Diagnostic et. Traitement. de la DMLA. Dr Guy GUYONNET Mai jeudi 10 mai 12

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Diagnostic et. Traitement. de la DMLA. Dr Guy GUYONNET Mai 2012. jeudi 10 mai 12"

Transcription

1 Diagnostic et Traitement de la DMLA Dr Guy GUYONNET Mai 2012

2 Fonctionnement de la rétine Comparaison avec la pellicule d un appareil photo La rétine reçoit la lumière et la transforme en un signal nerveux Ce signal est transmis au cerveau par le nerf optique

3 Macula Petite zone de la rétine centrale (2 à 3% de la surface de la rétine) Rôle très important NERF OPTIQUE MACULA Très riche en cellules visuelles ou photorécepteurs (les cônes) Permet de voir les choses

4 EXAMEN Acuité visuelle FO (photos) OCT Angiographie rétinienne

5

6 DMLA Dégénérescence Maculaire Liée à l Âge Affection de la macula, 1ère cause de cécité centrale chez les personnes âgées des pays industrialisés Principal problème de santé publique en ophtalmologie dans les pays développés. Observée à partir de 50 ans toujours aux 2 yeux

7 Facteurs de risques Facteurs génétiques : -atcds familiaux -deux gènes majeurs de susceptibilité -gène du facteur H du complément -gène ARMS2

8 Facteurs de risques Age Existence d une MLA Tabac Obésité HTA, accidents cardiovasculaires et vasculaires cérébraux Hypercholestérolémie Exposition solaire, produits photosensibilisants Yeux clairs, hypermétropie Sexe féminin Facteurs de risque nutritionnels (oméga 3, poisson, lutéine)

9 Facteurs de risques Modélisation du risque de développer une DMLA: Calculateur disponible sur

10 DMLA: espoir la pharmaco-génétique Grand boom de la génétique dans les études L avenir sera une thérapeutique sur mesure: - En modifiant les facteurs environnementaux - Adaptée à la forme génétique de chacun

11 MLA / DMLA Prévalence MLA : 18% entre 66 et 74 ans, 30% entre 75 et 85 ans Prévalence des stades tardifs de DMLA : 7% après 75 ans, 15 % après 90 ans personnes atteintes en France dont avec des problèmes visuels 3000 nouveaux cas de cécité légale (acuité visuelle <1/10 ème ) chaque année dans notre pays

12 MLA / DMLA

13 Fond d œil dans la DMLA Apparition de dépôts blancs jaunâtres : les drusen

14 DRUSEN

15 Fond d œil dans la DMLA Zones d hyper et/ou d hypo pigmentations

16 DMLA «sèche» Disparition progressive des cellules visuelles de la macula Evolution lente Peut évoluer vers la forme humide Forme la plus fréquente

17 DMLA «humide» Apparition de vaisseaux anormaux, «les néovaisseaux» sous la macula (progression de 5 à 15 µm par jour) Responsables des hémorragies et de l œdème Forme la moins fréquente mais la plus rapide

18 DMLA «humide» Si non traitée, perte de la vision centrale en quelques semaines Risque de complications aux 2 yeux

19 Les néovaisseaux Sont bien mis en évidence par l angiographie: -à la fluorescéine -au vert d indocyanine Et à l OCT (optical coherent tomography)

20 Les néovaisseaux

21 Les néovaisseaux

22 Evolution progressive, variable, imprévisible 80% 20% Atrophie centrale «forme sèche» Néovascularisation «forme humide»

23 Surveillance régulière chez certains patients Patient déjà atteint de DMLA néovasculaire à un œil Atteinte du 2ème œil dans près de 50 % des cas Patient avec signes précurseurs au fond d œil Jusqu à 50 % de risque de développer une DMLA dans les 5 ans Examen ophtalmologique tous les 6 mois Sensibilisation à l auto-surveillance

24 Les symptômes de la DMLA Aucun ou peu de symptômes dans les formes débutantes Besoins + + de lumière pour la lecture Lenteur + + de la récupération visuelle après éblouissement Altération de la vision centrale : BAV+/- importante

25 Les symptômes de la DMLA Baisse de la vision des contrastes

26 Les symptômes de la DMLA Métamorphosies, micropsies, scotomes (Grille d'amsler)

27 Les symptômes de la DMLA Tache noire ou grise peut apparaître devant l œil

28 Les symptômes de la DMLA Hallucinations visuelles : syndrome de Charles Bonnet - figures géométriques, grillages, fleurs - fréquent, anodin, rassurer Conservation de la vision périphérique

29 Quels traitements

30 La DMLA

31 Avant l ère des anti-vegf La photocoagulation au laser : - directe des néovaisseaux - périfovéale La Photothérapie dynamique à la Visudyne Ces thérapeutiques sont supplantées par

32 La forme «humide» ou «exsudative» La prolifération des néovaisseaux est dû essentiellement au Vascular Growth Factor: VEGF Traitement des néovaisseaux par les inhibiteurs intravitréens du VEGF

33 Les anti-vegf Sont représentés par: LE MACUGEN (très peu utilisé) LE LUCENTIS (ranibizumab) L AVASTIN (hors AMM)

34 LE LUCENTIS Pour les patients traités par 1 injection intravitréenne mensuelle : 90-95% vont maintenir leur vision 25 à 34% vont améliorer leur vision Quels que soit le type de néovaisseaux et cela au moins pendant 2 ans Très bonne tolérance locale et générale du produit (AVC et infarctus du myocarde : facteurs de risques partagés)

35 L AVASTIN Utilisé hors AMM (anticorps humanisé entier) Etude CATT comparant Lucentis/Avastin : Efficacité identique Effets indésirables graves systémiques plus élevés (à confirmer) Efficacité comparable suivant le rythme d administration (mensuel/prn)

36 Les protocoles en pratique Ces excellents résultats sont obtenus avec des injections intra vitréennes mensuelles Des protocoles différents visent à réduire la lourdeur de ces traitements

37 Les protocoles en pratique - Le protocole «PrOnto»: 3 injections mensuelles puis contrôle mensuel et retraitement selon des critères de récidives - Le protocole «Inject and Extend»: 3 injections mensuelles puis injections à chaque visites en les espaçant pour déterminer la durée entre 2 injections sans récidive - Protocole combiné: anti-vegf + Photothérapie dynamique à la Visudyne +/- corticoïdes

38 Dans la vraie vie après la phase Les 3 phases thérapeutiques 1. Induction: 3 IVT mensuelles 2. Post-induction Les répondeurs Les récidivants Les résistants 3. Maintenance selon un protocole choisi

39 Les «très bons répondeurs» VOD= 1,25/10 VOD= 8/10 1 mois après 3 Lucentis et ne récidive pas ou peu

40 Les «répondeurs classiques» Après 3 Lucentis : fermeture du NVC Récidive après 3 mois (patient en protocole PrONTO)

41 «Les répondeurs dépendants» Lucentis tous les mois

42 Les «mauvais répondeurs» Aggravation après 3 IVT

43 Dans la vraie vie monothérapie anti-vegf Sauf: - En cas de vasculopathie polypïdale (+PDT) - En cas de néovascularisation inféro fovéolaire d une cicatrice fibreuse (laser) - En cas de risque exceptionnel d ordre général

44 La maintenance en monothérapie - Le but est : d éviter les récidives et de n injecter que si c est nécessaire. De déterminer l intervalle sans récidive Les traitements combinés sont réservés à des formes particulières

45 Arbre décisionnel pour le suivi des patients traités par anti-vegf

46 VEGF-TRAP Nouvelle molécule : récepteur leurre Etudes de phase III VIEW 1 et VIEW 2 (non infériorité) Injection tous les mois pendant 3 mois puis tous les 2 mois Nov 2011 autorisation aux Etats-Unis ( dans 18 mois environ en France) Très bonne tolérance

47 Le traitement en pratique Condition d hygiène strictes Ambulatoire Anesthésie locale Lavage de l œil à la Bétadine Collyre antibiotique Recommandations de l AFSSAPS

48

49

50 Risques Souvent hémorragies sous conjonctivales et bulles de gaz injectées Très rares Infectieux Décollement de rétine Occlusion artérielle

51 La DMLA

52 La forme sèche ou atrophique Beaucoup de nouvelles molécules sont à l étude Ciblent les différentes causes trouvées dans cette forme clinique Par voie: - Locale en collyre - Intravitréennes - Orale

53 Les cibles 1. L oxygénation choroïdienne optimale 2. Le dommage oxydatif 3. L accumulation de toxines en particulier la lipofuscine 4. L inflammation chronique 5. Le dysfonctionnement de la voie du complément 6. La neurodégénérescence 7. Autres

54 Les stratégies thérapeutiques 1. =L hygiène de vie 2. =Les anti oxydants 3. =Les modificateurs du schéma du cycle visuel 4. =Les anti inflammatoires 5. =Les inhibiteurs du complément 6. =Les agents potentiellement neuroprotecteurs 7. =Les thérapies à base de cellules souches

55 1. Conserver un flux choroïdien optimal grâce à une hygiène de vie

56 1. Conserver un flux choroïdien optimal Choroïde normale Choroïde de DMLA

57 1. Conserver un flux choroïdien optimal Lutte contre le syndrome métabolique et les anomalies cardiovasculaires : alimentation équilibrée, exercice physique, Lutte contre obésité lutte contre tabagisme+++ contrôle de la TA

58 1. Conserver un flux choroïdien optimal Correction des paramètres sanguins : cholestérol, triglycérides, lipoprotéines A, inflammation Rhéophérèse : Études MIRA Essai thérapeutique en France

59 2. la lutte contre les

60 Lutte contre les radicaux libres La consommation d acides gras*: AGPI Omega 6 = formation de drusen AGPI Omega 3 = protecteurs Etudes AREDS II et NAT-2 en cours AREDS I : 25% de réduction du risque de progression dans les formes 3 et 4

61 Lutte contre les radicaux libres Association d anti oxydants, de lutéine et zéaxanthine et d Oméga 3: étude en cours jusqu en 2013 CECI EST ACTUELLEMENT LE TRAITEMENT QUE L ON UTILISE DEPUIS LES ETUDES AREDS I

62 Lutte contre les radicaux libres à l étude : OT-551 (Othera Pharma) : Anti-oxydant délivré sous forme de collyre. Petite molécule lipophile qui va piéger les radicaux libres. Activité anti-oxydante, anti-angiogénique et anti-inflammatoire. Collyre : 4 instillations par jour sur 2 ans. (2 doses étudiées : 0,3% et 0,45%) Résultats : pas d effet Etude GATE: Alcon AL-8309B : Cible un produit de dégradation du DHA dans la rétine externe 550 patients; toujours en cours

63 3. La lutte contre l accumulation des dépôts

64 Lutte contre l accumulation de dépôts Rôle critique de l accumulation de la Lipofuschine (LF) dans les cellules de l épithélium pigmentaire LF contient un composant toxique (A2-E) dérivé de la vitamine A : Diminution de l apport en vitamine A si autofluorescence +++ et protection anti- UV accrue Holz FG et al ; FAM study : Schmitz-Valckenberg, 2006; Bindewald, 2006; Deckert, 2005; Sunness, 1999

65 L élargissement des zones d atrophie (F. Holz 2007) L augmentation de l autofluorescence (lipofuschine/ A2E) en marge des zones d atrophie permet de prédire l extension de l atrophie géographique

66 Lutte contre l accumulation de dépôts : à l étude : ACU-02 : Prise orale; Réduit l accumulation d A2E et Préserve les cellules rétiniennes Étude en cours Fenretinide (ST-602): Sirion Therapeutics; Rétinoïde synthétique, voie orale Utilisé pour traiter certain cancers, les arthrites rhumatoïdes, l acné, le psoriasis Résultats décevants chez l homme

67 4. La lutte contre l inflammation chronique

68 Les agents anti-inflammatoires Illuvien: fluorocinolone en implant intravitréen Sirolimus: injections sous conjonctivales ou en intravitréen Etudes en cours

69 5. La lutte contre les dysfonctionnements du système immunitaire

70 Cellules de l EP : cibles du système immunitaire La réaction du système immunitaire à l inflammation est perturbée dans la DMLA L aspect génétique de la maladie concerne le système du complément et particulièrement le plus important gène de susceptibilité est le facteur H du complément. Rôle des macrophages dans la DMLA sèche et humide

71 6. Les agents potentiellement neuroprotecteurs contre la dégénérescence

72 Les agents potentiellement neuroprotecteurs Brimonidine en implant en cours Le facteur neurotrophique ciliaire en cours

73 Le concept des technologies utilisant des cellules encapsulées La délivrance des protéines thérapeutiques qui doivent parvenir à la rétine reste un problème, car ne passent pas la barrière hématorétinienne Les nouvelles technologies apportent des solutions Véritable usine intra-oculaire

74 Le matériel Est petit, 6 mm de long et 1mm de diamètre. Prêt à l implantation dans l oeil Fourni une supplémentation permanente du facteur régénérateur pour des mois, voire des années.

75 Etude CNTF : dispositif d encapsulation NT501 (ciliary neurotrophic factor) Dans une étude antérieure, le Ciliary NeuroTrophic Factor avait potentiellement montré un effet protecteur sur les photorécepteurs de type cônes. Etude de phase III arrété.

76 7. Les autres solutions?

77 Autres thérapeutiques Cellules souches: une étude en cours Thérapie génique: en projet Implants électroniques: encore très peu utilisés, réservé plutôt aux rétinopathies pigmentaires

78 Equipement optique Rôle de l opticien Accompagne l évolution de l acuité visuelle: D une simple loupe avec un bon éclairage Aux systèmes grossissants divers Les opticiens jouent un rôle déterminant dans la conservation de la vision des patients

79 Equipement électronique Accompagne l évolution de l acuité visuelle: Du I PAD aux télé agrandisseurs le patient pourra selon son confort choisir le système qui lui conviendra le mieux

80 La rééducation basse vision Rôle de l orthoptiste En cas de perte de la vision centrale ou de difficulté avec les systèmes optiques prescrits Permet au patient de trouver une fixation préférentielle et de la développer pour utiliser au mieux son capital visuel restant.

81 Conclusion Beaucoup de recherche et beaucoup d espoir Progrès indéniables dans la forme exsudative La forme atrophique n a pas vraiment de traitement efficace pour l instant Des études multicentriques très nombreuses sont en cours pour trouver des solutions thérapeutiques à cette maladie oculaire fréquente

La dégénerescence maculaire liée à l âge

La dégénerescence maculaire liée à l âge dégénérescence maculaire liée à l âge (DMLA) 60 - DÉGÉNÉRESCENCE MACULAIRE LIÉE À L ÂGE (DMLA) 1. Connaître l épidémiologie de la DMLA. Ce qu il faut savoir 2. Connaître les principales formes cliniques

Plus en détail

La dégénerescence maculaire liée à l âge

La dégénerescence maculaire liée à l âge dégénérescence maculaire liée à l âge (DMLA) 60 - DÉGÉNÉRESCENCE MACULAIRE LIÉE À L ÂGE (DMLA) 1. Connaître l épidémiologie de la DMLA. Ce qu il faut savoir 2. Connaître les principales formes cliniques

Plus en détail

Item 60 : Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA)

Item 60 : Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) Item 60 : Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Prévalence... 1 2 Facteurs de risque... 2 3 Diagnostic...3 4 Formes

Plus en détail

tem 127 (iitem 60) : Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF)

tem 127 (iitem 60) : Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) tem 127 (iitem 60) : Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) 2013 1 Table des matières Introduction... 3 1. Prévalence... 3 2. Facteurs

Plus en détail

La Dégénérescence Maculaire liée à l âge

La Dégénérescence Maculaire liée à l âge La Dégénérescence Maculaire liée à l âge Laure Van Bol Florence Rasquin Service d ophtalmologie Hôpital Erasme Conflits d intérêt en rapport avec la présentation Honoraires de conférence: Néant Participation

Plus en détail

ZOOM SUR LA DMLA In Newsletter du Centre Hospitalier de Perpignan 30 oct 2012 Dr Guilhem Cartry chef de service Ophtalmologie CHP LA DMLA?

ZOOM SUR LA DMLA In Newsletter du Centre Hospitalier de Perpignan 30 oct 2012 Dr Guilhem Cartry chef de service Ophtalmologie CHP LA DMLA? ZOOM SUR LA DMLA In Newsletter du Centre Hospitalier de Perpignan 30 oct 2012 Dr Guilhem Cartry chef de service Ophtalmologie CHP LA DMLA? La Dégénérescence Maculaire Liée à l Age (DMLA) est la principale

Plus en détail

La dégénerescence maculaire liée à l âge

La dégénerescence maculaire liée à l âge dégénérescence maculaire liée à l âge (DMLA) 60 - DÉGÉNÉRESCENCE MACULAIRE LIÉE À L ÂGE (DMLA) 1. Connaître l épidémiologie de la DMLA. Ce qu il faut savoir 2. Connaître les principales formes cliniques

Plus en détail

LA DMLA Mise au point sur les traitements actuels de la Dégénérescence Maculaire Liée à l Age

LA DMLA Mise au point sur les traitements actuels de la Dégénérescence Maculaire Liée à l Age Association Regards et Contrastes Conférence du 15 décembre 2006 à l Athénée Municipale de Bordeaux Présentation proposée par le Docteur Arnaud Bernard Ophtalmologue Rétinologue LA DMLA Mise au point sur

Plus en détail

Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge thérapeutique par l ophtalmologiste

Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge thérapeutique par l ophtalmologiste SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge thérapeutique par l ophtalmologiste Juin 2012 PRISE EN CHARGE THÉRAPEUTIQUE DE LA DMLA EXSUDATIVE

Plus en détail

Traitement actuel de la Maculaire Liée e l Agel

Traitement actuel de la Maculaire Liée e l Agel Congrès de Médecine M Générale G 9/1/10 Charleroi Traitement actuel de la Dégénérescence Maculaire Liée e l Agel Laurent Levecq UCL Mont-Godinne Conflits d intd intérêts : aucun. DMLA : définition d et

Plus en détail

LA DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE. Définition Moyens d investigations Facteurs favorisants

LA DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE. Définition Moyens d investigations Facteurs favorisants LA DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE Définition Moyens d investigations Facteurs favorisants DEFINITION La DMLA est liée à la senescence ou vieillissement qui entraine des modifications atrophiques

Plus en détail

Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA)

Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) CHAPITRE 5 Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) I. Introduction 55 II. Prévalence 56 III. Facteurs de risque 56 IV. Diagnostic 56 V. Formes cliniques 58 VI. Traitement 60 Nouveau programme Item

Plus en détail

CHAPITRE XVI : DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE (DMLA)

CHAPITRE XVI : DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE (DMLA) CHAPITRE XVI : DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE (DMLA) I. INTRODUCTION II. PRÉVALENCE III. FACTEURS DE RISQUE IV. DIAGNOSTIC A. Circonstances de découverte B. Examen clinique 1. mesure de l acuité

Plus en détail

Dégénérescence maculaire liée à l âge

Dégénérescence maculaire liée à l âge Dégénérescence maculaire liée à l âge DMLA DR JEGUIRIM H FONDATION ADOLPHE DE ROTHSCHILD La dégénérescence maculaire liée à l âge (DMLA) est la principale cause de cécité au-delà de 50 ans dans les pays

Plus en détail

Utilisation des anti-vegf dans le traitement local de la DMLA et autres rétinopathies

Utilisation des anti-vegf dans le traitement local de la DMLA et autres rétinopathies Utilisation des anti-vegf dans le traitement local de la DMLA et autres rétinopathies GUEHO Sylvain / RICHARD Nathalie Chef de pôle produit Dolorh Direction Neurho 13 février 2014 Séminaire Conseil d Administration

Plus en détail

DMLA. (Dégénérescence maculaire liée à l âge) Formation Continue Orthoptistes jeudi 6 novembre 2008. Docteur Christophe Bezanson - UNAFORMEC

DMLA. (Dégénérescence maculaire liée à l âge) Formation Continue Orthoptistes jeudi 6 novembre 2008. Docteur Christophe Bezanson - UNAFORMEC DMLA (Dégénérescence maculaire liée à l âge) Formation Continue Orthoptistes jeudi 6 novembre 2008 Docteur Christophe Bezanson - UNAFORMEC 1 / Rappel 1 re cause de malvoyance dans les pays industrialisés

Plus en détail

«Dites docteur, on m a dit que j avais la DMLA»

«Dites docteur, on m a dit que j avais la DMLA» «Dites docteur, on m a dit que j avais la DMLA» Place du médecin traitant dans la prise en charge de la Dégénérescence Maculaire liée à l Âge (DMLA). Dr Sarah PERIGNON Toutes formes confondues, la DMLA

Plus en détail

La DMLA. Dégénérescence maculaire liée à l âge

La DMLA. Dégénérescence maculaire liée à l âge La DMLA Dégénérescence maculaire liée à l âge Définition Maladie dégénérative de la rétine, qui débute après 55 ans. Elle est due à l accumulation de déchets au niveau de la rétine qui ne sont plus évacués.

Plus en détail

en direct de la SFO Les injections intravitréennes (IVT) dans notre pratique quotidienne

en direct de la SFO Les injections intravitréennes (IVT) dans notre pratique quotidienne 3 La rétine médicale en direct de la SFO Les injections intravitréennes (IVT) dans notre pratique quotidienne Dr Catherine Favard 1 Introduction Les traitements médicaux des pathologies rétiniennes évoluent

Plus en détail

Les problèmes de vue liés à l âge

Les problèmes de vue liés à l âge Les problèmes de vue liés à l âge Certaines maladies oculaires deviennent plus fréquentes avec l'âge et peuvent conduire dans certains cas à des problèmes de vue importants. Il s agit de la dégénérescence

Plus en détail

LES URGENCES EN OPHTALMOLOGIE

LES URGENCES EN OPHTALMOLOGIE LES URGENCES EN OPHTALMOLOGIE DU de prise en charge des situations d urgences médico-chirurgicales Dr Guillaume LEROUX LES JARDINS Service d Ophtalmologie de Hôtel-Dieu, Paris Cabinet d ophtalmologie,

Plus en détail

Injection intra-vitréenne d AVASTIN (Bevacizumab)

Injection intra-vitréenne d AVASTIN (Bevacizumab) Injection intra-vitréenne d AVASTIN (Bevacizumab) Les injections intravitréennes de médicaments sont devenues une pratique courante pour traiter certaines affections de la rétine. C'est ainsi que l'on

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 12 septembre 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 12 septembre 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 12 septembre 2007 INFRACYANINE 25 mg/10 ml, poudre et solvant pour solution injectable Flacon de 25 mg avec 1 ampoule de solvant de 10 ml (CIP : 360 841-7) Laboratoire

Plus en détail

Baisse de l acuité visuelle : cataracte, glaucome et DMLA

Baisse de l acuité visuelle : cataracte, glaucome et DMLA Baisse de l acuité visuelle : cataracte, glaucome et DMLA UE : Défaillances organiques et processus dégénératifs 2.7.S4 Bénédicte DUPAS Service d ophtalmologie Hôpital Lariboisière Introduction Vieillissement

Plus en détail

Place des anti-vegf dans l OMD. Dr Magali Sampo Service d ophtalmologie de la Timone

Place des anti-vegf dans l OMD. Dr Magali Sampo Service d ophtalmologie de la Timone Place des anti-vegf dans l OMD Dr Magali Sampo Service d ophtalmologie de la Timone Introduction OMD Principale cause de malvoyance chez le diabétique Prise en charge des facteurs de risques systémiques

Plus en détail

rétinopathie diabétique (RD) rétinopathie diabétique proliférante (RDP) un œdème maculaire (OM)

rétinopathie diabétique (RD) rétinopathie diabétique proliférante (RDP) un œdème maculaire (OM) Rétinopathie diabétique : nouveautés Drs Pagot-Mathis Véronique, Mahieu Laurence, Auriol Sylvain Centre de la rétine, Hôpital Paule de Viguier CHU Toulouse INTRODUCTION La rétinopathie diabétique (RD)

Plus en détail

Avis 3 avril 2013. Le projet d avis adopté par la Commission de la Transparence le 6 mars 2013 a fait l objet d une audition le 3 avril 2013

Avis 3 avril 2013. Le projet d avis adopté par la Commission de la Transparence le 6 mars 2013 a fait l objet d une audition le 3 avril 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 3 avril 2013 Le projet d avis adopté par la Commission de la Transparence le 6 mars 2013 a fait l objet d une audition le 3 avril 2013 EYLEA 40 mg/ml, solution injectable

Plus en détail

233 - RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE (RD)-

233 - RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE (RD)- rétinopathie diabétique 233 - RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE (RD)-2010 Ce qu il faut savoir 1. Connaître la prévalence de la rétinopathie diabétique en fonction du type et de l ancienneté du diabète. 2. Comprendre

Plus en détail

LA DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE

LA DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE ITEM 60 LA DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE Docteur J. Szwarcberg, Professeur J. Flament Clinique Ophtalmologique Hôpitaux Universitaires de Strasbourg La dégénérescence maculaire liée à l âge (DMLA)

Plus en détail

Avis 17 juin 2015. Laboratoire NOVARTIS PHARMA S.A.S. ranibizumab. S01LA04 (agent anti-néovascularisation oculaire)

Avis 17 juin 2015. Laboratoire NOVARTIS PHARMA S.A.S. ranibizumab. S01LA04 (agent anti-néovascularisation oculaire) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 17 juin 2015 LUCENTIS 10 mg/ml, solution injectable en seringue préremplie Boîte de 1 seringue préremplie de 0,165 ml (CIP : 34009 276 711 9 7) LUCENTIS 10 mg/ml, solution

Plus en détail

AJO/ IOVS Janv 2015 Par Wilfried Minvielle

AJO/ IOVS Janv 2015 Par Wilfried Minvielle AJO/ IOVS Janv 2015 Par Service du Professeur E. Souied Ophtalmologie Centre Hospitalier Intercommunal de Creteil Objectif Evaluer le taux de serum solubles Flt-1 chez les patients atteints de DMLA néovasculaire

Plus en détail

Revue de littérature du 03/12/2014

Revue de littérature du 03/12/2014 Revue de littérature du 03/12/2014 AJO and BJO Novembre 2014 Service du Professeur E. Souied Ophtalmologie Centre Hospitalier Intercommunal de Creteil Introduction VEGF: rôle important dans pathogenèse

Plus en détail

Master Neurosciences 2 ème année Colloque : Vieillissement. l Age. Louis Hoffart Service d ophtalmologie Hopital de la Timone Marseille

Master Neurosciences 2 ème année Colloque : Vieillissement. l Age. Louis Hoffart Service d ophtalmologie Hopital de la Timone Marseille Master Neurosciences 2 ème année Colloque : Vieillissement Dégénérescence Maculaire Liée à l Age Louis Hoffart Service d ophtalmologie Hopital de la Timone Marseille Louis.hoffart@mail.ap-hm.fr Macula

Plus en détail

Il y a deux mois, Mme S. a consulté un ophtalmologiste parce que sa vision de près baissait. Outre une presbytie, les examens ont mis en évidence

Il y a deux mois, Mme S. a consulté un ophtalmologiste parce que sa vision de près baissait. Outre une presbytie, les examens ont mis en évidence Il y a deux mois, Mme S. a consulté un ophtalmologiste parce que sa vision de près baissait. Outre une presbytie, les examens ont mis en évidence plusieurs anomalies dont une trop forte pression dans les

Plus en détail

Dégénérescence maculaire liée à l âge. Comprendre la DMLA : un guide

Dégénérescence maculaire liée à l âge. Comprendre la DMLA : un guide MLA Dégénérescence maculaire liée à l âge Comprendre la DMLA : un guide Table des matières Dégénérescence maculaire liée à l âge (DMLA) 3 Présentation de la DMLA 5 Deux types de DMLA 6 Facteurs de risque

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 novembre 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 novembre 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 29 novembre 2006 MACUGEN 0,3 mg, solution injectable Boîte de 1 seringue pré-remplie (CIP : 373 283-8) Laboratoire PFIZER pegaptanib Médicament soumis à prescription

Plus en détail

TOMOGRAPHIE DU SEGMENT POSTERIEUR DE

TOMOGRAPHIE DU SEGMENT POSTERIEUR DE TOMOGRAPHIE DU SEGMENT POSTERIEUR DE L ŒIL PAR SCANOGRAPHIE A COHERENCE OPTIQUE Classement CCAM : 02.01.03 code : BZQK001 JUIN 2007 Service évaluation des actes professionnels 2 avenue du Stade de France

Plus en détail

Retina - September 2014 - Volume 34 - Issue 9 - Par Ianis Marcireau Service d ophtalmologie Professeur E.Souied Université Paris Est

Retina - September 2014 - Volume 34 - Issue 9 - Par Ianis Marcireau Service d ophtalmologie Professeur E.Souied Université Paris Est Retina - September 2014 - Volume 34 - Issue 9 - Par Ianis Marcireau Service d ophtalmologie Professeur E.Souied Introduction 2 complications dans l OVCR : OM Ischémique : HIV, GNV Pour définir le risque

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 10 18 Décembre 2012

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 10 18 Décembre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 10 18 Décembre 2012 Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation : Lucentis 10mg/ml (DCI : Ranibizumab

Plus en détail

LA DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE. Leila TRITAR - EL MATRI

LA DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE. Leila TRITAR - EL MATRI LA DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE Leila TRITAR - EL MATRI INTRODUCTION La dégénérescence maculaire liée à l âge ou DMLA est une affection extrêmement fréquente, devenue la première cause de cécité

Plus en détail

Action multi-régionale de Gestion du Risque

Action multi-régionale de Gestion du Risque Action multi-régionale de Gestion du Risque La Dégénérescence Maculaire Liée à l Age : Description des pratiques en matière de diagnostic et de prise en charge Rapport Février 2011 1 2 GROUPE DE PILOTAGE

Plus en détail

Lucentis (ranibizumab)

Lucentis (ranibizumab) Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament LUCENTIS de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation des risques en Belgique, dont cette information

Plus en détail

LA DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE

LA DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE LA DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE LA DEGENERESCENCE MACULAIRE LIEE A L AGE La symptomatologie : exposé Epidémiologie Les signes d'appel Les signes d'aggravation Le handicap et l'importance en terme

Plus en détail

DMLA / Néovaisseaux Rythmes de prise en charge des patients

DMLA / Néovaisseaux Rythmes de prise en charge des patients DMLA / Néovaisseaux Rythmes de prise en charge des patients Société d Ophtalmologie du Nord Mars 2013 thomas@desmettre.org Lucentis : du p.r.n. à l Inject & Extend Prise en charge des néovaisseaux choroïdiens

Plus en détail

LA MACULA C EST QUOI?

LA MACULA C EST QUOI? Le médecin de famille et la DMLA : comment orienter les patients? Journée de Formation Médicale Continue Dr Leruez Stéphanie, PHC Ophtalmologie 29 janvier 2015 LA MACULA C EST QUOI? OCT Tomographie par

Plus en détail

LASER, SOURCE DE VUE. par Jean-Claude LEPORI

LASER, SOURCE DE VUE. par Jean-Claude LEPORI ALS Lumière, source de vie Séance exceptionnelle du 10 avril 2005 à l Hôtel de Ville de Nancy Laser, source de vue par Jean-Claude LEPORI LASER, SOURCE DE VUE par Jean-Claude LEPORI ALS (Nancy, 10 avril

Plus en détail

Je m appelle Josye, j ai 50 ans je suis assistante de direction. Fin 2012 J ai commencé à perdre ma vision Voici l histoire de ma DMLA

Je m appelle Josye, j ai 50 ans je suis assistante de direction. Fin 2012 J ai commencé à perdre ma vision Voici l histoire de ma DMLA Je m appelle Josye, j ai 50 ans je suis assistante de direction Fin 2012 J ai commencé à perdre ma vision Voici l histoire de ma DMLA Qu est-ce que la DMLA? Dégénerescence Maculaire Liée A l Age 2 formes

Plus en détail

LE GLAUCOME PRIMITIF DU SUJET AGE. Laurent CHIRPAZ Capacité Gériatrie Dijon février 2005

LE GLAUCOME PRIMITIF DU SUJET AGE. Laurent CHIRPAZ Capacité Gériatrie Dijon février 2005 LE GLAUCOME PRIMITIF DU SUJET AGE Laurent CHIRPAZ Capacité Gériatrie Dijon février 2005 LE GLAUCOME PRIMITIF A ANGLE OUVERT RAPPEL : conceptions actuelles du GPAO Neuropathie optique évolutive associant

Plus en détail

Anastomoses Choriorétiniennes : Prise en Charge Actualisée

Anastomoses Choriorétiniennes : Prise en Charge Actualisée SUD RETINE, Monaco, 14/6/2013 Anastomoses Choriorétiniennes : Prise en Charge Actualisée C. FAVARD 1 Centre Ophtalmologique de l Odéon, 2 Centre Iéna Vision, 3 Fondation Rothschild, Introduction Anastomoses

Plus en détail

La Dégénérescence Maculaire Liée à l Age DMLA. Dr MEILLON Cyril

La Dégénérescence Maculaire Liée à l Age DMLA. Dr MEILLON Cyril La Dégénérescence Maculaire Liée à l Age DMLA Dr MEILLON Cyril Définition Maladie rétinienne (sélective de la macula) Dégénérative, chronique, évolutive et invalidante Après l âge de 50 ans Dégénérescence

Plus en détail

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil.

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil. Zinc EN BREF Introduction Le zinc (Zn) est un oligoélément essentiel à toutes les formes de vie et que l on trouve dans près de 100 enzymes spécifiques. Après le fer, le zinc est l oligoélément le plus

Plus en détail

Le système visuel. Le système visuel. Le système visuel. Le système visuel. Anomalies de la réfraction oculaire. Anomalies de la réfraction oculaire

Le système visuel. Le système visuel. Le système visuel. Le système visuel. Anomalies de la réfraction oculaire. Anomalies de la réfraction oculaire Le système visuel Le système visuel Les récepteurs L organe périphérique Anatomie de l oeil Les bâtonnets: vision en noir et blanc. Les cônes: vision précise, vision diurne et vision des couleurs. Le système

Plus en détail

L ŒIL. à la loupe... substance transparente et visqueuse qui remplit le globe oculaire et amortit les chocs éventuels

L ŒIL. à la loupe... substance transparente et visqueuse qui remplit le globe oculaire et amortit les chocs éventuels ACMS œil (def) 15/05/03 16:18 Page 3 L ŒIL à la loupe... Principales structures de l œil Cornée : coupole transparente par laquelle pénètrent les images de l environnement Humeur aqueuse : liquide transparent

Plus en détail

Dégénérescence Maculaire Liée à l Age Progrès réalisés et nouvelles voies de traitement

Dégénérescence Maculaire Liée à l Age Progrès réalisés et nouvelles voies de traitement Maladies oculaires : l enjeu du progrès thérapeutique face au vieillissement de la population Dégénérescence Maculaire Liée à l Age Progrès réalisés et nouvelles voies de traitement Dr JF.Girmens Service

Plus en détail

Atteintes ophtalmologiques cécitantes dans le cadre de l activité professionnelle. Pr Ridings E. Granget CHU Timone

Atteintes ophtalmologiques cécitantes dans le cadre de l activité professionnelle. Pr Ridings E. Granget CHU Timone Atteintes ophtalmologiques cécitantes dans le cadre de l activité professionnelle Pr Ridings E. Granget CHU Timone Glaucome chronique GLAUCOME Le terme de glaucome représente un ensemble d affections oculaires

Plus en détail

Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge diagnostique

Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge diagnostique SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Dégénérescence maculaire liée à l âge : prise en charge diagnostique Juin 2012 QUELS SIGNES FONCTIONNELS DOIVENT FAIRE ÉVOQUER UNE DMLA? La baisse d acuité

Plus en détail

JMV. Affections cécitantes curables

JMV. Affections cécitantes curables JMV Affections cécitantes curables AMBLYOPIE L Amblyopie C est une insuffisance de la vision, parfois congénitale ou acquise dans les premiers mois de la vie. La forme la plus courante unilatérale - résulte

Plus en détail

PROGRAMME DIPLÔME UNIVERSITAIRE IMAGERIE RÉTINIENNE ET TRAITEMENTS MACULAIRES

PROGRAMME DIPLÔME UNIVERSITAIRE IMAGERIE RÉTINIENNE ET TRAITEMENTS MACULAIRES PROGRAMME DIPLÔME UNIVERSITAIRE IMAGERIE RÉTINIENNE ET TRAITEMENTS MACULAIRES Université PARIS-EST CRETEIL Faculté de Médecine de Créteil Responsables de l enseignement : Professeur E. SOUIED Professeur

Plus en détail

Œdème maculaire secondaire à une occlusion veineuse rétinienne. Comprendre l OVR : un guide

Œdème maculaire secondaire à une occlusion veineuse rétinienne. Comprendre l OVR : un guide OVR Œdème maculaire secondaire à une occlusion veineuse rétinienne Comprendre l OVR : un guide Table des matières Œdème maculaire secondaire à une occlusion veineuse rétinienne (OVR) 3 Présentation de

Plus en détail

Le Glaucome Chronique à Angle Ouvert : définition et pathogénie

Le Glaucome Chronique à Angle Ouvert : définition et pathogénie Le Glaucome Chronique à Angle Ouvert : définition et pathogénie Dr Cédric Lamirel Fondation Ophtalmologique Adolphe de Rothschild Hôpital Bichat Les Glaucomes 6²7 millions!!! Cécité légale irréversible

Plus en détail

PLACE DU RANIBIZUMAB DANS LE TRAITEMENT DES NEOVAISSEAUX RETINIENS DE DIFFERENTES ETIOLOGIES

PLACE DU RANIBIZUMAB DANS LE TRAITEMENT DES NEOVAISSEAUX RETINIENS DE DIFFERENTES ETIOLOGIES PLACE DU RANIBIZUMAB DANS LE TRAITEMENT DES NEOVAISSEAUX RETINIENS DE DIFFERENTES ETIOLOGIES RESUME : Dib. S, Ghroud. M N Service d'ophtalmologie, HMRUO, Oran. Introduction : Plusieurs études ont montré

Plus en détail

Revue de la littérature du 29/10/14

Revue de la littérature du 29/10/14 Revue de la littérature du 29/10/14 AJO / BJO septembre 2014 Par Service du Professeur E. Souied Ophtalmologie Centre Hospitalier Intercommunal de Creteil Méthodes Objectif : Etude multimodale de la choroïde

Plus en détail

La DMLA peut se présenter sous trois formes. Au stade initial, la maladie ne

La DMLA peut se présenter sous trois formes. Au stade initial, la maladie ne Chapitre 2 LES FORMES DE DMLA La DMLA peut se présenter sous trois formes. Au stade initial, la maladie ne présente pas de dégénérescence proprement dite de la macula. On parle alors de DMLA précoce ou

Plus en détail

Bonnes Pratiques d injection intra vitréenne (IVT)

Bonnes Pratiques d injection intra vitréenne (IVT) Sommaire Recommandations MAP Bonnes Pratiques d injection intra vitréenne (IVT) Messages clés L injection intra vitréenne doit être réalisée par un ophtalmologiste expérimenté. Elle doit être réalisée

Plus en détail

Dégénérescence maculaire liée à l âge

Dégénérescence maculaire liée à l âge Dégénérescence maculaire liée à l âge LUC-09-02/10-6087 - 1 - Dégénérescence maculaire liée à l âge Sommaire 1. Introduction 2. Qu est-ce que la dégénérescence maculaire liée à l âge? 3. Forme sèche et

Plus en détail

PROGRAMME RSI~Diabète

PROGRAMME RSI~Diabète MON PARCOURS PRÉVENTION diabète PROGRAMME RSI~Diabète Vous aider à prendre en charge votre diabète Support patients www.rsi.fr/diabete Qu est-ce que le diabète? Le diabète se caractérise par une hyperglycémie

Plus en détail

ANNEXE I RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT 1 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT Lucentis 10 mg/ml solution injectable 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Un ml contient 10 mg de ranibizumab*. Chaque

Plus en détail

Le médecin généraliste et le rétinologue en 2011: nouveautés Drs Véronique Pagot-Mathis, Sylvain Auriol, Laurence Mahieu INTRODUCTION L allongement

Le médecin généraliste et le rétinologue en 2011: nouveautés Drs Véronique Pagot-Mathis, Sylvain Auriol, Laurence Mahieu INTRODUCTION L allongement Le médecin généraliste et le rétinologue en 2011: nouveautés Drs Véronique Pagot-Mathis, Sylvain Auriol, Laurence Mahieu INTRODUCTION L allongement de l espérance de vie dans nos pays industrialisés a

Plus en détail

DÉCOL O L L E L MENT T D E R ÉTI T N I E

DÉCOL O L L E L MENT T D E R ÉTI T N I E DÉCOLLEMENT DE RÉTINE S. POMMIER Ref: Pr Philippe Gain DÉFINITION urgence ophtalmologique relative opéré généralement dans les 24 à 48 heures relativement rare (un ophtalmologiste en cabinet en voit 1

Plus en détail

Agnès Lavaud Thomas Hassiba OUBRAHAM Violaine Caillaux Service du Pr Souied Staff 15 Octobre 2014

Agnès Lavaud Thomas Hassiba OUBRAHAM Violaine Caillaux Service du Pr Souied Staff 15 Octobre 2014 Agnès Lavaud Thomas Hassiba OUBRAHAM Violaine Caillaux Service du Pr Souied Staff 15 Octobre 2014 Objectif DMLA sujet bien connu du service Euretina community: recommandations claires sur les pratiques

Plus en détail

TOMOGRAPHIE DU SEGMENT POSTERIEUR DE

TOMOGRAPHIE DU SEGMENT POSTERIEUR DE TOMOGRAPHIE DU SEGMENT POSTERIEUR DE L ŒIL PAR SCANOGRAPHIE A COHERENCE OPTIQUE Classement CCAM : 02.01.03 code : BZQK001 JUIN 2007 Service évaluation des actes professionnels 2 avenue du Stade de France

Plus en détail

PARC CHANOT MARSEILLE

PARC CHANOT MARSEILLE PALAIS DES CONGRÈS PARC CHANOT MARSEILLE VENDREDI 9 OCTOBRE - 16H00 CONFÉRENCE GRAND PUBLIC DOSSIER DE PRESSE MACULA & DÉGÉNÉRESCENCE MACULAIRE LE KÉRATOCÔNE ENTRÉE LIBRE ORGANISATION GÉNÉRALE MCO CONGRÈS

Plus en détail

Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014

Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014 Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014 Introduction Le cancer du sein est une maladie multifactorielle La susceptibilité génétique

Plus en détail

DEFICIENCES VISUELLES. Jérome GUYOMARCH Service d Ophtalmologie du CHU de Fort-de-France

DEFICIENCES VISUELLES. Jérome GUYOMARCH Service d Ophtalmologie du CHU de Fort-de-France DEFICIENCES VISUELLES Jérome GUYOMARCH Service d Ophtalmologie du CHU de Fort-de-France INTRODUCTION: GENERALITES La déficience visuelle constitue un problème d importance croissante dans l ensemble des

Plus en détail

Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention

Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention Présenté par Simon Bérubé, M.D. 8 avril 2008 Plan Les facteurs de risque Les habitudes de vie Signes et symptômes Prise en charge médicale, quand

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. 122 ème Congrès de la Société Française d Ophtalmologie 7 au 10 mai 2016 Palais des Congrès Porte Maillot www.sfo.asso.

DOSSIER DE PRESSE. 122 ème Congrès de la Société Française d Ophtalmologie 7 au 10 mai 2016 Palais des Congrès Porte Maillot www.sfo.asso. DOSSIER DE PRESSE 122 ème Congrès de la Société Française d Ophtalmologie 7 au 10 mai 2016 Palais des Congrès Porte Maillot www.sfo.asso.fr Cataracte Premium, Œdèmes maculaires, les pièges à éviter et

Plus en détail

DMLA LIVRET D INFORMATION CAMPAGNE NATIONALE D INFORMATION ET DE DÉPISTAGE DE LA DÉGÉNÉRESCENCE MACULAIRE LIÉE À L ÂGE. www.association-dmla.

DMLA LIVRET D INFORMATION CAMPAGNE NATIONALE D INFORMATION ET DE DÉPISTAGE DE LA DÉGÉNÉRESCENCE MACULAIRE LIÉE À L ÂGE. www.association-dmla. CAMPAGNE NATIONALE D INFORMATION ET DE DÉPISTAGE DMLA DE LA DÉGÉNÉRESCENCE MACULAIRE LIÉE À L ÂGE LIVRET D INFORMATION www.association-dmla.com SIÈGE SOCIAL : Centre Hospitalier Intercommunal de Créteil

Plus en détail

Rétine et pathologies générales : un travail d équipe. Congrès ARMD

Rétine et pathologies générales : un travail d équipe. Congrès ARMD Rétine et pathologies générales : un travail d équipe Congrès ARMD Samedi 24 Septembre 2011 Mandelieu La Napoule, Alpes Maritimes Rapporteurs de cette journée : Vincent FORTOUL et Anne-Sophie MARTY CHU

Plus en détail

Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des

Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des Chapitre 4 LE DIAGNOSTIC Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des problèmes oculaires et optiques, mais seul l ophtalmologiste peut détecter la présence d une DMLA.

Plus en détail

DMLA ENSEMBLE, PARLONS-EN

DMLA ENSEMBLE, PARLONS-EN DMLA ENSEMBLE, PARLONS-EN Cette brochure vous est offerte par l Association DMLA. www.association-dmla.com 1 DÉFINITION QU EST-CE QUE LA DMLA? Cristallin Fovea MACULA Cornée Nerf optique guniita - 123rf.com

Plus en détail

Chapitre 1 : L œil et ses caractéristiques

Chapitre 1 : L œil et ses caractéristiques Chapitre 1 : L œil et ses caractéristiques Notre organisme est en relation avec le milieu extérieur par l intermédiaire des organes sensoriels. Ce sont des organes qui contiennent des cellules spécialisées

Plus en détail

Les uvéites (212b) Professeur Michel MOUILLON Septembre 2003 (Mise à jour Août 2004)

Les uvéites (212b) Professeur Michel MOUILLON Septembre 2003 (Mise à jour Août 2004) Les uvéites (212b) Professeur Michel MOUILLON Septembre 2003 (Mise à jour Août 2004) Pré-requis : Connaissances de base : Anatomie sommaire : les "membranes" de l œil, l'uvée, la vascularisation de l oeil

Plus en détail

Pr. Ag. Anissa Barkat Cabinet d ophtalmologie barkatanissa@yahoo.fr

Pr. Ag. Anissa Barkat Cabinet d ophtalmologie barkatanissa@yahoo.fr Pr. Ag. Anissa Barkat Cabinet d ophtalmologie barkatanissa@yahoo.fr 17 ème Congrès de la S.A.D. 12 ème congrès de la F.M.E.D. 31 ème congrès de S.A.E.M. Sheraton - Novembre 2015 Intérêt? Cause de cécité

Plus en détail

Œil et inflamma+on TECHNIQUES D INVESTIGATION DES PATHOLOGIES INFLAMMATOIRES DE L ŒIL

Œil et inflamma+on TECHNIQUES D INVESTIGATION DES PATHOLOGIES INFLAMMATOIRES DE L ŒIL Œil et inflamma+on TECHNIQUES D INVESTIGATION DES PATHOLOGIES INFLAMMATOIRES DE L ŒIL Nadia Bouchenaki Centre de Recherche Clinique,Fondation Rothschild Clinique Générale Beaulieu, Genève Centre d Ophtalmologie

Plus en détail

La Dégénérescence Maculaire Liée à l Age

La Dégénérescence Maculaire Liée à l Age 08/05/12 La Dégénérescence Maculaire Liée à l Age Docteur Nicolas SALAUN Hôpital d Instruction des Armées Legouest 03 87 56 47 24 nicolas.salaun@santarm.fr Le Docteur Nicolas SALAUN n a aucun lien d intérêt

Plus en détail

Prévalence Incidence. Dr. Xavier Lainé. Maladie 1

Prévalence Incidence. Dr. Xavier Lainé. Maladie 1 Prévalence Incidence Dr. Xavier Lainé Maladie 1 A quoi ça sert?? Prévalence Connaître l importance de l affection a un instant donné Incidence Projection estimée de l importance de l affection sur l avenir

Plus en détail

HTA et diabète en cours de grossesse

HTA et diabète en cours de grossesse cardiologie-pratique.com http://www.cardiologie-pratique.com/journal/article/0013642-hta-et-diabete-en-cours-de-grossesse HTA et diabète en cours de grossesse F. LANSE, S. BRUN, H. MADAR, A. NITHART, M.-A.

Plus en détail

FACULTE DE MEDECINE DE TUNIS ANNEE UNIVERSITAIRE 2013-2014 SESSION DE JUILLET 2014 DCEM3 EPREUVE D OPHTALMOLOGIE. Nombre de questions : 40

FACULTE DE MEDECINE DE TUNIS ANNEE UNIVERSITAIRE 2013-2014 SESSION DE JUILLET 2014 DCEM3 EPREUVE D OPHTALMOLOGIE. Nombre de questions : 40 FACULTE DE MEDECINE DE TUNIS ANNEE UNIVERSITAIRE 2013-2014 SESSION DE JUILLET 2014 DCEM3 EPREUVE D OPHTALMOLOGIE Nombre de questions : 40 Durée de l épreuve : 1 Heure Nombre de feuilles : 15 Vous avez

Plus en détail

Stratégies anti-angiogéniques dans le cancer du rein

Stratégies anti-angiogéniques dans le cancer du rein Stratégies anti-angiogéniques dans le cancer du rein BENEFICES ET RISQUES Gilles PAGES CNRS UMR 6543 - Nice Néovascularisation des tumeurs / Stade 1 Ang 2 Déstabilisation des interactions cellules endothéliales

Plus en détail

Mésothérapie. anti-âge. h y d r a t a t i o n, f e r m e t é, t o n i c i t é, é c l a t

Mésothérapie. anti-âge. h y d r a t a t i o n, f e r m e t é, t o n i c i t é, é c l a t Mésothérapie anti-âge h y d r a t a t i o n, f e r m e t é, t o n i c i t é, é c l a t la mésothérapie esthétique anti-âge Qu est-ce que c est? La mésothérapie esthétique anti-âge (ou Mesolift) est un

Plus en détail

Collège des Enseignants d Endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques. Mise à jour décembre 2004

Collège des Enseignants d Endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques. Mise à jour décembre 2004 ITEM 17 : DIABETE ET GROSSESSE Objectifs pédagogiques terminaux : «diagnostiquer et reconnaître les principes de prévention et de prise en charge des principales complications de la grossesse : ( ) diabète

Plus en détail

CAS CLINIQUE STAFF DU 29 JANVIER 2014

CAS CLINIQUE STAFF DU 29 JANVIER 2014 CAS CLINIQUE STAFF DU 29 JANVIER 2014 Interne Kaouter Nagoudi Service d ophtalmologie du Professeur Eric Souied Centre hospitalier intercommunal de Créteil Histoire de la maladie Madame E.K. Agée de 32

Plus en détail

A partir de 50 ans La macula & la DMLA

A partir de 50 ans La macula & la DMLA A partir de 50 ans La macula & la DMLA A partir de 50 ans, il est primordial d effectuer régulièrement un dépistage de la macula auprès d un médecin spécialiste des yeux. En effet, en Belgique, 30 000

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 16 novembre 2005 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 5 août 2000 (JO du 30 août 2005) CILOXAN 0,3 %, pommade

Plus en détail

Qu'est ce que la cataracte? Quels sont les premiers symptômes?

Qu'est ce que la cataracte? Quels sont les premiers symptômes? Qu'est ce que la cataracte? La cataracte correspond à une baisse significative d acuité visuelle en rapport avec l'opacification du cristallin, lentille transparente située à l'intérieur de l'œil et permettant

Plus en détail

Les injections intravitréennes

Les injections intravitréennes Les injections intravitréennes Laurent Levecq UCL Mont-Godinne 10/11/2007 Le vitré matrice extra-cellulaire qui remplit cavité oculaire en arrière re du cristallin et qui adhère à la rétiner acide hyaluronique,,

Plus en détail

ŒIL ET MALADIES GENERALES. Enseignement des externes 2012/2013

ŒIL ET MALADIES GENERALES. Enseignement des externes 2012/2013 ŒIL ET MALADIES GENERALES Enseignement des externes 2012/2013 ŒIL ET DIABETE RETINOPATHIE DIABETIQUE 1- Généralités La rétinopathie diabétique (RD) : 5 premières causes de cécité avec la dégénérescence

Plus en détail

Les traitements EN VISIONNANT CES IMAGES VOUS VOUS ENGAGEZ A NE PAS LES UTILISER A D AUTRES FINS QUE VOTRE FORMATION PERSONNELLE.

Les traitements EN VISIONNANT CES IMAGES VOUS VOUS ENGAGEZ A NE PAS LES UTILISER A D AUTRES FINS QUE VOTRE FORMATION PERSONNELLE. EN VISIONNANT CES IMAGES VOUS VOUS ENGAGEZ A NE PAS LES UTILISER La DMLA 2010-2011 A D AUTRES FINS QUE VOTRE FORMATION PERSONNELLE Salomon-Yves Cohen Centre d Imagerie et de Laser, Paris DMLA 2010-2011

Plus en détail

PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR

PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR Pr EYLEA Aflibercept, solution pour injection intravitréenne Le présent dépliant constitue la troisième et dernière partie de la monographie de produit

Plus en détail

La cataracte est l opacification de tout ou par

La cataracte est l opacification de tout ou par cataracte 58 - CATARACTE Ce qu il faut savoir 1. Connaître les signes d appel d une cataracte 2. Connaître les étiologies et pouvoir orienter le bilan clinique et paraclinique. 3. Pouvoir expliquer au

Plus en détail