Chapitre 11: L ATMOSPHÈRE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre 11: L ATMOSPHÈRE"

Transcription

1 Chapitre 11: L ATMOSPHÈRE 1) a) Qu est-ce que l atmosphère? L atmosphère c est l enveloppe gazeuse qui entoure la Terre. b) Quelles sont les 4 couches de l atmosphère? 1 ) La troposphère qui se situe de 0 à 10 km. 2 ) La stratosphère qui se situe de 10 à 50 km. 3 ) La mésosphère qui se situe de 50 à 80 km. 4 ) La thermosphère qui se situe de 80 à environ 450 km. c) Quelle est la composition gazeuse actuelle de l atmosphère? (fig. 16 p. 242) A) L effet de serre, naturel ou pollution? 1) a) Comment se produit l effet de serre naturel? Les rayons infrarouges ne repartent pas dans l espace à cause des gaz présents dans l atmosphère. (livre Synergie, figure 17 p.243) b) Quels son les gaz à effet de serre (GES) naturel? Les gaz responsables de l effet de serre sont le dioxyde de carbone (CO2), le méthane (CH4) et l oxyde de diazote (N2O). c) Quelle est son utilité? L effet de serre naturel permet de conserver une température qui permet la vie. Sans l effet de serre naturel la température à la surface de la Terre serait de - 18 C.

2 2) a) Comment se produit l effet de serre renforcé? L effet de serre renforcé est le réchauffement accéléré de l atmosphère dû à la présence d un surplus de GES. b) Quels son les gaz à effet de serre (GES) renforcé? Ce sont les mêmes gaz que pour l effet de serre naturel soit le dioxyde de carbone (CO2), le méthane (CH4) et l oxyde de diazote (N2O) mais en plus grande quantité. c) Que provoque-t-il? Il provoque une augmentation progressive de la température de la surface de la Terre en retenant plus longtemps la chaleur. B) L ozone, un gaz particulier... (STE) 1) a) Quelle est la composition chimique de l ozone? C est une molécule gazeuse composée de 3 atomes d oxygène (O3). Illustration: O=O+-O- b) L ozone est-il utile ou nuisible? L ozone peut être utile et nuisible tout dépendant à quelle hauteur il est dans l atmosphère. 2) a) Qu est-ce que l ozone stratosphérique? L ozone stratosphérique c est la couche d ozone qui est située dans la stratosphère. Il représente 90 % de tout l ozone présent dans l atmosphère. b) À quoi sert-il? Il sert à protéger la Terre des rayons ultraviolets qui attaquent l ozone pour en faire du dioxygène (O2). Illustration: (Livre Synergie, figure 42, p. 261

3 c) Qu est-ce que le trou dans la couche d ozone? C est l amincissement de la couche d ozone qui est dû à la présence de composés halogénées comme les CFC. Illustration: (livre Synergie, figure 44 p. 262) 3) a) Qu est-ce que l ozone troposphérique? L ozone troposphérique est situé dans la troposphère. Il est un des composants du smog et il participe à l effet de serre renforcé. b) D où vient-il? Cet ozone est essentiellement produit par les réactions entre le rayonnement solaire et des polluants chimiques tels que le monoxyde d azote (NO) et le dioxyde d azote (NO2) qui proviennent, en grande partie, de la combustion des énergies fossiles, des moteurs à explosion et des centrales électriques thermiques. C) L atmosphère contaminé... malheureusement! (STE) 1) a) Qu est-ce que la contamination atmosphérique? C est la modification de la composition de l atmosphère par diverses substances qui proviennent de sources naturelles ou qui sont issues d activité humaine. b) Quels sont les corps étrangers que nous retrouvons dans l atmosphère? L atmosphère contient de nombreuses poussières ainsi que des particules solides ou liquides en suspension (aérosols) qui émanent de plusieurs sources: marines (embruns), minérales (sable), volcanique (cendres), biologiques (bactéries, pollen) et même météoriques. Ces particules (noyau) permettent la formation des nuages 2) a) Quels sont les différents polluants de l atmosphère? Il y a les polluants primaires émis directement par l activité humaine et les polluants secondaires (transformation chimique des polluants primaire)

4 b) Tableau des polluants primaires et leurs principales sources: POLLUANTS PRIMAIRES Particules en suspension Dioxyde de soufre (SO2) Monoxyde de carbone (CO) Oxyde d azote (NOx) Composés organiques volatils (COV) PRINCIPALES SOURCES Activités industrielles Centrales thermiques (charbon, pétrole), métallurgie, pâtes et papiers, transport routier Transport routier Centrales thermiques (charbon, pétrole), agriculture, transport routier Produits dérivés du pétrole (hydrocarbures): solvants, produits nettoyants, etc. 3) a) Comment les polluants voyagent-ils dans l atmosphère? Les polluants voyagent dans l atmosphère grâce aux vents dominants. Pour le Kébèk, les vents dominants suivent le fleuve, ils vont, donc, de l ouest vers l est. b) Quels sont les effets des polluants primaires? Les polluants primaires ont des effets sur la santé humaines et sur l environnement. c) Tableau de quelques effets des polluants primaires: POLLUANTS PRIMAIRES Particules en suspension Dioxyde de soufre (SO2) Monoxyde de carbone (CO) Oxyde d azote (NOx) Composés organiques volatils (COV) EFFETS SUR LA SANTÉ HUMAINE Altèrent les fonctions pulmonaires chez les personnes sensibles (enfants, asthmatiques, personnes agées) Peuvent véhiculer des composés toxiques. Cause de l irritation chez les personnes sensibles (enfants, asthmatiques, personnes agées) Empêche l oxygénation Peuvent provoquer des troubles respiratoires. Ont des effets variables. Ils peuvent être cancérigènes, mutagènes. EFFETS SUR L ENVIRONNEMENT Entravent la respiration des végétaux par le dépôt de poussières. Contribue aux pluies acides. Participe à la formation de l ozone troposphérique. Contribue aux pluies acides. Participent à l effet de serre renforcé et à la formation de l ozone troposphérique.

5 D) De l énergie avec de l air, wow! 1) a) Quelles sont les ressources énergétiques de l atmosphère? Les ressources énergétiques de l atmosphère sont l énergie éolienne qui peut être transformée en énergie mécanique ou énergie électrique, et l énergie thermique contenue dans l atmosphère. b) Qu est-ce qui provoque ces ressources énergétiques? Les ressources énergétiques de l atmosphère dérivent de l énergie rayonnante du Soleil. En réchauffant l air de l atmosphère, le rayonnement solaire génère de grands courants de convection qui sont à l origine du vent, donc de l énergie éolienne. De plus, l énergie solaire chauffe continuellement l air, de sorte que l énergie thermique disponible peut être utilisée pour chauffer ou climatiser l intérieur des habitations. 2) a) Qu est-ce que l énergie éolienne? L énergie éolienne est l énergie cinétique (énergie du mouvement) produite par le déplacement des vents. De tout temps, on s est servi de l énergie éolienne pour faire avancer les bateaux. On s en est également servi pour irriguer les champs, moudre le grain, pomper de l eau. Aujourd hui, on s en sert essentiellement pour produire de l énergie électrique. b) Quels sont les 2 types d éolienne? Il y a les éoliennes à axe horizontal (la majorité) et à axe vertical (très rare, une seule au Kébèk à Cap-Chat en Gaspésie). Illustration: (livre Synergie, figure 52 p. 269)

6 3) a) Qu est-ce que l énergie thermique de l air? L énergie thermique de l air c est l énergie contenue dans l air à cause de l énergie rayonnante du Soleil. b) Comment récupère-t-on cette énergie? On récupère cette énergie avec une thermopompe qui permet de chauffer ou climatiser l intérieur des habitations. c) Qu est-ce que le coefficient de performance (COP)? Le coefficient de performance (COP) permet de déterminer à quelle température l air contient assez d énergie pour qu il soit avantageux d utiliser une thermopompe. Illustration: (livre Synergie, figure 53 p. 270) Comment interprète-t-on le COP? Quand l air extérieur est de 10 C, le COP est de 3. Cela veut dire qu on obtient 3 kwh d énergie puisée dans l air pour chaque kwh d électricité consommée par la thermopompe. Il n est plus avantageux d utiliser une thermopompe lorsque la température extérieure = - 20 C. Exercices d application 1) Les affirmations suivantes sont-elles vraies ou fausses? Pourquoi? a) L atmosphère est la couche d air de 30 km d épaisseur qui entoure la Terre. FAUX! L atmosphère a une épaisseur approximative de 450 km (de la surface de la Terre à l extrémité de la thermosphère. b) L atmosphère est composé majoritairement de dioxygène (O2). FAUX! L atmosphère est composé majoritairement de diazote (N) (78 %). L oxygène n occupe que 21 % de l atmosphère. c) L atmosphère nous protège contre les rayons nocifs du Soleil. VRAI! La couche d ozone de la stratosphère nous protège des rayons ultraviloet (UV).

7 2) À quelle couche de l atmosphère correspond chacune des descriptions suivantes? a) Il s agit de la couche la plus froide de l atmosphère. La mésosphère b) Les phénomènes météorologiques se produisent dans cette couche. La troposphère c) Elle abrite la couche d ozone. La stratosphère d) C est la couche la plus chaude de l atmosphère. La thermosphère e) La plupart des satellites spatiaux circulent dans cette couche. La stratosphère 3) Les affirmations suivantes sont-elles vraies ou fausses? Pourquoi? a) L effet de serre est un phénomène récent, engendré par les activités humaines sur Terre. FAUX! L effet de serre est un phénomène naturel. b) En s accumulant dans l atmosphère les gaz à effet de serre piègent de plus en plus les rayons ultraviolets. FAUX! Les gaz à effet de serre piègent les rayons infrarouges et les empêchent de retourner dans l espace. c) Le déboisement entraîne une augmentation de l effet de serre à cause de la libération de dioxyde de carbone (CO2) lors de la décomposition des arbres coupés. VRAI! Le carbone emmagasiné dans la forêt retourne dans l atmosphère sous forme de dioxyde de carbone (CO2). d) La photosynthèse par les végétaux joue un rôle majeur dans la stabilité des températures sur Terre. VRAI! Les végétaux absorbent du dioxyde de carbone (CO2) lors de la photosynthèse. Cela a pour effet de diminuer l effet de serre. 4) Nommez une des sources d émission des gaz à effet de serre suivants. a) dioxyde de carbone (CO2): Combustion du pétrole, du gaz naturel, du charbon, b) méthane (CH4): Élevage du bétail, fumier, ordures ménagères, etc. c) oxyde nitreux (N2O): Épandage D,engrais (nitrates), procédés chimiques, etc. 5) La décomposition des déchets dans les sites d enfouissement génère du méthane (CH4). Dans plusieurs sites, on recueille ce gaz et on le brûle pour le transformer en dioxyde de carbone (CO2). Ce geste a-t-il un impact positif ou négatif sur l environnement? Pourquoi? POSITIF! Le méthane (CH4) est un gaz à effet de serre 21 fois plus puissant que le dioxyde de carbone (CO2). Lorsqu on élimine du méthane (CH4), on diminue l effet de serre renforcé en le remplaçant par un gaz moins puissant.

1. Les oxydes d'azote (NO x )

1. Les oxydes d'azote (NO x ) 1. Les oxydes d'azote (NO x ) Les NO x regroupent le monoxyde d azote (NO) et le dioxyde d azote (NO 2 ), ils sont formés dans toutes les combustions fossiles, à haute température et par association de

Plus en détail

Qu est-ce une Déclaration Environnementale de Produit (EPD)?

Qu est-ce une Déclaration Environnementale de Produit (EPD)? Qu est-ce une Déclaration Environnementale de Produit (EPD)? Dans une Déclaration Environnementale de Produit ou EPD, 11 catégories d impact sur l environnement sont exprimées en chiffres. Il s agit d

Plus en détail

Chapitre 1 : Diagnostics

Chapitre 1 : Diagnostics Chapitre 1 : Diagnostics I/ Pollutions atmosphériques 1) La qualité de l'air : «toxicité de l'air» 2) L'ozone stratosphérique : «trou d'ozone» 3) Effets radiatifs et changement climatique : «Gaz à effet

Plus en détail

Poste 3: L environnement et le gaz naturel

Poste 3: L environnement et le gaz naturel instructions élèves Poste 3: L environnement et le gaz naturel Objectif: Tu connais les différentes formes de pollution de l environnement causés par des sources d énergies diverses et tu connais les avantages

Plus en détail

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure?

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Plan : 1. Qu est ce que l atmosphère terrestre? 2. De quoi est constitué l air qui nous entoure? 3. Qu est ce que le dioxygène? a. Le dioxygène dans la

Plus en détail

Les polluants atmosphériques

Les polluants atmosphériques Les polluants atmosphériques * Les principaux polluants qui retentissent sur la santé (Particules Ozone - Oxydes d'azote -Benzène) p 2-5 * Durée de vie des polluants p 6 * Origine des émissions, devenir

Plus en détail

La chimie atmosphérique

La chimie atmosphérique La chimie atmosphérique 1 Régions et caractéristiques de l atmosphère 2 Multitude de composés chimiques sont présents dans la troposphère La composition de l air de la troposphère Les gaz O 2, N 2, Ar

Plus en détail

2 effet de serre un mécanisme naturel utile, déréglé par l homme

2 effet de serre un mécanisme naturel utile, déréglé par l homme L 2 effet de serre un mécanisme naturel utile, déréglé par l homme Lors de sa formation, il y a 4,6 milliards d années, la terre ne possédait pas d atmosphère. Il a fallu plusieurs millions d années pour

Plus en détail

La chimie atmosphérique

La chimie atmosphérique La chimie atmosphérique Régions et caractéristiques de l atmosphère Multitude de composés chimiques sont présents dans la troposphère La composition de l air de la troposphère Les gaz O 2, N 2, Ar gaz

Plus en détail

Chapitre 1 : L air qui nous entoure

Chapitre 1 : L air qui nous entoure Version élèves Chapitre 1 : L air qui nous entoure. L atmosphère terrestre Document A p14 Réponses aux questions en cours, sauf la numéro 5 : 1/ Qu est ce que l atmosphère terrestre? Où se situe t-elle?

Plus en détail

ÉNERGIES NON RENOUVELABLES

ÉNERGIES NON RENOUVELABLES ÉNERGIES FOSSILES ÉNERGIE FISSILE ÉNERGIES FOSSILES Les énergies fossiles proviennent, comme leur nom l indique, de la fossilisation de grandes quantités de matière organique, provenant de la décomposition

Plus en détail

Bilan des émissions pour la Ville de Paris Rendu 2010 (Données de Base année 2007)

Bilan des émissions pour la Ville de Paris Rendu 2010 (Données de Base année 2007) Bilan des émissions pour la Ville de Paris Rendu 2010 (Données de Base année 2007) AIRPARIF réalise des bilans annuels d émissions dans le cadre des missions qui lui sont confiées par son Conseil d Administration.

Plus en détail

Nom: Groupe: Date: 4. a) Qu est-ce que la pression atmosphérique? La pression atmosphérique est la pression de l air dans l atmosphère.

Nom: Groupe: Date: 4. a) Qu est-ce que la pression atmosphérique? La pression atmosphérique est la pression de l air dans l atmosphère. Chapitre 7 L atmosphère : la pression atmosphérique En théorie L atmosphère et l espace PAGES 222 À 225 1. Que suis-je? a) La couche d air qui entoure la Terre. b) Le gaz à l origine de la formation des

Plus en détail

COMMISSION ÉCOLOGIE URBAINE. Comment lutter contre la pollution urbaine Les polluants nocifs dans l'atmosphère

COMMISSION ÉCOLOGIE URBAINE. Comment lutter contre la pollution urbaine Les polluants nocifs dans l'atmosphère Page 1 / 7 Les polluants nocifs dans l'atmosphère : Les polluants nocifs dans l'atmosphère Raymond Joumard COMMISSION ÉCOLOGIE URBAINE Comment lutter contre la pollution urbaine Les polluants nocifs dans

Plus en détail

LES OXYDES D AZOTE (NO x )

LES OXYDES D AZOTE (NO x ) LES OXYDES D AZOTE (NO x ) Qu appelle-t-on NO x? Où, quand et comment se forme-t-il? Quels sont ses dangers? Les émissions de NO 2 sont-elles réglementées? Comment peut-on s en débarrasser? Quel est le

Plus en détail

Découvre l air avec Arthur!

Découvre l air avec Arthur! Découvre l air avec Arthur! Je suis partout autour de toi et pourtant tu ne peux pas me voir ni me toucher : Qui suis-je? L air bien sûr! Apprends à mieux me connaître grâce aux questions qui te sont posées

Plus en détail

La pollution atmosphérique causée par les véhicules

La pollution atmosphérique causée par les véhicules La pollution atmosphérique causée par les véhicules Qu'est ce la pollution atmosphérique? Il s'agit d'une dégradation est généralement causée par un ou plusieurs éléments (particules, substances, matières

Plus en détail

Air. comprendre les engagements agir. p.05 p.06 p.08

Air. comprendre les engagements agir. p.05 p.06 p.08 Air comprendre les engagements agir p.05 p.06 p.08 comprendre Le fond de l air effraie Un air chargé en substances toxiques 15 000 litres d oxygène transitent chaque jour par nos poumons. Un bol d air...

Plus en détail

CHAPITRE 4. Les énergies mise en oeuvre

CHAPITRE 4. Les énergies mise en oeuvre CHAPITRE 4 Les énergies mise en oeuvre 1/ LES SOURCES D ÉNERGIES Les sources d'énergie non renouvelables Les matières fossiles (charbon, pétrole, gaz) et les matières fissiles (uranium) permettent de fournir

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. Poids lourds et gaz polluants : des progrès constants et méconnus

COMMUNIQUÉ. Poids lourds et gaz polluants : des progrès constants et méconnus Paris, le 30 septembre 2009 COMMUNIQUÉ Poids lourds et gaz polluants : des progrès constants et méconnus Au 1 er octobre 2009, la norme Euro V entre en vigueur pour tous les véhicules utilitaires lourds

Plus en détail

La pollution atmosphérique

La pollution atmosphérique La pollution atmosphérique Nos domaines d activités en rapport avec la documentation La dispersion des espèces est utilisée dans notre thématique d impact environnemental. Un peu d histoire Les prémisses

Plus en détail

L ÉNERGIE I. TRANFORMATIONS, TRANFERT, CONSERVATION ET RENDEMENT.

L ÉNERGIE I. TRANFORMATIONS, TRANFERT, CONSERVATION ET RENDEMENT. L ÉNERGIE L énergie n est ni visible ni palpable. C est une grandeur mesurable qui désigne ce que possède un système (capital) pour fournir un travail en vue de produire un effet. La transformation peut

Plus en détail

évaluation Commune du Robert 2014 à janvier 2015 mesures du dioxyde d azote novembre

évaluation Commune du Robert 2014 à janvier 2015 mesures du dioxyde d azote novembre ASSOCIATION RÉGIONALE DE SURVEILLANCE DE LA QUALITÉ DE L AIR évaluation de la qualité de l air mesures du dioxyde d azote par tubes passifs Commune du Robert novembre 2014 à janvier 2015 Parution : Avril

Plus en détail

PRODUCTION D ENERGIE ELECTRIQUE DANS UNE CENTRALE

PRODUCTION D ENERGIE ELECTRIQUE DANS UNE CENTRALE Séance n 2 : PRODUCTION D ENERGIE ELECTRIQUE DANS UNE CENTRALE A. POURQUOI ET COMMENT PRODUIRE DE L ELECTRICITE? Activité documentaire et de questionnement : Document n 1 : A notre époque, et sans électricité,

Plus en détail

Le gaz carbonique (CO 2 ) Ami ou ennemi pour la planète?

Le gaz carbonique (CO 2 ) Ami ou ennemi pour la planète? U3A 2014 Le gaz carbonique (CO 2 ) Ami ou ennemi pour la planète? Eric P. Verrecchia Faculté Géosciences et Environnement Laboratoire Biogéosciences Pourquoi parle-t-on autant du gaz carbonique? Alors,

Plus en détail

BIOMASSE. Marcel Lacroix Université de Sherbrooke

BIOMASSE. Marcel Lacroix Université de Sherbrooke BIOMASSE Marcel Lacroix Université de Sherbrooke LA BIOMASSE 1. Matière animale ou végétale qui peut être convertie en énergie. 2. Pendant la presque totalité de l histoire humaine, la biomasse a été la

Plus en détail

Sciences et métiers : «Le technicien de la qualité de l'air» «L ingénieur analyste de l air»

Sciences et métiers : «Le technicien de la qualité de l'air» «L ingénieur analyste de l air» SVT Physique Technologie Sciences et métiers : «Le technicien de la qualité de l'air» «L ingénieur analyste de l air» Collège Niveau indicatif : 4 ème ou 3 ème La qualité de l air Mise en situation réelle

Plus en détail

AIR EXTÉRIEUR, AIR INTÉRIEUR Transfert de la pollution extérieure vers l intérieur des locaux

AIR EXTÉRIEUR, AIR INTÉRIEUR Transfert de la pollution extérieure vers l intérieur des locaux En hiver, la pollution extérieure est dominée par les particules et le dioxyde d azote, polluants primaires émis principalement par le trafic routier, les installations de chauffage des secteurs résidentiel,

Plus en détail

Implication des Associations Agréées de Surveillance de l'air dans l étude et la gestion locale du réchauffement climatique

Implication des Associations Agréées de Surveillance de l'air dans l étude et la gestion locale du réchauffement climatique Implication des Associations Agréées de Surveillance de l'air dans l étude et la gestion locale du réchauffement climatique En surveillant et étudiant les principaux indicateurs de pollution industrielle,

Plus en détail

ASCOPARG. Membre agréé du réseau

ASCOPARG. Membre agréé du réseau La qualité de l air aux abords de l aéroport Lyon-Saint ASCOPARG Membre agréé du réseau Etude préliminaire de la qualité de l air Etude préliminaire de la qualité de l air Objectif de l étude de l étude

Plus en détail

Bienvenue à bord du Ballon de Paris!

Bienvenue à bord du Ballon de Paris! Communiqué D APRÈS TURK ET DE GROOT Bienvenue à bord du Ballon de Paris! Un voyage dans les airs à la découverte de l air. Un ballon qui ne manque pas d air! rlent Des couleurs qui pa Pas que pour le fun!

Plus en détail

FORMATION LE BOIS énergie renouvelable

FORMATION LE BOIS énergie renouvelable énergie renouvelable 15 M Ha, c est = 25 % du territoire feuillus = 64 % résineux = 36 % Le stère (unité commerciale principale) est le volume de 1 m3 de bois Suivant le coefficient d empilage, le volume

Plus en détail

1 Quel est le principe d une centrale thermique?

1 Quel est le principe d une centrale thermique? Physique-Chimie Deuxième partie Le défi énergétique Chapitre 4 Conversions et gestion de l énergie (suite) Séance 9 Chapitre 4 Conversions et gestion de l énergie (suite) (correspond au chapitre 10 du

Plus en détail

COMPOSITION DE L AIR

COMPOSITION DE L AIR COMPOSITION DE L AIR NOTIONS DE PRESSION ATMOSPHERIQUE I- De quoi est composé l air? Activité 1 : Expérience de LAVOISIER. Activité 2 : L air qui nous entoure (livre p14) Je retiens : L air est un mélange

Plus en détail

Le gaz de schistes : sa genèse Une vieille histoire géologique

Le gaz de schistes : sa genèse Une vieille histoire géologique Le gaz de schistes : sa genèse Une vieille histoire géologique La genèse du gaz de schistes se confond avec la genèse du pétrole, du gaz naturel et du charbon. Dans tous ce cas, ces matériaux se sont formés

Plus en détail

DR1 Fiche introduction Comment améliorer son habitat? ACTIVITE DECOUVRIR ET ANALYSER : Le rôle clé du secteur du bâtiment

DR1 Fiche introduction Comment améliorer son habitat? ACTIVITE DECOUVRIR ET ANALYSER : Le rôle clé du secteur du bâtiment DR1 Fiche introduction Comment améliorer son habitat? ACTIVITE DECOUVRIR ET ANALYSER : Le rôle clé du secteur du bâtiment Objectif : Découvrir les enjeux sociaux liés à l amélioration de l habitat 1. Questionnaire

Plus en détail

Transmission de l énergie solaire au travers de l atmosphère. Spectres d absorption. Appauvrissement du rayonnement

Transmission de l énergie solaire au travers de l atmosphère. Spectres d absorption. Appauvrissement du rayonnement Transmission de l énergie solaire au travers de l atmosphère Réception du rayonnement solaire à la limite de l atmosphère Processus d appauvrissent du rayonnement solaire par les différentes couches atmosphérique

Plus en détail

Polluants mesurés. Emissions de NOx en Champagne-Ardenne ATMO Champagne-Ardenne A2005-M2010-Secten-v1. Réf : ES-BAZ- 11/01-ED/EC.

Polluants mesurés. Emissions de NOx en Champagne-Ardenne ATMO Champagne-Ardenne A2005-M2010-Secten-v1. Réf : ES-BAZ- 11/01-ED/EC. Evaluation du dioxyde d azote et du benzène en proximité trafic à Bazancourt Synthèse des résultats des campagnes de mesures 2011 Récapitulatif 2010-2011 Réf : ES-BAZ- 11/01-ED/EC Nbr pages : 12 ATMO Champagne-Ardenne

Plus en détail

Synthèse sur le bilan de la qualité de l air en Seine-et-Marne en 2007 Point à proximité du trafic

Synthèse sur le bilan de la qualité de l air en Seine-et-Marne en 2007 Point à proximité du trafic Synthèse sur le bilan de la qualité de l air en Seine-et-Marne en 2007 Point à proximité du trafic A la demande du Conseil Général de la Seine-et-Marne, AIRPARIF a établi un bilan de la qualité de l air

Plus en détail

L atmosphère et l espace

L atmosphère et l espace L atmosphère et l espace Verdicts et diagnostics Verdict CHAPITRE 7 STE Questions 1 à 32, A à D. 1 L ATMOSPHÈRE (p. 222-239) 1. Vrai ou faux? Expliquez votre réponse. a) L atmosphère est la couche d air

Plus en détail

EXPOSE SUR LA POLLUTION ATMOSPHERIQUE

EXPOSE SUR LA POLLUTION ATMOSPHERIQUE EXPOSE SUR LA POLLUTION ATMOSPHERIQUE SOMMAIRE Introduction 1) Les polluants 2) 2) Les causes 3) Les conséquences 4) Les solutions Conclusion ---------------------------------------------------------------

Plus en détail

LA QUALITE DE L AIR INTERIEUR

LA QUALITE DE L AIR INTERIEUR SWEGON AIR ACADEMY AICVF Novembre 2007 LA QUALITE DE L AIR INTERIEUR Y. LE BARS 1 L AIR C EST DE L ENERGIE l oxygène nécessaire à l humain l énergie consommée pour le rendre utilisable et le déplacer 2

Plus en détail

C l a s s e à P A C. Titre : L'ozone et nous...

C l a s s e à P A C. Titre : L'ozone et nous... C l a s s e à P A C Titre : L'ozone et nous... 1 D é f i n i t i o n L'ozone est un composé chimique comportant 3 atomes d'oxygène (O 3 ). L'ozone a tendance à se décomposer naturellement en dioxygène.

Plus en détail

Déplacements. urbains. augmente. se développent LA MOBILITÉ. On va quand même pas nous empêcher d habiter à la campagne!

Déplacements. urbains. augmente. se développent LA MOBILITÉ. On va quand même pas nous empêcher d habiter à la campagne! On va quand même pas nous empêcher d habiter à la campagne! LA MOBILITÉ augmente L organisation des activités entraîne une augmentation de la mobilité : Doublements de la distance domicile-travail depuis

Plus en détail

Pistes pour intégrer le thème de l habitat dans le cours de sciences physiques du lycée général

Pistes pour intégrer le thème de l habitat dans le cours de sciences physiques du lycée général Pistes pour intégrer le thème de l habitat dans le cours de sciences physiques du lycée général Le thème de l habitat peut être pris dans un sens strict : celui du domicile, ou de façon plus générale des

Plus en détail

THÈME : MOTORISATION. Véhicule bicarburation : Essence/ G.N.V. Etude Renault Kangoo TYPE : Ressources formateurs. Cours T.P. / T.D.

THÈME : MOTORISATION. Véhicule bicarburation : Essence/ G.N.V. Etude Renault Kangoo TYPE : Ressources formateurs. Cours T.P. / T.D. THÈME : MOTORISATION TITRE : Véhicule bicarburation : Essence/ G.N.V. Etude Renault Kangoo TYPE : Ressources formateurs 1.1.1. Cours 1.1.2. T.P. / T.D. Date mise à jour 6 mai 2004 Auteur référent Nom :

Plus en détail

L air et les pollutions de l air (contribution Paul-Hermann) Cycle 3

L air et les pollutions de l air (contribution Paul-Hermann) Cycle 3 L air et les pollutions de l air (contribution Paul-Hermann) Cycle 3 Sciences et technologies à l'école Présentation des modules Chaque module a vocation à être créé au niveau des écoles sur le temps de

Plus en détail

Aix-en-Provence Cours Sextius

Aix-en-Provence Cours Sextius Campagne de mesures temporaire Aix-en-Provence Cours Sextius Du 14 au 26 septembre 2 Date de publication : novembre 21 Référence dossier : PGR/YCM/RA/9.16 AIRMARAIX pour la surveillance de l air sur l

Plus en détail

LA POMPE A CHALEUR (ER 10)

LA POMPE A CHALEUR (ER 10) LA POMPE A CHALEUR (ER 10) Réchauffer l intérieur d une pièce en captant la chaleur naturelle de l extérieur. 1 INTRODUCTION Depuis quelques années dans notre pays, la pompe à chaleur bénéficie d un regain

Plus en détail

Consensus Scientifique sur la. Pollution de l'air. Ozone

Consensus Scientifique sur la. Pollution de l'air. Ozone page 1/5 Consensus Scientifique sur la Pollution de l'air Ozone Source : OMS (2003-2004) Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Les effets sur la santé de trois principaux polluants de l'air ont été revus

Plus en détail

Analyse comparée du cycle de vie des fenêtres bois, aluminium et PVC Etude de cas

Analyse comparée du cycle de vie des fenêtres bois, aluminium et PVC Etude de cas Pour une éco-construction dans les règles de l art Analyse comparée du cycle de vie des fenêtres bois, aluminium et PVC Etude de cas Mars 2011 www.eti-construction.fr - 1 - RENFORCER L ENVELOPPE chap.

Plus en détail

Parten air. PPA aire urbaine de Montpellier Comité de suivi du PPA. 1 er juillet 2015

Parten air. PPA aire urbaine de Montpellier Comité de suivi du PPA. 1 er juillet 2015 Parten air PPA aire urbaine de Montpellier Comité de suivi du PPA 1 er juillet 2015 Surveillance qualité de l air dispositifs de mesure (permanent et temporaire), 3 «outils» complémentaires : modélisation

Plus en détail

L HOMME AU QUOTIDIEN. dossier pédagogique. > Projet d établissement à l école et au collège

L HOMME AU QUOTIDIEN. dossier pédagogique. > Projet d établissement à l école et au collège Kara Sea Barents Sea > Projet d établissement à l école et au collège September 2007 95 L HOMME AU QUOTIDIEN dossier pédagogique L objectif est ici d intégrer l environnement dans les activités et le fonctionnement

Plus en détail

ÉMISSIONS DE POLLUANTS ATMOSPHÉRIQUES ET DE GAZ À EFFET DE SERRE

ÉMISSIONS DE POLLUANTS ATMOSPHÉRIQUES ET DE GAZ À EFFET DE SERRE ÉMISSIONS DE POLLUANTS ATMOSPHÉRIQUES ET DE GAZ À EFFET DE SERRE Paris - données 2012 Décembre 2015 Le bilan des e missions polluantes, mode d emploi La gestion de la qualité de l air à l échelle des territoires

Plus en détail

Production d électricité

Production d électricité énergie 1. Quelques rappels : puissance = durée Unité de la puissance : W (watt) Unité de l énergie : J (joule) Unité de la durée : s (seconde) Autres unités possibles : Production d électricité - la puissance

Plus en détail

Notes du Monastère. Comment faire l ascension? Que verrait-il lors de l ascension? Que ressentirait-il? Comment en revenir?

Notes du Monastère. Comment faire l ascension? Que verrait-il lors de l ascension? Que ressentirait-il? Comment en revenir? Nom : gr : Notes du Monastère L image du bas illustre très bien ce que cherchait à découvrir Frère Bennig. À cette époque, on voyait le ciel comme une voûte sur laquelle le soleil, les étoiles et les planètes

Plus en détail

EVALUATION DE LA POLLUTION PHOTOCHIMIQUE A LA VILLE DE TUNIS

EVALUATION DE LA POLLUTION PHOTOCHIMIQUE A LA VILLE DE TUNIS CITET EVALUATION DE LA POLLUTION PHOTOCHIMIQUE A LA VILLE DE TUNIS HABIB BAAZAOUI Sous Directeur Laboratoire du CITET 24 Novembre 2009 PLAN DE PRÉSENTATION I. Introduction II. Considérations générales

Plus en détail

1. Présentation de l entreprise 2. Microémulsion et Turbotransducteur (Turbotransducer ) 3. Principe physique 4. Méthodes d application 5.

1. Présentation de l entreprise 2. Microémulsion et Turbotransducteur (Turbotransducer ) 3. Principe physique 4. Méthodes d application 5. 1. Présentation de l entreprise 2. Microémulsion et Turbotransducteur (Turbotransducer ) 3. Principe physique 4. Méthodes d application 5. Secteurs d application 6. Dernière génération: le Bio-végétal

Plus en détail

Pollution - consommation : l amalgame à éviter

Pollution - consommation : l amalgame à éviter Pollution - consommation : l amalgame à éviter François Roby - UPPA - septembre 2007 Pour la grande majorité des automobilistes, un véhicule qui consomme peu est un véhicule qui pollue peu, car cette association

Plus en détail

les dossiers du Loss Prevention Unit

les dossiers du Loss Prevention Unit les dossiers du Loss Prevention Unit la production de biogaz associée à la cogénération réinventons l assurance La production de biogaz associée à la production d énergie par cogénération. Qu est-ce que

Plus en détail

La réaction chimique

La réaction chimique Chapitre Programme 00 11 Exemples d activités Comment décrire le système et son évolution? À l aide d expériences simples à analyser, et sur la base des hypothèses formulées par les élèves, caractérisation

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité Page : 1/5 iche de données de sécurité 1 Identification de la substance/préparation et de la société/entreprise. Identification de la substance ou de la préparation. Nom du produit INTHERMO HD-Color Intensiv.

Plus en détail

CHAUFFAGE ET PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE ÉCOLOGIQUES

CHAUFFAGE ET PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE ÉCOLOGIQUES CHAUFFAGE ET PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE ÉCOLOGIQUES Editeur: Association Suisse de l Industrie Gazière Chemin de Mornex 3 1003 Lausanne Tél. 021 310 06 30 Fax 021 310 06 31 asig@gaz-naturel.ch www.gaz-naturel.ch

Plus en détail

ÉCHANGEUR D AIR AVEC FILTRATION HEPA

ÉCHANGEUR D AIR AVEC FILTRATION HEPA ÉCHANGEUR D AIR AVEC FILTRATION HEPA HV-500 AVEC AROMATHÉRAPIE La poussière de notre maison Il est reconnu que l air de nos maisons est rempli de poussière, de pollen, de moisissures et de milliers d autres

Plus en détail

Bilan TP11 : La formation des combustibles fossiles.

Bilan TP11 : La formation des combustibles fossiles. Bilan TP11 : La formation des combustibles fossiles. Atelier 1 : La formation d'un gisement de charbon L'origine biologique du charbon est montrée par la présence de fossiles de végétaux dans les roches

Plus en détail

Type d activité : IMPRIMERIE

Type d activité : IMPRIMERIE Rapport de visite Diagnostic des émissions de gaz à effet de serre Type d activité : IMPRIMERIE Atlantique Offset Zone artisanale des Brassons 17390 LA TREMBLADE Tél : 05.46.36.00.18 DATE DE LA VISITE

Plus en détail

Qualité de l air ambiant et santé humaine

Qualité de l air ambiant et santé humaine Qualité de l air ambiant et santé humaine 7 7 QUALITÉ DE L AIR AMBIANT ET SANTÉ HUMAINE «En théorie, l air pur se compose d environ 21 p. 100 d oxygène, 78 p. 100 d azote et des quantités infinitésimales

Plus en détail

Les énergies fossiles

Les énergies fossiles texte : Dan Strikowski énergies disponibles Les énergies fossiles Mazout, gaz, électricité, charbon La source d énergie joue un rôle prépondérant dans le choix du système de chauffage. Les trois sources

Plus en détail

C3. Produire de l électricité

C3. Produire de l électricité C3. Produire de l électricité a. Electricité : définition et génération i. Définition La matière est constituée d. Au centre de l atome, se trouve un noyau constitué de charges positives (.) et neutres

Plus en détail

Qu est-ce que la biomasse

Qu est-ce que la biomasse Introduction Exploitation de la biomasse forestière Photo Colloque biomasse énergie Canada Qu est-ce que la biomasse Serge Degueil La biomasse est l ensemble des matières organiques non fossiles, issues

Plus en détail

La contribution du chauffage au fioul à la protection de l environnement HORS SÉRIE

La contribution du chauffage au fioul à la protection de l environnement HORS SÉRIE La contribution du chauffage au fioul à la protection de l environnement HORS SÉRIE Plusieurs voies s offrent au fioul domestique dans sa contribution à la préservation de notre environnement. Toutes sont

Plus en détail

10. OZONE TROPOSPHERIQUE (O3)

10. OZONE TROPOSPHERIQUE (O3) 1.Introduction 10. OZONE TROPOSPHERIQUE (O3) L ozone est un polluant secondaire, c est-à-dire qu il n est pas produit directement dans l air ambiant par les activités humaines. Il est formé suite à des

Plus en détail

La biomasse, source d énergie?

La biomasse, source d énergie? Paul MATHIS mathis.paul@orange.fr Editions Quae Dijon Le 11 octobre 2012 L énergie, c est quoi? L énergie, c est ce qui permet : de se chauffer, de cuire les aliments, de se déplacer, de faire marcher

Plus en détail

Guide d accompagnement

Guide d accompagnement Guide d accompagnement Module : La chaleur dans l environnement Durée : de 90 à 120 minutes Le présent guide d accompagnement explique la démarche pédagogique proposée et suggère des idées de productions

Plus en détail

Sonde lambda. Principe de fonctionnement de la sonde Lambda

Sonde lambda. Principe de fonctionnement de la sonde Lambda Principe de fonctionnement de la sonde Lambda Les sondes Lambda se présentent sous deux types, différenciés par le métal précieux de l'élément qui permet de mesurer la teneur en oxygène des gaz d'échappement.

Plus en détail

Fiche d activité : Les énergies appliquées aux transports

Fiche d activité : Les énergies appliquées aux transports Fiche d activité : Les énergies appliquées aux transports PREAMBULE Liaison avec le programme de technologie 6 ème : 6 heures environ doivent être consacrées à la partie «Energies». Ce questionnaire associé

Plus en détail

Quels sont nos besoins en énergie?

Quels sont nos besoins en énergie? Quels sont nos besoins en énergie? 1) Qu est-ce ce que l énergie? A quoi sert-elle? 2) Dessine plusieurs énergies utilisées dans la vie quotidienne en nommant chacune d entre elles. Pour bien comprendre...

Plus en détail

La consommation énergétique des bâtiments

La consommation énergétique des bâtiments La consommation énergétique des bâtiments Introduction Depuis la mise en place d une réglementation thermique (1974), la consommation énergétique des constructions neuves a été divisée par 2. Le Grenelle

Plus en détail

GYMNASE DU BUGNON LAUSANNE Mai 2008. EXAMEN D ADMISSION DE L ECOLE DE MATURITE 2 ème ANNEE OPTION SPECIFIQUE BIOLOGIE - CHIMIE EPREUVE DE CHIMIE

GYMNASE DU BUGNON LAUSANNE Mai 2008. EXAMEN D ADMISSION DE L ECOLE DE MATURITE 2 ème ANNEE OPTION SPECIFIQUE BIOLOGIE - CHIMIE EPREUVE DE CHIMIE GYMNASE DU BUGNON LAUSANNE Mai 2008 EXAMEN D ADMISSION DE L ECOLE DE MATURITE 2 ème ANNEE OPTION SPECIFIQUE BIOLOGIE - CHIMIE EPREUVE DE CHIMIE Date : mai 2008 Durée : 3 heures Matériel mis à disposition

Plus en détail

La production industrielle de l énergie électrique

La production industrielle de l énergie électrique Chapitre 3 La production industrielle de l énergie électrique Ch 3 p 1 Objectifs : Trouver l élément commun aux différents types de centrales électriques. Savoir comment mettre une turbine en rotation.

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité Produit NET TONDEUSE Page 1/5 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Nom du produit Référence Utilisation commerciale Fournisseur NET TONDEUSE BNETT Aérosol lubrifiant MINERVA-OIL SAS Rue du 11

Plus en détail

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE BILANS THERMIQUES La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique: L approche microscopique décrit le comportement individuel

Plus en détail

Lig Air Impact des mesures d urgence sur la qualité de l air en cas de pic de pollution Agglomération de Tours 0

Lig Air Impact des mesures d urgence sur la qualité de l air en cas de pic de pollution Agglomération de Tours 0 Lig Air Impact des mesures d urgence sur la qualité de l air en cas de pic de pollution Agglomération de Tours 0 Lig Air Impact des mesures d urgence sur la qualité de l air en cas de pic de pollution

Plus en détail

POELE A BOIS OBJET UNE ENERGIE RENOUVELABLE

POELE A BOIS OBJET UNE ENERGIE RENOUVELABLE POELE A BOIS OBJET Cette fiche fait le point sur la mise en place d appareils de chauffage au bois dans les maisons individuelles rénovées au niveau BBC-Rénovation : inserts, foyers fermés et poêles fonctionnant

Plus en détail

3,5 millions de ces chaudières ont 20 ans ou plus.

3,5 millions de ces chaudières ont 20 ans ou plus. les chaudières performantes Depuis 20 ans... hier... ++ Des chiffres révélateurs Le chauffage et la production d eau chaude représentent les deux tiers de la facture d énergie des ménages. Par ailleurs,

Plus en détail

Evaluation de la qualité de l air intérieur dans une zone commerciale de l Agglomération Troyenne (Marques Avenue)

Evaluation de la qualité de l air intérieur dans une zone commerciale de l Agglomération Troyenne (Marques Avenue) CAMPAGNE de MESURES du 16 juin au 8 juillet 2004 Evaluation de la qualité de l air intérieur dans une zone commerciale de l Agglomération Troyenne (Marques Avenue) ATMO Champagne Ardenne - 2, esplanade

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre

Bilan des émissions de gaz à effet de serre Bilan des émissions de gaz à effet de serre HABITAT 08 Office Public de l Habitat des Ardennes Dernière mise à jour : 30 décembre 2015 Auteur : Laurent Bêche 1. Contexte réglementaire En application du

Plus en détail

Retenons: Colorie en fonction de la source d énergie utilisée :

Retenons: Colorie en fonction de la source d énergie utilisée : Objectifs : Recueil des conceptions et des connaissances initiales des élèves sur l énergie. Identifier différentes sources d énergie. Définir une énergie Comprendre leur nécessité pour chauffer, éclairer,

Plus en détail

Energétique du bâtiment

Energétique du bâtiment Energétique du bâtiment Chaudières à combustibles Pompes à chaleur E. Gnansounou Oxydation du combustible Notion de combustion C +O 2 CO 2 12 g+32 g 44 g+ 393 kj Exemple du méthane CH 4 + 2 O 2 + 2 ( 3,76

Plus en détail

Quelle est la priorité? Ou même combat?

Quelle est la priorité? Ou même combat? Pollution atmosphérique (qualité de l'air) et changement climatique : quelles interactions? Quelle est la priorité? Ou même combat? Pollution atmosphérique et changement climatique : quelles interactions?

Plus en détail

JOURNÉES TECHNIQUES ROUTES

JOURNÉES TECHNIQUES ROUTES Joseph Abdo CIMBETON Joseph ABDO Page 2 Le contexte général Prise de conscience pour l environnement 1987: Rapport BRUNTLAND 1992: Sommet de la terre à Rio 1998: Protocole de Kyoto.. Enjeux environnementaux

Plus en détail

ENJEUX ENERGETIQUES et DEVELOPPEMENT DURABLE

ENJEUX ENERGETIQUES et DEVELOPPEMENT DURABLE ENJEUX ENERGETIQUES et DEVELOPPEMENT DURABLE BOUILLOT Nicolas Novembre 2008 Le développement durable Le développement durable est un modèle de développement qui répond aux besoins d aujourd hui sans compromettre

Plus en détail

Activité documentaire n 7 : Bilan carbone d une habitation.

Activité documentaire n 7 : Bilan carbone d une habitation. Noms : Prénoms : Classe : Sujet à rendre obligatoirement avec la copie Activité documentaire n 7 : Bilan carbone d une habitation. Barème S approprier Analyser Valider Questions Capacités attendues Compétence

Plus en détail

Un chantier vert, c est un chantier plus respectueux de l environnement

Un chantier vert, c est un chantier plus respectueux de l environnement Un chantier vert, c est un chantier plus respectueux de l environnement Son objectif : diminuer les nuisances causées par les activités du chantier : bruit, pollutions des milieux naturels, consommation

Plus en détail

Plan de cours Coûts et avantages de la production d électricité Ontario. Titre et numéro du cours. Année. Objectifs et résultats d'apprentissage

Plan de cours Coûts et avantages de la production d électricité Ontario. Titre et numéro du cours. Année. Objectifs et résultats d'apprentissage Plan de cours Coûts et avantages de la production d électricité Ontario Année Titre et numéro du cours Thème E. Physique Caractéristiques de l électricité Objectifs et résultats d'apprentissage attendu

Plus en détail

Plan Régional pour la Qualité de l Air

Plan Régional pour la Qualité de l Air 16, rue Albert LOUGNON 97490 Sainte Clotilde île de La Réunion - FRANCE Tél : 0262 97 04 92 Fax : 0262 97 32 87 Courriel : orlab.direction@orange.fr Plan Régional pour la Qualité de l Air Ile de la Réunion

Plus en détail

Les avantages. Les inconvénients

Les avantages. Les inconvénients Les sources d énergies fossiles sont représentées par le pétrole, le gaz et le charbon. Avec le nucléaire, elles sont considérées comme des énergies de stock. En d'autres termes, elles sont épuisables.

Plus en détail

Opération : PNE Réhabilitation des entrepôts Macdonald Activités / Pépinière d entreprises PARIS (75)

Opération : PNE Réhabilitation des entrepôts Macdonald Activités / Pépinière d entreprises PARIS (75) Opération : PNE Réhabilitation des entrepôts Macdonald Activités / Pépinière d entreprises PARIS (75) Phase PRO-DCE : Mise à jour du calcul phase APD des émissions de CO 2 SO 2 déchets BET HQE : SEQUOIA

Plus en détail

BACCALAUREAT PROFESSIONNEL HYGIENE ET ENVIRONNEMENT

BACCALAUREAT PROFESSIONNEL HYGIENE ET ENVIRONNEMENT BACCALAUREAT PROFESSIONNEL HYGIENE ET ENVIRONNEMENT SESSION 2013 SUJET Epreuve E2 U21 SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE L ENVIRONNEMENT Durée : 4 heures Coefficient : 3 La calculatrice est interdite pour cette

Plus en détail

La Communauté de Communes montre l exemplel LA MAISON A ENERGIE POSITIVE

La Communauté de Communes montre l exemplel LA MAISON A ENERGIE POSITIVE La Communauté de Communes montre l exemplel LA MAISON A ENERGIE POSITIVE Objectif Encourager la construction de bâtiments «exemplaires» sur le Pays des Herbiers : - consommant très peu d énergie - utilisant

Plus en détail