d obligation d être technicien agréé) Travailler sous la responsabilité d un technicien agréé Augmentation des remplacements de chaudière ou des adaptations de l installation (suite à un diagnostic approfondi ou un contrôle périodique) (Nouveaux équipements pour systèmes de chauffage) Technicien chauffage mazout Augmentation (ou réduction) des entretiens Développement de l activité «réception» et «contrôle périodique» Un technicien agréé par entreprise : obligatoire en 2013 Respecter les impositions de l arrêté pour : la réception et le contrôle périodique le «diagnostic approfondi» Agréation en combustibles liquides (existe déjà) Programme de perfectionnement Contrôle de chauffage Diagnostic approfondi Nouvelles tâches possibles : le «diagnostic approfondi» Technicien chauffage gaz (naturel) Augmentation des entretiens Développement de l activité «réception» et «contrôle périodique» Un technicien agréé par entreprise : obligatoire en 2013 Nouvelles tâches possibles : le «diagnostic approfondi» Respecter les impositions de l arrêté pour la réception et le contrôle périodique le «diagnostic approfondi» Agréation en combustibles gazeux (GI /GII selon brûleur) Programme de perfectionnement Contrôle de chauffage Diagnostic approfondi de type I ou II Installateur et technicien en combustibles solides Augmentation des entretiens? (= annuel) Développement de l activité «contrôle périodique»? Nouvelles tâches possibles : le «diagnostic approfondi»? Respecter les impositions de l arrêté pour (la réception et) le contrôle périodique (minime) le «diagnostic approfondi» Diagnostic approfondi de type II Auditeur PAE Nouvelles tâches possibles : le «diagnostic Respecter les impositions de l arrêté pour le «diagnostic (Diagnostic approfondi de type I) (pas encore

9 9 approfondi» dans les installations gaz ou mazout ne dépassant pas 100 kw approfondi» obligatoire) Technicien de bureau d études (auditeur agréé,...) Nouvelles tâches possibles : le «diagnostic approfondi» Respecter les impositions de l arrêté pour le «diagnostic approfondi» Diagnostic approfondi de type I ou II Inspecteur d un organisme de contrôle accrédité Développement de l activité «réception d une installation supérieure ou égale à 400 kw» Nouvelles tâches possibles : «Contrôle des interventions des techniciens ou auditeurs agréés» Nouveau métier? Cette réglementation pourrait susciter aussi l apparition d un nouveau métier, celui de contrôleur d une installation de chauffage (inspection périodique après l entretien). Ce type de fonction pourrait principalement apparaître chez les propriétaires d un parc important de chaudières (communes, provinces, écoles, logements sociaux, ) et dans les sociétés de service en énergie (maintenance et entretien) disposant d un personnel important et spécialisé. Si l exercice d un tel métier ainsi que la formation en «contrôle de chauffage» qui y mène sont théoriquement ouverts à tous, des pré-requis seraient cependant probablement exigés des candidats à ce métier, en lien avec les savoirs et savoirfaire requis pour l agréation en combustibles liquides ou gazeux : connaissance des différents types de générateurs sur le marché, maniement des appareils de mesure (rendement de combustion e.a.) Conséquences sur les besoins en compétences Installation, mise en service, réception et vérification périodique Un socle minimal de compétences est désormais exigé réglementairement pour tous les installateurs ou techniciens qui assurent ces services (les savoirs nouveaux sont soulignés).

10 10 TECHNICIEN AGREE POUR LES COMBUSTIBLES LIQUIDES OU GAZEUX + TECHNICIEN «SPECIALISE EN COMBUSTIBLES SOLIDES» Tâchecompétence REALISER UNE INSTALLATION REALISER UNE INSPECTION PERIODIQUE Savoirs Normes relatives au local de chauffe, à l amenée d air et à l évacuation des fumées (NBN B , NBN B , NBN D , NBN D ) Normes relatives au réglage de la puissance calorifique nominale (NBN EN et NBN B ) Exigences en matière de puissance définies par l arrêté (art. 5) Méthode du Ministre de l Energie pour définir la puissance calorifique nominale (encore à définir) Réglementation en matière d inspection périodique (arrêté) Modèle d attestation de contrôle du Ministre de l Environnement (encore à définir) Savoir-faire Appliquer ces règles Appliquer ces règles Contrôler ou vérifier : l évacuation des gaz de combustion la conformité de la ventilation et l aération du local de chauffe Remettre l attestation de contrôle à l utilisateur et à la personne disposant du dossier chauffage TECHNICIEN AGREE POUR LES COMBUSTIBLES LIQUIDES OU GAZEUX Pour les techniciens agréés en combustibles liquides ou gazeux, les compétences spécifiques requises seront bien plus nombreuses. En outre, il sera nécessaire de disposer d une compétence commerciale visant à proposer des entretiens périodiques plus fréquents et préalables au contrôle (les savoirs nouveaux sont soulignés). Tâches Savoirs Savoir-faire UTILISER SES EQUIPEMENTS DE MESURE ASSURER LA GESTION ADMINISTRAT. REALISER UNE INSTALLATION Norme NBN EN (tab. 1) Prescriptions du fabricant des équipements Règles définies par l arrêté (art. 14) Règles définies par l arrêté (art. 14) Exigences du Ministre de l Environnement (encore à définir) Dispositions pour les orifices de mesure des gaz de combustion (encore à définir) Avant chaque mesure, contrôler le bon fonctionnement et l étanchéité, et calibrer Contrôler et étalonner la première fois et périodiquement Transmettre les données à l administration (réception, contrôle, diagnostic approfondi) Appliquer ces règles

11 11 METTRE EN SERVICE UNE INSTALLATION EFFECTUER LA RECEPTION EFFECTUER UNE INSPECTION PERIODIQUE Modèle d attestation de réception provisoire de la DGRNE (si réception par une personne autre que celle ayant mis en service) (encore à définir) Normes, règles et méthodes relatives au réglage de la puissance calorifique nominale (cf. supra) Normes relatives au local de chauffe, à l amenée d air et à l évacuation des fumées Réglementation en matière de réception (arrêté, dont annexe III) Modèles de rapport et d attestation de réception définis par la DGRNE (encore à définir) Voir infra Réglementation en matière de contrôle périodique (cf. arrêté, dont annexes II et IV) : - Mesures à réaliser - Critères de performance à atteindre Remettre une attestation au propriétaire Vérifier la note de calcul de la puissance calorifique nominale du générateur fournie par la personne ayant réalisé la mise en service Contrôler ou vérifier : la conformité de : la cheminée, l aération du local de chauffe, l amenée d air comburant le conduit d évacuation des gaz et son bon fonctionnement Examiner le bon état du générateur de chaleur (raccordement brûleur-chaudière) Contrôler l adéquation entre la chaudière et le brûleur pulsé + puissance brûleur Vérifier la présence des orifices pour mesurer les gaz de combustion Vérifier la présence d instructions d utilisation et d entretien Remettre rapport et attestation au propriétaire Contrôler le bon fonctionnement (cf. inspection périodique) COMBUSTIBLES LIQUIDES : Mesurer l indice de noircissement COMBUSTIBLES LIQUIDES ET GAZEUX : Mesurer : - t de l air comburant (t ambiante) - tirage de la cheminée - t des gaz de combustion et teneur en O 2 et CO 2 Calculer teneur en CO et rendement de combustion

12 12 TECHNICIEN «SPECIALISE EN COMBUSTIBLES SOLIDES» Pour ce technicien, les tâches et compétences spécifiques autres que le socle minimal exposé plus haut sont très limitées jusqu à présent. Cela évoluera lorsque l arrêté aura été complété par des dispositions propres à ce domaine. REALISER UNE INSTALLATION EFFECTUER UNE INSPECTION PERIODIQUE Savoirs Réglementation en matière de placement et mise et service (arrêté) Réglementation en matière d inspection périodique (arrêté) Savoir-faire Rédiger la note de calcul relative au réglage de la puissance calorifique nominale du générateur Vérifier les émissions de fumée Diagnostic approfondi Cette nouvelle obligation suppose deux types de tâches / compétences : Tâchescompétences Tâchescompétences DIAGNOSTIQUER L INSTALLATION DONNER DES CONSEILS AU PROPRIETAIRE Savoirs Méthode et outil ou logiciel de diagnostic fournis par le Ministre de l Energie (encore à définir) Modèle de rapport de diagnostic approfondi à remettre au propriétaire défini par le Ministre de l Energie (encore à définir) Savoir-faire Appliquer à l installation la méthode et l outil ou logiciel de diagnostic fournis par le Ministre de l Energie Réaliser le rapport Proposer des améliorations chiffrées en termes de coût et d économies réalisables et les expliquer oralement (plutôt que dans un courrier) 2.3. Conséquences sur les besoins en formation Formations à développer ou à améliorer L objectif politique actuel est que le niveau de toutes ces formations soit identique dans chaque partie du pays et que les certificats puissent être admis dans une autre Région. COMBUSTIBLES LIQUIDES : La formation actuelle est globalement suffisante. Néanmoins, il faudra sans doute l enrichir un peu en ce qui concerne les nouvelles technologies de chaudières et de brûleurs (chaudières mazout à condensation, brûleurs mazout à deux allures ou modulant, ).

13 13 COMBUSTIBLES GAZEUX : En Wallonie, le module GI sera équivalent aux trois modules de formation dispensés actuellement en Région flamande : Un module de base G1.1 sur la sécurité (ventilation de la chaufferie, évacuation par la cheminée) ; Un module G1.2 relatif aux chaudières atmosphériques ; Un module G2 relatif aux chaudières fermées de type C (à ventouse). Le module GII est destiné aux installateurs qui doivent maîtriser la technique plus rare des brûleurs à air pulsé car celle-ci présente un danger potentiel plus important 6. DIAGNOSTIC APPROFONDI : Pour les installations mazout ou gaz inférieures à 100 kw, il existe déjà un cours de 8h, en néerlandais, développé par Mr Brees et le VITO (Vlaamse Instelling voor Technologisch Onderzoek) à la demande de la Vlaamse Energie Maatschappij 7. Il conviendrait d y ajouter une information sur la nouvelle législation. L examen (4h) consiste en une étude de cas effectuée par le candidat à l aide de ses propres instruments de mesure. L utilisation d un instrument de «diagnostic approfondi» se présentant sous la forme d une règle à calcul et mis au point par le VITO est déjà enseignée. Cet outil ne prend toutefois pas en compte les aspects de régulation et de calorifugeage des tuyauteries. Pour les installations de plus de 100 kw ou alimentées en combustibles solides, la Wallonie dispose déjà d un logiciel mis au point par l ICEDD (Institut de Conseil et d Etudes en Développement Durable) et qui pourrait être adopté par la Flandre moyennant des adaptations éventuelles. La Flandre prévoit de débuter les cours en Les installateurs et techniciens en chauffage mazout Le projet d arrêté ne prévoit pas actuellement de nouvelle formation pour ce public. Des centres de formation qui ne font pas passer l examen «CEDICOL» aujourd hui pourraient à l avenir devenir des organismes certificateurs organisant leurs propres examens. Néanmoins, les installateurs et techniciens en chauffage mazout sont susceptibles d être intéressés par la formation au contrôle de chauffage - à laquelle ils seront bien préparés s ils disposent de l agréation CEDICOL actuelle - ainsi que par la formation au diagnostic approfondi qui leur apportera les compétences supplémentaires en URE dans les systèmes de chauffage Les installateurs et techniciens en chauffage gaz naturel C est au niveau des installateurs de chaudières au gaz naturel que les changements et les besoins de formation seront les plus importants. 6 Il devrait correspondre à peu près au module G3 en Flandre. 7 Il contient 9 exercices avec des exemples de solution et est téléchargeable sur le site L IFAPME Bruxelles a demandé l autorisation de le traduire.

14 14 Ceux qui sont déjà titulaires d une habilitation gaz en ayant suivi une formation définie par l Association Royale des Gaziers Belges (G1.1) ont cependant déjà une bonne connaissance des chaudières au gaz. Pour être agréés, ils ne devront suivre que des compléments de formation (dispense pour les matières connues). Les autres devront suivre une formation complète (GI) et subir une inspection de leur(s) première(s) installation(s) par l ARGB avant de recevoir l habilitation à l ouverture de compteurs gaz. Pour les techniciens agréés mazout qui souhaitent être également agréés gaz, le CEDICOL et l ARGB définissent actuellement une structure de formation (diagramme des modules) visant à établir les connexions entre les formations et éviter les doublons. Selon l ARGB, la Wallonie compte actuellement 700 techniciens habilités en gaz naturel (sur 2000 en Belgique). Par contre, il y a en Belgique personnes qui disposent d un accès à la profession dans le chauffage, le sanitaire ou les poêles individuels, dont approximativement un tiers en Wallonie. Il faut déduire de ce nombre les architectes et les ingénieurs qui ne pratiquent pas le métier d installateur, mais y ajouter les électriciens qui le pratiquent sans disposer d un accès à la profession. En Flandre, techniciens ont déjà été formés et inscrits sont encore à former. Il pourrait donc y avoir personnes à former en Wallonie!

15 15 3. Implications pour le Centre de compétence Environnement et les autres centres concernés 3.1. Organisation de la veille métier Un suivi particulier doit être mis en place pour les points de réglementation qui vont être précisés au cours des prochains mois. Ce suivi pourrait s appuyer sur les deux principales sources suivantes, outre l ARGB et CEDICOL : Source Ministre de l Environnement - Cabinet - Administration (DGRNE) - Cellule Air-Climat A suivre Dispositions pour les orifices de mesure des gaz de combustion Informations à transmettre à l Administration (+ modalités) après la réception, le contrôle ou le diagnostic approfondi Durée et contenu des formations pour : - Agréation en combustibles gazeux (GI et GII) - Agréation en combustibles liquides (GII) - Programme de perfectionnement (8h) pour techniciens déjà agréés (renouvellement du certificat d aptitude) - Aptitude en contrôle de chauffage - Aptitude en diagnostic approfondi de type I (installations alimentées en combustibles gazeux ou liquides d une puissance inférieure ou égale à 100 kw) - Aptitude en diagnostic approfondi de type II (autres installations) Arrêté similaire pour les installations alimentées en combustibles solides Modèle d attestation de réception provisoire Modèles de rapport et d attestation de réception Modèle d attestation de contrôle Ministre de l Energie : - Cabinet - Administration (Division de l Energie : Mme Monique Glineur) + Mr Brees et ICEDD Méthode pour définir la puissance calorifique nominale du générateur Méthode et outil ou logiciel de diagnostic pour - les installations mazout et gaz de moins de 100 kw - les autres installations Modèle de rapport de diagnostic approfondi à remettre au propriétaire

16 Actions de formation à prévoir Les centres devront se préparer à organiser les diverses formations nouvelles prévues dans le projet d arrêté (agréation gaz, contrôle de chauffage, diagnostic approfondi) et obtenir leur reconnaissance en tant que centre de certification. Pour y parvenir, les formateurs devront être les premiers à disposer des certificats d aptitude correspondants à la formation dispensée. De plus, il conviendra également de former les examinateurs Autres actions Les centres devront s équiper du matériel nécessaire à leur reconnaissance, particulièrement en gaz naturel (le Centre Environnement est déjà particulièrement bien équipé en la matière). L infrastructure technique nécessaire est définie à l annexe VII du projet d arrêté.

Obligations d entretien et de diagnostic des installations de chauffage en Région wallonne et Région de Bruxelles-Capitale

Obligations d entretien et de diagnostic des installations de chauffage en Région wallonne et Région de Bruxelles-Capitale Obligations d entretien et de diagnostic des installations de chauffage en Région wallonne et Région de Bruxelles-Capitale Fiche juridique Droit du bail En référence à l obligation de transposition de

Plus en détail

Nouvelles dispositions relatives au chauffage des logements

Nouvelles dispositions relatives au chauffage des logements Législation Nouvelles dispositions relatives au chauffage des logements arrêté royal du 6 janvier 1978 tendant à prévenir la L pollution atmosphérique lors du chauffage de bâtiments à l aide de combustibles

Plus en détail

Arrêté du 15/09/09 relatif à l entretien annuel des chaudières dont la puissance nominale est comprise entre 4 et 400 kilowatts

Arrêté du 15/09/09 relatif à l entretien annuel des chaudières dont la puissance nominale est comprise entre 4 et 400 kilowatts Arrêté du 15/09/09 relatif à l entretien annuel des chaudières dont la puissance nominale est comprise entre 4 et 400 kilowatts (JORF n 253 du 31 octobre 2009) NOR : DEVE0918467A Vus Le ministre d Etat,

Plus en détail

La législation PEB en Région bruxelloise. Nicolas Vandernoot Centre Urbain Le 25 janvier 2012 - Etterbeek nicolas.vandernoot@curbain.

La législation PEB en Région bruxelloise. Nicolas Vandernoot Centre Urbain Le 25 janvier 2012 - Etterbeek nicolas.vandernoot@curbain. La législation PEB en Région bruxelloise Nicolas Vandernoot Centre Urbain Le 25 janvier 2012 - Etterbeek nicolas.vandernoot@curbain.be Le cadre politique Trias energetica Minimiser la demande en énergie

Plus en détail

LE CONTRÔLE DES INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE

LE CONTRÔLE DES INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE LE CONTRÔLE DES INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE Dernière révision du document : juillet 2012 RÉFÉRENCES RÉGLEMENTAIRES Arrêté du Gouvernement Wallon du 29 janvier 2009 tendant à prévenir la pollution atmosphérique

Plus en détail

La réglementation Chauffage PEB

La réglementation Chauffage PEB La réglementation Chauffage PEB Alain Beullens DPT Chauffage et Clim. PEB Avril 2014 Contexte général Bâtiments = 40% de la consommation énergétique! 2 Contexte général Région Bruxelles Capitale Selon

Plus en détail

Modèle d attestation de contrôle d un générateur de chaleur en application de l arrêté du Gouvernement wallon du 29 janvier 2009 1

Modèle d attestation de contrôle d un générateur de chaleur en application de l arrêté du Gouvernement wallon du 29 janvier 2009 1 Modèle d attestation de contrôle d un générateur de chaleur en application de l arrêté du Gouvernement wallon du 29 janvier 2009 1 A quoi sert ce modèle? Ce modèle d attestation contient les informations

Plus en détail

La réglementation. en Région Bruxelles-Capitale. Christophe Danlois DIRECTION ENERGIE DEPARTEMENT CHAUFFAGE/CLIMATISATION PEB

La réglementation. en Région Bruxelles-Capitale. Christophe Danlois DIRECTION ENERGIE DEPARTEMENT CHAUFFAGE/CLIMATISATION PEB La réglementation climatisation PEB en Région Bruxelles-Capitale Christophe Danlois DIRECTION ENERGIE DEPARTEMENT CHAUFFAGE/CLIMATISATION PEB SOMMAIRE LE CONTEXTE CHIFFRES CLES DE LA CLIMATISATION A BRUXELLES

Plus en détail

Procédure d agrément des Centres ou Organismes de Formation aux Travaux Sous Tension

Procédure d agrément des Centres ou Organismes de Formation aux Travaux Sous Tension 1 Procédure d agrément des Centres ou Organismes de Formation aux Travaux Sous Tension 2015-020-CTST-PRO-1 Approbation du 5 juin 2015 Annule et remplace l édition du 3 octobre 2014 2 Sommaire 1. Préambule...

Plus en détail

SOURCE D INFORMATION PREAMBULE. Bâtiment & Energie Nouvelles exigences

SOURCE D INFORMATION PREAMBULE. Bâtiment & Energie Nouvelles exigences Nouvelles exigences Entretien annuel des chaudières dont la puissance est comprise entre 4 et 400 kw 2009 SOURCE D INFORMATION Cette note de veille réglementaire a été établie, en premier lieu, à partir

Plus en détail

Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises

Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises Objet : Arrêté royal du 4 mai 2007 relatif au permis de conduire, à l aptitude professionnelle et à la formation

Plus en détail

56172 BELGISCH STAATSBLAD 30.07.2014 MONITEUR BELGE

56172 BELGISCH STAATSBLAD 30.07.2014 MONITEUR BELGE 56172 BELGISCH STAATSBLAD 30.07.2014 MONITEUR BELGE SERVICE PUBLIC DE WALLONIE [C 2014/27210] 15 MAI 2014. Arrêté du Gouvernement wallon portant exécution du décret du 28 novembre 2013 relatif à la performance

Plus en détail

La législation au Grand-Duché du Luxembourg sur le contrôle des installations de combustion alimentées en combustibles liquides ou en gaz

La législation au Grand-Duché du Luxembourg sur le contrôle des installations de combustion alimentées en combustibles liquides ou en gaz La législation au Grand-Duché du Luxembourg sur le contrôle des installations de combustion alimentées en combustibles liquides ou en gaz Présentation dans le cadre du séminaire BENELUX Performance énergétique

Plus en détail

la compensation entre les achats et les fournitures du client final disposant d une installation d autoproduction de petite puissance

la compensation entre les achats et les fournitures du client final disposant d une installation d autoproduction de petite puissance COMMISSION WALLONNE POUR L ENERGIE AVIS CD-7a16-CWaPE-158 concernant la compensation entre les achats et les fournitures du client final disposant d une installation d autoproduction de petite puissance

Plus en détail

Article 53. Installations de chauffage, de cuisine ou de production d eau chaude par combustion.

Article 53. Installations de chauffage, de cuisine ou de production d eau chaude par combustion. REGLEMENT SANITAIRE DEPARTEMENTAL DU VAL-DE-MARNE TITRE II LOCAUX D HABITATION ET ASSIMILES CHAPITRE III AMENAGEMENT DES LOCAUX D HABITATION Section 5 INSTALLATIONS D ELECTRICITE ET DE GAZ, DE PRODUCTION

Plus en détail

CHAUFFAGE REGLEMENTATION

CHAUFFAGE REGLEMENTATION CHAUFFAGE REGLEMENTATION CONTEXTE Pour répondre à la nouvelle réglementation chauffage PEB, les professionnels doivent obtenir leur(s) agrément(s) en Région de Bruxelles-Capitale, en Région Wallonne ou

Plus en détail

SERVICE DE LA TECHNIQUE STRATEGIE ET PROGRAMME DE TRAVAIL

SERVICE DE LA TECHNIQUE STRATEGIE ET PROGRAMME DE TRAVAIL ORGANISATION INTERGOUVERNEMENTALE POUR LES TRANSPORTS INTERNATIONAUX FERROVIAIRES ZWISCHENSTAATLICHE ORGANISATION FÜR DEN INTERNATIONALEN EISENBAHNVERKEHR INTERGOVERNMENTAL ORGANISATION FOR INTERNATIONAL

Plus en détail

AVIS SERVICE REGULATION. Projet de plan indicatif d approvisionnement en gaz naturel 2004-2014. relatif au

AVIS SERVICE REGULATION. Projet de plan indicatif d approvisionnement en gaz naturel 2004-2014. relatif au SERVICE REGULATION AVIS SR- 20040528-19 relatif au Projet de plan indicatif d approvisionnement en gaz naturel 2004-2014 rendu sur demande du Secrétaire d Etat en Charge de l Energie 28 mai 2004 Service

Plus en détail

LES OBLIGATIONS DE L ENTREPRISE EN MATIERE DE Exploitation, conduite et maintenance des équipements sous pression

LES OBLIGATIONS DE L ENTREPRISE EN MATIERE DE Exploitation, conduite et maintenance des équipements sous pression Exploitation, conduite et maintenance des équipements sous pression 12-A L article 8 de l Arrêté Modifié du 15 mars 2000 précise que le personnel chargé de la conduite des équipements sous pression doit

Plus en détail

GW 102. GW 102 f Edition janvier 2007 RÉGLEMENTATION

GW 102. GW 102 f Edition janvier 2007 RÉGLEMENTATION Schweizerischer Verein des Gas- und Wasserfaches Société Suisse de l Industrie du Gaz et des Eaux Società Svizzera dell Industria del Gas e delle Acque Swiss Gas and Water Industry Association SVGW SSIGE

Plus en détail

l Académie d Aix-Marseille et

l Académie d Aix-Marseille et Convention de Partenariat entre l Académie d Aix-Marseille et le GIPHISE CONVENTION DE PARTENARIAT Entre les soussignés : L Etat, représenté par le Recteur de l'académie d'aix-marseille, Jean-Paul DE GAUDEMAR,

Plus en détail

ORDRE DE MISSION Date de Commande : N de Dossier :

ORDRE DE MISSION Date de Commande : N de Dossier : : Heure FA Un exemplaire (1 ère page seulement) est à nous retourner signé L autre exemplaire est à conserver ORDRE DE MISSION Date de Commande : N de Dossier : Date du RDV : Situation RENDEZ VOUS du RDV

Plus en détail

Guide d utilisation. Partie IX - Module GAZ

Guide d utilisation. Partie IX - Module GAZ Guide d utilisation Partie IX - Module GAZ Sommaire 1 OBJET DU DIAGNOSTIC... 4 1.1 Préambule... 4 1.2 Définitions... 4 1.3 Les fiches de contrôles... 4 1.4 Les éléments des fiches de contrôles... 4 1.5

Plus en détail

CHARTE CALPV. de qualité des installations photovoltaïques résidentielles en Nouvelle-Calédonie

CHARTE CALPV. de qualité des installations photovoltaïques résidentielles en Nouvelle-Calédonie 1. Un dispositif photovoltaïque à destination des particuliers Afin de répondre à la demande des particuliers souhaitant produire une partie de leur énergie électrique, les propriétaires titulaires d une

Plus en détail

Avis de la Chambre des Métiers

Avis de la Chambre des Métiers CdM/21/05/2012 12-38 Amendements gouvernementaux au projet de règlement grand-ducal fixant les critères, la procédure d agrément aux fonctions de médiateur judiciaire et familial et le mode de rémunération

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES ANNEXE I a RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES - 7 - LA MAINTENANCE INDUSTRIELLE. 1. LE MÉTIER Secteur d activités et entreprise. Le BTS Maintenance Industrielle donne accès au métier de technicien

Plus en détail

Fiche de sensibilisation Maintenance des installations solaires

Fiche de sensibilisation Maintenance des installations solaires Fiche de sensibilisation Maintenance des installations solaires L atteinte des objectifs d économie d énergie et de réduction des gaz à effet de serre doit passer par l installation d équipements performants,

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT N interne : 736 Conseil du lundi 10 septembre 2001 à 18 h 00 N définitif : 2001-0250 CONVENTION DE PARTENARIAT Entre les soussignés : La communauté urbaine de Lyon - direction de l'eau, dont le siège est

Plus en détail

Technologue de laboratoire médical

Technologue de laboratoire médical Technologue de laboratoire médical Tout ce que vous devez savoir sur votre agrément Table des matières L'agrément ou l'autorisation d'exercer... 3 Le technologue de laboratoire médical au sens de la loi...

Plus en détail

REGLEMENT DU COMITE D EVALUATION QRB Niveau 1

REGLEMENT DU COMITE D EVALUATION QRB Niveau 1 REGLEMENT DU COMITE D EVALUATION QRB Niveau 1 Le présent règlement décrit les conditions et les modalités, définies par EDF/DPI et le Groupement des Entrepreneurs de Peinture Industrielle (GEPI), d attribution

Plus en détail

Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB

Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB 1 Séminaire Bâtiment Durable: Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB 21 octobre 2014 Bruxelles Environnement LA REGLEMENTATION CHAUFFAGE PEB Alain BEULLENS, DPT CHAUFFAGE ET CLIM

Plus en détail

Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de personnes

Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de personnes Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de personnes Objet : Arrêté royal du 4 mai 2007 relatif au permis de conduire, à l aptitude professionnelle et à la formation

Plus en détail

Management de l'énergie en entreprise, du diagnostic à la certification

Management de l'énergie en entreprise, du diagnostic à la certification www.entreprenezenlorraine.fr / Management de l'énergie en entreprise, du diagnostic à la certification Source : Chambre de commerce et d'industrie de Paris - inforeg Date de mise à jour : 04/07/2014 Qu'est-ce

Plus en détail

AVENANT N 11. à la Convention collective nationale du notariat du 8 juin 2001 CLASSIFICATIONS

AVENANT N 11. à la Convention collective nationale du notariat du 8 juin 2001 CLASSIFICATIONS AVENANT N 11 du 20 décembre 2007, rectifié par avenant n 11 bis du 10 janvier 2008, à la Convention collective nationale du notariat du 8 juin 2001 CLASSIFICATIONS TABLE DES MATIÈRES Les numéros des articles

Plus en détail

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés EA-7/05 Guide EA pour l application de la norme ISO/CEI 17021:2006 pour les audits combinés Référence de la publication Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits

Plus en détail

TRADUCTION AUTORITE FLAMANDE

TRADUCTION AUTORITE FLAMANDE F. 2006 4835 TRADUCTION AUTORITE FLAMANDE 7 JUILLET 2006. Arrêté du Gouvernement flamand favorisant la production d électricité par des installations de cogénération de qualité Le Gouvernement flamand,

Plus en détail

Approche PEB (RBC/RW)

Approche PEB (RBC/RW) «Gestion durable de l énergie dans les bâtiments» Approche PEB (RBC/RW) Gestion d un projet PEB: procédures et formulaires Véronique FELDHEIM, Stéphanie NOURRICIER UMONS Bruxelles, 29/11/2010 Formation

Plus en détail

ATTESTATION DE RECEPTION D UN SYSTEME DE CHAUFFAGE DE TYPE 1

ATTESTATION DE RECEPTION D UN SYSTEME DE CHAUFFAGE DE TYPE 1 ATTESTATION DE RECEPTION D UN SYSTEME DE CHAUFFAGE DE TYPE 1 Chauffagiste agréé RIT : Société :... Particulier Nom :... N d identification :... Société :... N de TVA :... Rue :... N :. CP : Commune :...

Plus en détail

L effectivité du droit à la qualification : objectif structurant de la réforme annoncée de la formation professionnelle.

L effectivité du droit à la qualification : objectif structurant de la réforme annoncée de la formation professionnelle. L effectivité du droit à la qualification : objectif structurant de la réforme annoncée de la formation professionnelle. 1. De l affirmation du droit à la qualification à son «effectivité». L accès à la

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT Introduction NORME INTERNATIONALE D AUDIT 230 DOCUMENTATION D AUDIT (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ d application

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU LOGEMENT, DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DE LA RURALITÉ Arrêté du 19 décembre 2014 modifiant les modalités de validation d une démarche qualité

Plus en détail

INSTRUCTIONS PROGRAMME DE MOBILITE PROPOSE

INSTRUCTIONS PROGRAMME DE MOBILITE PROPOSE INSTRUCTIONS L objectif du contrat d études est de permettre une préparation transparente et efficace de la période de mobilité et de garantir que les composantes pédagogiques complètement validées par

Plus en détail

Entrée en vigueur Conducteurs concernés article 1 de l ordonnance de 1958 :

Entrée en vigueur Conducteurs concernés article 1 de l ordonnance de 1958 : Décret n 2007-1340 du 11 septembre 2007 relatif à la qualification initiale et à la formation continue des conducteurs de certains véhicules affectés aux transports routiers de marchandises ou de voyageurs.

Plus en détail

Règlement intérieur de la FFII France

Règlement intérieur de la FFII France Règlement intérieur de la FFII France (version 1 - février 2006) Préambule Conformément aux statuts de l Association «FFII France», dite également FFII.fr, le règlement intérieur est établi par le Conseil

Plus en détail

PRIMES COMMUNALES EN FAVEUR DES ENERGIES RENOUVELABLES ET DE L ISOLATION DES TOITURES TITRE I REGLEMENT GENERAL

PRIMES COMMUNALES EN FAVEUR DES ENERGIES RENOUVELABLES ET DE L ISOLATION DES TOITURES TITRE I REGLEMENT GENERAL PRIMES COMMUNALES EN FAVEUR DES ENERGIES RENOUVELABLES ET DE L ISOLATION DES TOITURES TITRE I REGLEMENT GENERAL Article 1 : Pour l application du présent règlement, il faut entendre par demandeur, toute

Plus en détail

Convention des entraîneurs de l UEFA

Convention des entraîneurs de l UEFA Convention des entraîneurs de l UEFA Édition 2015 CONVENTION DES ENTRAÎNEURS DE L UEFA 2015 Préambule Considérant la nécessité : a) de garantir la qualité future du football, placée, dans une large mesure,

Plus en détail

814.812.38 Ordonnance du DETEC relative au permis pour l utilisation de fluides frigorigènes

814.812.38 Ordonnance du DETEC relative au permis pour l utilisation de fluides frigorigènes Ordonnance du DETEC relative au permis pour l utilisation de fluides frigorigènes (OPer-Fl) du 28 juin 2005 (Etat le 13 février 2007) Le Département fédéral de l environnement, des transports, de l énergie

Plus en détail

NOR : RDFF1228702C. La ministre de la réforme de l Etat, de la décentralisation et de la fonction publique

NOR : RDFF1228702C. La ministre de la réforme de l Etat, de la décentralisation et de la fonction publique RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la réforme de l Etat, de la décentralisation et de la fonction publique Circulaire du 26 juillet 2012 relative à la mise en œuvre du dispositif d accès à l emploi titulaire

Plus en détail

Nouveau régime pour l importation, le transit et l exportation de substances radioactives. Arrêté royal du 24 mars 2009.

Nouveau régime pour l importation, le transit et l exportation de substances radioactives. Arrêté royal du 24 mars 2009. Nouveau régime pour l importation, le transit et l exportation de substances radioactives. Arrêté royal du 24 mars 2009. 1/11. Introduction... 3 Champ d application de l A.R.... 3 Enregistrement de l importateur...

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N 150 DU

Plus en détail

Evaluation des enseignants Tableau comparatif

Evaluation des enseignants Tableau comparatif Evaluation des enseignants Tableau comparatif Vous trouverez ci dessous un tableau comparatif concernant le décret lié à l'appréciation de la valeur professionnelle et à l'avancement des enseignants, accompagné

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 22 JANVIER 1985 SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION DANS LA MÉTALLURGIE

ACCORD NATIONAL DU 22 JANVIER 1985 SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION DANS LA MÉTALLURGIE ACCORD NATIONAL DU 22 JANVIER 1985 SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION DANS LA MÉTALLURGIE Entre : - l Union des Industries Métallurgiques et Minières, d une part, et - les Organisations syndicales

Plus en détail

Direction de l établissement C.H.U. de Limoges - Hôpital Dupuytren 2 Avenue Martin Luther-King 87042 LIMOGES Cedex

Direction de l établissement C.H.U. de Limoges - Hôpital Dupuytren 2 Avenue Martin Luther-King 87042 LIMOGES Cedex RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION D'ORLÉANS CODEP-OLS-2015-027241 Orléans, le 9 juillet 2015 Direction de l établissement C.H.U. de Limoges - Hôpital Dupuytren 2 Avenue Martin Luther-King 87042 LIMOGES Cedex

Plus en détail

Règlement d application des tarifs du Gaz naturel. Adopté par le Conseil d administration le 30 mai 2007

Règlement d application des tarifs du Gaz naturel. Adopté par le Conseil d administration le 30 mai 2007 1 Règlement d application des tarifs du Gaz naturel Adopté par le Conseil d administration le 30 mai 2007 Partie générale Introduction Dès le 1 er juillet 2007, les tarifs du Gaz naturel des (ciaprès «SIG»)

Plus en détail

DÉLÉGATION POUR L UNION EUROPÉENNE COMPTE RENDU N 167. Réunion du mardi 4 avril 2006 à 16 heures 15. Présidence de M. Pierre Lequiller, Président

DÉLÉGATION POUR L UNION EUROPÉENNE COMPTE RENDU N 167. Réunion du mardi 4 avril 2006 à 16 heures 15. Présidence de M. Pierre Lequiller, Président DÉLÉGATION POUR L UNION EUROPÉENNE COMPTE RENDU N 167 Réunion du mardi 4 avril 2006 à 16 heures 15 Présidence de M. Pierre Lequiller, Président SOMMAIRE pages I. Examen du rapport d information de M. Robert

Plus en détail

Consultation publique

Consultation publique Consultation publique BEPS ACTION 10: PROJET DE RAPPORT RELATIF AUX PRIX DE TRANSFERT PRATIQUES DANS LES TRANSACTIONS TRANSFRONTALIERES PORTANT SUR DES PRODUITS DE BASE 6 décembre 2014 6 février 2015 PROJET

Plus en détail

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification.

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification. DIRECTIVES SUR L ÉLABORATION D ACCORDS D ÉQUIVALENCE RELATIFS AUX SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES IMPORTATIONS ET DES EXPORTATIONS ALIMENTAIRES SECTION 1 CHAMP D APPLICATION CAC/GL 34-1999

Plus en détail

Guide d accompagnement à la mise en œuvre de la grille des classifications Convention Collective Nationale de la Coiffure et des professions connexes

Guide d accompagnement à la mise en œuvre de la grille des classifications Convention Collective Nationale de la Coiffure et des professions connexes Guide d accompagnement à la mise en œuvre de la grille des classifications Convention Collective Nationale de la Coiffure et des professions connexes Validé par les membres de la CMP, le 23 octobre 2012

Plus en détail

NOR : La ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie, la ministre du logement et de l égalité des territoires

NOR : La ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie, la ministre du logement et de l égalité des territoires RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l égalité des territoires et du logement Ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie ARRÊTÉ du XXX relatifs aux critères de qualifications requis

Plus en détail

2-7 Utilisation de certificats et logos Page 1 de 13 PROCEDURE 2-7 REFERENCE A LA CERTIFICATION ET UTILISATION DE MARQUES

2-7 Utilisation de certificats et logos Page 1 de 13 PROCEDURE 2-7 REFERENCE A LA CERTIFICATION ET UTILISATION DE MARQUES 2-7 Utilisation de certificats et logos Page 1 de 13 PROCEDURE 2-7 REFERENCE A LA CERTIFICATION ET UTILISATION DE MARQUES 1. CERTIFICAT. 1.1 Généralités. 1.1.1 Certificat(s) ISO 9001,ISO 14001, ISO 22000.

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e INSTITUT DE FORMATION DE L ÉDUCATION NATIONALE

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e INSTITUT DE FORMATION DE L ÉDUCATION NATIONALE MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 3909 1623 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 166 110 28 22 août mai 2009 2015 S o m m a i r e INSTITUT DE

Plus en détail

Référentiel de système de management SYSTEME DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION (EI) ET/OU DE TRAVAIL TEMPORAIRE D INSERTION (ETTI)

Référentiel de système de management SYSTEME DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION (EI) ET/OU DE TRAVAIL TEMPORAIRE D INSERTION (ETTI) Référentiel de système de management SYSTEME DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION (EI) ET/OU DE TRAVAIL TEMPORAIRE D INSERTION (ETTI) sommaire 1 Préambule P. 4 2 Champ d application P. 6 3 Système

Plus en détail

Documentation technique de référence Chapitre 3 Performances du RPT Article 3.3 Capacité d accueil

Documentation technique de référence Chapitre 3 Performances du RPT Article 3.3 Capacité d accueil Chapitre 3 Performances du RPT Version 2 applicable à compter du 24 avril 2009 6 pages Page:2/6 1. RAPPEL DU CADRE REGLEMENTAIRE Cahier des charges annexé à l avenant, en date du 30 octobre 2008, à la

Plus en détail

LA CHAUDIERE DOMESTIQUE GAZ

LA CHAUDIERE DOMESTIQUE GAZ page 1/9 Un générateur de chaleur est constitué d une chaudière et d un brûleur. Sur le marché, il existe les chaudières atmosphériques où le brûleur fait partie intégrante de la chaudière. Dans le cas

Plus en détail

Schéma type du CCBE sur la formation permanente

Schéma type du CCBE sur la formation permanente Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Schéma type du CCBE sur la formation permanente Conseil des barreaux européens association internationale Council sans of but Bars lucratif

Plus en détail

l avant-projet d arrêté relatif aux certificats et labels de garantie d origine pour les gaz issus de renouvelables

l avant-projet d arrêté relatif aux certificats et labels de garantie d origine pour les gaz issus de renouvelables COMMISSION WALLONNE POUR L ENERGIE AVIS CD-10g07-CWaPE-284 concernant l avant-projet d arrêté relatif aux certificats et labels de garantie d origine pour les gaz issus de renouvelables rendu en application

Plus en détail

2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58

2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58 2. METHODOLOGIE DE LA REVISION 2.1. Le risque de révision (3 décembre 1993) 58 1. Introduction 1.1.L objectif essentiel de la révision des comptes annuels est d assurer le lecteur du fait que ce document

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Arrêté du 3 janvier 2008 relatif à l agrément des centres de formation professionnelle

Plus en détail

Candidature pour une étude de faisabilité gratuite: Energie Renouvelable 2010

Candidature pour une étude de faisabilité gratuite: Energie Renouvelable 2010 Candidature pour une étude de faisabilité gratuite: Energie Renouvelable 2010 NOTICE EXPLICATIVE Facilitateur énergies renouvelables - grands systèmes Contact : Tél. 0800/85 775 (Menu 1 / sous menu 1 /

Plus en détail

Bulletin officiel spécial n 9 du 15 octobre 2009. Annexe III Définition des épreuves

Bulletin officiel spécial n 9 du 15 octobre 2009. Annexe III Définition des épreuves Annexe III Définition des épreuves EP1 : Épreuve professionnelle liée au contact avec le client et/ou l usager Coefficient : 4 Objectif de l épreuve : Cette épreuve vise à apprécier la maîtrise des techniques

Plus en détail

La vérité sur MSSanté

La vérité sur MSSanté La vérité sur MSSanté Suite aux nombreuses informations erronées diffusées dans les médias depuis vendredi soir, l ASIP Santé souhaite rappeler les principes et la vocation de l espace de confiance MSSanté.

Plus en détail

PRODUITS DE CONSTRUCTION : APTITUDE À L EMPLOI

PRODUITS DE CONSTRUCTION : APTITUDE À L EMPLOI Roger Cadiergues MémoCad ma05.a PRODUITS DE CONSTRUCTION : APTITUDE À L EMPLOI SOMMAIRE MA02.1. Les exigences de base MA02.2. Les textes officiels MA02.3. Les codes et leurs articulations MA02.4. Annexe

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES AUDIT ENERGETIQUE, ETUDE DE FAISABILITE GEOTHERMIES

CAHIER DES CHARGES AUDIT ENERGETIQUE, ETUDE DE FAISABILITE GEOTHERMIES CAHIER DES CHARGES AUDIT ENERGETIQUE, ETUDE DE FAISABILITE GEOTHERMIES Qualité du rapport exigé : - Clarté et lisibilité : présentation d une synthèse pour la prise de décision - Remise en mains propres

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L'ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE Arrêté du 24 novembre 2014 relatif aux modalités d application de l audit énergétique prévu

Plus en détail

PASSEPORT CACES 1,3,5

PASSEPORT CACES 1,3,5 Union européenne Fonds social européen PASSEPORT CACES 1,3,5 1- Objectifs Ce dispositif vise l acquisition : des compétences techniques sur la conduite d engins mobiles automoteurs de chantiers ou d équipements

Plus en détail

Agrément des experts en prévoyance professionnelle

Agrément des experts en prévoyance professionnelle français Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle CHS PP Directives de la Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle (CHS PP) D 01/2012 Agrément des experts

Plus en détail

817.191.54 Ordonnance sur la formation des organes chargés du contrôle de l hygiène des viandes

817.191.54 Ordonnance sur la formation des organes chargés du contrôle de l hygiène des viandes Ordonnance sur la formation des organes chargés du contrôle de l hygiène des viandes (OFHV) du 1 er mars 1995 (Etat le 13 décembre 2005) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 41, al. 1, de la loi du 9 octobre

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR UNE ACTION DE FORMATION D AUDITEURS EN CERTIFICATION DE SYSTEMES DE MANAGEMENT

TERMES DE REFERENCE POUR UNE ACTION DE FORMATION D AUDITEURS EN CERTIFICATION DE SYSTEMES DE MANAGEMENT REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE L INDUSTRIE ET DE LA TECHNOLOGIE Institut National de la Normalisation et de la Propriété Industrielle -INNORPI TERMES DE REFERENCE POUR UNE ACTION DE FORMATION D AUDITEURS

Plus en détail

Groupe de travail sur le contrôle des médicaments et les inspections

Groupe de travail sur le contrôle des médicaments et les inspections COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GENERALE ENTREPRISES Marché unique : mise en œuvre et législation des biens de consommation Produits pharmaceutiques : cadre législatif et autorisations de mise sur le marché

Plus en détail

Baccalauréat. Document ressources

Baccalauréat. Document ressources Baccalauréat Document ressources "#$%&'(&($)*+&,'(-.))$+/.0,&+&,'(*1.)).2.*#3.'45678 Sommaire du document d accompagnement "##$%&'()*()"+*#',-().$++"#/$0,'#',-1111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111111112

Plus en détail

Contrat d insertion professionnelle intérimaire mode d emploi CIPI

Contrat d insertion professionnelle intérimaire mode d emploi CIPI Contrat d insertion professionnelle intérimaire mode d emploi CIPI V. 2008-1 Professionnalisation Professionnalisation PRO PRO Sommaire PRÉSENTATION DU CONTRAT Définition et objectifs p. 3 Publics p. 3

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

SECRETARIAT BELAC : MISSIONS ET RESPONSABILITES, ORGANISATION ET PRINCIPES DE FONCTIONNEMENT

SECRETARIAT BELAC : MISSIONS ET RESPONSABILITES, ORGANISATION ET PRINCIPES DE FONCTIONNEMENT BELAC 3-02 Rev 4 2015 SECRETARIAT BELAC : MISSIONS ET RESPONSABILITES, ORGANISATION ET PRINCIPES DE FONCTIONNEMENT Les versions des documents du système de management de BELAC telles que disponibles sur

Plus en détail

REGLEMENT DE SELECTION A LA FORMATION D AIDE MEDICO-PSYCHOLOGIQUE

REGLEMENT DE SELECTION A LA FORMATION D AIDE MEDICO-PSYCHOLOGIQUE SERVICE ADMISSION RÈGLEMENT 2013 2014 Agréé par la D.R.J.S.C.S.de Lorraine le 10 Septembre 2007 Modifié le 4 Octobre 2013 REGLEMENT DE SELECTION A LA FORMATION D AIDE MEDICO-PSYCHOLOGIQUE - Dispositions

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 22.6.2015 C(2015) 4163 final ANNEX 1 ANNEXE

COMMISSION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 22.6.2015 C(2015) 4163 final ANNEX 1 ANNEXE COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 22.6.2015 C(2015) 4163 final ANNEX 1 ANNEXE FR FR ANNEXE 26 03 77 02 Projet pilote «Gouvernance et qualité des codes logiciels Audit des logiciels libres et open source»

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

exclusif Droits d enregistrement

exclusif Droits d enregistrement Imposition de la seconde résidence 4 Vous rêvez d un chalet dans les Ardennes où vous passeriez les vacances d été, entouré de vos enfants? Ou vous envisagez l acquisition d un petit appartement à la Côte

Plus en détail

APERÇU DU PARTENARIAT TRANSPACIFIQUE (PTP) Principaux thèmes sur les procédures d origine. Certification de l origine / Preuves de l origine

APERÇU DU PARTENARIAT TRANSPACIFIQUE (PTP) Principaux thèmes sur les procédures d origine. Certification de l origine / Preuves de l origine APERÇU DU PARTENARIAT TRANSPACIFIQUE (PTP) Le texte de l Accord a été publié par les Parties au PTP le 5 novembre 2015. Les Parties contractantes sont les suivantes : Australie, Brunei Darussalam, Canada,

Plus en détail

Bienvenue Helpdesk Chauffage PEB 03/10/2013 1

Bienvenue Helpdesk Chauffage PEB 03/10/2013 1 Bienvenue Helpdesk Chauffage PEB 03/10/2013 1 La réglementation Chauffage PEB en Région de Bruxelles Capitale: aujourd hui et demain Helpdesk Chauffage PEB /EPB Verwarming 03/10/2013 2 Agenda Introduction

Plus en détail

Mesures pour améliorer l efficacité de l enseignement de l allemand. 1) Propositions concernant les contenus d enseignement :

Mesures pour améliorer l efficacité de l enseignement de l allemand. 1) Propositions concernant les contenus d enseignement : Inspection générale d allemand Mesures pour améliorer l efficacité de l enseignement de l allemand. Les décisions prises lors du Conseil des ministres franco-allemand de Berlin d octobre 2004 offrent de

Plus en détail

Aides financières de la part de l Etat. maison basse consommation d énergie et maison basse énergie.

Aides financières de la part de l Etat. maison basse consommation d énergie et maison basse énergie. Aides financières de la part de l Etat maison basse consommation d énergie et maison basse énergie. Maison à performance énergétique élevée Lors de la conception d une maison à performance énergétique

Plus en détail

Référentiel spécifique pour la demande de. Qualification : 01-01 Audits énergétiques des bâtiments tertiaires et/ou habitations collectives

Référentiel spécifique pour la demande de. Qualification : 01-01 Audits énergétiques des bâtiments tertiaires et/ou habitations collectives Référentiel spécifique pour la demande de Qualification : 01-01 Audits énergétiques des bâtiments tertiaires et/ou habitations collectives et pièces spécifiques à produire En complément du dossier de demande

Plus en détail

Bulletin officiel N 4800 du 28 safar 1421 (1 er juin 2000)

Bulletin officiel N 4800 du 28 safar 1421 (1 er juin 2000) Bulletin officiel N 4800 du 28 safar 1421 (1 er juin 2000) Dahir n 1-00-202 du 15 safar 1421 ( 19 mai 2000) portant promulgation de la loi n 06-00 formant statut de l enseignement scolaire privé. LOUANGE

Plus en détail

Projet de contribution du Cercle Ecole et Société. La formation des enseignants

Projet de contribution du Cercle Ecole et Société. La formation des enseignants «La refondation de l Ecole» Projet de contribution du Cercle Ecole et Société Sur le thème : La formation des enseignants La mission de l Ecole est de transmettre des savoirs et des connaissances mais

Plus en détail

SCHEMA VOLONTAIRE 2BSvs SYSTEME DE VERIFICATION

SCHEMA VOLONTAIRE 2BSvs SYSTEME DE VERIFICATION SCHEMA VOLONTAIRE 2BSvs SYSTEME DE VERIFICATION Note sur le statut de ce document Ce document de référence est une partie intégrante du schéma volontaire 2BSvs développé par le Consortium avec l appui

Plus en détail

Initiative parlementaire Suppression des signes distinctifs pour cycles

Initiative parlementaire Suppression des signes distinctifs pour cycles 08.520 Initiative parlementaire Suppression des signes distinctifs pour cycles Avant-projet et rapport explicatif de la Commission des transports et des télécommunications du Conseil des États du 4 février

Plus en détail

Loi modifiée du 12 mai 2009 portant création d une École de la 2 e Chance. Texte coordonné au ***

Loi modifiée du 12 mai 2009 portant création d une École de la 2 e Chance. Texte coordonné au *** Loi modifiée du 12 mai 2009 portant création d une École de la 2 e Chance. Texte coordonné au *** Chapitre I. Statut et missions Art. 1 er. (Loi du 27 aout 2014) Il est créé dans le cadre de l enseignement

Plus en détail

Extrait Règlement d'ordre Intérieur

Extrait Règlement d'ordre Intérieur Extrait Règlement d'ordre Intérieur Evaluation des formations entrant en ligne de compte pour le développement professionnel permanent (CPD) 1. Introduction Conformément à l article 24 des statuts, le

Plus en détail

Saisine : Ministre de l Éducation nationale, de l Enfance et de la Jeunesse (2 février 2016) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE

Saisine : Ministre de l Éducation nationale, de l Enfance et de la Jeunesse (2 février 2016) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE Luxembourg, le 25 avril 2016 Objet: Projet de loi n 6957 portant modification 1. de la loi modifiée du 10 juin 1980 portant planification des besoins en personnel enseignant de l enseignement postprimaire

Plus en détail