Le Monde.fr à 16h28 Mis à jour le à 18h33 Par Damien Leloup (/journaliste/damien leloup/)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le Monde.fr 17.10.2015 à 16h28 Mis à jour le 18.10.2015 à 18h33 Par Damien Leloup (/journaliste/damien leloup/)"

Transcription

1 «Drone Papers» : dix révélations sur le programme américain d assassinats ciblés Le site d investigation The Intercept a publié jeudi un très long dossier sur le programme d assassinats ciblés de l armée américaine et de la CIA. Le Monde.fr à 16h28 Mis à jour le à 18h33 Par Damien Leloup (/journaliste/damien leloup/) Des milliers de tirs de missiles et de morts, sur une demi douzaine de théâtres d opération Le programme d assassinats ciblés mené par les Etats Unis en Afghanistan ou au Yémen, dans le cadre de sa lutte contre le terrorisme, est vaste et très secret. L enquête du site The Intercept, «The Drone Papers (https://theintercept.com/drone papers/)», lève le voile sur de nombreux aspects inconnus de ce programme, et confirme des informations déjà connues, à l heure où la France commence elle aussi à procéder à des frappes ciblées en Syrie avec l aide des services de renseignements américains. Lire notre enquête : Syrie : Salim Benghalem, la cible des frappes françaises à Rakka (/societe/article/2015/10/17/syrie salim benghalem la cible des frappes francaises a rakka_ _3224.html) 1) Jusqu à neuf personnes tuées sur dix n étaient pas visées Premier constat issu des documents de l armée américaine : l inefficacité du caractère «ciblé» des assassinats par drones. Dans une analyse détaillée des résultats de l opération Haymaker, dans le nord de l Afghanistan, les rapports de l armée montrent que le nombre de «jackpots» mort de la personne visée par une attaque est faible : en février 2013, l opération compte 35 «jackpots», à comparer aux 200 «EKIA» ennemis tués au combat pour la même période. L armée américaine désigne sous ce terme les personnes tuées qu elle identifie comme étant des insurgés ou soldats ennemis qui n étaient pas directement visés pour établir ce classement, l armée se fie à ses propres sources, images filmées par des drones notamment. Une comptabilité qui tend à sous estimer le nombre de victimes civiles, estime The Intercept. Sur une période de cinq mois en Afghanistan, le site conclut que neuf personnes tuées sur dix n étaient pas les cibles des frappes. The Intercept cite également une étude réalisée par l universitaire Larry Lewis, qui a analysé les résultats des opérations américaines en Afghanistan sur plusieurs années. Selon ses calculs, les frappes réalisées par drones dans la région ont été beaucoup plus meurtrières pour les civils que les bombardements de l aviation : il aboutit à la conclusion que les drones tuent en moyenne 1/6

2 dix fois plus de civils que les avions américains. Un différentiel qui s explique en partie par le faible niveau de qualité des informations sur lesquelles se basent les frappes par drones. 2) L ordre de tuer est validé par le président des Etats Unis La chaîne de commandement pour obtenir l'autorisation pour une frappe mortelle. The Intercept Pour déterminer qui peut être la cible d une frappe par drone, l armée américaine suit une chaîne de commandement complexe, et dont certains aspects ne sont pas détaillés dans les documents publiés par The Intercept. Elle démarre par la constitution d un «dossier», appelé «Baseball Card», qui établit un profil de la personne, les raisons pour lesquelles son assassinat est demandé, et qui suit ensuite un processus de validation en sept étapes. En moyenne, il faut deux mois pour obtenir l ensemble des validations nécessaires ; débute alors une période de soixante jours durant lesquels la frappe est autorisée. 2/6

3 Dans la dernière scène du documentaire Citizen Four consacré aux révélations du lanceur d alerte Edward Snowden, Glen Greenwald (/pixels/article/2015/02/24/edward snowden j ai toujours agi en accord avec maconscience_ _ html), le fondateur de The Intercept, laissait déjà entendre qu il avait en sa possession des documents secrets sur le programme de drones américains, transmis au journaliste par un autre lanceur d alerte. Dans le film, on le voit dessiner une pyramide sur un morceau de papier et la montrer à Edward Snowden en disant «ça va jusqu au président» le schéma apparaissant brièvement à l écran ressemblait fortement à celui publié ce jeudi par The Intercept. 3) Les assassinats ciblés se basent essentiellement sur le renseignement électronique Une "Baseball card" servant à demander l'autorisation d'une frappe mortelle. The Intercept Les «Baseball Cards» et les dossiers compilés par les forces américaines se basent largement sur des sources de renseignement électronique programmes de surveillance de masse de la NSA et écoutes, explique The Intercept. Les drones eux mêmes sont utilisés pour 3/6

4 collecter une grande quantité de données : qu il s agisse de drones armés ou d observation, la plupart des engins utilisés par l armée américaine disposent d une antenne relais, ce qui leur permet de trianguler la position d un téléphone portable avec une précision importante. Selon une source anonyme citée par The Intercept, le système «se b ase sur des machines très puissantes, capab les de collecter une quantité invraisemb lab le de données», mais «comporte à de nomb reux niveaux des risques d erreurs d analyse et d attrib ution». Toujours selon le même témoignage, «il est étonnant de voir le nomb re de cas dans lesquels un sélecteur [un identifiant unique] est attrib ué à la mauvaise personne. Et ce n est que plusieurs semaines ou mois après que vous vous rendez compte que la personne que vous suivez n est pas votre cib le, parce que vous suivez en réalité le téléphone de sa mère.» 4) Les critères pour figurer sur la «kill list» sont vagues Officiellement, la politique des Etats Unis est de ne tirer pour tuer que dans les cas où la cible «présente un risque continu et imminent pour la sécurité d Américains». Les documents publiés par The Intercept montrent cependant qu un seul critère est analysé pour déterminer si une personne peut figurer ou non sur la liste des cibles potentielles : le fait de «présenter une menace pour les soldats américains ou les intérêts américains». Ce critère, particulièrement vague, n a par ailleurs que peu de sens dans certaines régions du globe où l armée américaine procède à des frappes ciblées par drones au Yémen, par exemple, la présence américaine est quasiment inexistante. Les frappes de drones ont pourtant tué 490 personnes dans le pays, selon les propres chiffres de l armée. 5) «Capturer ou tuer» est devenu «tuer» Les campagnes ciblées de l armée américaine sont appelées «Capture / kill» capturer ou tuer, avec, historiquement, une préférence pour la capture. Mais dans le cas des frappes de drones, «le terme capturer/tuer est trompeur capturer s écrit désormais sans majuscule, nous ne capturons plus jamais personne», a reconnu le lieutenant général Michael Flynn, ancien chef de l agence de renseignement de l armée. Ce choix de privilégier les frappes mortelles par drone aux opérations de capture, plus risquées, a aussi des conséquences sur le type d informations recueillies : sans interrogatoires, l armée utilise de plus en plus le renseignement électronique au détriment du renseignement humain, pourtant considéré comme indispensable. 6) «L exploitation et l analyse» sont les parents pauvres des campagnes de drones 4/6

5 La doctrine de l armée américaine en matière de terrorisme est résumée par un acronyme : FFFEA. Find, fix, finish, exploitation and analysis «trouver, régler, achever, exploiter et analyser». Mais les documents montrent que la dernière partie du processus n existe quasiment pas dans les frappes de drones, notamment en Afrique de l Est et au Yémen. Dans la plupart des cas, après une frappe mortelle, il n y a pas de soldats sur place qui peuvent récupérer des documents, des ordinateurs ou des téléphones portables, ou interroger les survivants. Ce qui conduit à des «voies sans issue» en matière de renseignement. 7) Les frappes de drones contribuent à renforcer les adversaires des Etats Unis En raison du manque de précision des frappes, et des erreurs de renseignement qui conduisent à cibler les «mauvaises» personnes, les campagnes de drones contribuent à renforcer les adversaires des Etats Unis, estime The Intercept. Le site mentionne notamment l exemple de Haji Matin, tué par une frappe en 2012 : ce négociant en bois avait été dénoncé par des rivaux commerciaux comme militant taliban. L armée américaine avait alors bombardé sa maison, tuant plusieurs membres de sa famille et transformant ce notable en leader local des militants antiaméricains. 8) Le nombre de frappes a été démultiplié sous les présidences Obama Avant l entrée en fonction de Barack Obama, une seule frappe de drone avait eu lieu au Yémen, en En 2012, une frappe avait lieu tous les six jours sur le territoire du pays. En août 2015, ces frappes avaient tué 490 personnes. Un ancien responsable du renseignement du président américain explique que c était «le choix politique le plus avantageux : coût faib le, pas de victimes américaines, et ça donne l apparence de la sévérité. C est b ien perçu aux Etats Unis, et ça n est impopulaire qu à l étranger. Les dégâts de cette politique pour les intérêts américains ne sont visib les qu à long terme.» 9) La distance et «l effet paille» réduisent grandement l efficacité des drones Malgré leur technologie avancée, et l impression qu ils donnent de pouvoir intervenir n importe où et n importe quand, les drones ne seront malgré tout pas efficaces dans toutes les situations. Pour parvenir à identifier, suivre et ouvrir le feu sur un suspect, il faut maintenir un contact visuel pendant une longue période de temps. Or, dans certaines zones, et notamment au Yémen, la longue distance que doivent parcourir les drones rend cette couverture permanente très difficile à maintenir, les aéronefs passant souvent plus de temps de vol à se rendre à leur position qu en «action» proprement dite. 5/6

6 Par ailleurs, les opérateurs de drones sont victimes d un «effet paille» la zone de vision des caméras est limitée, ce qui conduit à des difficultés pour suivre les «suspects» et augmente les risques d erreur d identification. 10) L armée américaine a multiplié ses bases en Afrique pour soutenir son programme de drones Pour réduire les distances que doivent couvrir les drones, le commandement américain a discrètement multiplié ses bases, notamment en Afrique. Ces bases secrètes complètent le dispositif mis en place par l U.S. Africa Command, dont la base principale est hébergée au camp Lemonnier, un ancien avant poste de la Légion étrangère française. 6/6

N 3 LES ATTENTATS À PARI S 16. 11. 15. Pourquoi les terroristes ont-ils attaqué? Que s est-il passé le 13 novembre?

N 3 LES ATTENTATS À PARI S 16. 11. 15. Pourquoi les terroristes ont-ils attaqué? Que s est-il passé le 13 novembre? N 3 LES ATTENTATS À PARI S 16. 11. 15 Que s est-il passé le 13 novembre? Pourquoi les terroristes ont-ils attaqué? Qu est-ce que ça change dans le quotidien? Et maintenant, que va-t-il se passer? Pour

Plus en détail

Café Géopolitique du 18 novembre 2013. «Cyberespace : les Etats contre-attaquent»

Café Géopolitique du 18 novembre 2013. «Cyberespace : les Etats contre-attaquent» Café Géopolitique du 18 novembre 2013 «Cyberespace : les Etats contre-attaquent» Avec Frédérick Douzet, Professeure des Universités à l Institut Français de Géopolitique de l Université Paris 8, titulaire

Plus en détail

6 المسابقة الدولية الفضل مرافعات في حقوق االنسان في فلسطين. «Héros ou traître?» Maître Olivier Matter, Strasbourg

6 المسابقة الدولية الفضل مرافعات في حقوق االنسان في فلسطين. «Héros ou traître?» Maître Olivier Matter, Strasbourg «Héros ou traître?» Maître Olivier Matter, Strasbourg Mesdames, Messieurs les jurés, Le Président américain, M. Barack Obama, déclarait, en janvier 2014 à propos de M. Snowden que : «la défense de la nation

Plus en détail

Principes directeurs d ICC sur les dispositifs d alerte éthique

Principes directeurs d ICC sur les dispositifs d alerte éthique Principes directeurs d ICC sur les dispositifs d alerte éthique Rédigé par la Commission anticorruption d ICC A. Introduction 1. La corruption et la fraude économique n ont pas diminué La fraude demeure

Plus en détail

ACTIVITÉS POUR LES ENFANTS

ACTIVITÉS POUR LES ENFANTS ACTIVITÉS POUR LES ENFANTS Tim Dirven Thèmes de réflexion pour la classe Mon carnet de vaccination. Demandez aux enfants d apporter à l école leur carnet de vaccination. Discutez des différentes maladies

Plus en détail

Mehmet INAN April 02, 2011 Charleroi Belgium

Mehmet INAN April 02, 2011 Charleroi Belgium Mehmet INAN April 02, 2011 Charleroi Belgium The President Barack OBAMA The White House 1600 Pennsylvania Avenue NW Washington, DC 20500 Etats Unis - USA Monsieur le Président, Je vous écris en tant qu

Plus en détail

Un nouvel enjeu pour l emploi!

Un nouvel enjeu pour l emploi! Un nouvel enjeu pour l emploi! On estime que l humanité produit toutes les 2 heures autant de données qu elles en avait produit au total jusqu en 2003! (source : IDC) L univers numérique est en pleine

Plus en détail

Décodage d une affiche de propagande

Décodage d une affiche de propagande 1.2. L influence des écrits nationalistes et de la religion sur l opinion publique Activité Histoire de guerre - 3 ème de Collège - Décodage d une affiche de propagande Présentation Le site Internet http://www.histoire-geo.org/

Plus en détail

Les conseils & les astuces de RSA Pour être tranquille sur Internet

Les conseils & les astuces de RSA Pour être tranquille sur Internet Les conseils & les astuces de RSA Pour être tranquille sur Internet Comment utiliser Internet à son gré tout en étant protégé en permanence de ces menaces? Avec un peu de curiosité, on découvre qu il est

Plus en détail

C était la guerre des tranchées

C était la guerre des tranchées C était la guerre des tranchées Jacques Tardi Format 23,2 x 30,5 cm 128 pages C et album consacré, comme son titre l indique, à la vie dans les tranchées pendant la Première Guerre mondiale est constitué

Plus en détail

OBAMA ET LA TORTURE:

OBAMA ET LA TORTURE: OBAMA ET LA TORTURE: PEUT MIEUX FAIRE Chuck Fager, directeur de la Maison Quaker 1 Il existe en anglais une expression qui fait écho, je l espère, à une expression française : si l on vous demande comment

Plus en détail

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS DOCUMENT : 1979. 29489 (1). «L'Actualité. L'union fait la force. Jeu stratégique». Sans éditeur. Vers 1915. PLACE

Plus en détail

Le Cloud Souverain Mythe ou réalité

Le Cloud Souverain Mythe ou réalité Le Cloud Souverain Mythe ou réalité Forum Atena 25 Avril 2013 Olivier Iteanu, Avocat & Didier Soucheyre, Fondateur et Président de Neo Telecoms Oui, mais est-ce une bonne idée? La CNIL relève ainsi que

Plus en détail

24 septembre 2007 Centre d'information sur les Renseignements et le Terrorismeau Centre d'etudes Spéciales (CES)

24 septembre 2007 Centre d'information sur les Renseignements et le Terrorismeau Centre d'etudes Spéciales (CES) 24 septembre 2007 Centre d'information sur les Renseignements et le Terrorismeau Centre d'etudes Spéciales (CES) Suite à une opération des forces de sécurité à Naplouse, une attaque suicide prévue à Tel-Aviv

Plus en détail

LE GHETTO DE VARSOVIE

LE GHETTO DE VARSOVIE LA SECONDE GUERRE MONDIALE LE GHETTO DE VARSOVIE Gaumont Pathé archives, collection Pathé Les documents d archives Pathé nous transportent dans une actualité devenue, aujourd hui, de l histoire. Ces fragments

Plus en détail

«Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère»

«Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère» «Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère» * Précision apportée par l auteur, publiée le 26 novembre. Voir en fin d'article Gabriel Zucman vient de publier un livre, «La Richesse cachée

Plus en détail

La Machine de guerre américaine

La Machine de guerre américaine Peter Dale SCOTT American War Machine La Machine de guerre américaine - La politique profonde, la CIA, la drogue, l Afghanistan... Traduit de l américain par Maxime Chaix & Anthony Spaggiari Éditions Demi-Lune

Plus en détail

Le Hamas est une armée : un rappel données rassemblées par Jean Pierre Bensimon*

Le Hamas est une armée : un rappel données rassemblées par Jean Pierre Bensimon* Le Hamas est une armée : un rappel données rassemblées par Jean Pierre Bensimon* * Professeur de sciences sociales, consultant en organisation L armée du Hamas Gaza en quelques chiffres un an après l

Plus en détail

Type d événement : Mise à feu de deux bombes artisanales lors du marathon de Boston

Type d événement : Mise à feu de deux bombes artisanales lors du marathon de Boston Type d événement : Mise à feu de deux bombes artisanales lors du marathon de Boston Date de l événement : 15 avril 2013 Lieu de l événement : Près de la ligne d arrivée du marathon de Boston Pays : États-Unis

Plus en détail

Carnet de guerre de Rob Roy, 1939-1944

Carnet de guerre de Rob Roy, 1939-1944 Dossier enseignant Exposition du 25 avril au 30 juillet Musée des Armes de Tulle Carnet de guerre de Rob Roy, 1939-1944 Récit du dimanche 12 mai 1940 : «Le soir venu, plus un anglais ne reste sur le terrain

Plus en détail

LE BAROMÈTRE POLITIQUE D EMRHOD CONSULTING

LE BAROMÈTRE POLITIQUE D EMRHOD CONSULTING LE BAROMÈTRE POLITIQUE D EMRHOD CONSULTING Focus sur les 100 premiers jours de Mr Beji Caied Essebsi Avril 2015 Présenté par Nébil BELAAM EMRHOD Is an ESOMAR member 1 SOMMAIRE 1 Introduction 2 Méthodologie

Plus en détail

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement

Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chap. 5 : la 2 nd guerre mondiale : une guerre d anéantissement Pourquoi parle-t-on de la 2 nd guerre mondiale comme d une guerre d anéantissement Chanson : Nuit et brouillard de Jean Ferrat http://www.youtube.com/watch?v=94yoxycqo6s

Plus en détail

Les médias font leur pub :

Les médias font leur pub : Les médias font leur pub : TV5MONDE joue la diversité Thèmes Économie, consommation, publicité Le principe du dispositif À l'occasion de la 24 e édition de la Semaine de la presse et des médias dans l'école,

Plus en détail

LE MUR CHINOIS durée : 12

LE MUR CHINOIS durée : 12 SITUATIONS DE RENCONTRES U.S.E.P. 44 Fédération des Amicales Laïques de Loire-Atlantique 9 rue des Olivettes BP 74107 44041 NANTES cedex 1 Tel : 02 51 86 33 10 Fax : 02 51 86 33 29 e-mail : usep44@fal44.org

Plus en détail

LES ATTAQUES TERRORISTES À PARIS, «ACTE DE GUERRE», BAROMETRE DES RISQUES GÉOPOLITIQUES CROISSANT POUR LA FRANCE. By ESISC Team

LES ATTAQUES TERRORISTES À PARIS, «ACTE DE GUERRE», BAROMETRE DES RISQUES GÉOPOLITIQUES CROISSANT POUR LA FRANCE. By ESISC Team BRIEFING 14/11/2015 LES ATTAQUES TERRORISTES À PARIS, «ACTE DE GUERRE», BAROMETRE DES RISQUES GÉOPOLITIQUES CROISSANT POUR LA FRANCE By ESISC Team Le vendredi 13 Novembre, une série d attaques terroristes

Plus en détail

Techniques d'espionnage gouvernemental

Techniques d'espionnage gouvernemental Techniques d'espionnage gouvernemental par Maxime Leblanc le 11 Avril 2014 Techniques d'espionnage gouvernemental par Maxime Leblanc le 11 Avril 2014 Plan Introduction Iran Stuxnet Capturer un drone NSA

Plus en détail

La location de voiture presque gratuite.

La location de voiture presque gratuite. La location de voiture presque gratuite. Dossier de presse Septembre 2010 UN PARTENARIAT UCAR STATION, LE NOUVEAU CONCEPT D AUTO-MOBILITÉ! En avant-première de la Semaine de la Mobilité et de la Journée

Plus en détail

KILLPOWER BALL LE JEU DE PLATEAU. Version 3 : Les blessures

KILLPOWER BALL LE JEU DE PLATEAU. Version 3 : Les blessures KILLPOWER BALL LE JEU DE PLATEAU Version 3 : Les blessures Chaque gladiateur a une valeur en vie qui lui permettra de résister aux dégâts. 5 5 4 4 4 3 1 Il a aussi une armure normale qui lui confère 1

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

LE PIRE DES DANGERS C EST D IGNORER QU ON EST EN DANGER

LE PIRE DES DANGERS C EST D IGNORER QU ON EST EN DANGER LE PIRE DES DANGERS C EST D IGNORER QU ON EST EN DANGER Romain Girard Vice-président exécutif Congrès Camping Québec 14 avril 2007 10 ans à la direction d une entreprise de transport par autobus 11 ans

Plus en détail

Réunion du Réseau parlementaire de lutte contre le VIH/SIDA. Libreville, Gabon, 2 au 3 octobre 2012 Jan Van Damme

Réunion du Réseau parlementaire de lutte contre le VIH/SIDA. Libreville, Gabon, 2 au 3 octobre 2012 Jan Van Damme Réunion du Réseau parlementaire de lutte contre le VIH/SIDA Libreville, Gabon, 2 au 3 octobre 2012 Jan Van Damme Assemblée parlementaire de la Francophonie Contenu 1. Aperçu des récents développements

Plus en détail

L'Etat profond américain

L'Etat profond américain Peter Dale SCOTT L État profond américain - La finance, le pétrole, et la guerre perpétuelle Traduit de l américain par Maxime Chaix Éditions Demi-Lune Collection Résistances L'Etat profond américain www.editionsdemilune.com

Plus en détail

«Intimité et données privées sur Internet, qui se goinfre, comment se protéger?» La Quadrature du Net

«Intimité et données privées sur Internet, qui se goinfre, comment se protéger?» La Quadrature du Net «Intimité et données privées sur Internet, qui se goinfre, comment se protéger?» La Quadrature du Net Présentation Benjamin Sonntag - cofondateur de LQDN en 2008 - administrateur système & réseau - fondateur

Plus en détail

Sondage International Elections US : Les raisons d un plébiscite pour Barack Obama

Sondage International Elections US : Les raisons d un plébiscite pour Barack Obama Paris, le 24 Octobre 2008 Sondage International Elections US : Les raisons d un plébiscite pour Barack Obama Un sondage exclusif de l institut Harris Interactive, en partenariat avec la chaîne d information

Plus en détail

Comprendre les attentats du 13 novembre 2015

Comprendre les attentats du 13 novembre 2015 Comprendre les attentats du 13 novembre 2015 Les faits, les enjeux des lieux visés, le contexte international, la réponse de l Etat français, le rôle des médias. Que s est-il passé? (Les faits) Le bilan

Plus en détail

LA PLANETE BOUGE. Le scandale de «premier pocheton»

LA PLANETE BOUGE. Le scandale de «premier pocheton» Le scandale de «premier pocheton» La polémique enfle depuis le 1er mars, après la mise en ligne d une vidéo de rap aux paroles ultraviolentes et sexistes, où une dizaine de jeunes mineurs de Sarcelles

Plus en détail

Quiz. L histoire de Suyrana, 10 ans. D où viennent les migrants? Qu est-ce qu un migrant? Où vont les migrants? Qu est-ce qu il se passe à Calais?

Quiz. L histoire de Suyrana, 10 ans. D où viennent les migrants? Qu est-ce qu un migrant? Où vont les migrants? Qu est-ce qu il se passe à Calais? L histoire de Suyrana, 10 ans Qu est-ce qu un migrant? D où viennent les migrants? Où vont les migrants? Pourquoi ne peuvent-ils pas aller où ils veulent? Qu est-ce qu il se passe à Calais? Quiz Pour nous

Plus en détail

Robocop. Paul Verhoeven, Etats-Unis, 1987

Robocop. Paul Verhoeven, Etats-Unis, 1987 Robocop Paul Verhoeven, Etats-Unis, 1987 Robocop est un film réalisé par Paul Verhoeven, cinéaste néerlandais qui débuta sa carrière à la télévision hollandaise où il découvrit l un de ses acteurs fétiches,

Plus en détail

BUR - Bureautique. virginie.sans@univ-rennes1.fr http://perso.univ-rennes1.fr/virginie.sans/bur BUR. Traitement de textes

BUR - Bureautique. virginie.sans@univ-rennes1.fr http://perso.univ-rennes1.fr/virginie.sans/bur BUR. Traitement de textes - Bureautique virginie.sans@univ-rennes1.fr http://perso.univ-rennes1.fr/virginie.sans/ Objectifs «Bonne utilisation» d un logiciel de traitement de texte et d un tableur Logiciel de traitement de texte

Plus en détail

"Les médecins seront les infirmières de 2030"

Les médecins seront les infirmières de 2030 RECHERCHE par Laure Martin le 25-09-2014 38 RÉACTION(S) "Les médecins seront les infirmières de 2030" Afficher sur plusieurs pages Chirurgien-urologue et neurobiologiste de formation, le Dr Laurent Alexandre

Plus en détail

I) La politique nazie d extermination

I) La politique nazie d extermination I) La politique nazie d extermination La Seconde guerre mondiale a été marquée par l extermination de 10 millions de personnes par les nazis. Les Juifs en particulier ont été les victimes d un génocide

Plus en détail

RAPPORT DE SITUATION SUR LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE DANS LE MONDE 2013

RAPPORT DE SITUATION SUR LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE DANS LE MONDE 2013 RÉSUMÉ RAPPORT DE SITUATION SUR LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE DANS LE MONDE 2013 SOUTENIR UNE DÉCENNIE D ACTION Contexte Les traumatismes dus aux accidents de la circulation représentent la huitième cause de décès

Plus en détail

Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années

Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années Eric Lee En novembre 2011, les militaires au pouvoir aux Fidji ont jeté en prison deux des plus importants dirigeants syndicaux du

Plus en détail

Cisco AMP Threat Grid : sécurité proactive face aux programmes malveillants avancés

Cisco AMP Threat Grid : sécurité proactive face aux programmes malveillants avancés Présentation Cisco AMP Threat Grid : sécurité proactive face aux programmes malveillants avancés BÉNÉFICES Un accès à des informations plus précises qui permet une protection renforcée grâce à l analyse

Plus en détail

Quelques remarques sur l usage du téléphone portable en cours d arts plastiques

Quelques remarques sur l usage du téléphone portable en cours d arts plastiques Quelques remarques sur l usage du téléphone portable en cours d arts plastiques Les notes qui suivent ont vocation à vous faire partager des pistes de réflexion quant à la production d images par les élèves

Plus en détail

MODULE GESTION DU SYSTÈME D INFORMATION DE L ENTREPRISE

MODULE GESTION DU SYSTÈME D INFORMATION DE L ENTREPRISE Université d Oran Es SENIA Faculté Des Sciences Economiques, des Sciences de Gestion et des Sciences Commerciales MODULE GESTION DU SYSTÈME D INFORMATION DE L ENTREPRISE MONSIEUR BENCHIKH Maître de Conférence

Plus en détail

Centre aéré (ancien moulin de Lavray)

Centre aéré (ancien moulin de Lavray) Centre aéré (ancien moulin de Lavray) ancien chemin de Saint-Jorioz à Saint-Eustache Lavray Saint-Eustache Dossier IA74001642 réalisé en 2011 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire

Plus en détail

C H A P I T R E LES DÉPENSES, LES AVOIRS ET LES DETTES DES MÉNAGES7.3

C H A P I T R E LES DÉPENSES, LES AVOIRS ET LES DETTES DES MÉNAGES7.3 C H A P I T R E LES DÉPENSES, LES AVOIRS ET LES DETTES DES MÉNAGES7.3 Les dépenses nous renseignent sur les goûts, les besoins, les habitudes de consommation, mais aussi sur le niveau de vie. Ce sont d

Plus en détail

Achats en ligne. et conversion. Le marketing à la performance, du premier affichage au dernier clic. tradedoubler.com

Achats en ligne. et conversion. Le marketing à la performance, du premier affichage au dernier clic. tradedoubler.com Achats en ligne et conversion Le marketing à la performance, du premier affichage au dernier clic tradedoubler.com Lorsqu il s agit de choisir une marque ou un produit à acheter, les consommateurs européens

Plus en détail

Rancune Tenir bon Tuer le protégé

Rancune Tenir bon Tuer le protégé Assassinat Garde du corps Percée Le leader ennemi doit mourir à tout prix! Notez secrètement le nom d un des maîtres ou Acolyte de votre adversaire. Cette combine peut être choisie plusieurs fois, mais

Plus en détail

SAFRAN UN GROUPE INTERNATIONAL DE HAUTE TECHNOLOGIE

SAFRAN UN GROUPE INTERNATIONAL DE HAUTE TECHNOLOGIE SAFRAN UN GROUPE INTERNATIONAL DE HAUTE TECHNOLOGIE EQUIPEMENTIER DE PREMIER RANG Aéronautique Défense Sécurité CONFIDENTIEL / NOVEMBRE 2011 CHIFFRES CLES Répartition du chiffre d affaires 2010 Equipements

Plus en détail

Introduction à la Shoah

Introduction à la Shoah Introduction à la Shoah Des Juifs de la Ruthénie subcarpatique sont soumis à une sélection sur l aire de transit à Auschwitz-Birkenau. (Photo : Musée du Mémorial de l Holocauste aux États-Unis, offerte

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE CAMPAGNE STOP A LA SURVEILLANCE DE MASSE 2015

DOSSIER DE PRESSE CAMPAGNE STOP A LA SURVEILLANCE DE MASSE 2015 DOSSIER DE PRESSE CAMPAGNE STOP A LA SURVEILLANCE DE MASSE 2015 SF15M15 «Ma seule motivation est d informer la population de ce qui est fait en son nom et de ce qui est fait à son encontre ( ]. J ai analysé

Plus en détail

Skype est-il su r pour les juges?

Skype est-il su r pour les juges? Skype est-il su r pour les juges? par Martin Felsky, Ph.D., J.D., pour le Conseil canadien de la magistrature 1, Version 3.0, 17 janvier 2014 Microsoft Skype est un logiciel qui permet à ses dix millions

Plus en détail

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU SECONDAIRE

CORRIGE DU LIVRET THEMATIQUE NIVEAU SECONDAIRE LE MUR DE L ATLANTIQUE PAGES 4-5 Le Mur était constitué de blockhaus de toutes sortes : des batteries d artillerie équipées de canons, des radars, des obstacles pour défendre les plages Reportez, pour

Plus en détail

1/ LES CARACTÉRISTIQUES DU CYBER-HARCÈLEMENT

1/ LES CARACTÉRISTIQUES DU CYBER-HARCÈLEMENT LE CYBER-HARCÈLEMENT Avec l utilisation massive des nouvelles technologies, le harcèlement entre élèves peut se poursuivre, voire débuter, en dehors de l enceinte des établissements scolaires. On parle

Plus en détail

Intervention de Monsieur Clément DUHAIME Administrateur de l OIF

Intervention de Monsieur Clément DUHAIME Administrateur de l OIF Conférence sur le futur de la gouvernance de l Internet Siège de l OIF, Paris, 30 juin 2014 Intervention de Monsieur Clément DUHAIME Administrateur de l OIF Seul le texte prononcé fait foi 1 Discours de

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 2ème journée Compte-rendu de l atelier 3 : Surveillance et lutte contre la criminalité en ligne Thème de la journée de

Plus en détail

MISE EN OEUVRE D UNE ARCHITECTURE D ANALYSE PRÉDICTIVE DE LA SÉCURITÉ

MISE EN OEUVRE D UNE ARCHITECTURE D ANALYSE PRÉDICTIVE DE LA SÉCURITÉ MISE EN OEUVRE D UNE ARCHITECTURE D ANALYSE PRÉDICTIVE DE LA SÉCURITÉ Présentation de solution RÉSUMÉ Les nouvelles menaces de sécurité nécessitent une nouvelle approche de la gestion de la sécurité. Les

Plus en détail

Etat et cultures juridiques autochtones : Un droit en quête de légitimité. Intervention à l école primaire de Gours

Etat et cultures juridiques autochtones : Un droit en quête de légitimité. Intervention à l école primaire de Gours Etat et cultures juridiques autochtones : Un droit en quête de légitimité Intervention à l école primaire de Gours Mardi 24 juin 2014 Présentation du projet - Cadre de l intervention : Date : Mardi 24

Plus en détail

DOSSIER Gregorio Borgia/AP/Sipa. États-Unis, 2001.

DOSSIER Gregorio Borgia/AP/Sipa. États-Unis, 2001. Gregorio Borgia/AP/Sipa Devant l ambassade française, Rome, 2015. Christophe Ena/AP/SIPA Stade de France, Saint-Denis, 2015. Thibault Camus/AP/Sipa Devant le Bataclan, Paris, 2015. États-Unis, 2001. Tamara

Plus en détail

LE LIVRE BLANC DU RELEVE DE BÂTIMENTS

LE LIVRE BLANC DU RELEVE DE BÂTIMENTS LE LIVRE BLANC DU RELEVE DE BÂTIMENTS Le Livre blanc du Relevé de Bâtiments Edition 2014 1 Sommaire Présentation... 3 Pourquoi des Relevés de Bâtiments?... 3 Les différentes missions de relevé de bâtiment...

Plus en détail

Crypto-Québec. Soutenir l émancipation et l avancement des libertés individuelles et collectives québécoises à travers une offre de services.

Crypto-Québec. Soutenir l émancipation et l avancement des libertés individuelles et collectives québécoises à travers une offre de services. Crypto-Québec Crypto-Québec Offrir de l information vulgarisée et factuelle sur les enjeux de sécurité informatique, géopolitique, vie privée, technologie de l information et renseignement; Soutenir l

Plus en détail

Kerberos mis en scène

Kerberos mis en scène Sébastien Gambs Autour de l authentification : cours 5 1 Kerberos mis en scène Sébastien Gambs (d après un cours de Frédéric Tronel) sgambs@irisa.fr 12 janvier 2015 Sébastien Gambs Autour de l authentification

Plus en détail

ADVENTURES IN FRONT OF THE TV SET Dossier pédagogique

ADVENTURES IN FRONT OF THE TV SET Dossier pédagogique ADVENTURES IN FRONT OF THE TV SET Dossier pédagogique L Armada Productions 3, rue de Lorraine 35000 Rennes 02 99 54 32 02 www.armada-productions.com www.adventuresinfrontofthetvset.com Contact / Salima

Plus en détail

Jeux multi-joueurs, projet ISN Par Matthias Creach Jonas Bouscharain Clément Lamoureux Elèves de TS2 Lycée Aristide Briand

Jeux multi-joueurs, projet ISN Par Matthias Creach Jonas Bouscharain Clément Lamoureux Elèves de TS2 Lycée Aristide Briand Jeux multi-joueurs, projet ISN Par Matthias Creach Jonas Bouscharain Clément Lamoureux Elèves de TS2 Lycée Aristide Briand http://isn.codelab.info/e-portfolio/e-portfolios-du-groupevendredi/clement-ts2/mes-mini-projets-isn/mon-cv/

Plus en détail

Sécurité de données holistique. Comment protéger vos données sensibles contre toutes les menaces

Sécurité de données holistique. Comment protéger vos données sensibles contre toutes les menaces Comment protéger vos données sensibles contre toutes les menaces Sécurité de communications holistique Comment protéger vos données sensibles contre toutes les menaces Quand il s agit d informations relevant

Plus en détail

Conception : F. Deglave, conseiller pédagogique, pour Mobiclic n 137

Conception : F. Deglave, conseiller pédagogique, pour Mobiclic n 137 N 137 NOVEMBRE 2011 LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE HISTOIRE ET TUIC SÉANCES D APPRENTISSAGE nombre de séances 5 durée de l activité 4h30 Séance 1 : le départ des soldats à la guerre en 1914 (durée : 1 heure)

Plus en détail

LÉGUEZ-LEUR UN AVENIR!

LÉGUEZ-LEUR UN AVENIR! LÉGUEZ-LEUR UN AVENIR! 1 SOMMAIRE Page 3 Unhéritage àpartager Pages 4-5 Le legs: un geste pour la vie Pages 6-8 Tendez-leur la main en leur offrant un avenir! Pages 9-11 Vous vous posez des questions?

Plus en détail

Animation Pédagogique. BADMINTON au cycle 2. Année scolaire F. Avédissian 2008-2009 CPC.EPS Montluçon 1

Animation Pédagogique. BADMINTON au cycle 2. Année scolaire F. Avédissian 2008-2009 CPC.EPS Montluçon 1 Animation Pédagogique BADMINTON au cycle 2 Année scolaire F. Avédissian 2008-2009 CPC.EPS Montluçon 1 Table des matières Descriptif du matériel page 1 Dimensions du terrain page 2 Surfaces de jeu page

Plus en détail

Le jeu «Si le monde était un village» Source : Afric Impact

Le jeu «Si le monde était un village» Source : Afric Impact Le jeu «Si le monde était un village» Source : Afric Impact Niveau / âge des participants Enfants (à partir de 12 ans), adolescents et adultes. Temps/durée d animation Environ ¼ d heure. Nombre d animateurs

Plus en détail

Atelier C09. Le live de la cellule de crise

Atelier C09. Le live de la cellule de crise Atelier C09 Le live de la cellule de crise Atelier C09 : le live de la cellule de crise Ordre de Jour Ouverture Introduction Simulation de crise : Cuba 1962 Présentation des résultats Questions / Discussion

Plus en détail

LES PAYS EN TRANSITION

LES PAYS EN TRANSITION CENTRE DE RECHERCHES POUR LE DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL RECHERCHE POUR LE DÉVELOPPEMENT DANS LES PAYS EN TRANSITION >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> CRDI : Peter Bennett Récemment, le CRDI a examiné pourquoi et

Plus en détail

UN SUR CINQ : UNE CAMPAGNE DU CONSEIL DE L'EUROPE CONTRE LA VIOLENCE SEXUELLE A L EGARD DES ENFANTS PRINCIPES DIRECTEURS DE LA CAMPAGNE

UN SUR CINQ : UNE CAMPAGNE DU CONSEIL DE L'EUROPE CONTRE LA VIOLENCE SEXUELLE A L EGARD DES ENFANTS PRINCIPES DIRECTEURS DE LA CAMPAGNE UN SUR CINQ : UNE CAMPAGNE DU CONSEIL DE L'EUROPE CONTRE LA VIOLENCE SEXUELLE A L EGARD DES ENFANTS PRINCIPES DIRECTEURS DE LA CAMPAGNE OBJECTIFS DE LA CAMPAGNE La Campagne UN sur CINQ a été lancée à Rome

Plus en détail

20 décembre 2007 Centre d'information sur les Renseignements et le Terrorisme au Centre d'etudes Spéciales (CES)

20 décembre 2007 Centre d'information sur les Renseignements et le Terrorisme au Centre d'etudes Spéciales (CES) 20 décembre 2007 Centre d'information sur les Renseignements et le Terrorisme au Centre d'etudes Spéciales (CES) Le réseau terroriste opérationnel du Jihad Islamique Palestinien dans la bande de Gaza pris

Plus en détail

Médiathèque Marguerite Duras, Paris 20 ème

Médiathèque Marguerite Duras, Paris 20 ème Accessibilité à la culture pour un public déficient visuel Le 18 septembre 2014, le voyage d étude du groupe ABF Franche-Comté à Paris, a donné un coup de projecteur sur l accès à la lecture pour les déficients

Plus en détail

Toute une famille mobilisée

Toute une famille mobilisée Toute une famille mobilisée Témoignage Nadine, professionnelle de santé, a été entraînée en quelques mois, avec son compagnon, dans un enfermement psychologique qui a failli la conduire en hôpital psychiatrique,

Plus en détail

Pierrot et Lucien pendant la Seconde Guerre mondiale

Pierrot et Lucien pendant la Seconde Guerre mondiale Villes et Pays d art et d histoire Le Pays du Haut-Allier Service éducatif Activité de préparation à la visite. Cycle3. 1944 Les combats du Mont-Mouchet Pierrot et Lucien pendant la Seconde Guerre mondiale

Plus en détail

Comment Repérer les Faux Logiciels Antivirus Par l équipe FortiGuard Labs de Fortinet.

Comment Repérer les Faux Logiciels Antivirus Par l équipe FortiGuard Labs de Fortinet. Comment Repérer les Faux Logiciels Antivirus Par l équipe FortiGuard Labs de Fortinet. Il y a quelques mois, un voisin était en train de chater avec moi au sujet d un nouveau antivirus miracle qu il a

Plus en détail

Don de livres: de la dotation en livres à l appui à l édition locale

Don de livres: de la dotation en livres à l appui à l édition locale Fiche Pratique 5 Don de livres: de la dotation en livres à l appui à l édition locale Cette fiche a été rédigée à partir de l article de CYROT, C., Dons de livres au Sud : un geste ambigu, Peuples en marche,

Plus en détail

Sécurité sur Internet

Sécurité sur Internet Judicael.Courant@laposte.net Ce document est sous licence Creative Commons Ce dont parlent les médias Menaces les plus médiatiques : fraude à la carte bleue cyber-terrorisme pédophilie Reflet de la réalité

Plus en détail

Sémiologie de l image fonctionnelle. Katerine Doyon Mélanie Tremblay Stéphanie Vallières

Sémiologie de l image fonctionnelle. Katerine Doyon Mélanie Tremblay Stéphanie Vallières Sémiologie de l image fonctionnelle Katerine Doyon Mélanie Tremblay Stéphanie Vallières «Bonnes et mauvaises images» Travail d analyse Dans le but de déterminer pourquoi et comment une image publicitaire

Plus en détail

Identifier l antisémitisme et le racisme

Identifier l antisémitisme et le racisme 47 29 ANNExE A2 Identifier l antisémitisme et le racisme Glossaire sur l Holocauste Exemple de représentation graphique Coupons de mots reliés à l Holocauste Glossaire de l élève Centre commémoratif de

Plus en détail

La sécurité routière dans le Bas-Rhin

La sécurité routière dans le Bas-Rhin La sécurité routière dans le Bas-Rhin Octobre 2015 Le nombre d'accidents corporels survenus en octobre 2015 sur les routes du Bas-Rhin, ainsi que le nombre de personnes blessées, ont augmenté, par rapport

Plus en détail

Quelle politique de sanctions face à la prolifération?

Quelle politique de sanctions face à la prolifération? Quelle politique de sanctions face à la prolifération? Bruno Gruselle, Chargé de recherche (28 juin 2007) L utilisation de sanctions économiques s est largement développée au cours des années 1990, comme

Plus en détail

ULYSSE EST DANS LA PLACE!

ULYSSE EST DANS LA PLACE! LE GUIDE ULYSSE EST DANS LA PLACE! Cheval de Troie. Programme discret, généralement inclus dans un logiciel anodin (jeu, utilitaire), contenant une portion de code malveillant qui contourne certains dispositifs

Plus en détail

SÉMINAIRE «DE HUMANI CORPORIS FABRICA»

SÉMINAIRE «DE HUMANI CORPORIS FABRICA» «DE HUMANI CORPORIS FABRICA» Conférences philosophiques mensuelles sur les relations entre l Être Humain et son corps ECOLE DE MASSORELAXATION TEL : 05.61.32.77.42-06.63.06.38.90 93 RUE SAINT- ROCH, 31400

Plus en détail

Protéger l information de son entreprise Bon sens & savoir-faire. Infoguerre.com Septembre 2003

Protéger l information de son entreprise Bon sens & savoir-faire. Infoguerre.com Septembre 2003 Protéger l information de son entreprise Bon sens & savoir-faire Infoguerre.com Septembre 2003 L information est au centre des entreprises. Elle peut être recherchée pour se développer, elle peut être

Plus en détail

SYSTÈMES DE ROQUETTES À INDUCTION Lance-roquettes Roquettes. www.tda-armements.com

SYSTÈMES DE ROQUETTES À INDUCTION Lance-roquettes Roquettes. www.tda-armements.com SYSTÈMES DE ROQUETTES À INDUCTION Lance-roquettes Roquettes www.tda-armements.com Intégration : un précieux savoir-faire Dialogue avec les roquettes Conforme à toutes les normes OTAN Intégré sur LH10 ELLIPSE

Plus en détail

5 Bonnes raisons de sécuriser vos données de Santé

5 Bonnes raisons de sécuriser vos données de Santé www.enovacom.fr Sécurité 5 Bonnes raisons de sécuriser vos données de Santé SOMMAIRE 1/ L année de tous les dangers 3 2/ Bonne raison N 1 : l explosion des données de santé 4 3/ Bonne raison N 2 : les

Plus en détail

Questions & Réponses à propos de la «surveillance»

Questions & Réponses à propos de la «surveillance» Questions & Réponses à propos de la «surveillance» 1. Exploration du réseau câblé (Loi sur le renseignement LRens) Pourquoi Amnesty critique-t-elle la loi sur le renseignement (LRens)? La nouvelle loi

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE 2013 BISCARROSSE NUMERIQUE

ASSEMBLEE GENERALE 2013 BISCARROSSE NUMERIQUE ASSEMBLEE GENERALE 2013 BISCARROSSE NUMERIQUE LES OUTILS NUMERIQUES LES SMARTPHONES 33,4% d équipement en France en 2011 46,6% en 2012, la progression est rapide Source : Médiamétrie LES CHIFFRES DU SMARTPHONE

Plus en détail

DOSSIER PROFESSEUR / CYCLES 2 et 3-6 ème -5 ème

DOSSIER PROFESSEUR / CYCLES 2 et 3-6 ème -5 ème DOSSIER PROFESSEUR / CYCLES 2 et 3-6 ème -5 ème Ce dossier vous présente les éléments techniques et pédagogiques du «Jardin des sciences».vous y trouverez la documentation nécessaire à la préparation de

Plus en détail

Nouvelle escalade au Sud suite au tir d'un missile antichar sur un véhicule de Tsahal qui a blessé quatre soldats 1

Nouvelle escalade au Sud suite au tir d'un missile antichar sur un véhicule de Tsahal qui a blessé quatre soldats 1 11 novembre 2012 Nouvelle escalade au Sud suite au tir d'un missile antichar sur un véhicule de Tsahal qui a blessé quatre soldats 1 Gauche : Résidents d'ashqelon se réfugiant aux abris (Page Facebook

Plus en détail

Trafic partie 1. 80% de votre temps doit être dédié à attirer du trafic, ou en tout cas à créer des systèmes permettant d attirer ce trafic.

Trafic partie 1. 80% de votre temps doit être dédié à attirer du trafic, ou en tout cas à créer des systèmes permettant d attirer ce trafic. Trafic partie 1 Introduction Dans cette session nous parlerons essentiellement de trafic, de comment attirer des visiteurs sur votre page de capture et sur votre page de vente. L une des erreurs faites

Plus en détail

Silence, on meurt! 1

Silence, on meurt! 1 Silence, on meurt! 1 Quatre-vingt-quinze pour cent des personnes infectées par le VIH sont toujours privées de traitement 1. Chaque année, lors de la Journée mondiale du sida, il nous faut regarder les

Plus en détail

III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides?

III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides? III. Comment les nazis ont-ils organisé ces deux génocides? Dans les régions occupées par l URSS, des divisions SS les Einsatzgruppen) massacrent systématiquement les Juifs à partir de 1941. Ils sont gazés

Plus en détail

Paysage de nuages. Objectif. Matériel. Vue d ensemble. Résultats didactiques. Durée. Niveau

Paysage de nuages. Objectif. Matériel. Vue d ensemble. Résultats didactiques. Durée. Niveau Objectif Aider les élèves à identifier certaines caractéristiques des nuages. Permettre aux élèves d observer les nuages, de les décrire avec un vocabulaire simple et de comparer leurs descriptions avec

Plus en détail

L argumentation en très bref Quelques éléments

L argumentation en très bref Quelques éléments Université de Fribourg (Suisse) Philosophie Moderne et Contemporaine L argumentation en très bref Quelques éléments Version 2 Jean-Roch Lauper, Mars 2006 5. L argumentation en très bref Ce document reprend

Plus en détail